Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ruralité française et britannique, XIIIe-XXe siècles

 | 
Nadine Vivier

Deuxième partie. Rapports à la terre et différenciation sociale au village (XVIe-XVIIIe siècle)

La disparition du petit fermier anglais : quel fut le rôle des seigneurs et des marchés ?

Richard W. Hoyle

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Traduction Nadine Vivier.

1Note portant sur l'auteur1

  • 2 Cf. l’exposé classique de R. Brenner, « Agrarian class structure and economic development in prein (...)
  • 3 Arthur Young, Travels during the years 1787, 1788 and 1789… of the kingdom of France, 1792, p. 397 (...)
  • 4 Cf. l’exposé des historiens anglophones J. P. Cooper, « In search of Agrarian Capitalism », Aston (...)
  • 5 Voir dans la définition donnée dans l’introduction de John Broad.
  • 6 Beckett a résumé la situation du milieu du xixe siècle : « Les grandes fermes (de plus de 500 acre (...)
  • 7 J. Mokyr, Why Ireland starved, 1985, p. 19.

2Une longue tradition de pensée voit dans la taille des exploitations une des différences majeures entre l’Angleterre et la France. Ce critère est significatif puisque l’on considère que les grandes fermes obtiennent des rendements et une productivité meilleurs que ceux des petites. En réduisant aux traits les plus caractéristiques, on oppose du côté anglais, des exploitants « capitalistes », tournés vers le marché et la recherche du profit, utilisant du travail salarié, et du côté français des paysans pratiquant une agriculture de subsistance à l’aide d’une main-d’œuvre familiale. L’interprétation marxiste, dont la plus récente et argumentée est celle de Brenner, ajoute un autre point de comparaison : les tenanciers anglais n’ont que de faibles droits sur la terre qu’ils détiennent par baux, et de plus en plus par contrats annuels, alors que les paysans français ont obtenu des droits reconnus2. Cette opinion remonte, sous diverses formes, aux agronomes anglais du xviiie siècle, tel Arthur Young3. Évidemment, le contraste n’est pas aussi systématique, nous savons bien qu’il existe de grandes fermes capitalistes en France4, et que l’Angleterre n’est pas uniformément un pays de grandes fermes, les petites fermes familiales des freeholders5 survivent dans le Nord et l’Ouest du pays jusque très avant dans le xviiie siècle6. De plus, si nous étendons notre regard à l’ensemble des îles Britanniques, encore au milieu du xixe siècle, les grandes fermes des plaines anglaises sont plus un phénomène régional qu’une caractéristique générale. Ainsi un peu moins de 30 % des fermes irlandaises avaient moins de 5 acres en 1848, situation plus mauvaise qu’un siècle plus tôt7. De même, on ne peut pas dire que tous les fermiers anglais détenaient leur terre de façon précaire : nombreux étaient ceux qui avaient un statut de freehold ou évoluant en ce sens.

  • 8 Christopher Dyer, Making a living in the Middle Ages. The people of Britain, 850-1520, 2002, p. 35 (...)
  • 9 L. A. Parker, « The agrarian revolution at Cotesbach, 1501-1612 », W. G. Hoskins (éd.), Studies in (...)
  • 10 D. S. Reid, The Durham Crown Lordships in the sixteenth and seventeenth centuries and the aftermat (...)
  • 11 Dans un article à paraître dans Agricultural History Review, Liz Griffiths montre comment, dans la (...)

3La naissance des grandes fermes a été relativement peu étudiée, et tout particulièrement ses mécanismes. Ce qui est certain, c’est qu’elle ne résulte pas de la coercition seigneuriale. Nous savons que des seigneurs anglais (peut-être faudrait-il dire britanniques) ont effectivement, à certaines périodes, chassé des tenanciers pour constituer de plus grandes unités. Ce fut certainement le cas dans de quelques régions circonscrites d’Écosse au début du xixe siècle (c’est le phénomène des « clearances ») ; des régions d’Irlande connaissent, après la famine, un phénomène similaire qui constitue une part essentielle du processus d’éviction des pauvres de la terre. Il est possible que cette intervention seigneuriale ait parfois eu lieu lors des dernières étapes de la dépopulation rurale de l’Angleterre du xve siècle, mais on ne croit plus que l’éviction délibérée des tenanciers ait été un facteur important d’abandon des villages et des campagnes à la fin du Moyen Âge8. De nombreux facteurs vont à l’encontre de cette idée de seigneurs prenant l’initiative de créer de grandes fermes aux xviie et xviiie siècles. Parmi eux, le fait que beaucoup de tenanciers avaient sur leurs terres des droits de propriété, soit un droit coutumier, soit une tenure à bail, qui ne pouvaient être facilement supprimés ou ignorés. Certes, les tenanciers pouvaient être congédiés à l’expiration de leur bail et en un petit nombre d’autres circonstances, mais la liberté du seigneur à redessiner son domaine était limitée par des facteurs institutionnels. Prenons l’exemple des enclosures. Le rythme de l’enclosure de Cotesbach, en 1603, est déterminé par l’arrivée à expiration des baux des tenanciers. Le lord lève les autres obstacles en achetant les droits des freeholders, à un prix exorbitant dans un cas9. L’enclosure du domaine de Long Newton, proposée par le seigneur Sir Henry Vane au milieu des années 1630, fut différée par l’opposition des tenanciers. Dans les vingt années qui suivirent, il racheta une partie des baux et l’enclosure s’acheva en 1650 quand les autres baux arrivèrent à terme10. Excepté pour les enclosures, les seigneurs anglais s’intéressaient peu à la gestion du domaine. Ils déléguaient l’administration quotidienne à des régisseurs qui collectaient les loyers ; ils n’avaient pas, pour la plupart, une approche entrepreneuriale, et ne voulaient pas assumer l’exploitation eux-mêmes11. Les seigneurs étaient riches d’un capital foncier mais ils manquaient de fonds de roulement. C’est pourquoi le facteur déterminant de la naissance des grandes fermes fut la disponibilité des fermiers en fonds de roulement et leur capacité de gestionnaire à rendre une grande ferme rentable. Il est frappant qu’une partie des terres nouvellement encloses, aussi bien à Cotesbach qu’à Long Newton soient restées inoccupées faute de tenancier valable. Le changement agraire dépendait de ces individus : qui étaient-ils, d’où venaient-ils ? c’est un grand mystère.

4Dans cet article, nous envisagerons trois questions, séparées mais liées, certaines pouvant être plus approfondies que d’autres. La première est la disparition du petit propriétaire, j’entends par ce terme celui qui détient les droits de freehold sur la terre. Toutefois quelques formes de droit coutumier peuvent être traitées comme des formes de freehold, au moins à partir de 1600 : des copyholders, grâce à leur droit à acheter et vendre leur fonds en échange de rentes fixes ou d’un pas de porte, pouvaient faire valoir leurs terres directement ou en fermage. Il est donc impossible de dissocier complètement la disparition du petit propriétaire de notre deuxième question, la disparition du petit fermier. Et ceci nous amène à la troisième question que nous aimerions traiter : la naissance de grandes exploitations qui, elle-même, dépend d’autres questions, telles que la demande du marché et l’offre de main-d’œuvre. Mais cet aspect reste si problématique et si peu exploré par la recherche anglaise que nous proposons de le laisser de côté après avoir mentionné que ce devrait être un sujet de recherches futures.

5La thèse soutenue dans cet article est celle d’une disparition du petit exploitant et son corollaire, la naissance de grandes fermes (toujours plus grandes) comme résultant de la confrontation des fermiers anglais – freeholders ou tenanciers – à un marché qui leur était défavorable. C’est précisément parce qu’ils pratiquaient une agriculture commerciale et non pas de subsistance que les plus petits fermiers, à chaque génération, étaient prédisposés à disparaître, et leurs terres étaient absorbées par de plus gros tenanciers qui survivaient grâce à des économies d’échelle et des productions toujours plus spécialisées destinées au marché.

6La fin du xviie siècle est marquée par des périodes de baisse des revenus, ce qui réduit les profits des fermiers. Les seigneurs ont du mal à maintenir les loyers au niveau de ceux des années 1660. Après une période de relative prospérité, de nouveau les années 1730-1750 sont difficiles. Les seigneurs ont alors préféré aider leurs tenanciers pour les retenir car il n’est pas facile de trouver de bons tenanciers ayant des capitaux en ces temps durs. Ils pouvaient aussi les autoriser à accumuler les arriérés en réduisant les fermages ou en finançant des améliorations dans l’exploitation. Car les seigneurs voulaient éviter de gérer eux mêmes leurs terres : ils n’avaient ni le capital ni le savoir technique. La situation des petits fermiers en freehold a dû être particulièrement difficile : quoiqu’ils aient payé de faibles loyers, ils n’ont pas eu le soutien du seigneur qui aurait dû leur accorder les terres qui se libéraient ou leur prêter l’argent pour les améliorations.

L’agrandissement de la taille des fermes

Travaux menés à partir des sources fiscales

  • 12 La bibliographie jusque vers 1990 est recensée dans J. V. Beckett, « The decline of the small land (...)
  • 13 M. Turner et D. Mills (éd.), Land and Property : the English Land tax, 1692-1832, 1985 ; D. E. Gin (...)
  • 14 R. C. Allen, Enclosure and the yeomen, 1992, chap. 5. Les comtés étudiés sont le Bedfordshire, Buc (...)

7La nature des sources documentaires explique que les recherches, en Angleterre, n’aient pas été plus poussées sur ces questions12. Alors que le Grand Contrat de 1610 – un essai pour donner une nouvelle dimension aux finances de l’État – envisageait un impôt foncier fondé sur un cadastre national, les taxes foncières sont restées rudimentaires aux xviie et xviiie siècles. C’est une différence majeure avec la France. Il y eut bien un impôt foncier national à partir de 1692 mais les relevés de cet impôt promettent en réalité bien plus qu’ils ne peuvent nous donner. D’une part, il était réparti et prélevé au sein de chaque village selon des principes définis par le droit coutumier. Les essais pour déduire la superficie à partir de la cote foncière ont largement échoué. De plus, les cotes foncières ne sont pas centralisées avant la nouvelle loi électorale de 1780 où elles passent entre les mains du juge de paix. Mais à partir de 1798, le gouvernement vend la valeur capitale de la taxe foncière pour faire face aux budgets de guerre, et après cette date, les déclarations des paroisses et des villes deviennent de moins en moins complètes puisque des particuliers sont « redimés » de cet impôt. Le point positif de ces déclarations est qu’elles donnent le nom du propriétaire et celui du tenancier et normalement, on a toutes les fermes qui constituent le domaine. On a beaucoup travaillé sur ces déclarations et les résultats ont été décevants13. Robert Allen les a étudiés pour 636 villages dans huit comtés14 des Midlands du sud vers 1780 ; par une méthode simple, il a obtenu une approche de la répartition des exploitations, qui est donnée dans les tableaux 1 et 2. Comme il cherchait surtout à expliquer la signification des enclosures dans les transformations économiques, il a classé ses données selon la date d’enclosure de chaque paroisse. Ce sont les résultats globaux qui nous intéressent. Selon ses calculs, 77 % de la superficie appartiennent à des unités de 100 acres ou plus : 15 % de 500 acres ou plus et 5 % de 1 000 acres ou plus. Évidemment, le nombre de ces unités est assez faible. Seulement 22,7 % des tenanciers ont 100 acres ou plus. Le nombre total des tenanciers de plus de 1 000 acres n’est que de 29, soit 0,2 % du nombre total de fermes. Ce ne sont que des chiffres approximatifs, mais ils donnent certainement un ordre de grandeur et montrent de façon convaincante qu’il existait un nombre important de grandes fermes dans le dernier quart du xviiie siècle.

Les données des archives des grands domaines

  • 15 Il y a encore d’autres sources comme les registres des taxes paroissiales, mais leur conservation (...)
  • 16 J. Broad, « The fate of the Midland yeoman : tenants, copyholders and freeholders as farmers in no (...)
  • 17 Cette idée des villages « ouverts » ou « fermés » a joué un grand rôle dans l’historiographie angl (...)

8Rechercher l’origine de ces grandes fermes est très difficile. Faute de sources fiscales nationales, deux autres catégories de sources sont utilisées, toutes deux ayant des inconvénients connus15. Les premières sont les archives de domaines comprenant les rentals, liste des tenanciers avec le montant de leurs baux et la superficie louée, et les surveys ou plans terriers. Elles ne sont pas représentatives de l’ensemble du territoire. Les historiens reconnaissent, en accord avec les travaux des commentateurs du xixe siècle, qu’il existe une différence croissante entre les villages « ouverts » et « fermés ». Les villages ouverts ont leurs terres divisées entre un assez grand nombre de propriétaires alors que les villages fermés voient leur propriété concentrée entre les mains d’un ou deux personnages dominants. Ces deux types de villages ont progressivement différencié leurs caractéristiques : les villages ouverts attiraient les migrants, développaient le commerce de détail et l’industrie, ils étaient souvent considérés comme pauvres, populeux, indisciplinés ; au contraire les villages fermés connurent un lent processus de dépeuplement. John Broad a attiré l’attention sur les deux villages de Steeple Claydon et Middle Claydon dans le Buckinghamshire. Steeple Clayton, village ouvert, a doublé sa population (de 300 à 646) au xviie siècle, alors que Steeple Claydon, village fermé, passait de 250 à 102 habitants16. En réalité, les villages ouverts servaient aux communautés fermées : dans le modèle classique, la main-d’œuvre travaillant dans les villages fermés résidait dans les villages ouverts qui, de plus, fournissaient un large choix de services, des boutiques et commerces, des forgerons jusqu’aux pubs et aux chapelles non conformistes, à leurs voisins des villages fermés (car ceux-ci étaient majoritairement anglicans). Mais ces villages ouverts avaient la charge de leurs pauvres, même si ceux-là avaient eu toute leur vie active dans le village fermé voisin ; cette dichotomie des deux types de villages était utilisée par les fermiers employeurs pour maintenir de faibles coûts d’aide aux pauvres et s’en décharger sur les communautés voisines17. Le nombre des villages fermés a certainement augmenté au xviiie siècle car les seigneurs et des investisseurs d’origine commerciale ont acheté des terres dans les villages auparavant ouverts. L’utilisation des archives des domaines pour mesurer la taille des exploitations peut nous renvoyer à une situation économique et sociale bien particulière.

Naissance des grandes fermes dans le sud des Midlands

  • 18 Allen, Enclosure and the yeoman, p. 95-101.
  • 19 Goodare a souligné le fait que les exploitations de cette taille étaient jugées beaucoup trop gran (...)

9Allen a exploité aussi les archives des domaines afin de mieux comprendre la naissance des grandes exploitations dans le sud des Midlands18. Les tableaux 3 et 4 donnent la répartition des fermes selon leur superficie à trois dates. Les plans terriers ont été sélectionnés pour trois grandes périodes : au début du xviie siècle, au début du xviiie siècle et vers 1800. Allen distingue encore dans ses données entre les villages ouverts et fermés. Il apparaît nettement que dans les données du début du xviie siècle, 80 % des terres sont en openfield, vers 1800 cette proportion a diminué de moitié. Les chiffres du début du xviie siècle sont un peu brouillés par l’existence d’une seule grande exploitation de près de 2 000 acres ; et nous notons qu’il n’y a rien de tel en 1800. Il s’agit sans doute d’un élevage de moutons19. Ceci mis à part, 56 % des terres relevées dans ces plans terriers du début du xviie siècle sont exploitées dans des unités de moins de 100 acres. Un siècle plus tard, ce pourcentage est tombé à 42 %, et encore un siècle plus tard à 15 %. Le nombre des fermes d’une superficie de moins de 100 acres diminue d’une façon analogue, mais puisqu’elles sont petites, la chute est moins frappante : de 86 % à 75 % puis 42 %. Si nous regardons maintenant, à l’autre extrémité du tableau, les fermes de plus de 200 acres représentent 24,6 % (chiffre trompeur comme je l’ai suggéré) au début du xviie siècle, 16,2 % dans l’enquête par sondages du début du xviiie siècle et 58,9 % vers 1800. En nombre d’exploitations, elles passent de 3,7 % du nombre total à 3,9 % un siècle plus tard et 28,6 % vers 1800. Il y a donc eu un changement important dans les terres affermées, un passage de fermes assez petites vers des unités nettement plus grandes. On peut avoir un regard un peu différent en considérant la superficie des fermes aux trois dates. Au début du xviie siècle, la plus importante des catégories est composée de fermes de 60-100 acres, un siècle plus tard, ce sont des fermes de 100-200 acres et encore un siècle plus tard, ce sont, de peu, celles de 200300 acres. Si on prend le nombre des exploitations, celles de 30-60 étaient les plus nombreuses au début du xviie siècle, elles le restent encore de peu un siècle plus tard, mais vers 1800, il y a plus de fermes de 100-200 acres que dans aucune autre catégorie.

  • 20 R. Wordie, « Social change on the Leveson-Gower estates, 1714-1832 », Economic History Review, 27, (...)

10Ceci ne fut pas un phénomène des seuls Midlands, bien d’autres études décrivent ceci dans tout le pays. Wordie, dans un article classique sur les domaines de Leveson-Gower20 a montré que, à Trenham dans le Staffordshire, la proportion du domaine louée en fermes de plus de 200 acres augmentait de 20,9 % en 1714 à 37,5 % en 1779 et 44,5 % en 1833 (tableau 5). Sur le domaine de Lilleshall (Staffordshire aussi) détenu par la même famille, la proportion s’élevait de 7,8 % en 1720 à 29,8 % en 1759 puis 56,0 % en 1813 et 66,3 % en 1829. Et dans leur manoir de Stittenham dans le Yorkshire, la proportion était de 33,4 % en 1716, à peu près la même en 1759, puis 55,0 % en 1807.

11Les chiffres d’Allen, tout comme ceux de Wordie et d’autres historiens, montrent que la taille des fermes louées s’accroît au cours de ces deux siècles. Il serait faux de dire que les petites fermes avaient disparu en 1800, leur nombre a même augmenté dans les domaines des Leveson-Gower. Ce qui est important, c’est le changement qui s’opère dans la distribution des fermes louées, s’orientant vers un petit nombre de fermes de plus grande superficie. La question importante est : comment et pourquoi naissent ces fermes ? Allen tend à accorder un rôle prééminent aux seigneurs, nous ne partageons pas cet avis.

La concentration de la propriété

Les archives des justices seigneuriales

  • 21 H. R. French et R. W. Hoyle, « The land market of a Pennine manor : Slaidburn, 1650-1780 », Contin (...)

12L’autre source documentaire utilisée est celle des justices seigneuriales : là où les terres de la seigneurie sont tenues en copyhold, elles donnent une vue des changements dans la distribution des terres au fil du temps. Le copyhold est une forme de tenure coutumière où le tenancier a le droit de vendre librement et d’hériter. À terme, le lord est réduit au rôle de rentier de son domaine : il reçoit des rentes annuelles fixes et des droits de mutation qu’il a lui-même fixés. Tous ces transferts doivent être enregistrés par devant le tribunal seigneurial, ainsi les archives de la cour manoriale jouent le rôle d’un registre des transactions foncières au sein du manoir. Nous pouvons présenter ici les résultats de l’étude de deux registres, l’un de Slaidburn dans la chaîne Pennine du Yorkshire, une situation en altitude, et l’autre de Earls Colne dans le nord de l’Essex, un village aux limites de l’influence londonienne. Les données, les sources et méthodes des archives de Slaidborn ont été décrites dans un article, et ceux de Earls Colne sont en cours de publication21. Earls Colne est un village unique ; en revanche, le manoir de Slaidburn comprend quatre villages inclus dans une seule structure seigneuriale. Ces manoirs ont un caractère commun : l’intérêt du seigneur n’est dominant dans aucun de ces villages au xviie siècle. Nous avons ici des communautés de copyholders, de yeomen qui possèdent des droits stables sur leur terre, y compris le droit de vendre et d’hériter comme nous l’avons déjà noté. Le seigneur n’avait donc pas un intérêt direct à la fusion des fermes en plus grandes unités. Toutefois, l’écueil de ces sources est d’être fondamentalement des enregistrements de la propriété, elles ne nous renseignent pas réellement sur l’exploitation des terres. Mais les forces économiques agissant sur les petits tenanciers qui sont aussi exploitants, sont les mêmes, je pense, que celles auxquelles sont confrontés tous les fermiers.

13Pour le manoir de Slaidburn, nous possédons les données sur les rentes de deux des quatre villages (Slaidburn et Newton-on-Bowland) pour plusieurs dates entre 1665 environ et 1780. La répartition des terres soumises à des rentes en substitution de fermages, est présentée dans le tableau 6. Il apparaît tout d’abord que le nombre de tenanciers par copyhold est réduit de 60 % en 130 ans. Cette baisse est particulièrement forte parmi les plus petites catégories. On compte 143 personnes qui détiennent une terre moyennant une rente inférieure à 10 shillings vers 1665, mais seulement 41 en 1780. Inversement, aucun tenancier ne paie plus de 5 livres de rente avant 1716, cette année-là on en compte deux et en 1780 quatre. Ce que nous voyons, ce ne sont pas les créations de grandes fermes mais celles de domaines, l’émergence de quelques individus qui acquièrent, par l’achat, les terres de leurs voisins. Une forte proportion des terres qu’ils acquièrent était entre les mains de tenanciers. Nous ne pouvons pas déduire directement de ce fait que la taille des unités de production s’est accrue dans les mêmes proportions. Ce que nous pouvons dire, c’est que la propriété des terres change de façon très importante dans les 130 ans qui précèdent la Restauration. Ceci est résumé dans le tableau 7. Dans les deux bourgs, les trois quarts de la propriété étaient détenus par des tenanciers qui payaient moins de 2 livres de rente vers 1665 ; en 1780 la proportion est inversée et 75 % des rentes sont dues par des tenanciers qui paient plus de 2 livres. La propriété s’est concentrée en un plus petit nombre de mains.

14Sur une période de 115 ans, le nombre des tenanciers cités dans les listes de redevances tombe de 205 à 81. C’est une perte moyenne d’un tenancier par an sur toute la période, mais cette perte ne fut pas régulière. De 1665 à 1687, la diminution est de 1,7 tenancier par an, puis 1,4 par an entre 1687 et 1716. Ensuite cette perte moyenne faiblit (1716-1730, 0,5 tenanciers par an, 1744-1780, 0,4) avant de remonter à 1,6 par an en 1730-1744. De façon grossière, ceci illustre les moments de difficulté économique au sein de la seigneurie : la fin du xviie siècle d’une part, et le début des années 1740 sont marqués par un haut niveau des arriérés de redevances dans le domaine voisin de Lister.

La base de données sur les transactions foncières à Slaidburn

  • 22 On trouve la présentation des données sur les redevances dans French et Hoyle, « Land market of a (...)

15Ces chiffres sont confirmés dans leurs grandes lignes, par ceux des redevances, réunies dans notre base de données des transactions foncières dans les quatre villages22. Bien que ce traitement informatique ne soit pas dépourvu de problèmes, il montre la diversité des expériences. À Slaidburn et Newton, le nombre des tenanciers diminue de façon importante entre 1650 et 1780 (de 80 à 39 à Newton, et de 185 à 78 à Slaidburn). Les copyholders détenant 20 à 50 acres, pivots de ces communautés au xviie siècle, voient leur nombre tomber de 15 en 1650 à 7 en 1775 à Newton, et de 34 à 8 à Slaidburn. Le nombre des tenanciers ayant plus de 50 acres ne change pas beaucoup, mais la part des terres qu’ils détiennent augmente, de 37,6 % à 75,5 % pour Newton et de 25,5 % à 77,4 % pour Slaidburn. À Grindleton, un bourg pour lequel nous ne disposons pas des rentals aux mêmes dates, nous retrouvons encore cette chute persistante du nombre des tenanciers (203 en 1650 et 119 en 1775), mais ceux qui possèdent des fermes de 20 à 50 acres sont stables (22 en 1650 aussi bien qu’en 1775). Pour cette raison, la possibilité de constituer de grandes fermes est réduite : les copyholders ayant plus de 50 acres détiennent 22 % des terres en 1650, et seulement 37 % en 1775. Le plus petit bourg de West Bradford connaît moins de transformations, sans doute parce que les exploitations étaient déjà relativement concentrées en 1650.

16Nous pouvons tirer deux grandes conclusions de ces chiffres. Tout d’abord, il y eut réduction du nombre des tenanciers, en particulier des petits, et une concentration de superficies importantes entre les mains d’une poignée d’individus ayant plus de 50 acres.

  • 23 La présentation de Earls Colne se trouve dans French et Hoyle, « English Individualism refuted » ; (...)

17La chute du nombre de copyholders ayant 20 à 50 acres est nette à Slaidburn et Newton mais non à Grindleton. Il y a eu, à des degrés divers, concentration des terres entre les mains de quelques individus. Seconde conclusion, ceci n’est pas dû aux seigneurs. Nous nous intéressons ici aux copyholds et nous constatons, non une évolution directe, mais les opérations du marché foncier. À chaque génération, les plus petits copyholders étaient susceptibles de vendre leurs terres. Si nous considérons la taille, ce qui était une exploitation viable pour une génération pouvait fort bien n’être bonne qu’à la vente à la génération suivante. La comparaison des tailles des exploitations transmises par héritage et par vente nous apprend que celles vendues sont nettement plus petites que celles héritées, et que dans les deux cas, la taille tend à augmenter (tableau 8). On peut faire la même observation pour le manoir de Earls Colne et celui de Hevingham dans le Norfolk, étudié par Jane Whittle23.

Les données des hypothèques

18Le tableau 8 donne aussi le nombre des hypothèques dans la seigneurie. En général, nous manquons d’éléments précis sur les contraintes économiques dues à un marché défavorable qui pèsent sur les tenanciers. À court terme, de bas prix, une mauvaise récolte ou une épizootie pouvaient être palliés par un accroissement des dettes ou des emprunts informels à court terme. L’hypothèque était une solution extrême, elle pouvait aussi indiquer la régularisation d’une situation d’endettement chronique en convertissant des dettes informelles en droits sur la terre. Mais nous savons aussi que l’hypothèque pouvait être la garantie sur la terre nécessaire à l’emprunt par le tenancier d’un capital circulant. Aussi, les hypothèques sont-elles loin d’être un instrument parfait pour mesurer les difficultés économiques, cependant on note que le nombre des hypothèques augmente dans les périodes pour lesquelles d’autres sources montrent qu’elles sont des périodes de difficultés pour les fermiers. La taille des terres hypothéquées est assez nettement inférieure à la taille moyenne des fermes héritées et approximativement de taille identique à celle des fermes vendues. Ceci nous conduit à penser que les fermes hypothéquées et celles vendues appartiennent à ce même groupe de petits tenanciers dont les terres ne sont plus viables économiquement.

  • 24 Les détails seront publiés dans French et Hoyle, « English Individualism refuted ».

19Si nous prenons maintenant le cas de Earls Colne, le tableau des redevances trace l’histoire d’une seigneurie qui ne connaît pas de transformation majeure dans la répartition des terres durant deux siècles (tableau 9)24. Il y eut une croissance lente du nombre des tenanciers entre 1550 et 1650, puis en 1750 un retour aux chiffres du milieu du xviie siècle. Les tenanciers ayant entre 20 et 100 acres sont en nombre remarquablement constant (de 14 à 21). La surface détenue par les copyholders ayant plus de 50 acres ne descend jamais à moins de 25 % du total et ne dépasse jamais 45 %. Ceci révèle un marché foncier bien différent de celui de Slaidburn. Le processus d’ascension par lequel quelques tenanciers de Slaidburn ont absorbé leurs petits voisins, est à peine décelable à Earls Colne. Et pourtant ces tenanciers n’étaient pas autant à l’abri des souffles du marché qu’on pourrait le croire. Nous découvrons, en comparant les archives paroissiales à la base de données, qu’en 1730, sur les 41 fermes de plus de 5 acres, pas moins de 25 (soit 60 % de la surface totale des fermes) étaient en sous-location. Ceci peut être la preuve d’une période de prospérité (en 1740 et 1750, les chiffres étaient de 42-43 %). Les recherches futures confirmeront ou non ce point, mais il semble que la taille moyenne des exploitations était supérieure à la taille moyenne des propriétés, à cause des sous-locations et à cause de terres détenues par des propriétaires résidant dans les communes limitrophes et cultivées au sein de plus larges exploitations. Peut-être Earls Colne n’est-il pas resté aussi immuable qu’il semble à première vue. Malgré tout, l’histoire de Earls Colne apparaît comme celle de ce qui ne s’est pas produit. Aucun tenancier du village ne possède la fortune nécessaire pour absorber ses voisins. Le village n’a attiré personne ayant des activités dans le commerce à Londres. Autant que nous sachions, c’est un hasard si personne n’est arrivé dans ce village pour le transformer en un domaine.

Les petits tenanciers face au marché

  • 25 Charles F. Foster, Cheshire Cheese and farming in the north-west in the seventeenth and eighteenth (...)

20L’ensemble des données réunies sur Slaidburn et Earls Colne constitue la plus importante base informatique montrant les mécanismes d’un marché foncier anglais au début de l’époque moderne. Mais ce sont, par la nature de la source, des données sur les terres affermées, et il est difficile de les mettre en relation avec le modèle des fermes rentables. Et nous savons peu sur la taille des exploitations. Une approche plus économique, bien qu’assez peu quantitative, est donnée par Charles Foster dans son travail sur quelques bourgs au sud de Warrington, dans le comté de Cheshire25. Dans cette région, après 1660, s’est développé le commerce des fromages de Cheshire vers Londres. Selon Foster, les fromages ont peu à peu eu un poids standard de 20 à 24 livres, ce qui exigeait un troupeau de 10 à 12 vaches, alors qu’en 1660, le troupeau moyen n’était que de 6 vaches. Cela entraîna l’accroissement de la taille des exploitations, soit par la clôture de terrains auparavant communaux, soit par la réunion des fermes. Foster croit que ce processus a été plus rapide là où les exploitants étaient des freeholders. Il constate qu’à Crowley, les 30 fermes de 1660 sont réduites à 17 par les ventes vers 1740. Dans le cas des fermes tenues à bail, plusieurs stratégies pouvaient aboutir à l’agrandissement : ajout de terres par enclosure, départ de certains tenanciers qui vendaient ou bien sous-louaient à un voisin. Il faut donc envisager l’éviction des petits tenanciers comme le résultat de leur incapacité à réaliser des économies d’échelle ; d’autres tenanciers ont réussi à sauver leurs intérêts par la vente ou la sous-location. Foster trouve des fermiers qui s’agrandissaient en louant des terres à plusieurs lords. Les conseils donnés aux régisseurs du xviiie siècle les mettaient en garde contre cette pratique, mais elle existait sûrement à Earls Colne. Le résultat de ces stratégies fut le suivant pour Aston : en 1749, 37 baux d’une superficie moyenne de 42 acres, mais seulement 24 fermiers qui détiennent en moyenne 65 acres chacun. Pour l’ensemble du district, l’exploitation moyenne est de 15-20 acres au milieu du xviie siècle, et de 60 acres ou plus au milieu du xviiie siècle.

Conclusion

21Nous observons deux processus allant dans une seule direction jusqu’au xxe siècle : la disparition du petit propriétaire et celle du petit fermier. Les petits propriétaires, yeomen freeholders ou copyholders, disparaissent peu à peu, soit par un processus d’absorption de leurs terres par les voisins, soit par leur rachat par les grands domaines. La taille moyenne de la propriété augmente, cela se voit nettement à Slaidburn bien que le processus ne soit pas uniforme dans les quatre villages. Il en résulte la constitution ou l’agrandissement des domaines ; ce n’est qu’à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle que cette évolution s’inverse.

  • 26 Cette économie ressemblerait à ce que décrivaient récemment les journaux anglais sur le stéréotype (...)

22Le second processus est celui de la disparition du petit fermier : on la voit au xve siècle où les médiévistes montrent la croissance de la taille des exploitations dans un contexte de dépopulation rurale, on la voit encore au xvie siècle lorsque les critiques fustigent les absorptions, et cela continue les siècles suivants. À la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, il semble intéressant de diviser les grandes exploitations en de plus petites, pour des raisons sentimentales, par nostalgie du passé. Aujourd’hui, l’accroissement des superficies est considéré comme souhaitable par le gouvernement, les petites exploitations étant réputées inefficaces. Le moteur de ceci est le désir de maintenir le profit en une période de chute des prix des matières premières. Ce qui se passe aujourd’hui nous montre que cet agrandissement peut parfois aggraver la crise agraire. Ne doutons pas qu’une telle logique économique ait pu justifier les changements à l’époque moderne. Ce processus a pu être retardé là où les ménages avaient une autre source de revenus, artisanat textile ou métallurgique (couteaux ou pots), production de beurre et fromages26.

23Les seigneurs de l’époque moderne ont pu favoriser les grandes exploitations – ce n’est pas évident –, mais la demande venait des fermiers eux-mêmes. Il est possible que les lords aient suivi, ils ont entériné le processus lorsque les petites exploitations n’étaient plus viables et que les fermiers en cherchaient de plus grandes. Leur contribution peut avoir consisté en une aide aux tenanciers pour améliorer les bâtiments nécessaires à de plus grandes fermes. Les seigneurs n’ont donc pas créé les conditions favorables aux grandes exploitations. Finalement, au lieu de dire que les grandes fermes étaient plus rentables pour les tenanciers et procuraient des loyers plus élevés aux seigneurs, il vaut peut-être mieux dire que les petites fermes n’étaient pas rentables, surtout dans les mauvaises années.

Tableau 1. – Répartition des superficies exploitées selon la taille des fermes, vers 1790, dans les comtés des Midland du sud (sources : relevés de l’impôt foncier).
Source : Allen, Enclosure and the Yeoman, tableau 5.1.
EEE : villages enclos avant le milieu du xvie siècle ;
OEE : villages enclos entre le milieu du xvie s. et 1676 ;
OOE : villages enclos entre 1676 et la date du relevé de l’impôt foncier (vers 1790) ;
OOO : villages non enclos à la date du relevé.

Tableau 2. – Répartition des fermes selon leur superficie, d’après les relevés d’imposition vers 1790. Source : Allen, Enclosure and the Yeoman, tableau 5.2.
EEE : villages enclos avant le milieu du xvie siècle ;
OEE : villages enclos entre le milieu du xvie s. et 1676 ;
OOE : villages enclos entre 1676 et la date du relevé de l’impôt foncier (vers 1790) ;
OOO : villages non enclos à la date du relevé.

Tableau 3. – Superficie des fermes (source : les plans terriers).
Source : Allen, Enclosure and the Yeoman, tableau 4.4.

Tableau 4. – Répartition des fermes : leur nombre selon la superficie, à partir des plans terriers.
Source : Allen, Enclosure and the Yeoman, tableau 4.5

Tableau 5. – Répartition des exploitations sur les domaines des Leveson-Gower, dans le Staffordshire et le Yorkshire, 1714-1833. Source : Wordie, « Social change on the Leveson-Gower estates », Appendix.

24Note : les catégories utilisées dans les tableaux originaux ne sont pas pleinement satisfaisantes. En particulier, il n’est donné qu’un seul chiffre pour les exploitations de 0 à 5 acres (qu’il serait préférable de diviser), et un pourcentage pour les superficies exploitées dans les fermes de 0 à 20 acres.

Tableau 6. – La distribution des terres à Slaidburn et Newton : analyse des changements à partir des rentals, pour les années 1665-1780.

Tableau 7. – Slaidburn et Newton : pourcentage des terres possédées dans des unités soumises à un bail inférieur à £2 ou £2. Source : publié dans French et Hoyle, « Land market of a Pennine manor », article cité, tableau 3.

Tableau 8. – Les transactions foncières à Slaidburn : superficie moyenne selon les types de transactions, 1650-1770.

Tableau 9. – Earls Colne : répartition des terres selon les données des rentals traitées par ordinateur, 1550-1750.

25n = nombre ; a = superficie en acres

Notes

2 Cf. l’exposé classique de R. Brenner, « Agrarian class structure and economic development in preindustrial Europe », T. H. Aston et C. H. E. Philpin (éd.), The Brenner Debate. Agrarian class structure and economic development in pre-industrial Europe, 1985, p. 46-63.

3 Arthur Young, Travels during the years 1787, 1788 and 1789… of the kingdom of France, 1792, p. 397412 (« Of the tenantry, and the size of farms in France »).

4 Cf. l’exposé des historiens anglophones J. P. Cooper, « In search of Agrarian Capitalism », Aston et Philpin (éd.), Brenner Debate.

5 Voir dans la définition donnée dans l’introduction de John Broad.

6 Beckett a résumé la situation du milieu du xixe siècle : « Les grandes fermes (de plus de 500 acres) se trouvaient essentiellement dans le sud des Midlands, l’East Anglia et les comtés du sud, tandis que les petites fermes (100-150 acres ou moins) prédominaient dans le nord-ouest, le nord des Midlands, Galles, sud-ouest et fenlands du Lincolnshire » (J. V. Beckett, « The decline of the small landowner in eighteenth- and nineteenth-century England : some regional considerations », Agricultural History Review, 30, 1982, p. 111).

7 J. Mokyr, Why Ireland starved, 1985, p. 19.

8 Christopher Dyer, Making a living in the Middle Ages. The people of Britain, 850-1520, 2002, p. 350-352.

9 L. A. Parker, « The agrarian revolution at Cotesbach, 1501-1612 », W. G. Hoskins (éd.), Studies in Leicestershire agrarian history, 1949. Le cas de Cotesbach est réputé pour ses émeutes qui détruisirent les nouvelles clôtures en 1607.

10 D. S. Reid, The Durham Crown Lordships in the sixteenth and seventeenth centuries and the aftermath, 1990, p. 79-81, 142-147.

11 Dans un article à paraître dans Agricultural History Review, Liz Griffiths montre comment, dans la grave crise des années 1670 et 1680, certains seigneurs du Norfolk venaient en aide à leurs tenanciers par des accords de partage des récoltes et la fourniture de bétail. Vers 1690, lorsque les conditions se sont améliorées, les seigneurs se sont majoritairement retirés de toute participation active à la gestion de leur domaine. Selon elle, il s’agissait d’une « réponse à l’adversité », exceptionnelle, qui ne durait que jusqu’à ce que les tenanciers redeviennent solvables.

12 La bibliographie jusque vers 1990 est recensée dans J. V. Beckett, « The decline of the small landowner in England and Wales, 1660-1900 », F. M. L. Thompson (éd.), Landowners, capitalists and entrepreneurs, 1994.

13 M. Turner et D. Mills (éd.), Land and Property : the English Land tax, 1692-1832, 1985 ; D. E. Ginter, « Measuring the decline of the small landowner », B. A. Holderness et M. E. Turner (éd.), Land, Labour and Agriculture, 1700-1920, 1991.

14 R. C. Allen, Enclosure and the yeomen, 1992, chap. 5. Les comtés étudiés sont le Bedfordshire, Buckinghamshire, Cambridgeshire, Huntingdonshire, Oxfordshire, Northamptonshire, Leicestershire et Warwickshire.

15 Il y a encore d’autres sources comme les registres des taxes paroissiales, mais leur conservation est lacunaire.

16 J. Broad, « The fate of the Midland yeoman : tenants, copyholders and freeholders as farmers in north Buckinghamshire, 1620-1800 », Continuity and Change, 14, 1999. L’étude du Dr Broad sur ces villages doit paraître en 2004.

17 Cette idée des villages « ouverts » ou « fermés » a joué un grand rôle dans l’historiographie anglaise depuis les années 1860, bien que tous ne l’acceptent pas. Cf. la mise au point récente de B. M. Short, « The evolution of contrasting communities within rural England », Short (éd.), The English rural community ; image and analysis, 1992.

18 Allen, Enclosure and the yeoman, p. 95-101.

19 Goodare a souligné le fait que les exploitations de cette taille étaient jugées beaucoup trop grandes au début du xviie siècle et souvent divisées. J. Goodacre, The transformation of a peasant economy. Townspeople and villagers in the Lutterworth area, 1500-1700, 1994, p. 106-108.

20 R. Wordie, « Social change on the Leveson-Gower estates, 1714-1832 », Economic History Review, 27, 1974, les tableaux figurent en appendice, p. 605-607.

21 H. R. French et R. W. Hoyle, « The land market of a Pennine manor : Slaidburn, 1650-1780 », Continuity and Change, 14, 1999 ; French et Hoyle, « English Individualism refuted – and reasserted : the case of Earls Colne, 1550-1750 », à publier. Nous espérons la publication de notre ouvrage sur Earls Colne en 2004.

22 On trouve la présentation des données sur les redevances dans French et Hoyle, « Land market of a Pennine manor », tableau 4.

23 La présentation de Earls Colne se trouve dans French et Hoyle, « English Individualism refuted » ; celle de Hevingham dans J. Whittle, The development of agrarian capitalism. Land and labour in Norfolk, 1440-1580, 2000, tableaux 3.1, 3.2.

24 Les détails seront publiés dans French et Hoyle, « English Individualism refuted ».

25 Charles F. Foster, Cheshire Cheese and farming in the north-west in the seventeenth and eighteenth centuries, publ. priv., 1998, p. 9-17, 28-29 (à lire avec mon compte rendu dans Transactions of the Historic Society of Lancashire and Cheshire, 150, 2001, p. 180-182).

26 Cette économie ressemblerait à ce que décrivaient récemment les journaux anglais sur le stéréotype du « paysan » français qui maintient sa petite exploitation (donc non rentable) par un travail à l’usine ou des activités non agricoles (comme si cela n’avait jamais existé en Angleterre).

Notes de fin

1 Traduction Nadine Vivier.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. – Répartition des superficies exploitées selon la taille des fermes, vers 1790, dans les comtés des Midland du sud (sources : relevés de l’impôt foncier).Source : Allen, Enclosure and the Yeoman, tableau 5.1.EEE : villages enclos avant le milieu du xvie siècle ;OEE : villages enclos entre le milieu du xvie s. et 1676 ;OOE : villages enclos entre 1676 et la date du relevé de l’impôt foncier (vers 1790) ;OOO : villages non enclos à la date du relevé.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22531/img-1.png
Fichier image/, 11k
Légende Tableau 2. – Répartition des fermes selon leur superficie, d’après les relevés d’imposition vers 1790. Source : Allen, Enclosure and the Yeoman, tableau 5.2.EEE : villages enclos avant le milieu du xvie siècle ;OEE : villages enclos entre le milieu du xvie s. et 1676 ;OOE : villages enclos entre 1676 et la date du relevé de l’impôt foncier (vers 1790) ;OOO : villages non enclos à la date du relevé.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22531/img-2.png
Fichier image/, 8,9k
Légende Tableau 3. – Superficie des fermes (source : les plans terriers). Source : Allen, Enclosure and the Yeoman, tableau 4.4.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22531/img-3.png
Fichier image/, 22k
Légende Tableau 4. – Répartition des fermes : leur nombre selon la superficie, à partir des plans terriers.Source : Allen, Enclosure and the Yeoman, tableau 4.5
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22531/img-4.png
Fichier image/, 17k
Légende Tableau 5. – Répartition des exploitations sur les domaines des Leveson-Gower, dans le Staffordshire et le Yorkshire, 1714-1833. Source : Wordie, « Social change on the Leveson-Gower estates », Appendix.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22531/img-5.png
Fichier image/, 16k
Légende Tableau 6. – La distribution des terres à Slaidburn et Newton : analyse des changements à partir des rentals, pour les années 1665-1780.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22531/img-6.png
Fichier image/, 11k
Légende Tableau 7. – Slaidburn et Newton : pourcentage des terres possédées dans des unités soumises à un bail inférieur à £2 ou £2. Source : publié dans French et Hoyle, « Land market of a Pennine manor », article cité, tableau 3.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22531/img-7.png
Fichier image/, 5,7k
Légende Tableau 8. – Les transactions foncières à Slaidburn : superficie moyenne selon les types de transactions, 1650-1770.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22531/img-8.png
Fichier image/, 13k
Légende Tableau 9. – Earls Colne : répartition des terres selon les données des rentals traitées par ordinateur, 1550-1750.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22531/img-9.png
Fichier image/, 16k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540