Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ruralité française et britannique, XIIIe-XXe siècles

 | 
Nadine Vivier

Première partie. Le travail des femmes dans les exploitations agricoles (XVe-XXe siècle)

Une histoire des agricultrices aux xixe-xxe siècles est-elle possible en France ? Acquis et perspectives

Jacqueline Sainclivier

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes, ENS éd., 1998, 218 p.
  • 2 Françoise Thébaud, dans Écrire l’histoire des femmes, ne signale aucun travail de ce type.

1La consultation des diverses bibliographies ayant trait à l’histoire des femmes rurales à l’époque contemporaine (xixe-xxe siècles) révèle une présence en pointillé, très inégale d’un siècle à l’autre. Cette situation est à replacer dans le contexte plus global de l’historiographie française. Celle-ci a été fortement et durablement marquée par l’École des Annales, orientant la recherche vers une histoire totale (économie et société étudiées dans leur globalité) dans tel département ou région. D’autre part, en France, la problématique de l’histoire des femmes puis de la gender history a été prise en compte plus tardivement que dans le monde anglo-saxon1. Le résultat est un déséquilibre fort, reflet de l’historiographie française. Il faut dès lors distinguer les deux temps de l’historiographie à savoir les problématiques de l’école des Annales, puis celle de l’histoire des femmes. Or, les historien(ne)s de l’histoire des femmes ne se sont guère intéressé(e)s aux agricultrices2.

2D’autre part, les deux siècles du monde contemporain ont été inégalement étudiés par les historiens. Le xixe siècle a fait l’objet de toutes les attentions, tandis que le xxe siècle est le parent pauvre des historiens en partie à cause de l’accès aux sources et d’une longue frilosité sur le temps présent. De ce fait, ce sont les sociologues qui pallient l’absence des historiens avec les problématiques et méthodes qui leur sont propres.

3Malgré cette relative faiblesse de l’historiographie française sur les femmes agricultrices, on peut tracer un tableau des résultats obtenus, des thématiques abordées et, bien sûr, les pistes de recherche à venir apparaissent… en creux.

L’apport des historiens français sur le xixe siècle3

  • 3 Pour cette partie, je m’appuie surtout sur les thèses d’histoire rurale.
  • 4 Pierre Barral, Le département de l’Isère sous la Troisième République, 1870-1940. Une histoire soc (...)
  • 5 Geneviève Gavignaud-Fontaine, « La méthode historique de l’École des Annales à l’épreuve des socié (...)
  • 6 Telle la thèse de Pierre Barral.
  • 7 Ronald Hubscher en fait une analyse critique pertinente.

4Les thèses d’État de l’historiographie française du monde contemporain ont largement exploré les sociétés rurales surtout au xixe siècle. En effet, une grande partie des travaux réalisés se situent dans la logique de l’École des Annales et des perspectives méthodologiques et problématiques qu’elle a ouvertes. Nombre de thèses d’État d’histoire contemporaine sont le résultat de cet apport. Leurs auteurs4 ont abordé le champ de l’histoire rurale, « armés d’une méthode conférant à l’économie une place de choix5 » et voulant articuler cette histoire rurale à l’histoire générale, tentant selon le principe de l’École des Annales une explication globale. Ces thèses ont concerné le xixe ou à la rigueur la première moitié du xxe siècle6. La méthode est éprouvée et s’appuie sur les recensements de population, les déclarations de succession après décès et bien entendu sur les différents rapports administratifs et les grandes enquêtes rurales. Quelles que soient leurs imperfections7, elles permettent d’approcher au plus près de la réalité économique, politique et sociale du xixe siècle.

  • 8 Celles de Pierre Barral, Georges Dupeux ou Philippe Vigier par exemple
  • 9 Cf. les thèses d’Alain Corbin, op. cit., Gabriel Désert, op. cit., Gilbert Garrier, op. cit., Rona (...)

5On peut discerner deux vagues de thèses d’État : les années cinquante-soixante, puis les années soixante-dix/quatre-vingt. Lors de la première vague, elles concernaient plutôt des départements et l’ensemble de leur population ; l’aspect « rural » étant en quelque sorte un passage obligé, mais non choisi comme le montrent leurs titres8. La seconde vague9 s’attache plus volontiers à une région et centre plus son discours (du moins dans les titres) sur la ruralité, voire sur la paysannerie. Toutes présentent un caractère englobant passant en revue l’économie, la société, le politique mais y insistant plus ou moins selon l’orientation choisie, voire selon les sources.

  • 10 Les premiers travaux concernant les femmes (et non les mouvements féministes) datent de la fin des (...)

6La plupart de ces thèses et plus largement les travaux d’histoire rurale sur le xixe siècle concernent l’activité agricole, l’évolution de la population, la vie politique. L’histoire des agricultrices n’est pas un objet d’étude en soi10. Les femmes ne sont pas étudiées en tant que telles mais elles apparaissent à l’intérieur de thématiques plus englobantes telles la démographie du monde agricole, la famille rurale, le travail agricole et ses particularités régionales, etc. De même, le rapport hommes-femmes n’est pas étudié pour lui-même, ce qui correspond à un état de l’historiographie française du monde contemporain peu attentive à cette problématique. Ce double contexte historiographique – une école historique globalisante et un retard dans le domaine de l’histoire des femmes (les deux étant d’ailleurs liés) – fait que pour connaître l’histoire des agricultrices, il faut « picorer » dans ces différents travaux concernant les sociétés rurales françaises du xixe et un peu pour la première moitié du xxe siècle. Certains thèmes se dégagent qui permettent de faire un état des lieux et des problématiques.

La démographie et les femmes

  • 11 Cf. Gabriel Désert, op. cit., p. 1096 ; Alain Corbin, op. cit., p. 177-179 ; Ronald Hubscher, op. (...)
  • 12 Alain Corbin, op. cit., p. 91-94.
  • 13 Marcel Vigreux, op. cit., p. 152-153 et p. 506.

7L’analyse démographique comme pour l’époque moderne s’attache au taux de nuptialité, de natalité, de fécondité mais aussi à l’âge au mariage et ses incidences sur l’évolution des exploitations, le travail des femmes. Cependant, selon les auteurs, l’analyse démographique stricto sensu consacrée aux femmes est plus ou moins développée selon l’état des sources11. Ce n’est pas cet aspect démographique qui est le plus neuf. En revanche, certains auteurs abordent des questions plus spécifiques. Dans un siècle où l’hygiénisme se développe, l’attention portée à l’hygiène, à la maternité n’est pas anodine. Le rôle ambivalent des femmes lors des accouchements est mis en évidence par Alain Corbin qui souligne la persistance du rôle des matrones dans le Limousin alors que les sages-femmes sont pourtant assez nombreuses et amélioreraient l’hygiène : refus de la modernité, poids des mentalités12. Plus exceptionnel, il peut apporter quelques éclaircissements sur l’avortement. Le Morvan qu’étudie Marcel Vigreux, est connu au xixe siècle par son « industrie des nourrices » ; la femme morvandelle rejoint les familles à Paris ou bien elle prend des enfants à son domicile. Marcel Vigreux souligne en fait « le rôle essentiel de la femme morvandelle dans la conquête de ressources complémentaires parmi les classes pauvres13 ». Le bilan à la fin du xixe ou au début du xxe est en faveur des propriétaires-exploitants car les agences du Morvan donnaient les enfants aux nourrices dont les couples pouvaient les nourrir correctement. On est là à la frontière entre la démographie et l’économie vues sous l’angle sexué.

  • 14 Gilbert Garrier, op. cit., t. 1, p. 484.
  • 15 Ronald Hubscher, op. cit.,p.650 sqq.
  • 16 Ibid., p. 650 et 675.
  • 17 Rose Duroux, « La noria des exclus. Stratégie chez les migrants auvergnats en Espagne (xixe) », Gé (...)

8C’est au cœur de cette même relation que se situe l’étude des migrations rurales. Ces dernières mettent nettement en cause le rapport masculin/féminin même si ce n’est pas dans le cadre de cette problématique explicite qu’elles sont abordées par nos auteurs. Ces migrations sont en effet analysées pour les modifications économiques qu’elles supposent. Si le caractère sexué de ces migrations n’est pas clairement l’objet de la problématique, il n’empêche qu’il est bien présent puisqu’il y a un dimorphisme sexué de celles-ci. Dans le Beaujolais et le Lyonnais, le poids de l’exode féminin vers les centres textiles de la région jusqu’en 1880 est important, puis on assiste au départ des hommes14. En Bretagne, ce sont les jeunes filles également qui partent mais pour se placer comme bonnes dans des familles bourgeoises. Le Pas-de-Calais15 se caractérise par un exode masculin dans cette région où les mines se développent. Toutefois, Ronald Hubscher souligne qu’il ne peut apprécier l’impact sur les femmes en raison de l’imprécision des sources16. En Auvergne, les migrations étudiées par Rose Duroux17 sont aussi fortement sexuées. Les hommes partent en Espagne avec pour conséquence un fort célibat chez les femmes. Celles-ci s’embauchent dans les fermes environnantes, ou entrent au couvent. Mais le plus original est que pour pallier les absences des hommes, une des filles de la fratrie est instituée héritière ; on peut aboutir à une semi-exclusion des hommes dans ce contexte, puisque les femmes prennent véritablement en main l’exploitation dont elles sont héritières.

9À partir des recensements, des actes d’état civil, les historiens ont ainsi naturellement abordé une part de l’histoire des femmes rurales au xixe siècle, mais sous l’angle de leur « nature » (fécondité, maternité, épouse) et non comme individu ; il en était de même pour les hommes, du fait de la nature de la source et du passage obligé par la démographie pour comprendre l’évolution d’une population, voire son évolution sociale. Les mêmes sources permettent d’aborder un point important des sociétés rurales à savoir l’exode des populations d’abord saisonnier, puis durable voire définitif. Cette étude des migrations favorise l’étude de l’impact sur les couples, sur les rapports hommes-femmes. À travers ces recherches des années cinquante/soixante-dix voire quatre-vingt, la problématique n’est pas celle de l’histoire des femmes, ni celle du genre mais une étude sociale globale qui fait apparaître implicitement les différences sexuées.

  • 18 Op. cit., p. 108.
  • 19 Op. cit., p. 283
  • 20 Tout comme les femmes de mobilisés pendant la Première Guerre mondiale.
  • 21 Jean-Claude Farcy, op. cit.,t.2.

10Ces mêmes sources permettent aussi de mesurer le taux d’instruction. On y retrouve le même type d’analyse. Que ce soit Rose Duroux pour les Auvergnats18 ou Alain Corbin19 pour le Limousin, l’un et l’autre s’accordent pour estimer que les femmes dans ces régions de migrations masculines bénéficient « d’une considérable promotion ; souvent elle a appris à lire et écrire et dirige l’exploitation en l’absence du mari ou de fils adultes », cela ne signifie pas une émancipation totale ; en réalité, elle suit les instructions de son mari, parfois fort précises20. Quoi qu’il en soit, l’association migration masculine – instruction de la femme témoigne d’une forme de prise d’autonomie intellectuelle et économique, du fait de l’absence du mari. Mais d’autres historiens évoquent bien l’alphabétisation, le niveau d’instruction en se bornant à des constats sur la différence entre hommes et femmes, sans tentative d’explication ni analyse de rapport homme/ femme, y compris dans des thèses récentes21.

Les femmes et le travail agricole

11La place économique des femmes dans l’agriculture au xixe siècle est abordée dans les thèses d’histoire par le biais de l’exploitation et de la production agricole. Elle est rarement abordée en soi. Les sources, le type d’exploitation étudiée, la région et plus encore le choix problématique y contribuent.

  • 22 Ronald Hubscher, op. cit., p. 153.

12Tous les travaux d’histoire rurale constatent la difficulté à appréhender le travail agricole réel des femmes, la répartition des tâches. La première difficulté rencontrée est l’ignorance dans laquelle les documents officiels nous tiennent en ce qui concerne la profession des femmes ; elles sont « sans profession », ménagères ou aucune indication n’est donnée. C’est vrai pour l’ensemble des femmes, à plus forte raison pour le monde rural, où hommes, femmes et enfants sont en quelque sorte confondus avec l’exploitation agricole – du moins dans les sources. Selon les enquêteurs, elles sont signalées comme femmes de cultivateurs ou toutes sont considérées comme travailleuses22. Cette situation se prolonge bien au-delà du siècle.

  • 23 Jean-Claude Farcy, op. cit., p. 1017.

13Outre cette difficulté à chiffrer leur présence dans l’économie de l’exploitation, la perception qu’en ont certains historiens est révélatrice ; Jean-Claude Farcy signale « comme dans toute société rurale, la famille est d’abord une unité économique la femme participant au travail sur l’exploitation et contribuant aux ressources du ménage23 ». Cette phrase que d’autres auraient pu signer correspond à la réalité du monde rural, mais est présentée comme une évidence et non comme le résultat d’une construction sociale consciente ou inconsciente. Elle correspond aussi pour partie à un état de l’historiographie et des choix problématiques qui ne sont pas tournés vers ce type d’interrogations. Toutefois, le bilan dans ce domaine est loin d’être négatif.

  • 24 Ibid., p. 1018 ; Jean-Luc Mayaud, La petite exploitation rurale triomphante, France xixe siècle, B (...)
  • 25 Jean-Claude Farcy, op. cit., p. 1017.

14En effet, le rôle de la femme dans l’agriculture est présent dans tous ces travaux ; le plus souvent les auteurs déplorent l’imprécision des sources ou le caractère récurrent du type d’activité des femmes sur l’exploitation en particulier lorsqu’elles ne sont ni journalières ni ouvrières agricoles. Les femmes de chefs d’exploitation s’occupent des tâches ménagères, de la basse-cour, du potager, de la porcherie, de l’élevage laitier24 et cela quelle que soit la région, à l’exception des régions viticoles. Dans tous les cas, l’apport des femmes est essentiel soit pour permettre d’atteindre le minimum vital, soit un revenu complémentaire donnant une certaine « aisance ». Elles sont indispensables par leur travail. La présence d’une épouse permet d’assurer la tenue de la ferme ; Jean-Claude Farcy va même plus loin et estime que si une femme reste seule, elle continue l’exploitation en la dirigeant, et, en revanche, si l’homme reste seul, il ne semble pas pourvoir le faire et recourt à des parentes ou se remarie25. Certes, les uns et les autres nuancent cette situation commune. Les femmes de migrants, de mobilisés, on l’a vu, disposent d’une plus grande autonomie, si elles effectuent parfois un peu plus de travaux aux champs, elles y sont plus souvent pour surveiller et elles prennent les décisions. La taille de l’exploitation est aussi déterminante ; on ne peut comparer les petites exploitations de l’Ouest de la France et celles du Bassin parisien. Ainsi en Beauce, la femme est associée à la conduite de l’exploitation ; devenue veuve, elle poursuit l’exploitation et si besoin reconduit le bail, embauche les ouvriers agricoles, etc. En revanche, dans les régions de petites exploitations, si les femmes participent à l’activité agricole et même si elles sont associées à la direction de celles-ci, elles ne peuvent poursuivre en cas de décès du mari, sauf si elles ont un ou des fils capables de les aider, car elles n’ont pas les moyens d’embaucher des ouvriers ou des journaliers.

  • 26 Annie Moulin, op. cit., p. 76, 99-100.
  • 27 Jean-Luc Mayaud, op. cit. ; sa démonstration s’appuie sur la Franche-Comté et le Jura principaleme (...)
  • 28 Ronald Hubscher, « Une nouvelle clé de lecture des sociétés rurales : l’exemple du Nord de la Fran (...)

15Influencés parfois par l’ethnologie, les historiens se sont intéressés à la sociabilité du monde rural fondée sur une séparation des sexes. Annie Moulin dans sa synthèse montre que cette sociabilité séparée s’est maintenue au moins pendant tout le xixe siècle et est enracinée sur l’activité propre à chaque sexe. La sociabilité des femmes est certes liée aux tâches domestiques qu’elles accomplissent, telle la sociabilité propre au lavoir, mais aussi à leur activité professionnelle. Ainsi, ce sont les femmes qui se rendent au marché hebdomadaire car ce sont elles qui vendent les produits de la basse-cour par exemple, alors que les hommes eux vont à la foire26. Cette sociabilité est effectivement due à une pluriactivité du monde rural qui est une constante pendant ce siècle, mais dont la nature change en fonction des migrations saisonnières et des modifications économiques. Comme la sociabilité, elle est sexuée. Dans l’Est de la France, ce sont les femmes qui s’occupent des bêtes lorsque l’homme a une activité de type artisanal27. On retrouve une telle partition dans certains villages du Pas-de-Calais ; lorsque les hommes sont ouvriers, leurs femmes et leurs fils travaillent la terre28.

16Tous les historiens ayant travaillé sur le monde rural au xixe siècle s’inscrivaient dans la problématique de l’École des Annales, y compris pour les dernières grandes thèses des années quatre-vingt. De ce fait, l’interrogation concernant la place des femmes est classique (nuptialité, maternité, partage du travail agricole), souvent attachée à traquer les différences entre les régions. Elles ne sont pas absentes de ces travaux et on peut voir se dessiner une évolution des rapports hommes/femmes ; des travaux ultérieurs centrés sur cette problématique permettraient d’évaluer la construction du masculin/féminin dans le monde rural, les différences spatiales et temporelles.

Le xxe siècle

  • 29 Georges Duby et Armand Wallon, Histoire de la France rurale, t.4 : La fin de la France paysanne de (...)
  • 30 Cf. la thèse de Pierre Barral.
  • 31 Jean Vercherand, Un siècle de syndicalisme agricole. La vie locale et nationale à travers le cas d (...)
  • 32 Telle notre Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, Ouest-France université, 1989, 500 p.
  • 33 Si l’on en croit Rose-Marie Lagrave, « Bilan critique des recherches sur les agricultrices en Fran (...)

17À la différence du xixe siècle, rarissimes sont les études d’historiens sur le monde rural du xxe siècle. La seule dont on dispose sur la plus grande partie du siècle est la synthèse déjà ancienne sur la France rurale29. Or, il est révélateur de constater que la rédaction en a été confiée à un politiste et un agronome. Depuis cette date, la situation n’a guère changé. Certes, il existe quelques travaux d’historiens qui concernent la première moitié du xxe siècle30, mais les derniers en date portent sur le syndicalisme agricole31. Quant à la seconde moitié du xxe siècle, les études d’historiens sont éparpillées dans des articles ou dans des ouvrages régionaux de synthèse32. Géographes, ethnologues, sociologues sont au contraire fortement présents. Ce décalage est certes dû en grande partie à l’accessibilité des sources : impossibilité d’accès pendant longtemps à nombre de sources publiques, puis une application restrictive de la loi sur les archives de 1979 ; mais il s’explique surtout par la grande frilosité des historiens à l’égard de l’histoire du temps présent jusqu’à une date récente. Comme pour le xixe siècle, les rares historiens du monde rural sur cette période n’abordent guère la question du genre. En revanche, les sociologues ont intégré cette dimension, surtout sous l’effet de la demande sociale33.

Les historiens du monde rural et le xxesiècle

  • 34 Gilbert Garrier, op. cit.,t.4 de l’Histoire de la France rurale, op. cit., la synthèse d’Annie Mou (...)
  • 35 Christine Bard, Les femmes dans la société française au xxe siècle, Armand Colin, coll. « U », 200 (...)
  • 36 Op. cit., p. 210.
  • 37 Annie Moulin, op. cit., p. 237 et Christine Bard, op. cit., p. 217-218.

18Les ouvrages à chronologie large permettent de « balayer » le xxe siècle34 mais ils sont peu prolixes sur notre sujet. En fait, les agricultrices sont abordées par le biais d’études sur le syndicalisme comme la thèse de Jean Vercherand et quelques paragraphes ou pages dans les synthèses sur les femmes de Christine Bard et de Sylvie Schweitzer35. Il est symptomatique que ces rares ouvrages d’historiens sur cet aspect du monde rural ne l’évoquent que partiellement à l’aide des statistiques de l’INSEE pour connaître l’évolution de la femme rurale dans le monde agricole ou par la question syndicale. Il est vrai que ce n’est pas l’objet de Jean Vercherand travaillant sur le syndicalisme, ni celui de Christine Bard et de Sylvie Schweitzer qui tentent des synthèses sur des sujets inégalement traités par les historiens. Toutefois, Jean Vercherand prend bien en compte cette dimension avec le développement du CNJA (Centre national des jeunes agriculteurs) qui est le premier syndicat agricole à prendre réellement en compte « l’élément féminin36 ». Les deux historiennes soulignent les difficultés à faire apparaître le travail des femmes, non seulement dans les sources statistiques, mais dans les représentations puisque le travail des agricultrices est souvent englobé dans celui de la famille ; cette indication souligne combien l’absence statistique du travail des agricultrices, sa non reconnaissance est une construction sociale des rapports hommes/femmes. D’autre part, Christine Bard et Annie Moulin notent la revendication majeure de ces femmes qui entendent être reconnues comme détentrices d’un véritable métier et non plus comme de « simples auxiliaires sans droits ni garanties sociales37 », mais il leur a fallu attendre la loi d’orientation de 1980 pour que leurs responsabilités professionnelles soient enfin légalisées. Est-ce parce qu’elles sont des historiennes qu’elles sont les seules à s’en préoccuper ? est-ce parce que, lorsqu’elles écrivent, l’histoire du genre a commencé à pénétrer l’historiographie française ? sans doute les deux.

L’apport des sociologues et des ethnologues

  • 38 Marie Allauzen, La paysanne française d’aujourd’hui, Gonthier, 1967, 206 p. ; Rose-Marie Lagrave ( (...)
  • 39 Martine Segalen, Mari et femme dans la société paysanne, Flammarion, 1980, 212 p.
  • 40 Maryvonne Bodiguel, Les paysans face au progrès, Presses FNSP, 1975, 178 p. et Henri Mendras, La f (...)
  • 41 Rose-Marie Lagrave, op. cit., p. 9-40.

19Très tôt, sociologues et ethnologues se sont intéressés aux femmes agricultrices soit dans le cadre d’ouvrages spécifiques telle Marie Allauzen ou Rose-Marie Lagrave38, soit dans une perspective de couple telle Martine Segalen39, soit dans un cadre général mais où les femmes, leur rôle font l’objet de développements non négligeables40, souvent repérables dans l’index, signe d’une réelle prise en compte. Rose-Marie Lagrave, sociologue, fait le point en 198341 sur les travaux réalisés sur ce champ de recherche en sciences sociales en excluant de sa recension les historiens. À cette date, elle constate que les sociologues sont à la traîne derrière les ethnologues, voire des historiens (mais ceux travaillant sur des périodes antérieures), et relève l’apport des études théoriques féministes. Ces vingt dernières années, les sociologues ont partiellement comblé leur retard, mais on ne peut en dire autant des historiens !

20Si ces études apportent toutes des éclairages intéressants, l’historien n’y trouve pas toujours son compte car la chronologie précise n’est pas forcément l’apanage, ni l’objectif des sociologues, encore moins des ethnologues. Martine Segalen par exemple veut savoir si l’image d’une famille patriarcale avec l’autorité complète du mari sur la femme correspond à la réalité du xixe siècle. Elle donne les présupposés méthodologiques et les hypothèses de son travail dans son introduction :

  • 42 Martine Segalen, op. cit., p.9.

« On émet ici l’hypothèse qu’une certaine expérience du terrain, l’étude du quotidien des relations familiales dans une ferme aujourd’hui nous permettent de critiquer les récits des folkloristes, de décoder les rituels, d’interpréter les proverbes, tous documents qui servent de sources pour l’étude la famille “traditionnelle” au xixe siècle42. »

  • 43 Ibid., p. 192.

21Une telle approche n’est pas celle de l’historien ; il ne s’agit pas d’en remettre en cause la légitimité, mais de dire que ces méthodes et approches ne peuvent correspondre aux objectifs ni à la méthodologie de l’historien. Ici, le postulat d’un monde immobile au xixe siècle, voire au début du xxe siècle est en opposition avec le monde rural mouvant que décrivent les historiens pour le xixe siècle – et c’est encore plus vrai pour le xxe siècle. Lorsqu’elle décrit les relations mari et femme dans la société paysanne, Martine Segalen présente une société paysanne intemporelle séculaire voire multiséculaire en tout cas une société qui n’aurait pas bougé en 150 ans (le xixe siècle et les cinquante premières années du xxe siècle) ; or, le xixe siècle a connu une évolution du travail agricole au sein de laquelle s’adapte le travail des femmes et leur place dans cet environnement en mutation. Cette démarche sans être contradictoire avec celle de l’histoire est trop généraliste et ne satisfait guère l’historien, même si dans le dernier chapitre, elle évoque « le ménage rural face au changement ». Si certes, l’on retrouve l’idée qu’une réflexion est menée « depuis plusieurs années sur la place de la femme dans l’agriculture43 », on reste réservé devant l’absence de référence au temps et à l’espace car il faudrait nuancer et mettre en avant les éventuels décalages ou au contraire leur synchronisation ce qui pourrait montrer une sorte de « nationalisation » de l’agriculture comme il y en a une de la société française dans son ensemble.

  • 44 Op. cit., p. 133-135.
  • 45 Ibid., p. 115.
  • 46 Ce qu’a tenté d’analyser le colloque organisé par le CRHISCO (UMR CNRS 6040) à l’université Rennes (...)

22Marie Allauzen, Maryvonne Bodiguel et Henri Mendras, chacun à leur manière, présentent des travaux qui ont les mêmes caractéristiques : une chronologie imprécise et des hésitations quant à la problématique concernant les femmes. Maryvonne Bodiguel s’appuie sur quelques exemples précis pour faire apparaître le lien entre innovation technique et groupe social. Dans ce cadre, les répercussions sur le travail agricole se manifestent par une plus grande spécialisation des époux et la modification du statut de la femme de l’exploitant : dans les zones de viticulture, elles ont le sentiment d’une dégradation de leur genre de vie ; auparavant, elles participaient aux vendanges, désormais du fait des contrats avec une coopérative ou une firme privée, elles font la gestion et travaillent de mai à novembre44. En revanche, dans une région pauvre du Morbihan le passage au poulailler industriel assure des revenus et surtout entraîne de fait la modernisation de l’habitat45, la mutation est bien vécue comme un progrès. Cette approche par l’innovation technique, mal datée, permet de nuancer selon les régions et de mieux mesurer comment les femmes se retrouvent parfois fortement impliquées, comment aussi les mutations techniques modifient le rapport masculin/féminin46.

  • 47 Henri Mendras, op. cit., p.134
  • 48 Marie Allauzen, op. cit., p.11.

23Marie Allauzen et Henri Mendras ont écrit à quelques années d’intervalle dans les années soixante. Si l’ouvrage d’Henri Mendras se veut général, celui de Marie Allauzen est centré sur les femmes. L’ouvrage d’Henri Mendras a un index comprenant le mot « femmes » ; les éléments qu’il donne sont d’ordre général sur la répartition du travail mais montrent bien les manques : ignorance sur la part prise par les femmes dans la gestion agricole par exemple47 ; s’il s’appuie sur des enquêtes de terrain, celles-ci ne sont pas datées. Cette absence de datation se retrouve dans l’ouvrage de Marie Allauzen qui fait une analyse des changements dans l’agriculture et les répercussions sur la place des femmes dans l’exploitation, dans la famille, dans le syndicalisme, l’enseignement qui leur est destiné, etc. Elle décrit les changements en cours comme pesant sur les femmes48. Plus que les hommes, elles ressentent la différence de revenus par rapport aux autres professions. Or,

  • 49 Ibid., p. 17.

« […] ces différences de niveau pèsent très lourdement sur les femmes. Ce sont elles qui doivent, en plus de leur contribution personnelle à tous les travaux agricoles, assurer la gestion d’un budget ménager particulièrement étroit, différer l’installation du confort dans leur habitation jusqu’à ce que les investissements entrepris sur l’exploitation […] soient devenus rentables49. »

  • 50 Ibid., p. 18.
  • 51 Ibid., p. 106 sqq.

24En même temps, les femmes ont souvent poussé à certaines transformations mais restent insatisfaites car leur place est devenue incertaine. Ainsi, avec l’agriculture de groupe, « elles redoutent […] de ne plus participer à la vie professionnelle : l’agriculture tend, en effet à devenir de plus en plus, une affaire d’hommes50 ». L’auteure souligne ce qui est le plus neuf au moment où elle écrit, à savoir l’importance des femmes dans le syndicalisme agricole, en particulier au CNJA51.

  • 52 Rose-Marie Lagrave (dir.), op. cit.

25Beaucoup plus récemment, en 1987, fut publié un livre collectif Celles de la terre52, résultat d’une enquête de sociologues. L’ouvrage à la différence des précédents n’accuse pas les mêmes défauts (aux yeux des historiens) que ses prédécesseurs. Ce travail de recherche met en évidence le rôle de la JACF, l’absence de références statistiques concernant les femmes agricultrices et plus récemment leur rôle de dirigeantes. Passionnant, mettant le doigt sur les lacunes de la recherche ; on ne peut que déplorer que là encore les historien(ne)s soient absents du terrain alors que les sources existent comme le montrent les deux premiers textes sur les jacistes.

26Pour le xxe siècle, l’apport des sociologues est indéniable même s’il reste insatisfaisant pour des historiens ruralistes qui sont beaucoup trop timides sur cette période. En attirant l’attention sur certains points (les sources, le rôle du syndicalisme agricole, des mutations techniques et les modifications du rapport masculin/féminin qu’il entraîne), ils donnent quelques pistes de recherche. Il serait souhaitable que le terrain ne soit pas abandonné aux sociologues ou aux géographes mais que les historiens travaillent sur cette période. Les sources existent, les mêmes que pour le siècle précédent, plus des sources syndicales (y compris féminines) non négligeables et les témoignages en sachant les « cadrer » (espace/temps).

27Historiens, ethnologues, sociologues ont en fait tous mis en exergue la division sexuelle du travail et la famille paysanne, mais les représentations sociales des agricultrices sont absentes, leur participation politique au sens large est encore peu étudiée.

28En définitive, l’historiographie française sur les femmes rurales à l’époque contemporaine est certes déficiente mais des acquis existent plus sur le xixe siècle que sur le xxe siècle, de nouvelles pistes peuvent être lancées et commencent à être explorées. Nombre de ces acquis pourraient être réexaminés à la lumière de l’histoire du genre et de nouvelles pistes pourraient être ouvertes.

Notes

1 Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes, ENS éd., 1998, 218 p.

2 Françoise Thébaud, dans Écrire l’histoire des femmes, ne signale aucun travail de ce type.

3 Pour cette partie, je m’appuie surtout sur les thèses d’histoire rurale.

4 Pierre Barral, Le département de l’Isère sous la Troisième République, 1870-1940. Une histoire sociale et politique, A. Colin, 1962, 598 p. ; Georges Dupeux, Aspects de l’histoire sociale et politique du Loir-et-Cher, 1848-1914, Imprimerie nationale, 1962 ; Philippe Vigier, La Seconde République dans la région alpine. Étude politique et sociale, PUF, 1963, 528 p. ; Gabriel Désert, Les paysans du Calvados, 1815-1895. Une société rurale au xixe siècle, thèse d’État, Paris 1, 1971, 3 vol. ; Gilbert Garrier, Paysans du Beaujolais et du Lyonnais, 1800-1970, Grenoble, PUG, 1973, 2 tomes, 714 p. et annexes ; Alain Corbin, Archaïsme et modernité en Limousin au xixe siècle, 1845-1880. La rigidité des structures économiques, sociales et mentales, Presses universitaires de Limoges, rééd. 1998, 2 tomes, 694 p. ; Ronald Hubscher, L’agriculture et la société rurale dans le Pas-de-Calais du milieu du xixe siècle à 1914, Arras, Mémoires de la commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, 19791980, 2 vol., 964 p. ; Marcel Vigreux, Paysans et notables du Morvan au xixe siècle, Château-Chinon, académie du Morvan, 1987, 756 p., etc.

5 Geneviève Gavignaud-Fontaine, « La méthode historique de l’École des Annales à l’épreuve des sociétés rurales contemporaines », Christian Amalvi (dir.), Une passion de l’histoire. Histoire(s), mémoire(s) et Europe. Hommage à Charles-Olivier Carbonell, Toulouse, Privat, 2002, p. 189.

6 Telle la thèse de Pierre Barral.

7 Ronald Hubscher en fait une analyse critique pertinente.

8 Celles de Pierre Barral, Georges Dupeux ou Philippe Vigier par exemple

9 Cf. les thèses d’Alain Corbin, op. cit., Gabriel Désert, op. cit., Gilbert Garrier, op. cit., Ronald Hubscher, op. cit., Marcel Vigreux, op. cit., auxquelles on peut ajouter celles d’Yves Rinaudo, Les paysans du Var, fin xixe-début du xxe siècle, Lille, service de reproduction des thèses, 1978, 3 tomes, de Jean-Claude Farcy, Les paysans beaucerons au xixe siècle, Chartres, Société archéologique d’Eure-et-Loir, 1990, 2 tomes, de Claude Mesliand, Paysans du Vaucluse, 1860-1939, Aix-Marseille 1, 1987, 1040 p.

10 Les premiers travaux concernant les femmes (et non les mouvements féministes) datent de la fin des années soixante-dix et n’ont concerné que les femmes ouvrières. Cf. Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes, op cit., p. 48-53.

11 Cf. Gabriel Désert, op. cit., p. 1096 ; Alain Corbin, op. cit., p. 177-179 ; Ronald Hubscher, op. cit., p. 150 sqq.

12 Alain Corbin, op. cit., p. 91-94.

13 Marcel Vigreux, op. cit., p. 152-153 et p. 506.

14 Gilbert Garrier, op. cit., t. 1, p. 484.

15 Ronald Hubscher, op. cit.,p.650 sqq.

16 Ibid., p. 650 et 675.

17 Rose Duroux, « La noria des exclus. Stratégie chez les migrants auvergnats en Espagne (xixe) », Gérard Bouchard, John A. Dickinson et Joseph Goy, Les exclus de la terre en France et au Québec, xviie-xxe siècles, Québec, Septentrion, 1998, p. 95-114.

18 Op. cit., p. 108.

19 Op. cit., p. 283

20 Tout comme les femmes de mobilisés pendant la Première Guerre mondiale.

21 Jean-Claude Farcy, op. cit.,t.2.

22 Ronald Hubscher, op. cit., p. 153.

23 Jean-Claude Farcy, op. cit., p. 1017.

24 Ibid., p. 1018 ; Jean-Luc Mayaud, La petite exploitation rurale triomphante, France xixe siècle, Belin, 1999, 278 p. ; Alain Corbin, op. cit., p. 283 ; Annie Moulin, Les paysans dans la société française. De la Révolution à nos jours, Seuil, coll. « Histoire », 1988, p. 99.

25 Jean-Claude Farcy, op. cit., p. 1017.

26 Annie Moulin, op. cit., p. 76, 99-100.

27 Jean-Luc Mayaud, op. cit. ; sa démonstration s’appuie sur la Franche-Comté et le Jura principalement.

28 Ronald Hubscher, « Une nouvelle clé de lecture des sociétés rurales : l’exemple du Nord de la France », Gilbert Garrier et Ronald Hubscher (dir.), Entre faucilles et marteaux, Lyon, PUL, MSH, 1988, p. 45.

29 Georges Duby et Armand Wallon, Histoire de la France rurale, t.4 : La fin de la France paysanne de 1914 à nos jours, Seuil, 1977, 668 p.

30 Cf. la thèse de Pierre Barral.

31 Jean Vercherand, Un siècle de syndicalisme agricole. La vie locale et nationale à travers le cas du département de la Loire, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 1994, 344 p. ou, plus ancien mais de la même veine, le travail de Suzanne Berger, Les paysans contre la politique, Seuil, coll. « Univers historique », 1975, 342 p. sur l’ouest de la Bretagne.

32 Telle notre Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, Ouest-France université, 1989, 500 p.

33 Si l’on en croit Rose-Marie Lagrave, « Bilan critique des recherches sur les agricultrices en France », Études rurales, octobre 1983, p. 9-10.

34 Gilbert Garrier, op. cit.,t.4 de l’Histoire de la France rurale, op. cit., la synthèse d’Annie Moulin, op. cit.

35 Christine Bard, Les femmes dans la société française au xxe siècle, Armand Colin, coll. « U », 2001, 286 p. ; Sylvie Schweitzer, Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire du travail des femmes aux xixe et xxe siècles, Odile Jacob, 2002, 330 p.

36 Op. cit., p. 210.

37 Annie Moulin, op. cit., p. 237 et Christine Bard, op. cit., p. 217-218.

38 Marie Allauzen, La paysanne française d’aujourd’hui, Gonthier, 1967, 206 p. ; Rose-Marie Lagrave (dir.), Celles de la terre. Agricultrice : l’invention politique d’un métier, EHESS, 1987, 256 p.

39 Martine Segalen, Mari et femme dans la société paysanne, Flammarion, 1980, 212 p.

40 Maryvonne Bodiguel, Les paysans face au progrès, Presses FNSP, 1975, 178 p. et Henri Mendras, La fin des paysans, rééd. 1991, Babel, 438 p.

41 Rose-Marie Lagrave, op. cit., p. 9-40.

42 Martine Segalen, op. cit., p.9.

43 Ibid., p. 192.

44 Op. cit., p. 133-135.

45 Ibid., p. 115.

46 Ce qu’a tenté d’analyser le colloque organisé par le CRHISCO (UMR CNRS 6040) à l’université Rennes 2 à la fin de septembre 2002 : Le genre face aux mutations. Masculin et féminin, du Moyen Âge à nos jours, Presses universitaires de Rennes, 2003.

47 Henri Mendras, op. cit., p.134

48 Marie Allauzen, op. cit., p.11.

49 Ibid., p. 17.

50 Ibid., p. 18.

51 Ibid., p. 106 sqq.

52 Rose-Marie Lagrave (dir.), op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540