Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ruralité française et britannique, XIIIe-XXe siècles

 | 
Nadine Vivier

Deuxième partie. Rapports à la terre et différenciation sociale au village (XVIe-XVIIIe siècle)

Introduction

John Broad

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Traduction Nadine Vivier.

1Note portant sur l'auteur1

2Les discours des historiens sur la paysannerie et leurs relations à la culture rurale et à la sociologie sont marqués par des racines lointaines, aussi bien en Angleterre qu’en France.

  • 2 J. V. Beckett, « The peasant in England : a case of terminological confusion », Agricultural Histo (...)

3En Angleterre, dès la fin du xixe siècle, naît la controverse sur le déclin des petits propriétaires et la disparition d’une société rurale spécifique. La population rurale déclinait alors depuis plus de trente ans et la population urbaine dépassait en nombre la population rurale depuis un demi-siècle. Dans un tel contexte, les premiers auteurs qui analysèrent le déclin des petits propriétaires avaient l’impression d’un passé en voie de disparition. Le mot « peasant », traduction la plus proche du français « paysan », avait acquis au xixe siècle une connotation de pauvreté, de mauvaise gestion et de mépris, comme l’a montré John Beckett2. Il s’appliquait à tous ceux qui tiraient leur subsistance de la terre. Nous regrettons qu’Alun Howkins ait été empêché par un cas de force majeure de nous donner sa communication sur la paysannerie anglaise. Il aurait sans aucun doute réhabilité les petits propriétaires et les petits fermiers qui étaient encore très nombreux et souvent innovants à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, même s’ils ne cultivaient qu’une fraction du sol assez faible et en diminution.

4Le contraste est flagrant avec la situation de la France au tournant du xxe siècle, où une population rurale encore majoritaire fournit l’ossature de l’armée de conscription qui défendit le territoire français lors des guerres traumatisantes de 1870 et 1914-1918. Ceci implique que le terme « paysan » avait une connotation positive, liée à la défense des frontières et du sol français, et preuve de la réussite de l’opiniâtreté et de la résistance. La plupart de ces représentations du monde rural dans ces années de formation de la fin du xixe siècle ont marqué les approches des historiens de la fin du xxe siècle dans les deux pays ; il ne faut pas l’oublier. De même, il faut être conscient de la difficulté à trouver des équivalents linguistiques, à proposer un lexique pour les termes utilisés par les historiens des deux pays dans les domaines des lois, des impôts et du système féodal. Souvent, ces termes ont une origine commune dans des systèmes féodaux analogues au Moyen Âge, qui ont ensuite évolué vers les structures d’exploitation variées des xviiie et xixe siècles. Bien que ces structures soient différentes, les réalités économiques du fermage et la répartition des fortunes chez les exploitants révèlent probablement de nombreuses similitudes en France et en Angleterre.

5Le texte d’Annie Antoine aborde plusieurs de ces aspects dans sa définition de la vie rurale française. En essayant d’expliquer pourquoi les historiens français ont donné une définition globale du terme « paysan » alors que celui-ci recouvre de grandes différences dans les tailles des fermes, des tenures et dans les structures professionnelles, Annie Antoine éclaire les façons dont les fermes des xviiie et xixe siècles pouvaient être composées de différentes tenures. Elle s’appuie aussi sur des exemples pris dans plusieurs régions françaises pour montrer comment le stéréotype du paysan vivant en autosubsistance fut sapé par la croissance du commerce de nouveaux produits, végétaux ou animaux, et par l’apport de toute une palette d’activités artisanales et industrielles dans les campagnes. Tout en généralisant cette présentation de la vie rurale française, elle souligne les difficultés à tenir compte de toutes les variations régionales, aussi bien celles des produits que celles des relations seigneurs/paysans, ce qui prouve la large palette de situations recouverte par ce concept global de « paysan ».

6La volonté de généraliser à partir des variations régionales de la vie rurale anglaise, est centrale dans les travaux récents de Richard Hoyle. Il s’est attaché à ces groupes insaisissables, ceux qui ne faisaient pas partie des gros régiments de fermiers des grands seigneurs. Récemment, il vient de dessiner les limites géographiques de trois types de système régional de copyhold en Angleterre. Dans le texte présenté ici, il utilise, pour éclairer les mécanismes du marché foncier rural, les riches archives des seigneuries de Earls Colne dans le comté d’Essex et Slaidburn aux limites du Lancashire et du Yorkshire. Ces tenanciers en copyhold relevaient de types de coutumes différents, mais tous pouvaient acheter et vendre la terre comme des freeholders, sans intervention du seigneur. Avant le xxe siècle, il n’existait aucun enregistrement systématique des ventes de terres, excepté en Middlesex et Yorkshire, et même aujourd’hui, les enregistrements exhaustifs ne couvrent pas tout le pays ; aussi les belles séries d’enregistrements de copyhold conservées dans les archives manoriales sont une aubaine pour analyser l’ampleur et la chronologie de l’activité du marché foncier. Grâce à des techniques informatiques sophistiquées pour reconstituer la propriété foncière de deux grandes paroisses, sur une base annuelle et pendant deux siècles, Richard Hoyle détermine les périodes et les circonstances dans lesquelles les copyholders – groupe paysan le plus important – étaient forcés de vendre. Il montre quand et comment se constituent de petits domaines chez ces groupes extérieurs à l’élite. Et il est ainsi ramené à la traditionnelle discussion des historiens anglais sur le déclin des petits propriétaires dont il montre ses liens très étroits avec le déclin du petit fermier. Ces deux questions ont obéré la recherche sur la montée des grands fermiers dont le rôle fut si caractéristique dans l’agriculture anglaise des xviiie et xixe siècles. Vers 1800, ces grands fermiers dominaient les domaines de l’aristocratie dans le sud et le centre de l’Angleterre. Il y restait aussi beaucoup de petits fermiers, et souvent leur nombre s’accroissait, mais la part des terres qu’ils occupaient sur ces grands domaines était très faible.

7Le texte de Gérard Béaur s’attache à l’importante distinction entre propriété éminente du seigneur et propriété utile du tenancier et il montre l’évolution des droits de propriété entre le xviie et le xixe siècle. Selon lui, au xviiie siècle, la propriété éminente du seigneur devint de moins en moins significative, les rentes fixes n’étant généralement plus que symboliques, et les corvées des survivances féodales. Les juristes reconnaissaient de plus en plus la propriété utile comme un droit de propriété qui pouvait être acheté, vendu ou transmis par héritage, sans intervention du seigneur. À la fin du xixe siècle, les seigneurs féodaux essayèrent, non pas tant de renverser cette tendance à reconnaître des droits de propriété aux paysans, que de définir et de défendre leurs propres droits, parce que leurs rentrées monétaires fixes devenaient trop faibles. Les nouvelles lois de la période révolutionnaire ont confirmé cette évolution, et elles ont confirmé le droit à l’héritage et la vente de la propriété paysanne ; les seigneurs ont perdu le droit d’intervention dans ces transactions. À cette époque, la paysannerie détenait 35 à 50 % des terres, mais la plupart des familles, même celles de journaliers, avaient pleine et entière propriété d’une partie des terres. C’est ce qui distinguait les droits de propriété de part et d’autre de la Manche. Gérard Béaur avance l’idée qu’en Angleterre le pouvoir seigneurial continuait à régir les tenures coutumières et leur accès aux pâturages communs et aux droits d’usage, alors qu’en France, les droits collectifs étaient protégés à la fois par les hésitations des élites et de la royauté et par le conservatisme post-révolutionnaire.

8Gérard Béaur conclut par l’idée selon laquelle les études comparatives sur les sociétés françaises et anglaises sont viciées non seulement par les définitions non concordantes de la paysannerie, mais aussi par les différences du droit de propriété. Cette idée mérite des travaux d’approfondissement dans plusieurs directions.

  • 3 Leigh Shaw-Taylor, « Labourers, cows, common rights and parliamentary enclosure : the evidence of (...)
  • 4 N. Vivier, Propriété collective et identité communale : Les biens communaux en France, 1750-1914, (...)

9Le droit anglais de la propriété laissait coexister deux systèmes parallèles. Après 1660, le roi perdit la possibilité de lever des droits féodaux sur l’aristocratie et ceux qui détenaient des tenures féodales. Entre 1660 et 1925, date à laquelle les grandes réformes du droit de propriété ont éliminé la majorité des cours seigneuriales et aboli les tenures en copyhold, les droits de propriété seigneuriaux ont été régis au cas par cas, par les cours de justice locales et non par les lois du Parlement. En conséquence, le marché foncier a été dominé par le pouvoir de l’aristocratie et le déclin des copyholds et des tenures féodales a connu de très importantes variations selon les lieux. L’exemple le plus classique en est celui des droits de pâturage collectifs, usages sur les terres incultes et sur les pâtures du manoir. En Angleterre, ils restent soumis aux cours manoriales, mais comme l’a montré Leigh Shaw-Taylor, ils peuvent apparaître sur le marché foncier, être vendus ou achetés comme des propriétés3. Cette situation contraste avec celle que connaît la France où les communaux, après un essai pour les diviser lors de la Révolution, furent défendus comme propriété de la commune durant tout le xixe siècle, comme l’a montré Nadine Vivier4.

10Également intéressante est la façon dont l’aristocratie foncière anglaise fut capable de détruire les bases féodales de la tenure, tout simplement en les ignorant. Quand, du xviie au xixe siècle, ces propriétaires créèrent des domaines en freehold concédés à des tenanciers dont la plupart ne possédaient pas ou peu de terres en copyhold ou freehold, ils le firent en utilisant des méthodes variées. Soit ils rachetèrent de nombreux copyholds puis transformèrent ces tenures en location à bail. Soit ils rachetèrent les dettes des copyholders qui avaient hypothéqué leurs terres, ce qui leur permit d’acquérir la terre elle-même. Lorsqu’ils eurent obtenu le rôle prééminent dans la paroisse ou la ville, ils laissèrent les cours manoriales tomber en désuétude, en général avec l’assentiment des paysans. Les enclosures parlementaires des xviiie et xixe siècles facilitèrent elles aussi l’élimination des juridictions féodales.

11Les explications des différences entre Angleterre et France sont sociales, fiscales et économiques. Des collaborations pour de fructueuses recherches comparatives existent sur de nombreux sujets. J’aimerais suggérer l’étude des diverses attitudes sociales, des contraintes législatives et des impôts auxquels était soumise l’aristocratie, en tant que facteurs explicatifs des politiques foncières des élites et de leurs attitudes face à la propriété utile. Mais l’importance du marché et l’intégration à celui-ci jouèrent aussi un rôle essentiel. Les fermiers français étaient beaucoup plus nombreux à rester éloignés des systèmes de marchés intégrés, même si Annie Antoine démontre la fréquence des échanges commerciaux pour bon nombre de produits. Le phénomène du tenancier dont le capital est investi dans le cheptel et l’équipement, plutôt que dans la terre, est considéré comme typiquement anglais à cause des archives remarquables de grands domaines qui louaient de grandes surfaces de propriété utile. Ainsi, nous avons une meilleure connaissance du fermier anglais, mais il existe des preuves dispersées de fermes équivalentes en France, en particulier dans les zones proches des grandes villes et des marchés actifs.

12Les barrières à la collaboration ne résident pas seulement dans l’altérité des contextes historiques qui ont conduit à ces approches divergentes de la paysannerie et de la propriété paysanne ; l’existence d’archives de types différents en France et en Angleterre ont forcément orienté les historiens. Espérons que des collaborations futures, issues de travaux comparatifs comme ceux de ce colloque, développeront un cadre commun pour la recherche.

13Deux définitions :

14Copyholder : tenancier coutumier. Il tient sa terre selon la coutume du manoir. Le contrat est transcrit sur les registres de la cour manoriale (court rolls) et le tenancier en conserve une copie (copy).

15Freeholder : tenancier libre car il tient sa tenure du roi ; c’est la loi commune à l’ensemble du royaume (common law) qui la régit ; il peut vendre, hypothéquer ou léguer.

Notes

2 J. V. Beckett, « The peasant in England : a case of terminological confusion », Agricultural History Review, 32, 1984, p. 113-123.

3 Leigh Shaw-Taylor, « Labourers, cows, common rights and parliamentary enclosure : the evidence of contemporary comment c. 1760-1810 », Past & Present, 171, 2001, p. 95-126.

4 N. Vivier, Propriété collective et identité communale : Les biens communaux en France, 1750-1914, Paris, 1998.

Notes de fin

1 Traduction Nadine Vivier.

Auteur

University of North London

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540