Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La naissance de Force ouvrière

 | 
Michel Dreyfus
, 
Gérard Gautron
, 
Jean-Louis Robert

Troisième partie. La scission

Le poids des mots ou la scission et les débuts de la confédération FO vus par la CGT

Michel Pigenet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Tout, ou presque, semble avoir été dit et écrit sur la scission de 1947. Que ce soit pour le déplorer ou s’en féliciter, rares sont les protagonistes qui, tôt ou tard, ne finiront par admettre que le divorce était devenu inéluctable. Le constat ne souffre guère de discussion après que, de la base au sommet, les deux ailes de la CGT se furent affrontées sur le terrain, décisif et manichéen, des grèves de l’automne. Ponctué de violences dont certaines donnent lieu à mort d’hommes, le mouvement dresse un mur de haine entre les militants qui, au plus fort de l’action, se retrouvent face à face. Parfois physiques, les heurts procèdent aussi et surtout du verbe, matière première des analyses sophistiquées, mais encore des polémiques abruptes, des sentences et des injures définitives parce qu’irréparables. La question n’est pas mince au moment précis où se forgent, à travers expressions et formules, les représentations antagonistes d’un événement historique et de la Confédération en gestation. Si l’affaire concerne au premier chef les sympathisants de Force ouvrière, elle implique tout autant l’identité et la légitimité cégétistes, conditionnant la représentativité, la capacité d’intervention et d’influence, en bref l’avenir de la CGT amputée.

  • 1 Au risque de simplifier une réalité syndicale plus complexe, on qualifiera tour à tour les majorit (...)
  • 2 Télégramme n°5482 du 20 décembre 1947, cité par Annie Lacroix-Riz, « Autour d’Irving Brown : l’AFL (...)

2De fait, il s’agit d’examiner les réactions du courant majoritaire devant la scission et la constitution de la CGT-FO1. Convaincus de la portée d’une scission que l’ambassadeur des États-Unis élève au rang d’« événement le plus important qui se soit produit en France depuis la Libération2 », les ex-« unitaires » demeurés aux commandes de la principale centrale hexagonale entendent bien propager leurs thèses auprès du plus grand nombre de salariés. Si l’étude fine des attitudes de la « base », syndiquée ou non, reste à faire, notre propos vise, pour l’heure, à cerner le discours des cadres confédéraux intermédiaires.

  • 3 L’étalement de la période étudiée jusqu’au xxviie congrès de la CGT pourrait être réduit de moitié (...)

3Privilégier le point de vue « autorisé » de la CGT ne participe guère, au premier abord, de l’innovation historiographique. Il n’entre pas dans notre intention de bouleverser ce que chacun sait, en gros, des tenants et aboutissants de la fracture de 1947, de la guerre froide intersyndicale qui devait en résulter jusqu’à nos jours, ou presque. On ne contestera pas davantage l’extrême classicisme du « moment » retenu qui, de l’automne 1947 à l’automne 1948, voit le processus de scission, amorcé plus tôt, s’accélérer et se réaliser avant de figer pour longtemps le paysage syndical français3.

  • 4 « Entretien de Dominique Labbé avec Marcel Dufriche », Communisme, n° 45-46, 1996, p. 57.
  • 5 « Notes de l’entretien du Cam. I. V. Staline avec le secrétaire général du CC du Parti communiste (...)

4Ces choix soulèvent plusieurs objections en rapport avec le déficit d’informations et les biais susceptibles, sinon d’invalider, du moins de déséquilibrer l’analyse. Réels, les dangers de l’unilatéralisme appellent quelques précisions. Ainsi la sélection du seul foyer cégétiste de la violente polémique engagée conduit-elle, si l’on n’y prend pas garde, à placer le locuteur étudié dans le rôle ingrat d’agresseur et de procureur exclusif. L’approche ne dispense certes pas d’une évaluation historienne de l’exactitude des reproches et accusations portées, problématique dont on conviendra qu’elle dépasse les limites imparties à cet article. En conséquence, il sera seulement question, ici, d’examiner la manière dont les cégétistes parlent, « à chaud », à huis clos et en public, de la scission, de la représentation collective qui en résulte et qu’ils s’efforcent de faire partager. Si le discours des majoritaires n’est pas dépourvu d’effets, attendus ou non, s’il aide à saisir le climat et les modalités de la scission, il renseigne d’abord sur ceux qui l’énoncent. Nous reconnaissons volontiers, par ailleurs, le caractère incomplet d’une étude centrée sur l’expression syndicale quand son inspiration ramène à la stratégie et aux références du mouvement communiste avec lequel les acteurs majoritaires entretiennent des liens incontestables. Avant chaque désignation de dirigeant d’UD ou de Fédération majoritaire, une règle non écrite veut que l’on prenne conseil auprès de la section adéquate du Comité central du PCF. « Voilà pourquoi, note Marcel Dufriche, nous n’avions pas, à ma connaissance, de dossiers sur les cadres de la CGT : le parti s’en chargeait4. » Lors d’une rencontre avec Staline, Maurice Thorez ne craint pas, quant à lui, de présenter comme « un grand succès du PCF » l’adoption d’une résolution contre le plan Marshall par la majorité du CCN de la CGT5. Au reste, plusieurs documents d’origine confédérale confirment l’étroitesse des liens établis entre responsables cégétistes et communistes.

5Souligner cela n’implique pas pour autant qu’il soit de bonne méthode d’ignorer l’autonomie de la sphère syndicale dont rend compte sa double spécificité organisationnelle et tactique, gage et difficulté à la fois, de l’influence communiste sur le salariat en général et la classe ouvrière en particulier. Avec le risque de décalages, de malentendus et d’incompréhensions.

Gagner la bataille de la scission. Les initiatives confédérales

Retour sur la situation au sommet de la CGT

  • 6 Marcel Dufriche y insiste. « Entretien… », art. cit., p. 58.
  • 7 Il sable le champagne à la mort de Blum rendu responsable de la scission. Cf. J. Girault, Benoît F (...)

6Sanctionnée par le congrès de 1946, la domination « unitaire » ménage les apparences au sommet de la CGT où la dyarchie statutaire se double d’une sur représentation de la minorité au Bureau confédéral. En son sein, l’unanimité prévaut longtemps, sourde à l’écho des querelles qui sévissent aux échelons inférieurs. Dès le CCN, les échanges s’avèrent toutefois plus rugueux, mais on laisse aux organes de tendance le soin des controverses directes ou indirectes. Chacun sait à quoi s’en tenir. Les nécessités du travail en commun ne suffisent pas à affaiblir les logiques de concurrence et de conflictualité. Sans minimiser le poids des « équipes » et, derrière ces dernières, des partis dans la dégradation des relations entre Jouhaux et Frachon6, force est de constater que ce dernier, habité d’un mépris aux lisières de l’aversion envers les réformistes, tient en piètre estime le premier, qu’il « manipule » et qualifie « le plus souvent de traître7 ».

  • 8 La Vie ouvrière, 22 octobre 1947.
  • 9 Selon Marcel Dufriche, « Entretien… », art. cit., p. 59.
  • 10 Interventions de Benoît Frachon et de Oreste Capocci au CCN, séance du 13 novembre 1947. Archives (...)

7Si de premières escarmouches amènent à vérifier le rapport des forces au sein du Comité confédéral national à l’occasion des sessions d’août 1946 et de janvier 1947, la tension ne monte vraiment qu’à l’automne 1947. Indice et signal du raidissement « unitaire », Tollet stigmatise publiquement, le 22 octobre, « les créatures de Truman en action dans le mouvement syndical8. » Les accrochages qui ponctuent le CCN de novembre confortent le tournant en cours. Les textes mis aux voix en prennent acte. Rédigée « sous la dictée de Benoît Frachon », la résolution de rupture présentée par Molino est délibérément conçue pour paraître « inacceptable9 » aux minoritaires qui refusent d’en troquer le retrait contre un brevet de fidélité à l’indépendance syndicale, thème central des critiques adressées aux majoritaires10.

  • 11 Cité par Denis Lefebvre, 19 décembre 1947 : Force ouvrière, Éd. Bruno Leprince, 1997, p. 147.

8Les grèves précipitent la rupture, mais le Bureau confédéral, court-circuité au nom de la vaine occultation des clivages, parvient encore à se réunir. Si, jusqu’au 5 décembre, il manifeste son unanimité sur des questions de principe, la division resurgit dès que ses membres entament la discussion de leur traduction pratique. Libérés, quant à eux, des prudences antérieures, les communiqués du Comité national de grève formé à la hâte par les « unitaires » dénoncent dans le comportement des groupes Force ouvrière une « basse besogne de soumission à la politique gouvernementale, de trahison des intérêts des travailleurs et de briseurs de grève11 ».

  • 12 Marcel Dufriche, « Entretien… », art. cit., p. 58.
  • 13 Ibid., p. 59.

9Dans l’esprit des militants de haut rang, il « semble naturel » que la rupture entre la SFIO et le PCF « soit transposée sur le terrain syndical12 ». Tenue pour inévitable, la scission doit être gérée au mieux des intérêts d’une majorité qui pousse ses adversaires à la faute. « Nous voulions les faire partir, et puisque les socialistes étaient minoritaires, ils n’avaient qu’à partir », résume Marcel Dufriche13.

Les deux temps de la réaction confédérale

  • 14 Dès le 7 août 1946, Benoît Frachon s’en était pris, dans L’Humanité, à la compréhension manifestée (...)
  • 15 Sous la signature de Benoît Frachon, dans La Vie ouvrière, 25 octobre 1946.

10Rodée au cours du printemps et de l’été 1946, lors des premières scissions, la dénonciation de la malfaisance des « diviseurs » et de leurs liens avec les socialistes forme l’ossature d’une argumentation en voie de familiarisation14. Dévoilées un an plus tôt15, les activités d’Irving Brown étayent la charge des « unitaires ».

  • 16 Les déclarations d’anciens minoritaires demeurés au sein de la CGT ne sont pas les moins valorisée (...)

11Dans les heures qui suivent, le 19 décembre, la démission de cinq membres du Bureau confédéral, la Commission administrative pare au plus pressé. « La CGT continue », affirme la résolution adoptée. Constatant la rupture, le document esquisse la critique sommaire d’une « action fractionnelle, politique et scissionniste développée […] en violation de la Charte d’unité de 1936 et des statuts confédéraux ». Dans l’intérêt « des travailleurs, de la démocratie, de la nation et de la paix », il engage les salariés à la « rendre inopérante » avant d’énumérer les mesures destinées à assurer le fonctionnement normal de la Confédération. Le 24, le Bureau confédéral y revient tandis que, trois jours plus tard, L’Humanité offre une nouvelle fois ses colonnes à Frachon. « De l’intrigue à la scission puis à la déchéance », le titre donne le ton d’un article destiné à diffuser le canevas du réquisitoire cégétiste. Le secrétaire général réserve cependant au CCN, convoqué les 5 et 6 janvier 1948, l’exposé le plus complet sur les circonstances de la scission16.

12Dans l’attente du « Manifeste aux travailleurs de France et d’outre-mer » voté à la mi-octobre 1948 par les délégués au xxviie congrès confédéral, l’essentiel de l’analyse cégétiste est disponible dès janvier. Sous sa forme la plus condensée, elle explique comment, conscients de l’impossibilité d’une domestication du mouvement syndical français, les ennemis des travailleurs ont reporté leurs espoirs dans la scission préparée avec le concours d’hommes qui, hostiles de longue date à l’unité, n’ont pas craint de trahir les salariés au plus fort des grèves de l’automne. Pour autant, poursuit-on, la CGT demeure la première confédération nationale et reste ouverte à tous, y compris aux adhérents intègres de Force ouvrière qui finiront par réaliser leur erreur. Il revient aux militants de les y aider. Les majoritaires font habilement vibrer la corde légitimiste, insistent sur la fidélité à la « vieille et puissante CGT » et ne manquent pas de signaler le maintien à la Confédération de syndicalistes proches, jusque-là, de Léon Jouhaux. La ligne ainsi fixée, les cadres de l’époque aiment dire que son application n’est plus qu’affaire d’organisation.

Les dispositions organisationnelles

  • 17 C’est dans Le Peuple du 27 décembre qu’Ehni et Saillant condamnent la scission.
  • 18 Henri Jourdain, Comprendre pour accomplir. Dialogue avec Claude Willard, Paris, Éd. sociales, 1982 (...)

13Sur le front de l’information quotidienne, les camarades de Frachon savent pouvoir compter sur L’Humanité et la presse communiste de province. Du côté des publications syndicales, La Vie ouvrière fait désormais fonction d’hebdomadaire officieux de la Confédération, cependant que le départ de Bouzanquet facilite la reprise en main du Peuple17. La communication des consignes ou des renseignements confidentiels emprunte des canaux moins publics. Passons sur les liaisons téléphoniques, commodes et rapides, mais qui souffrent d’un défaut rédhibitoire de discrétion. Bien que le risque existe aussi pour le courrier, des circulaires partent régulièrement de la rue La Fayette en direction des départements. Rien ne vaut, toutefois, les contacts directs. Tandis que les représentants des Unions départementales se font les interprètes des orientations définies par le CCN de janvier 1948, les délégués de la Confédération multiplient les « assemblées de cadres » aux quatre coins du pays, occasion de prendre le pouls des militants, sinon de la base. Au besoin, le séjour se prolonge lorsqu’il faut reconstruire une organisation décapitée, voire anéantie, par la scission ou impulser la lutte contre un dirigeant de FO aux assises trop solides. Mandaté par la Fédération de la métallurgie, Henri Jourdain part ainsi en Lorraine avec la mission de réduire l’influence, parmi les sidérurgistes, de René Schwob, un ancien « unitaire » passé à Force ouvrière. À la faveur d’une réunion contradictoire, il réussit à le discréditer en « rappelant sa responsabilité de briseur d’une grève dont il assumait la direction18 ». Aussi utiles que soient ces visites, le succès de la campagne dépend de leur relais par les structures locales. En la matière, l’échelon des Unions départementales semble déterminant.

Les militants majoritaires des UD face à la scission

Les Unions départementales, une structure essentielle du dispositif cégétiste

  • 19 Cf. Michel Pigenet, « Aux origines des Unions départementales de la CGT », Les Cahiers de l’Instit (...)
  • 20 Décision de la 3e conférence administrative tenue à Paris, du 13 au 15 juillet 1913, La CGT et le (...)
  • 21 Aux dires de Georges Dumoulin, La Voix du peuple, 27 juillet 1913.
  • 22 Expression toujours en vigueur de nos jours.

14Conduites, par définition, à inscrire leurs activités dans un cadre territorial, les Unions départementales se rattachent dès leur origine au pôle « politique » de la CGT. À défaut de les maintenir dans la continuité de la perspective « révolutionnaire » des premiers temps, leur inter-professionnalité fondamentale les prédispose à parler au nom de la « classe19 ». Structures propres à contrebalancer la tradition fédéraliste du mouvement syndical français, les UD entretiennent des liens particuliers avec la Confédération dont elles sont l’un des deux piliers, à l’égal des Fédérations nationales de métier ou d’industrie. Concrètement, leurs secrétaires sont, « sans mandats spéciaux, les délégués de la CGT pour leur région20 ». Outre ses fonctions de propagandiste et d’organisateur, chaque responsable d’UD doit répondre, en sa qualité de « pivot confédéral du département21 », aux multiples sollicitations d’un appareil central de plus en plus étoffé, prolixe en circulaires et avide de statistiques. Léon Jouhaux peut protester, en 1913, contre la comparaison que certains établissent alors, entre les secrétaires des UD et… les préfets, c’est bien ainsi que les militants s’habituent à surnommer les premiers22. Dans ces conditions, les UD, plus dégagées des logiques, contraintes et quant-à-soi corporatifs propres aux Fédérations, ne sont pas le plus mauvais terrain d’observation des modalités de mise en œuvre des positions confédérales.

  • 23 Au CCN de novembre 1947, seuls 14 délégués d’UD sur 107 – 13,08 % – s’opposent aux « unitaires ». (...)
  • 24 « Entretien… », art. cit., p. 57-58.
  • 25 Robert Mencherini, L’UD CGT des Bouches-du-Rhône de la Libération à la scission, thèse de 3e cycle (...)
  • 26 Ibid., p. 353-356.

15Les directions des UD présentent encore la caractéristique notable de figurer parmi les instances de la CGT où l’hégémonie « unitaire », sans cesse croissante depuis la Libération, s’exerce le plus nettement23. Ajoutons, sans précautions excessives envers les minoritaires réduits à la portion congrue. « Missi dominici » de Benoît Frachon, Marcel Dufriche a raconté comment lui-même et ses amis veillaient à ce que soient systématiquement écartés les cadres non communistes24. « Alors, ils protestaient. Nous nous y attendions et nous les laissions dire. » Sur place, il n’est pas rare, en fait, que les responsables confédéraux « unitaires » soient conduits à tempérer l’hégémonisme intransigeant de leurs camarades. Leur intervention n’est pas de trop, dans les Bouches-du-Rhône, pour amener les militants locaux à faire une place aux socialistes25. À l’issue du congrès départemental de juillet 1947 où l’intervention critique d’un minoritaire déclenche des huées, un seul « confédéré » siège à la commission administrative de l’UD forte de 17 membres26

  • 27 À la suite de défections dans les rangs des minoritaires, Force ouvrière ne récupérera pas la tota (...)

16Les résultats sont là : au moment de la scission, seule une poignée d’UD vote son passage à FO27, cela, alors même que le cadre départemental commun aux fédérations socialistes attentives, pour le moins, au devenir du courant Force ouvrière, se prête au regroupement des noyaux éparpillés d’opposants à la majorité confédérale. Sans aller jusqu’aux ruptures intervenues dans plusieurs branches, mais tactiquement inadéquates en l’absence d’un mouvement d’ensemble, beaucoup de militants minoritaires des UD ont abandonné tout espoir de reconquérir les positions perdues et se replient sur leurs bases syndicales quand ils ne se considèrent pas en situation de quasi-sécession, antichambre d’une séparation à laquelle la plupart sont moralement préparés.

  • 28 À l’exception dommageable de la Seine et de la Seine-et-Oise.
  • 29 La remarque vaut quelle que soit la diffusion supposée du document : confidentielle, semi-publique (...)

17S’agissant des responsables majoritaires des UD, leurs réactions peuvent être étudiées grâce au fonds dit du « Secrétariat général » des archives de l’Institut CGT d’histoire sociale. Peu connu des historiens, il comprend plusieurs dizaines de cartons qui, classés par départements métropolitains28, contiennent pour la période allant de la Libération à 1952 une partie de la correspondance échangée entre Paris et les UD, des rapports d’activité, des réponses apportées aux enquêtes confédérales, des comptes rendus d’assises départementales… La moindre des conclusions tirées de leur lecture n’est pas la relative constance, quels que soient les circonstances et le destinataire, des analyses que suscite la scission29. En la matière, les secrétaires d’UD ne pratiquent pas le double langage.

Diversité des situations départementales

  • 30 Mutation ? Usure militante ? Désaccord politique ? Incapacité ou faute grave ? Les bribes d’explic (...)

18Si l’exercice d’identification des auteurs s’avère aisé dans le cas des rapports d’activité présentés devant les congrès départementaux, il en va autrement pour les lettres adressées à la Confédération dont l’expéditeur se contente, parfois, de signaler sa fonction ou d’apposer un paraphe illisible. Un pointage systématique aboutit à distinguer 69 noms de responsables en place en 1947 et 1948 dans 47 UD différentes. Si la stabilité domine, cinq changements inopinés laissent néanmoins entrevoir des ratés dans la politique des cadres30. Indice d’une activité militante déjà ancienne et d’un passage réussi par les épreuves de l’Occupation, la présence dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français intéresse 39 des secrétaires reconnus. Si l’on est dans l’incertitude pour quatre d’entre eux, on sait en revanche que cinq autres viennent des rangs « confédérés », cependant que les trente derniers sont, sans surprise, communistes et ont le plus souvent appartenu à la CGTU. Formés à la rude école des luttes de tendances de l’avant-guerre, beaucoup, acteurs sans état d’âme du renversement du rapport de forces intervenu depuis la Libération, l’ont vécu comme une revanche des exclusions de 1939 dont le souvenir a tôt fait de remonter en surface au gré des polémiques.

  • 31 Interventions de Georges Theillet et Denis, séance du 5 janvier 1948. Archives de l’ICGTHS.

19Générale, l’hégémonie « unitaire » montre quelques variantes et souffre d’exceptions notables. Dans le Territoire de Belfort, bastion minoritaire, la commission administrative rallie FO avec armes et bagages : locaux, fichiers et avoirs. Les rapports font état de « catastrophes » similaires dans l’Ain, le Jura, le Doubs, l’Eure, le Maine-et-Loire… Ailleurs, les hésitations à franchir le pas d’une rupture aux allures d’aventure engendrent une certaine confusion. En position d’attente, les UD « minoritaires » de la Haute-Marne et de la Marne acceptent de déléguer leur représentant au Comité confédéral national cégétiste de janvier 1948 avec mandat d’y défendre une motion favorable à la tenue d’un congrès extraordinaire de réunification31. Les UD acquises aux « unitaires » ignorent ces tergiversations. Quelques difficultés surgissent toutefois là où des « confédérés » participaient au secrétariat ou étaient en charge des finances. La Haute-Garonne serait du lot si Julien Forgues ne décidait de demeurer à la CGT. Ce choix lui vaut d’être maintenu à la tête de l’Union départementale. Dès juin 1948, il sera cependant flanqué d’un second secrétaire général venu des rangs majoritaires.

20Les premières évaluations en provenance des départements soulignent, jusque dans l’inégale célérité des correspondants, l’hétérogénéité des situations. Sur un total de 48 documents conservés, cinq datent du mois de décembre 1947. Trois de ces derniers concernent des bases minoritaires – Ain, Mayenne et Loiret – où la rapidité conditionne en partie l’efficacité de la réplique cégétiste. Quarante-deux pièces répondent à la circulaire confédérale du 13 janvier par laquelle Henri Raynaud demandait des informations sur l’état des forces syndicales. Vingt-huit parviennent rue La Fayette moins de deux semaines après son envoi, dont dix dans les sept premiers jours. Si quatre partent avant la fin janvier, huit sont datées de février et deux du mois de mars. Sans exclure la possibilité de confirmations écrites plus tardives de commentaires transmis précédemment par d’autres voies, plus d’un tiers des lettres arrivent au-delà des délais d’une réaction d’urgence.

  • 32 Rapports d’activité, congrès des UD des Ardennes, de la Corrèze et des Bouches-du-Rhône, les 13 ma (...)
  • 33 Rapport, UD du Cher, 19 janvier 1948.
  • 34 Rapport de Pierre Gabrielli, UD des Bouches-du-Rhône, le 20 janvier 1948.
  • 35 Rapport, UD du Calvados, 20 janvier 1948.
  • 36 Rapport, UD des Hautes-Pyrénées, 10 février 1948.
  • 37 Lettre de Joseph Vigneux, UD de l’Ain, 19 décembre 1947.
  • 38 Rapport au Bureau confédéral, 16 janvier 1948.
  • 39 Elles atteindront 27 %. Rapport de R. Duprat, 22 janvier 1948.
  • 40 Rapports de Joseph Boiron, UD de l’Ardèche, et de l’UD de l’Aude, 24 janvier et 13 avril 1948. Les (...)

21Libre de préoccupations propagandistes, le courrier interne ne s’écarte pas d’une grille de lecture militante que redouble le conformisme inhérent à la position des auteurs dans la hiérarchie confédérale. Un peu partout, le « préfet » perce sous le secrétaire. En l’état, les rapports couvrent une large gamme d’appréciations. Précoce – le 19 décembre –, celui qu’adresse un responsable de l’Ain traduit sa perplexité devant la tournure des événements au lendemain de la conférence FO. « Je compte sur toi, écrit-il à Racamond, pour me faire parvenir toutes directives utiles. » Cet attentisme d’incertitude n’est bientôt plus de mise. Si, par la suite32, des syndicalistes ardennais, corréziens ou marseillais expliqueront avec plus ou moins de bonne foi qu’ils n’ont pas vu venir la rupture, sur le moment l’optimisme occulte la surprise. Au vu des votes intervenus dans les commissions administratives des Unions départementales et des résultats en provenance des syndicats, beaucoup observent que Force ouvrière n’a pas fait le plein de ses voix et pronostiquent son échec. On se félicite de l’absence de « dégâts33 » ou de « difficulté bien sérieuse34 ». « Relativement facile35 », la lutte contre les « scissionnistes » permet de « renverser la situation36 » dans les secteurs délicats. Attentives au comportement des ouvriers d’industrie, la plupart des synthèses tablent sur leur fidélité, y compris dans les régions les moins favorables comme le Doubs et l’Ain où l’on assure qu’il « n’y a absolument aucun danger que ceux-ci se détachent de la CGT37 ». Dans le Puy-de-Dôme, on se réjouit de l’attachement des « vieux mineurs socialistes38 ». Les secrétaires fondent notamment leur confiance sur les commandes de cartes et de timbres. Par prudence, celui de l’Allier pense contenir les pertes entre 10 et 15 % des effectifs39, mais ses homologues de l’Ardèche et de l’Aude prédisent une hausse pour 194740.

  • 41 Compte rendu de la tournée effectuée par Lucien Molino dans les Basses-Alpes et rapport à Benoît F (...)
  • 42 Rapport, UD du Doubs, 23 janvier 1948.
  • 43 Rapport de Charles Aschbacher, 17 janvier 1948.
  • 44 Rapport d’activité, congrès, UD de la Sarthe, 2 et 3 avril 1948.
  • 45 Rapport, UD de Loire-Inférieure, 7 février 1948.
  • 46 Rapport financier, congrès de 1949.
  • 47 Note, UD de Seine-Inférieure, janvier 1948.

22Nuançons. Les dirigeants cégétistes des départements à forte présence minoritaire ou à faibles bases syndicales témoignent d’emblée d’une plus grande lucidité. Pour l’une ou l’autre raison, les échos recueillis dans les Basses-Alpes et en Loire-Inférieure évoquent une « situation des plus sérieuse » et des « perturbations41 ». À Besançon, le « mauvais temps » n’est pas, à l’évidence, l’unique cause des retards observés dans les prises de timbres42. Dans le Haut-Rhin, on évalue à près du quart la chute du nombre des syndiqués et l’on redoute les conséquences de la perte du matériel et de la voiture que l’ancien secrétaire a emportée avec lui43. Au Mans, les deux organisations se disputent la Maison du peuple44 tandis qu’à Nantes la municipalité donne l’avantage à Force ouvrière dans l’attribution des locaux de la Bourse du travail45. À Belfort, où les « scissionnistes » gèrent seuls l’édifice, la nouvelle UD cégétiste est à la recherche d’un siège46. Enfin, invités à cerner leurs principales faiblesses, les responsables se rejoignent pour les situer dans le milieu des fonctionnaires et des agents des services publics ou de santé (51,2 % des 125 réponses cumulées), loin devant le personnel des entreprises nationalisées (14,4 %) et les employés (11,2 %). Tous semblent s’en accommoder et en minimiser la portée en termes de combativité. Quelques-uns admettent cependant manquer d’informations précises faute de liaisons suivies avec les syndicats de la fonction publique47.

Plans de mobilisation et de bataille

  • 48 Rapport, UD de la Vienne, 16 janvier 1948.
  • 49 Le plus souvent avec succès. Dans l’Ain, le tribunal suit l’argumentation des plaignants qui font (...)

23Hommes d’expérience, les cadres départementaux s’empressent de dresser des plans de campagne, de jeter l’« actif » militant des UD dans une bataille mêlant habilement la dénonciation de FO et le combat pour les revendications. Pratiques, ils veillent à la préservation des avoirs et du matériel de l’organisation. Dès le 19 décembre, ceux de Poitiers font opposition, par voie d’huissier, à toute opération que viendrait à effectuer l’ancien trésorier rallié à FO48. Dans les UD passées à Force ouvrière, les cégétistes intentent des actions en justice afin de récupérer le patrimoine de l’Union49.

  • 50 Procès-verbal de la séance du bureau de l’UD de la Haute-Saône tenue le 27 décembre 1947.
  • 51 Interventions de Georges Theillet et Denis au CCN du 5 janvier 1948. Archives de l’ICGTHS.
  • 52 Compte rendu de la tournée de Bonnavaud, s. d.
  • 53 Rapport, 22 janvier 1948.
  • 54 Par exemple dans les Basses-Alpes, la Côte-d’Or et le Rhône. Rapports des 20 janvier et 4 février (...)
  • 55 Dans l’Ain, l’Eure ou le Jura.
  • 56 En Moselle et dans le Rhône.

24Convoqués, les membres des Commissions administratives et des Bureaux départementaux sont conviés à s’engager lors du vote de résolutions de fidélité à la CGT et de soutien à sa direction. Si nombre de minoritaires ont d’ores et déjà rompu avec l’UD, certains assistent à ces réunions, expriment leur opposition, voire tentent de peser sur le contenu des déclarations50 ou, plus rarement encore, font adopter des textes de compromis au grand dam des « unitaires51 ». De passage dans la Haute-Marne, un délégué de la Confédération organise ainsi le combat contre le secrétaire minoritaire, Georges Theillet, qui, explique-t-il, serait resté à son poste sur ordre de Bothereau afin de permettre « à l’ennemi de continuer son travail à l’intérieur de notre organisation52 ». À Grenoble, les cégétistes mènent la vie dure aux « confédérés » hostiles à la scission, mais dont les communiqués de presse et les relations maintenues avec les dissidents, qualifiés de « travail fractionnel », déclenchent une procédure disciplinaire à l’encontre de Demottaz et Bandieri53. Celui-ci, ancien dirigeant de l’UD sanctionné à la Libération, puis réélu à la tête du Syndicat du livre, est plus particulièrement soupçonné d’être l’éminence grise de Force ouvrière. Les affaires traînent moins longtemps avec les démissionnaires immédiatement remplacés, quitte à bousculer les hésitants sommés de signifier leur choix par écrit54. En tout état de cause, les comptes rendus envoyés à Paris, parfois agrémentés d’utiles et discrets pointages politiques, détaillent l’attitude des uns et des autres. Sur la lancée, des UD, reconstituées55 ou non56, tiennent en janvier, mars et février, des assises extraordinaires, cependant que les syndicats sont vivement encouragés à prendre parti.

  • 57 Entre autres dans l’Allier, le Cher, la Haute-Saône, la Savoie et l’Yonne.
  • 58 Par exemple dans la Vienne.
  • 59 Rapport de Lucien Didelot, UD de l’Yonne, 19 décembre 1947.
  • 60 Rapports, UD du Vaucluse et des Hautes-Pyrénées, 31 janvier et 10 février 1948.
  • 61 Expression fréquente sous la plume des militants.
  • 62 Rapport de Gervais, 22 janvier 1948.
  • 63 Rapport au secrétariat de la CGT, 10 juin 1948.

25Sans attendre les réponses, les secrétaires sillonnent leur région, animent des réunions d’information, des conférences de cadres et des assemblées générales. Des tracts57 et des affiches58 répercutent vers un public plus large le point de vue confédéral enrichi de considérations et d’illustrations régionales. Malgré le mauvais vouloir de la presse locale mal disposée à leur égard59, des responsables obtiennent la publication de mises au point ravageuses par lesquelles d’anciens minoritaires démentent leur affiliation à FO60. Participe également à la « lutte acharnée61 » menée contre la nouvelle centrale, la contradiction portée par les cégétistes lors des débats publics que programment leurs rivaux. Organisée de façon méthodique dans la Sarthe62, elle vient à bout de la tournée de Capocci dans l’Aude63.

  • 64 Rapport à Henri Raynaud, 21 janvier 1948.
  • 65 Note, sans date, d’un délégué de la Confédération.
  • 66 Document publié par l’UD de la Manche, s. d.

26« Suivi » dans chacun de ses déplacements, « sidéré » et « démoli », il finit par renoncer. Désireux d’alimenter les polémiques, les majoritaires collectent d’autre part le maximum de renseignements compromettants. En Haute-Savoie, ils explorent le passé douteux de deux propagandistes adverses64. Dans la Haute-Marne, leurs camarades se penchent sur le séjour en Allemagne du secrétaire de l’UD dont la fidélité à la CGT semble suspecte65. Lorsque les dossiers paraissent suffisamment étoffés, les « unitaires » leur assurent le maximum de publicité. Ainsi diffusent-ils, dans la Manche, des documents internes à la SFIO prouvant l’appui socialiste à la création et au développement des groupes FO66.

Réquisitoires et formules assassines : la scission assumée

  • 67 Communiqué de l’UD de l’Eure publié par Le Peuple, 12 février 1948.
  • 68 Rapport d’activité, congrès, UD des Hautes-Pyrénées, 12-13 février 1948.
  • 69 Ce thème de l’ancienneté des objectifs scissionnistes revient dans maints rapports de congrès, not (...)
  • 70 « Leur honte est si grande qu’ils n’osent même pas faire connaître le nom des membres de leur CA » (...)
  • 71 Rapport de Foucher, UD de l’Eure, 15 janvier 1949.
  • 72 Rapport d’activité, congrès, UD du Nord, 25-27 juin 1948.
  • 73 Rapport de Foucher, UD de l’Eure, 15 janvier 1949.
  • 74 Procès-verbal de la CA de l’UD de l’Isère, 23 décembre 1947.
  • 75 Ce point fait l’objet de développements spécifiques dans les UD âprement disputées de la Côte d’Or (...)
  • 76 Cf. le rapport de l’UD de la Sarthe, le 29 février 1948 et les rapports d’activité, congrès, UD de (...)

27Sans concession, les actes d’accusation font feu de tout bois. Preuves, soupçons, ragots, insinuations, amalgames se confondent dans une débauche d’expressions et d’images plus dépréciatives les unes que les autres. Les majoritaires insistent en premier lieu sur la déloyauté de leurs anciens partenaires. Les reproches pleuvent contre les « scissionnistes », « scissionnaires67 », « diviseurs », « dirigeants professionnels de la scission68 » engagés depuis des années dans la dissidence69. Praticiens du camouflage70 et de l’«  infiltration71 », saboteurs des décisions prises en commun, inspirateurs de « campagnes infâmes72 », propagandistes « insidieux73 », campés sur des « positions jésuitiques74 », incapables d’admettre leur déclin75, tous se voient reprocher d’avoir sacrifié la démocratie et les statuts syndicaux sur l’autel de la discipline de fraction. Accessoirement, plusieurs secrétaires citent, au nombre des torts causés par esprit de tendance, les manœuvres entreprises lors des élections à la Sécurité sociale ou celles tendant à détourner de sa mission la nouvelle institution76.

  • 77 Résolution du congrès extraordinaire de l’UD de l’Ain, 1er février 1948.
  • 78 Rapports d’activité, congrès, UD de la Creuse, du Cher et de la Savoie, 4 avril et 26-27 juin 1948
  • 79 Rapport d’activité, congrès, UD de la Creuse, 4 avril 1948 et compte rendu de la tournée de Bonnav (...)
  • 80 Rapport d’activité, congrès, UD de la Savoie, 26-27 juin 1948.
  • 81 Rapports, UD des Vosges, du Vaucluse, 17 et 20 janvier 1948 ; note, UD de la Seine-Inférieure, jan (...)
  • 82 Rapport d’activité, congrès, UD de la Creuse, 4 avril 1948.
  • 83 Rapport d’activité, congrès, UD de Meurthe-et-Moselle, 8-9 mai 1948.
  • 84 Rapports d’activité, congrès, UD de la Creuse, des Bouches-du-Rhône, de la Meurthe-et-Moselle et d (...)
  • 85 Rapport de L. Caron, UD des Basses-Alpes, 20 janvier 1948 ; et rapport d’activité, congrès, UD de (...)
  • 86 Rapport d’activité, congrès, UD des Bouches-du-Rhône, 25-27 juin 1948.
  • 87 Rapports d’activité, congrès, UD des Ardennes, de la Creuse, des Bouches-du-Rhône, 13 mars, 4 avri (...)
  • 88 Rapport d’activité, congrès, UD de la Creuse, 4 avril 1948.
  • 89 Rapport, UD de la Drôme et de la Sarthe, 20 janvier et 29 février 1948 ; rapport d’activité, congr (...)
  • 90 Note, UD de Seine-Inférieure, janvier 1948.
  • 91 Rapport, UD du Puy-de-Dôme, 15 janvier 1948 ; et rapport d’activité, congrès, UD de la Haute-Vienn (...)
  • 92 Rapport d’activité, congrès, UD des Bouches-du-Rhône, 25-27 juin 1948.
  • 93 Idem.
  • 94 Rapport d’activité, congrès, UD de l’Ain, 1er février 1948.
  • 95 Rapport d’activité, congrès, UD des Vosges, 23-24 avril 1949.
  • 96 Rapport d’activité, congrès, UD de la Creuse, 4 avril 1948.
  • 97 Rapport d’activité, congrès, UD de Meurthe-et-Moselle, 8-9 mai 1948.

28Le second angle d’attaque porte sur les relations entretenues, derrière « le masque de l’indépendance77 », avec les « ennemis » des travailleurs78 et de la classe ouvrière79. « Appendice80 » de la SFIO81, les responsables de Force ouvrière, « vocable de circonstance82 », sont également les « agents exécuteurs83 » du gouvernement84 et du « capitalisme85 ». « Valets86 » « aux ordres87 » et « à la solde88 » d’organisations ou d’institutions officielles, depuis l’État jusqu’aux conseils généraux et municipaux socialistes ou RPF89, soutenus par le patronat90 et l’administration91, ils « obéissent » aussi aux « milliardaires » et « ploutocrates » américains92. « Instrument93 » d’une « politique de misère94 », FO œuvre à la réussite du plan Marshall95 et des projets chers aux impérialistes96 et aux « trusts internationaux97 ».

  • 98 Rapport de Lucien Didelot, UD de l’Yonne, 19 décembre 1947 ; et rapport d’activité, congrès, UD de (...)
  • 99 Rapport d’activité, congrès, UD de Savoie, 26-27 juin 1948.
  • 100 Rapport d’activité, congrès, UD de Seine-Inférieure, 1er-2 octobre 1949.
  • 101 Rapports d’activité, congrès, UD de la Creuse et de Meurthe-et-Moselle, 4 avril et 8-9 mai 1948.
  • 102 Procès-verbal de la CA de l’UD de Seine-et-Marne, 20 décembre 1947 ; rapports d’activité, congrès, (...)
  • 103 Rapports d’activité, congrès, UD de Corrèze et des Bouches-du-Rhône, 8-9 mai, 25-27 juin 1948.
  • 104 Rapport, UD du Vaucluse, 19 janvier 1948.

29Si « diviser, c’est trahir98 », les « Judas99 » ralliés à l’ » officine100 » de « briseurs de grève101 » sont des « traîtres102 » de la pire espèce, coupables d’avoir « poignardé » leurs camarades en lutte103 pour « pactiser avec la police104 ». Beaucoup, souligne-t-on, n’en sont pas à leur coup d’essai.

  • 105 Note, s. d., d’un délégué de la Confédération en tournée dans la Haute-Marne et rapport, UD du Vau (...)
  • 106 Rapports, UD du Calvados et de Haute-Savoie, 20 et 21 janvier 1948.
  • 107 Rapports, UD de l’Yonne, de Saône-et-Loire, du Puy-de-Dôme, des Bouches-du-Rhône, du Lot-et-Garonn (...)
  • 108 Rapport d’activité, congrès, UD du Gard, 17-18 avril 1948.
  • 109 Rapport de Pierre Gabrielli, 20 janvier 1948.
  • 110 Rapport, 20 janvier 1948.

30Allusif ou explicite, le retour sur les années d’Occupation autorise des raccourcis dont l’épuration a déjà montré les effets dévastateurs dans les rangs des « ex-confédérés ». Par-delà l’évocation d’un départ volontaire en Allemagne105 ou l’adhésion à un parti collaborationniste106, les mises en cause jouent sur l’ambiguïté des fonctions exercées dans les organismes de la Charte du travail107 par des militants de FO ou leurs « amis », « anciens admirateurs de Pétain108 », « vichystes ou sabianistes109 ». Sur ce terrain, les « renégats » communistes et les exclus de la CGT ne sont pas les moins malmenés. Pour les besoins de la cause, la déchéance d’un fils concourt à accabler le père110.

  • 111 Procès-verbal de la CA de l’UD de Seine-et-Marne, 20 décembre 1947.
  • 112 Rapport d’activité, XXVIIe congrès national de Paris, 11-15 octobre 1948, compte rendu sténographi (...)
  • 113 Intervention de Labrousse, 27e congrès…, op. cit., p. 155.
  • 114 Rapport de Lucien Didelot, UD de l’Yonne, 19 décembre 1947.
  • 115 Rapport de Lejeune, UD des Vosges, 20 janvier 1948.
  • 116 Rapport d’activité, congrès, UD de Savoie, 26-27 juin 1948.
  • 117 Rapport, UD du Vaucluse, 19 janvier 1948.
  • 118 Rapport, UD de la Haute-Marne, 14 octobre 1949.
  • 119 Rapport d’activité, congrès, UD de Seine-Inférieure, 1er-2 octobre 1949.
  • 120 Rapport de Pierre Gabrielli, 20 janvier 1948.
  • 121 Rapport, UD du Vaucluse, 19 janvier 1948 ; compte rendu du Comité général de l’UD de Côte d’Or, 16 (...)
  • 122 Rapport, UD du Vaucluse, 19 janvier 1948.
  • 123 Rapport moral, congrès, UD des Ardennes, 13 mars 1948.
  • 124 Rapport, UD de la Sarthe, 29 février 1948.
  • 125 Rapport, UD de la Haute-Marne, 14 octobre 1949.

31Au reste, chez Jouhaux et ses compagnons cloués au pilori, il semble que la « faculté de trahison111 », procède de ces « tares » détectées par Frachon112. Tel responsable du Bâtiment s’autorise, dans le sillage du secrétaire général, à qualifier Bouzanquet de « dégénéré113 ». À défaut d’explorer plus avant la veine génétique de la polémique, les militants « unitaires » exploitent sans retenue le thème de l’immoralité. « Tristes individus114 », « corrompus de vieille date115 », « scélérats116 » de « moralité douteuse117 », « salopards118 », alliés des « souteneurs », « trafiquants » et autres « gangsters » rouennais119 ou marseillais120…, les cégétistes ne sont pas à court de formules pour désigner leurs rivaux. Parfois fondé sur des récits de trésoriers et de secrétaires partis avec la caisse121 ou « en compte » avec leur syndicat122, à moins qu’il ne découle d’une suspicion de principe à l’encontre d’adversaires que l’on imagine nécessairement mus par des motivations peu honorables telles que l’ « avidité123 » ou la quête de « sinécures124 », l’usage d’épithètes infamantes est la règle. Ainsi semble-t-il aller de soi de lier, dans un rapport confidentiel, le nom de Neumeyer et l’adjectif de « crapule125 ».

  • 126 Rapport d’activité, congrès, UD de Savoie, 26-27 juin 1948.
  • 127 Procès-verbal de la CA de l’UD des Vosges, 6 mars 1948.
  • 128 Procès-verbal de la CA de l’UD des Deux-Sèvres, 18 avril 1948.
  • 129 Procès-verbal de la CA de l’UD des Vosges, 6 mars 1948.
  • 130 Rapport d’activité, congrès, UD de la Creuse, 4 avril 1948.
  • 131 Rapport, UD de la Sarthe, 29 février 1948.
  • 132 Rapport d’activité, congrès, UD des Deux-Sèvres, 30 mai 1948.
  • 133 Rapport, UD du Cher, 19 janvier 1948.
  • 134 Rapport de Lucien Didelot, UD de l’Yonne, 19 décembre 1947.
  • 135 Rapport de Roger Duprat, UD de l’Allier, 22 janvier 1948.
  • 136 Rapport moral, congrès, UD des Ardennes, 13 mars 1948.
  • 137 Rapport moral, congrès, UD des Vosges, 23-24 avril 1949.
  • 138 Rapport moral, congrès, UD des Ardennes, 13 mars 1948.
  • 139 Rapports, UD de l’Yonne et de la Sarthe, 19 décembre 1947 et 29 février 1948.
  • 140 Rapport d’activité, congrès, UD des Deux-Sèvres, 30 mai 1948.
  • 141 Procès-verbal de la CA de l’UD des Deux-Sèvres, 18 avril 1948.

32On ne dressera pas ici la liste exhaustive des images et des mots dépréciatifs affectés, entre mépris et dérision, à la dénomination particulière ou générale des partisans de FO. Aux « Jouhaux, Bothereau, Bouzanquet et Compagnie126 », trop « célèbres » adversaires de l’unité127, tous « pistolets qui n’en [seraient] pas à leur première scission128 », « déserteurs », « fuyards129 », « vulgaires scissionnistes130 », beaux « Messieurs131 », ou « petits amis132 », les cégétistes tracent le pauvre destin de « chefs » sans troupe133 engagés sur la voie « des Dumoulin, Belin et Froideval134 ». Récusés par un monde ouvrier qui leur refuse sa confiance135, profiteurs éphémères d’une « escroquerie » morale136, les recruteurs de Force ouvrière, rejoints par une « minorité de suiveurs inconscients137 », cachent en vain leur « fiasco » par la distribution gratuite de cartes d’adhérents138. Auteurs honteux d’articles non signés, membres de groupes sans adresse139, les scissionnistes ne gagnent guère à être connus. Passant en revue la liste des démissionnaires de sa commission administrative, le secrétaire de l’UD des Deux-Sèvres conclut : « Nous n’avons pas perdu grand-chose140. » D’un dirigeant local de FO aux déclarations contradictoires, le même responsable note, à huis clos, qu’il « serait beaucoup mieux à l’asile qu’en liberté141 »…

  • 142 À l’occasion d’une session du CC du PCF. Cf. R.Menchérini, Guerre froide…, op. cit., p. 235-244.
  • 143 Marcel Dufriche, art. cit., p. 60.
  • 144 Note de Pierre Gabrielli, le 12 mars 1949.

33Ainsi marqué au coin d’un ouvriérisme sans complexe, imprégné de volontarisme et porteur de cette culture de rupture indissociable d’un hégémonisme agressif et d’une conception substantialiste du syndicalisme, le discours privé et public des cadres départementaux de la CGT ne laisse pas de place au doute et aux nuances. Témoin des rudesses d’une époque en noir et blanc, il ne semble pas davantage sensible aux griefs qui, dès ce moment, partis des sommets du PCF, jettent un regard pour le moins mitigé sur les grèves de l’automne, la tactique et les méthodes suivies par les « unitaires142. » Le temps de l’autocritique n’est pas encore venu. Il se rapproche, cependant, au fur et à mesure que tombent les résultats des prises de cartes et de timbres. « Nous nous attendions à perdre des adhérents, mais pas à ce point », précise Marcel Dufriche143. Les rapports en provenance des UD parleront alors de « négligences », de « sous-estimation  » et commenceront à dénoncer la politique de « bluff » pratiquée les mois précédents144.

34Échelon et point d’appui essentiels du processus de scission, les UD sont l’un des lieux de prédilection de production et de diffusion de ses polémiques et de son vocabulaire. En ces circonstances, les mots font en effet office d’instruments de l’irréparable et de forgeage à chaud d’une identité renouvelée. De ce point de vue, la rupture semble bel et bien consommée et intériorisée au printemps 1948. Si l’audience cégétiste ne saurait s’expliquer à la seule aune des controverses du moment et hors des pratiques corporatives, des liens ordinaires et quotidiens tissés dans les entreprises, la campagne de discrédit lancée contre FO se révèle redoutablement efficace. Pour de larges fractions du salariat qui se sentent de nouveau rejetées aux marges du « système », l’argumentation et les images propagées par les « unitaires » ne paraissent pas contredire le vécu douloureux des derniers conflits sociaux.

  • 145 Cité par André Bergeron, FO. Confédération Force ouvrière, Paris, EPI, 1971, p. 29.
  • 146 Ibid., p. 28.
  • 147 André Bergeron, Lettre ouverte à un syndiqué, Paris, Albin Michel, 1975, p. 69.
  • 148 Ibid

35Le procès en trahison ouvert sur la place publique n’est pas de ceux dont on se relève aisément dans un monde ouvrier moins homogène qu’on ne le dit, mais où, précisément, les conduites d’honneur participent de la cohésion, sinon de la conscience de classe. Une partie des ex-« confédérés » ne se résout d’ailleurs pas à rallier FO. « Il advint que des syndicats ou des unions à peine créés disparurent faute de cadres expérimentés ou en présence de campagnes systématiques de dénigrement », se souvient Georges Vidalenc145. La crainte de l’isolement, voire l’hésitation devant l’assurance de jours difficiles ne suffisent pas, cependant, à expliquer les défaillances enregistrées. Le discours cégétiste pèse aussi sur les militants de Force ouvrière qui peinent à se départir de leur complexe d’infériorité et d’un sentiment de culpabilité durablement intériorisé. La mémoire des origines, riche en récits de camarades « poursuivis […] par les railleries, la rancune et les insultes des communistes146 », soude, certes, l’organisation. Quoi qu’ils en disent, beaucoup, traumatisés par la réputation qui leur est faite, ne désespèrent pas moins de parvenir un jour à « affirmer leur qualité de militants147. » Encore sous le coup des accusations portées contre eux, les métallurgistes belfortains de FO se lancent, en 1949, dans une grève à l’issue incertaine, mais destinée à laver leur honneur. « Nous étions fatigués […] de passer pour des “jaunes” », confient-ils à un dirigeant perplexe148. Plus largement, l’énergie consacrée de part et d’autre au dénigrement du rival devenu ennemi achève de démontrer l’impossibilité, à terme, d’une réunification. Au risque d’obscurcir l’horizon revendicatif et d’offrir le spectacle désolant de l’impuissance syndicale, source d’un discrédit étendu, cette fois, à toutes les confédérations.

  • 149 Benoît Frachon, Au rythme des jours, t. 1 : 1944-1954, Paris, Éd. sociales, 1967.
  • 150 Jean Bruhat et M. Piolot, Esquisse d’une histoire de la CGT (1895-1965), Paris, CGT, 1966, notamme (...)

36Du côté des acteurs, la plupart n’accepteront jamais de tourner la page et de réviser leur opinion. À vingt ans de distance, gardien d’une mémoire collective dont il mesure parfaitement les enjeux, Benoît Frachon, penché sur ses écrits passés149, ne change pas un iota au verdict prononcé au début de l’hiver 1947 et que l’on retrouve sous la plume de Jean Bruhat et de Marc Piolot150. Plusieurs décennies s’écouleront avant que, l’expérience et quelques désillusions aidant, les plus lucides consentent, sans se renier, à reconsidérer ou relativiser leurs certitudes et comportements d’hier.

  • 151 « Entretien de Pierre Delon avec Claude Willard », Cahiers d’histoire de l’IRM, n° 20, 1985, p. 10 (...)
  • 152 « Entretien… », art. cit., p. 58.

37Ainsi en va-t-il avec Pierre Delon, l’ancien secrétaire de la Fédération des employés, qui non content de brosser, dans les années 1980, le portrait en nuance d’Oreste Capocci, s’attarde sur la personnalité « complexe » d’un Jouhaux distingué du reste du noyau dirigeant de FO151. « Je me rends compte que Léon Jouhaux était un homme de valeur », surenchérit Marcel Dufriche prêt à saluer les mérites de Gazier et de Neumeyer. « Même Bothereau, ajoute-t-il, n’était pas un vendu, comme on l’a dit152. »

Notes

1 Au risque de simplifier une réalité syndicale plus complexe, on qualifiera tour à tour les majoritaires d’ex-« unitaires », voire d’« unitaires », réservant l’expression d’ex- » confédérés » ou de « confédérés » aux minoritaires proches de Force ouvrière.

2 Télégramme n°5482 du 20 décembre 1947, cité par Annie Lacroix-Riz, « Autour d’Irving Brown : l’AFL, le Free Trade Union Commitee, le Département d’État et la scission syndicale française (1944-1947) », Le Mouvement social, n° 151, avril-juin 1990, p. 115.

3 L’étalement de la période étudiée jusqu’au xxviie congrès de la CGT pourrait être réduit de moitié si les interprétations présentées à cette occasion ne revêtaient le caractère d’ultimes conclusions sur la rupture.

4 « Entretien de Dominique Labbé avec Marcel Dufriche », Communisme, n° 45-46, 1996, p. 57.

5 « Notes de l’entretien du Cam. I. V. Staline avec le secrétaire général du CC du Parti communiste français, le camarade Thorez », Communisme, n° 45-46, 1996, p. 38. Précisons que si l’attitude à l’égard du plan Marshall constitue, en 1947, un point de friction entre la majorité et la minorité de la CGT, les représentants des syndicats soviétiques affirmeront, en février-mars 1948, qu’elle ne pouvait être une cause d’éclatement de la FSM. Cf. J.-F. Michel, « La scission de la Fédération syndicale mondiale (1947-1949) », Le Mouvement social, n° 117, octobre-décembre 1981, p. 43.

6 Marcel Dufriche y insiste. « Entretien… », art. cit., p. 58.

7 Il sable le champagne à la mort de Blum rendu responsable de la scission. Cf. J. Girault, Benoît Frachon. Communiste et syndicaliste, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1989, p. 270.

8 La Vie ouvrière, 22 octobre 1947.

9 Selon Marcel Dufriche, « Entretien… », art. cit., p. 59.

10 Interventions de Benoît Frachon et de Oreste Capocci au CCN, séance du 13 novembre 1947. Archives de l’Institut CGT d’histoire sociale – ICGTHS.

11 Cité par Denis Lefebvre, 19 décembre 1947 : Force ouvrière, Éd. Bruno Leprince, 1997, p. 147.

12 Marcel Dufriche, « Entretien… », art. cit., p. 58.

13 Ibid., p. 59.

14 Dès le 7 août 1946, Benoît Frachon s’en était pris, dans L’Humanité, à la compréhension manifestée par Léon Blum vis-à-vis des postiers dissidents, position qualifiée « d’intervention brutale d’un chef de parti dans la vie de la CGT ». La division ouvrière, rappelait le secrétaire général, est « une arme de la réaction ».

15 Sous la signature de Benoît Frachon, dans La Vie ouvrière, 25 octobre 1946.

16 Les déclarations d’anciens minoritaires demeurés au sein de la CGT ne sont pas les moins valorisées des interventions entendues.

17 C’est dans Le Peuple du 27 décembre qu’Ehni et Saillant condamnent la scission.

18 Henri Jourdain, Comprendre pour accomplir. Dialogue avec Claude Willard, Paris, Éd. sociales, 1982, p. 73.

19 Cf. Michel Pigenet, « Aux origines des Unions départementales de la CGT », Les Cahiers de l’Institut CGT d’histoire sociale, n° 40, décembre 1991, p. 4-8.

20 Décision de la 3e conférence administrative tenue à Paris, du 13 au 15 juillet 1913, La CGT et le Mouvement syndical. Historique des Fédérations nationales et des Unions départementales, Paris, 1925, p. 130.

21 Aux dires de Georges Dumoulin, La Voix du peuple, 27 juillet 1913.

22 Expression toujours en vigueur de nos jours.

23 Au CCN de novembre 1947, seuls 14 délégués d’UD sur 107 – 13,08 % – s’opposent aux « unitaires ». La proportion atteint 16,2 % – 6 sur 37 – parmi les représentants des Fédérations.

24 « Entretien… », art. cit., p. 57-58.

25 Robert Mencherini, L’UD CGT des Bouches-du-Rhône de la Libération à la scission, thèse de 3e cycle (sous la dir. d’E. Temime), Aix-en-Provence, 1984, p. 41.

26 Ibid., p. 353-356.

27 À la suite de défections dans les rangs des minoritaires, Force ouvrière ne récupérera pas la totalité des quatorze UD oppositionnelles de novembre 1947.

28 À l’exception dommageable de la Seine et de la Seine-et-Oise.

29 La remarque vaut quelle que soit la diffusion supposée du document : confidentielle, semi-publique – intervention de congrès ou d’assemblée générale, exposé de conférence syndicale, etc. – ou publique – tract, affiche, article, communiqué –.

30 Mutation ? Usure militante ? Désaccord politique ? Incapacité ou faute grave ? Les bribes d’explications entremêlées n’emportent pas toujours la conviction du lecteur.

31 Interventions de Georges Theillet et Denis, séance du 5 janvier 1948. Archives de l’ICGTHS.

32 Rapports d’activité, congrès des UD des Ardennes, de la Corrèze et des Bouches-du-Rhône, les 13 mars, 8-9 mai, 25, 26 et 27 juin 1948.

33 Rapport, UD du Cher, 19 janvier 1948.

34 Rapport de Pierre Gabrielli, UD des Bouches-du-Rhône, le 20 janvier 1948.

35 Rapport, UD du Calvados, 20 janvier 1948.

36 Rapport, UD des Hautes-Pyrénées, 10 février 1948.

37 Lettre de Joseph Vigneux, UD de l’Ain, 19 décembre 1947.

38 Rapport au Bureau confédéral, 16 janvier 1948.

39 Elles atteindront 27 %. Rapport de R. Duprat, 22 janvier 1948.

40 Rapports de Joseph Boiron, UD de l’Ardèche, et de l’UD de l’Aude, 24 janvier et 13 avril 1948. Les effectifs baisseront de 37 et 38 %.

41 Compte rendu de la tournée effectuée par Lucien Molino dans les Basses-Alpes et rapport à Benoît Frachon, UD de Loire-Inférieure, 22 janvier et 7 février 1948.

42 Rapport, UD du Doubs, 23 janvier 1948.

43 Rapport de Charles Aschbacher, 17 janvier 1948.

44 Rapport d’activité, congrès, UD de la Sarthe, 2 et 3 avril 1948.

45 Rapport, UD de Loire-Inférieure, 7 février 1948.

46 Rapport financier, congrès de 1949.

47 Note, UD de Seine-Inférieure, janvier 1948.

48 Rapport, UD de la Vienne, 16 janvier 1948.

49 Le plus souvent avec succès. Dans l’Ain, le tribunal suit l’argumentation des plaignants qui font valoir que l’UD n’est qu’un « rouage de la CGT ». Archives privées de Jacques Favier que nous remercions de nous avoir confié le témoignage écrit de sa vie de militant de Force ouvrière.

50 Procès-verbal de la séance du bureau de l’UD de la Haute-Saône tenue le 27 décembre 1947.

51 Interventions de Georges Theillet et Denis au CCN du 5 janvier 1948. Archives de l’ICGTHS.

52 Compte rendu de la tournée de Bonnavaud, s. d.

53 Rapport, 22 janvier 1948.

54 Par exemple dans les Basses-Alpes, la Côte-d’Or et le Rhône. Rapports des 20 janvier et 4 février 1948.

55 Dans l’Ain, l’Eure ou le Jura.

56 En Moselle et dans le Rhône.

57 Entre autres dans l’Allier, le Cher, la Haute-Saône, la Savoie et l’Yonne.

58 Par exemple dans la Vienne.

59 Rapport de Lucien Didelot, UD de l’Yonne, 19 décembre 1947.

60 Rapports, UD du Vaucluse et des Hautes-Pyrénées, 31 janvier et 10 février 1948.

61 Expression fréquente sous la plume des militants.

62 Rapport de Gervais, 22 janvier 1948.

63 Rapport au secrétariat de la CGT, 10 juin 1948.

64 Rapport à Henri Raynaud, 21 janvier 1948.

65 Note, sans date, d’un délégué de la Confédération.

66 Document publié par l’UD de la Manche, s. d.

67 Communiqué de l’UD de l’Eure publié par Le Peuple, 12 février 1948.

68 Rapport d’activité, congrès, UD des Hautes-Pyrénées, 12-13 février 1948.

69 Ce thème de l’ancienneté des objectifs scissionnistes revient dans maints rapports de congrès, notamment ceux des UD des Vosges, de Savoie, des Hautes-Pyrénées, du Nord, de l’Indre-et-Loire.

70 « Leur honte est si grande qu’ils n’osent même pas faire connaître le nom des membres de leur CA », lit-on dans un rapport de l’UD de la Sarthe, le 29 février 1948.

71 Rapport de Foucher, UD de l’Eure, 15 janvier 1949.

72 Rapport d’activité, congrès, UD du Nord, 25-27 juin 1948.

73 Rapport de Foucher, UD de l’Eure, 15 janvier 1949.

74 Procès-verbal de la CA de l’UD de l’Isère, 23 décembre 1947.

75 Ce point fait l’objet de développements spécifiques dans les UD âprement disputées de la Côte d’Or, de la Sarthe, du Puy-de-Dôme, du Nord, du Lot-et-Garonne, de l’Isère et de la Manche.

76 Cf. le rapport de l’UD de la Sarthe, le 29 février 1948 et les rapports d’activité, congrès, UD des Deux-Sèvres et du Nord, 26-27 avril 1947 et 25-27 juin 1948.

77 Résolution du congrès extraordinaire de l’UD de l’Ain, 1er février 1948.

78 Rapports d’activité, congrès, UD de la Creuse, du Cher et de la Savoie, 4 avril et 26-27 juin 1948.

79 Rapport d’activité, congrès, UD de la Creuse, 4 avril 1948 et compte rendu de la tournée de Bonnavaud en Haute-Marne, s. d.

80 Rapport d’activité, congrès, UD de la Savoie, 26-27 juin 1948.

81 Rapports, UD des Vosges, du Vaucluse, 17 et 20 janvier 1948 ; note, UD de la Seine-Inférieure, janvier 1948 ; documents publiés par l’UD de la Manche, s. d. ; et rapport d’activité, congrès, UD des Bouches-du-Rhône, 25-27 juin 1948.

82 Rapport d’activité, congrès, UD de la Creuse, 4 avril 1948.

83 Rapport d’activité, congrès, UD de Meurthe-et-Moselle, 8-9 mai 1948.

84 Rapports d’activité, congrès, UD de la Creuse, des Bouches-du-Rhône, de la Meurthe-et-Moselle et de Corrèze, 4 avril, 8-9 mai et 25-27 juin 1948.

85 Rapport de L. Caron, UD des Basses-Alpes, 20 janvier 1948 ; et rapport d’activité, congrès, UD de Savoie, 26-27 juin 1948.

86 Rapport d’activité, congrès, UD des Bouches-du-Rhône, 25-27 juin 1948.

87 Rapports d’activité, congrès, UD des Ardennes, de la Creuse, des Bouches-du-Rhône, 13 mars, 4 avril et 26-27 juin 1948.

88 Rapport d’activité, congrès, UD de la Creuse, 4 avril 1948.

89 Rapport, UD de la Drôme et de la Sarthe, 20 janvier et 29 février 1948 ; rapport d’activité, congrès, UD du Var, 26-27 juin 1948.

90 Note, UD de Seine-Inférieure, janvier 1948.

91 Rapport, UD du Puy-de-Dôme, 15 janvier 1948 ; et rapport d’activité, congrès, UD de la Haute-Vienne, 24-25 avril 1948.

92 Rapport d’activité, congrès, UD des Bouches-du-Rhône, 25-27 juin 1948.

93 Idem.

94 Rapport d’activité, congrès, UD de l’Ain, 1er février 1948.

95 Rapport d’activité, congrès, UD des Vosges, 23-24 avril 1949.

96 Rapport d’activité, congrès, UD de la Creuse, 4 avril 1948.

97 Rapport d’activité, congrès, UD de Meurthe-et-Moselle, 8-9 mai 1948.

98 Rapport de Lucien Didelot, UD de l’Yonne, 19 décembre 1947 ; et rapport d’activité, congrès, UD de Savoie, 26-27 juin 1948.

99 Rapport d’activité, congrès, UD de Savoie, 26-27 juin 1948.

100 Rapport d’activité, congrès, UD de Seine-Inférieure, 1er-2 octobre 1949.

101 Rapports d’activité, congrès, UD de la Creuse et de Meurthe-et-Moselle, 4 avril et 8-9 mai 1948.

102 Procès-verbal de la CA de l’UD de Seine-et-Marne, 20 décembre 1947 ; rapports d’activité, congrès, UD de Corrèze, du Cher, du Var et de la Savoie, 8-9 mai, 26-27 juin 1948.

103 Rapports d’activité, congrès, UD de Corrèze et des Bouches-du-Rhône, 8-9 mai, 25-27 juin 1948.

104 Rapport, UD du Vaucluse, 19 janvier 1948.

105 Note, s. d., d’un délégué de la Confédération en tournée dans la Haute-Marne et rapport, UD du Vaucluse, 19 janvier 1948.

106 Rapports, UD du Calvados et de Haute-Savoie, 20 et 21 janvier 1948.

107 Rapports, UD de l’Yonne, de Saône-et-Loire, du Puy-de-Dôme, des Bouches-du-Rhône, du Lot-et-Garonne, Isère, 19 décembre 1947, 15, 20, 29 janvier et 9 juin 1948 ; rapport d’activité, congrès, UD du Gard, 17-18 avril 1948.

108 Rapport d’activité, congrès, UD du Gard, 17-18 avril 1948.

109 Rapport de Pierre Gabrielli, 20 janvier 1948.

110 Rapport, 20 janvier 1948.

111 Procès-verbal de la CA de l’UD de Seine-et-Marne, 20 décembre 1947.

112 Rapport d’activité, XXVIIe congrès national de Paris, 11-15 octobre 1948, compte rendu sténographique, Éd. de la CGT, s. d., p. 12.

113 Intervention de Labrousse, 27e congrès…, op. cit., p. 155.

114 Rapport de Lucien Didelot, UD de l’Yonne, 19 décembre 1947.

115 Rapport de Lejeune, UD des Vosges, 20 janvier 1948.

116 Rapport d’activité, congrès, UD de Savoie, 26-27 juin 1948.

117 Rapport, UD du Vaucluse, 19 janvier 1948.

118 Rapport, UD de la Haute-Marne, 14 octobre 1949.

119 Rapport d’activité, congrès, UD de Seine-Inférieure, 1er-2 octobre 1949.

120 Rapport de Pierre Gabrielli, 20 janvier 1948.

121 Rapport, UD du Vaucluse, 19 janvier 1948 ; compte rendu du Comité général de l’UD de Côte d’Or, 16 octobre 1949.

122 Rapport, UD du Vaucluse, 19 janvier 1948.

123 Rapport moral, congrès, UD des Ardennes, 13 mars 1948.

124 Rapport, UD de la Sarthe, 29 février 1948.

125 Rapport, UD de la Haute-Marne, 14 octobre 1949.

126 Rapport d’activité, congrès, UD de Savoie, 26-27 juin 1948.

127 Procès-verbal de la CA de l’UD des Vosges, 6 mars 1948.

128 Procès-verbal de la CA de l’UD des Deux-Sèvres, 18 avril 1948.

129 Procès-verbal de la CA de l’UD des Vosges, 6 mars 1948.

130 Rapport d’activité, congrès, UD de la Creuse, 4 avril 1948.

131 Rapport, UD de la Sarthe, 29 février 1948.

132 Rapport d’activité, congrès, UD des Deux-Sèvres, 30 mai 1948.

133 Rapport, UD du Cher, 19 janvier 1948.

134 Rapport de Lucien Didelot, UD de l’Yonne, 19 décembre 1947.

135 Rapport de Roger Duprat, UD de l’Allier, 22 janvier 1948.

136 Rapport moral, congrès, UD des Ardennes, 13 mars 1948.

137 Rapport moral, congrès, UD des Vosges, 23-24 avril 1949.

138 Rapport moral, congrès, UD des Ardennes, 13 mars 1948.

139 Rapports, UD de l’Yonne et de la Sarthe, 19 décembre 1947 et 29 février 1948.

140 Rapport d’activité, congrès, UD des Deux-Sèvres, 30 mai 1948.

141 Procès-verbal de la CA de l’UD des Deux-Sèvres, 18 avril 1948.

142 À l’occasion d’une session du CC du PCF. Cf. R.Menchérini, Guerre froide…, op. cit., p. 235-244.

143 Marcel Dufriche, art. cit., p. 60.

144 Note de Pierre Gabrielli, le 12 mars 1949.

145 Cité par André Bergeron, FO. Confédération Force ouvrière, Paris, EPI, 1971, p. 29.

146 Ibid., p. 28.

147 André Bergeron, Lettre ouverte à un syndiqué, Paris, Albin Michel, 1975, p. 69.

148 Ibid

149 Benoît Frachon, Au rythme des jours, t. 1 : 1944-1954, Paris, Éd. sociales, 1967.

150 Jean Bruhat et M. Piolot, Esquisse d’une histoire de la CGT (1895-1965), Paris, CGT, 1966, notamment p. 201-204.

151 « Entretien de Pierre Delon avec Claude Willard », Cahiers d’histoire de l’IRM, n° 20, 1985, p. 104.

152 « Entretien… », art. cit., p. 58.

Auteur

Professeur à l’université Paris I – Centre d’histoire sociale du xxe siècle

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540