Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Yves et les Bretons

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Georges Provost

Première partie. Les prémices médiévales

Le reliquaire de Quimper

Pierre-Yves Lambert

Texte intégral

1Un reliquaire de saint Yves a été récemment acquis par le Musée départemental breton de Quimper, avec le concours du Fonds régional d’acquisition pour les Musées de Bretagne. Il a reçu le numéro d’inventaire 2002.11.1. Le conservateur, Philippe Le Stum, m’a permis d’examiner l’objet à loisir. Il se trouve que j’ai eu l’occasion d’étudier l’objet avant même son entrée au musée : les conservateurs du Louvre m’avaient en effet contacté pour avoir mon avis sur les inscriptions gravées quand l’objet appartenait encore à un antiquaire parisien (avril 2002). Depuis, l’abbé Yves-Pascal Castel a lui aussi examiné les inscriptions, et il en a donné une lecture bien meilleure que celle que j’avais d’abord tentée. Toutefois, si dans la plupart des cas j’ai adhéré volontiers aux corrections proposées par l’abbé Castel, il est resté un point de divergence, sur un seul mot, comme on verra plus loin.

  • 1 Le StumPhilippe, « Une acquisition exceptionnelle du Musée départemental breton (Quimper) : un reli (...)
  • 2 Il existe une bibliographie abondante sur le livre reliquaire de Quemperven :Chefs-d’œuvre de l’orf (...)

2Ce reliquaire a déjà fait l’objet de publications par Philippe Le Stum, notamment dans la nouvelle revueArmorik1. En forme de diptyque, il est par sa structure et sa décoration tout à fait parallèle au livre-reliquaire de Quemperven2, daté de 1425. Les dimensions des deux objets sont comparables, comme l’a souligné Philippe Le Stum. Les deux reliquaires comportent des panneaux figuratifs qui sont traités dans le même style de gravure. Il ne fait pas de doute que nous avons ici deux pièces d’orfèvrerie contemporaines (début xves.), et remontant probablement au même atelier, celui d’un orfèvre anonyme de Tréguier. Les inscriptions du nouveau reliquaire apportent, je crois, des précisions sur la provenance de l’objet.

Les inscriptions entourant chacune des reliques à l’intérieur du livre-reliquaire

3Il y a d’abord une grande inscription tournante, sur l’une des faces internes du diptyque :

Rel(iquiae) be(ate) Anne m(at)ris M[a]rie
Item b(eat)i Yuonis Louanec

4C’est sur le dernier mot que je m’écarte de la lecture de l’abbé Castel : pour lui, ce serait plutôt un nom d’artisan ou de commanditaire, commençant parIo(hannes) : IO[…] DUNEC, ou ONNEC. Il faut bien reconnaître que la troisième lettre du mot est assez douteuse, dans sa partie supérieure : il y a deux jambages assurés, mais pour le reste, on pourrait supposer aussi bienu que a ou b. Une lecture Lohanec

34 Yuonis Louanec/Lohanec
  • 5 Il est possible que Heloury représente une prononciation /helovri/, conforme à l’origine du mot qui (...)

5Les dénominations habituelles, rappelons-le, sont Yves Hélori et Yves de Kermartin. Dans le premier cas, on précise le nom du père. Contrairement à ce qui est dit le plus souvent, dans le nom « Yves Hélori », Hélori n’est pas un nom de famille, mais un patronyme au sens propre : le nom du père accolé au nom personnel5. Dans le cas de « Yves de Kermartin », on précise le nom de la seigneurie détenue par la famille (le manoir de Kermartin en Minihy-Tréguier). C’est un exemple typique du nom d’origine toponymique ; ce type de nom n’implique pas nécessairement, en Bretagne, un statut noble.

6C’est sur le même type d’information que l’abbé Castel s’est trouvé en désaccord avec René Couffon dans la lecture de l’inscription du reliquaire de Quemperven : là où René Couffon lisait « par Ian Criste » (par étant abrégé en p-,christ étant représenté par une croix), l’abbé Castel a proposé « pour Lanchrist », nom d’un monastère ou d’une chapelle. Cette fois, c’est le contraire : je crois lire un nom de lieu – Louanec – et l’abbé Castel lirait plutôt un anthroponyme, le nom de l’artisan ou le nom du bailleur de fonds. Il est bien connu qu’en épigraphie, ce sont généralement les noms propres qui posent problème : ce sont eux qui nous renvoient à des cas singuliers, ou même uniques. Ils caractérisent la provenance, dans le cas des toponymes ; dans le cas des anthroponymes, ils renvoient à des individus datables, et parfois « historiques ».

7Des inscriptions circulaires entourent les montres de quatre reliques. Cette fois, la disposition n’a plus rien à voir avec celle du reliquaire de Quemperven, où la liste des reliques est écrite sur une feuille de parchemin. On suivra ici entièrement les lectures de l’abbé Castel :

Beati Ane masm
= beate An(n)e ma(tri)s m(arie)
de s(an)c(t)o Yuone confessor(e) Beati (C)orneli pape
Beati Medardi

8Enfin, on relève, à l’extérieur du diptyque, sur ce qui serait la tranche du livre, trois devises qui semblent être des devises nobiliaires : sur l’un des petits côtés, Mat ve

9La distribution exacte des devises n’est pas tout à fait évidente. Par exemple, on pourrait se demander si la répétition de Mat ve est déjà dans la devise (« Mat ve, mat ve »), ou bien si c’est deux fois la même devise « Mat ve »… Rien ne permet de décider. Mais il semble bien que Pret viheetPan garo Doe, bien qu’inscrits sur la même face et dans le même sens, soient deux devises distinctes l’une de l’autre, car on n’attend pas un subjonctif imparfait vihe dans le verbe principal, s’il y a une subordonnée temporelle au futur (garo).

10Concernant les reliques elles-mêmes, le culte des saints Corneille ou Cornély (Corneille, pape, mort en 253) et Médard (évêque de Noyon, vers 470-vers 558) est extrêmement répandu à la campagne : Médard est invoqué pour la pluie, Cornély est souvent représenté avec un bœuf ; il est considéré

Les devises inscrites sur la tranche.

11comme protecteur du bétail, car l’un des actes principaux de son pontificat a été d’interdire les sacrifices païens. Quant à Anne et Yves, on pourrait difficilement trouver en Bretagne des cultes plus répandus (mis à part celui de la Sainte Vierge). On retrouve les deux saints mentionnés dans la liste des reliques du reliquaire de Quemperven. Mais la précision de Louannec est particulièrement intéressante : elle pourrait bien signifier que le reliquaire est celui de l’église de Louannec ; sinon, il faut y voir au moins le signe d’une certaine familiarité avec le saint, ce qui suggère aussi que l’objet provient d’un lieu où la biographie de saint Yves est bien connue : sans doute l’évêché de Tréguier.

12On notera en passant un détail touchant la mention de la relique de saint Yves sur les deux reliquaires. À Quemperven, la mention est très longue :

Reliquie be(ati) yuonis conf(essoris)
Et(iam) h(uius) linteamine cecid(erun)t sacramenti

  • 6 René Couffon en a trouvé la mention dans des inventaires de la fabrique paroissiale de Louannec de (...)

13probablement pour :etiam, (quae de) huius linteamine ceciderunt sacramenti, « aussi, ce qui est tombé de son vêtement sacramentaire », ce qui est à mettre en rapport avec la fameuse relique de la chasuble de saint Yves, conservée à Louannec6. Or le reliquaire nouveau emploie, pour la relique de saint Yves, une expression différente de celle qu’il utilise pour les autres reliques : les autres sont définies simplement par le génitif du nom du saint, mais pour saint Yves, la formule est constituée de la prépositionde+ ablatif : « (objet) venant de saint Yves, confesseur », ce qui, à mon avis, implique moins une partie du corps ou du squelette, qu’un objet familier, un objet associé à l’activité et à la vie du saint, par exemple sa chasuble. Le parallèle se précise donc, et le reliquaire du Musée de Quimper trouve ici un nouveau lien avec la paroisse de Louannec.

14Peut-on, dès lors, localiser les trois devises extérieures comme appartenant à des maisons nobles de la paroisse de Louannec ? C’est la question que je voudrais résoudre dans cette partie finale, mais il est nécessaire auparavant de poser quelques repères.

  • 7 Cf.les suppléments apportés par le chanoine Peyron à laVie des saints de Bretagne Armorique, par Al (...)

15En premier lieu, sommes-nous sûrs qu’il s’agit de devises nobiliaires ? Les prélats et plusieurs notables ont pu adopter des devises personnelles qui n’avaient pas nécessairement de rapport avec leurs origines familiales. Dans la région, il n’y a guère que l’évêque de Tréguier et, éventuellement, les dignitaires du chapitre qui auraient pu avoir une devise personnelle. Mais les devises des évêques de Tréguier ne nous sont connues qu’à partir du xviiesiècle7. La recherche mène donc à une impasse documentaire.

  • 8 Guichard Georges, « Des devises en moyen-breton dans un traité d’héraldique de 1644 »,Bretagne et (...)
  • 9 Potierde CourcyPol,Nobiliaire et Armorial de Bretagne, 1846, plusieurs fois réédité (en dernier lie (...)
  • 10 Louis Esquieu a donné en deux livraisons un « Devisaire breton », dans le Bulletin de la société ac (...)
  • 11 E. de Boceret a réuni aussi un « Devisaire de Bretagne », Vannes Lafolye, 1894, 233 p. Publié par l (...)
  • 12 Article intitulé « Geriou Tud-chentil Breiz », (« Devises des Nobles de Bretagne »), paru dansFeiz (...)
  • 13 Chassant A., Tausin H., Le Dictionnaire des devises historiques et héraldiques, 3 vol., Paris, 1878 (...)

16Il y a de la même façon une lacune documentaire pour les devises nobiliaires. On trouvera un début de bibliographie dans un article de Georges Guichard8 :la plupart des sources disponibles sont tardives, le premier recueil à peu près fiable étant celui de Pol Potier de Courcy,Nobiliaire et Armorial de Bretagne, 1846, plusieurs fois réédité9. On y rencontre de nombreuses devises, même en breton, alors que les devises bretonnes sont toujours omises dans l’Armorial d’Hozier. G. Guichard, dans l’étude déjà citée, a mis en valeur la qualité de certaines sources anciennes, comme le travail de Guillaume Le Borgne et celui de Marc de Vulson, La science héroïque(1644). Il existe plusieurs recueils de devises nobiliaires de Bretagne, par Esquieu10, Boceret11, ou Le Guennec12, mais tous ces travaux paraissent être des compilations de seconde main. Il en va de même pour le recueil beaucoup plus général de Chassant et Tausin13.

  • 14 On trouvera ces récriminations dans le Bulletin de lAssociation Bretonne, classe d’archéologie, t. (...)
  • 15 Couffon René, « Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier »,Mémoir (...)

17La recherche concernant ces trois devises nobiliaires va-t-elle nous ramener à Louannec ? Par précaution, j’ai parallèlement étudié l’histoire locale de Louannec, de façon à déterminer quelles étaient les familles nobles présentes au xve siècle à Louannec ou dans la succursale de Kermaria-Sulard. La destruction de l’ancienne église paroissiale Saint-Yves de Louannec en 1896 nous prive certainement de plusieurs indices – on sait quelles fulminations l’historien Arthur de La Borderie a lancées contre les vandales qui ont ainsi détruit « la relique la plus insigne de saint Yves », c’est-à-dire l’église où il avait exercé la charge de recteur durant les onze dernières années de sa vie14– mais la nouvelle église, comme le signale le Répertoire de René Couffon15, conserve (outre les précieuses reliques de saint Yves) un enfeu provenant de l’ancienne, avec une statue tumulaire de Tristan de Coetmen, sieur de Boisguezennec. Le même Répertoiresignale qu’il y avait dans la paroisse deux seigneuries, Barac’h et Boisguezennec.

  • 16 Couffon René, « Note sur un rentier du xve siècle de la paroisse de Louannec », Mémoires de la Soci (...)

18Le même René Couffon a signalé16en 1929 un rentier de la fabrique de Louannec, qui comporte essentiellement plusieurs inventaires successifs, allant de 1474 à 1492, plus les actes de fondations faites par de riches paroissiens. Ce document nous intéresse à deux titres : d’une part, on peut relever dans ce rentier plusieurs noms de familles nobles implantées à Louannec. Il faut toutefois tenir compte d’un certain écart chronologique, puisque le rentier est de la fin du xve s. tandis que le reliquaire est du début du xve. D’autre part, les inventaires auraient pu garder la trace du reliquaire qui nous occupe. René Couffon a fait observer que c’est en effet le premier document où soit signalée la « chemise de saint Yves » (inventaires de 1481 et de 1492) ; hélas, ces inventaires sont abrégés, car ils font tous référence à un inventaire beaucoup plus développé, qui se trouvait au début du rentier et dont il ne reste que la fin. On ignore même la date exacte de ce premier inventaire. Les inventaires complets se contentent de signaler « sept pièces de reliques », sans plus de précision, sauf pour la chasuble de saint Yves, dont il a été question, et pour une nouvelle acquisition, « sainte Catherine nouvellement canonisée, que donna Jehanne de la Roche, dame à présent de Kerjehan » (probablement Catherine de Sienne). Voilà tout ce que nous apprennent ces inventaires.

1) Mad ve, mad ve

19On ne trouve pas d’exemple de cette devise dans les sources imprimées. Cependant, la famille de Cosquer en Plounévez-Moëdec avait pour deviseMat ha caër, « Bon et beau » (nous dirions « Bel et Bien »), selon Potier de Courcy (éd. 1970, I, 295). Or cette famille a hérité de la seigneurie de Cabatoux et de Barac’h en Louannec. Sous le nom Barac’h, Potier de Courcy confirme que les seigneurs de Barac’h se sont fondus dans les Cosquer de Plounévez-Moëdec.

2) Pret vihe

  • 17 Le Roux Pierre, Le Verbe Breton, Rennes 1930, préférait une autre terminologie : « conditionnel I » (...)

20Plusieurs devises ressemblent à celle-ci, mais avec un autre temps du verbe être : le subjonctif présentve, au lieu du subjonctif imparfait vihe17.La compilation d’Esquieu semble contredire le témoignage de Potier de Courcy. Esquieu donne d’abord les deux devises suivantes :

A 141, prest ve, « il serait à propos » – de Penmarc’h
A 141, pred de, « il serait prêt » – de Coëtivy

21Il faut citer ces deux devises ensemble, car il y a manifestement une interversion des deux traductions. En traduisantpred par « prêt » etprest par « à propos », il donne le contraire de ce que l’on attend. De plus, Esquieu semble avoir commis une erreur de copie (ve>de). Dans sa deuxième livraison, Esquieu semble se corriger : il attribue la première devise à une branche de la deuxième famille, et cette fois avec la bonne traduction :

22B 65, prest ve, « il serait prêt » – Prégent ou Prigent de Coëtivy.

  • 18 Si l’on admet que Esquieu n’a retenu, au niveau de la première livraison, que les bonnes traduction (...)
  • 19 Voir G. Guichard, art. cité, p. 384.
  • 20 « La devise de Kersaöson est, Prêd eo prêd ao, que l’on écrivoit mieux à l’ancienne mode,Prêd ew, p (...)
  • 21 Cette deuxième forme est en accord avec l’ancienne orthographe citée par dom Le Pelletier. La deuxi (...)
  • 22 Très proche aussi, le red véouréd à vé – « il faudrait » – des Coëtudavel.

23Mais Le Guennec reconnaît lui aussi la devisePrest ve aux Penmarch, ceux de Saint-Frégant (Léon), et il en donne même une représentation sculptée. Il y a donc trop d’erreurs dans le témoignage d’Esquieu pour en tirer une quelconque certitude18. Sa source probable, l’ouvrage de Chassant-Tausin, attribue la même devise Prest veà la fois aux « Coetivi » et aux Penmarc’h (tome I, p. 259).P. de Courcy ne cite Pret veque pour Penmarc’h ; pour Coëtivy il donne : Bepret. Cependant, son témoignage est contredit, à son tour, par une source duxviie siècle : Marc de Vulson (1644) donne Pretvepour Coëtivy et Bepret pour Penmarc’h19. Cette fois, nous avons affaire à deux témoignages dignes de foi ; il doit y avoir des liens familiaux qui expliquent cet échange de devises. Ce n’est pas tout. On retrouve le même « prédicat »pret dans une autre devise, cette fois dans un système de répétition :pred eo,pred ao, « il serait temps ; temps mûr », devise des Kersauzon selon la version du dictionnaire manuscrit de dom Le Pelletier20. Son témoignage est corroboré (avec des variantes) par Potier de Courcy : Pret eo, pred a vo. Quant à Esquieu, il la cite de deux façons différentes : A 141, Pred eo, pred a vo« il est temps, il sera temps », et B 65,Pret euv, pret aw,« prêt, toujours prêt21 ». Or, le nom de Kersauzon n’est pas une rencontre accidentelle dans cette histoire. D’une part, nous avons le nom de Kersauzon dans la toponymie de Kermaria-Sulard et de Penvénan. D’autre part, il y a eu des Kersauzon de Barac’h (seigneurie de Louannec déjà mentionnée) comme l’indique Potier de Courcy (II, 129). Accessoirement, on signalera une alliance, en 1427, entre Hervé Le Ny de Kersauson et (en secondes noces) Aliette de Lanroz, veuve d’Alain de Penmarc’h, alliance qui expliquerait que les Penmarc’h aient eu la même devise. Enfin, il n’est pas exclu de donner la même traduction pourmat veetpret ve : « ce serait bien » et « il serait temps » sont deux expressions équivalentes d’un ordre22. De ce point de vue, la formule répétéepret ve,pret ve pourrait bien continuer à la fois la devise répétéemat ve, mat veet la devise simplepret vihe.

3) Pan garo doe

24Seule cette devise se retrouve exactement. D’après Esquieu,

A 135Pa garo Doué(quand il plaira à Dieu) – de Kerriec
A 135Pa garo Doué(idem) – de Trévou.

  • 23 Dans le même esprit, on trouve aussi (je cite Esquieu) B 56Mar car Doué (S’il plaît à Dieu), du Cha (...)
  • 24 Cf. TaralonJean, Maître Devallon Roseline, Les trésors des églises de France, Hachette, 1966, p. 29 (...)

25La devise de Kerriec est déjà citée par Dom Le Pelletier (Dict. ms., I, 191), sous la formepa garro Doué. Elle est confirmée aussi par Potier de Courcy (II 12523). Le Guennec, lui, attribue cette devise aux seigneurs de Trévou. Chassant-Tausin donnent les mêmes attributions qu’Esquieu (de Kerriec ; de Trévou). Or, les trois noms de Kerriec, Trévou et Kersauson sont associés dans l’histoire. D’après Potier de Courcy, la famille du Trévou (il s’agit probablement de Trévou-Tréguignec, canton de Perros-Guirec) avait hérité, entre autres, de la seigneurie de Kersauson en Penvénan, et de celle de Kerriec en Lantréguer (comprendre : en Minihy-Tréguier). Ces alliances sont confirmées dans les actes de la réformation de 1668 édités pour le comte de Rosmorduc, t. 2, p. 591. Il est possible que le nom de Kerriec ait d’abord été attaché au lieu-dit de ce nom en Trelevern : dans ce cas, les trois noms de Trevou, Kerriec et Kersauson seraient effectivement dans le territoire de la paroisse de Louannec. Si ce reliquaire porte trois devises nobiliaires différentes, c’est sans doute pour associer dans une même offrande trois familles nobles de Louannec et des environs. Il est donc probable que l’objet était destiné à un lieu de culte commun : peut-être l’église paroissiale elle-même. Cela pourrait expliquer que le reliquaire soit ici défini comme étant « de saint Yves de Louannec ». On peut en effet admettre cette précision dans deux sens différents : il y a dans le reliquaire une relique de saint Yves de Louannec ; et le reliquaire est aussi la propriété de saint Yves de Louannec, c’est-à-dire de l’église paroissiale. Je dois néanmoins terminer cette enquête en évoquant une autre possibilité : le reliquaire vient-il d’une église paroissiale bénéficiant des fondations de plusieurs maisons seigneuriales (ainsi à Louannec, les maisons de Barac’h, de Coetguézennec) ou bien appartient-il à une chapelle seigneuriale, les trois devises indiquant trois familles alliées à un certain moment ? En corollaire, l’indication de « S. Yves de Louannec » renvoie-t-elle à l’église paroissiale de Louannec ou à une chapelle secondaire de cette même paroisse ? Je vous ferai part, enfin, d’une suggestion personnelle : le format du reliquaire, petit diptyque de 10 cm sur 15, épais de 3 cm (fermé), indique probablement un usage d’autel portatif, ou plus exactement d’une relique d’autel amovible. L’usage de l’Église a toujours été de célébrer le culte sur la tombe des martyrs, en élevant l’autel au-dessus des reliques. La consécration d’un autel suppose obligatoirement la présence de reliques sous la pierre d’autel. Mais il est arrivé souvent que les précieuses reliques ne soient pas définitivement placées sous l’autel. L’abbaye de Conques garde un reliquaire portatif, appelé « autel de Bégon24 » qui, d’après ses dimensions (25,7 x 16 x 4,8 cm), peut difficilement être qualifié de table d’autel : il devait être serti dans une table plus large. Or, il arrive que les pierres d’autel de la fin du Moyen Âge comportent un évidement, certainement destiné à recevoir un reliquaire amovible. Je l’ai constaté récemment en examinant l’autel d’une chapelle bien connue : la chapelle de Tronoën en Saint-Jean-Trolimon, dans le pays bigouden. Nous aurions ici un nouvel exemple de cet usage. Il s’agirait donc d’un reliquaire destiné à être placé dans la logette d’une pierre d’autel. Cette fois encore, déplorons que la destruction de l’église paroissiale de Louannec nous prive de toute possibilité de vérification…

26N. B. : Les photographies ont été obligeamment fournies par le Département des Objets d’Art du Musée du Louvre. Je remercie en particulier MmeÉlizabeth Taburet-Delahaye.

Notes

1 Le StumPhilippe, « Une acquisition exceptionnelle du Musée départemental breton (Quimper) : un reliquaire du xve siècle contenant une relique de saint Yves »,Armorik, Lettres Arts Traditions, (Perros-Guirec, Éditions Anagramme), t. 1, mai 2003, p. 153-156 (numéro spécial consacré à saint Yves). ; voir aussi Le Stum Philippe, « Musée départemental breton, un an d’enrichissement des collections (2002) »,Bulletin de le Société archéologique du Finistère,t. 131, 2002, 171-183 (surtout p. 171-174 et fig. 2-4).

2 Il existe une bibliographie abondante sur le livre reliquaire de Quemperven :Chefs-d’œuvre de l’orfèvrerie religieuse bretonne, Congrès archéologique de Saint-Brieuc, p. 338, n° 19 ; Auzas P.-M., Chefs-d’œuvre de l’orfèvrerie religieuse bretonne, Société française d’archéologie, Paris, 1950 (catalogue de l’exposition de Saint-Malo, 1949, n° 19) ; AuzasP.-M., L’orfèvrerie religieuse bretonne, Paris 1955 ; Couffon René, « L’orfèvrerie religieuse ancienne dans le département des Côtes-du-Nord », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. 43, 1963, 31-84 (et pl. I-VIII) : voir p. 54, 84 et pl. I ;Les trésors des églises de France, Musée des Arts décoratifs, Paris 1965, édité par la Caisse des Monuments Historiques, p. 160, n° 297 ; Orfèvres de Bretagne, catalogue de l’exposition de Daoulas, 1994, p. 223-224, n° 13 ;Bretagne d’or et d’argent. Les orfèvres de Basse-Bretagne du xiveau xxesiècle, Abbaye de Daoulas, 1994, Services de l’Inventaire Général (DRAC-Rennes), n° 17 et photo p. 14 ; Arts du métal, p. 136 (fig. 178), 343 (fig. 444).

3 Lohanec est attesté dans lesMonuments originaux de l’histoire de saint Yves, édités par A. de La Borderieet alii, Saint-Brieuc, 1887.

4 Lettre du 16 octobre 2003.

5 Il est possible que Heloury représente une prononciation /helovri/, conforme à l’origine du mot qui a été rappelée par B. Tanguy, v. bret. Haeluuobri/haelwovri/.

6 René Couffon en a trouvé la mention dans des inventaires de la fabrique paroissiale de Louannec de la fin du xve siècle.

7 Cf.les suppléments apportés par le chanoine Peyron à laVie des saints de Bretagne Armorique, par Albert Le Grand, réédition Quimper – Rennes, 1901.

8 Guichard Georges, « Des devises en moyen-breton dans un traité d’héraldique de 1644 »,Bretagne et Pays celtiques, Langues, Histoire, Civilisation, Mélanges offerts à la mémoire de Léon Fleuriot 1923-1987, édités par Le Menn Gwennole et Le Moing Jean-Yves, Rennes, PUR/Saint-Brieuc, Skol, 1992, p. 379-388.

9 Potierde CourcyPol,Nobiliaire et Armorial de Bretagne, 1846, plusieurs fois réédité (en dernier lieu chez Floc’h, Mayenne, 1970, puis 2000).

10 Louis Esquieu a donné en deux livraisons un « Devisaire breton », dans le Bulletin de la société académique de Brest, t. 35, 1910-1911, p. 81-163 et t. 37, 1912-1913, p. 19-110, probablement diffusé aussi en livre à part : Brest, La Dépêche, 1911-1913. Nous avons utilisé la version parue en deux livraisons : les pages sont citées sous la forme : A00, ou B00, selon qu’il s’agit de la première ou de la deuxième livraison.

11 E. de Boceret a réuni aussi un « Devisaire de Bretagne », Vannes Lafolye, 1894, 233 p. Publié par la Revue historique de l’Ouest, il a dû paraître d’abord dans cette revue, par livraisons successives.

12 Article intitulé « Geriou Tud-chentil Breiz », (« Devises des Nobles de Bretagne »), paru dansFeiz ha Breiz, 1934, p. 238 sq. et signé des initiales G.-P. c’est-à-dire le tandem formé par Louis Le Guennec, auteur, et l’abbé Jean-Marie Perrot, traducteur breton. L’article de Le Guennec comprend quelques illustrations (armoiries) ; il fait parfois référence à des devises rencontrées sur les monuments.

13 Chassant A., Tausin H., Le Dictionnaire des devises historiques et héraldiques, 3 vol., Paris, 1878. Il me semble que le travail d’Esquieu a consisté surtout à extraire de ce livre toutes les devises concernant des familles bretonnes.

14 On trouvera ces récriminations dans le Bulletin de lAssociation Bretonne, classe d’archéologie, t. 16, 1897, p. 362-364 (titre : « Le vandalisme en Bretagne en 1897 ») ; dans la Revue de Bretagne et de Vendée. On en trouve encore l’écho dans sonHistoire de Bretagne, t. 3, 1899, p. 390.

15 Couffon René, « Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier »,Mémoires de la Société d’Émulation des Côtes-du-Nord, t. 70, 1938, t. 71, 1939, t. 72, 1940, et suppléments t. 74, 1944. Signalons qu’il y avait de plus une chapelle de Kerallain en Louannec, dédiée à saint Yves, et fondée peu après sa canonisation (vers 1350) ; mais elle aussi a été reconstruite, en 1932.

16 Couffon René, « Note sur un rentier du xve siècle de la paroisse de Louannec », Mémoires de la Société d’Émulation des Côtes-du-Nord, t. 69, 1927, p. 45-65.

17 Le Roux Pierre, Le Verbe Breton, Rennes 1930, préférait une autre terminologie : « conditionnel I » et « conditionnel II ». Le premier correspond au subj. impf. du gallois (vei) et le second, d’après Le Roux, au plus-que-parfait gallois (fuassei), mais ce dernier point n’est pas sûr.

18 Si l’on admet que Esquieu n’a retenu, au niveau de la première livraison, que les bonnes traductions, il en découle quepred vedevait être la devise des Penmarc’h, et prest ve la devise des Coëtivy.

19 Voir G. Guichard, art. cité, p. 384.

20 « La devise de Kersaöson est, Prêd eo prêd ao, que l’on écrivoit mieux à l’ancienne mode,Prêd ew, prêd aw, il est temps, le temps meur, en latin Tempus maturum »Le Pelletier Dom Louis, Dictionnaire manuscrit, Bibl. Mun. de Rennes, t. 3, p. 1088.

21 Cette deuxième forme est en accord avec l’ancienne orthographe citée par dom Le Pelletier. La deuxième traduction suppose probablement la correctionatau.

22 Très proche aussi, le red véouréd à vé – « il faudrait » – des Coëtudavel.

23 Dans le même esprit, on trouve aussi (je cite Esquieu) B 56Mar car Doué (S’il plaît à Dieu), du Charbel de la Trémazan et de la Motte-Tanguy (lire du Chastel…) ; B 56 Mar car Doué(idem) de Kerautem (lire Kerautren ?) ; B 56Mar plich Doué (S’il plaît à Dieu) de Kerhoent de Kergournadec’h.

24 Cf. TaralonJean, Maître Devallon Roseline, Les trésors des églises de France, Hachette, 1966, p. 297, n° 48-49.

Table des illustrations

Légende Les inscriptions entourant chacune des reliques à l’intérieur du livre-reliquaire
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22398/img-1.png
Fichier image/png, 245k
Légende Les devises inscrites sur la tranche.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22398/img-2.png
Fichier image/png, 368k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540