Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ruralité française et britannique, XIIIe-XXe siècles

 | 
Nadine Vivier

L’histoire agraire de l’Angleterre à l’époque moderne, vue de France

Jean-Pierre Poussou

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Pour l’époque moderne, la question, mise aux programmes de 1998-1999 et 1999-2000, pour les concou (...)
  • 2 On sait que, pour l’historiographie française, il s’agit des xvie, xviie, xviiie siècles : théoriq (...)

1Par suite des circonstances, le sujet, qu’en accord avec mon maître, le professeur François Crouzet, j’ai proposé de traiter pour cette rencontre entre historiens anglais et français, concerne beaucoup les professeurs et étudiants des universités françaises1 où, actuellement – et, espérons-le, durablement – l’intérêt est grand pour l’histoire de l’agriculture anglaise à l’époque « moderne2 ». Nous ne pouvons que nous en féliciter tant il apparaît, au contraire, que depuis longtemps cette histoire était méconnue, l’historiographie française n’ayant prêté que peu d’attention aux travaux d’histoire rurale anglaise au cours du xxe siècle. Il y a là un paradoxe. En effet, c’est peu de dire que l’agriculture anglaise a intéressé les Français à partir du xviiie siècle : elle les a littéralement fascinés ; à l’époque des Lumières, tout ce que le royaume de France comptait d’agronomes – amateurs ou, très rarement, professionnels, mais peu importe – a considéré que ce qui se faisait outre-Manche était le parangon du progrès. Bien des raisons l’expliquent : pays de grands domaines prospères, faisant découvrir aux voyageurs venus du continent un paysannat aisé, bien habillé, bien chaussé et bien nourri, le tout avec une libre circulation des productions agricoles et l’absence cependant de graves tensions alimentaires, l’Angleterre, dont les techniques de production agricole paraissaient remarquables, avait tout pour séduire les voyageurs français et notre haute administration : en un mot, elle était le pays de la « bonne culture ».

  • 3 Voir d’abord son ouvrage très célèbre Essai sur l’économie rurale de l’Angleterre, de l’Écosse et (...)
  • 4 Voir J.-C. Drouin, dans Bordeaux et les îles Britanniques du xiie siècle à nos jours, Bordeaux, Fé (...)

2Elle représentait donc l’agriculture modèle qui servit pendant longtemps de référence, ce que mit admirablement en valeur, au milieu du xixe siècle, Léonce de Lavergne3. Comme c’était là qu’était née et que s’était développée la révolution industrielle, comme, par rapport à la France aux révolutions périodiques, l’Angleterre était étonnamment stable et paisible, tout concourait à inculquer l’idée de la supériorité de l’Angleterre, et l’agriculture y tenait sa part, très pleinement. Seuls les problèmes sociaux des villes et du monde industriel anglais firent naître la critique de légitimistes, qui abhorraient l’atmosphère « orléaniste » anglaise4, et de réformateurs sociaux. Mais nous étions en dehors de l’agriculture et, au contraire, celle-ci apparaissait, tout comme aux yeux des agronomes des Lumières, être nettement en avance sur la nôtre. On peut donc s’étonner du peu d’écrits français sur l’évolution historique des campagnes anglaises.

  • 5 L’édition française est très tardive : elle a paru sous le titre Histoire rurale de l’Angleterre, (...)
  • 6 En particulier, grâce au remarquable ouvrage de P. Mantoux, La révolution industrielle, Paris, 190 (...)
  • 7 Très suggestive à cet égard est sa communication, « Les structures rurales de la frange atlantique (...)

3Il me semble qu’on peut l’expliquer par deux groupes de raisons. D’une part, la question paraissait réglée : considérée depuis longtemps, c’est-à-dire depuis la vogue des agronomes anglais dans la deuxième moitié du xviiie siècle, comme l’agriculture modèle, elle servait de point de référence et n’appelait donc pas de véritable réflexion critique. D’ailleurs, à partir des années 1910, l’ouvrage de Lord Ernle parut avoir fait le tour du sujet5. D’autre part, elle n’attirait guère l’attention, la révolution industrielle et l’urbanisation retenant davantage celle-ci6. Seuls les géographes écrivaient dans ce domaine, parfois de manière novatrice, comme Pierre Flatrès7. Enfin, on ne saurait omettre que les historiens des campagnes françaises n’étaient guère incités à se préoccuper des campagnes anglaises, même pour des comparaisons, tellement on pensait savoir l’essentiel et tellement les évolutions agricoles des deux pays avaient été si différentes qu’une altérité absolue paraissait les opposer.

  • 8 « A Reply to Robert Brenner », dans T. H. Aston et C. H. E. Philpin (éd.), The Brenner Debate. Agr (...)
  • 9 Voir, en particulier, « Ruralia », Revue historique, n° 580, oct.-déc. 1991, p. 359-384.
  • 10 The Influence of England on the French Agronomes (1750-1789), Cambridge, Cambridge Univ. Press, 19 (...)
  • 11 Il est impossible de tout citer. Pour un lecteur anglais, il me semble que les ouvrages les plus i (...)

4Il faut ajouter que, si l’on met à part les travaux un peu marginaux de Claude Nordmann, ceux de François Bédarida et, surtout, les brillants apports de François Crouzet, le domaine anglais a été très largement délaissé par les historiens français entre 1960 et 1985-1990. Le peu d’écrits historiographiques français concerne donc l’ensemble de l’histoire anglaise, et pas seulement celle de ses campagnes. Pour en revenir à l’histoire agraire, on peut certes citer quelques titres d’articles, notamment d’Emmanuel Le Roy Ladurie à l’occasion de sa controverse avec Brenner8, ou de Michel Morineau9, encore que celui-ci ait avant tout utilisé les recherches anglaises dans le cadre d’une polémique franco-française. Mais c’est peu de chose et il est tout à fait étonnant de constater à quel point l’œuvre de Joan Thirsk a été quasiment ignorée, malgré quelques coups de chapeau, tout comme l’ont été les articles séminaux de Fisher, de Havinden, d’Everitt, ou les travaux de Kerridge, dont nous allons reparler plus loin. L’incursion dans le domaine agronomique anglais d’André-Jean Bourde a tourné court10. Quant aux agricultures irlandaise et écossaise, elles constituent encore quasiment une terra incognita. Il a donc fallu l’inscription au programme 1998-1999 de l’agrégation de l’histoire agraire de l’Angleterre pour qu’en quelques mois on écrive sur celle-ci comme on ne l’avait jamais fait auparavant, avec au demeurant, ce qui est révélateur, une importante production de textes d’auteurs anglais11. À la suite de cela, on a d’ailleurs senti un réel désir non seulement de mieux connaître l’évolution de l’agriculture anglaise, mais encore de comparer les deux agricultures, française et anglaise, pour mieux les comprendre. On ne peut que s’en réjouir : il faut bien constater, en effet, que jusqu’ici les historiens ruralistes français n’ont guère fait d’efforts pour mieux connaître l’histoire agraire des îles Britanniques, et que le comportement des Anglais a été semblable vis-à-vis de l’histoire agraire de la France, l’une étant quasi totalement insulaire – à l’exception d’un inévitable intérêt pour les Pays-Bas –, l’autre à peu près totalement hexagonale. Il me faudra donc, à plusieurs reprises, au cours de cet exposé, m’efforcer d’esquisser ces comparaisons.

5La littérature historique anglaise concernant l’agriculture de ce pays et son évolution reste donc largement un domaine avec lequel universitaires et historiens français sont peu familiers. Conformément à la ligne directrice du colloque qui nous réunit, la présente communication va essayer de montrer comment on peut voir, depuis la France, cette histoire agraire de nos voisins. Qu’est-ce qui peut retenir notre attention ? Qu’est-ce qui peut frapper un historien français lorsqu’il étudie les travaux de ses collègues britanniques ?

6Avant d’aborder le fond de l’exposé, on me permettra d’ajouter qu’il s’agit d’une question très complexe : la traiter dans le cadre qui m’est imparti ne me permettra donc pas d’éviter des lacunes ou des approximations, pour lesquelles je demande à l’avance votre indulgence. Par ailleurs, les réalités agricoles anglaises ne sont pas brusquement apparues à l’époque moderne ; les traces du passé restent au contraire très importantes. C’est pourquoi j’ai choisi la longue durée : même si je n’insisterai pas sur l’époque médiévale qui n’est évidemment pas au cœur de mon sujet, je serai amené à l’aborder assez longuement, ce qui ne devra pas vous étonner.

  • 12 J.-M. Moriceau, La terre et les paysans aux xviie et xviiie siècles : Guide d’histoire agraire, Re (...)
  • 13 Elle paraît depuis 1993. Il est significatif de constater que l’histoire rurale anglaise y a pris (...)
  • 14 Irish Historical Review ; Irish Economic and Social History.
  • 15 Voir, par exemple, L. M. Cullen et T. C. Smout, Comparative aspects of Scottish and Irish Economic (...)
  • 16 On partira de I. D. Whyte, Scotland before the Industrial Revolution : An Economic and Social Hist (...)
  • 17 The Highland Economy, 1750-1850, Édimbourg-Londres, Oliver et Boyd, 1957.
  • 18 Land and Society in Early Scotland, Clarendon Press, Oxford, 1981.
  • 19 Voir, notamment, L. M. Cullen, The Emergence of Modem Ireland, 1600-1900, Londres, Batsford, 1981  (...)

7Il me semble que ce qui frappe en premier un historien français – mais je crois que l’on peut dire qu’un historien anglais éprouverait les mêmes sentiments s’il traitait de l’histoire agraire française –, c’est la puissance et l’importance de cette histoire agraire britannique dont la bibliographie est considérable, d’autant plus fournie que, comme en France, elle englobe de nombreux articles d’histoire régionale ou locale dont l’intérêt n’en est pas moins réel. Il est impossible de les dénombrer ; soulignons simplement que le récent guide de Jean-Marc Moriceau donne, pour la Grande-Bretagne, la référence des plus importants12. Nous disposons ainsi d’un bon outil de base mais, malgré le lancement récent de l’excellente revue Histoire et Sociétés rurales13, nous ne pouvons qu’admirer, dans le champ de l’histoire agraire, l’existence de grandes revues anglophones, dont l’une, l’Agricultural History Review (université d’Exeter), est publiée depuis 1953 ; son importance est d’autant plus grande qu’en sus de beaucoup d’articles de grande valeur, elle offre dans chaque livraison annuelle de manière presque exhaustive les travaux et articles d’histoire agraire de l’année. Il y a également l’Agricultural History, publiée par l’université de Berkeley, et l’on ne peut oublier que souvent l’Economic History Review publie des articles d’histoire agraire. Pour avoir une vue d’ensemble des îles Britanniques, ajoutons que la Scottish History Review est quasi exhaustive pour les travaux concernant l’Écosse dont elle assure la recension annuelle ; on y trouve bien entendu les travaux d’histoire agraire. Malgré la qualité des revues irlandaises14, on n’a pas l’équivalent pour l’Irlande, mais les rencontres franco-irlandaises et surtout les très régulières rencontres irlando-écossaises apportent beaucoup15. Par ailleurs, les articles concernant l’histoire agraire sont fréquents dans les revues régionales anglaises, comme Northem History, ou dans les revues locales. Enfin, toujours pour en rester aux grandes lignes, comment ne pas citer la monumentale série dirigée par Joan Thirsk : The Agrarian History of England and Wales, dont huit volumes ont été publiés entre 1967 et 1999 ? Du côté écossais, de nombreux ouvrages récents, rédigés ou dirigés avant tout par I. D. Whyte et T. Devine, sont d’un apport inestimable16, sans oublier les travaux antérieurs de M. Gray17 ou de R. A. Doghson18, Enfin, il y a un bel essor de l’historiographie irlandaise19.

  • 20 Voir mon texte « Dialogues et rapports de la géographie et de l’histoire en France », J. R. Pitte (...)
  • 21 La littérature agronomique anglaise est très fournie du milieu du xviiie à la fin du xixe siècle. (...)

8L’ensemble est donc impressionnant par son volume, souvent d’une très grande qualité, et d’une extraordinaire ampleur, d’autant plus qu’à de remarquables travaux de géographie historique, dont nous n’avons pas l’équivalent en France20, il faut ajouter les nombreux textes, au xixe et au xxe siècle, des géographes et économistes anglais, les travaux des géographes et des économistes étant, comme il se doit, à ajouter à ceux des historiens pour le xxe siècle et, dans un certain nombre de cas, pour le xixe siècle, ce qui fait le lien avec les textes des agronomes parmi lesquels figurent au premier rang Arthur Young et William Marshall21.

9La première difficulté qu’éprouvent les historiens français, c’est donc pour arriver à réunir d’abord, puis à maîtriser ensuite une telle masse de travaux. Ici apparaît aussitôt un élément très difficile, voire négatif, qui a été particulièrement ressenti lorsque les départements d’histoire des universités françaises se sont lancés dans la préparation de la question d’agrégation : il est très difficile de se faire une idée générale, et il faut bien reconnaître que, malheureusement, nos collègues et amis anglais ne facilitent pas ce travail, déjà lourd en lui-même. L’Agrarian History est tout à fait caractéristique à cet égard : là où le lecteur français s’attend à trouver un ouvrage certes monumental mais synthétique, il découvre une série de chapitres, écrits par des auteurs très différents, sans beaucoup de liens entre eux. Chaque volume demande donc un effort postérieur de réflexion et de mise en perspective, alors même que chacun dépasse 500 à 600 pages ; et il faut ensuite coudre l’ensemble. Force est de reconnaître que l’ouvrage célèbre, mais à juste titre contesté, de Lord Ernle n’a pas été remplacé : il s’en faut.

  • 22 Seventeenth Century Kent : A Social and Economic History, Londres, Longmann, 1964.

10Or, les sources utilisées, la méthodologie, les polémiques nées dans divers domaines ne facilitent pas non plus la compréhension des évolutions ou structures, d’autant plus que les façons d’aborder les questions agraires sont, dans les îles Britanniques, très différentes de celles que nous connaissons en France. Il y a, par exemple, quelque surprise pour les historiens français à se rendre compte qu’il n’existe en Angleterre rien de comparable à nos grandes études d’histoire régionale. Ce type de monographie ne se rencontre pas et, notamment, les volumes de la Victoria Country History sont, en règle générale, très historisants. Parmi les autres travaux régionaux, seule l’étude du comté de Kent par C. W. Chalklin offre quelque chose de comparable aux travaux français22.

  • 23 P. Goubert, Beauvais et la Beauvaisis de 1600 à 1730, Paris, EHESS, 1960.
  • 24 F. Braudel et E. Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, Paris, PUF, t. 1, (...)
  • 25 J.-P. Houssel (dir.), Histoire des paysans français du xviiie siècle à nos jours, Roanne, Horvath, (...)
  • 26 G. Duby et A. Wallon (dir.), Histoire de la France rurale, 4 t., Paris, Seuil, 1975-1976.

11Cela ne signifie nullement que les analyses locales ou régionales ne sont pas importantes : mais, ce qui caractérise l’historiographie rurale britannique, c’est la généralisation hâtive à partir d’exemples locaux ou régionaux dont la représentativité reste à démontrer. Certes, l’historiographie française, et notamment son histoire agraire, présente des défauts similaires : nul n’ignore que les paysans français des xviie et xviiie siècles ont été essentiellement dépeints à partir des paysans du Beauvaisis23. Il y a cependant de différences très nettes. D’une part, le souci de présenter des synthèses générales, et autant que faire se pouvait nationales, a toujours été présent en France. On le voit bien à travers l’œuvre d’Ernest Labrousse, lequel a aussi essayé, par élèves interposés, de développer des grilles communes d’analyse économique et sociale, ce qu’il a en grande partie réussi à accomplir ; on le voit également à travers la parution de livres synthétiques dont la Grande-Bretagne n’a pas l’équivalent : Histoire économique et sociale de la France24, Histoire des paysans25, Histoire de la France rurale26. Ils sont parfois un peu rapides, et leur base régionale est souvent inégale ; ils n’en existent pas moins et ne se présentent nullement sous la forme de chapitres séparés que le lecteur a du mal à lier. D’autre part, on ne trouve pas la même propension à faire à tout prix du nouveau et à bâtir systématiquement des maisons nouvelles à partir d’une ou deux pièces – je veux dire par là un ou deux exemples régionaux – comme n’ont cessé de le montrer depuis une quarantaine d’années les débats anglais sur la révolution agricole.

  • 27 The Agricultural Revolution in England, Chapell Hill, 1937.
  • 28 « Sir Robert Walpole and Norfolk Husbandry », Economic History Review, t. V, 1, 1952, p. 86-89.
  • 29 Voir à ce sujet l’excellent article de J. Beauroy, « Les Coke de Holkham Hall et l’essor du Norfol (...)

12À l’évidence, pour un Français, celle-ci domine l’historiographie rurale britannique, ce qui ne peut étonner dans la mesure où on a traditionnellement considéré que cette révolution agricole était née, tout comme la révolution industrielle, dans l’Angleterre du xviiie siècle. Jusqu’à une date récente, soit le début des années 1960, tout paraissait acquis, et la vision traditionnelle n’avait guère été modifiée, même si Naomi Riches27 et J. M. Plumb28 avaient parallèlement mis à mal l’image du vicomte Townshend, « lord-turnip », fondateur, pour Lord Ernle et bien d’autres, de l’agriculture novatrice du Norfolk29. En quelques années, tout s’est brouillé et compliqué, et il faut bien reconnaître que l’historiographie française a été incapable de suivre cette évolution dont elle n’a pratiquement pas rendu compte.

  • 30 P. O’Brien, « Agriculture and the Industrial Revolution », The Economic History Review, t. 30, 197 (...)
  • 31 E. A. Wrigley, Continuity, chance and change : the Character of the industrial revolution in Engla (...)

13Il faut donc, avant d’aller plus loin, en rappeler brièvement les grandes lignes. D’un côté, de nombreux auteurs ont continué à s’intéresser à la révolution agricole du xviiie siècle, ou à tout le moins à bâtir une grande partie de leurs raisonnements sur les transformations qui sont alors survenues : P. O’Brien30 et E. A. Wrigley31 me paraissent en être les meilleurs exemples. Mais, d’un autre côté, la révolution agricole du xviiie siècle a été mise en pièces de toutes parts. Trois angles d’attaques peuvent être distingués à cet égard :

  • 32 Deux ouvrages et un article d’Eric Kerridge permettent d’avoir une excellente idée de ses points d (...)

141. À l’antériorité des transformations sont liés avant tout les travaux d’Eric Kerridge qui situe entre le milieu du xvie et la fin du xviiie siècle la véritable révolution agricole32. À l’occasion de la thèse qu’il soutint en 1951, The Agrarian Development of Wiltshire, 1540-1640, Kerridge avait constaté que dans ce comté du Sud-Ouest, grâce à l’utilisation des prairies inondées, les éleveurs avaient réussi à augmenter fortement leurs troupeaux de moutons, ce qui leur avait donné des quantités importantes de fumier, grâce auxquelles ils avaient pu bonifier des terres dont la qualité naturelle n’était que médiocre ; ils avaient donc fortement développé leur production céréalière, des sols légers devenant ainsi d’excellentes terres céréalières, spécialement pour la production de l’orge. Kerridge en avait conclu que, dans ce comté, « la révolution agricole s’était déroulée aux xvie et xviie siècles, et plus particulièrement entre 1575 et 1675 ».

  • 33 Voir « Agricultural Progress in Open Field Oxfordshire », Agricultural History Review, t. IX, 1961 (...)

15Entre 1950 et 1970, d’autres travaux vinrent fournir de nouveaux exemples de transformations agricoles antérieures au xviiie siècle et ne correspondant pas exactement aux normes de la présentation classique de la révolution agricole. Les plus significatifs sont sans doute ceux de Mark Havinden33, consacrés au comté d’Oxford, dont l’agriculture des coteaux calcaires, aux sols légers également, fut transformée dans la deuxième moitié du xviie siècle par une expansion rapide des plantes fourragères. La demande londonienne en viande, suif et laine réclamait en effet toujours plus de bêtes ; les troupeaux augmentèrent donc de taille. Il en résulta ici aussi beaucoup de fumier, ce qui permit d’avoir d’excellentes récoltes de froment. Tout aussi intéressant est le fait que tout cela se déroula dans le cadre d’un openfield.

  • 34 « The development of the London food-market 1540-1640 », The Economic History Review, t. V, 1935, (...)
  • 35 E. L. Jones, « Agriculture and Economic Growth in England 1660-1750 : Agricultural Change », E. L. (...)

16Le rôle de Londres, déjà souligné avec un grand bonheur par F. J. Fisher34, dans ces transformations agricoles paraissait crucial, et il était clair qu’il était apparu dès le règne d’Élisabeth, puisque la population de la ville était passée de 50 000 habitants vers 1520 à 200 000 en 1600, avant d’en arriver à 575 000 vers 1700. Or, également dans les années 1960, E. L. Jones et A. H. John35 montraient qu’il fallait faire remonter au début du xviiie siècle, voire dans la deuxième moitié du xviie siècle, le démarrage des transformations en profondeur de l’agriculture anglaise. Le changement de l’économie agricole anglaise se situait, à leur avis, nettement plus tôt qu’on ne le croyait habituellement, en particulier la spécialisation dans l’élevage des comtés aux sols lourds et au climat humide des Midlands, tel le Leicestershire que Defoë nous décrit comme « un vaste magasin de laine ».

  • 36 J. Beauroy, « Les Coke de Holkham Hall… », art. cité.

172. En même temps, les héros éponymes de Lord Ernle, qui leur avait assigné un rôle crucial dans la révolution agricole, voyaient leurs statues déboulonnées de leurs piédestaux. Le rôle de Jethro Tull, la valeur de ses inventions et leur mise en usage firent l’objet d’une remise en cause critique, qui rejoignait celle visant Lord Townshend et les origines de la culture nouvelle du Norfolk ; l’originalité de Robert Bakewell dans la rénovation de l’élevage était sérieusement remise en cause. Quant à Coke de Holkham, il apparaissait davantage comme un habile propagandiste, avant tout désireux de distinction sociale, que comme un véritable gestionnaire, capable non seulement d’impulser des réformes agricoles, mais également d’en suivre l’application encore que J. Beauroy revienne à une image plus traditionnelle36.

  • 37 J. R. Wordie, « The Chronology of English Enclosure 1500-1914 », The Economic History Review, t. 3 (...)

18Il n’était pas jusqu’aux enclosures pour lesquelles s’opérait une véritable remise en cause. D’un côté, comme l’avait montré Havinden, les progrès agricoles pouvaient avoir lieu même dans le cadre de l’openfield. D’un autre côté, la chronologie des enclosures était à revoir et, surtout, en perspective, le rôle des enclosures, par acte du parlement, apparaissait bien moindre qu’on ne l’avait cru37.

193. Enfin, et ce n’est pas le moindre, G. F. Mingay et d’autres auteurs, questionnaient l’importance même de ce qui s’était passé dans la deuxième moitié du xviiie siècle : dans le domaine agricole, la véritable rupture se situait après 1840-1850, et elle ne faisait d’ailleurs qu’annoncer d’autres changements, beaucoup plus importants, à venir : ceux du xxe siècle. Mingay souligne que, « comparés avec les accroissements de la productivité agricole obtenus au xxe siècle, les résultats de la rénovation (agricole) classique des années 1700-1850 ne sont pas très impressionnants » ; en fait, ajoute-t-il, si l’on doit employer l’expression de révolution,

  • 38 G. E. Mingay, The Agrarian History…, t. VI, 1989, p. 1-5.

« […] si l’idée a quelque chose de valable, alors, sans aucun doute, elle ne doit pas être appliquée aux deux ou trois siècles précédant le nôtre, mais plutôt aux dernières décennies du présent siècle, qui ont connu des changements techniques plus fondamentaux et plus dramatiques, avec des conséquences extraordinairement plus grandes sur la production, que tout ce qui avait eu lieu tout au long du passé38 ».

20À partir de là, on aurait pu attendre un effort de synthèse permettant d’intégrer une évolution historiographique dont il est clair, au vu de ce qui précède, qu’elle a été considérable. Ce qui déconcerte le lecteur français, c’est que rien de tout cela n’a été fait, même s’il y a beaucoup à prendre, comme nous le verrons plus loin, dans les vues tout en nuances, et d’une extraordinaire pertinence, de l’exceptionnelle historienne agraire qu’est Joan Thirsk. On ne peut guère indiquer aujourd’hui une véritable analyse critique des points de vue de Kerridge, pas plus qu’on ne peut citer un ouvrage permettant de faire le point sur la révolution agricole. Au contraire, les travaux récents des médiévistes, tout comme ceux de R. C. Allen ou de M. Overton, sont venus encore accroître la perplexité.

  • 39 Oxford, Clarendon Press, 1992.

21Après de nombreux travaux de valeur, R. C. Allen a en effet publié un très intéressant ouvrage, Enclosure and the yeoman : the agricultural development of the South Midlands 1450-185039, dans lequel il propose une nouvelle interprétation de la révolution agricole. Cette fois, elle se situerait au xviie siècle, et surtout elle serait l’œuvre des paysans propriétaires, les « yeomen » : profitant des bons prix du blé de la première moitié du xviie siècle et d’un renforcement de leur droit de propriété, ils auraient réussi à augmenter la productivité de leur travail et leurs rendements en blé, Allen parlant même d’un doublement à cet égard. Il faut le citer :

« La productivité de l’agriculture anglaise connut un accroissement substantiel entre le Moyen Âge et le xixe siècle. On l’attribue généralement aux enclosures et au regroupement des exploitations paysannes en grandes fermes capitalistes […] [en réalité] contrairement aux idées reçues […] l’essentiel de la croissance de la productivité dans l’Angleterre du début de l’époque moderne, fut le fait de petits cultivateurs travaillant sur champs ouverts au cours du xviie siècle. Ce fut la révolution agricole des yeomen… »

  • 40 J. M. Chevet, « Quelle révolution agricole en Angleterre ? À propos de deux livres récents sur l’a (...)
  • 41 Note critique dans The Economic History Review, t. 48, 1995, p. 399-400.

22Cette thèse a été attaquée à plusieurs points de vue. J. M. Chevet40 et M. Overton41 lui reprochent d’être peu démonstrative et peu probante quant à l’évolution des rendements. Par ailleurs, on peut se demander pourquoi ces yeomen, qui auraient si bien réussi, auraient quasiment disparu à partir de la Restauration ? Enfin, quelle peut être la représentativité d’une étude aussi étroitement localisée ?

  • 42 M. Overton, « Re-establishing the agricultural revolution », The Agricultural History Review, t. 4 (...)

23Mark Overton a rejeté avec force les idées d’Allen pour « réhabiliter la révolution agricole anglaise du xviiie siècle » car, écrit-il, « la période allant, en gros, de 1750 à 1850, fut le théâtre de changements sans précédent dans la production et la productivité de l’agriculture anglaise ; c’est pourquoi elle mérite bien l’appellation de révolution42 ». Malheureusement, ses démonstrations laissent beaucoup à désirer. D’une part, l’évolution des rendements céréaliers qu’il propose lui-même ne montre aucune supériorité – tant s’en faut – de la seconde moitié du xviiie siècle ; d’autre part, s’il y a une accélération, elle se situe bien davantage dans la première moitié du xixe siècle, mais personne n’a jamais mis en doute que l’agriculture produisait davantage au xixe qu’au xviie ou au xviiie siècle. On doit donc retenir que la dernière tentative pour réhabiliter la révolution agricole du xviiie siècle, quoique brillante, n’est pas pour autant réellement convaincante.

  • 43 A. Derville, L’Agriculture du Nord au Moyen Âge (Artois, Cambrésis, Flandre, Wallonnie), Lille, Se (...)
  • 44 R. A. Bridbury, The English Economy from Bede to the Reformation, Woodbridge, 1992 ; sur le problè (...)
  • 45 B. M. S. Campbell et al., A Medieval Capital and its Grain Supply : Agrarian Production and Distri (...)

24Par ailleurs, les médiévistes anglais sont venus davantage encore complexifier cette question, créant de nouvelles interrogations, à tel point qu’un assez long détour par l’époque médiévale est indispensable. J’essaierai d’en montrer les éléments essentiels, mais aussi les incertitudes. Tout ce qui a été écrit sur « les révolutions agricoles » de l’époque moderne repose en effet sur un postulat, celui des progrès économiques de l’Angleterre par rapport aux siècles précédents : à partir du xvie siècle, sa population ne cesse d’augmenter, ses villes et surtout Londres de croître, son économie également ; à l’évidence, sa production agricole en fait autant : aucun spécialiste de l’Angleterre de la fin du xviiie ou du début du xixe siècle n’a encore suggéré que sa production céréalière, son gros bétail ou ses troupeaux de moutons ne l’emportaient pas, et de loin, sur ce qu’ils étaient au début du xvie siècle. Pourtant, les travaux des historiens médiévistes amèneraient à penser que tout n’est pas si simple. Les xiie-xiiie siècles auraient déjà été une période de grandes réussites, ce que l’on rapprochera des points de vue soutenus, pour la France du Nord, par Alain Derville43. Dans un article de 1974, R. A. Bridbury a mis en doute la nouveauté de l’agriculture anglaise du xvie siècle : « Un médiéviste qui regarde le monde agricole anglais du xvie siècle, ne peut pas résister à l’impression d’avoir déjà tout vu auparavant. » Ainsi, les superficies cultivées seraient équivalentes, tout comme le volume global de la production lainière ; quant au rôle du marché, il était déjà considérable44, ce qu’ont également montré des travaux récents rédigés ou édités par R. H. Britnell et B. M. S. Campbell45 ; l’Angleterre bénéficiait d’une économie « commercialisée » déjà au XIIe siècle. Le progrès ne serait donc pas linéaire et il y aurait des périodes de recul, ce qui implique aussi que les explications au caractère chronologique trop ciblé avancées jusqu’ici doivent être revues.

25Il n’est cependant pas du tout évident qu’il faille aller jusque-là. En fait, à condition de faire un gros effort de lecture et de réflexion, il me semble que l’on peut, vu de France, aboutir à certaines conclusions quant à l’évolution de l’agriculture anglaise. Il est clair, tout d’abord, que celle-ci a connu de grandes évolutions, très contrastées que l’on peut résumer ainsi :

  • 46 À l’exception, bien sûr, à partir de la conquête normande (deuxième moitié du xiie siècle), de la (...)

26A. Une première phase, d’importance croissante, a correspondu aux périodes celte et romaine. Elles ont représenté un très notable accroissement de la mise en valeur agricole. Aux époques celtes, l’occupation du sol a été générale, mais certainement peu intensive, inégale, avec beaucoup de pratiques temporaires ; les champs irréguliers, l’importance du pastoralisme laissèrent pour longtemps leurs marques dans les hautes terres ; l’organisation collective clanique, les méthodes ont largement survécu, avec des modifications réduites, dans les Highlands d’Écosse et dans la plus grande partie de l’Irlande46.

  • 47 Christopher Smith, dans J. Collis (éd.), The Iron Age in Britain, Sheffield, 1977, p. 55.
  • 48 Par exemple, Peter Salway. Voir son ouvrage Roman Britain, Oxford, Oxford Univ. Press, 1981, p. 54 (...)

27L’apport romain a été la mise en place des infrastructures permettant une large circulation des marchandises, y compris les productions agricoles, la création de villes et donc sans doute l’apparition pour la première fois de marchés urbains, même si la plupart n’ont eu qu’une ampleur limitée, l’implantation enfin d’un nombre élevé de grandes exploitations : les villae, dont au moins 750 ont été repérées. La grande incertitude concerne l’intensité de cette mise en valeur et le niveau de population qui lui correspond. Il faut bien reconnaître qu’à cet égard l’historiographie n’est pas très assurée et qu’il y a beaucoup de spéculation. Des chiffres élevés de population sont en effet avancés : alors que pendant longtemps, à la suite de Collingwood, on envisageait autour de 1 million d’habitants, la multiplication des découvertes a amené les auteurs les plus excessifs à envisager 5 à 6 millions d’habitants dans la « Bretagne romaine47 », d’autres, plus modérés, à se situer entre 2, 2,5 et 2,75 millions, ce qui reste élevé48.

  • 49 G. D. Snooks, « The dynamic role of the market in the Anglo-Norman economy and beyond 10861300 », (...)
  • 50 « L’histoire immobile », dans E. Le Roy Ladurie, Le territoire de l’historien, t. 2, Paris, Gallim (...)
  • 51 M. Beresford, New Towns of the Middle Ages, Lutterworth Press, 1967.

28On retrouve les mêmes difficultés pour l’époque anglo-saxonne, de nombreux auteurs avançant une population nettement supérieure au chiffre traditionnel de 1 million à 1,5 million d’habitants au milieu du xie siècle, la plupart des auteurs se situant désormais autour de 2 millions, ce qui remet en cause, me semble-t-il, l’utilisation des données chiffrées du Domesday Book ; mais, en soi, la question du Domesday Book n’est pas un problème nouveau, certes ! Une partie des analyses consacrées à la fin de l’époque saxonne envisagent en outre une mise en valeur agricole beaucoup plus étendue qu’on ne le croyait, au point que, parfois, on se demande ce qu’il serait resté à faire aux xiie-xiiie siècles, sauf à pousser vers le haut la population du milieu du Moyen Âge, ce qui a été fait au demeurant, puisque, par exemple, G. D. Snooks avance 1,5 million d’habitants en 1086 et 5,75 en 1300, ce qui donnerait à l’Angleterre de 1300 une population supérieure à celle de 170049. À l’évidence, on retrouve ici la démarche qui avait été celle d’Emmanuel Le Roy Ladurie, soit une population rurale du royaume de France équivalente au cœur du Moyen Âge à ce qu’elle fut sous Louis XIV50. Effectivement, il y eut une poussée très forte des défrichements et de la mise en valeur, aux xiie et xiiie siècles, une multiplication des fondations de villes, foires et marchés, ce qui amena « une commercialisation » croissante de l’économie anglaise51. Les chiffres avancés n’en sont pas moins trop forts, à la fois parce que la véritable comparaison devrait se faire avec le xvie siècle, époque où l’on est loin de compter plus de 5,5 millions d’habitants et où il y avait encore des crises de subsistances, et surtout parce que, dans la deuxième moitié du xviie siècle, la population anglaise comporte une énorme ville, Londres, ce qui n’est pas le cas au xiiie siècle, même si certains historiens ont avancé près de 100 000 habitants pour la capitale anglaise.

  • 52 M. Beresford, The Lost Villages of England, 1re éd. 1954, nouv. éd. Phoenix Mill, Sutton Publishin (...)

29Quoi qu’il en soit, le recul a été très marqué à partir des crises du xive siècle et de la Peste noire. Bien que les comparaisons n’aient guère retenu les historiens anglais, il semble qu’ici le choc ait été parmi les plus forts en Europe ; on peut ajouter que la crise a été plus longue, durant jusqu’à la fin de la guerre des Deux-Roses, même s’il ne faut pas surestimer les conséquences économiques, sociales et démographiques de celle-ci. Surtout, dans le domaine agricole, l’inflexion a été extrêmement marquée, et les changements ont été nombreux. Beaucoup de fondations urbaines, de foires ou de marchés ont alors connu l’échec ; surtout, il y a eu en Angleterre – beaucoup plus qu’en France – un très grand nombre de villages disparus, bien connus aujourd’hui grâce à l’impulsion de M. Beresford52. Il s’agit d’une des grandes réussites de l’historiographie anglaise du dernier demi-siècle.

30B. L’agriculture anglaise s’était progressivement organisée autour de grands domaines – il y a une réelle continuité des villae romaines aux grands domaines anglo-saxons – et, avec les Anglo-Saxons, de villages très structurés, entourés de champs ouverts. Les Normands achevèrent d’installer ces structures, en les unifiant dans le cadre des « manoirs ». L’un des apports fondamentaux de l’historiographie anglaise récente est d’insister sur la continuité, des grands domaines aux manoirs, qui se comprend parfaitement puisque les conquérants normands étaient peu nombreux. En même temps, il a été énormément insisté sur la spécificité de l’époque anglo-saxonne qui a façonné l’Angleterre en profondeur, beaucoup d’ailleurs ayant tendance à diminuer l’importance de l’empreinte romaine, sans qu’au demeurant les démonstrations soient toujours très probantes. En particulier, rien ne montre quelle a été l’importance numérique exacte des nouveaux venus anglo-saxons ; on ne connaît pas non plus de manière directe ni leurs villages ni leurs grands domaines.

  • 53 M. Bloch, Seigneurie française et manoirs anglais, Paris, A. Colin, 1960.
  • 54 Dans M. Postan et C. Hill, Histoire économique et sociale de la Grande-Bretagne, t. 1 : Des Origin (...)

31En fait, l’histoire agraire anglaise reste marquée par la rupture – vers un accroissement très net de la documentation – que représentent le Domesday Book et les fonds évidemment beaucoup plus importants des siècles qui suivirent la conquête. L’analyse et la description des manoirs ne surprend pas les lecteurs français : il s’agit bien d’un système seigneurial et, d’ailleurs aux xiie-xiiie siècles, comme Marc Bloch53, on ne voit pas de différences fondamentales avec les structures de la société du royaume de France. Ceci étant, en Angleterre, les xiie-xve siècles sont marqués par plusieurs grands mouvements qu’a particulièrement mis en valeur Michaël Postan54 : recul de la gestion directe – donc du « demesne » – au xiie siècle, par suite de la hausse des prix et salaires ; renouveau de l’exploitation directe au xiiie siècle ; nouveau recul, beaucoup plus important, à partir de la crise et donc du premier tiers du xive siècle, les « lords of manor » ne trouvant plus suffisamment de main-d’œuvre.

32À cet endroit se situent des éléments fondamentaux pour comprendre ce qui se passera aux xvie-xviie siècles :

  • les « lords of manor » gardent la propriété des terres, en dehors des terres libres, peu nombreuses au départ ;
  • ils commencent à avoir recours aux tenures contractuelles et aux baux de location ; ou bien ils font le choix d’une agriculture plus extensive, tournée vers l’élevage ;
  • il y a, en même temps, une certaine dissolution du « manoir » sur laquelle nous allons revenir plus longuement.
  • 55 M. Bloch, op. cit., p. 55.

33Mais il me semble qu’il faut d’abord insister sur la question de la propriété de la terre. En Angleterre, « point d’alleux ; directement ou, le plus souvent, par une série très longue d’intermédiaires, toute terre est finalement tenue du roi55 », et toute terre relève d’un manoir sans que celui qui la cultive puisse prétendre à sa propriété qui est celle du « lord of manor ». Il y a bien des tenures libres, ou « freeholds », mais, en proportion, elles sont peu nombreuses ; surtout, le domaine, dont s’occupent directement le seigneur ou ses officiers, est toujours important. Aux revenus qu’il apporte, s’ajoutent ceux des tenures coutumières – les « copyholds » – et des terres concédées par bail – « leasehold » – qui sont encore peu nombreuses.

  • 56 La place nous étant comptée, nous n’entrerons pas dans la discussion sur l’emploi du terme « féoda (...)
  • 57 D. G. Hey, An English Rural Community : Myddle under the Tudors and Stuarts, Leicester, Leicester (...)

34En fait, le régime manorial tel qu’il avait été mis en place, a commencé à se dissoudre progressivement dès le xive siècle. Il reposait en effet sur l’attachement du « vilain » à la terre, donc sur le servage. Pour les historiens français, ici se situe une double difficulté. En effet, ils ne font aucune identification entre le système seigneurial et le servage : en France, le vilain est un paysan libre et, au demeurant, le servage a toujours été minoritaire, voire peu important. Les services dus au seigneur tiennent à l’existence même de la seigneurie et non à une mise en servage. La seigneurie et les droits « féodaux56 » sont donc restés, quels qu’aient pu être les débats, une réalité, sur laquelle il a été beaucoup insisté, par exemple Pierre de Saint-Jacob pour la Bourgogne du Nord. La lecture des travaux anglais pose donc de redoutables problèmes de compréhension aux historiens français. À lire les ouvrages, en effet, la réalité du « manoir » paraît avoir disparu ; alors que dans tous les travaux français, la seigneurie, ainsi que les droits seigneuriaux et/ou féodaux ne cessent d’apparaître, dans les travaux anglais le manoir apparaît peu au xvie siècle, et pratiquement plus du tout aux xviie-xviiie siècles, comme le montrent les index. Pour la plupart des historiens anglais, il a cessé d’être une réalité « active », et d’ailleurs les voyageurs anglais venant en France – Arthur Young en est un excellent exemple – sont frappés par la lourdeur du système seigneurial français qu’ils trouvent tout à fait archaïque et dans lequel ils voient un grave obstacle au progrès agricole. On a effectivement des exemples, comme celui de Myddle où le manoir reste certes « l’unité essentielle du gouvernement local », ce qui donne dans le royaume aux squires une place fondamentale, mais où il n’a plus guère d’importance en dehors de son rôle judiciaire et administratif57. Le « lord of manor » est donc devenu un « landlord » pour lequel ce ne sont plus les droits manoriaux qui sont importants, mais les rentes que lui versent les tenanciers. Au lieu d’être liés au propriétaire du manoir par un lien personnel, ceux-ci sont en fait des locataires de la terre, ce qui signifie un marché des terres et de leurs exploitations entièrement libre.

35Une lecture attentive montre que les réalités ne sont cependant pas si simples. D’un côté, les manoirs n’ont pas disparu avant le xixe siècle et, du point de vue honorifique, leur possession a continué à être très importante. D’un autre côté, des droits seigneuriaux comme le « merchet » ou le « heriot » ont continué à subsister longtemps ; en fait, on trouve encore au xixe siècle des incidents liés aux pratiques manoriales, lesquelles ne furent d’ailleurs abolies qu’en 1922 ! On attend donc avec impatience une étude nous expliquant ce qu’était le « manor » aux xviie et xviiie siècles.

36Quoi qu’il en soit, pour résumer ce développement, nous pouvons dire ceci : comme l’avait bien souligné Marc Bloch, pour les historiens français, le système seigneurial, installé en Angleterre par les conquérants normands, fut, parce qu’il résultait d’une conquête, beaucoup plus achevé, beaucoup plus parfait que celui qui régna en France où il ne s’implanta que progressivement, en tenant compte des réalités existantes, parfois très anciennes, et de nombreuses particularités régionales. Il n’y eut dans le royaume de France aucun processus de « vilainage » généralisé, donc de servage systématique, ce qui n’excluait nullement des liens très forts entre les paysans installés sur une seigneurie et le seigneur, au profit de celui-ci. Il n’y eut donc pas non plus un processus généralisé de déclin du servage, comme en Angleterre, puisqu’il n’avait pas lieu d’être. En Angleterre, il correspondit aux difficultés extrêmes que rencontrèrent les seigneurs parce que le recul démographique entraînait un manque considérable de main-d’œuvre. En position de force, les paysans anglais purent conquérir leur liberté, ce qui permit la constitution d’un groupe puissant de « yeomen ». Par ailleurs, lorsqu’à partir de la fin du xve siècle la hausse des prix recommença avec force, les rentes fixes de type seigneurial parurent peu intéressantes : mieux valait des tenures de type contractuel – ce sont les « copyholds » – et, à partir du xvie et surtout du xviie siècle, des baux de location : les « leaseholds ». Pour le reste, il leur suffisait de garder les droits honorifiques, essentiels pour leur position sociale, ce qui eut lieu.

  • 58 J.-M. Moriceau, Les fermiers de l’île-de-France. L’Ascension d’un patronat agricole (xve-xviiie si (...)

37Les lords anglais avaient, par ailleurs, découvert l’intérêt, à la fin du Moyen Âge, des grands domaines consacrés à l’élevage : d’un coût de fonctionnement réduit, ils étaient de bon profit et présentèrent de plus en plus d’intérêt au fur et à mesure que les prix agricoles s’accroissaient. Nous avons là les raisons du premier développement du système des enclosures, si rapide à la fin du xve et au début du xvie siècle dans certaines parties des Midlands, qu’il suscita de très vives inquiétudes, ce qui amena le gouvernement royal à s’en mêler. Le mouvement était si puissant, et correspondait tellement aux choix économiques et sociaux des nobles et des gentlemen, qu’il put seulement être freiné, avant de devenir extrêmement puissant du début du xviie au milieu du xixe siècle. Il en résulta la remarquable – nos amis anglais diraient « dramatic » – capacité de l’Angleterre à multiplier ou à renforcer les grandes propriétés. Là réside sans aucun doute une différence fondamentale avec la France, les grandes fermes de l’Île-de-France exceptées58. On constate, par ailleurs, que l’agriculture anglaise a toujours disposé d’un grand nombre de travailleurs – les « cottars » –, ce qui, au demeurant, ne la différencie pas de l’agriculture française, si ce n’est que les travailleurs agricoles français – journaliers, manouvriers, brassiers – ont des microfundia plus importants et que leurs ressources reposent davantage sur leurs petits biens. Là où l’historiographie anglaise nous laisse perplexes, c’est que nous ne voyons pas très bien ce que devient le paysannat moyen entre le milieu du xviie et le milieu du xixe siècle. Son recul est certain puisque les chiffres donnés par King et Massie sont nettement supérieurs à ceux de 1851 :

38En 1851, en effet, le nombre des petits et moyens propriétaires (exploitations inférieures à 40 hectares) était seulement un peu supérieur à 140 000. Mais, si l’on connaît les processus, et s’il y a des exemples régionaux, on a du mal à suivre la question en profondeur.

39Ce qui est sûr, c’est que ce mouvement correspondit aux changements agricoles, sans que l’on sache très clairement dans quelle mesure il en a été une cause ou une conséquence. C’est aborder à nouveau le thème de la « révolution agricole ». Pour résumer une masse considérable de travaux, il me semble que nous pouvons en arriver aux conclusions suivantes :

401. Si l’expression de « révolution industrielle » paraît pouvoir être gardée, car elle correspond à des ruptures techniques, il semble difficile de conserver celle de « révolution agricole », surtout en la situant entre le milieu du xviiie et le milieu du xixe siècle. D’une part, les critiques de G. E. Mingay sont tout à fait fondées : il n’y a pas à proprement parler de ruptures dans le domaine agricole dans l’Angleterre du xviiie siècle. D’autre part, comme on va le voir, on assiste en Angleterre à un processus continu de changement qui ne saurait être circonscrit dans les seules bornes chronologiques traditionnelles assignées à « la révolution agricole » anglaise. On notera au passage que Joan Thirsk n’emploie plus depuis longtemps l’expression. On remarquera que Patrick O’Brien l’avait déjà clairement souligné dès 1977 :

  • 59 « Agriculture and the Industrial Revolution », art. cité.

« Il faut reconnaître que des expressions comme révolution agraire sont peu appropriées pour décrire le rythme et les caractères du changement agraire avant les fertilisants chimiques, l’électricité et les moteurs à combustion interne… Il n’y a rien d’extraordinaire dans les réussites anglaises entre 1700 et 185059… »

41Et, en effet, le récent livre qu’a publié à cet égard Mark Overton : The Agricultural Revolution, n’emporte pas l’adhésion, comme nous l’avons déjà vu plus haut.

422. Cela n’exclut nullement une profonde transformation de l’agriculture anglaise. Mais elle se situe sur une durée beaucoup plus longue, tellement longue effectivement qu’il est impossible de parler de révolution agricole comme on l’a fait traditionnellement.

43Il faut donc retracer cette évolution qui a fait passer d’un monde agricole anglais qui ne se distinguait pas des autres à la fin du Moyen Âge et aux débuts de l’époque moderne par des méthodes nouvelles, à une agriculture faisant figure de modèle. En effet, à la fin du xve ou au début du xvie siècle, en dehors de la question des enclosures, dans laquelle d’ailleurs l’innovation n’était pas si présente que cela, l’agriculture anglaise ne se distinguait guère de celles des autres pays et les permanences y étaient considérables, aussi bien dans les Uplands que dans les openfields des Midlands. Les Anglais avaient, à juste titre, le sentiment que leur agriculture ne valait pas celle des Flandres, sentiment qui dura jusqu’à la fin du xviie siècle, et qu’accrurent encore les séjours que firent nombre de gentlemen et de soldats aux Provinces-Unies, en lutte contre l’Espagne pour leur indépendance. La lecture des agronomes ne laisse aucun doute à ce sujet : par exemple, en 1650, le Discourse of Husbandrie used in Brabant and Flanders de sir Richard Weston ; tout aussi révélateur à ce sujet sont le livre de Samuel Hartlib, The Compleat Husbandman (1659) et les enquêtes ou collections d’information qu’il multiplia pour connaître les méthodes nouvelles. On a donc affaire à un milieu agricole anglais qui sait qu’il a encore beaucoup à apprendre et que de nombreux progrès sont indispensables. L’attitude est tout à fait différente dans la seconde moitié du xviiie siècle, sans aucun doute parce que justement les Anglais avaient développé un autre type d’agriculture.

  • 60 E. Kerridge, The Fanners of Old England, op. cit., p. 119.

443. L’adoption de procédés nouveaux a donc commencé très tôt : sous le règne d’Élisabeth Ire. Pour une large part, c’est un processus importé ; non seulement les nouvelles plantes ou cultures viennent des Flandres ou, désormais, des Flandres méridionales et des Provinces-Unies, mais encore ce sont des marchands venus de ces pays ou des réfugiés, ce qui déjà met en valeur l’apport économique du refuge protestant pour l’Angleterre. On le voit pour les plantes fourragères, comme le sainfoin ou la luzerne, ou pour le développement de la culture des carottes60, ou encore pour l’apparition de nouveaux cycles d’assolement. Mais, d’une part, ces nouveautés restent d’une étendue limitée ; d’autre part, elles concernent essentiellement la partie orientale de l’Angleterre et, minoritairement, les comtés du Sud.

45Il n’est pas certain, à ce sujet, que les historiens anglais distinguent assez clairement l’apparition d’une technique ou d’une culture nouvelle, et le poids exact de cette innovation. Il s’écoule en effet toujours de longs délais, et ce n’est que lentement que le processus prend de l’ampleur et donc acquiert de l’importance. Aujourd’hui encore, nous saisissons mal les étapes de ces évolutions et le moment où réellement elles font une masse critique.

  • 61 Ibid., p. 104-110.
  • 62 Voir par exemple les remarques critiques de G. E. Mingay, dans The Agricultural Revolution. Change (...)

464. Tout, au demeurant, n’est pas venu de l’extérieur. Il semble en effet que les prairies inondées et le « up-and-down husbandry » aient leurs origines dans des pratiques régionales, parfois anciennes, tout comme le « leyfarming », méthodes sur lesquelles Kerridge a beaucoup insisté61, sans emporter toujours l’adhésion, notamment en ce qui concerne l’importance réelle qu’il faut accorder à ces nouveautés62.

  • 63 Enclosure and the yeoman…, op. cit.

47Les mécanismes d’origine, les processus d’extension ou d’expansion nous échappent et risquent de nous échapper toujours, y compris quant à préciser la part réelle des landlords et des yeomen ou husbandmen, malgré, à cet égard, l’intérêt du travail déjà cité de R. C. Allen63. Les causes des transformations apparaissent plus clairement : il s’agit avant tout des considérables possibilités offertes aux producteurs agricoles par l’exceptionnelle croissance de Londres, dont F. J. Fisher avait déjà montré, il y a un demi-siècle, une partie des conséquences. La capitale anglaise a demandé toujours davantage de céréales, de fruits, de légumes et de viande. Il en est résulté un formidable appel qui a concerné toutes les îles Britanniques, y compris, pour l’élevage, l’Irlande et l’Écosse, appel dont les effets ont commencé à se faire sentir réellement dès la deuxième moitié du xvie siècle, le passage de 100 000 à 200 000 habitants de Londres pouvant à cet égard être considéré comme le dépassement d’un seuil.

48Pour aller vite, on peut distinguer trois conséquences ou mécanismes issus de la demande londonienne :

  • L’intensification et la spécialisation du travail agricole dont le bon exemple est le comté de Kent ;
  • La recherche d’une production et d’une productivité accrues par des mécanismes souvent complexes. Ainsi, tant que le grand débouché des éleveurs du Wiltshire et de l’Oxfordshire était la laine, un élevage extensif du mouton était bien adapté, en donnant une laine de qualité. Un élevage plus intensif, des moutons mieux nourris avaient pour conséquence que les laines produites dans ces comtés après les premières transformations agricoles, n’avaient plus la même qualité. Il importait peu : elles n’étaient plus désormais qu’un produit second, dont le moindre rendement était plus que compensé par la forte hausse de la production céréalière, grâce à un fumier beaucoup plus abondant, et par les ventes de viande sur le marché londonien ;
  • Il y eut donc des modifications très importantes de la géographie agricole de l’Angleterre. Les débouchés assurés et les bons rapports – globalement – de toutes les productions, joints au développement très marqué du commerce intérieur, permirent de mieux adapter les cultures aux conditions pédologiques et climatiques. C’est ainsi que les Midlands cessèrent progressivement d’être des terrains céréaliers pour devenir de remarquables régions d’élevage.

49L’historiographie britannique a excellemment mis en lumière tous ces changements, de même qu’elle a remarquablement montré comment les hautes terres ont à leur tour transformé, mais plus tard, leur agriculture en fonction des débouchés toujours dominés par la croissance londonienne. Ici, l’orientation a bien sûr été la part croissante de l’élevage, avec souvent dépopulation (cf. les Highlands d’Écosse). Pour sa part, Joan Thirsk a tout particulièrement mis l’accent sur le goût de l’innovation et surtout sur ce que représentent à cet égard – malgré le scepticisme de certains auteurs – les livres d’agronomie :

  • 64 J. Thirsk, « Agricultural innovations and their diffusion », dans le t. V de l’Agrarian History, p (...)

« Non seulement de tels ouvrages étaient intellectuellement excitants, mais encore ils étaient de nature à stimuler l’action. Or, ils apparaissaient à un moment où les landlords anglais et l’ensemble des grands exploitants étaient sensibles à la montée des prix des produits alimentaires par suite d’une demande croissante64… »

  • 65 J. Thirsk, Alternative Agriculture : A History, from the Black Death to the Present Day, Oxford, O (...)

50Dans son dernier ouvrage, elle a proposé, avec l’expression d’une « agriculture alternative65 » une théorisation globale des modifications de l’agriculture anglaise. Celle-ci était à forte dominante céréalière à la fois aux xiie et xiiie siècles, et aux xvie-xviie siècles. Dans les deux cas, en marge ou en opposition avec le système agricole global, d’autres types d’agriculture, à l’origine minoritaires, se développèrent. C’est sur eux que s’ancra le processus global de changement.

  • 66 De la supériorité de l’Angleterre sur la France, Paris, Perrin, 1985.
  • 67 La société de confiance, Paris, 1, 1995.

51Il n’est pas sûr qu’on pourra – bien que des exemples locaux ou régionaux soient à venir – aller très au-delà des grandes lignes qui viennent d’être rappelées. Le débat sur l’ampleur exacte des conséquences des changements, sur la portée réelle de ces dernières, risque donc de durer. J’ai tendance à penser qu’un trop grand scepticisme serait une erreur : d’un côté, des transformations régionales sont évidentes ; d’un autre côté, non seulement l’Angleterre nettement plus peuplée du milieu du xviie siècle – 5,2 millions d’habitants contre 2,8 en 1541 – ne souffre pas, bien au contraire, de davantage de difficultés ou tensions alimentaires qu’au milieu du xviie siècle, mais encore à eux seuls les besoins gigantesques de Londres auraient suffi à tout déséquilibrer ; or, manifestement il n’en fut rien, et la production agricole intérieure réussit à faire face aux besoins nouveaux. Il n’y a certes aucune raison, malgré Kerridge, pour parler d’une « révolution agricole », en plaçant celle-ci nettement plus en amont ; il reste que les processus des changements ont réellement commencé, et qu’ils sont déjà importants. Autrement dit, entre le milieu du xvie et le milieu du xixe siècle, l’agriculture anglaise n’a cessé de se transformer. Il faut abandonner les « révolutions agricoles » au profit d’un processus global et continu de changement, qui me paraît, à tous points de vue, caractériser l’Angleterre. Parmi les historiens français, François Crouzet est celui qui l’a très bien perçu66, puis, sous une autre forme et à sa suite, Alain Peyrefitte67.

  • 68 H. Sée (éd.), Voyages en France, 1787, 1788 et 1789, 3 vol., Paris, A. Colin, 1976.

52Là où l’historiographie anglaise nous laisse sur notre faim, c’est quant à la mesure exacte des changements survenus, y compris au xviiie siècle. Il faut à l’évidence réinterpréter Young, Marshall et les autres agronomes anglais de la deuxième moitié du xviiie siècle. D’un côté, ils ont, avec raison, le sentiment d’une avance anglaise : Young, en particulier, est persuadé – il suffit de lire les Voyages en France68 qu’elle est le bon exemple. Mais, d’un autre côté, ce qui les anime, c’est le sentiment profond de tout ce qui reste encore à réaliser. Or, il faut bien convenir que le lecteur français ne peut s’en faire aucune idée réelle : quelle est l’extension exacte des régions d’agriculture nouvelle à la fin du xviiie siècle ? Dans quelle mesure les transformations touchent-elles les exploitations du paysannat ? On ne le sait. On peut se demander à cet égard si les enquêtes de la fin du xviiie siècle et du début du xixe siècle ont été suffisamment exploitées ?

  • 69 Voir notes 30 et 31.

53Il est vrai que l’on tombe alors sur l’un des problèmes cruciaux de l’histoire rurale, aussi bien française qu’anglaise : comment mesurer progrès et changements agricoles. La réalité et l’importance des changements sont évidentes : l’Angleterre a nourri une population de plus en plus importante et surtout une population urbaine en très forte croissance. Une augmentation forte et continue des productions agricoles à partir du milieu du xvie siècle est donc indispensable ; elle s’accorde tout à fait avec l’idée que les transformations ont commencé à partir de ce moment-là, même s’il est impossible de proposer des mesures et évaluations un peu précises. On peut simplement se demander quelle a été la part d’une circulation accrue des marchandises en tout genre et, pour ce qui nous concerne, des produits alimentaires par rapport à l’évolution de la production  ? On peut sans doute envisager, tout comme pour la France du xviiie siècle, que, dans un premier temps, ces plus grandes possibilités de transport ont joué un rôle au moins aussi important que les augmentations de production. Ce qui est certain, par ailleurs, c’est qu’au milieu du xviiie siècle, comme l’ont bien souligné P. O’Brien et E. A. Wrigley69, l’Angleterre dispose d’une agriculture permettant de bien répondre aux besoins de la révolution industrielle qui va se mettre en place.

54Mais, au-delà ? On aurait pu autrefois considérer les enclosures comme un indicateur des progrès agricoles. Il est clair qu’elles ne le sont qu’en partie. Par ailleurs, s’il est facile de suivre le mouvement des enclosures en Parlement, on ne peut que malaisément apprécier les étapes de ce qui s’est passé avant le milieu du xviiie siècle, bien que les superficies encloses avant 1760 soient plus importantes que celles qui le furent après.

55Pour conclure, il me semble que, vu de France, l’on peut résumer ainsi les apports actuels de l’historiographie anglaise en ce qui concerne l’histoire agricole de l’Angleterre à l’époque moderne :

  • La mise en valeur d’un processus global, continu et profond de changement qui commence à partir du milieu du xvie. Il est, jusque dans la deuxième moitié du xviie siècle, très largement à l’école des techniques des Pays-Bas. Il correspond à la croissance démographique globale, plus encore à la croissance de la population urbaine, et au développement du commerce anglais. C’est par le biais de l’accroissement du marché des produits alimentaires que s’enclenche le progrès agricole. On a donc affaire à une économie de la demande. On rapprochera cela de l’Île-de-France et des vignobles français mais, en ce qui concerne la consommation parisienne et ses conséquences, le changement est bien antérieur. Il n’y a aucune antériorité anglaise. Mais les effets de la croissance londonienne se situent dans un cadre chronologique plus court ; plus rapides, ils sont aussi plus forts et situés à un moment économiquement plus décisif. On ne peut que souhaiter des études comparatives, approfondies et systématiques concernant l’histoire de Paris et de Londres considérée sous cet angle ; il serait tout aussi judicieux de pouvoir y joindre des exemples hollandais ou italiens.
    L’un des aspects les plus intéressants de cette question, c’est sans aucun doute l’entrée rapide de l’agriculture de l’ensemble des îles Britanniques dans l’attraction commerciale alimentaire de Londres, avec néanmoins des effets très diversifiés et des conséquences très variées – en elles-mêmes et par leurs chronologies régionales – sur les techniques et structures agricoles.
  • Il s’agit d’une agriculture dans laquelle les grands domaines et l’action directe des landlords ont toujours joué un très grand rôle. Néanmoins, jusqu’au milieu du xviiie siècle, le paysannat a été bien présent, ce qui est sans doute l’apport le plus marqué des recherches récentes, par exemple celles concernant le Kent ou les Midlands au xviie siècle.
    Il est également tout à fait clair aujourd’hui que, sur le terrain, le rôle majeur n’a pas été le leur : d’une part, ce sont leurs tenanciers qui avaient à appliquer les nouvelles méthodes ; d’autre part, on a beaucoup trop minoré le rôle des propriétaires-exploitants ; enfin, on ne saurait surestimer le rôle des régisseurs et des intendants tant il a été essentiel70.
  • À partir de la seconde moitié du xviie siècle, même si un paysannat petit ou moyen a subsisté et est resté important en nombre, l’Angleterre a développé un type particulier d’agriculture qui a mené tout droit au « High Farming » du milieu du xixe siècle, et à la réduction drastique des populations agricoles et rurales de l’Angleterre et de l’Écosse, le problème étant différent en Irlande où il ne s’agit pas seulement des évolutions des structures agraires.
    Nous avons affaire à une agriculture de grands domaines, ou de grandes exploitations, qui rappelle, à cet égard, l’Europe méridionale ou l’Europe orientale, tournés vers la vente sur le marché, mais répondant à une gestion moderne, voire avancée pour l’époque, et utilisant de manière systématique les meilleures techniques possibles. Il n’est pas du tout certain qu’ils soient supérieurs aux grandes fermes de l’Île-de-France ou aux grands domaines viticoles du Bordelais ou de la Bourgogne mais, jusqu’à présent, l’historiographie rurale anglaise ne s’est guère préoccupée de connaître les réalités agricoles de la France de l’époque moderne et de tenter des comparaisons. L’inverse est tout aussi vrai.
    Quoi qu’il en soit, à partir du milieu du xviiie siècle, les grands domaines anglais ont donc servi de modèle et d’exemple. Il ne faut pas s’en étonner : ceux qui hors d’Angleterre, tout particulièrement en France, se sont intéressés au progrès agricole, représentaient un milieu de grands propriétaires, comme les La Rochefoucauld71, ou d’économistes qui ne voyaient aucune productivité dans les petits et moyens paysannats. En Angleterre même, agronomes et réformateurs, avec au premier rang Arthur Young, ne s’intéressaient pas à ce paysannat moyen ou petit ; c’est un fait bien connu aujourd’hui. Il reste que, pour un Français, et malgré des travaux récents, comme ceux déjà rencontrés plus haut de R. C. Allen, le paysannat petit et moyen, qui est omniprésent dans les travaux français, paraît quasiment absent de l’histoire rurale anglaise, les mouvements de protestation mis à part.
  • Par ailleurs, de manière qui surprend aussi un historien français, l’historiographie rurale anglaise a réalisé peu de monographies paroissiales, tout comme – je le soulignais au début de ce texte – peu d’analyses régionales approfondies. On ne peut également que remarquer le faible nombre d’études consacrées aux régions de hautes terres ou aux paroisses d’activité pastorale. À bien des égards, les enclosures et la transformation des openfields céréaliers ont occulté le reste du paysage agraire.
  • Il faut enfin revenir sur le problème des sources. Globalement, elles sont nettement plus nombreuses dans le royaume de France à l’époque moderne. L’utilisation des inventaires après décès, grâce aux travaux de W. G. Hoskins et de J. Thirsk, a incontestablement permis un bond en avant. Ils n’en posent pas moins d’importantes questions méthodologiques et il n’est pas sûr que certains auteurs n’aillent pas au-delà de leurs possibilités. C’est pourquoi Margaret Spufford a jugé nécessaire de rappeler les incertitudes qui accompagnent leur utilisation : des biais statistiques peuvent naître de la manière dont ils sont rédigés et, par exemple, il faut être prudent en ce qui concerne l’utilisation de nouvelles plantes ; au départ, si elles ne couvrent pas une importante superficie, il n’y a pas de raison pour qu’elles soient mentionnées72. Un de leurs apports les plus intéressants est sans aucun doute le nombre de bêtes dans les troupeaux ; il a donné lieu à de nombreuses études et il est évident qu’un important renouvellement en est résulté depuis, en particulier, l’article fondateur d’Havinden pour l’openfield de l’Oxfordshire, déjà cité plus haut. Reste le problème des rendements. Une partie des discussions vient des incertitudes que présente à cet égard le traitement des inventaires ; il faut également penser qu’à partir du milieu du xviiie siècle d’une part les inventaires se modifient et ne sont plus utilisables, et que, d’autre part, il n’y a pas encore de données statistiques. Relier le début et le milieu du xviiie siècle au début du xixe siècle est de ce fait l’un des domaines les plus délicats de l’historiographie rurale anglaise73.
  • Finalement, aux yeux des Français, l’historiographie rurale anglaise apparaît à la fois extrêmement riche, pleine de suggestions et d’éléments de réflexion pour une histoire rurale comparée à l’échelle de l’Europe, souvent brillante et toujours passionnée, mais difficile à étreindre. On passe, en effet, beaucoup trop d’une opinion et d’une analyse à une autre, avec toujours le souci de faire du neuf. Cela tient à deux éléments, déjà mis en valeur à plusieurs reprises : les difficultés d’utilisation de la documentation, un trop faible nombre d’études régionales approfondies, ce qui rend fragile les synthèses ou tentatives de synthèse. Les discussions paraissent de ce fait interminables, et le renouvellement aboutit à des oppositions acharnées : l’existence ou non de la révolution agricole n’a cessé de le montrer74.
  • Il me semble que le souci d’intégrer les apports nouveaux aux cadres anciens n’est pas suffisamment systématique. Le dernier ouvrage de Joan Thirsk, déjà mentionné plus haut, en offre un excellent exemple75. Tout aussi remarquable que ses précédents travaux, il est extrêmement suggestif. L’idée fondamentale est que, depuis le Moyen Âge, la tendance agricole dominante a été, et de loin, comme chacun le sait, la production céréalière accompagnée de celle de la viande. Or, entre la Peste noire et le début du xvie siècle, puis du début du xviie au milieu du xviiie siècle, les réalités agricoles anglaises ont été beaucoup plus complexes. À chaque fois, les agriculteurs ont développé, à une échelle plus ou moins grande mais jamais négligeable, des cultures de substitution : prairies artificielles, légumes, plantes d’intérêt industriel. Ainsi, ils pouvaient augmenter leurs ressources.
    Ces idées mettent bien en valeur à la fois le rôle actif des paysans dans l’exploitation de leurs terres, leur souci des nouveautés, la possibilité – dans le cadre d’une économie agricole globalement tournée vers les céréales et la viande – d’autres productions, ce qui montre à quel point il faut revoir les approches habituelles.
  • 76 « Agricultural innovations and their diffusion », art. cité note 64.

56Malheureusement, Joan Thirsk n’intègre pas ces apports à une analyse globale de l’agriculture anglaise et de son évolution, ni à ce que l’on sait de cultures semblables dans d’autres pays. Sans aller trop dans le détail, il est clair qu’il faut – ce qu’elle ne fait pas – distinguer cultures alternatives et productions d’appoint. Celles-ci, en particulier les cultures industrielles, ont toujours existé ; on ne peut en faire des cultures de substitution. Par ailleurs, comment faire du développement des productions légumières, fruitières ou laitières, ou encore de la multiplication des élevages de volailles des productions de substitution  ? Il s’agit de tout autre chose : de satisfaire la demande londonienne. Comme l’argumentation aux xvie et xviie siècles de la production céréalière, puis, tout au long des xvie-xixe siècles de la production de viande, cela relève d’une incitation extérieure et non d’une volonté de « substitution » ou « d’alternative agriculture ». On peut les garder comme des marques évidentes de progrès. En fait, ce qu’est d’abord cet ouvrage, c’est le développement, plus approfondi, de travaux antérieurs, notamment sur les progrès agronomiques et les innovations agricoles, que nous devons à la même Joan Thirsk76.

57Il reste que son livre contribue à renforcer l’impression principale d’un historien français par rapport aux travaux anglais d’histoire rurale : celle d’un souci permanent et profond de renouvellement, ce qui est tout à fait passionnant, et souvent neuf et inventif, ce que je ne cesse d’admirer très profondément.

Notes

1 Pour l’époque moderne, la question, mise aux programmes de 1998-1999 et 1999-2000, pour les concours de recrutement des professeurs agrégés et certifiés de l’enseignement secondaire français, dont la préparation tient une grande place dans les universités littéraires françaises a été en effet : « La Terre et les Paysans en France et en Grande-Bretagne, du début du xviie à la fin du xviiie siècle ».

2 On sait que, pour l’historiographie française, il s’agit des xvie, xviie, xviiie siècles : théoriquement, de 1492 à 1789.

3 Voir d’abord son ouvrage très célèbre Essai sur l’économie rurale de l’Angleterre, de l’Écosse et de l’Irlande, Paris, de Guillaumin et de Dusacq, 1854. En fait, lorsque Léonce de Lavergne écrit sur l’agriculture française, il ne cesse également de faire référence à l’agriculture anglacise.

4 Voir J.-C. Drouin, dans Bordeaux et les îles Britanniques du xiie siècle à nos jours, Bordeaux, Fédér. historique du Sud-Ouest, 1974.

5 L’édition française est très tardive : elle a paru sous le titre Histoire rurale de l’Angleterre, à Paris, chez Gallimard, en 1952. Mais l’édition anglaise, qui a séduit et beaucoup intéressé, a été connue et utilisée aussitôt.

6 En particulier, grâce au remarquable ouvrage de P. Mantoux, La révolution industrielle, Paris, 1905. On se rappellera d’ailleurs que les grands soucis des Français ont été, soit le retour à la terre, et dans ce cas l’agriculture anglaise n’intéressait que comme repoussoir, soit le renforcement industriel, souci particulièrement marqué après 1958.

7 Très suggestive à cet égard est sa communication, « Les structures rurales de la frange atlantique de l’Europe : géographie et histoire agraires », Géographie et Structures agraires (Colloque de Nancy), Annales de l’Est, n° spécial, 1959, p. 193-208.

8 « A Reply to Robert Brenner », dans T. H. Aston et C. H. E. Philpin (éd.), The Brenner Debate. Agrarian Class Structure and Economic Development in Pre-Industrial Europe, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 1985.

9 Voir, en particulier, « Ruralia », Revue historique, n° 580, oct.-déc. 1991, p. 359-384.

10 The Influence of England on the French Agronomes (1750-1789), Cambridge, Cambridge Univ. Press, 1953.

11 Il est impossible de tout citer. Pour un lecteur anglais, il me semble que les ouvrages les plus intéressants sont les suivants : S. Bianchi et al., La terre et les paysans en France et en Grande-Bretagne du début du xviie à la fin du xviiie siècle, Paris, A. Colin, 1999 (contribution d’A. Forrest) ; J. M. Chevet, La terre et les paysans en France et en Grande-Bretagne du début du xviie siècle à la fin du xviiie siècle, Paris, Messene, t. 1, 1998 ; t. 2, 1999 ; H. Fréchet (éd.), La terre et les paysans en France et en Grande-Bretagne de 1600 à 1800, Paris, Éd. du Temps, 1978 (contribution de J. Walter) ; « Terre et Paysans », n° spécial, Histoire – Économie et Société, 1999, n° 1 (contribution de J. Thirsk, J. Y. Beckett, J. M. Neeson, T. M. Devine, D. W. Hewell) ; J.-P. Poussou, La terre et les paysans en France et en Grande-Bretagne aux xviie et xviiie siècles, Paris, SEDES, 1999.

12 J.-M. Moriceau, La terre et les paysans aux xviie et xviiie siècles : Guide d’histoire agraire, Rennes, Associations d’histoire des sociétés rurales, 1999.

13 Elle paraît depuis 1993. Il est significatif de constater que l’histoire rurale anglaise y a pris de l’importance seulement depuis la question d’agrégation.

14 Irish Historical Review ; Irish Economic and Social History.

15 Voir, par exemple, L. M. Cullen et T. C. Smout, Comparative aspects of Scottish and Irish Economic and Social History, 1600-1900, Édimbourg, John Donald, s. d. ; T. M. Devine et D. Dickson, Ireland and Scotland, 1600-1900 : Parallels and Contrasts in Economic and Social Development, Édimbourg, John Donald, 1983.

16 On partira de I. D. Whyte, Scotland before the Industrial Revolution : An Economic and Social History c. 1050-c. 1750, Londres, Longman, 1995 ; T. M. Devine, The Transformation of Rural Scotland : Social Change and the Agrarian Economy 1660-1815, Édimbourg, Edimbourg Univ. Press, 1994.

17 The Highland Economy, 1750-1850, Édimbourg-Londres, Oliver et Boyd, 1957.

18 Land and Society in Early Scotland, Clarendon Press, Oxford, 1981.

19 Voir, notamment, L. M. Cullen, The Emergence of Modem Ireland, 1600-1900, Londres, Batsford, 1981 ; C. O’Grada, Ireland : A New Economic History, 1780-1938, Clarendon Press, Oxford, 1994 ; B. J. Graham et L. J. Proudfoot, An Historical Geography of Ireland, Londres, Academic Press, 1993.

20 Voir mon texte « Dialogues et rapports de la géographie et de l’histoire en France », J. R. Pitte (éd.), Apologie pour la Géographie : Mélanges offerts à Alice Saunier-Seïté, Paris, Soc. de Géographie, 1997, p. 167-183.

21 La littérature agronomique anglaise est très fournie du milieu du xviiie à la fin du xixe siècle. Voir W. F. Perkins, British and Irish Writers on Agriculture, Lymington, C. T. King, 1939.

22 Seventeenth Century Kent : A Social and Economic History, Londres, Longmann, 1964.

23 P. Goubert, Beauvais et la Beauvaisis de 1600 à 1730, Paris, EHESS, 1960.

24 F. Braudel et E. Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, Paris, PUF, t. 1, 1977 ; t. 2, 1970.

25 J.-P. Houssel (dir.), Histoire des paysans français du xviiie siècle à nos jours, Roanne, Horvath, 1976.

26 G. Duby et A. Wallon (dir.), Histoire de la France rurale, 4 t., Paris, Seuil, 1975-1976.

27 The Agricultural Revolution in England, Chapell Hill, 1937.

28 « Sir Robert Walpole and Norfolk Husbandry », Economic History Review, t. V, 1, 1952, p. 86-89.

29 Voir à ce sujet l’excellent article de J. Beauroy, « Les Coke de Holkham Hall et l’essor du Norfolk System of Husbandry », Histoire et Sociétés rurales, n° 10, 1998, 2, p. 9-46. On y notera mieux encore qu’auparavant l’ancienneté de la mise en pratique de méthodes et pratiques nouvelles et le fait que le système du Norfolk n’arrive à maturité que dans le dernier tiers du xviiie siècle. Par ailleurs, cet article représente réellement une nouveauté dans l’historiographie française des sociétés rurales.

30 P. O’Brien, « Agriculture and the Industrial Revolution », The Economic History Review, t. 30, 1977, I, p. 116-181.

31 E. A. Wrigley, Continuity, chance and change : the Character of the industrial revolution in England, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 1988.

32 Deux ouvrages et un article d’Eric Kerridge permettent d’avoir une excellente idée de ses points de vue : voir The Agricultural Revolution, Londres, George Allen and Unwin, 1967 ; « The Agricultural Revolution Reconsidered », Agricultural History Review, t. 43, 1969, p. 463-476 ; The Farmers of Old England, Londres, George Allen and Unwin, 1973.

33 Voir « Agricultural Progress in Open Field Oxfordshire », Agricultural History Review, t. IX, 1961, p. 73-83.

34 « The development of the London food-market 1540-1640 », The Economic History Review, t. V, 1935, p. 46-64.

35 E. L. Jones, « Agriculture and Economic Growth in England 1660-1750 : Agricultural Change », E. L. Jones (éd.), Agriculture and Economic Growth in England, 1650-1815, Londres, Methuen, 1967, p. 152-171 ; A. H. John, « The Course of Agricultural Change, 1660-1760 », I. S. Pressnell (éd.), Studies in the Industrial Revolution, Londres, Athlone Press, 1960, p. 122-155.

36 J. Beauroy, « Les Coke de Holkham Hall… », art. cité.

37 J. R. Wordie, « The Chronology of English Enclosure 1500-1914 », The Economic History Review, t. 36, 1983, p. 483-505.

38 G. E. Mingay, The Agrarian History…, t. VI, 1989, p. 1-5.

39 Oxford, Clarendon Press, 1992.

40 J. M. Chevet, « Quelle révolution agricole en Angleterre ? À propos de deux livres récents sur l’agriculture anglaise du Moyen Âge au milieu du xixe siècle », Histoire et Mesure, t. XI, 1996, 3-4, p. 389-410.

41 Note critique dans The Economic History Review, t. 48, 1995, p. 399-400.

42 M. Overton, « Re-establishing the agricultural revolution », The Agricultural History Review, t. 44, 1996, 1, p. 1-20. Tout cela est développé dans The Agricultural Revolution in England : the transformation of the agrarian economy 1500-1800, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 1996.

43 A. Derville, L’Agriculture du Nord au Moyen Âge (Artois, Cambrésis, Flandre, Wallonnie), Lille, Septentrion, 1999.

44 R. A. Bridbury, The English Economy from Bede to the Reformation, Woodbridge, 1992 ; sur le problème qui nous occupe, voir tout particulièrement, du même auteur, « Sixteenth-Century Farming », The Economic History Review, t. 27, 4, nov. 1974, p. 538-556.

45 B. M. S. Campbell et al., A Medieval Capital and its Grain Supply : Agrarian Production and Distribution in the London Region c. 1300, Londres, H. G. R. series, vol. 30, 1993 ; R. H. Britnell et B. M. S. Campbell (éd.), A Commercialising Economy : England 1016 to c. 1300, Manchester, Manchester Univ. Press, 1995 ; R. H. Britnell, The Commercialisation of English Society, 1000-1560, Manchester, Manchester Univ. Press, 1996.

46 À l’exception, bien sûr, à partir de la conquête normande (deuxième moitié du xiie siècle), de la région de Dublin – « le Pale » – et des environs des principaux ports.

47 Christopher Smith, dans J. Collis (éd.), The Iron Age in Britain, Sheffield, 1977, p. 55.

48 Par exemple, Peter Salway. Voir son ouvrage Roman Britain, Oxford, Oxford Univ. Press, 1981, p. 545, il comporte une importante analyse des problèmes de population de la Bretagne romaine, p. 542-552.

49 G. D. Snooks, « The dynamic role of the market in the Anglo-Norman economy and beyond 10861300 », A commercialising economy : England 1086 to c. 1300, op. cit., p. 27-55, notamment p. 32-35. L’ouvrage apporte à plusieurs reprises des données neuves – quoique discutables – sur les problèmes de population et de mise en valeur.

50 « L’histoire immobile », dans E. Le Roy Ladurie, Le territoire de l’historien, t. 2, Paris, Gallimard, 1974, p. 7-34.

51 M. Beresford, New Towns of the Middle Ages, Lutterworth Press, 1967.

52 M. Beresford, The Lost Villages of England, 1re éd. 1954, nouv. éd. Phoenix Mill, Sutton Publishing, 1983.

53 M. Bloch, Seigneurie française et manoirs anglais, Paris, A. Colin, 1960.

54 Dans M. Postan et C. Hill, Histoire économique et sociale de la Grande-Bretagne, t. 1 : Des Origines au xviiie siècle, Paris, Seuil, 1977.

55 M. Bloch, op. cit., p. 55.

56 La place nous étant comptée, nous n’entrerons pas dans la discussion sur l’emploi du terme « féodal ».

57 D. G. Hey, An English Rural Community : Myddle under the Tudors and Stuarts, Leicester, Leicester Univ. Press, 1974.

58 J.-M. Moriceau, Les fermiers de l’île-de-France. L’Ascension d’un patronat agricole (xve-xviiie siècle), 2e éd., Paris, Fayard, 1998.

59 « Agriculture and the Industrial Revolution », art. cité.

60 E. Kerridge, The Fanners of Old England, op. cit., p. 119.

61 Ibid., p. 104-110.

62 Voir par exemple les remarques critiques de G. E. Mingay, dans The Agricultural Revolution. Changes in Agriculture, 1650-1880, Londres, Adam et Charles Black, 1977, p. 22-23.

63 Enclosure and the yeoman…, op. cit.

64 J. Thirsk, « Agricultural innovations and their diffusion », dans le t. V de l’Agrarian History, p. 533-590.

65 J. Thirsk, Alternative Agriculture : A History, from the Black Death to the Present Day, Oxford, Oxford Univ. Press, 1997 ; voir mon analyse critique : J.-P. Poussou, « L’Agriculture alternative ». À propos d’un livre de Joan Thirsk, Histoire et Soc. Rurales, n° 12, 1999, 2, p. 131-137.

66 De la supériorité de l’Angleterre sur la France, Paris, Perrin, 1985.

67 La société de confiance, Paris, 1, 1995.

68 H. Sée (éd.), Voyages en France, 1787, 1788 et 1789, 3 vol., Paris, A. Colin, 1976.

69 Voir notes 30 et 31.

70 Faisant la synthèse de nombreux travaux, notamment de P. Hom, Patrick O’Brien a rappelé « les observations d’agronomes contemporains (tels que Kent et Marshall) qui avancèrent l’idée que c’était probablement sur les domaines plus petits occupés par les propriétaires-exploitants ou chez les grands métayers qu’il était possible ».

71 N. Scarfe, Innocent Espionnage : The La Rochefoucauld Brothers’ Tour of England in 1785, Woodbridge, The Boydell Press, 1995.

72 M. Sufford, « The limitations of the probate inventory », J. Chartres et D. Hey, English rural society, 1500-1800 : Essays in honour of Joan Thirsk, Cambridge, Cambridge Press, 1990, p. 139-174.

73 Sans rentrer dans une liste exhaustive, notons quelques études ou articles particulièrement intéressants, qu’ils soient ou non discutables et discutés : J. A. Yelling, « Probate inventory and the geography of livestock farming : a study of east Worcestershire 1540-1750 », The Institute of British Geographers, n° 51, nov. 1970, p. 111-126 ; R. C. Allen, « Inferring Yields from Probate Inventories », The Journal of Economic History, 1988, p. 117-125.

74 Parmi les articles récents les plus intéressants, notons R. C. Allen et C. O’Grada, « On the Road again with Arthur Young : English, Irish and French Agriculture during the Industrial Revolution », Journal of Economic History, 1988, 1, p. 93-116 ; R. C. Allen, « Tracking the agricultural revolution in England », The Economic History Review, 1992, 2, p. 209-235.

75 J. Thirsk, Alternative Agriculture : A History…, op. cit. Voir en français sa mise au point synthétique : « L’agriculture en Angleterre et en France de 1600 à 1800 : contacts, coïncidences et comparaisons », Histoire – Économie et Société, 1999, I, p. 5-24. Voir mon analyse critique, déjà citée, « L’agriculture alternative… ».

76 « Agricultural innovations and their diffusion », art. cité note 64.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22518/img-1.png
Fichier image/png, 4,2k

Auteur

Centre Roland Mousnier, Université Paris-Sorbonne

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540