Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Yves et les Bretons

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Georges Provost

Troisième partie. Un idéal en images

Aspects du culte de saint Yves en Italie

Bertrand Frélaut

Texte intégral

  • 1 Reau L.,Iconographie de l’art chrétien, Paris, 3 vol., PUF, 1955-1959. Le musée de Vich possède une (...)

1La popularité de saint Yves s’est rapidement propagée au-delà de la Bretagne, particulièrement dans le nord et l’est de la France : Picardie, Bresse, Lorraine, Ile-de-France, mais aussi à l’étranger, en Espagne, aux Pays-Bas ou dans l’actuelle Belgique où le musée des Beaux-Arts de Bruxelles conserve un tableau de Jordaens qui lui est consacré (cahier couleur I, pl. 7) cependant qu’un autre de Rubens est aujourd’hui à Détroit (I, 6)1.

2En Italie, son culte se répand à partir du xve siècle lorsque deux églises lui sont dédiées à Rome et plusieurs peintures ou sculptures des xve-xixe siècles, dont la plupart sont parvenues jusqu’à nous, permettent d’évoquer quelques aspects de la vénération qu’il a connue au-delà des Alpes. Plus qu’une étude exhaustive, la présentation de ces églises et de ces œuvres d’art est destinée à montrer combien il fut célèbre, en particulier à Rome et en Toscane, sans évoquer un autre tableau à Turin.

Deux églises à Rome

Saint-Yves-des-Bretons

3Depuis des siècles, de nombreux pèlerins viennent vénérer à Rome les tombeaux des apôtres Pierre et Paul ou ceux des premiers martyrs, si bien que la ville s’est dotée de nombreux établissements d’accueil destinés aux étrangers :

  • 1190 Hospice des Espagnols 1300 H. des Teutons
  • 1300 H. des Teutons
  • 1357 H. des Bohémiens
  • 1386 H. Ste-Marie de l’Anima (pèlerins allemands)
  • 1391 H. Ste-Brigitte-des-Suédois
  • 1398 H. St-Thomas de Canterbury (pèlerins anglais)
  • 1417 H. St-Antoine-des-Portugais
  • 1450 H. St-Jacques-des-Espagnols, ect.
  • 2 Voir notamment : de LaurièreJ., « L’église Saint Yves des Bretons à Rome », Congrès archéologique, (...)

4C’est ainsi qu’à la fin du xive siècle, il existe une importante colonie bretonne dans la Ville éternelle2. En 1455, par une bulle du 20 avril du pape Calixte III Borgia, l’égliseSaint-André de Marmorariis est concédée aux Bretons de Rome pour leur servir de paroisse et d’hospice. Cette bulle papale a été obtenue grâce au cardinal Alain de Coëtivy qui, à l’issue d’une riche carrière ecclésiastique qui l’a mené à l’évêché d’Avignon en 1438 et à la pourpre cardinalice en 1448, a contribué à faire élire Alphonse Borgia, évêque de Valence, sur le trône de saint Pierre. Il est, par la suite, légat du Pape en France auprès du roi Charles VII.

  • 3 Elle existe toujours sur une place qui donne sur la Viadel Corso.

5La petite église attribuée aux Bretons se situe sur la rive gauche du Tibre, à peu de distance du fleuve, dans la venelle de la Scrofa (la truie). D’origine romane, elle dépendait, au spirituel, de la basilique Saint-Laurentin Lucina3 et, au temporel, de l’abbaye Sainte-Mariein Campo Marzo. Elle est citée, pour la première fois, vers 1130. Elle était, jadis, l’église des marbriers mosaïstes mais cette corporation en perdit l’usage. C’est une petite église de 28 m sur 12 constituée d’une nef à deux collatéraux et abside, à six travées, avec des colonnes antiques et un pavé ancien « ad opus alexandrinum ». L’autel majeur est consacré à saint Yves et trois autres à la Vierge, à sainte Anne et à saint Joseph.

  • 4 Voir :Lecoqû, op. cit., chapitre VI : « Les curés de Saint-Yves des Bretons ».

6L’église a été restaurée en 1568 et, à la suite de l’union de la Bretagne et de la France en 1532, unie à Saint-Louis-des-Français, mais la « Compagnie Saint-Yves-des-Bretons », chargée de gérer l’Hospice et l’église, n’est supprimée qu’en 1583, à la demande du roi Henri III. La paroisse, quant à elle, a connu une vie plus longue, de 1455 à 1824 et ses registres de catholicité sont conservés de 1556 jusqu’en 1824. Les « états des âmes » comptabilisent 728 paroissiens auxvie siècle, 1 021 en 1790 et 927 en 1823. La liste des curés et chapelains fait défiler des dizaines de titulaires pour les époques précitées qui sont, en majeure partie, des clercs des différents diocèses bretons4.

  • 5 On constate la présence d’Italiens ou de personnes d’autres pays. Plusieurs autres vestiges sont à (...)

7Dès sa création, l’église est choisie comme lieu d’inhumation et des pierres tumulaires, qui subsistent aujourd’hui dans le cloître de Saint-Louis-des-Français, nous en gardent le souvenir. En voici quelques exemples, classés par ordre chronologique5 :

8Jacques de Pentcoëdic, évêque nommé de Saint-Brieuc, 1462

9Jean Conan, de Rieux, licencié en droit, procureur des causes, 1462

10Étienne Bronsaud, de Moutiers, diocèse de Nantes, 1468

Rome, cloître de Saint-Louis-des-Français, dalle funéraire de Jacques de Pentcoëdic (†1462) provenant de Saint-Yves-des-Bretons

Rome, cloître de Saint-Louis-des-Français, inscription provenant de Saint-Yves-des-Bretons

11Jean Channe, diocèse de Rennes, 1500

12Pierre Amecti, chanoine de Rennes, son frère et son neveu, 1510

13Jacques Évain, recteur de Saint-Congard, diocèse de Vannes, 1529

14Pierre Mahéo, chanoine de Vannes, 1576

15André Iachovski, Polonais, 1610

16Jean Martin Lucarello, 1606

17Giovanni Maria Lepori, 1693

18Pierre Ragot, chapelain de Saint-Yves, diocèse de Nantes, 1714

19Au total, plusieurs dizaines de dalles funéraires ont été répertoriées, des années 1460 à 1818, témoignant d’une vie paroissiale active. Cependant, faute d’entretien, l’église est en mauvais état au milieu du xixe siècle. Rome étant devenue capitale d’Italie en 1871 et connaissant une fièvre de constructions, elle est démolie en 1875 à la faveur d’un réaménagement des immeubles dans lesquels elle était incluse. À sa place, une nouvelle « chapelle », beaucoup plus petite (14 m x 6 m) est édifiée par l’architecte romain Luca Carimini (1830-1890) qui conserve une partie du dallage ancien « ad opus alexandrinum », et quelques colonnes. Les travaux durent de 1875 à 1890. L’église comprend une nef rectangulaire flanquée de deux chapelles latérales semi-circulaires et terminée par un chœur de même forme, à voûte en cul-de-four soutenue par trois arcades en ge ; le chœur est décoré d’une fresque sur la voûte intitulée : « Le Christ adoré par les saints français Yves, Martin, Clotilde, Louis, Bernard et Geneviève » ; elle est due à Ludwig Seitz (1844-1908).

Rome, façade de la chapelle Saint-Yves-des-Bretons

  • 6 Depuis 2000, il s’agit du père Maurice Roger, du diocèse de Vannes.

20On est donc bien loin, à tous points de vue, de l’église des Bretons des siècles précédents bien qu’un titre de recteur de Saint-Yves-des-Bretons existe encore au xxie siècle6. C’est cette chapelle, dont la façade néo-Renaissance se dresse désormais sur levicolo della Campana, qui a été restaurée en 2002-2003 à l’occasion du VIIe centenaire de la mort de saint Yves, avec une participation financière de la région Bretagne.

Église Sant’Ivo alla Sapienza

  • 7 Voir : « Chiesadi S. Ivo », dansGuide Rionali di Roma,Rione VIII, S. Eustachio, par Cecilia Pericol (...)

21Plus grande et beaucoup plus intéressante sur le plan architectural, l’égliseSant’Ivo alla Sapienzane rappelle que de très loin le saint patron des Bretons. Elle a été construite et aménagée de 1642 à 1662 par Francesco Borromini au fond de la cour du Palais de la Sapienza7(cliché page suivante).

  • 8 L’Ecclésiaste, chapitre I, verset 14.

22Le Palais de la Sagesse doit son nom à une inscription extraite de la Bible8 :INITIUM SAPIENTIÆ TIMOR DOMINI, soit, en italien « Il principio della sapienza e il timor di Dio » (la crainte de Dieu est le commencement de la sagesse). Elle fut apposée sur la façade principale du palais construit par Giacomo della Porta en 1575 pour abriter le « Studium Urbis », c’est-à-dire l’Université de Rome, instituée en 1303 par Boniface VIII. En réalité, les travaux se sont poursuivis pendant plusieurs décennies des xvie et xviie siècles et l’église en fut l’achèvement. L’université de Rome a cédé la place en 1935 aux Archives d’État de la ville de Rome et de l’État Pontifical.

23L’église est une œuvre baroque très originale : le plan repose sur deux triangles équilatéraux adossés dont les côtés sont en réalité arrondis en absides semi circulaires. En ajoutant l’entrée et le chœur, le tout prend donc la forme d’une marguerite à six pétales. Une coupole coiffe l’ensemble en empruntant ces mêmes formes mais son sommet se transforme, à l’extérieur, en une lanterne à spirale hélicoïdale, surmontée d’une couronne timbrée d’une boule où se dresse une croix, aux branches curvilignes fleur-delysées : c’est le triomphe des lignes courbes. Cette rampe en spirale, inspirée des ziggourats babyloniennes, est censée évoquer la tour de Babel.

24La présence dans ces lieux du Consistoire des Avocats – dont saint Yves est le patron – explique, autant que son titre de patron des juristes et des universitaires, la dédicace de l’église. Le pape Alexandre VII (1655-1667) est en effet l’objet d’une inscription de dédicace de la part des avocats du Saint consistoire, à l’intérieur de l’église. Un immense tableau surmonte le maître-autel « Saint Yves se constituant l’avocat des pauvres » dont nous reparlerons plus loin. Cette très belle église ne se visite aujourd’hui que le dimanche matin, seul moment où elle est ouverte au public.

Une douzaine d’œuvres artistiques

25Après ce rapide survol des deux lieux de culte encore consacrés à saint Yves à Rome, le moment est venu de chercher sa trace dans quelques œuvres d’art, principalement des peintures qui le représentent en Italie. Sans prétendre non plus à l’exhaustivité dans ce domaine, une recherche menée principalement à Rome et à Florence a permis d’aboutir à une douzaine d’œuvres qui seront ici regroupées par période. On examinera d’abord deux peintures du xve siècle et une fresque de 1507, ensuite cinq œuvres du xviie siècle, puis, pour terminer, deux du xviiie siècle et, beaucoup moins significatives, deux autres du xixe siècle. Les œuvres les plus anciennes sont en Toscane, à Florence et à San Gimignano, celles des xviie-xviiie etxixe siècles en Toscane et à Rome, sauf l’une d’entre elles qui est conservée au musée du Louvre.

Rome, église Sant’Ivo alla Sapienza

Trois peintures des XVe-XVIe siècles

  • 9 Gregori M.,Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Éditions Place des Victoires, Paris, 2000 ; l’œ (...)

26 Il existe, dans les réserves du Musée des Offices, un triptyque de Giovanni del Ponte (1385-1437 ?) intitulé « Le couronnement de la Vierge avec quatre saints : saint François, saint Jean-Baptiste, saint Yves et saint Dominique ». L’œuvre, indiquée comme provenant du Mont-de-Piété de Florence, pourrait dater du tout début du xve siècle et appartenir à ce que les historiens d’art appellent le gothique tardif ou international9. De dimensions modestes – 194 cm de haut sur 208 cm de large – c’est une peinture à la détrempe sur bois où le panneau central, représentant le couronnement de la Vierge par le Christ, avec quatre anges à leur pied, est flanqué, à gauche, de saint François et de saint Jean-Baptiste et, à droite, de saint Yves et de saint Dominique. Chaque saint, identifiable par son habit ou ses attributs, est aussi dénommé par une inscription en latin située en dessous. Des scènes ornent le haut de chaque panneau, par exemple l’Annonciation dont l’Ange occupe le premier et la Vierge le troisième. Saint Yves est habillé d’une robe de couleur laine écrue recouverte d’une tunique blanche sans manche. Il porte une calotte rouge, symbole du juge et, tourné vers la scène centrale du couronnement, il présente un livre également rouge qu’il tient entre ses deux mains, l’une le supportant, l’autre posée sur le dessus. Son visage, peu amène, est de couleur gris-jaune et peu expressif comme si le peintre ne savait comment le représenter, à moins qu’il n’ait voulu traduire une volonté de froide impartialité.

27C’est, en tout cas, le saint juriste qui est ici mis en scène et il faut souligner la place flatteuse qu’il occupe en compagnie de saint Jean-Baptiste et des deux fondateurs des ordres mineur et prêcheur, saint François (1182-1226) et saint Dominique (1170-1221), décédés 80 ans avant lui. Peut-être faut-il aussi noter que, provenant du Mont-de-Piété de Florence, le triptyque comporterait logiquement une représentation du saint breton car c’est le défenseur des pauvres, des veuves et des orphelins. Ne font-ils pas partie des personnes les plus nécessiteuses de la société de l’époque ? Quoi qu’il en soit, si cette peinture de Giacomo dal Ponte fait partie de ses œuvres de maturité, elle daterait des années 1420-1430 et serait, en l’état actuel de nos connaissances, la plus ancienne représentation de saint Yves conservée en Italie.

28Une autre œuvre ancienne consacrée à saint Yves se trouve à Florence, àl’Opera del Duomo :« Saint Yves rendant la justice » (I, 1). De moyenne dimension – 1,465 x 0,880 – le tableau est surmonté d’une corniche triangulaire. Le saint assis dans un trône surélevé et habillé de rouge se tourne vers la femme qui est à sa droite et qui le supplie. Il lui tend un parchemin ou en reçoit un contrat, et laisse à sa gauche le riche qui lui offre une bourse pour acheter sa décision. L’œuvre est en état médiocre et a souffert de nettoyages ou de vernissages anciens. Elle n’est citée qu’en 1886 dans les collections du musée et l’on reste indécis sur son auteur et sa datation.

  • 10 Je remercie le docteur Annalisa Innocenti à qui je doisces renseignements (lettre à l’auteur du 30  (...)

29La forme du tableau est de type gothique mais l’hypothèse a été avancée d’une réutilisation d’une peinture préexistante, ce que confirmerait d’ailleurs le fond de couleur rouge doré à l’instar d’une icône. D’abord datée de la fin du xive siècle, cette peinture est aujourd’hui située vers la seconde moitié du xve siècle. Les historiens d’art italiens sont partagés : G. Kaftal l’attribue à Domenico di Michelino (1417-1491) dans son étude de 1952, mais Van Marle, en 1929, à l’école de Baldovinetti ; en 1969, Giulia Brunetti dans le catalogue du MuséeOpera del Duomopenche pour Neri di Bici (1418-1492) ou, mieux, pour quelqu’un de son atelier. Enfin, en 1987, dans la revue Antichita Vita, une étudiante, Anna Padoa Rizzo, attribue cette œuvre à Bernardo di Stefano Rosselli, un peintre de l’entourage de Bici. Au total, toutes ces hypothèses nous conduisent au milieu ou dans la deuxième moitié du xve siècle10.

30Aucun témoignage ne permet de savoir si le tableau a été installé à l’intérieur de la cathédraleSanta Maria del Fiore ni dans quelque autre lieu de culte, mais on sait qu’en 1842 tout l’intérieur de l’église fut réaménagé et « débarrassé » de retables et d’œuvres anciennes qu’on retrouve aujourd’hui au Musée de l’Opera del Duomo. Il est donc probable que ce tableau en faisait partie avant d’être déposé au Musée de la Cathédrale.

  • 11 Je n’ai pas eu le temps de faire cette recherche.

31La fresque de San Gimignano (I, 2) orne le portique d’entrée des bureaux de la municipalité, dans la cour du Palais communal, appelé aussi Palais du Podestat. Elle est au niveau de la cour, au pied de l’escalier d’accès aux bureaux ; elle est donc à l’abri des intempéries mais, cependant, en partie exposée à l’air et semble en avoir un peu souffert. C’est une peinture de grande dimension (environ 3 m sur 4) située à environ 2 m du sol ; elle est surmontée de six blasons et flanquée de deux autres sur le côté droit. Des inscriptions accompagnent les armoiries et en permettent l’identification11.

32L’œuvre est datée de 1507, époque des premières réalisations de Giovanni Antonio Bazzi, dit le Sodoma (1477-1549), mais aussi des années où la Bretagne conserve encore une certaine identité et existence puisque il n’y a pas encore quinze ans qu’Anne de Bretagne a épousé Charles VIII. Le Sodoma, qui est à Sienne depuis 1500, est alors occupé à réaliser les fresques de la vie de saint Benoît, au cloître du couvent de Monte Oliveto Maggiore, à 37 km au sud-est de Sienne. Il a représenté en deux ou trois nuances de brun seulement et d’orangé (et un petit paysage que l’on aperçoit par la lucarne de gauche) la scène traditionnelle de saint Yves rendant la justice mais, selon son penchant pour les architectures imaginaires, il a divisé son tableau en deux parties inégales séparées par un mur, à droite, au tiers de la fresque. Outre l’effet de profondeur ainsi créé, ce parti-pris permet d’isoler, dans un couloir, un groupe de six personnages, dont le riche jeune homme qui présente une coupe sans doute pleine de pièces d’or et tente de se faire ouvrir.

33Pendant ce temps, saint Yves juché sur une chaire dont le dais supérieur est couvert de livres, reçoit un groupe d’une dizaine de personnes : enfants, femmes et quelques rares hommes dont un très âgé qui s’appuie sur une canne. Le saint est jeune, en habit de juge, une calotte sur la tête (nimbée d’une auréole) ; il tend de la main droite un papier à l’enfant, tandis que sa main gauche repose sur un livre rouge posé près d’un parchemin. Le sens de la peinture est donc très explicite : saint Yves, sourd aux demandes du plaignant riche et corrompu, rend justice à la veuve à l’orphelin, au malheureux, en se fondant uniquement sur le texte de la loi.

34Quoiqu’assez conventionnelle, la fresque du Sodoma éclate encore d’élégance, d’équilibre, de classicisme, mais aussi de fantaisie dans la richesse et l’exubérance des décors architecturaux et l’échappée du paysage que l’on devine par la fenêtre.

Le buste de Rome et les peintures d’Empoli

35À la différence de ce qui s’est passé en Toscane, aucune documentation ne nous a laissé le souvenir des représentations de saint Yves à Rome avant le xviie siècle mais nous possédons quatre œuvres des années 1617-1640 : un buste, une gravure et deux tableaux du même peintre, Jacopo da Empoli.

  • 12 Kerviler r., Répertoire général de biobibliographie bretonne, rééd. Mayenne, 1978.

36Le culte de saint Yves a dû connaître un certain regain lorsque fut nommé curé de l’église Saint-Yves-des-Bretons, dom Pierre Chevet en 1630. Pendant les dix ans de sa cure, l’église s’enrichit d’un buste-reliquaire du saint et il fait paraître une vie du saint en italien en 1640 : Vita e miracoli di S. Ivo sacerdote et confessore, avocato de poveri, vedovi e orfani […] composta in lingua italiana del molto R. Pietro Chevet prete della diocese Redonense in Brettagna, curato della parochia di S. Ivo di Roma […], Rome, Manelso Manelsi, 1640 ; inquarto petit de xvi– 172 pages12.

  • 13 Je remercie vivement Monseigneur Max Cloupet recteur de Saint Louis des Français, qui a bien voulu (...)
  • 14 La gravure est reproduite dans l’étude du chanoine Lecoqû.

37Le buste-reliquaire en bois doré, aujourd’hui dans la sacristie de Saint-Louis-des-Français13(p. 181), est constitué d’un socle sculpté où s’enchâsse la relique derrière une fenêtre ovale en verre, et du buste à proprement parler où le saint en soutane est représenté avec une auréole. Il est jeune, cheveux mi-longs, se relevant sur les oreilles et les épaules, portant une petite moustache et un léger collier de barbe. Ce portrait, assez fantaisiste, fait plus penser à un abbé de cour proche du cardinal de Richelieu qu’au recteur de Louannec. Cette image affadie se retrouve dans l’illustration de la vie du saint parue à Rome, en italien, en 1640. Une gravure, dessinée par Pionnier et gravée par Vouillemont, intitulée « S. Yvoni pauperum, viduarum et orphanorum Advocato »(et sous-titrée « Saint Yves recevant les pétitions de malheureux »), met en scène un homme barbu à cheveux longs qui, dans une salle aux étagères remplies de livres, s’est levé de son siège et, retenant sa soutane de la main droite, tend la gauche pour recevoir un texte que lui remet un plaignant agenouillé. Cinq autres personnages l’accompagnent, la plupart inexpressifs et gauches14.

  • 15 GregoriM., op. cit.

38À quelques années d’intervalle, Jacopo Chimenti da Empoli (1554-1640), peintre maniériste florentin dont les tableaux religieux ornent plusieurs églises de Florence, a peint saint Yves. Le tableau de 1616 (I, 3) aujourd’hui au Musée des Offices, a été commandé par le camerlingue Benedetto Guigni, magistrat des Pupilles, pour orner le Palais des Treize Magistrats. Ce faisant, le cardinal Guigni voulait sans doute mettre l’accent sur la protection des orphelins dont il était chargé15.

39Au centre, assis sur le trône que surmontent deux« putti », angelots dodus de bon augure, le saint plutôt d’âge mûr, coiffé du bonnet rouge de l’official, nimbé d’une auréole et couvert d’un camail d’hermines, lit la sentence. Devant lui ou plutôt de part et d’autre, se tiennent deux groupes de cinq personnes : à gauche deux femmes, l’une âgée, l’autre jeune et trois enfants. À droite, un homme et une femme et trois enfants, l’un d’entre eux montrant du doigt l’autre groupe. Faut-il y voir le choix entre les enfants d’une veuve et ceux d’une autre famille ? On peut aussi penser que l’homme de droite, qui regarde le spectateur, est un autoportrait ou, mieux, le portrait du commanditaire, le cardinal Guigni. Quoi qu’il en soit, c’est bien le défenseur de la veuve et de l’orphelin, le juge des conflits familiaux qui est ici célébré comme le précise d’ailleurs son titre exact : « Sant Ivo tra vedove e orfanelli ».

40Le second tableau d’Empoli, conservé au Musée du Louvre, est plus complexe ; il s’intitule : « Saint Luc recommandant saint Yves à la Vierge », (I, 4) et date des années 1630. Sous la protection des deux« putti » qui occupent les deux coins supérieurs, la Vierge à l’Enfant Jésus trône au centre, ayant à ses pieds saint Luc et son bœuf à gauche, saint Yves, trois femmes et deux enfants à droite. Le sens de l’œuvre est, apparemment, clair. L’évangéliste saint Luc, patron des notaires, demande à la Vierge Marie d’accepter que saint Yves puisse lui aussi présenter son intercession comme patron des avocats et défenseur des veuves, des orphelins ou des pauvres, comme si la recommandation d’un des plus anciens saints, évangéliste de surcroît, apportait une caution au prêtre breton mort en 1303, que l’artiste a d’ailleurs représenté barbu, très âgé et couvert d’un camail piqué de grandes mouchetures d’hermines. Mais on notera le subtil jeu des regards : saint Luc implore la Vierge ; celle-ci jette un regard bienveillant à saint Yves, mais celui-ci ne la contemple pas, il regarde l’enfant qui comme les autres personnages, supplie Marie, banderole à l’appui, comme s’il voulait accompagner sa demande, sûr du résultat de ses prières. Drapés, couleurs, regards,

Buste reliquaire de saint Yves, bois doré, 1637 (Rome, sacristie de l’église Saint-Louis-des-Français)

41jeux des mains, tous les éléments du style maniériste sont ici plaisamment rassemblés.

De Cortona aux deux peintures de Triga

  • 16 Guide Rionali di Roma, op. cit. p. 56.

42La reconstruction deSant’Ivo alla Sapienzaentraîna, comme nous l’avons dit plus haut, la réalisation d’une imposante peinture d’autel, très haute, se logeant dans l’arcade centrale et mesurant donc près de 7 m sur 3. Elle est due au célèbre peintre et architecte baroque Pietro Berretini di Cortona (1596-1669) le maître de la peinture baroque décorative, qui a œuvré dans maintes églises mais aussi dans des villas ou palais de Rome et de Florence. Elle fut terminée en 1683 par Giovanni Ventura Borghesi16. Elle s’intitule : « San Ivo che si costituisce avvocato dei poveri », saint Yves se constituant l’avocat des pauvres.

43Deux parties se superposent nettement : en haut le ciel peint sur une tenture que soulèvent quelques« putti » et, en bas, la terre. Dans la partie inférieure, à gauche, saint Yves en tenue d’official (camail d’hermine), appuyé de la main droite sur une table où se trouvent des papiers, reçoit la demande écrite présentée par une enfant accompagnée de sa mère, d’un couple âgé et d’un enfant plus jeune. Dans la partie supérieure, plusieurs personnages présentent des supplications au Christ qui sort des nuées, environné d’angelots. Il s’agit d’une composition un peu savante et compliquée où le peintre, confronté à la hauteur de son tableau, a tenté de contourner la difficulté en séparant la terre et les cieux, ce qui lui a permis de placer une dizaine de sujets dans chaque zone, dont pas moins de sept ou huit angelots.

44L’église Saint-Yves-des-Bretons a longtemps possédé, selon le chanoine Lecoqû, un tableau de Giacomo Triga ( ? – 1746) dont le thème est assez rare

Pierre de Cortone, Saint Yves se constituant avocat des pauvres, 1683 (Rome, église Sant’Ivo alla Sapienza)

45puisqu’il représente un miracle attribué au saint et rapporté par le 150e témoin de son procès de canonisation. Saint Yves, revêtu de sa robe et de son camail d’official, sort de la sacristie où il a passé la nuit ; au même moment, une colombe apparaît au-dessus de lui et remplit la cathédrale d’une éblouissante clarté. Le peintre s’est saisi de ce miracle et a peint le saint en extase, à genoux, bras tendus, mains ouvertes, la tête tournée vers l’apparition. Derrière lui se tient à gauche un homme barbu, à genoux ; devant lui, à droite, un angelot est assis, la main posée sur un pot de fleurs de lys.

  • 17 D’après François Charles Uginet, archiviste des Pieux Etablissements de la France à Rome et à Loret (...)

46D’après le chanoine Lecoqû, ce tableau ornait l’autel majeur et aurait été transféré à Saint-Louis-des-Français « dans l’oratoire qui sert aux exercices de la communauté », écrit-il dans les années 1884-1887, quand il rédige cette notice alors qu’il est étudiant à l’Université Pontificale. Recherches faites, il n’en a pas été trouvé trace et il ne figure dans aucun inventaire officiel : le tableau est aujourd’hui considéré comme perdu et nous n’en avons qu’une photographie (ci-dessous) comme souvenir17.

  • 18 Roma Sacra. Guide alle chiese della citta eterna 6) itinerario,Elio de Rova editore. Monsieur Franç (...)

47Dans la toute petite église, toute proche, deSanta Lucia della Tinta, un autre tableau de Giacomo Triga est aussi indiqué comme provenant de Saint-Yves-des-Bretons et comme ayant été installé en 1824 sur le retable de la première chapelle à gauche. Cependant la confusion paraît difficile car non seulement la date ne correspond pas à celle de la démolition, mais le sujet non plus. La toile s’intitule « Madonna Salus Infirmorum ed il Bambino, i Santi Egidio, Ivo e Gimnesio e le anime purganti » (« La Vierge, salut des pécheurs et les saints Egidius, Yves et Gimnesius et les âmes du Purgatoire »). (I, 5) Selon Angela Catalano18, elle fut commandée en 1723 par l’Archiconfrérie des trois saints en question qui réunissait les notaires,

Giacomo Triga, Saint Yves et le miracle de la colombe (œuvre disparue, cliché ancien publié dans LECOQÛ T., Saint-Yves-des-Bretons à Rome, Saint-Brieuc, 1947)

48avocats, procureurs et auditeurs de la Curie Romaine, dont un grand nombre se fit inhumer à Santa Lucia à partir de 1824 quand l’Archiconfrérie quitta Saint-Yves des Bretons.

49Dans le tiers inférieur, les âmes du Purgatoire émergeant d’une mer enflammée, souffrent et implorent. Sur des nuées, les trois saints, chacun avec son attribut (saint Yves avec un code des lois tenu par unputto), intercèdent pour elles en priant la Vierge Marie et l’Enfant Jésus qui trônent, entourés d’angelots. Le défenseur de la veuve et de l’orphelin apparaît donc ici plutôt comme celui des hommes de loi, des défunts ou des âmes du purgatoire. Le saint est représenté de trois quarts arrière, revêtu de sa soutane et de son camail d’official, comme dans le tableau de Pietro de Cortona qui ne lui est antérieur que d’une cinquantaine d’années ; mais il faut bien avouer que s’il occupe une place essentielle dans la composition, son visage est, en grande partie, banal sinon anonyme : l’image de saint Yves semble s’être singulièrement affadie au fil des siècles.

  • 19 Les Églises françaises de Rome, op. cit.

50C’est encore plus vrai pour les réalisations de la fin du xixe siècle sur lesquelles on ne s’attardera pas. La reconstruction de Saint-Yves-des-Bretons s’accompagne donc d’une peinture dans l’abside où notre saint figure parmi cinq autres saints de France (fresque de Ludovic Seitz). On a réutilisé dans la lunette du portail un médaillon de la Vierge à l’Enfant attribué aux Della Robbia, qu’on a flanqué de deux bustes en relief exécutés en 1878 par Adriano Ferraresi : saint Yves et saint-Bernard. Le patron de l’église est jeune et semblable au buste de 1637 ; il tient de sa main droite un livre sur lequel est gravé le mot « IUSTITIA » (La Justice)19.

  • 20 Hamon H. Rotman P., Tu vois, je n’ai pas oublié, Paris, le Seuil/Fayard, 1990.

51Que reste t-il du culte de saint Yves à Rome ou à Florence à l’époque contemporaine ? Patron des avocats, des juristes, des universitaires, Yves donne aussi son nom à un établissement scolaire tenu par les Frères de Ploërmel dans la capitale : c’est peu… Le souvenir du défenseur des pauvres a cependant conservé une certaine importance, comme en témoigne cette anecdote qui servira de conclusion. En octobre 1921, un paysan pauvre de Toscane choisit d’appeler son filsIvo– Yves – parce qu’il voulait que ce dernier soit avocat pour défendre les pauvres, les sans le sou afin de faire triompher la Justice, alors que ce prénom était peu répandu en Italie. Plus tard, ce Giovanni Livi, tel était son nom, dut fuir son pays de Monsumanno Terme à 12 km de Pistoïa, à michemin de Pise et de Florence, pour échapper aux fascistes. C’est ainsi que la famille Livi s’installa en France où, bientôt, l’un de ses membres allait connaître la célébrité comme chanteur, acteur et militant puisqu’Ivo Livi est devenu Yves Montand20. Il plaisantait souvent de ce sujet avec son père mais, s’il ne fut pas avocat, Ivo Livi alias Yves Montand, ne futil pas à sa façon un défenseur des pauvres et un homme de justice comme nous l’ont montré les tableaux de Rosselli, Sodoma, Empoli ou Cortona ?

Notes

1 Reau L.,Iconographie de l’art chrétien, Paris, 3 vol., PUF, 1955-1959. Le musée de Vich possède une statue du xve siècle.

2 Voir notamment : de LaurièreJ., « L’église Saint Yves des Bretons à Rome », Congrès archéologique, Nantes, 1887 ; Guillotin de Corson (A.), » Saint Yves des Bretons à Rome, Histoire et description », Revue de Bretagne et de Vendée,t.19, 1866, 1er semestre ; Lecoqû(chanoine Toussaint), Saint-Yves des Bretons à Rome,Saint-Brieuc, 1947 ; Scarfone (Giuseppe),« La chiesadi S. Ivodei Bretoni », Stemma dei Romanisti, t.53, 1992 ; « L’église Saint-Yves des Bretons » dans « Les Églises françaises à Rome », extrait de la revue Roma Sacra, coordonnée par André Vauchez et Olivier Poncet, Patricia Tosiniet alii, Rome,1995.

3 Elle existe toujours sur une place qui donne sur la Viadel Corso.

4 Voir :Lecoqû, op. cit., chapitre VI : « Les curés de Saint-Yves des Bretons ».

5 On constate la présence d’Italiens ou de personnes d’autres pays. Plusieurs autres vestiges sont à Saint-Louis, dont un bénitier et deux autels.

6 Depuis 2000, il s’agit du père Maurice Roger, du diocèse de Vannes.

7 Voir : « Chiesadi S. Ivo », dansGuide Rionali di Roma,Rione VIII, S. Eustachio, par Cecilia Pericoli Ridol fini, Rome, Fratelli Palombi, editori, 1993.

8 L’Ecclésiaste, chapitre I, verset 14.

9 Gregori M.,Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Éditions Place des Victoires, Paris, 2000 ; l’œuvre est reproduite p. 58.

10 Je remercie le docteur Annalisa Innocenti à qui je doisces renseignements (lettre à l’auteur du 30 avril 2003), particulièrement ceux extraits de : Kaftal G., « Iconography of the saints in Tuscan Painting », Florence, Sausini, 1952, et le catalogue du Musée de l’Opera del Duomo, édité en 1969 (article de Giulia Brunetti).

11 Je n’ai pas eu le temps de faire cette recherche.

12 Kerviler r., Répertoire général de biobibliographie bretonne, rééd. Mayenne, 1978.

13 Je remercie vivement Monseigneur Max Cloupet recteur de Saint Louis des Français, qui a bien voulu me recevoir et m’autoriser à photographier le buste, conservé dans l’armoire n°5 sous le numéro 278, en février 2002.

14 La gravure est reproduite dans l’étude du chanoine Lecoqû.

15 GregoriM., op. cit.

16 Guide Rionali di Roma, op. cit. p. 56.

17 D’après François Charles Uginet, archiviste des Pieux Etablissements de la France à Rome et à Lorette, qui m’a donné ces renseignements dans une lettre du 6 décembre 2002, au nom de M. André Vauchez, à qui je m’étais adressé. Le tableau de Triga était encore à Saint-Louis-des-Français en 1919 quand le chanoine Lecoqû l’a photographié pour son ouvrage mais n’a pas été retrouvé au dernier récolement général de 2000. Je remercie MM. Vauchez et Uginet pour ces précisions.

18 Roma Sacra. Guide alle chiese della citta eterna 6) itinerario,Elio de Rova editore. Monsieur François Charles Uginet, dans le courrier précité ne partage pas l’avis d’Angela Catalano sur l’origine du tableau : « Il faut donc réfuter l’affirmation d’Angela Catalano qui prétend que le tableau de Saint-Yves a été transféré à Santa Lucia ». En visitant Santa Lucia, on constate en effet que tout porte à croire que cette peinture a été conçue sur mesure pour le retable du premier autel de gauche.

19 Les Églises françaises de Rome, op. cit.

20 Hamon H. Rotman P., Tu vois, je n’ai pas oublié, Paris, le Seuil/Fayard, 1990.

Table des illustrations

Légende Rome, cloître de Saint-Louis-des-Français, dalle funéraire de Jacques de Pentcoëdic (†1462) provenant de Saint-Yves-des-Bretons
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22408/img-1.png
Fichier image/png, 106k
Légende Rome, cloître de Saint-Louis-des-Français, inscription provenant de Saint-Yves-des-Bretons
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22408/img-2.png
Fichier image/png, 162k
Légende Rome, façade de la chapelle Saint-Yves-des-Bretons
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22408/img-3.png
Fichier image/png, 340k
Légende Rome, église Sant’Ivo alla Sapienza
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22408/img-4.png
Fichier image/png, 192k
Légende Buste reliquaire de saint Yves, bois doré, 1637 (Rome, sacristie de l’église Saint-Louis-des-Français)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22408/img-5.png
Fichier image/png, 129k
Légende Pierre de Cortone, Saint Yves se constituant avocat des pauvres, 1683 (Rome, église Sant’Ivo alla Sapienza)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22408/img-6.png
Fichier image/png, 431k
Légende Giacomo Triga, Saint Yves et le miracle de la colombe (œuvre disparue, cliché ancien publié dans LECOQÛ T., Saint-Yves-des-Bretons à Rome, Saint-Brieuc, 1947)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22408/img-7.png
Fichier image/png, 54k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540