Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires carolingiennes

 | 
Cécile Treffort

Première partie. Texte caché et mémoire eschatologique

Chapitre 1. Endotaphes et foi chrétienne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À première vue, il peut paraître étonnant d'écrire des textes dans et non pas sur la sépulture, interdisant par là-même toute lecture par les vivants. Pourtant, cette pratique n'est pas plus paradoxale que celle qui consistera, plus tard, à inscrire des légendes de scènes historiées ou des noms de donateurs en lettres de quelques centimètres seulement en haut des verrières des églises gothiques, les rendant illisibles par les fidèles. Devant l'évidence des faits, il faut admettre que certains textes médiévaux n'étaient pas — ou pas seulement — faits pour être lus. Dans le contexte funéraire, leur contenu est d'ailleurs éloquent : l'épitaphe (sur la tombe) apostrophe le lecteur et appelle à la prière tandis que l'endotaphe (à l'intérieur) identifie le défunt et exprime sa profession de foi en Dieu, le protégeant des esprits malins. En ce domaine, le témoignage des textes narratifs corrobore celui de diverses découvertes archéologiques qui, sans être nombreuses, sont significatives.

L'...

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540