Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Yves et les Bretons

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Georges Provost

Première partie. Les prémices médiévales

Grands universitaires bretons dévots de saint Yves à Paris aux XIVe et XVe siècles

Charles Vulliez

Texte intégral

  • 1 Sur les études de saint Yves,cf.Duval-ArnouldL., « Note chronologique sur saint Yves de Tréguier »,(...)

1Saint Yves a eu assurément des liens particuliers avec Paris. C’est en effet dans cette ville que celui qui n’était encore que le jeune Yves Hélori de Kermartin a fait ses premières études universitaires et qu’il a reçu entre autres la formation juridique – cette dernière partagée avec lestudiumorléanais au demeurant – qui a été à la base de sa carrière1.

  • 2 Le calendrier de la faculté de Décret de Paris est édité dans FournierM.,La faculté de Décret de l’ (...)

2En tant qu’institution académique, l’université de Paris n’a pas accordé au grand saint breton un traitement de faveur, pourrions-nous dire : saint Yves est présent dans les calendriers des nations universitaires parisiennes ou celui de la faculté de Décret, dont il avait été l’élève, mais ni plus ni moins que d’autres saints personnages. Il y avait aussi, dans le cadre de cette dernière, des écoles à l’enseigne de Saint-Yves mais elles ne se distinguaient pas spécialement des autres2. Par contre, il semble que le saint trégorrois ait fait l’objet, de la part d’un certain nombre de membres de cettealma mater parisienne – essentiellement des universitaires bretons, en fait – d’une dévotion toute particulière.

3Ceux-ci ont apparemment tenu une place essentielle en effet dans les deux réalités cultuelles qui ont constitué à l’époque médiévale les supports concrets du culte rendu à Paris à saint Yves, à savoir la confrérie fondée et la chapelle élevée en son honneur.

4C’est à préciser et expliciter la place ainsi occupée dans ces dernières par ces compatriotes universitaires du saint breton et tenter par là d’appréhender, voire apprécier leur dévotion à son égard, que nous avons consacré cette communication. Dans l’espoir d’aboutir à des résultats plus significatifs, et en raison des limites de cette contribution, nous avons choisi de nous intéresser préférentiellement, dans cette optique, à ceux qui, par leur grade élevé (licenciés ou maîtres en théologie, docteurs en Décret et maîtres en médecine) et leur situation dans le monde universitaire, pouvaient être considérés comme une élite au sein de ce dernier, ceux que nous pouvons appeler les « grands universitaires ».

  • 3 VergerJ., « Le recrutement géographique des universités françaises au début du xve siècle d’après l (...)

5Bien qu’ils n’aient pas formé au Moyen Âge une nation universitaire spécifique à Paris – ils se rattachaient à la province de Touraine, une des cinq divisions qui constituaient la nation dite de France en l’université –, les maîtres et écoliers bretons y étaient en nombre non négligeable. Si l’on se réfère aux chiffres données par Jacques Verger, à partir des suppliques durotulusde 1403 (et des trois années avoisinantes)3, on arrive à un total de 228 unités pour les 9 diocèses bretons de la province de Touraine (soit plus de 20 % de l’effectif de la nation de France, la plus nombreuse de l’université) – encore ces chiffres sont-ils sous-évalués, car pour la faculté des Arts, par exemple, seuls les étudiants déjà gradués figuraient sur lerotulus, non les simples écoliers. On notera que sur ces 228 Bretons ainsi recensés, 124 (soit plus de 54 %) étaient originaires des trois diocèses de Léon, Quimper (ou Cornouaille) et Tréguier, ceux-là précisément pour lesquels existaient des collèges à Paris.

  • 4 Topographie… Région centrale de l’Université, p. 261.
  • 5 Cf. pl. 1. Façade de la chapelle Saint-Yves au xviiie siècle.

6Dans les origines de la confrérie Saint-Yves et la fondation de la chapelle du même nom, la documentation trop lacunaire permet mal d’apprécier le rôle de nos universitaires. L’affirmation des rédacteurs de la Topographie historique du vieux Paris mise en route sous l’égide d’Adolphe Berty et publiée en 1897, qui attribuait l’initiative de la construction de la chapelle à « des écoliers bretons que la fondation du collège de Cornouaille en 1321, avait attirés à Paris4 », pour n’être pas invraisemblable, reste gratuite. Par contre, la localisation même de celle-ci, rue Saint-Jacques, au coin de la rue des Noyers, en la paroisse de Saint-Benoît le Bétourné, proche des rues du Fouarre et du clos Bruneau, c’est-à-dire en plein cœur du Quartier latin et de ses écoles5, peut laisser supposer que les universitaires parisiens avaient eu leur mot à dire dans le choix du lieu.

  • 6 Arch. nat. de France, S 889 A, dossier 9. L’analyse faite au xviiie siècle du document est reprodui (...)

7S’agissant, parmi ceux-ci, des ressortissants des diocèses bretons, deux témoignages ponctuels, mais signifiants, attestent la participation précoce et effective de ces derniers à ces premières manifestations concrètes du culte de saint Yves à Paris. C’est ainsi qu’au lendemain de l’approbation par l’évêque de Paris Foulques de Chanac, en date du 30 décembre 1348, des statuts de la confrérie de Saint-Yves, il fut procédé, selon un acte du 11 janvier 1348/9, à la nomination par les confrères d’un « abbé » – sans doute le maître spirituel prévu par les statuts – et de proviseurs. Or l’« abbé » choisi fut le grand canoniste Henri Bohic, l’un des plus éminents représentants de la faculté de Décret de Paris6. Par ailleurs, la liste des personnalités

Façade de la chapelle Saint-Yves de Paris au XVIIIesiècle. (cliché BNF)

  • 7 DansBulletin et Mémoires de la Société d’Émulation des Côtes-du-Nord, 1933, p. 15-16. L’auteur ne d (...)

8présentes à la cérémonie de consécration par l’évêque de Tréguier Jean, le 29 septembre 1357, de la chapelle Saint-Yves, telle qu’elle est reproduite par René Couffon dans sa très utile étude sur « la confrérie de Saint-Yves à Paris et sa chapelle7 », permet de relever, parmi les 11 personnalités notables citées, les noms d’au moins 6 gradués, dont deux accédèrent ultérieurement à la maîtrise en théologie, Jean de Kerloret et Jean Morice de Keroulay.

  • 8 Cf. supra, n. 6.
  • 9 Arch. nat. de France, S 891 A, dossier 10.

9La participation aux activités de la confrérie qui assurait la gestion matérielle et morale de la chapelle Saint-Yves est un bon indicateur de l’intérêt porté au culte du saint breton à Paris. Les documents qui concernent l’un et l’autre sont toutefois peu nombreux pour la période médiévale. Outre des pièces ponctuelles qui nous donnent des listes de membres de la confrérie, comme celle du 10 octobre 1368 tout récemment étudiée par Jean-Luc Deuffic8, ou celle du 28 juin 14119, nous disposons pour la période 1405/6 à 1422/23 d’un registre de « comptes des procureurs et gouverneurs de la chapelle Monseigneur Saint Yves fondée à Paris en la grant rue Saint-Jacques des receptes et mises par eulx faictes tant pour les euvres de ladicte chapelle comme pour le fait du gouvernement de la confrairie », présentement aux Archives nationales de France sous la cote LL 963 B. Chacun de ces 18 comptes annuels nous permet de connaître les noms desdits procureurs et gouverneurs, au nombre de quatre chaque année, les différentes recettes enregistrées, dont les rentes des biens possédés, les « louaiges » d’hôtels, les legs ou aumônes en faveur de la chapelle, d’autre part les diverses dépenses effectuées par les confrères, et en fin d’exercice enfin, les noms de ceux de ces derniers présents à l’audition et à l’approbation desdits comptes. C’est au total une bonne centaine de noms de confrères que nous pouvons ainsi relever pour la période couverte par le registre, parmi lesquels, bien sûr, pour ceux que nous avons pu identifier, une écrasante majorité de Bretons, particulièrement des trois diocèses du Nord et de l’Ouest de la Bretagne (Tréguier, Léon et Quimper) et un nombre imposant de gradués (spécialement de la faculté de Décret de Paris). De fait, une large partie de l’élite bretonne de l’université de cette ville a, à un moment ou l’autre de sa carrière, figuré parmi les participants à ces redditions de comptes, dans ces premières décennies duxve siècle.

  • 10 Épitaphier…, Paris, 1999, p. 403-464.

10Autre signe enfin, plus direct sans doute, de la dévotion de ce monde universitaire breton de Paris à saint Yves, les fondations faites en la chapelle de ce dernier, fondations ayant donné lieu à une inscription, voire à une sépulture, en celle-ci. L’édition récente par Mlle Hélène Verlet, du tome XII de l’Épitaphierdu vieuxParis, consacré entre autres à ladite chapelle10, permet de l’apprécier. Sur la cinquantaine de personnages masculins recensés pour celle-ci – nous ne prenons pas en compte ici les femmes, exclues a prioridu monde universitaire à cette époque –, 21 au moins sont des gradués, dont 8 en théologie et 11 dans les sciences juridiques. Encore faudrait-il ajouter à ces derniers un nombre à peu près équivalent de personnalités dont le grade universitaire n’est pas mentionné dans l’épitaphe, mais dont la profession (avocats au Parlement ou au Châtelet de Paris, notaires ou greffiers en cour d’Église ou officialité…) suppose à peu près sûrement la poursuite d’études juridiques et sans doute l’obtention d’un grade en couronnement de celles-ci. Quand on aura encore relevé les noms de deux scribes de l’université de Paris, on pourra prendre la mesure des liens entre les suppôts ou anciens suppôts de cette dernière et la chapelle Saint-Yves. Parmi les gradués attestés en tant que tels dans les documents funéraires relatifs à cette dernière, on notera enfin la proportion des universitaires de haut rang : Il, soit plus de 20 % des défunts concernés nous apparaissent comme des personnalités de rang doctoral ou magistral dans les facultés supérieures de l’université (7 en théologie, 3 en Décret, 1 en médecine), presque tous, sinon tous, des Bretons encore une fois.

  • 11 Cf. Tableau 1, en Annexe.

11Pour proposer une approche plus approfondie et plus personnalisée de ce monde universitaire breton dévot de saint Yves, nous avons rassemblé en une seconde démarche sur un tableau synoptique les éléments caractéristiques du cursus académique, biographique et « cultuel » en quelque sorte des plus notables de ces maîtres, selon les critères que nous avons définis au début de cette étude11. Excluant Henri Bohic, cas pionnier un peu exceptionnel en l’occurrence, et un maître en théologie décédé en 1387 et inhumé en la chapelle Saint-Yves, mais resté anonyme et dont l’origine bretonne, quoique probable, ne peut être affirmée avec certitude, nous avons donc regroupé quelque 22 personnalités sur le tableau considéré. (ci-après, p. 52)

12À deux exceptions près, celle des théologiens Jean Asperi et Pierre Petri, confinés dans le dernier quart duxve siècle, voire le début du siècle suivant, cet ensemble de maîtres, que nous avons classés selon une chronologie fondée sur leur date de décès (ou de dernière attestation connue d’existence), se regroupe, selon ce critère, à l’intérieur d’une assez courte période couvrant le dernier tiers du xive et le premier du xve siècle. La documentation qui était à notre disposition, tant du point de vue académique (en particulier, les rotuli de suppliques de la période du Grand Schisme) qu’en ce qui concerne les institutions cultuelles parisiennes relatives à saint Yves, explique sans doute pour une large part cette concentration dans le temps. Est-ce la seule raison cependant ? Il est notable que les sondages auxquels nous avons procédé dans les Mémoriauxde la faculté de Décret pour la suite du xve siècle, qu’ils couvrent à quelques lacunes près, nous ont révélé fort peu de maîtres d’origine bretonne. Peut-être les conditions politiques d’une large partie du xve siècle, la fondation aussi de l’université de Nantes, progressivement acquise des premières décennies de ce siècle à 1460, ont-elles eu des répercussions dans ce domaine.

13À l’intérieur de cet espace chronologique resserré, l’analyse des cursus académiques de nos universitaires permet de distinguer plusieurs sous-groupes, voire plusieurs « générations » de maîtres, si l’on peut employer ce terme. Un premier ensemble est celui des « pionniers », pourrait-on dire, avec le décrétiste Thomas Payen, le théologien Jean de Pontcroix et le médecin Jean de Guiscriff, déjà bien avancés dans la carrière universitaire lors de la canonisation du saint breton et de la fondation de la confrérie. Un peu postérieur à ces derniers, qui disparaissent tous dans les « années 70 » du xive siècle, un autre groupe d’« anciens », les Lavenant, Kerloret, Costiou, Keroulay, Pendreff, qui accèdent ou sont attestés au niveau du rang magistral dans les facultés supérieures dans ces mêmes « années 70 » et dont aucun, à l’exception de Galeran de Pendreff, n’a connu le xve siècle. À une autre « génération » pourraient correspondre des maîtres comme le théologien Hervé Sulven et les décrétistes Alain Guillot et Yves de Kerengar, desquels on pourrait rapprocher peut-être Guillaume de Kaer, dont la reconstitution de carrière académique s’avère difficile : ils ont tous, lors du rotulus de 1378, leurs études ès arts derrière eux et y apparaissent comme bacheliers-lisant, c’est-à-dire des assistants des maîtres en titre ; ils figurent (sauf Guillaume de Kaer) à leur tour parmi ces derniers sur les listes de 1385/87 ou 1394. Un groupe intermédiaire paraît réunir les décrétistes Maurice de Kergourant et Olivier Donjon qui sont déjà bacheliers-lisant sur les listes de 1385/87 et accèdent au doctorat avant le début du xve siècle. Enfin on peut rassembler, dans un sous-ensemble postérieur, une série de personnalités (Mathie, Roeder, les deux Villeneuve, Pouchart – nous laissons ici de côté Jean Hervé, sans doute plus tardif), qui sont encore dans les facultés supérieures sur les listes de 1385/87, voire de 1392/94 et dont l’accession à la maîtrise supérieure n’est pas antérieure au xve siècle (attestations entre 1400 et 1416).

  • 12 Cf.DenifleH., ChatelainÉ., Chartularium Universitatis Parisiensis, t. 2, 3 et 4, respectivement Par (...)
  • 13 Pour ces deux affaires, ibidem, t. 3, Paris, 1894, passim.
  • 14 Ibid., t. 4, Paris, 1897, passim.
  • 15 Ibid., t. 3, Paris, 1894, respectivement no 1624/25 et 1679.

14Quelle que soit la « génération » concernée, une chose est certaine : ce sont tous des universitaires de haut niveau. Outre le grade magistral atteint, avec lequel on les retrouve dans les principaux rotulide suppliques bénéficiales de la période de la Papauté d’Avignon et du Grand Schisme d’Occident – deux en 1349, trois en 1362, neuf en 1378, six en 1387, onze en 140312–, on peut insister aussi sur leur participation aux grandes querelles qui agitent l’université de Paris à cette époque ou retentissent sur elle. Cinq d’entre eux ainsi – trois maîtres en théologie et deux docteurs en Décret – déposent dans l’affaire du chancelier Jean Blanchard, qui opposa à ce dernier dans les années 1384 à 1386 un nombre important de maîtres de l’université indisposés par sa cupidité. Sept se retrouvent de 1387 à 1389 dans le débat provoqué par les positions du Dominicain aragonais de Paris, Juan de Monzon, sur l’Immaculée Conception de la Vierge Marie13. Sensiblement plus tard, ce sont encore cinq de nos maîtres – trois théologiens et un décrétiste d’une nouvelle « génération », Roeder, Mathie, Hervé et Jean de Villeneuve, renforcés par le retour en scène d’un autre décrétiste Guillaume de Kaer –, qui figurent dans les années 1413/14 dans les assemblées délibérantes dites du « concile de la foi », un concile en fait réuni pour apprécier, juger et condamner la Justification du duc de Borgogne(après l’assassinat du duc d’Orléans, le 23 novembre 1407), du théologien parisien Jean Petit14. Enfin, dans le Grand Schisme d’Occident, qui depuis 1378 partage la Chrétienté d’Occident en deux obédiences rivales, celle de Rome et celle d’Avignon, l’université, institution d’Église, est amenée à prendre position. Nos universitaires se manifestent aussi : en mai 1379, ils sont quatre des plus anciennes « générations » Jean de Guiscriff, Jean de Keroulay, Jean de Kerloret et Hervé Costiou à donner leur approbation à la « Declaratio universitatis studii parisiensis facta pro domino nostro Clemente papa septimo ». En février 1394, six de nos suppôts, Kerengar, Kergourant, Keroulay, Guillot, Roeder et Sulven participent à une assemblée générale de l’université réunie pour conseiller le roi de France sur les meilleurs moyens pour réussir l’union dans l’Église15.

  • 16 Ms. Bibl. nat. de France, Moreau 1162, fol. 356sq.
  • 17 Cf.Couffon R., « Le collège de Cornouaille à Paris »,Bulletin de la Société archéologique du Finist (...)

15L’intérêt de tous ces grands maîtres de l’université pour l’alma mater parisienne se manifeste encore et enfin par la place qu’ils tiennent, pour un certain nombre d’entre eux, dans cette institution si utile à la vie des écoliers dans la capitale, celle des collèges, par la sollicitude qu’ils montrent spécialement pour ceux qui accueillaient les étudiants bretons. Plusieurs de ces universitaires ainsi ont exercé la fonction de maître ou principal dans ces derniers, ainsi l’anonyme décédé en 1387 au collège de Plessis, Jean Hervé, Jean Aspery, Pierre Petri à celui de Cornouaille. Ces deux derniers font des donations obituaires pour leur collège. De même, dans son testament, Yves de Kerengar prévoit des legs pour les collèges de Kerembert, de Tréguier et de Cornouaille16. Enfin, quelquefois, ce sont de nouvelles bourses qui sont fondées, permettant un élargissement du recrutement des écoliers, ainsi Jean de Guiscriff et Jean Hervé par leurs testaments respectifs de 1379 et 1427, en faveur du collège de Cornouaille ; quant à Olivier Donjon, c’est celui de Tréguier qu’il favorise en créant, par son testament de 1412, 6 nouvelles bourses17.

16Tous ces maîtres de haut niveau nous apparaissent ainsi profondément impliqués dans la vie universitaire de leur temps. Mais, hommes d’Église, ils sont attachés aussi aux institutions de cette dernière, tant matérielles, que morales et spirituelles ou cultuelles et participent aux dévotions qu’elle encourage, au culte des saints qu’elle élève sur ses autels. C’est bien sûr, pour ces Bretons auxquels nous avons affaire, le culte de saint Yves qui s’est imposé comme point de ralliement, comme objet commun de dévotion.

17Les manifestations de cette dernière, chez nos grands universitaires originaires de Bretagne peuvent être assez diverses. Ce n’est guère toutefois que par le biais du lien avec les institutions représentatives du culte du saint trégorrois dans la capitale que nous pouvons les appréhender.

18L’appartenance à la confrérie fondée en l’honneur de ce dernier et/ou la participation à ses activités est, nous l’avons dit, un premier indice signifiant. Cela peut être le seul en l’état de la documentation existante : ainsi, pour les plus anciens de notre liste de maîtres, un Thomas Payen ou un Jean de Pontcroix, leur présence sur la liste de confrérie de 1368 est le seul lien que nous pouvons établir avec le culte de saint Yves. L’assistance à l’audition des comptes de confrérie des années 1405/6 à 1422/3 est plus probante et certains de nos maîtres, par leur assiduité à cette occasion se révèlent comme des « piliers » de cette institution cultuelle. C’est ainsi le cas d’Hervé de Villeneuve, régulièrement présent à ce titre de 1406 à 1417, d’Hervé Pouchart, un peu plus irrégulièrement attesté de 1413 à 1423, de même que Jean Hervé, de 1418 à 1423, de Guillaume de Kaer, plus modestement relevé de 1413 à 1416. Mathieu Roeder et Jean Mathie, dont les noms figurent au bas des comptes de 1406 à 1410/11, semblent avoir eu une participation plus active : ils nous sont connus, au moins pour les premières années de leur présence, comme détenteurs des clefs du coffre de la confrérie, ce qui suggère un rôle effectif dans la gestion des dépenses de celle-ci. Si les autres maîtres apparaissent plus ponctuellement, il est loisible de supposer que leurs activités dans cette dernière ne se résumaient pas qu’à la seule approbation de ses comptes.

  • 18 Notice détaillée sur ce médecin dans WickersheimerÉ., Dictionnaire biographique des médecins en Fra (...)
  • 19 Cf.Douët-d’arc L., « Des frais d’enterrement dans Paris au xive siècle », Mémoires de la Société de (...)
  • 20 Épitaphier…, t. 12, p. 446-447 (no 5898).
  • 21 Cf. supra, n. 16.

19Plus ouvertement significatives de la dévotion à saint Yves sont bien sûr les fondations faites en son honneur, fondations accompagnées ou non d’une sépulture dans l’église dédiée au saint. La place occupée dans l’université et aussi la société par les maîtres qui nous concernent ici – Jean de Guiscriff par exemple a été le médecin de la duchesse de Bretagne, puis du roi Charles V18, des personnages comme Jean de Kerloret ou Hervé Pouchart ont été clercs ou conseillers du roi, etc. – explique la relative aisance, voire la richesse de beaucoup d’entre eux, favorisée par la multiplicité des bénéfices que tous ces hommes d’Église cumulaient. C’est ce qui a permis à plusieurs, nous l’avons vu, de faire des fondations pour les écoliers pauvres par le biais des collèges. Cela leur a permis aussi de donner un aspect concret, matériel à leur dévotion envers saint Yves, d’où ces fondations : 12 à 14 des 22 maîtres de notre liste peuvent, au vu de la documentation dont nous disposons, être crédités d’une libéralité de cet ordre. Celle-ci était souvent faite pour obtenir l’inhumation dans l’église Saint-Yves, mais cela n’a pas été toujours le cas. Ainsi un Jean de Guiscriff, fondateur de la chapellenie Saint-Mathieu en cette dernière en 1360, fondation renouvelée et accrue dans son testament, a cependant été inhumé en 1379 dans la cathédrale Notre-Dame, dont il était chanoine, après cependant des obsèques à Saint-Yves19. De même, Jean Aspery, à la différence de son frère Yves, avec lequel il a partagé une fondation à cette dernière église, n’y fut pourtant pas inhumé, mais enterré en Cornouaille20. Pour certains des « fondateurs » enfin, nous ignorons le lieu d’inhumation : c’est le cas ainsi d’Yves de Kerengar qui, dans son testament enregistré au Parlement de Paris le 5 mars 1410 avait prévu des legs à son église paroissiale et à l’église Saint-Yves, afin d’être inhumé dans l’une ou dans l’autre, mais nous ne savons pas laquelle a reçu son corps21.

  • 22 Millin A.-L., « Chapelle Saint-Yves », dans Antiquités nationales, t. 3, Paris, 1970 (chap. xxxvii)

20Dans 7 cas restants – 8, si l’on prend en compte celui du maître anonyme décédé en 1387 – la sépulture en l’église dédiée au saint breton nous est attestée par une épitaphe et/ou connue par un dessin de Gaignières ou de Millin22.

  • 23 Arch. nat. de France, LL 714.
  • 24 Ibid, dossier 34. On peut supposer qu’il s’agissait d’un manuscrit contenant les Distinctiones in q (...)

21Les dispositions testamentaires afférentes à ces sépultures nous sont conservées pour quatre d’entre eux, Hervé Costiou, fondateur par un acte du 2 mars 1394 (n. st.) d’une chapellenie en l’honneur de saint Tugdual – évêque de Tréguier apparemment du vie siècle – en l’église Saint-Yves23, Jean Morice dit de Keroulay, Maurice de Kergourant et Hervé Pouchart (en 1433). Assez original, l’un des principaux legs de maître Kergourant consistait en « ung livre appelé le livre de Henri Boyc, avecques les mercurialles de maître Jean Andrieu », dont les incipit et explicit sont indiqués et qui avait été donné par le testateur par un acte en date du 3 septembre 1413, aux gouverneurs de la chapelle et confrérie, en échange de la sépulture en celle-ci24.

  • 25 Épitaphier…, t. 12, no 5863, 5864, 5908 et 5892. Voir, pour Jean de Villeneuve († 1417), pl. II.

22Parmi les tombes dont le dessin des plaques nous a été conservé pour notre église Saint-Yves, quatre selon Gaignières, suivi par H. Verlet dans son édition de l’Épitaphier (celles de Geoffroi Lavenant, de l’anonyme de 1387, de Jean de Villeneuve et de Hervé Pouchart25), offrent une iconographie assez originale (page suivante), la représentation du défunt en maître enseignant, devant un public d’étudiants et assisté d’un bedeau, porteur des gants, type iconographique qui n’est pas l’apanage des seules tombes creusées en l’église Saint-Yves de Paris mais qui semble y avoir connu une fortune particulière, et ce d’autant plus que, si l’on en croit Millin qui nous en fournit les croquis supposés, le même type iconographique aurait été celui des tombes de deux autres universitaires de notre liste, Costiou et Keroulay (p. 49).

23Maître-enseignant de haut niveau et dévot de saint Yves, Jean Morice dit de Keroulay, ce Breton originaire du diocèse de Léon, a été assurément l’un et l’autre. Il mérite au plus haut point ces deux titres et peut apparaître comme un modèle dans ces domaines. Aussi est-ce par lui que nous voudrions terminer cette communication. Sans doute né vers 1327 – il est dit avoir 58 ans lors de la déposition des témoins dans l’affaire Jean Blanchart, en 1385, et est déjà maître ès arts et procureur de la nation de France en l’université de Paris sur lerotulus de 1349 ; il est aussi maître en théologie sur celui de 1362 et est encore attesté à ce titre jusqu’en 1394, même si des séjours ont été faits par lui à Narbonne, à Paris et à Avignon. Abondamment pourvu en bénéfices (prévôté de Saint-Aubin de Guérande au diocèse de Nantes puis archidiacre de cette ville, doyen de Saint-Malo, chanoine d’Angers et de Paris), il multiplie les fondations. Le 5 décembre 1395, il lègue à la confrérie de Saint-Yves tous ses biens meubles et immeubles pour

La tombe de Jean de Villeneuve. (Cliché BNF)

Les tombes de Costiou et Keroulay. (Millin, A.L, cliché BNF)

  • 26 Arch. nat. de France, L 714, pour ces deux fondations, cf. aussi, CouffonR., « La confrérie de Sain (...)

24fonder une grande messe le dimanche et à quatre fêtes solennelles de l’année. Le 14 novembre 1397, le même maître, qui se réclamait dans son préambule de l’acte de lasingularis devotioqu’il avait pour le bienheureux confesseur Yves, donnait au chapitre Notre-Dame 200 livres pour fonder un service double dans l’église cathédrale le jour de la fête du saint breton26. Enfin, nous terminerons cette contribution en évoquant la liste qui est donnée dans l’acte testamentaire de décembre 1395 des personnalités présentes et consentantes « presentibus, volentibus et consentientibus », et de citer « Galerano de Penandref, in sacra pagina professore, Yvo de Kerengar et Oliverio Donjon, decretorum doctores, Johannes de Villanova, in decretis licentiato », etc. On peut prendre là la mesure de cette sorte de confraternité spirituelle – nous serions même tenté de parler d’amitié ou de complicité spirituelle – qui unissait autour du culte du saint breton tous ces grands universitaires parisiens, ses compatriotes, tous ou presque tous plus ou moins dévots de ce dernier.

Tableau 1 : Grands universitaires bretons de Paris et dévotion à saint Yves

Tableau 1 : Grands universitaires bretons de Paris et dévotion à saint Yves

Notes

1 Sur les études de saint Yves,cf.Duval-ArnouldL., « Note chronologique sur saint Yves de Tréguier »,Analecta Bollandiana, t. 92, 1974, p. 409-424 (passim) et CassardJ.-C., Saint Yves de Tréguier, Paris, 1992, p. 14sq.

2 Le calendrier de la faculté de Décret de Paris est édité dans FournierM.,La faculté de Décret de l’université de Paris auxve siècle, t. 1, Paris, 1895, p. 51-72. Les noms des écoles où se déroulait l’enseignement sont de même indiqués à propos des « Lectures des bacheliers », dans l’édition desMémoriauxde ladite faculté au xvesiècle, qui occupe la deuxième partie du tome 1 de l’ouvrage précité et les deux suivants.

3 VergerJ., « Le recrutement géographique des universités françaises au début du xve siècle d’après les suppliques de 1403 », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, t. 88, 1970, p. 855-902.

4 Topographie… Région centrale de l’Université, p. 261.

5 Cf. pl. 1. Façade de la chapelle Saint-Yves au xviiie siècle.

6 Arch. nat. de France, S 889 A, dossier 9. L’analyse faite au xviiie siècle du document est reproduite dans Deuffic J.-L., « La confrérie Saint-Yves de Paris en 1368 : une liste de membres inédits »,Pecia, 2, 2003, p. 29-63 (spécialement p. 34, n. 24). Les statuts de 1348 de la confrérie sont aussi édités en Annexedans cet article, p. 60-63.

7 DansBulletin et Mémoires de la Société d’Émulation des Côtes-du-Nord, 1933, p. 15-16. L’auteur ne donne pas ici la source précise de son information.

8 Cf. supra, n. 6.

9 Arch. nat. de France, S 891 A, dossier 10.

10 Épitaphier…, Paris, 1999, p. 403-464.

11 Cf. Tableau 1, en Annexe.

12 Cf.DenifleH., ChatelainÉ., Chartularium Universitatis Parisiensis, t. 2, 3 et 4, respectivement Paris, 1891, 1894 et 1897 (passim).

13 Pour ces deux affaires, ibidem, t. 3, Paris, 1894, passim.

14 Ibid., t. 4, Paris, 1897, passim.

15 Ibid., t. 3, Paris, 1894, respectivement no 1624/25 et 1679.

16 Ms. Bibl. nat. de France, Moreau 1162, fol. 356sq.

17 Cf.Couffon R., « Le collège de Cornouaille à Paris »,Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. 67, 1940, p. 32-71 et, du même, « Le collège de Tréguier à Paris », Mémoires de la Société d’Émulation des Côtes-du-Nord, t. 62, 1930, p. 61-81.

18 Notice détaillée sur ce médecin dans WickersheimerÉ., Dictionnaire biographique des médecins en France au Moyen Âge, t. 1, Paris, 1936 (réimpr. Genève, 1979).

19 Cf.Douët-d’arc L., « Des frais d’enterrement dans Paris au xive siècle », Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 4, 1877, p. 125-139 – édite la partie du compte d’exécution testamentaire relative aux obsèques et funérailles de Jean de Guiscriff.

20 Épitaphier…, t. 12, p. 446-447 (no 5898).

21 Cf. supra, n. 16.

22 Millin A.-L., « Chapelle Saint-Yves », dans Antiquités nationales, t. 3, Paris, 1970 (chap. xxxvii).

23 Arch. nat. de France, LL 714.

24 Ibid, dossier 34. On peut supposer qu’il s’agissait d’un manuscrit contenant les Distinctiones in quinque libros Decretalium de Henri Bohic et les Mercuriales in regulas de Jean André.

25 Épitaphier…, t. 12, no 5863, 5864, 5908 et 5892. Voir, pour Jean de Villeneuve († 1417), pl. II.

26 Arch. nat. de France, L 714, pour ces deux fondations, cf. aussi, CouffonR., « La confrérie de Saint-Yves… », p. 15, n. 37 et 19-28 ; Épitaphier…, t. 12, n° 5866.

Table des illustrations

Légende Façade de la chapelle Saint-Yves de Paris au XVIIIesiècle. (cliché BNF)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22395/img-1.png
Fichier image/png, 484k
Légende La tombe de Jean de Villeneuve. (Cliché BNF)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22395/img-2.png
Fichier image/png, 438k
Légende Les tombes de Costiou et Keroulay. (Millin, A.L, cliché BNF)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22395/img-3.png
Fichier image/png, 337k
Titre Tableau 1 : Grands universitaires bretons de Paris et dévotion à saint Yves
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22395/img-4.png
Fichier image/png, 167k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540