Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habiter le patrimoine

 | 
Maria Gravari-Barbas

2e partie. Stratégies d'acteurs et enjeux politiques et sociaux

Le patrimoine urbain entre sauvegarde et pastiche : le cas de la ville de Troyes

Tun-Chun Hsu

Texte intégral

INTRODUCTION

1Les mesures de protection du patrimoine urbain n’ont-elles pas eu parfois pour effet d’entraver sa sauvegarde ? Et la volonté de promouvoir le patrimoine urbain n’a-t-il pas, paradoxalement, abouti à la fabrication d’un centre ville artificiellement historicisé ? L’étude du cas de la ville de Troyes révèle les difficultés rencontrées pour la sauvegarde et la réhabilitation du patrimoine urbain au cours de la période récente. Ce cas est assez emblématique des situations auxquelles sont confrontées, de manière plus ou moins aiguë, les autres centres anciens de beaucoup de villes françaises.

LE CARACTÈRE PATRIMONIAL URBAIN DE TROYES

2La forme du centre ville de Troyes, définie autrefois par les remparts du xiiie siècle, ressemble à celle d’un « bouchon de Champagne ». Les Troyens et même les documents administratifs, par exemple le Rapport de présentation du Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur de Troyes (dorénavant noté Rapport PSMV de Troyes), au lieu d’employer « le centre ville », utilisent familièrement « le Bouchon de Champagne » ou « le Bouchon ». « La Tête » désigne la partie nord de celui-ci. « Le Corps » désigne la partie sud du centre ville.

Un ensemble urbain fait de maisons à pan de bois

3On peut constater dans la ville de Troyes la présence dominante de maisons à colombages. Celles-ci représentent environ 90 % des immeubles du Bouchon.

4C’est grâce à l’incendie catastrophique, du 24 au 26 mai 1524, qui a détruit une très grande partie de la ville, que Troyes a pu se doter d’un ensemble urbain homogène de maisons à pan de bois du xvie siècle. D’après les charpentiers, la charpente de bois atteint une sorte de perfection aux xve et xvie siècles avec des assemblages de pans de bois d’une grande complexité ainsi que des sculptures et des moulures d’une excellente finesse et d’une grande fantaisie. Ce sont des maisons de ce stade de perfection que la ville de Troyes possède.

5L’ensemble des architectures civiles domestiques fait le caractère unique du centre ville de Troyes, non seulement par la quantité de maisons à pan de bois, mais aussi par la qualité de leurs sculptures. Troyes reste, outre son art du vitrail non moins célèbre, l’une des principales villes françaises possédant un ensemble médiéval complet de bâtiments en bois.

6Le tissu urbain troyen reste d’esprit médiéval : le système de la rue et de l’îlot est en lanières ; les parcellaires sont très étroits et tout en longueur ; son rythme est assez serré et étroit. Cela conditionne des séries de maisons à pignon sur rue. Un îlot est composé de petites maisons imbriquées les unes dans les autres avec une complexité qui ne fait que croître au fil du temps. La taille d’une parcelle est largement déterminée par la dimension de la maison qui est elle-même déterminée par la longueur des poutres courantes. La morphologie de l’îlot ainsi que, plus largement, celle de l’ensemble urbain est conditionnée par la structure architecturale des maisons à pan de bois.

7Le pignon surmontant la maison est souligné par les fermes d’avant-corps. Le grand pignon auvent abrite la façade des intempéries. Les toitures donnent une allure assez élancée aux façades. Cependant, au xixe siècle, beaucoup de maisons troyennes ont subi des transformations radicales au niveau de leur toiture. La ferme d’avant-corps a été remplacée par le toit en croupe alors à la mode. Une autre raison de ces transformations a été l’aménagement des greniers en logements locatifs pour les ouvriers de l’industrie de la bonneterie alors en plein développement.

8Le glorieux passé des Foires de Champagne a fait de Troyes la cinquième grande ville de la France à l’époque de François Ier. Il a légué à Troyes le quartier Saint-Jean où avaient lieu les marchés. Ce quartier abritant les négociants et les notables est dense de belles demeures en pans de bois. La présence de nombreuses places est un « vestige » des Foires : ce sont d’anciens espaces prévus pour les marchés et les étaux.

9On trouve encore dans les noms de rues troyennes actuelles de multiples témoignages de ce passé prospère : la rue des Greniers est celle où se trouvaient les maisons dotées de greniers particulièrement grands servant d’entrepôts ; la place du Marché-au-Pain et la rue du Marché-au-Noix.

10La plupart des rues ont été rebaptisées : les rues de la Draperie, de la Ganterie, de la Savaterie, des Chaudronniers et de la Chausseterie sont les sections qui font l’actuelle rue Molé ; la rue du Poids-le-Roi ou rue du Poids-du-Roi, où se trouvait la balance étalon servant de contrôle pendant les Foires, a été rebaptisée successivement rue au Lard et rue du Marché-au-Lin avant de devenir l’actuelle rue Mignard.

11Conséquence de l’Édit de Sully de 1607 – il avait pour objectif de parer le risque d’incendie –, les façades des maisons à pan de bois du xviie et du xviiie siècles sont couvertes dès leur construction par du plâtre ou des enduits à la chaux. Avec leurs moulures de bas-relief de plâtre, ces façades donnent souvent l’illusion de façades de pierre.

12La plupart des maisons construites après le grand incendie de 1524 se sont séparées de leurs voisines par un mur mitoyen de pierre. On en trouve encore des exemples rue du Général-Saussier et rue Émile-Zola. Ce mur mitoyen a pour objectif de limiter la propagation des flammes.

13Le mur mitoyen en pierre séparant deux maisons à colombages et le crépi de façade sont des moyens destinés à prévenir la propagation de l’incendie à Troyes. C’est une particularité architecturale et urbaine spécifique d’un ensemble urbain qui s’est longtemps développé sous l’influence de ces constructions très facilement inflammables.

14En définitive, la présence dominante de maisons à pan de bois, non seulement, constitue le paysage urbain de Troyes, mais également, cristallise un savoir-faire et une culture transmise à travers les siècles.

LES ANNÉES NOIRES DE DESTRUCTION

15Entre 1945 et 1990, la politique de rénovation urbaine a entraîné de nombreuses démolitions des îlots anciens de la ville de Troyes, considérés comme insalubres. Détruire les taudis a été une politique française inscrite dans le IIIe Plan (1958-1961) et incarnée par la loi du 7 août 1957. L’objectif du gouvernement est de détruire, en dix ans, les 450 000 taudis recensés en 1954 (Ebel, 1997). Les projets pour ces quartiers vétustes sont des opérations de table rase : on détruit tout pour reconstruire du neuf. À l’époque, la remise en état des logements anciens n’est défendue par personne.

La destruction de « maisons jumelles »

16Parmi les destructions de quartiers entiers de maisons à pan de bois, nous avons retenu le cas de la destruction de « maisons jumelles » en 1985. Il s’agit de deux maisons siamoises, appelées « les jumelles », situées dans le quartier de la cathédrale. Ces deux maisons, qui datent du début du xvie siècle, sont estimées comme les deuxièmes plus anciennes constructions à pan de bois de Troyes. Elles ne sont que deux maisons d’un quartier populaire, et ne portent ni blason, ni niche de saint. Néanmoins, elles présentent un intérêt historique important. « C’est le type de maison qui devait exister dans le quartier Saint-Jean avant le gigantesque incendie de 1524 » explique Alfred Morin (Reportages, 12 juin 1994), historien troyen, qui a fait des recherches particulières retraçant l’histoire de chaque maison dans le Bouchon de Champagne. Pourtant, ni la caution donnée par l’historien, ni le périmètre de protection institué autour de la cathédrale, classée monument historique depuis 1862, n’a empêché « les jumelles » d’être démolies en 1985.

Figure 1 : Plan du quartier Saint-Jean
B : la maison du noulanger
U : l’hôtel des Angoiselles
Source : Flânerie dans le vieux Troyes, l’Association pour la Sauvegarde du Vieux Troyes

  • 1 Entretiens informels, 20 avril 2001.

17À l’époque, la municipalité avait promis de démonter ces deux maisons siamoises et de les remonter ailleurs dans l’avenir. Un journaliste, Frédéric Marais, a enquêté sur le devenir de ces pans de bois démontés et a révélé des résultats scandaleux. Les poutres ont été entreposées à l’air libre sur les terrains municipaux. Pourries, elles ont été par la suite brûlées. Celles qui ont échappé aux intempéries, ont été emportées par des charpentiers, avec l’autorisation de la municipalité. D’après les entretiens, les charpentiers qui ont été accusés de cet acte ont confirmé qu’ils ont payé la ville pour les acheter1. Un des derniers vestiges de maisons antérieures à l’incendie du 1524 a, de ce fait, disparu à jamais.

Un patrimoine urbain vermoulu

18Les continuelles démolitions dans le Bouchon ont créé des terrains laissés longtemps à l’abandon. Les Troyens appellent ces terrains vacants provenant de la destruction des vieux quartiers, « les dents creuses ». Olivier Denert, dans son mémoire consacré à la politique du patrimoine à Troyes, estime qu’entre 1945 à 1985, le Bouchon de Champagne a perdu un quart de ses maisons à pan de bois (cité par d’Hulst, 1998c). Aujourd’hui, on peut trouver au centre ville de Troyes des vastes terrains vagues, ce qui est très rare dans les vieilles villes françaises. En 2000, on compte encore 2,8 hectares de terrains vagues dans la Tête du Bouchon ; et 0,6 hectare dans le Corps (Rapport PSMV de Troyes, 2000 : 29).

19L’effondrement économique de l’industrie textile, ainsi que les démolitions de ces quartiers ont largement diminué la population du Bouchon. De 1974 à 1990, la population du département de l’Aube est restée stable, tandis que celle du centre ville de Troyes a continué à diminuer de 18 % (Rapport PSMV de Troyes, 2000 : 35).

20Le Bouchon de Champagne compte 19 % de vacances immobilières en 1996 (Rapport PSMV de Troyes, 2000 : 35). Un Diagnostic urbain sur le centre ancien, réalisé et publié en 1996, a analysé la situation de vacances immobilières dans le Bouchon, le centre ville de Troyes, et l’a attribuée trois causes :

  • Le mauvais état de certains immeubles. En 1990,11 % de logements du Bouchon ne possèdent pas de toilettes à l’intérieur, 15 % n’ont ni douche ni bain, 30 % sont dépourvus de chauffage central.
  • La cherté des loyers.
  • La « vacance commerciale ». Il s’agit de logements situés au-dessus des boutiques. Généralement, les occupations des accès à l’étage par les boutiques sont les principales causes de ce type de vacance.

Évolution de la population dans le centre ville de Troyes

Évolution de la population dans le centre ville de Troyes

L’évolution démograhique en cohérence avec le développement de la bonnetterie et de sa désindustrialisation.

  • 2 L’exemple de la Maison de Jennyfer, 90 rue Émile-Zola.

21Les maisons à pan de bois demandent des entretiens constants tous les trois ou quatre ans au niveau de la toiture, de la charpente et de l’hourdage. Avec des entretiens réguliers et appropriés, les pans de bois en chêne ayant traversé quatre siècles, peuvent être encore en parfait état2. Quelques années d’abandon suffisent à ruiner ces bâtiments ayant traversé des siècles. Souvent, l’effondrement de ces maisons est causé par le pourrissement de la sablière, l’assise de toute l’ossature de bois. L’effondrement peut également être causé par la ruine des cheminées de craie, matériau de la région qui est tendre, fragile, hydrophile et gélif. Il est donc impératif de protéger ce type de construction de l’eau et de veiller aux infiltrations de pluie.

22La vacance a laissé ces bâtiments sans soin. Le centre ville de Troyes, en particulier la tête du Bouchon, et ces maisons à pan de bois se sont dégradées de plus en plus avant que la reconnaissance des valeurs patrimoniales ne suscite les efforts, publics et privés, de sauvegarde de ces maisons dès 1960 et plus activement ensuite.

LE STATUT INCOMPLET DU « SECTEUR À SAUVEGARDER » DE TROYES

23En 1964, Troyes a été la cinquième ville française à créer un secteur sauvegardé. Pourtant, c’est trente-six ans après, en 2000, que cette mesure de protection du patrimoine urbain a été vraiment mise en place. On a vu, ironiquement, se produire les destructions les plus radicales des vieux quartiers de Troyes pendant les années 1969 à 1985, c’est-à-dire après la date de création de la zone de protection qui était pourtant censée les interdire.

24De 1964 à la fin de l’année 2000, l’incertitude du périmètre de protection, qui est défini et puis élargi à plusieurs reprises, et la longue période de précarité juridique ont, non seulement, permis les démolitions massives des vieux quartiers dans le centre ville historique de Troyes, mais de plus ont découragé les particuliers de s’engager dans des travaux de restauration.

25Nous illustrons ici la situation par l’exemple des investissements d’un agent immobilier. À la fin des années 1960, Annie Martinet, agent immobilier de profession, a acheté un pâté de maisons situées à l’entrée du quartier Saint-Jean. Malgré l’effondrement du massif de la cheminée mitoyenne de ces maisons, qui a entraîné l’inclinaison considérable de façades, les travaux de sauvetage et de restauration sont de beaux exemples de réussite. Cette inclinaison est devenue une des curiosités touristiques de Troyes.

26L’ABF encourage Annie Martinet à poursuivre ses opérations de réhabilitation dans le Bouchon de Champagne. Entre 1972 et 1980, elle a acheté et restauré l’Hôtel des Angoiselles. Cet ancien hôtel particulier, construit originellement par une famille italienne venant faire du négoce aux Foires, est transformé en appartements de location après la restauration architecturale.

27Comme Annie Martinet croyait que ces maisons étaient situées dans le périmètre du secteur sauvegardé, elle a déduit une partie des travaux lors de ses déclarations de revenus fiscaux. En 1977, elle a eu un rappel de redressement fiscal d’un montant de 2,15 millions de francs de l’époque. Comme le secteur sauvegardé de Troyes ne possède pas de statut juridique correct et complet, par conséquent, les particuliers qui restaurent leurs bâtiments dans cette zone n’ont pas droit à ces avantages fiscaux. Cette triste et cruelle situation a démotivé Annie Martinet pour le Bouchon de Champagne. Elle n’a plus mené d’autres opérations à Troyes.

LES EFFORTS DES PARTICULIERS POUR LA SAUVEGARDE DU CENTRE VILLE DE TROYES

28Après quelques restaurations menées par la municipalité, comme celles de la « Maison du boulanger » dans les années 1960 et celles de la « Cour mortier d’or » à la fin des années 1970, les particuliers commencent à participer aux efforts de réhabilitation des maisons à pan de bois. On peut citer l’exemple de la restauration des « Maisons à trois pignons ». Cet ensemble de maisons restaurées est choisi par le département de l’Aube pour faire la publicité de son image de département riche en maisons à pan de bois. L’image de cet ensemble aux trois pignons a été affichée dans les couloirs du métro parisien. Elle est peut-être ainsi devenue l’image la plus connue du patrimoine architectural de Troyes.

Figure 2 : Le Bouchon de Champagne – le centre ville de Troyes. La partie entourée est le périmètre du secteur sauvegardé de Troyes
Source : n.62. Rapport de présentation. Plan de Sauvegarde et de Mise en valeur de Troyes, juin 2000

LES OPÉRATIONS DE RESTAURATIONS GROUPÉES

29Parmi les efforts des particuliers pour la sauvegarde du patrimoine architectural et urbain de Troyes, une série d’opérations menée par une association patrimoniale mérite qu’on y prête intérêt. C’est une série d’opérations nommée « Opération Rue par Rue ». Le projet est lancé par l’Association Sauvegarde et Avenir de Troyes, une association, type Loi 1901, créée en 1963.

30L’opération « Rue par Rue » consiste à convaincre plusieurs propriétaires de la même rue ou d’une section de rue de se regrouper pour ravaler leurs façades et restaurer leurs bâtiments. Cette opération groupée présente plusieurs avantages tant pour les propriétaires que pour la ville :

31Tout d’abord, en faisant les travaux ensemble, les propriétaires profitent d’une meilleure subvention municipale en ce qui concerne les travaux des façades et des toitures visibles du domaine public. Le taux de subvention est de 30 % du montant de travaux hors taxe pour une opération individuelle alors qu’elle s’élève à 40 % en cas d’opération groupée.

32De plus, le fait de restaurer plusieurs maisons simultanément permet aux propriétaires de négocier un meilleur prix avec les entreprises pour les travaux et cette restauration groupée permet en outre de réaliser un projet architectural d’un ensemble harmonieux, d’autant que comme les maisons troyennes sont très serrées les unes contre les autres, les travaux regroupés dans une section de rue réduisent les nuisances pour les voisins.

33Enfin, une fois les travaux finis, l’image délabrée de la rue s’estompe d’un coup et tout le paysage de la rue s’embellit. Ce qui donne l’impression d’une meilleure efficience des travaux. Cette transformation spectaculaire aurait de plus comme effet d’inciter les autres propriétaires à agir à leur tour.

34La première opération de ce genre a été lancée, en 1989, rue du Paon. À l’époque, l’objectif principal était de stopper les destructions des vieux quartiers de la Tête du Bouchon, partie de la ville longtemps négligée par les efforts de la municipalité et des particuliers. La rue du Paon, située en face du Corps du Bouchon à la bordure du canal, est choisie pour démontrer aux Troyens et à la municipalité que les maisons situées dans la Tête peuvent être restaurées, et peuvent présenter une belle image de la ville au bord du canal. Ce premier coup d’essai a été un succès. Les autres tranches de ce type d’opérations groupées se sont ensuite enchaînées dans les différents quartiers de Troyes.

LE FAÇADISME À TROYES

35Dès 1968, le conseil municipal de Troyes a décidé de ne pas accorder de subventions aux opérations architecturales qui consistent en placages de façades de pans de bois sur des bâtiments nouvellement construits. Pourtant, ceci n’a pas découragé la propagation du phénomène du façadisme à Troyes.

36Les expériences montrent que le placage des façades de pans de bois sur les murs des bâtiments neufs, souvent en béton, a une durée de vie limitée. Les pans de bois se gondolent naturellement au fil du temps tandis que d’autres matériaux, comme les parpaings, résistent. Ces murs de placage déformés n’échappent pas à la démolition. Et les pans de bois ne sont plus réutilisables.

37Pourtant, la moitié des maisons restaurées de la rue Paillot-de-Montabert, située dans le quartier Saint-Jean et jouant le rôle de vitrine touristique de Troyes, ne sont plus de vraies maisons à pan de bois. Elles ne possèdent que des façades en pans de bois. Il s’agit dans la plupart des cas de façades postiches, apposées devant les parpaings. Cependant, il s’agit aussi du remploi des anciens pans de bois provenant des quartiers démolis : par exemple, les pans de bois de la façade du 18 de la rue proviennent de l’îlot Camusat.

38L’encorbellement et le pignon sont imposés par l’autorité aux propriétaires afin de récréer l’aspect d’une rue du xvie siècle.

  • 3 Dans les années 1940, le sigle PACT signifiait « Propagande et Action Contre les Taudis ». Aujourd (...)

39Dans plusieurs opérations menées par le PACT3 (centre d’amélioration de l’habitat), les bâtiments ont été complètement reconstruits en dur. Les colombages de bois sont simplement accrochés sur ces murs préconstruits côté rue et côté cours.

La maison de la rue Charbonnet

40À travers le cas de la maison située à l’angle de la rue Charbonnet et de la rue Quinze-vingt, on peut mieux comprendre la situation du phénomène de façadisme dans le centre ville historique de Troyes. La maison est située juste en face de l’Hôtel Marisy et à proximité de l’Église Sainte-Madeleine qui sont tous les deux classés Monuments Historiques respectivement par la liste de 1862 et celle de 1840. La maison se trouve ainsi sous la double servitude des environs des Monuments Historiques et du périmètre du secteur sauvegardé de Troyes.

41D’après des entretiens avec certains Troyens et les responsables de la conservation du patrimoine, le propriétaire de cette maison envisage depuis longtemps une reconstruction totale. L’autorité n’est pas d’accord pour une nouvelle construction, et conseille une restauration de la maison existante. On trouve un avis concernant la restauration des façades et toitures de cette maison, daté du 30 janvier 1996, de la Commission interservices du Secteur Sauvegardé de Troyes.

42En dépit de cet avis, envisageant toujours une reconstruction, le propriétaire retarde les travaux de restauration. Le mauvais état de la maison s’empire pendant la saison pluvieuse du printemps. L’effondrement de la cheminée a fini par emporter l’ensemble de la construction. La maison s’écroule, enfin, le 18 mai 1996, quatre mois après l’avis de restauration donné par les responsables du patrimoine.

43Deux mois seulement après l’écroulement de la maison, le 16 juillet, le propriétaire demande un permis de construire en proposant un projet d’un immeuble contentant deux logements.

44Dès la première réunion de la Commission interservices du secteur sauvegardé du 23 juillet 1996, tous les responsables de ce dossier sont unanimes sur l’intérêt d’un projet de construction contemporaine. Or, au fur et à mesure des réunions, l’accord unanime du principe contemporain faiblit. Les débats naissent au sein de la Commission. Les craintes de compromettre les environs immédiats des deux monuments historiques importants de la ville s’opposent à la volonté d’insérer les créations architecturales contemporaines dans les vieux quartiers.

45Lorsque le permis de construire est délivré le 30 juin 1997, un an après l’écroulement de la maison, c’est un projet de pastiche, imitant une maison à pan de bois du xvie siècle, qui est accordé par la Commission. Les conseils municipaux craignent sérieusement l’impact d’un projet contemporain voisinant les monuments historiques. Ils insistent sur un projet imitant les façades à pan de bois afin de renforcer le caractère architectural du Bouchon de Champagne.

46De ce fait, l’ABF ne peut qu’exiger que les cadres de fenêtres soient en aluminium noir pour bien manifester la date contemporaine de cette construction aux allures de faux ancien.

UNE RÉHABILITATION URBAINE DÉSÉQUILIBRÉE

47La priorité de réhabilitation des bâtiments anciens est toujours donnée au Corps du Bouchon, le Quartier Haut, le quartier où avaient lieu les Foires. De 1962 à 1989, 90 % des opérations publiques de réhabilitation se sont situées dans cette partie de la ville. Même les efforts des particuliers sont plutôt concentrés dans le Corps : parmi les dossiers demandant à la mairie des subventions de restauration architecturale, seulement cinq sur vingt-quatre en 1979 et deux sur trente en 1980 concernent des maisons situées dans la Tête du Bouchon (d’Hulst, 1998h). Jusqu’en 1997, le commerce est concentré à 90 % dans le Corps du Bouchon (Claverie – Rospide, 1997).

48La Tête, au niveau des transports en commun, n’est desservie que par une ligne de bus. La destruction pure et simple des quartiers dans la Tête du Bouchon se poursuit jusque vers 1995 (Jullian, cité par Quilliard, 2000 : 10-11). Plusieurs îlots à proximité de la cathédrale sont démolis : les îlots Michelet, Camusat, Courtine et les maisons siamoises. Dès qu’une maison est en vente, la ville de Troyes l’achète en utilisant son droit de préemption. Les maisons jugées ensuite défectueuses et irréparables sont démolies. Puis, la ville revend ses réserves foncières aux promoteurs immobiliers. La première Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat menée dans cette partie de la ville ne s’est mise en place qu’en 1993 et s’est achevée fin 1996.

49D’après le Diagnostic, le résultat des efforts publics et privés pour la réhabilitation du Bouchon est inquiétant. De 1989 à 1996, une forte diminution, -15 %, du commerce quotidien, notamment alimentaire est constatée. À cela s’ajoute une forte diminution du commerce d’équipement de la maison (-24 %). Tandis que le nombre des hôtels et des restaurants augmente fortement (+33 %). La réhabilitation de centre ville de Troyes n’échappe pas à l’emprise de l’évolution touristique.

LA MISE EN VALEUR DES LOGIQUES ARCHITECTURALES TRADITIONNELLES

50En 1998, sur un chantier de la rue Simart, on peut cependant observer un exemple de construction des maisons à colombages qui s’efforce de réconcilier les aspects historiques et les exigences contemporaines.

51Le traditionnel matériau de construction à Troyes, le bois, transmet très bien les bruits. Pour le logement, un contrôle acoustique est nécessaire. Le meilleur écran phonique s’avère être le béton. Mais il n’est pas souhaitable de réaliser un immeuble en béton puis de coller les pans de bois aux façades. Le problème est résolu par une technique et une notion nouvelles. Les planchers entre deux appartements superposés sont en dalles de béton armé de vingt centimètres d’épaisseur. Ces planchers sont posés sur l’ossature de bois, ce qui va à l’inverse de la pratique et de la pensée courantes qui supposent normalement de faire supporter le bois par le béton. Ici, le béton est supporté par le bois.

52La logique architecturale des maisons à pan de bois est exactement la même que celle des cathédrales gothiques : l’ossature est indépendante du remplissage ; l’ossature supporte entièrement le bâtiment tandis que le remplissage ne sert que de paroi.

53Le problème posé par le confort moderne est résolu par la logique de construction traditionnelle. Le béton n’est utilisé que là où il est absolument nécessaire pour amoindrir les ondes sonores. Cette réalisation a mis en valeur la particularité architecturale des maisons à pan de bois, en même temps qu’elle est parvenue à concilier l’exigence de confort moderne.

Renforcer l’image d’une ville par reproduire l’allure traditionnelle

54À part les politiques menées par la municipalité et les efforts des particuliers ainsi que de l’association patrimoniale cherchant à restaurer et réhabiliter la tradition architecturale du centre ville, on remarque un autre effort visant à renouveler l’image traditionnelle de la ville.

55Dans certains projets de lotissement dans le centre ville de Troyes ou à sa proximité, le design des nouvelles constructions reprend le gabarit des maisons à pan de bois traditionnelles. Au lieu de construire haut et large comme les nouvelles techniques de construction le permettent, ces nouvelles constructions adoptent la forme et les dimensions des maisons à pan de bois, c’est-à-dire basses et étroites.

56Ces nouvelles constructions reproduisent le rythme d’ouvertures de portes et de fenêtres des maisons à pan de bois, par exemple avec l’entrée du bâtiment disposée latéralement, au lieu de la concevoir au milieu. Et elles possèdent, en plus, l’encorbellement au premier étage pour reprendre la forme traditionnelle des maisons troyennes. Tandis qu’au niveau de la toiture, ces nouveaux bâtiments reproduisent la silhouette élancée du pignon. Par contre, il nous a semblé que la grande toiture débordante est moins imitée.

57On devine que la marge est étroite en matière de construction contemporaine. Le patrimoine des façades à pan de bois peut sombrer dans un faux style troyen qui ne se réduirait qu’à des signes architecturaux de plus en plus euphémisés pour tenter, à tout prix, de faire croire à la tradition. Ou au contraire, il peut stimuler l’inventivité et la créativité d’une nouvelle génération d’architectes qui prélèveront dans le patrimoine les éléments qu’ils sauront librement réinterpréter pour l’adapter à la manière moderne d’habiter.

58LE PATRIMOINE URBAIN ENTRE SAUVEGARDE ET PASTICHES

Les paradoxes des politiques de sauvegarde

59Le dossier de la maison rue Charbonnet est peut-être un exemple assez illustratif de l’impuissance des mesures de sauvegarde institutionnelle du patrimoine architectural et urbain. Malgré les avis administratifs incitant à la restauration, le propriétaire finit par obtenir ce qu’il veut, la reconstruction de la maison, après l’effondrement causé par sa négligence volontaire.

60La négligence est un moyen fréquemment utilisé par les particuliers, voire les collectivités, pour obtenir le permis de détruire dans les zones de protection patrimoniale. Les bâtiments sont laissés à l’abandon jusqu’à ce que leur état délabré menace la sécurité publique : la législation de la sécurité publique ordonnera la démolition des bâtiments. Ce laisser-aller est une manière de contourner la loi, en justifiant la destruction du bâtiment. En dehors des avis officiels de restaurer des bâtiments vétustes, il n’y a aucun moyen d’imposer une réfection. La sauvegarde est, finalement, laissée à la bonne volonté des propriétaires.

61Pendant trente-six ans, Troyes est victime d’un statut juridique ambigu quant à la sauvegarde de son patrimoine urbain. Avec le statut juridique incomplet du secteur sauvegardé, les particuliers réhabilitant des vieilles maisons sont soumis à de lourdes contraintes : les opérations dans la zone de protection délimitée sont soumises aux règlements de protection et surveillés par l’ABF, comme si le secteur sauvegardé était vraiment mis en place. Pourtant, les projets réalisés dans ce même périmètre n’ont pas droit aux réductions fiscales prévues. Cette situation n’encourage pas la réhabilitation du patrimoine urbain.

62Si, pendant trente-six ans, le refus de la municipalité d’approuver un PSMV a eu pour objectif de contester la main mise de l’État sur le centre ville de Troyes, c’est pourtant le patrimoine urbain qui en a fait les frais.

63Nous avons vu la succession des paradoxes qui modèlent en réalité le centre ville historique du point de vue de la protection du patrimoine urbain. Le rôle du Ministère de la Construction est très paradoxal. Dans les années 1960, il ordonne, d’un côté, la destruction des quartiers insalubres de Troyes, mais de l’autre, il finance des recherches pour la sauvegarde des vieux quartiers.

64La position de la municipalité n’est pas moins ambiguë que celle de l’État. La Ville de Troyes consacre une fortune à la restauration d’une maison domestique, la Maison du boulanger, alors qu’elle rase, dans le même temps, les îlots et les quartiers des maisons à pan de bois. Et, en définitive, malgré la décision de ne pas subventionner les travaux apposant des façades à pan de bois sur de nouveaux bâtiments, plusieurs opérations publiques continuent ce type de construction au centre ville.

65Si cette décision semble indiquer une prise de conscience des dangers du façadisme, l’artificialité du centre ville, les nombreuses opérations publiques réalisées révèlent, pour le moins, une grande bienveillance à son encontre.

Le mythe du « à l’ancienne » et du « à l’identique »

  • 4 Archives du Secteur Sauvegardé, dossier Maison rue Charbonnet, procès verbal, sans date.

66Nous pouvons constater, dans le cas de la maison de la rue Charbonnet, que les esprits de la société contemporaine n’osent toujours pas s’aventurer dans des projets architecturaux contemporains pour les quartiers anciens. Ils préfèrent plutôt « des constructions d’accompagnement ou des pastiches aucunement créatifs4 ».

67Il est intéressant de noter que ce n’était pas l’ABF, représentant administratif de la sauvegarde du patrimoine architectural, qui était opposé aux projets contemporains. Bien au contraire, il était prêt à donner un avis favorable sur un des projets contemporains présentés. Ce sont les conseillers municipaux, représentants de l’opinion publique, qui avaient peur de l’impact d’une architecture contemporaine avoisinant les monuments historiques.

68Est-ce que les quartiers anciens sont ainsi condamnés à une image figée et ce au risque de créer des « faux anciens » ? Est-il vrai que les architectures historiques s’accommodent tellement mal des architectures contemporaines ? Et que les nouvelles constructions ne peuvent exister dans les quartiers anciens que sous forme de pastiches ?

69Dans la presse locale troyenne, nous avons constaté l’emploi fréquent de l’expression « à l’identique » concernant les opérations architecturales. Dans ce cas, le mot « à l’identique » devient, en quelque sorte, un qualitatif des travaux, une approbation de la qualité des travaux réalisés. Pourtant, l’emploi de ce mot ne se limite pas aux opérations de restauration architecturale au sens strict ; il est également utilisé pour les opérations de type façadisme, comme les placages de façades à pan de bois à la surface des nouveaux bâtiments. La documentation à notre disposition ne nous permet pas de vérifier si ces façades dites remontées « à l’identique » étaient telles qu’elles sont aujourd’hui et si elles étaient à l’emplacement même de l’opération.

70L’emploi de l’expression « reconstruit à l’identique » est ambigu. Dans le domaine de l’aménagement urbain, « reconstruire » signifie tout détruire avant de construire à nouveau ; l’opération de reconstruction désigne l’opération de table rase dans le premier temps et une nouvelle construction dans un deuxième temps. Tandis que « reconstituer » ou « restituer » désigne le rétablissement des éléments architecturaux altérés ou disparus d’après la documentation et les traces archéologiques.

71À vrai dire, comment « reconstruire à l’identique » ? L’engouement du passé et la folie pour le patrimoine ont conduit à un mythe du « à l’identique » ou « à l’ancienne ».

La volonté de s’identifier à travers le patrimoine urbain

72Nous avons constaté, via les politiques publiques et les efforts des particuliers, une volonté de créer et de renforcer une image de la ville à travers le patrimoine urbain. Cette volonté est illustrée dans différents aspects. Moyennant le permis de travaux, la municipalité a tendance à exiger, des projets concernant les vieilles maisons, de rendre apparents les pans de bois de la façade. Tandis que les amoureux du patrimoine rappellent dans la presse locale l’intérêt de respecter des couleurs traditionnelles locales sur la façade. Et que certaines constructions nouvelles adoptent le gabarit traditionnel des maisons à pan de bois.

73Quoique cette volonté de renforcer l’image de la ville s’exprime parfois par des opérations un peu obsédantes qui peuvent aller jusqu’à contredire l’authenticité de ce patrimoine architectural et urbain, par exemple les façades de pan de bois de pastiche ou les faux encorbellements, on peut voir dans ces faits la volonté de valoriser l’image de la ville ainsi que de s’identifier à son patrimoine urbain.

Le contexte social et la volonté de sauvegarde

74Quel est le bilan que l’on peut, à grands traits, retirer de l’analyse de la réhabilitation du centre historique de Troyes ? En premier lieu, elle ne se fait pas nécessairement de façon équilibrée et équitable.

  • 5 Le cas d’étude du quartier Gros-Raisin n’a pas pu être raconté en détail en raison de limite pour (...)

75La Tête du Bouchon, partie de la ville où vivait entassée la population ouvrière de la bonneterie au xixe siècle, n’a pas pu attirer les opérations de réhabilitation et a été beaucoup détruite. Le quartier Gros – Raisin, quartier populaire des façonniers depuis des siècles, est abandonné par les défenseurs du patrimoine et a été complètement rasé5. Le contexte social, l’image sociale du quartier et les opinions publiques pèsent effectivement sur la sauvegarde et la restauration du patrimoine urbain.

76La prise en compte du contexte social aide, également, à comprendre et à expliquer la lenteur et la difficulté du sauvetage et de la réhabilitation du centre ville de Troyes. Comme l’habitat est majoritairement de statut privé, il dépend d’abord de la volonté de ses propriétaires. Jusque dans les années 1970 et peut-être même 1980, dans les représentations de la bourgeoisie troyenne, une maison à pan de bois est synonyme de taudis. La bourgeoisie ne trouve pas de charme aux maisons à colombages. Les représentations sociales considèrent ainsi l’habitat : les pauvres habitent les maisons en bois, les riches habitent des hôtels particuliers en pierre. Rares sont donc les Troyens qui restaurent les maisons à pan de bois et y habitent. À partir des années 1990, la mode du « retour » au centre ville, et le charme retrouvé des architectures domestiques chargées d’histoire incitent les particuliers à investir dans ce champ immobilier, autrefois jugé peu intéressant. Et cette fois-ci, les particuliers restaurent les maisons à colombages et y habitent eux-mêmes.

CONCLUSION

77Ce changement d’attitude de la bourgeoisie vis-à-vis des maisons à pan de bois n’a pas de raison économique objective. Pour que les comportements des Troyens se modifient, les incitations ou encouragements financiers ne suffisent pas. En fait ce changement est indissociable de l’élargissement de la notion du patrimoine. L’extension du patrimoine, culturel et économique, de ce qui est intéressant à sauvegarder et qui donc peut justifier d’investissement, fait que les objets qui étaient méprisés ainsi que voués à la destruction peuvent un jour devenir les objets à conserver et à valoriser.

78Les investissements des particuliers dans la réhabilitation des maisons à pan de bois ne sont pas toujours immédiatement rentables. Ils sont sans doute au contraire économiquement assez aberrants. Il s’agit plutôt d’une sorte de passion. Les actions peu rentables des particuliers sont encouragées par les dividendes immatériels de leur investissement : la passion, le plaisir et l’aventure de la restauration et de la réhabilitation des vieilles maisons. Jean-Michel Leniaud a analysé ce plaisir qui « réside dans la conjonction de la possession d’un objet et de la reconnaissance de cet objet comme signe » (Leniaud, 1992 : 6-7).

79Nous voyons, à travers cela, la transformation de statut de ces bâtiments. Lorsque l’on est prêt à sacrifier pour sauvegarder et mettre en valeur un objet, cet objet acquiert par cette reconnaissance un statut de patrimoine, d’après André Chastel « le patrimoine se reconnaît au fait que sa perte constitue un sacrifice et que sa conservation suppose des sacrifices » (Chastel, 1994 : 101).

80On pourrait dire que le patrimoine urbain de Troyes ne s’est véritablement forgé, non pas tant grâce aux mesures juridiques ou incitatives qui se révèlent assez hasardeuses, erratiques et rarement suivies d’effets rapides, qu’au travers des volontés exprimées par ses habitants. Ce sont leurs investissements et leurs actions soucieuses d’une certaine image de la ville qui contribuent efficacement à la reconnaissance de la valeur patrimoniale d’un ensemble urbain de maisons à pan de bois.

Sites Internet

81Site du Vieux Troyes. http://perso.club-internet.fr/​herve_ga/​t/​indhist.htm

82Humbert, J.-L.

83site a :

84http://crdp.ac-reims.fr/​cddplO/​ressources/​mediatheque/​dossiers/​patrimoine/​patrimoine1.htm

85site b :

86http://crdp.ac-reims.fr/​cddplO/​ressources/​mediatheque/​dossiers/​ patrimoine/III/patrimoine.htm

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Articles :

Bouillon G., 1989, « Du bois on fait l’Aube : charpentes », p. 28-31, dans Vieilles Maisons Françaises, n° 126, février 1989.

Claverie-Rospide X., 1997, « Diagnostic urbain sur le centre ancien d’après le rapport de Gilles - Henri Bailly », p. 6, dans Bulletin de l’Association Sauvegarde et avenir de Troyes (ASAT), n° 17.

Claverie-Rospide X., 1998, « Éditorial : Sauvegarder l’avenir », p. 1, dans Bulletin de l’ASAT, n° 19.

Collet, B., 2000, « La formation de Troyes, des origines à la révolution », p. 4, dans Bulletin de l’ASAT, n° 21.

Ebel J.-C, 1997, « Les projets urbains en centres anciens », Colloque Les outils de l’urbanisme opérationnels français : intérêt et limites d’une application en Pologne, Cracovie, 21 et 22 avril 1997.

www.urbanisme.equipement.gouv.fr/cdu/texteintegral/pologne/ebel.htm

Van Houtte J.-M., 1997, « Le vieux Troyes retrouve ses couleurs », p. 3, Reportages, le dimanche 31 août 1997.

dHulst J., 1998a, « La métamorphose du vieux Troyes », dans dossier « La métamorphose du vieux Troyes », Libération – Champagne, avril à juillet 1998, Service des archives, ville de Troyes.

dHulst J., 1998C, « Un quart des maisons à pan de bois détruites », dans le dossier « La métamorphose du vieux Troyes », Libération – Champagne, avril à juillet 1998, Service des archives, ville de Troyes.

dHulst J., 1998d, « Michel Marot raconte la création du secteur à sauvegarder », dans le dossier « La métamorphose du vieux Troyes », Libération – Champagne, avril à juillet.

dHulst J., 1998e, « Un vrai-faux secteur sauvegardé », dans le dossier « La métamorphose du vieux Troyes », Libération - Champagne, avril à juillet 1998, Service des archives, ville de Troyes.

dHulst J., 1998h, « Un corps longtemps sans tête », dans le dossier « La métamorphose du vieux Troyes », Libération - Champagne, avril à juillet 1998, Service des archives, ville de Troyes.

Humbert J.-L., 2000, « La formation de Troyes, l’ère industrielle », p. 5, dans Bulletin de l’Association Sauvegarde et Avenir de Troyes, n° 21.

Jullien D., 1999, « La couleur dans l’architecture troyenne », p. 6-7, dans Bulletin de l’ASAT, n° 20.

Leulier R., 1989, « Du bois on fait l’Aube : le pans de bois », p. 20-24, dans Vieilles Maisons Françaises, n° 126, février 1989.

Marais F., 1994, « La fin tragique des maisons siamoises de Troyes », p. 3, Reportages, dimanche 12 juin 1994.

Marot M., 1969, « Le plan de sauvegarde et de mise en valeur », p. 26-30, dans La vie en Champagne, numéro spécial : La sauvegarde du vieux Troyes, n° 177, avril 1969.

Pietresson de Saint-Aubin P., 1969, « La formation de Troyes », p. 5-11, dans La vie en Champagne, numéro spécial : La sauvegarde du vieux Troyes, n° 177, avril 1969.

Voinchet F, 1994, « L’architecture à pan de bois en France, structure et restauration », p. 61-71, dans Monumental, n° 6, juin 1994.

Quilliard D., 2000, L’article résumant le Congrès national des villes d’art, 8, 9, 10 octobre 1999, p. 10-11, dans Bulletin de l’Association Sauvegarde et Avenir de Troyes, n° 21.

Ouvrages :

Babelon J.-P. et Chastel A., 1994, La notion de patrimoine. Éditions Liana Levi.

Bailly G. H., Laurent Ph., et Mongkhoun X., 1996, Diagnostic urbain sur le centre ancien.

Leniaud J.-M., 1992, L’utopie française - essai sur le patrimoine. Édition Mengès.

Troyes, OPAH bilan opérationnel, 1994-1995-1996 : « Tête du Bouchon de Champagne ».

Rapport de présentation du Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur de Troyes, juin 2000.

Werdel S., 1995, Troyes, une ville d’art au passé sauvegardé, mémoire de maîtrise de droit public, UFR de Droit et de science politique, Université de Reims.

Notes

1 Entretiens informels, 20 avril 2001.

2 L’exemple de la Maison de Jennyfer, 90 rue Émile-Zola.

3 Dans les années 1940, le sigle PACT signifiait « Propagande et Action Contre les Taudis ». Aujourd’hui il désigne « Protection, Amélioration, Conservation et Transformation de l’habitat ».

4 Archives du Secteur Sauvegardé, dossier Maison rue Charbonnet, procès verbal, sans date.

5 Le cas d’étude du quartier Gros-Raisin n’a pas pu être raconté en détail en raison de limite pour l’article.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Plan du quartier Saint-Jean B : la maison du noulanger U : l’hôtel des AngoisellesSource : Flânerie dans le vieux Troyes, l’Association pour la Sauvegarde du Vieux Troyes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/2241/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 945k
Titre Évolution de la population dans le centre ville de Troyes
Légende L’évolution démograhique en cohérence avec le développement de la bonnetterie et de sa désindustrialisation.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/2241/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 698k
Légende Figure 2 : Le Bouchon de Champagne – le centre ville de Troyes. La partie entourée est le périmètre du secteur sauvegardé de Troyes Source : n.62. Rapport de présentation. Plan de Sauvegarde et de Mise en valeur de Troyes, juin 2000
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/2241/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1014k

Auteur

Doctorante en muséologie, Laboratoire Culture et Communication, Université d’Avignon.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540