Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Yves et les Bretons

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Georges Provost

Quatrième partie. Entre culte officiel et mémoire

Renan et saint Yves

Jean Balcou

Texte intégral

1Impossible à Tréguier d’échapper à saint Yves et à Renan. Mais attention ! Qui était pour Renan était contre saint Yves, nécessairement. Et qui était pour saint Yves était contre Renan. Du moins, en principe. D’un côté, en effet, un saint canonisé par Rome, de l’autre, l’apostat condamné par Rome. Pourtant les choses évoluaient, même à Tréguier. Il y a trois ans, ici même, au congrès des avocats, un de ces avocats fit une sortie contre le scandaleux Renan dont la présence déshonorait saint Yves. La surprise vint du curé même de Tréguier, l’abbé Le Gueut, qui protesta : il valait mieux voir ce qui les rassemblait que ce qui les opposait. Étudier les relations entre les deux illustres enfants de Tréguier impose donc de commencer par l’histoire de leur réception, une histoire qui se résumera à ce titre « Renan contre saint Yves ». Mais les cléricaux, ces adversaires primordiaux, et tous ceux qu’ils entraînent à leur suite, avaient-ils vraiment lu ce que le grand mécréant disait de son illustre compatriote ? J’ajouterais : avaient-ils le droit de le lire ? Chez eux le simple nom de Renan faisait frémir. Alors je relirai Renan, pas seulement pour eux mais pour nous tous, pour voir comment ce Renan, qui avait tant d’intérêt à s’intéresser à saint Yves, s’est donc intéressé à lui.

  • 1 Tous les ans, Yves Troadec renouvelle le gros cahier au pied de saint Yves où le peuple vient deman (...)

2Commençons par un tour de notre ville, qui ne peut être qu’un parcours militant tant saint Yves et Renan, Renan et saint Yves y marquent leur territoire. La plus éclatante preuve en est assurément l’occupation de la partie haute de la place centrale par le monument formé par Renan et sa déesse qu’on dit être une païenne, lequel fait face, ou plutôt front, à la cathédrale gothique dont le cœur est le tombeau même de saint Yves. Puis au collège Saint-Yves ne manquera pas de répondre le collège Ernest-Renan (pour le lycée du même nom il faut aller jusqu’à Saint-Brieuc). Puis au Centre culturel Ernest Renan répondront les Cadets de Saint-Yves. Puis la rue Renan remontera jusqu’à la place d’où remontera la rue Saint- Yves. Enfin, après avoir salué la maison natale du philosophe, nous irons saluer la maison natale de Kermartin. Mais ici, qu’on visite Renan ou qu’on visite saint Yves, on est toujours en pèlerinage. Même le cahier de doléances1de la chapelle-église de Minihy répond, sur le mode populaire, au savant livre d’or de la maison­musée du philosophe. Mais nous étions sortis, sans nous en rendre compte, de la ville, une toute petite ville qui a l’air si grande, pour nous retrouver dans le territoire limitrophe de Minihy-Tréguier. Allons, ne jouons pas nous aussi Renan de Tréguier contre Hélori de Minihy. Terminons par la descente sur les quais où un grand calvaire se déploie avec sa garde rapprochée de saints. Sur le socle du calvaire, il y a le triptyque de saint Yves entre le riche et le pauvre. Or ce triptyque granitique est chargé lui aussi de répliquer, avec son grand calvaire, au bronze de là-haut dont l’inauguration le 13 septembre 1903, il y a juste cent ans (autre commémoration), a vu l’Église bretonne opposer violemment saint Yves à ce Renan qui, criait-on, allait le détrôner.

  • 2 Cette réponse qui m’a été communiquée par Georges Provost (que je remercie) se trouve dans le dossi (...)

3Car, de part et d’autre, on s’excitait. C’est la décision du conseil municipal du 30 août 1902 d’élever une statue à Renan au haut de la place et de donner son nom à la rue de sa maison natale qui a mis le feu. Le curé Le Goff se déchaîne auprès de son évêque qui lui répond le 2 septembre par une fulmination dont l’exécution porterait aussi un sérieux coup à l’économie du pays : « Je veux croire que ce projet ne sera pas réalisé et que la ville de saint Yves restera fidèle à ses glorieuses traditions et à sa foi. S’il en était autrement je me verrais obligé de supprimer le pardon et la procession du 19 mai. » Le curé prend le temps de se calmer puisque ce n’est que le 8 décembre qu’il adjure en ces termes l’évêque de surseoir : « Quant aux fêtes de saint Yves, je vous prie, Monseigneur, de ne pas la supprimer, du moins pour l’année prochaine2… ». C’est que notre curé a lui aussi sa statue en réserve.

4Si Renan aura sa statue, saint Yves aussi aura la sienne, et en plein air comme l’autre. Et c’est même à Renan qu’il l’aura due. Un retour en arrière est ici nécessaire. Nous voici donc en août 1884 quand, au bout de quarante ans d’exil, Renan était revenu à Tréguier pour une fête en son honneur. Or, dans sa causerie de fin de banquet, il avait parlé de son envie de se faire enterrer au milieu du cloître, sachant que, « bien à tort » l’Église ne voudrait pas de lui (I, 850). Mais voilà qu’en 1896, quatre ans après sa mort, l’idée reprend corps et met le feu. D’où panique chez les cléricaux : il faudra occuper l’emplacement avant que l’autre ne l’occupe, et par une statue de saint Yves évidemment. Alors, y eut-il une première statue, et de quel matériau ? Les cartes postales de l’époque montrent une grande statue qui a l’air en plâtre. Mais il s’agit de celle de… 1903. De celle dont le curé Le Goff parle dans sa réponse à son évêque, et qui sera inaugurée, elle, lors de la grande manifestation populaire du 19 mai, c’est-à-dire avec privilège de l’antériorité, et certainement avec un autre éclat : «  Nous aurons, en effet, à faire en mai prochain l’inauguration de la statue de st Yves dans le cloître. Vous m’avez promis, Monseigneur, d’inviter Mgr (nom illisible)à présider cette fête qui aura une splendeur plus qu’ordinaire et fera pâlir la gloire de l’apostat. » Il faut dire que la bataille de l’opinion faisait rage des deux bords. Ainsi, fin septembre, Le Réveil des Côtes-du-Nord, reprenant la dichotomie « le mal » et « le remède » de La Réforme intellectuelle et morale de la France de 1871, n’hésitait pas à opposer « le remède », c’est à-dire Renan, au mal, c’est-à-dire saint Yves. Nous étions alors en pleine guerre des congrégations où Renan et saint Yves n’étaient plus que prétextes aux affrontements idéologiques du moment.

5Dans cette atmosphère survoltée l’inauguration de la statue de Renan, que les Bleus de Bretagne avaient préparée par souscriptions et prestigieux livre d’or, serait la fantastique occasion de baptiser l’ère de « la Bretagne nouvelle » où les « saint Yves » seraient relégués aux ténèbres du Moyen Âge. On irait encore plus loin dans la révolution. Le nouveau saint de Tréguier serait désormais pour les plus exaltés l’auteur de la Vie de Jésus, canonisé saint laïque. Les cartes postales de la propagation de la foi nouvelle, l’ancienne étant l’apanage de l’inquisiteur imagier Théodore Busnel, allaient reproduire à l’envi les trois vieilles Bretonnes en coiffes vues de dos à genoux en prière devant la statue. En cette solennité du 13 septembre 1903, notre fête nationale, serait donc inauguré un nouveau pardon, le pardon nouveau, « le pardon de Renan ». Plus modérément, plus équitablement, Théophile Janvrais dit René d’Ys rendait, dans sonRenan en Bretagne de 1904, à Renan ce qui revenait à Renan : « Le pardon de Renan ne peut qu’avoir sa place à côté de celui de saint Yves. » Mais Tréguier avait désormais deux statues, celle du renégat et de sa déesse trônant si l’on peut dire sur la haute place, celle de saint Yves se contentant du cloître et dont les auteurs des Fêtes de Renan à Tréguier de 1904 se gausseront en évoquant «  ce cloître exquis dont les pambéotiens de sacristie ont brisé la délicate harmonie en y élevant une statue monumentale et grotesque de leur saint Yves ». Aujourd’hui un petit calvaire occupe les lieux.

  • 3 Ce crime a inspiré le roman de Charles Le Goffic, mais qui est bien inférieur à la réalité, Le Cruc (...)
  • 4 Renan avait consacré son cours de 1888-1889 au Collège de France aux « légendes patriarcales des Ju (...)
  • 5 Renan manquait rarement ces dîners celtiques dont il avait été élu président à vie dès 1879. Le Jou (...)
  • 6 -Citons la fin de la lettre adressée par M. Soisbault, pharmacien à Tréguier, à son gendre le 17 se (...)

6Mais il est temps d’aller voir du côté de Renan. Or Renan se sent lié à saint Yves par des liens qui relèvent de l’atavisme sentimental. Plusieurs fois il raconte comment, à la mort de son père en 1828, quand il avait cinq ans, sa mère alla le confier au patron des « délaissés » (II, 729). Jamais Ernest n’oubliera que saint Yves était son « tuteur ». Et comme il les aimait, ces mois de mai où le pardon suscitait par tout le pays une dévotion si extraordinaire ! Au séminaire de Saint-Sulpice, en pleine crise religieuse, il confie à son journal quels « élancements au cœur »lui revenaient quand il songeait au « chemin de saint Yves » et cela, « au printemps surtout » (IX, 232). Saint Yves de Vérité, ce double sinistre dont le culte interdit était celui d’une sorte de tribunal populaire, lui donnera naturellement aussi d’autres frissons, car on y vouait quiconque vous avait fait du tort : il se rappelle Marguerite Calvez « mourant de consomption » à l’hôpital pour faux serment (I, 736) ; en pleine Histoire du peuple d’Israël il fait allusion au crime de 1882 à Hengoat3, crime rituel qui amena saint Yves de Vérité à la barre (VI, 380). Dans un cours de 1888-1889 au Collège de France sur les « légendes patriarcales » il rapproche la légende de la fille de Lot d’une légende de saint Yves4. Au soir de sa vie lors du dîner celtique de mars 1889, il se met, au scandale de certains Bretons du pays5, à parler de saint Yves : évoquant « la chaire adossée au mur de l’église » du Minihy, il rappelle combien il aurait voulu y prêcher le jour du pardon, y faire « un sermon laïque » ! (II, 997). En 1890, deux ans avant sa mort, alors qu’il villégiature à Rosmapamon en Louannec, il se rend à la cathédrale pour admirer et commenter le nouveau tombeau de saint Yves qui va bientôt être inauguré6.

7Or tous ces liens d’attachement filial et viscéral sont encore renforcés par la curiosité historique. En 1888 l’abbé France de Lannion, ancien condisciple au collège de Tréguier, adresse à l’auteur de la Vie de Jésus étonnante preuve d’une relation qui survit aux anathèmes – la Vie de saint Yves qu’il vient d’écrire. Renan lui adresse en retour le Formulaire de Tréguier dont l’abbé compte bien profiter lors d’une réédition de son livre. Ce denier remercie son correspondant en se déclarant touché par son « appréciation si bienveillante de son travail sur saint Yves, notre illustre compatriote » (Correspondance de prêtres à Renan, collection Scheffer-Renan, inédit). Mais c’est surtout le grand travail de son compatriote et confrère de l’Institut, La Borderie, qui ravira son attente. LesActes du procès de canonisation sont pour lui les éléments d’une véritable « biographie ». Notre Renan est sous le charme : « On y voit, dit-il, l’homme d’aussi près que s’il avait existé il y a une vingtaine d’années : son costume, ses habitudes, ses manières de faire, tout y est »(II, 997). Comme on regrette que l’historien du peuple d’Israël n’ait pu, comme il le regrette lui-même, mené à bien l’histoire du peuple breton dont il rêvait ! On se serait même contenté d’une histoire de saint Yves.

8Maintenant que nous connaissons la profondeur des liens qui unissent Renan à saint Yves, nous apprécierons mieux la représentation qu’il donne de lui, particulièrement dans les Souvenirs d’enfance et de jeunesse parus en 1883. Si la tonalité est toujours celle de l’affection, elle se module selon les points de vue. Naturellement tout commence à la poésie de l’enfance. « Le mois de mai, écrit Renan , où tombait la fête de ce saint excellent, n’était qu’une suite de processions au Minihi ; les paroisses, précédées de leurs croix processionnelles, se rencontraient sur les chemins ; on faisait alors s’embrasser les croix en signe d’alliance » (II, 729). Ces souvenirs poétiques qui contribuent à une mythification du pays de saint Yves portent sur la marque d’un paradis où toute scission paraît impensable. Mais si déjà une scission se manifestait ? Un sourire suffit, de l’adulte d’aujourd’hui ou de l’enfant d’hier, pour troubler le charme : « La veille de la fête, le peuple se réunissait le soir dans l’église, et, à minuit, le saint étendait le bras pour bénir l’assistance prosternée. Mais, s’il y avait dans la foule un seul incrédule pour voir si le miracle était réel, le saint, justement blessé de ce soupçon, ne bougeait pas, et, par la faute du mécréant, personne n’était béni. » Subsistera, malgré tout, la part de la reconnaissance enjouée. Si « le bon saint Yves » ne fut pas, pour ses intérêts, et ceux de la famille, le gestionnaire idéal, notre pupille ne lui en est que plus redevable car il lui a, dit-il en le renanisant à plaisir, « donné contentement qui passe richesse et une bonne humeur naturelle ». Mieux encore : si l’écrivain le plus vilipendé de son temps n’en sera devenu que de plus en plus tolérant, c’est encore à saint Yves – qui pourtant n’était pas tout à fait saint en la matière – qu’il le doit : « Si mon cher saint Yves a inspiré de son tombeau une si bonne doctrine (celle du « pardon des injures » et de « la réconciliation »), je suis deux fois son disciple » (II, 997). Une autre modulation est due à ce que j’appellerais de l’enjouement partagé. Renan, si sensible à l’ironie populaire, n’est pas seul à s’étonner que « pour trouver un saint avocat, on « ait » dû le venir chercher jusqu’en Basse­Bretagne ; c’est, en déduit-il , qu’il n’y en a pas beaucoup ailleurs ». Que la Bretagne ait produit un nouveau saint, quoi de plus logique ? Mais un saint exerçant une telle profession ? Dans un article sur « la vie des saints » publié dans Études d’Histoire religieuse (VIII, 225) notre historien reprend à son tour l’air de la contestation : « La Bretagne eut seule le privilège de faire adopter un saint avocat, saint Yves, et encore la conscience populaire protesta contre cette intrusion et se vengea en chantant à sa fête : Advocatus et non latro, Res miranda populo. » Reste, dernière tonalité et la plus juste car elle touche au plus profond, une sorte de fascination stimulante : « Un Bas Breton qui fait parler de lui dans le vaste monde, note Renan en pensant à lui autant qu’à saint Yves, a bien à cela quelque mérite » (II, 997). Dans son article sur « la vie des saints », il avouait que, s’il ne souhaitait pas leur vie, il était « jaloux de leur mort ». Mais l’aveu est totalement sincère quand il déclara que « saint Yves est un des hommes qui ont le plus honoré la Bretagne ». Ce qu’il pense aussi, malgré la fureur ennemie, de lui-même.

  • 7 Le 16 mai 2003, lors du colloque « Vie et rayonnement de saint Yves chez les juristes de France et (...)
  • 8 Nos citations de Renan renvoient à l’édition des Œuvres Complètes, Henriette Psichari, Calmann-Lévy (...)

9L’Histoire a de ces coïncidences qu’il est permis de prendre en considération. Voici deux adolescents du même âge quittant leur maison pour aller faire si loin de chez eux de si longues études. Quand il revient en Bretagne, c’est à Louannec, où saint Yves fut recteur, que Renan choisit sa maison de vacances, où il s’essaie à son tour à la charité. Mais laissons ces rapprochements arbitraires pour l’essentiel. S’il est vrai, comme le suggérait ici même le professeur Guillotel7, que saint Yves, ce provocateur, a été, en réalité, destitué de son poste d’official de l’évêché de Tréguier, le rapprochement avec Renan, cet autre provocateur, destitué de son poste de professeur au Collège de France, est autrement éclairant. Non que les oppositions, et pas seulement parce que des siècles les séparent, ne soient tranchées : d’un côté, l’ascète violent et le stigmatisé des pauvres dans le Christ ; de l’autre, le savant rationaliste et l’humaniste de sage sourire. Mais chez l’un comme l’autre, quelle force de foi, quelle foi pour servir l’idéal malgré (ou à cause de) tous les sacrifices qu’il impose ! Le maire de Tréguier inaugurait le colloque de mai sur saint Yves, organisé par l’Église, en le mettant, dans le droit fil de l’intervention de l’abbé Le Gueut dont je parlais en commençant, sous le signe de la belle déclaration tirée de L’Avenir de la science qui est inscrite à la mairie sous le portrait de Renan : «  Il s’agit bien de se reposer, grand Dieu ! quand on a l’infini à parcourir et le parfait à atteindre » (III, 1071). Je conclurai, pour ma part, sur deux déclarations qui me semblent plus ajustées à mon propos, tirées du discours prononcé à Quimper le 17 août 1885. La première relève de la sainte tolérance : « Nous sommes très religieux ; jamais nous n’admettrons qu’il n’y ait pas une loi de l’honnêteté, que la destinée de l’homme soit sans rapport avec l’idéal. Mais nous admettons parfaitement que chacun taille à sa guise son roman de l’infini. » La seconde déclaration, où il aurait pu citer saint Yves, renvoie complaisamment à la relativité dynamique de la notion même de sainteté : « Nos pères ont fait ce qu’ils ont cru le meilleur de leur temps ; nous faisons de même. Que feraient de notre temps saint Corentin et saint Tugdual (et saint Yves) ? Je n’en sais rien vraiment. Tâchons de saisir ce que vaut bien l’heure présente. C’est de cette façon que nous avons le plus de chance de nous rencontrer avec eux » (II, 854-855)8.

Notes

1 Tous les ans, Yves Troadec renouvelle le gros cahier au pied de saint Yves où le peuple vient demander secours ou remercier le saint. On y relève des tranches de vie et ce qui revient le plus, c’est la formule « Je compte sur toi ».

2 Cette réponse qui m’a été communiquée par Georges Provost (que je remercie) se trouve dans le dossier « Tréguier » aux archives de l’évêché de Saint-Brieuc.

3 Ce crime a inspiré le roman de Charles Le Goffic, mais qui est bien inférieur à la réalité, Le Crucifié de Keraliès. J’ai moi-même consacré un article au sujet dans les Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. 63, 1981, p. 365-378.

4 Renan avait consacré son cours de 1888-1889 au Collège de France aux « légendes patriarcales des Juifs et des Arabes ». Il a été édité par Laudyce Rétat chez Hermann en 1989. Dans son cours du 25 février 1888, Renan en arrive à traiter de « Lot à la Mer Morte et saint Yves de Tréguier » (p. 33-34). L’auditeur qui a pris les notes du cours rapporte l’anecdote du miracle de minuit à la chapelle du saint et écrit : « M. Renan est le compatriote de saint Yves, le patron des avocats […]. Il ne faut pas regarder en arrière dans les grandes exécutions divines ; s’il y a des curieux tout est démoli ».

5 Renan manquait rarement ces dîners celtiques dont il avait été élu président à vie dès 1879. Le Journal de Lannion avait été scandalisé en apprenant que Renan avait lancé un ban pour saint Yves.

6 -Citons la fin de la lettre adressée par M. Soisbault, pharmacien à Tréguier, à son gendre le 17 septembre 1889 (Collection Scheffer-Renan) : « Pendant que je causais avec Renan dans le chœur du Duc (Jean V, dont la reconnaissance à saint Yves est légendaire) une réflexion me traversa l’esprit : c’est dommage que le Curé ne se trouve pas ici, il y en aurait eu deux en présence, mais de paroisses bien différentes. Le Père Renan a adressé des éloges pompeux à M. Devrez, et a admiré l’œuvre de l’architecte tout en exhaussant les mérites du grand avocat. Amen. ».

7 Le 16 mai 2003, lors du colloque « Vie et rayonnement de saint Yves chez les juristes de France et d’Europe du xiiie au xixe siècle ».

8 Nos citations de Renan renvoient à l’édition des Œuvres Complètes, Henriette Psichari, Calmann-Lévy, 10 volumes. Les Souvenirs d’enfance et de jeunesse sont dans le t. 2, 1948.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540