Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires carolingiennes

 | 
Cécile Treffort

Deuxième partie. La réalisation de l'épitaphe

Chapitre 1. L’épitaphe entre le mort et les vivants

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour qu’une épitaphe existe, il faut en effet qu’elle ait été voulue par le défunt lui-même ou par les survivants qui se chargent de sa composition textuelle et de sa réalisation matérielle. La production de cette inscription prend place dans l’environnement de la mort d’un individu ; prolongeant la prière, elle peut parfois précéder le décès, agissant comme une sorte de préparation spirituelle. Il est alors de toute première importance de déterminer, à partir de sources diverses – en majorité non épigraphiques –, ce que représente réellement une épitaphe dans la pensée chrétienne carolingienne, y compris par une étude des manières de la définir, associant support, texte et écriture.

Une telle analyse, préalable à l’étude du discours de l’épitaphe elle-même, doit également tenter de cerner au mieux les acteurs (commanditaire, rédacteur ou lapicide) qui entrent en jeu dans la réalisation d’une inscription funéraire, avant de pouvoir s’interroger de manière pertinente sur les condition...

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540