Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idéologie Plantagenêt

 | 
Amaury Chauou

Chapitre VII. La mesure du succès

Texte intégral

1Apprécier une production idéologique au plan des représentations est une chose, mais cerner sa diffusion en est une autre, tout aussi nécessaire. Le contenu même de ces représentations conditionne en grande partie le succès de leur diffusion, mais de nombreux autres facteurs entrent en ligne de compte, sur lesquels il convient maintenant de s'interroger. Ces facteurs déterminent une quantification qui, comme souvent en histoire culturelle, est malaisée. Mais l'exercice est indispensable pour qui veut sortir des appréciations subjectives sur la production d'un foyer culturel aussi important que la cour d'Henri II Plantagenêt.

  • 1 B. Guenée, Histoire et culture historique dans l'Occident médiéval, Paris, Aubier, 1980. L'express (...)
  • 2 P. Major-Poetzl, Michel Foucault's Archeology of Western Culture, Brighton, Harvester, 1983, p. 13 (...)

2Bernard Guenée a tracé les grandes lignes de la méthode visant à prendre « la mesure du succès1 » d'une telle production. Appelant de ses vœux à une multiplication des études quantitatives, il a souligné que mesurer la diffusion d'une œuvre historiographique, c'était avant toute chose repérer et dénombrer les manuscrits, puis apprécier leur circulation, et, si possible, leur lectorat. Selon l'historien français, le point de vue qualitatif sur des œuvres anciennes doit nécessairement être corrigé par l'élaboration d'une échelle de nombres, aussi imparfaite soit-elle : c'est le seul moyen de ne pas évaluer avec nos critères contemporains (intérêt intellectuel, esthétique ou autre) une œuvre qui n'était pas considérée comme importante au Moyen Âge. Nous ajouterons que c'est aussi l'occasion de dépasser l'évaluation traditionnelle de l'« influence » de tel ou tel texte, aussi imprécise qu'aléatoire, assimilée par Michel Foucault2 à une création pure de l'imagination des historiens en quête de synthèse sur la propagation des idées et des phénomènes culturels.

  • 3 The Historia Regum Britanniae of Geoffrey of Monmouth, éd. N. Wright, vol. IV, Dissemination and R (...)

3Reprenant à notre compte la méthode du dénombrement, nous en soulignerons aussi les limites, qui nous paraissent préférables aux reproches de Michel Foucault sur les concepts subjectifs. Ces limitations sont de plusieurs ordres. Les plus évidentes concernent la conservation des manuscrits. Quelle valeur accorder à la quantité de manuscrits des xiie-xiiie siècles qui ont subsisté, sachant que nombre d'entre eux ont disparu ? Comment ne pas voir que le nombre de manuscrits subsistants n'est qu'une grossière appréciation, qui ne tient pas compte des éventuelles découvertes ? Ce facteur d'approximation est d'autant plus grand que les découvertes existent : Julia Crick a compté 215 manuscrits de l’Historia Regum Britanniae là où Bernard Guenée s'était arrêté à 2003 Cela dit, l'historien français a démontré que l'appréciation du nombre de manuscrits perdus nuance tout au plus l'impression que peut donner l'évaluation du nombre de manuscrits existants, la confirme presque toujours, mais ne la contredit que très rarement. Dans ces conditions, la question de la conservation des textes sera réduite à une certaine relativité : l'essentiel est dans la hiérarchie du succès que le nombre permet d'appréhender.

  • 4 Gesta Regis Henrici Secundi Benedicti Abbatis. The Chronicle of the Reigns of Henry II and Richard (...)
  • 5 Sur la diffusion de cette chronique, voir B. Guenée, Histoire et culture historique..., op. cit., (...)

4Une autre limitation provient de la différence inévitable entre nombre de manuscrits et nombre de lecteurs. De ce point de vue, les textes produits dans l'entourage d'Henri II n'étaient pas à égalité. L'éditeur de la chronique du Pseudo-Benoît de Peterborough, les Gesta Regis Henrici Secundi Benedicti Abbatis, a par exemple insisté sur le fait que le texte a dû pâtir de l'anonymat de son auteur, ce qui expliquerait qu'il n'en reste que deux manuscrits et que les chroniqueurs anglais du xiiie siècle l'aient manifestement méconnu4. Le succès d'une telle chronique, qui semble n'être jamais sortie de l'abbaye de Peterborough, n'est donc pas comparable à celui d'une chronique qui a davantage circulé, comme celle de Robert de Torigny. La circulation de main en main, le bouche à oreille, la fréquentation d'une bibliothèque importante dans l'espace Plantagenêt comme celle du Mont- Saint-Michel, ainsi que l'importance du réseau des abbayes bénédictines expliquent la diffusion de cette chronique des deux côtés de la Manche5. Mais l'appréciation exacte du nombre de lecteurs, au gré des emprunts et de la diffusion à la ronde, est naturellement impossible.

  • 6 Giraud de Barri, The Journey Through Wales, éd. et trad. L. Thorpe, Harmondsworth, Penguin, 1978, (...)

5Un dernier problème gît dans le mode de diffusion choisi par certains auteurs de la cour Plantagenêt, qui ont pu toucher plus d'auditeurs que de lecteurs. Giraud de Barri, esprit original, en fournit un bon exemple : il affirme avoir lui-même offert à l'archevêque Baudouin de Canterbury un exemplaire de sa Topographia Hibernica, que le saint homme aurait lu et se serait fait lire tout au long de son périple au Pays de Galles pour prêcher la croisade6. À son retour en Angleterre, le vénérable ecclésiastique aurait gratifié les membres de son entourage d'une lecture orale. Il est difficile d'évaluer ce que pouvait représenter la « familia » de l'archevêque de Cantorbéry à la fin du xiie siècle. Mais il est certain que Giraud de Barri, en se faisant apprécier d'un homme aussi considérable, avait trouvé le meilleur moyen d'assurer la publicité de la Topographia Hibernica, au-delà du simple lectorat.

6Ces remarques faites, il apparaît que l'évaluation de textes soutenant une ambition politique comme celle d'Henri II, pour être parlante, ne doive porter que sur ce qui est comparable. Or la production de la cour Plantagenêt, dans la deuxième moitié du xiie siècle, est considérable et très diversifiée, comme le rappelle le tableau suivant (p. 234).

  • 7 Ce manuscrit, en mauvais état, datant du premier tiers du xiiie siècle, est conservé à la Biblioth (...)

7Dans ces conditions, seuls les ouvrages à caractère historiographique (chroniques, poèmes historiques et généalogies) seront comptabilisés. Ils sont, de loin, les plus nombreux dans le corpus retenu. Il eut certes été intéressant de prendre aussi en compte les ouvrages des politistes de l'entourage d'Henri II, qui, comme Jean de Salisbury et son Policraticus, ont connu un succès certain. Mais, outre l'extrême variété du nombre de manuscrits de ces textes — il ne reste qu'un seul exemplaire du Livre des Manières d’Étienne de Fougères7 —, ils posent des problèmes d'homogénéité évidents par rapport au panel d’œuvres historiques. Pour la même raison, les romans antiques, les lais et les romans courtois ont été écartés de la tentative de dénombrement.

8Celle-ci se présente comme suit (voir tableau p. 235-236).

  • 8 B. Guenée, Histoire et culture historique..., op. cit., p. 255.

9Ces données sont à mettre en relation avec une échelle d'appréciation du succès des œuvres telle que Bernard Guenée l'a définie. On peut reprendre sa hiérarchisation, qui paraît très raisonnable dans le cas présent8 :

« succès très grand pour 60 manuscrits ou plus
succès grand pour 30 manuscrits environ
succès limité pour 15 manuscrits environ
succès faible pour 6 manuscrits environ
succès nul pour 2 manuscrits ou moins »

10À la lumière de ces critères, la diffusion de l'idéologie Plantagenêt semble très contrastée.

La production historiographique autour d'henri ii Plantagenêt au xiie siècle

La production historiographique autour d'henri ii Plantagenêt au xiie siècle

La diffusion de l'idéologie plantagenêt par les manuscrits (xiie-xiiie s.)

La diffusion de l'idéologie plantagenêt par les manuscrits (xiie-xiiie s.)

Les œuvres de grande diffusion

11Deux œuvres se détachent très nettement au palmarès des textes qui ont servi les intérêts d'Henri II Plantagenêt, l'une antérieure à son règne — l’Historia Regum Britanniae —, l'autre produite à sa cour — le Roman de Brut —. On peut parler de très grand succès à l'échelle internationale pour la première, et de succès plus limité pour la seconde, mais néanmoins réel.

  • 9 The Historia Regum Britanniae of Geoffrey of Monmouth, éd. N. Wright, vol. IV, par J. Crick, op. c (...)

12Julia Crick a longuement exposé les raisons du succès du texte de Geoffroy de Monmouth, et a dévoilé ses possibles réseaux de transmission9. Cette œuvre reposait sur un quiproquo de départ qui a rencontré le goût du public pour l'histoire romancée, les légendes toponymiques, la prophétie et la magie. Elle illustrait, à une époque où l'Angleterre était la proie de la guerre civile, les vertus d'une monarchie forte et unifiée. Cette image était intéressante pour Henri II comme pour Henri Ier Beauclerc dans un contexte où la monarchie anglo-normande visait à surmonter les divisions du passé et à susciter une vision unanimiste du destin collectif de l'île.

  • 10 Ibid., p. 48.

13La diffusion de l'œuvre, très rapide, ne s'est jamais ralentie aux xiie et xiiie siècles, ni par la suite d'ailleurs. La circulation de deux variantes, démontrée par Neil Wright, a été un atout incontestable : il semble en effet qu'outre la version commune, une première variante, assez libre, ait été diffusée avant même le Roman de Brut de Wace (1155). Huit manuscrits de cette variante, dont un du xiie siècle et le reste de la fin du xiiie siècle au moins, ont été repérés. Cependant, le témoignage d'Henry de Huntingdon, le premier historien à signaler l'Historia Regum Britanniae dès 1139 à l'abbaye du Bec, ne semble pas porter sur cette variante : c'est donc de la version commune qu'il s'est en partie servi dans les révisions de son Historia Anglorum10. Cette version était donc en circulation en Normandie de façon certaine à une date aussi précoce que 1139.

  • 11 J. Crick, op. cit., p. 199.
  • 12 Geoffroy Gaimar, L’Estoire des Engleis, éd. A. Bell, Oxford, Anglo-Norman Texts, 1960.
  • 13 J. Crick, op. cit., p. 200.

14Les dédicaces de nombreux manuscrits ont déjà permis de souligner la qualité aristocratique du public de l'œuvre. On rappellera que, dans l'ordre de fréquence décroissante, ces manuscrits comportent : une dédicace à Robert de Gloucester, pas de dédicace, une dédicace à Robert de Gloucester et Galeran de Meulan, et enfin une dédicace à Étienne de Blois et Robert de Gloucester11. La présence de ces dédicaces permet de suivre une circulation rapide du texte dans les milieux aristocratiques anglais : ainsi Walter Espec, grand baron du Nord de l'Angleterre, obtint de Robert de Gloucester une copie du livre, qu'il prêta à une de ses relations du Lincolnshire, Ralph FitzGilbert. Celui-ci avait épousé une riche héritière du Hampshire, Constance, une passionnée de littérature. Elle fit venir le livre dans le Hampshire, où elle résidait indépendamment de son mari, et le remit à Geoffroy Gaimar pour qu'il en fît un livre. Ainsi naquit l’Estoire des Engleis12, un des tout premiers vestiges de l'historiographie anglaise. En peu de temps, le texte de Geoffroy de Monmouth avait parcouru les hauts lieux de l'historiographie anglaise du xiie siècle, d'Oxford à Gloucester, de Gloucester au Lincolnshire, et du Lincolnshire au Hampshire13.

  • 14 Ibid., p. 199.
  • 15 Ibid., p. 201.

15Au-delà de ces dédicaces, la présence de l'œuvre dans certains monastères fournit aussi une indication de diffusion. Ainsi, en Normandie, tous les manuscrits conservés datent du premier siècle de transmission, et peut- être même de la période antérieure à la perte du duché en 1204. Tous sont associés à des abbayes bénédictines14. En Angleterre même, les établissements bénédictins comme Saint Albans et Glastonbury ont joué un très grand rôle, de même que plusieurs fondations cisterciennes du Nord du royaume. Cette audience auprès des cisterciens anglais explique sans nul doute le nombre surprenant de manuscrits appartenant à des établissements cisterciens du Continent : les relations de réseau au sein de l'ordre ont bien fonctionné15. On ne remarque pas, en revanche, que les chanoines augustins, au nombre desquels Geoffroy de Monmouth figurait, se distinguent dans la diffusion de son œuvre.

  • 16 Wace, Roman de Brut, éd. I. Arnold, vol. 1, Paris, SATF, 1938, introduction, p. xcviii.

16En comparaison, le Roman de Brut de Wace n'a pas connu un succès aussi exceptionnel. Il n'est donc pas possible d'en faire l'élément principal dans la diffusion du légendaire arthurien par la cour Plantagenêt. Cependant, la précocité de la rédaction de l'œuvre dans le règne d'Henri II (1155) prouve l'ancienneté de l'intérêt du souverain pour la propagande. De plus, le Roman de Brut a eu une audience particulière et indépendante de l’Historia Regum Britanniae en raison de l'emploi de la langue vernaculaire, plus favorable à la publicité de l'œuvre. Enfin, la filiation entre le Brut de Wace et les nombreux Brut en prose du xiiie siècle, français ou anglais comme celui de Layamon, a assuré à la tradition de Wace une postérité qui, comme celle de Geoffroy de Monmouth, ne s'est pas démentie16.

  • 17 J. Crick, op. cit., p. 44.
  • 18 Giraldus Cambrensis, Topographia Hibernica, in Giraldi Cambrensis Opera, éd. J. S. Brewer, vol. V, (...)

17Dans une autre catégorie se rangent la Chronique de Robert de Torigny, celle de Roger de Howden, et la Topographia Hibernica de Giraud de Barri. Toutes ont connu un succès régional et limité aux xiie et xiiie siècles. La Topographia Hibernica attire inévitablement l'attention en matière de popularité, d'abord en raison de son association dans deux manuscrits du xiiie siècle avec l'Historia Regum Britanniae17. Ensuite, la publicité que Giraud donna lui-même à son œuvre ne manque pas d'originalité. L'éditeur de la Topographia Hibernica a insisté sur le fait que la lecture publique de son texte que Giraud fit effectuer à Oxford a grandement contribué à en assurer l'estime18. Cette lecture publique de trois jours reprenait une tradition bien connue des poètes de l'Antiquité, peut-être relancée à Paris au xiie siècle. Mais, à l'époque, personne n'en avait jamais eu l'idée en Angleterre même. Nul doute que s’adressant au public là où il se concentrait désormais, dans une ville où les groupes sociaux étaient assez variés, Giraud réussit un coup de maître : le premier jour réunit le public des pauvres de la ville, le second les docteurs des meilleures facultés de la ville et leurs étudiants, et le dernier le reste des élèves, les chevaliers d'Oxford et de nombreux bourgeois. L'affaire coûta assez cher à Giraud, qui traita chaque jour somptueusement son auditoire. Mais le résultat escompté fut atteint : la Topographia Hibernica se dissémina rapidement et jouit d'un beau succès en Angleterre aux xiie et xiiie siècles. L'auteur ne manqua pas d'en offrir un exemplaire à Richard Cœur de Lion dès son accession au trône, à un moment où le nouveau roi l'investit de la mission de tenir le Pays de Galles au calme le temps de la succession.

  • 19 Robert de Torigny, Chronica, in Chronicles of the Reigns of Stephen, Henry II and Richard I, éd. R (...)

18En choisissant Oxford pour sa lecture publique, Giraud avait misé sur le dynamisme urbain et intellectuel d'un grand centre du xiie siècle, où travaillaient étudiants et libraires, pour colporter la renommée de son œuvre. Ce n'est pas du tout ce canal qu'emprunta la diffusion de la Chronique de Robert de Torigny. Celle-ci, au contraire, suivit le réseau des bibliothèques monastiques à partir des deux foyers où Robert la rédigea, l'abbaye du Bec d'abord, celle du Mont-Saint-Michel ensuite (deux manuscrits). De là, avant 1200, elle gagna Savigny, où elle fut recopiée, de même que Jumièges, Fécamp, et l'abbaye de Reading en Angleterre. Bibliophile d'une érudition immense et d'une curiosité insatiable, Robert de Torigny fut avant tout lu par des moines qui lui ressemblaient. Mais sa chronique est assez vite devenue populaire, comme en témoignent les nombreux emprunts opérés par les historiens postérieurs19.

  • 20 Sur les aspects de cette diffusion, voir Roger de Howden, Chronica, éd. W. Stubbs, vol. I, Londres (...)
  • 21 Ibid., p. lxxiii.
  • 22 Ibid., p. lxxix-lxxx. Voir aussi Roger de Howden, Annals, vol. 1 part. 2, éd. H. T. Riley, Felinfa (...)

19La Chronique de Roger de Howden a elle aussi rencontré un succès régional. Non pas que l'auteur, comme Robert de Torigny, ait été lu immédiatement : il semble que le texte de la Chronique, publié rapidement après le décès de Roger (1202), ait été inconnu de chroniqueurs du xiiie siècle comme Roger de Wendover ou Matthieu Paris, qui ont plutôt utilisé Raoul de Diceto ou Raoul de Coggeshall. Mais un auteur comme Gautier de Coventry connaissait certains passages de Roger de Howden. De même, les annalistes du xiiie siècle de Burton ou Peterborough l'avaient lu. Mais les grandes annales de Waverley, Melrose, Winchester ou Worcester sont indépendantes de Roger de Howden20. Cependant, une preuve indiscutable du statut atteint par les annales de Roger est fournie par un événement de la fin du xiiie siècle : en 1291, cherchant à étayer ses prétentions à la souveraineté sur l'Ecosse par des travaux historiques, Édouard Ier les fit utiliser, au même titre que les œuvres de Guillaume de Malmesbury, Henry de Huntingdon et Raoul de Diceto21. Cela prouve que Roger de Howden faisait partie des autorités incontournables à cette époque. On ne s'étonnera donc pas que l'un des manuscrits, longtemps conservé dans le Nord de l'Angleterre, à Carlisle, comporte la copie d'un mémorandum rédigé du temps des rois Henri III ou Édouard Ier, indiquant que Malcolm, roi des Écossais, s'était soumis à Henri II et lui avait livré les cités de Carlisle, Bamborough, Newcastle, et le comté de Lothian22. Le même manuscrit comprend aussi une copie des accords entre Alexandre, roi des Écossais, et Henri III (1237). Le succès des annales de Roger de Howden ne se démentit pas en Angleterre, et surtout dans le Nord du royaume, avant le xive siècle. Il est possible que ce soit ce manuscrit qui ait servi aux réclamations d’Édouard Ier contre l’Écosse.

20Le Nord de l'Angleterre, dès l'époque d'Henri Ier Beauclerc, a pleinement participé au développement de l'historiographie anglaise du xiie siècle. D'autres auteurs de cette région ont œuvré pour la renommée d'Henri II, sans toutefois atteindre un point décisif.

Les œuvres de faible diffusion

  • 23 Radulfi de Diceto Opera Historica, éd. W. Stubbs, vol. I, Londres, R. S., 1876, Préface, p. lxxxv.
  • 24 Ibid, vol. I, p. 11-15.
  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid., p. XCVII. Voir vol. I, p. 296.

21Parmi les auteurs qui ont joui d'une considération certaine dans l'entourage de la cour Plantagenêt, sans rencontrer de large succès, Raoul de Diceto et Guillaume de Newburgh sont les plus remarquables. Le doyen de Saint-Paul, notamment, a réussi à combiner tâches temporelles et prolixité de l'écriture (seize références dans ses œuvres complètes) avec une facilité déconcertante. Mélangeant fréquemment les emprunts à Bède le Vénérable, au Pseudo-Nennius, à Henry de Huntingdon et à Geoffroy de Monmouth, Raoul de Diceto a bénéficié de la vogue de la matière arthurienne au xiie siècle pour répandre ses écrits23. Grâce à lui, les représentations mentales qui intéressaient les Plantagenêts ont été réactivées dans de nombreux emprunts : Raoul est ainsi l'auteur dans les Abbreviationes Historiarum d'un chapitre intitulé « De Mirabiliis Britannie24 », où se côtoient les références aux origines légendaires de Stonehenge, puis à des curiosités locales comme le four d'Arthur25. En outre, Raoul a composé dans le même esprit des opuscules qui n'étaient en fait que des reproductions d'extraits particuliers des Abbreviationes Historiarum ou des Imagines Historiarum. On y retrouve fort logiquement des passages entiers relatifs à Arthur et à l’Historia Regum Britanniae, ainsi qu'aux Prophéties de Merlin, comme cette allusion à l'occasion de la mention de la naissance de Guillaume, premier fils d'Henri II et d’Aliénor d'Aquitaine26. Ces opuscules sont venus renforcer la diffusion très modeste des deux principales œuvres de Raoul de Diceto.

  • 27 Ibid., vol. I, p. 135-136 ; p. 154-156 ; p. 243 ; vol. II, p. 267-268.
  • 28 Ibid., vol. I, p. 3-4.

22Un autre aspect du travail du doyen de Saint-Paul a été favorable aux intérêts des Plantagenêts : ses écrits sur les origines des comtes d'Anjou et des ducs de Normandie. Raoul de Diceto a en effet arrangé à plusieurs reprises l'histoire de la dynastie angevine d'une part, de la dynastie normande d'autre part, pour donner un aperçu en continu de leur essor27. Au lecteur pressé de retrouver ces références, Raoul a pensé à proposer dans les Abbreviationes Historiarum une liste des sujets mise en relation avec une table des signes utilisés en marge pour les repérer, technique de lecture rapide en vigueur à l'Echiquier28. Bien placées dans la bibliothèque de la cathédrale Saint-Paul, ces ouvrages ont pu toucher un public plus large que ne le laisse supposer le nombre de manuscrits subsistants. Mais il est difficile de faire de Raoul de Diceto l'équivalent d'un Robert de Torigny.

  • 29 Roger de Howden, Chronica, éd. W. Stubbs, vol. I, Londres, R S., 1868, Préface, p. lxxiii.

23Guillaume de Newburgh semble, en tant qu'historiographe du Nord, avoir souffert d'un certain confinement dans la diffusion de son texte aux xiie et xiiie siècles. Pourtant, dédiée à Ernald, abbé de Rievaulx, l’Historia Rerum Anglicarum a sans doute intégré de bonne heure la bibliothèque d'une grande abbaye cistercienne qui lui ouvrait l'accès à un réseau de lecture substantiel. L'éditeur des annales de Roger de Howden, l’évêque Stubbs, a fait remarquer qu'au xiiie siècle Guillaume de Newburgh était le rival de Roger de Howden dans les bibliothèques du Nord de l'Angleterre29. Cela indique qu'il n'a jamais dépassé le stade du modeste succès local à cette époque-là, sa postérité s’étoffant nettement après le xiiie siècle.

  • 30 Jordan Fantosme’s Chronicle, éd. R. C. Johnston, Oxford, Clarendon, 1981, introduction, p. xliv.
  • 31 The Historical Works of Gervase of Canterbury, éd. W. Stubbs, vol. I, Londres, R. S., 1879, Préfac (...)

24Avec Étienne de Rouen, Jordan Fantosme, Aelred de Rievaulx, Gervais de Canterbury et Gautier Map, nous touchons au domaine des faibles audiences, pour ne pas dire au succès confidentiel. Pourtant, tous ces littérateurs sont bien connus. On peut avancer devant ce paradoxe un certain nombre de raisons. Étienne de Rouen et Jordan Fantosme, de prime abord, n'avaient pas choisi la facilité dans le genre littéraire retenu : tant le Draco Normannicus que la Chronique de la guerre entre les Anglois et les Ecossois sont des œuvres exigeantes, déconcertantes mêmes, qui n'ont pas dépassé le stade du poème au roi et n'ont guère essaimé hors de la cour Plantagenêt. L'œuvre de Jordan Fantosme a toutefois pu bénéficier d'un rapprochement thématique avec des titres beaucoup plus connus : les deux manuscrits subsistants contiennent en effet par ailleurs le Brut de Wace avec les Prophéties de Merlin, et l’Estoire des Engleis de Geoffroy Gaimar30, comme s'il s'agissait d'associer toutes les conquêtes des maîtres de l'Angleterre au détriment des peuples britannique voisins. La Relatio... de Standardo, si elle n'est pas une œuvre de commande, correspond de son côté au profil de l'œuvre de circonstance : Aelred de Rievaulx l'a écrite avant tout pour le baronnage anglo- normand du Nord du royaume, il est donc logique que son audience soit limitée. Quant à la Gesta Regum de Gervais de Canterbury, il semble que l'unique manuscrit conservé (xiiie siècle) n'ait pas bougé de Cantorbéry, ce qui ne veut pas dire que la chronique n'ait pas été lue, puisque l'on sait qu'une version allégée (consacrée aux portions de l'histoire bretonne et anglo-saxonne jusqu'au règne d’Harold) a circulé à part31. D'autre part, la chronique a bénéficié d'une continuation, jusqu'à la fin du règne de Jean sans Terre dans un premier temps, jusqu'à celui-ci d’Édouard II dans un second temps, qui a assuré une diffusion supplémentaire.

  • 32 Giraud de Barri, dans l’Expugnatio Hibernica (in Giraldi Cambrensis Opera, vol. V, op. cit., p. 41 (...)

25Reste le cas déconcertant de Gautier Map, l'écrivain de cour, le curialis par excellence. Il ne reste qu'un seul manuscrit du De Nugis Curialium, daté du xive siècle, sans plan apparent, ce qui donne au texte son aspect décousu. Les traces d'une bonne connaissance de son contenu sont très rares chez les auteurs contemporains ou postérieurs. Giraud de Barri raconte des anecdotes comparables à celles de Gautier Map, mais sa langue ne trahit aucun emprunt. Pierre de Blois utilise des thèmes communs, mais il peut s'agir de pures coïncidences. Un survol des lettres de Pierre de Blois donne d'ailleurs l'impression qu'il n'a jamais vu le traité en entier. Plus étonnant encore, le De Nugis Curialium n'a jamais été utilisé avant le xviie siècle. Ranulf Higden, dans son Polychronicon (xive siècle), cite Gautier Map dans une liste d'autorités, mais ne lui doit aucun emprunt. Faut-il considérer que le texte du courtisan pamphlétaire n'est jamais sorti du cénacle des intellectuels de la cour Plantagenêt ? Cela correspondrait bien à son ton, mordant, voire cruel, et à son intention : tendre devant le tourbillon de la cour un miroir où elle puisse contempler sa caricature. Il y a un certain narcissisme dans le De Nugis Curialium qui a sans doute été un frein à une certaine popularité. Cela n'a pas empêché Gautier d'avoir été estimé à la cour Plantagenêt, puisque Giraud de Barri en aurait conçu quelque jalousie : Gautier Map était avant tout un brillant causeur, et il semble que son ouvrage, de ce point de vue, ait été estimé à la cour32.

  • 33 La portée de ces textes fut d'autant plus grande qu'ils vinrent s'ajouter à des versions déjà bien (...)

26La littérature généalogique fournit un autre pan de la littérature de cour qui a fleuri autour d'Henri II. Dans ce genre si particulier, il semble que le succès de la Chronique des ducs de Normandie ou que celui de la Chronique des comtes d'Anjou n'aient pas atteint des sommets. Mais en l'espèce, il faut se méfier des chiffres : comme le montrent les Abbreviationes Historiarum de Raoul de Diceto et ses différents opuscules, ces chroniques ont été relayées sous forme d'extraits qui ont démultiplié leur lectorat. Le réemploi et les emprunts, si caractéristiques de la façon de faire de nombreux chroniqueurs médiévaux, ont ici pu faire des merveilles pour colporter la généalogie des Plantagenêts bien au-delà des apparences. Si l'on ajoute qu'Henri II a porté une attention particulière à cette littérature - ce sont ces œuvres, avec quelques autres du même genre comme l’Histoire de Geoffroi le Bel du même Jean de Marmoutier, qui constituent, le plus souvent, ses véritables commandes -, on aura une idée de la sous-estimation probable que livre ici le comptage des manuscrits. De fait, la littérature généalogique tant sur les ducs de Normandie que sur les comtes d'Anjou fut une entreprise de longue haleine, mobilisant de nombreuses plumes avant même le règne d'Henri II. Les textes produits à sa cour vinrent donc redonner du lustre à des récits déjà bien répandus33.

27Les œuvres à caractère historiographiques de la cour Plantagenêt n'ont pas connu, loin s'en faut, la même diffusion. On peut penser que certaines d'entre elles, comme le Draco Normannicus ou le De Nugis Curialium, possédaient en elles les facteurs mêmes de leur propre limitation, pour ne pas dire de la résistance à leur propagation, si l'on songe par exemple à la causticité des railleries de Gautier Map contre les cisterciens. Nul doute que le chancelier de Lincoln et chanoine de Londres ne se soit pas fait que des amis dans l'entourage d'Henri II. Cela dit, l'audience stricte de ces œuvres a pu être élargie par l'attitude favorable des Plantagenêts à leur égard. De ce point de vue, l'attrait particulier dont a joui l'imaginaire arthurien à la cour Plantagenêt attire l'attention en ce sens que les membres de la famille eux-mêmes ont entretenu autour d'eux une atmosphère propice à la diffusion des œuvres de la matière de Bretagne. Les Plantagenêts ont en quelque sorte payé un peu de leur personne pour répandre soit des écrits produits dans leur entourage, soit des textes bien connus et porteurs du point de vue des représentations de la monarchie, comme l'Historia Regum Britanniae. Les modalités de cette influence, à relativiser par rapport aux données des comptages bruts, ont été multiples.

Le rôle des Plantagenêts

  • 34 Y. Renouard, « Essai sur le rôle de l'empire angevin dans la formation de la France et de la civil (...)
  • 35 Y. Renouard, « Essai sur le rôle de l'empire angevin... », art. cit., p. 295 : « L'étroite union d (...)

28La communauté de civilisation et de culture qui s'est développée en Occident aux xiie et xiiie siècles, et qui a largement reposé sur l'activité d'hommes de lettres, de troubadours et de trouvères dont les Plantagenêts étaient les idoles, a favorisé l'expansion de leur idéologie politique en ce sens qu'elle a pris des caractères français. En retour, par une intense vie de cour, rapprochant les pays du Nord de la France et les pays du Midi sous une même domination politique et culturelle à tonalité septentrionale34 la dynastie angevine a puissamment participé à la construction de la civilisation occidentale, où son discours a pu se répandre sans obstacle. Mais les Plantagenêts ne se sont pas contentés de laisser venir à eux des courants de civilisation qu'il suffisait de canaliser pour les récupérer. Henri II Plantagenêt, notamment, a mené une politique à l'échelle de la France qui a eu un volet culturel, comme l'a bien souligné Yves Renouard35.

  • 36 La dynastie des Hauteville est régnante en Sicile en 1130.

29Henri II Plantagenêt, dont les ambitions dépassaient largement le cadre déjà vaste de l'espace Plantagenêt, n'a pas manqué, sur l'échiquier politique de la Chrétienté du xiie siècle, de se ménager de nombreux appuis. Et ce, aussi bien auprès des cours féodales françaises de Champagne et de Flandre, avec lesquelles ses ancêtres paternels et maternels avaient partagé des intérêts communs contre la dynastie capétienne, qu'à l'étranger, auprès du camp Welf contre les Staufen, en Espagne, prolongement maritime de ses possessions françaises, ou en Sicile, vieille terre de croisement des civilisations, à prédominance normande depuis le xiie siècle36. Ces alliances d'intérêts ont très souvent été doublées de liens matrimoniaux, qui ont quelquefois rapproché de la cour Plantagenêt des cours restées longtemps à l'écart de la matière de Bretagne, et les ont ouvertes à la civilisation courtoise en général. C'est ce qui explique que le roi Arthur ait pu être perçu comme un ambassadeur de la cour Plantagenêt à l'échelle de tous les territoires de l'espace Plantagenêt, mais aussi en dehors. Dans le milieu très itinérant des cours féodales du xiie siècle, la participation des enfants d'Henri II Plantagenêt et d’Aliénor d'Aquitaine à la diffusion de la renommée du roi Arthur en France s'est avérée non négligeable. En dehors même du mariage des filles d’Aliénor d'Aquitaine, qui constitue un aspect particulier du cheminement de l'influence de la cour Plantagenêt sur le Continent, l'entregent des fils du couple royal s'est révélé un facteur d'expansion, surtout du temps de la « jeunesse » des princes.

  • 37 G. Duby, « Les "jeunes" dans la société aristocratique dans la France du Nord-Ouest au xiie siècle (...)

30Les « jeunes » dans la société aristocratique du xiie siècle ont fait l'objet d'une importante étude de Georges Duby37, qui a souligné, chez ces hommes en transit entre l'adoubement et la fondation d'une nouvelle branche du lignage, l'ampleur des déplacements de cour en cour, à la recherche de prouesses, de profits et de cœurs à prendre. La « jeunesse » d'Henri le Jeune Roi, de Geoffroy de Bretagne, et, dans une moindre mesure, de Richard Cœur de Lion (qui fut longtemps plus protégé par sa mère), à une époque où ces princes sillonnaient la France et où les tournois de chevaliers étaient interdits en Angleterre, a contribué à la vogue arthurienne dans la mesure où ils semblaient personnifier par leur mode d'existence le mythe littéraire et politique forgé peu à peu à la cour de leur père.

  • 38 O. H. Moore, The Young King, Henry Plantagenet (1155-1183), in History, Literature and Tradition ( (...)
  • 39 Histoire de Guillaume le Maréchal, comte de Striguil et de Pembroke, régent d’Angleterre de 1216 à (...)
  • 40 Ces deux planhs, Mon chan fenise ab dol et ab maltraire, et Si tuit li dol elh plor elh marrimen,(...)
  • 41 Couronné à Westminster en 1170, Henri le jeune Roi tenait une cour indépendante depuis 1165 (Walli (...)
  • 42 Henri le jeune Roi avait été marié à l'âge de cinq ans (1160) avec la fille de Louis VII, Margueri (...)

31Henri le Jeune Roi38 a tout particulièrement marqué la littérature de son temps en incarnant l'idéal chevaleresque tel que les romans arthuriens avaient commencé à le véhiculer avec la récupération du légendaire arthurien à la cour d'Henri II. Deux types d’œuvres portent la trace de cette implication personnelle : l’Histoire de Guillaume le Maréchal39, biographie anonyme de celui qui fut le mentor du prince pendant les années de sa « jeunesse », et les deux planhs rédigés à l'occasion de son décès précoce par le troubadour Bertran de Born40. L’Histoire de Guillaume le Maréchal est un formidable témoignage sur la vie romanesque de l'héritier de la couronne d'Angleterre, faite de tournois, de banquets et de réceptions solennelles de cour en cour, où le jeune prince, libéré de la tutelle de son père, donnant sans compter et toujours à court d'argent, se taillait une réputation de parangon des vertus chevaleresques, qui faisait de sa cour itinérante41 un reflet de celle des chevaliers de la Table Ronde. Le biographe anonyme le montre à Paris, auprès de son beau-père Louis VII, roi de France42, en Flandre, auprès de Philippe d'Alsace, son cousin par sa mère, Sibylle d'Anjou, puis en Normandie où, sous la conduite du comte de Flandre, il tournoie et festoie de château en château, comme il l'avait fait en France et en Flandre, dans les années 1175-1180. Nul doute qu'un tel nomadisme courtois ait acclimaté la matière de Bretagne, dont Henri le Jeune Roi semblait tout droit sorti, à de nombreuses cours du Nord de la France — dont celle de son beau-père, Louis VII, ce qui prouve que l'idéologie Plantagenêt n'est pas, loin s'en faut, un simple phénomène de conscience. Nul doute aussi que c'est l'imprégnation par les valeurs de la fiction arthurienne de cette existence trop tôt interrompue que voulut célébrer le biographe du Maréchal dans ces vers qui rappellent beaucoup Wace :

  • 43 Histoire de Guillaume le Maréchal, op. cit., t. 1, v. 6 895 suiv.

« A Martel morut, ce me semble,
Cil qui ont dedenz sei enssemble
Tote corteisie et proesce
Debonaireté e largesce43 ».

  • 44 Bertran de Born, Mon chan fenise ah dol et ab maltraire, in R. Bezzola, op. cit., p. 244 :
    « Senher (...)

32C'est sous les mêmes traits courtois et chevaleresques que Bertran de Born immortalisa la postérité du jeune roi des Anglais, appelant non seulement tous les territoires Plantagenêts, mais aussi l'Occident tout entier, à déplorer cette perte funeste44.

  • 45 En dépit du titre de comte qui lui est décerné dans l'historiographie, et qu'il utilisait dans ses (...)
  • 46 V. C. Appel, Bertran de Born, Halle, 1931, n° 14, p. 34, cité par R Bezzola, op. cit., p. 231.

33Geoffroy de Bretagne, de huit ans moins âgé que son frère aîné, a joué un peu le même rôle de médiateur culturel par son style de vie. On ne peut pas dire de lui, pas plus que pour Henri le Jeune Roi, qu'il ait suscité des romans arthuriens, ou tout simplement des œuvres colportant la légende arthurienne comme les Lais de Marie de France. En revanche, il a entretenu autour de lui une atmosphère favorable à la réception de la matière de Bretagne, que ce soit à sa cour ou à celles qu'il fréquentait. Fiancé dès 1166 à Constance, fille de Conan IV de Bretagne, il devint par là même à l'âge de huit ans héritier du duché et de sa capitale : Nantes, où il reçut l'hommage des vassaux bretons en 116945. La Bretagne armoricaine — Bretaigne La Menur— figurant en très bonne place dans le théâtre des aventures de la matière de Bretagne, il lui fut d'autant plus associé qu'il paraissait lui aussi sortir tout droit d'un roman arthurien. Bertran de Born, dans un sirventes composé lors de la guerre entre Henri le Jeune Roi et Richard Cœur de Lion (1183), n'hésite pas à appeler le troisième fils « seigneur de Brocéliande », plaçant en lui tous ses espoirs pour redorer le blason de la lignée46. À l'occasion du décès brutal du jeune prince, suite aux blessures reçues accidentellement à un tournoi parisien, le troubadour aquitain exprime sa douleur dans un vibrant planh, où le jeune défunt est comparé au roi Arthur lui-même, espoir des Bretons :

  • 47 V. C. Appel, op. cit., n° 25, p. 63, cité par R Bezzola, op. cit., p. 234.

« S’Artus, lo senher de Cardolh,
Cui Breton atendon e mai,
Agues poder que tornes sai,
Breton i aurian perdut
E nostre senher gazanhat.
Si lor i tornava Galvanh,
Non lor auria esmendat
Qe mais non lur agues tolgut47 ».

  • 48 Recueil général des jeux-partis français, éd. A. Langlois, A. Jeanroy et L. Brandin, Paris, Champi (...)
  • 49 Ibid.
  • 50 Ibid.

34Ajoutons qu'ami des troubadours, Geoffroy de Bretagne fut lui-même un fin lettré. La critique a depuis longtemps reconnu en lui le coauteur, avec le trouvère champenois Gace Brulé, d'un jeu-parti qui serait le plus ancien en langue d'oïl48. Un autre jeu-parti de Gaucelm Faidit, bilingue en langue d'oc et en langue d'oïl, lui a été attribué49. L'entourage de Geoffroy de Bretagne est donc nettement bilingue, et comprend des grands noms de la poésie du xiie siècle : Bertran de Born, Gaucelm Faidit, Peire Vidal, Gace Brulé, Guiot de Provins...50 Un tel milieu était propice aux échanges entre le Nord et le Midi de la France. La renommée du duc de Bretagne parmi les amateurs de belles-lettres de son temps était donc bien justifiée.

  • 51 Cf. infra chapitre VIII.
  • 52 L'œuvre d'Ulrich von Zatzikhoven a été éditée dans : Lanzelet, Eine Erzählung, éd. K. A. Hahn, Fra (...)
  • 53 W. W. Kibler, article « Lancelot », in N. J. Lacy (éd.), The New Arthurian Encyclopedia, op. cit.. (...)
  • 54 Pour une tentative d'identification de ce compagnon, cf. M. H. Jones, « Richard the Lionheart in G (...)
  • 55 Ibid., p. 70 note 1. Le roman en moyen-anglais a été édité par K. Brunner, in Der mittelenglische (...)

35Richard Cœur de Lion, lui, a exercé une influence multiforme sur l'essor de la littérature arthurienne. Idole des chroniqueurs et des troubadours, il a laissé sur eux une impression profonde, qu'il a su, en fin politique, utiliser51. Son rôle personnel a été mis en évidence dans la composition d'un roman arthurien, et non des moindres. Le Lanzelet allemand d'Ulrich von Zatzikhoven (vers 1195)52 a été rédigé à partir d'un Lancelot français, sans doute une version anglo-normande, qui a été apportée en Allemagne par un compagnon de captivité de Richard, Hugues de Moreville53 _ ce serait ce genre de version, dépourvue de référence à la passion commune de Lancelot et de Guenièvre, qui aurait servi de source au Lancelot confié par Marie de Champagne à Chrétien de Troyes54. D'autre part, le fils préféré d’Aliénor d'Aquitaine a prêté sa biographie à une transposition romanesque de la fin du xiiie siècle, Richard Cœur de Lion, rédigée en moyen-anglais, qui serait la dérivation d'une version anglo-normande antérieure, aujourd'hui perdue, remontant au second quart du xiiie siècle55. Cette adaptation, qui fait de Richard, essentiellement poitevin d'éducation et de culture (il ne parlait pas anglais), un champion de l'Angleterre, le compare ouvertement au roi Arthur et aux chevaliers de la Table Ronde :

  • 56 Richard Cœur de Lion, éd. K. Brunner, op. cit., cité par R Bezzola, Les origines et la formation.. (...)

« Lors Iesu, Kyng off glorye,
Whyche grace and uyctorye
Thou sente to Kyng Rychard,
That neuer was fooude coward !
It is ful good to here in ieste
Off his prowesse and his conquest.
Flele romannses men maken newe
Off goode knygtes, stronge and trewe ;
Bothe in Engeland and in Ffraunce :
Off Rowelond and off Olyuer,
And off euery Doseper ;
Off Alissanndre, and Charlemayn ;
Off Kyng Arthour, and off Gawayn,
How they were knyghtes goode and curteys56 ».

  • 57 Sur le rôle de Richard Cœur de Lion dans l'élection de son neveu Othon au titre impérial, cf. supr (...)
  • 58 La rotruenge adressée de captivité à sa demi-soeur Marie de Champagne, qui témoigne de la très gra (...)
  • 59 Récits du Ménestrel de Reims, éd. Natalis de Wailly, Paris, S.H.F., 1876, cité par M. Brossard- Da (...)

36L'empreinte qu'a laissée Richard en terres d'Empire est donc bien visible, et ne concerne pas que les questions politiques auxquelles il s'est activement mêlé57. Cela n'est pas étonnant de la part d'un roi à la vie si tumultueuse, environné de troubadours, et poète lui-même à ses heures perdues58. La légende plaisante du milieu du xiiie siècle, rapportée par les Récits du Ménestrel de Reims, qui attribue au trouvère Blondel de Nesle la découverte de la geôle de Richard emprisonné par le duc d'Autriche, rend bien compte de cette atmosphère romanesque qu'il entretenait autour de lui59.

37Les nombreux contacts politiques des fils d'Henri II Plantagenêt et d’Aliénor d'Aquitaine ont donc popularisé les aventures du roi Arthur et des chevaliers de la Table Ronde dans les cours féodales françaises, et, pour ce qui est de Richard Cœur de Lion, allemandes. Cependant, la matière de Bretagne, en dehors du rôle personnel des princes, était déjà souvent fort bien connue de nombreuses cours occidentales grâce aux relations directes qu'elles avaient pu entretenir avec la cour d'Angleterre. Les alliances matrimoniales conclues pour les filles du couple royal et les demi-sœurs de Richard Cœur de Lion ont aussi œuvré en ce sens.

38Ainsi, la monarchie Plantagenêt a pu compter sur de nombreux contacts pour répandre son modèle culturel et la littérature qui le véhiculait. Clercs, agents de liaison, ambassadeurs officiels et troubadours se rendaient à la cour Plantagenêt et en repartaient à un rythme soutenu, qui en faisait un foyer de diffusion littéraire et culturelle inégalé à l'échelle de l'Occident, et un centre de rayonnement relayé par des cours périphériques aussi bien françaises qu'étrangères. Le tout reposait sur le jeu des circonstances et les réseaux d'hommes. Les Plantagenêts ont fait voyager leur renommée grâce aux liens établis avec la mythologie arthurienne dans un mouvement d'aller et retour entre les périphéries, où le mythe arthurien s'était développé sous forme orale et écrite, et le centre, qui a redistribué une version formalisée de ce mythe. À l'échelle de l'espace Plantagenêt, les implications politiques et sociales de cette diffusion sont très nombreuses.

Notes

1 B. Guenée, Histoire et culture historique dans l'Occident médiéval, Paris, Aubier, 1980. L'expression est tirée du chapitre VI, p. 248.

2 P. Major-Poetzl, Michel Foucault's Archeology of Western Culture, Brighton, Harvester, 1983, p. 13-14.

3 The Historia Regum Britanniae of Geoffrey of Monmouth, éd. N. Wright, vol. IV, Dissemination and Reception in the Later Middle Ages, par J. Crick, Cambridge, Brewer, 1991, p. 9.

4 Gesta Regis Henrici Secundi Benedicti Abbatis. The Chronicle of the Reigns of Henry II and Richard I, éd. W. Stubbs, vol. I, Londres, R. S., 1867, Préface, p. xxix-xxx.

5 Sur la diffusion de cette chronique, voir B. Guenée, Histoire et culture historique..., op. cit., carte n° 5, p. 265.

6 Giraud de Barri, The Journey Through Wales, éd. et trad. L. Thorpe, Harmondsworth, Penguin, 1978, p. 80-81.

7 Ce manuscrit, en mauvais état, datant du premier tiers du xiiie siècle, est conservé à la Bibliothèque Municipale d'Angers (ms 304 (295)). Voir Étienne de Fougères, Livre des Manièrés, éd. R. A. Lodge, Genève, Droz, 1979, introduction, p. IX

8 B. Guenée, Histoire et culture historique..., op. cit., p. 255.

9 The Historia Regum Britanniae of Geoffrey of Monmouth, éd. N. Wright, vol. IV, par J. Crick, op. cit., p. 9.

10 Ibid., p. 48.

11 J. Crick, op. cit., p. 199.

12 Geoffroy Gaimar, L’Estoire des Engleis, éd. A. Bell, Oxford, Anglo-Norman Texts, 1960.

13 J. Crick, op. cit., p. 200.

14 Ibid., p. 199.

15 Ibid., p. 201.

16 Wace, Roman de Brut, éd. I. Arnold, vol. 1, Paris, SATF, 1938, introduction, p. xcviii.

17 J. Crick, op. cit., p. 44.

18 Giraldus Cambrensis, Topographia Hibernica, in Giraldi Cambrensis Opera, éd. J. S. Brewer, vol. V, par J. F. Dimock, Londres, R. S., 1867, Préface, p. li-lii.

19 Robert de Torigny, Chronica, in Chronicles of the Reigns of Stephen, Henry II and Richard I, éd. R Howlett, vol. IV, Londres, R S., 1889, Préface, p. L et suiv.

20 Sur les aspects de cette diffusion, voir Roger de Howden, Chronica, éd. W. Stubbs, vol. I, Londres, R S., 1868, Préface, p. lxxi.

21 Ibid., p. lxxiii.

22 Ibid., p. lxxix-lxxx. Voir aussi Roger de Howden, Annals, vol. 1 part. 2, éd. H. T. Riley, Felinfach, Llanerch, 1994, Préface, p. viii.

23 Radulfi de Diceto Opera Historica, éd. W. Stubbs, vol. I, Londres, R. S., 1876, Préface, p. lxxxv.

24 Ibid, vol. I, p. 11-15.

25 Ibid.

26 Ibid., p. XCVII. Voir vol. I, p. 296.

27 Ibid., vol. I, p. 135-136 ; p. 154-156 ; p. 243 ; vol. II, p. 267-268.

28 Ibid., vol. I, p. 3-4.

29 Roger de Howden, Chronica, éd. W. Stubbs, vol. I, Londres, R S., 1868, Préface, p. lxxiii.

30 Jordan Fantosme’s Chronicle, éd. R. C. Johnston, Oxford, Clarendon, 1981, introduction, p. xliv.

31 The Historical Works of Gervase of Canterbury, éd. W. Stubbs, vol. I, Londres, R. S., 1879, Préface, p. ix-X.

32 Giraud de Barri, dans l’Expugnatio Hibernica (in Giraldi Cambrensis Opera, vol. V, op. cit., p. 411), expose comment Gautier Map le voyait : « Vous, maître Giraud », disait-il en substance, « vous avez beaucoup écrit et vous continuez à le faire ; moi, par contre, j'ai beaucoup dit. Mais puisque moi, je m'exprime en français, je suis plus célèbre et j'en retire des bénéfices, tandis que vous, malgré la valeur de vos œuvres, vous restez les mains vides... ». Voir E. Türk, Nugae Curialium. Le règne d'Henri II Plantagenêt (1154-1189) et l'éthique politique, Genève, Droz, 1977, p. 101.

33 La portée de ces textes fut d'autant plus grande qu'ils vinrent s'ajouter à des versions déjà bien constituées sous la plume de prédécesseurs. C'est le cas de Jean de Marmoutier, qui s'inscrivit dans une continuité par rapport à Thomas de Loches et Breton d’Amboise. Voir le stemma proposé pour les Chroniques des comtes d'Anjou et des seigneurs d’Amboise, éd. L. Halphen et R. Poupardin, Paris, Picard, 1913, introduction, p. XXVI.

34 Y. Renouard, « Essai sur le rôle de l'empire angevin dans la formation de la France et de la civilisation française aux xiie et xiiie siècles », Revue Historique, 95 (1945), p. 289-304.

35 Y. Renouard, « Essai sur le rôle de l'empire angevin... », art. cit., p. 295 : « L'étroite union des pays septentrionaux et méridionaux de l'Ouest dans un même ensemble politique, symbolisée par le couple royal, un prince angevin et une princesse aquitaine, puis par leurs enfants, a évidemment multiplié, pendant le demi-siècle que dura l'empire angevin sur le continent, ces contacts entre deux civilisations qui coexistaient sur le sol de la France. Et cela d'autant plus que la politique entière et énergique d'Henri II visait à soumettre efficacement à son autorité tous les fiefs qu'il gouvernait ».

36 La dynastie des Hauteville est régnante en Sicile en 1130.

37 G. Duby, « Les "jeunes" dans la société aristocratique dans la France du Nord-Ouest au xiie siècle », Annales E.S.C., 19 (1964/5), p. 835-846, repris dans Hommes et structures du Moyen Age, t. 1, La société chevaleresque, rééd. Paris, Flammarion, coll. Champs, 1988, p. 129-142 : « Telle est la jeunesse aristocratique dans la France du xiie siècle : une meute lâchée par les maisons nobles pour soulager le trop-plein de leur puissance expansive, à la conquête de la gloire, du profit et des proies féminines (p. 142) ».

38 O. H. Moore, The Young King, Henry Plantagenet (1155-1183), in History, Literature and Tradition (« The Ohio State University Studies », 2, n° 12), Columbus, 1925.

39 Histoire de Guillaume le Maréchal, comte de Striguil et de Pembroke, régent d’Angleterre de 1216 à 1219, éd. P. Meyer, 3 vol., Paris, S.H.F, 1891-1901.

40 Ces deux planhs, Mon chan fenise ab dol et ab maltraire, et Si tuit li dol elh plor elh marrimen, qui figurent parmi les plus belles pièces de la littérature occitane, ont été cités par R. Bezzola, in Les origines et la formation..., op. cit., p. 244-245.

41 Couronné à Westminster en 1170, Henri le jeune Roi tenait une cour indépendante depuis 1165 (Wallingford). Ce n'est pas pour autant que son père se dessaisit d'une de ses possessions en sa faveur. Cf. W. L. Warren, Henry II, op. cit., p. 582.

42 Henri le jeune Roi avait été marié à l'âge de cinq ans (1160) avec la fille de Louis VII, Marguerite de France, encore au berceau, moyennant quoi la dot avait été remise à Henri II : le Vexin nor mand, défendu par Gisors. Par la suite, le jeune Roi passa beaucoup de temps à la cour de France, notamment à l'approche du soulèvement de 1173-1174, auquel son beau-père l'encouragea. Cf. R. Pernoud, Aliénor d'Aquitaine, Paris, Librairie Générale Française, coll. Le Livre de Poche, rééd. 1983, p. 177.

43 Histoire de Guillaume le Maréchal, op. cit., t. 1, v. 6 895 suiv.

44 Bertran de Born, Mon chan fenise ah dol et ab maltraire, in R. Bezzola, op. cit., p. 244 :
« Senher, per vos mi vuolh de joi estraire,
E tuit aquilh que us avian vegut
Devon estar per vos irat e mut,
E ja mais jois la ira no m’esclaire :
Engles e Norman,
Breto et Yrlan,
Guia et Gasco ;
Et Anjaus pren dan
E Maines e Tors ;
Franza tro compenha
De plorar no s tenha,
E Flandres de Gan
Tro 1 port de Guisan.
Ploren neis li Alaman ! ». (5e strophe).

45 En dépit du titre de comte qui lui est décerné dans l'historiographie, et qu'il utilisait dans ses actes, c'est bien d'un duché que Geoffroy devint l'héritier. Le titre ducal fut en effet accordé au ixe siècle par les Carolingiens à Alain Barbetorte, qui se plaçait ainsi au même niveau que les principaux chefs territoriaux du Nord du regnum Francorum. Apparaissant quelque peu disproportionné par la suite, le titre ducal fut concurrencé par le titre comtal, même dans les actes ducaux, jusqu'à ce que la chancellerie de Philippe le Bel reconnaisse pleinement son utilisation aux princes bretons. Cf. A. Chédeville et N.-Y. Tonnerre, La Bretagne féodale, xie-xiiie siècle, Rennes, Ouest-France,

1987, p. 47.

46 V. C. Appel, Bertran de Born, Halle, 1931, n° 14, p. 34, cité par R Bezzola, op. cit., p. 231.

47 V. C. Appel, op. cit., n° 25, p. 63, cité par R Bezzola, op. cit., p. 234.

48 Recueil général des jeux-partis français, éd. A. Langlois, A. Jeanroy et L. Brandin, Paris, Champion, CFMA, 1926, n° 2, p. 7 suiv., et introduction, p. XIV suiv. Cité par R. Lejeune, « Rôle littéraire de la famille d’Aliénor d'Aquitaine », Cahiers de Civilisation Médiévale, 1 (1958), p. 323.

49 Ibid.

50 Ibid.

51 Cf. infra chapitre VIII.

52 L'œuvre d'Ulrich von Zatzikhoven a été éditée dans : Lanzelet, Eine Erzählung, éd. K. A. Hahn, Francfort, 1845, repr. dans F. Norman, Deutsche Neudrucke, Reihe : Texte des Mittelalters, Berlin, 1965.

53 W. W. Kibler, article « Lancelot », in N. J. Lacy (éd.), The New Arthurian Encyclopedia, op. cit.. Voir aussi R. Lejeune, art. cit., p. 322.

54 Pour une tentative d'identification de ce compagnon, cf. M. H. Jones, « Richard the Lionheart in German Literature of the Middle Ages », in J. L. Nelson (éd.), Richard Cœur de Lion in History and Myth, King’s College London Centre for Late Antique and Medieval Studies, VII, Exeter, Short Run Press, 1992, p. 76-77.

55 Ibid., p. 70 note 1. Le roman en moyen-anglais a été édité par K. Brunner, in Der mittelenglische Versroman über Richard Löwenherz, Vienne/Leipzig, Wiener Beiträge zur englischen Philologie, 42, 1913.

56 Richard Cœur de Lion, éd. K. Brunner, op. cit., cité par R Bezzola, Les origines et la formation..., op. cit., p. 220.

57 Sur le rôle de Richard Cœur de Lion dans l'élection de son neveu Othon au titre impérial, cf. supra, chapitre V, p. 189 note 69.

58 La rotruenge adressée de captivité à sa demi-soeur Marie de Champagne, qui témoigne de la très grande complicité de ces deux enfants d’Aliénor, est restée célèbre :
« Contesse suer, vostre pris souverain
Vos saut et gart cil a cui je me clain
Et par cui je sui pris ».
Cf. R Bezzola, Les origines et la formation..., op. cit., p. 227 note 1.

59 Récits du Ménestrel de Reims, éd. Natalis de Wailly, Paris, S.H.F., 1876, cité par M. Brossard- Dandré et G. Besson, Richard Cœur de Lion. Histoire et Légende, op. cit., p. 251-254.

Table des illustrations

Titre La production historiographique autour d'henri ii Plantagenêt au xiie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22102/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre La diffusion de l'idéologie plantagenêt par les manuscrits (xiie-xiiie s.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22102/img-2.png
Fichier image/png, 811k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22102/img-3.png
Fichier image/png, 361k

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540