Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ruralité française et britannique, XIIIe-XXe siècles

 | 
Nadine Vivier

Troisième partie. La production agricole à partir des inventaires après décès (XIIIe-XVIIIe siècle) : à la recherche des facteurs du changement

Conclusions1

Jean-Pierre Poussou

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Elles ont été élaborées à partir des textes arrivés pour publication ; on ne s’étonnera donc pas q (...)

1Dans le cadre des activités, très riches et très soutenues depuis dix ans, de l’Association d’Histoire des Sociétés rurales, avec la collaboration de Didier Boisson, également de l’université du Maine, Nadine Vivier a organisé en septembre 2002 un important colloque d’histoire comparée des sociétés rurales britanniques et françaises, du xiiie siècle à nos jours. Le premier grand mérite des organisateurs, en sus d’une excellente organisation de ce colloque, a été d’obtenir la venue d’une importante délégation britannique, dont l’apport a été très apprécié par les participants et le sera à n’en pas douter par les lecteurs du présent volume d’Actes, d’autant plus que les organisateurs ont fait l’effort de traduire les interventions qui avaient été présentées en anglais.

2L’objectif premier était, comme l’indique le titre du colloque, d’arriver à de véritables comparaisons. Il n’a été que très partiellement atteint, constatation qui ne diminue pas néanmoins la valeur et l’intérêt des débats. En fait, dès l’ouverture des travaux, le ton était donné à cet égard par les propos liminaires de Jean-Pierre Jessenne qui, à la fois, rappela la difficulté des véritables comparaisons, souligna leur rareté et s’efforça d’en donner des explications. Son texte pourra donc servir de référence à cet égard parce qu’il nous montre que la difficulté est ancienne, remontant à la seconde moitié du xviiie siècle, et rendant fragiles les conclusions comparatives, pourtant si nettes, formulées à cette époque. En réalité, les données nationales permettant les comparaisons sont quasiment inexistantes avant le milieu du xixe siècle. La mise en perspective en est de ce fait très ardue et ce qui a été écrit en devient souvent illusoire : d’un côté de la Manche comme de l’autre, nous souffrons à la fois des stéréotypes hérités du xviiie siècle, et de la dimension très localisée des recherches, à un moment où justement le développement des études d’histoire rurale ne cesse de mettre en valeur l’hétérogénéité et la grande diversité des types agricoles et des systèmes agraires des deux pays. J.-P. Jessenne n’en conclut pas moins au caractère indispensable des comparaisons.

3On voit aussitôt l’ampleur du débat mais, avant d’y revenir, il est indispensable de mettre en valeur les principaux apports des différentes interventions. Celles-ci étaient groupées en trois thèmes : le rôle des femmes dans le monde rural ; les rapports à la terre et la différenciation sociale au village ; l’apport des inventaires après décès. C’est le premier thème qui a le plus retenu, avec cinq interventions publiées dans le présent volume. Il s’agit d’une question peu abordée jusqu’ici. Or, les analyses présentées infirment assez largement ce que soulignait J.-P. Jessenne puisque, comme on va le voir, on peut en tirer plusieurs éléments de comparaison. Par rapport aux objectifs du colloque, ce fut une session très réussie.

  • 2 P. Laslett, « Le brassage de la population en France et en Angleterre aux xviie et xviiie siècles  (...)
  • 3 Voir ma thèse, Bordeaux et le Sud-Ouest au xviiiesiècle : croissance économique et attraction urba (...)
  • 4 Ibid., p. 132-133, et 404-410.

4Même si en France le placement des jeunes filles sur un emploi rural existait, il était beaucoup moins fréquent, pour ne pas dire beaucoup moins systématique qu’en Angleterre, ce qu’au demeurant nous savons depuis longtemps grâce aux travaux de Peter Laslett et de Roger Schofield2 comme l’a confirmé dans sa communication Nicola Verdon ; on y trouve une mise au point très utile sur le « life cycle servant » féminin. Certes, en France, les travaux consacrés à l’histoire des femmes dans le monde rural restent peu nombreux, et d’ailleurs handicapés par l’absence de sources véritablement spécifiques ; il n’en reste pas moins évident que rien jusqu’ici n’a montré qu’elles étaient systématiquement placées dans d’autres exploitations, en attendant ou non leur mariage, comme l’indique S. Beauvalet. Il faut simplement ajouter qu’au contraire, dans les bassins démographiques urbains, elles partaient en très grand nombre se constituer un pécule en ville3, et qu’un aspect qu’il conviendrait de creuser est justement celui du retour en campagne d’une partie d’entre elles, avec ce pécule4. Quoi qu’il en soit, la première conclusion est bien que le travail et la place des femmes dans les exploitations agricoles et les ménages ruraux n’ont pas été assez abordés jusqu’ici, malgré l’intérêt croissant des historiens pour l’histoire des femmes, en Angleterre comme en France. Or, souligne Jane Whittle, à la suite de cette remarque liminaire, des sources « bien identifiées » n’en existent pas moins ; dans le cadre de son intervention, elle a mis l’accent sur les sources littéraires, les livres de comptes, les preuves matérielles fournies par les documents juridiques et notariaux. Il en résulte une très large participation des femmes non seulement à la vie de la ferme, se traduisant par un dur labeur, mais encore un rôle propre, leur permettant d’avoir leurs propres comptes, comme le souhaitaient, au milieu du xvie siècle John Fitzherbert. Ceci n’exclut ni qu’il y ait des tâches spécifiquement féminines ni, pour des tâches semblables, d’écart entre les salaires masculins et féminins. La conclusion la plus importante de Jane Whittle est néanmoins à la fois que le travail féminin peut parfaitement être qualifié et que, dans les campagnes anglaises, les femmes contribuaient directement, par elles-mêmes, à l’économie, en vendant aussi bien qu’en achetant.

  • 5 Voir S. Beauvalet-Boutouyrie, Être veuve sous l’Ancien Régime, Paris, Belin, 2001.

5On remarquera qu’elle ne pose pas, ce faisant, la question de la dépendance de la femme à l’égard de son époux – ou de son père –, alors que cette notion de dépendance est souvent centrale dans les travaux français, comme le souligne S. Beauvalet. D’où sans aucun doute l’intérêt primordial porté par l’historiographie française aux célibataires et aux veuves5. Enfin, il est clair qu’en France comme en Angleterre, en milieu rural, les femmes participent largement au travail des exploitations – tout autant et parfois plus que leurs maris, fils, frères ou pères –, et apportent aussi des salaires d’appoint en travaillant à proximité de leur domicile, mais pas uniquement sur les exploitations : les élites rurales elles aussi ont besoin d’une domesticité – ou en participant aux activités textiles proto-industrielles. Dans certains cas, a montré Nicola Verdon pour l’Angleterre du xixe siècle, la part des journalières sur les exploitations a même pu être très élevée.

6Mais il y a eu une évolution très nette : « Dans la seconde moitié du xixe siècle, l’importance de la main-d’œuvre agricole féminine semble avoir diminué dans nombre de régions anglaises » (N. Verdon). Par ailleurs, le même texte montre que, chez les exploitants les plus aisés, il y a abandon, dans cette même période, par les maîtresses de maison, des tâches directes de la ferme, à l’évidence pour des raisons de standing social, ce qui a entraîné, bien sûr, un recul du rôle féminin dans la vie de l’exploitation, soit un embourgeoisement rural qui ne semble pas apparaître encore en France : Jacqueline Sainclivier insiste au contraire sur la participation indispensable des épouses d’agriculteurs à l’activité de l’exploitation, ce que l’on retrouve avec les épouses d’immigrants ruraux, obligées par la nécessité de travailler comme les hommes, ainsi que le rappelle Ronald Hubscher. On peut, au demeurant, supposer qu’il en allait de même dans de nombreuses exploitations, surtout les plus petites. Comme le rappelle N. Verdon, en fait les femmes sont seulement exclues des travaux de force, le nombre des tâches qu’elles accomplissent pouvant cependant varier d’un ensemble régional à l’autre.

7Finalement, cette première session a permis de mettre en valeur d’importants éléments de comparaison ; par rapport aux deux autres, elle a eu l’avantage d’être plus équilibrée. Au contraire s’agissant de la propriété paysanne, nous n’avons pour publication que deux exposés français bien nourris, ceux d’Annie Antoine et de Gérard Béaur, aux conclusions le plus souvent affirmées, et une seule intervention anglaise, beaucoup plus problématique et suggestive que conclusive, celle de Richard W. Hoyle, excellente au demeurant. Il est vrai que, dans ce domaine, les problèmes sont très compliqués et les conclusions possibles éminemment délicates : les rapports à la propriété, les liens entre la propriété et l’exploitation ne sont évidemment pas les mêmes en France et en Angleterre – et ce serait encore pire si nous avions inclus l’Irlande et surtout l’Écosse. Malgré leurs qualités et leur brio, je n’insisterai pas trop sur les interventions d’Annie Antoine et de Gérard Béaur : elles sont tout à fait « classiques », terme qui au demeurant n’a rien de péjoratif. Simplement, je veux dire par là que presque tout ce qui est écrit par eux entraîne un accord quasi unanime parmi les historiens français. Il y a bien en France une vision plus rurale qu’agraire de la société paysanne. Celle-ci comporte des prolétaires et des paysans sans terre, mais ils ne sont pas dominants et, au demeurant, comme le montre l’exemple des fermiers de l’Île-de-France, la non-propriété n’est pas forcément synonyme de pauvreté, ce qui nous renvoie à un modèle anglais dominé par la location de la terre. En France, celle-ci reste enserrée par la seigneurie, alors que souvent, le manoir anglais n’est plus un cadre prégnant. Le texte de Gérard Béaur souligne à cet égard, que cela n’empêche pas – bien au contraire – une intense mobilité de la terre qu’on peut bien sûr relier à la parcellisation de la propriété réelle du sol. En 1789, les paysans ont déjà acquis celle-ci, grâce à une longue évolution, dont les résultats ont été en général atteints bien avant la Révolution. De ce fait, ce qui se passe à partir de l’été 1789 concrétise davantage cette évolution qu’elle ne la crée entièrement et brutalement, même si la rupture sociale et politique ne peut être sous-estimée. Dans tous les domaines, ces deux textes, très synthétiques – surtout celui d’Annie Antoine – constitueront désormais des articles de référence.

8Le texte de Richard W. Hoyle est essentiellement une mise au point sur ce que l’on sait actuellement quant à la situation et à la position des paysans anglais. Il précise clairement la mise en perspective du problème par rapport aux notions de « Copyhold » et de « Freehold » ; à juste titre il met l’accent sur les incertitudes : par exemple, en soulignant que « les grandes fermes des plaines anglaises sont plus un phénomène régional qu’une caractéristique générale » ! En outre, comme il le signale, leur naissance et leur développement restent mal connus. En fait, dès que l’on s’élève au niveau national, les incertitudes se multiplient, beaucoup plus qu’en France, sans doute parce que les études réalisées ne permettent pas d’avancer ces réponses globales, mais aussi parce que la documentation est très malaisée à étudier dans cette même perspective. Et c’est pourquoi R. W. Hoyle a eu l’excellente idée de montrer à la fois les sources possibles et le questionnement que l’on peut aujourd’hui élaborer.

  • 6 M. Overton, Agricultural Revolution in England : the transformation of the agrarian economy 1500-1 (...)
  • 7 R. C. Allen, Enclosure and the yeoman : the agricultural development of the South Midlands 1450-18 (...)

9L’analyse d’un de ces grands types de documentation – les inventaires – qui a fait l’objet de la troisième session, est venue totalement le confirmer. Il est clair tout d’abord que, pour le cœur du Moyen Âge finissant, le xiiie et le début du xive siècle, nombre des questions qui nous préoccupent ne pourront être résolues en Angleterre et au pays de Galles, comme l’a montré Phillipp R. Schofield, tout simplement parce que si les testaments sont nombreux, ils sont aussi oraux. Normalement, donc, les tenanciers anglais testent mais « ils le font oralement, et dans les derniers jours de la vie », leur but essentiel étant de contrecarrer les revendications des seigneurs sur leurs biens meubles. Pour sa part, Mark Overton, dont les recherches sont très largement dominées par son souci de comprendre la « révolution agricole » anglaise6, souligne d’abord l’importance documentaire des inventaires : « On peut penser qu’il a été fait en Angleterre près de deux millions d’inventaires entre le milieu du xvie et le milieu du xviiie siècle. » On n’y trouve donc – ce qui est à relier au souci général que montrait Phillipp Schofield – que les biens meubles, à l’exclusion de tout ce qui est immobilier. On peut ainsi atteindre les productions agricoles et les produits, et, lorsque « les quantités sont données… la taille des troupeaux et les superficies des différentes cultures » ; on a même des estimations de prix. Même si leur précision décline au fils du temps, leur richesse est incontestable, par exemple pour l’étude la culture matérielle. On se rappellera, enfin, que c’est à partir des inventaires qu’Overton et la plupart des ruralistes anglais essaient de préciser les progrès agricoles et l’évolution des rendements, ce qui ne va pas sans une certaine fragilité qu’expliquent les discussions, voire les polémiques, par exemple entre Allen et Overton7.

10Son texte intéressera à coup sûr les chercheurs français, très habitués à ce type de sources. Grâce à Dominique Rosselle, nos amis anglais disposent d’une vue générale des inventaires après décès français. En France aussi (cf. M. Baulant, M. Piponnier et bien d’autres…) c’est une source essentielle pour étudier la culture matérielle. On ne l’a que peu utilisée pour connaître les rendements : ils n’y apparaissent qu’exceptionnellement.

11Les éléments essentiels ayant été exposés, il s’agit maintenant d’esquisser un bilan au bout de ce vivifiant colloque.

  • 8 Voir J.-P. Poussou, « L’agriculture alternative. À propos d’un livre de Joan Thirsk », Histoire et (...)

12Pour reprendre notre point de départ – qui était également celui mis en place par J.-P. Jessenne – il est clair, tout d’abord que les comparaisons entre les agricultures françaises et anglaises sont malaisées et ne vont pas de soi, et pourtant, il est tout aussi clair qu’elles sont indispensables, comme l’ont vu à juste titre les organisateurs de ce colloque. Au demeurant – même si la discussion s’est parfois égarée sur des chemins de traverse –, la réussite du premier thème le prouve amplement. Dans de nombreux domaines, la comparaison, à condition de se rappeler qu’elle ne débouche pas nécessairement sur les similitudes, mais qu’elle amène aussi à mettre en valeur des différences ou des oppositions, est non seulement possible, mais souhaitable. Par exemple, les historiens français ont inexorablement tendance à baser leurs raisonnements sur la culture du froment, or celle-ci est beaucoup moins centrale en Angleterre, où l’élevage tient une bien plus grande place et où l’orge n’a cessé de voir son rôle s’accroître8. La raison est en partie géographique, montagnes et terrains humides occupant outre-Manche une place beaucoup plus importante ; mais d’autres éléments l’expliquent davantage : l’histoire des Midlands est celle de la transformation d’un openfield céréalier en un ensemble de champs enclos, voire à l’élevage à partir de la fin du xve siècle. Ce que le besoin de disposer d’importantes récoltes de grains avait rendu possible malgré les contraintes géographiques, a donc disparu à partir du moment où la demande londonienne en viande et le développement du commerce ont permis d’installer d’autres structures de production. Ce qui veut dire que l’histoire de l’agriculture ne peut pas et ne doit pas être étudiée seulement en elle-même : elle s’explique aussi par l’évolution du contexte dans lequel elle se situe. Par exemple, Nicola Verdon retient – parmi les explications fondamentales du recul du travail féminin à la campagne, notamment lors des récoltes – la hausse du salaire nominal des hommes qui permet à leurs épouses ou filles de ne plus rechercher ces emplois « mal payés, fastidieux et pénibles pour le dos ».

13Dans certains cas, la comparaison permet de valider des hypothèses, ou au contraire d’en infirmer. En effet, par-delà les différences, parfois considérables, il est évident que certaines thèses ne peuvent pas être soutenues, comme celle implicite qui lie un mieux-être – voire un bonheur paysan – à l’existence de la propriété : les fermiers anglais sont souvent plus à l’aise que les paysans propriétaires français, et l’on voit très clairement que les pauvres ruraux n’ont rien à s’envier du côté ou l’autre de la Manche. Dans les deux pays, au demeurant, sous des formes différentes, ils ont intensément recours à des travaux d’appoint, à des salaires complémentaires qui sont à la fois possibles et indispensables avant les changements techniques du xixe siècle. Néanmoins, dans de nombreux domaines, la comparaison s’avère très difficile, parfois même impossible. Par exemple, quant aux formes du rapport à la terre : la lecture des analyses d’Annie Antoine, Gérard Béaur et Richard Hoyle le montre aisément. Mais aussi parce que les sources sont totalement dissemblables : on l’a vu à propos des inventaires après décès.

14Voilà, très partiellement où nous en sommes. Que pouvons-nous faire pour l’avenir ? Il me semble que quelques pistes peuvent être proposées et quelques directions suggérées.

15En premier lieu, d’autres rencontres sont nécessaires. Même si je ne l’ai pas indiqué explicitement jusqu’ici, le grand mérite de celle-ci aura été de permettre de cerner des domaines où des analyses peuvent être menées en parallèle pour les deux pays – ce qui ne veut pas dire arriver aux mêmes résultats et aux mêmes conclusions –, et d’autres où au contraire on ne peut déboucher que très partiellement, voire pas du tout, sur d’utiles comparaisons : par exemple, lorsque les sources sont trop différentes. Dans la mesure où l’on a trop eu tendance – en France surtout, comme l’a souligné J.-P. Jessenne – à chercher des points d’appui dans l’évolution agricole de l’autre pays, il convient de mieux cerner ce qu’il est possible de faire. L’avancée qu’a représentée le colloque du Mans devra donc être suivie par des démarches du même type.

  • 9 Paris a déjà 200 000 habitants au début du xive siècle : Londres seulement en 1600. Ce qui a sans (...)
  • 10 Malgré l’importance considérable de la série dirigée par Joan Thirsk : The Agrarian History of Eng (...)

16Il me semble qu’il serait particulièrement judicieux de comparer systématiquement des types régionaux de culture : par exemple, les élevages de montagne, ou encore le développement des cultures vivrières et fruitières, ainsi que des vergers autour de Londres et de Paris, en n’oubliant pas cependant les décalages chronologiques entre les deux capitales9. Il est clair, en effet, que les comparaisons globales sont le plus souvent prématurées, à la fois parce que nous ne disposons pas de données statistiques comparables, parce que l’histoire agricole – ou rurale – anglaise reste très régionalisée et que toute généralisation est risquée10, et parce qu’il y a de nombreux décalages chronologiques dont les dimensions sont encore mal perçues. Au vu de tout cela, on peut se demander si le plus urgent ne serait pas de mettre sur pied rapidement un colloque comparant l’évolution du Bassin parisien et du Bassin de Londres.

Notes

1 Elles ont été élaborées à partir des textes arrivés pour publication ; on ne s’étonnera donc pas que certaines contributions ne soient pas analysées.

2 P. Laslett, « Le brassage de la population en France et en Angleterre aux xviie et xviiie siècles », Annales de démographie historique, 1968, p. 99-109 ; R. S. Schofield, « Age-specific mobility in an eighteenth century rural english parish », Annales de démographie historique, 1970, p. 361-274.

3 Voir ma thèse, Bordeaux et le Sud-Ouest au xviiie siècle : croissance économique et attraction urbaine, Paris, J. Touzot et EHESS, 1983.

4 Ibid., p. 132-133, et 404-410.

5 Voir S. Beauvalet-Boutouyrie, Être veuve sous l’Ancien Régime, Paris, Belin, 2001.

6 M. Overton, Agricultural Revolution in England : the transformation of the agrarian economy 1500-1800, Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

7 R. C. Allen, Enclosure and the yeoman : the agricultural development of the South Midlands 1450-1850, Oxford, Clarendon Press, 1992 ; M. Overton, « Re-establishing the agricultural revolution », The Agricultural History Review, t. 44, 1996, p. 1-20.

8 Voir J.-P. Poussou, « L’agriculture alternative. À propos d’un livre de Joan Thirsk », Histoire et Sociétés rurales, n° 12, 1999, 2, p. 131-148 ; et bien sûr P. Mathias, The Brewing Industry in England, 1700-1830, Cambridge, Cambridge University Press, 1959.

9 Paris a déjà 200 000 habitants au début du xive siècle : Londres seulement en 1600. Ce qui a sans doute pour conséquence que l’on a tendance à exagérer les nouveautés anglaises par rapport à la situation française. L’évidence est que l’Angleterre a transformé beaucoup plus rapidement les campagnes proches de Londres – de 1500 à 1700 –, leur capitale arrivant à une quasi égalité de population avec Paris au milieu du xviie siècle ; rien ne prouve qu’en profondeur les modifications ont été plus importantes. On lira avec profit à ce sujet, R. Abad, Le grand marché : l’approvisionnement alimentaire de Paris sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 2002. Si l’on prend une question précise : le développement de l’élevage lié aux besoins de la capitale, on ne saurait oublier, en face de la transformation des Midlands anglais, le couchage en herbe en Normandie.

10 Malgré l’importance considérable de la série dirigée par Joan Thirsk : The Agrarian History of England and Wales (Cambridge University Press), l’Angleterre ne nous donne pas actuellement les vues synthétiques dont nous disposons pour la France, bien qu’il y eût beaucoup à prendre dans J. Thirsk, England’s Agricultural History, 1500-1750, Londres, Mac Millan, 1987.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540