Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ruralité française et britannique, XIIIe-XXe siècles

 | 
Nadine Vivier

Première partie. Le travail des femmes dans les exploitations agricoles (XVe-XXe siècle)

Le travail des femmes dans les ménages ruraux anglais, 1450-1650 : trois approches alternatives1

Jane Whittle

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Une version plus longue de cette étude est parue sous le titre « The gender division of labour » d (...)
  • 2 Traduction Béatrice Vivier.

1Note portant sur l'auteur2

2En dépit de l’intérêt croissant des historiens pour l’histoire des femmes en Angleterre, démontré par les nombreuses publications sur ce sujet depuis la dernière décennie, le travail des femmes demeure un sujet relativement peu étudié. Ceci est particulièrement vrai en milieu rural, où vit pourtant la femme moyenne du début de la période moderne, loin des villes et des centres d’industrie rurale.

3Ce désintérêt étant souvent attribué à un manque de documentation, le but de cet article est d’étudier les éléments disponibles et de suggérer une exploitation nouvelle d’un certain nombre de sources bien identifiées. Nous nous concentrerons sur trois types de matériaux de recherche (sources littéraires ; livres de comptes des fermes et ménages ; ainsi que les preuves matérielles fournies par les documents juridiques et notariaux), avançant l’idée qu’une exploitation conjointe de ces éléments permettrait une reconstitution fidèle à la réalité du travail des femmes.

Les sources littéraires

  • 3 Au 24 avril 2001, le texte complet de la ballade (manuscrit de l’époque d’Henri VII, Chetham Libra (...)
  • 4 Barbara A. Hanawalt, The Ties that Bound, p. 141 ; Judith M. Bennett, Women in the Medieval Englis (...)
  • 5 A. Fitzherbert, The Book of Husbandry, op. cit., p. 97.
  • 6 T. Tusser, Five Hundred Points of Good Husbandry, op. cit., p. 157.

4Les quatre œuvres littéraires les plus connues datant de cette époque et illustrant la répartition du travail entre les sexes dans les ménages de fermiers sont les suivantes : le texte médiéval anonyme de The Ballad of the Tyrannical Husband (La ballade du mari tyrannique) ; le Book of Husbandry (Livre de l’économie domestique, 1533) de John Fitzherbert ; l’ouvrage de Thomas Tusser : Five hundred points of Husbandry united to as many of good Huswifery (Cinq cents points d’économie domestique et autant spécifiquement à l’usage des femmes, 1573) ; et enfin, de Gervase Markham, English Husbandman (Le mari anglais, 1613) et English Housewife (La maîtresse de maison anglaise, 1615)3. Ces travaux nous fournissent des informations, non seulement sur la division du travail en milieu rural qui sera évoqué plus en détail dans cet article, mais aussi sur la perception contemporaine du travail des femmes. The Ballad of the Tyrannical Husband a été exploitée par un certain nombre d’historiens médiévistes comme une source essentielle sur le travail des femmes dans l’Angleterre rurale4. L’intérêt de cette ballade réside non seulement dans le degré de détails qu’elle donne, mais aussi dans la forme employée : une dispute entre un mari et sa femme pour savoir qui des deux travaille le plus. La ballade prend parti pour la femme, peignant une image satirique du travail de l’homme limité au seul labourage. La liste des tâches réalisées par la femme est longue : traire les vaches, produire beurre et fromage, s’occuper des volailles, préparer le pain et les repas, brasser la bière, préparer le lin et filer la laine, et tenir la maison propre, tout ceci venant s’ajouter à la garde des enfants. Elle se plaint de « ne pouvoir que peu dormir » car veillant au sommeil de leur enfant, mais elle nettoie néanmoins la maison et trait les vaches avant même que son mari ne se lève. L’image du dur labeur des femmes n’est pas réservée au genre des chansons populaires satiriques, c’est aussi de cette façon qu’il est présenté dans les manuels éducatifs formels. Fitzherbert prodiguait plus volontiers ses conseils sur la gestion du temps à la femme qu’au mari, reconnaissant qu’elle avait souvent à mener de front diverses tâches et devait constamment prendre d’importantes décisions quant à la priorité à accorder à ces tâches, en tenant compte à la fois de leur urgence et du profit qu’en tirerait le ménage5. Tusser notait qu’alors que l’homme bénéficiait de périodes de répit saisonnier lorsque l’activité baissait, la femme, elle, devait travailler « sans fin », le travail quotidien se combinant au rythme saisonnier6.

  • 7 A. Fitzherbert, The Book of Husbandry, op. cit., p. 93 et p. 95.
  • 8 T. Tusser, Five Hundred Points of Good Husbandry, op. cit., p. 99.

5Fitzherbert et Tusser admettaient leur connaissance très limitée du travail des femmes. Les sections de leurs livres y faisant référence ne sont pas tant des conseils que des listes de tâches que le mari peut attendre que sa femme réalise. Fitzherbert remarque lui-même : « Je n’ai aucune expérience de toutes les activités de leurs femmes7. » De même, Tusser reconnaît que les femmes maîtrisaient mieux que les hommes certaines activités, en particulier celles liées à la laiterie8.

  • 9 Bartholomew Dowe, « A Dairy Book for Good Huswives », en annexe du livre de Torquato Tasso, The Ho (...)

6Le seul livre de conseils aux fermiers datant du xvie siècle et donnant des indications précises sur l’activité laitière est celui de Bartolomew Dowe : A Dairy Book for Good Housewifes (Un guide laitier pour les bonnes maîtresses de maison, 1588)9. Ce livre prend la forme d’une discussion entre un homme du Suffolk et une femme originaire du comté de Hampshire sur la supériorité de l’activité laitière du Suffolk. Dès la première page, elle lui demande incrédule s’il a déjà réalisé lui-même du fromage, ce à quoi il répond que « jamais au cours de sa vie », mais que sa mère gérait une ferme riche de 140 vaches laitières et employait sept jeunes filles. Il avait seulement observé leurs méthodes de travail. The English Housewife (La maîtresse de maison anglaise) de Gervase Markham donne des conseils précis pour un certain nombre de tâches féminines : outre la laiterie, il donne des conseils pour cuisiner, distiller, faire le malt et travailler le textile. Ce sont les conseils d’un homme à des femmes qu’il respecte, reconnaissant la complexité de leur travail et l’adresse qu’il requiert.

  • 10 A. Fitzherbert, The Book of Husbandry, op. cit., p. 97-98.

7Les hommes et les femmes ayant leurs compétences spécifiques, mari et femme dépendaient l’un de l’autre mais cela donnait aussi une certaine indépendance à la femme dans son domaine de compétence propre. Elle ne pouvait être considérée simplement comme une aide de l’homme. Fitzherbert incitait la femme à tenir ses propres comptes et à en faire part à son mari, celui-ci lui devant la réciprocité. Elle devait générer son propre revenu en « allant au marché pour vendre beurre, fromage, lait, œufs, poulets, poules et chapons, porcs, oies et toutes sortes de céréales10» et faire de même les achats pour le ménage. Ainsi la femme gagnait de l’argent en vendant des produits et elle en économisait en réalisant le plus possible elle-même, un point qu’on retrouve dans la ballade comme chez Tusser.

  • 11 Ibid., p. 97.
  • 12 T. Tusser, Five Hundred Points of Good Husbandry, op. cit., p. 99 ; G. Markham, The English Housew (...)

8On conseillait de temps à autre à la femme d’aider son mari. Ainsi Fitzherbert leur enjoignait-il de « faner, couper les céréales, et en cas de besoin, d’aider son mari à remplir la charrette à fumier, conduire la charrue, charger foins, céréales ou autre11… ». Mais les hommes étaient aussi encouragés à aider leur femme en donnant aux vaches laitières un bon pâturage comme le suggère Tusser ; ou en « leur épargnant de porter des poids trop lourds » comme le conseille Markham12.

9Les sources littéraires sont riches et nuancées, mais elles ne doivent pas être considérées comme représentatives des tâches effectivement accomplies par les femmes en milieu rural. D’un côté, certaines tâches évidentes sont omises ou seulement brièvement mentionnées (telles que s’occuper des enfants, s’approvisionner en eau et en combustible, entretenir le linge et le travail quotidien). Mais d’un autre côté, ce serait une erreur de penser que toutes les femmes rurales étaient expertes dans de multiples domaines. Il existait des différences régionales en fonction du type d’agriculture et de l’aisance du ménage et probablement selon l’aptitude et l’enthousiasme de chacune d’elles. Ceci a aussi changé au fil du temps, en particulier en ce qui concerne les moyens de gagner de l’argent par les diverses activités. La vision stéréotypée du travail des femmes présentée dans cette littérature doit être étudiée en conjonction avec d’autres types de documents.

Les comptes des ménages et des fermes

10Les comptes des ménages et des fermes sont assez rares à l’époque et concernent seulement les fermes les plus riches de la gentry et des yeomen (francs tenanciers). Cependant, ils procurent quelques-unes des informations les plus détaillées sur le travail agricole. Concernant le travail des femmes, les comptes ont principalement servi à suivre les journalières agricoles, les tâches réalisées par des femmes plutôt que par des hommes et la part du travail qui leur est attribuée.

  • 13 Ce résumé a été établi à partir des éditions de livres de comptes et d’études secondaires, pour de (...)
  • 14 L. R. Poos, A Rural Society after the Black Death, Cambridge, 1991, p. 214 et p. 217.
  • 15 Deborah Youngs, « Servants and Labourers on a Late Medieval Demesne », p. 157.

11Les études existantes comme les comptes disponibles démontrent qu’un certain nombre de travaux des champs étaient communément réalisés par les femmes : désherbage, fenaison, récolte du blé et du seigle, ratissage des cultures fraîchement fauchées telles que l’orge et l’avoine, plantation et récolte du safran et du houblon ; d’autres tâches telles que épandre le fumier, herser et semer n’étaient confiées à des femmes qu’occasionnellement. À l’inverse certaines tâches étaient exclusivement masculines : il n’y a pas d’exemples de femme fauchant, labourant, plantant une haie ou creusant un fossé13. La participation des femmes aux travaux des champs variait d’une ferme à l’autre mais restait globalement substantielle. À Porter Hall (Essex) en 1483-1484, les femmes réalisaient environ un tiers du travail agricole routinier et de la moisson14, tandis que dans la ferme de Humphrey Newton (Cheshire), elles effectuaient plus de jours de travail que les hommes pour la récolte des céréales, entre 1498 et 152015.

  • 16 A. Hassel Smith, « Labourers in late sixteenth-century England… [Part 1] », p. 29. Ces chiffres so (...)

12À la fin du xvie siècle dans la ferme de Nathaniel Bacon (Stiffkey, Norfolk), Hassel Smith observait que « les ouvrières agricoles travaillaient substantiellement plus pour Bacon que ne le faisaient leurs alter ego masculins non spécialisés : 819 jours contre 662 respectivement » en 1593-159416.

  • 17 Henry Best, The Farming and Memorandum Books of Henry Best of Elmswell, 1642, éd. Donald Woodward.
  • 18 Trente-six estimations de salaires de divers comtés anglais datant de la période 1444-1651 (la plu (...)
  • 19 Les femmes moissonnant étaient mentionnées dans 22 des 36 estimations de salaires ; les faneuses d (...)
  • 20 Todd Gray, Devon Household Accounts, 1627-1659, Part 1. Mes propres calculs à partir des registres (...)
  • 21 Todd Gray, Devon Household Accounts, 1627-1659, Part II.

13Ce bref résumé aborde les différences importantes entre les régions et entre les types de fermes, ainsi que la division du travail entre hommes et femmes. Les registres détaillés du travail de ferme, tels que le livre de ferme d’Henry Best, nous apprennent la complexité des tâches agricoles et le type de main-d’œuvre utilisée17. Best rédigea son livre pour aider après sa mort son fils à gérer leur ferme et il y décrit précisément certaines activités. Nombre de tâches qui paraissaient au premier abord être accomplies indifféremment par les hommes où les femmes, étaient en fait le fruit de leur travail conjoint mais chaque sexe réalisait des tâches différentes et complémentaires, par exemple pour la fenaison ou la récolte de l’orge. Parmi toutes les activités pour lesquelles des informations détaillées sont disponibles, seule la récolte des pois et céréales semble avoir été une activité réellement mixte, hommes et femmes travaillant côte à côte. La réglementation des salaires, qui fixe les maxima légaux dans chaque comté, confirme que les femmes participaient ordinairement à la fenaison et la récolte des céréales18. Les taux de salaires journaliers féminins les plus fréquemment cités sont ceux des femmes travaillant à la fenaison et la moisson ainsi qu’au labeur quotidien en temps de récolte, preuve que ce type de tâches féminines devait être relativement généralisé à travers le pays. En revanche les travaux des champs effectués par des femmes, ainsi que le désherbage, étaient beaucoup plus rarement mentionnés19, ce qui peut être attribué au fait que les salaires pour les récoltes étant supérieurs, ils étaient plus susceptibles d’être soumis à des dispositions réglementaires. Les comptes du ménage de John Willoughby (Leyhill, Devon) datant de 1645-1646 montrent que les journalières agricoles étaient principalement employées au désherbage, dont elles réalisaient 73 % en 1645 et 98 % en 1646. Durant le reste de l’année, le nombre de femmes employées diminuait : les femmes étaient minoritaires en temps de moisson, et seule une femme recevait un salaire journalier pour son travail aux champs tout au long de l’année, contre cinq ou six hommes20. Il faut aussi se rappeler que les femmes pouvaient être employées à d’autres tâches qu’aux seuls travaux agricoles, comme le montrent les comptes des grands domaines aisés. Dans les années 1640-1650, le comte de Bath employait à Tawstock (Devon) une femme pour faire la lessive plusieurs fois par an, ainsi que pour désherber les cultures, faner et pour biner l’orge ; une autre femme tricotait, fanait et attachait le houblon21.

  • 22 Robert Loder, Robert Loder’s Farm Accounts, 1627-1659, Part II.

14Être salariée était l’une des façons d’apporter un revenu au ménage, à laquelle recouraient uniquement les femmes de familles pauvres. Certains comptes détaillés de fermes, tels que ceux tenus par Robert Loder, nous apportent des éléments sur d’autres formes de travail féminin beaucoup moins documentées : celui des filles de fermes ainsi que le travail des femmes au sein de leur propre foyer. Les comptes du domaine de R. Loder concernent une grande ferme, essentiellement en culture, à Harwell (Bershire) dans les années 1610-162022. Deux filles de fermes y étaient employées à l’année, principalement au maltage, activité pour laquelle elles étaient, d’après leur propriétaire, le plus rentable. Il est vrai que le malt générait une part importante du profit annuel de la ferme de R. Loder. Cependant, une lecture attentive de ses comptes prouve que les filles de ferme contribuaient aussi à d’autres travaux de la ferme : chaque année elles fanaient et aidaient à la récolte des céréales. Une année, elles cueillirent et vendirent des cerises, alors que d’autres années des ouvrières agricoles journalières furent embauchées pour cette cueillette. En 1619, Loder calcula que l’une de ses filles de ferme consacra 21 jours à vendre des cerises, en allant au marché chaque jour avec un cheval. Une fille de ferme avait aussi la charge de vendre les pommes. Lorsque Loder décida en 1618 de faire fonctionner une laiterie à l’échelle commerciale, il embaucha des laitiers supplémentaires à la journée, mais ses filles de ferme aidèrent à la traite.

15D’après ses livres, le travail des filles de ferme ne semble pas avoir été trop ardu. Cependant, il existe des indices montrant qu’elles devaient effectuer d’autres tâches laborieuses au sein du foyer. Il s’inquiétait de calculer la différence de coût entre loger et nourrir les filles de ferme et les payer pour qu’elles vivent ailleurs, l’amenant ainsi à étudier le schéma de consommation de son ménage. Son étude montre que non seulement le beurre et le fromage étaient confectionnés à la ferme tout au long de la période, mais le blé, malt et houblon produits à la ferme y étaient consommés probablement sous forme de pain et de bière, et des porcs étaient engraissés. Ainsi la ferme produisait-elle elle-même la plupart des biens nécessaires à sa consommation. Loder n’enregistre pas le travail requis pour préparer ces mets bien qu’une personne ait dû faire le pain et le fromage, brasser la bière, nourrir les porcs et préparer et saler la viande. Au cours d’une année normale, son foyer abritait sept adultes : lui et sa femme et cinq filles de ferme ainsi que ses jeunes enfants ; les journaliers étaient nourris. Ainsi, la plus grosse partie de la demande en nourriture du ménage venait des employés et non des membres de la famille. Nous pouvons faire l’hypothèse que les repas étaient préparés par l’épouse avec les deux filles de ferme, bien que cela ne soit jamais mentionné. Le simple fait que Loder acceptait d’embaucher des journaliers pour traire les vaches ou ramasser des cerises suggère que les filles de ferme étaient très occupées entre la maison et la ferme.

  • 23 Ibid., p. 70.

16Des écarts dans les comptes de R. Loder indiquent que lui et sa femme tenaient probablement des comptes séparés, bien que nous n’ayons aucune preuve qu’elle fasse ses propres comptes. Il cite rarement son épouse dans ses comptes, mais les références qu’il y fait indiquent qu’elle participait aux travaux de la ferme et que les fruits de son travail généraient un revenu. Ainsi, en 1613, il notait : « Je pris et donnai à ma femme (dépense pour diverses choses mentionnées ci-dessous, en supplément de l’argent qu’elle reçut pour ses propres produits et dont elle me confia une partie)… £7 7s 10d23. »

17Les comptes de R. Loder apportent des éléments très succincts sur un certain nombre d’activités de la ferme, la transformation de produits comestibles discutée ci-dessus étant la principale, mais il ne fait pas non plus mention d’un jardin ou de jardinage, alors que des références au chanvre et au houblon cultivés en petites quantités sont fréquentes dans ses comptes. De même, les informations sur les quantités de malt données en nourriture aux porcs et poules ne permettent ni de savoir qui s’occupait de ces animaux, ni si ces derniers généraient un certain profit. Toutes ces activités mal renseignées ont probablement fait partie du domaine de responsabilité réservé à l’épouse. On voit ici une autre raison du désintérêt des historiens pour le travail des femmes : leur travail à la ferme comme au foyer apparaît souvent comme un espace vide, un silence dans les archives, et leurs activités doivent être reconstruites à partir de sources indirectes.

18Le tableau 1 présente un résumé des activités des femmes telles qu’elles apparaissent dans les principales sources citées ci-dessus, notant pour chacune des tâches si elle était réalisée par les femmes, les hommes, les deux indifféremment, ou si cela n’était pas précisé. Une pondération a alors été appliquée afin de qualifier le degré de féminisation d’une tâche (de + 3, tâche fortement féminine, à – 3, fortement masculine). Le chiffre pondéré doit être interprété avec précautions, en tenant compte des biais des sources.

Tableau 1. – La répartition du travail de ferme entre les sexes dans l’Angleterre du début de la période moderne.
1. Ballad of the Tyrannical Husband, fin du xve siècle.
2. Fitzherbert, The Book of Husbandry, 1523.
3. Thomas Tusser, Five Hundred Points of Good Husbandry… Together with a Book of Huswifery, 1573.
4. Gervase Markham, The English Husbandman, 1613, et The English Housewife, 1615.
5. Comptes de la ferme de Robert Loder, 1610-1620.
6. Livre de ferme de Henry Best, 1642.
7. Trente-six listes de taux légaux de salaire, 1444/5-1651.
Travail réalisé par : des femmes seulement (F) ; mixte (M) ; non précisé (NP) ; des hommes uniquement (H) ; activité non mentionnée dans le document (–).
Pondération réalisée comme suit : F= 3 ; M =0 ; H = –3.
NP est calculé comme une moyenne entre F, M, et H, le total obtenu étant divisé par le nombre de fois où il est mentionné.

  • 24 Carole Shammas, « The world women knew », p. 109-110.
  • 25 Pour une analyse détaillée de l’évolution de la répartition du travail entre les sexes, voir Judit (...)

19Ainsi, le désherbage apparaît comme une tâche principalement masculine car les hommes recevaient, dans le cadre de leur responsabilité présumée pour les récoltes, des conseils sur la gestion du désherbage ; le fait que la main-d’œuvre utilisée pour le désherbage était principalement féminine n’apparaît que dans la description du travail agricole d’Henry Best. À l’inverse, la transformation du chanvre et du lin est classée dans les tâches féminines car tombant dans le domaine qui leur était réservé, celui du travail au foyer, dans la cour de ferme et celui des textiles. Cependant, certains comptes détaillés du Lancashire de la fin du xviie siècle montrent que les étapes les plus rudes de la transformation étaient réalisées par les hommes24. La cuisine comme le maltage étaient traditionnellement considérés comme des activités typiquement féminines, pourtant des cuisiniers professionnels étaient employés dans les foyers de grande taille, tandis que des hommes brasseurs et malteurs devinrent de plus en plus fréquents au xvie siècle25. Se procurer du combustible apparaît comme une tâche masculine car les hommes exécutent les tâches plus qualifiées d’élaguer les haies et les branches des arbres, tandis que les autres formes de ramassage du combustible – ramasser le bois mort, couper fougères et ajoncs, n’étaient pas enregistrées. Certaines tâches totalement routinières n’étaient même pas mentionnées : l’approvisionnement en eau, une tâche probablement fortement féminine, n’est pas mentionné dans ces documents.

Les preuves matérielles fournies par les documents juridiques et notariaux

  • 26 Officier civil chargé d’instruire, en cas de mort violente ou subite.
  • 27 Barbara A. Hanawalt, The Ties that Bound, p. 145 et p. 271.

20Si nous avons confiance dans la reconstitution de la division du travail agricole par sexe effectuée sur la base des sources littéraires ainsi que des comptes des fermes et ménages, nous pouvons maintenant aller plus loin et utiliser ces conclusions afin d’exploiter d’autres sources d’informations, certes moins détaillées, mais concernant un plus grand nombre de ménages. Les documents juridiques enregistrent les espaces où les femmes se trouvaient le plus souvent, tandis que les testaments et inventaires après décès décrivent l’environnement quotidien (biens et murs) des femmes au travail. L’étude d’Hanawalt des registres des coroners26 médiévaux, faisant état des décès accidentels, montre comment des documents juridiques peuvent être utilisés comme registres des travaux quotidiens routiniers et du cadre de travail27.

21Les registres des violations des arrêtés municipaux, par exemple pour la collecte de combustible sur les terrains communaux, sont une autre source qui reste à étudier dans une perspective de distinction entre les sexes. Le temps et les capacités requis pour le travail ménager peuvent être reconstitués à partir de l’image du cadre domestique de base : nettoyage, lessive et préparation des repas étaient limités dans la plupart des ménages par le peu d’ustensiles de cuisines, de meubles, draps, et vaisselle possédés. Les inventaires se montrent cependant plus utiles encore car ils donnent des indices : la confection de la nourriture et du textile se faisait-elle à la maison (laiterie, brassage, filage, confection du pain…) et dans quelle proportion? On peut deviner ces activités à partir des équipements présents (tels que cuves de brassage et rouets) et des pièces réservées à un usage spécifique telles que laiterie et four. Le tableau 2 montre le pourcentage de documents, au sein d’un échantillon important d’inventaires de la première moitié du xviie siècle dans les comtés de Cornouailles et du Kent, contenant des preuves de ces activités.

Tableau 2. – Pourcentage d’inventaires apportant la preuve de diverses activités productives en Cornouailles et dans le Kent durant la période 1600-1650.

22Abréviation : Corn. – Cornouailles

23Ces données ont été rassemblées et analysées par Mark Overton, Jane Whittle, Darron Dean et Andrew Hann dans le cadre du projet de recherches financé par Leverhulme, intitulé « Production and Consumption in Southern English Households, 1600-1750 ». (Nous renvoyons aussi aux tableaux de Mark Overton, infra.)

  • 28 En 1500, l’usage des rouets était répandu dans les régions anglaises de production textile. Les qu (...)
  • 29 Pour une analyse plus détaillée de ces données, voir Mark Overton, Jane Whittle, Darron Dean et An (...)

24Il faut encore une fois se rappeler que ces informations sont loin d’être sans failles. Les activités ne laissent pas trace lorsqu’elles reposent sur des équipements non détenus en propre par les ménages, ou s’ils sont de valeur très faible, non enregistrés. Les quenouilles étaient rarement notées car ne valant presque rien, alors que les rouets étaient systématiquement listés28. Les vaches laitières, seaux pour le lait, barattes, pétrins, et cuves de brassage étaient enregistrés ; en revanche, si par exemple une femme produisait du fromage frais ou du beurre avec un équipement non spécialisé et à partir du lait d’une vache qu’elle avait louée, ou qu’elle ait cuit son pain sur une pierre près du feu, ses activités ne laissaient pas de traces. Ceci explique en partie la différence entre le Kent et la Cornouaille : les ménages de ce dernier comté étaient plus pauvres et avaient un environnement matériel beaucoup plus sommaire, n’ayant ni l’équipement spécialisé ni les pièces qu’on trouvait communément dans le Kent. Néanmoins, les données nous permettent de tirer des conclusions sur le travail des femmes au sein du foyer. Les activités telles que la laiterie, le brassage, la confection du pain et le filage n’étaient pas universelles, étant pratiquées le plus souvent dans les ménages de yeomen bien plus fréquemment que chez les simples salariés. Dans nombre de foyers ordinaires, les femmes ne se livraient aucunement à ces activités productives, achetant des articles produits par d’autres ménages ou s’en passaient29. Chacune de ces activités (laiterie, brassage, confection du pain, filage et d’autres telles que la production du malt) montre une relation différente entre le marché et le ménage, chacune impliquant donc des schémas de travail différents pour les femmes.

Conclusion

25Le travail des femmes rurales n’avait pas simplement pour but de subvenir aux besoins élémentaires de la famille, leurs activités lucratives n’étaient pas non plus limitées au travail agricole journalier. La transformation des aliments était souvent une activité commerciale, et prenait beaucoup plus de temps que la simple préparation des repas. Cet aspect de l’économie rurale a été largement ignoré, jusqu’à ce que ces activités soient concentrées dans des affaires conduites par des hommes. Les archives parlant du travail dans les champs et des visites au marché montrent que les femmes n’étaient pas confinées à la maison et à la ferme. Elles contribuaient à l’économie en vendant aussi bien qu’en achetant. D’autre part, il serait faux de considérer le travail féminin comme non qualifié : les produits laitiers et le malt nécessitaient beaucoup d’habileté, et le fait d’entreprendre plusieurs tâches, parfois simultanément, était en soi un exploit. Le travail féminin ne concerne pas seulement l’histoire des femmes ; nous ne pouvons comprendre les mécanismes de l’économie agraire sans une connaissance des produits et de la main-d’œuvre fournis par le travail des femmes.

Notes

1 Une version plus longue de cette étude est parue sous le titre « The gender division of labour » dans l’ouvrage de M. Agren et A. Erickson (éd.), The Marital Economy in Britain and Scandinavia (à paraître).

3 Au 24 avril 2001, le texte complet de la ballade (manuscrit de l’époque d’Henri VII, Chetham Library, Manchester) était disponible à l’adresse http ://users.erols.com/olsonw/SONGTXT1.htm ; Anthony Fitzherbert, The Book of Husbandry, éd. Walter W. Skeat ; Thomas Tusser, Five hundred points of good husbandry, préfacé par Geoffrey Grigson ; Gervase Markham, The English Husbandman et The English Housewife, éd. Michael R. Best ; P. J. P. Goldberg reprend les sections pertinentes de la ballade et de Fitzherbert en anglais moderne dans Women in England c. 1275-1525 : Documentary sources.

4 Barbara A. Hanawalt, The Ties that Bound, p. 141 ; Judith M. Bennett, Women in the Medieval English Countryside, p. 166-167 ; P. J. P. Goldberg, Women, Work and Life-Cycle in a Medieval Economy, p. 140 ; S. H. Rigby, English Society in the Later Middle Ages, p. 254-255.

5 A. Fitzherbert, The Book of Husbandry, op. cit., p. 97.

6 T. Tusser, Five Hundred Points of Good Husbandry, op. cit., p. 157.

7 A. Fitzherbert, The Book of Husbandry, op. cit., p. 93 et p. 95.

8 T. Tusser, Five Hundred Points of Good Husbandry, op. cit., p. 99.

9 Bartholomew Dowe, « A Dairy Book for Good Huswives », en annexe du livre de Torquato Tasso, The Householder’s Philosophy (1588).

10 A. Fitzherbert, The Book of Husbandry, op. cit., p. 97-98.

11 Ibid., p. 97.

12 T. Tusser, Five Hundred Points of Good Husbandry, op. cit., p. 99 ; G. Markham, The English Housewife, op. cit., p. 180.

13 Ce résumé a été établi à partir des éditions de livres de comptes et d’études secondaires, pour des références plus précises, se reporter à Jane Whittle, « The gender division of labour », op. cit.

14 L. R. Poos, A Rural Society after the Black Death, Cambridge, 1991, p. 214 et p. 217.

15 Deborah Youngs, « Servants and Labourers on a Late Medieval Demesne », p. 157.

16 A. Hassel Smith, « Labourers in late sixteenth-century England… [Part 1] », p. 29. Ces chiffres sont discutables car Smith catégorise nombre d’ouvriers agricoles mâles (comme les ouvriers en charge de réaliser haies et fossés) comme ouvriers spécialisés. Cependant les chiffres pour la récolte du safran ne sont pas inclus, ce qui aurait fait augmenter le nombre de jours travaillés par les femmes à 1 008.

17 Henry Best, The Farming and Memorandum Books of Henry Best of Elmswell, 1642, éd. Donald Woodward.

18 Trente-six estimations de salaires de divers comtés anglais datant de la période 1444-1651 (la plu-part étant postérieurs à 1563) ont été étudiées. Pour des références plus précises, voir Jane Whittle, « Servants in rural England, c. 1450-1650 », dans M. Agren et A. Erickson (éd.), The Marital Economy in Britain and Scandinavia (à paraître).

19 Les femmes moissonnant étaient mentionnées dans 22 des 36 estimations de salaires ; les faneuses dans 19 ; celles travaillant aux récoltes dans 17 ; les femmes effectuant le labeur quotidien de base dans 5 et celles désherbant dans 5.

20 Todd Gray, Devon Household Accounts, 1627-1659, Part 1. Mes propres calculs à partir des registres de désherbage (p. 129-130 et p. 147-149). En 1646, neuf employés dont le nom n’est pas cité, reçurent 15s 8d pour désherber l’orge, ce qui représentait environ 31 jours de labeur. Susan Weeks était la seule ouvrière agricole employée tout au long de l’année.

21 Todd Gray, Devon Household Accounts, 1627-1659, Part II.

22 Robert Loder, Robert Loder’s Farm Accounts, 1627-1659, Part II.

23 Ibid., p. 70.

24 Carole Shammas, « The world women knew », p. 109-110.

25 Pour une analyse détaillée de l’évolution de la répartition du travail entre les sexes, voir Judith M. Bennett, Ale, Brewer and Brewsters in England.

26 Officier civil chargé d’instruire, en cas de mort violente ou subite.

27 Barbara A. Hanawalt, The Ties that Bound, p. 145 et p. 271.

28 En 1500, l’usage des rouets était répandu dans les régions anglaises de production textile. Les quenouilles seront encore utilisées pour filer la laine destinée à la confection de vêtements en laine peignée jusqu’à la fin du xvie siècle, au moment où elle sera remplacée par la « Roue Saxe » : Kenneth G. Ponting, The Woollen Industry of South-West England, p. 27 et p. 31.

29 Pour une analyse plus détaillée de ces données, voir Mark Overton, Jane Whittle, Darron Dean et Andrew Hann, Production and Consumption in English Households, 1600-1750, Londres, Routledge, 2004.

Notes de fin

2 Traduction Béatrice Vivier.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. – La répartition du travail de ferme entre les sexes dans l’Angleterre du début de la période moderne.1. Ballad of the Tyrannical Husband, fin du xve siècle.2. Fitzherbert, The Book of Husbandry, 1523.3. Thomas Tusser, Five Hundred Points of Good Husbandry… Together with a Book of Huswifery, 1573.4. Gervase Markham, The English Husbandman, 1613, et The English Housewife, 1615.5. Comptes de la ferme de Robert Loder, 1610-1620.6. Livre de ferme de Henry Best, 1642.7. Trente-six listes de taux légaux de salaire, 1444/5-1651.Travail réalisé par : des femmes seulement (F) ; mixte (M) ; non précisé (NP) ; des hommes uniquement (H) ; activité non mentionnée dans le document (–).Pondération réalisée comme suit : F= 3 ; M =0 ; H = –3.NP est calculé comme une moyenne entre F, M, et H, le total obtenu étant divisé par le nombre de fois où il est mentionné.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22521/img-1.png
Fichier image/png, 16k
Légende Tableau 2. – Pourcentage d’inventaires apportant la preuve de diverses activités productives en Cornouailles et dans le Kent durant la période 1600-1650.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22521/img-2.png
Fichier image/png, 6,5k

Auteur

Université d’Exeter

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540