Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Yves et les Bretons

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Georges Provost

Troisième partie. Un idéal en images

Saint Yves dans la peinture aux XVIIe et XVIIIe siècles en Bretagne

Maud Hamoury

Texte intégral

1Au lendemain de la canonisation de saint Yves, son culte s’est diffusé en Bretagne et s’est rapidement répandu dans les provinces du Nord, de l’Est de la France, en Italie et dans plusieurs pays étrangers. Aussi les premières représentations picturales de saint Yves ne sont-elles pas bretonnes.

  • 1 Voir dans cet ouvrage l’article de Bertrand Frélaut.

2Il est difficile d’avoir une connaissance exhaustive des tableaux de saint Yves conservés hors de la Bretagne, mais nous pouvons déjà citer quelques œuvres majeures (voir cahier couleur I, pl. 2 à 7). En Italie1, dès 1507, le peintre Giovanni Antonio Bazzi (Le Sodoma) peignit une fresque dans l’oratoire de la prison de San Gimignano en Toscane. Jacopo Chimenti da Empoli, peintre florentin, peignit deux tableaux de saint Yves, l’un représentant la Vierge à l’enfant entouré de saint Luc et de saint Yves conservé aujourd’hui au Musée du Louvre (v. 1630) et l’autre conservé à Florence à la Galerie Pitti (1616). Saint Yves fut honoré à Rome dans deux églises :

3Saint-Yves de la Sapienza, pour laquelle Pierre de Cortone peignit un tableau du saint et Saint-Yves-des-Bretons dont le maître autel était orné d’un tableau de saint Yves peint par Giacomo Triga.

4En Belgique, le culte de saint Yves, quoique présent antérieurement, ne s’est vraiment épanoui qu’au xviie siècle grâce aux confréries de juristes.

5Parmi les œuvres majeures, nous pouvons citer le tableau de Rubens représentant saint Yves accueillant la pétition d’une veuve, qui ornait la chapelle du collège des Jésuites de Louvain. Ce tableau a fait partie des collections du marquis de Gouvello de 1932 à 1960 et était conservé au château de Kerlévénan à Sarzeau. Il est actuellement conservé au Detroit Institute of art.

6Le peintre flamand Jordaens peignit en 1645 un saint Yves accueillant les pauvres plaideurs, tableau conservé aujourd’hui au Musée des Beaux-Arts de Bruxelles.

  • 2 Montarou(V.),Saint Yves entre le riche et le pauvre : évolution de sa représentation iconographique (...)

7En Bretagne, la dévotion à saint Yves s’est manifestée dès le xve siècle et tout au long des xvie et xviie siècles à travers une production sculptée2. La commande de tableaux ne s’est, elle, manifestée qu’avec le discours et les recommandations du concile de Trente qui prônait l’efficacité pédagogique et dévotionnelle des images. La production picturale conservée n’est donc pas antérieure au xviie siècle. Quantitativement, elle est nettement inférieure à celle de la statuaire puisqu’elle se limite au nombre de huit peintures sur toile et une peinture murale, et se localise principalement dans le Trégor et dans le diocèse de Vannes.

8D’une manière générale, la représentation picturale d’un saint breton dans la peinture religieuse bretonne est rare. Les choix iconographiques se sont davantage orientés vers les saints apôtres ou les saints évangélistes.

9Toutefois, quelques exemples de saints bretons honorés par un tableau ou représentés sur un lambris peuvent être cités : sainte Edwette (chapelle Sainte-Edwette d’Esquibien), sainte Tréphine (chapelle Sainte-Tréphine à Pontivy), saint Trémeur (église de Kergloff ), sainte Noyale (chapelle Sainte-Noyale à Noyal-Pontivy), saint Pol-Aurélien (cathédrale de Saint-Pol-de-Léon), saint Riom (chapelle Saint-Riom de Plouézec), saint Cornély (voûte peinte de l’église Saint-Cornély de Carnac), saint Molvan (chapelle Saint-Molvan de Cléguerec), saint They (Chapelle Saint-They de Cléden-cap-Sizun), saint Cado (église du Bodéo), saint Armel (église de Saint-Armel), saint Malo (église de Chasné-sur-Illet), saint Corentin (église de Landévennec). Saint Yves, avec huit tableaux conservés et une peinture murale, est sans conteste le saint breton le plus représenté.

Les acteurs de la commande

10En confrontant les données archivistiques et la production conservée, il est possible de dresser un panorama de la commande liée aux représentations du saint. Bien qu’il n’existe que très peu de documents d’archives témoignant de la commande de tableaux de saint Yves, il est toutefois possible de connaître ses acteurs grâce aux lieux de conservation ou à la présence d’armoiries.

11Le culte de saint Yves était présent dans certaines congrégations religieuses.

  • 3 Archives de la communauté des Carmélites de Morlaix.

12Dès 1635, la Mère Anne de l’Incarnation, des Carmélites de Guingamp, commanda deux tableaux pour la chapelle Saint-Yves du couvent : l’un du prophète Élie et le second de saint Yves (I, 8). Les archives du couvent des Carmélites de Morlaix révèlent quelques précisions sur la commande : « les grands tableaux de leglise qui ne coutèrent presque qua apporter, le peintre quon dist este vignon maistre du fameux mons[ieu]r le Brun par sa devotion les ayant donnez p[ou]r rien, dont Dieu en recompense lui donna vogue p[ou]r plusieurs eglises de bretagne pour lesquelles ensuite il a beaucoup travaillé a son honneur et profit3 ».

13La présence d’un tableau de saint Yves est également attestée au couvent des Capucins de Rennes, grâce à l’inventaire révolutionnaire dressé en 1793.

14À droite du maître-autel était conservé un tableau de « Saint Yves official de Rennes rendant la justice tenant un sac de procédure et de l’autre des papiers.

  • 4 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Q 664.
  • 5 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 1 Q 121.

15Une foule de peuple l’entoure et luy presentent leurs papiers. On voit un ange sur le dernier plan qui écrit, ce tableau ne manquoit pas de mérite dans son tems. À peine maintenant peut-on distinguer les objets, il est peint sur toile. 6 pieds de haut sur 5 de large cadre de bois noir4 ». Le couvent des Cordeliers de Dinan conservait également au-dessus de la voûte d’un tombeau, « un mauvais tableau peint sur toile, de sept pieds de haut sur cinq de large, sujet st Yves sur lequel est écrit : st Yves patron de la Bretagne du tiers ordre de saint françois, dont la bordure fort lourde en bois5 ».

16La présence des armoiries de Monseigneur François d’Argouges, évêque de Vannes de 1688 à 1716, permet de lui attribuer l’initiative de la commande d’un tableau aujourd’hui conservé au musée de la Cohue de Vannes. Ce tableau offert par l’évêque en 1708 était destiné à orner le maître-autel de la chapelle Saint-Yves de l’hôpital de la Garenne de Vannes (I, 9).

17Les églises paroissiales, chapelles et confréries se sont aussi dotées d’autels sous le patronage de saint Yves, avec une concentration plus importante des commandes de tableaux dans la région du Trégor. En 1674, la paroisse de Louannec, paroisse dans laquelle officia saint Yves, commanda à Jean-Baptiste Pigeon un tableau de saint Yves entouré d’un groupe de riches et de pauvres (I, 10).

  • 6 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 20 G non coté 56.
  • 7 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 20 G non coté 46.

18La paroisse de Ploubezre semble avoir voué une dévotion particulière à saint Yves. Outre la présence du tableau de Pigeon conservé dans la chapelle de Kerfons (I, 11), les comptes des années 1675-1676 de la confrérie du Luminaire de la paroisse de Ploubezre révèlent la dépense de « 85 livres payées à Jean Briand me menuisier pour avoir fait un retable et de mettre un tableau de saint Yves et marche pied ». Le tableau fut vendu à la confrérie pour 15 livres par Yves Le Gouliez, maître doreur, suivant une quittance en date du 18 juin 16766. Le 27 février 1746, les registres de délibérations de la même paroisse mentionnent qu’il est nécessaire de faire dorer le retable de l’autel du Rosaire et de Saint-Yves. Un devis est effectué par Joseph Baic, peintre de Lannion pour faire les dorures et peintures et « faire un tableau nouveau à la chapelle Saint Yves7 ».

  • 8 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 20 G 734.

19L’église de Brélévenez fit appel en 1739 à Louis Guérin, un peintre local, car « il est à propos de faire led. retable pour la decora[ti on de l’église et pour y parvenir nous a été représenté un dessein qui sera executté dans la forme et teneur ; neanmoins aura led. retable six pieds de laize et huit pieds et demy de hauteur avec un tableau de bonne toile et de bonne et belle couleur dans lequel on representera St Yves, le pauvre et le riche et le saint esprit au dessus dud st Yves8 ». (I, 12)

  • 9 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 20 G 819.
  • 10 Ce tableau est actuellement conservé au barreau de Paris.

20En 1699, la fabrique de l’église de Quemperven rétribua François Robin peintre de Tréguier « pour avoir fait une image de mr Saint Yves en plat peinture du costé du porchet9 ».Ce terme « plat peinture » désigne une peinture murale. Cette œuvre n’existe plus, mais il subsiste un exemple de peinture murale datant de la première moitié du xviie siècle à la chapelle Saint-Nicolas de Trédion (Morbihan). Sur un premier panneau, saint Yves se tient debout au côté du riche et sur un deuxième panneau apparaît le pauvre (I, 14 et 15). L’église de Glénac (Morbihan) conserve également un tableau du saint (I, 13). Le presbytère deMalestroit10conservait autrefois un tableau de Philippe, peint en 1763 (I, 16). Malheureusement, nous ne connaissons pas l’origine de la commande de ces deux derniers tableaux.

  • 11 Arch. dép. Finistère, 318 G 3.

21Une seule commande de tableau de saint Yves a été repérée dans le diocèse de Quimper et concerne la paroisse de Saint-Evarzec qui en 1671 paya 30 livres au peintre Pratanbarz pour « un tableau de Monsieur Saint Yves11 ».Dans le diocèse de Nantes, il n’existe qu’un seul témoignage de la représentation du saint. Il s’agit d’un tableau du xviie siècle de la Cène entourée par saint Yves et saint Dominiqueconservé dans l’église collégiale Saint-Aubin de Guérande (I, 17).

  • 12 Arch. dép. Côtes-d’Armor, G 378.

22Outre la représentation picturale de saint Yves, le chapitre de Tréguier s’adressa dans les années 1654 et 1656 à Jacques Alix, peintre de Tréguier pour réaliser la « peinture du testament de saint Yves », travail pour lequel le peintre fut payé 60 livres. Les comptes précisent que « huit livres deux sols sont employés à l’achat de neuf âmes de toille et 6 livres 5 sols payé aux menuisiers, deux marechaux et deux picoteurs pour le mettre en place dans la chapelle Saint Yves12 ». Un tableau du testament de saint Yves datant du xixe siècle est aujourd’hui conservé à l’église de Minihy-Tréguier.

23Cette confrontation permet d’observer que la production conservée (huit tableaux et une peinture murale) n’est pas le reliquat d’une production beaucoup plus importante. Comment peut-on expliquer les raisons d’une telle différence quantitative entre la peinture et la statuaire ? Il est possible que le pouvoir pédagogique et dévotionnel des images sculptées ait eu une plus grande efficacité sur les fidèles bretons. Mais nous verrons également que la réalisation d’un tableau de saint Yves nécessitait de la part des peintres un pouvoir de création que tous ne possédaient pas.

Le choix des artistes et leur qualité

  • 13 Trois représentations de saint Yves restent anonymes : la peinture murale de Trédion, le tableau de (...)
  • 14 Dussieux M.-L., Soulié E., Chennevières Ph. de, Mantz P. et Montaiglon A. de,Mémoires inédites sur (...)

24Qui étaient ces peintres dont l’identité et l’origine nous sont aujourd’hui mieux connues grâce à la découverte de documents d’archives et à la présence de signatures au bas des tableaux13 ? Du choix des peintres dépend évidemment la qualité de la production. Ainsi, la production conservée témoigne de différents niveaux de savoir-faire. Le tableau de Claude Vignon, artiste de l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture, appartient à un premier niveau de savoir-faire que l’on peut qualifier de savant. Ce tableau daté de 1635 s’inscrit dans la carrière parisienne de l’artiste, époque à laquelle Vignon reçut des commandes émanant d’établissements religieux de l’Ouest de la France14.

25Les peintres Jean-Baptiste Pigeon, Philippe et le peintre anonyme du musée de la Cohue sont représentatifs d’un second niveau de savoir-faire.

26Ils appartiennent à une catégorie d’artistes locaux capables de créations originales à partir de la combinaison de plusieurs gravures. Appréciés de leurs contemporains, ils ont été choisis pour leur capacité de création et leurs réelles qualités artistiques. Jean-Baptiste Pigeon, auteur du tableau de Louannec et à qui nous pouvons également attribuer le tableau de la chapelle de Kerfons à Ploubezre, est un artiste actif à Morlaix dans la seconde moitié du xviie siècle. Ses qualités artistiques sont manifestes et il montre également de réelles qualités de portraitiste. C’est d’ailleurs à lui que s’adressa Monseigneur Neboux de la Brousse, évêque de Léon, pour se faire portraiturer.

27La signature Pigeon suivie de « in. pin » – abréviation de « invenit » et « pinxit » – témoigne de la part créatrice de l’artiste. Quant au tableau de saint Yves autrefois conservé au presbytère de Malestroit et aujourd’hui propriété de l’Ordre des avocats de Paris, il est l’œuvre d’un peintre du nom de Philippe et date de 1763. Une quarantaine d’œuvres de cet artiste sont aujourd’hui repérées dans toute la Bretagne. Peintre de tableaux religieux mais aussi portraitiste, Philippe est qualifié dans les Affiches de Rennes, en date du 12 janvier 1785, comme étant « connu dans notre province par son talent pour bien saisir la ressemblance ». L’artiste anonyme du tableau de saint Yves, commandé par Mgr d’Argouges en 1708, était sans doute considéré comme un peintre de qualité, auquel l’évêque donnait toute sa confiance au point de lui accorder la réalisation de son portrait conservé au Musée de la Cohue de Vannes.

28Louis Guérin, peintre et sculpteur originaire de Brélévenez, appartient à un troisième niveau de savoir-faire. Capable d’interpréter différentes gravures, Louis Guérin fait, toutefois, preuve d’une grande maladresse. Le tableau de Brélévenez peint en 1739 pour le retable Saint-Yves est d’une facture très faible et s’apparente à certains groupes sculptés par son hiératisme.

29Le tableau conservé dans l’église de Glénac appartient également à ce niveau de savoir-faire. La restauration du tableau n’a révélé aucune signature ; toutefois, il est possible d’attribuer cette œuvre à Joseph Fraval, peintre de Questembert actif dans la première moitié du xviiie siècle. Le tableau de saint Yves est en effet très proche d’un tableau de l’Adoration des bergers daté de 1716 et conservé dans la chapelle Notre Dame de l’O de Questembert.

30Cette œuvre, d’une qualité artistique très faible, recèle de nombreuses maladresses et en particulier une certaine naïveté dans le traitement anatomique.

Le traitement iconographique

Le processus de création

  • 15 BNF, cabinet des Estampes et de la Photographie, Éd 50, t. 1.
  • 16 Cette gravure est étroitement liée au tableau d’Alexandre Ubelesqui daté de 1702 et conservé à la c (...)
  • 17 Lecoqû (Abbé T.-M.), « Le culte de saint Yves à Rome »,Association bretonne, t. 9, 1890, p. 126-205

31En raison de la faible production de modèles de gravures sur saint Yves, le processus de création consistait à extraire des détails de modèles gravés afin de les réinterpréter. L’exemple le plus éloquent est le tableau de saint Yves conservé au musée de la Cohue de Vannes (I, 9). L’auteur anonyme a intégré le saint dans un décor d’hôpital. Le personnage de saint Yves ainsi que la veuve et l’orphelin à gauche du saint sont peints d’après le détail d’une gravure d’Étienne Gantrel15représentant la prédication de saint François-Xavier16(ci-contre). Tel un jésuite, saint Yves élève son crucifix pour évangéliser les foules. Le groupe du mendiant et de la femme tenant un enfant représenté de dos sont, quant à eux, extraits d’une gravure de Sébastien Vouillemont d’après C. Pionnier (ci-contre). Cette gravure orne un ouvrage de Pierre Chevet intitulé Vita e miracoli di S. Ivo, sacerdote e confessore, avvocato dé poveri, vedove, & orfani… dal molto R. Petro Chevet…, Roma, appresso Manelfo Manelfi. M. DC. XL17. Ce livre, publié en italien en 1640, retrace la vie de saint Yves. Son auteur, Pierre Chevet, prêtre breton originaire de Rennes, officia de 1630 à 1640 à l’église Saint-Yves-des-Bretons à Rome.

32Nous n’avons pu retrouver d’autres exemples de gravures, mais l’on peut supposer que le même processus de création a été utilisé pour les autres tableaux conservés. Jean-Baptiste Pigeon a utilisé un modèle gravé commun pour le personnage de saint Yves figuré sur les tableaux de Louannec et de Ploubezre. S’agit-il d’une gravure sur le thème de saint Yves ou est-ce une réinterprétation ?

  • 18 BNF, cabinet des estampes et de la photographie, Oa 45.

33Aucun modèle gravé n’a pu être mis en relation avec les œuvres du peintre Philippe. Toutefois, concernant le tableau de saint Yves, il semble que le personnage du riche dérive d’une gravure utilisée également par Louis Guérin pour son tableau de Brélévenez. L’attitude et le costume du riche sont très proches. L’hypothèse de l’utilisation d’un modèle gravé illustrant les gentilshommes de la cour de Louis XIII est fort probable18. Cet exemple

Étienne Gantrel, La prédication de saint François-Xavier (BNF, Cabinet des Estampes)

Sébastien Vouillemont, d’après C. Pionnier, Saint Yves, avocat des pauvres, des veuves et des orphelins, gravure extraite de l’ouvrage de P. Chevet, 1640

34permet de montrer une nouvelle fois la persistance des modèles du xviie siècle tout au long du xviiie siècle. L’étude du costume ne se révèle donc pas toujours un critère fiable pour la datation d’un tableau.

Les choix iconographiques

35Les choix scéniques et le traitement iconographique du saint varient en fonction du commanditaire et du lieu de conservation. L’auteur du tableau destiné à l’hôpital de la Garenne de Vannes a insisté sur les qualités de thaumaturge du saint. Les Cordeliers de Dinan ont rappelé par le détail épigraphique « St Yves patron de la Bretagne du tiers ordre de saint François » qu’Yves

36Hélori est parfois réputé avoir été tertiaire de l’ordre des Franciscains. Les Capucins de Rennes l’ont honoré comme official, rappelant son passage dans la ville. Les Carmélites de Guingamp ont choisi d’honorer saint Yves en extase, tout en restant fidèles à la composition tertiaire habituellement utilisée par les artistes bretons. Enfin, les tableaux d’églises ou de chapelles, voués à être admirés par le plus grand nombre et dont la finalité était de montrer un modèle et un idéal de justice, montrent une iconographie stéréotypée. Le saint, debout, refuse la corruption du riche qui lui tend une pièce de monnaie. De l’autre main, il tend ou reçoit un parchemin de la part du pauvre ou de la veuve et de l’orphelin. Le geste n’est pas toujours précis et il est difficile de déterminer qui, de saint Yves ou des pauvres plaideurs, reçoit le parchemin.

37La peinture permettant plus aisément une multiplication des personnages, la diversité dans la représentation du groupe de saint Yves y est plus grande que dans la statuaire. Cette représentation connaît une évolution tout au long des xviie et xviiie siècles. Saint Yves entre le riche et le pauvre (tableaux de Vignon et de Ploubezre) évolue vers un saint Yves entre un groupe de riches et un groupe de pauvres (tableaux de Louannec et de Glénac). Puis, au groupe des pauvres se substitue ou s’ajoute le groupe de la veuve et de l’orphelin, ou encore de l’infirme suppliant saint Yves. On assiste ainsi à l’évolution d’une représentation de saint Yves équitable, représentant de la justice, vers un saint Yves charitable. De même, saint Yves toujours coiffé d’une barrette abandonne l’habit d’official ou d’avocat pour revêtir celui de prêtre.

38Les représentations de saint Yves du xviiie siècle témoignent d’une volonté de la part des artistes d’intégrer les personnages dans un lieu et un décor définis. À Vannes, saint Yves évolue dans un décor d’hôpital ; à Glénac, le saint est dépeint dans un intérieur d’office où pendent des sacs à procès ; enfin le peintre Philippe intègre le saint et les plaideurs dans un décor de bibliothèque où sont entreposés des dossiers juridiques, des sacs à procès et des ouvrages sur la coutume de Bretagne.

  • 19 BNF, cabinet des estampes et de la photographie, Rd 2 saint Yves.

39Au travers des quelques tableaux cités en introduction, il est intéressant de comparer la perception du saint par des artistes étrangers. En règle générale, les tableaux commandés par des confréries de juristes montrent le saint en tenue d’avocat, tel un modèle de justice. Le tableau de Jordaens montre le saint au centre de la composition, faisant fonction de médiateur entre un groupe de pauvres qui le supplient d’intercéder en leur faveur et un groupe d’usuriers. Rubens a représenté saint Yves en costume d’avocat, accueillant la plainte d’une veuve. Mais peu d’artistes ont fait le choix de relater un épisode de l’existence de saint Yves comme nous le montre la gravure de Cornelis Galle, graveur flamand (page suivante19). Seul Jacques Triga, pour le maître-autel de l’église Saint-Yves-des-Bretons à Rome, montre le saint en extase. Contrairement aux peintres bretons qui ont vu en saint Yves un jeune prêtre imberbe, les artistes étrangers l’ont représenté tel un homme mûr et barbu. Le discours véhiculé par la représentation du saint est identique à celui que l’on connaît en Bretagne ; toutefois, la précision du décor, le nombre de personnages confèrent à ces œuvres un caractère plus narratif.

  • 20 Ce fragment de retable provient de la chapelle de Kernivinen de Perros-Guirec. Le pendant de ce tab (...)

40Les représentations picturales de saint Yves se sont perpétuées au xixe siècle. Quatre tableaux, conservés dans l’ancien diocèse de Tréguier, témoignent de la persistance de son culte en ce siècle. Un fragment de retable datant de l’époque du Directoire et conservé à l’église de Perros-Guirec20reprend la composition tertiaire employée tout au long des xviie et xviiie siècles. L’église de Plourin-lès-Morlaix conserve également un tableau de saint Yves encore assez proche des représentations d’Ancien Régime. Un troisième tableau orne les murs du centre Saint-Augustin de Tréguier. La scène se déroule dans un office ; saint Yves en habit d’avocat est entouré d’un riche et d’une veuve et son enfant. L’église de La Roche-Derrien conserve un tableau de 1840 par Loyer aîné, peintre d’Étables. Saint Yves en habit de prêtre tend un parchemin à une veuve et son enfant. Des pauvres et des infirmes participent à la scène tandis que le personnage du riche est relégué au deuxième plan.

Saint Yves, gravure de Cornelis Galle, début du XVIIe siècle

Notes

1 Voir dans cet ouvrage l’article de Bertrand Frélaut.

2 Montarou(V.),Saint Yves entre le riche et le pauvre : évolution de sa représentation iconographique en Bretagne aux xvie et xviiesiècles, mémoire de maîtrise d’histoire (G. Provost, dir.), université Rennes 2, 1998.

3 Archives de la communauté des Carmélites de Morlaix.

4 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Q 664.

5 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 1 Q 121.

6 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 20 G non coté 56.

7 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 20 G non coté 46.

8 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 20 G 734.

9 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 20 G 819.

10 Ce tableau est actuellement conservé au barreau de Paris.

11 Arch. dép. Finistère, 318 G 3.

12 Arch. dép. Côtes-d’Armor, G 378.

13 Trois représentations de saint Yves restent anonymes : la peinture murale de Trédion, le tableau de Guérande et le tableau conservé au Musée de la Cohue de Vannes.

14 Dussieux M.-L., Soulié E., Chennevières Ph. de, Mantz P. et Montaiglon A. de,Mémoires inédites sur la vie et les ouvrages des membres de l’Académie royale de peinture et de sculpture, publiées d’après les manuscrits conservés à l’école impériale des beaux arts, Paris, J.-B. Dumoulin, 1854, 2 vol., p. 278.

15 BNF, cabinet des Estampes et de la Photographie, Éd 50, t. 1.

16 Cette gravure est étroitement liée au tableau d’Alexandre Ubelesqui daté de 1702 et conservé à la chapelle Saint-Yves de Vannes. Le tableau de la « prédication de saint Jean-Baptiste dans le désert »conservé à la chapelle Sainte-Noyale de Noyal-Pontivy dérive également de cette gravure.

17 Lecoqû (Abbé T.-M.), « Le culte de saint Yves à Rome »,Association bretonne, t. 9, 1890, p. 126-205.

18 BNF, cabinet des estampes et de la photographie, Oa 45.

19 BNF, cabinet des estampes et de la photographie, Rd 2 saint Yves.

20 Ce fragment de retable provient de la chapelle de Kernivinen de Perros-Guirec. Le pendant de ce tableau est conservé au presbytère de Perros-Guirec. Il est signé des initiales B. G. Il pourrait s’agir de Guillaume Baïc, peintre actif au tout début du xixe siècle dans la ville de Lannion.

Table des illustrations

Légende Étienne Gantrel, La prédication de saint François-Xavier (BNF, Cabinet des Estampes)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22409/img-1.png
Fichier image/png, 175k
Légende Sébastien Vouillemont, d’après C. Pionnier, Saint Yves, avocat des pauvres, des veuves et des orphelins, gravure extraite de l’ouvrage de P. Chevet, 1640
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22409/img-2.png
Fichier image/png, 107k
Légende Saint Yves, gravure de Cornelis Galle, début du XVIIe siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22409/img-3.png
Fichier image/png, 1,6M

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540