Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Yves et les Bretons

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Georges Provost

Troisième partie. Un idéal en images

Saint Yves, modèle pour les dévots bretons du XVIIe siècle ?

L’exemple de Gabriel Calloët Kerbrat, « avocat général des pauvres »

Jean-Luc Bruzulier

Texte intégral

1En 1680, dans plusieurs provinces du royaume de France – dont la Bretagne – furent diffusés des « avis charitables » signés par un certain « avocat général des pauvres ». Un tel paraphe fait étrangement écho à l’un des attributs de saint Yves : « l’avocat des pauvres ». Le lien entre l’auteur des feuillets et le saint breton se trouve renforcé lorsque l’on sait que derrière cette qualité se dissimule un gentilhomme dévot trégorrois, Gabriel Calloët Kerbrat. Entre les deux personnages, le rapport se noue dans le contexte des mutations liées à la Réforme catholique : des transformations qui visent certes tous les publics, mais que chacun reçoit différemment suivant sa culture. Comme l’écrit Alain Croix, celles ci se traduisent « par une très intense vague de piété dans les classes privilégiées » tranchant avec les manifestations ferventes et enthousiastes du peuple. La ferveur des élites bretonnes se traduit par la multiplication des vocations ou par une implication de nombreux laïcs dans l’aire d’intervention de l’Église : les dévots en sont les meilleurs représentants. Ces derniers, auxviie siècle interprétaient chaque moment de leur vie à la lueur des actions et des souffrances de leur modèle, Jésus. Cette référence n’était cependant pas exclusive. Les confrères bretons ont aussi pu trouver dans l’hagiographie de leur province différents exemples à suivre : saint Yves a pu ainsi fournir aux élites un modèle moderne de sainteté, tranchant avec les aspects utilitaires que pouvaient revêtir les cultes populaires.

2Peut-on avancer que saint Yves fut choisi comme modèle par Gabriel Calloët Kerbrat ? Celui-ci fut, tour à tour avocat général à la Chambre des comptes de Nantes, conseiller du roi, agronome et enfin promoteur des structures charitables. Durant sa jeunesse morlaisienne, il vécut dans un contexte de diffusion du culte de saint Yves, avocat des pauvres ; puis il suivit le parcours classique des dévots du xviie siècle qui le conduisit des congrégations mariales du collège jésuite de La Flèche à la Compagnie du Saint-Sacrement de Paris. À partir de 1679, il diffuse dans sa province natale et dans le reste du royaume des « avis charitables » qu’il signe du titre d’« avocat général des pauvres », visant à promouvoir les hôpitaux généraux et des confréries de la charité.

3Le cas de Gabriel Calloët Kerbrat est intéressant à étudier à un double titre : d’abord parce que la référence à Yves Hélori est nettement explicite dans cette dénomination ; ensuite parce qu’elle se trouve renforcée lorsque l’on suit le détail du parcours des vies de chacun. Cependant, si les similitudes de leurs cheminements respectifs ont pu inciter Gabriel Calloët Kerbrat à s’identifier à Yves Hélori et à s’approprier les attributs de son compatriote trégorrois, la démarche du gentilhomme breton est aussi celle d’une actualisation du modèle : il intellectualise cette identification pour suivre les traces de son « maître », en ayant même l’ambition de le dépasser. S’inscrivant dans le contexte religieux du xviie siècle, le gentilhomme breton a, dans le cadre des structures dévotes de l’époque, participé activement aux actions charitables. Reflet des qualités caritatives de saint Yves, l’assistance que promeut Gabriel Calloët Kerbrat évolue petit à petit : reprenant toutes les actions de bienfaisance du saint trégorrois, le noble encourage tour à tour le développement de l’assistance judiciaire, la distribution des remèdes et enfin ce qu’il qualifie de chef-d’œuvre, les hôpitaux généraux.

4Cependant, le chemin que se trace Gabriel Calloët Kerbrat n’est pas exempt de paradoxes. Il tente de s’adapter à son époque pour mieux la réformer ; puisant dans la tradition par certains côtés, l’œuvre et les écrits de Calloët sont novateurs par d’autres. Aussi pouvons-nous nous interroger sur la place de l’exemple du saint trégorrois dans les contrastes, et aussi les échecs, de la vie du noble breton.

Un culte populaire, proche de ses origines de gentilhomme rural

  • 1 GuttonJean-Pierre, La société et les pauvres : l’exemple de la généralité de Lyon 1534-1789, Les B (...)

5Le titre d’« avocat général des pauvres » n’en est pas véritablement un ; Jean-Pierre Gutton a cru un moment que Gabriel Calloët avait été investi par le pouvoir royal de la mission de créer les hôpitaux généraux et avait obtenu « du roi ce titre(d’avocat général des pauvres1) ». Hypothèse envisageable, dans la mesure où cette désignation était une charge tenue charitablement par des avocats dans certaines cours de justice du royaume. Il y a certes de la part de Gabriel Calloët Kerbrat une volonté de voir légitimer son action charitable par le pouvoir royal. Ainsi, lorsqu’on relit attentivement les écrits de notre gentilhomme breton, on s’aperçoit de l’insistance avec laquelle il rappelle l’office d’avocat général à la Chambre des comptes qu’il avait tenu entre 1642 et 1646 ; cependant, la référence aux valeurs caritatives transmises par Yves Hélori paraît la raison la plus évidente, surtout si l’on procède à la lecture comparée de leurs deux itinéraires respectifs.

6Lorsque l’on met en parallèle les vies d’Yves Hélori et de Gabriel Calloët Kerbrat, la similitude des parcours s’impose en effet avec force. Les deux personnages évoluent dans des contextes comparables. Ils sont tous deux issus d’une famille de moyenne noblesse du Trégor. La date et le lieu de naissance de Gabriel Calloët nous sont inconnus : il semble être né entre 1616 et 1620. Il est issu d’une branche cadette d’une famille de moyenne noblesse bretonne, les Calloët. Partagé entre la ville de Morlaix, berceau de la lignée, et le manoir de Kerbrat (aujourd’hui Keramprat) en Servel, Gabriel a largement été marqué par cette dernière communauté rurale.

7Le saint et le dévot ont donc en commun d’avoir été tous les deux élevés dans une religion traditionnelle, même si leur foi est influencée par les courants de pensée de leur siècle. La jeunesse de Calloët, marquée par une vie au sein de la communauté rurale, est imprégnée par une proximité de la culture populaire. Originaires du même diocèse, tous deux passent une partie de leur enfance respective dans le manoir familial proche d’un centre urbain : Tréguier pour Yves, Lannion pour Gabriel. L’environnement rural est non seulement le même mais l’habitation familiale possède, à quatre siècles d’intervalle, des similitudes : le manoir de Kerbrat désigne comme celui de Kermartin, une grosse ferme, résidence noble qui ne se distingue des maisons paysannes que par ses dimensions et une facture un peu plus soignée.

8La suite du parcours du gentilhomme breton révèle cet attachement profond et sa proximité avec la paysannerie trégorroise ; en effet, entre 1650 et la fin des années 1660, il réalise des expérimentations agronomiques sur son domaine et tente de les diffuser auprès de ses voisins. Dans les écrits agronomiques qui suivent cette expérimentation, il n’est nullement question de relations hiérarchiques de type seigneurial avec les paysans. Cette proximité des ruraux bretons se reconnaît aussi dans la simplicité de langage qu’il utilise dans ses traités agronomiques et les emprunts qu’il fait au langage des Bretons. Il parle de « naveaux » pour désigner les navets, désigne le lait baratté par l’expression « ribotté » et appelle le jonc marin « jan ou de la lande ». Ces observations sur le monde paysan révèlent des contacts nombreux et une connaissance de l’univers rural breton. Ainsi avoue-t-il

9que « le paysan est difficile à persuader, même pour son bien, et avec raison, à cause que par le passé, il a été souvent trompé, sous prétexte d’un bien apparent ».

10Cette proximité avec la culture populaire se traduit aussi dans la religion, en particulier dans le culte des saints locaux, et entre autres celui de saint Yves. Dans le contexte très rural de son enfance et d’une partie de sa vie trégorroise à l’aube du xviie siècle, il a été indéniablement marqué par le culte de saint Yves qui connaît alors une expansion importante. Le travail d’inventaire et d’analyse de Virginie Montarou sur les groupes sculptés de saint Yves révèle combien est forte alors la croyance dans les valeurs dont le saint était porteur, et notamment la charité envers les pauvres.

11Cette identification Calloët/Hélori ne s’arrête pas à la seule question des origines, car la similitude peut valoir aussi, dans une certaine mesure, pour leurs parcours ultérieurs. Lorsque Calloët s’attribue le titre d’« avocat général des pauvres », il est déjà avancé en âge, autour de soixante-dix ans ; il a derrière lui, à cette époque, une grande partie de sa vie et en examinant son propre parcours, les ressemblances avec le chemin parcouru par Yves Hélori n’ont pu lui échapper. Tous deux sont issus de familles nobles, celle de Gabriel Calloët apparaissant plus fortunée que celle d’Hélori ; de plus, l’ambiance familiale le poussait vers ce catholicisme sans concession qui débouche au xviie siècle sur le mouvement dévot. Un de ses grands oncles fut député de la chambre de l’Union de Morlaix en 1592 lors des guerres de la Ligue. Nourri d’un catholicisme traditionnel, il n’est pas pour autant hermétique aux influences nouvelles de son temps. Comme Yves Hélori dont la spiritualité est profondément empreinte du message fraternel des ordres mendiants, Gabriel Calloët découvre la piété active lors de son passage dans les congrégations du collège jésuite de la Flèche : toute sa vie de dévot en fut influencée.

  • 2 BNF, Ms fr 11 364 f°89.

12Tout comme Yves, Calloët s’expatrie de sa Bretagne natale pour entamer des études qui le conduisent à la judicature. Gabriel Calloët Kerbrat, d’après ses collègues de la Chambre des comptes de Nantes, aurait poursuivi ses études de droit à Paris après son passage par La Flèche. Jean-Christophe Cassard s’interroge sur les motivations qui ont poussé Yves Hélori à choisir la carrière de juge ; le choix de Gabriel est plus clair à expliquer. Ce dernier semble être en quête de reconnaissance et d’influence sociales. La référence insistante dans ses écrits à l’office d’avocat général de la Cour des comptes n’en est pas la seule preuve ; en réponse à une de ses lettres2, Morangis, un des membres influents de la Compagnie du Saint-Sacrement de Paris, fait en effet référence au « peu de pouvoir » dont se plaint Gabriel Calloët Kerbrat.

Une éducation qui l’amène à intellectualiser son modèle

13Au-delà de la similitude des parcours respectifs d’Yves Hélori et Gabriel Calloët, ce dernier va calquer sur son modèle des pratiques qui s’inscrivent dans le grand mouvement de la Réforme catholique.

14À l’époque d’Yves Hélori, l’irruption des mendiants fut une rupture dans le domaine de la pastorale. En son temps, Yves Hélori fut marqué par l’enseignement des franciscains qu’il allait écouter dans leur couvent de Rennes ; de même l’esprit de Gabriel Calloët Kerbrat fut façonné par l’enseignement des Jésuites. Comme tous les étudiants des collèges, le parcours initiatique du jeune noble breton dévot débute dans les congrégations mariales. Il en existe deux à la Flèche depuis 1604 : l’une destinée aux externes, dite de « la Conception de Notre Dame », la seconde aux pensionnaires sous le vocable de « l’Assomption de la Vierge ». C’est dans ce cadre que Gabriel Calloët reçut une formation qui visait non seulement à son perfectionnement intérieur mais aussi à en faire un chrétien investi d’une véritable vocation missionnaire à l’égard de ses contemporains. Comme tout congréganiste, il se doit d’enseigner aux autres tout en cherchant lui-même à être un modèle.

  • 3 BNF, Ms. Fr. 11 634, mémoires de feu monsieur de Morangis, f° 115.

15Gabriel Calloët Kerbrat s’engage ainsi dans une véritable prédication dont les aires de diffusion vont grandir. Dans les deux spécialités qui sont les siennes, Gabriel Calloët Kerbrat cherche d’abord à mettre en application ses idées avant de les diffuser plus largement. Ainsi, lorsqu’il s’engage dans la pratique de nouvelles techniques agronomiques et d’élevage, il expérimente ses théories d’abord sur son domaine en tentant de gagner ses voisins les plus proches ; puis, il rédige des mémoires qu’il adresse à Colbert. Ceux-ci nous le présentent non seulement comme un des précurseurs des Haras royaux mais aussi comme un théoricien économique et social. Dans un autre domaine, celui de la charité, il est chargé par la Compagnie du Saint-Sacrement de Paris, d’aider Plessis-Montbart à établir un hôpital général dans la ville de Nantes3. Ce n’est que trente ans plus tard, après avoir participé aux assemblées de réflexion sur l’assistance aux pauvres, qu’il rédige ses avis pour promouvoir les valeurs dont sont porteuses les institutions de charité qu’il tente de développer sur une partie du royaume. Sa volonté d’évangélisation se double donc de préoccupations sociales, aussi bien à travers sa démarche caritative qu’agronomique. Lorsqu’il rédige ses mémoires d’agriculture comme lorsqu’il publie ses avis charitables, il propose d’envoyer gratuitement des graines de choix aux Bretons, comme aux habitants des autres provinces, avec la volonté non seulement d’améliorer la nourriture quotidienne de la population mais encore de lui proposer de nouvelles méthodes de travail. Le but premier de l’assistance est donc de venir en aide aux pauvres.

  • 4 BNF, ms fr 11 364 f°118

16Cependant, chose étrange, Gabriel Calloët Kerbrat ne fait jamais référence dans ses écrits à ses contacts directs avec des pauvres, contrairement à ce qu’il laisse entendre de ses rapports avec l’élite parisienne. C’est l’attitude des riches qu’il veut réformer, non seulement en rédigeant des avis charitables ou ses opuscules agronomiques, mais aussi « en prêchant » lors de réunions publiques durant lesquelles il s’adressait aux élites locales comme à Nantes ou à Paris. Trois axes structurent son discours : il veut impliquer les riches dans la « gestion » des pauvres d’un point de vue matériel. La mission d’assister les pauvres, jusque-là perçue comme une œuvre dévolue aux prêtres, se voit confiée aux élites, seules personnes disposant des moyens financiers suffisants. En cela, les idées de Gabriel Calloët Kerbrat ne sont en rien originales : il ne fait que reprendre celles de son époque. Mais il ne s’arrête pas uniquement aux moyens financiers : il demande à ces mêmes élites de s’impliquer personnellement, non seulement dans la gestion des institutions caritatives mais aussi dans la vie quotidienne de celles-ci ; cette conception conduisit, à terme, à la laïcisation des œuvres de charité. Sa seconde ambition, en ce qui concerne la réforme des riches, est encore plus grande car il ne se contente pas de vouloir faire de ceux-ci des auxiliaires de l’assistance, il attend d’eux qu’ils se fassent les promoteurs des valeurs auxquelles il croit. Ce qu’il préconise pour les pauvres des hôpitaux généraux, il l’attend aussi des riches : éviter l’oisiveté. L’inaction est source de désordre moral, le travail devient un devoir de chrétien pour effacer le péché originel4. Aussi demande-t-il aux riches bourgeois comme aux nobles d’apprendre un métier, ou du moins de trouver une occupation utile à la société et de veiller à ce que leur entourage ne tombe dans cette oisiveté mère de tous les vices.

  • 5 « Pour tirer des brebis et des chèvres plus de profit qu’on en tire. Brebis et chèvres de race indi (...)

17Enfin, il veut faire des élites charitables des médiateurs qui auraient pour but d’améliorer le sort des plus pauvres. Son expérience agronomique comme ses réflexions sur l’assistance se heurtent au constat des difficultés à faire passer les innovations et idées nouvelles. Aussi insiste-t-il sur le rôle que doivent jouer auprès des pauvres ces élites qu’il veut convertir. « Il sera bon de convier les curés et la noblesse de les persuader et leur donner l’exemple5 ». Il veut en faire de véritables intermédiaires culturels, diffuseurs des nouveautés matérielles comme des nouvelles valeurs morales.

Les voies tracées par saint Yves: l’avocat général des pauvres

  • 6 Tallon Alain, La compagnie du Saint-Sacrement, Cerf, 1990, p. 22.

18C’est l’action proprement caritative de Calloët qui nourrit bien évidemment le parallèle avec saint Yves. Pour mieux la comprendre, il faut cependant la replacer dans le contexte plus large de l’action des dévots et plus particulièrement celle des membres de la Compagnie du Saint-Sacrement et de ses avatars, les compagnies charitables paroissiales de Paris. Participant aux assemblées de la Compagnie chargées de l’action charitable, Gabriel Calloët Kerbrat poursuit cette action en devenant le secrétaire de l’assemblée charitable de la paroisse Saint-Sulpice à Paris, prolongement de la compagnie du Saint-Sacrement après son interdiction par Mazarin, en 1660 et les dernières réunions de la compagnie de Paris en 16676. Enfin, sous le titre d’« avocat général des pauvres », il prend en charge dès la fin des années 1670 et durant toute la décennie suivante la promotion des structures d’assistance issues des idées dévotes. Le plan de propagation des institutions charitables suggère un parallèle avec les faits attribués à Yves Hélori et particulièrement son souci des « pauvres du Christ ». Tour à tour, Calloët et les derniers dévots proposent des structures pour défendre gratuitement les pauvres, réconcilier les parties adverses, s’occuper des corps souffrants et pratiquer l’hospitalité tout en rationalisant la pratique de l’aumône. Ce faisant, ils inversent la logique de réflexion de la Compagnie du Saint-Sacrement en commençant par proposer de s’attaquer à une des causes sociales de la déchéance des pauvres honteux. Ils reprennent en cela les valeurs transmises par saint Yves au travers de la qualité d’« avocat des pauvres ».

De l’arbitre charitable

  • 7 BNF, rés. PR 141.
  • 8 L’enfant pauvre à gauche du groupe des indigents possède la même attitude et un costume similaire à (...)

19Une première publication en 1668, intitulée « L’arbitre charitable pour évitez les procez et les querelles ou du moins pour les terminer promptement sans peine et sans frais7 » est présentée au roi par le prieur de Saint-Pierre. Reprenant les valeurs de « rectitude de conduite » et le « souci du pauvre du Christ » que reconnaît à Yves Hélori son procès de canonisation, cet ouvrage propose de créer des conseils charitables. Ce faisant, il fait, pour la seule fois de manière explicite, référence à saint Yves, et il est donc possible d’affirmer clairement la filiation directe entre les idées charitables des dévots et les valeurs caritatives dont Yves Hélori était porteur. Reprenant la démarche qu’avait mise sur pied le curé de Saint-Sulpice, les auteurs comparent le zèle que ce dernier a développé pour faire aboutir son projet à celui « de nostre bon curé saint Yves ». Une référence encore plus probante est l’impression d’une gravure représentant saint Yves « accordant à l’amiable les procès ». La composition de cette gravure est réalisée sur le modèle des groupes de saint Yves, très nombreux en Bretagne. Cependant, ici le pauvre et le riche ne sont pas représentés seuls, encadrant le saint, mais ce sont deux groupes qui entourent le conciliateur. Si le thème est emprunté à la Bretagne, la facture même de l’œuvre – qui mériterait une étude approfondie – semble s’inspirer des représentations des pauvres issues de la série réalisée par Jacques Lagniet : la vie des gueux en proverbes publiée en 1662, elle-même inspirée des gravures de Jacques Callot sur la vie des gueux datées de 1622-16238.

Gravure illustrant [Alexandre de La Roche] prieur de Saint-Pierre,L’arbitre charitable pour éviter les procez et les querelles ou du moins les terminer promptement sans peine et sans frais, Paris, 1668

20L’analyse des causes de la pauvreté que font Calloët Kerbrat et les dévots met ainsi en relation le nombre important de personnes déclassées tombées dans la misère et « le malheur du procez et de la chicane ». L’un et l’autre sont responsables d’une déchéance sociale, mais aussi morale : l’éloignement de ces nouveaux pauvres des sacrements et le refus de pardonner les auteurs de leur ruine.

21Dans le projet des dévots, les deux valeurs dont est porteur saint Yves sont mises en application ; on notera cependant qu’il accorde une place beaucoup plus importante à la conciliation qu’à la défense des pauvres. Ici encore, les ambitions éducatives de Calloët et des dévots visent autant les riches que les pauvres. Partant de l’exemple parisien, ils se félicitent de l’engagement des élites de Paris, mais tentent de démontrer qu’il est vain aux juges de poursuivre les pauvres insolvables. Les pauvres eux-mêmes ne sont défendus que dans certaines limites : les procédures judiciaires ne seront engagées qu’après avoir épuisé toute tentative de conciliation ; si celles-ci aboutissent, les pauvres s’engageraient à n’entamer aucun appel ; enfin seuls les procès jugés bons seront soutenus par l’assemblée. Trois avocats seront consultés aux frais de l’assemblée avant toute aide aux pauvres.

  • 9 BNF, Ld5 268, séance du 17 novembre 1670, à Pontoise.
  • 10 Une recherche dans les archives judiciaires des deux villes bretonnes citées n’a ni confirmé ni inf (...)

22Cet ouvrage fut présenté à l’assemblée générale du clergé en 1670 par l’évêque de Meaux9et celle-ci résolut de le faire diffuser largement dans les évêchés. D’après les écrits de Calloët, une dizaine de ces assemblées furent créées dans le royaume. Certaines préexistaient sous d’autres formes ; ainsi les parlements de Paris, de Provence et de Rennes en auraient déjà mis en place le principe. Parallèlement à ces institutions judiciaires établies, des officiers honoraires se seraient regroupés dans certaines villes pour défendre les pauvres, comme à Nantes10.

  • 11 BNF, S 2703 « beaux chevaux… », p. 5.

23La finalité de tous ces efforts – tenter d’institutionnaliser ces conseils charitables – ne fut jamais atteinte. À quoi peut-on attribuer cet échec ? Une première réponse est avancée dans la publication de 1668 : les difficultés liées aux oppositions rencontrées par les artisans de cette œuvre. Une seconde raison peut être prise en considération : le peu d’empressement que mit Gabriel Calloët Kerbrat à populariser cette œuvre. Celui-ci préférait en effet agir en faveur de la diffusion des remèdes et de la création des hôpitaux généraux. À cela, on peut avancer une explication : Calloët lui-même ne se cache pas les limites de la conciliation et des arbitrages dont il se dit lui-même victime. Ainsi écrit-il dans un de ses ouvrages consacrés à l’élevage : « il n’a pu s’accommoder, quoy que il ait toujours offert en tous procez, de consigner le double pour le dédit : on prend ces offres pour des marques de défiance de son bon droit ; la partie adverse se vante qu’on a peur, recule, et croit son ennemy demy-vaincu11 ».

Le médecin charitable

24La seconde œuvre se réfère aussi à la tradition chrétienne de charité pratiquée par Yves Hélori : s’occuper du corps souffrant du pauvre. Avant la décision de Louis XIV de distribuer les remèdes d’Helvétius par l’intermédiaire des intendants, Calloët et l’assemblée charitable de Paris avec l’aide de leur confrère médecin du roi, Chomel, mettent au point un « remède universel pour les pauvres gens et leurs bestiaux ». Dès 1669, ces remèdes sont expérimentés dans divers diocèses, dont celui de Tréguier sous l’épiscopat de Balthazar Grangier. Pour favoriser leur diffusion, Calloët demande à tous ceux qui distribuent ces remèdes de tenir un journal des guérisons dont ils ont été témoins. Cette requête a une autre finalité : l’objectif final, comme pour les conseils charitables accordant les procès, est d’institutionnaliser cette expérience et de la généraliser à l’ensemble du royaume. Visée partiellement atteinte en 1677 : Pélisson, administrateur de la caisse des conversions, se voit chargé de la distribution gratuite de ces médecines. La tenue d’un « journal des cure» est prescrite à tout solliciteur ; dans le contexte d’une distribution royale, cette obligation est aussi un moyen de contrôle des personnes charitables chargées de la distribution.

25Ici encore, l’action de Calloët et des dévots de l’assemblée charitable de Paris s’appuie sur le recours à des intermédiaires culturels. Elle procède d’une démarche empirique volontaire, quitte à être combattue par les médecins, chirurgiens et apothicaires. Partant du constat que les couches les plus pauvres de la population n’accéderont pas à la médecine de l’élite pour des raisons financières autant que culturelles, ils investissent la forme de médecine la plus proche des pauvres, l’empirisme. L’idée est reprise par la monarchie, mais Calloët se voit déposséder de son rôle de coordinateur : il n’en est qu’un promoteur, puis n’y a plus aucune implication à la fin des années 1680.

La promotion des hôpitaux généraux

26La dernière action dans laquelle s’investit pleinement Calloët est la création d’un réseau d’hôpitaux généraux, lieux d’accueil et de contrôle des pauvres. À la différence des deux démarches précédentes, celle-ci ne part pas de l’analyse des causes de la misère mais veut s’attaquer aux conséquences visibles de la pauvreté : le trouble social que peut provoquer la présence des pauvres.

27Au sein de cette unique institution, le projet des dévots tente de résoudre le « problème pauvre » en rassemblant en un seul lieu l’ensemble des catégories de pauvres. Certes, comme pour les autres actions, Calloët s’intéresse prioritairement aux « pauvres du Christ » ; mais contrairement à Yves Hélori, les dévots voient dans l’institution hospitalière le moyen de différencier le vrai du faux pauvre, celui qui est digne de secours de celui qui trompe la société et qui vit à ses crochets.

28Jean-Pierre Gutton remarquait qu’on ne pouvait pas limiter l’action de la Compagnie du Saint-Sacrement à l’hôpital général avec tous les aspects répressifs de cette œuvre. Si le souci d’ordre est bien présent dans le projet, le renfermement ne se veut en aucun cas une simple mesure de police sociale : l’assistance est autant spirituelle que matérielle. Ce qui importe prioritairement à Calloët et aux dévots n’est pas l’aide matérielle apportée aux pauvres : il attendent surtout des indigents secourus une conversion à la doctrine chrétienne, les secours dispensés n’étant que les récompenses. Le refus de ce « contrat » entraînait une sanction, allant de l’emprisonnement pour une période de 48 heures à l’exclusion de tous les systèmes d’assistance contrôlés. En donnant l’hospitalité dans un seul lieu, les dévots avaient la volonté de rationaliser l’assistance, de supprimer la charité individuelle et de l’organiser autour du triptyque : « piété, ordre et travail ». En cela, le projet dévot constitue une transition moralisatrice entre deux visions historiquement datées : l’une, religieuse, qui voyait dans tout miséreux un pauvre du Christ digne d’être secouru ; l’autre, sociale, qui visait à normaliser le comportement des indigents.

29Ces idées ne font certes pas référence directement à Yves Hélori. Cependant l’on se rend compte que la filiation des valeurs caritatives traditionnelles du saint breton, si elle n’est pas explicite dans le discours de Gabriel Calloët Kerbrat, est volontiers recherchée par les élites des villes bretonnes à qui était confiée la réalisation des hôpitaux généraux. La tradition de placer les établissements hospitaliers sous le patronage de saint Yves est certes antérieure à la fin du xviie siècle : il n’est que de rappeler l’hôpital Saint-Yves de Rennes ou l’hôpital Saint-Yves à Quimper, annexé à l’hôpital de Saint-Antoine. Mais il est révélateur que la vague de création des hôpitaux généraux ait vu fleurir des établissements dénommés Saint-Yves. Six hôpitaux généraux bretons ont, en effet, reçu le nom de Saint-Yves contre cinq celui de Saint-Louis, les autres n’ayant aucun patronage particulier.

30Gabriel Calloët s’est ainsi nourri des valeurs transmises par son modèle et a tenté de les adapter au Grand Siècle. Il peut paraître étrange qu’à aucun moment, dans ses écrits propres, il ne fasse référence au saint breton. Pour le comprendre, il faut prendre en compte un des paradoxes qui marquent la vie de ce gentilhomme breton. Apparemment, il est très attaché à son terroir, ses racines ; dans le même temps, ses origines bretonnes lui apparaissent comme un handicap à son intégration au milieu des élites parisiennes. Plusieurs indicateurs le laissent envisager. En premier lieu, les transformations onomastiques volontaires que l’on relève dans les différentes signatures de Calloët : sacrifiant à la mode parisienne, il signe Kerbrat en orthographiant son nom non pas avec un K mais avec un QU ; dans les comptes rendus de l’assemblée charitable de la paroisse Saint-Sulpice, le gentilhomme breton est désigné sous le vocable de « Callot ». De plus, il introduit dans ses avis charitables des descriptions peu flatteuses des paysans bretons, reprenant les anecdotes en circulation dans les milieux parisiens durant la révolte des Bonnets rouges et dont madame de Sévigné s’était fait l’écho. L’absence de référence à saint Yves s’inscrirait dans cette même logique, d’autant plus qu’il fait mention d’autres saints ou de références à la culture classique. Saint Yves lui semblait-il trop marqué par la Bretagne, et son culte trop populaire aux yeux de la noblesse de cour et des élites parisiennes ?

  • 12 Précisons que Calloët a connu son dernier échec en 1688, date à laquelle il est chassé de Paris par (...)

31Sans doute ne peut-on opposer trop durement religion « populaire » et religion « des élites », même si les premiers signes patents de la distance culturelle et même du mépris se font jour. Le cas de Gabriel Calloët Kerbrat s’inscrit tout à fait dans cette évolution. Élevé dans un milieu rural, sa pratique du culte de saint Yves tout au long de sa vie ne prend pas la forme populaire que les Bretons entretiennent : Gabriel Calloët intellectualise sa relation avec Yves Hélori en prenant sa vie comme modèle. À son image, Calloët reste attaché à ses racines rurales bretonnes tout en étant attiré par les lumières de la ville. Il ne reste pas fidèle à la piété démonstrative populaire, il choisit une des vertus de l’héritier de Kermartin pour en faire son modèle de vie : la charité envers les pauvres. Mais ce n’est pas tant son attachement au modèle de saint Yves qui va amener d’échec en échec Gabriel Calloët Kerbrat, mais bien cette volonté d’accompagner les évolutions, les transformations duxviie siècle tout en restant fidèle aux principes de sa jeunesse12.

  • 13 Aubert Gauthier, « Un grand seigneur agronome et charitable au xviiie siècle : le président de la (...)

32L’étude du parcours de ce dévot breton du xviie siècle fait apparaître « Yves Hélori plus comme un exemple à imiter qu’un saint à vénérer ». Il n’est pas exclu que cette relecture du culte de saint Yves ait valu pour d’autres gentilshommes bretons dont Yves Hélori fait parfois figure d’archétype aux siècles suivants13 : bien ancrés dans leur province, ces nobles bretons ne refusent pas de s’en détacher pour leurs études ou leur carrière judiciaire. Leur attachement à leurs terres le dispute aussi à leur installation en ville. Enfin et surtout, leur vie de piété intègre, dans la lignée de saint Yves, une activité charitable développée. Cependant le recours à une justice charitable semble avoir fait long feu : ce qui est déterminant, c’est bien plus le geste charitable dont le but est de soulager la détresse des plus pauvres. Comme Calloët diffusait les remèdes à l’intention des malades, d’autres nobles comme le marquis de La Garaye à Taden ou Malo de Névet à Locronan transforment une partie de leur château en asile ou hôpitaux pour pauvres et malades. Mais très vite, cette démarche amène à renforcer l’idée de tri et de contrat. En retour de l’assistance dispensée, ils attendent, comme Yves Hélori, que les indigents écoutent la parole de Dieu et surtout que les pauvres se convertissent.

Notes

1 GuttonJean-Pierre, La société et les pauvres : l’exemple de la généralité de Lyon 1534-1789, Les Belles Lettres, Paris, 1971, p. 394.

2 BNF, Ms fr 11 364 f°89.

3 BNF, Ms. Fr. 11 634, mémoires de feu monsieur de Morangis, f° 115.

4 BNF, ms fr 11 364 f°118

5 « Pour tirer des brebis et des chèvres plus de profit qu’on en tire. Brebis et chèvres de race indienne et de Barbarie… fait par Monsieur Calloët-Querbrat Avocat général des pauvres », p. 3.

6 Tallon Alain, La compagnie du Saint-Sacrement, Cerf, 1990, p. 22.

7 BNF, rés. PR 141.

8 L’enfant pauvre à gauche du groupe des indigents possède la même attitude et un costume similaire à celui qui figure sur la gravure de Jacques Callot présentant une mendiante allaitant un de ses trois enfants. Cette gravure avait déjà été reprise par Jacques Lagniet en 1662 dans son Recueil des plus illustres proverbes en trois livres : vie des gueux en proverbes (huitième gravure intitulé « Le grand chemin de l’hospital, va ou tu peux meurs ou tu dois »).

9 BNF, Ld5 268, séance du 17 novembre 1670, à Pontoise.

10 Une recherche dans les archives judiciaires des deux villes bretonnes citées n’a ni confirmé ni infirmé les écrits des dévots.

11 BNF, S 2703 « beaux chevaux… », p. 5.

12 Précisons que Calloët a connu son dernier échec en 1688, date à laquelle il est chassé de Paris par Louis XIV sous prétexte d’avoir fait imprimer « plusieurs mémoires ridicules sur l’état des pauvres du royaume et fait des assemblées publiques ou il exageroit cette pauvreté. » Rien ne fit revenir le roi sur cette décision, pas même les interventions de La Reynie.

13 Aubert Gauthier, « Un grand seigneur agronome et charitable au xviiie siècle : le président de la Bourdonnaye-Montluc », dans PITOU Frédérique, dir., Élites et notables de l’Ouest (xvie-xxe siècle). Entre conservatisme et modernité, Rennes, 2003, p. 139-152.

Table des illustrations

Légende Gravure illustrant [Alexandre de La Roche] prieur de Saint-Pierre,L’arbitre charitable pour éviter les procez et les querelles ou du moins les terminer promptement sans peine et sans frais, Paris, 1668
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22415/img-1.png
Fichier image/png, 486k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540