Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Yves et les Bretons

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Georges Provost

Troisième partie. Un idéal en images

Saint Yves entre le riche et le pauvre

Virginie Montarou

Texte intégral

  • 1 Montarou V., Saint Yves entre le riche et le pauvre. L’évolution de sa représentation iconographiqu (...)

1Les représentations iconographiques de saint Yves sont très nombreuses en Bretagne. Cependant, le saint se retrouve parfois entouré d’un riche et d’un pauvre appelés aussi les « plaideurs ». Cet ensemble de trois personnages constitue le « groupe de saint Yves ». Ces œuvres sont peu nombreuses sur l’ensemble des images du patron des avocats, plus souvent représenté seul. Certains groupes ont disparu, d’autres ne sont pas officiellement répertoriés mais il m’a été possible, en 1998, d’en dénombrer plus de 120 sur divers types de supports1– sculpture, peinture, vitrail – la majorité étant des groupes sculptés.

Saint Yves parmi les plaideurs. Bas-relief provenant de la « Maison des Trois Piliers » à Beauvais, bois polychrome, XVIe siècle (Musée de l’Oise)

Tableau 1 : Récapitulatif des groupes de notre inventaire

Tableau 1 : Récapitulatif des groupes de notre inventaire

Tableau 2 : Répartition des groupes par type de support (groupes disparus exclus)

Tableau 2 : Répartition des groupes par type de support (groupes disparus exclus)
  • 2 Voir le catalogue d’exposition, D’Yves Hélory à saint Yves, Château de La Roche-Jagu, Conseil Génér (...)

2Sans doute cet inventaire n’est-il pas exhaustif : d’autres œuvres ont pu depuis s’y ajouter, telle une huile sur toile du début du xviiie siècle conservée dans l’église de Glénac dans le Morbihan (I, 13) ou encore un bas-relief en bois polychrome datant du xve siècle exposé au musée départemental de l’Oise2…De même, certains groupes signalés comme disparus peuvent être retrouvés, après avoir été laissés à l’abandon dans une remise comme celui, pourtant magnifique, de la cathédrale de Quimper. Deux principaux centres d’intérêt se dégagent clairement de ce travail d’inventaire. Il s’agit tout d’abord de faire le point sur une iconographie qui jusque-là restait mal connue ; il est possible aussi de voir dans les groupes de saint Yves de précieux témoignages de l’histoire socio-culturelle, en tout cas pour l’époque moderne qui voit fleurir la majorité de ces œuvres originales. Enfin, cet inventaire permet également de proposer quelques pistes de réflexion pour le xixe siècle.

Genèse et développement du groupe statuaire

3L’inventaire des groupes de saint Yves était la condition nécessaire pour que puisse être précisées l’origine éventuelle du thème, la répartition géographique et chronologique des œuvres ou encore leur niveau de qualité.

  • 3 Il pourrait s’agir d’une évocation du miracle des poutres coupées trop courtes par des ouvriers mal (...)

4Le groupe de saint Yves semble apparaître à la fin du xve siècle ou au début du xvie siècle dans l’art religieux breton. Ainsi, les vitraux de Moncontour sont datés de 1537 d’après une inscription dans un cartouche. Malheureusement, peu de groupes sont datés avec certitude : on peut s’appuyer alors sur l’étude du costume qui peut donner quelques indices, ainsi que sur les datations stylistiques proposées par les spécialistes de la DRAC. L’examen des œuvres les plus anciennes laisse supposer que la création du groupe a été progressive. Il est intéressant de remarquer que des enluminures de la fin du Moyen Âge et du xvie siècle représentent saint Yves accompagné d’un malheureux, mais sans le riche : ainsi des gravures extraites desChroniquesd’Alain Bouchart datant de 1514 ou encore de l’incunable de la bibliothèque de Solesmes repris par l’affiche de notre colloque (p. 3). Il faut aussi noter l’existence d’un calvaire particulièrement intéressant, celui de l’enclos de l’église Saint-Agapit de Plouégat-Guerrand (Finistère), qui comporte un haut-relief de saint Yves et d’un pauvre. Ce calvaire qui daterait de la fin du Moyen Âge serait peut-être une transition en Bretagne entre les enluminures et le groupe statuaire complet. Celui-ci ne rappelle pas une anecdote bien particulière de la vie du saint homme sauf, peut-être, dans le cas de l’étrange groupe de Landudal (Finistère) où le patron des avocats tient un clou3. De manière générale, le groupe permet surtout d’accentuer certaines qualités du saint en offrant un éventail plus large d’interprétations qu’une statue seule. Ce type d’œuvre reprend en effet trois grandes composantes qui ressortent du procès de canonisation d’Yves Hélori : son zèle à enseigner la parole de Dieu, son amour pour les plus démunis et sa foi en la justice vraie.

  • 4 Voir dans cet ouvrage la contribution de B. Frélaut.

5Le groupe n’est sans doute pas apparu en Bretagne. Les œuvres les plus anciennes semblent être originaires d’Italie. Le thème de saint Yves entre le riche et le pauvre est en effet présent sur des tableaux italiens comme celui qui figurait au centre du retable de Saint-Yves conservé désormais au musée de la cathédrale de Florence (seconde moitié du xve siècle) ou encore la fresque du Sodoma à l’entrée du palais communal de San Gimignano (1507)4. Cette présence à l’étranger peut paraître surprenante : une influence franciscaine peut être suggérée. En effet, dans la seconde moitié du xve siècle, saint Yves se trouva lié aux Franciscains car il incarnait une image du saint prêtre ami des pauvres et zélateur de la justice. De plus, les Franciscains semblent être à l’origine de l’exportation du culte de saint Yves, entre autres au Mexique par le biais de l’évangélisation. Ainsi, le culte de saint Yves et les représentations iconographiques du groupe s’étendent non seulement en France – comme à Bourg-en-Bresse (début du xvie siècle, page suivante) – mais aussi en Europe et peut-être au-delà.

6S’ils ne s’y développent donc pas exclusivement, c’est tout de même en Bretagne que les groupes se sont épanouis, avec une répartition toutefois très inégale sur l’ensemble du territoire breton (carte ci-contre). La Haute-Bretagne et le Vannetais demeurent très largement à l’écart de ce mouvement. En revanche, il y a plus de groupes en Léon et en Cornouaille que dans le Trégor, pourtant diocèse de saint Yves et point de départ de son culte. Quelques explications peuvent être avancées à cette étonnante répartition. Il pourrait s’agir d’une question financière puisque les paroisses enrichies grâce au commerce de la toile de lin possèdent presque toutes un groupe. Autre hypothèse, saint Yves, enfant du pays, n’aurait pas besoin de tant d’artifices pour rappeler ses qualités aux fidèles de son diocèse.

7L’âge d’or des groupes bretons se situerait essentiellement auxxvie et xviie siècles – ce dernier s’étendant jusqu’à la fin du règne de Louis XIV – avant que le xviiie siècle ne voie le thème s’éteindre peu à peu.

Tableau 3 : Répartition chronologique des Saint-Yves seuls et des groupes dans le Finistère

Tableau 3 : Répartition chronologique des Saint-Yves seuls et des groupes dans le Finistère

Tableau 4 : Répartition chronologique des groupes de saint Yves

Tableau 4 : Répartition chronologique des groupes de saint Yves

Plouézoc'h (29), chapelle Saint-Antoine, Groupe aujourd'hui disparu

8Là encore, quelques explications peuvent être avancées. La raréfaction des groupes pourrait d’abord s’expliquer par le long déclin de l’économie bretonne qui a entraîné une baisse des commandes artistiques. Ensuite, le discours moral de l’Église, mieux intégré, n’aurait plus besoin d’un tel support. Enfin, le spirituel étant désormais placé très haut au-dessus du commun des mortels, les plaideurs ont fini par paraître incongrus et ont peu à peu été exclus de la scène. Cet effacement des plaideurs semble le résultat de deux phénomènes parallèles. D’un côté, saint Yves est plus souvent représenté en extase, en hauteur ou plus grand que les plaideurs. Cela apparaît nettement pour le groupe, aujourd’hui disparu, de Plouézoc’h (Finistère) dont le souvenir est conservé par une photo du fonds Gleyo aux archives diocésaines de Saint-Brieuc (ci-dessus) – fonds qui fut une source particulièrement précieuse pour le présent travail. Dans d’autres œuvres, le riche et le pauvre semblent au contraire se diluer dans une masse de plaideurs de plus en plus nombreux comme sur le tableau du retable Saint-Yves de l’église paroissiale de Louannec (I, 10). Dans un cas comme dans l’autre, l’unité du groupe tend à disparaître. Elle connaîtra un renouveau par la suite, à la fin duxixe siècle, mais dans un tout autre contexte.

9La qualité des groupes est particulièrement inégale. Certains groupes sont attachants par leur naïveté comme celui de la chapelle Notre-Dame de Trévarn à Saint-Urbain (I, 24) : le pauvre est ridicule, avec ses oreilles proéminentes, ses jambes trop larges et trop longues, sa tunique largement fendue de façon artificielle au niveau des cuisses. D’autres œuvres, à l’inverse, sont de très grande qualité, tel le très beau tableau de Claude Vignon aujourd’hui conservé à l’évêché de Saint-Brieuc (I, 8). Si toutes ces œuvres restent très originales, il n’est pas rare d’y repérer une inspiration commune : il peut soit s’agir d’œuvres issues d’un atelier commun, soit d’interprétations d’une même gravure, ou d’une commande d’un paroissien ébloui par un groupe aperçu dans une paroisse voisine, ou encore de détails dans la tenue ou le décor en lien avec la mode en cours… Les vitraux de Moncontour (ci-dessous) et ceux des Iffs présentent ainsi de nombreux

10points communs, sans que l’on puisse parler de copies : tunique rouge et surplis blanc orné d’hermines pour saint Yves, tenue et posture assez proches pour le riche. Le pauvre barbu, dans une tenue de mendiant, est à genoux et s’appuie sur un bâton à Saint-Thois mais aussi sur la chaire à prêcher de la chapelle Saint-Pabu de Saint-Guen (Côtes d’Armor), sur le calvaire de Kérivarch en Plonévez-du Faou (Finistère) et dans la chapelle de La Trinité à Langoëlan (Morbihan). Certains objets symboliques semblent presque incontournables dans cette scène de justice : la bourse du riche, le rouleau de la loi ou le placet reprenant les doléances du pauvre et le siège de l’official. Claude Vignon n’a d’ailleurs pas manqué de les reprendre dans son tableau.

11L’inventaire des œuvres permet donc d’apporter un éclairage nouveau sur le groupe et d’effacer certaines idées préconçues ou trop systématiques : ainsi du caractère exclusivement breton de ces représentations ou de la qualité médiocre d’œuvres issues de l’art populaire…Une étude plus approfondie permet également d’analyser la représentation iconographique de saint Yves entre le riche et le pauvre comme un reflet de la société bretonne aux xvie et xviie siècles.

Le groupe, révélateur du message de l’Église tridentine

12Malgré la reprise d’un certain nombre de stéréotypes, les images du groupe étaient loin d’être anodines aux yeux des fidèles et du clergé. Deux thèmes principaux peuvent être repris : d’un côté celui de l’influence du concile de Trente, de l’autre celui des différences sociales.

13Les xvie etxviie siècles sont marqués par le concile de Trente. Le groupe porte la trace de cette grande mutation, au service de laquelle l’iconographie est mobilisée. Les personnages du groupe, surtout saint Yves, sont en adéquation avec le message de la Réforme catholique : ce dernier entend de plus en plus montrer l’image du bon prêtre. Les vertus représentées ici sont directement inspirées de la vie du saint homme, connue grâce aux témoignages du procès de canonisation. Cependant, l’accent est mis sur tel ou tel point selon les besoins. Le tableau de Claude Vignon reprend ainsi de nombreux aspects de la vision du bon prêtre selon le concile de Trente. Il faut noter dans un premier temps la décence de sa tenue, dont se dégagent une grande humilité et une certaine austérité. Malgré un réel décalage chronologique, le vêtement de saint Yves évolue en adéquation avec la discipline ecclésiastique, qui instaure une coupure de plus en plus nette entre le prêtre et les paroissiens. Cela passe, dans le groupe de saint Yves, par la tenue du prêtre, qui revêt de plus en plus souvent la soutane, mais aussi la distance physique qui peu à peu s’instaure entre les personnages. La mise en exergue du saint prêtre, les yeux levés vers le ciel, tend à faire de l’homme d’Église un médiateur entre le ciel et la terre, conformément à l’image répandue avec une insistance nouvelle par la Réforme catholique.

14Une autre grande qualité demandée aux prêtres est d’afficher un caractère calme et pacifique. Le visage d’Yves Hélori apparaît ici serein et accueillant, n’exprimant aucune passion mais seulement une certaine béatitude. Enfin, le bon prêtre doit posséder certaines vertus. Les deux premières grandes qualités, particulièrement mises en valeur dans l’iconographie du groupe, sont l’équité et l’incorruptibilité de l’homme de Dieu. Il faut rappeler que le clergé avait des compétences judiciaires et qu’Yves Hélori avait exercé la charge d’official ou juge ecclésiastique. Dans tous les groupes, des plus anciens aux plus récents, saint Yves refuse l’argent du riche ou repousse ses propositions indécentes d’un geste de la main. Le message ainsi illustré est le suivant : la justice divine, matérialisée parfois par la présence de la colombe, symbole du Saint-Esprit, n’est pas accessible à la corruption, par opposition à la justice humaine. Écartant le riche, saint Yves est souvent représenté penché ou simplement tourné vers le pauvre pour mieux l’écouter, pour prendre les éléments de son sac à procès voire pour le protéger des attaques du puissant plaideur. Sur le vitrail des Iffs, le saint tend la main pour prendre le placet du pauvre et sur celui de Moncontour, il lit les plaintes du malheureux. Les hommes sont donc égaux devant la justice divine, même si saint Yves semble s’intéresser prioritairement au pauvre. En fait, le saint homme rééquilibre l’inégalité entre les deux plaideurs et met en confiance le pauvre plus qu’il ne le favorise.

15Toujours dans ce souci de ne pas léser les plus démunis, saint Yves s’était rendu célèbre, d’après l’enquête de canonisation, par des procès rapides qui évitaient des frais supplémentaires aux plaideurs. Ces premières qualités font de saint Yves l’« avocat des pauvres » c’est-à-dire le défenseur des plus démunis. Cet aspect est renforcé par une autre des qualités attendues d’un bon homme d’Église : la charité, particulièrement mise en évidence par les groupes tardifs. Ainsi, le groupe de l’église Saint-Pierre de Gouézec (I, 22) représente saint Yves remettant de l’argent au pauvre plaideur, de belles pièces se devinant à travers l’étoffe de la bourse ; il en va de même pour plusieurs groupes peints des xviie et xviiie siècles. Enfin, la dernière vertu du prêtre, selon les canons du concile de Trente, est le zèle du pasteur à enseigner la parole de Dieu. Là encore, saint Yves est un support tout trouvé. D’après les témoignages, il ne quittait jamais son bréviaire, représenté d’ailleurs suspendu à son bras gauche dans une gaine pour le groupe de l’église paroissiale de Minihy-Tréguier. Sur le modèle d’Yves Hélori, le bon prêtre doit consacrer beaucoup de temps à la prière et à la lecture d’ouvrages pieux. Saint Yves est en tout cas un homme du livre. À Minihy, il apparaît fort probable que l’artiste ait choisi d’évoquer plutôt le bréviaire de saint Yves car c’est dans cette église que l’original serait conservé. Dans d’autres représentations, il tient soit la Bible, soit un manuel juridique comme au vitrail de Plonévez-du-Faou car Yves Hélori avait suivi des études de droit. À Irvillac (I, 25), ses talents d’orateur sont matérialisés par son index droit pointé vers le ciel en signe d’enseignement, cependant que l’autre main est portée à la poitrine.

16Après le concile de Trente, l’exaltation du sacerdoce à travers saint Yves apparaît donc assez nettement. Tout au long de l’époque moderne, l’image de saint Yves au sein du groupe tend ainsi à évoluer du juge vers le bon prêtre modèle, charitable, protecteur du faible et de l’orphelin. Cependant, tous ces aspects sont tellement imbriqués qu’il est parfois difficile de les distinguer avec certitude. Ce qui apparaît pourtant comme plus évident, ce sont les différences sociales entre les deux plaideurs.

Une mise en scène des différences sociales

17Le riche et le pauvre sont mis en opposition de manière quasi caricaturale dans les groupes, que ce soit à travers leur tenue, leur attitude ou leur place respectives. En ce qui concerne le costume, l’étude du riche montre que la Bretagne suit, malgré un réel décalage, la mode vestimentaire de la Cour de France. À ce décalage près, sa tenue permet de dater approximativement les groupes. L’influence de la civilisation des mœurs y apparaît très nettement, par exemple sur la statue conservée au presbytère de Saint-Louis de Brest (ci-contre) où le riche porte une tenue assez caractéristique du début du règne de Louis XIV. Celui-ci se distingue par sa propreté (pourpoint et rabat blancs, manches blanches dépassant du pourpoint), son raffinement (tenue brodée de fils d’or, dentelles, canne dorée au pommeau très travaillé, riche manteau, belle aumônière, petite moustache en croc) et sa galanterie (posture bien droite, la jambe droite légèrement avancée et sa main gauche délicatement posée sur sa canne), indices typiques d’un gentilhomme de l’époque marqué par les manuels de civilité qui fleurissaient alors. Pour certains groupes, tout cela est poussé à outrance et le riche en devient même ridicule comme à Saint-Urbain (I, 24). Il est ici coiffé d’une toque ceinturée d’une ganse comme un turban et ornée en son centre d’un gros bijou, et il porte autour du cou une grosse bourse qui pend de façon indécente sur sa poitrine…Noble ou roturier, beaucoup se sont interrogés. Il est difficile de trancher la question, même si l’observation des réalités sociales bretonnes du temps suggère que la richesse s’identifiait peut-être plus encore qu’ailleurs à la noblesse.

  • 5 Voir le catalogue d’exposition cité ci-dessus.

18À l'inverse du riche, le pauvre porte des vêtements purement utilitaires. Le pauvre de l’église Saint-Germain de Pleyben semble survivre en proposant sa seule force de travail. Il ne possède jamais un outil de travail particulier, seul pend à son côté un simple couteau. Dans les groupes de l’époque moderne, le pauvre n’est pas un estropié contrairement à certaines représentations de saint Yves accompagné seulement d’un pauvre, tel l’ensemble de pierre du xvie siècle de l’église d’Illiers-l’Evêque dans l’Eure5ou certains groupes du xixe siècle. Parfois, l’impression que le pauvre a un pied bot n’est due qu’à la maladresse de l’artiste. La faiblesse du plaideur est plutôt liée à ses difficultés économiques, même en plein « âge d’or » de la Bretagne. Selon la conjoncture, le pauvre paysan peut rapidement se retrouver en situation d’errance, telle que le représente le groupe de Saint-Thois (xvie siècle). Celui-ci, agenouillé pour implorer le secours de saint Yves, s’appuie sur un gros bâton de sa main gauche. Il est vêtu d’une misérable cotte à manches courtes crantées, déchirée au niveau des cuisses. Ses pieds nus, sa barbe ébouriffée et ses cernes sous les yeux évoquent une vie d’errance. La limite est souvent floue avec la mendicité, mais le pauvre est alors un « quêteur de pain » et non un vagabond. Car dans les groupes, le pauvre n’apparaît jamais comme un danger social. Au contraire, son respect de l’autorité ecclésiastique est marqué par sa tête nue devant saint Yves, le bonnet à la main, par opposition au riche qui reste tête couverte. La sincérité de sa piété est symbolisée par la présence d’un chapelet à la taille, comme à Irvillac (I, 25). Cette opposition très claire entre le riche d’un côté et le pauvre de l’autre ne doit donc pas être perçue comme une remise en cause de l’ordre établi mais plutôt comme le regard que posaient les personnes de ce temps sur le monde qui les entourait et ses différences sociales.

Saint-Thois (29), église paroissiale

19L’opposition entre le pauvre et le riche, le « bon » et le « mauvais » ne transparaît pas seulement au travers du costume mais aussi grâce à l’utilisation par l’artiste de différents signes conventionnels. En ce qui concerne la place des plaideurs au sein du groupe, le pauvre est bien souvent placé à la droite de saint Yves – le bon côté, celui des justes – et le riche à sa gauche. L’homme d’Église représente d’ailleurs le seul lien entre les deux plaideurs, quasiment toujours diamétralement opposés physiquement mais aussi socialement et moralement. Les traits du riche importent souvent peu : son costume et sa bourse paraissant suffisants pour l’opposer au pauvre. Son visage est souvent rond pour matérialiser sa bonne vie, rasé de près ou la barbe bien taillée à la mode du temps. Son visage est souvent inexpressif, voire parfois hautain ou méprisant. Le visage du pauvre, lui, est le plus expressif : il symbolise la vie dure comme à Saint-Thois (page précédente) même si ses traits semblent moins accusés dans la deuxième partie duxviie siècle. Il est aussi marqué par l’âge (rides, calvitie…), ce qui renforce son aspect chétif face au riche. Ses traits bien souvent sont outranciers pour renforcer l’aspect grotesque du gueux. La civilité ne s’exprime pas seulement à travers le costume mais aussi par la bonne posture du corps. La rectitude corporelle du riche ou sa préciosité comme à Irvillac (I, 25) contraste avec la posture du pauvre, souvent voûté ou s’élançant vers l’official dans un mouvement plein d’espoir ou d’abandon. L’arrogance du riche contraste avec la gêne qu’éprouve le pauvre par timidité, honte ou modestie. L’ordre social d’Ancien Régime est clairement défini à travers la taille des personnages : saint Yves, représentant du clergé, est toujours le plus grand tandis que le plus petit, lorsqu’il y en a un, est alors le pauvre. Le pauvre qui semble porter tous les malheurs du monde, à l’image du Christ souffrant, est particulièrement attachant face au riche trop sûr de son pouvoir, arrogant, fier et surtout immoral.

Redécouverte et actualisation plus récentes

20Le groupe de saint Yves connaît un renouveau au xixe siècle, surtout dans le dernier tiers du siècle. Les mutations socio-économiques liées à l’industrialisation, l’essor de la curiosité folkloriste et de la sensibilité régionaliste, l’adéquation entre la piété populaire et les aspirations de l’Église expliqueraient ce regain d’intérêt. Le groupe est essentiellement représenté sur des gravures, des bannières, des tableaux mais aussi des vitraux et quelques plâtres. L’accent y est mis sur les conditions de vie difficiles des classes laborieuses. Dans de nombreux cas, le pauvre est désormais représenté par une famille entière ou par la veuve et l’orphelin comme sur le tableau du centre Saint-Augustin de Tréguier. Dans le dernier quart du xixe siècle se diffusent les œuvres sociales. L’idée de charité est souvent présente tandis que

Lancieux (22), Saint Yves de Charité, bois, XXe siècle

21le pauvre apparaît suppliant, les mains jointes en prière, conscient de sa faiblesse. Les mérites de l’humilité laborieuse sont ainsi vantés. Les costumes des plaideurs rappellent souvent des modèles anciens d’inspiration médiévale. Le Moyen Âge fascine et la continuité est marquée par le thème intemporel de la différence sociale.

22Dans cette production, deux gravures sont particulièrement intéressantes. D’un côté, celle de Georges Robin oppose le riche urbain au pauvre paysan ou plutôt le Parisien moderne et le Breton attaché à des valeurs plus traditionnelles (II, 25). De l’autre, celle de Jean Chièze met en parallèle le patronat et le monde ouvrier mais, cette fois, l’idée de réconciliation, de paix sociale apparaît nettement (II, 26). Il est remarquable de noter que cette dernière gravure est contemporaine du gouvernement de Vichy : l’idéal de concorde sociale y est clair, à travers le rapprochement des deux plaideurs mais aussi le visage bienveillant et les gestes de paix de saint Yves. La thématique bretonne revient aussi très fréquemment dans l’imagerie, avec les nombreuses hermines en arrière-plan. Enfin, à l’époque contemporaine, il est plus facile de distinguer l’homme de loi du prêtre. Ainsi, la lithographie de J. Chièze représente saint Yves en costume d’avocat et le décor dressé est celui d’un tribunal. Deux anges ornent les coins de cette image, l’un tenant le glaive, l’autre la balance. Il est malheureusement difficile d’aller plus loin que l’évocation de ces quelques pistes sans une étude approfondie qui reposerait sur un corpus plus fourni.

23Le groupe de saint Yves entre le riche et le pauvre apparaît ainsi particulièrement révélateur même si ce type de représentation reste très minoritaire face à la multitude des représentations de saint Yves seul. Cependant, cette iconographie est riche d’enseignements et surtout recèle quelques merveilles de l’art populaire breton.

Notes

1 Montarou V., Saint Yves entre le riche et le pauvre. L’évolution de sa représentation iconographique en Bretagne auxxvie et xviiesiècles, mémoire de maîtrise, 2 vol., université Rennes 2, 1998.

2 Voir le catalogue d’exposition, D’Yves Hélory à saint Yves, Château de La Roche-Jagu, Conseil Général des Côtes d’Armor, 2003.

3 Il pourrait s’agir d’une évocation du miracle des poutres coupées trop courtes par des ouvriers maladroits et allongées par le saint. Peut-être est-ce encore une référence à l’histoire de la bougette remplie de clous par des malfrats pour tromper une aubergiste que saint Yves avait défendue. Néanmoins, ce clou pourrait enlever tout aussi bien représenter tout simplement une des préoccupations des gens de l’époque, ou encore le travail de l’artisan.

4 Voir dans cet ouvrage la contribution de B. Frélaut.

5 Voir le catalogue d’exposition cité ci-dessus.

Table des illustrations

Légende Saint Yves parmi les plaideurs. Bas-relief provenant de la « Maison des Trois Piliers » à Beauvais, bois polychrome, XVIe siècle (Musée de l’Oise)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22412/img-1.png
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Tableau 1 : Récapitulatif des groupes de notre inventaire
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22412/img-2.png
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Tableau 2 : Répartition des groupes par type de support (groupes disparus exclus)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22412/img-3.png
Fichier image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22412/img-4.png
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Tableau 3 : Répartition chronologique des Saint-Yves seuls et des groupes dans le Finistère
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22412/img-5.png
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tableau 4 : Répartition chronologique des groupes de saint Yves
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22412/img-6.png
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22412/img-7.png
Fichier image/jpeg, 345k
Légende Plouézoc'h (29), chapelle Saint-Antoine, Groupe aujourd'hui disparu
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22412/img-8.png
Fichier image/jpeg, 211k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22412/img-9.png
Fichier image/jpeg, 159k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22412/img-10.png
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Saint-Thois (29), église paroissiale
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22412/img-11.png
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Lancieux (22), Saint Yves de Charité, bois, XXe siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22412/img-12.png
Fichier image/jpeg, 85k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540