Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ruralité française et britannique, XIIIe-XXe siècles

 | 
Nadine Vivier

Présentation

Nadine Vivier

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 C’est ce qu’écrivait à ce propos Jean-Marc Moriceau dans la présentation de son guide bibliographi (...)

1L’histoire rurale a suscité depuis quelques années un regain de travaux dans tous les pays d’Europe occidentale. En France, le choix au concours de l’agrégation, en 1998, d’une question portant sur « La Terre et les paysans en France et en Grande-Bretagne aux xviie et xviiie siècles » a obligé à un bilan dont le résultat était attendu. Peu d’historiens de Grande-Bretagne travaillent sur la France rurale et encore moins de Français sur les campagnes du Royaume-Uni. Surtout, ils ne se lisent guère, et la barrière linguistique n’en est qu’une des raisons. « Le constat d’indifférence réciproque est accablant1. »

2Reflétant cette ignorance généralisée, les deux milieux scientifiques n’avaient que peu de relations. Pourtant chacun des pays possède une association d’historiens ruralistes qui obtient une audience notable. En France, l’Association d’Histoire et Sociétés rurales créée en 1993 et sa revue Histoire et Sociétés rurales ; en Grande-Bretagne, la British Agricultural History Society, qui publie depuis 1953 l’Agricultural History Review et fête son jubilé.

Les motivations d’une rencontre

3Lorsque fut créée en 1993 l’Association d’Histoire et Sociétés rurales, le principe de l’ouverture et du comparatisme fut affiché comme fondamental, ce que prouvait l’éditorial du premier numéro de la revue Histoire et Sociétés rurales :

« L’émulation et le progrès de la recherche tirent parti également de la variété des échelles d’analyse et de la diversité des espaces considérés. L’Italie, l’Espagne, l’Angleterre, les Pays-Bas, la Belgique et le Québec, pour ne citer que quelques-unes des plus vivantes écoles historiques étrangères en histoire rurale offrent des pôles d’échange prometteurs : les premiers liens institutionnels formés avec les centres de recherche qui y sont implantés soulignent l’intérêt du comparatisme sur des questions communes abordées jusqu’ici dans des cadres trop cloisonnés. »

4Ces idéaux n’ont jamais été oubliés et nous avons œuvré avec opiniâtreté afin de nouer des contacts avec les historiens ruralistes étrangers. La mission d’un rapprochement avec la British Agricultural History Society me fut confiée, en tant que vice-présidente chargée des relations extérieures. La tâche avait été amorcée par Jacques Beauroy qui, en tant que membre des deux associations, a été le catalyseur et a réussi à faire accepter de part et d’autre les bases d’une coopération. Ce fut ensuite un travail d’équipe qui mobilisa les membres des deux associations, et ceux du Lhamans ; que tous en soient remerciés.

5Notre démarche fut donc au départ indépendant du choix par le jury d’agrégation d’un sujet d’histoire rurale comparée. On pourrait penser que l’énorme travail suscité par la préparation de cette question, et la floraison d’ouvrages entre 1998 et 2000 qui en résulta, auraient épuisé le sujet, et diminué son attrait. Il n’en fut rien, tout au contraire. La plupart des ouvrages présentaient une synthèse sur chacun des deux pays ; rares étaient ceux qui s’essayaient à la comparaison, et ceux-là ont souligné les difficultés méthodologiques. C’est précisément au moment où les universitaires avaient bien présents à l’esprit les acquis de la recherche dans les deux pays, et surtout les points d’achoppement d’une compréhension réciproque, qu’une rencontre pouvait s’avérer fructueuse.

Réflexions sur une histoire comparée

  • 2 Histoire et Sociétés rurales, n° 16, 2e semestre 2001, p. 256.

6Réaliser une histoire comparée des sociétés européennes fut l’ambition de Marc Bloch, et sa bonne connaissance des historiens anglais lui fit accorder une place particulière à l’Angleterre, comme nous l’a exprimé Jacques Beauroy. Ce premier pas fut certes décisif, mais Marc Bloch ne put mener ses projets à leur terme. L’aspiration à une étude comparative reste un vœu constamment renouvelé, ce que rappelait Ronald Hubscher dans sa recension de l’Agrarian History of England and Wales qu’il concluait ainsi : « Certaines similitudes entre les cas britannique, français, voire italien plaident, une fois de plus pour une histoire rurale comparative qui reste à faire2. »

  • 3 Voir aussi les analyses sur l’image de la ruralité présentées dans un colloque récent : Villes et (...)

7Peut-on vraiment comparer et dans quelles conditions ? Les difficultés d’un tel exercice sont réelles, mais dans le cas de la Grande-Bretagne, elles sont décuplées : se conjuguent à la fois les difficultés issues d’un passé à la fois si proche et si conflictuel entre les deux voisins, et les difficultés liées au présent, aux méthodes d’approche différentes des historiens. Les textes introductifs de Jean-Pierre Jessenne, de Jean-Pierre Poussou et de John Broad mettent l’accent sur l’importance de cette histoire des représentations qui ont forgé les images de la ruralité, si différentes dans les deux pays3.

  • 4 Voir le texte d’introduction de Jean-Pierre Jessenne, infra, qui analyse cette situation.

8Par le passé, hommes politiques, économistes et philosophes ont maintes fois comparé France et Grande-Bretagne, au moins depuis le xviiie siècle, et leurs écrits ont toujours été obérés par la passion, ou du moins par la volonté de porter un jugement de valeur. L’Angleterre a été érigée en modèle, celui du régime parlementaire, de l’industrialisation et de l’urbanisation, et de la modernisation agricole. Dès le xviiie siècle, les Français se sont placés dans une position comparative, le plus souvent pour souligner le retard de la France par rapport à ce modèle anglais4 ; seules quelques voix dénonçaient les travers de ce modèle et préconisaient des solutions différentes. Les historiens sont tombés dans ce même travers, influencés par ces perspectives marquées par un jugement de valeur implicite. Le thème des révolutions industrielle et agricole en est le parangon.

  • 5 Cf. les deux textes de J.-P. Jessenne et J. Sainclivier.
  • 6 Voir la réflexion sur l’historiographie anglaise présentée par J.-P. Poussou, infra.

9Aujourd’hui, les historiens de part et d’autre de la Manche ont des approches bien spécifiques. Ceci provient en partie des sources disponibles, qui ne sont pas toujours comparables puisqu’elles ont été élaborées dans des cadres juridiques spécifiques. Les méthodes se sont nettement individualisées, fruit des traditions de chacune des écoles historiques. En France, de nombreuses études ont adopté un cadre régional, souvent départemental5. Celui-ci n’est pas exempt de critiques, mais les résultats nuancés et le grand nombre de travaux qui ont permis de couvrir la plupart des types de territoires ont offert les matériaux pour des essais de synthèse, en particulier celui de l’Histoire de la France rurale. Au contraire, les historiens britanniques ont tendance à exploiter les sources d’un manoir, donc d’une aire géographique assez restreinte, et à extrapoler pour modéliser et ils privilégient alors la macro-histoire6. Ceci explique que dans les discussions s’affrontent des positions tranchées. Et l’Agrarian History of England and Wales, loin de la conception de l’Histoire de la France rurale, offre un panorama foisonnant des thématiques de recherche.

  • 7 M.-D. Demelas et N. Vivier, Les propriétés collectives face aux attaques libérales, Europe occiden (...)

10Les écueils d’une démarche comparatiste apparaissent nettement et la conscience que nous en avons ne les résout pas. Ma propre expérience menée au sein de deux projets internationaux sur les propriétés collectives dans les pays d’Europe occidentale7 m’a appris qu’une réelle compréhension ne pouvait surgir que d’une confrontation précise de tous les éléments du contexte, alors que nous envisageons le plus souvent un sujet dans sa globalité. Un souci très exigeant de définition des termes et des réalités peut seul déboucher sur la compréhension de situations différentes recouvertes par des termes identiques, ou inversement, de réalités proches cachées sous des termes variés. La comparaison n’est donc réalisable qu’à l’issue d’un long travail de réflexion, et il eût été chimérique d’espérer l’atteindre d’emblée. Le but essentiel était de s’interroger sur les sources documentaires et les problématiques employées ; aussi avons-nous décidé de sélectionner trois thèmes qui mettaient l’accent sur trois points forts de la recherche en histoire économique et sociale des campagnes, tous centrés sur la différenciation au sein des sociétés villageoises.

La différenciation sociale : les thèmes choisis

11Trois points d’entrée ont été sélectionnés : la différenciation entre hommes et femmes dans le travail agricole, sujet important de la recherche anglo-saxonne ; la différenciation par la possession de la terre, car sur ce thème de l’évolution de la propriété paysanne et de ses rapports avec le régime seigneurial, les Français ont beaucoup disserté ; enfin la différenciation par la production qui ramène à la question centrale du changement agricole – ou « Révolution agricole », grand débat dans les deux pays. Mais pour ne pas ouvrir ce vaste débat, nous avons limité notre réflexion à la méthode d’utilisation des inventaires après décès, source essentielle.

Le travail des femmes dans le monde rural, du xve au xxe siècle

12La recherche britannique, très dynamique dans le domaine de la gender history, s’est récemment enrichie de remarquables thèses sur ce sujet, fondées principalement sur l’utilisation de belles comptabilités de grandes exploitations. En France, l’histoire des femmes, bien que productive aussi, a délaissé les travailleuses de la terre. Pourquoi ? Est-ce faute de sources ? Ou peut-être aussi par scepticisme ? La confrontation sur ce sujet était donc destinée à provoquer une réflexion sur les sources mobilisables, sur les méthodes employées, et ainsi à stimuler la recherche en France. Jane Whittle et Nicola Verdon ont présenté leurs acquis. La richesse de leurs conclusions détruit bien des idées reçues. Scarlett Beauvalet et Jacqueline Sainclivier ont su montrer que, même si les ouvrières des villes ont nettement plus retenu l’attention, le bilan historiographique n’est pas négligeable, ce que prouve Ronald Hubscher en nous donnant les premiers fruits de sa recherche sur les migrantes italiennes et polonaises en France.

Rapports à la terre et différenciation sociale au village à l’époque moderne

13La confrontation des deux historiographies fait apparaître comme fondamentale cette question. Alors que les Britanniques ont eu tendance à considérer comme paysans ceux qui possédaient le sol, les Français ont ainsi qualifié tous ceux qui le travaillaient, allant même parfois jusqu’à confondre population rurale et population agricole dans ce terme de paysan. Ceci explique pourquoi les Britanniques ont pu parler de la disparition des paysans en voyant les petits fermiers décliner au profit d’une aristocratie foncière. Très tôt, le régime manorial a perdu ses principaux caractères alors que la seigneurie française gardait toute sa force. Les travaux sur le régime manorial sont donc peu nombreux puisque son cadre est considéré comme peu contraignant. Cette différence institutionnelle influe-t-elle sur le statut économique et social des agriculteurs ? La complexité des statuts est si grande dans les deux pays qu’il nous a semblé que le premier pas devait consister en un état des connaissances. Annie Antoine et Gérard Béaur ont accepté d’en résumer une présentation synthétique tandis que Richard Hoyle, à partir d’exemples précis, nous donne des éléments du grand débat sur le déclin des petits propriétaires et petits fermiers. Cette session a permis de prendre conscience du poids des représentations sur la démarche des historiens ; elle a dénoncé les stéréotypes et les biais habituels des comparaisons entre les grands domaines du Norfolk et la situation moyenne en France, et fait une grande place aux analyses plus nuancées, ce qui traduit un net rapprochement des démarches entre les deux écoles historiques.

La production agricole à partir des inventaires après décès : à la recherche des facteurs de changement

  • 8 Voir en particulier le chapitre de Terres mouvantes. Les campagnes françaises du féodalisme à la m (...)

14Pour l’histoire médiévale et moderne, les inventaires après décès, probate inventories, sont une source majeure. Le souci d’interrogation sur la nature des sources ayant été une constante de ce colloque, la dernière session a choisi de s’intéresser à la nature de ces documents et leur utilisation par les historiens. Leur essence est différente puisqu’en France il s’agit d’une pratique facultative, qui est entre les mains du notaire, évolution que retrace Dominique Rosselle. En Angleterre et au pays de Galles, la cour manoriale enregistre et conserve les actes rédigés selon sa propre coutume ; Phillipp Schofield pense que, pour contrecarrer les visées des seigneurs, les paysans avaient intérêt à éviter l’intestat. Donc des inventaires plus nombreux en Grande-Bretagne. Le traitement que font subir les historiens à ces inventaires procède de deux ambitions différentes : tandis que les Britanniques cherchent à calculer des productions agricoles et des rendements, les Français veulent faire l’histoire des techniques et de la vie matérielle. Mark Overton présente une réflexion critique sur sa méthodologie, appuyée sur des exemples précis. Jean-Marc Moriceau avait exposé ses travaux sur les inventaires et nous renvoyons à ce texte aisément accessible dans ses ouvrages8.

15Le contenu de cet ouvrage diffère légèrement de celui du colloque. Sans essayer d’offrir une synthèse comparative qui serait prématurée, nous avons préféré proposer un instrument de travail à partir duquel chacun peut réfléchir et progresser. Dans ce but, il nous a semblé qu’un ouvrage tout en français serait plus accessible, les textes britanniques ont été traduits et précisés pour le lectorat français, en concertation avec leurs auteurs. D’autre part, M. le recteur Poussou, en rédigeant les conclusions, a proposé de nous donner sa communication lors d’une rencontre franco-britannique à Londres en 2000. Ce texte offrant un panorama de l’historiographie anglaise et précisant des notions essentielles, éclaire les autres contributions.

16Premier jalon d’une coopération des historiens ruralistes britanniques et français, cet ouvrage offre une réflexion sur les sources et leurs méthodes d’analyse, tout en exposant le bilan de nos connaissances sur la possession et l’exploitation de la terre (xiiie-xviiie siècle), et les perspectives les plus neuves sur l’histoire du travail des femmes (xve-xxe siècle).

Notes

1 C’est ce qu’écrivait à ce propos Jean-Marc Moriceau dans la présentation de son guide bibliographique sur la question d’agrégation : La terre et les paysans aux xviie et xviiie siècles. Guide d’histoire agraire, Bibliothèque d’Histoire rurale, 3, Rennes, 1999, p. 15.

2 Histoire et Sociétés rurales, n° 16, 2e semestre 2001, p. 256.

3 Voir aussi les analyses sur l’image de la ruralité présentées dans un colloque récent : Villes et campagnes britanniques ; confrontation ou (con)fusion ?, Presses universitaires de Valenciennes, 2003.

4 Voir le texte d’introduction de Jean-Pierre Jessenne, infra, qui analyse cette situation.

5 Cf. les deux textes de J.-P. Jessenne et J. Sainclivier.

6 Voir la réflexion sur l’historiographie anglaise présentée par J.-P. Poussou, infra.

7 M.-D. Demelas et N. Vivier, Les propriétés collectives face aux attaques libérales, Europe occidentale et Amérique latine, 1750-1914, Presses universitaires de Rennes, 2003.

8 Voir en particulier le chapitre de Terres mouvantes. Les campagnes françaises du féodalisme à la mondialisation, Fayard, 2002, p. 210-235.

Auteur

Université du Maine

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540