Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Yves et les Bretons

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Georges Provost

Illustrations

Texte intégral

1/ « La ferme de saint Yves », 32,5-25 cm, Lamballe musée M. Méheut B 22 211.De la ferme d’Yves Hélori, Méheut ne retient que les grands arbres, mais, près de la barrière, l’aumône rappelle l’accueil qui y était fait aux pauvres.

2/ L’entrée dans la cathédrale de Tréguier le jour du pardon, crayon, encre, gouache sur papier, 32,4-25 cm, Lamballe, musée M. Méheut, B 22 40. La foule des pèlerins vus de dos sert de socle mouvant à la cathédrale rapidement mais solidement esquissée.

3/ « En route pour le Minihy Saint Yves à Tréguier », crayon, gouache, Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 320. Dans un travail très pictral qui exclut le crayon, assez rare dans les lettres, Méheut structure la foule très colorée par les noirs.

4/ Le « tombeau » de saint Yves au Minihy, crayon, encre sur papier, 32,7-24,8 cm, Lamballe musée M. Méheut, C 21 32. Croquis initial, non daté, repris par le peintre dans une lettre de juin 1929 (Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 324).

5/ Femme et son enfant devant le tombeau de saint Yves au Minihy, crayon, encre sur papier, 25,2-28,4 cm, Lamballe, musée M. Méheut, 22 193.Méheut a aimé croquer ainsi un fidèle isolé dans sa prière près du tombeau. Il reprend ce sujet dans plusieurs lettres à Y. Jean Haffen en 1929 et 1932 (Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 326, 2B, 3B, 4B).

6/ « Devant le chef de saint Yves », illustration du livre de Pierre Guéguen, Bretagne au bout du monde (1930). Dans ses lettres, Méheut livre deux variantes sur cette méditation devant le chef de saint Yves (en 1928 et 1929), qu’il reprend à quelques détails près dans cette illustration.

7/ « Tréguennec », crayon, gouache sur papier, 18-25 cm, collection privée. La note, très rapide, prise sur le motif, était précieusement gardée dans les cartons, pour être ensuite ré-utilisée.

8/ Saint Yves entre le riche et le pauvre, d’après le groupe de la cathédrale de Tréguier, crayon sur papier, 32,5-25 cm, Lamballe, musée M. Méheut, 22 300. Non localisé et non daté, ce dessin précis va servir à Méheut de prototype à ses nombreuses variations sur le saint entre le riche et le pauvre qui jalonnent les lettres à Y. Jean-Haffen.

9/ Vitrail de Saint-Yves, église de Moncontour, crayon sur papier, 24,8-32,4 cm, Lamballe, musée M. Méheut, B 22 11. Devant le motif, Méheut dessine toujours très vite mais ici – contrairement à son habitude – à l’aide de plusieurs crayons de couleur, indispensables pour capter la richesse du vitrail.

10/ « Vive la Saint-Yves… », crayon, gouache sur papier, 17 mai 1936, Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 8C. Méheut reprend, peau fine le dessin qu’il a fait d’après le vitrail de Moncontour, affirmant la polychromie par l’utilisation de l’aplat coloré.

11/ « Vive la Sainte-Yvonne », crayon, gouache sur papier, 18 mai 1935, Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 188B. Méheut imagine un grand écusson portant l’effigie de saint Yves entre le riche et le pauvre, devant lequel les fidèles se recueillent. Il y ajoute en note sa propre prière.

12/ « Vive la Sainte-Yvonne », crayon sur papier, 19 mai 1927, Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 48.Deuxième lettre adressée à Y. Jean-Haffen pour sa fête. Les trois protagonistes, repris du dessin fait dans la cathédrale de Tréguier, isolés, sont réunis par une couronne de feuillage.

13/ « Grand saint Yves, garde notre Bretagne unie et forte dans une France libérée », crayon, gouache sur papier, 19 mai 1941, Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 1D. En pleine occupation, Méheut réunit au pied de saint Yves des femmes portant divers costumes pour symboliser une Bretagne unie dans le même espoir.

14/ « Vive la Saint-Yves et la Sainte-Yvonne », les litanies de saint Yves, crayon, gouache sur papier (1932), Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 1B.L’isolement de la figure du saint, les cierges, les fidèles agenouillés, matérialisent la foi, tandis que les litanies cadrantes diversifient les prières de chacun.

15/ « Saint Yves redresseur des torts exterminez les tous… » gouache sur papier (1940), Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 205C. À la place du riche, l’envahisseur allemand, à la place du pauvre, marin, soldat et civils français auxquels saint Yves accorde sa bénédiction, cette lettre contemporaine de l’invasion éclair de la France est l’une des plus engagées de Méheut.

16/ « Vive la Saint-Yves et la Sainte-Yvonne », crayon, gouache sur papier (1933), Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 43B.La foule des croyants accourt vers la cathédrale de Tréguier enturbannée.

17/ « Grand saint Yves protège notre Domnonée des Barbares et vive la Sainte Yvonne », gouache sur papier (1944), Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 117D. Se référant à la résistance des Domnonéens contre les Francs, Méheut anticipe à peine sur les événements (le débarquement a lieu un mois après) en évoquant une ascension triomphale d’un saint Yves protecteur.

18/ « Saint Yves », terre, 11-18-5 cm, 1926, Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne. Première idée d’une sculpture dont nous ne savons pas si Méheut l’a menée à bien, c’est une des très rares esquisses du sculpteur qui nous soit parvenue.

19/ Yvonne Jean Haffen, Saint Yves entre le riche et le pauvre, céramique, 78-38-30 cm, 41-26-7 cm (le pauvre) et 41-27-22 cm (le riche), photographie ancienne. Réalisé à la manufacture Henriot à Quimper, le groupe d’Yvonne Jean-Haffen répond aux directives de Méheut. Les dimensions, imposantes pour une céramique, révèlent la hardiesse de l’élève.

20/ « La Sainte Yvonne au Paradou », crayon, gouache sur papier, mai 1943, Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 81D. Méheut fleurit le groupe, au pignon de la Grande Vigne, accompagné par toute la famille et les animaux de la propriété.

21/ « Le chef de saint Yves porté au Minihy », illustration, pleine page du livre de Pierre Guéguen, Bretagne au bout du monde (1930). La lettre adressée à Y. Jean-Haffen en 1929 (Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 319) est exactement reproduite grâce au procédé de l’héliochromie.

22/ La procession du pardon de saint Yves, crayon sur papier, Lamballe, musée M. Méheut, C 21 33. Le dessin précisé, les couleurs – jaune, rouge et noir – densifiées, ce dessin est l’une des illustrations du chapitre intitulé « Le pardon des pauvres » dans Au pays des pardons.

23/ « St-Yves », crayon, gouache sur papier (1952), Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 290 bis D.Reprenant un rapide croquis fait à Tréguennec (pl. 7, c’est par erreur que Méheut indique Plonéour Lanvern), cette évocation de saint Yves entre le riche et le pauvre revêt une grande force monumentale. C’est la dernière lettre que Méheut envoya pour la Saint Yves à son amie.

24/ La procession au Minihy, crayon sur papier, 24, 8-32, 7 cm, Lamballe, musée M. Méheut, B 22 188.Ce dessin très elliptique est placé comme illustration de la couverture du livre « Au pays des pardons ».

25/ Sant Erwan, gravure de Georges Robin, 1928.

26/ « Saint Yves », lithographie de Jean Chièze, 1942.Au pied des plaideurs, les monstres de l’égoïsme (à gauche) et de l’envie (à droite).

27/ Fañch Peru, Sant Erwan etre ar paour hag ar pinvidig (Saint Yves entre le riche et le pauvre), châtaignier polychrome, 1993.

Table des illustrations

Légende 1/ « La ferme de saint Yves », 32,5-25 cm, Lamballe musée M. Méheut B 22 211.De la ferme d’Yves Hélori, Méheut ne retient que les grands arbres, mais, près de la barrière, l’aumône rappelle l’accueil qui y était fait aux pauvres.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-1.png
Fichier image/png, 548k
Légende 2/ L’entrée dans la cathédrale de Tréguier le jour du pardon, crayon, encre, gouache sur papier, 32,4-25 cm, Lamballe, musée M. Méheut, B 22 40. La foule des pèlerins vus de dos sert de socle mouvant à la cathédrale rapidement mais solidement esquissée.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-2.png
Fichier image/png, 577k
Légende 3/ « En route pour le Minihy Saint Yves à Tréguier », crayon, gouache, Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 320. Dans un travail très pictral qui exclut le crayon, assez rare dans les lettres, Méheut structure la foule très colorée par les noirs.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-3.png
Fichier image/png, 729k
Légende 4/ Le « tombeau » de saint Yves au Minihy, crayon, encre sur papier, 32,7-24,8 cm, Lamballe musée M. Méheut, C 21 32. Croquis initial, non daté, repris par le peintre dans une lettre de juin 1929 (Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 324).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-4.png
Fichier image/png, 406k
Légende 5/ Femme et son enfant devant le tombeau de saint Yves au Minihy, crayon, encre sur papier, 25,2-28,4 cm, Lamballe, musée M. Méheut, 22 193.Méheut a aimé croquer ainsi un fidèle isolé dans sa prière près du tombeau. Il reprend ce sujet dans plusieurs lettres à Y. Jean Haffen en 1929 et 1932 (Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 326, 2B, 3B, 4B).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-5.png
Fichier image/png, 630k
Légende 6/ « Devant le chef de saint Yves », illustration du livre de Pierre Guéguen, Bretagne au bout du monde (1930). Dans ses lettres, Méheut livre deux variantes sur cette méditation devant le chef de saint Yves (en 1928 et 1929), qu’il reprend à quelques détails près dans cette illustration.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-6.png
Fichier image/png, 454k
Légende 7/ « Tréguennec », crayon, gouache sur papier, 18-25 cm, collection privée. La note, très rapide, prise sur le motif, était précieusement gardée dans les cartons, pour être ensuite ré-utilisée.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-7.png
Fichier image/png, 643k
Légende 8/ Saint Yves entre le riche et le pauvre, d’après le groupe de la cathédrale de Tréguier, crayon sur papier, 32,5-25 cm, Lamballe, musée M. Méheut, 22 300. Non localisé et non daté, ce dessin précis va servir à Méheut de prototype à ses nombreuses variations sur le saint entre le riche et le pauvre qui jalonnent les lettres à Y. Jean-Haffen.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-8.png
Fichier image/png, 510k
Légende 9/ Vitrail de Saint-Yves, église de Moncontour, crayon sur papier, 24,8-32,4 cm, Lamballe, musée M. Méheut, B 22 11. Devant le motif, Méheut dessine toujours très vite mais ici – contrairement à son habitude – à l’aide de plusieurs crayons de couleur, indispensables pour capter la richesse du vitrail.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-9.png
Fichier image/png, 698k
Légende 10/ « Vive la Saint-Yves… », crayon, gouache sur papier, 17 mai 1936, Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 8C. Méheut reprend, peau fine le dessin qu’il a fait d’après le vitrail de Moncontour, affirmant la polychromie par l’utilisation de l’aplat coloré.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-10.png
Fichier image/png, 591k
Légende 11/ « Vive la Sainte-Yvonne », crayon, gouache sur papier, 18 mai 1935, Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 188B. Méheut imagine un grand écusson portant l’effigie de saint Yves entre le riche et le pauvre, devant lequel les fidèles se recueillent. Il y ajoute en note sa propre prière.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-11.png
Fichier image/png, 717k
Légende 12/ « Vive la Sainte-Yvonne », crayon sur papier, 19 mai 1927, Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 48.Deuxième lettre adressée à Y. Jean-Haffen pour sa fête. Les trois protagonistes, repris du dessin fait dans la cathédrale de Tréguier, isolés, sont réunis par une couronne de feuillage.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-12.png
Fichier image/png, 562k
Légende 13/ « Grand saint Yves, garde notre Bretagne unie et forte dans une France libérée », crayon, gouache sur papier, 19 mai 1941, Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 1D. En pleine occupation, Méheut réunit au pied de saint Yves des femmes portant divers costumes pour symboliser une Bretagne unie dans le même espoir.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-13.png
Fichier image/png, 1,3M
Légende 14/ « Vive la Saint-Yves et la Sainte-Yvonne », les litanies de saint Yves, crayon, gouache sur papier (1932), Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 1B.L’isolement de la figure du saint, les cierges, les fidèles agenouillés, matérialisent la foi, tandis que les litanies cadrantes diversifient les prières de chacun.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-14.png
Fichier image/png, 861k
Légende 15/ « Saint Yves redresseur des torts exterminez les tous… » gouache sur papier (1940), Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 205C. À la place du riche, l’envahisseur allemand, à la place du pauvre, marin, soldat et civils français auxquels saint Yves accorde sa bénédiction, cette lettre contemporaine de l’invasion éclair de la France est l’une des plus engagées de Méheut.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-15.png
Fichier image/png, 475k
Légende 16/ « Vive la Saint-Yves et la Sainte-Yvonne », crayon, gouache sur papier (1933), Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 43B.La foule des croyants accourt vers la cathédrale de Tréguier enturbannée.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-16.png
Fichier image/png, 1,4M
Légende 17/ « Grand saint Yves protège notre Domnonée des Barbares et vive la Sainte Yvonne », gouache sur papier (1944), Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 117D. Se référant à la résistance des Domnonéens contre les Francs, Méheut anticipe à peine sur les événements (le débarquement a lieu un mois après) en évoquant une ascension triomphale d’un saint Yves protecteur.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-17.png
Fichier image/png, 731k
Légende 18/ « Saint Yves », terre, 11-18-5 cm, 1926, Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne. Première idée d’une sculpture dont nous ne savons pas si Méheut l’a menée à bien, c’est une des très rares esquisses du sculpteur qui nous soit parvenue.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-18.png
Fichier image/png, 284k
Légende 19/ Yvonne Jean Haffen, Saint Yves entre le riche et le pauvre, céramique, 78-38-30 cm, 41-26-7 cm (le pauvre) et 41-27-22 cm (le riche), photographie ancienne. Réalisé à la manufacture Henriot à Quimper, le groupe d’Yvonne Jean-Haffen répond aux directives de Méheut. Les dimensions, imposantes pour une céramique, révèlent la hardiesse de l’élève.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-19.png
Fichier image/png, 367k
Légende 20/ « La Sainte Yvonne au Paradou », crayon, gouache sur papier, mai 1943, Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 81D. Méheut fleurit le groupe, au pignon de la Grande Vigne, accompagné par toute la famille et les animaux de la propriété.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-20.png
Fichier image/png, 686k
Légende 21/ « Le chef de saint Yves porté au Minihy », illustration, pleine page du livre de Pierre Guéguen, Bretagne au bout du monde (1930). La lettre adressée à Y. Jean-Haffen en 1929 (Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 319) est exactement reproduite grâce au procédé de l’héliochromie.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-21.png
Fichier image/png, 706k
Légende 22/ La procession du pardon de saint Yves, crayon sur papier, Lamballe, musée M. Méheut, C 21 33. Le dessin précisé, les couleurs – jaune, rouge et noir – densifiées, ce dessin est l’une des illustrations du chapitre intitulé « Le pardon des pauvres » dans Au pays des pardons.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-22.png
Fichier image/png, 428k
Légende 23/ « St-Yves », crayon, gouache sur papier (1952), Dinan, maison d’artiste de la Grande Vigne, LM 290 bis D.Reprenant un rapide croquis fait à Tréguennec (pl. 7, c’est par erreur que Méheut indique Plonéour Lanvern), cette évocation de saint Yves entre le riche et le pauvre revêt une grande force monumentale. C’est la dernière lettre que Méheut envoya pour la Saint Yves à son amie.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-23.png
Fichier image/png, 1,3M
Légende 24/ La procession au Minihy, crayon sur papier, 24, 8-32, 7 cm, Lamballe, musée M. Méheut, B 22 188.Ce dessin très elliptique est placé comme illustration de la couverture du livre « Au pays des pardons ».
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-24.png
Fichier image/png, 625k
Légende 25/ Sant Erwan, gravure de Georges Robin, 1928.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-25.png
Fichier image/png, 833k
Légende 26/ « Saint Yves », lithographie de Jean Chièze, 1942.Au pied des plaideurs, les monstres de l’égoïsme (à gauche) et de l’envie (à droite).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-26.png
Fichier image/png, 1,2M
Légende 27/ Fañch Peru, Sant Erwan etre ar paour hag ar pinvidig (Saint Yves entre le riche et le pauvre), châtaignier polychrome, 1993.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22432/img-27.png
Fichier image/png, 1,5M

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540