Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires carolingiennes

 | 
Cécile Treffort

Deuxième partie. La réalisation de l'épitaphe

Introduction à la deuxième partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il existe en effet une autre catégorie d’inscriptions à vocation funéraire, la plus courante : celle qu’on place au-dessus ou à proximité immédiate du corps et qui entend rappeler, en même temps que le souvenir du mort, la localisation de sa sépulture. C’est l’épitaphe, au sens étymologique du terme, même si les sources médiévales utilisent plus volontiers le mot de titulus : un écrit que l’on place sur la tombe et qui complète les éventuelles inscriptions nécrologiques que nous venons d’évoquer dans le chapitre précédent.

Par l’épitaphe donc, la mémoire écrite est localisée ; elle est en lien direct avec la sepultura, au sens double du terme médiéval, à savoir le rituel des funérailles et la tombe destinée à recevoir le corps. Cette énonciation précise souffre quelques exceptions, comme dans le cas des épitaphes littéraires ou réelles dont le texte circule dans les manuscrits ; nous verrons dans un chapitre ultérieur quel est l’enjeu d’un tel usage. Il faut signaler également que l’...

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540