Version classiqueVersion mobile

La naissance de Force ouvrière

 | 
Michel Dreyfus
, 
Gérard Gautron
, 
Jean-Louis Robert

Préfaces

Une collaboration entre université et syndicalisme

Jean-Louis Robert

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1C’est avec beaucoup de joie que je préface, avec Marc Blondel, ce livre qui rend compte du colloque organisé, en octobre 2001, par le Centre d’histoire sociale du xxe siècle et la Confédération générale du travail-Force ouvrière sur Robert Bothereau et la naissance de la CGT-FO. Pour deux raisons essentiellement.

2D’abord, de longue date attaché à la collaboration avec les syndicats et les acteurs sociaux, le Centre d’histoire sociale du xxe siècle avait encore peu été amené à travailler avec la CGT-FO. Certes la Confédération était, depuis la fondation autour de 1968 du Centre d’histoire du syndicalisme (le premier nom du Centre d’histoire sociale), partie prenante de son conseil d’administration où sont représentées aussi la CFDT, la CGT et la FEN. Mais l’anniversaire de la naissance de Robert Bothereau a fourni l’occasion d’un travail inédit et fructueux. Les deux partenaires ont tenu à ce que le colloque ait un caractère scientifique rigoureux, ouvert à toutes les sensibilités historiennes, permettant les discussions et les confrontations de manière ouverte. Cependant, il ne s’agissait nullement de faire un colloque purement universitaire. Les syndicalistes ont participé à la préparation, à la conduite et à l’édition du colloque, intervenant ainsi à part égale à tous ses niveaux, apportant par là même la richesse de leurs expériences et de leurs connaissances. Le choix de présidences des séances associant un militant et un universitaire est sans doute le plus beau signe de cette volonté commune de coopération équilibrée et fructueuse, coopération qui a aussi été sensible dans les débats du colloque auxquels ont participé de nombreux militants apportant leur témoignage. Dernier signe de cette volonté de collaboration équilibrée, le choix de tenir la première séance du colloque dans un local universitaire (la faculté des lettres d’Orléans) et la seconde au siège de la CGT-FO.

3La deuxième raison de ma satisfaction est d’ordre scientifique. L’historiographie de la CGT-FO était restée peu abondante jusqu’à ce colloque. Ceci tient à toute une gamme de raisons que nous ne pouvons que rapidement évoquer ici. Une première cause plus générale tient à ce que ce n’est que récemment que les historiens ont investi le champ de l’après Seconde Guerre mondiale. Toutefois il est clair que nous disposons de plus de travaux sur la CGT ou la CFDT que sur la CGT-FO. Sans doute y a-t-il là la trace des relations privilégiées que ces deux Confédérations, plus politiques, ont entretenues avec des intellectuels alors que la CGT-FO restait davantage sur un terrain revendicatif. Sans doute faudrait-il aussi s’interroger davantage sur le rapport de la CGT-FO avec son histoire. Toujours est-il qu’il y avait là un retard historiographique important qui, sans doute, déséquilibrait notre vue du mouvement social et syndical de l’après-guerre, compte tenu de l’importance évidente de la CGT-FO. Le colloque ouvre ainsi des pistes nouvelles de recherches qui, nous l’espérons vivement, seront suivies par de nombreux chercheurs. Mais par les deux thématiques présentées dans ce volume, il nous livre aussi de belles moissons de connaissances inédites, tant sur les hommes qui ont été à l’origine de la CGT-FO, dont Robert Bothereau est un cas sans doute exemplaire, que sur les premiers pas de la nouvelle Confédération.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search