Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La naissance de Force ouvrière

 | 
Michel Dreyfus
, 
Gérard Gautron
, 
Jean-Louis Robert

Deuxième partie. Les militants

Les responsables départementaux de force ouvrière durant l’ère Bothereau

Michel Dreyfus

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Gérard Adam, La CGT-FO, Paris, A. Colin, 1966 ; Alain Bergounioux, Force ouvrière, Paris, Seuil, 1 (...)
  • 2 Cf. notamment dans ce volume les contributions de Marie-Louise Goergen pour les cheminots, de Jean (...)

1En dépit de quelques travaux pionniers1, l’histoire de Force ouvrière reste largement à écrire. L’historiographie relative à cette Confédération étant aujourd’hui bien mince, on ne s’étonnera pas que de multiples questions se posent au sujet de ses responsables. Nous ne traiterons ici ni des dirigeants nationaux de Force ouvrière, ni de ceux des Fédérations qui, pour un petit nombre, ont attiré les historiens2. En revanche, nous esquisserons un premier portrait général des responsables départementaux de la Confédération durant le secrétariat général de Robert Bothereau. Nous précisons bien ses responsables, et pas seulement les secrétaires de ses Unions départementales : s’attacher à cette seule fonction eut par trop restreint le champ de la recherche. Nous avons donc également pris en compte, autant que possible, les trésoriers, les propagandistes, parfois les archivistes ainsi que tous ceux qui, dans l’ensemble de l’Hexagone, sont apparus comme des « pionniers » de Force ouvrière, de ses origines aux années ayant précédé 1968.

  • 3 Je remercie ici Helga Grunenwald et Gérard Gautron qui ont effectué un premier dépouillement, extr (...)

2Cette période, qui coïncide grosso modo avec celle du secrétariat général de Robert Bothereau, correspond aussi au cadre chronologique des recherches menées actuellement dans l’enquête prosopographique sur les militants ouvriers de 1940 à 1968 : comme on le sait, cette enquête poursuit la grande aventure du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (DBMOF), le « Maitron ». Nous avons donc procédé à un dépouillement systématique de Force ouvrière puis de Force ouvrière hebdo (FOH), de 1948 à nos jours3, et notamment des nécrologies qui y sont publiées. Nous avons utilisé les biographies rédigées par nos soins dans ce cadre ainsi que certaines informations transmises par des participants à cette enquête. Nous avons également procédé à une recherche systématique des militants concernés : quand ces derniers figuraient déjà dans la 4e série du DBMOF, nous avons intégré les éléments biographiques nouveaux à ce que nous savions déjà sur eux, en particulier en ce qui concerne leurs responsabilités syndicales, parfois politiques. Enfin, en aval, il a été possible de poursuivre le parcours d’un certain nombre de ces responsables : d’abord, jusqu’en 1956 à partir d’une liste partielle des secrétaires des Unions départementales de Force ouvrière à cette date, puis, jusqu’en 1965, grâce au recensement de l’ensemble des secrétaires d’Unions départementales établi par Gérard Adam. Ces différentes sources ont permis de travailler sur un corpus de plus de 350 militants significatifs, répartis sur la quasi-totalité des départements français. On dispose ainsi d’une première photographie de l’ensemble des responsables départementaux de Force ouvrière, durant le secrétariat général de Robert Bothereau.

Des dirigeants aguerris ?

3En premier lieu se pose la question, essentielle, de la rupture ou de la continuité : parmi ces dirigeants départementaux, combien étaient déjà en fonction avant la guerre ? Quel était alors leur niveau de responsabilité ? Combien ont émergé durant la Résistance ? Combien apparaissent à la Libération ? Pour répondre à ces questions, il faut prendre en compte un élément spécifique à l’histoire du courant confédéré qui ne concerne évidemment pas les unitaires : dans les luttes de tendances qui se sont poursuivies au sein de la CGT après la réunification de 1936, de nombreux confédérés ont appartenu au courant organisé autour du journal Syndicats, ce qui n’a jamais été le cas pour les unitaires. Mais Syndicats ayant disparu corps et bien durant la tourmente, un certain nombre de ses animateurs, à commencer par le plus connu, René Belin, s’engagent dans la voie du syndicalisme « légal » : à la Libération, beaucoup seront épurés au bénéfice des unitaires. L’épuration introduit donc dans l’histoire du syndicalisme confédéré une rupture assez différente de celle que les unitaires ont subie à travers la répression qui les a frappés à partir de 1939. On ne traitera pas ici de l’épuration syndicale qui reste relativement mal connue en province. Cet épisode a pu influer sur la trajectoire de quelques pionniers départementaux de Force ouvrière : on voit l’épuration apparaître furtivement, mais dans quelques cas seulement qui semblent être restés isolés.

  • 4 Sondage qui n’est pas sans laisser quelques doutes pour un certain nombre de militants moins connu (...)

4Une indication sur le degré relatif de stabilité des premiers responsables départementaux de FO est fournie par la lecture du DBMOF : l’appartenance au « paradis des militants » offre un premier indice. Toutefois, ce critère reste à vérifier car un certain nombre de militants, syndicalistes ou politiques, actifs avant 1939, ont pu échapper aux chercheurs du DBMOF. Mais cette éventualité ne peut être retenue pour les syndicalistes qui ont fortement marqué leur département ou leur région. 455 militants figurant dans le « Maitron » ont rejoint ensuite Force ouvrière mais seule une partie nous concerne directement ici : une centaine ont milité principalement dans le cadre de leur fédération et par ailleurs, on ignore l’implantation départementale de certains autres. En effectuant le sondage en sens inverse à partir des 350 militants retenus de FO4, nous disposons d’une première indication : sur cet ensemble, une soixantaine, soit un petit cinquième du total, militaient déjà avant la guerre.

  • 5 Sauf indications contraires, les militants repérés avant 1939 figurent dans le DBMOF et nous y ren (...)
  • 6 Robert Bothereau, « Eugène Brisset », Force ouvrière, 14 septembre 1960.

5L’examen des militants de province qui participent à la fondation de Force ouvrière, en particulier lors des deux conférences de novembre et décembre 1947, permet d’en savoir davantage. Lors de ces deux réunions, une trentaine de militants interviennent au nom des groupes provinciaux de Force ouvrière. Douze figurent dans le DBMOF, signe d’un parcours syndical antérieur significatif5 : il s’agit de Marcel Babau (Bouches-du-Rhône), Aldo Bandieri (Isère), Charles Bereaux et Georges Beyaert (Nord), Louis Bracar (Lot-et-Garonne). André Bergeron se rattache à ce groupe mais sans doute davantage en raison de ses responsabilités futures car jusqu’en 1939, il est resté à un échelon syndical modeste. Eugène Brisset, qui a succédé en 1932 à Robert Bothereau à la direction de l’Union départementale du Loiret, exerce cette fonction jusqu’en 1948 ; « n’ayant pu surmonter le choc » que représente pour lui la scission syndicale – sa santé semble être ébranlée – il abandonne peu après cette responsabilité. Il reprend alors une activité à la direction de l’Office départemental des HLM. Tout en cessant de militer de façon active, il reste proche de Force ouvrière, ce qui explique l’article ému que lui consacre Robert Bothereau à sa mort, en septembre 19606. René Cochinard (Marne), Alfred Flament (Nord), Henri Madrat (Ain) René Peeters (Meurthe-et-Moselle) et Irma Rapuzzi (Bouches-du-Rhône) complètent cette liste. Au terme de la réunion des 8-9 novembre 1947, une Commission administrative, composée de quinze militants – dix pour Paris et cinq pour la province – est placée à la tête du groupe Force ouvrière. La province est représentée par Georges Beyaert, Eugène Brisset, Carpentier (Pas-de-Calais), Henri Madrat et Raymond Perrier (Puy-de-Dôme). À l’exception de Carpentier qui ne figure pas dans le DBMOF, tous ont exercé des responsabilités syndicales avant la guerre. Il n’y a rien d’étonnant à cela : les militants qui prennent la responsabilité de jeter les bases d’une nouvelle organisation syndicale ont déjà une certaine ancienneté.

  • 7 Ce texte est publié in 19 décembre 1947 : Force ouvrière, ouvrage réalisé par l’UD FO de Seine-Sai (...)
  • 8 Est-il secrétaire de l’Union départementale de Loire-Atlantique en 1939 ? Résistant de la première (...)
  • 9 Toutefois, en 1947, Georges Theillet est secrétaire de l’Union CGT de Haute-Marne et apparenté à R (...)
  • 10 FOH, n° 1371, 28 novembre 1973. Raymond Patoux est le premier secrétaire de l’Union CGT du Maine-e (...)
  • 11 L’un d’eux, Julien Forgues, restera à la CGT.

6Lors du Comité confédéral national de la CGT tenu les 12-13 novembre, peu après cette conférence, quatorze membres de cette instance signent, en tant que représentants d’Unions départementales, le texte proposé par Léon Jouhaux, et Robert Bothereau7. Huit occupaient déjà des responsabilités avant la guerre. Ce sont Eugène Brisset, René Cochinard, Julien Forgues, secrétaire de l’Union de Haute-Garonne en 1939, Gabriel Goudy, secrétaire de l’Union locale de Nantes en 19398, Pierre Grente, secrétaire de l’Union de l’Eure à cette date, Marcel Ruffet, secrétaire de l’Union locale de Lons-le-Saunier en 1936, Marcel Tschann, secrétaire adjoint de l’Union du Territoire de Belfort en 1939 et Joseph Walliser qui occupe alors cette fonction dans le Haut-Rhin. En revanche, on ignore si Bertin (Mayenne), Jean Chiriconi (Ain), Maxime Lelièvre (Manche), Maisonneuve (Doubs), et Georges Theillet9 (Haute-Marne) exerçaient une responsabilité syndicale, même minime, avant 1939. Enfin, Raymond Patoux a fait ses premières armes de militant à partir de 1943 dans la Résistance et le syndicalisme clandestin10. Ce sont donc huit militants apparus durant les années 1930, en particulier sous le Front populaire11, contre six aux responsabilités plus modestes, qui, au nom de la province, se prononcent en faveur d’une nouvelle organisation. Au terme de la seconde conférence de Force ouvrière (18-19 décembre 1947) est mise en place une Commission : outre le groupe central Force ouvrière, elle inclut les provinciaux suivants : Marcel Babau, René Cochinard, René Peeters et Joseph Terrène (Basses-Pyrénées). Nous avons déjà rencontré les trois premiers, seul le dernier ne figure pas dans le « Maitron ». Ici encore et de façon logique, ce sont des militants aguerris qui sont à l’initiative.

Quelques anciens unitaires

  • 12 Force ouvrière, n° 1045, 4 mai 1966.

7Certains de ces responsables ont été communistes et/ou syndicaliste unitaires : dans l’Isère, Aldo Bandieri (1899-1955), qui offre la particularité d’être né en Italie, est ouvrier du Livre ; secrétaire du syndicat CGTU puis CGT du Livre à Grenoble jusqu’en 1939, il est le premier secrétaire de l’Union départementale Force ouvrière de l’Isère, de 1947 jusqu’à sa mort. Alfred Tschann (1899-1975) a rompu avec le PC en 1937, vraisemblablement en raison de ses désaccords avec les procès de Moscou. En Moselle, l’ouvrier métallurgiste René Schwob (1904-1994) a été jusqu’en 1939 membre du PC et le secrétaire du Syndicat des métaux de la Moselle : il sera le premier secrétaire de l’Union départementale FO jusqu’en 1965, au moins. Dans le Haut-Rhin, Joseph Walliser (1895-1966), mineur de potasse, a rompu avec le PC à la suite du Pacte germano-soviétique et adhéré à la SFIO : premier secrétaire de l’Union départementale du Haut-Rhin en 1947, il représente ensuite la Confédération au Conseil économique et social12. Pour ces deux derniers militants, la rupture avec le PC en 1939 peut aussi s’expliquer par un patriotisme spécifique provenant de leur origine géographique. Ouvrier boulanger à Reims, René Cochinard (1903-1980) a quitté la CGTU vers 1930 ; en 1935, il a été secrétaire du syndicat CGT de l’alimentation. Fondateur de l’Union FO de la Marne, il la dirigera jusqu’en 1968 et siégera également dans les instances nationales de la Confédération dont il sera une des figures marquantes dans toute la région. Enfin René Graux, né en 1906, se rattache également à ce groupe : il a été le secrétaire du syndicat CGTU de l’alimentation dans la région de Saint-Quentin et membre du PC, avant d’en exclu en 1937 ; de 1948 à 1968, il est le secrétaire de l’Union départementale de l’Aisne.

8Il ne semble pas que d’autres secrétaires d’Unions départementales de Force ouvrière soient passés par les rangs de la CGTU et du PC ; toutefois, si on élargit ce groupe aux pionniers, aux trésoriers, etc., on trouvera évidemment un plus grand nombre de militants issus de la mouvance communiste. Dans quelles proportions ? Bien plus rares sont les anciens trotskystes : parmi les secrétaires d’Unions départementales en 1948, un seul, Charles Bereaux, a été membre du Groupe bolchévik-léniniste en 1935 puis responsable syndical des PTT de la région lilloise en 1938 ; de 1948 à 1952, il est le secrétaire de l’Union départementale du Nord.

De nombreux socialistes

  • 13 Force ouvrière hebdo, 29 mars 2000.
  • 14 Jean-Pierre Besse, « Xavier de Bernardi », biographie pour la 5e série du DBMOF.
  • 15 La plupart de ces militants socialistes figurent in DBMOF. Leur biographie est en cours de complém (...)
  • 16 Yvan Raguenez, La Scission CGT-FO dans le Finistère, mémoire de maîtrise, université de Bretagne o (...)

9On ne s’étonnera pas de trouver, parmi ces responsables, un plus grand nombre de membres de la SFIO ou qui en sont proches. Citons les principaux : dans l’Orne, Henri Alexandre, secrétaire de l’Union départementale de 1952 à 1962, voire après, se présente aussi sous l’étiquette de la SFIO lors des élections législatives de 1962 et 1967. Dans la Meuse, Joseph Berger (1899-1968), secrétaire du Syndicat de l’alimentation depuis 1936, a été trésorier de la Fédération socialiste SFIO de la Meuse depuis le début des années 1930 ; il est le secrétaire adjoint de l’Union FO de la Meuse à sa création. En Mayenne, l’instituteur Auguste Beuneux (1900-1964), membre de la SFIO depuis 1935, responsable du Syndicat national des instituteurs (SNI), est secrétaire de l’Union départementale durant sa première décennie ; il exerce également des responsabilités municipales à Laval jusqu’à sa mort. Dans le Nord, le syndicaliste du Bâtiment Georges Beyaert (1901-200013) a milité à la SFIO et à la CGT au lendemain de la Première Guerre mondiale ; il met sur pied l’Union départementale Force ouvrière et la dirigera jusqu’en 1967. Socialiste et syndicaliste depuis 1912, Louis Bracar, secrétaire de l’Union CGT clandestine du Lot-et-Garonne pendant la guerre, y est un des pionniers de FO. René Cochinard est l’adjoint du maire socialiste de Reims. Dans les Pyrénées-Orientales, Raoul Guignon (né en 1904), secrétaire départemental de la Fédération PTT, puis un des responsables de la Résistance, secrétaire adjoint de la Fédération départementale de la SFIO, est un pionnier de FO ; tout comme l’est Raymond Latorre, ouvrier à l’Arsenal de Tarbes et trésorier de la section SFIO des Hautes-Pyrénées après la Seconde Guerre mondiale. Dans la Nièvre, Marcel Marcelot (1904-1964), responsable SFIO et secrétaire de l’Union départementale CGT avant la guerre, retrouve cette responsabilité à la Libération, avant d’être le premier secrétaire de l’Union FO. Dans le Var, Joseph Menghi (1914-1968), ouvrier à l’Arsenal maritime, un des responsables de l’Amicale socialiste de l’Arsenal sous le Front populaire, est le premier secrétaire de l’Union départementale FO jusqu’à sa mort en 1968. Dans l’Oise, cette fonction est occupée jusqu’en 1952 par l’enseignant Xavier de Bernardi (né en 1919) qui est aussi un militant socialiste – il quittera ce parti après 195314. Dans le Territoire de Belfort, André Bergeron (né en 1922) a adhéré aux Jeunesses socialistes en 193615. Dans le Finistère enfin, l’implication de la SFIO dans la constitution de Force ouvrière est déterminante16. Ce ne sont là que quelques exemples.

  • 17 Pierre Matazaud, « Raymond Perrier », biographie pour la 5e série du DBMOF.
  • 18 Christian Bougeard, « André Laithier », idem.

10Tout en exerçant des responsabilités à Force ouvrière, certains de ces dirigeants mènent aussi une carrière politique au sein de la SFIO : ainsi, Raymond Perrier, secrétaire de l’Union CGT du Puy-de-Dôme et de la Haute-Loire en 1936-1939, « devient un des principaux artisans de l’implantation de la CGT-FO dans la région clermontoise, sans occuper pour autant de fonction officielle majeure dans la nouvelle organisation syndicale17 » ; de 1947 à 1971, il est aussi le premier adjoint du maire SFIO de Clermont-Ferrand, Gabriel Monpied. Dans les Côtes-du-Nord où le développement de Force ouvrière semble « faible » en 1953, selon les Renseignements généraux, André Laithier, professeur de lycée, poursuit une carrière politique et syndicale parallèle ; secrétaire de l’Union départementale Force ouvrière de 1948 à 1967, il est également secrétaire fédéral de la SFIO et conseiller municipal de Saint-Brieuc18.

Une relation distante avec la SFIO

  • 19 Outre la contribution de Denis Lefebvre dans ce volume, cf. également son étude, « La SFIO face à (...)
  • 20 Je remercie ici Gilles Morin qui a établi cette liste et qui me l’a transmise.

11En ces années de jeunesse de Force ouvrière, la relation avec la SFIO est parfois essentielle pour retracer le parcours de certains militants. Fort complexe, cette relation est d’une nature différente de celle qui unit le PC et la majorité des responsables de la CGT. Pour autant qu’on le sache, car si la SFIO s’intéresse à la vie syndicale, elle le fait de façon assez inégale suivant les départements. La question des rapports entre socialistes et confédérés est posée dans le Nord dès décembre 194519 mais cette précocité qui s’explique par les spécificités du socialisme dans ce département ne se retrouve guère ailleurs : c’est bien plus la distanciation, voire le manque d’intérêt qui semblent de mise. Sur quelque 1 600 responsables socialistes en exercice de la Libération à 1968 dans tout l’Hexagone20 – députés, sénateurs, maires, conseillers généraux municipaux et régionaux – moins d’une centaine auraient été membres de Force ouvrière ; la plupart n’y ont pas exercé de responsabilités significatives. Que l’on ne trouve ni députés, ni sénateurs, ni maires parmi les dirigeants de FO peut se comprendre ; la règle sacro-sainte de l’indépendance syndicale doit être respectée. En revanche, on aurait pu penser que les choses se présenteraient de façon différente à un niveau de responsabilité politique plus modeste.

  • 21 Cf. sa contribution dans cet ouvrage.

12Aussi, les rapports entre Force ouvrière et la SFIO ne peuvent être mis sur le même plan que ceux existant entre la CGT et le Parti socialiste durant l’entre-deux-guerres. Les relations, souvent étroites jusqu’en 1948-1949 entre les deux organisations, tendent ensuite à se distendre discrètement pour des raisons encore mal connues : faut-il incriminer l’affaiblissement de la SFIO à partir du milieu des années 1950, en particulier en raison de sa politique en Algérie ? Dans quelle mesure Force ouvrière prend-elle ses distances à l’égard de ce parti politique qui a pourtant affirmé vouloir privilégier ses relations avec elle ? On sait que, durant les années qui suivent la création de FO, la SFIO interdit à ses militants d’adhérer à la CGT ; laïcité oblige, rares sont ceux qui se tournent alors vers la CFTC. Quoi qu’il en soit, l’hypothèse d’une distanciation des relations entre la SFIO et FO à partir du début des années 1950 semble également confirmée par Denis Lefebvre, à partir de l’examen des archives de la SFIO21. En ce domaine, l’histoire de Force ouvrière ne s’inscrit plus complètement dans le sillage de celle de la CGT confédérée : alors que, de 1921 à 1939, la relation entre socialistes et confédérés a été marquée par la proximité et une certaine stabilité, il semble que FO et la SFIO s’inscrivent davantage dans un processus de lente séparation. L’entre-deux-guerres a signifié pour la SFIO un renforcement continu après le choc du congrès de Tours : très affaiblie après la scission de 1920, elle a connu à partir de 1923-1924 une remontée lente mais régulière : s’il est vrai que, sous le Front populaire, les progrès n’ont pas été aussi spectaculaires que ceux dont a bénéficié son rival, le Parti communiste, ils ont toutefois existé. À partir du milieu des années 1950, la SFIO entre au contraire dans une crise profonde. Les années Bothereau correspondent sur le plan chronologique à cette période de difficultés.

  • 22 Établi en 1999 et rapporté par Michel Cordillot que je remercie ici. Ce témoignage corrige certain (...)
  • 23 Jacques Favier, 57 ans dans le mouvement syndical, texte dactylographié, 47 p., conservé à Force o (...)
  • 24 Lettre à Michel Cordillot (4 juillet 1999) et transmise par ce dernier que je remercie.
  • 25 « Le congrès de l’UD des Basses-Alpes a constaté une extension de notre syndicat », Force ouvrière(...)
  • 26 Pierre Bonnaud, « Pierre, Victor Fournier », biographie pour la 5e série du DBMOF.
  • 27 Informations fournies le 16 novembre 1998 par André Sapaly, que je remercie.

13Toutefois, ce processus de distanciation prend du temps : dans ces premières années de Force ouvrière, la relation avec la SFIO peut influer de façon complexe sur la trajectoire de certains responsables syndicaux. Ainsi, Jacques Favier (né en 1918), rédacteur de préfecture, a adhéré à la SFIO et à la CGT sous le Front populaire. Engagé volontaire en 1939, résistant de la première heure, il rejoint le maquis de l’Ain en juillet 1944 avant d’intégrer la division alpine des FFI. Il est un des créateurs de Force ouvrière dans ce département. Selon son témoignage22, il se serait occupé « de choses discrètes » avec les Américains, mais il ne précise pas lesquelles ; il reste également discret sur cette question dans ses mémoires inédits23, jugeant qu’il y a peut-être là « sujets à controverses24 ». Il sera secrétaire adjoint de l’Union Force ouvrière de l’Ain jusqu’en 1949 puis, après un bref passage à Vesoul, sera secrétaire, en fait puis en titre, de l’Union des Basses-Alpes de 1950 à 196125 ; il poursuivra son militantisme dans l’Yonne. Un des fondateurs de Force ouvrière dans l’Ardèche, Pierre Fournier, présente une biographie assez analogue : secrétaire de la Fédération SFIO de l’Ardèche de 1948 à 1951 puis de 1956 à 1964, il use « de son influence pour faire adhérer les militants socialistes à la nouvelle organisation syndicale26. » En Gironde, le premier trésorier de l’Union FO, André Mourlanne (1921-1997), a adhéré aux Jeunesses socialistes de Langon en 1937 ; il militera au sein de la SFIO puis du PS jusqu’à sa mort27. Toutefois, au sein de la Confédération, ces militants socialistes semblent en minorité.

Des syndicalistes sourcilleux

  • 28 FOH, n° 1458, 18 février 1976.
  • 29 FOH, n° 1155, 20 novembre 1968.
  • 30 Le 7 juin 1974, il est réélu secrétaire général de l’Union lors de son xve congrès (FOH, n° 1399, (...)
  • 31 Information fournie par Marie-Louise Goergen que je remercie ici.
  • 32 « Lapeyrade nous a quittés », Force ouvrière, 21 décembre 1960.
  • 33 « Henri Madrat prend sa retraite », FOH, n° 1472, 9 juin 1976.
  • 34 Gilles Alves, « Hubert Chemin » et « René Gradel », biographies pour la 5e série du DBMOF.

14Inversement, d’autres pionniers de Force ouvrière n’appartiennent pas, selon toute vraisemblance, à un parti politique : citons, parmi eux, le cheminot Louis Vedrenne (1906-1976), premier secrétaire de l’Union de Corrèze28 et André Boban (1914-1968), ouvrier textile et secrétaire adjoint de l’Union des Vosges en 194829. Gabriel Goudy (né en 1902), ouvrier plâtrier, a exercé des responsabilités à l’Union locale CGT de Nantes ; résistant, il exercera à nouveau des responsabilités à l’Union locale FO de cette ville. Résistant, Alfred Klein est syndiqué du Livre et secrétaire de l’Union Force ouvrière de Meurthe-et-Moselle en 1948. D’autres pionniers de Force ouvrière en province exerçaient déjà des responsabilités syndicales avant la guerre : ainsi, l’instituteur Marcel Babau (1904-1986), secrétaire adjoint de l’Union CGT des Bouches-du-Rhône en 1935, est le premier secrétaire de FO dans ce département jusqu’en 1956. Le postier P. Boudinet, qui a siégé à la Commission exécutive de l’Union CGT de l’Aube de 1937 à 1939, y est ensuite un pionnier de FO. Secrétaire du syndicat Ports et Docks en juillet 1938, Émile Lesven est trésorier adjoint de l’Union Force ouvrière de la Manche en 1948. Alexandre Hébert est secrétaire général de l’Union de Loire-Atlantique depuis 1949 jusqu’en 1974, voire après30 : s’il a sans doute des liens avec les anarcho-syndicalistes et l’extrême gauche, il n’appartient pas à un parti politique31. Secrétaire de l’Union CGT de l’Aveyron de 1936 à 1939, Jules Libourel (1879-1963) y est ensuite un des animateurs de la nouvelle Confédération. Louis Nedelec, secrétaire de l’Union locale du Havre en 1930, est un pionnier de Force ouvrière en Seine-Inférieure. Dans les Basses-Alpes, aux côtés de l’enseignant socialiste Gaston Bruschini, ancien secrétaire de l’Union CGT de 1929 à 1938, se trouve Félix Mathieu qui exerçait aussi des responsabilités syndicales avant la guerre ; il sera le premier secrétaire de l’Union FO jusqu’en 1956. Il est assisté d’Henri Ferro qui, avant la guerre, était un « syndicaliste sourcilleux » à l’égard des partis politiques : proche de Syndicats, il occupait déjà des responsabilités syndicales. Le fondateur de l’Union de Charente-Maritime, Jean Lapeyrade (1899-1960) était en 1930 un des animateurs du syndicat des Douanes. Après avoir milité dans la Résistance, il reprend ses activités syndicales mais ne semble pas avoir appartenu à un parti politique ; il sera secrétaire de l’Union de Charente-Maritime jusqu’en 195832. Henri Madrat (1909-1993) ne semble pas non plus avoir été socialiste : membre de la Commission exécutive de Force ouvrière en 1948, il sera secrétaire de l’Union de l’Ain, de 1950 à 197633. En Vendée, l’employé de préfecture Eugène Chapelier, qui était un des responsables de l’Union CGT en 1934, est un des créateurs de FO. En Haute-Marne, Hubert Chemin, inspecteur des contributions directes, devient secrétaire adjoint de l’Union et en février 1951, il succède à René Gradel à la tête de cette instance jusqu’en 1960 au moins34. Aucun de ces responsables syndicaux ne semble avoir appartenu à un parti politique.

Un grand nombre de résistants

  • 35 Sur le COSI, cf. Jean-Pierre Le Crom, « De la philanthropie à l’action humanitaire », Philippe-Jea (...)
  • 36 FOH, n° 1554, 14 juin 1978.
  • 37 FOH, n° 1104, 6 septembre 1967.
  • 38 En revanche, on trouve quelques éléments d’information, supplémentaires in Aya Aglan, Libération-N (...)

15S’il n’est pas toujours facile de suivre le parcours de ces militants pendant la guerre, il semble bien toutefois que la majorité d’entre eux aient été des résistants. Certes, René Dumas (né en 1891), proche de Syndicats de 1936 à 1939, a été secrétaire du Comité ouvrier de secours immédiat (COSI) fin 1943 ; on le retrouve secrétaire adjoint de l’Union locale Force ouvrière de Toulon. Son cas semble assez atypique : aucun responsable de Force ouvrière ne semble avoir joué antérieurement un rôle notable au sein de ce Comité35. Eugène Guilloton a milité dans les rangs du syndicalisme « légal » encouragé par Vichy mais s’est opposé à Georges Dumoulin ; il est exclu de la CGT et de la SFIO à la Libération mais dès 1948, on le retrouve responsable de l’Union locale de Lille Force ouvrière. L’action d’Aldo Bandieri durant la guerre suscitant quelques controverses, il est exclu pour cinq ans de toute responsabilité syndicale à la Libération ; là aussi, la sanction est rapidement levée et il retrouve ses fonctions. Ces quelques cas qui provoquent des débats, voire des polémiques, restent des exceptions comme le montrent a contrario les engagements de Marcel Babau, Auguste Beuneux, Georges Beyaert, Louis Bracar, René Cochinard, Alfred Flament, Marcel Fontan, Gabriel Goudy, Raoul Guignon, Alfred Klein, Henri Madrat, Raymond Perrier : pour tous ces militants, comme pour bien d’autres, la participation à la Résistance est attestée. En Charente, Louis Pataud36 (1892-1978), Croix de guerre et Médaille militaire de la Première Guerre, a été résistant et déporté à Auschwitz puis à Dachau. De retour en France, il est secrétaire départemental du Syndicat des personnels administratifs de la Défense nationale et un des pionniers de FO dans son département, où il milite jusqu’à sa mort. En Haute-Garonne, Raoul Marty (1883-1967), secrétaire général adjoint de la Fédération des tabacs en 1934, a appartenu au Mouvement de libération nationale (MLN) puis au Comité de libération ; ensuite, jusqu’à sa mort, il siège à la Commission exécutive de l’UD37. La recherche pourrait se poursuivre à travers l’examen de la composition des Comités départementaux de libération (CDL) mais les quelques sondages auxquels nous avons procédé ne nous ont guère appris davantage38.

Des dirigeants stables

  • 39 Il le sera jusqu’en 1971 ou 1972, après avoir présenté le rapport moral lors du xve congrès de l’U (...)
  • 40 Syndiqué à 27 ans, membre de Libération-Nord, puis du Comité de libération de Reims, il est le sec (...)
  • 41 Michel Barbat (1908-1987) est secrétaire de cette Union jusqu’en 1969 (FOH, n° 1193, 15 octobre 19 (...)
  • 42 Métallurgiste de profession, Fernand Leveau (1906-1971) est le premier secrétaire de l’Union de la (...)
  • 43 Né en 1922, Marcel Dehove accomplit une « brillante carrière dans l’administration hospitalière ». (...)
  • 44 Il le reste jusqu’à sa mort en décembre 1968 (FOH, n° 1161, 8 janvier 1969).
  • 45 Il le restera jusqu’en 1980.
  • 46 FOH, n° 1333, 3 janvier 1973.

16La longévité de certains de ces responsables est tout à fait frappante : en 1965, près d’une vingtaine de ceux qui ont été parmi les créateurs ou les pionniers de Force ouvrière en 1947-1948 – soit un quart – sont toujours aux commandes de leur Union départementale. Nous en avons déjà rencontré certains, en voici la liste complète : Henri Madrat (Ain), René Graux, (Aisne), Roger Lerda (Bouches-du-Rhône), Pierre Roux (Cantal), G. Alba (Corrèze)39, André Laithier (Côtes-du-Nord), Jean-Henri Laffont (Gironde), René Cochinard (Marne)40, René Schwob (Moselle), Michel Barbat (Puy-de-Dôme)41, Fernand Leveau (Sarthe)42, Marcel Dehove (Seine-Maritime)43, Roger Sol (Tarn-et-Garonne), Joseph Menghi (Var)44, Joseph Bouvet (Vaucluse)45, Lucien Poirier (Yonne), Albert Tschann (Territoire de Belfort). Certains de ces militants accèdent assez jeunes aux responsabilités : dans le Loiret, Charles Cathelot (1910-1973), issu du Bâtiment, premier secrétaire de l’Union en 1947, le restera jusqu’en 197146. Dans la Somme, le cheminot Albert Bayard est trésorier adjoint puis trésorier de 1947 à 1990 ; le cas d’André Bergeron est tout aussi remarquable. Faut-il interpréter cette longévité par le fait qu’il s’agit de militants aux qualités exceptionnelles ? Faut-il, au contraire, souligner le fait qu’il ne se trouve personne chez les plus jeunes pour les remplacer ? On ne connaît que peu de choses encore sur l’implantation géographique de Force ouvrière. On sait, naturellement, qu’elle jouit d’une solide influence chez les fonctionnaires et dans les services publics ; en revanche, on ignore son audience dans les départements, en particulier face à la CGT, la CFTC puis la CFDT. Cependant cette longévité des responsables, que, là aussi, il faudrait pouvoir comparer avec celle des autres dirigeants syndicaux, laisse plutôt entrevoir un relatif manque de cadres. Dernière remarque : on sait que, sous le Front populaire puis à la Libération, est apparue une certaine différence d’âges entre unitaires et confédérés : à l’échelon national, les unitaires ont fait émerger des militants généralement plus jeunes que leurs rivaux. Ce décalage se retrouve-t-il au niveau des responsables départementaux des deux courants ?

Quelles professions ?

17Dans quelles professions se recrutent ces syndicalistes ? Sans surprise, on dénombre parmi eux un grand nombre d’employés de l’État – agents hospitaliers (Emmanuel Faucon, premier secrétaire de l’Union du Rhône en 1948 ; Henri Ferro, responsable dans les Alpes-Maritimes) – ou travailleurs des Arsenaux, tels Raymond Latorre (Hautes-Pyrénées) et Joseph Menghi (Var). Nombreux sont les employés et les fonctionnaires : des employés de banque – Marius Allègre, secrétaire de l’Union du Rhône en 1948 ou Armand Allos, trésorier de l’Aude en 1947 – et surtout des employés communaux (Marcel Guays, Côtes-du-Nord) et de préfecture (Eugène Chapellier en Vendée, Jacques Favier, Joseph Lejeune, trésorier du Finistère 1948 ou Maurice Derlin dans l’Eure). Certains, tels Jean-Henri Laffont, secrétaire adjoint de l’Union de Gironde en 1965, ou Lucien Munsch, trésorier adjoint de l’Oise en 1948, travaillent à EDF-GDF. Le groupe des fonctionnaires ainsi que des instituteurs et des enseignants est également considérable comme le montrent ces quelques noms : Marcel Babau, Auguste Beneux, Gaston Bruschini, Xavier de Bernardi, André Laithier, (un des piliers en Côtes-du-Nord, assisté de Leguen), Marcel Moulin (dernier secrétaire de l’Union des syndicats de Tunisie en 1956) ; Irma Rapuzzi (Bouches-du-Rhône) a également commencé comme institutrice. Les cheminots et les postiers constituent aussi un important bataillon : cheminots avec Albert Bayard, trésorier de la Somme, Marcel Fontan, un des pionniers dans l’Allier, Émile Geoffroy (Jura), Alexandre Hébert (Loire-Inférieure), Lamarre (Oise), Marcel Marcelot (Nièvre) Benjamin Segard, (Calvados), Léon Stevenin, (Ardennes), Louis Vedrenne (Corrèze) ; postiers avec Félix Mathieu (Alpes-Maritimes), Denis Fourcel (Aveyron), G. Alba et M. Brun (Corrèze), Charles Bereaux (Nord), Raoul Guignon (Pyrénées-Orientales), Jean Bouvet (Vaucluse).

18En revanche, les métallurgistes – René Gradel (Haute-Marne) René Paclet (Haute-Savoie) qui offre la particularité d’avoir été Jociste ou René Schwob (Moselle) – semblent réduits à la portion congrue comme le sont les mineurs (Jean Edouard, premier secrétaire de l’Aude). Viennent ensuite, mais de façon bien plus limitée, une palette de professions variées. Citons-les par ordre alphabétique : alimentation avec Joseph Berger (Meuse), Gautier (trésorier provisoire des Landes en 1948) et Gabriel Serre en Gironde ; ameublement et bâtiment : Georges Beyaert (Nord), Gabriel Goudy (Loire-Inférieure), Maxime Lelièvre, premier secrétaire de l’Union de la Manche en 1948, Pierre Vaillant (Loire-Inférieure) ; boulangerie : René Cochinard et Jean-Joseph Ducroux, trésorier de l’Union des Alpes-Maritimes ; cuirs et peaux : Jules Libourel (Aveyron) ; livre : Aldo Bandieri, Alfred Klein, fondateur de l’Union de Meurthe et Moselle ; ports et docks : Émile Lesven, trésorier adjoint de la Manche en 1948 ; tabac : René Peeters (Meurthe et Moselle) ; textile : André Boban (Vosges) ; Henri Madrat (Ain) ; voyageurs et représentants de commerce (VRP) : Robert Grivolas (Vaucluse).

Gestionnaires de la « Sécu » et des œuvres sociales

  • 47 FOH, n° 1140, 19 juin 1968.
  • 48 Force ouvrière, 27 novembre 1963. Cf. également Michel Lépinay, Sécu. Faillite sur ordonnance, Par (...)
  • 49 FOH, n° 1172, 25 mars 1969.
  • 50 FNOSS : Fédération nationale des organismes de Sécurité sociale.
  • 51 Outre ce qui a été dit supra sur ce militant, cf. FOH, n° 1200, 3 décembre 1969.
  • 52 FOH, n° 1217, 8 avril 1970.
  • 53 FOH, n° 1575, 25 juin 1979.
  • 54 DBMOF, op. cit., t. 25, p. 37.

19Un grand nombre de ces responsables vont s’impliquer dans la gestion des organismes sociaux. Ainsi, Joseph Berger, secrétaire de l’Union CGT de la Meuse jusqu’en 1939 puis de FO en 1947, présidera pendant vingt ans le conseil des prud’hommes, la Caisse primaire de la Sécurité sociale et, à partir de 1950, il sera administrateur de la Caisse régionale de sécurité sociale ; par ailleurs, il animera de nombreuses œuvres sociales47. Maurice Derlin (né en 1924), est secrétaire administratif de préfecture. Il s’engage dans le syndicalisme à la Libération puis devient le premier secrétaire de l’Union de l’Eure-et-Loir ; il est sans doute le plus jeune des militants à exercer cette fonction. Sa rencontre avec André Bergeron est déterminante pour la suite de sa carrière : en novembre 1951, il est élu à la Commission exécutive de FO puis il accède ultérieurement au Bureau confédéral. En octobre 1967, il est élu à la présidence de la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS), et devient alors le « pape de la Sécu », jusqu’à son éviction le 4 avril 1991. Il symbolise ce qui constitue un des éléments clefs de l’histoire de Force ouvrière, au moins jusqu’au milieu des années 1990 : son fort engagement dans les organismes de gestion de la Sécurité sociale48. Dans les Bouches-du-Rhône, Roger Lerda, (né en 1923), est secrétaire adjoint de l’Union à sa création puis son secrétaire de 1962 jusqu’en 1969 au moins, ainsi qu’administrateur de différentes caisses de sécurité sociale49. Gabriel Goudy qui siège au Conseil économique et social assume durant des années « de hautes responsabilités à la FNOSS50 et à la Caisse prévoyance du personnel de la Sécurité sociale51 ». En Haute-Savoie, Roger Paclet (1920-1970), un des fondateurs de l’Union, est un des dirigeants de la Caisse d’allocations familiales52. Dans le Loir-et-Cher, Élie Deniau (1888-1979), administrateur de la Caisse primaire et de la Caisse régionale de la Sécurité sociale53, s’occupe à ce titre, jusqu’en 1962, de « diverses questions touchant la santé dans la région54 ». Henri Lagauche (mort en 1991, pionnier dans la Marne), Jean Rouzier (né en 1921, un des pionniers de FO en Corrèze) ou René Turc, premier secrétaire de l’Union du Vaucluse, se rattachent également à ce groupe.

20À travers cet examen il apparaît que, sur le plan sociologique, FO s’inscrit assez bien dans la continuité de la CGT confédérée : fonctionnaires et agents de l’État y sont bien représentés. Tout comme le sont aussi, mais sans doute bien davantage encore que dans la décennie 1930, les gestionnaires des organismes sociaux. En revanche, des secteurs comme la mine, la métallurgie, la grande industrie semblent plus en retrait. Toutefois, pour définir avec plus de précision l’implantation sociologique de Force ouvrière, il conviendra également de s’interroger sur les poids respectifs des unions et des fédérations dans l’équilibre de la Confédération, ce qui ne peut être fait ici.

Peu de femmes

  • 55 DBMOF, op. cit. Juliette Barie (1897-1978), également ouvrière du Tabac, offre un profil assez ana (...)
  • 56 Plusieurs femmes ayant milité à cette Fédération rejoignent ensuite Force ouvrière. On trouve quel (...)
  • 57 Cité par Denis Lefebvre, 19 décembre…, op. cit., p. 189.
  • 58 FO, n° 103, 18 décembre 1947.
  • 59 IIe congrès de Force ouvrière. Cf. également Véronique Le Corre, Le Rôle des femmes…, op. cit., p. (...)
  • 60 FO, n° 119, 8 avril 1948.
  • 61 FO, n° 106, 8 janvier 1948.
  • 62 FO, n° 113, 26 février 1948.
  • 63 FO, n° 117, 25 mars 1948.
  • 64 FOH, n° 1241, 11 novembre 1970.
  • 65 FO, n° 109, 29 janvier 1948.
  • 66 Ibid.
  • 67 FO, n° 116, 18 mars 1948.
  • 68 Véronique Le Corre, Le Rôle des femmes…, op. cit., p. 55.
  • 69 FO, n° 114, 4 mars 1948.

21Enfin, les femmes sont peu présentes dans l’univers de Force ouvrière ; outre Marcelle Delabit55, vétéran de la Fédération du tabac56, deux femmes, seulement, interviennent lors des conférences de novembre et décembre 1947. La première, Alice Carbanne, membre de la SFIO, met en garde les socialistes de ne pas donner l’impression qu’ils veulent mettre la main sur l’organisation syndicale : « J’ai dit aux camarades de ne pas montrer trop que les socialistes sont dans ce mouvement57. » L’intervention, beaucoup plus longue, d’Irma Rapuzzi est saluée par le président de séance qui se félicite de voir une femme manifester une aussi bonne connaissance du monde ouvrier. Par la suite, la carrière d’Irma Rapuzzi sera bien plus politique (SFIO) que syndicale. Jusqu’en 1968, rares sont les femmes à occuper des responsabilités départementales à Force ouvrière : deux seulement sont responsables d’Unions départementales : Mme Jacquin (Haute-Saône en 194758) et Claude Comia (Saône-et-Loire) ; ancienne secrétaire du Syndicat du textile de ce département, cette dernière meurt durant l’été 195059. Dans les mêmes années, Lucette Duclos est secrétaire adjointe de l’Union du Tarn. Renée Chappaz est secrétaire administrative de l’Union de l’Oise60 et Henriette Lecasmus de celle de la Manche, à sa constitution61. On trouve quelques trésorières ou trésorières adjointes : Mlle Laboureau dans le Morbihan62, Denise Agnel dans le Rhône63, Alpeda Cogez-Gendre, dans l’Union du Nord, de 1954 jusqu’à sa mort en 197064. En Meurthe-et-Moselle, Marguerite Daniel est trésorière de l’Union à sa création en 194865 et la même année, Mlle Petitjean est archiviste de l’Union des Vosges66 ; dans l’Aisne, Marcelle Davault et Simone Simon appartiennent au groupe fondateur de FO67. En Haute-Vienne, Marguerite Lecardeur, secrétaire du Syndicat départemental du textile, siège aussi à la Commission exécutive de l’Union départementale68. En Gironde, Mme Ducher est « responsable des œuvres sociales de l’Union69 » mais on ne sait pas exactement ce que signifie cette fonction. Soit une douzaine de militantes. Bien que non exhaustive, cette première recherche permet de conclure que dans les premières années de Force ouvrière, et sans oublier l’action de Rose Étienne, membre du Bureau confédéral de 1948 à 1964, peu de femmes y jouent un rôle significatif à l’échelon départemental.

ƒ

22Que conclure de cette présentation ?

  • 70 Témoignage de Jacques Vattier, alors secrétaire général de la Mutuelle générale des PTT (MGPTT), i (...)

23Tout d’abord, on ne peut trancher encore de façon définitive sur les éléments de rupture et de continuité ayant existé entre les anciens confédérés et les animateurs de Force ouvrière. Il sera possible d’en dire davantage au terme de l’enquête prosopographique réalisée sur les militants de 1940 à 1968, lorsque l’ensemble des départements de l’Hexagone auront été couverts ; on disposera alors de données suffisantes pour établir des comparaisons significatives. Toutefois, dès maintenant, trois caractéristiques peuvent être retenues. En premier lieu, la base sociologique de l’implantation de la nouvelle Confédération semble davantage s’inscrire dans la continuité que la rupture. En l’occurrence, Force ouvrière apparaît bien comme l’héritière du courant confédéré : elle est d’abord l’expression d’un syndicalisme de fonctionnaires et d’agents de l’État, et beaucoup moins d’un syndicalisme d’industrie. Ensuite, sur un tout autre plan, FO qui, comme la CGT confédérée, se réclame d’un syndicalisme libre et indépendant des partis politiques dans l’esprit de la Charte d’Amiens, semble plus distante de la SFIO que ne l’a été la CGT confédérée avant la guerre. Il n’y a pas de motif de rupture ou même de tensions entre les deux organisations mais, à l’évidence, la relation avec le Parti socialiste est plus lointaine ; il reste ici à s’interroger sur l’influence qu’ont pu également exercer sur la Confédération, à partir du milieu des années 1950, des militants d’autres partis politiques, à l’exception bien évidemment de ceux du Parti communiste. Enfin, Force ouvrière approfondit dans des proportions qui, là encore, ne peuvent être complètement mesurées actuellement, les premières inflexions « gestionnaires » mises en œuvre par les confédérés depuis 1930 : la possibilité qu’ont eu alors les syndicalistes de constituer leurs propres caisses d’Assurances sociales les a engagés dans de nouvelles pratiques. Cet apprentissage de la gestion qui n’allait alors pas de soi pour un militant syndical a préparé, sans le savoir évidemment, ce que les responsables de Force ouvrière vont faire, dans le cadre de la Sécurité sociale, des comités d’entreprise et des mutuelles, notamment les mutuelles de fonctionnaires. De 1950 à 1966, Jack Senet préside la Fédération nationale de la mutualité française (FNMF), la principale organisation mutualiste ; il est un parfait représentant de cette mutualité de fonctionnaires qui contribue à changer si fortement la réalité mutualiste à partir du début des années 1950. On sait moins qu’il est proche du Parti socialiste et qu’il a aussi probablement en poche sa carte de Force ouvrière70 : tout porte à croire que, dans la mutualité de fonctionnaires qui prend alors son essor, il est loin d’être le seul.

24Telles sont quelques-unes des grandes pistes qui, parmi d’autres, devront être approfondies pour mieux connaître l’histoire de la Confédération que dirigea Robert Bothereau de 1948 à 1963.

Notes

1 Gérard Adam, La CGT-FO, Paris, A. Colin, 1966 ; Alain Bergounioux, Force ouvrière, Paris, Seuil, 1975, 254 p.

2 Cf. notamment dans ce volume les contributions de Marie-Louise Goergen pour les cheminots, de Jean-Yves Sabot pour les métallurgistes et de Jeanne Siwek-Pouydesseau pour les fonctionnaires. Nous nous permettons de renvoyer également à Gaziers-électriciens, Michel Dreyfus (dir.), Paris, Éd. de l’Atelier, coll. DBMOF, 1995, 346 p.

3 Je remercie ici Helga Grunenwald et Gérard Gautron qui ont effectué un premier dépouillement, extrêmement précieux, de ces journaux avant de me les transmettre.

4 Sondage qui n’est pas sans laisser quelques doutes pour un certain nombre de militants moins connus : s’agit-il du même personnage ?

5 Sauf indications contraires, les militants repérés avant 1939 figurent dans le DBMOF et nous y renvoyons. Nous sommes en train de compléter la plupart de ces biographies. Les informations relatives aux nouveaux militants proviennent, sauf indications contraires, de nos propres recherches.

6 Robert Bothereau, « Eugène Brisset », Force ouvrière, 14 septembre 1960.

7 Ce texte est publié in 19 décembre 1947 : Force ouvrière, ouvrage réalisé par l’UD FO de Seine-Saint-Denis, Denis Lefebvre (dir.), Éd. Bruno Leprince, 1997, 350 p., p. 139.

8 Est-il secrétaire de l’Union départementale de Loire-Atlantique en 1939 ? Résistant de la première heure, il est déporté à Dachau dont il revient puis siège au Conseil national de la Résistance. Il meurt en 1969 (FOH, n° 1200, 3 décembre 1969).

9 Toutefois, en 1947, Georges Theillet est secrétaire de l’Union CGT de Haute-Marne et apparenté à René Gradel qui sera le premier secrétaire de l’Union FO de ce même département. Cf. la biographie de René Gradel par Gilles Alves, pour la 5e série du DBMOF. Sur René Gradel, cf. supra.

10 FOH, n° 1371, 28 novembre 1973. Raymond Patoux est le premier secrétaire de l’Union CGT du Maine-et-Loire à la Libération puis de l’Union FO. La République du Centre, 11 octobre 2001.

11 L’un d’eux, Julien Forgues, restera à la CGT.

12 Force ouvrière, n° 1045, 4 mai 1966.

13 Force ouvrière hebdo, 29 mars 2000.

14 Jean-Pierre Besse, « Xavier de Bernardi », biographie pour la 5e série du DBMOF.

15 La plupart de ces militants socialistes figurent in DBMOF. Leur biographie est en cours de complément.

16 Yvan Raguenez, La Scission CGT-FO dans le Finistère, mémoire de maîtrise, université de Bretagne occidentale, 1999, notamment p. 168 sqq.

17 Pierre Matazaud, « Raymond Perrier », biographie pour la 5e série du DBMOF.

18 Christian Bougeard, « André Laithier », idem.

19 Outre la contribution de Denis Lefebvre dans ce volume, cf. également son étude, « La SFIO face à la scission de Force ouvrière », Serge Berstein et alii (dir.), Le Parti socialiste entre Résistance et République, p. 246-250. Cf. dans le même ouvrage, Michel Dreyfus, « Les raisons de la défaite des confédérés dans la CGT à la Libération », notamment p. 232-237.

20 Je remercie ici Gilles Morin qui a établi cette liste et qui me l’a transmise.

21 Cf. sa contribution dans cet ouvrage.

22 Établi en 1999 et rapporté par Michel Cordillot que je remercie ici. Ce témoignage corrige certaines informations parues dans LYonne républicaine, 29 juin 1999.

23 Jacques Favier, 57 ans dans le mouvement syndical, texte dactylographié, 47 p., conservé à Force ouvrière.

24 Lettre à Michel Cordillot (4 juillet 1999) et transmise par ce dernier que je remercie.

25 « Le congrès de l’UD des Basses-Alpes a constaté une extension de notre syndicat », Force ouvrière, 12 juillet 1961. Il y est fait mention du départ de Jacques Favier après onze ans de militantisme dans ce département.

26 Pierre Bonnaud, « Pierre, Victor Fournier », biographie pour la 5e série du DBMOF.

27 Informations fournies le 16 novembre 1998 par André Sapaly, que je remercie.

28 FOH, n° 1458, 18 février 1976.

29 FOH, n° 1155, 20 novembre 1968.

30 Le 7 juin 1974, il est réélu secrétaire général de l’Union lors de son xve congrès (FOH, n° 1399, 3 juillet 1974).

31 Information fournie par Marie-Louise Goergen que je remercie ici.

32 « Lapeyrade nous a quittés », Force ouvrière, 21 décembre 1960.

33 « Henri Madrat prend sa retraite », FOH, n° 1472, 9 juin 1976.

34 Gilles Alves, « Hubert Chemin » et « René Gradel », biographies pour la 5e série du DBMOF.

35 Sur le COSI, cf. Jean-Pierre Le Crom, « De la philanthropie à l’action humanitaire », Philippe-Jean Hesse et Jean-Pierre Le Crom (dir.), La Protection sociale sous le régime de Vichy, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001, p. 223-230.

36 FOH, n° 1554, 14 juin 1978.

37 FOH, n° 1104, 6 septembre 1967.

38 En revanche, on trouve quelques éléments d’information, supplémentaires in Aya Aglan, Libération-Nord, Paris, Flammarion, 1998.

39 Il le sera jusqu’en 1971 ou 1972, après avoir présenté le rapport moral lors du xve congrès de l’UD de Corrèze (FOH, n° 1245, 9 décembre 1970).

40 Syndiqué à 27 ans, membre de Libération-Nord, puis du Comité de libération de Reims, il est le secrétaire de l’UD-FO de 1948 à 1968 (FOH, n° 1635, 9 juillet 1980).

41 Michel Barbat (1908-1987) est secrétaire de cette Union jusqu’en 1969 (FOH, n° 1193, 15 octobre 1969). Cf. sa nécrologie in FOH, n° 1923, 2 septembre 1987.

42 Métallurgiste de profession, Fernand Leveau (1906-1971) est le premier secrétaire de l’Union de la Sarthe et le reste quasiment jusqu’à sa mort (FOH, n° 1271, 23 juin 1971).

43 Né en 1922, Marcel Dehove accomplit une « brillante carrière dans l’administration hospitalière ». Membre du bureau du Groupement départemental des services publics de santé, il devient secrétaire de l’Union de Seine-Maritime en 1954 et occupe cette fonction jusqu’à sa mort, le 24 mars 1966 (Force ouvrière, n° 1040, 30 mars 1966).

44 Il le reste jusqu’à sa mort en décembre 1968 (FOH, n° 1161, 8 janvier 1969).

45 Il le restera jusqu’en 1980.

46 FOH, n° 1333, 3 janvier 1973.

47 FOH, n° 1140, 19 juin 1968.

48 Force ouvrière, 27 novembre 1963. Cf. également Michel Lépinay, Sécu. Faillite sur ordonnance, Paris, Calmann-Lévy, 1991, notamment p. 19-29.

49 FOH, n° 1172, 25 mars 1969.

50 FNOSS : Fédération nationale des organismes de Sécurité sociale.

51 Outre ce qui a été dit supra sur ce militant, cf. FOH, n° 1200, 3 décembre 1969.

52 FOH, n° 1217, 8 avril 1970.

53 FOH, n° 1575, 25 juin 1979.

54 DBMOF, op. cit., t. 25, p. 37.

55 DBMOF, op. cit. Juliette Barie (1897-1978), également ouvrière du Tabac, offre un profil assez analogue. Cf. FO, n° 1547, 19 avril 1978.

56 Plusieurs femmes ayant milité à cette Fédération rejoignent ensuite Force ouvrière. On trouve quelques informations in Véronique Le Corre, Le Rôle des femmes dans l’organisation syndicale FO de 1950 à 1977, mémoire de maîtrise, université Paris I, 1999, p. 82-84.

57 Cité par Denis Lefebvre, 19 décembre…, op. cit., p. 189.

58 FO, n° 103, 18 décembre 1947.

59 IIe congrès de Force ouvrière. Cf. également Véronique Le Corre, Le Rôle des femmes…, op. cit., p. 49.

60 FO, n° 119, 8 avril 1948.

61 FO, n° 106, 8 janvier 1948.

62 FO, n° 113, 26 février 1948.

63 FO, n° 117, 25 mars 1948.

64 FOH, n° 1241, 11 novembre 1970.

65 FO, n° 109, 29 janvier 1948.

66 Ibid.

67 FO, n° 116, 18 mars 1948.

68 Véronique Le Corre, Le Rôle des femmes…, op. cit., p. 55.

69 FO, n° 114, 4 mars 1948.

70 Témoignage de Jacques Vattier, alors secrétaire général de la Mutuelle générale des PTT (MGPTT), in Gilles Heuré, Histoire de la Mutuelle générale des PTT, t. 2, Paris, Mutualité française, 1995, p. 223-230.

Auteur

Directeur de recherches au CNRS
(Centre d’histoire sociale du xxe siècle)

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540