Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Yves et les Bretons

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Georges Provost

Quatrième partie. Entre culte officiel et mémoire

Henri Pollès et saint Yves

Henri Le Bellec

Texte intégral

  • 1 Renan E.,Souvenirs d’enfance et de jeunesse, Bibliothèque de Cluny, A. Colin, p. 17.
  • 2 RenanE., Principes de conduite, 1845.

1Le destin avait fait naître Ernest Renan dans le même pays que saint Yves. Il n’en fut pas quitte bien sûr, puisque adoubé à la mort de son père, quand sa mère Manon, selon son propre aveu, « le conduisit à la chapelle du saint et le constitua son tuteur1 ». Il était difficile, pour être juste, d’avoir un meilleur modèle de hauteur morale et de rigueur intellectuelle et cette obligeance, qui scellera son enfance en comblant sa mère, fut de celle qu’il respecta sa vie durant, conscient que la probité sainte d’Yves Hélori comme sa soumission à l’objet de vérité, à savoir la justice, étaient les bornes sacrées que l’on ne pouvait contourner sur le chemin de la quête du vrai. « La vérité est mon partage », souligna-t-il d’ailleurs comme à plaisir dans sesPrincipes de conduite de 18452. Que pouvait-il advenir d’autre à Henri Pollès, lui le dernier venu, le dernier enfant de cette même terre trégorroise au caractère si religieux et si plein d’idéal, sinon que de subir à son tour le magistère moral et intellectuel de ses illustres prédécesseurs, cette fois-ci au nombre de deux ?

2On ne peut naître en effet impunément à Tréguier sans que le poids de cet héritage ne charge aussitôt le berceau, fût-il bien solide. Et de fait, à l’instar de « son cher grand oncle » comme il aimait à le dire lui-même en parlant de Renan, marquant par là même sa reconnaissance, filiale serait-on tenté de dire, les mânes de saint Yves flottèrent très vite dans les premières brumes de son enfance. L’acte fondateur, d’aucuns parleraient de baptême, fut autant musical qu’affectif, la grand-mère maternelle tenant lieu d’officiante si l’on en croit l’auteur et les premières berceuses mâtinées de poésie céleste contribuèrent ainsi, très tôt, à donner ses premières formes à son imaginaire :

  • 3 Pollès H., Interprétation d’une vie, document inédit, p. 10.

« Quand dans l’étrange nuit (écrit Henri Pollès dans un document inédit) où mes larmes avaient un éclat particulier je ne dormais pas, vos yeux venaient avec un vrai rayon. vous chantiez M. saint Yves. Je m’endormais sans vous voir, sans revoir les ténèbres, sans vous dire merci et peut-être entendais-je en dormant, et la chanson prenait-elle des visages de mon songe3. »

3On ne sait si le secret du sommeil retrouvé tenait plus de la douce application de la grand-mère à chanter ses cantiques ou de l’Esprit saint qui les habitait, mais l’effet semblait être aussi assuré qu’immédiat. L’anecdote, pour émouvante qu’elle soit, a surtout valeur de symbole et montre à l’envi que tout, dans la cité du saint, passe très tôt par son invocation, sinon sa présence même ; rapportée, comme d’une immédiate nécessité, au déroulement harmonieux de la vie, dans ses incidents même infimes et quotidiens.

4Si l’on veut bien maintenant échapper à cet horizon restreint des choses, la question vient aussi naturelle que simpliste, serais-je tenté d’ajouter : que reste-t-il chez Henri Pollès de cette empreinte précoce et qui sembla marquer les premiers linéaments de sa pensée alors à la limite de la claire conscience ? Quelle part l’auteur a-t-il réservé à saint Yves dans ses deux romans trégorrois publiés à cinquante ans de distance, l’un – Sur le fleuve de sang vient parfois un beau navire – achevant le cycle commencé avec l’autre – Sophie de Tréguier – édité en 1933 ? Si héritage il y a, est-il marqué du sceau du saint homme de Kermartin et ses valeurs transcendent-elles les héros pollésiens ? En un mot, notre auteur s’est-il fait quelque part le dépositaire, même partiel, de cet héritage que nous évoquions plus haut ?

5Il s’agit donc bien maintenant d’évoquer le devenir de saint Yves, sa postérité littéraire en quelque sorte, à travers l’œuvre de l’un des derniers littérateurs trégorrois du siècle passé et qui fit du commerce des âmes une de ses grandes préoccupations, romanesques s’entend. On conviendra alors, dans cette optique, de souligner d’abord l’existence des multiples références locatives ou toponymiques directement liées au saint, pour montrer ensuite son omniprésence dans la vie quotidienne de chacun, et des plus humbles le plus souvent. On n’omettra pas, enfin, de s’interroger sur les vertus morales que la plupart des héroïnes pollèsiennes partagent, et je dis bien « héroïnes » puisque aussi bien l’univers romanesque trégorrois d’Henri Pollès est-il essentiellement, sinon exclusivement féminin.

6D’emblée une évidence : Henri Pollès appartient à la race des grands collectionneurs de mémoires, à l’infinie patience, à l’exigence souveraine ; à ceux qui, comme touchés par cette grâce qui leur a fait mission de sauver le passé, veulent remettre en pleine lumière les trésors de l’enfance, les trésors de leur enfance, n’hésitant pas parfois à remonter dans le temps, comme si les êtres étaient déjà vivants dans leur passé et avaient vécu dans leurs aïeux. Partant, pas une ligne, pas une page ou un chapitre qui ne nous ramène d’une manière ou d’une autre à Tréguier, ses pierres, ses rues, ses monuments, son histoire. Son dessein est clair : enraciner d’abord ses romans dans le réel et pour ce faire, restituer ce dernier sans un quelconque esprit sélectif. Une telle entreprise qui se veut presque exhaustive ne peut dès lors pécher par omission ou frapper quiconque d’exclusion. Tout naturellement, saint Yves trouvera donc toute sa place, le respect de l’auteur à l’égard de son petit pays étant par ailleurs trop grand pour qu’il en fût autrement.

  • 4 Pollès H., Sophie de Tréguier, Julliard, l’Âge d’homme, p. 139.
  • 5 Pollès H.,Sur le fleuve de sang vient parfois un beau navire, Julliard, p. 325.
  • 6 Pollès H., Sophie de Tréguier, p. 111.
  • 7 Ibid., p. 110.

7De fait, pas un lieu ou presque que n’ait fréquenté le saint et qui n’échappe au travail du mémorialiste qui égrène ses récits de toutes ces notations locatives ou toponymiques faisant référence à Yves Hélori et qui, saupoudrées avec subtilité, imprègnent opportunément la trame romanesque. Saint Yves est bien présent. Du Minihy à la cathédrale, l’itinéraire consacré ne souffre aucune entorse. Sophie n’y déroge pas, qui fréquente régulièrement « la petite église où saint Yves gagna son ciel4 », comme le souligne Pollès, ajoutant plus loin qu’elle se situe « à l’entrée du Minihy, le hameau natal du saint à un quart de lieue de la cité épiscopale5 ». Toujours sur les pas de Sophie, on refait le parcours qu’empruntent encore les pèlerins lors de la grande procession du 19 mai : « Au carrefour du petit chemin de Saint-Yves et de la route de La Roche, sur la hauteur, elle s’arrête : au loin on voit la mer dans l’échancrure où se jette le Jaudy6 ». Et puis par un subtil glissement métonymique, l’assimilation prend corps, naturelle et évidente : le hameau de Kermartin, Minihy sont devenus Saint-Yves tout simplement. Le saint efface les lieux, les toponymes, l’assimilation est parfaite, la métonymie inconsciemment acceptée de tous. Ainsi Sophie et Yves Le Mével « reviennent de Saint-Yves, ils montent vers Saint-Michel, leur idylle traîne dans les petits chemins de la campagne autour de Tréguier7 ».

  • 8 Ibid., p. 176.
  • 9 Pollès H., Sur le fleuve de sang vient parfois un beau navire, p. 567.

8Et tous les chemins mènent à la cathédrale, là où le cortège populaire qui accompagna sa dépouille mortelle en ce 19 mai 1303 avait déjà dans sa ferveur et sa foi ardente, canonisé à sa manière plus que l’official ou le prêtre, l’ami et le défenseur des pauvres. Nul ne manque le rendez-vous, sauf à se parjurer. Ainsi « Sophie court mettre un cierge sous la mince statue de saint Yves qu’entoure en permanence un buisson de lumière8 » et ses parents, les Kerguénou – mais comprenez surtout la mère – « après avoir rendu visite à des cousins cultivateurs de Saint-Yves se rendent à la cathédrale où des anges de métal veillent sur le tombeau de saint Yves et appellent dans leur trompette le jour qu’arrêtent les vitraux9 ».

  • 10 Ibid., p. 72.
  • 11 Pollès H.,Sophie de Tréguier, p. 42.

9Mais plus que tout, semble-t-il, la promenade vers Minihy est un grand classique, le passage obligé pour les femmes Kerguénou ou même Juliette Le Scolan et ses sœurs. Il s’agit autant de quitter momentanément la ville-cathédrale – la ville à la borne-fontaine, là où naissent toutes les rumeurs, la ville où la vie se reforme et se répète inlassablement – que de brûler un cierge dans le lieu sacré par excellence et qui porte avec gloire témoignage du saint « dans l’église de Minihy à côté de Saint-Yves ». La hardiesse et la ferveur poussent même Sophie, dans sa quête mystico-sentimentale, à « prendre des chemins qui mènent à une fontaine voisine où veille un saint Yves enfant10 », notre héroïne s’enhardissant même au point de vouloir quitter l’espace tacitement circonscrit autour de la cathédrale et de son Minihy mais c’est bien sûr pour la bonne cause car « elle voudrait aller jusqu’au carrefour de Croaz-Skijou s’asseoir un moment sur cette fameuse pierre où l’on dit que le grand saint Yves se délassait en revenant de Louannec dont il était curé11 ».

10Avec Henri Pollès, point de manipulations toponymiques particulières, d’oublis préoccupants au regard du réel, de sélections arbitraires. Ses romans et en particulierSophie de Tréguier ont conservé avec une fidélité presque touchante tous les lieux qu’Yves Hélori fréquenta assidûment autour du périmètre immédiat de la cathédrale. Le classicisme est ici de règle, le respect à la tradition et au passé dépourvu de toute approche fantaisiste ou mutilante mais on conviendra aisément que le nombre restreint de lieux facilitait leur insertion. On retiendra donc seulement à propos de ces éléments ténus, parfois anodins, le plus souvent habilement disséminés, qu’ils répondent par certains côtés aussi à une volonté artistique et historique d’enraciner le roman ou la narration dans la réalité locale, pour lui conférer cet air d’authenticité, de vérité : les lieux ayant comme on le sait une forte vocation, particulièrement dans ce Trégor chargé d’histoire, à réveiller les réminiscences ou à diffuser ces parfums aux essences religieuses, volatiles et prégnantes à la fois.

  • 12 Ibid., p. 141.

11Mais si le saint habite encore le pays à travers tous les lieux qui lui sont étroitement rattachés, il occupe aussi les esprits et les âmes. Significative à cet égard, la vie quotidienne des plus humbles, de tous ceux que l’âge guette et qui ne conçoivent pas d’autre alternative que de se soumettre en toute humilité à la toute puissance du saint, assuré que l’on est et de son pouvoir, et de son large champ d’intervention. Sophie en est pleinement persuadée, Pollès le souligne à dessein : « Elle est la seconde mère du fils de sa cousine. C’est elle qui l’emmena à Minihy pour le faire passer sous le tombeau de saint Yves afin qu’il sache marcher de bonne heure. Et le rite a tenu ses promesses : il s’est vite trouvé trop grand pour son landau12 ».

  • 13 Ibid., p. 39.

12Et le saint, comme vous le voyez, de tenir toutes ses promesses et même au-delà : c’est pourquoi il en arrive même à supplanter, dans l’imagerie populaire ou l’inconscient collectif, l’Être suprême, Dieu lui-même. On lui donne du Monsieur, comme cela est de mise en Bretagne ; et dans la hiérarchie religieuse, il en arrive même à précéder Dieu, sans que cela tienne bien sûr du sacrilège, pour qui connaît Marie-Louise la vieille servante : « Tenir d’aller, pauvrette, et encore merci à M. saint Yves pour la vie toujours là. Mon cœur tient encore, M. Dieu soit béni, puisque je garde le pain que je mange13 ».

  • 14 Pollès H., Sur le fleuve vient parfois un beau navire, p. 17.

13La représentation que l’on a de saint Yves correspond sans doute à celle que nous en donne l’auteur, avec cet humour bien trégorrois : « On donne du « Monsieur » comme à Dieu, au saint du pays qui est le premier saint de Bretagne – en réalité, le premier serait Guillaume Pinchon mais Henri Pollès pense vraisemblablement en terme de notoriété – et selon certains le seul authentique ; et s’il serait absurde d’imaginer que le culte des Bretons en fait une sorte de rival de son maître (M. saint Yves a mis sa plus belle culotte), n’insinuerait-elle pas que donnant sa couleur au ciel il pourrait bien avoir des fonctions importantes dans le gouvernement éthéré14 ? ».

  • 15 Ibid., p. 83.
  • 16 Ibid., p. 83.
  • 17 Ibid.,p. 123.
  • 18 Pollès H.,Sophie de Tréguier, p. 139.

14Mais le plus souvent saint Yves reprend son rang, lui qui sa vie durant fut le fidèle vassal de son Dieu, l’homme lige jusqu’à l’ascèse sacrificielle. Tous en sont conscients, et la préséance naturelle et divine reprend ses droits légitimes dans la bouche des matrones de la place du Martray. « Pardon M. Dieu, M. saint Yves et tous les autres saints15 », l’auteur ajoutant avec facétie : « Veuillez remarquer comme le plus grand saint breton est détaché du peloton16 ». Parfois même, mais cela tient de l’exceptionnel, on le place après la Vierge, si vénérée des Bretons, mais cette subordination toute temporaire est à porter au débit d’un homme à la foi chancelante, à un mécréant aviné, ajoute aussitôt notre auteur : « Un roulier de mauvaise volonté qui ne pouvait plus honorablement se dédire, ayant juré par Mme la Vierge et M. saint Yves et bu le nécessaire pour être à la hauteur de son serment17 ». Plus généralement, comme dans ce cas de figure, on s’en fait un allié, un complice providentiel, comme pour se dédouaner par avance et agir évidemment en toute impunité, nul ne pouvant bien sûr défaire quiconque d’une protection si haute et pour le coup sacro-sainte. Le fils de la ferme de Kerdir en Minihy se prévaut de ce patronage : « Tu crois peut-être que tu m’as fait mal. Recommence si tu veux, si tu peux…Mais en attendant attrape ça de la part de la jument de saint Yves18 ».

  • 19 Pollès H., Sur le fleuve de sang vient parfois un beau navire, p. 560.

15En réalité, outre qu’il soit « le premier des Trégorrois »comme se plaît à répéter l’auteur – il tiendra à peu près le même commentaire à propos de Renan mais avouons que la prééminence est parfois difficile à établir – saint Yves est le saint protée à qui l’on fait jouer tous les personnages, « le grand rabouteux19 » selon le mot de Pollès, qui soulagera les plaignants, comme les vieux saints populaires auxquels les populations des campagnes avaient recours. Ici saint Yves apporte visiblement remède à tout, aussi bien pour guérir d’une longue maladie que pour trouver du travail ou garder un fiancé. C’est bien l’intercesseur dont on ne doute pas de la haute puissance, celle qu’il manifesta dans des temps anciens à travers son don de conciliation et son auréole de thaumaturge.

  • 20 PollèsH., Sophie de Tréguier, p. 40.
  • 21 Ibid.,p. 162.
  • 22 Ibid., p. 176.

16C’est la vieille Maie-Louise qui n’a plus d’autre recours : « Forte encore Maie-Louisec ? Seulement un morceau de vieille force, écoutez-moi fillette, quand M. saint Yves y met la main20 » ; ou Mme Kerguénou, que fait parler l’auteur et « qui demande une amélioration de la santé de sa fille à tous les saints, et elle s’est décidée à mettre un cierge à saint Yves à cet effet21 » et encore Sophie qui jase, se gausse : « oui bien sûr que saint Yves son amoureux lui rendra22 ». L’intercesseur encore et toujours, et que l’on sollicitera même pour qu’il accomplisse toutes les basses besognes, mais qu’on se gardera néanmoins de lui demander directement d’exécuter. Mais on est tellement sûr que l’esprit de justice qui habite saint Yves anime aussi son double, saint Yves de vérité – improprement saint Yves bien sûr – que les voueuses, suivant des rites qui appartiennent à l’ordre de la sorcellerie, répondaient aux multiples demandes de tout ce petit peuple en mal de justice immanente. Sophie au visage si doux, si fin, à l’âme si pure et qui n’a de souci que de l’immatériel, vacille elle aussi aux portes de la raison.

  • 23 Ibid., p. 158.

17Mais l’épreuve est si lourde, le destin si contraire : alors, nous dit Pollès, « elle pense, elle rêve presque à la fois : aller à Saint-Yves-de-Vérité(l’oratoire maudit où l’on envoûte)défier le patron des justes causes », « si tu es un grand saint, tu choisiras celle des deux qui aime le mieux : Valérie ou moi, et tu le marqueras de la façon que tu voudras ». Et comme on sait qu’il fait se dessécher sur pied les méchants et les parjures, mais ce serait plutôt Yves alors qui serait frappé… « Eh bien ! Que la justice s’accomplisse23 ».

  • 24 Pollès H.,Sur le fleuve de sang vient parfois un beau navire, p. 486.

18Ursulec, porte-parole de circonstance de l’auteur, témoigne à son tour, et plus rien ne nous est caché des pratiques sataniques élaborées en secret dans le petit oratoire près de Pors-Bihan : « Que saint Yves de vérité me punisse si je mens, comme il sait faire… » (bien que condamné comme hérétique, ce saint Yves là n’a jamais cessé de donner de la force aux serments). « Qu’il me fasse ruser des pieds(marcher sans pouvoir soulever la jambe, en frottant le sol)comme le curé de Trédarzec24 » (qui avait été puni par le dit saint Yves d’une très ancienne vérité pour avoir lutté contre des pratiques superstitieuses et frisant le satanique juxtaposées au culte du vrai saint Yves, ou plus précisément au saint Yves orthodoxe qui, lui, ne dérange pas le clergé.

19Pour en revenir à notre propos initial, après cette digression – mais elle était inévitable, tant saint Yves est souvent flanqué dans la conscience populaire de son double implacable – Henri Pollès nous rapporte maintenant opportunément ce que la mémoire du peuple a conservé de l’histoire réelle de saint Yves, le seul saint breton historique à ses yeux :

  • 25 PollèsH., Sophie de Tréguier, p. 75.

« On sait qu’Yves Héloury fut la piété, l’équité, la charité. Il était avocat, mais non indélicat pour traduire la rime bretonne. Il parcourait le Trécor à pied ou à cheval, priant M. Dieu et rendant la justice au pauvre comme au riche, tâchant même d’aider davantage celui-là, comme l’eût fait son Seigneur lui-même s’il avait daigné venir faire un tour sur terre. Plus sans doute, il tâchait de secourir ceux que Dieu accablait, dût-il parfois faire un miracle, c’est-à-dire une petite entorse aux lois naturelles édictées par le maître de la Création25 ».

  • 26 Ibid., p. 72.
  • 27 Ibid., p. 130.

20Cette évocation, humoristique s’il en est, ne cache pas, loin s’en faut, tout le légendaire qui accompagne le saint dans la mémoire populaire, et à cet égard, point de surprise, le propos tenant fortement du conventionnel et du conformisme établi. C’est ce même saint que l’on vénère, loue et prie, quotidiennement pour certains. Ainsi Sophie fréquente assidûment la cathédrale, et elle aime que son patron soit le saint du pays, le plus grand des saints, le plus grands de tous les saints : « elle prie Dieu, le dieu de la terre et de la mer… saint Yves, patron des marins et particulièrement des marins bretons26 », s’efforçant en d’autres occasions « de garder unis dans une seule grande pensée saint Yves et l’immense trois-mâts qu’elle a fabriqué en mettant bout à bout tous les dundees du port de Tréguier27 ».

21Et cette ferveur s’alimente chaque année à l’occasion du pardon du pays, la fête de saint Yves. Elles sont si peu nombreuses pour les âmes simples, les célébrations mi-religieuses, mi-profanes qui font un peu de joie dans les âmes à qui la nature ne la prodigue guère ; et aucune ne saurait rivaliser avec la joie de Saint-Yves qui arrive au moment le plus émouvant du cours des saisons, au cœur du printemps, du plus beau mois de l’année, celui du renouveau… La chorégraphie est parfaite, les pèlerins à l’unisson, serrés autour du reliquaire de verre et d’or, alors que la procession descend les rues aux maisons vêtues de drap et que monte, entonné par tous, le second hymne national et le premier pour le plus grand nombre :« N’an neus ket en Breiz, n’an neus ket unan. »

  • 28 Ibid.,p. 76.
  • 29 Ibid., p. 77.
  • 30 Ibid., p. 77.

22Le pittoresque y a aussi sa part qui fait couleur locale : « Il y a des prélats venus d’ailleurs avec d’étranges costumes, comment je dirais à vous28 » et même le persiflage humoristique « avec ces vieilles qui ont suivi le cortège soixante-dix fois et plus, accumulant donc des indulgences qui devraient leur valoir plusieurs paradis29 ».Mais retenons surtout le tableau vivant de l’élan collectif, du lyrisme religieux triomphant : « Les cloches de la grande église »se balancent, comme folles de joie, comme si le bonheur du monde avait pris beaucoup de retard au cours de l’histoire et qu’il fallait au plus vite rattraper cela. « Le grand souffle vivant de la fête les projette vers l’empyrée, et puis elles reviennent couvrir les strophes des cantiques, et l’on ne sait si c’est dans leur bourrasque ou dans le vent de la terre, ou dans le souffle frénétique des poitrines soûles de grandeur mystique que frissonne toute la voilure bariolée du cortège30 ».

23C’est la grande fête au pays de saint Yves, le grand pardon, la procession géante à travers la campagne jusqu’à la « grande église »de Tréguier, les bannières comme des voiles dans le vent, avec dès la veille déjà, le lent cheminement des pèlerins se rendant au Minihy de l’avocat des pauvres.

24Il y a ceux qui viennent faire un vœu, qui apportent leur ex-voto, qui s’agenouillent lors des dévotions nocturnes autour du tombeau du saint, avec le passage en rampant sous sa pierre et le baiser à la terre, et qui contient, croient-ils, les restes sacrés. Tous marchent dans la nuit avec leur lumignon, leur bougie ou leur lanterne et assisteront le lendemain, dès les premières heures du jour, aux messes ininterrompues célébrées par des prêtres de partout, pèlerins eux-mêmes.

  • 31 Ibid., p. 77.

25Les années aidant, voilà la grande fête annuelle du Trégor, rehaussée d’une délégation d’avocats de Paris, comme une concession ou un clin d’œil à l’étudiant juriste ; parfois même, les années exceptionnelles, il en vient de quelques pays étrangers et les baraques foraines commencent déjà à s’agglutiner sur les quais alors que la Grande Guerre connaît ses derniers soubresauts. Un autre vent commence à souffler, le vent d’une certaine modernité, avec ses tentations, ses plaisirs faciles, que les homélies du saint auraient certainement tenté de chasser. La poésie du rêve qui infiltre si souvent les romans trégorrois de Pollès se fait ici douce et subtile. La chronique se veut fidèle, respectueuse, se préoccupant surtout d’entrer en résonance avec l’âme du pays, l’âme profonde du génie populaire. Il s’agit de saisir la vibration et ses frémissements, de repousser la transfiguration, de ne point céder à l’imagination. Le charme vient alors, et surtout dansSophie de Tréguier et toujours à propos de la fête de Saint-Yves, de cette petite musique naïve qui susurre que le bonheur est là tout proche, dans la grâce divine palpable grâce à l’entremise du saint, dans cette ferveur à la retenue empreinte de tant de délicatesse et d’émoi mêlés. « Sophie, derrière les petits drapeaux jaune et noir de sa fenêtre se rappelle avec émotion une fillette blanche qui portait une bannière-jouet de la Vierge des cent joies et des mille douleurs, et de sa voix légère le saint des saints chantait31 ».

26Le saint dont on recherche l’intercession, qui veille sur les marins en péril, sur tous ceux que l’existence malmène, on le prie, on le loue, on le chante dans l’éblouissement des processions légendaires, mais on cultive aussi, dans le recueillement douloureux, ses valeurs. C’est que la volonté est grande chez Pollès, après l’avoir dénoncée, de dépasser la médiocrité. Du coup, ses héroïnes exaltent le plus souvent le beau ou le pur, vertus à forte résonance néo-platonicienne mais que n’eût point renié Yves Hélori, sa recherche éperdue de l’ascèse, soulevée par ce qu’il convient d’appeler la folie de la foi, le portant à faire reculer sans cesse toutes les limites des désirs, la chasteté étant à cet égard la vertu cardinale. Bien sûr, Sophie et Juliette, les figures emblématiques de l’univers pollèsien, s’étourdissent de lyrisme, et surtout Juliette, car il s’agit bien d’amour, de son attente et de son enchantement, mais tout est dans la passion plus souvent rêvée que vécue, et dans cette complaisance poétique et entretenue sans cesse à le sacraliser. Le beau navire du fleuve ne s’accommode que des eaux aux miroitements dont on pourrait croire qu’ils sont souvent célestes sinon divins, tant son beau capitaine recherche les flots dont les balancements lui font côtoyer les frontières du merveilleux et du mystique.

27La pureté est la vertu même de Sophie, et il n’est de grâce plus précieuse que de posséder un cœur pur. Sa passion sera souffrance avant que d’être félicité aux heures de l’enchantement poético-mystique, ce sera le prix pour voguer sur une mer plus belle et moins traîtresse que celle de la terre, pour enfin voir briller la part de la beauté du monde qu’elle reçut. Les mortifications qu’Yves s’infligeait pour la recherche de sa vérité passaient par le chemin de la pureté, sans cesse à reprendre et conduire, les héroïnes de Pollès cherchant pour leur part à travers le chant profond qu’elles laissaient monter en elles, à s’élever jusqu’aux extrêmes bords du royaume de la pureté, là où l’auteur croit que l’on doit pouvoir entendre la note la plus éthérée se perdre dans l’indicible.

28On se gardera de faire des héroïnes du légendaire pollèsien des filles de l’Esprit saint : Pollès n’a jamais rien revendiqué en ce sens, ni cherché à établir une quelconque filiation y conduisant ou en découlant. Mais le parallèle est étrange de ces âmes, les unes tournées vers Dieu avec leurs exigences de foi et de vertu, les autres comme habitées par une volonté constante de rechercher la pureté, suivant une transcendance que l’on retrouve dans les plus purs mouvements mystiques.

29Les pèlerinages à Tréguier ont fait de la vieille cité que Tugdual porta en son temps sur les fonts baptismaux un lieu prédestiné, et le culte de saint Yves entretient depuis longtemps la légende de cette terre d’asile, de cette sorte d’Assise bretonne selon le mot d’Anatole Le Braz. Renan, bien sûr, apportera au légendaire une autre dimension, d’ordre intellectuel mais aussi spirituel, comme il requiert à « un prince de la pensée libre ». Tous deux, aux destins si croisés et aux émouvantes similitudes, appartiennent bien sûr depuis des lustres au panthéon trégorrois.

  • 32 Discours d’Henri Pollès à l’Hôtel de ville de Tréguier, 2 août 1990, p. 8.

30Henri Pollès, le dernier enfant, héritier de la pensée de son « cher grand oncle », revendiqua de partager les lauriers de la gloire trégorroise quand il fut reçu à l’Hôtel de ville de Tréguier le 2 août 1990, en l’associant en ces termes : « Nous avons voulu, vous et moi, que Tréguier devienne une cité romanesque et un haut lieu de l’esprit universel, avec la seule ambition de lui rendre un peu de ce qu’elle nous a donné, le beau cadeau de la vie et celui de l’âme de ses pierres32 ». Henri Pollès n’est pas quitte non plus de son autre illustre prédécesseur, de cet autre aïeul que cette même terre enfanta. Tous les lieux de son univers romanesque trégorrois portent le témoignage du grand saint. Comme d’une éternité acceptée de tous, son âme flotte, sinon son esprit d’ascèse, dans la conscience collective. De ses valeurs, de multiples échos nous parviennent par l’entremise et le chant de Sophie ou de Juliette. En esprit libre, Henri Pollès fuit l’hagiographie, il n’a pas vocation à enluminer ses romans de versets tirés d’anthologies sacrées. Mais en historien de sa propre petite ville natale, en chroniqueur attentif, en romancier respectueux et soucieux de restituer l’âme de son petit pays, il ne peut bien sûr, lui non plus, ne pas entendre tinter les cloches de sa ville d’Ys, et avec elles toutes les rumeurs qui chantent encore et toujours la gloire et la sainteté de l’enfant de Kermartin.

Notes

1 Renan E.,Souvenirs d’enfance et de jeunesse, Bibliothèque de Cluny, A. Colin, p. 17.

2 RenanE., Principes de conduite, 1845.

3 Pollès H., Interprétation d’une vie, document inédit, p. 10.

4 Pollès H., Sophie de Tréguier, Julliard, l’Âge d’homme, p. 139.

5 Pollès H.,Sur le fleuve de sang vient parfois un beau navire, Julliard, p. 325.

6 Pollès H., Sophie de Tréguier, p. 111.

7 Ibid., p. 110.

8 Ibid., p. 176.

9 Pollès H., Sur le fleuve de sang vient parfois un beau navire, p. 567.

10 Ibid., p. 72.

11 Pollès H.,Sophie de Tréguier, p. 42.

12 Ibid., p. 141.

13 Ibid., p. 39.

14 Pollès H., Sur le fleuve vient parfois un beau navire, p. 17.

15 Ibid., p. 83.

16 Ibid., p. 83.

17 Ibid.,p. 123.

18 Pollès H.,Sophie de Tréguier, p. 139.

19 Pollès H., Sur le fleuve de sang vient parfois un beau navire, p. 560.

20 PollèsH., Sophie de Tréguier, p. 40.

21 Ibid.,p. 162.

22 Ibid., p. 176.

23 Ibid., p. 158.

24 Pollès H.,Sur le fleuve de sang vient parfois un beau navire, p. 486.

25 PollèsH., Sophie de Tréguier, p. 75.

26 Ibid., p. 72.

27 Ibid., p. 130.

28 Ibid.,p. 76.

29 Ibid., p. 77.

30 Ibid., p. 77.

31 Ibid., p. 77.

32 Discours d’Henri Pollès à l’Hôtel de ville de Tréguier, 2 août 1990, p. 8.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540