Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ruralité française et britannique, XIIIe-XXe siècles

 | 
Nadine Vivier

Troisième partie. La production agricole à partir des inventaires après décès (XIIIe-XVIIIe siècle) : à la recherche des facteurs du changement

Inventaires après décès et mesure du changement agricole en Angleterre, 1550-1750

Mark Overton

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Traduction Nadine Vivier.

1Note portant sur l'auteur1

  • 2 Les publications concernant les inventaires après décès sont très nombreuses. Parmi les textes int (...)

2Les inventaires après décès ont servi à l’étude de l’agriculture anglaise depuis les années 1930, mais le temps fort de leur utilisation, à la fois qualitative et quantitative, est celui des années 1960, lorsqu’ils devinrent librement accessibles dans les archives des comtés2. Bien que les inventaires apparaissent comme des listes exactes et loyales de récoltes et de bétail établies peu après la mort du fermier, ce sont des sources difficiles à exploiter car elles contiennent bien des pièges. Cette communication aborde quelques-uns des principaux problèmes posés par ces inventaires pour l’appréciation du changement agricole et elle illustre leur utilisation dans l’étude des pratiques agricoles du début de l’époque moderne.

  • 3 J. S. Moore, « Probate inventories : problems and prospects », Riden (éd.), Probate records and th (...)
  • 4 M. Johnson, Housing culture : traditional architecture in an English landscape, Londres, UCL Press (...)

3Une loi de 1529 rétablit la pratique selon laquelle les exécuteurs testamentaires ou les administrateurs d’une propriété avaient le devoir de produire un inventaire au moment de l’homologation du testament, dans le triple but de se protéger contre les demandes excessives sur la dite propriété, d’aider à une juste distribution des biens du défunt et ainsi empêcher la fraude, et de définir les redevances à verser au tribunal des successions. Ces textes ont survécu, et on peut penser qu’il en a été fait en Angleterre près de deux millions entre le milieu du xvie siècle et le milieu du xviiie siècle3. Deux personnes ou plus rédigeaient (ou « estimaient ») l’inventaire, la plu-part du temps dans un court laps de temps après la mort, car les évaluations commencent généralement par l’argent et les vêtements trouvés sur le corps du défunt. Ils faisaient ensuite le tour de la maison, pièce par pièce, enregistrant les biens et les effets4. Quand il s’agissait d’un fermier, ils allaient ensuite dans les cours, les granges et les étables, et enfin, dans les champs. En tête du document, ils indiquaient le nom du défunt, parfois son statut et son métier, la date de l’inventaire et le nom de la paroisse dans laquelle il vivait. Une copie de cet inventaire était donnée au tribunal ecclésiastique des successions qui la conservait dans ses archives.

Représentativité

4Nous savons bien qu’on ne trouve pas d’inventaires pour les pauvres dans les archives. Le bon sens nous dit qu’il n’y aurait aucun intérêt à dresser un acte quand le défunt laisse trop peu de biens par rapport au coût de l’homologation de l’inventaire. Des études locales estimant le nombre des inventaires par rapport à celui des décès suggèrent de grandes variations selon les lieux, ce qui reflète la richesse de la région et sa distribution sociale de la fortune, ainsi que les pratiques différentes selon les tribunaux des successions.

  • 5 Ces exemples consistent en 4 120 inventaires de Cornouailles et 3 984 du Kent, M. Overton, J. Whit (...)
  • 6 M. Overton, Agricultural change in Norfolk and Suffolk, 1580-1740, thèse Ph. D. non publiée, Unive (...)

5Les estimateurs décrivent le défunt soit par son statut, soit par sa profession. Il est clair que le statut de ceux qui laissaient un inventaire était supérieur à la moyenne. Par exemple, la proportion des inventaires mentionnant un gentleman est de 6 % pour le Kent, 7 % en Cornouailles. Bien que le décompte de la gentry soit difficile, elle comptait peut-être au milieu du xviie siècle, 2 % des familles du Kent et 1,5 % en Cornouailles5. Un autre exemple peut être donné pour le Norfolk et le Suffolk, où dans les années 1670, près de 2 % des fermiers qui laissaient un inventaire devant le tribunal ecclésiastique (Consistory Court) étaient des esquires, 15 % des gentlemen, 41 % des yeomen et 6 % des husbandmen. Pour la même période, on a estimé, en utilisant diverses autres sources, qu’environ 4 % des fermiers étaient esquires ou gentlemen, 28 % yeomen et 68 % husbandmen6.

  • 7 C. Husbands, « Hearths, wealth and occupations : an exploration of the Hearth tax in the later sev (...)
  • 8 Household, ce terme peut être traduit par ménage ou groupe domestique car il inclut le couple, ses (...)
  • 9 Pour l’ensemble du Kent, 32 % des maisons étaient exemptées de la Hearth tax en 1664 pour des rais (...)

6Un autre moyen de vérifier le rapport entre le nombre des gens laissant un inventaire et la population totale est de confronter les inventaires et les listes nominatives d’enregistrement des impôts. La Hearth tax (taxe sur les cheminées) en constitue le moyen le plus aisé, bien que son emploi soit problématique, car on ne peut prendre en compte ceux qui ont quitté la paroisse entre le moment de leur enregistrement dans la Hearth tax et leur mort, et les éléments de leur identification ne sont pas toujours aussi fiables que nous le souhaiterions7. Cette confrontation des deux sources montre toutefois que la répartition des inventaires conservés jusqu’à aujourd’hui est biaisée, elle donne plus d’importance à ceux qui ont un nombre de cheminées supérieur à la moyenne. Ainsi, alors que 45 % des ménages (households8) évalués dans les paroisses du Kent possédaient une seule cheminée, ils produisirent 21 % des inventaires conservés jusqu’à nos jours. À l’autre bout de l’échelle, 10,5 % des ménages possédaient cinq cheminées ou plus, et ce groupe représente 18,8 % des inventaires. Seulement 2,6 % des inventaires du Kent dont le titulaire peut être identifié sur la Hearth tax, concernent des gens exemptés d’impôt. Globalement pour le Kent, tout comme pour l’ensemble de l’Angleterre, la proportion des familles exemptées de taxe en raison de leur pauvreté était de 30 %9. Les ménages ne payant que pour une seule cheminée sont aussi sous-représentés dans les inventaires, si bien que l’on peut avancer l’estimation grossière de 40 % de la population ne faisant pas d’inventaire. Quant à ceux laissant des biens dans le ressort de plusieurs tribunaux ecclésiastiques, leur homologation devait passer devant l’un des deux tribunaux supérieurs, la Prerogative Court de Canterbury ou celle de York ; aussi pour prendre en compte les plus riches, il est nécessaire d’inclure les inventaires de ces deux Prerogative Court.

Contenu

  • 10 21 Hen. VIII, c. 5.
  • 11 L’un des textes les plus connus est : R. Burn, Ecclesiastical law, 2 vol., Londres, 1763, II, p. 6 (...)
  • 12 On peut avoir noté le coût du labour d’une jachère, ou bien le nombre de fois où la terre a été la (...)

7La loi de 1529 rétablissant les inventaires appelait à faire « un inventaire vrai et complet de tous les biens, effets, ustensiles et marchandises, […], de la personne décédée ». Les biens incluaient « tout le bétail, taureaux, vaches, bœufs, moutons chevaux, porcs et toute la volaille, les objets de la maison, argent, vaisselle, bijoux, céréales, foin, bois coupé et autres biens mobiliers10 ». Les textes législatifs de l’époque étaient très explicites sur ce qui devait figurer ou non dans l’inventaire11. Tout ce qui n’était pas réellement meuble devait être omis, ainsi les poêles et fourneaux, partie intégrante de la construction, étaient exclus. Plus important encore, les inventaires gardent le silence sur la propriété, c’est-à-dire la terre et les bâtiments (contrairement aux documents qui se réfèrent au domaine, les baux et les créances). Ils ne peuvent donc pas nous éclairer sur l’étendue de la propriété, la taille des maisons ou le nombre des bâtiments agricoles. Burn considérait aussi que « les poissons dans l’étang, les lapins de la garenne, les daims du parc, les pigeons du colombier… ne sont pas du tout des biens… et ne doivent pas être inventoriés », la règle étant que seuls les animaux domestiques (à l’exclusion de ceux de compagnie) étaient compris. Pour les récoltes, la règle était que les produits poussant spontanément n’étaient pas à inclure, contrairement à ceux qui croissent « par l’industrie et les soins de l’homme ». En conséquence, les inventaires mentionnent les céréales sur pied, mais non les arbres, les fruits ou l’herbe poussant dans les prairies permanentes. Les jachères sont également exclues puisque sans récolte à évaluer12. La pratique des estimateurs semble conforme aux commentaires de Burn. Bien d’autres raisons pouvaient encore exclure d’autres articles, bien que nous puissions nous attendre à les trouver. Des biens légués dans un testament peuvent être écartés de l’inventaire parce que non disponibles pour les exécuteurs : les héritages et les biens de la veuve, bien que, en droit, ils aient appartenu au mari défunt.

8Il est impossible de vérifier l’exactitude de la plupart des inventaires. Aussi l’identification des omissions, ou plutôt des omissions présumées, ne peut se faire qu’à travers la logique interne du document. Par exemple, un fermier possédant une grande superficie en céréales mais aucun matériel agricole, éveille les soupçons : possédait-il cet équipement qui n’a pas été évalué pour une raison quelconque, ou bien utilisait-il le matériel de quelqu’un d’autre ? En conséquence, les inventaires ne doivent pas être exploités mécaniquement ; les inventaires « suspects » doivent être identifiés et interprétés de façon appropriée.

La forme des données

  • 13 M. Overton, « Computer analysis of an inconsistent data source : the case of probate inventories » (...)

9La forme sous laquelle les estimateurs enregistrent les données est l’un des grands attraits de ces documents historiques que sont les inventaires : leurs commentaires stimulent notre imagination d’historiens mais en même temps ils compliquent l’analyse et la rendent parfois frustrante. Si les informations contenues dans les inventaires sont relativement homogènes, en revanche elles sont présentées sous des formes qui varient d’un document à l’autre13. L’une des incohérences provient de la structure des rubriques. Le type d’inventaire le plus facile à utiliser est celui qui dresse la liste des articles séparément, et donne pour chacun d’eux la quantité et la valeur ; mais les inventaires sous cette forme sont rares, la norme est plutôt de présenter l’ensemble des biens, de donner une valeur globale et d’omettre les quantités (mais rarement les valeurs). D’autre part, le niveau de description des articles n’est pas homogène, et certaines descriptions générales peuvent cacher la présence d’objets. Par exemple, la rubrique « céréales » peut faire référence à l’une des quatre céréales ou bien à toutes, « bovins » à des vaches laitières ou à des bœufs à l’embouche.

10Une troisième incohérence tient à la saison où l’inventaire eut lieu. La superficie des céréales d’hiver, par exemple, ne peut être déduite que des inventaires faits entre novembre et août, et pour les céréales de printemps entre avril et août (les dates exactes varient selon les régions et les années). On peut estimer que, jusqu’au milieu du xviie siècle, toutes les récoltes obtenues dans l’année pouvaient être mentionnées si l’inventaire de la ferme était effectué entre avril et août, mais à partir du moment où les navets et les raves apparaissent comme culture dérobée après la moisson, il n’existe plus de moment dans l’année où la totalité des productions est en terre. Le résultat global de ces incohérences est une réduction considérable du nombre des inventaires à partir desquels on peut élaborer une véritable mesure.

  • 14 M. Overton, « English probate inventories and the measurement of agricultural change », A.A.G. Bij (...)

11En conséquence de cette forme dans laquelle les données sont présentées, l’analyse d’un corpus d’inventaires peut nécessiter l’utilisation de plusieurs sous-ensembles pour réaliser les différentes mesures. Par exemple, pour calculer la proportion d’inventaires fournissant un renseignement particulier, on comptera les inventaires renfermant cette rubrique et on donnera leur proportion dans le nombre total des inventaires. Cette proportion ne sera pas nécessairement la même pour chaque rubrique recherchée, puisque les documents qui ne renseignent pas sur un sujet doivent être exclus14.

Analyse informatique

  • 15 Les logiciels se sont développés depuis 1972. Il y eut d’abord une série de programmes en FORTRAN, (...)

12L’analyse par ordinateur met en relief ces variations dans la forme des données15. Un programme dénommé ITEM permet d’enregistrer les données aux archives, sur un portable équipé d’un traitement de texte ; il propose des contrôles sophistiqués et une grande quantité d’analyses quantitatives, produisant un résultat qui peut ensuite être utilisé sur un tableur conventionnel ou une base de données. Ce programme repose sur trois principes spécifiques : premièrement, l’entrée des données doit se faire sous une forme la plus proche possible du document original, et aucune donnée n’est écartée ; deuxièmement, la façon de stocker ces données est déterminée au mieux par la structure des données elles-mêmes ; enfin troisièmement, les résultats obtenus avec ce programme peuvent être utilisés comme une entrée standard dans les logiciels disponibles sur le marché.

  • 16 M. Overton, « Probate inventories and the reconstruction of agrarian landscapes », M. Reed (éd.), (...)

13Pour analyser les données, il est nécessaire de définir des catégories d’objets que l’on veut connaître, car les estimateurs n’utilisaient pas un vocabulaire commun pour définir les objets. Un programme informatique en temps réel est utilisé pour affecter les objets dans des catégories. Par exemple, si l’on crée une catégorie « chevaux », tous les articles s’y référant seront cochés dans cette catégorie (poulain, bidet, etc., mais excluant les chevaux de bois). On peut choisir n’importe quel nombre de catégories ; le procédé consiste à définir les catégories dans un fichier puis d’affecter les articles aux catégories. Il est possible aussi de définir une hiérarchie des catégories afin de mieux s’adapter au détail des descriptions de chaque article ; ainsi on peut utiliser autant d’inventaires que possible. Dans une classification agricole par exemple, les récoltes de céréales peuvent constituer des catégories séparées (blé, seigle, orge, avoine) qui, au niveau suivant, peuvent être regroupées en céréales d’hiver (blé et seigle) et céréales de printemps (orge et avoine). Au sommet de la hiérarchie, les quatre céréales peuvent être regroupées en « céréales16 ».

14La hiérarchisation des catégories est importante pour utiliser au mieux toutes les informations fournies par chaque inventaire, et elle préserve des mauvaises interprétations. Prenons l’exemple de l’utilisation des données agricoles pour en déduire les superficies cultivées : le logiciel relève d’abord la mention d’une récolte donnée (ex. : blé), associée à un chiffre de superficie. Toutefois, ce chiffre de superficie ne peut servir si le blé est associé à une autre céréale (ex. : « 2 acres de blé et de seigle »), même si la présence de blé dans cette ferme est enregistrée. Un contrôle est également réalisé sur les termes génériques incluant le blé (ex. : céréales d’hiver) ; dans ce cas, la présence de céréales d’hiver ne peut suffire pour affirmer la présence de blé. C’est ainsi que le logiciel détermine quelle catégorie est présente ou absente (ou s’il est impossible d’affirmer sa présence), sa quantité et sa valeur (ou bien si l’une ou l’autre est absente, ou mélangée à la quantité ou la valeur d’un autre objet).

Données agricoles

  • 17 M. Overton, « The diffusion of agricultural innovations in early modern England : turnips and clov (...)

15Les inventaires nous fournissent quatre types de données : la présence ou l’absence d’un produit (ou la dissimulation de sa présence) ; sa quantité ; sa valeur ; son estimation (ou son prix). Lorsque ces produits sont des marchandises agricoles, nous pouvons calculer la présence, les quantités, valeurs et estimations des céréales en croissance, des récoltes stockées et du bétail. La mesure la plus fidèle est la présence ou l’absence d’une rubrique. Pour cela, on utilise le plus grand nombre d’inventaires d’un corpus donné et cela pose relativement peu de problèmes de calculs. Un exemple de cette démarche est donné par le graphique de la diffusion des navets et du trèfle dans le Norfolk et le Suffolk, à la réserve près que les inventaires ne donnent pas réellement la date de l’introduction de ces cultures mais celle de la mort du fermier17.

  • 18 B. M. S. Campbell et M. Overton, « A new perspective on medieval and early modern agriculture : si (...)
  • 19 J. A. Yelling, « Probate inventories and the geography of livestock farming : a study of East Worc (...)

16Lorsque les quantités sont données, nous pouvons calculer à la fois la taille des troupeaux et les superficies des différentes cultures18. Des études sur l’élevage sont fondées sur les inventaires du Worcestershire et du Norfolk, et il est relativement facile de calculer le nombre des bêtes, l’utilisation des chevaux et des bœufs pour le labour, et la répartition entre bêtes laitières et d’embouche19. Toutefois, il convient de souligner le fait que ces inventaires ne nous permettent pas de mesurer le produit du bétail sous forme de viande, laine, suif, peaux, mais seulement le nombre et la valeur de ces animaux. De plus, le nombre exact des ovins est souvent difficile à obtenir, du fait du mode d’expression des estimateurs. « Trente moutons et agneaux » par exemple, peut signifier 30 brebis avec leurs petits (peut être 50 à 60 bêtes au total), ou bien réellement 30 ovins, les moutons et agneaux étant mélangés. On retrouve le même problème avec les porcs, mais de telles ambiguïtés sont moins fréquentes avec les bovins. Les surfaces en culture posent problème si on les utilise pour calculer les différents types de récoltes en fonction des saisons. Elles peuvent servir à indiquer la taille de l’exploitation, mais il faut faire des hypothèses sur la part des terres en jachères, pâturage et prairies, ce que les inventaires ne donnent pas.

17L’association des superficies en culture et des têtes de bétail permet de calculer les densités de bétail, ce qui donne une mesure indirecte de l’engrais disponible pour les terres cultivables. Cependant cette démarche pose problème. Pour tenir compte des différentes catégories de bétail, il faut définir une unité de bétail, mais celle-ci est habituellement basée sur une mesure actuelle des besoins en nourriture. Puisque les inventaires ne donnent pas la totalité des surfaces exploitées, les densités de bétail ne peuvent être calculées que par rapport aux acres ensemencées. Ce ratio est probablement le plus fiable car la part des céréales dans l’ensemble des cultures est moins sujette à des changements fondamentaux. À partir du milieu du xviie siècle, les inventaires font état de l’introduction des navets et du trèfle dans l’agriculture du Norfolk ; ils remplaçaient probablement les pâturages permanents pour la fourniture de fourrage et ils réduisaient les espaces en jachère. Cela aboutirait dans nos calculs à une diminution de la densité du bétail par acre cultivée enregistrée, puisque les pâturages permanents et la jachère n’étaient pas pris en compte auparavant, alors que trèfles et navets le sont. Les densités de bétail peuvent être présentées soit sous la forme de moyenne des ratios calculés pour les différentes fermes (« moyenne des fermes »), soit en divisant le nombre moyen d’unités de bétail de toutes les fermes par la moyenne de leurs superficies cultivées (« moyenne agrégée »). La « moyenne agrégée » est probablement le meilleur indicateur des densités de bétail. De très petites fermes n’ayant que quelques acres cultivées peuvent avoir de très fortes densités de bétail, pesant ainsi d’un poids disproportionné dans le calcul de la « moyenne des fermes ». Bien que ces très fortes densités aient été significatives pour les petits fermiers, elles ne sont pas représentatives de la majorité des exploitations du comté.

  • 20 M. Overton, « Agricultural regions in early modern England : an example from East Anglia », Univer (...)

18L’analyse par les historiens des valeurs des récoltes est moins répandue que celle des quantités. Cependant, les estimations ont l’avantage de fournir une mesure commune pour les récoltes et le bétail, ce qui évite le problème de la définition de l’unité de bétail, basée sur les besoins actuels en nourriture. C’est pourquoi elles ont été utilisées pour montrer l’équilibre entre cultures et bétail, ainsi que pour déterminer des types de fermes, selon la technique de l’analyse par segments20.

  • 21 M. Overton, « Prices from probate inventories », Arkell, Evans et Goose, When death…, op. cit., p. (...)

19Le dernier critère statistique donné par les inventaires est le prix des produits agricoles, ou plus précisément, l’estimation à l’unité de certains produits. Il est probable que les prix agricoles calculés à partir des inventaires reflètent avec justesse les prix du marché, car les estimateurs connaissaient les prix des produits communément négociés21. Les prix d’inventaire des céréales sont ordinairement plus bas que les prix du marché, car ces derniers incluent le coût du transport, alors que les inventaires englobent aussi des grains de trop mauvaise qualité pour être vendus. Il existe de nombreuses autres sources pour établir les prix agricoles, la comparaison entre les prix donnés par les inventaires et ceux des Cambridge Agrarian Histories suggère que les inventaires sont la source la plus fiable, en particulier pour certains produits comme le bétail.

  • 22 M. Overton, « Re-establishing the agricultural revolution », Agricultural History Review, 1996, vo (...)

20Les estimations de prix peuvent avoir bien d’autres utilités que de mettre en graphique les montées et les chutes des prix agricoles. Elles renseignent sur les rendements des produits du bétail, en rapportant le prix des produits obtenus au prix de l’animal. La division du prix moyen d’un mouton par le prix moyen d’une livre de viande de mouton doit donner le poids de viande produit par une bête. Il semblerait que l’amélioration du mouton ait commencé plus tôt que nous le croyions, à partir de 1650 dans le Norfolk et le Suffolk par exemple ; en revanche, il y a peu de preuves de changement manifeste pour les bovins22. Cela est intéressant car cet apparent accroissement du rendement en viande des ovins intervient avant le changement de leur alimentation lié à l’extension des nouvelles plantes fourragères et avant les fameux progrès de la seconde moitié du xviiie siècle. Les ratios de prix montrent également combien les cochons grossissent en comparaison des bovins : dans la seconde moitié du xvie siècle, sept porcs équivalent une vache ; deux siècles plus tard, au milieu du xviiie siècle, ce nombre n’est plus que de trois.

  • 23 M. Overton, « Estimating crop yields from probate inventories : an example from East Anglia, 1585- (...)

21Les prix sont aussi le matériau brut grâce auquel les rendements ont été calculés à partir des inventaires. La méthodologie de calcul des rendements repose sur l’hypothèse suivante : les estimations des céréales sur pied, avant la moisson, sont fondées sur une estimation aussi bien de ce que seront les prix après la récolte que du rendement exprimé en volume de grain par unité de surface (i. e. en boisseau par acre). La méthode originelle a été modifiée pour tenir compte du coût de la récolte et de la déduction de la dîme, mais la discussion est encore ouverte sur la meilleure méthodologie23.

L’accès à la terre

  • 24 Overton, Whittle, Dean et Hann, Routledge, 2004, chap. 4.

22Jusqu’ici les publications ayant utilisé les inventaires pour l’étude du changement agricole ont produit des statistiques sur les récoltes et le bétail, sans traiter explicitement de la taille des fermes. Cela s’explique par la difficulté à calculer cette taille puisque les inventaires ne consignent ni les bois, ni les pâturages permanents, ni la plupart des prairies, ni les jachères. Il est cependant possible d’utiliser les inventaires pour établir une classification des fermiers selon leur accès possible à la terre et leur implication dans une agriculture commerciale par opposition à une autoconsommation. Le tableau 1 en donne un exemple, à partir d’un échantillon des inventaires du Kent et de la Cornouailles24.

23La première catégorie (groupe 1) peut être considérée comme celle des cottagers. Le principal critère est leur absence d’accès à la terre aussi bien qu’au droit de pâturage. Leurs inventaires ne laissent donc aucune trace de culture et leur bétail est réduit à la volaille, aux abeilles et un ou deux porcs. Le tableau 1 montre que moins de 5 % des inventaires, dans les deux comtés, relèvent de cette catégorie, et la tendance est au déclin du nombre de cottagers au fil du temps. Le groupe 2 est celui des petits propriétaires ayant des droits de pâturage, mais toujours pas de terre cultivée. Les ménages compris dans cette catégorie ont entre trois et dix cochons, un petit troupeau de moutons et/ou un ou deux bovins. Dans ce cas, les tendances des deux comtés sont vivement contrastées. Dans le Kent, cette catégorie décline alors qu’en Cornouailles, elle augmente régulièrement, de 10 % au début du xviie siècle jusqu’à 13 % à la fin de la période.

Tableau 1. – Répartition des inventaires selon quatre catégories d’exploitations (en pourcentage du nombre total des inventaires dépouillés).

24La troisième catégorie est constituée de grandes fermes pastorales. Contrairement aux groupes précédents, l’importance de l’exploitation suggère ici une activité commerciale notable, mais sans indication de terres cultivées. L’exploitation pastorale tournée vers le marché n’était pas courante dans ces comtés, mais elle est plus fréquente en Cornouailles, où environ 10 % des propriétés sont concernées au début du xviie siècle. Puis les chiffres tombent à 7 % pendant la guerre civile et ne reviennent à leur niveau antérieur que vers 1720-1730. Dans le Kent, ces fermes pastorales semblent atteindre un maximum de 7 % à la fin du xviie siècle avant de régresser à 4 ou 5 % à la fin de la période.

25La dernière catégorie, celle des exploitations de culture, couvre la palette de valeurs la plus large et, en conséquence, elle est la plus répandue dans les deux comtés. Elle inclut tous les ménages pour lesquels sont indiquées des productions arables, impliquant la possession ou la location de terres. Dans l’ensemble, les preuves de la présence de ces fermes de culture sont un peu plus fréquentes dans les inventaires du Kent, où leur proportion connaît une montée sensible, de 40 % en 1600-1649 jusqu’à 47 % en 1700-1749. À l’inverse, en Cornouailles, la baisse est régulière de 54 % à 39 % seulement.

Emplois annexes secondaires

  • 25 P. Glennie, « Distinguishing men’s trades’ : occupation sources and debates from pre census Englan (...)

26La plupart des sources de l’Angleterre de l’époque moderne attribuent à chaque individu une profession ou un statut. Le fermier est décrit par son statut de gentleman, yeoman ou husbandsman, tandis que l’artisan est caractérisé par son commerce ou sa production, charpentier, tailleur ou charron25… En réalité, beaucoup de gens de l’époque moderne en Angleterre tiraient leurs revenus de plusieurs activités de production et la plupart des ménages produisaient des biens tant pour la vente sur le marché que pour leur propre consommation. Ces activités sont identifiables à travers la liste des biens mentionnés dans les inventaires. La plupart des documents enregistrent avec précision les biens de production, en incluant les récoltes, le bétail, les outils, les stocks à vendre et l’équipement comme les bateaux, les mines, les terres louées à bail. Des informations sont aussi données par la description des pièces, telles que laiterie, brasserie ou lieu de production du malt. En utilisant les informations de l’ensemble de l’inventaire, on saisit mieux la diversité de la production de la maison. En particulier, cela met en évidence le travail des femmes qui est largement occulté si on se fie aux indications de professions, car il existe peu d’inventaires séparés pour les femmes, et lorsqu’elles en ont un, elles sont simplement qualifiées de veuves. En tant qu’activité subsidiaire, le travail domestique et les activités comme le filage, effectué presque exclusivement par les femmes, sont des occupations qui ont peu de chances de figurer en tête des inventaires.

27Quoi qu’il en soit, la qualité des descriptions de l’inventaire et la présence d’un équipement relativement spécialisé conditionnent l’identification des activités de production. Certains métiers peuvent être sous-estimés car ils requièrent peu d’instruments spécialisés. Ainsi, un tailleur n’a besoin que d’une paire de ciseaux, un fer à repasser, du tissu, du fil et une aiguille. Ces objets n’étant pas réservés au tailleur, il est difficile de les considérer comme des identifiants du métier. Dans ce cas, la combinaison des rubriques peut être pertinente. Par exemple, la présence de laine et de fil indique le filage, et l’ensemble ciseaux-fer à repasser un tailleur.

28De telles activités productives sont difficiles à identifier dans les inventaires du fait de leur nature même. Elles deviennent plus visibles lorsqu’elles sont plus spécialisées. Lors du passage d’une économie diversifiée vers une économie plus spécialisée, les documents ne livrent qu’une impression générale de diversité, faute d’objets spécifiquement associés à des métiers. Peut-être est-ce pour l’agriculture que l’on peut le mieux connaître la production, car les documents enregistrent plus de détails que pour les métiers du commerce et de l’artisanat. La production domestique peut se déduire de l’ensemble des biens de consommation trouvés dans les inventaires. Le mobilier rudimentaire peut très bien avoir été fabriqué à la maison tandis que les meubles plus élaborés ou décoratifs indiqueraient une production commerciale.

29Un défaut majeur de ces inventaires, à cet égard, est leur tendance à un déclin de leur niveau de précision au fil du temps. En l’absence de description détaillée, les activités peuvent être supposées mais non positivement identifiées, d’autant que certaines activités qui n’utilisent pas de matériel spécialisé ne sont guère visibles. Ainsi en Cornouailles par exemple, les maisons possèdent fréquemment des récipients tels que bacs, baquets, et cuves qui peuvent être affectés à de nombreux emplois, tels la laiterie, la brasserie, la conservation de nourriture. Dans le Kent, le nom de ces objets est souvent complété par un adjectif : cuves à brasser, bacs à baratter le beurre, baquets de bois pour le salage des viandes ou poissons. Ceci révèle des différences de niveau technologique et de spécialisation, mais ne signifie pas nécessairement que ces activités sont moins présentes en Cornouailles.

  • 26 J. de Vries, « Between purchasing power and the world of goods : understanding the household econo (...)

30Le tableau 2 montre l’importance des activités secondaires dans les comtés de Kent et de Cornouailles et leur maintien encore au xviiie siècle. Dans le Kent, près des deux tiers des fermiers pratiquant une agriculture commerciale se consacrent également à d’autres activités commerciales. Celles-ci sont présentées dans le tableau 3, ainsi que certaines activités de production domestique. Ce tableau 3 révèle de forts contrastes entre les deux comtés, les ménages fermiers de Cornouailles exerçant moins d’activités annexes que ceux du Kent. La tendance en Cornouailles est aussi au déclin des productions pour l’autoconsommation car les mentions de fabrication domestiques de nourriture ou de brasserie décroissent. Dans le Kent, contrairement à ce que pourrait laisser supposer le développement de l’économie moderne, une proportion croissante des ménages produit sa propre nourriture au lieu de l’acheter sur le marché. Ainsi, au lieu d’accroître la spécialisation pour la vente et d’acheter sur le marché, ces exploitations tournées vers une agriculture commerciale conservent d’autres activités commerciales et pourvoient à la plupart de leurs besoins26.

Tableau 2. – Présence des activités secondaires en Cornouailles et Kent, 1600-1749 (en pourcentage du nombre total des inventaires dépouillés).

Tableau 3. – Fermiers pratiquant une agriculture commerciale et engagés dans une autre activité, Kent et Cornouailles, 1600-1749 (en pourcentages du nombre total des inventaires dépouillés).

  • 27 J. Thirsk, « Industries in the countryside », F. J. Fisher (éd.), Essays in the economic and socia (...)

31Le tableau 4 aborde un autre aspect des activités secondaires dans le Kent en montrant la fréquence de leur association à l’activité agricole, en distinguant entre les types de fermes, de culture ou d’élevage, de subsistance ou commerciales. Le type de la ferme a été déterminé par le rapport entre la valeur de la récolte en céréales et celle du produit total (récolte en céréales et bétail). Les fermes au-dessous de la valeur médiane pour une période donnée sont classées en fermes de pâture, celles au-dessus de la moyenne, en fermes de culture. On a soutenu que les activités secondaires étaient associées aux fermes de pâtures parce que le temps de travail nécessaire y était moindre27. Ceci peut être exact pour certains jours, mais sur une année agricole entière, il y a aussi des périodes où les cultures laissent du temps libre à leurs fermiers. Le tableau 4 suggère que les tisserands, les tailleurs, les travailleurs de la laine et les charpentiers qui s’adonnaient aussi à une agriculture commerciale étaient plus souvent éleveurs que cultivateurs ; mais pour les deux activités les plus répandues, fabrication du pain et de la bière, ni l’élevage ni la culture ne prédomine.

Tableau 4. – Artisans se livrant aussi à une activité agricole dans le Kent, 1600-1749 (en pourcentage du nombre des inventaires).

32Note : dans les exploitations d’élevage ou de culture ne sont prises en compte que celles vouées à l’agriculture commerciale.

Culture matérielle

  • 28 L’article qui a ouvert la voie est celui de J. de Vries, « Peasant demand patterns and economic de (...)

33Outre les informations sur les activités des fermiers, les inventaires offrent un aperçu unique de leur culture matérielle en recensant les objets mobiliers de leur intérieur. Les études à partir de cette source sont assez répandues en Europe et en Amérique du Nord, mais relativement rares en Angleterre28. On peut exploiter les inventaires en comptabilisant la fréquence des objets, leur quantité et leur valeur. L’exemple donné dans le tableau 5 présente simplement la fréquence de quelques objets qui se répandent au cours du xviie siècle : miroirs, pendules, couteaux et fourchettes de table, objets pour la consommation du thé et du café, broches à rôtir et sièges tapissiers. Trois catégories d’exploitations sont distinguées, celles d’agriculture commerciale sans activité secondaire, toutes celles qui ont une activité commerciale, et enfin celles qui exercent plus d’une activité de production commerciale.

Tableau 5. – Possession d’objets selon les activités secondaires, Cornouailles et Kent, 1600-1749 (en pourcentages).

  • 29 Overton, Whittle, Dean et Hann, chap. 5 et 6.

34Le tableau 5 montre un grand contraste entre la culture matérielle des deux comtés, le Kent s’enrichissant plus que la Cornouailles. Mais dans les deux comtés, la tendance est frappante : les maisons où règne la pluriactivité sont plus susceptibles de posséder ces nouveautés que celles où l’agriculture est la seule activité commerciale. Ces résultats ne peuvent être approfondis ici, cet article portant sur la méthode d’utilisation des inventaires plus que sur ce qu’ils nous ont appris, mais la clé de ces différences réside dans l’intensité des contacts et des associations de chaque groupe domestique. Plus il a de contacts avec d’autres, par le commerce ou grâce à sa localisation, plus il a des chances d’acquérir ces nouveaux biens de consommation29.

Conclusion

35Les inventaires sont une excellente source pour l’approche du développement agricole de l’Angleterre moderne. Avant de les exploiter, il est cependant essentiel de bien comprendre pourquoi et comment ils étaient élaborés, quel était leur statut dans la législation des successions, et le fonctionnement des tribunaux ecclésiastiques chargés de leur application. À condition de bien prendre conscience de ce qu’ils contiennent ou non, les inventaires sont une source tout à fait fiable sur les récoltes et le bétail de chaque exploitation. Leur principal apport réside dans les études à grande échelle menées sur les pratiques agricoles, car les estimations fondées sur un important corpus gomment bien des erreurs liées à chaque cas. Ainsi utilisés, ils sont extrêmement utiles pour fournir des données proches de celles d’un recensement sur l’agriculture, et ils permettent des larges comparaisons dans le temps et entre les régions. Au-delà, ils peuvent encore révéler comment ceux pour lesquels était établi l’inventaire avaient accès à la terre, ils sont un miroir du changement dans le mode de tenure de la terre. Ils montrent aussi comment l’agriculture était associée à d’autres activités, à la fois commerciales et d’autoconsommation. Enfin, ils nous permettent d’explorer l’univers matériel de ces familles rurales. Ce plaidoyer pour une exploitation à grande échelle ne doit toutefois pas exclure les études sur un petit corpus, surtout si elles utilisent aussi les autres documents élaborés lors du décès, les testaments et comptes.

Notes

2 Les publications concernant les inventaires après décès sont très nombreuses. Parmi les textes introductifs : T. Arkell, N. Evans et N. Goose (éd.), When death do us part : understanding and interpreting the probate records of early modern England, Oxford, Leopard’s Head Press, 2000, et Philip Riden (éd.), Probate records and the local community, Gloucester, Sutton, 1985 ; une bibliographie déjà ancienne : M. Overton, A bibliography of British probate inventories, Newcastle upon Tyne, University of Newcastle Department of Geography, 1983 ; il existe beaucoup de publications d’inventaires, l’une des plus utiles, car elle contient à la fois des testaments, les comptes lors du décès (probate accounts) et les inventaires : P. Wyatt (éd.), The Uffculme wills and inventories, Devon and Cornwall Record Society, new series, 40, 1997.

3 J. S. Moore, « Probate inventories : problems and prospects », Riden (éd.), Probate records and the local community, p. 16-17. T. Arkell, « Interpreting probate inventories », Arkell, Evans et Goose, When death do us part, op. cit., p. 72, pense « qu’un million à peu près » ont survécu.

4 M. Johnson, Housing culture : traditional architecture in an English landscape, Londres, UCL Press, 1993, p. 84-86, 95-96 essaie de reconstituer le chemin suivi par les évaluateurs à travers la maison.

5 Ces exemples consistent en 4 120 inventaires de Cornouailles et 3 984 du Kent, M. Overton, J. Whittle, D. Dean et A. Hann, Production and consumption in early modern England, Londres, Routledge, 2004, chap. 3.

6 M. Overton, Agricultural change in Norfolk and Suffolk, 1580-1740, thèse Ph. D. non publiée, University of Cambridge, 1981, p. 24.

7 C. Husbands, « Hearths, wealth and occupations : an exploration of the Hearth tax in the later seventeenth century », K. Schurer et T. Arkell (éd.), Surveying the people, Oxford, Leopard’s Head Press, 1992, p. 70-71.

8 Household, ce terme peut être traduit par ménage ou groupe domestique car il inclut le couple, ses enfants, les serviteurs s’il y en a, et quelquefois d’autres membres de la famille.

9 Pour l’ensemble du Kent, 32 % des maisons étaient exemptées de la Hearth tax en 1664 pour des raisons de pauvreté, D. Harrington (éd.), Kent hearth tax assessment Lady Day 1664, British Record Society Hearth Tax Series, vol. II, Kent Archaeological Society Kent Records vol. XXIX, Londres, British Record Society ; T. Arkell, « The incidence of poverty in England in the later seventeenth century », Social History, 1987, vol. 12, p. 23-47.

10 21 Hen. VIII, c. 5.

11 L’un des textes les plus connus est : R. Burn, Ecclesiastical law, 2 vol., Londres, 1763, II, p. 644-654.

12 On peut avoir noté le coût du labour d’une jachère, ou bien le nombre de fois où la terre a été labourée avant d’être ensemencée, P. Glennie, « Continuity and change in Hertfordshire agriculture, 1550-1700 : II – trends in crop yields and their determinants », Agricultural History Review, 1988, vol. 36, p. 145-161.

13 M. Overton, « Computer analysis of an inconsistent data source : the case of probate inventories », Journal of Historical Geography, 1977, vol. 3, p. 317-326.

14 M. Overton, « English probate inventories and the measurement of agricultural change », A.A.G. Bijdgragen, 1980, n° 23, p. 211.

15 Les logiciels se sont développés depuis 1972. Il y eut d’abord une série de programmes en FORTRAN, la version la plus récente, écrite par Mark Allen, est en C++ et fonctionne sur un PC sous Windows. Pour une description plus technique, voir M. Overton, « Computer analysis of probate inventories : from portable micro to mainframe », D. Hopkin et P. Denley (éd.), History and Computing, 1987, Manchester, Manchester University Press, p. 96-104 ; M. Overton, « Computer standardization of probate inventories », J.-P. Genet (éd.), Standardisation et échange des bases de données historiques, Paris, CNRS, p. 145-151 ; et M. Overton, « A computer management system for probate inventories », History and Computing, 1995, vol. 8, p. 10-17.

16 M. Overton, « Probate inventories and the reconstruction of agrarian landscapes », M. Reed (éd.), Discovering past landscapes, Londres, Croom Helm, 1984, p. 167-194 ; M. Overton, « English probate inventories and the measurement of agricultural change », art. cité, 1980.

17 M. Overton, « The diffusion of agricultural innovations in early modern England : turnips and clover in Norfolk and Suffolk, 1580-1740 », Transactions of the Institute of British Geographers, new series, 1985, vol. 10, p. 205-221, publié à nouveau in J. A. Chartres (éd.), Pre-industrial Britain, Oxford, Blackwell, p. 123-139 ; M. Overton, « Weather and agricultural change in England, 1660-1739 », Agricultural History, 1989, vol. 63, p. 77-88.

18 B. M. S. Campbell et M. Overton, « A new perspective on medieval and early modern agriculture : six centuries of Norfolk farming, c. 1250-c. 1850 », Past & Present, 1993, n° 141, p. 38-105.

19 J. A. Yelling, « Probate inventories and the geography of livestock farming : a study of East Worcestershire, 1540-1750 », Transactions of the Institute of British Geographers, new series, 1970, n° 51, p. 111-126 ; M. Overton et B. M. S. Campbell, « Norfolk livestock farming, 1250-1740 : a comparative study of manorial accounts and probate inventories », Journal of Historical Geography, 1992, vol. 18, p. 377-396.

20 M. Overton, « Agricultural regions in early modern England : an example from East Anglia », University of Newcastle upon Tyne, Department of Geography, Seminar Paper, 1983, n° 43, 1983 ; M. Overton, Agricultural revolution in England : the transformation of the agrarian economy, 1500-1850, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p. 54-55.

21 M. Overton, « Prices from probate inventories », Arkell, Evans et Goose, When death…, op. cit., p. 120-143.

22 M. Overton, « Re-establishing the agricultural revolution », Agricultural History Review, 1996, vol. 44, p. 13-14.

23 M. Overton, « Estimating crop yields from probate inventories : an example from East Anglia, 1585-1735 », Journal of Economic History, 1979, vol. 39, p. 363-378 ; R. C. Allen, « Inferring yields from probate inventories », Journal of Economic History, 1988, vol. 48, p. 117-125 ; M. Overton, « Re-estimating crop yields from probate inventories », Journal of Economic History, 50, 1990, p. 931-935 ; M. Overton, « The determinants of land productivity in early modern England », B. M. S. Campbell and M. Overton (éd.), Land, labour and livestock : historical studies in European agricultural productivity, Manchester, Manchester University Press, 1991, p. 284-322 ; P. Glennie, « Measuring crop yields in early modern England », Campbell et Overton, Land, labour and live-stock, p. 255-283.

24 Overton, Whittle, Dean et Hann, Routledge, 2004, chap. 4.

25 P. Glennie, « Distinguishing men’s trades’ : occupation sources and debates from pre census England », Historical Geography Research Series, n° 25, 1990.

26 J. de Vries, « Between purchasing power and the world of goods : understanding the household economy in early modern Europe », J. Brewer et R. Porter (éd.), Consumption and the World of Goods, Londres, Routledge, 1993, p. 85-132 ; J. de Vries, « The industrial revolution and the industrious revolution », Journal of Economic History, 1994, vol. 54, p. 249-270.

27 J. Thirsk, « Industries in the countryside », F. J. Fisher (éd.), Essays in the economic and social history of Tudor and Stuart England in honour of R. H. Tawney, Cambridge, Cambridge University Press, 1961, p. 70-88, rééd. in J. Thirsk, The rural economy of England : collected essays, 1984, Londres, Hambledon, p. 217-234 ; N. Davie, « Chalk and cheese ? “Fielden” and “Forest” communities in early modern England », Journal of Historical Sociology, 1991, vol. 4, 1-31 ; Overton, Agricultural revolution, p. 46-62.

28 L’article qui a ouvert la voie est celui de J. de Vries, « Peasant demand patterns and economic development : Friesland, 1500-1750 », W. N. Parker et E. L. Jones (éd.), European peasants and their markets, Princeton, Princeton University Press, p. 205-266. Pour l’Angleterre, voir L. Weatherill, Consumer behaviour and material culture in England, 1660-1760, Londres, Routledge, 1988. Parmi les autres études : L. G. Carr et L. S. Walsh, « Changing lifestyles and consumer behavior in the Colonial Chesapeake », C. Carson, R. Hoffman et P. J. Albert (éd.), Of consuming interests : the style of life in the eighteenth century, Charlottesville, VA : Virginia University Press, 1994, p. 59-166 ; A. J. Schuurman, Materiële cultuur en levensstijl, Wageningen, A. A. G. Bijdragen, n° 30, 1989.

29 Overton, Whittle, Dean et Hann, chap. 5 et 6.

Notes de fin

1 Traduction Nadine Vivier.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. – Répartition des inventaires selon quatre catégories d’exploitations (en pourcentage du nombre total des inventaires dépouillés).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22540/img-1.png
Fichier image/png, 10k
Légende Tableau 2. – Présence des activités secondaires en Cornouailles et Kent, 1600-1749 (en pourcentage du nombre total des inventaires dépouillés).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22540/img-2.png
Fichier image/png, 7,2k
Légende Tableau 3. – Fermiers pratiquant une agriculture commerciale et engagés dans une autre activité, Kent et Cornouailles, 1600-1749 (en pourcentages du nombre total des inventaires dépouillés).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22540/img-3.png
Fichier image/png, 8,2k
Légende Tableau 4. – Artisans se livrant aussi à une activité agricole dans le Kent, 1600-1749 (en pourcentage du nombre des inventaires).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22540/img-4.png
Fichier image/png, 8,2k
Légende Tableau 5. – Possession d’objets selon les activités secondaires, Cornouailles et Kent, 1600-1749 (en pourcentages).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22540/img-5.png
Fichier image/png, 12k

Auteur

Université d’Exeter

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540