Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Yves et les Bretons

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Georges Provost

Troisième partie. Un idéal en images

Autour de saint Yves : l’homme de loi, l’argent et l’image (XVIe-XVIIe siècles)

Philippe Hamon

Texte intégral

  • 1 Sur ces représentations, voir dans ce volume les contributions de Bertrand Frélaut, VirginieMontaro (...)

1Saint Yves homme de loi : une image forte, qui génère de nombreuses représentations aux xvieet xviie siècles, alors même que cette dimension du personnage avait tenu une place très réduite dans le procès de canonisation. La place de ces représentations est bien sûr importante en Bretagne, mais le thème se retrouve aussi bien dans la peinture italienne – du Sodoma à Jacopo da Empoli – que dans la peinture néerlandaise, avec Rubens ou Jordaens1. La biographie de saint Yves sert ici de point d’appui : il a en effet exercé la fonction de juge ecclésiastique (ou official). En outre, il a mis ensuite ses compétences juridiques au service des pauvres, en les aidant lors de procédures (c’est la figure de l’avocat des pauvres) et aussi en intercédant pour qu’ils obtiennent des services gratuits de la part du personnel judiciaire. Dans son rapport combiné à l’argent et à la justice, Yves incarne un double refus ; celui de la corruption tout d’abord, au niveau le plus évident, mais également celui du pouvoir que l’argent donne quand il s’agit, dans un affrontement judiciaire, de l’emporter en utilisant toutes les ressources du droit et de la procédure.

2À l’image, une gestuelle précise exprime bien souvent les choix du saint : placé entre un riche qui lui tend de l’argent et un pauvre qui le supplie, Yves écarte le premier de la main et tourne un visage bienveillant vers le second. En fait, même quand les trois protagonistes sont simplement juxtaposés, sans gestes explicites, comme c’est le cas pour certains groupes sculptés, la réception de la scène est sans ambiguïté. On peut supposer que, dans les églises paroissiales bretonnes du temps, même les plus humbles saisissent le sens de la confrontation. Il est possible d’ailleurs que, dans ce contexte paroissial, la scène prenne une dimension de critique sociale, dans la mesure où le pauvre peut être perçu comme l’incarnation des membres de la communauté, face à un « riche » qui lui est extérieur (noble, bourgeois), et qui est alors ressenti comme une menace. Si cette hypothèse est recevable, saint Yves se présente alors comme un défenseur de la communauté, qui se tient face à lui respectueuse et humble comme le pauvre, contre des agressions judiciaires (et sans doute, plus largement, des abus d’autorité) d’origine externe.

  • 2 Cité par Muchembled R.,L’invention de l’homme moderne. Cultures et sensibilités en France du xveau (...)

3Dans ce cadre, la mise en cause porte explicitement sur l’une des deux parties en litige, non sur le comportement de l’homme de loi, bien au contraire. Or il existe en ce domaine une iconographie critique qui peut être rapprochée de celle de saint Yves juge et/ou avocat. La dénonciation du comportement des hommes de loi est en effet fréquente. Je vais l’étudier à partir d’exemples issus de la peinture néerlandaise et réalisés entre l’extrême fin du xve siècle et le premier tiers du xviie siècle. Le choix géographique tient à plusieurs raisons. Ce sont tout d’abord les peintures qui offrent les mises en scène les plus circonstanciées de cette vision critique. En outre, il s’agit d’œuvres qui sont largement diffusées – et imitées – dans toute l’Europe occidentale. Ainsi un tableau de Pierre Bruegel le jeune (cahier couleurs I, pl. 27, qui correspond à une version datée de 1620) sur ce thème est-il connu aujourd’hui en 80 versions environ, sans parler d’une importante diffusion grâce à la gravure : le marché est donc large. On le constate aussi à travers une allusion du conteur français Guillaume Bouchet : il évoque dans ses Serées un cabaretier de Poitiers qui a acheté en 1577 un tableau représentant « un advocat à qui un homme de village bailloit d’une main un teston [pièce d’argent] et de l’autre de ses mains luy donnoit un lièvre, que l’advocat prenoit aussi de ses deux mains2».

  • 3 Un autre livre porte l’inscription ff vetus, que je n’ai pas su interpréter.

4Plusieurs de ces peintures ont longtemps été désignées de façon fantaisiste ou trop prudente. Ainsi le Bruegel est-il encore souvent appelé le Paiement de la dîme ou de l’impôt alors qu’il représente un procureur de village au travail et donc le cabinet d’un homme de loi. Un panneau de Quentin Metsys antérieur d’un siècle (vers 1515-1520, ci-contre) est parfois désigné commeLes deux usuriers. Mais on le trouve aussi sous l’intituléGroupe d’hommes dans un style caricatural, ce qui est peu compromettant… À gauche on remarque un juriste qui a ouvert un ouvrage de droit : le texte central, imprimé en rouge et noir, est entouré de gloses de tous côtés ; sur l’étagère figurent d’autres livres (et non des registres de comptes). L’un d’entre eux porte sur la tranche le motcodex3. Les trois autres personnages viennent donc consulter un spécialiste du droit, à grand renfort d’argent.

5L’avidité des hommes de loi est alors dénoncée suivant deux mises en scène principales, où l’on retrouve a contrarioles deux facettes de l’attitude

Quentin Metsys, Les deux usuriers ou Solliciteurs chez une autorité, 60 X 90 cm, sans doute 1515-1520 (Rome, galerie Doria-Pamphili)

6de saint Yves. Il y a tout d’abord les juges corrompus, comme celui qui incarne l’avarice sur un panneau circulaire des Sept péchés capitauxdû à Jérôme Bosch (I, 28) et qui date probablement de la dernière décennie du xve siècle. Il tient à la main un bâton qui est le signe de son autorité. Dans cette probable session d’une cour rurale, il fait l’objet d’actives sollicitations financières de la part des parties. Exactement contemporain est le Jugement de Cambysede Gérard David (Bruges, musée Groeninge, 1498) qui dépeint en deux panneaux l’arrestation, puis le châtiment de Sisamnès, un juge acheté, à l’initiative de l’empereur perse. La scène de corruption figure au second plan sur le premier panneau : on y voit Sisamnès recevoir de l’argent en secret.

7La seconde dénonciation prend appui sur les modalités de la consultation juridique. Comme procureurs ou avocats, des hommes de loi sont amenés à conseiller, représenter ou défendre les parties. Le recours à eux est très souvent nécessaire en raison de la complexité du droit comme du système judiciaire. Ce sont de telles consultations qu’illustrent les tableaux de Metsys et Bruegel évoqués plus haut. La place prise dans ces images par les documents écrits contribue à souligner, d’une façon à la fois réaliste et métaphorique, dans quel maquis judiciaire pénètrent les solliciteurs. Si Metsys accorde un rôle central aux ouvrages de droit, Bruegel fait une grande place aux actes de la procédure. Qu’il s’agisse de pièces isolées ou des nombreux sacs de procès, ils prennent ici un caractère proprement envahissant.

  • 4 Voir sur ce dossier la mise au point de Robert Genaille dans Gazette des Beaux-Arts, mai 1974, chro (...)
  • 5 Voir sur cet édifice la contribution de Michel Debary.

8On retrouverait le même phénomène sur unCabinet d’homme de loi de Marinus van Reymerswaele (connu en plusieurs versions, dont Munich, Alte Pinakothek, 1542 et New Orleans, musée Delgado, 1545). Il est significatif que, sur la représentation emblématique du monde du fisc que constitue laVocation de saint Matthieu, il y a place pour des registres ou des quittances, mais non pour des sacs, signes iconiques réservés aux affaires judiciaires, ce dont témoigne encore l’expression « l’affaire est dans le sac ». Sur le panneau de Reymerswaele, certains documents sont même lisibles ; ils correspondent à des pièces recopiées à partir d’une véritable procédure… Le contraste physique entre un juriste rebondi et celui qui le consulte, tout émacié, trouve un écho dans la Pratique du droit civil du juriste humaniste Joos de Damhoudere. L’ouvrage, publié en 1558, dénonce les hommes de loi « s’engraissant à remplir beaucoup de pages de peu de mots » (ils sont payés à la ligne) aux dépens de « plaideurs maigres, chauves et suppliants4». Dans ce cadre, en effet, la production de papiers est une intéressante source de revenu. Les documents écrits sont de fait indispensables à l’exercice de la justice, et on note leur présence sur de nombreuses représentations de saint Yves. On sait par ailleurs que des sacs de procès gagnés sont déposés comme ex-voto à l’époque moderne dans la chapelle Saint-Yves de Paris5.

9Ainsi donc les hommes de loi font-ils commerce de leur savoir, en le monnayant sous des formes diverses. C’est, en soi, un problème, dont témoigne l’adage médiéval « Scientia donum Dei est unde vendi non potest »(la science est un don de Dieu : elle ne peut donc être vendue). Pour justifier l’usage commercial de leur savoir, les juristes, comme les enseignants d’ailleurs, ont dû s’abriter derrière une affirmation du Christ selon laquelle « le travailleur mérite son salaire »(Luc, X, 7). Mais un tel reproche peut se combiner avec un autre : celui de la vente du temps. Sur le tableau de Bruegel en effet (I, 27), figure sur le bureau derrière lequel siège l’homme de loi un sablier où le sable s’écoule. À l’évidence, la consultation en cours est « minutée » : ici, de façon explicite, le temps, c’est de l’argent. D’autant qu’il y a une longue file d’attente. Un rapprochement s’impose alors avec l’usurier qui vend du temps, celui pendant lequel il a prêté son argent, qu’il récupère ensuite avec intérêts. Une fois de plus, Yves fait ici figure de contre exemple, lui qui conseille et aide gratuitement autrui.

10Les hommes de loi font donc l’objet d’une violente dénonciation centrée sur leur rapport à l’argent. Dans la peinture des xve-xviie siècles, ils constituent l’un des groupes socio-professionnels les plus nettement stigmatisés sur ce plan. Et on pourrait, parallèlement, multiplier sur ce sujet les formules critiques issues de toutes les formes de la production écrite, de la prédication au conte, de la chronique à la satire. Mais ici un nouveau et sérieux problème se pose : la justice n’est pas une activité intrinsèquement liée à l’argent, et donc en elle-même condamnable. S’il en allait ainsi en effet, la solution serait simple, au moins dans les représentations : il faudrait proposer un modèle identique à celui de Matthieu pour l’activité fiscale : tout arrêter immédiatement. Or la justice est socialement et moralement indispensable au fonctionnement de la société. La « solution saint Yves » offerte par l’image est alors de l’exercer sans faire intervenir l’argent, en le refusant systématiquement. Avec lui la justice est conçue comme une modalité particulière de l’activité charitable, dimension du saint exaltée depuis les origines de son culte. En terme de représentation, il y a donc là une issue.

11Mais le problème est que la justice s’est professionnalisée. Le phénomène est déjà présent au temps du saint (qui officie lui-même comme juge professionnel) et il s’est fortement accentué depuis. L’élaboration de toute une pyramide d’instances judiciaires et la sophistication croissante du droit en sont à la fois cause et conséquence. Dans un tel cadre, la rémunération des personnels concernés apparaît légitime, qu’il s’agisse de services, de conseils, d’actes à mettre en forme, de gages ou d’épices réglementées. Rien de plus logique dans une société où la justice ne se prétend pas gratuite. Bien sûr, cette professionnalisation elle aussi est dénoncée, et depuis longtemps. C’est probablement pourquoi l’iconographie critique des hommes de loi, en particulier les œuvres néerlandaises, rend compte d’une façon négative de la présence de l’argent. Elle suppose presque systématiquement une vénalité (au sens moral) des hommes de loi, qui vient tout pervertir ; elle entache donc tout jugement, et même tout acte lié à la justice, d’une sorte de péché originel. De façon significative d’ailleurs les consultations, comme celle qui figure sur le tableau de Bruegel, sont présentées comme des conciliabules en forme de petits complots et non de consultations sereines.

12L’attitude de saint Yves le situe bien évidemment du côté de l’idéal opposé. Mais il me semble qu’on peut interpréter le rôle qui lui est attribué de deux façons. Dans une première perspective, il incarne une justice dé professionnalisée, devenue presque mythique. Sur les représentations où il est confronté au riche et au pauvre, il tient un livre, dans lequel beaucoup voient une Bible ou un bréviaire. À son procès de canonisation déjà, certains témoins étaient venus souligner qu’il avait toujours avec lui un livre « quod vocatur Biblia »(qu’on appelle la Bible). Le juge non-professionnel peut être aussi le Prince, héritier lointain des Juges de l’Ancien Testament et, plus proche, de saint Louis sous son chêne. On le voit à l’œuvre sur le tableau de Gérard David où c’est l’empereur perse Cambyse qui procède en personne à l’arrestation du juge corrompu qu’il fait ensuite écorcher. Dans ce cadre, il y a place pour un saint Yves apte à faire droit au juste et au pauvre sans les contraindre à entrer en contact avec le maquis judiciaire, ce lieu de perdition.

13Cependant, il faut tenir compte d’autres indices qui rapprochent la scène des pratiques de la justice professionnelle. Il y a tout d’abord le fait que la tenue de saint Yves évoque parfois celle des juges du temps. Ensuite, le pauvre lui présente souvent un placet, sinon un sac de procès. Enfin, le livre que tient le saint à l’occasion est interprété par certains comme un ouvrage de droit. Dans ce cadre, Yves Hélori serait celui qui, tout en s’appuyant sur le droit positif, tranche « saintement ». Avec lui, l’exercice de la justice des hommes peut être conçu comme autre chose qu’un traquenard systématique pour ceux qui y ont recours. Grâce à lui, le « maquis judiciaire » devient en fait moralement neutre : le saint fournit la preuve qu’on peut faire du droit un bon usage, alors même que la sollicitation du riche souligne qu’il est fréquent que cet usage soit perverti. On en revient alors au point de départ : à suivre les représentations, il ne peut donc y avoir d’usage juste de la justice qu’en l’absence d’argent.

  • 6 Voir sur cet aspect la contribution de Jean-Luc Bruzulier sur Gabriel Calloët Kerbrat. Il existe d’ (...)
  • 7 Les « tableaux de justice » sont acquis en nombre dans les hôtels de ville néerlandais du temps : M (...)

14Peut-on parler alors de saint Yves comme d’un modèle ? Son attitude radicale – ou du moins présentée comme telle – ne peut être pleinement imitée. Cependant elle porte en elle des injonctions qu’il est possible d’entendre : celle du refus de la corruption tout d’abord, celle de l’importance de la charité ensuite. Quand la charge d’avocat des pauvres est exercée gratuitement par certains avocats devant les tribunaux, ceux-ci marchent incontestablement sur les pas de saint Yves6. La moralisation de la justice prend alors des formes plus modestes, mais pas négligeables pour autant, comme en témoigne à lui seul l’écorchement du juge prévaricateur peint par Gérard David. D’autant qu’il constitue un avertissement pour tous ceux qui exercent une autorité, dans la mesure où à l’époque presque toutes ont des fonctions judiciaires. Le tableau de David, fruit d’une commande de la municipalité de Bruges, est destiné à orner une salle de l’hôtel de ville7. Or l’un des bâtiments qui figure au fond de la scène de l’arrestation est probablement inspiré de la Loge aux bourgeois de la ville. En outre le palais de justice de Bruges abritera par la suite une copie de l’écorchement datant de la seconde moitié du xvie siècle.

15La moralisation des juges est donc en marche, entre autres grâce à saint Yves. Mais en ce domaine une initiative s’impose-t-elle également pour les clients et les parties ? L’observation des tableaux néerlandais incite à penser que cela n’est pas nécessaire. On ne perçoit pas en effet de dénonciation d’une folie de la chicane de la part des usagers : ils subissent une contrainte qu’ils n’ont pas choisie, dans le cadre d’un monde sans charité et sans gratitude, où tout passe par des paiements censés entraîner des contreparties… qu’il faudra parfois attendre plus ou moins longuement. Les usagers en effet apparaissent avant tout comme les otages des hommes de loi : la complexité de la justice et le pouvoir dévolu aux juges sont des armes pour extorquer de l’argent à tous. Riches et pauvres paient, ainsi sur le tableau de Quentin Metsys (p. 231), pour tenter d’obtenir des informations utiles, sinon décisives. Comme le conseiller juridique, le juge prend l’argent à toutes mains ; en témoigne le panneau de Jérôme Bosch (I, 28) où il donne même l’impression de se livrer à une sorte d’enchère : le jugement sera rendu en faveur du plus offrant. Le vainqueur de cette joute monétaire sera sans doute l’homme qui se tient à sa droite et lui parle. En effet il est pourvu d’une bourse, là où l’autre partie ne peut tendre qu’une pièce (en or il est vrai) ; d’ailleurs son costume laisse supposer qu’il est plus aisé.

16Quand Yves Hélori entre en scène, il en va tout autrement. Par définition, l’argent est placé d’un seul côté : le saint en effet ne pourrait trancher en faveur d’une partie qui verserait de l’argent. Il s’agit là d’un élément structurant de l’organisation de la scène. Puisque la cause du pauvre est juste, il ne l’appuie pas sur l’argent. On retrouve ici une approche qui est celle des « avocats des pauvres » dévots du xviie siècle : ceux-ci ne peuvent être défendus que si leur cause apparaît juste. En peinture comme en sculpture, ils sont logiquement fort respectueux ; selon un mode de représentation qui les rattache à l’ensemble de l’iconographie charitable, ils reçoivent l’aumône – ici un jugement favorable et gratuit – avec humilité et reconnaissance. Il y a là une vision du pauvre qui, malgré son caractère contraignant et étroitement normatif, est plus positive que celle qui transparaît dans la peinture néerlandaise.

17Dans cette dernière, en effet, les pauvres ne sont pas plus « moraux » que les autres et, à leur niveau, ils sont prêts également à risquer leurs pécules pour influencer la justice. Il est vrai qu’ils ne semblent guère avoir le choix… On note qu’il y a parfois beaucoup d’argent en jeu. Le cas est particulièrement net sur le tableau de Metsys, mais il est significatif que la pièce unique remise au juge de Bosch par un probable paysan soit en or. Les frais de justice, au sens large, entraînent des dépenses excessives. Les tableaux l’expriment clairement ou pour le moins le sous-entendent : le contact avec les hommes de loi est une source de ruine. Le message figure en toutes lettres sur certaines œuvres du xviie siècle. Dans unCabinet d’homme de loipeint par Cornelis Saftleven (Rotterdam, musée Boymans van Beuningen, 1629), un écriteau reproduit un proverbe néerlandais, qui affirme que celui qui veut plaider pour gagner une vache doit dépenser une autre vache (c’est-à- dire la valeur qu’elle représente) dans la procédure judiciaire. On retrouve d’ailleurs la même formule ou des variantes sur d’autres tableaux et sur des gravures de cette époque. Il convient donc de se tenir prudemment à l’écart, comme le font sur le tableau de Saftleven des témoins issus d’un milieu aisé (celui des acheteurs de tableaux ?) placés en retrait et observant le déroulement des opérations.

18Les « victimes », qui mettent la main à la bourse, correspondent à des milieux plus modestes que ces spectateurs distants. Mais quand les hiérarchies sociales distinguent les usagers, l’argent est aussi un moyen très efficace de souligner, voire de créer, des inégalités de traitement de la part des hommes de loi. Sur le tableau de Bruegel (I, 27), celui qui a une bourse à la main prend le pas sur tous les autres, qui ne peuvent faire que des versements en nature. C’est à lui que le procureur de village se consacre en priorité. La somme posée sur la table, près de l’encrier, au milieu d’un océan de paperasses, correspond peut-être au paiement de la consultation en cours. De même, chez Metsys (p. 231), priorité est donnée à celui qui a le plus d’argent sur ceux qui ne peuvent aligner que des sommes plus modestes.

19Ce dernier tableau met sur la piste d’une sensible différence entre les plaideurs. Ici le riche client n’apparaît guère comme un otage. Sa grande richesse lui permet d’instrumentaliser la loi (et l’homme de loi) à son profit, si nécessaire en interprétant, pour le moins, ladite loi. Un indice comportemental est ici révélateur. Le riche qui consulte le juriste a conservé son couvre-chef, comme il le fait également face à saint Yves. À l’inverse, les pauvres sont nue-tête dans les deux cas. Le parallèle est instructif : chez Metsys, le comportement du riche exprime la puissance ordinaire de l’argent. Certes, dans ces conditions, l’homme de loi est son compère tout trouvé : il y gagne beaucoup. Pour autant, sa position n’est plus dominante. On comprend mieux dans ce contexte les états d’âme du juge Grippeminault, dans le chapitre XII du Cinquième livrede Rabelais : pour les profits, il vaut mieux se concentrer sur les plus modestes, plutôt que de vouloir faire affaire avec « les gros larrons et tyrans », car ces derniers « sont de trop dure digestion»… Mais alors les bénéfices seront limités pour chaque affaire, à la mesure des moyens des clients. Pour faire des profits sérieux, il faut donc les multiplier, comme le fait le procureur de village de Bruegel, devant lequel s’étire une file d’attente de paysans.

20Face à de telles attitudes, le comportement de saint Yves fournit un saisissant contraste. Celui-ci pousse d’ailleurs la logique du don et de la charité, sur certaines oeuvres, jusqu’à faire remettre de l’argent au pauvre qui lui demande justice, ainsi dans le groupe sculpté de l’église Saint-Pierre de Gouézec (Finistère) (I, 22). Est-ce une simple aumône, ou ce versement a-t-il à voir avec un règlement à l’amiable du différend en cours ? Il paraît difficile de trancher. On sait par ailleurs l’importance qu’Yves Hélori attachait aux procédures d’arbitrage et de réconciliation, souci que l’on retrouve chez des juristes dévots du xviie siècle en Bretagne, comme en témoigne par exemple le projet de création de « conseils charitables » (voir note 6). Mais les tentatives de résolution de conflit passent souvent par des compositions pécuniaires, comme c’est peut-être le cas avec le groupe de Gouézec.

21Ainsi donc, par ce biais, l’argent rentre une fois de plus dans le jeu, même s’il s’agit alors d’une bonne cause… On retrouve ici une autre illustration des limites d’une perspective a-monétaire en matière de régulation sociale, même avec saint Yves.

  • 8 Ce corpus a été étudié par Virginie Montarou (voir sa contribution). Elle donne deux autres exemple (...)

22Ce dernier ne peut donc correspondre en ce domaine à un modèle généralisable. Il affiche clairement un statut d’exception admirable, qui était déjà explicite dans sa description comme « advocatus et non latro, res miranda populo »(avocat et non voleur, chose admirable aux yeux du peuple). Mais, en outre, son attitude face à l’argent ne porte pas ici de perspective de transformation sociale. D’une façon significative en effet, il ne prend pas l’argent du riche pour le donner au pauvre. Revenons un instant sur le groupe de Gouézec, où Yves fait circuler des espèces. La bourse qu’il donne au pauvre, qu’il s’agisse d’une simple aumône ou d’un élément d’une transaction liée à l’affaire, ne peut être confondue avec l’argent de la sollicitation corruptrice du riche. Celui-ci, en effet, a toujours en main une poignée de pièces d’or, qu’il tend vainement en direction du saint. Les deux sommes d’argent paraissent juxtaposées, mais non confondues. Or il s’agit du seul cas repéré, pour les xvie et xviie siècles bretons, où saint Yves, en tant qu’homme de loi, donne de l’argent à un pauvre8. En ce domaine donc, il n’est aucunement l’intermédiaire ou le moteur d’une circulation monétaire compensatrice.

23Plus qu’un modèle à imiter, la représentation de saint Yves n’est-elle pas,a contrario, une contribution supplémentaire, en raison même du caractère exceptionnel de sa démarche, à un mouvement général de dénonciation ? Ceci pose bien sûr la question des modalités de la réception des œuvres. Du moins est-il acquis qu’aux yeux de la plupart des spectateurs, le saint « advocatus et non latro » renvoie à un passé lointain et à un comportement qu’on aurait bien du mal à retrouver chez les hommes de loi du temps. Est-ce à dire pour autant que l’iconographie critique, fortement négative, des tableaux néerlandais correspondrait pour sa part à une mise en scène de la « réalité » des pratiques ? La question mérite qu’on s’y attarde un peu. Or la façon dont sont mises en scène les procédures de corruption et de paiement incite à penser que les artistes et/ou leurs commanditaires ont voulu mettre une forte charge symbolique dans les œuvres, et non tenter de représenter des comportements réalistes. Ainsi en va-t-il tout d’abord sur le panneau de Bosch, où l’on voit difficilement qu’un juge puisse au grand jour, en plein dialogue avec une partie, devant témoins, tendre la main pour recevoir une pièce d’or de la part d’un homme situé derrière lui. Au second plan deL’arrestation de Sisamnès de Gérard David, on s’étonne de voir que le juge prévaricateur touche de l’argent devant son logis qui donne sur une large place, alors même que l’attitude des personnages cherche à souligner une volonté de discrétion.

  • 9 Sur l’ensemble de ce thème, je me permets de renvoyer à mon mémoire d’habilitation : L’or des peint (...)

24Il paraît clair que les concepteurs des deux œuvres, contemporaines, ont aussi le désir d’exprimer, avec les moyens propres à la peinture, l’idée selon laquelle la corruption est publique. D’une façon significative, David situe la scène entre le tribunal au premier plan et la Loge des Bourgeois de Bruges au fond de la place : la menace est donc d’actualité, toute proche et avérée. Pour autant il ne faut rien moins qu’une intervention impériale pour faire cesser le scandale…On retrouve une autre dimension symbolique, chez Metsys, avec l’étalage sur le bureau d’énormes quantités de monnaies. Ici s’expriment aussi bien la puissance de l’argent, le danger de ruine pour les plus modestes que l’ampleur de la corruption, quand le livre de droit est appuyé d’un côté sur une bourse rebondie et de l’autre sur un tas de pièces d’or. Bien évidemment, ces tableaux sont ancrés dans le réel, à travers des objets, des costumes et des lieux. Il n’en reste pas moins qu’en tenant compte des exigences propres à la représentation, c’est toute une construction éthique et satirique à la fois qui est chargée de mettre en évidence la « mauvaise réputation » des gens de loi. Quand on étudie les représentations des divers groupes sociaux, on constate que ceux dont les juristes sont les plus proches, en matière de rapport à l’argent, sont les usuriers et les soldats pillards9.

25Au cours du xviie siècle, progressivement, l’iconographie porteuse d’une attaque directe contre les hommes de loi en action s’efface au profit d’une peinture beaucoup plus allégorique. Ici la remise en cause d’un mauvais rapport à l’argent se fait beaucoup plus distanciée. Ce mouvement d’euphémisation s’inscrit dans un processus général pour ce qui concerne la représentation du rapport à l’argent en image. De manière significative, les tableaux d’artistes célèbres du xviie siècle illustrant le thème de saint Yves homme de loi font souvent l’impasse sur la présence de l’argent et sur la remise en cause du riche, qu’il s’agisse de Rubens ou de Jordaens aux Pays-Bas, de Jacopo da Empoli ou de Pierre de Cortone en Italie. On voit même s’effacer parfois toute allusion à la corruption de la justice : saint Yves accueille les demandes des pauvres, mais le riche avec son argent a disparu, alors qu’il était bien là en Italie au xveet au début duxvie siècle. Il n’en va pas de même en Bretagne, en particulier dans les œuvres qui procèdent de l’art paroissial. Un tel contraste dans l’évolution d’ensemble souligne l’importance qu’il y a à replacer les productions artistiques dans leur contexte. Au delà des variations liées à l’ancrage géographique d’un culte, sans doute les commanditaires bretons se sentent-ils toujours concernés par la confrontation monétaire du riche, des autorités et du pauvre, à la différence des élites laïques ou religieuses italiennes et néerlandaises.

Notes

1 Sur ces représentations, voir dans ce volume les contributions de Bertrand Frélaut, VirginieMontarou et Maud Hamoury.

2 Cité par Muchembled R.,L’invention de l’homme moderne. Cultures et sensibilités en France du xveau xviiiesiècle, Paris, 1988, p. 111. Il est tout à fait possible qu’il s’agisse d’une œuvre flamande ou du moins inspirée de la production flamande.

3 Un autre livre porte l’inscription ff vetus, que je n’ai pas su interpréter.

4 Voir sur ce dossier la mise au point de Robert Genaille dans Gazette des Beaux-Arts, mai 1974, chronique des arts, p. 28-29.

5 Voir sur cet édifice la contribution de Michel Debary.

6 Voir sur cet aspect la contribution de Jean-Luc Bruzulier sur Gabriel Calloët Kerbrat. Il existe d’ailleurs une iconographie de l’avocat choisissant le camp des pauvres, sur le modèle de saint Yves, devant une allégorie de la Justice. On la retrouve par exemple sur une gravure de la Practique judiciaire de Joos de Damhoudere (Anvers, 1564) reproduite dans Kavaler E., Pieter Bruegel. Parables of Order and Entreprise, Cambridge, 1999, p. 73.

7 Les « tableaux de justice » sont acquis en nombre dans les hôtels de ville néerlandais du temps : Mons achète la même année un autre Jugement de Cambyseet en 1499Maastricht expose unJugement dernierqui montre, dans sa partie inférieure gauche, Satan en train de tenter un juge chargé d’une affaire entre un riche et un pauvre. Un siècle plus tard, à l’hôtel de ville de Genève (1604), une fresque montre un tribunal où les mains des juges sont coupées, reprenant un thème grec antique (concernant Thèbes) qui signifie que la justice ne doit pas se laisser acheter.

8 Ce corpus a été étudié par Virginie Montarou (voir sa contribution). Elle donne deux autres exemples, mais qui ne paraissent pas probants : dans un cas (statue à Locquirec, Finistère, église Saint-Jacques), le saint est seul et on ne peut déterminer à coup sûr ce à quoi renvoie la bourse qu’il tient ; dans l’autre (tableau à Ploubezre, Côtes d’Armor, chapelle de Kerfons) le sac de toile tenu par le pauvre ne peut contenir de l’argent : c’est le sac des pièces du procès.

9 Sur l’ensemble de ce thème, je me permets de renvoyer à mon mémoire d’habilitation : L’or des peintres. Essai sur le rapport à l’argent à travers l’image dans les sociétés européennes de la première modernité (XVe-xviie siècles), université Rennes 2, décembre 2003.

Table des illustrations

Légende Quentin Metsys, Les deux usuriers ou Solliciteurs chez une autorité, 60 X 90 cm, sans doute 1515-1520 (Rome, galerie Doria-Pamphili)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22414/img-1.png
Fichier image/png, 243k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540