Version classiqueVersion mobile

La naissance de Force ouvrière

 | 
Michel Dreyfus
, 
Gérard Gautron
, 
Jean-Louis Robert

Troisième partie. La scission

1921 en 1947. Le regard des partisans de force ouvrière sur la scission de 1921 et l’unité de 1936

Jean-Louis Robert

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Robert Bothereau, Histoire du syndicalisme français, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1945.

1Le mouvement syndical français a attaché une importance notable à son histoire. Sans doute parce qu’il s’inscrivait dans un sentiment du mouvement de l’histoire, du progrès social et que le passé, le présent et l’avenir s’articulaient profondément même si le présent occupe massivement l’activité syndicale. Certes, cette relation au passé a connu des variations suivant les syndicats, suivant les périodes. Il y a une histoire de la mémoire. Dans les années qui nous concernent, il apparaît que les syndicalistes Force ouvrière attachaient une très grande importance à l’histoire. Leur premier responsable, Robert Bothereau, n’écrit-il pas une histoire du syndicalisme parue dans la célèbre collection « Que sais-je ?1 ». La revue Force ouvrière rend abondamment compte des ouvrages de Dolléans, Paul Louis, Jean Montreuil et Maxime Leroy. Examiner cette dimension dans le discours des partisans de FO paraît ainsi essentiel à la compréhension des mentalités de ceux qui prennent le risque d’être considérés comme des diviseurs du mouvement syndical.

  • 2 Robert Bothereau, « Nécessaire mise au point », Force ouvrière, 24 avril 1947.

2Il ne s’agit pas pour moi, ici, d’étudier toutefois l’ensemble du discours des partisans de FO à propos de l’histoire du syndicalisme depuis la première scission syndicale. Et la dimension essentielle de la période de la Seconde Guerre mondiale, qui renvoie à une mémoire immédiate et encore brûlante, devrait être étudiée. On le voit par exemple dans les accusations réciproques de collaboration (plus vives venant de la majorité des anciens unitaires) ou par le fait moins connu que la ligne de fracture entre majorité et minorité telle que nous en connaissons l’issue a été moins figée qu’on ne le croit actuellement, après soixante ans de scission. Ainsi, en avril 1947, Bothereau s’oppose à toute alliance avec le Front syndicaliste créé par certains syndicalistes qui avaient été proches de Vichy en employant des mots très durs : « Entre vous et nous, il y a tous les camarades qui ont perdu leur liberté ou sont tombés sous l’Occupation2. »

3Pour bien concevoir la portée d’une étude de la mémoire de 1921 en 1947, il faut surtout rappeler que les deux événements restent proches, seulement un quart de siècle les sépare. Pour les hommes de 1947, la scission de 1921 était beaucoup plus proche que la scission de 1947 ne l’est de nous. Beaucoup avaient vécu la première scission syndicale et en étaient marqués, en tout premier lieu Léon Jouhaux.

4Au bilan de notre dépouillement de Force ouvrière, il apparaît bien que le discours des partisans de Force ouvrière a évolué et qu’ils font un usage de l’histoire qui correspond à des contextes précis. Dans une première période qui dure jusqu’à septembre 1947, la scission de 1921 est plutôt présentée négativement, car il s’agit encore d’éviter la scission et de critiquer le processus engagé dans les Fédérations des postes et des chemins de fer. Puis la scission de 1921 est présentée, sinon positivement, du moins comme inévitable, profonde, voulue par les communistes. À cela s’associe un discours qui insiste sur le caractère très positif de la CGT de 1922 à 1935, période de temps fort du syndicalisme confédéré, alors que la réunification de 1936-1939 est moins favorablement notée.

La scission de 1921 : un mal pour le syndicalisme

  • 3 René Clerc, « Avant le congrès de l’Union Ouest », Force ouvrière, 8 mai 1947.

5En mai 1947, R. Clerc, faisant un historique du syndicalisme des cheminots, évoque les « événements tragiques3 » de 1921. Cette analyse des effets néfastes de la scission de 1921 domine le journal des groupes FO jusqu’au début de septembre. La scission est alors présentée comme un facteur d’affaiblissement du mouvement syndical :

  • 4 Noël Sinot, « Les masques sont tombés », Force ouvrière, 7 août 1947.

« Après la Première Guerre mondiale, le mouvement ouvrier français connut une crise qui l’amenuisa en le diminuant. Des hommes d’une même idéologie politique, visant aux mêmes buts avec des moyens différents, devinrent des frères ennemis, leur division eut pour première conséquence la scission syndicale qui nous fit tant de mal4. »

  • 5 Gérard Ouradou, « Pourquoi nous ne sommes pas d’accord », Force ouvrière, 28 août 1947.
  • 6 Ibid.
  • 7 Ibid.

6Les partisans de FO, qui souhaitent éviter la scission qui se déclenche chez les cheminots, rappellent les violences entre militants confédérés et unitaires : « Pense-t-on vraiment qu’on ne s’engueulera plus lorsque sera créée une autre fédération ? Aura-t-on la mémoire si courte qu’on ait oublié les batailles et les violences qui suivirent la scission de 19205 ? » En aucun cas les militants FO ne doivent prendre la responsabilité de « rouvrir l’ère des luttes fratricides dans lesquelles la classe ouvrière s’est épuisée jusqu’au 6 février 1934 qui est venu la rappeler à la réalité6 ». C’est d’ailleurs le seul patronat qui bénéficierait d’une scission qu’il ne faut pas « faire revivre à la grande joie de nos ennemis de classe7 ».

  • 8 Oreste Capocci, « Vive la Liberté ! », Force ouvrière, 27 février 1947.

7Nous pouvons noter que les textes de cette période mettent aussi en avant la proximité des ex-confédérés et des ex-unitaires, « frères ennemis », « d’une même idéologie »… Certes les critiques contre l’action des communistes dans les syndicats sont présentes, mais elles gardent un caractère modéré et reconnaissent aux anciens unitaires leur place dans la tradition syndicale française. Comme l’écrit Oreste Capocci : « Est-ce que nos camarades ouvriers du Parti communiste, qui ont sucé le lait du vieux syndicalisme français, qui sont d’authentiques révolutionnaires, n’ouvriront pas les yeux8 ? »

8Malgré les tensions, l’unité de 1936 est alors présentée comme positive. Robert Bothereau utilise la belle image du vieux couple pour l’évoquer, de retour d’un voyage aux Pays-Bas où il s’était félicité de la marche vers l’unité du syndicalisme hollandais :

  • 9 Robert Bothereau, « Au pays des tulipes », Force ouvrière, 27 février 1947.

« Les débats m’ont replongé dans une atmosphère déjà vécue il y a une bonne dizaine d’années, époque où nous discutions en France de la fusion entre la CGT et la CGTU. Tout y était : l’enthousiasme et les réticences, le désir et la crainte, le vœu de s’unir et la peur d’être dupe. Aussi sans doute le secret espoir d’être le maître dans le futur mariage. […] Nous avons connu cela, nous qui sommes […] des chevaux de retour de l’unité et qui avons aujourd’hui l’expérience des vieux couples ayant eu occasion et motifs de chicanes, voire à s’expédier quelque vaisselle à la figure9. »

9Cette idée de vivre ensemble ses désaccords a souvent été aussi exprimée par Léon Jouhaux.

  • 10 Oreste Capocci, « Premières réflexions », Force ouvrière, 1er mai 1947.

10La scission de 1939 est moins souvent évoquée par les anciens confédérés qui sont soumis sur cette question à une pression de la majorité communiste. Ainsi O. Capocci estime-t-il qu’il faut tirer un trait sur cette période en évoquant les accords du Perreux : « Le pacte du Perreux était net, on ne devait tenir compte que de la Résistance et ne plus parler de ce qui avait précédé10. » Mais un débat vif qui a lieu dans le Nord montre bien que les tensions de 1939 sont encore vives. Un militant FO est accusé d’avoir accepté en 1939 de reprendre la direction de l’Union locale de Valenciennes après l’arrestation des dirigeants ex-unitaires de l’Union. G. Beyaert défend ce militant en soulignant « qu’il a pris [cette position] sur les indications de la CGT de maintenir la vie des organisations syndicales. Ce qui le fait accuser huit ans après d’avoir fait arrêter des militants syndicalistes de tendance communiste de Valenciennes ». Beyaert se réfère lui aussi aux accords passés pendant l’Occupation :

  • 11 Georges Beyaert, « Qui compromet l’unité ouvrière ? », Force ouvrière, 13 mars 1947.

« Cette accusation pose également le problème des conditions dans lesquelles s’est reconstituée l’unité syndicale sous l’Occupation, car dans nos réunions clandestines où fut examinée la nouvelle fusion […] l’on ne nous a jamais demandé de renier la décision de la majorité du Bureau confédéral en 1939 qui désapprouvait le Pacte germano-soviétique11. »

11Ici nous sentons bien que la mémoire de la scission de 1921 ne peut se concevoir sans le poids des souvenirs et des tensions liées à la période de la Seconde Guerre mondiale et que le discours unitaire et hostile à cette scission qui domine jusqu’à la fin d’août 1947 est déjà perturbé par ces vifs conflits récents.

La scission de 1921, une scission profonde

12Lorsque le processus de la scission s’enclenche, les analyses de la scission de 1921 évoluent rapidement. Désormais la première scission syndicale est présentée comme la traduction d’une incompatibilité déjà profonde entre le syndicalisme indépendant et libre et le syndicalisme communiste. C’est la création de l’Internationale communiste, puis de la SFIC en 1920, qui constitue le facteur de la division.

13Noël Sinot rappelle que

  • 12 Noël Sinot, « Expliquons-nous, puis agissons », Force ouvrière, 8 janvier 1948.

« […] farouches partisans de la IIIe Internationale, les syndicalo-communistes français ont fait leur les 21 conditions qu’elle leur imposa à l’origine. […] C’est parce que l’une d’elles exigeait des communistes une propagande persévérante et systématique au sein des syndicats, ce qui leur était très difficile en 1920, que, minoritaires, ils créèrent à cette époque la scission en constituant la CGTU12. »

14Léon Chevalme, l’ancien responsable de la Fédération des métaux, va dans le même sens en écrivant que

  • 13 Léon Chevalme, « La renaissance de la Fédération des métaux », Force ouvrière, 8 janvier 1948.

« […] lorsque après le congrès de Lille en 1921, les CSR (Comités syndicalistes- révolutionnaires) inspirés déjà à l’époque par le Parti communiste constituaient la Fédération unitaire, la vieille Fédération de Merrheim et Lenoir continuait son action dans le maintien des principes qui furent toujours les siens depuis sa constitution en 190913. »

15L’imputation de la responsabilité de la scission de 1921 au Parti communiste est encore plus nette dans un article de Neumeyer qui vise à démonter le discours unitaire du PC en 1947-1948 :

  • 14 Pierre Neumeyer, « Indépendants nous sommes, indépendants nous restons », Force ouvrière , 15 janv (...)

« Jouhaux a plus que nous vécu la scission de 1920 et il en a aussi bien souffert. À l’époque le PC ne prônait pas que l’unité organique était indispensable ; il poussait même à la scission et croyait même qu’après s’être décanté et fortifié dans son isolement, il aurait plus d’efficacité agissant à l’extérieur du mouvement syndical et en ayant son propre mouvement14. »

  • 15 Robert Bothereau, « Le drame confédéral 1. Pour ou contre l’influence politique », Force ouvrière (...)
  • 16 Robert Bothereau, « Souvenirs », Force ouvrière, 8 janvier 1948.
  • 17 Léon Chevalme, « La renaissance de la Fédération des métaux », art. cit.
  • 18 Pierre Neumeyer, « Indépendants… », art. cit. Neumeyer évoque le plan, l’économie dirigée, la lutt (...)

16Dans de telles conditions la scission n’est pas si négative, elle permet de surmonter une crise, comme le souligne Bothereau : « Des deux crises aiguës du passé, la Confédération s’est tirée : en 1906 en se réfugiant sur le mont Aventin de la Charte d’Amiens, en 1921 par le départ des éléments les plus politisés15. » À partir de là s’impose l’image d’une CGT des années 1922 - 1935 qui a su se renforcer, qui a eu une action efficace, constructive tout en préservant les principes de la CGT d’avant 1914. Bothereau rappelle ainsi comment, en arrivant au Secrétariat confédéral, il avait trouvé une centrale forte, capable avec Georges Buisson de conquérir les Assurances sociales, conduisant une réflexion novatrice sur le Plan16. Chevalme estime qu’en 1935 la Fédération CGT des métaux « avait retrouvé son autorité » sur la « généralité » des métallos17. Neumeyer souligne à quel point la CGT s’était « réaffirmée » entre les deux guerres18.

  • 19 Pierre Monatte, Trois scissions syndicales, Paris, Éd. ouvrières, 1958.

17Notons que ces analyses n’étaient pas partagées par Pierre Monatte qui estimait que la scission de 1921 n’était pas venue des communistes mais de groupes anarchistes et qui refusait à la CGT de l’entre-deux-guerres la continuation de la CGT de la Charte d’Amiens car elle avait, selon lui, abandonné la dimension révolutionnaire de la Charte19.

  • 20 Noel Sinot, « Les masques… », art. cit.
  • 21 Léon Chevalme, « La renaissance… », art. cit.
  • 22 Robert Bothereau, « Le drame confédéral 2. La toile se tisse », Force ouvrière, 25 septembre 1947.
  • 23 Communiqué de la CGT-FO, « Travailleurs, venez tous à Force ouvrière », Force ouvrière, 22 janvier (...)

18La réunification de 1936-1939 est alors présentée par les partisans de Force ouvrière comme une période difficile, tendue, conflictuelle. De plus en plus souvent, les articles parus dans Force ouvrière dénoncent les tentatives de mainmise et de conquête des syndicats par les communistes en profitant de l’unité. Dès août 1947, Noël Sinot s’en prend à « la volonté farouche [de certains] de faire triompher leurs conceptions politiques » en 1936 comme en 194720. Léon Chevalme dénonce l’élimination des directions des syndicats des métaux par les nouveaux dirigeants communistes des syndicalistes ex-confédérés après l’unité de 193621. Plus grave peutêtre, l’unité, tant en 1936 qu’en 1945, a favorisé la politisation des syndicats comme le souligne Robert Bothereau : « L’unité syndicale aurait pu signifier l’étouffement du syndicalisme de parti. Elle aura, tout au contraire, permis son extension22. » Et plus profondément encore, les partisans de FO estiment que la période de la réunification montre l’impossible « unité morale » du syndicalisme. Ainsi l’unité de 1936 n’était pas « dans les coeurs », elle « n’était qu’un rapprochement, non pas une fusion totale23 ».

19Sur la scission de 1939, le ton se fait aussi plus offensif. Les ex-unitaires deviennent les premiers responsables de leur exclusion car ils n’ont fait que suivre les ordres de Moscou en refusant de désapprouver le Pacte germano-soviétique :

  • 24 Noël Sinot, « Expliquons-nous… », art. cit. Dans le même sens, L. Chevalme : « Les éléments commun (...)

« C’est en application de ces principes que nos syndicalo-communistes, qui avaient été belliqueux en 1938 au moment de Munich, devinrent des pacifistes intégraux dès la signature du Pacte germano-soviétique conclu contre notre pays et, en se refusant à le désapprouver, furent, et eux seuls, les auteurs de la scission de 193924. »

  • 25 L. Parsy, « Annoeulin – Démocratie syndicale », Force ouvrière, 30 octobre 1947.

20Au bilan, donc, l’unité actuelle est quelque peu artificielle et il y a un lien de 1921 à 1948 qui exprime une continuité des désaccords profonds entre ceux qui veulent une CGT indépendante, libre et constructive, et ceux qui acceptent un syndicalisme dominé par le Parti communiste et Moscou : « Cette scission qui se présente n’est-elle pas la conséquence de l’action menée par ceux-là même qui, en 1921, fondèrent le syndicat appelé “unitaire” contre notre vieux syndicat confédéré25 ? »

  • 26 Robert Bothereau, « Opération de décrochage », Force ouvrière, 20 novembre 1947.

21La continuité des désaccords est réaffirmée par Bothereau pour qui « ce n’est pas d’aujourd’hui, c’est depuis toujours que majoritaires […] et minoritaires […], représentés au CCN, se distinguent dans leurs appréciations doctrinales du syndicalisme26 ». L’unité ne peut alors être que fragile, et les époux ne peuvent guère continuer à vivre ensemble :

  • 27 P. Faucher, « Contre l’aveuglement », Force ouvrière, 21 janvier 1948.

« Je semblerais ignorer que l’unité syndicale a été refaite pendant la clandestinité. Je ne le sais que trop. […] Mais une unité qui a été brisée en 1920, qui est refaite en 1935, rebrisée en 1939, refaite pendant la clandestinité pour en arriver où nous en sommes, cela montre, à tout le moins, une sérieuse incompatibilité d’humeur ou encore que l’un des conjoints est trop infidèle27. »

22Et le conflit de 1947-1948 ne fait que retraduire l’opposition fondamentale entre la CGT et la CGTU :

  • 28 Communiqué de la CGT-FO, « Travailleurs… », cité.

23« Cette opposition avait ses raisons d’être. Elle tenait à des divergences de conception du rôle que doit remplir une organisation syndicale. La vieille CGT était restée fermement dans les meilleures traditions du syndicalisme français. La CGTU, elle, avait accepté de subir le rôle dirigeant d’un parti, le parti communiste, dont elle était devenue la filiale syndicale28. »

24Pour conclure, deux questions. L’histoire semble donner raison aux partisans de Force ouvrière dans leurs affirmations de la période qui suit l’été 1947. La scission entre la CGT et la CGT-FO s’est avérée longue, durable, profonde, et le syndicalisme français paraît davantage vivre au temps de la division qu’au temps de l’union organique. La question reste posée de savoir si aux origines de ce long temps de division depuis 1921 est la différenciation politique – liée à l’apparition du Parti communiste et à l’influence communiste sur les syndicats – qui remet en cause la notion d’indépendance du syndicalisme ou la différence de conception entre le syndicalisme constructeur tel que la CGT de la Grande Guerre et de l’entre-deux-guerres l’exprimait et un syndicalisme qui se voudrait plus radicalement opposé à la société.

25La deuxième question vient de la césure vive du discours de l’été 1947. Jusqu’en août, la scission de 1921 est présentée négativement, la réunification de 1936 positivement. Après, les partisans de FO tendent à écrire l’inverse. Il y a certes une explication conjoncturelle aisée. Tant que les partisans de FO ne veulent pas de la scission ils regrettent celle de 1921 ; quand ils s’orientent vers la scission, ils l’approuvent. Il y a alors un usage de l’histoire très fonctionnel et circonstanciel. Ce que beaucoup font… Mais il est sans doute plus important de noter que ce phénomène traduit aussi la coexistence d’une mémoire double, contradictoire chez les militants. Ainsi de la CGT de 1922-1934, on garde en 1947-1948, à la fois un souvenir heureux d’une période constructive et un souvenir négatif des effets de la scission. Ainsi de l’unité de 1936, on garde en 1947-1948, à la fois un souvenir de la joie de l’union, de la force de la grande CGT réunifiée et des douleurs liées aux rapports tendus avec les ex-unitaires. N’en serait-il pas de même en 2002 ?

Notes

1 Robert Bothereau, Histoire du syndicalisme français, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1945.

2 Robert Bothereau, « Nécessaire mise au point », Force ouvrière, 24 avril 1947.

3 René Clerc, « Avant le congrès de l’Union Ouest », Force ouvrière, 8 mai 1947.

4 Noël Sinot, « Les masques sont tombés », Force ouvrière, 7 août 1947.

5 Gérard Ouradou, « Pourquoi nous ne sommes pas d’accord », Force ouvrière, 28 août 1947.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 Oreste Capocci, « Vive la Liberté ! », Force ouvrière, 27 février 1947.

9 Robert Bothereau, « Au pays des tulipes », Force ouvrière, 27 février 1947.

10 Oreste Capocci, « Premières réflexions », Force ouvrière, 1er mai 1947.

11 Georges Beyaert, « Qui compromet l’unité ouvrière ? », Force ouvrière, 13 mars 1947.

12 Noël Sinot, « Expliquons-nous, puis agissons », Force ouvrière, 8 janvier 1948.

13 Léon Chevalme, « La renaissance de la Fédération des métaux », Force ouvrière, 8 janvier 1948.

14 Pierre Neumeyer, « Indépendants nous sommes, indépendants nous restons », Force ouvrière , 15 janvier 1948.

15 Robert Bothereau, « Le drame confédéral 1. Pour ou contre l’influence politique », Force ouvrière , 18 septembre 1947.

16 Robert Bothereau, « Souvenirs », Force ouvrière, 8 janvier 1948.

17 Léon Chevalme, « La renaissance de la Fédération des métaux », art. cit.

18 Pierre Neumeyer, « Indépendants… », art. cit. Neumeyer évoque le plan, l’économie dirigée, la lutte sur la rationalisation, les assurances, la défense laïque…

19 Pierre Monatte, Trois scissions syndicales, Paris, Éd. ouvrières, 1958.

20 Noel Sinot, « Les masques… », art. cit.

21 Léon Chevalme, « La renaissance… », art. cit.

22 Robert Bothereau, « Le drame confédéral 2. La toile se tisse », Force ouvrière, 25 septembre 1947.

23 Communiqué de la CGT-FO, « Travailleurs, venez tous à Force ouvrière », Force ouvrière, 22 janvier 1948.

24 Noël Sinot, « Expliquons-nous… », art. cit. Dans le même sens, L. Chevalme : « Les éléments communistes ne voulurent pas le [Pacte] désapprouver, ce furent la rupture et la dissolution de la Fédération » (« La renaissance… », art. cit.).

25 L. Parsy, « Annoeulin – Démocratie syndicale », Force ouvrière, 30 octobre 1947.

26 Robert Bothereau, « Opération de décrochage », Force ouvrière, 20 novembre 1947.

27 P. Faucher, « Contre l’aveuglement », Force ouvrière, 21 janvier 1948.

28 Communiqué de la CGT-FO, « Travailleurs… », cité.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search