Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Yves et les Bretons

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Georges Provost

Première partie. Les prémices médiévales

Le culte de saint Yves à Paris

Michel Debary

Texte intégral

  • 1 Guillotin de Corson Amédée, « L’église Saint-Yves-des-Bretons à Paris »,Miscellanées bretonnes, Nan (...)

1Saint Yves, décédé en 1303, reçut les honneurs de la canonisation en 1347. Dès l’année suivante, les Bretons qui se trouvaient à Paris conçurent l’idée d’y former une confrérie et d’y bâtir une église en son honneur. Ils entretinrent de leur projet Foulques évêque de Paris, et le prélat approuva cette fondation par des lettres datées du mois d’août 1348. L’emplacement de l’édifice fut choisi dans le quartier des Écoles où le souvenir du Bienheureux était encore vivant, il ouvrait sur la rue Saint-Jacques et faisait le coin de la rue des Noyers1. Les rois de France prirent la confrérie et la chapelle de saint Yves sous leur protection spéciale, comme le rappelle en 1695 le prieur Jacques de L’Œuvre dans sa Vie de saint Yves :

  • 2 L’Œuvre Jacques de, La vie de saint Yves écrite sur le procès verbal de sa canonisation, Paris, 169 (...)

« Philippe de Valois amortit la place ; Jean, son fils, posa la première pierre ; Charles V donna la charpente et Charles VI les vitrages. Ce roy se dévoua luy et toute sa famille royale à saint Yves ; pour [laisser] un monument illustre de la confiance qu’il avait en la protection de ce saint. Il voulut qu’on le peignît dans la grand’vitre qui est derrière leSancta Sanctorum, avec la reine Isabeau de Bavière sa femme, et leurs enfans. Jésus-Christ glorieux est au centre, d’un côté de cette vitre, et la Vierge de l’autre, saint Yves est en bas, debout, habillé de blanc ; Charles VI et son fils Charles VII sont à genoux aux pieds du saint qui a la main gauche sur la tête du père et la droite sur celle du fils, qu’il présente à Jésus-Christ. De l’autre côté est la reine avec ses trois filles à genoux, et sainte Clotilde les présente à la Vierge […]
C’est à la piété et à la religion d’un de ces princes que l’église de Saint-Yves est redevable d’une côte et d’un doigt de saint Yves. On garde encore dans le trésor des reliques, une bourse de velours violet cramoisi, semée de fleurs de lys d’or, dans laquelle ils firent venir ce précieux présent, qu’ils firent ensuite enchâsser dans les reliquaires de vermeil doré, pour les exposer à la vénération du peuple2 ».

  • 3 Couffon René, « La confrérie de Saint-Yves à Paris et sa chapelle », Bulletin de la Société d’Émula (...)

2Ces quelques lignes pourraient laisser penser que, depuis la fondation de cette chapelle jusqu’à nos jours, le culte de saint Yves a rayonné à Paris. Or il n’en est rien, comme nous allons le voir. Les débuts étaient certes prometteurs, mais il apparaît que très rapidement le culte de saint Yves s’est restreint à une dévotion pratiquée surtout par des Bretons, universitaires ou gens de robe, membres du clergé ou de la Cour et quelques marchands, ainsi que l’a montré René Couffon dans l’étude magistrale qu’il a rédigée en 1932 sur la confrérie de Saint-Yves à Paris et sa chapelle3. Par ailleurs, si l’intention première des fondateurs était de faire ériger en collégiale la chapelle Saint-Yves et de la faire desservir par douze chanoines « afin de prier Dieu d’entretenir ou de remettre la paix dans les familles du royaume de France », on se contenta en fait d’y entretenir un certain nombre de chapelains chargés, sous la conduite d’un prieur, d’y faire le service divin. Ils y avaient un office propre et célébraient leurs fêtes particulières. Pour bien comprendre ce que fut l’introduction du culte de saint Yves à Paris, il apparaît nécessaire d’examiner dans quelles conditions elle s’est faite. On étudiera ensuite l’évolution du culte jusqu’à la démolition de la chapelle en 1796 ; enfin, la période s’étendant de cette date jusqu’à nos jours retiendra notre attention.

La naissance du culte de saint Yves à Paris

  • 4 Le Mappian Jean, Yves de Tréguier, Paris, 1981, p. 29.

3Quelques hypothèses peuvent être formulées sur les raisons qui ont poussé le roi de France à favoriser cette naissance. Il y a lieu, d’abord, de noter que Philippe VI, monté sur le trône de France en 1328 et son épouse la reine Jeanne, ainsi que le duc et les évêques de Bretagne ont fait auprès du pape des démarches réitérées pour obtenir l’ouverture de l’enquête de canonisation. Comme l’a rappelé Jean Le Mappian4, le pape ne pouvait rien refuser à la France qui favorisait sa politique italienne. C’est pourquoi le 4 mars 1330 Jean XXII promulgua la bulle nommant trois commissaires enquêteurs. Leur travail achevé en 1331, il s’écoula en revanche seize années entre la remise par Roger Le Fort des procès verbaux et la canonisation proclamée par Clément VI le 13 mai 1347.

4Entretemps les tribulations de Philippe VI de Valois n’avaient pas cessé, les Anglais avaient triomphé à Crécy et la situation du roi de France était devenue peu enviable. Néanmoins c’est pendant cette période que cette même royauté, suivant l’exemple de Philippe le Bel et de ses légistes, va tenter de renforcer les marques extérieures de son pouvoir : c’est en effet à cette époque qu’est créée la main de justice, l’un des symboles de la royauté, placée à l’extrémité du bâton royal. Cette main d’ivoire, ouverte, aux doigts levés, caractérisant le pouvoir judiciaire, apparaît au xive siècle sur les monnaies de Philippe VI puis sur les sceaux royaux. Il n’est donc pas interdit de penser que ce roi puis son fils et successeur Jean le Bon ont pu voir en saint Yves un modèle à imiter et à faire connaître, ne serait ce que pour augmenter leur popularité en une période difficile. Ceci pourrait expliquer pourquoi Jean le Bon a tenu à poser lui-même la première pierre de la fondation de la chapelle en 1352 et à faire don d’une « grande masse d’or à la chapelle ».

5En second lieu, il faut se rappeler, ainsi que l’a noté René Couffon dans son article précité, que différents nobles bretons étaient au service du roi de France qui, ainsi, leur a manifesté sa reconnaissance. Faut-il aller jusqu’à y voir les prémices d’une tentative d’appropriation de la Bretagne ? C’est pour le moins douteux.

6Troisièmement, et là on peut être beaucoup plus affirmatif, Jean le Bon, comme Philippe VI, avait grand besoin de l’appui du pape pour lutter contre le roi d’Angleterre. Honorer un saint qui venait d’être canonisé par Clément VI pouvait procurer à Jean le Bon la bienveillance pontificale car le pape était lui-même très désireux de voir s’établir la paix entre les deux royaumes.

7Tous ces éléments ont pu jouer dans la décision prise par Jean le Bon, à des degrés certes différents les uns des autres, mais il semble qu’ils ne soient pas négligeables. Ils permettent au moins partiellement d’expliquer ce comportement de la part d’un roi qui était loin d’être un saint, œuvrant à la création du culte de saint Yves à Paris moins de cinquante ans après sa mort et surtout cinq ans seulement après sa canonisation.

Le culte de saint Yves à Paris du XIVe au XXesiècle

8Au risque de faire de la peine à beaucoup de gens de justice, force est de constater que saint Yves n’est pas devenu pendant cette période le patron des avocats de Paris. Dans sonHistoire des avocats au Parlement de Paris 1300-1600, Delachenal écrit en effet en 1885 :

  • 5 Delachenal, Histoire des avocats au Parlement de Paris (1300-1600), Paris, 1885.

« On se demandera, sans doute, pourquoi les avocats au Parlement n’avaient pas formé à eux seuls une confrérie distincte sous le patronage de saint Yves. La raison en est simple : c’est que saint Yves n’a pas toujours été considéré par tout le monde comme le patron des avocats… Si l’on voulait remonter à l’origine de la légende qui lui confère ce titre, peut-être trouverait-on qu’elle a pour unique fondement trois vers latins assez malsonnants mais dont la forme piquante a fait le succès.
En tout cas, à l’époque où Loisel écrivait son dialogue des avocats, saint
Yves n’était encore qu’un des plus glorieux ancêtres de l’Ordre.
“Oublierez-vous, dit Loisel, le patron des avocats qui vivait au temps de Philippe le Bel ? Quel dit M. Pasquier – Me Yves de Kermartin, dis-je, lequel fut si grand et si saint personnage qu’il a été canonisé et surnommé saint Yves.”
Ainsi Loisel a pu supposer, sans invraisemblance, qu’un avocat érudit comme Pasquier, ignorait que saint Yves fût le patron de son ordre. L’opinion, si répandue aujourd’hui, n’était pas encore communément adoptée au commencement du xviie siècle5 ».

  • 6 Dupin,Profession d’avocat, recueil de pièces concernant l’exercice de cette profession, dédié au ro (...)

9Ces assertions de Delachenal sont corroborées par un passage d’un ouvrage intituléProfession d’avocat, recueil de pièces concernant l’exercice de cette profession, dédiée au roi par Monsieur Dupin ainé6.

« Je le veux dit M. Pasquier et passeray à ceux du temps des enfants de Philippe le Bel, Louis le Hutin, Philippe le Long et Charles le Bel. Oublierez-vous, dis-je, le patron des avocats qui vivait du temps de Philippe le Bel? Quel dit M. Pasquier ? M. Yves de Kermartin, dis-je, lequel fut si grand et si saint personnage qu’il a été canonisé et surnommé Saint Yves. Il n’était pas des nôtres, dit M. Pasquier, ains Breton ».

10Voilà qui démontre amplement qu’à Paris saint Yves n’a pas reçu des avocats les honneurs qui lui étaient dus.

11L’on sait en tout cas que l’appellation de bâtonnier, conférée au chef de l’ordre des avocats d’un barreau provient de ce que le patron de ceux-ci, au moins jusqu’à la Révolution, était saint Nicolas. Le jour de la fête de ce saint, le chef de l’Ordre portait le bâton de la bannière de saint Nicolas. Pourquoi saint Nicolas était-il devenu le patron des avocats ? L’explication est simple et la voici : à l’époque du roi Louis VI le Gros, une chapelle fut construite dans son Palais de l’île de la Cité, juste à côté de la salle où le roi rendait la justice. En 1342 fut créée la confrérie des procureurs du roi placée tout naturellement sous l’invocation de saint Nicolas. Par la suite les avocats s’y affilièrent et c’est ainsi que saint Nicolas devint leur patron.

  • 7 Delachenal, op. cit., p. 46.
  • 8 DuineFrançois, « Inventaire liturgique de l’hagiographie bretonne »,Bulletin et mémoires de la soci (...)

12Certes, saint Yves avait bien sa chapelle à Paris, où se réunissait une confrérie érigée en son honneur. Mais ceux qui la composaient étaient presque uniquement des Bretons. Le calendrier des confréries de Paris, publié en 1621 et réédité par Valentin Dufour mentionne à la date du 19 mai saint Yves comme le patron des avocats au Châtelet ; mais en énumérant les confréries, il se borne à citer, à propos de saint Yves, celle de dévotion dudit saint, ce qui ne permet pas d’affirmer que les avocats du Châtelet se soient mis officiellement sous son patronage. Quant aux avocats du Parlement, ils n’appartenaient qu’à une seule confrérie, celle de saint Nicolas. Selon Delachenal, tous les textes le prouvent et le calendrier dont il vient d’être question n’est pas moins formel sur ce point7. Par ailleurs, si certaines abbayes parisiennes comme Saint-Magloire de Paris célébraient le culte de saint Yves dès le xve siècle8, nous ne disposons d’aucun élément précis concernant une dévotion particulière à saint Yves dans les établissements religieux de la capitale.

13Mais alors, me direz-vous, saint Yves était-il véritablement méconnu, un « saint de l’ombre » ?

  • 9 Couffon René, art. cit., p. 41.
  • 10 Cf. conclusions de cet ouvrage, 2e partie.
  • 11 Poisson Henri, La vie de saint Yves, Rennes, 2003, p. 151.

14Oui et non car René Couffon écrit : « bien qu’en effet la confrérie des avocats fût à Paris sous le vocable de saint Nicolas et tînt ses assises à la Sainte Chapelle, beaucoup de ses membres et de ceux du Parlement étaient affiliés à celle de saint Yves, considérant ce grand justicier un peu comme leur patron9 », « sans toujours imiter son désintéressement » ajoute d’ailleurs malicieusement Mézeray. Selon M. Dominique Julia la confrérie aurait également été très active pendant la période janséniste10.En revanche il semble inexact d’affirmer comme l’afait l’abbé Poisson11que le Parlement célébra chaque année la fête du patron des juges et des avocats avec procession des membres de la magistrature.

  • 12 Millin,Antiquités Nationales, Paris, 1790, t. 4, chapitreXXVII.

15Selon Millin12, jusqu’à la fin du xviiiesiècle, les plaideurs avaient coutume de suspendre, leurs procès terminés, les sacs de procédure à la voûte de la chapelle Saint-Yves, exvoto poudreux et nauséabonds dont l’aspect désagréable les fit supprimer peu avant la Révolution. René Couffon précise que la chapelle fut alors acquise par un nommé Lenoir qui la fit

La pierre de fondation de la chapelle Saint-Yves

16démolir en 1796, peut-être parce que l’état de l’édifice, déjà inquiétant en 1784, avait empiré, plus probablement pour en vendre les matériaux. Une petite maison fut construite sur son emplacement en 1817 et démolie à son tour en 1855 lors du percement du boulevard Saint-Germain. Quant aux reliques, elles ont disparu.

17La fameuse pierre de fondation de la chapelle, portant l’inscription selon laquelle elle fut solennellement posée par Jean le Bon le 30 mai 1352, que l’on peut voir encore actuellement, sous une cage de verre éclairée, dans le vestibule du Conseil de l’Ordre des Avocats à la Cour d’Appel de Paris fut retrouvée, début 1928, dans la galerie d’avancement de la ligne n° 10 du Métropolitain. En 1929 cette pierre de fondation fut remise à sa demande, à l’Ordre des Avocats dont le bâtonnier était alors Georges Guillaumin, qui avait été auparavant président du Conseil municipal de Paris. Cet événement allait être à l’origine d’un renouveau du culte de saint Yves à Paris.

Le culte de saint Yves à Paris à l’époque contemporaine

18En 1930, le bâtonnier de l’Ordre des Avocats à la Cour d’Appel de Paris s’appelait Albert Salle. C’était un chrétien fervent qui vit un signe du Ciel dans la découverte de la pierre de fondation de la chapelle Saint-Yves. En tant que bâtonnier il lui était difficile d’obliger ses confrères d’autres confessions ou incroyants à partager sa dévotion. Mais après l’expiration de son mandat, il devint le champion de la résurrection du culte de saint Yves à Paris.

  • 13 La Vie Judiciaire, 20 novembre 1934.
  • 14 Gazette du Palais, 30-31 mai 1937.

19À cette époque fut construite à La Courneuve, commune située dans la très proche banlieue de Paris, où résidaient de nombreux Bretons, une nouvelle église. Elle fut consacrée à saint Yves, patron des avocats, et sa cloche fut offerte par un groupe d’avocats de Paris parmi lesquels figurait Albert Salle13. Par ailleurs un « Groupe catholique de la Faculté de Droit de Paris » venait de se créer, toujours à l’initiative d’Albert Salle. Cet avocat, soutenu par le Groupe, décida de solenniser, chaque année, la fête de saint Yves par une messe de saint Yves célébrée chaque 19 mai à la Sainte Chapelle de Paris. La première eut lieu en 1935. Depuis la coutume s’est perpétuée14.

  • 15 Ozanam Yves, « Saint Yves, de Tréguier à Paris », Le journal du Barreau, n° 10 p. 22. Je prie Mons (...)

20Par ailleurs, tout récemment, l’Ordre des Avocats de Paris a fait l’acquisition en Bretagne d’un tableau peint par Philippe, d’origine bretonne, en 1763. « Saint Yves, en habit ecclésiastique accueille favorablement la requête que lui soumet une veuve flanquée d’un pitoyable orphelin. Simultanément le patron des juristes écarte sereinement l’argent que lui présente sans vergogne un mauvais riche15 ». (voir cahier couleurs nº I, planche 16)

21Enfin figure sur le bureau de bâtonnier une statue de saint Yves, offerte par Maître Maurice Bernard, laquelle est d’origine incertaine. Notre saint est coiffé d’une toque, tient un livre ouvert dans la main droite et un miroir (symbole de la Vérité) dans la main gauche. Sur le socle a été gravée l’inscription « sanctus Yvo ».

  • 16 HillairetJacques, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, 1963.

22Tout cela témoigne d’une incontestable vénération de saint Yves à Paris à l’époque contemporaine, de la part du barreau tout au moins, car les Parisiens n’ont eux-mêmes conservé aucun souvenir de l’étudiant très pieux qui vécut sur la montagne Sainte-Geneviève pendant plusieurs années. Aucun monument, aucune rue, aucune inscription ne vient perpétuer son souvenir. Certes, il existe bien une rue Saint-Yves, près de la rue de la Tombe Issoire, dans le 14e arrondissement, mais elle est récente. Elle fut en effet ouverte en 1863, entre les rues de la Tombe Issoire et des Artistes, et en 1868 entre cette dernière rue et l’avenue Ruille. Le nom de saint Yves lui aurait été donné par un ancien propriétaire des lieux dont l’origine est inconnue16.

  • 17 Abbé Poisson, op. cit., p. 151.
  • 18 Description historique des curiosités de l’Église de Paris, contenant le détail de l’Édifice, tant (...)
  • 19 Je suis redevable de ces renseignements à Madame Anne-Marie Joly, Conservateur du Musée de Notre-Da (...)

23Enfin il existait, selon l’abbé Poisson17, à Notre-Dame de Paris où saint Yves vint souvent prier, un tableau le représentant aux pieds de la Sainte Vierge. Une description des curiosités de la cathédrale, imprimée à Paris en 1763 nous apprend que ce tableau se trouvait placé « au-dessus de la Chapelle » et qu’il représentait « le Parlement assemblé pour juger un procès de conséquence au-dessus duquel est une gloire céleste, où saint Yves paraît intercéder le Seigneur pour l’heureux succès de cette affaire ; ce tableau qui est un vœu de Monsieur le Marquis de Locmaria, ancienne famille de Bretagne, mort Lieutenant Général des Armées du Roi, a été peint en 1697 par Le Monier, et est orné d’une bordure ceintrée et dorée18 ». Ce tableau a disparu à la Révolution. Les œuvres d’art se trouvant à la cathédrale ont été confisquées et conservées au couvent des Petits Augustins. Certaines ont été restituées à Notre-Dame, d’autres attribuées à des églises ou à des musées, d’autres ont disparu19.

Notes

1 Guillotin de Corson Amédée, « L’église Saint-Yves-des-Bretons à Paris »,Miscellanées bretonnes, Nantes, 1904, p. 452-453.

2 L’Œuvre Jacques de, La vie de saint Yves écrite sur le procès verbal de sa canonisation, Paris, 1695, p. 265-268.

3 Couffon René, « La confrérie de Saint-Yves à Paris et sa chapelle », Bulletin de la Société d’Émulation des Côtes-du-Nord, t. 64, 1932, p. 1sq.

4 Le Mappian Jean, Yves de Tréguier, Paris, 1981, p. 29.

5 Delachenal, Histoire des avocats au Parlement de Paris (1300-1600), Paris, 1885.

6 Dupin,Profession d’avocat, recueil de pièces concernant l’exercice de cette profession, dédié au roi par Monsieur Dupin ainé, Paris, 1832, t. 1, p. 172.

7 Delachenal, op. cit., p. 46.

8 DuineFrançois, « Inventaire liturgique de l’hagiographie bretonne »,Bulletin et mémoires de la société archéologique du département d’Ille-et-Vilaine, t. 48, 1921, p. 90.

9 Couffon René, art. cit., p. 41.

10 Cf. conclusions de cet ouvrage, 2e partie.

11 Poisson Henri, La vie de saint Yves, Rennes, 2003, p. 151.

12 Millin,Antiquités Nationales, Paris, 1790, t. 4, chapitreXXVII.

13 La Vie Judiciaire, 20 novembre 1934.

14 Gazette du Palais, 30-31 mai 1937.

15 Ozanam Yves, « Saint Yves, de Tréguier à Paris », Le journal du Barreau, n° 10 p. 22. Je prie Monsieur Ozanam, archiviste du Barreau de Paris, de bien vouloir trouver ici l’expression de ma gratitude pour son amabilité et la compréhension qu’il m’a manifestée en mettant à ma disposition les ouvrages sur le Barreau ainsi qu’un précieux dossier sur saint Yves. Je lui en suis très reconnaissant.

16 HillairetJacques, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, 1963.

17 Abbé Poisson, op. cit., p. 151.

18 Description historique des curiosités de l’Église de Paris, contenant le détail de l’Édifice, tant extérieur qu’intérieur, le Trésor, les Chapelles, Tombeaux, Épitaphes et l’Explication des Tableaux, avec les noms des Peintres etc.par M.C.P.G. ornée de figures, à Paris, chez C.-P. Gueffier, Père, libraire Parvis Notre Dame, à la Libéralité,MDCCLXIII.

19 Je suis redevable de ces renseignements à Madame Anne-Marie Joly, Conservateur du Musée de Notre-Dame de Paris et la prie de trouver ici l’expression de ma reconnaissance.

Table des illustrations

Légende La pierre de fondation de la chapelle Saint-Yves
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22396/img-1.png
Fichier image/png, 219k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540