Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires carolingiennes

 | 
Cécile Treffort

Première partie. Texte caché et mémoire eschatologique

Introduction à la première partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pendant longtemps, on a défini l’inscription par la nature « dure » de son support, par opposition aux manuscrits copiés sur parchemin ; une telle opinion prévaut encore dans certains manuels de paléographie1. Toutefois, cette distinction de forme plus que de sens revêt d’autant moins de pertinence qu’on connaît pour le Moyen Âge de nombreux textes épigraphiques grâce à leur copie sur parchemin2, alors que leur réalisation matérielle, peinte ou sculptée, a désormais disparu. En outre, les Anciens eux-mêmes ne semblent s’être faits aucune illusion sur la durabilité du témoignage épigraphique lapidaire3. On doit à Robert Favreau une définition plus satisfaisante de la discipline qui étudie les inscriptions :

Pour définir l’épigraphie, il faut […] partir non de la forme, mais des fonctions de l’inscription […]. L’épigraphie est la science de ce qui est écrit – c’est son étymologie – en vue de communiquer quelque élément d’information au public le plus large, et pour la plus large durée....

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540