Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habiter le patrimoine

 | 
Maria Gravari-Barbas

2e partie. Stratégies d'acteurs et enjeux politiques et sociaux

Habiter les vieux quartiers d’Addis-Abeba : un patrimoine en risque ? Éléments pour la compréhension des enjeux et acteurs

Dominique Couret, Anne Ouallet et Bezunesh Tamru

Texte intégral

INTRODUCTION

1Prendre le patrimoine comme élément d’observation des dynamiques de la ville permet d’analyser les transformations urbaines et de repérer les enjeux qui s’y font jour. Le patrimoine comme la ville est en construction, tout particulièrement en Afrique où les évolutions sont très rapides et les sélections patrimoniales officielles, tout en étant émergentes, masquent la polysémie intrinsèque à cette notion. À Addis-Abeba, ville de plus de trois millions d’habitants et capitale de l’Éthiopie, le patrimoine commence à apparaître comme un des points de réflexion des politiques urbaines et sert à ce titre d’élément de justification des choix politiques d’aménagement. Il se manifeste aussi comme appui pour servir des revendications d’acteurs moins officiels qui ambitionnent une certaine place dans la ville et semble bien approprié dans les discours des habitants ordinaires.

2Le patrimoine, pour être transmis, cristallise des aspirations variées et participe à l’élaboration de l’image de la ville ; il opère aussi comme élément de référence à un type de développement urbain souhaité permettant l’expression des identités et des intérêts de différents acteurs. Il peut alors pousser à l’expression des conflits à propos de l’aménagement et de la gestion urbaine. Il se révèle être un produit des sociétés, que ce soit par l’intermédiaire des choix politiques ou par des valeurs et pratiques sociales de patrimonialisation plus informelles. Il interroge alors l’identité des sociétés et valorise leurs représentations.

3Le patrimoine est un élément de construction sociale en tant que point de repère identifié par les sociétés et d’élément autour duquel se positionnent et se mettent en relation les différents acteurs de la ville. Il apparaît aussi comme un élément d’accroche spatiale et est à ce titre un facteur d’organisation. À Addis-Abeba, le patrimoine urbain bâti est habité. Il est lieu de résidence ou local d’activités. La pénurie de logements est telle qu’il n’y a guère de bâtiments vides. Le patrimoine non bâti est investi de différentes manières et participe aussi à l’expression de valeurs sociales jugées importantes à pérenniser. Préciser les diverses formes de patrimonialisation est un préalable à l’explicitation de leurs expressions dans l’espace addissien. Différents types de patrimoine urbain peuvent être distingués ; ils sont tous porteurs d’enjeux particuliers. Au-delà du patrimoine, il semble que ce soit bien un modèle de société urbaine et de fonctionnement urbain qui soit valorisé.

À LA RECHERCHE DU PATRIMOINE ADDISSIEN

4Le patrimoine est révélé à la fois à travers l’émergence des politiques patrimoniales et l’expression des pratiques et démonstrations des citadins.

Émergence des politiques patrimoniales

5À Addis-Abeba, la prise de conscience des politiques sur le sujet du patrimoine date de juillet 1985. À cette date, un premier inventaire officiel a été réalisé conjointement par le Département de la Recherche du Patrimoine Culturel et de sa Préservation du ministère de la Culture et des Sports et l’AAMPO (Addis-Abeba Master Plan Office). À cette occasion ont été sélectionnés 133 bâtiments : palais, maisons d’anciens dignitaires, hôpitaux, écoles et églises considérés comme porteurs de l’histoire de la fondation urbaine. La première sélection a donc été réalisée sur des critères d’ancienneté et à partir de points repères de la création de la ville. Y ont été rapidement ajoutés 44 églises, 30 bâtiments qui ont été jugés devoir être préservés au nom de leur importance historique et artistique, ainsi que 11 statues et autres monuments participant à l’agrément des squares publics et parcs où ont lieu des cérémonies. En l’absence de système de protection, la plupart de ces constructions sont actuellement dans une situation déplorable et en danger immédiat de destruction ou de fortes dégradations. Leur valeur artistique a commencé à être fortement entamée à cause de cette complète négligence et absence totale de maintenance dans laquelle elles sont laissées. La prise de conscience de la valeur patrimoniale a cependant amené les politiques à proclamer la volonté de fournir une protection légale pour ces monuments considérés comme ayant une valeur historique. La responsabilité en incombe directement au gouvernement central puisque la plupart des bâtiments avaient été nationalisés en 1975 à l’époque du DERG et le sont restés jusqu’à présent. Dans la majorité des cas, la clé du problème est maintenant de trouver à leur accorder des fonctions publiques (restaurant, hôtel, club, activités culturelles ou politiques) et d’en octroyer, aussi souvent que possible, la protection à une organisation ayant les moyens d’en entreprendre la rénovation ou en tout cas de les maintenir dans un état acceptable (Addis-Ababa City Administration, 1997).

6Cette liste de 1985 a été établie rapidement et simultanément déclarée non exhaustive puisque l’ambition affirmée était de pouvoir y incorporer d’autres structures de valeur marquant les différentes stratifications urbaines depuis la fondation de la ville jusqu’à présent.

7Prolongeant ce premier pas, une équipe de recherche et de conservation du patrimoine culturel a été mise sur pied en 1995. Elle a permis un début de classification et de catégorisation des détériorations au niveau communal (Addis-Ababa City Administration, 1997). Comme la commune d’Addis-Abeba correspond aussi à une région administrative (la région 14, carte 1), s’y sont ajoutées les décisions de l’échelle régionale. Presque conjointement était développée une stratégie de conservation à cette dernière échelle avec la représentation régionale d’institutions gouvernementales et une organisation du secteur privé (la chambre de commerce d’Addis-Abeba). Cette inscription régionale date d’avril 1996. On a donc maintenant au niveau de la ville superposition des trois échelles de gestion territoriale : municipale, régionale et fédérale.

8Les dernières étapes de ces politiques se placent résolument dans la lignée des recommandations autour du développement durable dont une des dimensions stratégiques affirmée est bien la conservation du patrimoine culturel et naturel (Addis-Ababa City Administration, 1999). La dimension environnementale éthiopienne intègre le versant naturel tel que le suggère l’UICN et une dimension culturelle au sein de laquelle se réalisent l’évaluation des ressources culturelles, des réflexions sur le statut de ces ressources et sur la manière de les conserver ou de les protéger.

9Les débats qui ont eu lieu à Addis-Abeba pendant la révision du schéma directeur de 1986 ont débouché sur la proposition d’un programme d’actions planifiées pour inventorier dans un premier temps les différents éléments du patrimoine (culturel et naturel), puis, sur des actions pour restaurer les bâtiments historiques sélectionnés. Simultanément a été évoquée la constitution de musées spécialisés. Des groupes de discussion ont été prévus pour fonctionner comme un laboratoire afin de prévoir la conservation et la documentation à moyen terme. Parallèlement, dans les formulations officielles de la municipalité d’Addis-Abeba, on peut noter l’affirmation de la prise en compte de la dimension du bien être social (Addis-Ababa City Administration, 1999). Or force est de constater que l’incorporation de cette dimension amène non seulement à intégrer la réalité d’habiter ce type de patrimoine (dans ses dimensions économiques et sociales notamment), mais pousse aussi à sortir de la seule sélection du patrimoine bâti ou monumental. Il faudrait y incorporer des éléments du patrimoine plus difficiles à saisir car plus difficilement repérables et qui sont de l’ordre du patrimoine intangible.

Carte n° 1 : Addis-Abeba, Région-Capitale nationale

Difficulté de reconnaissance pour le patrimoine immatériel

10Certaines formes d’expressions spatiales et/ou sociales sont porteuses d’un sens qui tourne autour de la démonstration de valeurs et de leur transmission. On peut alors dire qu’elles apparaissent comme des mobilisations patrimoniales. C’est le cas de certaines formes de manifestations religieuses qui se déploient à des moments précis dans l’espace urbain. C’est aussi la référence à une mixité sociale et fonctionnelle, type particulier d’organisation géographique qui a accompagné le développement urbain d’Addis-Abeba et qui est un des modes d’organisation urbaine défendu par certains acteurs comme modèle urbain lié à l’identité de la ville et de ses habitants.

  • 1 Patriarche de l’Église orthodoxe éthiopienne.

11Les temps forts des démonstrations religieuses correspondent aux grandes fêtes orthodoxes et musulmanes. À ce moment, certains itinéraires, espaces et lieux sont investis par la foule. S’y mêlent ceux qui sont venus pour exprimer leur foi, mais aussi ceux qui profitent de ces rassemblements pour proposer différents services notamment autour de petites activités commerciales. Ce sont en fait, au-delà des manifestations de ferveur religieuse, de grands moments d’appropriation de l’espace urbain sur certains parcours et endroits symboliques de la ville et des moments privilégiés de communion sociale qui parfois peuvent se transformer en affrontement lors de tensions. Effectivement, ces manifestations se déroulent parfois dans un climat de contestation. Elles sont alors fortement encadrées par le pouvoir en place et prennent à cet instant un sens supplémentaire qui est celui de la revendication (contestation de la légitimité de l’abouna1 en place au printemps 2003 par exemple). Les types de patrimoine culturel définis à l’occasion des fêtes sont non seulement des édifices religieux tels que les églises et mosquées, mais aussi des lieux et espaces symboliques qui servent à l’accomplissement de rituels : points d’eau pour le repos et l’aspersion des tables saintes lors de l’épiphanie, grand feu à Masquai Square pour célébrer le souvenir de la découverte de la Sainte Croix. C’est aussi la sélection d’espaces assez vastes pour recevoir une foule conséquente qui peut se rassembler pour entendre les discours de ses représentants : Yabouna prêche à Janmeda ou à Masquai Square vers où affluent les croyants orthodoxes et le Grand Imam s’exprime au stade principal de la ville, lieu de rassemblement des musulmans.

12L’attachement à la mixité sociospatiale, exprimée à la fois par des politiques et une partie de la société à travers certaines revendications peut être interprété comme un attachement qui est de l’ordre patrimonial, dans le sens où il renvoie à l’affirmation d’une identité et à une valeur urbaine spécifiques que l’on trouve dans certains espaces de la ville et qu’il est jugé important, au moins par certains, de transmettre. Effectivement, le mode d’organisation originel de la ville s’est construit de manière tout à fait particulière autour de säffärs qui étaient des campements militaires (Bahru Zewde, 1987). La ville d’Addis-Abeba, fondée par Menelik en 1886, était conçue au départ comme une garnison, point de lancement d’expéditions militaires vers le sud de l’Éthiopie. L’empereur avait donc distribué à ses généraux des terres autour de son palais (le Guebi). Chacun d’entre eux y avait édifié sa propre résidence, le plus souvent une superbe maison de maître dont certaines sont encore repérables dans le tissu urbain actuel. Autour d’elles, s’était développé un fouillis de cases correspondant au logement des troupes, des artisans, des serviteurs et des esclaves qui suivaient la cour. Cela a donné à Addis-Abeba sa polynucléarité de base et une étonnante mixité sociale, repérable aussi dans le tissu urbain, au niveau de chaque sàffàr. La mixité urbaine a également pris d’autres formes dans des espaces urbains nés plus tard lors de l’occupation italienne (1936-1940), par exemple dans les quartiers du Mercato, de Casa Inces ou de Piazza (carte 2). Le Mercato, conçu par les Italiens pour être le quartier indigène, a finalement forgé son identité sur une mixité sociale et fonctionnelle lui donnant une forte identité. Le patrimoine s’y élabore par l’affirmation d’un territoire construit autour d’une ambiance fortement liée à la composition originale entre activités et habitat et au mélange extraordinaire de populations qui s’y effectue. Cette originalité a été clairement énoncée comme identitaire par certains acteurs au travers de discussions lors des orientations d’aménagement urbain et du positionnement de promoteurs immobiliers dans un quartier fortement convoité, notamment pour sa centralité.

Carte n° 2 : Localisation des différents lieux et quartiers cités

AU RISQUE ET AU BONHEUR DU PATRIMOINE HABITÉ

13Le patrimoine addissien est habité, qu’il corresponde à du patrimoine bâti dans la forme classique de sélection autour d’un édifice ou qu’il soit élargi aux espaces environnants et à d’autres signes ou objets tels qu’un type d’organisation, des lieux ou itinéraires en référence à un patrimoine mental. Il sert de support pour le logement ou/et des activités, dans une situation qui est souvent celle de surdensités ; il l’est ensuite par des démonstrations sociales de façon plus ponctuelle dans son expression visible et par « l’esprit des lieux » à d’autres moments de l’année. Il donne sens à l’espace urbain par des repères de mémoire et des signes référant aux valeurs des constructions sociales.

Un patrimoine au risque de la surdensification

  • 2 Sur la période 1995-2000, diverses projections ont été réalisées. Le scénario avec une forte crois (...)
  • 3 1 birr = 0,12 euro.
  • 4 Le seuil de solvabilité est un revenu de 400 birrs par mois.

14La pensée sur le patrimoine s’inscrit dans un contexte de croissance démographique de la capitale de l’ordre de 3 % par an2 et d’une pénurie aiguë de logements (déficit évalué à 250 000 logements par le nouveau maire). Créer de l’habitat est d’ailleurs énoncé comme un enjeu majeur par la nouvelle équipe municipale mise en place au cours de l’année 2003. Elle l’est aussi dans un contexte d’extrême difficulté d’accès à la richesse, aux richesses créées par l’espace urbain (40 % de chômage). 60 % de la population urbaine gagne moins de 400 birrs3 par mois. Ainsi, c’est un processus de saturation et de suroccupation de la plupart des logements existants qui est en cours. Il en résulte une taudification de l’espace central où sont situés les espaces de plus forte concentration patrimoniale et aussi de plus fortes densités d’occupation. Les densités du Mercato varient de 540 à 900 h/ha pour un bâti principalement d’un seul niveau ; celles de Casa Inces sont de l’ordre de 250 h/ha et celles de Piazza oscillent selon les îlots entre 80 et 540 h/ha. Beaucoup des bâtiments classés sont en très mauvais état. Il est estimé que 65 % des bâtiments existants n’ont bénéficié d’aucune mesure de conservation depuis un quart de siècle (Abebe Zeluel, 2001). Les nationalisations de 1975 n’ont pas permis un entretien correct de toute une partie des logements, notamment ceux qui sont alors passés sous le contrôle des qäbälés, associations locales constituant le maillage administratif de base mis en place par le DERG et permettant de garantir de très faibles loyers à toute une partie de la population. 37 % des logements actuels d’Addis Abeba sont gérés par ces qàbàlés. Il s’agit de locations dont les loyers sont dans une fourchette entre 1 et 100 birrs. Avantage certain pour ceux qui profitent de ces locations à faible coût, désavantage pour l’État qui n’en tire aucun bénéfice et ne peut guère prévoir, dans la situation actuelle de pauvreté, d’engager les dépenses d’entretien pour son parc de logement. Les locataires ayant eux mêmes de très faibles capacités financières n’investissent pas davantage. Cela se traduit par une dégradation accélérée, particulièrement de l’habitat ancien. La difficulté d’entretien et de réhabilitation est alors évidente. Penser la sauvegarde du patrimoine doit, plus que jamais, intégrer à la réflexion la question de l’aide aux financements pour une population qui s’avère en grande partie non solvable4 et ne répondra pas aux sollicitations si les projets entraînent des dépenses accrues. Le phénomène est d’ampleur puisque, selon les chiffres fournis par la Banque mondiale, 65 % des habitants d’Addis-Abeba vivraient sous le seuil de pauvreté.

Photo 1 : Maison de M. Minas Karbegian à Piazza Cliché Anne Ouallet, 2002

  • 5 Fiche 15.3 Tarja Laine.
  • 6 Torchis.

15La mise en patrimoine devra-t-elle s’accommoder d’évictions, d’exclusions ? La réhabilitation patrimoniale de maisons de maître par exemple, actuellement suroccupées devra-t-elle signifier l’expulsion du centre des populations non solvables ? Il n’est pas rare de voir plusieurs familles occuper ces anciennes résidences de dignitaires dans des conditions d’entassement, d’hygiène et de sécurité très difficiles. La maison de M. Minas Karbegian (photo 1), construite à la Piazza sur quatre étages et demi nous montre un exemple de ces densités d’occupation par mélange des fonctions et surdensité de résidents. Elle a été construite sous Ménélik II par un ingénieur grec, en pierre pour les deux premiers étages et en bois et briques pour le reste. Elle était déjà signalée comme étant dans un état très dégradé à la fin des années 1980 (Tarja Laine, 1989). Elle abrite actuellement onze familles sur les deux derniers étages et accueille un tejbet (bar) et une salle de sport au rez-de-chaussée (Hallier G., 2003). À Casa Inces, la résidence de Buzenesh H. Michael5 (photo 2) est actuellement occupée par une école avec toutes les dégradations et dangers que cela suppose. Le bâtiment, de facture architecturale remarquable est édifié en bois, tcheqa6 et ciment de plâtre et se trouve actuellement dans un très mauvais état. Certains bâtiments datant de l’occupation italienne ont, eux, plutôt été réinvestis par des ministères et sont dans ce cas en bien meilleur état : ministère du Travail et des Affaires sociales, ministère de l’Agriculture.

Photo 2 : Résidence de Buzenesh H. Michael. Cliché ORAAMP, 2002

  • 7 Par la suite nous présenterons les résultats partiels d’une enquête auprès d’un échantillon d’habi (...)

16Au Mercato, les quelques bâtiments de composition architecturale intéressante (photo 3) disparaissent littéralement sous l’assaut des activités informelles et par l’appropriation de l’étage par des familles. Ici, cette effervescence qui caractérise l’occupation de l’espace fait d’ailleurs partie de l’ambiance spécifique de ce quartier, au nom quasi mythique non seulement à Addis-Abeba mais aussi pour l’Éthiopie entière. Mais est-ce ainsi que les habitants des résidences classées et surtout des quartiers centraux d’Addis-Abeba expriment leur discours patrimonial7 ?

Habiter les quartiers denses : un patrimoine en risque

17Une enquête auprès d’un échantillon d’habitants des quartiers Mercato et Piazza a été menée en 2002. Dans cette enquête, les questions sont organisées en échelle spatiale et concernent les niveaux de la ville, du quartier et du logement. Aux questions de l’identification des lieux pouvant prétendre au statut de patrimoine dans la ville, les réponses ont été assez classiques en désignant les lieux classés et médiatisés. Ainsi sont généralement cités des édifices religieux, puis des palais et des monuments.

Photo 3 : Façade montrant des arcades italiennes au Mercato. Cliché Dominique Couret, 2002

18Le patrimoine au niveau du quartier n’est pas identifié. Ceci témoigne d’une appropriation mentale des espaces qui le plus souvent ne s’éloigne pas des lieux de sociabilité. Il est ainsi intéressant de noter qu’un habitant du secteur de la Piazza n’identifie pas les demeures anciennes, l’église Saint-Georges ou la statue équestre de Ménélik II comme faisant partie du patrimoine bâti de son quartier mais comme appartenant à la ville. Une deuxième lecture fait aussi ressortir, malgré le discours ambiant du manque de sensibilisation des citadins, combien le discours officiel sur la notion du patrimoine est en fait acquis. Les questions indirectes concernant le patrimoine au niveau du logement recueillent des réponses plus personnalisées, les citadins considèrent que le patrimoine devient à cette échelle un bien plus individualisé et accordent à la propriété d’un logement ce statut. Ils sont ainsi nombreux à définir le patrimoine dans son sens de transmissibilité. C’est cette question de la rupture de la chaîne de transmission évoquée dans les parties du questionnaire non dévolues au patrimoine qui est porteuse d’un discours plus endogène pour les citadins.

19En effet, une majorité des enquêtes habitent dans les quartiers denses de Mercato et Piazza, ils ont donc un discours ambivalent quant à leur attachement à leur lieu d’habitation. Il s’agit souvent de logements construits en matériaux de qualité médiocre, mal entretenus, très mal équipés et gérés par les qàbàlés. Les logements sont souvent étroits et abritent des familles nombreuses voire plusieurs familles. Leur rareté et la forte hausse du prix des loyers dans le secteur privé fait que beaucoup choisissent d’y demeurer en effectuant un rapport qualité/prix qui rend ces logements malgré tout plus attractifs. Un dernier point est leur localisation très centrale permettant à une population vivant de petits métiers d’habiter à proximité des lieux potentiels d’emplois.

Tableau 1 : Quelques choix patrimoniaux des habitants de Mercato et de Piazza ( %)

Tableau 1 : Quelques choix patrimoniaux des habitants de Mercato et de Piazza ( %)

20Le tableau fait ressortir deux tendances qui semblent à première vue contradictoires. La plupart des réponses montre ainsi qu’il est plus confortable de vivre en périphérie que dans le centre ville où sont localisés les secteurs de Piazza et de Mercato, 74 % des enquêtés s’accordent sur ce point. Mais lorsqu’il s’agit de leur résidence, les réponses sont plus nuancées ; s’il existe encore une majorité pour souhaiter vivre ailleurs, on note un tassement qui va de 72 % à 56 % pour Piazza et de 72 % à 64 % pour Mercato. Les dernières données du tableau soulignent combien le discours officiel est bien assimilé car malgré une tendance à vouloir s’installer en périphérie dans un pavillonnaire forcément moderne, les citadins affirment préférer les constructions historiques.

21Une lecture plus attentive permet de déceler alors un premier discours affiché et proche de l’officiel et un second plus allusif et qui s’attache à ce qui est important pour les citadins. C’est donc à ce discours de ce « qui est important » qu’il faudra s’adresser pour déceler une appréhension patrimoniale propre. Ceci est déclaré dans les discours sur la définition du patrimoine que les réponses désignent comme étant un bien, non pas commun, mais bien individuel et transmissible. Il est donc intéressant de noter la part des réponses faites entre le patrimoine urbain bien commun et officiellement désigné et « l’important » défini assez spontanément comme un patrimoine individuel et transmissible. Le logement vient ainsi en tête de ce que doit être le patrimoine individuel. Cette émergence du logement au statut de patrimoine nous indique a fortiori que ce qui importe n’est pas tant la localisation mais bien la propriété ou plus précisément la sécurité dans la pérennité de l’endroit où l’on peut être. Aller en périphérie est donc tout à la fois synonyme d’un lieu de résidence plus moderne et plus confortable, et symbole de l’accès à la propriété du patrimoine individuel mais beaucoup trop cher pour la plupart. Ainsi, autour de 40 % des enquêtes préfèrent demeurer dans leur résidence actuelle, malgré la contradiction d’un manque de confort évident, plutôt que de rêver à un patrimoine inaccessible : le pavillon en périphérie. Ces 40 % de projets individuels se juxtaposent donc pour faire émerger un discours commun soutenu par la crainte maintes fois évoquée dans les réponses des déplacements qui pourraient frapper les quartiers denses du centre. Ainsi aux questions de savoir si les enquêtés connaissent des projets concernant leur quartier, une majorité de réponses soulignent leur déplacement éventuel. Les expressions sont souvent formulées de façon prudente, « c’est bien si on est mieux logé ailleurs, ici au fond ce n’est pas bien confortable », mais en même temps un grand nombre de solutions d’améliorations sur place sont énumérées montrant à l’évidence une crainte profonde de la perte du patrimoine commun d’habiter ce quartier. En définitif, il est intéressant de voir comment on peut scinder le patrimoine entre conception individuelle et commune, le premier est plus riche en enseignements car il sort des sentiers battus du discours officiel. La juxtaposition de ces désignations individuelles dessine alors un patrimoine commun qui est la nécessité d’habiter un lieu économiquement, spatialement et socialement accessible.

22Dans une ville où le logement est rare et cher, son élection au statut de patrimoine n’a rien de très surprenant. Il est par contre plus étonnant de voir combien les choix des citadins sont raisonnés selon les échelles d’appellation du patrimoine. Un discours officiel pour la ville, une vision de socialisation pour le quartier où ce patrimoine officiel est souvent inexistant, et un patrimoine individualisé riche en enseignement lorsque lu à la lueur du risque plus ou moins avéré de sa perte.

Appropriation des lieux : un patrimoine mental

23Ainsi, le patrimoine est constitué de bien d’autres choses que la seule qualité architecturale, historique ou esthétique. Il n’a de sens que resitué dans ses contextes spatial et social et peut concerner des ensembles géographiques plus ou moins vastes, eux aussi pleinement habités. Il est le plus souvent approprié par des acteurs de la ville et peut se confondre avec une ambiance, une atmosphère particulière et parfois temporellement très rythmée. D semble nécessaire de le présenter dans toutes les dimensions de ses utilisations.

24Le patrimoine est, au-delà du lieu, un ensemble de fonctions. Les usagers du Mercato (habitants, actifs, clients) sont conscients de la spécificité du quartier : quartier ambivalent, à la fois dangereux et salvateur, espace de grande pauvreté et de richesses, multifonctionnel et permettant le brassage de populations d’origines sociales très différentes, porte ouverte vers les autres régions d’Éthiopie, lieu de débarquement des gens et des marchandises en provenance de tout le pays. Un certain nombre d’entre ces usagers s’est mobilisé pour préserver l’image du quartier, tout en le valorisant par une série d’actions ponctuelles. Des initiatives citoyennes ont été prises : sécurité renforcée par des associations de commerçants (plus d’une vingtaine), balayage, embellissement par la création de jardins et la plantation d’arbres (Couret D., Tamru B., 2002). Ils sont finalement devenus des partenaires obligés de discussion dans les négociations avec les autorités et les promoteurs. C’est ici toute l’ambiance et les symboles d’un quartier qui sont défendus. On retrouve également à travers la ville d’autres espaces de forte identité, mais qui s’animent à des rythmes imposés par les calendriers religieux ou politiques. Les fêtes sont les moments forts de la démonstration de ce patrimoine.

25Lors de ce type d’événements, c’est le déploiement d’une sorte de microcosme social qui prend possession de l’espace public, bloquant toute circulation habituelle. La rue et les espaces symboliques sont envahis par une foule débordante : familles, croyants, riches et pauvres, donateurs et mendiants, vendeurs, acheteurs et voleurs... Expressions de la foi, activités professionnelles, actes de redistribution des richesses, échanges sociaux s’y entremêlent. Ces mouvements donnent une mémoire et une valeur certaines à ces espaces de célébration qui prennent alors un caractère incontournable et intègrent à ce moment une dimension patrimoniale forte. L’environnement naturel et le bien être social se rejoignent lors de l’expression de certaines de ces manifestations sociales. La présence de terrains vides et ouverts, ainsi que la proximité d’étendues d’eau ou de sources sont, comme nous l’avons déjà signalé, considérés comme un avantage pour la célébration de la fête de l’épiphanie (Timket) lors de laquelle les tabots (tables saintes) vont passer une nuit auprès de l’eau. Si la place de Janmeda, par les vastes espaces qu’elle offre est considérée comme un espace privilégié des rassemblements de la cérémonie de Timket (photo 4), cela n’empêche pas d’autres espaces de la ville d’être également investis par la foule.

26L’importance des espaces de célébration dans la définition du patrimoine est emblématique de la quête de reconnaissance qui anime les habitants non seulement dans l’espace urbain mais aussi dans la dimension sociale. Les valorisations proposées par les différents acteurs de la ville d’Addis-Abeba, à travers leurs diverses expressions participent aux dynamiques urbaines et sont autant de suggestions à prendre en compte dans le cadre d’une gestion urbaine qui fait place aux citoyens.

Photo 4 : Célébration de Timket avec sortie des tables saintes à Janmeda Cliché Anne Ouallet, 2003

DIVERSITÉ ET ACCESSIBILITÉ AUX RICHESSES URBAINES : LES ENJEUX DU PATRIMOINE

27Si la spécificité de chaque espace (quartier, itinéraire) permet de mettre en valeur des patrimoines différents, la prise en compte ou non des dimensions patrimoniales, au-delà des identités locales, renvoie au modèle de ville qui est choisi.

Conserver la diversité

28Les patrimoines addissiens sont diversement habités. Le quartier de la Piazza, l’ancien noyau de la ville, est le seul à présenter une grande concentration de bâtis à qualité architecturale et historique et les différents éléments de la trilogie liée à l’origine de la ville : lieu de pouvoir, lieu d’échanges, lieu consacré à la religion. Ces éléments ont changé mais symboliquement peuvent être le ciment de l’image d’un quartier qui est un des centres d’Addis-Abeba. À la Piazza, le lieu de pouvoir est représenté par le monument de la municipalité, le commerce par toutes les activités qui se développent notamment le long de la « Golden Street » et la religion par l’église Saint-Georges qui est une des plus vieilles d’Addis-Abeba. Le quartier garde aussi de superbes édifices de l’époque Ménélik II et un patrimoine architectural datant de l’occupation italienne. Il porte symboliquement une grande partie de l’urbanité d’Addis-Abeba à travers ses racines et ses fonctions.

29Le Mercato et Casa Inces sont postérieurs et tous les deux issus de l’aménagement d’Addis-Abeba sous l’occupation italienne, mais ont chacun pris une identité particulière.

30Casa Inces a été conçu à l’époque italienne pour servir de lieu de résidence à la classe aisée des colons. Plusieurs groupes d’immeubles italiens spacieux y ont été ainsi érigés. Ces édifices ont souvent été récupérés à la libération d’Addis-Abeba en 1941 par les ministères. De par sa réputation de centre tertiaire haut de gamme (ministères et représentations internationales) et sa trame spacieuse, Casa Inces est devenu un quartier actif de résidence, de services, d’organisations internationales, d’hôtels luxueux et de détentes nocturnes. Les aménageurs de la ville souhaitent donc le transformer en un Center Business District, fleuron du projet de centre ville moderne de la capitale. En face, le devenir de ses petites constructions italiennes et l’avenir de ses activités modestes pèsent peu. L’épisode récent de la construction du Sheraton l’avait parfaitement montré. À cette occasion, les déplacés pauvres ont bénéficié de nouveaux logements, mais en terme d’amélioration de la qualité de vie, ces relogements se sont révélés peu efficaces (Abebe Zeluel, 2001).

31Cependant, la question patrimoniale semble moins conflictuelle à Casa Inces qu’au Mercato car les enjeux sociaux y sont moins graves, les populations menacées d’éviction moins nombreuses.

32Le Mercato est, lui, d’un profil différent. Créé au début de l’occupation italienne pour la population indigène avec une trame spatiale très serrée, il est finalement devenu un espace de mixité fonctionnelle, sociale et religieuse tout à fait particulière, cœur battant populaire d’Addis-Abeba (photo 5). Il est actuellement un espace de convoitise exacerbé et l’émergence de cet espace en tant que patrimoine est fortement liée à la montée de divergences d’intérêts entre les différents groupes sociaux. Les conflits y sont suscités par les projets de rénovation du quartier. Le projet de l’investisseur malaisien (Orlando and Alfa) affirme participer d’une nouvelle approche avec intégration des anciennes fonctions, résidentielles notamment, dans les nouvelles aires à développer. Dans cette optique de renouvellement urbain intégré, le relogement serait proposé sur place. Mais, il convient de rester prudent ne serait-ce que suite à l’expérience « Sheraton ».

Photo 5 : Mercato, cœur battant populaire d’Addis-Abeba
Cliché Dominique Couret, 2002

Accéder aux richesses urbaines

33Le patrimoine, en tant que construit social, sert en fait au positionnement des acteurs de la ville dans la compétition urbaine. En inscrivant leurs marques identitaires, les habitants ou utilisateurs se placent sur la scène urbaine et inscrivent leur capacité, voire leur nécessité à utiliser l’espace et les potentielles richesses qu’il porte ou crée. Les sélections et expressions patrimoniales sont à la fois emblématiques et révélatrices de choix d’utilisation de l’espace et, en ce sens, le patrimoine est révélateur d’enjeux liés aux dynamiques urbaines. Rarement bien commun reconnu de tous, le patrimoine dans la sélection qui en est faite est souvent porteur de discussions, de désaccords, voire de conflits. Les lieux ou espaces convoités de la ville, sont ceux où il s’affirme le plus clairement, soit à travers les inscriptions officielles sur des listes inventaires et dans les Local Development Plan (LDP), soit par des manifestations particulières : prise de parole publique, investissements d’espaces, nettoyage, embellissements.

34Pour Addis-Abeba, au niveau officiel, les projets d’aménagement sont conçus comme devant être des projets prioritaires de développement local. Les LDP (ORAAMP, 2002) ont été mis en place en 1999-2000, notamment autour des projets pilotes du Mercato et de la Piazza. Ils ont été portés par des groupes de réflexion, force de proposition impliquant des acteurs aussi divers que les représentants de la Municipalité (Culture and Information Bureau, Works and Urban development Bureau), du Gouvernement fédéral et de ses représentations régionales (Trade, Industry and Tourism Bureau), des représentants d’associations (Heritage Trust, plus récemment associations de quartier et associations professionnelles). Les acteurs institutionnels ont intégré le patrimoine comme une des dimensions de leur réflexion. Le projet de développement local, sur la Piazza et sur Casa Inces par exemple, a essayé de sensibiliser à la question du patrimoine et affirme vouloir y impliquer les investisseurs (ORAAMP, 2002). Mais l’engouement reste très modéré dans un contexte qui est pour l’instant celui du tâtonnement et à un moment où les gros investisseurs immobiliers d’Addis-Abeba restent peu sensibles à la question patrimoniale qui gêne plutôt leurs projets.

CONCLUSION

35Le patrimoine est toujours en création, en renouvellement. Conçu comme évolutif et constitutif de la création urbaine, il est nécessairement un patrimoine métissé car construit à partir de différentes utilisations urbaines. Addis-Abeba nous montre par exemple comment le Mercato, imaginé par une puissance extérieure comme « l’espace indigène », s’est inventé une propre identité autour de nouvelles mixités qui sont celles de la mixité sociale, des fonctions et de la bipolarité religieuse. La prise en compte du contexte patrimonial doit aider à la promotion d’une image de ville qui corresponde aux nécessités locales à travers le respect des demandes sociales, des activités et des expressions des sociétés urbaines. C’est non seulement le type de bâti, de construction et l’agencement de l’espace intra domestique qui sont concernés par la question patrimoniale, mais aussi l’articulation, l’agencement et la composition d’espaces entre eux. Interroger les divers discours de l’officiel à celui de l’habitant ordinaire permet de déceler des appréhensions et des expressions patrimoniales sur ce qui est important à conserver et à transmettre. Le risque de perdre « cet important » est alors une mise en lumière d’un discours patrimonial autrement trop évanescent pour être clairement cerné. L’affichage du « patrimoine individuel » n’est donc point, comme le montrent les discours des habitants des quartiers d’Addis-Abeba, un manque de sensibilisation au patrimoine officiel mais une mise en lumière des échelles de valeur socio-spatiales.

36Le tout est le résultat de dynamiques sociales. L’évolution des activités, des besoins, des intérêts et du poids des acteurs sur la scène urbaine replace la question patrimoniale au cœur d’enjeux qui finalement ont pour nom à Addis-Abeba l’accès au logement, l’accès au travail et l’accès à la centralité.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Abebe Z., 2001, Urban Renewal in Addis-Ababa, A Case of Sheraton Addis and Kasanchis Projects, Urban Mangement Masters Program, ECSC, Addis- Ababa, Ethiopia.

Addis Ababa City Administration, 1990, Historic Buildings of Addis-Ababa, preservation in town planning, Addis-Ababa.

Addis-Ababa City Administration, Regional Conservation Strategy Secretariat, Environmental Protection Bureau, 1997, Addis-Ababa City Government regional Conservation Strategy : the resource base, its utilisation and identification of major issues and constraints, vol. 1.

Addis Ababa City Administration, Environmental Protection Bureau, The conservation strategy of Ethiopia project, 1999, Proceedings of the Conference on the Addis Ababa City Administration Conservation Strategy.

Asmeret G. H., 2002, The perception of Addis Ababa people about the urban heritages of the City, Addis Ababa University Department of Sociology and Social Administration.

Bahru Z., 1987, « Early Safars of Addis-Ababa : Patterns of Evolution », in Proceedings of the international Symposium on the Centenary of Addis-Ababa, 24 et 25 novembre 1986, ed. Ahmed Zekaria, Bahru Zewde, Taddese Beyene, Addis-Ababa.

Tamru B., Couret D., 2002, « Addis-Abeba 2001, des images, des jeunes et des jardins », in Autrepart, n° 24, p. 89-105.

Hallier G., 2003, Lieux et objets enjeux du patrimoine dans le quartier de la Piazza, Addis-Abeba, mémoire de maîtrise, Université de Rennes 2.

ORAAMP (Office for the Revision of Addis Abeba Master Plan), 2002, The Merkato Local Development Plan.

ORAAMP, 2002, Piassa Local Development Plan.

ORAAMP, 2002, Casa Inches Local Development Plan.

TAMRU, 1999, Rapport de mission à Addis-Abeba.

Tarja Laine, 1989, Historical Buildings of Addis-Ababa, fiches descriptives et photos, document non publié.

Notes

1 Patriarche de l’Église orthodoxe éthiopienne.

2 Sur la période 1995-2000, diverses projections ont été réalisées. Le scénario avec une forte croissance donne 3,1 % par an. Le scénario d’une plus faible croissance avance les taux de 2,9 % par an.

3 1 birr = 0,12 euro.

4 Le seuil de solvabilité est un revenu de 400 birrs par mois.

5 Fiche 15.3 Tarja Laine.

6 Torchis.

7 Par la suite nous présenterons les résultats partiels d’une enquête auprès d’un échantillon d’habitants de Mercato et de Piazza, l’ancien Arada ou noyau de la capitale, pour tenter d’en cerner les contours.

Table des illustrations

Légende Carte n° 1 : Addis-Abeba, Région-Capitale nationale
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/2251/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Carte n° 2 : Localisation des différents lieux et quartiers cités
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/2251/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Photo 1 : Maison de M. Minas Karbegian à Piazza Cliché Anne Ouallet, 2002
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/2251/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 763k
Légende Photo 2 : Résidence de Buzenesh H. Michael. Cliché ORAAMP, 2002
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/2251/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 993k
Légende Photo 3 : Façade montrant des arcades italiennes au Mercato. Cliché Dominique Couret, 2002
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/2251/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 687k
Titre Tableau 1 : Quelques choix patrimoniaux des habitants de Mercato et de Piazza ( %)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/2251/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Légende Photo 4 : Célébration de Timket avec sortie des tables saintes à Janmeda Cliché Anne Ouallet, 2003
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/2251/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 871k
Légende Photo 5 : Mercato, cœur battant populaire d’Addis-Abeba Cliché Dominique Couret, 2002
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/2251/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 782k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540