Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Yves et les Bretons

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Georges Provost

Première partie. Les prémices médiévales

Saint Yves, patron de la nation de Bretagne de l’université d’Angers à la fin du Moyen Âge

Jean Michel Matz

Texte intégral

1L’université d’Angers est issue d’une école cathédrale attestée au tout début du xie siècle et qui jouissait d’une réputation certaine au tournant des xie et xiie siècles comme le montre notamment le séjour angevin d’Abélard. Au xiiie siècle, une école de droit s’est développée dans la ville, favorisée par la bulle du pape Honorius III interdisant l’enseignement du droit civil à Paris en 1219 et par la grève parisienne de 1229 qui amena de nombreux maîtres et étudiants à Angers. En 1337, l’école fut officiellement reconnue comme un véritable studium generalepar l’évêque Foulques de Mathefelon (1324-1355) qui y avait enseigné les lois avant sa nomination sur le siège épiscopal. Ce n’est toutefois qu’en 1432 que l’université d’Angers devint unstudiumcomplet, suite à la fondation par le pape Eugène IV des Facultés des arts, de théologie et de médecine. La fin du Moyen Âge est une période de pleine prospérité pour l’université, ainsi qu’en témoignent la construction de bâtiments propres (les « Grandes écoles », près de la cathédrale), l’institution d’une bibliothèque, la fondation de plusieurs collèges mais aussi le nombre de ses étudiants et la vitalité des nations.

2Jusqu’à la naissance des universités de Poitiers (1431) et de Nantes (1460), Angers est en effet restée la seule ville universitaire de la France de l’Ouest. Comme la plupart des universités médiévales, elle avait donc un recrutement géographique particulièrement étendu, attendu, comme l’écrivait le roi de France Charles V en 1373, « que de diverses nations et loingtaines parties, plusieurs y viennent et affluent à grandes peymes, labeurs et perils pour y acquérir mœurs et sciences ». Sans doute au xivesiècle, les étudiants partageant les mêmes origines géographiques prirent l’habitude de se rassembler en nations et de se choisir un saint patron, prouvant par là la vigueur du mouvement associatif et le poids des réflexes identitaires dans la société des derniers siècles du Moyen Âge, mais aussi les fonctions multiples que pouvait alors revêtir le culte des saints.

3L’histoire des nations à Angers n’est pas d’une grande clarté. Dans son Histoire de l’université d’Angersécrite au début du xviiie siècle avant que ne disparaisse l’essentiel des archives de l’institution, Pierre Rangeard affirmait par erreur qu’il y avait dix nations à Angers à la fin du xive siècle ; sa confusion venait du fait que le 26 novembre 1383, le roi Charles VI confirmait pour lestudium d’Angers les privilèges de celui d’Orléans qui comptait bien dix nations. À Angers, la première occurrence des nations se trouve dans les statuts de 1373, mais ils n’en indiquent pas le nombre ; l’article 56 impose aux écoliers un serment au procureur de leur nation, et le fait que cette obligation ne soit pas présentée comme une nouveauté permet de supposer l’antériorité de ces nations. Elles devaient probablement être au nombre de cinq puisque les nouveaux statuts de 1398 en indiquent six dont la dernière venait d’être instituée (et sexta erit natio Francie que de novo, certis de causis virtute commissionis nostre, per nos constituta est). Selon l’ordre de préséance, l’article 108 de ces statuts mentionne les nations d’Anjou, de Bretagne, du Maine, de Normandie, d’Aquitaine et de France. L’acte de fondation du Collège de la Fromagerie mentionne en 1408 un « procureur de la nation du Poictou », mais compte tenu de la situation politique du duché de Guyenne, il faut vraisemblablement supposer que celle-ci n’était autre qu’une nation d’Aquitaine au recrutement restreint.

4Ces nations, dont les membres élisaient chaque année un procureur et avaient droit d’assemblée, étaient des institutions importantes de la vie universitaire. Les procureurs tenaient en main les intérêts de leurs nationaires et avaient connaissance des affaires civiles et même criminelles de leurs suppôts qu’ils devaient enregistrer chaque année. D’après les statuts de 1398, les procureurs des nations prenaient séance dans les assemblées du studiumjuste après les docteurs régents et le procureur général de l’université. Ce sont encore les procureurs qui devaient veiller au bon déroulement du culte du saint patron de la nation.

5Comme son titre l’indique, l’objet de ma contribution vise à étudier le culte de saint Yves († 1303), patron de la nation de Bretagne de l’université d’Angers – comme à Paris ou à Orléans – dans laquelle ils formaient de loin la première nation par ses effectifs puisque la guerre et l’engagement politique opposé de la Bretagne et de l’Anjou n’avaient pas interrompu les migrations – pas plus d’ailleurs que les relations économiques – entre les deux duchés.

Les étudiants bretons à Angers

6On ne conserve pour l’université d’Angers ni matricule universitaire ni registre des membres des nations, de sorte qu’il est impossible de donner avec précision les effectifs de l’ensemble du studium. Comme on le sait, la seule source qui permet d’approcher la réalité démographique du corps universitaire est la série des grandsrotulide suppliques bénéficiales adressées à la Papauté pendant la période du Grand Schisme d’Occident, même si n’y figurent pas les étudiants ne pouvant prétendre à un bénéfice, qu’ils soient séculiers ayant déjà atteint les limites du cumul, clercs réguliers ou laïques. Les rotulide 1378 et 1403 permettent d’évaluer la population estudiantine à environ un millier d’individus.

7À la différence de l’université de Paris qui établissait ses suppliques par nation, celle d’Angers – comme à Orléans – les établissait en fonction du grade académique des suppliants, mais en donnant leur diocèse d’origine. Les statuts de 1373 ayant pris soin de préciser l’aire de recrutement de chaque nation, nous pouvons donc en retrouver les effectifs approximatifs et établir leur classement par importance numérique (tableau 1). La nation d’Anjou rassemble les étudiants des diocèses d’Angers et Tours ; la nation de Bretagne recrute dans le reste de la province ecclésiastique de Tours, le diocèse du Mans mis à part qui fournit les effectifs de la nation du Maine. La province de Rouen approvisionne la nation de Normandie, celles de Bourges, Bordeaux, Toulouse, Narbonne et Auch la nation d’Aquitaine, et les provinces de Lyon, Sens et Reims la nation de France – à laquelle venaient s’agréger les quelques étudiants venus de l’étranger.

Tableau 1 : Les effectifs des nations de l’université d’Angers d’après les suppliques de 1378 et 1403

Tableau 1 : Les effectifs des nations de l’université d’Angers d’après les suppliques de 1378 et 1403

8L’étude comparée des suppliques menée par Anne-Sophie Duris repose sur 632 individus venus de 36 diocèses en 1378 et sur 712 individus originaires de 42 diocèses en 1403. Le recrutement géographique est concentré sur les provinces ecclésiastiques de Tours (qui donne presque les trois quarts des étudiants) et Rouen qui fournissent à elles deux les neuf dixièmes de la population universitaire. La pesée globale place la nation de Bretagne largement en tête avec 41 % des étudiants d’Angers en quête de bénéfices ecclésiastiques ces deux années. Sur les dix premiers diocèses pourvoyeurs d’écoliers et d’étudiants, la Bretagne en compte cinq, dans le même ordre aux deux dates : Rennes (en deuxième position après Angers), Saint-Malo (quatrième après Le Mans), Nantes (cinquième), Quimper (septième) et Tréguier (dixième). Les étudiants bretons sont donc principalement originaires de Haute-Bretagne, alors même que le culte de saint Yves s’était davantage développé dans les diocèses de Basse-Bretagne comme l’ont montré plusieurs contributions du présent colloque (tableau 2).

Tableau 2 : Les étudiants bretons de l’université d’Angers par diocèse d’origine d’après les suppliques de 1378 et 1403

Tableau 2 : Les étudiants bretons de l’université d’Angers par diocèse d’origine d’après les suppliques de 1378 et 1403

9Quelques mots sur les études poursuivies par ces étudiants. À la différence des Facultés de droit des universités méridionales qui étaient tournées majoritairement vers l’étude du droit canon, lestudium d’Angers accueillait principalement des civilistes qui représentent les deux tiers des effectifs en 1378 comme en 1403 et tout au long du xve siècle. Quelques diocèses de Bretagne fournissent toutefois davantage d’étudiants en Décret – sans que l’on y trouve une explication pertinente – que la moyenne : Nantes (40,5 %), Quimper (46 %) et Saint-Brieuc (50 %). La renommée des universités de Paris et d’Orléans a certainement constitué de longue date un frein au développement de la faculté de Décret d’Angers, mais l’essor des bureaucraties au service de l’État royal ou des États princiers – notamment dans les duchés d’Anjou et de Bretagne – permet également de rendre compte de cette orientation dominante des étudiants d’Angers vers l’étude du droit romain, qu’ils soient écoliers, bacheliers ou licenciés. Par ce que l’on parvient à connaître de leurs carrières ultérieures, il est possible de conclure que l’université d’Angers formait davantage des praticiens que des savants.

Le culte de saint Yves et la nation de Bretagne

10Les nations universitaires faisant le choix d’un saint patron, elles avaient de coutume de célébrer sa fête comme manifestation d’une identité propre. Cette pratique est aujourd’hui documentée par deux types de sources : les calendriers des fêtes de l’université et les actes de fondation de services religieux le jour de la fête du saint patron ou les pièces de procédure relatives aux problèmes engendrés par le non respect de ces fondations, voire des célébrations qui tournent à la rixe, comme dans la cathédrale d’Angers pour la Saint-Yves en 1437.

11Nous ne connaissons aucun calendrier propre à une nation, ni aucun calendrier des fêtes de l’université d’Angers avant celui qui fut promulgué en 1494 à l’occasion d’une nouvelle réforme des statuts dustudium, mais il est peu probable qu’il ait bouleversé l’architecture générale du calendrier antérieur. Paul Perdrizet l’a montré jadis avec le calendrier de la nation d’Allemagne de l’université de Paris, il est possible de distinguer un fonds local de base, angevin en l’occurrence, et un calendrier universitaire proprement dit.

12Dans les calendriers de l’université, le fonds angevin est constitué de plusieurs strates de la liturgie ordinaire : les fêtes du Christ (Circoncision, Épiphanie, Pâques, Ascension, Noël), les fêtes de la Vierge (Purification, Annonciation, Visitation, Assomption, Nativité, Conception), et les fêtes des saints de l’Église universelle (apôtres, martyrs, confesseurs). On trouve cependant un fonds proprement local assez fourni dans le calendrier universitaire – alors que les étudiants étaient dans une large majorité étrangers au diocèse – avec notamment huit des saints évêques du diocèse : Lézin († v. 610/616) au 13 février, Aubin († 550) au 1er mars, Benoît († apr. 816) au 15 juillet, Maurille († 453) au 13 septembre, Maimbeuf († v. 660) au 16 octobre et Loup (viie s.) le lendemain, le légendaire René au 12 novembre et Apothème (ives.) le 20 novembre. Le calendrier d’Angers donne encore la fête de saint Maurice et de ses compagnons, auxquels est dédiée la cathédrale.

13Charles Vulliez a récemment montré que le rôle important des ordres mendiants dans l’histoire de l’université d’Orléans leur avait sans doute permis de placer de nombreux saints sortis de leurs rangs dans le calendrier universitaire. Il n’en va pas du tout de même à Angers puisque le calendrier universitaire porte seulement quatre religieux : pour les Frères Prêcheurs qui avaient obtenu leur agrégation à l’université en 1405, saint Dominique († 1221), saint Pierre de Vérone († 1252), et saint Thomas d’Aquin († 1274) dont la fête ne concerne toutefois que la seule Faculté de théologie ; les Mineurs font plus pâle figure avec seulement saint François († 1226) au 4 octobre, mais en l’absence de tous les autres saints de l’ordre (Antoine de Padoue, Bernardin de Sienne qui avait été confesseur du « roi René »…), y compris saint Louis d’Anjou ou de Toulouse († 1297) qui était pourtant le fils du comte d’Anjou Charles II.

14La forte présence des évêques d’Angers et la rareté des saints récents – notamment les mendiants – apparentent le calendrier universitaire à celui de la cathédrale même si le second est nettement plus chargé de fêtes. Lorsque l’on sait les liens historiques qui existent entre ces deux institutions, il n’y a pas loin à penser que le calendrier de la première église du diocèse a été la matrice de celui de l’université.

15Le calendrier universitaire mentionne explicitement les fêtes des nations. La nation d’Anjou a pour patron saint Lézin, celle du Maine l’évêque du Mans saint Julien (ives.) fêté le 27 janvier, et les Normands, comme à Paris et Orléans, fêtent la Conception de la Vierge le 8 décembre. Deux nations ont changé de patron. Les Poitevins de la nation d’Aquitaine voulaient l’évêque Hilaire († v. 367) et les Limousins cherchaient à imposer saint Martial (iiie s.) ; les statuts de 1398 tranchèrent en imposant un saint neutre en la personne de l’évêque de Sébaste et martyr saint Blaise (ive s.). Le calendrier universitaire montre par ailleurs que la nation de France a tour à tour eu pour patron l’archevêque de Bourges Philippe Berruyer († 1209) fêté le 10 janvier et saint Martin au jour de sa translation le 4 juillet – ce qui est un choix plutôt surprenant, sauf à envisager que les Tourangeaux intégraient désormais la nation de France et non d’Anjou, ce que les statuts de 1494 ne précisent pas. Toutes ces fêtes étaient célébrées dans les collégiales de la ville et non dans les couvents mendiants.

16Saint Yves était donc le patron de l’importante nation de Bretagne. Comme le montre le texte édité en annexe, il semble que les Bretons avaient d’abord envisagé de fonder le service perpétuel de la Saint-Yves dans le couvent des Prêcheurs d’Angers avant de se raviser et de l’instituer dans la cathédrale. Il est vrai que cette église était le lieu par excellence du culte de saint Yves dans la ville et le nombre de chanoines – souvent étudiants voire régents – originaires de Bretagne n’y est bien sûr pas étranger. Les calendriers liturgiques de la cathédrale ne portent pas moins de trois dates en l’honneur de saint Yves : sa fête le 19 mai, la translation de ses reliques le 29 octobre, et la réception d’une relique du saint, une côte (Receptio coste sancti Yvonis), le 7 juillet ; nous ne savons pas si ce don est à mettre à l’actif du duc Charles de Blois († 1364), grand dévot de saint Yves, dont la fille Marie avait épousé le duc d’Anjou Louis Ier († 1384), mais la relique était déjà à Angers en 1364 quand le chanoine Yves Letourneur – Breton d’origine – institua un « fêtage » (repas commun du chapitre) le 19 mai de chaque année et un « gaignage » perpétuel (une distribution de quelques sous aux présents à l’office) le 7 juillet. À cette date, l’autel Saint-André situé dans la nef avait reçu une double dédicace avec saint Yves, et une « image » le représentant y était exposée. Les comptes de la cathédrale du xve siècle nous apprennent encore que le chapitre rémunérait les services d’un organiste à l’occasion de dix-huit fêtes dans l’année parmi lesquelles figure la Saint-Yves.

17Le 26 mai 1396, en présence de plusieurs membres du chapitre cathédral et de nombreux représentants de la nation de Bretagne, la fondation perpétuelle du service religieux de la Saint-Yves fut conclue pour la somme de deux cents francs or à convertir en rentes. Il était convenu qu’un chanoine ou un dignitaire de la cathédrale dirait les vêpres la veille et le soir du 19 mai, la grand-messe du jour et une messe pour les défunts de la nation de Bretagne le lendemain ; si cette dernière venait à décider une année de confier la charge de ces célébrations à un évêque ou un archevêque, le chapitre ne pourrait s’y opposer. L’accord prévoyait aussi que la nation pouvait parer l’église comme bon lui semblerait, y «  mettre des bans pour asseoir les escolliers » et apporter du luminaire à volonté en le remportant à l’issue du service religieux. Par mesure de prévoyance, l’accord précisait encore qu’au cas où l’Ascension ou une autre fête comme la Pentecôte tomberait un 19 mai, la messe de la nation serait célébrée au chœur dans les mêmes conditions mais plus tôt dans la matinée.

18Sans que le texte édité en annexe n’en éclaire aucunement la raison – l’antagonisme politique? une querelle d’universitaires? – cette belle ordonnance fut chamboulée pour la Saint-Yves de l’année 1437. Aux vêpres de la veille, un chanoine ou un clerc habitué de la cathédrale frappa un étudiant et jeta au sol la torche aux armes de Bretagne qu’il tenait dans ses mains ; dans la nuit, sans doute par provocation, les mêmes « tournerent l’imaige dudit saint le derriere davant » avant de se rendre à l’autel Saint-Yves pour y arracher les parements et y frapper un autre écolier de la nation.

19La sentence du Parlement de Paris condamna évidemment le chapitre à respecter dorénavant la teneur de la fondation instituée en 1396 et les sources ne contiennent plus par la suite de trace de pareils excès ou de conflits entre la nation de Bretagne et le clergé de la cathédrale. Si tel avait dû être le cas, les Bretons n’auraient sans doute pas hésité à déplacer leur service religieux dans une autre église, à l’instar de la nation d’Anjou qui quitta en 1525 la collégiale Saint-Jean-Baptiste dite aussi Saint-Julien – où elle avait jusqu’alors cohabité avec la nation du Maine – pour établir le service de sa fête dans le couvent des Mineurs d’Angers qui ne possédaient pourtant pas de relique de son saint patron l’évêque Lézin contrairement à la collégiale. À la cathédrale, les rapports avaient été visiblement apaisés. Le 17 mai 1527, la nation de Bretagne obtint même des chanoines de la cathédrale qu’ils lui prêtent «  leurs honorables tapiz appelez l’Apocalipse pour decorer la feste et sollenité de monseigneur sainct Yves ».

20Peu de temps après sa canonisation en 1347, saint Yves est donc venu rejoindre les saints bretons – assez nombreux – déjà honorés dans le diocèse d’Angers. L’importante nation de Bretagne de l’université d’Angers semble avoir été le vecteur de la diffusion locale du culte du saint prêtre breton qui présente de toute évidence une dimension identitaire forte pour tous ces étudiants originaires d’une entité politique bien constituée. Mais si les étudiants fêtaient saint Yves, on ne conserve malheureusement aucune trace des sermons qui ne manquaient pas d’être prononcés à cette occasion, pas plus d’ailleurs que l’on ne connaît de texte hagiographique rédigé éventuellement par des membres de la nation en son honneur. Les Bretons ne semblent pas avoir cherché à promouvoir le culte de leur saint patron ; la grande rareté des dédicaces à saint Yves (autels, chapellenies…) montre en tout cas qu’ils ont échoué s’ils ont tenté cette entreprise. Le culte de saint Yves est donc universel, mais dans la mesure où il ne concerne que les Bretons, il a conservé une dimension identitaire indéniable.

21On rappellera par ailleurs que l’inscription dans les calendriers des fêtes de l’université de nombreux saints évêques d’Angers a fortement joué dans le sens d’une sorte d’acculturation à la fois liturgique et hagiographique pour tous les étudiants issus des différentes provinces du royaume de France et parfois de l’étranger. Malgré les fêtes et les patrons propres à chaque nation, la communauté universitaire trouvait dans la célébration des saints de son calendrier l’expression de sa solidarité corporative, et le culte des saints y gagnait une fonction supplémentaire dans la société en reliant l’histoire culturelle et l’histoire cultuelle.

Bibliographie

SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE

1) Sources :

Archives départementales de Maine et Loire : D 6, D 7 ; G 334 (relique de saint Yves). Bibliothèque municipale d’Angers : archives du chapitre cathédral : ms. 723 (653), ms. 724 (654), ms. 725 (655), ms.

726-730 (656), ms. 732 (658), ms. 737 (663), livre des anniversaires avec la fondation du service de la Saint Yves en 1396 ; archives de l’université : ms. 1238 (1013) à ms. 1259 (1030), dont ms. 1240 (1015) et ms. 1241 (1016) qui comportent les calendriers de l’université.

Fournier M., Les statuts et privilèges des universités françaises depuis leur fondation jusqu’en 1789, t. 1, Paris, 1890, p. 261-436 pour l’université d’Angers.

RangeardP.,Histoire de l’université d’Angers, éd. A. Lemarchand, 2 vol., Angers, 18681877.

2) Éléments de bibliographie :

DerwichM., Dmitriev M. (dir.), Fonctions sociales et politiques du culte des saints dans les sociétés de rite grec et latin au Moyen Âge et à l’époque moderne. Approche historique, Wroclaw, 1999.

Dugal L.Ph., L’université d’Angers et le pouvoir royal de 1364 à 1435,mémoire de Maîtrise dactylogr., université de Montréal, 2000.

DurisA.S., Les étudiants en droit de l’université d’Angers à la fin du Moyen Âge (v. 1360

v. 1494), mémoire de D.E.A. dactylogr., université d’Angers, 2001.

Ferronnière G., « L’université d’Angers et son influence en Bretagne », Annales de la Société académique de Nantes, t. 2, 1911, p. 177189.

Kerhervé J., L’État breton auxxiveet xvesiècles. Les ducs, l’argent et les hommes,2 vol., Paris, 1987.

KibreP.,The Nations in the Mediaeval Universities, Cambridge (Mass.), 1948 (Mediaeval Academy of America).

Klaniczay G., « National Saints on Late Medieval Universities », Die ungarische Universitäts-bildung und Europa, Pécs, 2001, p. 87-108.

Lens L. de, L’université d’Angers du xve siècle à la Révolution, Angers, 1880.

Matz J.M., Les miracles de l’évêque Jean Michel et le culte des saints dans le diocèse d’Angers (v. 1370v. 1560),thèse de doctorat dactylogr., université Paris X-Nanterre, 1993, 3 vol.

Perdrizet P.,Le calendrier de la nation d’Allemagne de l’ancienne université de Paris,Paris, 1937 (Publications de la Faculté des lettres de l’université de Strasbourg, 79).

Verger J., « Le recrutement géographique des universités françaises au début duxve siècle d’après les suppliques de 1403 », Mélanges d’archéologie et d’histoire publiés par l’École française de Rome, t. 82, 1970, p. 855-902.

Vulliez Ch., « Calendriers universitaires et particularismes « nationaux »? L’exemple de l’université médiévale d’Orléans », Religion et mentalités au Moyen Âge. Mélanges en l’honneur d’Hervé Martin, Rennes, 2003, p. 489-497.

Annexes

Annexe

Commission pour former complainte par les suppôts de la nation de Bretagne contre le chapitre cathédral d’Angers (30 août 1437)

A. Copie, qui figure dans la sentence rendue le 11 novembre 1437 ; 1 pièce parchemin : Bibl. mun. Angers, ms. 1255 (1029), f. 37. L’orthographe du texte a été respectée.

À mes très redoubtés et loyaux seigneurs messires tenans ou qui tendront la souveraine court de Parlement du roy nostre sire à Paris, Rogier Clement, sergent à cheval du roy nostredit sire en son Chastellet à Paris, en la voustie, honneur, service, reverence, avecques toute subiection et obbeissance. Mes très redoubtés et honneurés seigneurs, plaise vous savoir moy avoir reçeues certaines lettres royaulx contenant forme de complainte en cas de saisine et de nouvelté et autres depuis impectrés et à moy presentées de la part des docteurs, licenciez, bacheliers, maistres, escolliers et suppoustz et le procureur de la nacion de Bretaigne, consors en ceste partie, en moy requerant l’effet et execucion d’icelle, desquelles la teneur s’ensuit.

« Charles, par la grace de Dieu roy de France, au premier huissier de nostre Parlement ou nostre sergent qui sur ce sera requis, salut. Noz bien amez les docteurs, licenciez, bacheliers, maistres, escolliers et suppoutz et le procureur de la nation de Bretaigne en l’université d’Angiers, consors en ceste partie, nous ont fait humblement exposer en complaignant que anciennement lesdits exposants ou leurs predicesseurs souloient faire cellebrez et sollempnisez la feste de monseigneur saint Yves en l’eglise des Jacobins audit lieu d’Angiers ; et pour ce qu’ils sceurent pieçà que en l’eglise cathedral de monseigneur saint Maurice en ladite ville les doyen, chanoines, chappictre et autres gens de ladite eglise fesoient et avoient acoustumé faire chacun an à ladite feste de saint Yves grant sollempnité, ilz, pour aucunez causes qui les meurent, ne vouldrent plus faire sollempnisez icelle feste en ladite eglise des Jacobins et supplierent aux gens du chappictre de ladite eglise de Sainct Maurice faire ladite sollempnité en ladite eglise cathedral.

Lesquelx de chappictre, moyennant la somme de deux cens frans d’or à eulx donnez par ladite nation pour convertir en rentes, furent de ce comptens, promirent et se obligerent de faire et sollempnisez dès lors en avant perpetuelment ladite feste de saint Yves chacun an le xixe jour de may, et que le service dudict saint y seroit fait solempnel avecques les vespres de la voille et du jour, avec vestemens et paremens, sons de cloches, orgues et autres choses quelzconques acoustumés estre faictes à festes et sollempnitez doubles en ladite eglise, presens et assistans lesdicts complaignans qui y vouldroient et pourroient estre et assister ; et fut dit par expres que lesdits exposans pourroient mectre ou faire mectre en icelle eglise mesmement à l’autel où est l’imaige dudit saint luminaire et paremens telz qu’ilz vouldroient et à leur plaisir et voullanté, oultre les paremens et aournemens de ladite eglise, et ladite feste passée les emporter sans empeschement ou contradicion. Et outre, fut dit que s’il avenoit que ledit xixe jour fust la feste de l’Asscencion, de la Pentecouste ou aultre feste solempnelle, que ce nonobstant l’office et le service dudit saint seroit fait et cellebré ledit xixe jour à heure de prime ou plus toust au cuer de ladite eglise en telle maniere que la sollempnité de ladite feste qui escheroit ce jour n’en fust differé ne empeschié. Et que ledit office de saint Yves seroit fait et cellebré par ung chanoine de ladite eglise ou autre constitué en dignité en icelle ; et si ladite nacion voulloit par reverence de ladite feste faire faire l’office par aucun arcevesque ou evesque, faire le pourroit aux depens de ladicte nacion. Et avecques ce fut dit et appointé que lesdits de chappictre seroient tenuz de faire chanter et cellebrez en ladite eglise une messe pour les trespassez de ladite nation lendemain de la feste de saint Yves se la feste de Asscencion, Pentecouste ou aultre feste sollempnelle ne l’empescheroit, ouquel cas ladicte messe seroit prorogée au jour prouchain ensuivant, et seroit ladite messe à diacre, soubdiacre et son de cloches durant icelle messe ainsi et par la maniere qui est acoustumé estre fait en ladite eglise ès anniversaires solempnelz et maniere que plus à plain est contenu ès lettres sur ce faictes et données par lesdits de chappictre auxdiz de la nacion.

Et combien que, aux tiltres et par les moyens dessusdits et autres justes et raisonnables à declerez plus à plain en temps et en lieu quant mestier sera, lesdits complaignans aient droit, ayent esté et soyent en bonne poscession et saisine que les doyen, chanoines, chappictre et autres gens de ladite eglise ne pevent ne doyvent contester, debatre ne empescher de faire et solempnisez ladite feste de saint Yves et faire les autres choses en la maniere dessusdite et selon le contenu ès dites lettres, ne aussi empescher que lesdicts exposans ou aucuns d’eulx ne puissent si bon leur semble le jour de ladite feste et la voille d’icelle à vespres mectre ou faire mectre en ladite eglise quoy que ce soit à l’autel où est l’imaige dudit saint et au devant d’icelui torches, cierges, chandelles et autres luminaire, fouillée, herbes, jonchée et autres verdure en l’onneur et reverence dudit saint ainsi que acoustumé l’ont ; en pocession et saisine que si lesdits doyen et chappictre ou autres s’estoient efforcez ou voulloient s’efforcez de faire le contraire ou de cesser de faire ledit service en la maniere dessusdite, de les contraindre et faire contraindre par justice à ce faire et à repparez ce que fait auroient desdites pocessions et saisines desquelles et de chacune d’icelles et autres à ce pertinent, lesdits compleignans tant par eulx que par leurs predicesseurs desquelx ilz ont cause en nostre partie ayent joy et usé plainement et paisiblement par tel et si long temps qu’il n’est memoire du contraire, quoyque soit par temps suffisant abonnés pocessions et saisines autres avecques garde et retour, et par les derrains ans et exploiz, au veu et sceu desdits doyen, chanoines et chappictre qui oncques mays jusques à present ne contredisrent ne debatirent de faire ledit service ainssi que dit est, et au veu aussi et sceu de tous autres qui l’ont voulu veoir et savoir.

Neantmoins, depuis an et jour ença, estans lesdits complaignans en leur dites pocession et saisine, lesdits doyen, chanoines et chappictre, le xixe jour de may derrain passé que fut la feste de saint Yves et aussi la feste de Pentecouste, ont cessé, contredit et reffusé faire et cellebrez ladite feste et sollempnité de saint Yves tant ès premieres que segondes vespres et la messe dudit saint Yves et aussi la messe des trespassez ainsi qu’ilz avoient acoustumé de toute ancienneté et comme tenuz et obligez y sont, eulx sur ce deuement sommez et requis de par lesdits complaignans. Et qui pis est, en grant irreverence de Dieu, dudit glorieulx saint et de l’Eglise, et en hayne desdits complaignans, et eulx estans en stacion en ladite eglise à l’heure de vespres en la forme acoustumée, l’un des chanoines ou autre de ladite eglise frappa ung pouvre homme qui tenoit une torche en ladite eglise à ladite heure de vespres, le debouta du lieu et stacion où il estoit, gecta à terre la torche en laquelle avoit ung escusson aux armes de Bretaigne ; et non comptens de ce, la nuit de ladite feste, eulx ou aucun d’eulx ou leurs gens et serviteurs tournerent l’imaige dudit saint le derriere davant, et avecques ce l’un des chanoines ou autres de ladite eglise, ladite stacion durant, se transporta audit autel de saint Yves et bien impetueusement et grant oultrage aracha la fouille, les tonailles estans sur ledit autel et environ et tout gecta par terre, et frappa ung escollier de ladite nacion en faisant en ladite eglise grant tumulte et noise, et si firent et ont fait lesdits doyen, chanoines, chappictre et leurs complices plusieurs autres après qui seront declairez en temps et en lieu. Lesquelles choses sont de si mauvais exemple et dignes de greve pugnicion et ont esté et sont faictes en très grant irreverance de Dieu et dudit glorieux saint Yves, en grant scandalle du peuple qui illec estoit en grant nombre, en commectant voye de fait et enfraignant sollenité meme sauvegarde et autrement, excedant et delinquant moult grifvement et autre grant grief, preiudice et dommaige desdits complaignans et en les troublant et empeschant en leurs dictes pocession et saisine à tort, sans cause, indeuement et de nouvel.

Et pour ce, nous ont iceulx exposans humblement requis que actendu ce que dit est, la grant enormité du cas et excès dessusditz faiz en l’eglise, et que lesdits doyen, chanoines et chappictre se dient avoir privilleges qu’ilz ne sont tenuz pledez ailleurs que en notre court de Parlement, que ceste matiere qui requiert grant cellerité pour cause du service divin qui est empeschié sera plus toust et amandiez fraiz, et aussi par meilleur conseil decidé en notre dite court de Parlement que autre part reiectées toutes appellacions dont y pourroit avoir plusieurs si ceste cause estoit ailleurs intentée, que lesdits de chappictre ont en notre dite court de Parlement leur conseil à pension, et que se ladite cause estoit intentée par davant aucun juge au pais, iceulx de chappictre, par vertu de leur garde generalle le feroient si bon leur sembloit renvoiez en notre dite court si comme dient iceulx supplians, nous, sur ce leur veillons impartir la provision de notre iustice. Pourquoy nous, ces choses considérées, te mandons et commectons que appellez ceulx qui seront à appellez à comparoir par davant toy en la gallerye davant le portail de ladite eglise cathedral pour toutes les choses contempcieuses, maintien et garde de par nous lesdits exposans ou leur procureur pour eulx en leurs pocessions et saisines davant dites et d‘icelles joir et user paisiblement en contraignant ad ce faire et suffrir et à cesser desdits troubles et empeschemens et autres semblables lesdits doyen, chanoines et chappictre et tous autres qui pour ce seront à contraindre par toutes voies et manieres deues et raisonnables. Et en cas d’opposicion, le debat et choses contempcieuses prinses et mises en notre main comme souveraine, l’empeschement et notoire ostez et restablissement fait avant toute euvre de ce que sera à restablir, adiourné les opposans à certain et compectans jour ordinaire ou extraordinaire de notre Parlement prouchain à venir, nonobstant que les parties ne soient pas des jours que dont l’en pledera lors, pour dire les causes de leur opposicion, respondre ausdits exposans ou à leur dit procureur pour eulx sur les choses dessusdites, leurs circunstances et deppendances proceder et aller avant, en oultre aussi qu’il appartendra selon raison. Et avec ce appelle avecques toy sergent ung notaire ou tabellion publicque de court laye, informe toy segretement, bien et dilligeament de ce sur les excès dessusdits, et aussi comment on a acoustumé de user ès temps passé sur le fait dudit service, leurs circunstances et deppendances qui plus à plain te seront baillez en escript si mestier est ; et tous ceulx qui par ladite informacion, fame publique ou vehemente presumpcion tu trouveras coulpables ou vehementement suppeçonnez desdits excès, adiourne les audit jour ou autre certain et compectent en notre dite court, nonobstant comme dessus pour rendre à notre procureur general et ausdits exposans sur les excès dessusdits leurs circunstances et deppendances et faire en oultre comme de raison, en certifiant suffisament audit jour noz amez et feaulx conseillers les gens qui lors tendront notre dit Parlement et en leur apportant ou envoyant ladite informacion feablement close, scellée, ausquelx nous, pour les causes dessusdites, mandons et enioingnons que aux parties, icelles ouyés, facent bon et brief acomplissement de iustice car ainssi nous plaist il estre fait de grace especial par ces presentes, nonobstant quelconques lectres subreptices à ce contraires, mandons et commandons à touz noz iusticiers, officiers et subgiez que à toy en ce faisant obeissent et entendent dilligeamment.

Donné à Paris, le xxxe iour d’aoust l’an de grace mil CCCC trente et sept et de notre regne le quinziesme. Ainsi signé par le roy à la relacion du Conseil, Jaullet ».

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Les effectifs des nations de l’université d’Angers d’après les suppliques de 1378 et 1403
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22393/img-1.png
Fichier image/png, 34k
Titre Tableau 2 : Les étudiants bretons de l’université d’Angers par diocèse d’origine d’après les suppliques de 1378 et 1403
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22393/img-2.png
Fichier image/png, 49k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540