Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Yves et les Bretons

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Georges Provost

Deuxième partie. L'enracinement breton

La cathédrale de Tréguier au temps de saint Yves

Yves Gallet

Texte intégral

  • 1 Cornon R., « La cathédrale de Tréguier », Congrès Archéologique de France, 1949, p. 102-123 ; Sure (...)

1« Incipit novum opus ecclesiae trecorensis », lit-on dans la notice obituaire de Richard du Perrier, évêque de Tréguier, à l’année 1339. Cette mention, la première de la « nouvelle œuvre » de la cathédrale, a depuis longtemps retenu l’attention des historiens de l’édifice. De manière quasi unanime, ceux-ci l’ont rapportée aux travaux de la nef, par où semble s’être ouverte la reconstruction de la cathédrale actuelle, qui succède à la cathédrale romane dont il ne reste plus que la tour Hasting, à l’extrémité du bras nord du transept1. La nef aurait ainsi été entreprise en 1339 ; dans la seconde moitié du siècle – donc très peu de temps après – aurait suivi le chevet, dont les voûtes sont timbrées des armes des évêques Pierre Morelli ou Morel (1385-1402), Yves Hirouet (1402-1403) et Hugues Stoquer (1403-1404) ; d’importants réaménagements, enfin, eurent lieu au cours du second quart du xve siècle : construction de la chapelle du duc Jean V, reprise de la dernière travée de la nef ainsi que du transept et de la tour de croisée, la charpente du clocher datant de 1432.

2Cette chronologie, acceptée sans discussion jusqu’à aujourd’hui, est cependant mise en question par le dossier de canonisation de saint Yves, qui mentionne des travaux surveillés par l’official de Tréguier – en particulier, l’abattage d’arbres et l’acheminement du bois de construction sur le chantier de la cathédrale, jusqu’à sa mise en œuvre dans l’édifice. S’il ne faut pas aveuglément ajouter foi à un dossier documentaire de ce type, aussi divertissant que soit l’épisode du « miracle de la charpente », nous avons là le témoignage que des travaux étaient en cours à la cathédrale, du vivant d’Yves Hélori, donc avant 1303.

  • 2 Le Boulc’hA.-Cl., « La nef de l’ancienne cathédrale de Tréguier et la formation d’une architecture (...)

3Mais quelle partie de l’édifice ces travaux ont-ils concerné, si la « nouvelle œuvre » n’a été entreprise qu’en 1339 ? Les tenants de la datation traditionnelle ont choisi soit de passer ce texte sous silence, soit d’en relativiser l’importance, en imaginant des travaux de faible ampleur préludant à la reconstruction de l’évêque Richard du Perrier. C’est ainsi que Raymond Cornon, en 1949, a proposé l’hypothèse d’une modeste réfection de la toiture dans le bras nord du transept, tout en admettant l’existence d’une campagne de construction touchant les deux travées occidentales de la nef dans le dernier quart du xiiie siècle. Dans un article récent, Anne-Claude Le Boulc’h a repris l’idée d’un projet de reconstruction dès les années 1290, et envisagé un scénario en trois étapes : les travées occidentales de la nef, suivies des travées orientales, puis des parties supérieures (triforium et fenêtres hautes2). Tout ceci engage à reprendre l’examen du monument, qui pose une série de questions liées les unes aux autres : comment s’est opérée la reconstruction de la nef, à quelle date chacune des étapes du chantier a-t-elle eu lieu, comment insérer dans ce déroulement la mention des travaux surveillés par Yves Hélori, quelle place cette révision chronologique confère-t-elle à la cathédrale de Tréguier dans un panorama de l’architecture gothique en Bretagne ? Ce n’est pas l’ambition des pages qui suivent de répondre à toutes ces questions. Trois points seront abordés : le début du chantier, avec la reconstruction de la façade ; la complexité et l’imbrication des campagnes de construction, principalement dans les travées occidentales de la nef ; l’étude comparative des réseaux des fenêtres hautes. Ainsi émergeront, nous l’espérons, quelques jalons, quelques repères, pour un édifice dont l’histoire reste à écrire.

  • 3 Voir l’article de L. Chauris dans ce volume.

4Tous les historiens de la cathédrale s’accordent à le reconnaître : c’est par les travées occidentales de la nef que s’est ouvert le chantier de reconstruction à l’époque gothique. Cette phase concerne le mur d’enveloppe des bas-côtés, dans les deux premières travées de la nef avec l’amorce de la troisième, ainsi que la tourelle d’escalier carrée plantée à l’angle du bas-côté sud et de la façade. Dans le bâti, cette première phase se caractérise par l’utilisation d’un appareil régulier de petit module, façonné dans des tufs ou des schistes tuffacés de tonalité gris-verdâtre3. Les limites en sont marquées par l’utilisation d’un granite blond qui, débité en blocs de plus grand module, a servi à l’est à terminer la troisième travée et, en hauteur, à monter les assises supérieures du mur des bas-côtés. La tourelle d’angle n’a, elle non plus, pas été terminée, elle s’interrompt brutalement au niveau des combles du bas-côté. Le changement de projet, au terme de cette première phase, est donc important puisqu’il affecte la conception des accès aux parties hautes : inachevé, l’escalier logé dans cette tourelle trop monumentale n’aboutit qu’aux combles du bas-côté sud.

5Il n’a jamais été explicitement souligné, en revanche, qu’au sein même de cet ensemble présenté comme homogène, des discontinuités existent. Les maçonneries du mur de façade comme celles du bas-côté sud, en particulier, se raccordent mal à la tourelle d’angle : nulle part les assises ne se correspondent, ce qui est le signe de l’antériorité de la tourelle. Un autre collage s’observe à la jonction du mur occidental du bas-côté sud et du porche en saillie sur la façade : ce dernier ne faisait donc pas partie du projet d’origine. La modification a dû s’introduire en cours de chantier et sans que les travaux ne connaissent d’interruption, étant donné que la nature de la pierre employée et le calibre de l’appareil ne changent pas. Néanmoins, cette partie de l’édifice porte la trace d’hésitations et de modifications du parti architectural.

  • 4 La cathédrale de Rochester, dans le Kent, celle de Saint-Davids, au pays de Galles, ou pourquoi pas (...)

6Qu’avait-on prévu au moment où furent lancés les travaux ? Il n’est pas facile de répondre à cette question. Cependant, l’idée même de placer une tourelle d’escalier à l’angle d’une façade dépourvue de tours, et la saillie que fait cette tourelle d’angle sur le nu du mur de la façade ou des bas-côtés, peuvent suggérer quelques pistes. Ce sont là, en effet, des traits tout à fait inhabituels dans l’architecture bretonne, et qui semblent renvoyer à des modèles angevins ou poitevins. Une comparaison avec le plan de la cathédrale de Poitiers, par exemple, s’avère très révélatrice : on y retrouve cette même tourelle à l’angle sud de la façade occidentale, imitée plus tard dans d’autres monuments régionaux, comme Cunault ou Le Puy-Notre-Dame, vers 1200 et 1210-1230. Surprenante de prime abord, et n’excluant pas des réminiscences d’outre-Manche4, une telle référence à l’architecture du domaine Plantagenêt n’aurait rien d’étonnant si l’on se rappelle que des liens s’étaient déjà tissés entre la Bretagne et le Poitou ou la Saintonge à l’époque romane : la façade de Saint-Sauveur de Dinan, la tour de croisée de Redon, la cathédrale romane de Nantes peut-être avec sa file de coupoles, en témoignent. Et ces relations se prolongent jusqu’à l’époque gothique, comme André Mussat l’a montré à propos des voûtes de la nef de Saint-Malo au xiie siècle, comme le confirmerait au xiiie siècle la façade de la cathédrale de Vannes. L’église de Brélévenez, à Lannion, prouve que ces influences se sont exercées jusqu’à proximité immédiate de Tréguier. Une interrogation subsiste : si le modèle est bien d’origine poitevine ou angevine, avait-on pour autant prévu à Tréguier une façade plate comme le frontispice de Cunault, et, derrière, la nef d’une église-halle ? Trop de preuves manquent pour l’affirmer, encore que ce soit bien au type de l’église-halle qu’ait recouru le maître d’œuvre de la toute proche Notre-Dame de Guingamp lorsqu’il conçut l’étonnant chevet de cette église, lointain dérivé de Saint-Serge d’Angers.

7Les conséquences chronologiques de ces observations sont lourdes pour le projet primitif de Tréguier. La cathédrale de Poitiers n’a guère pu être prise pour modèle longtemps après le milieu du xiiie siècle : à cette date, le parti initial de la façade est « régularisé » ou, pour mieux dire, « normalisé » et l’édifice adopte tous les caractères d’une façade à la française, à peu près au moment où le gothique Plantagenêt commence à s’effacer devant les influences du gothique rayonnant d’Île-de-France, à la suite du rattachement du Poitou au domaine royal. À partir de 1240-1250 donc, le parti initial de Poitiers semble désuet et passé de mode. Même en admettant – ultime concession à l’idée dépassée d’un retard régional – un décalage de quelques années, cela revient à placer le démarrage des travaux de Tréguier au début du troisième quart du xiiie siècle, donc à une date beaucoup plus haute que toutes les chronologies présentées jusqu’à aujourd’hui, et en tout cas très largement antérieure à 1339.

8Tous les historiens qui, depuis les études de Raymond Cornon, ont souscrit à l’idée que la nef avait été entreprise en 1339 n’ont semble-t-il pas prêté attention au télescopage avec la chronologie du chevet. Celui-ci était en cours de voûtement entre 1385 et 1404, ce qui suppose qu’il fut entrepris au plus tard dans le dernier quart du xive siècle, sans doute même un peu avant. Voilà qui, par contrecoup, laisse à penser que la nef aurait été élevée dans un délai extrêmement bref, entre 1339 et 1360-1370 environ, d’autant plus bref qu’en raison de la Guerre de Succession s’ajoute une interruption probable des travaux de 1345 (sac de la cathédrale par les Anglais) à 1349 (translation solennelle du corps de saint Yves dans l’église). Si vraiment elle avait été bâtie en un temps record, la nef devrait présenter une certaine homogénéité. Or, c’est tout le contraire que nous observons. Anne-Claude Le Boulc’h a balisé les grandes étapes du chantier (travées occidentales, puis travées orientales, et enfin les parties supérieures) et montré que la construction s’était étalée dans le temps. Il faut aller plus loin, car cette partie de l’édifice s’avère d’une complexité archéologique insoupçonnée.

9Plusieurs indices font prendre conscience de l’hétérogénéité du monument au visiteur qui pénètre dans la nef de la cathédrale. Les plus évidents sont la diversité des piles des arcades, le style changeant des chapiteaux (à corbeille lisse, historiés, figurés…), ou les irrégularités des arcatures du triforium. D’autres, plus subtils, sont également à prendre en compte : la nature des pierres employées (granite, calcaire, tufs) et leur mise en œuvre (appareil régulier, moëllons grossièrement équarris), le système de réception des nervures du voûtement (sur colonnette portée par une console sculptée, ou sur colonnette triple montant de fond), la reprise de courbure des ogives des bas-côtés, ainsi que la simplification de leur profil au-dessus du tas-de-charge, les hauteurs différentes des socles des piles, dans les travées orientales réputées homogènes, etc. Il n’est pas facile d’ordonner cette réalité confuse, mais quelques grandes lignes peuvent être dégagées.

  • 5 La construction de l’abbaye de Beauport était en voie d’achèvement vers 1260-1270 : de cette époque (...)

10Les éléments les plus anciens, du point de vue stylistique, semblent être les courtes colonnettes qui, dans les bas-côtés, reçoivent les branches d’ogives de la voûte. Dans les deux travées occidentales, ces colonnettes reposent, à 3,5 m de hauteur environ, sur une console sculptée d’un masque et sont coiffées de chapiteaux à crochets sous un tailloir circulaire. Ce genre de supports, le style de la sculpture décorative, le type du tailloir circulaire, tout nous renvoie ici à l’art gothique normand, dans une version peut-être un peu provinciale. Un équivalent assez proche, dans la structure sinon dans le style, se rencontre dans la petite église d’Auvers (Manche). L’ensemble est ici réalisé dans un calcaire blanc-jaune clair, employé aussi pour certains claveaux des ogives. Peut-être s’agit-il d’une pierre d’importation. Elle renforce en tout cas l’air de parenté avec les œuvres normandes, et tranche avec les schistes tuffacés utilisés lors de la première phase de construction. Des ruptures s’observent d’ailleurs entre les assises du mur et les tambours des colonnettes, ce qui invite à penser que ce système de réception des nervures a été inséré – et donc conçu – après-coup dans un mur déjà élevé jusqu’à une certaine hauteur. On peut en conclure qu’une vague d’influences normandes s’est imposée en cours de chantier. Il faudrait véritablement négliger la réalité stylistique pour placer ces travaux après 1339. Les caractères de la sculpture n’autorisent pas à descendre plus bas que le troisième quart duxiiie siècle, ce qui est conforme à ce que l’on sait par ailleurs de la diffusion du gothique normand en Bretagne, et en particulier dans le Trégor et en Goëlo, grâce au chantier de l’abbaye prémontrée de Beauport5.

11La suite des travaux est moins claire. A-t-on d’abord monté les piles des deux travées occidentales de la nef, ou a-t-on poursuivi l’édification des bas-côtés par le mur d’enveloppe des travées orientales avant d’en venir aux grandes arcades du vaisseau central ? L’emploi exclusif du tuf pour les piles cylindriques de la première travée et pour le socle des piles de la travée suivante, l’usage partiel du calcaire pour certaines des grandes arcades, feraient davantage pencher pour la première hypothèse, puisque c’étaient déjà les roches utilisées au début du chantier. À l’inverse, dans les travées 3 et 4 du bas-côté nord, c’est le même système de réception des ogives, sur courtes colonnettes portées par un culot sculpté ou parfois simplement coudé, qui se prolonge des premières travées aux suivantes. Jusqu’où exactement, il n’est pas aisé de le dire, en raison des remaniements liés à la construction de la chapelle de Jean V au xve siècle. L’important est que les formes restent normandes : on peut en inférer que la construction des travées orientales du bas-côté nord suit celle des premières travées. Les différences résident, pour les colonnettes, dans l’emploi d’un granite (de l’Île-Grande ?) au lieu du calcaire, et pour le mur, dans l’appareil très irrégulier : la maçonnerie est tout entière constituée de moëllons pour certains à peine équarris. Ces changements peuvent s’expliquer de plusieurs manières : un atelier régional a pu prendre la suite des artistes normands, en en conservant l’esprit et les formes mais en ayant recours à un matériau local ; ou bien le chantier s’est poursuivi à moindres frais, ce qui expliquerait la substitution du granite à un matériau aussi coûteux que le calcaire et l’utilisation de simples moëllons pour monter les murs. On peut d’ailleurs encore imaginer que ces murs grossièrement maçonnés soient ceux de la nef romane, conservés pour d’évidentes raisons d’économie : cette hypothèse, assez nouvelle, peut s’appuyer sur une comparaison avec les parois de la tour Hasting, où l’on observe le même usage systématique du moëllon. Bien sûr, aucune de ces explications n’est exclusive et il n’est pas interdit de penser que peu de temps après le début des travaux, des difficultés financières aient conduit à une courte interruption du chantier, dispersant maçons et sculpteurs normands : il aurait ensuite été décidé poursuivre la reconstruction, mais à l’économie, en conservant les murs de la nef romane, en approvisionnant le chantier avec des matériaux de provenance locale, en faisant appel à une main d’œuvre locale elle aussi, mais formée par le premier atelier. Mais cette reconstitution relève, est-il besoin de le préciser, du domaine de l’hypothèse.

  • 6 Mussat A.,Arts et cultures de Bretagne,op. cit., p.82 ; id., « Un monument clé : Notre-Dame de Guin (...)

12C’est encore une équipe locale qui entreprit de monter les piles des premières travées de la nef. Celles en granite qui font suite aux grosses piles rondes de l’ouest, avec leurs quatre colonnes engagées sur un noyau circulaire presque entièrement masqué, sont pratiquement de véritables piles quadrilobées, un type de support assez rare dans l’architecture gothique. Au revers de la façade, les arcades, qui ont dû être construites avec les piles, sont reçues sur une monumentale console, qui comporte autant de petits culots individualisés qu’elle reçoit de rouleaux, l’ensemble prenant l’allure très caractéristique d’un nid d’hirondelles. C’est dans un édifice régional, le chevet de Notre-Dame de Guingamp, que nous trouvons la source de ces deux éléments. Le fait est connu et signalé depuis longtemps. Par malheur, cet édifice est daté de manière approximative : André Mussat – qui étonnamment en fait une œuvre d’inspiration anglaise alors qu’elle amalgame des traditions angevine, bien visible dans la structure de l’église-halle, et normande, sensible dans le traitement de la sculpture décorative – le place dans le premier quart duxive siècle ou vers 13506 ; mais le choix de la pile quadrilobée, la structure des consoles en nid d’hirondelle, qui se retrouvent à Redon peu avant 1300, ainsi que le style des chapiteaux, engagent à vieillir ce chevet de quelques décennies et à lui assigner une date voisine de 1280-1300. Les piles occidentales de la nef de Tréguier doivent en être sensiblement contemporaines.

13À partir de là, l’avancement du chantier se lit sans guère de difficulté ; mais contre toute attente, il ne suit pas un rythme ouest-est régulier. On commença par planter les piles de la troisième travée, dont la structure se répond au nord et au sud : ce sont de puissantes piles octogonales, comportant une colonnette sur les faces tournées vers le bas-côté ou l’intrados des arcades, et un faisceau de trois colonnettes du côté du vaisseau central. Il serait tentant d’attribuer à la campagne suivante les piles de la quatrième travée, mais d’évidence, celles-ci sont plus tardives. Rappelons que le chantier avait progressé plus vite du côté nord qu’au sud. Le maître d’œuvre a voulu rattraper le retard et ses premières préoccupations ont concerné le bas-côté sud, dont les travées 3 à 7 ont alors été construites. Comme au nord, le mur gouttereau est monté en mauvais moëllons, ce qui peut faire penser que la carcasse de la nef romane a ici encore été conservée. Mais pour recevoir les nervures du voûtement, un nouveau système a été conçu : au lieu des colonnettes sur culot que l’on voit dans les travées occidentales, c’est un élégant faisceau de trois fines colonnettes montant de fond et coiffées de chapiteaux à crochets feuillagés qui a été mis en place. À cette campagne, il faut associer la pile de la cinquième travée, côté sud, dont la structure répond aux trois colonnettes du collatéral. Par la suite, ce sont les trois dernières piles du vaisseau central, côté nord, qui ont été élevées : homogènes à quelques détails près, ces minces piles octogonales – peut-être d’origine anglaise – doivent appartenir à une seule et même phase de construction. Enfin furent implantées les piles sud de la quatrième travée et de la sixième. Compte tenu de l’ampleur des travaux conduits depuis la construction des piles occidentales de la nef, on peut situer l’achèvement des parties basses, de manière approximative bien entendu, vers 1310-1320. C’est alors, et alors seulement, que l’on entreprit de voûter l’ensemble des bas-côtés.

14Il importe en effet de remarquer que, pendant tous ces travaux, on n’a pas immédiatement voûté les parties construites. Dans les bas-côtés, la plupart des départs de voûte ont été laissés en attente. On en juge aisément à la reprise dont ils ont fait l’objet ultérieurement. Au-dessus du tas-de-charge, le profil des ogives a été simplifié, quand ce n’est pas la courbure même de l’arc qui a été modifiée. Pour les piles sud de la quatrième travée et de la sixième, en revanche, on n’observe aucun hiatus entre le départ des ogives et les claveaux qui s’appuient directement sur le tas-de-charge : c’est donc immédiatement après l’édification de ces piles que l’on entreprit de voûter les bas-côtés. Cette observation n’est pas anodine, car elle révèle que le chantier n’a pas avancé par tranches verticales d’ouest en est. On ne saurait par conséquent retenir l’idée d’une construction en deux phases, opposant les trois travées occidentales, avec toute leur diversité parfois qualifiée d’« expérimentale », aux quatre travées orientales, plus homogènes et donc réputées œuvre d’un architecte davantage maître de son art. La réalité est beaucoup plus complexe, le chantier ayant concerné l’ensemble des parties basses.

15Cette impression d’une marche heurtée, presque chaotique, qui s’impose à l’analyse des travaux de reconstruction rend improbable l’idée que le chantier ait été mené rapidement, entre 1339 et les années 1360-1370. Trop de remaniements se succèdent pour que tout puisse se jouer en l’espace de vingt ou trente ans. Et encore ce rapide passage en revue des problèmes archéologiques que pose l’édifice n’a-t-il pas pris en considération la construction du triforium ni celle des fenêtres hautes, ni l’adjonction des porches, l’un à l’ouest, l’autre au sud. Dans ces conditions, et compte tenu de ce que les critères de style indiquent des datations sensiblement plus hautes que le xive siècle, il paraît préférable de penser que les travaux, démarrés peu après le milieu du xiiie siècle, se sont poursuivis en une série de campagnes imbriquées les unes dans les autres jusque vers 1310 ou 1320 environ. C’est probablement l’une ou l’autre de ces campagnes qu’a supervisée Yves Hélori.

16A quel état du chantier peut alors correspondre la mention de 1339 ? L’expression d’« œuvre nouvelle » pourrait inviter à l’appliquer au début de la construction du chevet, quoique les historiens aient en général opté, pour cette partie de l’édifice, en faveur d’une date plus basse. Si cette suggestion est recevable, on peut en proposer une autre, fondée sur l’examen des réseaux des fenêtres hautes de la nef, à charge pour les recherches à venir de trancher la question.

17Les fenêtres hautes de la nef sont, sans exception, des baies à réseau de style rayonnant. L’agencement des lancettes et des polylobes varie d’une baie à l’autre, mais il ne faut pas voir là l’indice d’une progression chronologique de la construction : à partir de la fin du xiiie siècle, cette diversité fait partie des effets artistiques que recherchent les maîtres d’œuvre, chacun s’essayant aux compositions les plus virtuoses ou les plus novatrices. De ce point de vue, d’ailleurs, les impressionnantes roses des chapelles du chevet constituent une sorte d’aboutissement. Mais, plus intéressant dans l’optique qui est la nôtre, ces dessins autorisent des comparaisons précises avec des édifices bien datés, qui permettent de caler la chronologie de la cathédrale de Tréguier.

  • 7 Sur Strasbourg : Recht R.,L’Alsace gothique, de 1300 à 1365, Colmar, 1974, p. 54, ainsi que Becksma (...)

18C’est en particulier la fenêtre haute de la deuxième travée occidentale de la nef, côté sud, qui retient l’attention. Au-dessus de trois lancettes en arc brisé à tête trilobée, le réseau comprend trois quadrilobes, enfermés dans trois losanges à côtés convexes ; les deux losanges inférieurs sont légèrement inclinés vers le centre de la baie, si bien qu’ils se joignent au losange supérieur par l’un de leurs sommets. Dans les régions les plus à la pointe de l’innovation artistique, comme la vallée du Rhin, cette composition savante et recherchée n’apparaît guère avant la fin des années 1330 ou vers 1340 : c’est le cas à la chapelle Sainte-Catherine de la cathédrale de Strasbourg, vers 1339-1345, ou dans les fenêtres hautes de la nef de Fribourg-en-Brisgau, un peu plus tôt peut-être, au maître-autel de l’église d’Oberwesel, près de Mayence, vers 1340-1350, à Saint-Martin de Colmar, avant 1350, etc.7D’autres fenêtres de Tréguier trouvent elles aussi des correspondants précis dans l’art des années 1330-1340 : il en est ainsi de la fenêtre de la quatrième travée, côté nord, qui offre un dessin très similaire à certaines baies de la nef d’Oppenheim, l’un des chefs-d’œuvre du gothique rayonnant de Rhénanie, vers 1320-1340. Il n’est pas surprenant d’observer, à de si grandes distances, des compositions aussi proches étant donné la circulation des dessins sur parchemin et des carnets de modèles, qui se multiplient à cette époque.

19Voilà qui redonne tout son intérêt à la date de 1339 mentionnée pour le chantier de Tréguier : à en juger par le style, on peut en effet penser que cette date conviendrait tout à fait pour le début de la construction des fenêtres hautes. L’achèvement de la nef se situerait alors vers 1350-1360, ce qui serait parfaitement compatible avec le démarrage des travaux du chevet dans le dernier tiers du siècle.

20Mais comment expliquer, dans cette hypothèse, que la notice obituaire de l’évêque Richard du Perrier parle d’une « nouvelle œuvre » (opus novum), expression qui laisse augurer d’une reconstructiona fundamentisbien plus que du simple redémarrage d’un chantier ancien ? La réponse tient vraisemblablement à l’ampleur du parti dans lequel s’inscrit la construction des fenêtres hautes. À considérer la nef du côté sud, on se rend compte en effet que cette phase d’activité du chantier fait partie d’un projet de plus grande envergure qui intègre la construction du porche méridional et qui inclut, donc, une redéfinition des accès à l’église. Il ne fait aucun doute, malgré l’avis contraire de Raymond Cornon, que ce porche est une adjonction postérieure à la nef : les ruptures d’assises, visibles à l’intérieur du porche comme à l’extérieur, en témoignent. Mais par sa conception, ce porche est lié au chantier des parties hautes, car les arcs-boutants de la cinquième travée ont manifestement été pensés en fonction du porche. Ceux-ci, dans leur structure (volée unique reçue par une culée traversée d’un passage), dans leurs proportions et par la hauteur à laquelle ils viennent s’appuyer au mur, par la nature et la mise en œuvre du matériau dont ils sont construits (granite blond et rose), ne diffèrent pas de leurs voisins et doivent donc leur être contemporains. Mais ils ne comportent pas de dais pour les sculptures sur la face de leur culée tournée vers la place, car des sculptures auraient été masquées par la saillie du porche. De même, leurs gargouilles sont volontairement déviées sur le côté, ce qui indique que le système d’évacuation des eaux de pluie a été imaginé en lien avec la construction du porche. Lorsque s’ouvrit la dernière phase du chantier de la nef, on entreprit donc des modifications de grande ampleur : non seulement on voulut donner à ce grand vaisseau un clair étage dans la mode rayonnante la plus récente, mais c’est aussi la logique des accès à l’église qui fut entièrement repensée par l’adjonction d’un porche au droit de la cinquième travée. Voilà qui, sans doute, suffirait à justifier l’expression opus novum. Est-ce d’ailleurs un hasard si la travée retenue pour ce nouveau porche est la plus profonde de la nef, si elle correspond, au nord, aux limites de la future chapelle du duc Jean V, si elle livre aujourd’hui encore accès au tombeau de saint Yves, et si la date de 1339 tombe au beau milieu de l’enquête de canonisation qui, entreprise vers 1330, allait trouver son achèvement en 1347 ?

21On aurait donc tort de continuer à penser, au mépris de la réalité archéologique et des textes, qu’à Tréguier, la reconstruction de la nef de la cathédrale ne prit son essor qu’à partir de 1339, date à laquelle la « nouvelle œuvre » apparaît dans notre documentation. À suivre la marche détaillée des travaux, les repentirs, les nombreux changements de parti, on s’aperçoit au contraire que le chantier fut plus complexe, plus tourmenté et surtout plus long qu’il n’a été dit. Entreprise peu après le milieu du xiiie siècle, la nef ne fut à peu près achevée qu’un siècle plus tard. Ainsi, de sa naissance vers 1253 jusqu’à sa mort en 1303, Yves Hélori a vécu dans une cathédrale bruissant de l’activité quasi permanente des tailleurs de pierre. Et très vraisemblablement la part prise par l’official de l’évêque à l’administration de l’œuvre, en particulier à la surveillance de l’abattage et à l’acheminement du bois de construction qu’évoque le procès de canonisation, doit-elle se comprendre dans le contexte de cette nef gothique qui n’est alors qu’un vaste chantier. Est-ce pour magnifier l’accès au tombeau déjà vénéré du futur saint qu’en 1339, peu de temps après le début du procès de canonisation, l’évêque Richard du Perrier décida de doter le portail sud d’un porche monumental et de faire enfin achever, dans un vocabulaire rayonnant à la pointe de la modernité, les niveaux supérieurs de la nef : bref, de faire une nouvelle œuvre pour un nouveau saint ? L’explication aurait le mérite d’accorder les textes à la chronologie monumentale de la cathédrale. Elle pose aussi, en termes renouvelés, la question de la place qu’occupe l’édifice au sein de l’évolution de l’art gothique en Bretagne.

Notes

1 Cornon R., « La cathédrale de Tréguier », Congrès Archéologique de France, 1949, p. 102-123 ; Surel F., « Tréguier »,Dictionnaire des églises de France, Laffont, 1968, t. 4a, p. 153-155 ; Mussat A.,Arts et cultures de Bretagne. Un millénaire, Berger-Levrault, 1979, p. 82-86 ; Barrié R., « La cathédrale Saint-Yves de Tréguier et l’architecture bretonne du xive siècle », Mémoires de la société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, 1983, p. 286-294.

2 Le Boulc’hA.-Cl., « La nef de l’ancienne cathédrale de Tréguier et la formation d’une architecture gothique régionale », Annales de Bretagne, t. 109, 2002-2, p. 35-58. Pour J.-J. Rioult (« Tréguier », dans Bretagne. Dictionnaire guide du patrimoine Bretagne, Monum, 2003, p. 484), la nef a été entreprise en 1296.

3 Voir l’article de L. Chauris dans ce volume.

4 La cathédrale de Rochester, dans le Kent, celle de Saint-Davids, au pays de Galles, ou pourquoi pas celle de Salisbury, quoique d’une tout autre en vergure, présentent dès la fin du xiie siècle et au xiiiedes façades d’un type proche de celui projeté, peut-être, pour la cathédrale de Tréguier au tout début des travaux. De toute façon, les comparaisons restent dans les limites du domaine Plantagenêt : Y. Blomme ne s’y est pas trompé en soulignant les affinités qu’entretenait le parti de la façade de Poitiers avec plusieurs églises d’Angleterre : cf.« La construction de la cathédrale de Poitiers au temps de l’évêque Jean de Melun (1235-1257) », dans GalletY., dir.,Art et architecture à Melun au Moyen Âge, Picard, 2000, p. 259-272.

5 La construction de l’abbaye de Beauport était en voie d’achèvement vers 1260-1270 : de cette époque peut être daté le réfectoire, dont les chapiteaux ne sont pas sans ressemblance avec un chapiteau en calcaire du porche occidental de Tréguier. L’abbaye de Beauport fait actuellement l’objet d’un mémoire de maîtrise, par V. Trévian, à l’Université de Poitiers, qui devrait aboutir à une révision de nos connaissances sur ce chantier, véritable relais du gothique normand en Bretagne occidentale.

6 Mussat A.,Arts et cultures de Bretagne,op. cit., p.82 ; id., « Un monument clé : Notre-Dame de Guingamp », Mémoires de la société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne,1979, rééd. Dans Bretagne. Architecture et identités(textes réunis par D. Leloup), PUR, 1997, p. 355-370.

7 Sur Strasbourg : Recht R.,L’Alsace gothique, de 1300 à 1365, Colmar, 1974, p. 54, ainsi que BecksmannR., « Architecture, sculptures et verrières de la chapelle Sainte-Catherine de la cathédrale de Strasbourg », Bulletin de la cathédrale de Strasbourg, t. 25, 2002, p. 113-134. Sur Fribourg et la nouvelle datation de la nef : SchlinkW., « Les rapports entre Fribourg et Strasbourg dans le domaine de l’architecture gothique », Bulletin de la cathédrale de Strasbourg, t. 25, 2002, p. 135-150. Sur Colmar : MonnetB. et MeyerG., « La collégiale Saint-Martin de Colmar », Congrès Archéologique de France, 1978, p. 33-51. Pour Oberwesel : KesselV., « The Gothic liturgical furnishings of the Liebfrauenkirche in Oberwesel », à paraître dans les actes du congrès de la British Archaeological Association à Mayence (2003). De manière générale : NussbaumN.,German Gothic Church Architecture, Yale University Press, New Haven–Londres,2000.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540