Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ruralité française et britannique, XIIIe-XXe siècles

 | 
Nadine Vivier

Les études rurales britanniques et françaises : histoires comparatives, échelles territoriales et chronologies

Jean-Pierre Jessenne

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La comparaison entre les évolutions rurales de l’Angleterre et de la France est à la fois considérée comme édifiante, notamment depuis les agronomes et économistes du xviiie siècle, souvent appelée de leurs vœux par les historiens et finalement assez peu pratiquée sur un mode méthodique. En fait, elle demeure largement encombrée par les présupposés implicites sur les avantages ou les handicaps respectifs des deux pays ou par des biais qui faussent la nature des comparaisons. Parmi les obstacles à celles-ci, l’un des plus opaques et pourtant assez peu mis à jour, me paraît être celui des distorsions d’échelles auxquelles s’opèrent les rapprochements. Pourtant, il semble aller de soi qu’une bonne méthode supposerait soit de confronter des phénomènes qui s’inscrivent dans des configurations territoriales similaires soit, au moins, de repérer des gauchissements géographiques, mais aussi chronologiques, qui peuvent fausser la portée de la comparaison. Un parcours rapide dans quelques œuvres ou pratiques fortes de nos histoires comparatives devrait aider, en entrée de ce colloque, d’une part à faire le point de ces distorsions, d’autre part à envisager un approfondissement de la comparaison en fonction des développements récents des travaux ruralistes.

Du cas au national : la rémanence des schémas des histoires rurales comparées

  • 1 La terre et les paysans en France et en Grande-Bretagne du début du xviie siècle à 1800. Ce thème (...)

2Dans notre démarche de clarification, partir du grand moment de cristallisation comparative que fut le xviiie siècle me semble utile même si les points forts en sont connus et se sont trouvés remis à jour dans l’historiographie française par le programme des concours d’agrégation et de Capes de 1998-20001. Un retour à des textes fondamentaux éclaire les procédés par lesquels des auteurs plus ou moins reconnus ont fixé des stéréotypes destinés à constituer l’ossature de la comparaison ; quatre de ces textes sont proposés en annexe.

  • 2 Notre colloque s’est d’ailleurs déroulé dans l’amphithéâtre Forbonnais de l’université du Maine.
  • 3 Guy-Robert Ikni, Crise agraire et Révolution paysanne. Le mouvement physiocratique dans les campan (...)
  • 4 Voir sur les contradictions de la « vision jacobine » des problèmes paysans, J.-P. Jessenne, « The (...)

3Deux d’entre eux, écrits respectivement par Véron de Forbonnais et Levassor, permettent de comprendre comment se radicalise l’opposition entre deux visions de l’efficacité agricole et de l’évolution agraire, bientôt associée l’une à l’Angleterre, l’autre à la France. Véron de Forbonnais, issu d’une famille de manufacturier du Mans2, longtemps actif dans le négoce nantais, passé assez tardivement au service de l’État comme inspecteur général des Monnaies, est proche de Vincent de Gournay et participe d’un courant économiste, voisin des physiocrates, mais qui préconise à la fois la liberté économique et une certaine régulation. Il est surtout connu comme rédacteur de plusieurs articles de l’Encyclopédie, dont celui intitulé « Culture » (paru en 1756). Sans en détailler l’analyse, on peut en dégager le raisonnement sur lequel se construit le credo en la supériorité du modèle agricole anglais (cf. annexe I/1). Il s’agit d’abord d’un plaidoyer agronomique simple et enthousiaste, bâti sur une fiction significative, la restitution de la lettre d’un prétendu correspondant anglais qui décrit le modèle du Norfolk – en fait quelques exemples sans grande précision géographique – en faveur de la nouvelle rotation des cultures, de l’élevage et de l’amélioration du sol par le « glaisage » et divers amendements. Pour l’auteur, ce progrès, analysé longuement sous l’angle technique, est nettement donné comme inséparable de trois orientations agraires cruciales : la promotion systématique des enclosures contre les pratiques collectives ; l’association de la grande propriété et du fermage ; le développement du travail salarié. Mais l’analyse s’élargit aussi en une interprétation économique et sociale : d’une part, la liberté du commerce et l’accroissement de la demande céréalière dans l’Europe du Nord-Ouest sont considérés comme les moteurs du changement agricole, d’autre part, dans l’esprit de l’auteur, ce changement ne peut qu’entraîner la prospérité générale et le mieux-être social. Ainsi, Véron de Forbonnais participe avec force à l’élévation de pratiques agricoles, en extension mais ponctuelles, en modèle régional ; du cas régional à l’extrapolation nationale, le passage sera évidemment aisé ; le schéma physiocratique, économiste et libéral qui va largement inspirer l’historiographie se trouve ainsi tracé. Sans suivre l’ordre chronologique des textes proposés, j’opposerai sur le fond, tout en le rapprochant dans la démarche, le mémoire du 3 février 1790 à l’Assemblée nationale constituante (cf. annexe I/3). Ce texte est rédigé par un personnage peu connu, un peu étudié par Guy Robert Ikni3, il s’agit de Levassor, contrôleur des Vingtièmes et futur juge de paix de Crépy-en-Valois, au nord-est de l’Île-de-France. À l’aube de la Révolution, il énonce les lignes de force d’une vision que G. R. Ikni ou F. Gauthier nomme « la voie petite paysanne de la révolution française » et de l’évolution agro-rurale. Lui aussi part d’exemples régionaux, de la Flandre et de la Normandie notamment, pour proclamer la supériorité de la petite exploitation et sa capacité à assurer la prospérité d’une population nombreuse, donc de la Nation. La préoccupation sociale et populationniste prime donc ici. Mais, avant de revenir à des suggestions agraires, Levassor procède à un violent réquisitoire social et politique contre la rapacité des grands fermiers. Ce réquisitoire conduit au plaidoyer en faveur du plafonnement de la superficie des exploitations. L’auteur n’évoque pas le cas anglais, j’ignore s’il s’en est préoccupé, mais ce texte me semble significatif non seulement d’un versant de l’inspiration agraire jacobine4 – en fait moins univoque qu’on ne l’a souvent écrit – mais aussi de la manière dont va se forger l’idée un peu simpliste selon laquelle la Révolution fait prévaloir le modèle de la petite exploitation.

4Au-delà de ces deux exemples qui montrent la partition bipolaire des interprétations plutôt établie sur des études de cas, il importe d’observer comment, dans les mêmes décennies de la fin du xviiie siècle, deux maîtres de la comparaison franco-britannique, Lavoisier et Young, systématisent des notations plutôt pragmatiques en des visions plus globales, de portée macroéconomique. Le premier, dans son célèbre Rapport du bureau du Bien public sur l’agriculture à l’Assemblée provinciale de l’Orléanais (cf. annexe I/2), en 1787, annonce dès le début du texte une opposition tranchée dans les estimations des produits agricoles : « Des calculs très ingénieux et dont les résultats peuvent être regardés comme des approximations assez exactes, établissent que, tandis qu’en Angleterre chaque mille carré produit 40 000 livres une même superficie ne produit en France que 18 000 livres » ; il écarte ensuite l’interprétation par « la différence du génie des deux nations » et associe deux types de facteurs : les causes technico-agronomiques (jachère et élevage) et les motifs fisco-financiers : charges fiscales plus lourdes en France et moindres investissements agricoles des capitalistes. Par son esprit méthodique, Lavoisier établit donc, argument par argument, un raisonnement qui systématise la comparaison aux échelles nationales ; deux passages sont à cet égard significatifs :

« L’agriculture de la plus grande partie des provinces de France, telles que la Beauce [l’extrapolation est ici particulièrement significative], peut donc être considérée comme une grande fabrique à blé […]. Le système de culture à l’anglaise est presque l’inverse de celui que nous venons d’exposer. »

5Arthur Young, quant à lui, dans les passages de synthèse du tome 2 de ses Voyages en France (cf. annexe I/4), fournit la référence sans doute la plus citée quand il s’agit d’opposer les modèles français et anglais et que résume la phrase suivante : « En somme l’Angleterre a fait un bien plus grand progrès en agriculture qu’aucun autre pays d’Europe et c’est absolument aux grandes fermes qu’elle le doit, si bien qu’il n’y a aucune amélioration importante que l’on puisse trouver sur une petite ferme. » Dans ces extraits où il s’agit de glorifier la grande ferme, Arthur Young se garde d’idéaliser la situation anglaise, il souligne bien l’existence de régions peu performantes, mais il associe sans réserve l’avancée globale de son pays à un type d’exploitation, la grande bien sûr ; en revanche, dès cette date, il lie Révolution française et revendications des cahiers de doléances contre la réunion des fermes ; ceci nous renvoie évidemment aux remarques faites à propos de Levassor, alors qu’au total le nombre de cahiers comportant ces revendications n’est guère important.

  • 5 En particulier en France, par la division de la propriété foncière et la croissance de la populati (...)
  • 6 Sur cette question des représentations et de l’historiographie pour le xixe et la première moitié (...)

6Ainsi trois de ces textes pionniers, dont on pourrait citer bien d’autres exemples, fixent les termes de la comparaison sur deux postulats, une démarche et une implication : le principal postulat énonce l’avance et la supériorité anglaises, posées toujours en termes de pratiques agronomiques, parfois sous la forme de données chiffrées sur les produits agricoles, le commerce ou les profits ; le second paradigme affirme la supériorité de la grande exploitation. Dans tous les cas, la démarche est toujours la même : elle repose sur le passage de l’observation de cas ou de petites régions jugées exemplaires à un modèle généralisable à tout le pays ; la diversité régionale n’est pas relevée si ce n’est pour servir de contre-exemple. Dans ces perspectives, la dimension sociale est peu prise en compte ou seulement comme dérivé de la solution économique. À l’opposé, le raisonnement et les revendications d’un Levassor sont tout autant fondés sur le saut entre le cas et la généralisation, mais ils érigent la promotion du plus grand nombre d’exploitants en objectif prioritaire, donc demandent la généralisation de la petite exploitation. Ainsi s’établit la dichotomie franco-anglaise au service de deux visions agraires, économiques et politiques antinomiques, sans que les résultats agricoles soient en fait rigoureusement comparés. Sans entrer dans le détail des confrontations de la Révolution française qui contribuent à durcir les oppositions, soulignons qu’en érigeant les jacobins en défenseurs systématiques du petit paysan propriétaire, l’historiographie révolutionnaire renforce l’opposition entre les deux modèles agricoles dans les deux pays : France des paysans abusivement considérés comme tous petits exploitants, Angleterre des farmers, exagérément assimilés à des grands cultivateurs. L’évolution effective du xixe contribua à consolider la différence5, mais sans doute moins que la fixation des représentations des campagnes notamment traduites dans le vocabulaire social avec l’usage unifiant de la synecdoque paysanne6.

  • 7 Voir sur cette historiographie comparative l’utile réflexion amorcée dans M. Bodiguel et P. Lowe ( (...)
  • 8 F. Crouzet, De la supériorité de l’Angleterre sur la France. L’économique et l’imaginaire, Perrin, (...)
  • 9 Gérard Béaur (présentation), La terre et les hommes, France et Grande-Bretagne, xviie-xviiie siècl (...)

7Faute de pouvoir développer cette histoire de l’opposition rurale entre France et Angleterre et de ses biais depuis deux siècles, j’examinerai brièvement dans quelle mesure l’historiographie de ces dernières décennies a modifié les termes de la comparaison en général, les échelles de celle-ci en particulier. Une première observation s’impose : en France comme en Angleterre, les études comparatives méthodiques sont demeurées rares7 ; les comparaisons sont des notations insérées dans les synthèses, plus que des recherches à part entière. Les travaux de F. Crouzet furent longtemps la seule exception notoire mais dominée par la question du développement capitaliste et industriel8. C’est d’ailleurs une des marques de l’historiographie que d’avoir largement soumis les analyses agricoles à des préoccupations « extra-ruralistes », surtout celles sur les évolutions démographiques et sur les conditions de la révolution industrielle. Il y avait évidemment une logique à inférer de la supériorité agricole anglaise posée par les pionniers, les facteurs de l’avance anglaise en matière de révolution industrielle et, à l’inverse d’attribuer à la perpétuation de la petite production paysanne à la française, les décalages dans les principaux symptômes du passage à l’âge industriel. D’ailleurs, c’est au transfert de ces préoccupations avant tout industrielles qu’on peut attribuer la forte cristallisation des recherches consacrées aux évolutions spécifiquement agricoles sur la pertinence de la notion de révolution agricole et sur ses modalités : existence ou non, unicité ou multiplicité, processus techniques liés aux pratiques de la jachère, des différentes cultures céréalières ou fourragères et de l’élevage, liens avec les enclosures, etc. On connaît à cet égard les principales données et les grands débats dont G. Béaur donne une utile synthèse dans son introduction au volume de reprise des principaux articles ayant scandé cette historiographie9.

  • 10 M. Morineau, « Ruralia, », Revue historique, oct.-déc. 1991, p. 359-384.
  • 11 Là encore on connaît les démonstrations critiques de M. Morineau, notamment à propos des dîmes, ma (...)
  • 12 Voir notamment les enquêtes de M. Overton, Agricultural Revolution in England, Cambridge, CUP, 199 (...)
  • 13 Parmi plusieurs contributions sur ce thème, voir par exemple, « L’agriculture flamande du Moyen Âg (...)
  • 14 Principales références : J. D. Chambers and G. E. Mingay, The Agricultural Revolution, 1750-1880, (...)
  • 15 E. Le Roy Ladurie, divers travaux : de « Les comptes fantastiques de Gregory King », Annales ESC, (...)
  • 16 Ouvrage le plus significatif de cette inspiration H. Mendras, La fin des paysans, même si l’accept (...)

8Au total, les travaux sur ce thème revêtent trois caractéristiques dans la perspective d’une démarche comparative. D’abord, ils reproduisent plus ou moins largement les antagonismes nationaux relevés plus haut, même si les critiques sur l’ampleur de l’avance productive anglaise se sont développées notamment grâce à Michel Morineau10. En second lieu, les travaux centrés sur les changements agricoles appuient, davantage que les recherches antérieures, leurs résultats sur des données statistiques, mais, pour ce qui concerne les xvie, xviie et xviiie siècles, les études procèdent très largement par extrapolation à l’échelle nationale de données statistiques locales et le plus souvent tirées de documents aux finalités spécifiques, fiscales, successorales, d’où évidemment des gauchissements inévitables à la fois dans les évaluations11 et dans les extensions, souvent hasardeuses, à l’échelle nationale. Il est indéniable que les premières décennies du xixe siècle permettent un saut méthodologique avec la multiplication, dans les deux pays, d’enquêtes qui fournissent des données à couverture géographique plus étendue, mais pour disposer de données authentiquement nationales, il faut attendre en fait le milieu du xixe siècle12. Le troisième trait largement commun à ces travaux centrés sur les changements – et l’éventuelle révolution agricole – tient à la recherche, à mon sens un peu illusoire, du moment clef, celui du basculement d’un système à un autre ou du plafonnement au « décollage ». Finalement, un parcours rapide dans les écrits sur ce thème offre un résultat déroutant dans la mesure où les propositions des historiens courent du Moyen Âge à la deuxième moitié du xxe siècle. Résumons : Alain Derville s’efforce de montrer que les pratiques culturales et les rendements atteints en Flandre dès le xiiie siècle sont le signe de changements déjà bien amorcés et progressivement affirmés13. En Angleterre, si les thèses les plus classiques et nombreuses de J. D. Chambers ou G. E. Mingay à M. Overton situent la phase cruciale de la révolution agricole dans la deuxième moitié du xviiie siècle, certains chercheurs, comme J. Kerridge, la décèlent dès le début du xviie siècle ou la décomposent en deux phases dont une décisive au xixe (F. M. L. Thompson)14. En France, E. Le Roy Ladurie discerne bien au xviiie siècle, un changement d’une ampleur nouvelle car de nature à permettre une croissance de la population sans précédent, tandis que M. Morineau ne voit que de petits changements et une récupération juste achevée au xixe siècle15. Enfin, remarquons que sociologues et analystes divers du monde rural auraient tendance à situer la « vraie révolution » dans les trois dernières décennies du xxe siècle, marquées par les bouleversements des conditions de production et des modes de vie. Ne serait-ce pas là la seule « révolution rurale » digne de ce nom16 ? En fait, la quête du moment-clef, qu’induit la notion de révolution agricole, paraît d’autant plus illusoire que justement elle prend peu en compte la dimension territoriale des changements, à la fois en ignorant les dénivellations régionales dans les évolutions respectives et en isolant ces pays les uns des autres.

  • 17 Annales ESC, juillet-août 1965, p. 649-663.
  • 18 A. Ado, Paysans en révolution, Moscou, 1969, éd. française, Paris, Soc. des études robespierristes (...)

9Reste une dernière caractéristique de ces grandes synthèses visant à une interprétation générale du changement agricole : les conditions sociales et culturelles sont considérées avant tout en fonction de la thèse économique qu’on veut faire prévaloir et des schémas antagonistes de la comparaison franco-anglaise. Ainsi pour l’Angleterre, la référence la plus citée, en tout cas en France, fut longtemps l’article de J. Habbakuk « La disparition du paysan anglais », paru en 196517. Il est évidemment associé à l’idée que le développement du capitalisme avait dès le xviie siècle condamné le petit producteur plus ou moins indépendant, l’husbandman ou le cottager. Pour la France à l’inverse, les thèses sur le retard du développement du capitalisme insistent à l’envie, depuis G. Lefebvre, sur le frein qu’ont constitué le renforcement de la petite propriété paysanne et la prétendue généralité de la petite exploitation. Étonnamment, l’automaticité de ces interprétations est d’ailleurs parfois inversée : ainsi sur les suggestions d’A. Ado, s’est développée une historiographie qui voit au contraire dans l’insuffisance du triomphe du petit paysan, les causes d’un développement différé18. Ces corollaires sociaux sont d’ailleurs, selon les ouvrages plus ou moins accolés à d’autres facettes de l’évolution agro-rurale, par exemple la contradiction entre individualisme et pratiques collectives, vues comme des traces d’archaïsme ou encore l’attachement au village, l’esprit de clocher plus ou moins « folklorisé » ou magnifié en France, marginalisé en Angleterre.

10Au fond tout se passe comme si nos historiographies respectives ne parvenaient pas à s’affranchir d’une série de schémas, en fait des stéréotypes largement hérités du xviiie siècle. Pourtant dans le même temps, les recherches s’enrichissaient d’importants travaux, mais pratiqués à des échelles délibérément circonscrites.

  • 19 Jean Jacquart, « Les grandes étapes historiographiques », L’Histoire rurale en France, Histoire et (...)

11En effet, au moins en France, de la fin des années 1950 aux années 1980, se multiplient les monographies villageoises et régionales. Jean Jacquart puis Jean-Marc Moriceau ont donné les étapes, les auteurs et les lieux principaux de ces approches19. Dans son Guide d’histoire agraire, celui-ci recense quelque 125 études régionales, plus d’une centaine de monographies plus restreintes de petites régions ou de villages. On pourrait certainement y ajouter de très nombreux mémoires de maîtrise élaborés dans les années 1960-1975, temps où le genre fut très en vogue. Quels que soient les territoires choisis, les démarches suivent des cheminements très proches : l’espace étudié est surtout dicté par des critères administratifs et archivistiques, il s’agit d’un village, d’une province ou d’un département le plus souvent ; le chercheur s’efforce d’examiner le plus d’aspects possibles suivant une logique articulant conditions naturelles, démographie, structures de la propriété et – plus inégalement – des exploitations, pratiques et résultats agricoles, prélèvements et organisation des pouvoirs. On aboutit ainsi à une masse de données considérables, mais qui laisse une impression plutôt paradoxale, dans la mesure où les invariants concernant la démographie, les pratiques culturales, les conditions de vie sont nombreux, en même temps que la variété des situations locales ressort avec force de la juxtaposition.

12Indéniablement, en Angleterre, les études de ce type ont moins eu la faveur des historiens et les thèses importantes dans ce registre sont souvent plus récentes qu’en France, mais, en revanche, les travaux macroéconomiques et portant sur des séries statistiques à vaste amplitude, sur des thèmes comme la population, la productivité agricole, le commerce ont été plus courants et sont associés aux grands débats évoqués plus haut.

13Finalement, aussi fructueuses que soient ces approches différentes, elles convergent rarement vers des démarches de synthèse, a fortiori comparatives, car, dans les deux cas, on peut constater le cloisonnement entre les différents types d’analyses et la difficulté à manier les ajustements d’échelle que demande le rapprochement de données dispersées. Les rares synthèses disponibles posent ainsi des problèmes significatifs.

Dispersions et recompositions régionales et nationales

  • 20 J. Thirsk (éd.), The Agrarian History of England and Wales, 8 vol., Cambridge, CUP, 1967-1999 ; G. (...)

14Dans nos deux pays, la difficulté de rendre compte de la diversité régionale se révèle dans des ouvrages de référence comme l’Agrarian History of England and Wales et l’Histoire de la France rurale20.

  • 21 Vol. V, 1984, XXXI, 480 p.
  • 22 M. Overton, op. cit., 1996, p. 51.

15Le volume V de l’Agrarian History21, portant sur la période 1640-1750 et intitulé Regional Farming Systems, constitue la tentative la plus élaborée à ces égards, puisqu’il procède à une couverture très méthodique du territoire anglais. En fait, J. Thirsk y associe deux démarches : elle propose d’abord une carte récapitulative et une présentation initiale synthétique des grands types de systèmes, dont les éléments significatifs sont donnés en annexe II/1 ; elle développe ensuite en douze chapitres consacrés chacun à un territoire, qui agrège le plus souvent plusieurs comtés et où se retrouvent plus ou moins des caractères des différents types généraux. Ceux-ci sont en fait au nombre de trois : pastoral type, intermediate type et arable state mais décomposés en six sous-types désignés par des lettres. Cette synthèse et la carte qui l’accompagne autorisent deux lectures : on peut en donner une vue d’ensemble très grossière distinguant un vaste territoire occidental étiré de Cornouailles au Yorkshire, à dominante pastorale, une bande centrale moins homogène où les types arables l’emportent, des lambeaux d’espaces, surtout au contact de ces deux premiers types et dans le Sud-Est où priment les types intermédiaires. L’autre lecture peut s’attacher aux sous-types et aux lettres : c’est alors l’impression de très grande pulvérisation des territoires qui s’impose. En fait les douze chapitres qui parcourent les différentes régions accentuent cette impression d’une très grande diversité des types agricoles et la renforcent par la diversité des systèmes agraires. Il est bien difficile, par conséquent, malgré l’utilité et l’ampleur de l’entreprise, de passer de l’échelle des territoires intermédiaires, grosso modo ce qu’on appellerait en France des pays, à une cartographie nationale. Dans son Agricultural Revolution22, Marc Overton amorce cette entreprise comme le montre la carte reprise en annexe II/3.

  • 23 G. Béaur, P.-P. Minard et A. Laclau (dir.), Atlas de la Révolution française, t. 10 : Économie, EH (...)
  • 24 In G. Duby (dir.), op. cit., 1976, p. 216-236.
  • 25 Ibid., p. 393-441.

16Dans le même temps, l’historiographie française propose deux démarches parallèles. D’un côté, les essais de cartographie nationale par production ont sensiblement progressé, en tout cas pour la fin du xviiie et le début du xixe, comme le montrent les multiples cartes du tome X de l’Atlas de la Révolution française consacré à l’économie23. Pourtant, les synthèses rurales françaises n’offrent pas de tentative de cartographie méthodique des systèmes agricoles sur le mode de l’Agrarian History ; les essais de régionalisation dans l’Histoire de la France rurale sont l’objet de textes – et non de cartes – sans homogénéisation d’un chapitre à l’autre. Ainsi dans le tome 2, pour le xviie siècle, J. Jacquart a distingué trois grands ensembles : les plaines céréalières de la France du Nord, la France moyenne et la France méditerranéenne24. Pour le xviiie siècle, E. Le Roy Ladurie mêle des délimitations provinciales, Auvergne, Bourgogne par exemple, des aires géographiques, la région méditerranéenne notamment, des régions actuelles, Midi-Pyrénées, et des types agricoles, les grands openfields ou la petite agriculture à la flamande25. Ainsi même si nous disposons d’un aperçu des variantes régionales, nous sommes loin d’une investigation méthodique, dont les matériaux devraient pourtant pouvoir être collectés dans les monographies déjà évoquées. Les synthèses récentes, notamment publiées à l’occasion de la mise au programme des concours de la comparaison franco-anglaise, s’essaient à quelques descriptions plus affinées, mais sans fournir une approche plus méthodique, ni une cartographie plus précise.

17En somme, alors que les travaux d’épistémologie historique ont davantage qu’autrefois attiré l’attention sur l’importance des territoires de la recherche dans la construction des résultats de celle-ci, nous continuons à procéder largement par des sauts hasardeux entre les exemples locaux et les extrapolations nationales, sans attention pour la pertinence du rapprochement des territoires comparés. Or, faut-il le rappeler, non seulement, la comparaison franco-anglaise porte sur des superficies nationales très différentes (240000 km2 pour toute la Grande-Bretagne, 550000 km2 pour la France), mais aussi sur des effectifs démographiques inégaux (28,5 millions d’habitants pour la première, 6,4 pour la seconde à la fin du xviiie) et, peut-être plus encore, sur des campagnes où les variétés des reliefs et des climats sont loin d’avoir la même ampleur. Or, des exemples de décalages dans les performances agricoles selon les unités spatiales prises en compte montrent l’importance des définitions des objets de la comparaison.

  • 26 D. Rosselle, Le lent cheminement des progrès agricoles. Le Béthunois du milieu du xvie siècle au d (...)

18D’abord des études fines illustrent la nécessité de se défier des territoires administratifs les plus souvent utilisés, en particulier en France les statistiques départementales ou même d’arrondissement. La thèse de Dominique Rosselle nous offre à cet égard en examinant un territoire en partie de type flamand, en partie de type grande culture (collines d’Artois), l’exemple d’une distorsion statistique significative26. En effet, en 1814, la statistique agricole du Pas-de-Calais par arrondissement suggère une situation culturale peu transformée par rapport à une enquête antérieure de 1774. La moyenne des surfaces ensemencées en céréales demeure très proche de 50 % de la surface agricole et la jachère occupe 27 % de celle-ci. Toutefois, à cet égard, trois types d’arrondissements se dessinent : un seul, Béthune, descend au-dessous de 15 % ; deux (Arras et Saint-Omer) se situent autour de 25 % et les trois derniers restent à plus de 30 %. En fait, cette statistique par arrondissement occulte la véritable coupure entre les deux principaux systèmes culturaux, qui traverse l’arrondissement de Béthune. En effet les données cantonales sont davantage significatives : quatre cantons sur cinq – tous du Bas-Pays – ont moins de 8 % des superficies en jachère alors que celui d’Houdain, presque totalement composé de terroirs des collines d’Artois, réalise le score plus traditionnel de 25 %.

  • 27 G. Béaur, « From the North Sea to Berry and Lorraine : land productivity in Northern France, 13th- (...)

19Plus largement, les recherches des dix dernières années sur les résultats agricoles menés par plusieurs historiens, notamment Gérard Béaur, Jean-Michel Chevet, Jan Luiten Van Zanden ou Marc Overton dont on trouvera un pratique compte rendu dans le volume intitulé Land Productivity and Agrosystems in the North Sea Area, attestent les variations des diagnostics selon les définitions des critères, tout spécialement pour le calcul de la productivité. En ne faisant que citer les débats sur le mode de calcul de celle-ci, je retiens les observations les plus décisives pour notre approche comparative. Si vers le début du xviiie siècle, il demeure un avantage certain pour l’Angleterre dans le calcul de rendement céréalier moyen : autour de 17 hl à l’ha ou 8/1 contre 12 hl ou 6/1 grosso modo, en fait les dénivellations inter-régionales rendent ces moyennes très factices. Ainsi les calculs régionaux inclineraient plutôt à distinguer un ensemble composé des plaines et plateaux céréaliers du Bassin parisien central, de la Flandre et d’une large partie du bassin de Londres, aux rendements en froment approchant ou dépassant 20 hl à l’ha, des régions où cette culture moins adaptée obtient des résultats qui n’atteignent pas 50 % des précédents, cas de la moitié méridionale de la France notamment. Encore pourrait-on singulièrement affiner les dénivellations entre secteurs d’une même région comme le montrent les statistiques et les cartes établies par J. M. Chevet ou G. Béaur pour le Bassin parisien, la Belgique et les Pays-Bas, dont on trouvera une illustration en annexe III27. Le mode de définition des territoires étudiés et de constitution des agrégats statistiques, l’équivalence des échelles, le raisonnement sur des indicateurs similaires constituent donc des préalables méthodologiques qui n’ont été que rarement mis en œuvre.

  • 28 M. Overton, op. cit., 1996, p. 175 et 181. Par exemple, le pourcentage d’agriculteurs employant de (...)
  • 29 Voir notamment à ce sujet, J.-P. Jessenne, « La recomposition des différenciations sociales… », A. (...)

20Il faut redire que la dimension sociale de l’évolution rurale demeure singulièrement minorée voire absente dans les comparaisons, comme si les grands schémas nationaux, rappelés ci-dessus, ne méritaient pas révision. Or, à lui seul le volume V déjà évoqué de l’Agrarian History illustre aussi la multiplicité des figures des farmers anglais au-delà du cliché simplificateur de la disparition du paysan. Au xixe siècle et pendant la majeure partie du xxe cette hétérogénéité demeure comme le montrent les données rassemblées par M. Overton sur la taille des exploitations anglaises en 1870 ou celle du rapport exploitants/salariés en 183128. Pour la France d’Ancien Régime et du xixe siècle, les nombreuses monographies régionales mettent en évidence les degrés certes variables mais toujours marqués de l’hétérogénéité des sociétés paysannes. Je me bornerai à renvoyer à d’autres contributions pour souligner que la principale caractéristique du changement agricole « à la française » est sûrement son caractère composite : ni petites exploitations généralisées, ni grandes exploitations triomphantes, ni voie « petite paysanne », ni voie « grande fermière », mais bien formule mixte associant des classes rurales confirmées dans leur multiplicité grâce à une Révolution qui a mis un terme aux privilèges et aux différenciations sociales les plus explosives, même si le vocabulaire social a gauchi sensiblement cette évolution en généralisant les termes de cultivateurs ou paysans29. Or cette complexité du social demeure une dimension de la comparaison, négligée voire ignorée. Ainsi ces distorsions et ces critiques appellent à une intensification des pratiques comparatives à la fois pour qu’elles deviennent plus méthodiques et pour qu’elles prennent en compte les enrichissements récents de nos histoires rurales respectives. Je terminerai en esquissant quelques perspectives dans ce sens.

Pour l’approfondissement de la comparaison : la multiplication de ses échelles

21En fait quatre orientations me paraissent se dégager pour aller plus loin dans la voie de la comparaison rurale franco-anglaise.

  • 30 J.-M. Moriceau et G. Postel-Vinay, Ferme, entreprise, famille. Grande exploitation et changements (...)
  • 31 S. Dontenwill, Du terroir au pays et à la région. Les espaces sociaux en Roannais à l’époque préin (...)
  • 32 J. Vassort, Une société provinciale face à son devenir. Le Vendômois aux xviiie et xixe siècles, P (...)

22La première serait la systématisation des études monographiques de différents types, mais reposant sur des choix de méthode et de territoire clairement assumés. Ainsi, pour ne citer que des exemples français, les études de famille et d’entreprises, selon le modèle proposé par Jean-Marc Moriceau et Gilles Postel-Vinay30, ou les monographies de « pays » enrichies de réflexions sur les systèmes relationnels et les configurations territoriales, dans les directions notamment tracées par Serge Dontenwill31 ou Jean Vassort32 invitent à des rapprochements de cas. Par exemple, à l’heure où l’aménagement rural et l’ajustement des collectivités territoriales s’appuient sur la notion de « pays », conçus comme des territoires unifiés par divers facteurs de cohérence aux agencements variés (topographie, activités, polarisations urbaines…), il paraît envisageable d’entreprendre l’étude dans la longue durée de « pays » situés de part et d’autre de la Manche et présentant des caractères de parenté, Sussex et Pays de Bray ou Brie et Cambridgeshire, etc.

23Par ailleurs, les reprises statistiques évoquées plus haut, de même que les recherches sur des secteurs jusqu’alors négligés mais dont l’importance s’est trouvée singulièrement revalorisée par les travaux récents (élevage, cultures dites secondaires…), ouvrent la voie à des comparaisons sectorielles et à des calculs sur les rendements et, plus difficiles, les productivités. À cet égard, les réflexions sur les indicateurs et les territoires choisis sont particulièrement importantes. Elles supposeraient aussi la prise en compte des conjonctures respectives trop souvent gommées dans les études comparatives.

  • 33 Par exemple pays de grande culture céréalière dominante, associée à des cultures industrielles et (...)

24Ces perspectives devraient converger vers une entreprise concertée de cartographie régionale des phénomènes ruraux dans chacun des pays. Pour cela il convient sans doute de dépasser les oppositions traditionnelles entre types d’exploitations ou systèmes agricoles, pour examiner la complémentarité entre eux et leur plus ou moins grande adaptation à des productions aux exigences différentes. On pourrait ainsi envisager une cartographie des différents agrosystèmes définis selon quelques critères communs comme les structures d’exploitations, les types de main-d’œuvre, les productions agricoles, les rendements dans deux ou trois secteurs clefs, etc. Sans doute parviendrait-on ainsi à une géographie qui confirmerait la faible pertinence de la simple différenciation nationale et tendrait à lui substituer des grands types agro-ruraux33.

  • 34 J.-V. Nye, « Guerre, commerce, guerre commerciale : l’économie politique des échanges franco-angla (...)

25Pour autant, la comparaison « inter-nations » ne peut pas être complètement abandonnée. Elle demeure même indispensable dans des domaines où les problèmes sont justement réglés à l’échelle nationale. C’est le cas en particulier du commerce extérieur et des pratiques douanières dont les implications sur les agricultures respectives mériteraient une étude méthodique, dans la voie ouverte par J. Nye, qui révise le présupposé ordinaire d’une Angleterre libre-échangiste34. Songeons aussi aux préfigurations des « politiques agricoles » qui pourraient donner lieu à des confrontations fructueuses, appuyées sur des synthèses nationales marquantes sur des thèmes significatifs comme les législations en matière de pratiques collectives et d’enclosures, l’assistance ou encore l’administration locale rurale.

26Gageons que la rencontre organisée à l’université du Maine et coordonnée par Nadine Vivier contribuera à ouvrir quelques-uns de ces chantiers qui requièrent une concertation persévérante sur les objectifs et les méthodes, pour que se développe une authentique histoire comparative qui maîtrise les échelles de l’analyse et révise des chronologies souvent empreintes de tous les biais qui encombrent les confrontations de nos histoires.

ANNEXES. Quelques documents de référence de l’histoire rurale comparative

ANNEXE I. De l’étude de cas aux modèles nationaux antagonistes : des textes fondateurs du xviiie siècle

1. Véron de la Forbonnais, article « Culture » de l’Encyclopédie (1756)

27« Lord Townshend a le premier imaginé de féconder nos terres avec de la glaise. Cette opinion n’a d’autre fondement que le parti que prit ce seigneur de faire une dépense, par laquelle très peu de nos gentilshommes songent à améliorer leurs terres qu’ils ne voyent presque jamais : celui-ci enrichit ses fermiers, et doubla ses revenus.

28Il y a très peu de grandes terres dans le royaume sur lesquelles mille guinées dépensées à-propos, ne rapportent au moins dix pour cent ; malgré l’absence de nos seigneurs et la dissipation de la plupart d’entr’eux, il n’est point rare de voir des personnes de la première qualité s’appliquer à ces sortes d’amélioration. Milord Townshend s’étant retiré dans ses terres, imita d’abord, mais il surpassa bientôt ses modèles. Par ses soins il établit des fermes au milieu des bruyères et des pacages ; il forma des champs fertiles, enclos de haies vives, dans des terreins réputés trop maigres jusque-là pour les labourer.

29En Angleterre, la régence est l’époque de plusieurs établissements avantageux à l’agriculture : un des principaux, à mon avis, est l’introduction des prairies artificielles ; elles ne furent d’un usage commun que sous le règne qui suivit : cependant on voit par les ouvrages de MM. Hartlip et Blirth, qu’elles commencèrent alors à prendre pié. En 1689, on établit la gratification sur la sortie des blés. Au commencement de ce siècle, on introduisit l’usage de nourrir des bestiaux avec des navets ou turpines [sic].

30L’avantage d’enclore les pièces de terre a été connu depuis longtems dans nos provinces ; et depuis qu’on s’est dégoûté du partage des terres en petits héritages, l’ancienne coutume est revenue plus facilement ; souvent leur mélange empêchoit que l’on ne pût clore de grandes enceintes. La province de Norfolk a été particulièrement, dans ce cas, au point qu’autrefois les chefs-lieux n’étoient pas fermés.

31La plupart des terres de cette province sont molles et légères, un peu grasses, et en général assez profondes (Loam). Les fermiers de la partie occidentale ont longtems borné leur culture à nourrir des brebis pour avoir des agneaux, qu’ils vendoient aux provinces voisines pour faire race. Depuis la défense de l’extraction des laines, le prix en a diminué ; celui des moutons en a souffert également, tandis que la valeur du blé, du beurre, et du gros bétail augmentoit. Cette révolution n’a pas peu contribué à introduire la nouvelle culture dans cette province, où les grains, le beure, et le gros bétail, sont par conséquent devenus plus abondans.

32À cette cause, j’en joindrai une autre plus éloignée, mais qui doit aussi avoir influé sur ce changement. On sait que les Hollandois ont beaucoup diminué des achats qu’ils faisoient des blés de la Pologne par Dantzick ; soit que les guerres civiles ayent laissé dans ce royaume des vestiges de leurs ravages ordinaires ; soit que la plus grande demande des Suédois depuis la paix de Nyftad y ait renchéri les prix. En effet, par ce traité la Russie est en possession des seules provinces qui puissent fournir à la subsistance de la Suède, et l’extraction des grains n’y est pas toujours permise.

33Ces deux dernières circonstances peuvent avoir contribué à l’amélioration des terres dans le comté de Norfolk, plus qu’en aucun autre endroit ; parce que la situation est la plus commode pour le transport en Hollande ; elle a dû faire en même tems plus de bruit, parce que sous la reine Elisabeth c’est la province où le labourage fut le plus abandonné pour la nourriture des moutons.

34Toutes ces causes ont vraisemblablement concouru aux progrès rapides de notre province dans l’agriculture, et y ont accrédité une méthode connue il y a près de cent ans, mais dont l’usage s’est infiniment accru depuis. Pour en concevoir mieux la différence, il faut en examiner l’état progressif dans plusieurs métairies dont les propriétaires n’ont encore pu se résoudre à quitter une pratique qui les a fait vivre et leurs pères, quoiqu’ils voyent leurs voisins s’enrichir par la nouvelle.

35Il reste encore un petit nombre de fermes dont les champs sont ouverts, et ne peuvent jouir du bénéfice des prairies artificielles. Quelques-uns de ces propriétaires cependant ont glaisé leurs terres ; mais ils n’en retirent pas autant d’avantage que leurs voisins qui sont enclos. La raison en est simple, ils suivent la routine de leurs quadrisayeuls. À une récolte de froment succède une année de jachère ; ensuite deux, trois ou quatre moissons au plus d’orge, d’avoine, de pois, après lesquelles revient une année de repos. Par conséquent sur trois, quatre ou cinq ans, il y en a toûjours au moins une de perdue, pendant laquelle la terre reste en friche et s’amaigrit.

36Les meilleures de ces terres rapportent de 5 à 8 livres par acre (de 6 à 9 livres, 10 livres tournois), et aucun fermier ne peut vivre dessus. Quelques-uns sèment un peu de trèfle ou de luzerne, mais avec peu de profit, étant obligés de donner du fourrage à leurs bestiaux pendant l’hyver ; et dans la saison où chacun les envoye paître dans les champs, leur herbe devient commune aux troupeaux des autres. Quelques-unes des parties encloses ne sont point glaisées, et l’on sème peu de luzerne ; on se contente d’y recueillir du froment ou du segle après une année de repos. Tous à la vérité sèment des navets, mais en général ces laboureurs usent leurs terres par des récoltes successives, et qui dès lors sont peu abondantes. Ceux qui ne glaisent point laissent pour la plûpart leurs champs ouverts ; d’autres glaisent et ne ferment point non plus leurs pieces de terres, par conséquent ils perdent l’avantage des prairies artificielles.

37[Suit une longue description des pratiques agricoles et de leurs effets bénéfiques.]

38Depuis 50 ans l’agriculture est réformée sans doute, mais ce n’est que depuis les vingt dernières années que nous en ressentons les effets surprenans. Autrefois nous n’exportions point de froment, et même la Pologne nous approvisionnait souvent ; nous sommes devenus le grenier de l’Europe le plus abondant. Les biens, depuis 50 ans, ont augmenté d’un tiers en valeur au moins ; les prairies naturelles seules, et les pâtures, ont baissé d’un tiers, et baissent chaque jour. Le prix du foin est considérablement diminué, quoique la consommation s’en soit fort accrue. Le prix du pain est diminué, malgré la gratification sur la sortie des grains.

39Nous devons ces succès à la nouvelle agriculture, c’est-à-dire aux prairies artificielles, mais principalement à la luzerne et aux turnipes. La luzerne est sans contredit la plus avantageuse de ces prairies artificielles ; mais dans des sols particuliers les autres ont mieux réussi, comme le sain-foin dans les terres sèches et qui n’ont point de fond. Je ne vois pas qu’on ait eu une confiance aussi générale dans les turnipes, excepté dans la province de Norfolk et dans les cantons adjacens : cependant l’usage en est connu dans tout le royaume, où il est plus ou moins commun selon les endroits. C’est un fourrage excellent pour les troupeaux pendant l’hyver, et une prairie pendant l’été : ils réussissent à merveille dans une terre profonde, quoique legere, et même dans la plus legere si elle est bien entretenue. Enfin depuis que nos champs sont enclos ; que nous faisons succéder régulierement une récolte de froment à une de trefle ou de luzerne, et cela dans des endroits qui le plus souvent n’avoient jamais rien produit, nos fermiers tirent de leurs terres cinq fois plus qu’ils n’avoient jamais fait. »

2. Antoine-Laurent Lavoisier, Rapport du bureau du Bien Public sur l’Agriculture à l’Assemblée provinciale de l’Orléanais, 178735

  • 35 Procès-Verbal des séances de l’Assemblée provinciale de l’Orléanais, Orléans, 1878, p. 223-232.

40« Des calculs très-ingénieux, et dont les résultats peuvent être regardés comme des approximations assez exactes, établissent que, tandis qu’en Angleterre chaque mille carré produit 48 000 liv., une même superficie ne produit en France que 18 000 liv. Cette si énorme différence tient principalement à ce que les jachères sont en pleine valeur dans la plus grande partie de l’Angleterre, tandis qu’elles ne le sont que dans une très petite portion des Provinces de France […]. Ce seroit en vain qu’on voudroit chercher dans la différence de bonté du sol, la cause de l’énorme disproportion qui existe entre la production territoriale de la France et celle de l’Angleterre. Le sol de la France vaut en général au moins celui de l’Angleterre, et elle a de plus des genres de production qui lui appartiennent exclusivement, telle que la soie, les vins, les huiles, etc. Cette disproportion ne tient pas non plus à la différence du génie des deux Nations. La Nation Françoise n’a ni moins de courage ni moins d’invention que la Nation Angloise ; elle n’est pas moins propre qu’elle à toute espèce d’art ou d’industrie. Osons le dire, Messieurs, cette disproportion tient principalement à la forme de nos antiques institutions. Depuis des siècles la Nation Françoise gémit sous le joug d’une imposition accablante, dont le nom seul, la Taille, rappelle des idées affligeantes. Cette imposition arbitraire, qui varie du double au simple, d’une Province, d’une Election à une autre, et qui croît dans une proportion quelquefois plus forte que les facultés du Contribuable, est incompatible avec une agriculture florissante.

41L’instruction qui vous a été adressée par le Roi, vous indique assez que l’Agriculture manque en général, dans le Royaume, d’engrais et de bestiaux ; mais une répartition plus juste de l’impôt, une forme qui bannira tout arbitraire, ne suffiront pas pour y rappeler tous les capitaux nécessaires pour lui en procurer. Il est un autre obstacle qui les en écarte, et il ne dépend pas de vous de le lever : tout capitaliste cherche, pour le placement de ses fonds, l’emploi qui lui présente le plus de sûreté et qui lui promet le plus de bénéfice : or, nous avons reconnu, d’après un Mémoire détaillé qui a été mis sous nos yeux, que les spéculateurs trouvoient plus d’avantage à jouer dans les fonds publics, qu’à verser leurs capitaux dans le Commerce, et surtout dans l’Agriculture. Cet inconvénient très-majeur qui attire l’argent vers les Villes et qui dessèche les Campagnes de numéraire, tient à ce que l’intérêt de l’argent est soutenu trop haut dans la Capitale, par les besoins et les emprunts du Gouvernement…

42On distingue en Agriculture trois sortes d’avances : 1° Les avances foncières, qui sont une charge de la propriété et qui, en quelque sorte, en constituent la valeur ; telle est la construction des bâtimens et l’établissement de la ferme. 2° Les avances primitives, telles qu’achat de bestiaux, ustensiles de labourage, équipages, etc. Ces avances sont à la charge du fermier. 3° Enfin les avances annuelles.

43En Angleterre, une ferme ne consiste qu’en une maison d’habitation pour le fermier, en une écurie pour ses chevaux, et en un grand hangard. On n’y trouve, le plus souvent, ni granges pour serrer les récoltes, ni greniers pour les fourrages, ni étables, ni bergeries. Les récoltes sont entassées en meules autour de l’habitation ; les vaches, les moutons passent toute l’année à l’air, même pendant les froids rigoureux de l’hiver, et ces bestiaux n’en sont que plus sains et plus robustes. En France, au contraire, la quantité de bâtimens qui constituent un corps de ferme est telle, que le prix du bail équivaut à peine à l’intérêt des avances qui ont été faites pour la bâtir : l’entretien seul et la reconstruction d’une aussi grande quantité de bâti-mens, forment une dépense qui, jointe à l’impôt, absorbe la plus grande partie du revenu du propriétaire.

44Mais si les avances foncières sont beaucoup plus considérables en France, les avances primitives, celles qui sont à la charge du fermier ne le sont pas assez. Il est rare qu’en France, et même dans cette Province qui n’est pas une des dernières en produit et fertilité, un fermier qui fait valoir une ferme de trois charrues ou de trois cents arpens, y employe un capital de 10 à 12 000 liv. : c’est 36 à 40 francs par arpent. En Angleterre, on évalue à 5 liv. sterling le capital nécessaire pour faire valoir un acre de terre, mesure plus petite que la plupart de nos arpens, et au moins à 3 liv. sterling les avances nécessaires pour le faire valoir médiocrement. Les capitaux employés à la culture des terres sont donc, à surface égale, au moins doubles et souvent triples en Angleterre de ce qu’ils sont en France ; d’où il résulte que l’Agriculture Françoise pèche par un double vice ; d’un côté par un excès mal entendu dans les avances foncières, de l’autre par une économie beaucoup plus dangereuse encore dans les avances primitives ; qu’on fait ce qu’il ne faudroit pas faire, et qu’on ne fait pas ce qu’il faudroit faire.

45C’est principalement la différence du nombre des bestiaux dans les deux cultures qui constitue celle du montant des avances. Dans plus des sept huitièmes du Royaume de France, les bois et les vignes exceptés, toutes les spéculations, tous les efforts du cultivateur ont pour objet de recueillir du blé. C’est la vente du blé qui lui fait rentrer les fonds nécessaires pour satisfaire au paiement de l’impôt, à la redevance due au propriétaire, à tous les frais d’exploitation. La culture des mars ne produit que de quoi nourrir les chevaux et les bestiaux ; tout est consommé dans la ferme. Enfin les terres restent en jachères pendant la troisième année. L’agriculture de la plus grande partie des Provinces de France, telle que la Beauce, peut donc être considérée comme une grande fabrique de blé ; les bestiaux ne sont que les instrumens employés pour cultiver et pour fumer, et le bénéfice qu’ils procurent n’est qu’un léger accessoire.

46Le système de culture angloise est presque l’inverse de celui que nous venons d’exposer : dans la plupart des fermes, on ne cultive presque de blé que ce qui est nécessaire à la nourriture de ceux qui les exploitent, et parce que d’ailleurs on ne peut pas se passer de pailles dans une ferme : mais ce n’est pas sur cette culture qu’est fondé principalement le bénéfice de l’exploitation. On cultive pour élever et nourrir les bestiaux, et c’est vers leur vente et leur commerce que se dirige tout le plan de culture. Une seule année sur trois, quelquefois sur quatre et même davantage, est consacrée à la nourriture des hommes ; toutes les autres sont destinées à la nourriture des animaux. Dans toutes les Provinces où l’agriculture est parvenue à un très-grand degré de prospérité, c’est-à-dire dans le plus grande nombre, les terres ne se reposent jamais, et ce que nous appelons année de jachère est destiné à la culture du trèfle, des turneps et gros navets, et cette récolte, qui est un objet très-considérable, est en pur bénéfice, puisqu’elle est recueillie sur un sol qui ailleurs ne produit rien.

47La connoissance que vous avez des travaux champêtres, vous fait déjà sentir tous les avantages de cette méthode. Vous y voyez une augmentation considérable dans les engrais, et par conséquent dans la fertilité des terres ; plus d’aisance répandue dans les ménages de la campagne, par la grande quantité de beurre, de lait et de fromages. Vous y voyez la viande à meilleur marché pour les habitans des villes, devenue même d’un prix accessible pour les habitans des campagnes. Vous y voyez les manufactures alimentées par une grande abondance de productions nationales ; les fabriques d’étoffes de laine dispensées de tirer des matières premières de l’étranger ; les tanneries reprenant faveur par l’abondance des cuirs et des peaux qu’elles auront à préparer ; le mouvement et l’activité portés dans les plus importantes de nos fabriques ; une somme de richesses répandues dans toutes les classes de la société… En considérant tous ces avantages, vous êtes étonnés, Messieurs, de ce que ce système de culture ne s’est point introduit plus tôt en France, de ce qu’il n’est connu que d’un petit nombre de Provinces, de ce qu’il n’est point adopté partout. Mais vous oubliez qu’il exige des avances très-considérables, et que les cultivateurs des campagnes sont hors d’état de les faire ; que ceux qui sont parvenus, par le concours de circonstances heureuses ou à force de travail, à former quelques économies, se hâtent de retirer leurs enfants d’un état que l’opinion d’un petit nombre de personnes instruites honore, mais que nos institutions avilissent.

48Il ne suffit pas d’ailleurs, même à un propriétaire riche, de vouloir établir dans ses domaines le système de culture angloise. Il faut, pour y parvenir, plus que de l’argent ; il faut du temps, des combinaisons suivies et des soins, et vous allez bientôt le sentir. En vain voudroit-on multiplier le nombre des bestiaux, si préalablement on n’avoit pris soin de pourvoir à leur subsistance. Il faut donc, avant de penser à établir dans une ferme un plan d’agriculture fondé sur le bénéfice des bestiaux, s’y préparer de longue main et commencer par établir des prairies artificielles ; pour cultiver en plain champ des pommes de terre, des turneps, des carottes, de la luzerne, du trèfle, du sainfoin, et ce n’est qu’après que l’abondance aura été solidement établie, après qu’on aura une année entière de fourrages en réserve, qu’il faut appeler les bestiaux pour les consommer. Ce n’est pas tout ; des fourrages et des bestiaux ne font point encore de fumier ; il faut y joindre des pailles, et ce n’est que très-lentement qu’on peut en augmenter la quantité. En effet, pour augmenter les pailles, il faut augmenter la qualité des engrais ; pour augmenter les engrais, il faut avoir des pailles, et l’on conçoit que ce n’est que graduellement qu’on peut remplir ce double objet.

49On ne peut donc pas opérer des changements prompts et subits en agriculture ; on ne peut que préparer des révolutions lentes et successives… »

3. Mémoire de Levassor sur la nécessité d’une division des fermes adressé à l’Assemblée nationale constituante le 3 février 179036

  • 36 Archives nationales, F10.224. Ancien contrôleur des Vingtièmes, Levassor, adepte des innovations a (...)

50« Grands et puissants de la terre, daignez prêter un moment l’oreille à la voix d’un faible citoyen ! Il osera vous dire : voulez-vous un royaume florissant et prospère ? Faîtes que tous les individus participent au bien général.

51S’il est démontré que les terres par morcellement sont louées aux menus particuliers un tiers, très communément moitié et souvent deux tiers de plus qu’aux laboureurs en gros, il devient prouvé que le petit ménager fait plus de profit avec l’emploi de plus d’économie, que les laboureurs ; il est doublement prouvé par la même raison qu’il a plus de facilité proportionnellement à payer sa contribution aux impôts. De ces conséquences, il résulte qu’il aura aussi plus de facilité à soutenir sa famille et ses enfants que la misère dans le régime actuel dévore et détruit. Mais, je dois prouver par des exemples de fait, pris dans tous les genres, les avantages qui résultent, au moins en premier terme, de la division des locations des terres […].

52Qui ne sait qu’en beaucoup d’endroits de la Bretagne, les seigneurs possèdent presque toutes les terres, mais que tous les habitants sont admis à les cultiver toutes d’après la lotisation [sic] faite du sol. Les paysans et le seigneur lui-même ne pourraient vivre sans cela, au lieu que par ce régime, la vie devient même passablement facile. Dans la Flandre où, tout le monde possède des terres en propre ou à louer, où l’activité industrieuse ne laisse aucune terre en friche, il n’y a pas d’immenses accaparements de terres comme dans la France et ailleurs ; en Flandre, le pays abondant par les cultures, pour lesquelles on déploie beaucoup de main-d’œuvre, autant que par la nature de son sol, tout le monde a conservé son droit naturel à la culture du sol, qui seul peut le plus attacher l’individu à sa patrie, et le soumettre à la loi ; en Flandre, on paie si facilement les impôts que les receveurs ne viennent jamais demander qu’une fois ; en Flandre enfin, la branche des hommes est si robuste et si belle parce que, dans son principe et dans son extension, elle n’est frappée, comme dans d’autres provinces, par une misère dévorante, et par la plus grande pauvreté, la plus universellement répandue de préférence au sein des plus belles et des plus fertiles plaines qui ne paraissent réservées aujourd’hui à engraisser que quelques laboureurs et privilégiés qui deviennent ainsi les très accrédités vampires des paroisses qui semblent n’être réservées à leur usage, que pour une servitude et un vasselage pire mille fois que la plus dure de toutes les féodalités que l’Assemblée nationale vient de détruire. En Flandre, dis-je Messeigneurs, par la division des terres qui anime l’industrie, tous les habitants vivent dans une passable aisance au sein des bonnes mœurs. Si je passe dans la Normandie, j’y trouve encore une belle branche d’hommes vigoureux ; j’y retrouve une industrie prodigieusement active et variée, j’y vois cette belle province, à l’instar de la Flandre et de la Picardie, occupée à alimenter le commerce et à pourvoir la capitale d’une superflu immense. Quel est le régime le plus commun de ses cultures ? La plus grande division des propriétés, ou au moins des locations de terres […].

53Si je me permets de descendre dans les choses qui tiennent à la moralité si importante dans l’ordre civil et politique, je dirai encore que le gros fermier accapareur abuse de l’ascendant de son opulence […]. Il se rend l’arbitre des impôts et en modifie la répartition, selon ses vues, d’après la vérité la plus générale, il abuse de son ascendant pour diriger tout ce qui l’environne et fixer à son gré jusqu’au taux des salaires des ouvriers, toujours moindres dans la proportion que les besoins des malheureux deviennent plus pressants. Comment puis-je mieux peindre l’accapareur opulent qu’en laissant parler un laboureur membre d’un bureau intermédiaire d’élection et député à l’Assemblée nationale. Il s’exprime ainsi dans un de ses rapports : “Dans les paroisses, les gros fermiers s’emparent de la collecte des tailles, ils se font nommer successivement et alternativement collecteurs, ils rédigent les rôles comme bon leur semble, ils les arrêtent entre eux exclusivement, ils se rendent entre eux seuls une justice mutuelle ; ils conviennent du nombre d’arpents de terre ou de la quantité de dîmes qu’ils porteront chacun sur le rôle. Ils connaissent toutes les possessions des contribuables subalternes, ils ne leur font pas de grâce, ils se gardent bien de les mettre dans leur parti, ils les imposent au plus haut taux possible, sous prétexte que les particuliers ne jouissent que de quelques arpents de terres, ils n’ont garde d’examiner si elles sont bonnes ou mauvaises, ils les taxent comme si elles étaient les meilleures du terroir, souvent même ils font un taux forcé pour eux. Le petit contribuable sait tout cela, il n’ose se plaindre, il n’ose discuter la cote du fermier qui lui donne de l’ouvrage : au premier mot de plainte, on le menace de ne plus lui en donner, sa dépendance étouffe sa réclamation” […].

54L’Assemblée nationale eut-elle supprimé presqu’en entier à l’égard du peuple, les corvées, la gabelle, la milice et les autres charges distribuées ci-devant arbitrairement et vexatoirement, eut-elle débarrassé de tous les fléaux, j’entends le gibier, elle n’aura fait que des biens auxquels plus de la moitié de la nation dénuée de tout, de propriété et de location de terre, ne peut prendre qu’un bien mince intérêt. Or tout homme qui ne reçoit aucun bien de la nation devient ou l’âne de la fable portant patiemment son bât et ses deux paniers, ou si plus sensible, un lévrier qui s’échappe, ou enfin plus courageux, et plus affecté, un homme dangereux dans la société […].

55Deux moyens, pris dans la publication de lois, sont propres à conduire par graduation au but de cette division des locations de terres, sans lesquelles la richesse de la France ne peut se soutenir qu’avec peine, ou sans lesquelles, elle ne fera que languir au lieu de s’élever avec gloire, surtout d’après la commotion terrible qu’elle reçoit aujourd’hui ; c’est à un grand État agricole à se donner des lois agricoles.

56Le premier moyen tient à un décret qui ordonne :

571. De laisser subsister tous les baux tels qu’ils sont pendant leur durée de neuf années seulement, et pour ce qui en reste à parfaire.

582. De casser tous les baux de dix-huit ans, en en réduisant l’effet aux neuf premières années seulement […].

595. Que tous fermiers ou laboureurs ne puissent exploiter en vertu de ses baux passés avant le décret que quatre charrues de terre mesure du roi, composés de soixante-quinze arpents chacune, y compris les prés, bois, vignes, étangs, etc. ou l’équivalent en autres mesures ramenées à celle du roi, pour fixer une quantité déterminée partout égale et ce, à moins qu’il n’y en ait une plus grande quantité dépendante d’une même propriété, appartenant à un seul propriétaire […].

60Pour remplir le second moyen, je crois devoir conclure à un décret qui ordonne que le laboureur sera le maître de se conformer à la loi ci-dessus énoncée ou de s’y refuser, en faisant une déclaration expresse dans ses baux ; qu’en cas de refus, il se trouvera soumis au dispositif de la loi sous la forme d’un tarif [de surtaxe fiscale]. »

4. La supériorité des grandes fermes anglaises selon A. Young in Voyages en France, 1787, 1788, 178937

  • 37 Première édition, Londres, 1792, traduction et édition françaises par H. Sée, Paris, A. Colin (193 (...)

61« […] Les questions suivantes se posent naturellement. Est-ce le produit brut de l’exploitation agricole qu’il faut surtout considérer ? Ou bien le plus grand produit que l’on peut porter au marché ? Ou est-ce le produit net ? Faut-il prendre comme guide le chiffre de la population, qui naît de l’agriculture ? Ou bien est-ce le bien-être, le bonheur des cultivateurs qu’il faut seulement avoir en vue ? On pourrait multiplier les questions, mais les précédentes sont suffisantes comme base de notre enquête. On trouvera probablement qu’il ne faut pas s’attacher à un seul point, mais à une combinaison de tous, en proportions convenables […].

62Le plus grand produit qui peut être apporté au marché ne me satisfait pas absolument, mais il est infiniment plus près de la vérité que tout le reste ; il comprend un produit brut considérable ; il implique un grand profit net et indique exactement, dans la proportion de son montant, la nombreuse population que l’on trouve dans les villes et qui doit compter sur les manufactures ; il assure le bien-être des classes agricoles ; il permet au cultivateur d’employer beaucoup de main-d’œuvre et, ce qui est plus important encore, de la bien payer. Cette proposition directrice, étant ainsi déterminée d’une façon aussi satisfaisante que possible, en comparaison avec les autres, nous sommes capables d’établir que la dimension des fermes qui est la plus avantageuse, en général, est celle qui assure le plus grand produit sur le marché, ou en d’autres termes, celui qui peut être converti en argent. Eh bien ! Afin de pouvoir ainsi disposer d’un grand surplus, qui dépasse la consommation des hommes et de leurs familles, employés à la culture ou en dépendant, il faut pouvoir mettre en jeu toutes sortes de bonnes pratiques agricoles. Il faut améliorer les terres déjà mises en culture, élever de grands troupeaux de gros bétail et de moutons ; user en abondance de toutes les sortes d’engrais que l’on peut se procurer ; drainer, irriguer, parquer des moutons, sarcler, marner, glaiser, chauler, établir des clôtures ; toutes ces opérations doivent être menées avec activité et vigueur ; pas un morceau de terre inculte ne doit être laissé à l’abandon ; il faut tout améliorer, tout pousser au plus haut degré de perfection, et il faut que le cultivateur soit encouragé par le profit de son exploitation à investir ses épargnes dans de nouvelles entreprises, afin de recevoir l’intérêt composé, si aisé à obtenir pour un bon agriculteur. La ferme de dimensions capables d’effectuer tous ses travaux sera aussi celle qui apportera au marché le plus grand surplus.

63Je me suis appliqué, avec un grand soin et une grande impartialité, à mener ces recherches par tout le royaume, et, bien que, dans nombre de provinces, l’agriculture soit si ignoblement mauvaise qu’on n’ait à choisir qu’entre des choses mauvaises, je puis cependant affirmer, sans crainte d’erreur, que la culture est infiniment meilleure sur les fermes de 300 à 600 acres que sur les petites, et qu’elle fournit au marché un produit, sans comparaison, supérieur. Mais, par fermes, j’entends toujours des occupations, et, en aucune façon, les fermes générales, sous-louées à de petits métayers. Il n’est nullement étrange que la mauvaise exploitation soit ordinairement le fait des petites fermes ; par petites fermes, j’entends celles qui ont moins de 100 arpents et même de 100 à 200 arpents ; la proportion entre le cheptel et la main-d’œuvre, d’une part, et la terre, de l’autre, par laquelle les hommes pratiques comprennent ce que j’entends, est défavorable, sur de telles fermes. L’homme est pauvre et le fermier pauvre ne peut faire les efforts nécessaires pour avoir une bonne culture, et sa pauvreté est nécessairement en proportion de la petitesse de sa ferme. Le profit d’une grande ferme entretient le fermier et sa famille et laisse un surplus, qui peut être consacré à des améliorations ; une ferme de petites dimensions ne fait qu’entretenir le fermier et ne laisse rien pour les améliorations. Dans cette dernière, les chevaux sont plus nombreux que dans la première ; et en une proportion qui diminue beaucoup le profit. La division du travail, qui, dans toute entreprise industrielle, augmente l’habileté et la célérité, ne peut, dans les plus grandes fermes, jouer le même rôle que dans les manufactures ; mais dans les petites fermes, elle n’en joue aucun : le même homme, tour à tour, s’emploie à tous les travaux de la ferme ; dans une plus grande exploitation, il y a des laboureurs, des batteurs de blé, des hommes qui taillent les haies, des bergers, des vachers, des bouviers, des porchers, des chaufourniers, des draineurs, des arroseurs ; cet état de choses a une grande importance et fait que tous les travaux sont mieux accomplis sur une grande ferme que sur une petite ; l’un des meilleurs instruments d’une bonne exploitation, un parc à moutons, ne peut exister que dans une grande ferme, ou bien il exige une dépense de main-d’œuvre qui détruit le profit. On a souvent soutenu que de petites fermes entretiennent une population plus nombreuse ; c’est souvent le cas, et c’est souvent pernicieux, dans la même proportion ; on est prolifique dans la misère, on fait naître des bouches, sans fournir de quoi les nourrir. En France, la population, qui dépasse la demande de main-d’œuvre, est un fléau public, qu’il faut avoir le soin de décourager ; mais de ce fait qui est manifeste dans tout le royaume, je parlerai avec plus de détail dans un autre chapitre. En France, sur les sols riches, je préférerai des fermes de 250 à 350 acres, et, sur les terres plus pauvres, des fermes de 400 à 600 acres.

64En somme, l’Angleterre a fait un bien plus grand progrès en agriculture qu’aucun autre pays de l’Europe, et c’est absolument aux grandes fermes qu’elle le doit, si bien qu’il n’y a aucune amélioration importante que l’on puisse trouver sur une petite ferme. Que les étrangers, que le comte Hertzberg viennent en Angleterre visiter notre agriculture ; que ce dernier me fasse l’honneur de lui faire voir nos grandes fermes, et que le Dr Price le conduise sur nos petites ; quand il aura vu les unes et les autres, il n’éprouvera aucune difficulté à tirer des conclusions très différentes de celles qu’il a préconisées jusqu’ici. En Angleterre, nous avons porté à la perfection la pratique des clôtures, le marnage, le glaisage et toutes sortes d’engrais. Nous avons fait de grands progrès en irrigation, des progrès qui auraient égalé ceux de la Lombardie, si l’on avait laissé aux gens la même liberté d’exercer un droit de passage sur les propriétés privées. Nous avons perfectionné les races du gros bétail et des moutons plus que ne l’a fait aucun pays au monde. Dans nos régions les mieux aménagées, nous avons banni la jachère, et, ce qui est la grande gloire de notre île, la meilleure économie agricole se trouve sur nos sols les plus pauvres. Je demanderais aux avocats des petites fermes : où trouverait-on un petit fermier qui couvrirait toute sa petite ferme de marne, au taux de 100 à 150 tonnes par acre ? Lequel drainerait toute sa terre, au prix de deux ou trois livres sterling par acre ? Lequel donnerait un prix élevé pour se procurer les ordures des villes et les charrierait à la distance de 30 milles ? Lequel irriguerait ses prairies au prix de 5 l. st. par acre ? Lequel, afin d’améliorer la race de ses moutons, donnerait 1 000 guinées pour l’usage d’un seul bélier pendant une seule saison ? Lequel donnerait 25 guinées pour faire couvrir une vache par un beau taureau ? Lequel paierait des hommes pour résider dans des provinces où l’on use de pratiques qu’il désire introduire sur sa ferme ? Au seul énoncé de pareils efforts, ordinaires en Angleterre, quel esprit serait perverti au point d’imaginer, un seul moment, que de telles choses peuvent être effectuées par de petits fermiers ? Enlevez à l’agriculture toutes les pratiques qui l’ont rendue florissante dans notre île, et vous avez précisément le genre d’exploitation en usage dans les petites fermes […].

65Bien que je sois convaincu de la supériorité infinie des grandes fermes et qu’aucun pays ne peut être amélioré par les petites, je suis loin cependant de demander aucune loi ou autre règlement pour opérer la réunion des fermes. Je ne me prononce que pour la liberté et pour le rejet des vœux absurdes et ridicules, qui demandent des lois contre cette réunion, comme le font les Cahiers de 1789 […]. »

ANNEXE II. J. Thirsk (éd. gen.), The Agrarian History of England and Wales, 8 vol., Cambridge, CUP, 1967-1999 ; vol. 5, 1984, 480 p.

1. Vue d’ensemble des régions et des types agricoles, p. XX

1. Vue d’ensemble des régions et des types agricoles, p. XX

2. Un exemple de cartographie régionale : East Midlands

2. Un exemple de cartographie régionale : East Midlands

3. M. Overton, « Les pays anglais », Agricultural Revolution in England, Cambridge, CUP, 1996, p. 50

3. M. Overton, « Les pays anglais », Agricultural Revolution in England, Cambridge, CUP, 1996, p. 50

ANNEXE III. La relativité des agrégats régionaux et nationaux, l’exemple des rendements entre Bassin parisien et Pays-Bas au milieu du xixe siècle

Source : J. M. Chevet, « A new method of estimating land productivity », B. J. P. van Bavel et E. Thoen (éd.), Land Productivity and Agro-systems in the North Sea Area, Elements for comparison, Brepols, 1999, p. 351.

Notes

1 La terre et les paysans en France et en Grande-Bretagne du début du xviie siècle à 1800. Ce thème a donné lieu à de nombreuses publications assumant plus ou moins l’exigence comparative. Pour une vue d’ensemble de la bibliographie, on se reportera à J.-M. Moriceau, La terre et les paysans aux xviie et xviiie siècles, Guide d’histoire agraire, Rennes, Bibliothèque d’histoire rurale, 1999, 320 p.

2 Notre colloque s’est d’ailleurs déroulé dans l’amphithéâtre Forbonnais de l’université du Maine.

3 Guy-Robert Ikni, Crise agraire et Révolution paysanne. Le mouvement physiocratique dans les campanes de l’Oise de la décennie physiocratique à l’an II, thèse inédite, Paris I, dir. M. Vovelle, 1993, 6 t., 1788 p., annexe 41.

4 Voir sur les contradictions de la « vision jacobine » des problèmes paysans, J.-P. Jessenne, « The Land : Redefinition of the Rural Community », K. Baker (dir.), The Revolution and the Modernisation of Political Culture, t. IV : The Terror, actes du colloque de Stanford, USA, décembre 1992, Pergamon, 1994, p. 223-248.

5 En particulier en France, par la division de la propriété foncière et la croissance de la population rurale surtout jusqu’au milieu du xixe siècle, phénomènes d’autant plus valorisés que les travaux historiques ont davantage mis l’accent sur les cotes foncières que sur les structures d’exploitations. Pour une pratique synthèse sur ce point cf. A. Moulin, Les paysans dans la société française, Paris, Point-Seuil, 1988.

6 Sur cette question des représentations et de l’historiographie pour le xixe et la première moitié du xxe siècle que je ne puis détailler ici voir notamment P. Barral, « Notes historique sur l’emploi du terme paysan », Études rurales, n° 21, 1966, p. 72-81 ; R. Huard, « La promotion d’une épithète et sa signification sociale et politique des années 1860 aux lendemains de la Commune », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 45/4, octobre-décembre 1998, p. 789-806 ; J.-P. Jessenne, « La recomposition des différenciations sociales dans la France rurale du Nord-Ouest par-delà la Révolution », A. Antoine (éd.), Campagnes de l’Ouest, stratigraphies et relations sociales dans l’histoire, colloque de Rennes, mars 1999, Presses universitaires de Rennes, 2000, p. 21-44.

7 Voir sur cette historiographie comparative l’utile réflexion amorcée dans M. Bodiguel et P. Lowe (dir.), Campagne française, campagne britannique. Histoire, images, usages au crible des sciences sociales, Paris, L’Harmattan, 1989, 356 p., mais la rencontre qui a donné lieu à ces actes n’a guère eu de suite.

8 F. Crouzet, De la supériorité de l’Angleterre sur la France. L’économique et l’imaginaire, Perrin, 1985, 596 p.

9 Gérard Béaur (présentation), La terre et les hommes, France et Grande-Bretagne, xviie-xviiie siècle, Paris, Pluriel-Hachette, 1998, 256 p.

10 M. Morineau, « Ruralia, », Revue historique, oct.-déc. 1991, p. 359-384.

11 Là encore on connaît les démonstrations critiques de M. Morineau, notamment à propos des dîmes, mais aussi de certaines statistiques à la charnière des xviiie et xixe siècles, Les faux-semblants d’un démarrage économique : agriculture et démographie en France au xviie s., Paris, A. Colin, 1971, 388 p.

12 Voir notamment les enquêtes de M. Overton, Agricultural Revolution in England, Cambridge, CUP, 1996, 258 p. ou M. Demonet, Tableau de l’agriculture française au milieu du xixe siècle, l’enquête de 1852, Paris, EHESS, 1990.

13 Parmi plusieurs contributions sur ce thème, voir par exemple, « L’agriculture flamande du Moyen Âge à 1800 », Histoire et sociétés rurales, n° 4, 2e semestre 95, p. 47-69.

14 Principales références : J. D. Chambers and G. E. Mingay, The Agricultural Revolution, 1750-1880, Londres, Batsford, 1966 ; E. Kerridge, The Agricultural Revolution, Londres, G. Allen, 1967 ; M. Overton, op. cit., 1996 ; F. M. L. Thompson, « The Second Agricultural Revolution, 18151880 », Economic History Review, 1968, p. 62-77.

15 E. Le Roy Ladurie, divers travaux : de « Les comptes fantastiques de Gregory King », Annales ESC, sept.-oct. 1968, p. 1086-1102 à la synthèse proposée dans Histoire de la France rurale, 1975, t. 2, 3e partie ; M. Morineau, op. cit., 1972.

16 Ouvrage le plus significatif de cette inspiration H. Mendras, La fin des paysans, même si l’acception essentialiste du terme paysan est à mon sens discutable pour l’historien.

17 Annales ESC, juillet-août 1965, p. 649-663.

18 A. Ado, Paysans en révolution, Moscou, 1969, éd. française, Paris, Soc. des études robespierristes, 1996 ; A. Soboul, « Sur le mouvement paysan », AHRF, n° 1, 1973, p. 85-101.

19 Jean Jacquart, « Les grandes étapes historiographiques », L’Histoire rurale en France, Histoire et Sociétés rurales, n° 3, 1er semestre 95, p. 19-24 ; J.-M. Moriceau, op. cit., 1999.

20 J. Thirsk (éd.), The Agrarian History of England and Wales, 8 vol., Cambridge, CUP, 1967-1999 ; G. Duby et Wallon (dir.), Histoire de la France rurale, Paris, Seuil, 1975-1976, 4 t.

21 Vol. V, 1984, XXXI, 480 p.

22 M. Overton, op. cit., 1996, p. 51.

23 G. Béaur, P.-P. Minard et A. Laclau (dir.), Atlas de la Révolution française, t. 10 : Économie, EHESS, 1997, notamment chapitre 5, p. 56-70.

24 In G. Duby (dir.), op. cit., 1976, p. 216-236.

25 Ibid., p. 393-441.

26 D. Rosselle, Le lent cheminement des progrès agricoles. Le Béthunois du milieu du xvie siècle au début du xixe siècle, thèse, université Lille III, dir. P. Deyon, 1984, dactyl., 4 t., 1270 p.

27 G. Béaur, « From the North Sea to Berry and Lorraine : land productivity in Northern France, 13th-19th centuries » ; J. M. Chevet, « A new method of estimating land productivity », B. J. P. van Bavel et E. Thoen (éd.), Land Productivity and Agro-systems in the North Sea Area, Elements for comparison, Brepols, 1999, p. 136-168 et 339-357.

28 M. Overton, op. cit., 1996, p. 175 et 181. Par exemple, le pourcentage d’agriculteurs employant des salariés varie de 71 %-83 % dans les comtés du Sud-Est à 40-51 % dans ceux du Nord-Ouest.

29 Voir notamment à ce sujet, J.-P. Jessenne, « La recomposition des différenciations sociales… », A. Antoine (éd.), op. cit., 2000.

30 J.-M. Moriceau et G. Postel-Vinay, Ferme, entreprise, famille. Grande exploitation et changements agricoles : les Chartier (xviie-xixe s.), Paris, EHESS, 1992, 400 p.

31 S. Dontenwill, Du terroir au pays et à la région. Les espaces sociaux en Roannais à l’époque préindustrielle. Essai d’histoire géographique, Pub. de l’université de Saint-Étienne, 1997, 435 p.

32 J. Vassort, Une société provinciale face à son devenir. Le Vendômois aux xviiie et xixe siècles, Paris, Publication de la Sorbonne, 1995, 560 p.

33 Par exemple pays de grande culture céréalière dominante, associée à des cultures industrielles et à des productions animales spéculatives dans le cadre d’une société rurale dominée par des grands fermiers avec des salariés ou des manouvriers nombreux ou pays d’orientation élevage et polyculture, avec prédominance d’exploitations moyennes souvent en faire-valoir-direct ou encore type montagnard, etc.

34 J.-V. Nye, « Guerre, commerce, guerre commerciale : l’économie politique des échanges franco-anglais réexaminée », Annales ESC, mai-juin 1992, p. 613-632.

35 Procès-Verbal des séances de l’Assemblée provinciale de l’Orléanais, Orléans, 1878, p. 223-232.

36 Archives nationales, F10.224. Ancien contrôleur des Vingtièmes, Levassor, adepte des innovations agricoles, participe aux institutions révolutionnaires de Crépy-en-Valois dans l’Oise.

37 Première édition, Londres, 1792, traduction et édition françaises par H. Sée, Paris, A. Colin (1931), 1976, t. 2, p. 742-749.

Table des illustrations

Titre 1. Vue d’ensemble des régions et des types agricoles, p. XX
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22517/img-1.png
Fichier image/png, 2,5M
Titre 2. Un exemple de cartographie régionale : East Midlands
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22517/img-2.png
Fichier image/png, 359k
Titre 3. M. Overton, « Les pays anglais », Agricultural Revolution in England, Cambridge, CUP, 1996, p. 50
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22517/img-3.png
Fichier image/png, 1,8M
Légende Source : J. M. Chevet, « A new method of estimating land productivity », B. J. P. van Bavel et E. Thoen (éd.), Land Productivity and Agro-systems in the North Sea Area, Elements for comparison, Brepols, 1999, p. 351.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22517/img-4.png
Fichier image/png, 253k

Auteur

Université Lille III

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540