Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Yves et les Bretons

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Georges Provost

Deuxième partie. L'enracinement breton

Yves, un prénom en Bretagne entre XVIIe et XIXe siècle

Jean-Pierre Lethuillier

Texte intégral

1L’inscription d’une étude de prénom dans ce colloque semble aller de soi.

2Le prénomYves serait une trace parmi d’autres de la dévotion à l’avocat qui savait écouter le pauvre comme le riche. À bien y réfléchir, cependant, il faut un peu de prudence lorsqu’on crée un lien entre le prénom et le culte : on ne saurait faire de la diffusion du prénom un instrument de mesure de l’intensité du culte ; d’autres paramètres interviennent, d’autres sens sont possibles. Une autre approche consiste justement à faire deYves un prénom emblématique de la Bretagne, de la « bretonnité ». Tradition un peu effacée aujourd’hui en raison de la mode des prénoms tirés directement de la langue bretonne, mais néanmoins vivace. Ces deux approches ont un lien logique – Saint Yves, patron de la nation bretonne – mais elles sont différentes, l’une étant plus large que l’autre ; surtout, elles ne renvoient pas au même contenu. Cette recherche évoluera entre ces deux pôles, non pour trancher la question, d’ailleurs plus complexe que ne l’indique cette courte présentation, mais pour fournir aux chercheurs des matériaux pour une enquête qui doit se poursuivre.

  • 1 En Haute-Bretagne comme en Basse-Normandie ou en Vexin. Le Limousin est plus tardif. Pour la Norman (...)

3C’est plus précisément entre xviie et xixe siècle que nous avons essayé de saisir l’importance de ce nom, soit quatre à six siècles après la disparition d’Yves Hélori. Le recul chronologique n’est pas en soi une difficulté. Partout où nous pouvons en juger, les corpus prénominaux en usage au xviie siècle se sont formés au bas Moyen Âge, maintenus par des règles de transmission relativement strictes, définies par les normes du baptême (les parrain et marraine nomment l’enfant) et par les usages (dans la plupart des cas, le parrain transmet son propre nom au garçon, la marraine donne le sien à la fille). Des évolutions peuvent certes modifier la hiérarchie mais elles ne la bouleversent pas ; elles ne remettent pas en cause le registre chrétien dans lequel la plupart des prénoms sont puisés. Ce système commence à changer dans la deuxième moitié du xviie siècle : d’abord par ajout d’unités prénominales et allongement du prénom complet. Le phénomène est repérable partout, la principale variante étant la date de son commencement1. Puis – car c’est en général dans un second temps qu’on observe le phénomène –, d’autres registres (histoire laïcisée, prénoms à connotation morale, etc.) sont sollicités ; en même temps les parents font preuve d’une plus grande originalité dans leur choix, utilisant des prénoms plus rares localement et donnant moins de poids aux unités prénominales les plus fréquentes.

  • 2 Minois G., in Croix A. (dir.), Atlas d’histoire religieuse, Rennes, 1985.

4La période 1650-1850, dates rondes, est donc, du point de vue de l’histoire des prénoms, un temps de mutation. Une question est alors de savoir comment les vieilles unités prénominales résistent à cette évolution, et particulièrement celles qui étaient les plus utilisées. C’est le cas deYves, au moins en Trégor, dont Georges Minois a montré que sa fréquence atteignait jusqu’à 15 % au xve siècle2.

  • 3 Le principal d’entre eux, pour notre enquête, est celui de F. Barbu : Les prénoms à Tréguier. 1690- (...)
  • 4 Sée H. et Lesort A., Cahiers de doléances de la sénéchaussée de Rennes pour les états généraux de 1 (...)

5Nous présenterons les pièces du dossier, encore bien incomplet, en partant des résultats acquis par deux dizaines d’étudiants de maîtrise, entre 1995 et 20013. Ces travaux sont doublés par une enquête menée sur les listes de comparants des assemblées électorales de 1789, prises à titre de sondages dans les sénéchaussées de Rennes d’une part, de Quimper et Concarneau d’autre part4. Avant même d’en venir aux résultats et donc à la diffusion du prénom dans le temps et l’espace, il nous faudra poser les importantes questions de méthode que la rencontre entre histoire religieuse et histoire des prénoms fait naître.

  • 5 Nous appelons « prénom » d’un individu le groupement de toutes les « unités prénominales » qui le c (...)

6En histoire des prénoms, il faut se méfier des études de cas. Nous ne savons pas pourquoi les parents d’un enfant ont fait le choix d’une unité prénominale5en particulier. Nous ne savons même pas quels parents ont dirigé ce choix et quelle importance ils ont accordée à leur décision. Voulaient-ils respecter simplement l’usage de la reprise, tout ou partie, du prénom du parrain par son filleul, sans attacher plus d’importance au contenu sémantique ? Voulaient-ils au contraire marquer leur attachement à saint Yves ? Nous ne le saurons jamais. En dépit de cette ignorance irrémédiable, on peut considérer que le registre dans lequel est puisé le prénom trahit un univers culturel prégnant. Le lien établi entre l’unité prénominale et cet univers est toutefois lâche, parce qu’il est construit à travers trop de médiations qui effacent progressivement plusieurs facettes du personnage référent. En revanche, le rapprochement d’unités offrant des parentés probables et évoluant solidairement finit par être éclairant. Ces comparaisons sont d’autant plus nécessaires que les références possibles sont parfois multiples.

7Reconnaissons cependant qu’avec Yves les risques de dérapages sont limités. D’une part, il n’y a guère d’autres références possibles que celle du saint trégorrois. Pas de duc ni de roi, pas même un deuxième hôte de la cour céleste de Paradis qui pourrait faire ombrage à l’enfant du pays. D’autre part, l’environnement créé par les pardons, l’iconographie présente dans les églises sous la forme de statues ou de peintures, accessibles directement aux paroissiens, diminuent très fortement le nombre des médiations et des écrans possibles.Yves est un des rares cas où l’étude focalisée sur une seule unité prénominale présente un intérêt. De ce point de vue, un rapprochement peut être fait avecLéonard ou Martial en Limousin.

8Il n’en demeure pas moins qu’il n’est pas possible de tirer une équation simple entre l’unité prénominale et la dévotion à saint Yves. Il faut au moins s’interroger sur les pesanteurs du système prénominal, ne serait-ce que la transmission du nom par le parrain. Les règles ou les usages finissent par donner aux corpus prénominaux une autonomie qu’on aurait tort de nier.

9La prudence est d’autant plus indispensable que la Bretagne n’a pas fait l’objet d’une enquête complète, quant aux prénoms. Or ce que nous en savons montre que leur répartition géographique n’a rien à voir, dans sa structure, avec celle de la voisine Normandie. Là, tout est brassage, les unités prénominales les plus fréquentes sont les mêmes partout avec de simples nuances que seul un travail de cartographie très élaboré peut montrer. En Bretagne, semble-t-il, il en va tout autrement. Tel prénom, banal en telle contrée, est totalement ignoré ailleurs. Dans une paroisse, ou un petit groupe de paroisses contiguës, une unité prénominale prend tout d’un coup une importance inhabituelle. Le travail effectué sur les listes de comparants de 1789 montre queJoseph, habituellement cantonné à quelques points de pourcentage, ou même quelques fractions d’un seul point, nomme à Brain, dans la région de Redon, vingt-deux individus sur cent onze, soit 19,8 % ; ce qui le propulse à la première place du corpus, devant les habituels Pierre, JulienouJean. A d’autres endroits, c’est Olivierqui apparaît, ou bien, autour de Moncontour mais parfois assez loin, Mathurin. Dans quelques cas, nous sommes renvoyés à une dévotion, dans d’autres non. Il faudra dresser la carte de quelques unités pour comprendre le morcellement prénominal de la Bretagne. Un dernier exemple en donnera la mesure. Il s’agit d’une unité inconnue dans la plupart des paroisses,Clet, qui tout d’un coup prend une importance stupéfiante à Cleden-Cap-Sizun, dans l’évêché de Quimper : 12 occurrences pour 58 comparants, soit 20,7 % ; dans les paroisses voisines, on trouve d’autres Clet, qui contribuent à former sur la carte une petite région originale. Ajoutons queClet n’est pas la seule particularité de la paroisse, que ce n’y est même pas l’unité de tête, laquelle est Jean, portée à un très inhabituel 25,9 %. Il faudra avoir à l’esprit cette géographie particulière, qui nous est fort mal connue, lorsqu’on évoquera l’aire de Yves Posons-nous la question de la répartition des Olivier, Clet, Joseph, et l’on comprendra vite que les liens ne sont pas faciles à établir entre prénoms et religion.

10On retrouve ainsi les deux thèmes évoqués d’entrée : trace d’une dévotion ou marque d’appartenance à une communauté humaine. Ils peuvent se réunir, quitte à créer de toutes pièces une référence mythique, comme c’est peut-être le cas à Cléden.

11Essayons d’abord de situer l’importance de Yves dans la région qui est au cœur de l’étude : celle de Tréguier. Georges Minois a donné des chiffres pour les xive et xve siècles : à Tréguier, 15 % des occurrences, derrière Jean (34 %) et devantGuillaume (10 %). Trois à quatre cents ans plus tard, Yvescontinue de jouer un rôle essentiel dans la prénomination. Dans la cité même, les sondages sur les registres paroissiaux donnent les résultats suivants :

Tableau n°1 : Yves dans la prénomination à Tréguier (XVIIe-XIXe siècle)

Tableau n°1 : Yves dans la prénomination à Tréguier (XVIIe-XIXe siècle)
  • 6 On soulignera la distinction à faire entre les totaux de référence, dès lors que les prénoms comple (...)

12Le tableau appelle deux commentaires simples. D’une part, pour constater la stabilité de la part de Yvesdans le corpus, malgré l’inflation des unités prénominales engendrée par l’allongement du prénom complet6 ; on notera seulement une possible tendance au recul au xixe siècle. D’autre part, pour souligner le caractère élevé de la fréquence. Disons plus nettement les faits :Yves est à la première place du corpus dans les deux premiers sondages et il n’est dépassé que parMarie dans les trois derniers : la progression de cette dernière unité, dans les prénoms de garçons, est un fait banal en Bretagne qui ne signifie pas le recul de l’influence de Yves. Nous y reviendrons.

13Au demeurant, cet énoncé ne suffit pas à rendre compte de l’importance de ce nom à Tréguier. Il faut entrer dans la complexité de la construction du prénom complet pour saisir queYves est à Tréguier la vraie unité fondamentale. Yvesest en effet presque systématiquement au premier rang du prénom complet :

Tableau n° 2 : Yves au premier rang du prénom complet à Tréguier (XVIIe-XIXe siècle)

Tableau n° 2 : Yves au premier rang du prénom complet à Tréguier (XVIIe-XIXe siècle)

14Au second rang, la fréquence évolue seulement entre 2,7 et 3,8 %. Il y a en réalité une nette répartition des rôles,Marie s’imposant de manière spectaculaire au second rang. Le prénom complet le plus banal à Tréguier dans la deuxième moitié du siècle est doncYves Marie. Il apparaît sur le tableau que seulYves est poussé en avant par la vogue des prénoms longs, Jean et Françoisn’en bénéficiant pas, ou très peu. Avec Marie, c’est en effet l’unité qu’on va chercher de manière presque automatique dès que le désir d’allonger le prénom de l’enfant présenté au baptême s’impose. Constat que l’on fait partout où le phénomène est bien décrit : l’allongement du prénom ne sert pas à intégrer des unités nouvelles, cela ne viendra que plus tard, nous l’avons dit. Au contraire, c’est en faisant appel aux unités qui étaient déjà les plus employées, en tête du corpus, que se produit l’allongement. En Basse-Normandie, de quatre à six unités jouent ce rôle, la première étantJean, cas de figure banal en France. À Tréguier, la seule unité traditionnelle à jouer ce rôle est Yves(Marieest une unité nouvelle dans les prénoms masculins).

  • 7 Il suffit de regarder un calendrier diocésain du xviiie siècle pour comprendre que le nombre de sai (...)

15Ce n’est donc pas un hasard si, dans le corpus des prénoms féminins, Yvonne est aux premières places. Souvent constitué de la translation de noms masculins7, l’autonomie des corpus de prénoms féminins est limitée.Yvonne évolue entre la troisième et la cinquième place selon les sondages mais, ici, il faut souligner qu’à l’inverse deYves, l’unité est en progression, pour la place en tête du corpus comme pour la fréquence : de 5,6 à 9,3 %. Dissymétrie par rapport à l’équivalent masculin qui renvoie peut-être à la dissymétrie des rangs. Pour les prénoms féminins, Marieest massivement au premier rang et Yvonne au second. L’allongement du nom ne pouvant se faire par le recours à Marie, ici traditionnel, c’est Yvonne que les Trégorrois sont allés chercher. Dans le répertoire masculin de Tréguier, Yvon, semble-t-il, n’existe pas.

  • 8 Joncquemat D., De Abel à Zoé. Les prénoms à Saint-Malo (1650-1850), mémoire de maîtrise, université (...)
  • 9 Cuzin L., L’étude des prénoms à Auray et Crach de 1690 à 1830, mémoire de maîtrise, université Renn (...)

16Les oppositions au succès de Yveset de Yvonne sont peu nombreuses. Cela tient fondamentalement à la faible évolution du corpus trégorrois qui ne connaît pas l’érosion des références chrétiennes qu’on lit à partir de 1750 ou 1760 dans des villes comme Saint-Malo et Rennes8, ou les provinces voisines comme la Normandie. Ce conservatisme a pu protéger l’influence de Yves et deYvonne. L’absence de laïcisation du corpus n’empêchait pas, toutefois, que des oppositions surgissent au sein du registre chrétien.Tugdual, par exemple, qui renvoie au saint fondateur de l’évêché, aurait pu constituer un rival. En réalité, c’est à peine si cette unité trouve une place dans le corpus, avec seulement quatre occurrences dans le sondage de 1815. D’une manière générale, les sept saints fondateurs de la Bretagne n’ont guère de succès à Tréguier, pas plus qu’à Saint-Malo oùMalo ne fait guère plus de 0,5 %. Yvonneaurait pu, avec plus de vraisemblance, se heurter à une possible progression deAnne : sainte moderne, dont le nom est en plein développement à Auray9. À Tréguier, celle-ci est modeste cependant, de 5,4 à 6,9 %. De surcroît, dans le cas deAnne, la référence n’est pas pure de toute connotation avec un autre registre, celui de l’histoire et des attaches bretonnes, par référence à la duchesse et reine de France.

17La vraie limite pourrait être ailleurs, dans la vague qui emporte tout le système prénominal breton, à savoir l’écrasant succès deMarie, qui passe à Tréguier de 16,1 à 28,1 % pour les filles, et de 4,4 à 30,8 % pour les garçons. Mais, au fond, Yves n’a peut-être pas eu à souffrir du phénomène :Marieprend la place occupée ailleurs par les références à l’histoire, aux contemporains, par les prénoms à connotation morale, c’est-à-dire par les registres qui ne sont pas fondamentalement chrétiens. Il semble que l’étonnant succès de cette unité prénominale, pour les garçons, ait été le moyen employé en Bretagne pour maintenir les corpus prénominaux sous la bannière du christianisme. De ce point de vue, MarieetYves ne sont pas en opposition et l’on a vu l’harmonieuse répartition des deux unités, au premier et au second rang des prénoms complets.

18Tout montre donc l’importance de Yvesjusqu’à une époque tardive, au milieu du xixe siècle, même si des signes d’essoufflement apparaissent (ainsi le recul deYves au premier rang). Il est facile de montrer que la prégnance du nom ne peut être dissociée des dévotions populaires. À commencer par les écarts qu’on enregistre au sein de la cité elle-même. Pourtant des signes troublants montrent que cela n’est pas si simple.

19Tréguier se compose de trois paroisses, d’ailleurs curieusement desservies toutes les trois dans la cathédrale. Elles diffèrent cependant à plusieurs points de vue qui nous intéressent ici. LeMinihy est avant tout une paroisse rurale, Saint-Vincent et Saint-Sébastien, qui fusionneront en 1791, sont deux paroisses urbaines. Surtout le Minihy a revendiqué d’être la vraie patrie de saint Yves et l’attachement à l’histoire du saint y est plus profond. C’est en tout cas ce que suggèrent les chiffres :

Tableau n° 3 :Yves dans les trois paroisses de Tréguier

Tableau n° 3 :Yves dans les trois paroisses de Tréguier

20Pour les deux sondages du xviiie siècle, la fréquence deYves au Minihy est double de ce qu’elle est dans les deux autres paroisses. Les chiffres atteints dans la première nommée sont énormes ; si l’on rapporte la fréquence de Yves, non pas au total des unités prénominales – comme nous l’avons fait jusqu’à présent – mais aux individus, elle signifie qu’au Minihy, en 1770-74, 29,4 % des garçons ont au baptême Yves dans leur prénom complet. Près d’un sur trois ! À Saint-Vincent et Saint-Sébastien, les proportions sont respectivement de 15,4 et 16 %.

  • 10 Cette remarque n’est pas propre à Tréguier ; nous l’avons faite pour la Normandie où, il est vrai, (...)

21Dans cet écart, on voit deux explications possibles : ou bien une différence sociale, ou bien un attachement différencié au saint. Il ne nous a guère été possible de vérifier ces hypothèses. Les indications sociales sur les registres paroissiaux sont trop peu nombreuses pour en tirer profit. Quant aux attaches avec le culte rendu à saint Yves, le test auquel on songe naturellement, celui de la comparaison avec le calendrier des pardons, ne révèle rien :Yves n’est pas attribué plus souvent dans ces périodes. Ce constat de l’indifférence au calendrier ne signifie pas indifférence religieuse. En réalité, les liens éventuels avec le calendrier supposeraient qu’on se soit affranchi des contraintes sociales et familiales, et en particulier du rapport qui attache le nom du parrain et celui de son filleul10.

  • 11 Arch. dép. Côtes-d’Armor, Bégard : Guénézan 5Mi 506, Trézélan et Saint-Norvez 5Mi 498 et 505, Botlé (...)

22C’est en sortant de Tréguier qu’on trouvera les éléments de comparaison souhaités. Pour les années 1770-74, nous avons dépouillé les registres de baptême de quatre paroisses. Deux sont aux portes de Tréguier : Trédarzec, où l’on rend un culte à « saint Yves de Vérité », et Hengoat. Deux autres sont plus éloignées, d’environ une vingtaine de kilomètres : Bégard et Louannec, dont saint Yves avait été le recteur11.

Tableau n° 4 : Part des prénoms dontYvesest un élément (en %), en 1770-74

Tableau n° 4 : Part des prénoms dontYvesest un élément (en %), en 1770-74

23Les campagnes font mieux que les paroisses urbaines de Tréguier, ce qui est peut-être l’indice d’une certaine réserve des citadins. Le Minihy, en revanche, semble bien entretenir avec le saint un lien tout particulier. Que ce lien soit identitaire ou religieux, là est bien le cœur de la diffusion de ce nom. Sous réserve de résultats plus complets issus d’autres dépouillements, nous n’avons trouvé nulle part de proportions aussi élevées pourYves. Inversement, Trédarzec et Louannec, liées au culte de saint Yves, se signalent par les pourcentages les plus faibles de cette petite série. Ce serait donc à trois types d’explications non exclusives les unes des autres qu’il faudrait songer : attachement religieux, intégration à une communauté locale, résistance sociale. Ces matériaux seront soumis à une nouvelle analyse qui sera désormais conduite à l’échelle de la Bretagne tout entière.

  • 12 Sevestre A.,Yves, Susanne, Léocadie Amarante Olimpe Marie Mathurine et les autres…L’étude des préno (...)
  • 13 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 5 Mi 553.
  • 14 Le Rigoleur, L., Jean, Marie-Anne ou Olympiade ? Les prénoms à Morlaix (1650-1850), mémoire de maît (...)

24Les dépouillements effectués sur l’état civil par des étudiants de maîtrise sont surtout nombreux dans l’Ille-et-Vilaine. De précieux sondages ont cependant été effectués dans plusieurs directions, que nous avons là encore complétés. D’abord en direction de l’ouest : dans les paroisses de l’évêché de Cornouaille qui relèvent aujourd’hui des Côtes-d’Armor12, en 1760, on trouve encore 15,8 % des baptisés qui ont Yves dans leur prénom : ce score rappelle Louannec et semble prouver une assez large diffusion du nom. Il faut pourtant rester très prudent. Dans ces paroisses en effet, Yves est en recul prononcé avec 9,6 % en 1793-94 et 6,4 % en 1820. La différence est sensible par rapport à Tréguier, où l’on n’observait qu’un modeste infléchissement au xixe siècle. Il est peut-être significatif de voir apparaître dans cette phase de recul la forme abâtardie Yvon, inconnue à Tréguier. À Mûr-de-Bretagne, la proportion n’est que de 7,3 % en 1770-177413. Autre signe, le modeste rôle de Yvonne chez les filles, même si l’unité atteint 2,7 % en 1760. Même situation en milieu urbain, à Morlaix14 :Yves y réalise des scores inférieurs à ceux de Tréguier : il oscille entre 3,6 et 7,0 % entre xviie et xixe siècle.

  • 15 Arch. dép. Côtes-d’Armor, Plourhan, 5 Mi 144, Plourivo, 5 Mi 535
  • 16 Arch. dép. Côtes-d’Armor, Saint-Brieuc 5 Mi 316.

25En retrait par rapport au cœur de l’aire de diffusion, ces chiffres sont cependant très au-dessus de ceux que nous allons croiser en Haute-Bretagne. Un premier signe est donné par deux paroisses du pays de Goëlo, géographiquement proches de Tréguier. L’une est Plourivo, aux abords de Paimpol, donc à moins de vingt kilomètres de Tréguier, soit à une distance comparable à celles qui séparent Louannec et Bégard de Tréguier ; l’autre, Plourhan, un peu plus au sud, nous fait franchir la frontière linguistique15. Dans les deux cas, ce sont les années 1770-74 qui ont été dépouillées. Les résultats sont les suivants :Yves ne concerne plus que 7,4 % des garçons à Plourivo, 8,8 % à Plourhan. Ce sont encore ces fréquences qu’on trouve à Saint-Brieuc : 8 % exactement en 176016.

  • 17 Joncquemat D., De Abel à Zoé. Les prénoms à Saint-Malo (1650-1850), mémoire de maîtrise, université (...)
  • 18 Lemée A.,Les prénoms dans les paroisses rurales du nord de l’Ille-et-Vilaine au XVIIIe siècle, mémo (...)
  • 19 Piel S., Les prénoms à Bécherel, Landujan, Médréac et Romillé de 1690 à 1850, mémoire de maîtrise, (...)
  • 20 Cuzin L., L’étude des prénoms à Auray et Crach de 1690 à 1830, mémoire de maîtrise, université Renn (...)

26Au-delà, c’est l’effondrement :Yves ne dépasse que rarement le demi point de pourcentage à Saint-Malo, fait à peine mieux à Rennes où l’unité culmine à 1,4 % en 1780, tombant à 0,4 % en 184017. Ce sont là des données urbaines, que les déplacements de population en direction des deux principales villes ont peut-être gonflées. Dans une quinzaine de paroisses rurales du nord de l’Ille-et-Vilaine18, Yvesa une fréquence de 0,4 % au xviiie siècle, tombant à 0,1 en 1820. À Bécherel et Romillé19, Yves n’existe pas, sauf une fugace apparition à la fin du xviiie siècle. Dans presque tous ces cas, Yvesest flanqué de l’hypocoristiqueYvon, dont la fréquence est négligeable mais qui n’apparaissait même pas en Trégor. On ne peut prétendre cependant que les fréquences deYves vont en diminuant au fur et à mesure qu’on s’éloigne de Tréguier : à Auray et Crach20, elles varient au xviiie siècle entre 1,5 et 2,4 %, avant de reculer en fin de période et au xixe siècle à 0,8 %.

27Ces quelques chiffres soulignent une dissymétrie fondamentale à l’intérieur de la province. Si la frontière linguistique n’apparaît pas strictement comme la limite de la diffusion du nom, Yves figure essentiellement comme unité prénominale bas-bretonne. C’est plus deErwan que deYves dont nous devons nous mettre en quête.

28Les très fortes inégalités locales dans la répartition des prénoms, mises en avant au début de ce travail, incitent à la prudence. Nous avons tenté de couvrir plus largement l’espace breton, sans toutefois espérer atteindre toutes les paroisses. Le moyen de ce complément nous a été offert par les listes de comparants aux assemblées électorales de 1789, préparant les états généraux, tenues à la fin de mars ou au début d’avril. Les procès verbaux mentionnent en effet les noms et prénoms des présents, ou d’une partie des présents. Notons bien qu’il ne s’agit plus de noms de baptêmes mais de prénoms usuels, qui peuvent être différents et sont en général plus courts. De ce point de vue, la contre-épreuve fournie par les listes de comparants était indispensable. Pour l’essentiel, si l’on considère qu’il n’y a pas rupture avec le nom donné à la naissance, elles traduisent l’influence deYves au milieu du xviiiie siècle.

  • 21 SéeH. et Lesort A., op. cit. ; SavinaJ. et Bernard D., op. cit.

29Sur ces listes n’apparaissent parfois que ceux qui appartiennent au général de la paroisse, ou ceux qui ont signé, ou ceux qui ont pris la parole. Parfois elles sont longues et plus représentatives de l’ensemble du corps social, mais nous devinons bien que la plupart du temps nous ne touchons pas les plus modestes. C’est donc un sondage inégal et orienté que nous proposons. C’est en fait l’élite de la société rurale que nous atteignons ; rarement plus d’ailleurs puisque les plus aisés répugnent souvent à donner leur prénom, ne livrant que leur patronyme, souvent « à rallonge ». Cette orientation est partout la même et ne fait pas obstacle à une enquête qui vise à vérifier, à grands traits, une répartition régionale. Les deux publications, réalisées au début du siècle, des cahiers de doléances des sénéchaussées de Rennes d’une part, de Quimper et Concarneau d’autre part, ont été les supports commodes de ce travail21. Les résultats apparaissent sur la carte et le tableau n° 4.

Tableau n° 4 : Yves sur les listes de comparants (1789)

Tableau n° 4 : Yves sur les listes de comparants (1789)
  • 22 Les paroisses dispersées, les enclaves ont été réduites, pour aboutir à des entités cohérentes du p (...)

30Note : 2222

31Partons du Trégor : on retrouve les enseignements précédents. Yves concerne pratiquement 15 % des garçons, ce qui nous ramène aux chiffres fournis par Georges Minois pour le xve siècle et à ceux que nous donnions pour le xviiie siècle. Rares sont les listes où Yvesn’apparaît pas : aucun noyau sur une carte détaillée, Yvesest partout.

32La Cornouaille présente des traits déjà différents. Une moindre fréquence, encore qu’elle demeure non négligeable, et des inégalités sensibles à travers le découpage grossier des « subdélégations ». Les paroisses issues des subdélégations du Faou et de Landerneau, celles de la subdélégation de Pont l’Abbé, sont nettement en retrait. Un examen plus attentif, paroisse par paroisse, qu’il n’a pas été possible de présenter sur la carte, montre en fait des amas qui signalent ponctuellement de très fortes fréquences deYves. Ainsi dans le cap Sizun, Pont-Croix, Audierne, Goulien et Primelin portent

33entre 15 et 22 % deYves. On retrouve un autre noyau autour de Concarneau, de Fouesnant jusqu’à Trégunc. Le niveau moyen, élevé, empêche tout de même de trouver des paroisses oùYvesn’apparaît pas.

34Allant vers l’est, en pays gallo, les différences avec le Trégor apparaissent de la manière la plus spectaculaire.Yvesne joue qu’un rôle marginal, identique à celui qui est le sien en Basse-Normandie. Prenant la route de Tréguier à Rennes, en passant par Moncontour, Montauban et Montfort, nous trouvons des valeurs d’autant plus faibles qu’on s’éloigne de l’aire initiale. Arrivés à Rennes, nous sommes passés sous la barre du 1 %. À l’écart de cette route, seule la subdélégation de Saint-Malo offre un chiffre non négligeable. Sur la frontière orientale de la province, Yves est inconnu. Encore doit-on relever que c’est encore d’une structure en noyaux qu’il s’agit. Dans la subdélégation de Moncontour, on trouve encore desYves dans presque toutes les paroisses. Plus loin, des amas autour de Broons et Yvignac, puis Montfort, enfin Rennes même. Dans la région de Saint-Malo, la concentration, toute relative, concerne strictement la vallée de la Rance.

  • 23 NeveuxH., « L’identification de l’individu par la communauté. Fontenay-en-Parisis (1545-1600) » inP (...)

35Les amas n’ont peut-être plus la signification de ceux qu’on trouvait en Cornouaille. Là, l’engagement prénominal des paroisses est suffisamment fort pour qu’on cherche des liens avec le culte de saint Yves. En Haute- Bretagne, les proportions sont tellement faibles qu’on est peut-être en présence de phénomènes banals, décrits par Hugues Neveux pour le Bassin Parisien23 : l’introduction d’un nom nouveau dans une contrée – et ici on devine le rôle de la route – appelle par les usages du parrainage un petit enracinement et une diffusion locale confidentielle. Les chiffres que nous proposons, dans les limites qui sont celles des dépouillements effectués, font donc de Yves un prénom de Basse-Bretagne.

36Les conclusions ne peuvent être que provisoires, en raison de l’état des dépouillements d’une part, et d’autre part parce que cette étude devrait être continuée avec deux préoccupations : l’une est de rapprocher la diffusion du prénom de l’ensemble des signes qui sont liés au culte de saint Yves : par exemple l’iconographie, images peintes ou statues des églises paroissiales, sans parler de ce que nous pouvons savoir des pardons. L’autre est de ne pas s’en tenir au seul prénomYves, de tenter d’autres tests sur quelques unités nommées au début de ce travail. Il nous semble qu’il y a beaucoup à gagner, à la fois pour l’histoire religieuse et pour l’histoire des prénoms. Le colloque de Tréguier apporte déjà bien des informations et la comparaison de la carte que nous avons ébauchée avec d’autres – notamment celle que présente Bernard Tanguy – offre déjà des éléments de réflexion.

37Au vu du comportement des habitants du Minihy-Tréguier comme de ceux de l’ensemble du Trégor, il est peu discutable que le prénom nous renvoie bien, dans un premier temps, à saint Yves et au culte qui lui est rendu. Les différences observées entre Trégor et Cornouaille trouvent leur pendant dans l’inégale densité des lieux de culte relevée par Bernard Tanguy. D’autres signes tendent au contraire à dissocier prénom et culte. Ainsi l’augmentation de la fréquence de Yves à Tréguier au xviiie siècle rappelle d’abord l’allongement des prénoms et le fait que les Trégorrois y ont contribué en mobilisant l’unité qui leur était la plus familière, plus qu’un éventuel regain d’intensité du culte de saint Yves. Enfin, les prénoms créent un contraste violent entre Basse et Haute-Bretagne, qu’on ne retrouve pas, à ce degré, sur la carte des lieux de culte.

38On découvre surtout une répartition régionale qui oppose les deux moitiés de la province. Si l’on s’en tient à nos résultats, et pour l’époque que nous avons étudiée, Yves est fondamentalement un nom de Basse-Bretagne, susceptible de marquer une intégration à une collectivité humaine de langue bretonne. C’est doncErwan et ses variantes qui sont des réalités,Yves n’étant que la transcription française que le curé inscrit sur ses registres. On comprendrait aussi que les citadins, et notamment les élites urbaines, plus soucieuses d’intégration et de promotion sociale par le service de l’État monarchique, aient moins souvent recouru à ce nom : c’est ce qui apparaît à Tréguier, à Morlaix. Sur les listes de comparants, dressées en 1789, dans la mesure où nous découvrons les prénoms des maires et échevins, Yves est une rareté. Que le marqueur culturel s’appuie sur un signe religieux, sur une dévotion qui trouve effectivement sa source en Basse-Bretagne, ne doit pas étonner.Léonard etMartialont connu une histoire bien proche en Limousin. Il reste que le fait religieux n’a pas suscité partout, avec autant de force, les marques d’une identité locale et que par ailleurs, l’aire du prénom en Bretagne entretient un rapport étroit avec une frontière linguistique forte. C’est dans cette double spécificité que gît l’originalité deYves.

Notes

1 En Haute-Bretagne comme en Basse-Normandie ou en Vexin. Le Limousin est plus tardif. Pour la Normandie, Lethuillier J.-P., Idéologie et mentalités : l’essor de l’individualisme en Basse-Normandie,1660-1850, thèse de doctorat, Paris I, 1993 ; pour le Vexin, DupâquierJ., « Prénoms, parrains et parenté », Mémoires de la Société historique et archéologique du Val d’Oise et du Vexin, 1980, p. 55-87 ; pour le Limousin, Pérouas L., BarrièreB., BoutierJ., PeyronnetJ.-C., Tricard J., et le groupe Rencontre des historiens du Limousin,Léonard, Marie, Jean et les autres. Les prénoms en Limousin depuis un millénaire, Paris, 1984.

2 Minois G., in Croix A. (dir.), Atlas d’histoire religieuse, Rennes, 1985.

3 Le principal d’entre eux, pour notre enquête, est celui de F. Barbu : Les prénoms à Tréguier. 1690-1854, université Rennes 2, 1997. Ont également été utilisés pour cet article ceux de D. Joncquemat, 1996, L. Cuzin, C. Gueguen, A. Lemée, S. Pelhate, S. Piel, 1997, D. Lecourtillier, 1999, S. Gahinet et A. Sevestre, 2000, L. Le Rigoleur, 2002. Pour Tréguier, les inexactitudes relevées dans le mémoire de maîtrise pour 1770-1774 ont été corrigées aux Archives départementales des Côtes-d’Armor en recourant aux microfilms 5 Mi 567-570, 742 (Saint-Sébastien), 5 Mi 565-567 (Saint-Vincent), 5 Mi 341-343 (Le Minihy) et aux registres originaux, 1 E Dépôt Tréguier, BM Saint-Vincent 1768-1791.

4 Sée H. et Lesort A., Cahiers de doléances de la sénéchaussée de Rennes pour les états généraux de 1789, Rennes, 1909 ; Savina J. et Bernard D.,Cahiers de doléances des sénéchaussées de Quimper et de Concarneau pour les états généraux de 1789, Rennes, 1927.

5 Nous appelons « prénom » d’un individu le groupement de toutes les « unités prénominales » qui le constituent.

6 On soulignera la distinction à faire entre les totaux de référence, dès lors que les prénoms complets comprennent plusieurs unités prénominales : en 1770-1774, Yves constitue 12,4 % de l’ensemble des unités et apparaît dans 21 % des prénoms complets.

7 Il suffit de regarder un calendrier diocésain du xviiie siècle pour comprendre que le nombre de saintes, peu important, n’est tolérable que parce que des translations sont possibles à partir du répertoire des prénoms masculins.

8 Joncquemat D., De Abel à Zoé. Les prénoms à Saint-Malo (1650-1850), mémoire de maîtrise, université Rennes 2, 1996 ; Lecourtillier D., Les prénoms à Rennes de 1660 à 1840, mémoire de maîtrise, université Rennes 2, 1999.

9 Cuzin L., L’étude des prénoms à Auray et Crach de 1690 à 1830, mémoire de maîtrise, université Rennes 2, 1997.

10 Cette remarque n’est pas propre à Tréguier ; nous l’avons faite pour la Normandie où, il est vrai, aucun prénom n’est aussi fortement attaché à un saint, à un culte local. De la même manière, les liens à faire avec les patrons de confrérie, pour les gens de métier, n’apparaissent pas clairement.

11 Arch. dép. Côtes-d’Armor, Bégard : Guénézan 5Mi 506, Trézélan et Saint-Norvez 5Mi 498 et 505, Botlézan et Lanneven, 5Mi 501 et 509 ; Hengoat : 5Mi 626 ; Louannec :5Mi 61 ; Trédarzec 5Mi 627.

12 Sevestre A.,Yves, Susanne, Léocadie Amarante Olimpe Marie Mathurine et les autres…L’étude des prénoms dans l’évêché de Cornouaille (Côtes-du-Nord) de 1720 à 1820, mémoire de maîtrise, université Rennes 2, 2000.

13 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 5 Mi 553.

14 Le Rigoleur, L., Jean, Marie-Anne ou Olympiade ? Les prénoms à Morlaix (1650-1850), mémoire de maîtrise, université Rennes 2, 2002.

15 Arch. dép. Côtes-d’Armor, Plourhan, 5 Mi 144, Plourivo, 5 Mi 535

16 Arch. dép. Côtes-d’Armor, Saint-Brieuc 5 Mi 316.

17 Joncquemat D., De Abel à Zoé. Les prénoms à Saint-Malo (1650-1850), mémoire de maîtrise, université Rennes 2, 1996 ; Lecourtillier D., Les prénoms à Rennes de 1660 à 1840, mémoire de maîtrise, université Rennes 2, 1999.

18 Lemée A.,Les prénoms dans les paroisses rurales du nord de l’Ille-et-Vilaine au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise, université Rennes 2, 1997.

19 Piel S., Les prénoms à Bécherel, Landujan, Médréac et Romillé de 1690 à 1850, mémoire de maîtrise, université Rennes 2, 1997.

20 Cuzin L., L’étude des prénoms à Auray et Crach de 1690 à 1830, mémoire de maîtrise, université Rennes 2, 1997.

21 SéeH. et Lesort A., op. cit. ; SavinaJ. et Bernard D., op. cit.

22 Les paroisses dispersées, les enclaves ont été réduites, pour aboutir à des entités cohérentes du point de vue de la cartographie. Des subdélégations ont été regroupées, celle de Rennes scindée en deux. Nous avons conservé à ces « subdélégations » le nom de la localité principale.

23 NeveuxH., « L’identification de l’individu par la communauté. Fontenay-en-Parisis (1545-1600) » inPopulations et cultures. Études réunies en l’honneur de François Lebrun, Rennes, 1989.

Table des illustrations

Titre Tableau n°1 : Yves dans la prénomination à Tréguier (XVIIe-XIXe siècle)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22406/img-1.png
Fichier image/png, 5,7k
Titre Tableau n° 2 : Yves au premier rang du prénom complet à Tréguier (XVIIe-XIXe siècle)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22406/img-2.png
Fichier image/png, 4,5k
Titre Tableau n° 3 :Yves dans les trois paroisses de Tréguier
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22406/img-3.png
Fichier image/png, 13k
Titre Tableau n° 4 : Part des prénoms dontYvesest un élément (en %), en 1770-74
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22406/img-4.png
Fichier image/png, 4,3k
Titre Tableau n° 4 : Yves sur les listes de comparants (1789)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22406/img-5.png
Fichier image/png, 8,1k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22406/img-6.png
Fichier image/png, 74k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540