Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ruralité française et britannique, XIIIe-XXe siècles

 | 
Nadine Vivier

Première partie. Le travail des femmes dans les exploitations agricoles (XVe-XXe siècle)

Le rôle productif des femmes dans l’Angleterre rurale du xixe siècle : champs, ferme et famille1

Nicola Verdon

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Introduction

  • 1 Traduction Béatrice Vivier.

1Récemment, la recherche universitaire concernant le rôle des femmes sur le marché du travail rural dans l’Angleterre du xixe siècle a connu un essor. On a ainsi reconnu que certains facteurs entraient en jeu pour expliquer les types de travail assumés par les femmes, la fréquence de leur emploi et les salaires accordés. Les différences régionales dans la taille des exploitations, les pratiques agricoles, les innovations techniques et l’investissement ont fait varier l’emploi des femmes à travers l’Angleterre rurale. Le cycle de vie jouait aussi un rôle (âge, statut familial, taille de la famille). Cet article se penchera successivement sur trois catégories de travailleuses des campagnes anglaises du xixe siècle afin d’illustrer la diversité de cette main-d’œuvre : les journalières agricoles (essentiellement des femmes mariées employées à la journée), les domestiques de ferme (jeunes, célibataires, embauchées par contrat à long terme) et les épouses des fermiers (femmes mariées qui fournissent un travail non salarié pour la famille et l’exploitation).

Les journalières agricoles

2La recherche récente sur les journalières agricoles a tenté d’évaluer l’importance du travail féminin dans les fermes au xixe siècle, c’est-à-dire voir si leur travail constituait un élément essentiel ou au contraire marginal de la main-d’œuvre agricole. Les livres de compte des exploitations qui enregistrent la main-d’œuvre et les salaires constituent une source utile pour étudier cette question car ils contiennent des informations sur les activités des femmes, en quantité et en nature du travail fourni, et sur la rétribution de la journée type de travail. Le tableau 1 illustre la structure de la main-d’œuvre agricole dans quelques fermes sélectionnées, au xixe siècle.

  • 2 K. D. M. Snell, Annals of the Labouring Poor : Social Change and Agrarian England, 1660-1900, Camb (...)

3En 1807 dans la ferme d’Earsham Home (Norfolk), une part substantielle du travail était réalisée par des femmes, et les registres montrent que certaines d’entre elles étaient employées pratiquement tout au long de l’année. Leur main-d’œuvre était particulièrement recherchée au printemps pour les tâches de désherbage et de sarclage, ainsi qu’en juillet, pour la fenaison et la récolte des céréales. Entre 1820 et 1840, leur participation dans les champs décroît considérablement avec l’augmentation simultanée de celle des jeunes garçons. Elle devient aussi plus saisonnière, les femmes trouvant principalement du travail entre mai et juillet, et très peu pour les moissons. Le déclin de la part des femmes dans la main-d’œuvre agricole observé dans cette ferme rejoint la vision orthodoxe d’historiens tels que Snell2.

Tableau 1. – Participation de la main-d’œuvre féminine dans quelques fermes au xixe siècle.
Sources : Norfolk Record Office (NRO) MEA 3/27-51, Farm accounts of Meade of Earsham, 1807-1838 ; University of Reading Library (URL), LIN P332/1 ; Brynmor Jones Library (BJL), University of Hull, DDJL 5/1-4, Farm account books of John Lockwood, Beverley, 1817-1820 et 1824-1825 ; East Riding Record Office (ERRO) DDSA 1203/16, Farming receipts and expenses, Saltmarshe, 1801-1846 et DDSA 1219/1-2, Women’s labour journals, Saltmarshe, 1818-1822 et 1835-1841 ; URL, NORF 9.1/1-75, Farm account books, Neatishead, 1859-1938 ; BJL, DDLG 43/5-15, Farm and private accounts, Lloyd-Greame family of Sewerby, 1821-1893 ; NRO, MC 299/28, Farm account book of Betts of Forncett, Tibenham and elsewhere, including farm labour book, 1880-1902.

  • 3 Cambridge Record Office (CRO), R55.7.8/23, Labour book of Chippenham Park and Farm.
  • 4 Suffolk Record Office (Bury St Edmonds branch), HA507/3/679, Ickworth Home farm ; receipts and pay (...)

4De plus, l’évolution observée dans d’autres comtés du Sud-Est de l’Angleterre, où dominent les cultures, vient confirmer cette tendance. Sur le domaine de Chippenham (est du Cambridgeshire) dans les années 1810 à 1830, les femmes travaillaient au désherbage et à l’épierrage des champs entre mars et mai, au désherbage en juin et à l’arrachage des chardons ainsi qu’à la fenaison en juillet. Elles ne participaient pas à la récolte des céréales et ne travaillaient pas durant la fin de l’automne et les mois d’hiver3. J’ai pu mettre en évidence des tendances similaires à Ickworth Home (une des fermes du domaine de Hervey – Suffolk) en 1807, à Great Waaltham (Essex) durant la même décennie, et dans d’autres fermes de l’Essex de la première moitié du xixe siècle4. Ainsi dans cette région d’Angleterre, l’emploi des femmes comme journalières était limité, même durant la période des guerres napoléoniennes, et des éléments indiquent que leur importance dans la main-d’œuvre agricole totale déclina dans la période 1830-1850.

  • 5 Helen V. Speechley, Women and child agricultural day labourers in Somerset, c. 1685-1870, Ph. D. t (...)
  • 6 URL, LIN P332/1. Les registres de fermes mentionnés aux notes 3, 4, et 6 sont exploités de façon p (...)

5Loin de ces comtés de l’Est du pays, des tendances différentes ont pu être mises en évidence. Helen Speechley montra que dans le Somerset, les femmes représentaient une part importante de la main-d’œuvre agricole durant la première moitié du xixe siècle. Sur le domaine de Poulett en 1818, elles assuraient 27 % des journées de travail, et 26 % à Dunster Castle en 1836-18395. D’autres fermes que j’ai pu étudier plus au sud montrent des niveaux similaires de participation féminine : en 1816 à Stockbridge (Hampshire), elles jouaient un grand rôle, fournissant près d’un tiers des journées rétribuées cette année-là6.

  • 7 BJL, DDJL 5/1-4.
  • 8 ERRO, DDSA 1219/1-2.
  • 9 Judy Gielgud, Nineteenth-century farmwomen in Northumberland and Cumbria : the neglected workforce(...)

6Si l’on considère l’agriculture du nord de l’Angleterre, la présence féminine dans les champs semble plus importante que dans la région sud-est. Sur la ferme de John Lockwood près de Beverley (Hampshire est), en 1818, les journalières effectuaient 45 % du travail salarié annuel. Leurs tâches consistaient principalement en désherbage, fenaison, moisson, ramassage des navets, battage et aide au couvreur pour la préparation du chaume7. Dans une autre ferme de la même région (Saltmarshe), pour la période 1820-1840, leur travail était aussi considérable : elles y désherbaient et sarclaient la terre, faisaient les foins et moissonnaient, arrachaient le lin, plantaient et récoltaient les pommes de terre8. En effet, l’adoption à grande échelle de la culture de plantes à tubercules, en particulier les pommes de terre, impliquait une demande croissante et continue au cours de l’année de main-d’œuvre féminine. Les travaux de Judy Gielgud sur l’emploi des femmes dans les comtés du Northumberland et de Cumbria corroborent ce modèle9 : là, les journalières faisaient partie intégrante de la main-d’œuvre agricole et leur marginalisation était loin d’être achevée dans la première partie du xixe siècle.

  • 10 URL, NORF 9.1/1-75.
  • 11 BJL.

7Dans la seconde moitié du xixe siècle, l’importance de cette main-d’œuvre agricole féminine semble avoir diminué dans nombre de régions anglaises. Dans le Sud-Est, ce déclin se poursuit. À la ferme de Old Hall (Norfolk), elle diminue tellement que, en 1891, les femmes ne jouent plus qu’un rôle marginal dans les champs. La main-d’œuvre agricole se masculinise régulièrement10. À Sewerby dans l’est du Yorkshire, on retrouve ce déclin du travail féminin : en 1891 elles ne travaillent plus qu’entre avril et août, désherbant, épierrant, faisant les fenaisons et les moissons11. De tels récits ne sont pas exceptionnels : Speechley comme Gielgud ont mis en évidence des éléments qui confirment ce déclin du travail agricole féminin au cours de la seconde moitié du xixe siècle. Comment peut-on expliquer cette évolution ? Elle tient en partie à des facteurs économiques : durant la grande dépression qui commença au milieu des années 1870, les fermiers devinrent de plus en plus réticents à embaucher des femmes pour désherber, épierrer et biner. Ils réduisent leurs coûts en engageant le moins de main-d’œuvre possible. L’utilisation plus répandue de la technologie et des machines agricoles (après la faux vinrent la moissonneuse puis la moissonneuse-lieuse) porta atteinte au rôle des femmes lors des récoltes. Mais nous ne devons pas oublier le fait que les femmes tendaient à se retirer d’elles-mêmes de ce secteur du marché du travail : lorsque le salaire nominal des hommes commença à croître à la fin du xixe siècle, les femmes eurent alors l’opportunité de se retirer de ces emplois mal payés, fastidieux et pénibles pour le dos.

  • 12 ERRO, DDSA 1067, Labour journals of Laxton Manor farm, May 1882 to January 1884.
  • 13 Celia Miller, « The hidden workforce : Female fieldworkers in Gloucestershire, 1870-1901 », Southe (...)
  • 14 Le nombre d’ouvrières agricoles en Angleterre et au pays de Galles était, selon les données des re (...)

8Mais nous devons être prudents. D’autres fermes de certains des comtés étudiés ici montrent une évolution bien différente. On peut en observer un bon exemple à la ferme de Laxton Manor (est du Yorkshire) où le travail des ouvrières agricoles était encore important dans les années 188012. Les travaux de Celia Miller sur la région d’agriculture mixte du Gloucestershire montrent aussi cette persistance du travail féminin durant la période 1870-189013. Même dans un comté comme le Norfolk, où les preuves de la marginalisation des ouvrières semblent les plus convaincantes, les femmes demeuraient dans certaines fermes un élément important de la main-d’œuvre : la ferme de Winfarthing en 1881 nous en offre une bonne illustration. Les comptes d’exploitation qui subsistent sont plus susceptibles de provenir de grands domaines, ils privilégient donc une certaine vision, mais dans nombre de plus petites fermes, le travail des femmes (et des enfants) resta vital tout au long du siècle. Ainsi, alors que de nombreux registres de fermes confirment le déclin du nombre des ouvrières agricoles dans la seconde moitié du xixe siècle, ce que montrent les chiffres du recensement officiel14, la contribution des femmes demeurait essentielle dans certaines régions et certaines propriétés, et elle ne pouvait être abandonnée.

  • 15 Voir par exemple A. Hassell-Smith, « Labourers in late sixteenth-century England : A case study fr (...)

9Ces archives d’exploitation révèlent la répartition par sexe du travail agricole. À travers l’Angleterre, certaines tâches agricoles manuelles (désherbage, épierrage, travaux sur les plantes à tubercules…) étaient perçues comme des « travaux féminins ». Les femmes faisaient aussi les foins mais leur présence pour la moisson était plus spécifiquement régionale et rare dans le Sud-Est. Ces registres confirment que les femmes participaient à une plus large palette de travaux dans le nord du pays. Cette répartition du travail n’était sans doute pas propre au xixe siècle : ce trait du travail agricole féminin était le fruit de d’évolutions antérieures15.

  • 16 Les femmes recevaient aussi un salaire supérieur à Saltmarshe pour arracher le lin (entre 12 et 18 (...)

10Le salaire journalier que les femmes recevaient dans certaines fermes, en particulier pour les foins et la moisson (si elles y travaillaient), est présenté dans le tableau 2. On voit que le niveau de salaire était relativement homogène à travers le pays dans la première moitié du siècle : 8 pence par jour semblant être la rémunération typique pour une journée dans les champs. On peut distinguer une scission nord-sud : les femmes recevaient 2 deniers de plus par jour à Beverley et 4 d à Cumbria, bien que ceci ne soit pas uniforme (ainsi les femmes recevaient 8 d à Saltmarshe). Une augmentation des salaires journaliers semble être survenue dans certaines régions dans la deuxième partie du siècle, mais là encore ce n’est pas général puisqu’ils sont restés stables à 8 d dans les comtés du Gloucestershire et de Norfolk. Dans beaucoup de fermes, les femmes étaient rémunérées sur la base d’un salaire fixe tout au long de l’année et quelle que soit la tâche qu’elles réalisaient (cf. Stockbridge, Dunsterf Castle, Breeks farm, etc.). Mais parfois, les besoins en main-d’œuvre à des périodes de forte activité pouvaient faire évoluer les salaires journaliers à la hausse (Northwich, Poulett, John Hutton, etc.)16.

  • 17 Les salaires sont exprimés ici en pence. Rappelons que 1 £ (livre) valait 20 s (shillings) et 1 s (...)

Tableau 2. – Le salaire journalier des femmes exprimé en pence, pour les foins et la moisson (là où il existe)17.
Sources : ERO D/Dby/A264-267A ; ERO D/Dtu/299 ; NRO, MEA, 3/27 ; Speechley, « Female and child day labourers », chap. 5 ; CRO R55 7.8/23 ; URL, LIN P332/1 ; BJL, DDJL 5/1-4 ; Worcester Record Office, 705 : 66, BA 4839, 1 (i), Estate account book, Northwich, 1828-1835 ; ERO D/Dby/A307 ; ERRO, DDSA 1219/2 ; Gielgud, « Nineteenth-century farm women », chap. 3 ; URL, ESS P302/1 ; URL, BER 13/5/3, Labour book, Radley, Berkshire, October 1849-October 1850 ; BJL, DDEV 56/331-5, Farm account books, Breks farm, Seaton Ross, 1851-58 ; BJL, DDLG, 43/5-15 ; URL NORF 9.1/1-75 ; ERRO, DDSA 1067 ; Miller, « The hidden workforce ».

  • 18 Joyce Burnette, « An investigation of the female-male wage gap during the industrial revolution in (...)

11Cependant, une différence persistante entre les salaires des femmes et des hommes peut être observée tout au long du xixe siècle : partout en Angleterre, les femmes gagnaient entre un tiers et la moitié du salaire des hommes. Bien sûr les hommes réalisaient les tâches spécifiquement masculines telles que le labourage et l’entretien des haies et fossés, mais même lorsqu’ils effectuaient les mêmes travaux que les femmes, leurs salaires journaliers de base étaient sensiblement supérieurs. L’exemple de Stockbridge (Hampshire) est édifiant : les journaliers mâles employés à ramasser les pommes de terre et les navets durant les mois d’hiver recevaient 1 s 6 d, contre seulement 8 d versés aux femmes pour le même travail. Certains historiens expliquent ceci par le fait que les femmes étaient payées au prix du marché en raison de leur faiblesse physique relative et de leurs responsabilités liées aux enfants et au foyer18. Les preuves en sont convaincantes : la confrontation des registres d’exploitation et des données des recensements montre que la plupart des femmes employées étaient mariées, et souvent à des ouvriers travaillant dans la même ferme qu’elles. Leur temps de travail était réduit afin d’équilibrer le travail aux champs et au foyer. Il évoluait au cours du cycle de vie : l’âge tout comme le nombre d’enfants influençaient manifestement la quantité de travail qu’elles pouvaient fournir dans les champs. Néanmoins, on peut considérer cette notion d’un niveau de salaire coutumier pour les ouvrières agricoles comme valable, d’autant plus que celui-ci stagne sur toute la durée du xixe siècle et dans tout le pays.

12Les sources nous montrent que les journalières subissaient de nombreuses pressions dans l’Angleterre du xixe siècle. Pourtant, chaque revenu additionnel rapporté au foyer pouvait faire une différence. La ferme de Laxton Manor au début des années 1880 nous en donne un exemple : la plupart des femmes qui y travaillaient occasionnellement gagnaient entre 2 £ et 4 £ par an, l’équivalent du loyer moyen d’une petite chaumière du voisinage. Leur contribution aux revenus du foyer était donc loin d’être négligeable.

Les femmes embauchées à l’année comme domestiques de ferme

  • 19 Dans le système du bondager, un homme domestique de ferme devait s’adjoindre une femme servante (a (...)

13La situation des journalières variait considérablement en fonction de leur âge, leurs conditions familiales, leur région de résidence ainsi que les conditions locales de travail. Elles constituaient une source de main-d’œuvre exploitable à bon marché car dans nombre de régions de la campagne anglaise, les femmes n’avaient pas d’autres possibilités de travailler. Les jeunes célibataires avaient rarement d’autre alternative que de travailler comme domestique, ce qui encouragea l’exode rural à mesure que le siècle avançait. Mais dans certaines régions de l’Angleterre du xixe siècle, de jeunes célibataires continuaient à être embauchées sur la base de contrats à long terme comme domestiques de fermes. Bien que le personnel de service dans l’agriculture déclinât rapidement après les guerres napoléoniennes dans une grande partie du sud de l’Angleterre, il persista encore sous diverses formes dans de nombreuses régions. Excepté une étude sur la mise en place d’un système de bondager (servage) dans le Northumberland, la condition des domestiques de ferme a été largement ignorée19. On peut attribuer ce désintérêt au fait que la distinction entre les filles de fermes et les domestiques était floue au xixe siècle, les femmes embauchées dans une ferme participaient non seulement aux travaux domestiques du foyer, mais elles travaillaient aussi dans la cour de la ferme et à la laiterie et quand cela était nécessaire, dans les champs. C’est pourquoi, lorsque le service de ferme subsistait au xixe siècle, les historiens ont eu tendance à assimiler le travail des filles de fermes à celui de simples domestiques, ce qui déformait la réalité et sous-évaluait le travail réalisé par les femmes à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de la ferme. L’est du comté du Yorkshire par exemple fut le seul comté de grande culture qui continua au xixe siècle à embaucher de jeunes célibataires (hommes et femmes) comme domestiques de ferme et ceux-ci formaient un élément important de la main-d’œuvre.

  • 20 Voir par ex. Rev. M. C. F. Morris, Yorkshire Reminiscences, Londres, 1922 ; Rev. M. C. F. Morris, (...)

14Le service de ferme occupait une place précise dans le cycle de vie des paysannes : elles quittaient leur maison entre 12 et 14 ans pour servir dans une ferme où elles avaient été embauchées pour une durée d’un an (à partir de la Saint-Michel, 23 novembre) ; elles vivaient à la ferme ou dans la maison du contremaître. Les filles de fermes étaient responsables d’un certain nombre de tâches : préparer les repas, nettoyer la maison, laver et repasser draps et vêtements, s’occuper des volailles et autres petits animaux de basse-cour et travailler aux champs en cas de besoin. Bien que l’est du Yorkshire soit une terre extraordinairement favorable à la culture, la plupart des fermes conservaient un petit troupeau de vaches, et les domestiques produisaient dans la laiterie le fromage et le beurre destinés à la consommation de la ferme. La femme du fermier, ou dans certains cas celle du contremaître, était responsable de l’embauche, la surveillance et la gestion de ces femmes. Dans des fermes plus importantes, certaines femmes étaient embauchées pour un poste spécifique (laitière…) mais il transparaît des descriptions de l’époque que la plupart des femmes réalisaient une large palette de tâches20 : il ne faut pas oublier ni sous-estimer la longueur et la pénibilité physique de ces journées de travail. La réputation d’une ferme, et par conséquent sa capacité à attirer la meilleure main-d’œuvre, dépendait souvent de la qualité de la nourriture et de la propreté de la maison.

15Comme dans le cas des ouvriers agricoles journaliers, la différence de salaire entre les hommes et les filles de fermes persista au cours du xixe siècle. Les filles de fermes les plus expérimentées (celles ayant entre 20 et 25 ans) gagnaient entre 45 % et 60 % du salaire de leurs alter ego masculins. Les adolescentes les plus âgées recevaient entre 60 % et 75 % du salaire des hommes du même âge, alors que les plus jeunes filles étaient les plus susceptibles de recevoir un salaire approchant celui des jeunes garçons : ainsi la différence de salaire entre les hommes et les femmes ne faisait que croître avec l’âge et l’expérience.

  • 21 Beverley Guardian, November 26, 1892.
  • 22 Eastern Counties Herald, November 18, 1869.
  • 23 Higgs suggère que le service de ferme féminin ne déclinait pas dans sa globalité, mais que c’est p (...)
  • 24 Flora Thompson explique que dans son village de l’Oxfordshire, durant la période 1875-1900, préval (...)

16La demande pour des filles de fermes demeura soutenue dans les années 1850 et 1860 et leur nombre s’accrut dans le comté du Yorkshire car, durant la période de croissance agricole du milieu de l’ère victorienne, les fermiers virent dans ces domestiques le meilleur moyen de s’assurer la présence tout au long de l’année d’une main-d’œuvre fiable dans des régions faiblement peuplées. Le service de ferme jouait un rôle important dans le marché du travail local car il offrait aux jeunes filles célibataires une opportunité de travail stable et parfois bien payé. Mais à partir de 1875, les fermiers rencontraient des difficultés croissantes pour attirer des jeunes femmes à leurs services. Un article de journal en 1892 déplorait que « dans toutes les foires à l’embauche du Yorkshire, les maîtresses de maison éprouvent les plus grandes difficultés à se procurer des filles utiles » et que « l’état du marché du travail dans ce domaine semble subir un important changement21 ». Dans ce comté, les filles de fermes commençaient à rechigner à effectuer certaines tâches traditionnellement associées au service de ferme ; dans les années 1860, un journal rapportait que les femmes « commençaient aujourd’hui à penser » que traire les vaches était un acte « trop servile et dangereux pour qu’elles s’y abaissent22 ». L’évolution vers une ségrégation accrue de la main-d’œuvre s’accentuait, les filles de fermes étant confinées aux travaux domestiques intérieurs, tandis que les hommes se consacraient plutôt aux travaux des champs23. Dans les années 1880, les journaux locaux font état de la pénurie de femmes prêtes à s’embaucher dans une ferme. Les statistiques de la population locale mettent en évidence l’importante migration des femmes vers les villes de l’est du Yorkshire, en particulier celles du groupe d’âge de 15 à 19 ans qui étaient attirées par le service domestique citadin. Les femmes percevaient de plus en plus le service de ferme comme une souillure de leur féminité, portant de plus atteinte à leurs chances d’être embauchées par la suite par des propriétaires plus avenants24.

Le rôle joué par les femmes des fermiers

  • 25 En 1851, le recensement enregistra 164420 épouses de fermiers et de pâtres (âgées de 20 ans et plu (...)

17La famille est un autre des aspects de la main-d’œuvre agricole du xixe siècle à avoir été négligé. La contribution productive des épouses de fermiers est difficile à estimer car elle n’est pas identifiée dans les sources : les femmes ne laissèrent que peu de journaux et les livres de compte ne font pas état du travail accompli par les membres de la famille. Entre 1851 et 1871, le recensement reconnut que les épouses qui assistaient leurs maris dans certaines entreprises familiales (telles qu’une exploitation agricole) mais ne recevaient pas de rémunération distincte pour leur travail, devaient être incluses dans les statistiques professionnelles ; cependant ces femmes furent systématiquement exclues de cette catégorie lors du recensement de 188125. Ainsi, bien que les historiens reconnaissent que l’épouse du fermier ait joué un rôle crucial dans le succès de la ferme, la vision de leurs fonctions productives et de leur évolution au cours du xixe siècle demeure insuffisante.

18L’épouse du fermier avait la responsabilité de certains aspects de l’exploitation. Elle contrôlait la gestion domestique du foyer : nourrir et loger la famille ainsi que chacun des employés travaillant et vivant à la ferme, surveiller le travail quotidien des filles de fermes, tenir les comptes du foyer. Elle s’occupait de la laiterie, produisant pour la consommation de la ferme comme pour le marché. Dans les grandes fermes laitières du Gloucestershire et du Cheshire, elle dirigeait le travail des employés dans la laiterie alors que dans les plus petites exploitations, elle effectuait le travail elle-même. Les porcs étaient une activité annexe de la laiterie, et ils étaient nourris de petit lait et d’abats. La maîtresse de la ferme élevait de plus des volailles, principalement des poules mais aussi dindes, oies, pigeons…

19Quelle est la contribution de la femme dans la richesse totale de la ferme, ceci est l’objet de débats. Charles Vancouver rapportait en 1808 que le jour du mariage, le fermier avait coutume

  • 26 Charles Vancouver, General View of the Agriculture of the County of Devon, Londres, 1808, p. 112.

« […] de remettre à sa femme ce qu’on appelle pin-money (argent de poche), constitué de volailles, porcs et de la production entière de la laiterie ; avec ce don, l’épouse est censée pouvoir vêtir et subvenir aux besoins de toute la maisonnée (à l’exception du pain, des céréales et des légumes) ; il est donc juste de louer grandement les épouses et filles des fermiers pour le zèle et l’attention qu’elles portent à l’exploitation26. »

  • 27 Thomas Dyke Acland, « On the farming of Somerset », Journal of the Royal Agricultural Society of E (...)
  • 28 100 gallons = 454,6 litres.
  • 29 John Baxter, Baxter’s Library of Practical Agriculture, 4e éd., vol. 1, Londres, 1851, p. 213.
  • 30 Ibid., p. 193.
  • 31 J. C. Loudon, An Encyclopaedia of Agriculture, 2e éd., Londres, 1831, p. 1036.
  • 32 Ibid., p. 1036.
  • 33 J. Bailey et G. Culley, General View of the Agriculture of the Counties of Northumberland, Cumberl (...)
  • 34 A. F. M. Willich, The Domestic Encyclopaedia, Londres, 1802, p. 440.
  • 35 Joseph Russell, A New System of Agriculture, Londres, 1840, p. 283.
  • 36 William Trotter, « Essay on the rearing and management of poultry », Journal of the Royal Agricult (...)
  • 37 Samuel Copeland, Agriculture Ancient and Modern, vol. 1, Londres, 1866, p. 433.

20Les commentateurs ne pouvaient douter que la laiterie comptait parmi les activités les plus rentables d’une exploitation agricole. En 1850 dans le Somerset, on estimait qu’une vache pouvait produire 300 unités de poids de fromage pour 3 acres de prairie, fromage qui serait vendu à 50 shillings les 100 unités de poids : ainsi comme dit le proverbe, « le seau paie le loyer27 ». En effet, le fromage était le produit le plus rentable de l’exploitation laitière : en 1851, il fut démontré que 100 gallons28 de lait transformés en fromage permettaient de réaliser un profit de 2 £ 19 s 4 d, contre 2 £ 6 s 10 d pour du beurre et seulement 1 £ 17 s 6 d si ce lait était utilisé pour nourrir un veau29. On estimait la quantité moyenne de lait produite par une vache à 3 000 quarts par an soit 750 gallons (soit 3 409,5 litres)30. Le travail et la gestion de l’épouse étaient donc indispensables ; comme l’exprimait un auteur en 1831 : « Dans ce département d’économie rurale, un tel degré de compétence, frugalité, propreté, zèle et bonne gestion est attendu de l’épouse que sans elle, un fermier pourrait en souffrir matériellement31. » Cet auteur continuait en affirmant que « cette observation est aussi valable pour les nombreuses autres activités de l’exploitation qui passent les mains de l’épouse32 ». Certains ne partageaient pas cet avis. Au début du xixe siècle, beaucoup d’observateurs voyaient l’élevage de volailles comme une activité chère et non rentable. En 1805 dans le Northumberland, on disait que les volailles étaient les animaux les moins profitables de la ferme car le prix du grain nécessaire pour les nourrir était alors le double du prix de vente des volailles sur le marché ; ils étaient donc des « articles élevés pour flatter des goûts de luxe33 ». Un autre auteur suggérait que les fermiers donnent à leurs épouses un montant annuel d’argent de poche, plutôt que de persister à autoriser les volailles, un à côté ruineux à reléguer dans la cour de ferme34. Cependant ces jugements étaient déplacés : les volailles se nourrissaient principalement de déchets et les épouses des fermiers purent au fil du siècle accroître les revenus issus de la vente de ces produits. Il y avait un marché déjà existant et en croissance pour les œufs comme pour la viande, favorisé par le développement des transports, en particulier des chemins de fer. John Russell estimait en 1830 que le profit réalisé sur les œufs de cinq volailles s’élevait à 1 £ 16 s 61/2 d35. En 1851, on estimait que dans les comtés du nord, les volailles destinées à la consommation rapportaient entre 1 s 2 d et 1 s 6 d au marché, mais que ce prix devrait doubler ou tripler aux abords des grands centres industriels et autour de Londres. Cette même année, les œufs de poule se vendaient 11 d la vingtaine, une poule pondant en moyenne 215 œufs par an36. En conséquence, Samuel Copeland incita les fermiers à être plus attentifs à cette branche d’activité (et au rôle des femmes de la famille) et « de donner comme il se doit une place importante dans la gestion ordinaire de la ferme à l’élevage et l’engraissage des volailles37 ».

  • 38 Thomas Batchelor, General View of the Agriculture of the County of Bedfordshire, Londres, 1808, p. (...)
  • 39 Voir par exemple, William Stevenson, General View of the Agriculture of the County of Dorset, Lond (...)
  • 40 John Middleton, General View of the Agriculture of the County of Middlesex, 1798, p. 327.
  • 41 Cobbett s’insurgeait particulièrement contre l’apparition des parloirs, des cloches que l’on agita (...)

21Mais l’étendue du travail et des responsabilités de l’épouse du fermier variait selon la taille et la région de l’exploitation : dans les plus grands domaines de cultures du sud-est, elle s’attachait principalement à superviser le travail des domestiques, bien plus qu’elle ne participait elle-même aux travaux manuels. Cependant les commentateurs observaient dès le début du xixe siècle la réticence croissante des épouses à participer à toute fonction productive de l’exploitation. En 1808, il fut noté que « dans les grandes fermes, l’activité laitière devient plus pénible pour l’épouse38 ». Ceci conduisit à un certain nombre de changements. En premier lieu, on eut plus souvent recours à des filles de ferme auxquelles on confiait une tâche spécifique unique (laitière, blanchisseuse…). Dans certaines régions, les fermiers louaient leur laiterie à des ouvriers spécialisés pour un prix fixé en fonction de la qualité de la terre39. Dans le Middlesex et autres comtés avoisinant Londres, embouche et élevage de veaux de lait remplacèrent les activités laitières « car la plupart des épouses de fermiers n’avaient ni le désir ni le zèle ou l’adresse suffisants pour gérer une laiterie40 ». Dans le sud-est, la taille croissante des fermes et la désaffection pour le logement des domestiques à la ferme contribuèrent à limiter le rôle des épouses de fermier, bien que certains commentateurs tels que William Cobett aient vu, à tort, dans la distinction et les prétentions croissantes des épouses le catalyseur du changement41.

  • 42 Deborah Valenze, « The art of women and the business of men : women’s work and the dairy industry, (...)
  • 43 James Caird, English Agriculture in 1850-1851, Londres, 1968 (1re éd. 1852), p. 78 et p. 252.
  • 44 William Rothwell, Report on the Agriculture of the County of Lancaster, Londres, 1849, p. 100.
  • 45 PP, 1868-1869, Royal Commission on the Employment of Children, Young Persons and Women in Agricult (...)
  • 46 The Penny Magazine, February 29 to March 31, 1840, p. 122.

22Deborah Valenze a objecté à cela que dans les régions laitières, le rôle des épouses avait perdu de son importance dès la fin du xviiie siècle, car les produits laitiers furent plus largement commercialisés et leur méthode de production plus standardisée. En conséquence, l’autorité des femmes fut remplacée par des hommes gestionnaires et courtiers (vendeurs)42. Cependant une lecture plus attentive des sources de l’époque montre que la diminution du rôle productif des épouses était loin d’être uniforme en Angleterre. Le travail et la surveillance de l’épouse continuaient d’être perçus comme des facteurs clés de l’activité laitière dans de nombreuses régions : lors de son voyage à travers l’Angleterre au milieu du siècle (1850-1851), James Caird remarqua que les laiteries du Wiltshire étaient « excessivement propres et bien gérées et ceci est à porter au crédit du zèle et des compétences des épouses de fermiers auxquelles la charge de cette importante activité est intégralement confiée », tandis que dans le Cheshire, « l’épouse est la personne la plus importante de l’établissement ; le fromage qu’elle a elle-même fait ou dont elle a supervisé la confection représentant des 2/3 au 3/4 du produit de la ferme43 ». Dans les zones de fermes de petites tailles, le travail des épouses demeurait vital. Dans le Lancashire du milieu du xixe siècle, on assurait aux fermiers que pour réussir, « eux-mêmes ou leurs femmes devaient traire les vaches ou au mois superviser cette opération44 ». Dans les plus petites fermes laitières des années 1860, « les femmes des propriétaires réalisent elles-mêmes le fromage, avec très peu de personnel salarié45 ». Le Penny Magazine rapporta que dans les zones de vallées et de collines, les épouses et filles des fermiers continuaient durant l’automne et l’hiver à carder et tisser le fil afin de réaliser des bas épais pour la famille ; elles aidaient aussi dans les champs pour la fenaison et la moisson « ainsi qu’en certaines occasions particulières46 ». Loin des fermes capitalistes de grande culture, les épouses des fermiers continuèrent tout au long du xixe siècle à assumer plusieurs rôles dans la production et demeurèrent indispensables au fonctionnement de l’exploitation.

Conclusion

23Le travail des femmes dans les campagnes du xixe siècle est une question complexe. Les historiens doivent être attentifs aux différences régionales, aux changements économiques et au cycle de vie. Bien que bon nombre de travaux aient été menés à bien ces dernières années, il est nécessaire de poursuivre les recherches pour mieux comprendre la nature de ce travail féminin. Et c’est d’autant plus possible qu’elles peuvent s’appuyer sur l’existence de sources variées en Angleterre, tels les livres des fermes, les livres de compte, les manuels d’agriculture, la littérature imprimée et les recensements.

Notes

1 Traduction Béatrice Vivier.

2 K. D. M. Snell, Annals of the Labouring Poor : Social Change and Agrarian England, 1660-1900, Cambridge, 1985, chap. 1.

3 Cambridge Record Office (CRO), R55.7.8/23, Labour book of Chippenham Park and Farm.

4 Suffolk Record Office (Bury St Edmonds branch), HA507/3/679, Ickworth Home farm ; receipts and payments book, 1806-1810 ; Essex Record Office (ERO), D/Dtu, 299, Farm accounts of Tufnell family of Langleys estate, Great Waltham ; ERO, D/Dby/A264-267A. Audley End estate accounts 1790-1851 ; ERO, D/Dby, A307, Littlebury Green farm, Michaelmas 1834 to Michaelmas 1835 ; URL, ESS P302/1, South House farm, Maldon, Essex, October 1844-October 1845.

5 Helen V. Speechley, Women and child agricultural day labourers in Somerset, c. 1685-1870, Ph. D. thesis, University of Exeter, 1999, chap. 4.

6 URL, LIN P332/1. Les registres de fermes mentionnés aux notes 3, 4, et 6 sont exploités de façon plus détaillée dans Nicola Verdon, A diminishing force ? Reassessing the employment of female day labourers in English agriculture, c. 1790-1850, thèse, et N. Verdon, Rural Women Workers in nineteenth century England : Gender, Work and Wages, Boydell, 2002.

7 BJL, DDJL 5/1-4.

8 ERRO, DDSA 1219/1-2.

9 Judy Gielgud, Nineteenth-century farmwomen in Northumberland and Cumbria : the neglected workforce, D. Phil thesis, University of Sussex, 1992.

10 URL, NORF 9.1/1-75.

11 BJL.

12 ERRO, DDSA 1067, Labour journals of Laxton Manor farm, May 1882 to January 1884.

13 Celia Miller, « The hidden workforce : Female fieldworkers in Gloucestershire, 1870-1901 », Southern History, 6, 1984, p. 139-161.

14 Le nombre d’ouvrières agricoles en Angleterre et au pays de Galles était, selon les données des recensements : en 1841-1835, 262 ; 1851-1870, 899 ; 1861-1843, 964 ; 1871, 33513 ; 1881 (ouvrières agricoles, filles de ferme et cottagers, équivalent des manouvriers), –40346 ; 1891 (ouvrières agricoles et filles de ferme), –24150 ; 1901-1904, 254.

15 Voir par exemple A. Hassell-Smith, « Labourers in late sixteenth-century England : A case study from north Norfolk [Part 1] », Continuity and Change, 4, 1989, p. 11-52 ; Mrs. Elizabeth Gilboy, « Labour at Thornborough : An eighteenth-century estate », Economic History Review, 1st ser., III, 1932, p. 388-398 ; Pamela Sharpe, « Time and wages of west country workfolks in the seventeenth and eighteenth centuries », Local Population Studies, 55, 1995, p. 66-69 ; Carole Shammas, « The world women knew : Women workers in the north of England during the seventeenth century », Richard S. Dunn et Mary Maples Dunn (éd.), The World of William Penn, Philadelphie, 1986, p. 99-114.

16 Les femmes recevaient aussi un salaire supérieur à Saltmarshe pour arracher le lin (entre 12 et 18 d par jour).

17 Les salaires sont exprimés ici en pence. Rappelons que 1 £ (livre) valait 20 s (shillings) et 1 s valait 12 d ou pence (d = penny ou denier) (N.D.T.).

18 Joyce Burnette, « An investigation of the female-male wage gap during the industrial revolution in Britain », Economic History Review, L, 1997, p. 257-281.

19 Dans le système du bondager, un homme domestique de ferme devait s’adjoindre une femme servante (a bondager) qui travaillait avec lui. Ce système a été critiqué à la fin du xixe siècle, où on l’a considéré comme une servitude dégradante, le terme de bondager se traduit d’ailleurs en français par servage. Pour l’analyse du système du bondager, voir Gielgud, Nineteenth century farm women, thèse citée, chap. 5.

20 Voir par ex. Rev. M. C. F. Morris, Yorkshire Reminiscences, Londres, 1922 ; Rev. M. C. F. Morris, The British Workman Past and Present, Londres, 1928 ; Alice M. Markham, Back of Beyond : Reminiscences of Little Humber Farm, 1903-1925, North Ferriby, 1979 ; voir aussi les mémoires inédits de Margaret Moate, née Cottingham, 1879 (East Yorkshire Local Studies Library, Beverley).

21 Beverley Guardian, November 26, 1892.

22 Eastern Counties Herald, November 18, 1869.

23 Higgs suggère que le service de ferme féminin ne déclinait pas dans sa globalité, mais que c’est plutôt l’utilisation de l’espace dans l’exploitation qui changeait, la bâtisse devenant de plus en plus un lieu de travail féminin. Edward Higgs, « Occupational censuses and the agricultural workforce in Victorian England and Wales », Economic History Review, XLVIII, 1995, p. 700-716 (p. 708).

24 Flora Thompson explique que dans son village de l’Oxfordshire, durant la période 1875-1900, prévalait l’idée que « Servante de ferme un jour, servante de ferme toujours ». Voir Lark Rise to Candleford, Harmondsworth, 1984 (1re éd. 1939), p. 157.

25 En 1851, le recensement enregistra 164420 épouses de fermiers et de pâtres (âgées de 20 ans et plus) ; en 1861, 163498 et en 1871, 187029.

26 Charles Vancouver, General View of the Agriculture of the County of Devon, Londres, 1808, p. 112.

27 Thomas Dyke Acland, « On the farming of Somerset », Journal of the Royal Agricultural Society of England, vol. 11, 1850, p. 666-764 (p. 705).

28 100 gallons = 454,6 litres.

29 John Baxter, Baxter’s Library of Practical Agriculture, 4e éd., vol. 1, Londres, 1851, p. 213.

30 Ibid., p. 193.

31 J. C. Loudon, An Encyclopaedia of Agriculture, 2e éd., Londres, 1831, p. 1036.

32 Ibid., p. 1036.

33 J. Bailey et G. Culley, General View of the Agriculture of the Counties of Northumberland, Cumberland and Westmoreland, Londres, 1805, p. 163.

34 A. F. M. Willich, The Domestic Encyclopaedia, Londres, 1802, p. 440.

35 Joseph Russell, A New System of Agriculture, Londres, 1840, p. 283.

36 William Trotter, « Essay on the rearing and management of poultry », Journal of the Royal Agricultural Society of England, vol. 12, 1851, p. 161-202 (p. 169).

37 Samuel Copeland, Agriculture Ancient and Modern, vol. 1, Londres, 1866, p. 433.

38 Thomas Batchelor, General View of the Agriculture of the County of Bedfordshire, Londres, 1808, p. 581.

39 Voir par exemple, William Stevenson, General View of the Agriculture of the County of Dorset, Londres, 1812, p. 381. Il affirme que « la laiterie et la fabrication des fromages sont des travaux trop serviles pour les femmes des gros fermiers, et il serait en vérité absurde que la femme ou la fille d’un homme qui détient une propriété de 10 à 15 000 livres s’adonnât aux tâches ingrates de la laiterie » (p. 387).

40 John Middleton, General View of the Agriculture of the County of Middlesex, 1798, p. 327.

41 Cobbett s’insurgeait particulièrement contre l’apparition des parloirs, des cloches que l’on agitait pour faire accourir les serviteurs, des pianos, canapés, livres et estampes dans les fermes fraîchement rénovées du début du xixe siècle. Voir ses Rural Rides, Harmondsworth, 1985 (1re éd. 1830), p. 226-227. Ces opinions ont été reprises au fil du siècle par d’autres auteurs. Richard Jefferies, en 1880, défendait que « pour une part, la décadence de l’agriculture était liée au fait que les femmes n’étaient plus enclines à se dévouer autant que l’avaient fait leurs mères avant elles » (Hodge and His Masters, Stroud, 1992 [1re éd. 1880], p. 90).

42 Deborah Valenze, « The art of women and the business of men : women’s work and the dairy industry, c. 1740-1840 », Past and Present, 130, 1991, p. 142-169.

43 James Caird, English Agriculture in 1850-1851, Londres, 1968 (1re éd. 1852), p. 78 et p. 252.

44 William Rothwell, Report on the Agriculture of the County of Lancaster, Londres, 1849, p. 100.

45 PP, 1868-1869, Royal Commission on the Employment of Children, Young Persons and Women in Agriculture, Mr. Edward Stanhope’s report on the counties of Dorset, Kent, Chester, Salop, Stafford and Rutland, p. 11.

46 The Penny Magazine, February 29 to March 31, 1840, p. 122.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. – Participation de la main-d’œuvre féminine dans quelques fermes au xixe siècle.Sources : Norfolk Record Office (NRO) MEA 3/27-51, Farm accounts of Meade of Earsham, 1807-1838 ; University of Reading Library (URL), LIN P332/1 ; Brynmor Jones Library (BJL), University of Hull, DDJL 5/1-4, Farm account books of John Lockwood, Beverley, 1817-1820 et 1824-1825 ; East Riding Record Office (ERRO) DDSA 1203/16, Farming receipts and expenses, Saltmarshe, 1801-1846 et DDSA 1219/1-2, Women’s labour journals, Saltmarshe, 1818-1822 et 1835-1841 ; URL, NORF 9.1/1-75, Farm account books, Neatishead, 1859-1938 ; BJL, DDLG 43/5-15, Farm and private accounts, Lloyd-Greame family of Sewerby, 1821-1893 ; NRO, MC 299/28, Farm account book of Betts of Forncett, Tibenham and elsewhere, including farm labour book, 1880-1902.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22524/img-1.png
Fichier image/png, 10k
Légende Tableau 2. – Le salaire journalier des femmes exprimé en pence, pour les foins et la moisson (là où il existe)17.Sources : ERO D/Dby/A264-267A ; ERO D/Dtu/299 ; NRO, MEA, 3/27 ; Speechley, « Female and child day labourers », chap. 5 ; CRO R55 7.8/23 ; URL, LIN P332/1 ; BJL, DDJL 5/1-4 ; Worcester Record Office, 705 : 66, BA 4839, 1 (i), Estate account book, Northwich, 1828-1835 ; ERO D/Dby/A307 ; ERRO, DDSA 1219/2 ; Gielgud, « Nineteenth-century farm women », chap. 3 ; URL, ESS P302/1 ; URL, BER 13/5/3, Labour book, Radley, Berkshire, October 1849-October 1850 ; BJL, DDEV 56/331-5, Farm account books, Breks farm, Seaton Ross, 1851-58 ; BJL, DDLG, 43/5-15 ; URL NORF 9.1/1-75 ; ERRO, DDSA 1067 ; Miller, « The hidden workforce ».
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22524/img-2.png
Fichier image/png, 15k

Auteur

Université de Reading

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540