Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La naissance de Force ouvrière

 | 
Michel Dreyfus
, 
Gérard Gautron
, 
Jean-Louis Robert

Première partie. Autour de Robert Bothereau

Robert Bothereau : le troisième âge du syndicalisme

Claude Pennetier

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Il m’incombe le redoutable privilège d’évoquer les grandes lignes de l’itinéraire de Robert Bothereau, secrétaire de la CGT et secrétaire général créateur de la CGT-FO. Si la tâche n’est pas simple, ce n’est pas en raison de la complexité de l’itinéraire. Sa vie est entièrement vouée au syndicalisme. Le personnage n’a qu’une seule face ; il est sans mystère. Sa personnalité serait sans complexité s’il n’y avait un fond de souffrance personnelle qui fera toujours barrage à la satisfaction de la réussite.

2Avant d’éclairer quelques moments de son riche parcours, d’avancer quelques hypothèses sur ses choix et son influence, j’aimerais m’arrêter sur l’image de ce militant (le mot lui va bien) dont l’importance historique est considérable mais dont la visibilité reste faible.

  • 1 Robert Bothereau, Le Syndicalisme dans la tourmente, 1940-1945. Récit rapide de temps qui nous fur (...)

3Pris entre la puissance tutélaire de Léon Jouhaux et le « secrétariat marathon » (un quart de siècle) de son successeur André Bergeron, ses quinze années de direction et son apport à l’histoire de FO sont quelque peu négligés. Il y a à cela des raisons qui tiennent à la période et aux modes de communication : les grands meetings publics pour Jouhaux et la télévision pour Bergeron ont, dans des genres différents, popularisé ces deux dirigeants. Mais il y a aussi la personnalité de l’homme qui n’a pas fait grand-chose pour être connu, ni dans le domaine de la médiatisation, ni dans celui de sa mémoire. Il lui est certes arrivé de tracer sa carrière à grand trait dans Force ouvrière, ainsi le 8 janvier 1948 où, sous le titre « Souvenirs », il rappelle qu’« il y a exactement quinze ans, en ce jour de janvier que j’avais pris rang au secrétariat de la CGT », mais il faudra attendre 1973 pour que, à la demande de la direction confédérale, il couche sur le papier Le Syndicalisme dans la tourmente, 1940-1945. Récit rapide de temps qui nous furent longs1.

Un syndicaliste orléanais d’origine protestante

  • 2 Les Études sociales et syndicales, n° 7, juin 1985.

4À défaut d’être un orateur exceptionnel, Robert Bothereau s’affirma comme un conférencier convaincant, précis, démonstratif, sobre, parfois même un peu bref. « Récit rapide », discours maîtrisé, c’était l’homme. Pourtant les bonheurs de plume étaient au rendez-vous. Ses éditoriaux étaient écrits d’un style alerte, très lisible, mais l’ironie pouvait être mordante, gare à ceux auxquels s’adressaient ses flèches. Elles étaient redoutables pour les syndicalistes chrétiens qui voulaient consulter l’ensemble des salariés et non les seuls syndiqués : drôle de mariage « où les témoins disent oui à la place des mariés ». Ou encore à propos d’une polémique de 1947 sur les liens de la CFTC et du Vatican : « Syndicalisme commet une confusion [de vocabulaire] que ne ferait pas le dernier des élèves de l’école laïque » ; ses flèches étaient terribles pour les anciens partisans de la Charte du travail et pendant la guerre froide pour les communistes. Claude Harmel, qui se plaignait du ressentiment de Bothereau à l’égard de ses amis « vichystes » – Georges Dumoulin, Ludovic Zoretti, René Belin, Georges Lefranc – raconte comment il fut pris à partie pour avoir signé un méchant compte rendu du congrès d’avril 1959 : « Quelle volée de bois vert je reçus alors ! Mais de quel style ! Et avec quelle verve ! Amateur de beau style, je me régalais littéralement de ces phrases dont chacune m’atteignait. J’étais comme un avare qu’on lapiderait avec des bourses d’or2. » Le même auteur décrivait Robert Bothereau comme « volontiers sur ses gardes et volontiers agressif ».

  • 3 Offerts par de Gaulle et Pleven.
  • 4 La République du Centre, 15 juin 1982, article de Jacques Rameau. Fonds Blondel, FO.

5Son style de vie était à l’unisson. Un journaliste régional qui fit en 1982 un des derniers entretiens avec Bothereau touche juste : « L’homme est à l’image de sa maison [sa maison de Beaugency] : paisible et modeste, solide et simple. Oui, simple et, en définitive plus simple que le logis lui-même qui s’enorgueillit d’un glorieux jardin. » Il aime les gens « simples et francs. Ceux qui ne compliquent pas inutilement la vie de leurs pareils, ceux qui veillent à ne gêner personne ». Et s’il rappelle au rédacteur qu’il s’est payé le luxe de refuser deux fois un portefeuille ministériel3, c’est juste pour l’aider à remplir son article4.

6Sobre, sérieux, structuré, cet homme avait l’apparence classique, avec un visage glabre, des cheveux bruns peignés en arrière, des sourcils épais, un nez fort mais élégant. Il n’était pas pour autant un personnage sévère et il aimait dans le privé plaisanter, rire d’un trait d’esprit. Il ne détestait pas s’entourer de jeunes débordant de vie, ou manifester de l’estime pour des militants très différents de lui, comme par exemple le bouillant Roger Louet. S’il déclara avoir « éprouvé de la solitude » face à la nécessité de la décision finale qu’impliquait sa fonction, il n’en laissait rien paraître et avait même la réputation de ne déléguer son pouvoir qu’avec précaution.

  • 5 Entretien avec la famille vivant à Baule, à l’occasion du tournage du film de Bernard Baissat cons (...)
  • 6 Renseignements fournis par M. Paul Gilbert à Mme Luce Madeleine. Lettre de celle-ci, 28 septembre (...)

7Peut-être faut-il mettre en rapport sa façon d’être avec des spécificités de son milieu d’origine. Bien qu’il n’en fasse pas, à ma connaissance, publiquement état, il était né en 1901 dans une famille de tonneliers-vignerons de tradition protestante. La famille était installée à Baule, à côté de Beaugency, depuis le xvie siècle affirme son neveu, arbre généalogique à l’appui, et il ajoute : « Elle a toujours été protestante5. » Une rapide enquête auprès des milieux porteurs de la mémoire protestante confirme la présence d’une communauté rurale, précisément à Beaugency et à Baule, comme le prouvent des listes d’abjuration après la révocation de l’édit de Nantes, abjurations forcées et sans sincérité puisque jusqu’au xixe siècle des familles continuèrent à pratiquer le culte réformé6. Mme Luce Madeleine précise même que

  • 7 Lettre de Mme Luce Madeleine, Mémoire protestante de l’Orléanais, 28 septembre 2001.

« […] les Bothereau de Baule adhérèrent tôt à la Réforme et subirent des persécutions, certains devant s’expatrier, d’autres allant se marier clandestinement en Belgique, à Tournay, pour ne pas passer par l’Église catholique romaine. La famille Bothereau actuelle revendique toujours ses origines huguenotes bien qu’elle soit peu présente dans l’Église réformée7. »

8Le père de Robert, Tancrède, fut le premier à s’éloigner d’une communauté qui se délitait. Il se disait volontiers libre-penseur. Son fils fut laïque, sans anticléricalisme marqué ; il n’appartint pas, à notre connaissance, à l’une ou l’autre des obédiences maçonniques.

  • 8 S’agit-il de À la dure : en Californie ! ?

9Bon élève, mais « toujours deuxième de la classe », regrettait-il, il obtient son certificat d’études à douze ans et fait un an de cours complémentaire à Meung-sur-Loire. 1901 plus treize, c’est 1914, le père mobilisé en août, il faut prendre le relais à la vigne. Lui aurait voulu être cheminot. Son appétit de lecture lui fait découvrir un livre de Marc Twain évoquant l’organisation des premiers syndicats aux États-Unis8 qui le marque. L’adolescent rêve de s’engager, dans les organisations ouvrières syndicales. Née sous le signe du romantisme, sa vocation s’affirme sous celui du réalisme.

10C’est en 1919 qu’il adhère à la CGT, alors qu’il travaille chez un garagiste de Meung-sur-Loire. Son service militaire le conduit aux Établissements militaires d’Orléans. Il y reste comme ouvrier ajusteur-mécanicien au parc automobile et est donc ouvrier d’État. Son antériorité syndicale facilite sans doute son accès dès 1923 au secrétariat adjoint du syndicat CGT. Cinq ans plus tard, il est secrétaire de la Bourse du travail où il prend à cœur les problèmes de formation professionnelle des jeunes (il sera inspecteur de l’enseignement technique), six ans plus tard il est secrétaire de l’Union départementale. Désireux de quitter les Établissements militaires, il postule à un poste de contremaître chez un constructeur et de mécanicien dépanneur aux PTT pour finalement accepter d’être permanent syndical en 1929.

  • 9 Histoire du syndicalisme français, Paris, PUF, 1945, 128 p.
  • 10 Voir par exemple « Évolution de l’idée et de l’action syndicale », Résistance ouvrière, n° 18, 22 (...)

11Assez vite ses qualités, son dynamisme, attirent l’attention de Léon Jouhaux qui lui propose, fin 1932 d’entrer au secrétariat de la CGT. Ce sera chose faite en février 1933 en remplacement de Jules Lapierre qui vient de décéder. Il n’en sortira plus pendant trente et un ans. Benjamin de l’équipe à trente-deux ans (ce qui pour l’époque n’est pas exceptionnel), il devra beaucoup à un autre militant des Métaux, Raoul Lenoir (1872-1963), ouvrier mouleur, de vingt-neuf ans son aîné, qui semble avoir été son mentor. En 1945, il lui dédiera son « Que sais-je ? » consacré à l’histoire du syndicalisme français9. Or, Lenoir, qui s’était opposé à Léon Jouhaux à diverses occasions, notamment pendant la Première Guerre mondiale, était un syndicaliste intéressé par la connaissance des conditions économiques et profondément attaché au programme confédéral de l’après-guerre, notamment à l’Organisation internationale du travail. Lui-même avait découvert le monde ouvrier américain lorsqu’il fut délégué technique à la Conférence internationale du travail de Washington en 1919 ; Lenoir joua un rôle de premier plan dans la mise en place des Assurances sociales. On peut penser que tout un vocabulaire (le goût du mot constructif) et un cadre de pensée, lui viennent de Lenoir tout autant que de Jouhaux. Ainsi, cette périodisation du mouvement syndical dont il fait usage en 194510. Il divise l’action du syndicalisme moderne en trois périodes :

  • Celle du « syndicalisme purement revendicatif » qui s’arrête en 1914 : action directe, grèves et bagarres, meetings tumultueux, discours enflammés, interminables et passionnées controverses théoriques.
  • La deuxième période ébauche largement le syndicalisme constructif. C’est celle de l’épanouissement de la législation sociale. Il s’agit d’une période de stabilité durant laquelle le syndicalisme s’appuie sur l’État.
  • La troisième période est celle où le syndicalisme s’efforce de pénétrer l’économie. Elle prend son origine dans le plan de la CGT de 1934.

12Il est donc l’homme de la troisième période lui qui, un an après son entrée au Secrétariat, avait été chargé de faire la rédaction définitive du plan de la CGT. Les amis de Georges Lefranc rappelleront à loisir que le « Général » aurait chargé celui-ci de passer derrière Bothereau pour réécrire le texte. Il reste que le plan sera la grande aventure intellectuelle de sa vie. Il ne ratera jamais une occasion d’en décrire l’élaboration et de souligner l’influence du planiste belge Henri de Man.

  • 11 Échange de correspondance dans les papiers Bothereau. Fonds Blondel, FO.
  • 12 Associé aux conversations décisives de juin-juillet 1935, il signa le texte d’union mais démission (...)

13Au titre de la préservation de cet effort programmatique et, bien sûr, pour des raisons politiques, il est plus que d’autres réticent devant le rapprochement avec la CGTU. Il faut voir avec quelle énergie il combat les velléités unitaires de son successeur à l’Union départementale du Loiret, le linotypiste Eugène Brisset en mai 193411. Quand l’un affirme qu’il ne faut pas perdre la direction du mouvement antifasciste, l’autre réplique qu’il faut rester prudent pour préserver la CGT. Il convient de refuser la perspective de la fusion et de lui préférer l’adhésion pure et simple des unitaires à la CGT. Là encore, le point de vue de Bothereau rejoint celui de Lenoir, écarté des premières négociations à la CGTU en octobre 1934, en raison de sa trop grande fermeté12. Mais ses fonctions de responsable aux fédérations l’amenaient trop à mesurer les aspirations unitaires émanant des départements pour qu’il campe sur une position rigide.

14Pour l’essentiel, il soutint la politique de Léon Jouhaux, notamment au moment de Munich. Il aimait rappeler que dès son arrivée au Secrétariat, il avait suivi un stage à l’École ouvrière allemande de Bernau et observé de visu la montée de la fièvre hitlérienne. S’il était spontanément du côté de la fermeté, il jugeait que la séparation entre les « bellicistes » et les « pacifistes » (vocabulaire qu’il récusait) était purement tactique, les uns et les autres voulant la paix. Il fut parmi ceux que l’on qualifia d’« harmonisateurs » parce qu’il partageait avec les unitaires la condamnation de la politique munichoise : « J’étais de ces harmonisateurs que les “vichyssois” voulurent ensuite jeter par-dessus bord du syndicalisme en les accusant d’y avoir fait le jeu et du communisme et du bellicisme. » Cependant, ajoute-t-il : « Ces harmonisateurs constituèrent par la suite le noyau actif du syndicalisme résistant. »

Un syndicaliste résistant

15Le grand moment de son parcours fut incontestablement l’Occupation. Il y joua un rôle actif qu’on ne peut décrire ici qu’à grands traits mais en resta marqué, meurtri et sceptique sur les choix qu’il avait faits.

16Mobilisé, c’est par correspondance qu’il envoya à Léon Jouhaux son approbation de la résolution de la Commission administrative de la CGT de septembre 1939, dénonçant le « pacte Staline-Hitler » et « ceux qui n’ont pas voulu ou pas pu le condamner ». Affecté à l’Arsenal de Bourges puis à celui de Puteaux, il peut suivre le gouvernement à Bordeaux en juin 1940, puis gagner Vichy où il a une entrevue orageuse avec René Belin qui a accepté le poste de ministre du Travail et qui signera bientôt le décret de dissolution de la CGT. Une lettre adressée le 10 octobre 1940, Clermont-Ferrand, à Roger Bertrand, collaborateur de Belin, témoigne du conflit entre le ministre du Travail et la direction confédérale :

  • 13 Archives Jean Maitron, cité dans la notice « Bothereau » du Dictionnaire biographique du mouvement (...)

« Si le ministre, as-tu dit, avait été un autre que Belin, immédiatement le Bureau aurait pris des contacts. Laisse-moi te répondre qu’un autre ne fut jamais appelé à ce poste étant secrétaire confédéral et te rappeler, c’est de toi que je tiens le renseignement, que Belin, l’aurait-il pu, n’aurait pas consulté ses collègues. Et apprends, si tu l’ignores, que Belin m’a demandé la démission des membres du Bureau. C’est peut-être ce que tu appelles ne jeter aucunes exclusives13. »

  • 14 Georges Albertini (1911-1983), secrétaire général du Rassemblement national populaire (RNP) de Mar (...)
  • 15 Robert Bothereau, Le Syndicalisme dans la tourmente…, op. cit., p. 24-25.

17Bothereau ne pardonnera jamais à ces anciens militants de la CGT d’avoir déconsidéré le syndicalisme. Dans la brochure Le Syndicalisme dans la tourmente, il cite avec indignation le journal de Georges Albertini14, National-Populaire, qui dénonçait les syndicalistes de la tendance de Jouhaux : « Ceux des dirigeants syndicalistes qui maintiendraient des contacts avec eux doivent savoir à quoi ils s’exposent. » Et il ajoute : « Comment s’étonner des mesures d’épuration dans le syndicalisme après la Libération15 ? » En avril 1947, il tient à répondre personnellement et par la négative, aux « appels du pied » des « syndicalistes ayant servi sous Vichy ».

  • 16 Force ouvrière, n° 69, 24 avril 1947.

« Notre position depuis la Libération est connue. […] Nous savons faire, sans effort quant aux principes, avec plus de difficultés parfois quant aux personnes, l’indispensable distinction entre ceux qui ont voulu la Charte du travail et ceux qui la subirent. […] Vous étiez les responsables et les maîtres. […] Entre vous et nous, il y a des camarades qui ont perdu leur liberté ou sont tombés durant l’Occupation16. »

  • 17 Le propriétaire, Henri Fritsch, menuisier, est un sympathisant communiste (il adhérera à la Libéra (...)

18Principal responsable de la CGT en zone Nord avec Louis Saillant et Albert Gazier, moniteur dans les centres d’apprentissage (il quitta cette fonction en janvier 1943), il se prononça clairement contre la Charte du travail instituée le 4 octobre 1941, tout en restant partisan, comme son interlocuteur Louis Saillant, secrétaire de la Fédération du bâtiment et du bois, de la présence dans les syndicats officiels : « La Charte, je la juge non seulement mauvaise mais nocive, et cela non seulement en comparaison avec un passé qui m’est cher, mais en fonction de ce qui est possible aujourd’hui. » La désertion des organisations instituées par la Charte ? « Je n’y crois pas, tout simplement pour l’excellente raison que ce syndicalisme de paradoxe peut subsister quasi sans syndiqués. Force m’est donc de te donner raison pour une politique de persistance. » Il fut en contact avec la Résistance, et fut un des quatre négociateurs (avec André Tollet, Henri Raynaud pour l’ex-CGTU et Louis Saillant pour l’ex-CGT) de l’accord du Perreux du 17 avril 1943 qui scella la réunification syndicale. Elle se réalisa en effet dans un pavillon du Perreux (9, rue du Stade) appartenant au père de Janine Fritsch, la femme de Saillant17. Par cet accord verbal – il ne fut mis en forme que pour figurer en annexe d’une circulaire confédérale le 5 octobre 1944 – la CGT reprenait la physionomie qui était la sienne en septembre 1939 ; le bureau comprenait cinq représentants des ex-confédérés et trois des ex-unitaires. Robert Bothereau adopta cependant, dès 1945, une attitude réservée sur l’opportunité de cet accord : « Le “vice” de l’accord du Perreux fut d’avoir voulu à la fois coordonner les tâches de résistance des syndicalistes clandestins – ce qui était une nécessité – et amorcer une œuvre constructive commune aux deux associés dans un syndicalisme ressoudé. »

  • 18 Robert Bothereau, Le Syndicalisme…, op. cit., p. 34.

19On ne saurait trop souligner le rôle personnel de Robert Bothereau pendant ces années de guerre, même si la direction fut collective avec Louis Saillant, Albert Gazier (puis Deniau) et Pierre Neumeyer. Mais, souligne-t-il : « Je me trouvais être le seul parmi eux de l’ancien Bureau de la CGT. J’en supportais donc pour ainsi dire la légitimité18. » S’il refuse tout mandat à l’Assemblée consultative, il accepte de travailler un temps, auprès du pasteur Vallery-Radot et de François Mitterrand, à l’accueil des prisonniers.

20La guerre et l’année qui suivit furent de plus une épreuve personnelle. Résistance ouvrière du 16 août 1945 signalait la mort de son fils, André, à l’âge de 20 ans. C’était l’aboutissement d’une longue tuberculose, mal soignée en raison des circonstances de la guerre, aggravée par la clandestinité du père. Robert Bothereau fut miné par la mort de cet enfant unique et garda toujours un sentiment diffus de responsabilité. Ce deuil marqua sa vie de couple mais aussi sa vie politique et syndicale : il ne supporta jamais que l’on trace un trait d’égalité entre ceux qui avaient pris le risque de l’action clandestine et ceux qui fréquentaient les allées du pouvoir vichyste ou allemand.

Le secrétaire général de Force ouvrière

21Voilà l’homme qui, épaulé par sa femme devenue sa collaboratrice, s’affirme comme la tête de file des anciens « confédérés » dans la CGT. Après une ultime réunion du Bureau confédéral clandestin à Clamart, le 19 août 1944, il est naturellement du Bureau et du Secrétariat qui se réinstallent le 27 août dans les locaux de la rue La Fayette. Le Bureau est alors composé de Georges Buisson, Robert Bothereau, Louis Saillant, Albert Gazier, Pierre Neumeyer pour les ex-confédérés, Benoît Frachon, Julien Racamond.

22L’évolution de Saillant est bien sûr déterminante dans l’évolution du rapport de force au sein de la CGT. Bothereau accorde de l’importance au séjour que fait Saillant à Moscou, avec Albert Gazier et Benoît Frachon en janvier 1945, pour créer un comité de liaison syndical franco-soviétique :

  • 19 Ibid., p. 42. Ajoutons que Saillant vivait dans un milieu familial assez favorable aux ex-unitaire (...)

« Saillant et Gazier étaient du voyage. Pourquoi ne pas rapporter une conversation que j’eus avec eux à leur retour ? Nous nous trouvions ensemble à Londres pour la tenue de la première conférence syndicale mondiale. […] Quant à Saillant, revenu, me semble-t-il, troublé de ce voyage au cours duquel il avait dû s’entretenir avec Frachon des perspectives de la future FSM et comme je le mettais en garde contre de possibles tentations, il me répondit textuellement ceci : “Ni Frachon, ni toi ne me feront faire ce que je ne veux pas faire”. Je me le tins pour dit et tirai de ces paroles certains enseignements19. »

  • 20 Le premier numéro paraît le 24 décembre 1944.

23Bothereau organise les ex-confédérés autour du journal Résistance ouvrière 20 qui devient Force ouvrière. Comme Léon Jouhaux auquel il reste fidèle, il retarde l’échéance de la rupture avec les ex-unitaires jusqu’à la conférence des groupes Force ouvrière des 8 et 9 novembre 1947, malgré son désir de mettre un terme à l’asphyxie des forces syndicales issues de l’ancienne Confédération. La scission faite, il en devient tout naturellement le secrétaire général, Jouhaux se réservant la présidence et une carrière internationale.

  • 21 Rapport au Ier congrès de la CGT-FO.

24Lors du rapport qu’il fit au Ier congrès de FO, il tint à replacer cette troisième scission syndicale, après celles de 1921 et de 1939, dans le contexte international marqué par la création du Kominform. La politique de l’Internationale communiste naissante avait rendu indispensable la rupture de 1921, le Pacte germano-soviétique celle de 1939 ; en mettant d’emblée l’action sur le durcissement du mouvement communiste international dans ce qu’on appellera bientôt la « guerre froide », il donnait un ciment qui allait unifier les multiples sensibilités de la nouvelle Confédération. Il dut en effet, dans un premier temps, regrouper ceux « qui avaient pris des voies différentes en travaillant pour un but commun21 ».

  • 22 Le Syndicalisme…, op. cit., p. 40.

25Son passage à la tête de Force ouvrière de 1948 à 1963 est décisif. Il en est le premier secrétaire général, dans des conditions difficiles en raison du caractère composite de la Confédération, du poids diminuant de la CGT et de situations politiques parfois dangereuses pour la cohésion de l’organisation, comme la guerre d’Algérie. S’il réussit habilement à éviter les obstacles majeurs, il le doit à sa capacité de recentrer les débats sur trois orientations réformistes : la progression du pouvoir d’achat ; le renforcement de la protection sociale ; le paritarisme dans la gestion des institutions sociales. Bien que réservé à l’égard du syndicalisme « ondulatoire » de la CFTC (« s’engageant pour se retirer puis cherchant à s’avancer à nouveau22 »), il sut s’allier aux syndicalistes chrétiens dans les négociations sur les retraites et l’assurance chômage.

  • 23 Alain Bergounioux, Force ouvrière, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1982, p. 29.
  • 24 Témoignage de Roger Louet.

26Il impulse un climat de tolérance interne, facilité il est vrai par la faiblesse des oppositions : le rapport moral est adopté par 90 % des voix en 1950, 96 % en 1952, 85 % en 1954, 91 % en 1956, 86 % en 1959, 84 % en 1961 et 86 % en 1963. Il aime dire : « Il n’y a pas de minorités, mais seulement des minoritaires23. » À plusieurs reprises, notamment sur la question algérienne, il sait trouver des soutiens chez ceux qu’il aurait pu maintenir dans une opposition récurrente. Ainsi, face à un poids non négligeable des partisans du maintien de l’Algérie dans la France, alla-t-il chercher, en 1956 au Comité confédéral national d’Amiens, le soutien d’Alexandre Hébert ou de militants comme André Bergeron, pour affirmer : « Il ne faut repousser aucune solution, pas même celle de l’indépendance. » À la fin de la guerre, sa pression personnelle se fit précise sur le général de Gaulle lui-même qui lui fit, en primeur, la confidence de sa « conversion » sur le dossier algérien24.

27C’est aux options internationales et européennes fermes qu’on reconnaît sa marque. Très attaché à la définition des normes internationales, il est un administrateur et un « avocat » du Bureau international du travail auprès de ses interlocuteurs, français et étrangers. Très attaché au progrès de l’Europe économique puis politique, il suit avec passion ses diverses étapes.

28Son départ en 1963 ne s’imposait pas. Il choisit de partir à froid, sans crise, contrainte, ni pression, prenant soin de préparer lui-même sa succession. Entre Gabriel Ventejol, solide dirigeant de Limoges, Roger Louet, syndicaliste chaleureux et efficace et le jeune typographe André Bergeron, il choisit celui qui, par le tempérament, les origines protestantes, la quiétude, lui ressemble le plus. Son choix est naturellement essentiellement de politique syndicale, dans la perspective du maintien de la cohésion de la Confédération et de son développement. Il continua quelque temps à fréquenter les instances nationales, puis se retira.

29Après sa retraite syndicale, il siégea au conseil général de la Banque de France (1963-1973) et fut conseiller d’État en service extraordinaire (1964-1967) avant de se retirer à Beaugency, où il siégea sans étiquette au conseil municipal, manifestant son irritation devant la politique mitterrandiste d’Union de la gauche et surtout devant l’entrée des ministres communistes au gouvernement.

30Ainsi quittait volontairement la vie syndicale le créateur de Force ouvrière, que l’historien Alain Bergounioux décrivait en ces termes :

  • 25 Alain Bergounioux, Force ouvrière…, op. cit., p. 169.

« Celui-ci, longtemps le second de Léon Jouhaux, prenant la tournure d’esprit de son chef de file, et, assimilant la leçon de syndicalisme qu’il donnait en dépit d’une moindre aisance à la tribune, fut un grand commis du syndicalisme, empreint de la gravité de sa fonction. Secret, peu enclin à passer sous les fourches caudines de la collégialité, il se sentait investi comme d’une magistrature. Mais son esprit porté à la synthèse et son bon sens lui permirent de s’adapter aux circonstances. En effet, il eut, conservateur et continuateur, la chance et la malchance d’assurer la difficile traversée du désert de ce syndicalisme qui, né d’une déchirure, prit peu à peu une personnalité plus originale25. »

31Ce portrait d’une grande justesse mérite d’être nuancé sur plusieurs points. L’influence de Jouhaux n’est pas unique et les circonstances de la guerre ont forgé une expérience propre qui marque la personnalité de Robert Bothereau. Dès lors, il n’est plus uniquement le fidèle second du « Général ». Il est incontestablement celui qui met en place les fondements de l’organisation et une conception du syndicalisme – adaptée de la vieille CGT – qui perdurera. Il est surtout, pour reprendre la typologie qu’il utilisait en 1945, l’homme du troisième âge du syndicalisme, celui qui prend racine dans le planisme confédéré.

Notes

1 Robert Bothereau, Le Syndicalisme dans la tourmente, 1940-1945. Récit rapide de temps qui nous furent longs, 55 p., brochure qui constitue le n° 173, août 1973, de Force ouvrière.

2 Les Études sociales et syndicales, n° 7, juin 1985.

3 Offerts par de Gaulle et Pleven.

4 La République du Centre, 15 juin 1982, article de Jacques Rameau. Fonds Blondel, FO.

5 Entretien avec la famille vivant à Baule, à l’occasion du tournage du film de Bernard Baissat consacré à Robert Bothereau, septembre 2001.

6 Renseignements fournis par M. Paul Gilbert à Mme Luce Madeleine. Lettre de celle-ci, 28 septembre 2001.

7 Lettre de Mme Luce Madeleine, Mémoire protestante de l’Orléanais, 28 septembre 2001.

8 S’agit-il de À la dure : en Californie ! ?

9 Histoire du syndicalisme français, Paris, PUF, 1945, 128 p.

10 Voir par exemple « Évolution de l’idée et de l’action syndicale », Résistance ouvrière, n° 18, 22 mars 1945.

11 Échange de correspondance dans les papiers Bothereau. Fonds Blondel, FO.

12 Associé aux conversations décisives de juin-juillet 1935, il signa le texte d’union mais démissionna du Bureau confédéral car il ne croyait pas à la bonne foi des responsables de l’ancienne CGTU.

13 Archives Jean Maitron, cité dans la notice « Bothereau » du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français.

14 Georges Albertini (1911-1983), secrétaire général du Rassemblement national populaire (RNP) de Marcel Déat de 1942 à 1944, créateur du Centre d’archives et de documentation qui publie Est et Ouest et Les Informations politiques et sociales.

15 Robert Bothereau, Le Syndicalisme dans la tourmente…, op. cit., p. 24-25.

16 Force ouvrière, n° 69, 24 avril 1947.

17 Le propriétaire, Henri Fritsch, menuisier, est un sympathisant communiste (il adhérera à la Libération), marqué par la mort de son frère Edmond Fritsch, tué par la police en mars 1932 lors d’une grève.

18 Robert Bothereau, Le Syndicalisme…, op. cit., p. 34.

19 Ibid., p. 42. Ajoutons que Saillant vivait dans un milieu familial assez favorable aux ex-unitaires. Nous avons déjà cité le nom de Janine Fritsch, son épouse, qui avait milité à l’Union des jeunes filles de France en 1937-1938 (secrétaire adjointe du groupe du Perreux), jusqu’à son mariage avec Saillant. Elle adhéra à l’Union des femmes françaises et à France-URSS en 1945, avant de rejoindre le Parti communiste en novembre 1947. Elle se remaria avec le dirigeant communiste Jean Chaintron en 1949.

20 Le premier numéro paraît le 24 décembre 1944.

21 Rapport au Ier congrès de la CGT-FO.

22 Le Syndicalisme…, op. cit., p. 40.

23 Alain Bergounioux, Force ouvrière, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1982, p. 29.

24 Témoignage de Roger Louet.

25 Alain Bergounioux, Force ouvrière…, op. cit., p. 169.

Auteur

Chercheur CNRS (CHS), directeur du Maitron

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540