Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Yves et les Bretons

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Georges Provost

Conclusions : les figures d'Yves Hélori

1. Le Moyen Âge

André Vauchez

Texte intégral

1Au terme de ce colloque très riche et dense sur « Le devenir de saint Yves », qui nous a permis d’entendre de nombreuses communications originales et de bonne qualité, il n’est peut-être pas inutile de faire le point pour dégager quelques lignes de force de la matière foisonnante que les diverses communications nous ont apportée à partir d’horizons divers. À juste titre, les organisateurs avaient centré cette rencontre scientifique, la troisième de l’année 2003 à être consacrée à Yves Hélori de Kermartin, sur l’histoire de son culte et de sa mémoire. En effet, alors que sur sa biographie et sa personnalité, il est bien difficile aujourd’hui d’apporter du nouveau compte tenu de l’état de la documentation, lenachleben du saint breton offre encore un vaste champ aux investigations, dans la mesure où sa notoriété a largement dépassé les horizons dans lesquels s’était déroulée son existence terrestre. Parmi les pistes qu’on aurait pu explorer – mais qui ne l’ont pas été ici, ce qui laisse de quoi faire à nos successeurs – il faut signaler l’absence de l’hagiographie – qui n’a jamais fait l’objet d’une étude systématique incluant les textes en langue vulgaire – et surtout de la liturgie. Ceci est d’autant plus regrettable qu’il existe un grand nombre d’offices, d’hymnes et d’oraisons consacrés à saint Yves, dont on pourrait suivre l’évolution d’après les précieux inventaires du chanoine Leroquais et qui ont sans doute exercé une influence sur les cantiques en breton. En revanche, des avancées remarquables ont été accomplies dans le domaine de l’iconographie, très riche et variée, dont l’étude permet de mieux connaître l’idée que les siècles et les générations successives se sont faites de saint Yves. Les représentations de ce dernier sont si nombreuses, comme l’a montré également l’exposition qui s’est tenue à la Roche-Jagu, et si variées – puisqu’on en trouve non seulement en Bretagne mais dans toute l’Europe occidentale et jusqu’en Amérique latine – qu’il vaudrait la peine de constituer un véritable corpus iconographique de saint Yves, qui apporterait certainement beaucoup à la connaissance que nous pouvons avoir de sa mémoire.

2L’histoire du souvenir de saint Yves est en effet d’autant plus intéressante qu’il s’agit d’un personnage polysémique ou polyédrique, si l’on préfère. Je veux dire par là qu’il présente des aspects divers, dont les fidèles et la hiérarchie ecclésiastique ont privilégié tel ou tel selon les époques et les lieux, en fonction de leurs besoins. Aux derniers siècles du Moyen Âge, Yves Hélori est d’abord le saint des Bretons et incarne une sainteté identitaire régionale, tout comme saint Patrick personnifie l’Irlande ou saint Marc la République de Venise. Il existe certes quantité d’autres saints bretons, mais Yves est le seul saint « moderne » – c’est-à-dire relativement récent par rapport à ceux des origines – dont le culte s’est imposé dans l’ensemble du duché. Ce processus ne fut pas immédiat car, au xive siècle, Yves, dont la canonisation doit beaucoup à l’action de Charles de Blois, fait encore figure de saint du parti « pro-français » auquel appartenaient aussi bien Bertrand du Guesclin que Jeanne de Penthièvre. Mais au xve siècle, les Montforts, dans leur recherche de légitimité, surent mettre leur triomphe politique sous le signe du seul saint dûment canonisé que possédait la Bretagne, en dehors de Guillaume Pinchon – mort en 1234 et porté sur les autels par Innocent IV en 1247 – dont le culte n’avait connu aucun succès. Cette ferveur particulière de la nouvelle dynastie ducale est attestée par la construction par Jean V du tombeau de saint Yves à Tréguier, en 1451, et par le portail qui lui fut consacré à la cathédrale de Nantes. Saint fédérateur par excellence, Yves permet alors à tous les Bretons de se reconnaître et de s’identifier par rapport au reste du monde, à une époque où le duché s’unifie et où ses dirigeants cherchent à y développer une conscience dynastique et quasiment nationale. C’est ce qu’ont bien montré également plusieurs communications relatives aux confréries de saint Yves fondées par les Bretons de Paris, de Flandre et de Rome, qui se réunissaient dans des églises ou des chapelles qui lui étaient dédiées, ou à la « nation » bretonne de l’université d’Angers qui l’avait pris comme patron et solennisait sa fête par des offices solennels. Mais ce lien privilégié avec la Bretagne était aussi une limite et explique sans doute que son culte n’ait connu au départ qu’une faible diffusion en France et en Provence, où le sanctoral était déjà dominé par des figures « modernes » comme celles du roi saint Louis et de saint Louis d’Anjou.

3À partir du milieu du xve siècle cependant, le culte de saint Yves connut un essor rapide et généralisé hors de la Bretagne, grâce en particulier aux juristes qui, un peu partout en Occident, le choisirent comme patron. Cette évolution doit être mise en rapport avec le désir que semblent avoir alors éprouvé tous les corps de métier de se placer sous la protection d’un intercesseur céleste ayant, si possible, un rapport direct ou indirect avec leur profession, soit dans sa biographie, soit dans ses attributs, et avec la volonté des pouvoirs laïcs et ecclésiastiques de mieux encadrer les associations professionnelles. C’est ainsi, par exemple, que l’on vit alors un ancien marchand drapier, saint Homebon de Crémone († 1197), en Lombardie, qui avait été canonisé en 1199 par Innocent III mais dont le culte était demeuré purement local, devenir après 1450 le protecteur attitré des corporations de tailleurs et de marchands de drap, non seulement en Italie mais dans les pays germaniques, en Espagne et aux Pays-Bas. Un phénomène similaire semble s’être produit pour saint Yves, dont le patronage fut adopté un peu partout en Europe par les hommes de loi et les gens de justice. Ce succès est attesté par la diffusion de son image ou de scènes de sa vie, non seulement dans les églises mais aussi dans les palais de justice, comme on peut le constater en Toscane, en particulier à San Gimignano (1507), où il est représenté en juge intègre soucieux de défendre les droits des pauvres dans les procès. En France, en particulier à Paris, mais aussi en Flandre et en Brabant, les confréries d’hommes de loi ou de gens de robe se placent sous sa protection et, progressivement, Yves devint – ce qu’il est resté pour une part jusqu’à nos jours – le saint du barreau. Cette adoption a été facilitée par le fait que, si le saint breton n’avait pas été un avocat au sens moderne du terme, de nombreux épisodes de sa biographie et de sa légende exaltaient la façon scrupuleuse et honnête avec laquelle il avait exercé ses fonctions d’official de Tréguier et son souci de rendre une justice équitable et rapide, ce qui faisait de lui un véritableadvocatus pauperum ; car rien n’était plus redoutable pour les indigents que les juges qui faisaient traîner en longueur les procédures et leur imposaient de ce fait des dépenses qu’ils n’étaient pas en état de supporter.

4Mais avant de devenir official, Yves Hélori avait passé de nombreuses années comme étudiant dans les universités de Paris et d’Orléans. Ce souvenir lui valut de devenir, surtout à partir de la fin du xve et au xvie siècle, le saint patron des universitaires, non seulement à l’université de Nantes fondée en 1460, mais dans toutes celles qui firent alors leur apparition : Dole (vers 1460) pour la Bourgogne, Cologne, Louvain, Salamanque, Erfurt, Wittenberg, etc. Ce patronage tient sans doute pour une part au fait que ces nouvelles universités visaient surtout à former des administrateurs et des juristes pour les États et les cités, ce qui explique que les facultés de droit y aient souvent joué un rôle prépondérant. Il est significatif que, dans ces milieux, saint Yves soit souvent représenté sous les traits d’un juriste en robe longue tenant un livre, même si cette image recèle une certaine ambiguïté dans la mesure où l’on ne sait pas s’il s’agit d’un code juridique ou de la Bible que, selon certains témoins au procès de canonisation, il portait toujours avec lui. Dans tous les cas, Yves apparaît comme l’homme du savoir livresque, ce qui lui valut d’être choisi, au début duxvie siècle, comme patron par l’université de laSapienza, à Rome, qui avait été créée par Boniface VIII en 1303 pour former le personnel de l’administration centrale de l’Église.

5À l’époque de la Renaissance, on peut donc considérer qu’il existe deux images de saint Yves qui ne se recoupent que partiellement : il est d’un côté le saint national des Bretons, dont l’intercession est requise, dans son pays d’origine, pour tous les maux dont souffrent les humains, sans spécialisation particulière ; dans le reste de la Chrétienté en revanche, son culte revêt un caractère plus élitiste dans la mesure où il est avant tout le patron des juristes et des universitaires et où il ne bénéficie pas d’une réputation particulière en tant que thaumaturge. Cette constatation nous conduit à nous interroger sur l’origine du groupe sculpté ou peint représentant saint Yves assis sur son siège d’official, entouré de deux demandeurs : le riche (ou le noble) et le pauvre. Le succès de ce thème en Bretagne a pu faire penser qu’il s’agissait d’une représentation « indigène ». Après avoir entendu pendant ce colloque les historiens de l’art qui ne connaissent aucune « image » bretonne de ce type avant l’époque moderne, je me demande si sa diffusion ne procède pas d’un choc en retour dont l’origine se situerait en Italie, où cette scène est attestée dans la peinture dès le milieu duxve siècle, en particulier à Bologne – la principale université juridique de l’Occident – et à Florence. À une époque qui ne doit pas être antérieure à 1500, cette représentation serait passée en Bretagne où elle aurait été d’autant mieux accueillie que la justice évoluait alors vers sa forme « moderne », caractérisée par la vénalité des offices et le rôle croissant de la procédure écrite, contre laquelle la diffusion de cette image a peut-être constitué une forme muette de protestation. Et si l’on cherche à savoir quels ont pu être les instruments de ce transfert, on pensera immédiatement aux ordres mendiants et en particulier aux Franciscains qui, dès la seconde moitié du xve siècle en Italie, n’avaient pas hésité à embrigader saint Yves dans leur Tiers ordre, comme l’attestent à la fois des recueils de Vies de saints tertiaires et toute une tradition iconographique où il trouva sa place, en attendant que cette appartenance soit officiellement reconnue par le pape Paul III en 1547. L’incorporation de saint Yves à la famille franciscaine est contemporaine de la création des Monts de Piété par les Frères Mineurs Observants, qui visait à aider les pauvres à s’affranchir de l’« usure des Juifs ». Cette coïncidence n’est sans doute pas fortuite dans la mesure où, en proposant aux fidèles l’image d’un saint prêtre ami des pauvres et zélateur de la justice, les Franciscains ne tinrent certes pas compte de la réalité des faits – il n’y a aucune preuve que l’official de Tréguier ait jamais appartenu à leur Tiers ordre de son vivant – mais n’agirent cependant pas de façon totalement arbitraire dans la mesure où ce dernier s’était bien comporté tout au long de son existence en ami et en défenseur des pauvres.

6Ce faisant, ils ont sans doute préparé la voie au succès d’une nouvelle représentation de saint Yves, qui s’imposera après le concile de Trente dans la perspective d’une exaltation du sacerdoce : celle du prêtre totalement voué à ses tâches pastorales, déjà présente dans les dépositions au procès de canonisation de 1330 mais qui n’avait guère retenu l’attention des artistes et de leurs commanditaires à l’époque médiévale. Au total, le présent colloque a bien rempli son office dans la mesure où il nous a aidés à mettre en relation les mutations de l’image d’Yves Hélori avec les transformations qu’ont connues l’Église et la société entre le xive et le xvie siècle, ainsi qu’avec l’évolution des mentalités qui suit des rythmes plus lents mais non moins significatifs dans la longue durée.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540