Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ruralité française et britannique, XIIIe-XXe siècles

 | 
Nadine Vivier

Troisième partie. La production agricole à partir des inventaires après décès (XIIIe-XVIIIe siècle) : à la recherche des facteurs du changement

Introduction

Didier Boisson

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le thème choisi pour cette dernière partie est la recherche des facteurs de changement dans la production agricole à partir de l’étude des inventaires après décès. Trois communications permettent d’éclairer cette question. Phillipp Schofield s’intéresse tout d’abord à l’intestat et aux testaments paysans en Angleterre et au pays de Galles au xiiie siècle et au début du xive siècle. Il démontre que les testaments, en tant qu’actes légaux, sont plus répandus que ne l’ont écrit certains historiens britanniques, même s’il existe peu de preuves écrites. En effet, les seigneurs anglais et gallois, laïcs et ecclésiastiques (comme l’abbaye du Bec) veulent s’emparer des héritages de leurs tenanciers libres ou non libres. Les sources judiciaires des différents tribunaux prouvent que les seigneurs revendiquent les biens des intestats, c’est-à-dire les biens des paysans décédés sans avoir rédigé de testament. L’intestat semble naître surtout par une mort soudaine du paysan et les héritiers présomptifs doivent alors fournir la preuve que le défunt a testé, même oralement, sinon les biens sont confisqués au profit du seigneur : par exemple, en 1342, à Dogfeiling, le témoignage du curé devant le tribunal suffit pour que l’accusation d’intestat soit abandonnée. Ainsi, ces visées seigneuriales ont-elles pu décourager la pratique de l’intestat. Un deuxième point prouve la pratique du testament, c’est le rôle des exécuteurs testamentaires qui doivent s’occuper des biens du défunt, c’est-à-dire à la fois payer ses dettes, percevoir ses créances et distribuer aux héritiers les biens restants, le règlement des dettes précédant toujours le partage entre héritiers. Ainsi, dans les tribunaux des cours manoriales, des procès impliquent régulièrement exécuteurs testamentaires et héritiers, débiteurs ou créanciers à la mort d’un tenancier. Ces différents éléments laissent donc à penser que l’acte de tester était courant dans les seigneuries d’Angleterre et des Marches galloises aux xiiie et xive siècles.

2Les deux communications suivantes étudient l’inventaire après décès en France (Dominique Rosselle) et en Angleterre (Mark Overton) du xvie au xviiie siècle. En France, le développement de la pratique de l’inventaire après décès est lié au rôle de plus en plus important du droit privé et « d’un acteur spécifique du droit », le notaire. Toutefois, le droit familial demeure tout au long de l’Ancien Régime une activité secondaire des notaires, ne représentant que quelque 15 % des actes, dont 10 % d’inventaires après décès. Cette faible part s’explique par le fait que l’inventaire est une pratique facultative : le testament, la donation ou le seing privé peuvent être utilisés à sa place. En revanche, en Angleterre, c’est la loi de 1529 qui « rétablit la pratique selon laquelle les exécuteurs testamentaires avaient le devoir de produire un inventaire au moment de l’homologation du testament » afin surtout de faciliter le partage des biens et de définir les redevances à verser pour les successions. C’est ainsi un acte notarié courant, plus de deux millions ont dû être rédigés entre le milieu du xvie siècle et celui du xviiie siècle. Pour les historiens, ces énumérations, descriptions et estimations des biens d’un défunt présentent des lacunes : terres, bâtiments, arbres ou herbe des prairies sont exclus car ce ne sont pas des biens meubles. D. Rosselle souligne aussi l’exclusion des « biens propres » de la prisée, la sous-estimation de la valeur des biens inventoriés, la fraude ou la non-prise en compte de certains biens (réserves alimentaires, vêtements des mineurs ou objets courants de faible valeur). En Angleterre, de nombreux inventaires sont imprécis : des quantités non données, des descriptions trop générales (« céréales », « bovins ») et l’impossibilité d’estimer les terres cultivées avec l’introduction des cultures dérobées.

3À partir d’un traitement informatique d’inventaires après décès du Kent et de Cornouailles, M. Overton propose d’étudier les données agricoles, l’accès à la terre, les emplois annexes et la culture matérielle. Quatre données agricoles peuvent être relevées : la présence ou l’absence d’un produit, sa qualité, sa valeur, son estimation ou son prix. Cela permet, entre autres, de calculer la valeur des récoltes, le prix des produits agricoles ou la densité du bétail. L’accès à la terre permet de dégager quatre catégories de paysans : les cottagers qui n’ont ni terre ni droit de pâturage (moins de 5 % des inventaires), les petits propriétaires qui ont en revanche des droits de pâturage mais pas de terre cultivée, les grandes fermes pastorales (de 5 à 10 %), comportant une activité commerciale notable mais sans indication de terres cultivées, et enfin les exploitations consacrées aux cultures, forme la plus répandue dans les deux régions, même si elle connaît un certain recul en Cornouailles. Beaucoup de paysans exercent plusieurs activités, mais les inventaires sous-estiment certaines d’entre elles car elles nécessitent peu de matériel. Cet aspect de la question permet de souligner d’importantes différences régionales, les fermiers du Kent pratiquant plus souvent d’autres activités que ceux de Cornouailles. Enfin, la culture matérielle, aspect le plus classique des études des inventaires après décès, est possible par l’étude de la fréquence des objets, tout particulièrement ceux qui se répandent au xviiie siècle (objets destinés à la consommation du thé et du café, miroirs, sièges…). Ainsi l’auteur conclut que le Kent s’enrichit plus que la Cornouailles et que l’intensité des contacts facilite l’introduction des nouveautés.

4« Source fiable », « document précieux », l’inventaire après décès demeure une source majeure pour la connaissance aussi bien de l’activité agricole, de la culture matérielle que du niveau socioculturel des individus en France et en Angleterre.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540