Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ruralité française et britannique, XIIIe-XXe siècles

 | 
Nadine Vivier

Première partie. Le travail des femmes dans les exploitations agricoles (XVe-XXe siècle)

Introduction

Nadine Vivier

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1L’histoire des femmes a obtenu dans le monde anglo-saxon une reconnaissance aussi bien du point de vue institutionnel qu’intellectuel : chaires dans les universités, revues spécialisées, tant aux États-Unis qu’en Grande-Bretagne. Même si la France a suivi ce mouvement avec un certain décalage, la production historique y est aujourd’hui importante et reflète des tendances similaires.

  • 1 Clare Crowston, « Le travail féminin en France vu par l’historiographie américaine », Revue d’hist (...)
  • 2 Voir par exemple l’ouvrage au titre évocateur : Sylvie Schweitzer, Les femmes ont toujours travail (...)

2L’histoire de la condition féminine dans les années 1970 fut ensuite dépassée par la gender history « fondée sur l’examen des rapports historiques entre les sexes, et de l’évolution chronologique des définitions de masculinité et de féminité, et des rôles propres à chaque sexe1». La gender history prit son essor aux États-Unis en deux courants, l’un portant plus sur l’étude des rapports sociaux hommes-femmes et sur la division sexuelle du travail, l’autre s’attachant à décrypter les discours et représentations. Depuis quelques années, ces clivages semblent dépassés, surtout en Europe, et les outils et les concepts proposés par la notion de « genre » et par l’histoire des représentations sont utilisés conjointement par les universitaires qui tentent de réévaluer le travail féminin, à la jonction de l’histoire sociale et de l’histoire culturelle. Ces études montrent, d’une part, que les femmes ont joué depuis toujours un rôle essentiel dans la production économique2. D’autre part, elles veulent expliquer comment les discours et représentations du gender, des rapports hommes/femmes, construisent réellement une identité sociale et culturelle, beaucoup plus sûrement que les circonstances objectives, idée que Simone de Beauvoir résumait, pour l’un de ses aspects, par l’aphorisme « on ne naît pas femme, on le devient ».

3Les études sur le travail féminin se sont donc multipliées et elles ont porté naturellement sur les activités qui offraient la documentation la plus abondante, le travail en usine, et pour le temps de la proto-industrialisation, les activités dispersées, en particulier le textile. Il faut aussi se rappeler que l’histoire sociale a longtemps accordé une place prééminente aux ouvriers des villes, considérés comme acteurs et agents du progrès social, en particulier en France où dominait l’école d’Ernest Labrousse. Même avec ces études, nous approchons le travail des femmes rurales. Immigrées fraîchement arrivées en ville, parfois seulement pour un travail temporaire, le temps de se constituer un pécule comme les jeunes filles recluses dans les usines de la soierie lyonnaise au xixe siècle. Ou femmes qui travaillent en usine mais dont les revenus sont partie intégrante de l’équilibre économique de l’exploitation agricole. Et surtout, multitude de femmes d’agriculteurs qui ont, durant des siècles, travaillé à domicile : cultivant, préparant et tissant le lin, tricotant la laine, brodeuses, dentellières… Voici donc tout un versant de l’activité rurale, complément important de l’activité agricole, sur lequel nos connaissances ont progressé ; nous pourrions aussi y ajouter l’« industrie » nourricière, nourrices sur lieu ou nourrices qui accueillent les enfants dans leur ferme.

  • 3 Dans son ouvrage, Sylvie Schweitzer consacre 6 pages aux agricultrices, soit environ 4 % des pages (...)

4Mais le travail agricole lui-même reste le plus mal connu3. C’est pourquoi Jacqueline Sainclivier dresse un bilan historiographique, indispensable ici puisque ce thème est occulté dans les ouvrages généraux. Jacqueline Sainclivier attribue cette « présence en pointillé » et le retard de la production française à l’influence de l’École des Annales qui a orienté toute la recherche vers une histoire totale. L’interrogation sur la place des femmes est restée « classique » dans les grandes thèses régionales portant sur le xixe siècle ; elle a été abandonnée aux sociologues pour le xxe siècle.

  • 4 La présentation et la critique méthodologique de cette source figurent dans la dernière partie de (...)

5La faiblesse du nombre de travaux est aussi attribuée aux sources. En effet, il n’existe pas de source spécifique et il faut fouiller dans une masse de documents pour glaner des éléments. C’est pourquoi tous les articles réunis ici accordent une grande place à la réflexion sur la documentation disponible, et à ses biais. Sources littéraires, livres de comptes des exploitations et livres de raison, documents juridiques et notariaux sont la base du travail en histoire moderne. Jane Whittle et Scarlett Beauvalet en montrent à la fois la richesse et les écueils. Ainsi les romans, les traités d’économie domestique risquent de donner une image stéréotypée, influencée soit par les pratiques anciennes, soit par les rêves de l’auteur. Les livres de comptabilité tenus dans les grandes exploitations renseignent essentiellement sur les journalières agricoles. Là encore ne sont recensés que les gros travaux payés spécialement. Comment savoir, par exemple, qui assure l’approvisionnement du foyer en combustible ? Seul est mentionné le travail rétribué d’élagage des arbres, confié à des hommes. Mais qui ramasse le petit bois, le bois mort et les ajoncs ? Les inventaires après décès4, les sources fiscales informent plus sur les familles aisées, alors que les sources judiciaires donnent des indications touchant une plus large population. L’attention portée à ce thème incite à recourir à d’autres documents, comme les « déclarations de délogement ».

  • 5 S. Schweitzer, op. cit., en particulier extrait p. 77.
  • 6 Perspectives ouvertes par le travail de DEA d’Alexandra Pageot, Les femmes du monde rural en Sarth (...)

6Les historien(ne)s de la période contemporaine bénéficient en outre des enquêtes statistiques. Mais celles-ci souffrent des conceptions dominantes qui procèdent à leur élaboration. La femme est subordonnée à son mari. En France, la femme est frappée d’incapacité par le Code civil : absence de droits civils, ce qui implique aussi un statut spécifique du travail. Le recensement de la population spécifie : « La femme, lors même qu’elle aiderait son mari dans sa profession, devra être classée à la famille. Femme, enfants et ascendants du chef de ménage peuvent ou non être considérés comme actifs » (recensement de 1891). Considérées comme « des auxiliaires sans droit ni garanties sociales, les femmes ont dû attendre en France la loi d’orientation de 1980 pour que leurs responsabilités professionnelles soient légalisées » (cf. Jacqueline Sainclivier). C’est pourquoi, bien souvent, la rubrique « profession » de la femme est remplie uniquement par le signe « " » ou le signe « – » porté en dessous de la profession du chef de famille. « Dans les actes de mariage du xixe siècle, les épouses de cultivateurs se déclarent à 38,5 % sans profession, et à 60,5 % ménagères, contrairement aux femmes d’ouvriers qui donnent leur profession5. » Nicola Verdon relève une démarche analogue dans le recensement de 1881 en Angleterre. Ronald Hubscher qui utilise les enquêtes du début du xxe siècle souligne les difficultés liées la conception et la facture masculines de la source, et l’obstacle que représente ce silence des femmes et sur les femmes. Du moins les traces conservées peuvent-elles être plus abondantes sur la période récente, et atteindre même celles sur lesquelles le silence était le plus profond, les femmes des petites exploitations, grâce aux journaux qui leur sont destinés6.

7L’absence de sources spécifiques se combina, en France en particulier, au fait que l’on croyait tout savoir sur le travail féminin, sur la répartition sexuelle qui semblait évidente. Aux femmes auraient été attribuées les tâches de la maison et les tâches les plus légères de l’exploitation : lait et volailles qui rapportent de l’argent frais, un supplément financier bienvenu mais dont on pouvait se passer. En réalité, le xxe siècle a montré combien cette répartition sexuelle avait changé selon le pays et selon les conjonctures économique ou politique. Et l’on a vite oublié ce qui contrariait les stéréotypes, telle l’activité des charbonnières piémontaises que rappelle Ronald Hubscher. C’est donc en ce domaine de la répartition sexuelle des tâches que les textes réunis ici bouleversent les idées reçues et montrent la richesse des acquis récents.

8Les besognes confiées aux femmes varient dans le temps et dans l’espace. Mis en valeur par les historiennes de l’époque moderne, ce phénomène est magistralement démontré par Nicola Verdon pour l’Angleterre du xixe siècle et par Ronald Huscher pour la France de l’entre-deux-guerres. Au début du xixe siècle, la main-d’œuvre féminine du Sud-Est de l’Angleterre est employée dans les champs au printemps et en été, et cette participation tend à diminuer au profit de celle des jeunes hommes. En revanche, dans le nord, elles effectuent 45 % du travail salarié annuel, donc réparti sur toute l’année. Puis dans la seconde moitié du siècle, leur part diminue, mais une fois encore, à des rythmes variables selon les lieux et selon la taille de l’exploitation, la palette des besognes assurées par les femmes étant plus large sur les petites exploitations. Le contexte économique est fondamental pour expliquer certaines transformations. La crise agricole de la fin du siècle, par exemple, joue un rôle décisif ; le besoin de réduire les coûts de main-d’œuvre conduit à la diminution du nombre d’employées et à leur remplacement par des machines, et cela influe sur la répartition sexuelle. Les fluctuations de la conjoncture agricole de l’entre-deux-guerres jouent un rôle non moins important.

  • 7 Jean-Claude Farcy avait attiré l’attention sur les emplois des hommes au cours de leur cycle de vi (...)

9Il faut encore faire une distinction précise entre domestiques et journalières agricoles : leur profil social et leurs occupations ne sont pas les mêmes. L’évolution des emplois au cours du cycle de vie des femmes est une donnée ici mise en valeur alors qu’on la négligeait jusqu’ici7. Le placement des jeunes filles dans de grandes exploitations au cours de leurs années de formation, semble être une pratique très courante dans l’Angleterre du xixe siècle, nettement plus que dans la France du xviiie siècle.

10Tous ces éléments de différenciation se retrouvent dans le cas de migrantes italiennes et polonaises que tout oppose. Italiennes venues dès la fin du xixe siècle pour un temps souvent assez long, Polonaises de l’entredeux-guerres recrutées pour un bref contrat reçoivent des occupations de nature et de dureté contrastées. Au-delà des données objectives fournies sur le travail et le salaire, Ronald Hubscher montre les difficultés d’interprétation des comportements. Pratiques religieuses et démographiques traduisent-elles la soumission de la femme au mari et à la culture traditionnelle ? mais en même temps, ces femmes immigrées peuvent jouer un rôle moteur pour l’intégration de la famille dans le milieu d’accueil.

11Le but de notre confrontation de travaux historiques français et anglais n’était pas réellement une comparaison, on le comprend aisément. Il reflète plutôt la volonté d’exposer les méthodes, les acquis et les doutes sur ce chantier très neuf. Les perspectives sont incontestablement stimulantes. Bien des questions sont soulevées, en particulier sur l’évolution du travail au cours du cycle de vie : formation et instruction des jeunes filles, veuvage et vieillesse. Ce n’est qu’au moment où sera mieux connue l’évolution du travail féminin dans l’agriculture (dans la nature des tâches et la proportion des emplois hommes/femmes) que la comparaison sera possible. Et elle le sera d’autant mieux qu’il ne semble pas y avoir de différence fondamentale d’approche dans les méthodes des historien(ne)s français et anglais sur ce sujet. Certes, les Anglaises réussissent une analyse plus purement économique, alors que de ce côté de la Manche, on tend toujours à poser la question de la dépendance de la femme à l’égard de l’homme. Mais l’attention égale portée à l’histoire économique et à l’histoire des représentations rapproche peu à peu. Favorisées par l’existence de nombreuses comptabilités agricoles, les Anglaises utilisent ces bases assez larges disséminées sur le territoire pour tenter une approche nationale nuancée, évitant les extrapolations, méthode analogue à celle souhaitée en France. La richesse de ces cinq textes qui présentent à la fois un bilan historiographique et des études de cas précises devrait être incitative au lancement de nouvelles recherches.

Notes

1 Clare Crowston, « Le travail féminin en France vu par l’historiographie américaine », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 45-4, oct.-déc. 1998, p. 837-853, citation p. 838.

2 Voir par exemple l’ouvrage au titre évocateur : Sylvie Schweitzer, Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire du travail des femmes aux xixe et xxe siècles, Odile Jacob, 2002.

3 Dans son ouvrage, Sylvie Schweitzer consacre 6 pages aux agricultrices, soit environ 4 % des pages au sein des chapitres consacrés aux différentes occupations, elle reflète ainsi le déséquilibre de la recherche.

4 La présentation et la critique méthodologique de cette source figurent dans la dernière partie de l’ouvrage.

5 S. Schweitzer, op. cit., en particulier extrait p. 77.

6 Perspectives ouvertes par le travail de DEA d’Alexandra Pageot, Les femmes du monde rural en Sarthe, 1950-1960, université du Maine, 2003. Parmi ses sources figure le magazine Femmes au village. Les archives des justices de paix peuvent aussi fournir de précieuses données, encore faut-il qu’elles soient conservées, ce qui est très inégal selon les cantons. Mais il existe de beaux fonds, voir par exemple l’étude de Carole Couanon, La condition de la femme dans le monde rural, arrondissement de La Flèche, 1848-1870, mémoire de maîtrise, université du Maine, 2002.

7 Jean-Claude Farcy avait attiré l’attention sur les emplois des hommes au cours de leur cycle de vie (Les paysans beaucerons au xixe siècle, Chartres, Société archéologique d’Eure-et-Loir, 1990, 2 tomes).

Auteur

Université du Maine

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540