Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ruralité française et britannique, XIIIe-XXe siècles

 | 
Nadine Vivier

Première partie. Le travail des femmes dans les exploitations agricoles (XVe-XXe siècle)

Les femmes dans le monde rural à l’époque moderne, xvie-xviiie siècles

Scarlett Beauvalet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Voir la bibliographie très complète (le guide rassemble plus de 300 titres) donnée par J.-M. Moric (...)

1Un constat de départ s’impose : il existe relativement peu de travaux qui portent spécifiquement sur les femmes dans le milieu rural à l’époque moderne1. La question est bien sûr souvent abordée, mais la situation des femmes n’est la plupart du temps envisagée que de façon marginale et indirecte. Pourtant, à chaque fois que leur statut et leur rôle sont évoqués, on ne manque pas de rappeler qu’ils sont fondamentaux dans les économies préindustrielles, aussi bien pour tout ce qui concerne la transmission des biens et des exploitations que le travail fourni en complémentarité avec celui des hommes.

  • 2 Sur l’incapacité de la femme mariée et la capacité retrouvée de la veuve : S. Beauvalet-Boutouyrie (...)
  • 3 R. Bridenthal et C. Koonz (éd.), Becoming Visible. Women in European History, Boston, Houghton Mif (...)

2Il convient de s’interroger sur les raisons d’un tel état de fait. Les sources, telles qu’elles se présentent, expliquent en partie les lacunes historiographiques. En effet, en raison de son statut de personne juridiquement incapable – la jeune fille est sous l’autorité de son père ou de celui qui détient l’autorité paternelle, la femme mariée sous celle de son époux – la femme est peu présente, en tant qu’individu autonome, dans les sources. Il n’y a guère que lorsqu’elle devient veuve, et qu’elle est libérée de la tutelle masculine2, qu’elle accède à une plus grande visibilité, pour reprendre un terme largement utilisé à la suite des travaux publiés3. Ce n’est, le plus souvent, que par des mentions indirectes que nous percevons son rôle et ses activités.

3Il n’est donc pas superflu de se pencher sur les problèmes spécifiques de documentation qui se posent pour une histoire des femmes dans le monde rural, avant, dans un second temps, de mettre l’accent sur la diversité de la condition féminine, tant en ce qui concerne le statut que les activités. Il ne s’agira pas ici de faire un bilan historiographique des acquis sur la question, mais de suggérer, au moyen de quelques exemples, des pistes de recherche.

Une documentation spécifique à l’histoire des femmes dans le monde rural ?

4Quelles sources mobiliser pour une histoire des femmes dans le monde rural ? On s’aperçoit très vite qu’il n’y a pas de sources véritablement spécifiques, qu’elles sont inégales dans le temps et en fonction des catégories sociales.

Une absence de spécificité des sources

5La documentation que l’on peut mettre en œuvre, quand on s’intéresse aux femmes du monde rural, est abondante et variée, mais très peu « féminine ». On retrouve en effet les grandes catégories de sources propres à l’étude de la société moderne, les sources fiscales, les registres paroissiaux, les actes notariés et les archives judiciaires, mais elles concernent indifféremment les deux sexes. Or, d’emblée, un certain nombre de difficultés surgissent quand on veut aborder la condition féminine. C’est ainsi que si l’on examine les sources fiscales, on s’aperçoit que les listes sont établies à partir des chefs de feux, et la femme, à moins qu’elle soit célibataire ou veuve, n’apparaît qu’indirectement. Elle figure en tant que « fille » ou « épouse de », et quand bien même elle exerce une activité différente de celle de son mari et a fortiori complémentaire, celle-ci n’est pas, ou exceptionnellement, mentionnée.

  • 4 Virginie Lemonnier-Lesage, Le statut de la femme mariée dans la Normandie coutumière : droit et pr (...)

6De même, dans la documentation notariée, la femme mariée apparaît le plus souvent sous couvert de l’homme. Mais il s’agit d’une subordination en fait beaucoup plus apparente que réelle, comme le montre parfaitement l’exemple des contrats d’apprentissage. Lorsque la femme travaille de manière indépendante, dans la couture comme c’est fréquemment le cas, et qu’elle a besoin d’un apprenti, c’est en général le mari qui passe l’acte et embauche à son nom l’apprentie. Un deuxième exemple, tiré de la pratique notariale, montre qu’il convient d’être extrêmement prudent quant à l’incapacité de la femme mariée. En Normandie, où la coutume organise une complète séparation des biens entre les conjoints et un régime de subordination fort de l’épouse, les actes de la pratique offrent une tout autre vision. En effet, alors que les actes sont tous passés au nom du mari, on voit, contre toute attente, les époux s’engager ensemble, solidairement l’un pour l’autre, selon la formule juridique employée4. Ces deux exemples montrent que si la femme n’agit pas officiellement et à titre individuel, elle n’est pas pour autant une exclue ; seulement, les sources ne le laissent pas entrevoir au premier abord.

7Il n’y a guère que pour les célibataires, mais elles ne sont pas très nombreuses dans la société rurale, et les veuves que la documentation est plus accessible, tout simplement parce que jouissant d’une capacité juridique et entière, elles agissent en leur nom propre, accédant à cette visibilité précédemment évoquée. Aussi bien pour les actes notariés que les sources fiscales ou judiciaires, et cela ne vaut pas seulement pour l’histoire des femmes, mais encore plus pour l’histoire de la société rurale dans son ensemble, elles qui apparaissent rarement comme actrices principales, les dépouillements sont longs et la plupart du temps d’un rendement, il faut bien l’avouer, médiocre parce que nous manquons d’entrées pour exploiter ce type de documentation, d’où la nécessité de souvent tout lire pour trouver son miel.

  • 5 Cette source a été signalée, à l’occasion du colloque, par Brigitte Maillard, qui en fait actuelle (...)
  • 6 Brigitte Maillard, « Les veuves dans la société rurale au xviiie siècle », Annales de Bretagne et (...)

8Il faut donc manipuler une documentation considérable afin de rechercher tous les types d’actes dans lesquels la femme peut intervenir, directement ou non. Outre les grandes catégories de documents habituellement utilisés, un certain nombre d’autres peuvent apporter des éléments. Ainsi, les « démissions de biens » et les demandes de pension viagère sont très utiles pour voir comment la femme seule organise sa vie ; de même, les tutelles, curatelles et les comptes donnent des indications sur la situation des enfants, et de la manière dont la veuve les éduque et gère leurs biens. On peut également évoquer deux sources jusqu’à présent relativement peu utilisées : les « déclarations de délogement5 » et les demandes en « décharge » d’imposition. Ces sources, une fois encore, ne sont pas propres aux femmes, mais elles fournissent des renseignements intéressants à leur sujet. Les déclarations de délogement permettent d’envisager la mobilité géographique, et notamment celle, difficilement saisissable, des domestiques, la personne concernée indiquant pourquoi elle part et où elle va s’installer ; quant aux demandes en « décharge » d’imposition, elles concernent de nombreuses veuves en situation financière délicate. Point intéressant, on peut noter que le nombre d’enfants à charge est en général mentionné6.

  • 7 Voir à ce propos Nicole Lemaître, Le scribe et la mage. Notaires et société rurale en Bas-Limousin (...)

9Enfin, on peut également mobiliser d’autres sources comme les grands traités d’agronomie ou d’économie domestique, et toutes celles qui sont du ressort de l’intime ou du privé comme les mémoires, les correspondances, les livres de raison7, les comptabilités commerciales. La plupart de ces textes ont été écrits par des hommes, et s’il est bien connu que les femmes écrivent moins que les hommes (c’est notamment très net pour les xvie et xviie siècles, sans doute un peu moins pour le xviiie), celles du monde rural écrivent encore moins que les urbaines. Il en résulte une documentation rare, et souvent utilisable au niveau du discours masculin et de la représentation.

Une inégalité de la documentation dans le temps et en fonction des catégories sociales

10Dans le milieu rural, jusque dans la première moitié du xvie siècle, sauf pour inventaire en cas de rupture de la communauté conjugale, on ne recourt pas systématiquement au notaire et l’on se contente souvent de simples actes sous seing privé. Il en résulte que la documentation notariale est donc relativement rare, ou en tout cas incomplète. Toutefois, à mesure que l’on avance dans le temps, en liaison avec l’intensification des échanges et la monétarisation accrue de l’économie, les familles prennent l’habitude de recourir plus systématiquement au notaire, si bien que les actes, de plus en plus nombreux, gagnent en étendue et en précision. Une procédure devient notamment essentielle : le partage. Elle suit une ordonnance classique, fixée par la pratique notariale, avec tout d’abord un préambule dans lequel on présente les différents héritiers, puis des observations qui sont l’occasion de retracer l’histoire patrimoniale du ménage : mention est alors faite de tous les actes passés par celui-ci, contrat de mariage, dons et legs, dots accordées aux enfants, inventaire après décès du premier mourant, le cas échéant ventes et comptes de succession, puis, pour terminer, la présentation de l’actif successoral, de la fortune mobilière, immobilière et des dettes.

11Il est bien évident que ce type de documentation concerne avant tout les élites du monde rural. On peut alors tenter de retracer, à partir des contrats de mariage, des inventaires après décès ou des partages de succession, l’histoire des fortunes, de leur constitution et de leur transmission. D’autres documents, comme les comptes de tutelle, les testaments, les liquidations de communauté ou les écrits privés viennent enrichir cette connaissance. Mais seules les personnes ayant des biens passant ce type d’actes, et il y a un véritable déficit de la documentation pour les catégories inférieures du monde rural. Une inégalité qui est encore plus criante pour les sources du for privé, les témoignages étant, à quelques exceptions près, ceux des élites du monde rural.

12Les difficultés à réunir la documentation rappelées, il convient d’envisager les traits caractéristiques de la situation des femmes dans le monde rural. Toutes les investigations menées dans les sources et le bilan historiographique des travaux jusqu’à présent publiés montrent qu’il existe une grande diversité de situation des femmes dans le monde rural. Elle s’exprime tout d’abord au travers des statuts.

La diversité des statuts

13La diversité se lit à plusieurs niveaux : elle est fonction de l’âge, du statut matrimonial, et de la position sociale. Il est bien certain que la situation de la femme ne s’exprime pas toujours en termes de dépendance, quand bien même le statut juridique le laisserait supposer.

Les jeunes filles et les célibataires

  • 8 Béatrix de Buffévent, L’économie dentellière en région parisienne au xviie siècle, Pontoise, Socié (...)

14Presque toutes les filles reçoivent les premiers rudiments de formation au sein de l’économie domestique familiale. Elles effectuent, dès le plus jeune âge, de menus travaux, aidant en général leur mère qui les initie aux diverses tâches de la maison et de la ferme, ou secondent aussi parfois leur père. Naturellement, les tâches qui leur sont confiées dépendent de la place de leur famille dans la hiérarchie sociale et le processus de production. Les sources manquent pour approcher précisément ce premier apprentissage. Ce peut être au travers de brèves notations, comme à l’occasion d’émancipations, de redditions de comptes à la mort d’un parent ou de son retrait des affaires (abandonnement de biens) que l’on entrevoit les formes que peut prendre l’apprentissage. Il est ainsi évoqué dans la déclaration d’un fils et d’une fille âgés respectivement de 23 et 19 ans en vue d’obtenir leur émancipation, à Villiers-le-Bel, en 1570 : « Depuis qu’ils ont eu et acquis chacun douze et treize ans, ils ont toujours travaillé au trafficq de dentelle de soie, guipure et aultres façons desquelles leur père trafiqquait8. »

  • 9 Marcel Couturier, Recherches sur les structures sociales de Châteaudun, 1525-1789, Paris, SEVPEN, (...)

15Il existe une grande variété de situation chez les jeunes filles selon qu’elles restent, ou non, au domicile familial jusqu’au moment de leur mariage. Certaines vont au couvent, d’autres sont employées dans le cadre du service domestique ou mises en institution. On a en effet montré que le modèle occidental se caractérisait par le placement des jeunes jusqu’à leur mariage dans d’autres familles, processus du life-cycle servant, qui aurait concerné en France environ 6 % des familles dans le Nord, et 12 % dans le Sud. En fait, le phénomène est difficile à mesurer et à appréhender, les sources ne permettant pas toujours de distinguer entre domestiques de « cycle de vie » et domestiques de profession. Dans ce domaine, il reste de nombreux travaux à mener. On dispose de quelques exemples : chez les vignerons de Châteaudun9, tant que le père est en vie, les filles restent à la maison, participant aux différents travaux. À la mort de celui-ci, la mère veuve est le plus souvent obligée de vendre la vigne ou de la transmettre à l’un de ses fils. Les filles sont alors soit mariées, soit placées comme domestiques en ville ou servantes de ferme à la campagne afin de se constituer une dot. Cette mise en service peut être l’occasion de conclure un contrat d’apprentissage, mais ce n’est pas systématique, loin de là. L’analyse des contrats jusqu’à présent retrouvés a montré que les conditions d’apprentissage étaient un peu différentes de celles observées en ville, avec une durée plus longue et des conditions qui prouvent qu’il s’agit de quelque chose de plus qu’un simple apprentissage. Les maîtres semblent en effet se substituer aux parents, et il n’est pas rare de voir insérée une clause selon laquelle ils traiteront l’enfant comme si c’était la leur.

  • 10 Jean-Marc Moriceau, Les fermiers de l’Île-de-France, xve-xviiie siècle, Paris, Fayard, 1994, p. 73 (...)
  • 11 Béatrix de Buffévent, L’économie dentellière, op. cit.

16L’apprentissage peut aussi se faire en institutions. Les fermiers de l’Îlede-France10 n’hésitent pas à faire donner à leurs filles une bonne éducation, passant généralement par le système conventuel, et notamment les Ursulines. À la fin du xviie siècle, il en coûte de 120 à 150 livres par an chez les Ursulines de Meaux, Clermont-en-Beauvaisis ou Saint-Denis ; c’est un peu plus cher à Meaux, avec 320 livres dans les années 1730. Ce passage des filles de fermiers au pensionnat a été très important, ayant notamment eu pour conséquence un net rapprochement avec les élites de la ville, un véritable fossé séparant au contraire les filles et femmes de fermiers d’avec le reste du monde rural. Les villages, quoique sans doute moins souvent que les villes, ont également connu un apprentissage professionnel, dans le cadre de la politique charitable. On peut évoquer les initiatives de Vincent de Paul et des dames de la Charité ou de la Compagnie du Saint-Sacrement pour apprendre aux filles pauvres à faire de la dentelle ou des travaux liés au textile. On en a un bon exemple à Sarcelles, Villiers-le-Bel ou Clamart11.

17Au final, y a-t-il des formes d’apprentissage préférentiellement choisies ? Quels rôles jouent l’âge, le contexte familial et la situation sociale ? Les structures familiales, et particulièrement la survie des parents, de même que les niveaux de fortune sont évidemment à prendre en compte dans la détermination des choix opérés. Si l’on dispose d’ores et déjà d’exemples, on manque encore d’une vision d’ensemble.

  • 12 Les pourcentages donnés par Louis Henry et Jacques Houdaille pour la France entière sont de 7 % po (...)
  • 13 J.-M. Moriceau, Les fermiers, op. cit., p. 805 et N. Lemaître, Le scribe, op. cit., p. 111.

18Quant aux filles restées célibataires en milieu rural, il conviendrait de mieux évaluer leur nombre et surtout d’éclairer leur situation et leur condition. On sait que le célibat définitif est plus rare à la campagne qu’à la ville mais, malgré tout, toutes les filles ne sont pas mariées, et à cet égard la différence ville/campagne est à mieux étudier12. De quelles filles s’agit-il ? Est-ce un choix volontaire, la décision par exemple de se sacrifier aux intérêts de la famille, ou un statut imposé ? Toutes les filles n’étaient sans doute pas aptes physiquement ou intellectuellement au mariage, mais surtout il devait y avoir des difficultés familiales empêchant la réalisation d’une alliance ou d’une dot. Des filles pouvaient enfin choisir de rester célibataires pour jouer un rôle au service de leur groupe, phénomène qui s’observe aussi bien dans la France du Nord que du Sud13. Ainsi, en Limousin, Antoinette Terrade, après avoir reçu son héritage, fait ses demi-frères héritiers universels pour continuer à vivre dans la maison de son père ; en Île-de-France, Marie Bocquet s’attache pendant plus de deux ans au service de sa mère, veuve et mère de neuf enfants et, à la mort de celle-ci, s’installe à Paris, chez son frère Denis. Il est clair que le rôle de ces femmes dans l’ordre familial reste à mieux étudier.

Les femmes mariées

  • 14 Plusieurs cas cités par Nicole Lemaître pour les Terrade au xvie siècle : les hommes ne sont que d (...)

19Elles sont juridiquement sous la coupe de leur mari, mais la pratique révèle des situations beaucoup plus nuancées. D’une part l’héritage peut venir des femmes et celles-ci peuvent transmettre le nom14, d’autre part elles jouent souvent un rôle essentiel dans le maillage des relations et la gestion de la maison. Comment, dès lors, mesurer leur degré d’indépendance et d’autonomie ? La question est d’autant plus difficile qu’il y a fréquemment collaboration entre les époux.

  • 15 J.-M. Moriceau, Les fermiers, op. cit.,p.112 sqq.

20D’un point de vue général, les femmes ont bénéficié d’un statut juridique plus favorable au fil du temps. Dans le milieu des fermiers de l’Île-de-France15 par exemple, on observe un net accroissement des responsabilités des épouses. Dès le début du xvie siècle, les fermiers s’efforcent de se faire reconnaître un droit au bail, et notamment un droit familial sur l’exploitation. Sauf pour les baux à long terme, les contrats ne mentionnaient en effet que le nom du preneur, d’où l’incertitude sur ce qu’il adviendrait de l’exploitation en cas de décès avant l’expiration du bail. Petit à petit, un compromis s’établit entre bailleurs et preneurs, et l’on voit progressivement apparaître, à côté du nom du preneur, celui d’un frère, d’un père ou d’un beau-père, mais surtout se multiplier les stipulations en faveur de l’épouse. Alors que jusque dans les années 1540, les droits de celle-ci étaient encore mal définis, son identité propre n’apparaissant que ponctuellement, les choses changent à partir de cette date. Sa situation s’améliore nettement et, presque systématiquement désormais, une priorité lui est accordée pour la reprise de l’exploitation. On peut donc parler d’une reconnaissance officielle d’un droit des femmes à terminer le bail, même si l’assistance d’un tiers est souvent nécessaire. L’épouse, tenue de s’engager personnellement à la bonne exécution du bail, devient ainsi coresponsable de son accomplissement.

21Le fait de gérer l’exploitation a entraîné la nécessité de lire, de compter, de mesurer, d’écrire et généralement de maîtriser les opérations monétaires. Or, si dans le dernier tiers du xvie siècle, très peu de femmes sont alphabétisées au moment du mariage, on en voit plusieurs capables de signer, certes plus ou moins adroitement, une fois installées dans les fermes. Il y a le signe d’un accroissement des responsabilités de la fermière à l’intérieur de la grande exploitation. Passé 1720, il n’y en a plus aucune qui ne soit capable au moins de dessiner son nom, et l’on voit de plus en plus de fermières multiplier les écritures comptables, et les fermiers leur déléguer de plus grandes responsabilités.

Les veuves

22Bien qu’elles accèdent toutes à l’indépendance en récupérant une capacité juridique pleine et entière, on observe une grande variété de situation chez les veuves. De nombreuses possibilités s’offrent en effet à elles : garder l’exploitation, en totalité ou en partie en faire-valoir direct, en restant la principale gestionnaire tout en se faisant assister par les enfants ou des tiers ; passer un bail avec un tiers et percevoir un loyer ; ou encore abandonner leurs biens moyennant une résidence et une rente, ou une pension alimentaire.

  • 16 J.-M. Moriceau et G. Postel-Vinay, Ferme, Entreprise, Famille. Grande exploitation et changements (...)

23Les exemples de veuves chefs d’exploitation ne manquent pas. Catherine Buisson, veuve d’un laboureur d’Oissery en Multien, s’occupe de la ferme entre 1678 et 168016. Elle baille deux troupeaux à titre de croît, l’un composé de 101 brebis, le second de 50 : le premier lui rapporte 80 agneaux, et le second 39. Le contrat concédant la propriété d’un sixième de la souche au preneur, son capital, estimé sur la base de 3 livres la tête, augmente de 46 % en deux ans.

  • 17 Ceci n’a rien d’étonnant dans le Sud, en raison du type de structures familiales, mais le processu (...)
  • 18 D. G. Troyansky, Old Age in the Old Regime : Image and Experience in Eighteenth Century France, Co (...)
  • 19 J.-M. Moriceau, « Un système de protection sociale efficace : exemple des vieux fermiers de l’Îled (...)
  • 20 J.-P. Gutton, ibid., voir particulièrement p. 75-86.
  • 21 S. Beauvalet-Boutouyrie, Être veuve, op. cit.,p. 311 sqq.

24Si le veuvage est loin d’être synonyme de déchéance, a contrario, on a aussi de nombreux exemples de veuves pour qui la mort du conjoint signifie la misère et la ruine. La cohabitation des générations, surtout dans la France du Sud, est loin d’être inconnue. Les dénombrements montrent que de nombreuses veuves se retirent au domicile de leurs enfants mariés17. Ainsi, à Éguilles, en Provence, en 1810, il n’y a qu’un peu moins de 20 % des veuves qui vivent seules18. Aussi bien dans la France du Nord que du Sud, certains arrangements sont souvent organisés du vivant même du couple, une disposition du contrat de mariage d’un enfant stipulant qu’il sera tenu d’entretenir et de nourrir sa mère si elle devient veuve19. Il y a une grande diversité régionale, avec tantôt des pensions, tantôt des rations alimentaires, mais toujours une solidarité familiale qui s’exprime20. Quand celle-ci ne joue plus, c’est l’assistance à domicile dans le cadre des bureaux de charité ou de bienfaisance ou l’assistance hospitalière qui prennent le relais21. Si la situation urbaine commence à être relativement bien connue, il reste encore beaucoup à faire pour le monde rural.

25Il faut donc se garder de toute généralisation hâtive, qui serait inexacte ou réductrice, et examiner les situations individuellement, cas par cas.

La diversité des rôles féminins

26De nombreux travaux ont bien mis en lumière l’importance de la contribution des femmes aussi bien à l’économie familiale qu’à la production extérieure au foyer. L’économie rurale ne saurait en effet fonctionner sans la participation multiforme de la femme, depuis sa jeunesse jusqu’à sa vieillesse. On la trouve à tous les temps forts de la vie agricole, tels que la moisson ou les vendanges, capable de mener différents travaux, comme le petit élevage, le jardinage, le glanage, pouvant aussi se livrer à d’autres activités lucratives comme le textile ou la mise en nourrice, et sachant enfin, le cas échéant, diriger la ferme comme chef d’exploitation.

27On peut distinguer deux grandes catégories, qui n’excluent pas d’ailleurs des chevauchements : une catégorie purement agraire, sans doute assez rare, où la femme s’occupe avec son mari à la seule marche de l’exploitation, et une seconde, d’économie mixte, agraire/industrielle, où la femme s’occupe pendant une partie de l’année, celle-ci variant en durée selon les régions, à la ferme, et l’autre dans l’industrie.

L’activité productrice dans le cadre familial

  • 22 C. Estienne et J. Liébault, L’agriculture et la Maison rustique, Paris, 1564.

28Dans les fermes, les hommes travaillent aux champs tandis que les femmes tiennent la maison et s’adonnent à des activités qui en sont proches. Il y a un véritable partage des compétences, l’organisation du travail impliquant dans les grandes fermes comme dans les petites exploitations familiales, une spécialisation des tâches. Les rôles respectifs restent toutefois souvent délicats à préciser. Si l’homme a la charge du gros bétail, et si, au premier abord, les tâches de la fermière semblent se ramener à celles d’une bonne ménagère, elle a aussi un rôle complémentaire à celui de son époux, et indispensable. Elle a la responsabilité des vaches, des porcs et de tous les oiseaux de la basse-cour ; elle surveille le four, la cave, le chanvre (la récolte aussi bien que le tissage), le jardin, les ruches, dirige les servantes, vend au marché les surplus de lait, de légumes et d’œufs. En dehors des opérations culturales proprement dites, et de la négociation des grands produits végétaux et animaux, tout le reste lui revient, comme le montrent bien les grands traités à l’image de La Maison rustique22. Mais surtout, elle est responsable en cas d’absence du fermier, devant alors expédier les affaires courantes. Enfin, au moment du veuvage, la charge de la ferme l’absorbe entièrement. Habilitée à poursuivre les baux depuis le milieu du xvie siècle, elle s’attache à la conduite du labour et à la direction du ménage, seule ou en association. Si avant 1600, les documents faisaient peu apparaître cette reconnaissance professionnelle des veuves, on voit après cette date se multiplier les mentions de « laboureuse », « receveuse », « fermière-laboureuse », et de plus en plus de veuves présentes sur le marché des baux.

  • 23 A. Poitrineau, Remues d’hommes. Les migrations montagnardes en France xviie-xviiie siècles, Paris, (...)
  • 24 Cité par Louise A. Tilly et Joan W. Scott, Les femmes, le travail et la famille, 1978 (trad. fr., (...)

29Dans les régions pauvres où le travail est saisonnier, la femme prend en charge toute la ferme pendant que le mari part à la recherche d’un emploi plus lucratif23. C’est le cas en Auvergne, quand les hommes s’emploient au printemps et à l’automne comme ramoneurs, porteurs d’eau, terrassiers, peigneurs de chanvre… Ce qui vaut à Arthur Young, ne trouvant dans cette région que des femmes au travail, de méditer sur l’oisiveté des maris24. C’est la même chose dans le Rouergue et le Gévaudan où les hommes se rendent en été dans le Languedoc pour participer à la cueillette du raisin, laissant la ferme à leurs épouses.

  • 25 A. Fauve-Chamoux et L. Fialova (éd.), Le phénomène de la domesticité en Europe, xvie-xxe siècles, (...)

30À côté de ce travail au sein de l’exploitation, la femme peut aussi concourir au travail salarié. La plupart des exploitations ont en effet besoin de personnel salarié, soit d’ouvrières et des domestiques agricoles employées à l’année, soit d’une main-d’œuvre d’appoint appelée ponctuellement. Les occupations des domestiques agricoles sont très variées : elles cuisinent, lavent, nettoient, nourrissent les volailles, traient les vaches, aident aux champs comme faneuses ou glaneuses. La louée s’effectue en général à deux grands moments : la Saint-Jean (24 juin) et la Saint-Martin (11 novembre), et les engagements, conclus pour le semestre ou l’année, sont le plus souvent verbaux. On a cependant pu montrer que le recrutement était local, les demandes d’embauche répondant à la nécessité pour des filles du cru d’apporter un complément de ressources à leur famille ou de se constituer une dot. Les servantes perçoivent entre 18 et 30 livres par an, plus un complément en nature, de la toile, une coiffe, un mouchoir, un tablier. C’est peu, mais elles trouvent à la ferme le gîte et le couvert, acquièrent une formation et enfin, se constituent un petit pécule. Les dénombrements conservés montrent qu’il s’agit d’un personnel jeune, d’âge compris entre 15 et 25 ans, le plus souvent en attente d’un établissement par mariage25. Mais il y a aussi des veuves que la solitude oblige à entrer en condition. Au quotidien, la situation de ces ouvrières est mal connue, faute de sources. On la perçoit au travers de fragments dans les livres de raison ou les comptabilités d’exploitation, d’informations judiciaires les mettant en cause, éventuellement par l’indication d’une constitution de dot dans un contrat de mariage.

  • 26 Vauban, La dîme royale, 1707, texte présenté par E. Le Roy Ladurie, Paris, Imprimerie nationale, 1 (...)
  • 27 J.-M. Moriceau et G. Postel-Vinay, Ferme, Entreprise, op. cit.

31En plus de ce personnel salarié, toutes les fermes font appel à une main-d’œuvre complémentaire pour des tâches plus ponctuelles. Il s’agit d’un personnel un peu différent, constitué de jeunes filles mais aussi de femmes mariées, épouses de manouvriers pour la plupart. Les épouses de journaliers contribuent en effet, de même que celles des fermiers, à l’économie familiale, mais elles doivent en plus se louer dans les champs. Vauban26, quand il décrit la famille d’un ouvrier agricole, souligne parfaitement l’importance de ce travail féminin. On les occupe à des travaux divers, tels que « l’épeluchage » du blé, opération qui consiste à sélectionner les semences, à l’échardonnage ou à « l’esniellage » pour enlever les mauvaises herbes au moment où les plantes cultivées entrent en pleine croissance, au sarclage, et au liage des javelles. Ces emplois, très liés à la qualité des récoltes et à la pluviosité qui favorise le développement des mauvaises herbes, sont précaires. Ainsi, en Île-de-France, à la ferme de Choisy-aux-Bœufs, dont on peut suivre les comptes d’exploitation de 1690 à 1694, le printemps pourri de 1693 a multiplié par quatre le volume de travail offert aux saisonniers27. Les semailles de 1692 et 1693 avaient déjà donné lieu à des dépenses pour « journées d’espluchage » ; en octobre 1693, il faut redonner 8 livres 15 sous à deux filles du pays pour effectuer ce travail, et l’année d’après, encore 30 livres parce que la moisson, de mauvaise qualité, est en partie niellée. Toujours à la ferme de Choisy-aux-Bœufs, Louis Chartier verse, le 29 avril, 8 livres 3 sous à des femmes pour ôter les mauvaises herbes. Il recommence dix jours plus tard, versant cette fois 18 livres 15 sous ; comme les pluies redoublent les deux semaines suivantes, tout est à recommencer au début du mois de juin. Enfin, la récolte mobilise tous les bras, y compris les enfants et la main-d’œuvre féminine.

Les activités liées au textile

  • 28 Dans l’Amiénois, on a mention à partir de 1569 de la fabrication de serges notamment dans les vill (...)
  • 29 P. Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, contribution à l’histoire sociale de la Fran (...)
  • 30 J. Meuvret, Études d’histoire économique, Cahier des Annales, n° 32, Paris, A. Colin, 1971.

32Beaucoup de travaux font état de la part considérable des ruraux dans la production industrielle. Pierre Deyon évoque un transfert, dans la seconde moitié du xviie siècle, d’une partie du tissage de sayetterie vers les campagnes28 ; Pierre Goubert rappelle l’essor, entre 1630 et 1720, de la production rurale qui compense dans le Beauvaisis la chute d’ensemble de la production textile29 ; Jean Meuvret parle du « surplus de travail » que les campagnes françaises ont à offrir30. Dans de très nombreuses régions, on assiste, dès le début du xviie siècle, à un véritable décollage de l’industrie rurale, les fabriques lainières s’installant prioritairement dans les villages où les terroirs sont les moins fertiles. Les femmes prennent une part très importante à cette production. Pour mieux la connaître, il faudrait plonger dans les registres paroissiaux, les rôles de taille, les archives notariales et seigneuriales, notamment les livres terriers où des mentions professionnelles accompagnent les noms des tenanciers.

  • 31 B. de Buffévent, L’économie dentellière, op. cit.,p.89 sqq.
  • 32 Louise A. Tilly et Joan W. Scott, Les femmes, op. cit.

33Les campagnes autour de Paris, dans lesquelles les femmes travaillent beaucoup en dentelle, ont été bien étudiées31. Dès le xviie siècle en effet, parallèlement aux travaux agricoles et à l’artisanat local, se développe une industrie rurale unique par son importance et son extension : la fabrication de la dentelle. Elle occupe un nombre important d’ouvrières, filles, femmes mariées et veuves, qui travaillent sur place pour des marchands. À la différence de l’artisanat local, elles utilisent des matières premières, venues de l’extérieur, et produisent pour une clientèle étrangère à la paroisse. Le travail de la dentelle se fait en général aux fuseaux, sur un petit métier, que l’on appelle oreiller, carreau ou coussin, la plupart du temps fourni par le marchand, que l’on pose sur ses genoux ou sur un tréteau. La légèreté du matériel, quant à son prix et à son poids, n’impose pas de local particulier et l’on peut donc fabriquer seul, chez soi, ou en compagnie à l’occasion des veillées. De nombreuses régions sont concernées par la manufacture rurale : en Cerdagne par exemple, les filles et les femmes sont occupées pendant six ou sept mois de l’année à tricoter des bas de laine, un marchand fournissant la matière première et payant la façon des bas32.

  • 33 Bisette : petite dentelle commune.

34À la différence de la ville, où l’on travaille plutôt dans des ateliers autour d’une maîtresse, à la campagne le travail est dispersé, réparti dans chaque foyer, avec de temps à autre des regroupements spontanés pour l’agrément ou la commodité des ouvrières. D’où les difficultés posées par l’étude d’un tel travail, si bien intégré à la vie rurale qu’il en demeure bien souvent indiscernable. C’est avant tout un travail féminin, qui regroupe aussi bien des enfants que des filles célibataires, des femmes mariées et des veuves. Il est très difficile, voire impossible de dénombrer cette main-d’œuvre, car on a exceptionnellement des mentions de profession : il n’y a rien ou presque dans les registres paroissiaux, peu de choses dans les archives notariées, si ce n’est quelques autorisations données par le mari pour ratifier des contrats. Seules les veuves sont un peu plus faciles à repérer, mais encore faut-il qu’elles soient marchandes et non pas simples ouvrières. On voit donc apparaître cette main-d’œuvre en filigrane, au détour de certains actes comme les contrats d’apprentissage, les inventaires après décès, les procès. On apprend ainsi, dans un contrat de 1653, qu’Ambroise Lelung embauche une apprentie pour sa femme « pour par la femme dudit Lelung monstrer et enseigner à ladite fille à faire de la bisette33 ».

35Exceptionnellement, des sources plus précises nous renseignent comme, en 1693, cette déclaration de 15 marchands de dentelle qui donnent les noms de leurs ouvriers au greffe de la prévôté de Villiers-le-Bel, soit 430 femmes et filles et 5 hommes. Béatrix de Buffévent a calculé que si l’on appliquait ce chiffre à l’ensemble des villages, ce serait plus de 20 000 individus, autant dire toutes les femmes et filles des villages des campagnes au sud de Paris, qui se mêleraient de dentelle. Un autre exemple est fourni par un rôle de taille tarifée et proportionnelle pour Villiers-le-Bel qui donne, pour 1748, la liste des contribuables avec leur imposition : on apprend que les 21 marchands de dentelle, parmi lesquels 6 veuves, emploient 1 882 ouvrières.

36D’autres formes de travail existent également, dans des manufactures créées à l’initiative des marchands parisiens afin de regrouper la main-d’œuvre. C’est le cas de la manufacture Bourget, « Manufacture de dentelles de fil, façon d’Angleterre et de Malines », ouverte en juin 1686 par la dame Bourget, à Villiers-le-Bel, dans la maison d’un marchand de dentelles. La main-d’œuvre de l’établissement est en grande partie féminine, avec 50 filles sur les 60 apprentis. L’entreprise ferme en 1690, mais l’année suivante, la tentative est renouvelée. En octobre 1695, Pierre Dechars obtient, avec ses deux sœurs, un privilège royal pour établir, toujours à Villiers-le-Bel, une manufacture de dentelles façon Malines pour 100 ouvrières. On voit dans ces exemples que, même si le travail dispersé reste la règle, la manufacture n’en amorce pas moins un mouvement de rassemblement de la main-d’œuvre, qui est logée et nourrie.

  • 34 B. de Buffévent, L’économie dentellière, op. cit., p. 345.
  • 35 Ibid.
  • 36 Ibid.

37Si la place de la femme dans l’industrie rurale de la dentelle est importante du point de vue de la fabrication, elle l’est aussi à celui de la commercialisation, et ce à plusieurs niveaux, comme auxiliaire ou exerçant elle-même à son compte. La femme du marchand de dentelle est en effet plus que la première ouvrière de son mari. Il existe souvent une véritable collaboration au sein du couple, mais que l’on ne perçoit pas tant que le mari est en vie. C’est seulement au moment du veuvage que l’on voit la femme agir, car elle a désormais acquis l’autonomie. Beaucoup de femmes continuent ainsi le trafic et le négoce, attestant d’une compétence acquise bien auparavant. Il existe là encore de très nombreux cas de figure, certaines veuves reprenant les affaires seules, d’autres y associant leurs enfants. Lorsque Samuel Hauduroy meurt en 1674, sa veuve reste seule avec huit enfants âgés de 2 à 20 ans34. Elle reprend l’affaire en s’associant à son fils aîné. On la voit alors, comme tout marchand de dentelle, passer des actes chez le notaire. En 1681, le fils aîné, majeur, se marie avec la fille d’un marchand de dentelle. Des différends éclatent entre la mère et le fils qui, sur l’avis de parents, s’accordent devant notaire, la mère promettant de bailler à son fils « 800 livres pour sa part et portion du profit fait entre eux pendant et durant le temps de leur société35 ». On peut également citer l’exemple de Françoise Simon, veuve d’Antoine Chalot de Mesnil-Aubry, qui continue, après le décès de son mari en 1680, à faire travailler à la dentelle aidée de ses deux fils. On suit sa trace dans divers actes notariés : en 1693, elle donne 30 ouvrières à l’un de ses fils ; en 1696, elle cède au second ses autres ouvrières moyennant une pension viagère, jusqu’à ce qu’elle se retire des affaires36.

38La situation des femmes en milieu rural se caractérise donc par une très grande diversité. Loin de former un groupe uniforme, elles offrent une grande variété de statuts et d’occupations. Certaines, dans des circonstances bien définies, peuvent disposer d’une incontestable autonomie, marquée par le contrôle de leurs biens ou l’exercice d’une profession. Quant au travail, il y a manifestement une adaptation à la conjoncture et à la situation du groupe familial, ce qui fait que c’est tantôt une forme, tantôt l’autre qui l’emporte. La production artisanale féminine répondant à divers besoins et intérêts économiques, il en résulte une étonnante diversité de tâches et une grande flexibilité de la main-d’œuvre. Il reste maintenant à multiplier les observations, en tenant compte de l’évolution chronologique et de la diversité régionale.

Notes

1 Voir la bibliographie très complète (le guide rassemble plus de 300 titres) donnée par J.-M. Moriceau, La terre et les paysans aux xviie et xviiie siècles. Guide d’histoire agraire, Bibliothèque d’Histoire rurale, Publication de l’Association d’Histoire des Sociétés rurales, n° 3, 1999.

2 Sur l’incapacité de la femme mariée et la capacité retrouvée de la veuve : S. Beauvalet-Boutouyrie, Être veuve sous l’Ancien Régime, Paris, Belin, 2001, p. 181 sqq.

3 R. Bridenthal et C. Koonz (éd.), Becoming Visible. Women in European History, Boston, Houghton Mifflin, 1977 et G. Dermenjian, J. Guilhaumou et M. Lappied (dir.), Femmes entre ombre et lumière. Recherches sur la visibilité sociale (xvie-xxe siècles), Paris, Publisud, 2000.

4 Virginie Lemonnier-Lesage, Le statut de la femme mariée dans la Normandie coutumière : droit et pratiques, doctorat nouveau régime, université de Rouen, 2000, p. 385.

5 Cette source a été signalée, à l’occasion du colloque, par Brigitte Maillard, qui en fait actuellement l’étude pour la Touraine.

6 Brigitte Maillard, « Les veuves dans la société rurale au xviiie siècle », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1999, n° 1, p. 211-230.

7 Voir à ce propos Nicole Lemaître, Le scribe et la mage. Notaires et société rurale en Bas-Limousin aux xvie et xviie siècles, Ussel, Musée du pays d’Ussel, 2000. Une enquête menée en collaboration par les Archives de France et le Centre Roland Mousnier de l’université Paris IV doit aboutir, à terme, à la constitution d’un corpus des écrits privés depuis la fin du Moyen Âge jusqu’au début du xxe siècle.

8 Béatrix de Buffévent, L’économie dentellière en région parisienne au xviie siècle, Pontoise, Société historique et archéologique de Pontoise, du Val d’Oise et du Vexin, 1984.

9 Marcel Couturier, Recherches sur les structures sociales de Châteaudun, 1525-1789, Paris, SEVPEN, 1969.

10 Jean-Marc Moriceau, Les fermiers de l’Île-de-France, xve-xviiie siècle, Paris, Fayard, 1994, p. 738.

11 Béatrix de Buffévent, L’économie dentellière, op. cit.

12 Les pourcentages donnés par Louis Henry et Jacques Houdaille pour la France entière sont de 7 % pour la génération de 1660-1664, 8,5 % pour celle de 1720-1724 et 11,5 % pour celle de 17651769 : « Célibat et âge au mariage aux xviiie et xixe siècles », Population, 1978, p. 43-84.

13 J.-M. Moriceau, Les fermiers, op. cit., p. 805 et N. Lemaître, Le scribe, op. cit., p. 111.

14 Plusieurs cas cités par Nicole Lemaître pour les Terrade au xvie siècle : les hommes ne sont que des gendres, Le scribe, op. cit., p. 112.

15 J.-M. Moriceau, Les fermiers, op. cit.,p.112 sqq.

16 J.-M. Moriceau et G. Postel-Vinay, Ferme, Entreprise, Famille. Grande exploitation et changements agricoles : les Chartier (xviie-xixe siècles), Paris, EHESS, 1992 ; J.-M. Moriceau, Les fermiers, op. cit., p. 328.

17 Ceci n’a rien d’étonnant dans le Sud, en raison du type de structures familiales, mais le processus est loin d’être inconnu dans le Nord : S. Beauvalet-Boutouyrie, Être veuve, op. cit.,p.168 sqq.

18 D. G. Troyansky, Old Age in the Old Regime : Image and Experience in Eighteenth Century France, Cornell University Press, 1989, p. 69 (trad. fr., Miroirs de la vieillesse en France au siècle des Lumières, Paris, Eshel, 1992).

19 J.-M. Moriceau, « Un système de protection sociale efficace : exemple des vieux fermiers de l’Îlede-France (xviie-xixe siècles) », Annales de Démographie historique, 1985, p. 127-144 et J.-P. Gutton, Naissance du vieillard, Paris, Aubier, 1988, p. 35 sqq. : l’auteur donne de nombreux exemples.

20 J.-P. Gutton, ibid., voir particulièrement p. 75-86.

21 S. Beauvalet-Boutouyrie, Être veuve, op. cit.,p. 311 sqq.

22 C. Estienne et J. Liébault, L’agriculture et la Maison rustique, Paris, 1564.

23 A. Poitrineau, Remues d’hommes. Les migrations montagnardes en France xviie-xviiie siècles, Paris, Aubier, 1983.

24 Cité par Louise A. Tilly et Joan W. Scott, Les femmes, le travail et la famille, 1978 (trad. fr., Paris, Rivages, 1987), note 13.

25 A. Fauve-Chamoux et L. Fialova (éd.), Le phénomène de la domesticité en Europe, xvie-xxe siècles, Prague, Acta Demographica, XIII, 1997.

26 Vauban, La dîme royale, 1707, texte présenté par E. Le Roy Ladurie, Paris, Imprimerie nationale, 1992, p. 129 sqq.

27 J.-M. Moriceau et G. Postel-Vinay, Ferme, Entreprise, op. cit.

28 Dans l’Amiénois, on a mention à partir de 1569 de la fabrication de serges notamment dans les villages de Conty, Mouy et Ailly, mais les progrès décisifs de la manufacture rurale sont un peu plus tardifs, et contemporains de la longue dépression économique : P. Deyon, Amiens capitale provinciale. Étude sur la société urbaine au xviie siècle, Paris-La Haye, Mouton, 1967.

29 P. Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, contribution à l’histoire sociale de la France du xviie siècle, Paris, SEVPEN, 1960.

30 J. Meuvret, Études d’histoire économique, Cahier des Annales, n° 32, Paris, A. Colin, 1971.

31 B. de Buffévent, L’économie dentellière, op. cit.,p.89 sqq.

32 Louise A. Tilly et Joan W. Scott, Les femmes, op. cit.

33 Bisette : petite dentelle commune.

34 B. de Buffévent, L’économie dentellière, op. cit., p. 345.

35 Ibid.

36 Ibid.

Auteur

Université de Picardie

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540