Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Yves et les Bretons

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Georges Provost

Quatrième partie. Entre culte officiel et mémoire

Le rituel du pardon de Saint-Yves (XVIe-XXe siècles)

Georges Provost

Texte intégral

  • 1 La « petite Saint-Yves » du 29 octobre ne sera pas ici prise en compte.

1Entre tous les pardons de Bretagne, Saint-Yves de Tréguier s’identifie d’emblée par son rituel. L’image qui vient d’abord à l’esprit est sans doute celle des hommes de loi escortant le chef du saint ; mais avant même cette adjonction récente (1936), le pardon de Tréguier se singularise par un déroulement original que le photographe Raphaël Binet a fixé sur la pellicule le 19 mai 1926 (pages suivantes). Son originalité majeure tient à la procession, unique par le fait qu’elle n’a pas lieu en soirée ou dans l’après-midi comme ailleurs mais en fin de matinée, après la messe du matin ; unique aussi parce qu’elle escorte une relique exceptionnelle – le chef de saint Yves – de la cathédrale de Tréguier à l’ancienne chapelle domestique du manoir de Kermartin devenue église paroissiale de Minihy Tréguier. En réalité, ce sont deux cortèges distincts qui se rejoignent : la procession venue de Tréguier et celle provenant de Minihy. La « rencontre » s’effectue sur les limites des deux paroisses et donne lieu à un rite célèbre : les bannières s’inclinent devant le chef du saint et la croix processionnelle de Tréguier donne l’accolade à toutes les autres. Puis, après une station à l’église de Minihy, c’est le retour à la cathédrale, entre une double haie de spectateurs juchés sur les talus. En début d’après-midi, la procession regagne la place envahie par les baraques foraines qui permettent aux pèlerins de se restaurer avant les vêpres. Ajoutons aux images de Raphaël Binet la polychromie noire et rouge des hommes de loi et nous parvenons au « rituel » de la Saint-Yves tel qu’il est pratiqué aujourd’hui1.

  • 2 Cf. dans cette acception stricte, Lecoqû t.m., « Le culte de saint Yves à Tréguier pendant les xvii(...)

2Sur l’objet ainsi défini – un déroulement cérémoniel nettement plus large que le rituel du liturgiste2mais plus étroit que celui de l’ethno

19 mai 1926 : la procession sort de la cathédrale après la grand-messe et traverse la place occupée par les boutiques (cliché Raphaël Binet-Musée de Bretagne)

Le chef du saint, dans le reliquaire de bronze doré donné par Mgr de Quelen en 1820, surmonté de la couronne offerte par Mgr David en 1874. Autour, on remarque des drapeaux bretons dans leur version ancienne : une croix noire sur fond blanc

La rencontre des deux processions de Tréguier et de Minihy. On aperçoit le fût de la grande croix de bois érigée en 1921-22. Abattue par une tempête en décembre 1975, elle fut remplacée en février 1977 par une ancienne croix de pierre provenant de Servel

Après la station à l’église de Minihy, le retour à la cathédrale

  • 3 Voir, dans ce volume, la contribution de Daniel Giraudon.
  • 4 Arch. dép. Côtes d’Armor, G 378, comptes du chapitre, année 1651 ;Semaine religieuse de Saint Brieu (...)

3logue3– on souhaiterait porter un regard d’historien, en dépassant l’image facile d’une marche triomphale qui se reproduirait inchangée de 1303 à nos jours. La réalité est forcément autre, et pas seulement parce que la continuité du rite a été parfois brisée : Révolution mise à part, les conditions climatiques ont interdit toute procession en 1651 et 1893, et l’invasion allemande a eu le même effet en 19404. Fondamentalement, le pardon de saint-Yves – plus encore que les autres peut-être – est le produit d’une histoire et donc d’évolutions, quelle que soit l’inégalité de leurs rythmes. Pour le démontrer, on aura recours à une double documentation : d’une part, les archives d’Ancien Régime – celles du chapitre de Tréguier, consultées à partir de 1589, et celles de la fabrique de la cathédrale – auxquelles s’adjoignent à partir du début du xixe siècle celles de la nouvelle paroisse de Minihy-Tréguier ; d’autre part, les relations du pardon publiées dans la presse, limitée ici à la Semaine Religieuse du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier (née en 1870, elle devient en 1963 la Vie diocésaine) et à l’Ouest-éclair (né en 1899, il devient en 1944Ouest-France). La juxtaposition de ces deux types de documentation, sur quatre siècles, ne va pas forcément de soi : au laconisme d’Ancien Régime, qui voue le chercheur à la patiente collation de fragments narratifs accidentellement venus sous la plume d’un comptable, s’oppose la profusion des récits souvent répétitifs laissés par le dernier siècle. Leur mise en relation est pourtant indispensable si l’on veut retrouver les étapes d’évolution du rituel de la Saint-Yves et en dessiner une sorte de stratigraphie historique. D’une telle documentation – interne et officielle, presque toujours bienveillante et convenue – il peut paraître illusoire d’attendre plus qu’un simple enregistrement des faits. On ne s’interdira pourtant pas, à la faveur du long terme, d’y chercher trace des déplacements, des logiques voire des tensions animant les différents acteurs du rituel.

Un rituel minimaliste : fin du XVIe siècle/1870

  • 5 . Minois Georges, « Le climat, les dîmes et les prix trégorrois à travers le culte de saint Yves (x (...)
  • 6 L’ordonnancement de ces processions générales a été réglé par l’évêque en 1614 (Tempier d., « Docum (...)
  • 7 Ibid.
  • 8 Archives du presbytère de Tréguier, registre de paroisse de Minihy-Tréguier, p. 27-28.
  • 9 Ordonnance synodale de 1681 (Tempier d., art. cit., p. 6263) et délibération capitulaire du 25 mai (...)

4De la fin du xvie siècle au tournant très sensible de 1870, la première étape est la plus longue mais elle présente assurément une unité : l’étonnante discrétion du rituel du 19 mai. Un tel constat peut surprendre et mérite explication : il ne s’agit nullement de nier que le culte de saint Yves soit très vivant, surtout au début de la période. Les recherches de Georges Minois ont permis d’identifier à Tréguier un incontestable sommet de la dévotion à saint Yves aux alentours de 16205. Cela étant, il semble bien que cet apogée doive bien peu au pardon du 19 mai, qui n’est qu’une manifestation parmi d’autres du culte du saint. L’expression la plus spectaculaire du pèlerinage à saint Yves est, à cette date, ailleurs : ce sont les « processions générales » à Minihy, organisées par les paroisses de la région pour réclamer la clémence du temps ou la cessation d’une épidémie6. Georges Minois en a recensé 80 aux xviieet xviiie siècles7, et lexixe siècle en voit encore en 1834, 1860, 18708. Ces processions sont tout à fait indépendantes du pardon : elles ont lieu quand la nécessité s’en fait sentir et en fonction des disponibilités de ceux qui en prennent l’initiative (paroisses et chapitre). On constate qu’à l’évidence le 19 mai ne les attire guère, ce que l’évêque et le chapitre déplorent en 1681 puis en 17399. Ces processions paroissiales s’échelonnent en réalité durant le mois de mai, voire sur toute la belle saison : elles sont la forme privilégiée du pèlerinage à saint Yves pendant tout l’Ancien Régime et sans doute aude-là car c’est bien ce que Renan décrit encore dans ses Souvenirs d'enfance et de jeunesse: Renan qui, à bien y regarder, ne dit pas un mot du pardon proprement dit.

  • 10 « Pour l’habit d’un enfant donné à la chapelle de Monsieur saint Yves, 3 livres tournois » (Arch. d (...)
  • 11 Arch. dép. Côtes d’Armor, G 378, compte de 1653.
  • 12 Arch. dép. Côtes d’Armor, G 377, compte de 1643.
  • 13 Arch. dép. Côtes d’Armor, G 376, compte de 1597. C’est aussi au pardon de saint Tugdual que le chap (...)

5Comment se caractérise alors le 19 mai ? Par la foule sans doute, car le maximum des offrandes recueillies à la chapelle de Kermartin durant le mois de mai est bien atteint ce jour là, notamment les donations de « petits habits » d’enfants voués à saint Yves et vêtus de blanc pendant leurs premières années, geste régulièrement attesté de la fin du xvie siècle à 176010. Mais le rituel collectif paraît alors extrêmement sommaire. On sait simplement que des offices sont célébrés à Minihy, pour lesquels le chapitre salarie des musiciens : premières vêpres de la veille, grand-messe et secondes vêpres du jour. Sans nul doute, les reliques sont portées en procession de Tréguier à Minihy : le chapitre fait l’acquisition d’un nouveau brancard en 1638 et une châsse en argent est réalisée par un orfèvre parisien en 165311. En 1643, un compte un peu moins laconique qu’à l’ordinaire nous apprend que « MM. du chapitre allèrent processionnellement à lad. chapelle [de Minihy] portant le cheff du glorieux saint Yves12 ». Le même document précise aussi l’existence à Minihy d’une « table ou fust mis le cheff pendant que l’on célébroit la messe », célébrée cette année là pour le « défunt roy» Louis XIII dont on vient d’apprendre le décès survenu quatre jours plus tôt. La « tabl» est bien évidemment le reposoir gothique situé à l’extérieur de l’église de Minihy et sous lequel les pèlerins passent par dévotion. Nous n’en saurons pas plus mais tout laisse penser que le cérémonial est fort modeste : jamais d’évêque, jamais même de bannières – en tout cas avant 1644 – alors même que celles-ci sont de règle à la Fête-Dieu ou aux Rogations. Rien ne dit non plus que les pauvres soient présents de façon significative : les archives les laissent entrevoir à Tréguier dès 1597, quand le chapitre les expulse du porche de la cathédrale et entend les placer à l’hôpital13, mais c’est au pardon de saint Tugdual, en juin, et non à celui de saint Yves.

  • 14 Arch. dép. Côtes d’Armor, G 443, lettre du chanoine Borie à Mgr Le Mintier, 27 décembre 1780. Voir (...)

6Cette modestie du cérémonial n’a rien pour surprendre vers 1600 ou 1640 : on la retrouverait dans la plupart des pardons à cette date, antérieure au mouvement de cérémonialisation lié à la Réforme catholique. L’originalité est plutôt que cette modestie rituelle se prolonge ici fort tard : lorsque éclate, en 1780, la controverse au sujet du report de la fête de saint Yves à l’initiative de Mgr Le Mintier, le chanoine Borie, défenseur de la date traditionnelle, ne parle encore que d’une « procession solennelle et grand messe à [la] chapelle des champs14 ». Cette modestie est encore de règle dans la première moitié du xixe siècle, d’après la description que l’on doit vers 1830 au curé de la cathédrale de Tréguier :

  • 15 Archives du presbytère de Tréguier, registre de la paroisse de Tréguier ouvert en 1813, 7e rubrique

« Le quatrième dimanche après Pâques, jour de la fête de saint Yves, la procession commence à l’issue de la grand’messe ; on y porte sur un brancard le chef du saint. Elle se rend par la rue Neuve à l’église paroissiale du Minihy. Le curé de cette paroisse vient avec son peuple et précédé de la croix attendre la procession aux limites de sa paroisse et vient également la reconduire jusqu’aux limites. Lorsque la procession est arrivée à l’église de st Yves, on dépose le brancard, sur lequel est posé le chef du st. ainsi que son bras et celui de st Tugdual, dans un petit oratoire construit exprès dans le cimetière. Les reliques n’entrent jamais dans l’église et un prêtre reste à les garder dans les lieu où elles sont placées. On chante une grand’messe dans l’église et l’on s’y sert du propre de Tréguier. À la fin de la grand’messe, la procession revient à Tréguier par le chemin dit de pénitence, par Traou Miquel, la grande route, l’hôpital général, la rue Guillaume, et sans faire aucune station elle rentre dans l’église paroissiale. En rentrant, l’on chante l’antienne et le verset de s. Tugdual et l’on en dit l’oraison. On chante à cette procession : d’abord le réponsMementate, puis les litanies de saint Yves ; son antienne avec le verset et l’oraison dans l’église du Minihy, et en revenant les litanies des saints. Ce sont toujours les prêtres en étole qui portent les saintes reliques15 ».

7Le lecteur aura sans doute relevé la date de la fête : non plus le 19 mai, mais le « quatrième dimanche après Pâques». Le transfert imposé non sans mal par MgrLe Mintier en 1780 est en effet confirmé en 1809, à l’heure où l’administration concordataire cherche à limiter les fêtes chômées : la solennisation de saint Yves n’a plus lieu au jour d’incidence mais au 4e dimanche après Pâques. Le retour au 19 mai n’intervient qu’à la fin des années 1840, sans doute en lien avec l’adoption de la liturgie romaine dans le diocèse de Saint-Brieuc (1848). À ceci près, le déroulement décrit n’a que peu changé depuis le milieu du xviie siècle : la seule innovation est le rituel de la « rencontre », d’introduction forcément récente puisqu’il n’est envisageable qu’à partir du moment où la chapelle de Minihy-Tréguier est érigée en paroisse, soit en 1801. Dans ces conditions, le vrai tournant ne s’effectue pas avant 1870.

La seconde étape : 1870-1935

  • 16 La formule est employée dès le compte rendu du pardon de 1880, soit antérieurement à Mgr Bouché (Jo (...)
  • 17 Cf. la contribution de Christian Brunel dans ce même ouvrage. La Borderie assiste au pardon de 1885
  • 18 Semaine religieuse de Saint-Brieuc, 29 mai 1874, p. 343-344 et 17 septembre 1875, p. 545.

81870 marque d’abord une rupture dans les rythmes du pèlerinage : malgré un ultime sursaut en 1881, le mois de mai 1870 voit en effet les dernières processions météorologiques à Minihy ; et comme par compensation, c’est alors que s’engage une spectaculaire mise en valeur du rituel du 19 mai. La mutation s’éclaire par un contexte beaucoup plus général : c’est alors que le clergé et les élites catholiques redécouvrent, après un temps de défaveur relative, les vertus des pèlerinages en tant que rassemblements collectifs. Le « retournement » (M. La grée) est d’autant plus sensible à Tréguier que l’évêque de Saint-Brieuc, Mgr David, souhaite en faire « la fête nationale des Bretons16 », en accord avec tout un courant idéologique où se détachera bientôt La Borderie17. L’évêque multiplie les gestes symboliques : en 1874, il fait don d’une couronne en argent doré18qui surmonta le chef du saint jusqu’à ce qu’elle soit dérobée en 1948 ; l’année suivante, il obtient de Rome que la fête de saint Yves soit promue « fête double de deuxième classe », ce qu’il présente comme un retour aux privilèges d’autrefois.

  • 19 p. f., « Le pardon de saint Yves à Tréguier les 18, 19 et 20 mai 1886 »,Revue de Bretagne et de Ven (...)
  • 20 La Semaine religieuse de Saint-Brieuc annonce que le pardon sera présidé « comme chaque année » par (...)

9On ne s’étonnera pas, dans ces conditions, que le rituel du pardon du19mai s’enrichisse, en l’espace de quelques années, d’aspects spectaculaires. La Saint-Yves devient le point de ralliement des processions paroissiales jadis éclatées sur tout le mois. La foule est plus que jamais au rendez-vous : on vient à Tréguier de tous les environs, à pied, en char à bancs, bientôt à bicyclette et par le train. La presse commence à avancer des chiffres, par nature invérifiables mais qui disent bien l’ampleur nouvelle de la manifestation : 5 000 pèlerins en 1874, 8 000 en 1880, 15 000 en 1885 ou 1927. En contraste saisissant avec le passé 19, les fastes liturgiques se déploient sans réserve : l’évêque de Saint-Brieuc préside fréquemment les offices à partir de 1868, organisant visiblement en fonction ses tournées de confirmation, et sa présence est perçue dès 1881 comme allant de soi20. Un décor

Jusqu’au début des années 1970, les suisses des différentes paroisses firent partie du décor de la procession de la Saint-Yves (cliché Musée de Bretagne)

  • 21 Cf. la contribution de Fañch Morvannou dans cet ouvrage

10sans précédent envahit la ville : à partir de 1882, les maisons pavoisent sur le parcours de la procession et le chœur de la cathédrale se pare d’oriflammes suspendus au triforium (1883). À compter surtout des années 1920, la décoration florale du tombeau, généralement aux armes de l’évêque présidant la cérémonie, suscite l’admiration des chroniqueurs. La musique joue aussi un rôle important. Les offices privilégient la musique savante, assurée par les chanteurs du Petit Séminaire de Tréguier puis, après 1906, ceux de Saint-Joseph de Lannion. À partir du pardon de 1904, consécutif auMotu proprio de Pie X, le grégorien s’affirme très nettement aux côtés de la polyphonie illustrée notamment par Pierre Thielemans, Charles Collin ou Joseph-Guy Ropartz. Mais la procession permet une musique beaucoup plus populaire : celle que lancent sur la route de Minihy les cliques des patronages, et surtout les nouveaux cantiques à saint Yves, en breton comme en français21, qui donnent au pardon une tonalité bien différente des psaumes pénitentiels d’antan. Dès 1908 aussi, la bannière du patronage des jeunes gens figure dans la procession : elle annonce la place croissante que vont prendre, à partir des années 1920, les mouvements de jeunesse et d’Action catholique.

  • 22 Ouesté-clair, 21 mai 1901 et 20 mai 1904.
  • 23 Ouesté-clair,21 mai 1922.
  • 24 Outre celle citée note 19, Quellien Narcisse, « Un pardon en Basse Bretagne », Le Breton, 1re année (...)

11La fête a aussi, évidemment, son versant profane : dans les premières années du xxe siècle encore, des chanteurs populaires vendent des complaintes sur feuille volante célébrant l’alliance francorusse ou relatant tel fait divers tragique22. Mais l’intérêt se tourne de plus en plus vers les illuminations et feux d’artifices (1881, 1903, 1904… sans compter les festivités d’inauguration du nouveau tombeau en septembre 1890), les attractions foraines, voire l’exposition agricole de 192223. De toute évidence, le 19 mai est devenu en l’espace de quelques années la grande fête du Trégor. Signe révélateur, les descriptions littéraires se multiplient à partir des années 188024. Mais il manque encore au pardon de Saint-Yves sa dimension de « pardon des avocats » et son ouverture internationale.

La troisième étape : 1936-2003

  • 25 « Il eu t été à souhaiter que la corporation des avocats eut été représentée à la fête de leur patr (...)
  • 26 Cf. sa nécrologie dans laSemaine Religieuse de Saint-Brieuc, 21 mars 1952, p.197-199.
  • 27 « N’a-t-on pas vu, cette année les gens de justice reprendre la célébration à Paris de la fête de s (...)

12C’est en 1936 que figurent pour la première fois, en corps, des avocats au pardon de Saint-Yves. À dire vrai, il y avait eu un précédent lors des fêtes d’inauguration du nouveau tombeau en septembre 1890 : des avocats en robe figuraient parmi les officiels ; mais il ne s’agissait pas du pardon, on ne se rendit pas à Minihy avec les reliques et le geste fut sans lendemain. Bien que l’idée eût été lancée dès 188125, la présence d’avocats au pardon demeurait simple fait d’individus. Si elle prend un caractère officiel en 1936, c’est à la suite d’une rencontre entre deux mouvements au départ indépendants. Le premier est local et est animé par le chanoine Lainé26, curé de Tréguier de 1931 à 1952. Avec toute l’ardeur d’un tempérament volcanique, celui-ci s’attache à la nécessaire restauration de la cathédrale et prend vite conscience que les moyens paroissiaux et municipaux n’y suffiront pas. Aussi compte t-il avant tout sur les recettes des pardons et sur les donations de généreux mécènes. Il espère beaucoup de ses nombreuses relations anglosaxonnes : lui-même a vécu sept années en Angleterre comme aumônier des Filles du Saint-Esprit exilées à Saint-Michael’s Convent (1921-1928), et ses liens avec le monde anglo-saxon ont été renforcés par la présence durable de séminaristes américains formés à la prêtrise à Saint-Brieuc. De son côté, en toute indépendance par rapport aux initiatives du chanoine Lainé, le monde des juristes français redécouvre son lien avec saint Yves et voit une renaissance des pratiques corporatives : on lira dans cet ouvrage, sous la plume de M. Debary, le rôle qu’a joué, en 1928, la découverte de la pierre de fondation de l’ancienne chapelle Saint-Yves de Paris27.

  • 28 Outre les comptes rendus de laSemaine Religieuse, Mahé Louis, Saint-Yves. Son pardon à Tréguier, Sa (...)

13C’est à la confluence de ces deux mouvements que se situent les grands événements trécorrois des années 1936-193728. À l’origine, il y a l’engagement que le chanoine Lainé a obtenu de la part du barreau américain d’offrir un vitrail pour la Chapelle du duc dans la cathédrale. L’inauguration de ce vitrail au pardon du 19 mai 1936 a entraîné un remarquable phénomène d’émulation : les barreaux français et belge estimèrent en effet devoir être présents pour accueillir leurs collègues d’outre-Atlantique venus pour la circonstance ; dans l’enthousiasme de la fête, les Belges ne tardèrent pas à promettre eux aussi d’offrir un second vitrail ; ce que voyant, les avocats français ne voulurent pas demeurer en reste… Tant et si bien que le pardon suivant, le 19 mai 1937, vit l’inauguration de deux nouveaux vitraux, en présence d’une impressionnante délégation d’avocats français et étrangers. Et cette année-là, les avocats et juristes ne se contentèrent pas de suivre la relique : ils se relayèrent pour tenir les quatre cordons placés aux angles de la châsse.

  • 29 Archives du presbytère de Tréguier, notes du curé Bolloc’h.
  • 30 Le Trégor, 22 mai 1992.
  • 31 Le port par les évêques, notamment celui qui préside le pardon, est visiblement un apport tardif : (...)

14On aurait pourtant bien tort d’imaginer que ce nouveau rite s’est immédiatement enraciné : bien qu’ils soient de nouveau présents en 1938, les avocats ne reviennent pas avant 1947, pardon du 6e centenaire de la canonisation. Et rien n’est encore joué définitivement : le pardon 1950 est placé sous le signe des mouvements d’Action catholique et celui de 1951 est celui des étudiants et universitaires. Ce n’est qu’à partir de 1952 que la présence des hommes de loi devient systématique, quoiqu’en effectifs très variables : ils ne sont que quatre en 1965 (« ce qu’il faut pour tenir les cordons », note philosophiquement le curé29). La fin des années 1980 et les années 1990 voient la présence des juristes s’accroître aux plans numérique (175 en 199230) et symbolique : ils sont admis peu à peu à porter le chef de saint Yves, privilège jusque là traditionnellement réservé aux prêtres31.

  • 32 Ouest-éclair, 19 mai 1938.
  • 33 Le curé de Tréguier envisage la question en 1975 (Archives du presbytère de Tréguier, notes Bolloc’ (...)
  • 34 La consultation, qui concernait les doyennés de Tréguier, La Roche-Derrien et Pleumeur-Gautier donn (...)

15Cette implication des avocats, rehaussée de magistrats, d’universitaires et d’étudiants, est symbolique des dimensions nouvelles prises par la manifestation. À partir des années d’après-guerre, les autorités locales, largement unanimes sur ce point (clergé, municipalité, syndicat d’initiatives), appuient cette évolution du pardon vers un rituel spectaculaire, que quelques occasions opportunément saisies viennent régulièrement redynamiser : commémorations « héloriennes » de 1947, 1953 ou 2003 ; présidence de personnalités d’envergure extrarégionale : cardinaux, nonces – dont la présence entraîne également celle des autorités civiles – évêques étrangers témoignant de l’actualité planétaire du message de saint Yves. Des traditions s’en trouvent bousculées : le chemin de Minihy est élargi à huit mètres dès 1937 et planté de tilleuls32 ; la sonorisation de la procession, qui commence sur la place en 1936, gagne peu à peu tout le parcours et incite à reprendre au retour le trajet de l’aller33. Encore faut-il, pour maintenir l’audience du pardon, qui fléchit visiblement à partir du milieu des années 1960, se décider à le transférer au 3e dimanche de mai pour permettre aux avocats et à une masse de pèlerins qui n’est plus paysanne de faire le déplacement. Le transfert, évoqué à la suite du pardon 1968, donna lieu à un référendum local en janvier 1969 : la majorité en faveur du changement fut si courte34que l’évêque, Mgr Kervéadou, décida de ne rien modifier. Ce n’était que reculer l’échéance : dix ans plus tard, la solution s’imposait comme une évidence et la décision de transfert fut définitivement arrêtée pour le pardon de 1980.

Au-delà des faits : un rituel en tension

16À ce stade de l’exposé, on souhaiterait aller au de là de l’histoire – somme toute très simple et linéaire – d’un rituel longtemps figé et minimal qui s’enfle irrésistiblement à partir de la fin du xixe siècle. La nature des sources ici utilisées favorise sans nul doute une vision quelque peu lisse et unanimiste. Mais aucune source, aussi officielle soit-elle, ne parvient à gommer toutes les aspérités. En l’occurrence, la presse, complétée par quelques archives et entretiens oraux, laisse bien percer un certain nombre de tensions – au sens physique du terme – dans l’interaction des forces à l’œuvre dans le rituel du pardon.

  • 35 GuillouAdolphe, Essai historique sur Tréguier par un Trécorois,Saint-Brieuc, 1913, p. 64-65
  • 36 Affiche « aux républicains de Tréguier » conservée aux Arch. dép. Côtes-d’Armor, V 3548.

17Aussi surprenant que cela puisse paraître, ces tensions n’ont que peu à voir avec les clivages politiques et idéologiques, même aux moments où ceux-ci s’expriment avec le plus d’agressivité : pendant la Révolution, les reliques de saint Yves sont ainsi mises à l’abri de la destruction en 1793 par la prévoyance conjointe du curé constitutionnel et du maire de Tréguier35. De la même manière, lors du pardon du 19 mai 1904 qui voit l’inauguration du calvaire de réparation répliquant à la statue de Renan, la municipalité « blocarde » de Tréguier interdit la procession qui, l’après-midi, doit descendre au calvaire. Mais elle invite ses partisans « au plus grand calme durant la procession de saint Yves36 » qui conserve visiblement, même en 1904, un certain caractère d’unanimité.

  • 37 Ouest-France,17-18 et 19 mai 1950 ; 17-18 mai 1957 ; 17-18 mai 1958 ; 16-18 mai 1959 ; 17 mai 1991.

18Les tensions paraissent aussi largement absentes en un point souvent très délicat dans les pardons du xxe siècle : la coexistence des cérémonies religieuses et de la fête foraine, qui prend des proportions nouvelles à partir des années 1920. La presse locale se fait l’écho des multiples attractions : femme Hercule et auto blindée d’Hitler (1950), femme la plus petite du monde (1957), ménagerie des cinq parties du globe (1958), bal (1959), grande roue (1991)37… Pourtant, la coexistence paraît étrangement pacifique. Certains auteurs le justifient en rappelant que saint Yves hébergea une famille de jongleurs à Kermartin… mais la vraie raison tient sans doute à la configuration même des lieux : la fête foraine a lieu en contrebas de la ville, sur les quais, ce qui limite beaucoup les risques d’interférence… et de conflits.

  • 38 Semaine religieuse de Saint-Brieuc,26 mai 1899.
  • 39 Vie diocésaine de Saint-Brieuc, 3 juin 1966, p. 285-286
  • 40 L’usage est encore mentionné dans un article de La Croix, 17-18 mai 1931.
  • 41 Ouest-éclair, 19 mai 1939.

19Les tensions spécifiques au pardon de saint Yves doivent donc être cherchées ailleurs, et d’abord dans l’existence d’un second théâtre – Minihy – qui cultive volontiers sa différence avec Tréguier. « Le pardon d’à côté, le vrai peut-être », écrivait déjà Édouard Beaufils en 1885. Quelques années plus tard, c’est aussi à Minihy qu’Anatole Le Braz situe le vrai « pardon des pauvres ». Est ce un hasard si, cinq ans après la parution d’Au pays des pardons, l’évêque de Saint-Brieuc décide d’y aller voir lui-même, renonçant volontairement à la présidence de l’office de la cathédrale38 ? En 1966 encore, un compte rendu paru dans la Vie diocésaine rapporte – pour le contredire il est vrai – que « les mauvaises langues prétendent que le vrai pardon, on le trouve à Minihy, et qu’à Tréguier c’est surtout la parade39 ». Face aux fastes de la cathédrale, Minihy propose en effet, depuis le début du xixe siècle au moins, une veillée de prières suivie de messes matinales, où les pèlerins affluent à pied et en silence, dans la nuit du 18 au 19 mai. À l’époque de Le Braz, et bien après, les pauvres sont nombreux : nourris et logés gratuitement au manoir de Kermartin et quelques fermes voisines, ils sollicitent la charité sur le parcours de la procession du lendemain, ou vendent des « cailloux » de saint Yves dans le cimetière de Minihy40. De telles pratiques se prolongent jusqu’aux années de l’après guerre : une quarantaine de mendiants sont encore recensés en 193941et les derniers disparaissent dans les années 1950. Le manoir de Kermartin n’accueille plus alors que les visiteurs, et « ceux qui se font pauvres un jour », marcheurs individuels, pèlerins nocturnes et compagnies de scouts assurant le service d’ordre.

  • 42 La veillée dans la cathédrale que décrit Anatole Le Braz (Au pays des pardons, Paris, 1900, p. 38-3 (...)

20Si l’ancienneté de ces pratiques est impossible à déterminer précisément, on peut se demander s’il ne s’agit pas là d’un repli sur Minihy d’une population qui, par contrainte et/ou par choix, ne se reconnaît guère dans les fastes de Tréguier : des pauvres – chassés dès le début du xviie siècle du porche de la cathédrale – ou des fidèles désireux d’accomplir un vœu personnel hors de la foule, dans la relative intimité de la nuit, alors que la cathédrale reste obstinément fermée42. Dans ces conditions, la veille de la fête ouvre un espace à une population inassimilable par le rituel du lendemain. Le constat survit sans doute aux mendiants, car ce qui était vrai hier pour les pauvres semble valoir aussi, à la fin du xxe siècle, pour les jeunes qui se rassemblent à partir de 1982 lors d’une veillée spécifique dans la cathédrale. Le soir, l’ambiance gospel, le jeu scénique et les chants profanes ne sont-ils pas, là encore, un moyen d’intégrer au rituel une population réputée étrangère à la très classique liturgie du lendemain ?

  • 43 Semaine religieuse de Saint-Brieuc, 29 mai 1874.
  • 44 Semaine religieuse de Saint-Brieuc, 28 mai 1926.
  • 45 Vie diocésaine de Saint-Brieuc, 30 mai 1980.

21Au sein même du pardon, la procession est aussi un lieu d’observation stratégique des différences entre les participants : il y a « les pèlerins » qui suivent la relique en priant et chantant, en tout cas à l’aller, il y a aussi « les curieux » qui regardent. Le fait est plus ancien qu’on ne le croirait : la première description connue, en 187443, signale déjà que la procession se déploie entre une haie continue de spectateurs massés sur les talus. La remarque est alors anodine : elle ne devient un problème que dans l’entre deux guerres. Les comptes rendus parlent désormais régulièrement de la présence de curieux, pour la regretter tout en la relativisant au motif que ceux-ci sont respectueux et se signent au passage des reliques. Les fausses notes sont rares : en 1926, Mgr Serrand fait allusion dans son allocution des vêpres à deux hommes qui ont refusé de se découvrir44, deux exceptions scandaleuses mais encore isolées à cette date. À partir des années 1960, il arrive même que les spectateurs soient revêtus d’une légitimité égale aux marcheurs : au pardon de mai 1968, Mgr Fauchet veut y voir l’image du monde dans lequel l’Église doit témoigner… mais qu’elle n’ambitionne plus de faire marcher à sa suite. En 1980, le chroniqueur de la Vie diocésaine va jusqu’à se demander où la foi est la plus vive, sur la route ou sur les talus45 ! Tout le monde paraît donc prendre son parti de la situation, mais une certaine insatisfaction subsiste bien : à preuve ces comptes rendus des pardons de moindre fréquentation, où l’on s’empresse de dire que « cette année, il n’y avait que des pèlerins. Peu de curieux sur les talus »… avec l’idée implicite que l’on gagne en qualité ce que l’on perd en quantité.

22Cette tension sous jacente entre quantité et qualité, fastes extérieurs et authenticité personnelle, Tréguier et Minihy, conduit aussi à se poser la question de l’intégration des avocats et hommes de loi dans le rituel du pardon. On ne peut certes nier une très large convergence d’intérêts entre les organisateurs – le clergé au premier chef – et le monde des juristes. Ce sont les avocats qui ont donné au pardon de Tréguier une aura nationale et même internationale. Leur présence confère au message de saint Yves un ancrage évident dans les réalités sociales contemporaines : le panégyrique prononcé en 1953 par Mgr Chappoulie, qui dénonce des pratiques judiciaires musclées à Madagascar ou en Afrique du Nord, y prend une force particulière ; de même pour nombre de prédications d’après Concile, teintées d’une sensibilité sociale guère de mise auparavant. C’est ce contexte aussi qui

Sur la route de Minihy le 19 mai 1926 (cliché Raphël Binet, Musée de Bretagne)

  • 46 Archives de l’évêché de Saint-Brieuc, dossier « Pardons de Saint-Yves », lettre du curé de Tréguier (...)
  • 47 Témoignage du P. Bolloc’h, ancien curé de Tréguier, 16 septembre 2003.
  • 48 Cf. la relation, au ton grinçant, d’Y. Le Diberder, « Le pardon de saint Yves », Le Petit Rennais, (...)
  • 49 Archives de l’évêché de Saint-Brieuc, dossier « Pardons de saint Yves », lettre de J. Le Mappian à (...)

23permet à dom Ivo Lorscheiter, évêque brésilien du Rio Grande do Sul, de donner au pardon de 1982 une vigoureuse coloration tiers-mondiste. La présence des juristes n’est pourtant pas sans contrepartie, on le devine à demimot dans telle allusion de discours, tel extrait de correspondance, telle confidence orale. Elle pose d’abord des problèmes pratiques, surtout quand ceux-ci s’annoncent en nombre : où les placer dans la cathédrale ? La crainte existe que la démarche des gens de loi se fasse au détriment de l’ensemble : « Le 19, c’est le pardon de tous les pèlerins », rappelle à cette intention le curé de Tréguier en 197446. Pendant longtemps, la question du banquet officiel fut aussi une pomme de discorde : il n’était pas rare que les toasts se prolongent et que les avocats – quand ce n’étaient pas les évêques – arrivent en retard aux vêpres47 ! Prolongement saisissant, en plein xxe siècle, d’un clivage bien connu des historiens des confréries d’Ancien Régime, entre ce que les uns voient comme un pèlerinage et les autres comme une manifestation de sociabilité corporative. Doit-on évoquer aussi la question des attitudes religieuses des gens de robe ? La question n’a pas tardé à être posée, avec ou sans sourire, et ce dès 193748 : quand le curé de Tréguier fait le bilan du pardon 1966, il relève que « même la phalange des avocats […] s’est fait remarquer par son recueillement, ce qui paraît-il n’est pas toujours le cas ! ». Dans un courrier de 1973, Maître Le Mappian, cheville ouvrière de la présence des juristes au pardon, avouait lui-même une certaine insatisfaction devant « un pèlerinage furtif et parfois à la limite du folklore49 ». Il souhaitait la doubler d’une manifestation permettant prière et réflexion : il y eut la messe de minuit des juristes (1953 1954), plusieurs essais de veillée spécifique (à partir de 1969), il y a enfin le colloque des avocats organisé à partir de 1993.

  • 50 Semaine religieuse de Saint-Brieuc, 5 mai 1916.
  • 51 Ouest-éclair, 20 mai 1940.
  • 52 Archives du presbytère de Tréguier, notes du curé Bolloc’h.
  • 53 .Témoignage de Célestin Le Louarn, sacristain de la cathédrale, 18 septembre 2003.

24À l’issue de ce survol de quatre siècles, il apparaît que le rituel du pardon de Tréguier offre au regard de l’historien une stratigraphie originale : un socle médiéval à la fois fondamental et sommaire ; une lacune de la strate « baroque » si importante dans d’autres grands pardons (point ici de procession des cierges ou de feu de joie) ; un apport massif de la fin du xixe et du xxe siècle. Routine ou inventivité renvoient largement à l’inégale vitalité du culte de saint Yves à Tréguier au cours des temps, et notamment à cette longue phase assez étale qui court de la fin du xviie siècle à 1870 ; il reste cependant à déterminer dans quelle mesure cette chronologie observée à Tréguier vaut pour le culte de saint Yves en général. L’examen du dernier siècle laisse le sentiment d’un contraste entre un discours qui cultive une image très traditionnelle du pardon et une réalité qui, elle, frappe au moins autant par l’ampleur des évolutions. Sur le court terme, le rituel peut, en effet, s’avérer « réactif » : à preuve, dans des registres différents, les prêtres soldats qui portent le reliquaire en 191650, les deux nouveaux couplets sur la guerre ajoutés au cantique de saint Yves le 19 mai 194051, ou encore ce général commandant « l’armée de la marée noire » qui fut convié à tenir les cordons du reliquaire au pardon 1967, à quelques en câblures du Torrey Canyon éventré52. Mais le rituel de Tréguier paraît aussi, plus que d’autres, capable d’adaptations sur le long terme : qu’il s’agisse de la date, du trajet de la procession, du reliquaire, de l’ampleur de la foule, du détail de l’appareil liturgique, l’intangibilité n’est qu’une illusion, même à vue humaine. Dans ce contexte, des innovations riches de sens peuvent surgir d’elles mêmes, sans préméditation, quand les temps sont mûrs : ainsi du port des reliques confié à une femme, lors d’un pardon indéterminé du début des années 199053. L’extension était sans doute logique, dès lors que le privilège était désormais élargi aux laïcs, mais on ne pourra nier sa dimension symbolique, accordée aux mutations du temps.

Notes

1 La « petite Saint-Yves » du 29 octobre ne sera pas ici prise en compte.

2 Cf. dans cette acception stricte, Lecoqû t.m., « Le culte de saint Yves à Tréguier pendant les xviie et xviiie siècles », Mémoires de la Société archéologique et historique des Côtes du Nord, 2e série, t. 4, 1890, p. 364-408.

3 Voir, dans ce volume, la contribution de Daniel Giraudon.

4 Arch. dép. Côtes d’Armor, G 378, comptes du chapitre, année 1651 ;Semaine religieuse de Saint Brieuc, 26 mai 1893 et 24 mai 1940.

5 . Minois Georges, « Le climat, les dîmes et les prix trégorrois à travers le culte de saint Yves (xviiexviiie siècles) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 88, 1981, p. 87-108.

6 L’ordonnancement de ces processions générales a été réglé par l’évêque en 1614 (Tempier d., « Documents sur le tombeau, les reliques et le culte de saint Yves », Mémoires de la Société archéologique et historique des Côtes du Nord, 2e série, t. 2, 1885-1886, p. 61-62).

7 Ibid.

8 Archives du presbytère de Tréguier, registre de paroisse de Minihy-Tréguier, p. 27-28.

9 Ordonnance synodale de 1681 (Tempier d., art. cit., p. 6263) et délibération capitulaire du 25 mai 1739 (Arch. dép. Côtes d’Armor, G 377, f° 180 v°).

10 « Pour l’habit d’un enfant donné à la chapelle de Monsieur saint Yves, 3 livres tournois » (Arch. dép. Côtes d’Armor, G 376, compte de 1597). Dans les années 1760, le chanoine Philibert Legendre évoque encore cet usage (d. Tempier, art. cit., p. 3).

11 Arch. dép. Côtes d’Armor, G 378, compte de 1653.

12 Arch. dép. Côtes d’Armor, G 377, compte de 1643.

13 Arch. dép. Côtes d’Armor, G 376, compte de 1597. C’est aussi au pardon de saint Tugdual que le chapitre fait venir en 1620 des sergents pour contenir « la pressée du peuple ».

14 Arch. dép. Côtes d’Armor, G 443, lettre du chanoine Borie à Mgr Le Mintier, 27 décembre 1780. Voir dans ce volume la contribution de Christian Kermoal.

15 Archives du presbytère de Tréguier, registre de la paroisse de Tréguier ouvert en 1813, 7e rubrique.

16 La formule est employée dès le compte rendu du pardon de 1880, soit antérieurement à Mgr Bouché (Journal de Tréguier, 22 mai 1880).

17 Cf. la contribution de Christian Brunel dans ce même ouvrage. La Borderie assiste au pardon de 1885.

18 Semaine religieuse de Saint-Brieuc, 29 mai 1874, p. 343-344 et 17 septembre 1875, p. 545.

19 p. f., « Le pardon de saint Yves à Tréguier les 18, 19 et 20 mai 1886 »,Revue de Bretagne et de Vendée, 1886, 1er sem., p. 477-483 ;cf. aussi France Abbé p. m., Saint Yves. Études sur sa vie et son temps, Saint-Brieuc, 1888, p. 272.

20 La Semaine religieuse de Saint-Brieuc annonce que le pardon sera présidé « comme chaque année » par Mgr David… qu’une indisposition empêchera cette année là.

21 Cf. la contribution de Fañch Morvannou dans cet ouvrage

22 Ouesté-clair, 21 mai 1901 et 20 mai 1904.

23 Ouesté-clair,21 mai 1922.

24 Outre celle citée note 19, Quellien Narcisse, « Un pardon en Basse Bretagne », Le Breton, 1re année [1883-1884], n°1, p. 65-69 ; L.Z.E., « Le pardon de Saint-Yves (19mai1885) », Revue de Bretagne et de Vendée, 1885, 1re sem., p. 487-491.Quoique hors pardon, les relations des festivités d’inauguration du tombeau participent évidemment du même phénomène : Tiercelin Louis, « Au pays de saint-Yves », L’Hermine, 1890, t. 2, p .429-434 ; Beaufils Édouard, « Au pays triste », L’Hermine, t. 4, 1891, p. 94-99, 140-145, 217-222.

25 « Il eu t été à souhaiter que la corporation des avocats eut été représentée à la fête de leur patron » (Semaine religieuse de Saint-Brieuc, 14 mai 1881).

26 Cf. sa nécrologie dans laSemaine Religieuse de Saint-Brieuc, 21 mars 1952, p.197-199.

27 « N’a-t-on pas vu, cette année les gens de justice reprendre la célébration à Paris de la fête de saint-Yves, leur patron ? » (Semaine religieuse de Saint-Brieuc, 8 juin 1928).

28 Outre les comptes rendus de laSemaine Religieuse, Mahé Louis, Saint-Yves. Son pardon à Tréguier, Saint-Brieuc, 1942.

29 Archives du presbytère de Tréguier, notes du curé Bolloc’h.

30 Le Trégor, 22 mai 1992.

31 Le port par les évêques, notamment celui qui préside le pardon, est visiblement un apport tardif : la première trace repérable dans la presse ne remonte qu’au pardon 1971 (Ouest France, 21 mai 1971).

32 Ouest-éclair, 19 mai 1938.

33 Le curé de Tréguier envisage la question en 1975 (Archives du presbytère de Tréguier, notes Bolloc’h).

34 La consultation, qui concernait les doyennés de Tréguier, La Roche-Derrien et Pleumeur-Gautier donna les résultats suivants : 764 favorables au transfert, 745 contre (Archives du presbytère de Tréguier, notes du curé Bolloc’h).

35 GuillouAdolphe, Essai historique sur Tréguier par un Trécorois,Saint-Brieuc, 1913, p. 64-65

36 Affiche « aux républicains de Tréguier » conservée aux Arch. dép. Côtes-d’Armor, V 3548.

37 Ouest-France,17-18 et 19 mai 1950 ; 17-18 mai 1957 ; 17-18 mai 1958 ; 16-18 mai 1959 ; 17 mai 1991.

38 Semaine religieuse de Saint-Brieuc,26 mai 1899.

39 Vie diocésaine de Saint-Brieuc, 3 juin 1966, p. 285-286

40 L’usage est encore mentionné dans un article de La Croix, 17-18 mai 1931.

41 Ouest-éclair, 19 mai 1939.

42 La veillée dans la cathédrale que décrit Anatole Le Braz (Au pays des pardons, Paris, 1900, p. 38-39) dans la nuit du lundi 8 au mardi 9 septembre 1890, lors de l’inauguration du tombeau, est un exemple tout à fait unique.

43 Semaine religieuse de Saint-Brieuc, 29 mai 1874.

44 Semaine religieuse de Saint-Brieuc, 28 mai 1926.

45 Vie diocésaine de Saint-Brieuc, 30 mai 1980.

46 Archives de l’évêché de Saint-Brieuc, dossier « Pardons de Saint-Yves », lettre du curé de Tréguier, 19 mars 1974.

47 Témoignage du P. Bolloc’h, ancien curé de Tréguier, 16 septembre 2003.

48 Cf. la relation, au ton grinçant, d’Y. Le Diberder, « Le pardon de saint Yves », Le Petit Rennais, 4-5 septembre 1937, p. 1-2.

49 Archives de l’évêché de Saint-Brieuc, dossier « Pardons de saint Yves », lettre de J. Le Mappian à Mgr Kervéadou, 15 avril 1973.

50 Semaine religieuse de Saint-Brieuc, 5 mai 1916.

51 Ouest-éclair, 20 mai 1940.

52 Archives du presbytère de Tréguier, notes du curé Bolloc’h.

53 .Témoignage de Célestin Le Louarn, sacristain de la cathédrale, 18 septembre 2003.

Table des illustrations

Légende 19 mai 1926 : la procession sort de la cathédrale après la grand-messe et traverse la place occupée par les boutiques (cliché Raphaël Binet-Musée de Bretagne)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22418/img-1.png
Fichier image/png, 215k
Légende Le chef du saint, dans le reliquaire de bronze doré donné par Mgr de Quelen en 1820, surmonté de la couronne offerte par Mgr David en 1874. Autour, on remarque des drapeaux bretons dans leur version ancienne : une croix noire sur fond blanc
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22418/img-2.png
Fichier image/png, 197k
Légende La rencontre des deux processions de Tréguier et de Minihy. On aperçoit le fût de la grande croix de bois érigée en 1921-22. Abattue par une tempête en décembre 1975, elle fut remplacée en février 1977 par une ancienne croix de pierre provenant de Servel
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22418/img-3.png
Fichier image/png, 201k
Légende Après la station à l’église de Minihy, le retour à la cathédrale
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22418/img-4.png
Fichier image/png, 251k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22418/img-5.png
Fichier image/png, 328k
Légende Jusqu’au début des années 1970, les suisses des différentes paroisses firent partie du décor de la procession de la Saint-Yves (cliché Musée de Bretagne)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22418/img-6.png
Fichier image/png, 224k
Légende Sur la route de Minihy le 19 mai 1926 (cliché Raphël Binet, Musée de Bretagne)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22418/img-7.png
Fichier image/png, 190k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540