Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Yves et les Bretons

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Georges Provost

Les devenirs de saint Yves du Moyen Âge vers aujourd’hui

Jean-Christophe Cassard

Texte intégral

  • 1 CassardJean-Christophe, « Un pasteur nommé Yves Hélori », Mémoires de la Société d’histoire et d’ar (...)

1Saint Yves entrerait-il pour quelque chose dans l’invention du minitel, la mise au point des centraux téléphoniques numériques ou celle des fibres optiques ? Ces instruments n’auraient certes pas déplu dans leur principe au grand communicant qu’il fut, contraint en son époque de se rabattre sur la voix seule, en langue bretonne de préférence à toute autre1. Mais, par-delà les siècles écoulés, saint Yves ne reste pas non plus tout à fait étranger à ces avancées technologiques décisives : lorsque la première pierre du CNET (Centre National des Études de Télécommunications) fut posée par l’ancien président du Conseil René Pléven, alors président du Conseil général des Côtes-du-Nord, et par le polytechnicien lannionais Pierre Marzin, alors directeur-général du CNET au ministère des PTT, les deux hommes élurent de concert la date du 19 mai 1960, celle de sa fête – et ce n’est certainement pas un hasard ! De leur heureuse initiative découle la naissance à l’industrie et à la recherche du Trégor natal d’Yves Hélori, des activités dont les retombées positives se font toujours ressentir en dépit des crises cycliques traversées, jusqu’ici avec succès, par le pôle de Lannion.

2Rappeler cette coïncidence de dates autour du 19 mai, c’est suggérer que sa région n’échappe pas, aujourd’hui comme hier, à la bienveillante protection de saint Yves, au risque toutefois d’oublier qui il fut exactement.

  • 2 LeMappianJean, Yves de Tréguier, Paris, 1981 (réédition Rennes, 1997) ;Cassard Jean-Christophe, Sai (...)

3Le propos de notre colloque sera d’examiner les différentes étapes du devenir du saint en croisant les regards – ceux des historiens bien sûr, des historiens de l’art qui ont beaucoup à nous apprendre sur ses représentations successives, mais aussi ceux des ethnologues et des spécialistes de littérature tant écrite qu’orale, en français comme en breton. Ce champ de recherche se veut complémentaire de ceux abordés dans les deux autres colloques ayant marqué « l’année Saint-Yves » : celui de Rome – à l’occasion duquel fut inaugurée la façade restaurée de la chapelle Saint-Yves-des-Bretons – et celui de Tréguier, plus spécifiquement centré sur « la vie et le rayonnement de saint Yves chez les juristes de France et d’Europe du xiiieau xixesiècle ». En ce qui nous concerne, il ne sera pas question de réfléchir une fois de plus à la carrière d’Yves Hélori, de rappeler comment la Papauté l’a élevé sur les autels2, encore moins de méditer sur « l’esprit de saint Yves » car celui-ci reste affaire de foi, de cette conviction personnelle qui échappe aux sciences humaines. Simplement de dresser un bilan, aussi exhaustif que faire se pourra, de nos connaissances, stimulées par les recherches dont le septième centenaire de son trépas survenu en 1303 propose le prétexte commémoratif de renouveler, pour partie, le prisme. Tel est bien le défi de ces trois journées de rencontres à Tréguier, à l’ombre tutélaire, toujours aussi impressionnante en dépit des derniers avatars aujourd’hui réparés, de la cathédrale où Yves cohabite désormais en paix avec saint Tugdual après l’avoir longtemps et si bien servie.

4Mon propos liminaire n’a pour ambition que de suggérer une cohérence pluriséculaire, de susciter aussi une poignée de prolongements possibles puisque tout ne sera pas dit ni même abordé ici, tant la matière apparaît vaste et géographiquement dispersée. À l’image du seul saint breton – et pourtant ils sont plus de 700 dit-on ! – qui ait acquis une indiscutable popularité à travers la catholicité entière.

Au départ, la bulle de canonisation

  • 3 Anheim Étienne, « Deux sermons du pape Clément VI sur la canonisation de saint Yves en 1347 », à pa (...)

5Lorsque, par sa bulle en date du 19 mai 1347, Clément VI annonce au monde chrétien qu’il vient de porter Yves Hélori sur les autels, il justifie sa décision par une série d’arguments, les uns appropriés à l’itinéraire particulier d’Yves, les autres de portée plus générale en ce que le nouveau saint se trouve dès lors proposé en modèle aux catholiques. Toute réflexion sur les devenirs séculaires de l’enfant le plus illustre de Tréguier doit partir de ce texte fondateur, légitimant et universalisant le culte3.

  • 4 La BorderieArthur de,Daniel abbé J.,Perquis Rév.-Père et TempierD.,Monuments originaux de l’histoir (...)

6En tête des mérites de ce confesseur de la foi viennent sa charité envers les pauvres et les dures macérations qu’il infligea à son enveloppe charnelle afin de mieux s’extraire des contingences de ce monde. Puis son zèle pour la justice et la vérité se trouve rappelé, ainsi que l’affection qu’il avait toujours portée, en tant que prêtre célébrant, à l’hostie, ce symbole du Dieu vivant ; sa piété sincère, son ardeur à répandre autour de lui par la prédication le message du Christ, enfin les miracles qu’il obtint de Dieu. Le tout rendu certain par une enquête minutieuse et probante, dont par chance nous avons conservé tant les pièces originelles que les détails du cheminement complexe en Curie4.

  • 5 Vauchez André, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge, d’après les procès de can (...)

7En définitive, ce qui retient le plus l’attention de l’historien, c’est le fait qu’Yves présente le cas, unique au Moyen Âge, d’un simple prêtre séculier appelé à rejoindre les légions célestes. Certes, il est de naissance noble et de vie irréprochable, exemplaire même dans toute sa substance, mais en général ce sont des prélats, abbés ou évêques, que promeut alors la papauté ainsi que l’a montré le professeur André Vauchez5. Si donc Clément VI introduit pareille exception en faveur du défunt official de Tréguier chargé en parallèle de la cure des âmes de ses paroissiens successifs, c’est que ce pontife avignonnais ressent assez qu’est venu le temps pour l’Église de rehausser le statut, la considération, l’estime que les fidèles portent d’ordinaire à leur curé. L’ancien recteur bas-breton de Trédrez puis de Louannec se voit ainsi destiné à ouvrir les yeux au commun des desservants de paroisse, tout en rappelant leur devoir d’équité aux juges, en confortant aussi cet ascétisme librement adopté qui fonde toute spiritualité vraie, débarrassée des affres personnelles pour mieux se tourner vers le Créateur et instruire ses enfants.

8Ce programme, aussi ambitieux que nécessaire, se dégage ainsi au terme de la réflexion du pape Clément, lointain successeur de saint Pierre en Occident. Sera-t-il entendu, et jusqu’à quel point ?

Si le pape propose, les fidèles disposent

L’apôtre de Kermartin rayé de l’histoire

  • 6 Hamon Thierry, « Le testament de saint Yves », Armorik, n° 1, mai 2003, p. 140-152.

9Des pans entiers de l’œuvre d’Yves Hélori s’effondrent dès sa disparition au monde, faute de relève ou d’organisation. Bien sûr, son talent de prédicateur s’efface avec l’homme. L’hospice de Kermartin, qu’il animait dans son manoir ancestral et alimentait de ses deniers, ferme dans des circonstances mal connues car rien n’avait été prévu afin de le pérenniser sous la forme d’un hôpital ou d’un ordre charitable spécifique, les biens propres d’Yves faisant retour soit à sa famille soit à l’Église (car il avait fondé en 1293 une chapelle, devenue l’actuelle église de Minihy-Tréguier) selon les clauses du testament qu’il rédigea le 2 août 12976. S’arrête également l’entreprise inédite de formation continuée de jeunes prêtres volontaires dont il était l’âme, à Kermartin encore, et la seule ressource intellectuelle. Son refus obstiné des contraintes d’une gestion économique rationnelle comme son inertie à entreprendre quelque démarche de fondation hospitalière ou scolaire que ce soit, sont à la racine de ces effondrements inéluctables, lesquels ne sont du reste pas sans poser des problèmes de fond quant à son action multiforme, insolubles dans le cas de ce juriste qui disposait certainement de l’outillage mental nécessaire pour faire mieux… s’il l’avait voulu ! Les hôpitaux placés sous son titre, vite apparus dans le duché à Vitré, Rennes ou Nantes, ne compensent qu’en partie sa désinvolture, mûrement réfléchie sans aucun doute.

10Il n’est pas jusqu’à son message évangélique qui n’apparaisse bien oublié 27 ans après sa mort parmi les témoins comparaissant à Tréguier en 1330 pour ceux qui ne le connurent point en son vivant : selon eux, saint Yves est un thaumaturge efficace, polyvalent, mais dont les paroles se sont envolées à jamais… Même le saint prêtre de paroisse, ce rector animarum dont les Bretons ont fait leur recteur quand les autres catholiques l’appellent curé, cet animateur de la foi des humbles au quotidien n’attire plus guère les regards, en dépit de tous les espoirs que la papauté va placer en lui… La banalité de l’efficace trivial – gage de sa popularité jamais démentie, semble-t-il – l’emporte décidément, et très tôt, sur le souvenir de l’exemple unique qu’il proposait.

11Tous ces naufrages, tous ces oublis ouvrent grand la porte à des revendications plus ou moins légitimes sur son image célestielle et mondaine, au devenir du coup parfois contradictoire ou arbitraire. Récapitulons ces captations diverses à travers la profondeur du temps historique.

12Saint Yves recteur, église de Minihy-Tréguier

L’échec auprès des gens de mer

  • 7 Cité parKerhervé Jean, « Bretagne et Flandres. Les relations du XIV e auxvie siècle », Ar Men, n° 2 (...)

13Les marins figurent à coup sûr parmi les dévots précoces de l’apôtre de Kermartin. En son vivant, il reçut la visite d’au moins un équipage de Normandie de passage au port de Tréguier ; après son trépas en 1303, les gens de mer lui demeurent fidèles dans les situations de détresse qu’ils traversent, au large des côtes du Trégor comme en baie de Seine ou à La Rochelle. Les nombreuses maquettes votives que les commissaires apostoliques aperçoivent en 1330 au-dessus de son tombeau témoignent avec éloquence de la ferveur dont le bienheureux jouissait parmi ces professionnels : « Nous avons vu également vingt-sept bateaux – ils avaient l’air d’être en argent, mais comme ils étaient haut suspendus, nous ne pûmes le vérifier – et de même quatre-vingt dix bateaux ou plus en cire ». De fait, l’aire première d’expansion de son culte, cette fama sanctitatis telle qu’elle fut proclamée lors de la clôture de l’enquête, est largement maritime, et elle le demeure au Moyen Âge depuis l’Espagne cantabrique et la Guyenne jusqu’en Flandre, à Bruges ou à Arnemuiden (là où « la nation de Bretaigne hantant et fréquentant par mer les ports et havres du pays de Flandre, Brabant, Hollande et Zélande » fait construire en l’église Saint-Martin une chapelle « en l’honneur et révérence de Monseigneur sainct Yves7»).

  • 8 Pocquet du Haut-JusséBarthélemy, Les papes et les ducs de Bretagne. Essai sur les rapports entre le (...)
  • 9 Minois Georges, L’évêché de Tréguier auxvesiècle, thèse dactylographiée, Rennes, 1974, p. 422-423.
  • 10 Bernard Jacques, Navires et gens de mer à Bordeaux(vers 1400 vers 1550), Paris, 1968, t. 2, p. 753.
  • 11 Signalons le vœu d’une vingtaine de jeunes gens embarqués sur le sablier Saint-Yves en 1943, qui re (...)

14Yves aurait ainsi aisément pu devenir le patron des marins, au moins dans le Ponant et ses mers bordières, en dépit des avanies que certains pèlerins normands ou malouins en route vers Tréguier subissent sur les flots à cause des pirates anglais en 1456, 1462, 1463, en 1475 encore8, contraignant Sixte IV à émettre une bulle en leur faveur en 1472 – mais ce volet maritime de son devenir potentiel s’efface vite pour ne plus guère se rencontrer que dans la présence ponctuelle de navigateurs reconnaissants à Tréguier9ou le nom de quelques navires bretons fréquentant Bordeaux, par exemple, aux xive et xve siècles (le premier Saint-Yves est enregistré en Gironde le 31 octobre 135610), mais presque tous s’avèrent armés à l’ombre de sa cathédrale11.

Un succès inattendu parmi les gens de robe

  • 12 Transcription reprise de La Roncière Charles de, Saint Yves (1253-1303), Paris, 1911, p. 182.

15Une dynamique autre l’emportera jusqu’à nos jours, quoiqu’elle repose, à mon sens, sur un malentendu, voire, osons le mot, sur un véritable détournement de vocation. Les juristes – et, dans une moindre mesure, les universitaires, maîtres et élèves confondus – ont fait de saint Yves leur patron. Leur offensive s’amorce de très bonne heure, dès la rédaction de sa Légende par Jean de Vignay (elle sera plus tard incorporée au supplément de la Légende doréede Jacques de Voragine), un secrétaire de la reine Jeanne, l’épouse de Philippe VI de Valois, clerc par ailleurs très probe, qui inverse néanmoins tenants et aboutissants de sa carrière de façon éhontée : « Car depuis qu’il ot excercé moult saintement le fait d’avocacie en la court l’evesque de Triguier, en plaidoiant tousjours sans riens prendre et sans salaire les causes des povres et misérables personnes en soy exposant de son bon gré, non pas requis pour les defendre, en la parfin fu esleu pour estre official, premièrement en la court l’arcediacre de Resnes, et après en la court l’evesque de Triguier12. » Cette offensive n’a de cesse ensuite !

16Certes, Yves Hélori avait bien fréquenté en sa jeunesse les écoles de droit de Paris ou d’Orléans, puis sa carrière dans l’Église fut celle d’un official, c’est-à-dire d’un juge ecclésiastique délégué à la tête de son tribunal juridictionnel d’abord par l’archidiacre Maurice de Rennes, puis par l’évêque de Tréguier. Il n’empêche que l’originalité profonde de son œuvre – le dévouement absolu aux pauvres par le soin des corps et la cure des âmes – échappe à la sphère du judiciaire. De son tribunal, les témoins entendus à Tréguier en 1330 disent seulement qu’il y appliquait une justice rapide, équitable, sans regard au statut des personnes qu’elles fussent d’Église ou non, riches ou pauvres, nobles ou roturières – à l’exception remarquable des seules jeunes filles abusées par un suborneur qui leur avait promis le mariage avant d’oublier ses belles promesses une fois assouvies par tromperie ses envies… Surtout, la justice rendue par Yves apparaît conciliatrice d’esprit, en quête de la réconciliation des parties par un accord raisonnable, aux antipodes donc des pratiques alors (et aujourd’hui ?) courantes visant à faire s’éterniser les débats au fil des procédures et des appels, tous procédés source d’émoluments disproportionnés et d’ » épices de justice » sans cesse renouvelées.

Saint Yves avocat, enluminure extraite de la Légende dorée de Jacques de Voragine et Jean de Vignay, manuscrit sur parchemin, v. 1470 (Bibliothèque municipale de Mâcon)

Saint Yves, du palais de justice de Perpignan.

  • 13 SemurFrançois, Yves de Kermartin, Bannalec, 1983, p. 64-65.

17Nonobstant ces évidences, les spécialistes du droit ont érigé ce juge de paix en leur protecteur attitré. Au risque de moquer le proverbe latin bien connu : « Sanctus Yvo erat Brito/Advocatus sed non latro/Res miranda populo »… Ce coup de force réussi trouve son aboutissement depuis le xxe siècle dans la présence chaque année de délégations de juristes, avocats ou magistrats, au pardon du 19 mai, présence remarquée en 1936 en particulier quand les barreaux américains offrent un vitrail à la cathédrale 13. Aujourd’hui le barreau de Saint-Brieuc organise depuis 1993 un colloque annuel en marge du pardon afin de réfléchir aux facettes multiples du métier d’avocat. Il importerait d’ailleurs de compléter notre connaissance de la sphère de provenance de ces gens de loi afin de mieux mesurer la mobilisation des facultés de droit, des barreaux français et étrangers, des associations professionnelles qui viennent lui rendre hommage ou contribuent, en quelque façon, à la diffusion de son image. Dernière en date à ma connaissance, la réalisation en 1993 pour le Palais de Justice de Perpignan d’une statuette en faïence émaillée de 70 cm de hauteur.

  • 14 Le chroniqueur breton Alain Bouchart, qui écrivait pour la reine Anne, se fait l’écho plus ou moins (...)
  • 15 Autrand Françoise,Charles V, Paris, 1994, p. 706-707.
  • 16 GorochovNathalie, « Les pratiques religieuses des étudiants parisiens au Moyen Âge : entre conscien (...)

18Plus discrets, les universitaires le regardent aussi comme l’un des leurs bien qu’il n’ait été qu’étudiant et n’ait jamais, apparemment, conquis ses grades de docteur. À Paris, à Orléans bien sûr, mais aussi à Tours dont la jeune université prétend contre toute raison qu’Yves figurait au nombre de ses anciens14. Le cardinal Jean de Dormans, conseiller du roi Charles V, possédait une belle statue de saint Yves en argent doré trônant sur l’autel de sa chapelle privée, qu’il lègue par testament en novembre 1373 au collège de Beauvais qu’il venait de fonder15. Vers 1350 déjà, le 19 mai est fête chômée selon les calendriers des nations picarde et allemande de l’université de Paris ; cette obligation s’instaure un peu plus tard dans celles du Midi16et, bien sûr, l’article 31 des statuts primitifs de l’université de Nantes l’impose en 1460 dès sa création. Ensuite, sa réputation gagne des pays fort éloignés de la Bretagne : sa statue moderne se dresse toujours à Prague à l’entrée du Pont Charles, mais il est aussi connu et honoré en Belgique, en Pologne, à Rome même dans l’église de la Sapienza, l’ancienne chapelle de la corporation des étudiants et maîtres juristes. Aujourd’hui l’Association Saint-Yves préside depuis Angers aux destinées de l’Université Catholique de l’Ouest, laquelle a récemment implanté, par un juste retour aux origines trégorroises, une antenne à Guingamp. Mais là n’est sans doute pas l’essentiel vu d’ici.

Prague, le Saint-Yves du pont Charles (Mathias Braun, 1711)

Le saint protecteur de la nation de Bretagne

  • 17 Minois Georges, « Culte des saints et vie religieuse dans le diocèse de Tréguier au xve siècle », A (...)
  • 18 Les Grandes Chroniques de France se font l’écho de la profanation, survenue en 1346, de la cathédra (...)
  • 19 CassardJean-Christophe, « Propagande partisane et miracles engagés dans la guerre de Succession de (...)
  • 20 Reungoat Magali, Le Trésor de l’Épargne des ducs de Bretagne d’après le compte de Guillaume Chauvin (...)

19Ses compatriotes ne l’ont jamais oublié17, au risque de transformer ce suppôt de la paix et de la charité en actes en un ardent protecteur de leur nation à travers les épisodes guerriers que l’histoire médiévale lui infligea. À leur décharge, il convient de rappeler les souffrances qu’ils endurèrent tout au long d’un conflit domestique en apparence interminable, puis lors des trop nombreux événements militaires auxquels des Bretons se trouvèrent mêlés durant la guerre de Cent ans. Si même les Anglais respectent son tombeau – dûment chapitrés, il est vrai, par le châtiment immédiat qui s’abat sur l’un de leurs prêtres pour en avoir entrepris l’attaque de sa main sacrilège18–, les autochtones savent trouver en lui espoir et réconfort en toute circonstance. Très vite saint Yves devient de fait le bouclier spirituel du duché de Bretagne comme de ses habitants : l’initiative en revient à Charles de Blois qui manifeste à son égard un lourd attachement, que ses vainqueurs Montforts reprennent à leur compte19. Le trésor de l’Épargne de la Couronne bretonne renferme au xve siècle une parcelle de ses reliques dans « ung petit reliquaere garny d’argent doré […], et est tenu de deux mains, pesan(t) deux onces et demye de bon poys20».

  • 21 LeloupDaniel, « La maison de Jean V : l’énigme d’un hôtel de Tréguier »,Ar Men n° 57, p. 42-49.
  • 22 Dom Morice, Preuves, tome II, col. 1358-1359. D’abord enterré à la cathédrale de Nantes en août 144 (...)
  • 23 Armorial dit de Saint-Soupplis, d’origine flamande : La Haye, Arch. gén., ms 128 E 20, cité dans Fa (...)
  • 24 Chartier Jean, Chronique du roi Charles VII, éd. Vallet de Viriville, Paris, 1858, t. 2, p. 71 ; Le (...)
  • 25 Le Page Dominique et Nassiet Michel, L’union de la Bretagne à la France, Morlaix, 2003, p. 87. Parm (...)

20Jean V apparaît sans conteste comme le plus dévot à saint Yves parmi ses ducs. Il se ménage un hôtel particulier à Tréguier afin de l’abriter lors de les fréquents séjours dans la cité21, après s’être voué à lui quand il tomba par traîtrise entre les mains des Penthièvre en 1420, et il stipule en testant que ses restes devront reposer dans la cathédrale auprès de son ami22. Dans ses démêlés avec le roi, son père, Jean IV, avait déjà pu mesurer l’efficace de sa protection : une incise de Pierre Le Baud prétend même qu’en 1392 à l’entrée de la forêt du Mans, c’est saint Yves qui serait apparu en personne devant Charles VI, troublant l’esprit du jeune monarque et épargnant ainsi le duché que le souverain français se préparait à envahir avec son armée… Dès lors, le saint official prend figure de défenseur attitré de sa patrie terrestre : les troupes ducales l’invoquent plusieurs fois dans leurs cris de guerre23, et même celles du roi désireuses, le 15 mai 1449, de passer pour bretonnes sous prétexte de venger la surprise de Fougères par François de Surienne, un mercenaire aragonais au service des Anglais, au mépris de la suspension d’armes alors en vigueur. En entrant dans Pont-de-l’Arche au petit matin, les Français crient en effet « Sainct Yves et Bretaigne24! ». Encore en 1487, durant le siège de leur cité par l’armée de Charles VIII, les milices nantaises placent leurs sorties sous le double étendard de saint Michel et de saint Yves le Breton, protecteur naturel de la capitale du duché en ces journées difficiles, qui virent finalement les troupes royales lever leur camp25.

  • 26 Cuvelier, La Chanson de Bertrand du Guesclin, éd. Jean-Paul Faucon, Toulouse, 1990, p. 80, vers 259 (...)
  • 27 Les Chroniques de sire Jean Froissart, édition J.A.C. Buchon, Paris, 1835, t. 2 : livre II, § CLXXX (...)
  • 28 Juvénal Des Ursins Jean, Histoire de Charles VI, dans J.A.C. Buchon, Choix de chroniques et Mémoire (...)

21Pour leur part, les hommes d’armes bretons, engagés dans tous les conflits de la fin du Moyen Âge, invoquent eux aussi sa protection. Lors du fameux combat des Trente en 1351, Jean de Beaumanoir, le chef du parti franco-breton, se tourne vers lui au plus fort de la bataille : « S’il plaist au ro de gloire et à sainte Marie,/ À saint Yves le bon en qui moult je me fie » ; Bertrand du Guesclin réclame son aide quand il apprend que son frère Olivier vient d’être capturé devant Dinan par un chevalier anglais en dépit de la trêve ayant cours : « Dist Bertran : “Par saint Yve, il me le rendera,/ Je croy, si mal prison jamais ne prendera” », et il ne l’oubliera pas dans ses dernières volontés ; un peu plus tard, saint Yves se voit encore appelé à leur rescousse par des routiers bretons passés en Italie, aux ordres du pape il est vrai, où ils se conduisent pourtant fort mal au total26. Connétable de France, Olivier de Clisson, lorsqu’il découvre sa position par trop aventurée parmi les Gantois révoltés à la veille du combat de Roosebeke en 1382, s’exclame : « Ha, saint Yves ! ha, saint George ! ha, Notre Dame ! Que vois-je là27? ». Enfin, lors du combat de Montendre, dans l’actuelle Charente-Maritime, Guillaume du Chastel (le frère aîné de Tanguy, le célèbre prévôt de Paris) ne manque sans doute pas de le convoquer à ses côtés en ce jour du 19 mai 1404 où il remporte une joute courtoise avec ses six compagnons opposés à autant d’Anglais débarqués en Guyenne dans le but de défier la fine-fleur de la chevalerie française28.

22De façon inéluctable cependant, la vocation « nationale » de saint Yves s’éteint avec le rattachement du duché au royaume : dès lors, il n’est plus que le grand saint « moderne » de la nouvelle province française.

Saint Yves, la France et la Chrétienté

  • 29 Couffon René, « La confrérie de Saint Yves à Paris et sa chapelle », Mémoires de la Société d’Émula (...)
  • 30 Tome 2 de la Chronique de Guillaume de Nangis, éd. H. Géraud, Paris, 1843, p. 216 : « MCCCXL-VIII. (...)
  • 31 Vauchez André, Les laïcs au Moyen Âge, Paris, 1987, p. 225-236 (d’après l’enquête de 1414).
  • 32 Lectionnaire de l’abbaye de Remiremont, BNF, nouv. acq. lat. 2288, f° 179.
  • 33 Le premier Yves naît le 30 août 1444 et meurt le 17 février 1445, le second naît le 7 mai 1446 :Sto (...)
  • 34 Livre d’heures de Marguerite de Clisson, BNF, ms latin 10528, f° 301 v° ; livre d’heures de Prigent (...)

23De longue date, la France ne l’ignorait certes pas : dès sa canonisation en 1347, une chapelle à son titre s’élève à Paris29, que Jean de Venette rappelle dans sa Chronique30et que Jean le Bon favorise de ses deniers. La bienheureuse Jeanne de Maillé est gratifiée d’une vision de l’ancien official de Tréguier, avant même celle de saint François, à Tours où elle vit dans la pauvreté volontaire la plus stricte, mais cette grande dame entretient de fortes relations, par l’entremise de Marie de Bretagne – la fille de Charles de Blois –, avec les milieux piétistes du parti défait à Auray en 136431. Des pèlerins vosgiens sont encouragés vers 1425 à gagner son tombeau32. Il n’empêche que, en dehors du monde cosmopolite des universitaires, ses plus précoces soutiens dans le royaume et ses marges tirent tous leur extraction de Bretagne. Ainsi les deux seuls enfants qui reçoivent son nom à Arles auxve siècle sont-ils les fils33d’un certain Jean Meyriani, notaire natif de Tréguier… Lorsque son image figure sur les pages d’un livre d’heures français, le commanditaire est toujours breton de naissance34

  • 35 ChoquePierre dit le héraut Bretagne, Récit des funérailles d’Anne de Bretagne, édition L. Merlet et (...)

24Au sommet de la hiérarchie sociale, la reine Anne couronne enfin par une initiative qui lui est propre, l’attachement de ses sujets : elle fonde une chapelle Saint-Yves au château de Blois35, l’introduisant ainsi à la cour de France… De même, en 1513 elle obtient du pape sa reconnaissance d’une confrérie spirituelle placée sous son égide bienveillante pour accueillir le demeurant de l’élite politique du duché, initiative que son proche décès condamne à une rapide stagnation.

  • 36 CassardJean-Christophe, « Saint-Yves-des-Bretons à Rome : éclairages médiévaux », à paraître dans l (...)

25La dynamique du culte public comme celle de la dévotion privée apparaissent ainsi clairement en lien avec les terres de la vieille Chrétienté d’Armorique à l’aube des Temps modernes. C’est le cas en Flandre, à Bruges ou à Arnemuiden comme signalé plus haut, à Rome où la petite communauté d’expatriés gravitant autour de la Curie obtient par l’entremise du cardinal Alain de Coëtivy l’érection en 1455 d’une minuscule paroisse Saint-Yves-des-Bretons36, dont la façade de l’église vient d’être restaurée. À l’inverse, lorsque les Bretons ne sont pas présents en nombre suffisant, saint Yves demeure largement ignoré du peuple.

26Ces prémices médiévales résisteront-elles aux devenirs des siècles plus récents ? Ne posent-elles pas par elles-mêmes un certain nombre de questions auxquelles il importerait de répondre ? Les communications de ces trois

Barcelone, place Sant-Iu

27journées vont chacune s’efforcer d’y apporter leur propre pierre, même s’il demeurera des taches blanches, l’Espagne par exemple (une plaça de Sant-Iu existe pourtant à Barcelone) ou ses colonies d’Amérique (les églises franciscaines du Mexique lui ménagent une place qu’il faudrait préciser).

Des questions pendantes à présent éclaircies

Une ou plusieurs Vies ?

28La biographie d’Yves Hélori ne nous est accessible que par un seul ensemble documentaire à peu près contemporain : les dépositions de ceux et celles qui l’ont connu, telles qu’elles ont été recueillies par les commissaires apostoliques à Tréguier en 1330. Leurs dires sont assurément d’un grand intérêt et tracent de lui un portrait à la fois crédible et cohérent quant à sa démarche spirituelle, ce qui n’implique néanmoins pas que ces 52 témoins ont dit tout ce qu’ils savaient, ni que leurs propos ont été intégralement repris par les notaires, ni qu’il n’existait pas alors d’autres survivants qui n’ont point comparu. Dans ces conditions, au vu du caractère très public de la carrière d’Yves, il apparaît légitime de voir sa biographie s’enrichir par la suite d’épisodes inédits.

  • 37 Le lecteur pourra trouver le texte de cette communication dans Guillouet Jean-Marie, « L’iconograph (...)

29Si les premières Vies médiévales tirent leur substance des actes de l’enquête de Tréguier, déjà avec Alain Bouchart s’immiscent des scènes inconnues d’elle [Yves Coativy] ; on en repérera d’autres, plus précoces, représentées vers 1450 dans la pierre du portail de la cathédrale de Nantes, une œuvre pourtant officielle car financée par les ducs de la maison de Montfort dans une perspective politique évidente [Jean-Marie Guillouët37]. Difficile alors d’affirmer que tous ces ajouts médiévaux, qui n’ont plus de racines écrites contrôlables par nous, résultent de pures et simples affabulations – ce qui revient à soulever le problème de l’existence de Vies perdues ou, à tout le moins, celui de la persistance de connaissances orales non canoniques puisque non répertoriées sur le parchemin de l’enquête pontificale.

30Les siècles s’écoulant, les différents hagiographes successifs de l’ancien seigneur de Kermartin ajoutent chacun à son portrait une touche originale en fonction des priorités de l’heure. Mais en ce domaine mêlant inventivité et précision topique, ils trouvent incontestablement plus forts qu’eux parmi les innombrables porteurs de traditions populaires sur saint Yves en Trégor, et ce jusqu’à nos jours [Daniel Giraudon] ! Il restera enfin à préciser les différents visages pris par saint Yves chez ses historiens depuis Sigismond Ropartz, le pionnier en la matière, qui publiait en 1856 la première biographie non-ecclésiastique de l’enfant du Minihy.

L’Église, la société catholique et saint Yves

31Reflet des hommes, de leurs besoins et des aspirations renouvelées de leur société, toute dévotion risque un jour de connaître l’érosion, le dépérissement, quitte à renaître de ses cendres sous un meilleur climat. Le deve-

Saint Yves, xve siècle (Archives départementales du Cher)

32nir séculaire de saint Yves ne déroge pas à cette règle d’airain qui amène à voir se succéder des alternances contrastées de mise en sommeil puis de retour en force : la courbe de sa renommée parisienne illustre bien ce phénomène [Michel Debary].

33En ce domaine l’historien de la longue durée n’est pourtant pas démuni car il peut quantifier certains indicateurs tangibles, tel le choix d’un prénom par les parents au moment du baptême de leur enfant [Jean-Pierre Lethuillier]. Il devient plus délicat de saisir les raisons profondes de ce choix, enfouies dans le secret des consciences. Mais des individus s’expriment avec assez de netteté pour que l’on puisse discerner les dynamiques à l’œuvre dans tel groupe typé auquel ils appartiennent, surtout lorsque, comme c’est le cas avec saint Yves, se trouve impliqué un dilemme crucial et récurrent du christianisme, celui de la charité envers les pauvres – et son corollaire logique, l’argent, la richesse. Cela donne une perception particulière du saint dans le monde des gens de loi au xviesiècle [Philippe Hamon], dans celui des dévots bretons au siècle suivant [Jean-Luc Bruzulier].

  • 38 JonesMichael, Recueil des actes de Charles de Blois et de Jeanne de Penthièvre, Rennes, 1996, actes (...)

34Survient ensuite la grande rupture des sensibilités religieuses induite par un effet pervers du jansénisme, ce véritable protestantisme catholique, hostile au culte des saints surtout lorsque ceux-ci sont jugés vieillis ou par trop locaux (dès 1568 notre saint aurait été rayé du bréviaire romain). D’où en 1780 une fameuse « bourde » [Christian Kermoal]… que le retournement des esprits après la Révolution viendra balayer, rétablissant saint Yves dans ses droits. En tout cas, cette trahison provisoire semble d’autant moins pardonnable que la dévotion à son égard était établie de longue date bien au-delà des frontières du duché, jusqu’en Italie [Bertrand Frélaut], même si elle eut à souffrir du recul inexorable de la catholicité à Chypre, dont le roi Pierre Ier de Lusignan avait reçu de Charles de Blois un fragment des reliques de saint Yves38. En dépit de ce renfort spirituel, l’île tombe finalement au pouvoir des Turcs…

35Pour en revenir à mon propos initial, aujourd’hui pareille divagation gommant un temps le pardon de mai, ne serait même plus envisageable. Le retour à l’honneur trouve son garant dans les foules qui se pressent sur le chemin de la procession, désormais assignée au troisième dimanche du mois de mai, présidée par un prélat plus ou moins illustre qui garantit par sa présence l’orthodoxie du culte. En 1982, ce fut Mgr Ivo Lorscheiter, évêque de Santa Maria au Rio Grande do Sul et président de la conférence épiscopale brésilienne, qui offrit en souvenir de son passage une statuette représentant saint Yves. Il avait été précédé en 1947 par Mgr Angelo Roncalli, le futur Jean XXIII, ou le cardinal breton Jean Danielou, mort d’épuisement à son retour de Tréguier en 1974.

Quel saint Yves pour quel culte ?

36Les premières images sont sans aucun doute les plus réalistes puisqu’elles le représentent tel qu’il a vécu, en pauvre volontaire rejetant les pompes mondaines pourtant appelées par son office de juge. Seule manque la pyxide, une boîte renfermant des hosties consacrées, qu’Yves portait en permanence à son cou afin de consoler tout pauvre en détresse. Puis ses figurations subissent les effets de la normalisation religieuse – qui ne saurait tolérer qu’un saint vête pour l’éternité des habits de mendiant lorsqu’il n’est pas frère franciscain, et Yves ne fut pas tertiaire de cet ordre malgré ce que l’on a parfois prétendu –, question de décence qui dans son cas rejoint les aspirations des cercles professionnels se réclamant de sa protection éminente : les universitaires dès les temps médiévaux [Charles Vulliez, Jean-Michel Matz], puis les juristes, de plus en plus. Son apparence change donc, elle devient celle d’un magistrat pris entre le riche dont il repousse la bourse tendue, et le pauvre dont il accueille la juste supplique [Yves-Pascal Castel, Virginie Montarou, Maud Hamoury].

37Ce schéma ternaire se trouve répété presque à l’infini dans les chapelles de Bretagne et d’ailleurs, car les églises paroissiales échappent largement à saint Yves : tard venu, il ne pouvait sans doute guère escompter chasser de leur temple des saints ancrés sur une tradition locale ancienne, quitte à prendre sa revanche, ô combien, au niveau des lieux de culte plus modestes [Bernard Tanguy]. Tant de représentations finirent par attirer l’œil bienveillant du peintre Mathurin Méheut [Denise Delouche], également très en verve pour tout ce qui gravite autour de son pardon, que l’historien suit depuis l’Ancien Régime [Georges Provost], désormais rehaussé d’un cantique fort populaire quoique récent [Fañch Morvannou].

  • 39 À sa demande, le texte de la communication de Jacques Gury a été publié sous le titre « Arthur de L (...)
  • 40 LeStum Philippe, « Un reliquaire du xve siècle »,Bulletin de la Société archéologique du Finistère, (...)

38Car c’est bien Tréguier, naturellement, qui fait figure d’épicentre de la dévotion que lui portent ses compatriotes trégorrois, les Bretons en général et les autres en sus. La cathédrale s’y présente tel un magnifique écrin lithographique [Louis Chauris, Yves Gallet] préservant dans son trésor la châsse reliquaire de sonchef– qui rejoint une fois l’an seulement ses terres patrimoniales du Minihy – et son tombeau restauré à l’initiative d’Arthur de La Borderie, qui fut aussi, avec des collaborateurs dévoués, l’éditeur des actes de l’enquête de canonisation [Christian Brunel, Jacques Gury39]. Les autres édifices ont moins de lustre qu’elle, quoique la chapelle de son hôpital rennais ait tout dernièrement fait l’objet d’une fort belle restauration [Daniel Leloup]. Récemment acquis par le Musée départemental breton de Quimper40, un reliquaire médiéval, provenant peut-être de Louannec, témoigne à sa façon de l’attachement que lui manifestèrent les familles nobles qui y ont inscrit leurs devises en breton [Pierre-Yves Lambert].

39D’autres supports, moins prestigieux, diffusent son image : les peintures naïves de Mabik Rémond, les bois gravés des anciennes lithographies, les bannières dont il existe de récentes, la faïencerie, les enseignes commerciales… En 2003, année du sept centième anniversaire de sa mort, la ville de Tréguier tout entière se pare de son portrait stylisé, comme pour mieux occulter aussi l’indicible d’hier, l’interdit, cette statue de l’épouvantable « saint Yves de vérité » enfantant ses maléfices…

Saint Yves à la rencontre des siens et des autres

  • 41 Le Trégor, 15 mai 1993. Selon le témoignage de Mgr Fruchaud recueilli lors du colloque, ce prêtre a (...)

40 L’enfant de Tréguier a accompagné les siens un peu partout au hasard de leurs pérégrinations sur les flots comme sur les routes de l’émigration forcée : dès avant 1330, une pauvresse de Plouguiel rencontre à Angers un compatriote établi là qui lui conseille d’invoquer saint Yves afin d’obtenir de Dieu la résurrection de son jeune fils. Un témoin de sa vie s’était aussi établi un temps en Guyenne avant de revenir au pays natal. Il serait important de bien préciser dans le temps la géographie de ce culte éclos sur les brisées des Bretons migrant aux temps contemporains, au hasard des « paroisses bretonnes » essaimées par les familles de marins dans à peu près tous les ports de la France (le quartier Saint-François du Havre) ou de ses anciennes colonies, parfois avec l’aide de missionnaires originaires de Bretagne qui ont bien dû, de leur côté, fonder chapelles et paroisses au titre de saint Yves là où leur ministère les appelait (la dernière en date semble être Saint-Yves de Dassari, au nord du Bénin, sous l’impulsion du père L’Hostis, un prêtre des missions africaines de Lyon natif de Ploubazlanec41). Les mêmes observations détaillées au plan local seraient souhaitables dans les régions colonisées, il y a peu encore, par des paysans ou des ouvriers bretons, dans les banlieues industrielles autour de Paris ou à Trélazé près d’Angers, où les ardoisières fournirent longtemps du travail aux carriers du Centre-Bretagne. Sur le long terme, la plupart de ces accroches devraient s’avérer fragiles car trop soumises aux aléas des flux migratoires comme à la bonne volonté du clergé local, à l’opposé d’un ancrage apparemment plus durable dans le monde des livres.

  • 42 En l’année du sept centième anniversaire de sa mort, saint Yves a fait une entrée remarquée dans le (...)

41Car saint Yves a aussi fait de longue date son entrée en littérature. Au témoignage de l’abbé Pierre de Bégard, il avait lui-même composé des Fleurs des saints, comme il avait certainement dû jeter sur le papier le canevas de nombre de ses homélies dominicales. Tout cela est perdu, sans remède semble-t-il. Peu après sa canonisation surgissent les premiers linéaments de ses multiples Vies, un genre promis à une longue prospérité. Ces Vies donnèrent elles-mêmes naissance à des pièces de théâtre en breton. À l’époque contemporaine, des romanciers se sont également attelés à sa biographie [Jean-André Le Gall, Henri Le Bellec], après les réflexions d’Ernest Renan, autre Trécorrois célèbre [Jean Balcou]. Pour le moment, à ces arts de l’écriture fait encore défaut l’accomplissement ( ?) des arts de l’image télévisuelle ou cinématographique42, au contraire du théâtre vivant ressuscité cette année par la troupe Ar vro Bagan à partir d’extraits du texte, retrouvé par Gwennolé Le Menn, d’un Mystère de 1623 pour encore inédit.

42Dernier venu, par simple démarquage de la populaire Saint-Patrick ? Toujours est-il que le phénomène « Fest’Yves/Gouel Erwan » gagne d’année en année une certaine réalité en dépit des réserves qu’il suscite. En 2003, au minimum 26 communes de la Bretagne historique – incluant donc Nantes et la Loire-Atlantique – ont bénéficié d’au moins une « animation », culturelle ou ludique, en rapport avec la Saint-Yves, même si Tréguier – à l’inverse de Lannion, de Guingamp ou de Louannec – a superbement ignoré ce jeune engouement… Les Bretons de France et de l’outremer ne restent d’ailleurs pas en marge : si Paris ou Le Havre ont participé sans surprise car les pardons de la Saint-Yves y sont déjà anciens, il est plus étonnant de relever les noms de Langeais, Nouméa… Montréal et même Galway en Irlande, comme quoi saint Yves n’hésite plus aujourd’hui à se risquer sur l’île de saint Patrick !

43Mais que devient-il dans tout cela, en vérité ?

Affiche du 7e centenaire de la mort de saint Yves

Notes

1 CassardJean-Christophe, « Un pasteur nommé Yves Hélori », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. 67, 1990, p. 51-65 ; idem, « Le breton dans le procès en canonisation d’Yves Hélori (Tréguier, 1330) », dans Bretagne et pays celtiques(Mélanges Léon Fleuriot), Saint-Brieuc/Rennes, 1992, p. 361-374.

2 LeMappianJean, Yves de Tréguier, Paris, 1981 (réédition Rennes, 1997) ;Cassard Jean-Christophe, Saint Yves de Tréguier, un saint du xiiie siècle, Paris, 1992.

3 Anheim Étienne, « Deux sermons du pape Clément VI sur la canonisation de saint Yves en 1347 », à paraître dans les actes du colloque de Rome de mai 2003 surSaint Yves et les pauvres.

4 La BorderieArthur de,Daniel abbé J.,Perquis Rév.-Père et TempierD.,Monuments originaux de l’histoire de saint Yves, Saint-Brieuc, 1887 (d’après le manuscrit n° 10 de la Bibliothèque municipale de Saint-Brieuc).

5 Vauchez André, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge, d’après les procès de canonisation et les documents hagiographiques, Paris/Rome, 1981.

6 Hamon Thierry, « Le testament de saint Yves », Armorik, n° 1, mai 2003, p. 140-152.

7 Cité parKerhervé Jean, « Bretagne et Flandres. Les relations du XIV e auxvie siècle », Ar Men, n° 22, p. 32.

8 Pocquet du Haut-JusséBarthélemy, Les papes et les ducs de Bretagne. Essai sur les rapports entre le Saint-Siège et un État au Moyen Âge, Paris, 1928, p. 353 ;idem, « François II, duc de Bretagne, et l’Angleterre (1458-1468) », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. 9, 1928/2, p. 171-506. Pour 1475, le registre de la Chancellerie de Bretagne conservé aux Archives départementales de Loire-Atlantique, B 3, f° 18.

9 Minois Georges, L’évêché de Tréguier auxve siècle, thèse dactylographiée, Rennes, 1974, p. 422-423.

10 Bernard Jacques, Navires et gens de mer à Bordeaux(vers 1400 vers 1550), Paris, 1968, t. 2, p. 753.

11 Signalons le vœu d’une vingtaine de jeunes gens embarqués sur le sablier Saint-Yves en 1943, qui rencontrèrent un convoi allemand en pleine nuit au large de l’île de Batz : échappés de justesse, ils offrirent le 26 mai 1947 une statue de leur protecteur à Notre-Dame de Callot (d’aprèsOuest-France, édition de Morlaix, 24-25 décembre 2003).

12 Transcription reprise de La Roncière Charles de, Saint Yves (1253-1303), Paris, 1911, p. 182.

13 SemurFrançois, Yves de Kermartin, Bannalec, 1983, p. 64-65.

14 Le chroniqueur breton Alain Bouchart, qui écrivait pour la reine Anne, se fait l’écho plus ou moins confusément de ces prétentions mal fondées.

15 Autrand Françoise,Charles V, Paris, 1994, p. 706-707.

16 GorochovNathalie, « Les pratiques religieuses des étudiants parisiens au Moyen Âge : entre conscience de groupe et discipline imposée », dans Religion et société urbaine au Moyen Âge (Mélanges Jean-Louis Biget), Paris, 2000, p. 415-434 ; Verger Jacques, « La prédication dans les universités méridionales », Cahiers de Fanjeaux n° 32, 1997, p. 275-293.

17 Minois Georges, « Culte des saints et vie religieuse dans le diocèse de Tréguier au xve siècle », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 87, 1980, p. 17-42.

18 Les Grandes Chroniques de France se font l’écho de la profanation, survenue en 1346, de la cathédrale. Aussi Clément VI autorise-t-il les chanoines et l’évêque à exhumer provisoirement le corps et à le placer dans un endroit sûr et secret par une bulle en date du 1er septembre 1348, publiée dans la note 5 des p. 50-51 du tome 2 de DenifleHenri,La désolation des églises, monastères et hôpitaux en France pendant la guerre de Cent Ans, Paris, 1897.

19 CassardJean-Christophe, « Propagande partisane et miracles engagés dans la guerre de Succession de Bretagne », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 102, 1995, p. 7-24.

20 Reungoat Magali, Le Trésor de l’Épargne des ducs de Bretagne d’après le compte de Guillaume Chauvin (1469-1472), [Arch. départ. de Loire-Atlantique, E/205 1] TER, Brest, 1996, 2 volumes, t. 2, p. 119.

21 LeloupDaniel, « La maison de Jean V : l’énigme d’un hôtel de Tréguier »,Ar Men n° 57, p. 42-49.

22 Dom Morice, Preuves, tome II, col. 1358-1359. D’abord enterré à la cathédrale de Nantes en août 1442, les restes de Jean V seront finalement transférés à Tréguier en 1451 à l’initiative de son fils le duc Pierre II, soucieux de respecter les ultimes volontés du défunt.

23 Armorial dit de Saint-Soupplis, d’origine flamande : La Haye, Arch. gén., ms 128 E 20, cité dans Fabre Martine, Héraldique médiévale bretonne. Images personnelles (vers 1350-1500), Villeneuve-d’Ascq, 1999, t. 1, p. XXIV et corpus n° 1, p. 1.

24 Chartier Jean, Chronique du roi Charles VII, éd. Vallet de Viriville, Paris, 1858, t. 2, p. 71 ; Les Chroniques de Charles VII par Gilles le Bouvier dit le héraut Berry, éd. Henri Courteault et Léonce Célier, Paris, 1979, p. 292.

25 Le Page Dominique et Nassiet Michel, L’union de la Bretagne à la France, Morlaix, 2003, p. 87. Parmi les navires récompensés le 29 août 1487 pour avoir secouru le duc y figure unSaint-Yves du Minihy-Tréguier.

26 Cuvelier, La Chanson de Bertrand du Guesclin, éd. Jean-Paul Faucon, Toulouse, 1990, p. 80, vers 2592-2593.

27 Les Chroniques de sire Jean Froissart, édition J.A.C. Buchon, Paris, 1835, t. 2 : livre II, § CLXXXIII, p. 236.

28 Juvénal Des Ursins Jean, Histoire de Charles VI, dans J.A.C. Buchon, Choix de chroniques et Mémoires sur l’histoire de France, Paris, 1838, p. 412 ; Les Chroniques de Charles VII…, op. cit., p. 10.

29 Couffon René, « La confrérie de Saint Yves à Paris et sa chapelle », Mémoires de la Société d’Émulation des Côtes-du-Nord, t. 64, 1932, p. 1-65.

30 Tome 2 de la Chronique de Guillaume de Nangis, éd. H. Géraud, Paris, 1843, p. 216 : « MCCCXL-VIII. Eodem anno MCCCXLVIII, Haelori de Britannia minori, presbyter et confessor mirae virtutis et gratiae, fuit ab Ecclesia et domino papa Clemento sexto canonizatus, et anno sequenti a prelatis et clero Britanniae de terra elevatus, multis signis et miraculis per eum seu a Domino tunc factis propter ipsum et ostensis, et ecclesia nomine ejus (Parisius) in vico sancti Jacobi inchoata primitus et fundata. Quantis autem virtutibus et sanctitate floruerit, in ecclesia Tregorensi in dicta Britannia, ubi corpus ejus quiescit, liquide declaratur ».

31 Vauchez André, Les laïcs au Moyen Âge, Paris, 1987, p. 225-236 (d’après l’enquête de 1414).

32 Lectionnaire de l’abbaye de Remiremont, BNF, nouv. acq. lat. 2288, f° 179.

33 Le premier Yves naît le 30 août 1444 et meurt le 17 février 1445, le second naît le 7 mai 1446 :Stouff Louis, « Pierre, Jean, Guillaume et les autres. Les noms de baptême à Arles, 1200-1500 », dans Idem, L’Église et la vie religieuse à Arles et en Provence au Moyen Âge, Aix-en-Provence, 2001, p. 145-153.

34 Livre d’heures de Marguerite de Clisson, BNF, ms latin 10528, f° 301 v° ; livre d’heures de Prigent de Coëtivy ; Heures de Clisson à l’usage de Nantes, 1451, British Museum, Add. manuscripts 19962, f° 172.

35 ChoquePierre dit le héraut Bretagne, Récit des funérailles d’Anne de Bretagne, édition L. Merlet et Max. de Gombert, Paris, 1858, p. 42.

36 CassardJean-Christophe, « Saint-Yves-des-Bretons à Rome : éclairages médiévaux », à paraître dans les actes du colloque romain Saint Yves et les pauvres.

37 Le lecteur pourra trouver le texte de cette communication dans Guillouet Jean-Marie, « L’iconographie de saint Yves et la politique dynastique des ducs de Montfort à la fin du Moyen Âge », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 107, 2000, p. 23-40, comme dans Les portails de la cathédrale de Nantes. Un grand programme sculpté duxve siècle et son public, Rennes, 2003, p. 117-131.

38 JonesMichael, Recueil des actes de Charles de Blois et de Jeanne de Penthièvre, Rennes, 1996, actes n° 288 et 289 (1364), p. 228-229.

39 À sa demande, le texte de la communication de Jacques Gury a été publié sous le titre « Arthur de La Borderie et les deux monuments à saint Yves (1883-1890) » dansBulletin et Mémoires de la Société archéologique et historique du département d’Ille-et-Vilaine, t. 108, 2004, p. 291-310.

40 LeStum Philippe, « Un reliquaire du xve siècle »,Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. 131, 2002, p. 171-174 (présentation de l’acquisition par le conservateur de ce musée, avec photos).

41 Le Trégor, 15 mai 1993. Selon le témoignage de Mgr Fruchaud recueilli lors du colloque, ce prêtre aurait d’abord pensé à sainte Anne, et ce seraient ses paroissiens africains qui l’auraient persuadé de dédier la nouvelle église à saint Yves !

42 En l’année du sept centième anniversaire de sa mort, saint Yves a fait une entrée remarquée dans le monde de la BD grâce à la nouvelle aventure de Vasco (n° 20) proposée par ChailletGilles, Le dogue de Brocéliande, Bruxelles, 2003.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22391/img-1.png
Fichier image/png, 222k
Légende Saint Yves avocat, enluminure extraite de la Légende dorée de Jacques de Voragine et Jean de Vignay, manuscrit sur parchemin, v. 1470 (Bibliothèque municipale de Mâcon)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22391/img-2.png
Fichier image/png, 257k
Légende Saint Yves, du palais de justice de Perpignan.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22391/img-3.png
Fichier image/png, 235k
Légende Prague, le Saint-Yves du pont Charles (Mathias Braun, 1711)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22391/img-4.png
Fichier image/png, 175k
Légende Barcelone, place Sant-Iu
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22391/img-5.png
Fichier image/png, 59k
Légende Saint Yves, xve siècle (Archives départementales du Cher)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22391/img-6.png
Fichier image/png, 318k
Légende Affiche du 7e centenaire de la mort de saint Yves
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22391/img-7.png
Fichier image/png, 182k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540