Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idéologie Plantagenêt

 | 
Amaury Chauou

Chapitre VI. Du mythe à la réalité : l'invention de Glastonbury

Texte intégral

  • 1 Cf. supra, chapitre II.
  • 2 Les oeuvres de Giraud de Barri font partie de cette catégorie.
  • 3 Thomas d'Angleterre et Marie de France sont représentatifs de cette provenance.

1L'intérêt porté par la cour Plantagenêt à la figure du roi Arthur est remarquable si on considère la littérature tant en langue latine (Draco Normannicus) qu'en langue vulgaire (Roman de Brut)1 qui y a été produite. Cet intérêt apparaît continuel, depuis les œuvres foncièrement arthuriennes jusqu'à celles qui le mentionnent de temps en temps2, en passant par celles qui ont trait à sa cour mais ne dépendent pas directement des Plantagenêts3. Cependant, la meilleure illustration de cet engouement est peut-être moins littéraire et historiographique qu'archéologique : la découverte à l'abbaye de Glastonbury de tombes présentées comme celles du roi Arthur et de la reine Guenièvre, à l'instigation d'Henri II Plantagenêt, sous le règne de Richard Cœur de Lion (1191), relie les textes et la réalité, au carrefour de l'historiographie, de la fiction et de la politique.

2Cette découverte n'a en soi rien d'exceptionnel : participant de la grande chasse aux reliques dont le Moyen Âge fut si friand, elle a pour cadre une prestigieuse abbaye anglaise, peuplée de Bénédictins et opulente par la grâce des rois successifs, dont Henri II ne fut pas le moins généreux. Intervenant après un grave incendie (1184), elle permit à l'abbaye de relancer les pèlerinages et de recevoir des dons à une époque où elle en avait bien besoin.

  • 4 Parmi les témoignages, les plus importants sont ceux de : Giraud de Barri, De principis instructio (...)

3Cependant, ce qui pourrait n'être qu'une banale supercherie forgée par l'imagination de moines en mal de fonds de trésorerie, avec l'accord du pouvoir politique intéressé par l'opération, se complique tout de suite s’agissant de tombeaux comme ceux du couple royal supposé. Les difficultés s'amoncellent en effet si on prend en considération la richesse des traditions locales de l'abbaye de Glastonbury, et notamment les divers liens qu'elle a noués avec le personnage du roi Arthur. La multiplicité des témoignages sur l'événement de 1191, relaté par des contemporains et par des chroniqueurs à plus d'un siècle de distance, accentue les problèmes en raison des discordances observables4. Enfin, la variété des attitudes des historiens contemporains vis-à-vis de l'ensemble des textes d'époque et du résultat des fouilles archéologiques les plus récentes, oscillant entre le scepticisme le plus positiviste et la circonspection teintée d'indécision, achève d'obscurcir le tableau.

4Il est pourtant indispensable, dans l'économie générale de notre propos, d'essayer de séparer ce qui est fantaisiste de ce qui l'est moins dans une opération aussi importante tant pour la postérité de la légende du roi Arthur que pour celle de l'idéologie Plantagenêt. Il n'est pas si fréquent, en effet, d'observer un tel télescopage entre mythe et réalité. Deux constantes majeures nous guideront dans son appréhension : la volonté d'insérer le problème dans son contexte spatial et temporel ; le souci de ne rejeter a priori aucune interprétation, de façon à examiner toutes les implications politiques possibles. Comme souvent lorsque légende et réalité se rejoignent, la supercherie apparaît moins dans leur confrontation que dans l'utilisation qui en est faite.

Une abbaye de légende

  • 5 Sur ce prestigieux monastère et sa très longue histoire, la bibliographie est vaste. Pour aller à (...)

5L'abbaye de Glastonbury, au xiie siècle, lorsque survient la sensationnelle découverte, n'est pas un établissement monastique de second rang en Angleterre5. Figurant parmi les institutions les plus prestigieuses du royaume et parmi les plus généreusement dotées, elle fait partie, avec Cantorbéry, Bury Saint Edmunds ou Westminster, des abbayes avec lesquelles les souverains doivent compter. Son rayonnement tient à deux facteurs principaux : l'ancienneté de sa fondation, qui a marqué une date dans l'histoire insulaire, et la richesse de sa tradition funéraire, qui a déjà fait d'elle un impressionnant sanctuaire de reliques de saints. L'invention des tombeaux d'Arthur et de Guenièvre intervient dans le cadre largement préexistant de la mise en valeur des reliques locales.

L'antiquité des traditions locales

  • 6 Cf. infra, annexe 2.

6Située au Sud-Ouest de l'Angleterre, non loin du canal de Bristol, dans le comté de Somerset, à l'Ouest de la plaine de Salisbury6, l'abbaye de Glastonbury a fait parler d'elle depuis les temps de la christianisation de l'île. Identifiée au xiie siècle avec le lieu mythique d’Avalon, elle a vu sa renommée décupler, la légende arthurienne venant se greffer sur des traditions locales d'une remarquable continuité.

Un site pré-chrétien

  • 7 G. Ashe, « Glastonbury », art. cit.
  • 8 P. Rahtz, « Glastonbury Tor », in G. Ashe (éd.), The Quest for Arthur’s Britain, op. cit., p. 139- (...)
  • 9 Ibid. (à propos du poème gallois « The Spoils of Annwfn »).

7La géographie très particulière du site de Glastonbury a donné lieu à une humanisation précoce et, de façon logique, à une permanence de son occupation à des fins religieuses. Glastonbury s'étend sur un chapelet de collines, dont la plus élevée, le Tor, un curieux relief en forme de dos de baleine, domine une plaine basse, ce qui la rend visible de loin. Dans les derniers siècles de l'ère paléochrétienne et au début de l'ère chrétienne, la majeure partie de la zone était marécageuse et sous les eaux, expliquant l'aspect d'archipel que pouvait avoir le site. Pourtant, jusqu'à la conquête romaine, deux villages lacustres de l'époque de la Tène s'y sont développés, dont le dynamisme est attesté par la découverte de restes de poterie7. De cette période — mais pas seulement, en raison du développement de l'agriculture médiévale — date le système de sentiers et de terrasses, largement érodé mais encore visible sur de longues distances, qui enserre le Tor, probablement aménagé comme un labyrinthe en fonction de dévotions rituelles, comme à Stonehenge8. Des croyances très anciennes font en effet du Tor un gouffre, un point de passage vers l’Autre Monde celtique, représenté comme tel dans la poésie galloise : le saint gyrovague Collen passe pour y être entré et avoir tenté d'exorciser le roi du monde souterrain, Gwyn-ap-Nudd9. Quoi qu'il en soit, le site garde de cette époque une dimension sacrée, conservée malgré les drainages et l'assèchement des marécages jusque dans son nom celtique : Ynys-witrin, c'est-à-dire l'île de Verre, une forme antérieure à l'occupation saxonne du viie siècle dans cette région.

Une christianisation ancienne

  • 10 G. Ashe, « Glastonbury », an. cit. ; A Gransden, « The Growth of the Glastonbury Traditions and Le (...)
  • 11 A. Gransden, art. cit., p. 338.
  • 12 G. Ashe, art. cit.

8Sur un fonds de croyances et de pratiques préchrétiennes en relation avec l’Autre Monde celtique est intervenue une christianisation très précoce, opérée par une communauté d'une continuité inégalée dans le reste de l'Angleterre. Une implantation de type celtique de moines britanniques existait déjà lors de l'arrivée des Saxons, mentionnée dans les chroniques à l'année 65810. Glastonbury, tête de pont du christianisme en Grande- Bretagne, pourrait donc constituer le lieu de fondation de la première communauté chrétienne britannique, ou à tout le moins celui qui possède la plus longue existence11. Les conquérants étant eux-mêmes chrétiens à cette époque-là, la communauté a pu poursuivre son développement sans interruption, sous le patronage généreux des rois du Wessex. Des moines saxons et irlandais rejoignirent ses rangs. Sous l’abbatiat de saint Dunstan, au xe siècle, Glastonbury devint une abbaye bénédictine de première importance, au même titre que Westminster12. Son rayonnement ne fut pas fondamentalement remis en cause avant la fin du xiie siècle. Cela dit, les suites de la Conquête de 1066 et la reprise en main de l'église anglaise par les Anglo-Normands modifièrent ses conditions d'existence. L'abbaye s'adapta au nouveau contexte religieux des xi-xiie siècles comme elle put.

Des motivations variées

  • 13 A. Gransden, art. cit., p. 338.
  • 14 Ibid., p. 339.

9Au développement des légendes et traditions locales avant même le coup de théâtre de la découverte des tombes d'Arthur et Guenièvre à Glastonbury participent plusieurs facteurs. Tout d'abord, la période de transition qui suivit l'installation des Normands ne fut pas très propice13 à l'abbaye. Après les raids danois et les dilapidations opérées par ses derniers abbés anglo- saxons, elle dut faire face à l'implantation de Normands sur ses terres, et fut atteinte dans son prestige par la méfiance des nouvelles élites ecclésiastiques, qui voyaient en elle le conservatoire des traditions anglo-saxonnes. Ce même scepticisme conduisit Lanfranc, archevêque de Cantorbéry, à rayer par ailleurs certains saints anglo-saxons du calendrier liturgique de Christ Church14.

  • 15 Ibid., p. 339.
  • 16 L'archevêque de Cantorbéry fut canonisé dès 1173.
  • 17 Ibid., p. 338.

10Glastonbury aurait pu aisément doubler ce cap difficile en s’appuyant sur les deux atouts traditionnels des établissements monastiques en matière de prestige : l'ancienneté de la fondation et le patronage attesté d'un ou plusieurs grands saints. Mais là encore, l'abbaye était en mauvaise posture. Bien que reconnue unanimement comme site chrétien d'une antiquité et d'une sainteté incomparables, elle pâtissait des circonstances de sa fondation, perdues dans les brumes du temps, et de la qualité des reliques qu'elle abritait, constituées essentiellement des pieux ossements de saints celtiques ou northumbriens, dont la réputation dans le Sud de l'Angleterre était limitée15. Au surplus, elle n'avait pas de saint patron particulier, à une époque où d'autres établissements prestigieux pouvaient avancer des noms remarquables : Durham possédait saint Cuthbert, Saint Albans avait son éponyme, Bury Saint Edmunds vénérait son roi-martyr, et Worcester se réclamait de saint Oswald. Westminster, son tour venu, devint le sanctuaire d'Edouard le Confesseur. Cantorbéry abritait les premiers archevêques d'Angleterre, dont saint Augustin l’évangélisateur, et attira à elle le champion des pèlerinages à partir de 1170 : Thomas Becket, canonisé très rapidement16. La concurrence entre les grandes maisons bénédictines faisait donc rage dès le milieu du xie siècle17.

  • 18 Ibid., p. 339 ; G. Ashe, art. cit.

11D'autre part, les difficultés de Glastonbury furent accrues en 1184 par un dramatique incendie, qui embrasa la totalité de l'établissement et réduisit ses bâtiments en cendres, abbatiale et cloître compris. Les reliques furent compromises. Le coût exorbitant de la reconstruction, qui dépassait les fonds propres de l'abbaye, nécessita un vigoureux effort d'Henri II Plantagenêt lui-même, et l'appel à la générosité de chacun, que seule la réputation de la communauté pouvait susciter18.

12C'est dans ce contexte d'épreuves accumulées que Glastonbury fit valoir les ressources de l'hagiographie et de l'historiographie.

L'émergence d'une riche hagiographie

13L'antiquité et le nombre de reliques abritées ont alimenté la renommée de sainteté de Glastonbury à travers les siècles. Cependant, contrairement à de nombreux monastères rivaux, la grande abbaye bénédictine n'eut jamais dans ses rangs l’hagiographe ou le chroniqueur capable de toucher un large public au profit de tel ou tel des saints locaux. En dépit de son importance, elle dut recourir aux services d'éléments extérieurs pour tirer parti de ce qu'elle possédait. Parmi les hommes de lettres qui écrivirent pour elle, Guillaume de Malmesbury est le plus connu. Mais d'autres textes, plus ou moins commissionnés, vinrent compléter les travaux du célèbre chroniqueur.

Guillaume de Malmesbury

  • 19 Guillaume de Malmesbury, The History of the English Kings, vol. I, éd. R. A. B. Mynors révis. R. M (...)
  • 20 Life of Saint Dunstan, in Memorials of Saint Dunstan, éd. W. Stubbs, Londres, R S., 1874, p. 92. C (...)

14À l'époque où l'auteur des Gesta Regum Anglorum19 fut contacté par les moines de Glastonbury pour mettre son talent à leur disposition, la réputation de l'abbaye venait d'être sérieusement mise à mal. Osbern, moine de Cantorbéry, avait affirmé pour la défense de sa communauté que saint Dunstan, ancien archevêque et figure du christianisme insulaire au xe siècle, dont Cantorbéry s'enorgueillissait d'abriter le tombeau, avait été le premier des abbés de Glastonbury, ce qui réduisait d'autant l'antiquité de la tradition du monastère rival20.

  • 21 Guillaume de Malmesbury, De Gestis Pontificum Anglorum, éd. N. E. S. A. Hamilton, Londres, R. S., (...)
  • 22 Guillaume de Malmesbury, Vita Wulfstani, éd. R R. Darlington, Camden Society, third series, 40, 19 (...)

15La réponse ne tarda pas. À l'instar des moines de Durham, d’Evesham ou de Cantorbéry, qui s'étaient tous investis dans les Vies de saints pour souligner le lustre de leur établissement, ininterrompu par la Conquête, les Bénédictins de Glastonbury recrutèrent vers 1129 Guillaume de Malmesbury pour remplir deux objectifs précis : écrire l'histoire de l'abbaye, et une Vie de saint Dunstan. Le chroniqueur bénédictin présentait pour cela deux avantages : il passait alors pour un spécialiste du travail sur les époques reculées, comme l'attestaient les Gesta Pontificum21 qu'il venait de terminer, dont le propos démontrait que l'Église de son temps était la fille de l'Église des Anglo-Saxons. En cela, il prétendait combler le fossé entre Bède et son époque, qu'il estimait mal informée sur l'histoire ecclésiastique d'avant la Conquête. D'autre part, il avait déjà effectué pour le compte des moines de Worcester la traduction en latin de la Vie de saint Wulfstan22, rédigée par un frère de l'établissement au tournant des xie et xiie siècles. Guillaume possédait donc une certaine habitude du nouveau travail qui lui était demandé.

  • 23 Adam de Domerham, Historia de rebus gestis Glastoniensibus, op. cit., cf. p. 204 note 4.
  • 24 Guillaume de Malmesbury, Gesta Regum Anglorum, op. cit., cf. supra note 19.

16S’acquittant parfaitement de sa mission, il produisit pour Glastonbury plusieurs ouvrages en peu de temps. Le De Antiquitate Glastoniensis Ecclesiae, pour commencer, avait pour but avoué d'asseoir l'abbaye sur une très longue et vénérable histoire. S'ensuivirent deux Vies de saint Dunstan, pour répondre à Osbern de Canterbury. Le tout fut complété par des Vies de saint Patrick, saint Indract et saint Bénignus. L'original du De Antiquitate Glastoniensis Ecclesiae a été perdu, le texte n'étant connu que par la reprise qu'en a faite (avec de nombreuses interpolations) Adam de Domerham au début de sa propre chronique (fin xiiie siècle)23. Toutefois, une comparaison de ce matériau avec les extraits que Guillaume de Malmesbury avait lui-même insérés dans ses Gesta Regum Anglorum24 permet de se faire une idée du contenu du

  • 25 Guillaume de Malmesbury, De Antiquitate Glastoniensis Ecclesie, in J. Scott, The Early History of (...)
  • 26 Life of Saint Dunstan, op. cit., p. 250-324.

17De Antiquitate25... Des deux Vies de saint Dunstan, une seule a survécu26. Les Vies de tous les autres saints ont, quant à elles, été perdues.

  • 27 Bède le Vénérable, Bede’s Ecclesiastical History of the English People, vol. I, éd. B. Colgrave et (...)
  • 28 G. Ashe, art. cit.
  • 29 Cette église, appelée vetusta ecclesia ou Église Vieille, à l'emplacement de l'actuelle chapelle N (...)

18Le travail de Guillaume de Malmesbury fit des merveilles. Il réussit à établir de façon éclatante l'extrême ancienneté de la tradition chrétienne à Glastonbury, et consolida les liens de l'abbaye avec au moins trois saints de très grand renom : saint Dunstan, saint Patrick l'Irlandais, et saint Gildas. Sur le premier tableau, il utilisa avec circonspection l’Historia Ecclesiastica27 de Bède le Vénérable pour étudier l'hypothèse selon laquelle des missionnaires avaient été envoyés en Grande-Bretagne dès 166. Ces hommes étaient réputés avoir trouvé sur place une vieille église, édifiée au cours du premier siècle par des disciples du Christ lui-même, selon une croyance alors répandue28. Combinant cette autorité avec un sens de l'observation remarquable, il se plaça sur un terrain beaucoup plus sûr en retraçant l'histoire des différentes églises de Glastonbury. Il indiqua l'emplacement exact de l'église primitive identifiable avant l'incendie de 1184. Construit en clayonnage et recouvert d'un toit de plomb, cet édifice, qu'il data du vie siècle, était connu sous le nom d'Église Vieille. Une autre nef, plus récente et remaniée du temps de saint Dunstan (xe siècle), la jouxtait avant l'incendie de 1184. L'archéologie confirma les déductions de Guillaume de Malmesbury par la suite29.

  • 30 Life of Saint Dunstan, in Memorials of Saint Dunstan, éd. W. Stubbs, op. cit.
  • 31 Ibid., p. 6-7.
  • 32 Ibid., p. 10-11.
  • 33 Ces deux « pyramides » étaient en fait deux croix de grande hauteur situées dans le cimetière.
  • 34 A. Gransden, art. cit., p. 343.
  • 35 Ibid.
  • 36 Ibid., p. 345 note 3 (saints Ceolfrid, Aidan, Benoît Biscop, Gildas et Patrick).
  • 37 Ibid., p. 343.
  • 38 Ibid.

19D'autre part, sur le plan de l'hagiographie, le chroniqueur s'appuya sur la plus ancienne des versions de la Vie de saint Dunstan, remontant à un anonyme du xe siècle30, et sur la géographie des lieux tels qu'ils se présentaient à lui pour amplifier les traditions funéraires de Glastonbury. Dans son De Antiquitate Glastoniensis Ecclesiae, il exploita deux passages très intéressants de la Vie anonyme de saint Dunstan. L'un décrivait le voyage à l'abbaye du saint encore enfant avec son père, à une époque où Glastonbury, consacrée à la Vierge Marie et réputée d'ancienne fondation et de royale patronage, bénéficiait de l'accomplissement de nombreux miracles31. L'autre était relatif aux pèlerinages d'Irlandais pour le culte de saint Patrick, qui passait pour avoir séjourné à Glastonbury et avoir été inhumé dans l'enceinte du monastère32. Croisant cette source avec l'examen de deux « pyramides33 » que possédait le cimetière de l'abbaye, il parvint à transcrire les listes de noms qu'elles portaient et à reconnaître en eux tous les défunts abbés de Glastonbury, pulvérisant par là même les arguments d’Osbern en faveur de Cantorbéry34. Du coup, Glastonbury pouvait reconquérir ses droits sur la postérité de saint Dunstan, en attendant un règlement définitif de la querelle avec Cantorbéry. En même temps, Guillaume de Malmesbury ouvrait la possibilité de l'étude de l'action des différents abbés en remontant jusqu'au viie siècle, ce qu'il fit à l'aide de chartes de donation de terres35. L'inhumation de nombreux saints irlandais, gallois et northumbriens sur plusieurs siècles36 fut aussi attestée par les châsses et les reliquaires que possédait l'abbaye37. Enfin, outre Dunstan, Glastonbury pouvait désormais se réclamer de saint Patrick, le célèbre évêque apôtre de l'Irlande, ce qui ménageait des perspectives glorieuses en dépit des dénégations qui plaçaient beaucoup plus logiquement le tombeau du saint sur la Verte Erin38.

20La réputation de la vénérable abbaye du Somerset avait donc considérablement progressé avec l'aide du chroniqueur bénédictin. Les traditions dont elle se réclamait avaient désormais des assises solides remontant au vie siècle. D'autres textes renforcèrent cette production hagiographique, sans toutefois se conformer au respect des mêmes méthodes.

La Vie de saint Gildas et autres textes

  • 39 Éditée dans T. Mommsen, M. G. H., Auctorum Antiquissimorum, xiii, Chronica minora, Berlin, 1898, i (...)
  • 40 Geoffroy de Monmouth, Histoire des rois de Bretagne, éd. et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., chap (...)
  • 41 A. Gransden, art cit., p. 347.
  • 42 Ibid., p. 353 ; G. Ashe, art. cit.

21Du temps même de Guillaume de Malmesbury, les moines de Glastonbury commissionnèrent semble-t-il un autre auteur, Caradoc de Llancarfan, pour amplifier par une Vie de saint Gildas39 les constatations du chroniqueur bénédictin suivant lesquelles le grand moine celtique avait passé plusieurs années de sa vie à l'abbaye, avant de s'y éteindre et d'y être inhumé devant l'autel de l'église primitive en clayonnage. Ce Caradoc est très mal connu, Geoffroy de Monmouth seul lui ayant consacré une notice pour une histoire des derniers rois gallois qui a été perdue40. Toutefois, sa Vie de saint Gildas attire l'attention pour plusieurs raisons : en premier lieu parce qu'elle enracine de façon définitive, au prix de détails pittoresques par rapport à la retenue et à la sobriété de Guillaume de Malmesbury, la légende selon laquelle le saint gallois, après avoir quitté son ermitage des environs du canal de Bristol, serait venu finir ses jours à Glastonbury pour être inhumé au milieu de l'église primitive41. Ensuite, parce que pour la première fois, elle met en relation - de façon brève - le roi Arthur avec Glastonbury : Caradoc de Llancarfan raconte en effet comment le roi Melwas du « Summer Land » (le Somerset) enleva Guenièvre et l'enferma dans une place-forte à Glastonbury, que le roi Arthur, avec ses troupes du Devon et de Cornouailles, ne put conquérir en raison du terrain marécageux qui gênait ses mouvements. Sur la médiation de Gildas et de l'abbé, les deux rois firent la paix dans le « temple de la Vierge Marie » — c'est-à- dire l'Église Vieille —, et la prisonnière fut rendue. Chacun s'engagea à favoriser l'abbaye, et à ne jamais lui causer de tort42. Ce court épisode ne souffle pas un mot des derniers instants du roi Arthur et de son inhumation sur l'île d’Avalon, alors qu'il a été écrit dans les années 1130. Toutefois, indépendamment de Geoffroy de Monmouth, et avant lui, il fait apparaître le roi Arthur, et, qui plus est, à Glastonbury. Que quelqu'un vienne à identifier le lieu de la retraite d'Arthur avec Glastonbury, et l'abbaye pouvait se prévaloir d'un hôte supplémentaire de choix.

  • 43 A. Gransden, art. cit., p. 347.
  • 44 Ibid.
  • 45 Ibid., p. 347.
  • 46 Ibid., p. 348.

22En attendant, le xiie siècle vit encore l'hagiographie fleurir dans le grand monastère, en raison du désastre de 1184 principalement. La plupart des interpolations du De Antiquitate Glastoniensis Ecclesiae datent des années du terrible incendie, qui joua le rôle d'aiguillon pour décupler la force d'imagination des moines43. La première direction qu'elle emprunta fut celle de saint Patrick, auquel fut attribuée une fausse charte datée de 430 qui renforçait ses liens avec Glastonbury et faisait de lui le premier abbé du monastère44. Le développement du pèlerinage de dévotion au tombeau, auquel la charte faisait explicitement référence, était l'objectif escompté, avec son cortège d'indulgences et d'aumônes. L'autre voie pratiquée fut celle de saint Dunstan, dont Guillaume de Malmesbury avait pu attribuer les reliques à Glastonbury en dépit des démentis de Cantorbéry. La querelle entre les deux plus grandes institutions anglaises s'envenima, jusqu'à ce que les moines de Glastonbury réussissent un coup d'éclat au prix d'une nouvelle interpolation du De Antiquitate Glastoniensis Ecclesiae : forgeant l'épisode du vol des restes de saint Dunstan à Cantorbéry et de leur transport à Glastonbury cent ans auparavant, ils firent coïncider cette révélation avec la « redécouverte » de la dépouille du saint, à l'occasion du réaménagement de leur église consécutif à l'incendie45. La narration des circonstances du transfert des restes de l'archevêque tant convoité, et des raisons de leur disparition pendant cent ans, n'emporte évidemment pas l'adhésion : les invraisemblances sont nombreuses, et la supercherie prononcée46.

  • 47 Ibid., p. 347-348.

23Cependant, cette mise en scène réussie a laissé des traces : à quelques années près, elle tient lieu de répétition générale de l'invention des tombes d'Arthur et de Guenièvre47. En même temps, elle marque la fin d'un cycle : après l'hagiographie, c'est désormais aux personnages historico-légendaires que les moines de Glastonbury vont s'intéresser. Appliquant dans ce domaine les méthodes éprouvées dans le registre de la sainteté, ils vont tenter de s'approprier un patron à eux, qui ne soit pas disputé et qui leur apporte une renommée incomparable. Le roi Arthur paraissait tout désigné.

L'apparition de Glastonbury dans l'historiographie

  • 48 C'est ce dont témoignent les Annales Cambriae du xe siècle (cf. supra, chapitre I, p. 33) ainsi qu (...)

24L'hagiographie ayant apporté pour le rayonnement de Glastonbury des résultats probants mais non définitifs, les moines bénédictins sollicitèrent tout naturellement l'historiographie pour se procurer la grande figure tutélaire dont ils avaient besoin en cette fin de xiie siècle, surtout après l'incendie de 1184. Dans ce dessein, le roi Arthur se présentait bien : Geoffroy de Monmouth, et Wace à sa suite, l'avaient immortalisé dans le courant du siècle ; d'une renommée très étendue, il faisait l'objet d'une importante circulation orale, notamment chez les Gallois voisins de l'abbaye48 ; les Plantagenêts s’étant déjà intéressés à lui, ils pouvaient se sentir concernés par tout ce qui pouvait matérialiser sa légende. Des obstacles pourtant nécessitaient d'être contournés.

Geoffroy de Monmouth

  • 49 Cf. supra, chapitre I, p. 37.
  • 50 Ibid.

25Par de nombreux traits de son Historia Regum Britanniae, le chanoine d'Oxford avait préparé un terrain exploitable pour la récupération de la personne d'Arthur à Glastonbury. Blessé à la bataille de Camlann, que la croyance populaire situait dans le Sud-Ouest de l'Angleterre, le grand roi avait été transporté sur l'île d'Avalon49, qui pouvait très bien être identifiée à Glastonbury en raison du relief si particulier du site de l'abbaye. D'autre part, suivant le pseudo-Nennius, Geoffroy avait dépeint Arthur combattant à la bataille du Mont Badon avec l'effigie de la Vierge Marie sur son bouclier50, ce qui correspondait à la dévotion à laquelle, selon Guillaume de Malmesbury, l'Église Vieille du vie siècle avait été consacrée, et qui coïncidait avec la dédicace retenue pour la nouvelle église en construction après l'incendie.

  • 51 Dans les « Stanzas of the Grave », un poème gallois consacré aux sépultures d'un certain nombre de (...)

26Cependant, nulle part Geoffroy de Monmouth n'avait explicitement localisé le tombeau d'Arthur à Glastonbury, la fameuse île d’Avalon pouvant très bien être identifiée avec un autre endroit, en Grande-Bretagne, en petite Bretagne ou ailleurs. La tradition orale galloise, que ce soient les fameuses « Stanzas of the Grave51 » ou les contes à motif arthurien inclus dans les Mabinogion comme Culhwch et Olwen, n'apportait rien de plus. En outre, le silence de l'Historia Regum Britanniae et des autres œuvres de Geoffroy était en soi défavorable à Glastonbury, parce qu'il était inconcevable qu'un chroniqueur issu des collines voisines de l'autre rive de la Severn, devenu par surcroît évêque de Saint-Asaph, ait omis de mentionner un établissement monastique qu'il connaissait forcément très bien. Il fallut donc solliciter un écrivain contemporain de la fin du xiie siècle pour pallier ces inconvénients.

Giraud de Barri

  • 52 Giraud de Barri, De principis instructione, in Giraldi Cambrensis Opera, op. cit., viii, p. 128 ; (...)
  • 53 Giraud était un clerc de la cour d'Henri II depuis 1184. Cf. supra, chapitre II, p. 73-76.
  • 54 A. Gransden, art. cit., p. 355.
  • 55 Sur la Vie de saint Édouard rédigée par Aelred de Rievaulx, cf. supra chapitre II, p. 69.
  • 56 Giraud de Barri, The History and Topography of Ireland, éd. et trad. J. J. O’Meara, Harmondsworth, (...)
  • 57 G. Ashe. art. cit.
  • 58 Geoffroy de Monmouth, Histoire des rois de Bretagne, éd. et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., chap (...)

27Il revient au polygraphe gallois, probablement sur commission des moines de Glastonbury, d'avoir établi l'identification de leur abbaye avec l'île d’Avalon des textes arthuriens52. Au moment de rendre compte de la découverte, comme cela avait pu lui être demandé soit par Henri II lui- même, au service duquel il était entré depuis plusieurs années53, soit par les moines eux-mêmes54, qui pouvaient s'inspirer de leur expérience avec Guillaume de Malmesbury, ou de celle de Westminster avec Aelred de Rievaulx au sujet d'Edouard le Confesseur55, Giraud de Barri fit preuve du même talent que celui qu'il avait déployé pour décrire les merveilles de l'Irlande dans sa Topographia Hibernica56, et travailla sur les étymologies. Rappelant que le nom latin de l'abbaye, Glastonia, venait du vieux toponyme Insula Avallonia, en référence à son milieu marécageux, il joua sur les différences de sens entre vieux breton et anglo-saxon pour éclairer son étymologie. Il expliqua en effet que les Saxons avaient tiré le toponyme de Glastingabyrig, autrement dit, la forteresse ou la cité — byrig — des résidents de Glastonia — Glaestingas57— de la traduction Ynis Avallon donnée par les Bretons — c'est-à-dire « l'Ile aux Pommes », l'endroit abondant jadis en pommes, qui se disaient aval en breton — et d'un autre toponyme breton, Ynys-witrin, c'est-à-dire « l'île de Verre ». Une telle étymologie avait des avantages décisifs : par la référence à la connotation insulaire des vieux toponymes, elle cadrait parfaitement avec la tradition de Geoffroy de Monmouth selon laquelle la fée Morgane, la demi-sœur d'Arthur, avait emmené le roi agonisant sur une île mystérieuse pour soigner ses blessures58. Les noms complets en vieux breton — l'Île des Pommes ou l'Île de Verre — coïncidaient bien avec l'idée d'un Autre Monde celtique qui était sous-jacente dans l’Historia Regum Britanniae. Enfin, l’étymologie se greffait sur une tradition qui avait déjà mis en relation le roi Arthur et Glastonbury avant même Geoffroy de Monmouth, couronnant donc un rapprochement entre deux éléments du patrimoine historico-légendaire local qui était déjà dans toutes les têtes.

28Giraud de Barri donne corps à une croyance en gestation depuis longtemps. Le problème est de voir jusqu'à quel point son travail a été influencé. En effet, l'assimilation de Glastonbury et de l'île d’Avalon précède sous sa plume le compte rendu circonstancié de la découverte des tombeaux d'Arthur et de Guenièvre, qui est tout sauf l'effet du hasard. Comprendre ce qui a pu réellement se produire à Glastonbury en 1191, c'est donc saisir l'intention de la description du polygraphe, et, partant, faire le tri entre ce qui est de son cru et ce qui ne l'est pas. Pour cela, un croisement des différents témoignages est nécessaire.

L'exhumation du roi Arthur

29En cette fin de xiie siècle, tout est en place à Glastonbury pour que survienne un événement de la taille de la mise à jour des restes du roi Arthur et de la reine Guenièvre : l'abbaye est de très ancienne fondation, remontant au moins à l'époque où le roi Arthur est censé avoir vécu ; elle a recueilli continuellement, tout au long de sa prestigieuse histoire, les dépouilles des défunts les plus insignes ; elle est l'objet de très nombreuses croyances, dont celle qui fait d'Arthur le libérateur de Guenièvre emprisonnée ; elle a commissionné des travaux hagiographiques et établi des liens avec l'historiographie en vogue ; enfin, elle est en pleine reconstruction, avec les remaniements et les excavations que l'on devine. L'occasion est donc belle d'y monter un coup de théâtre, et de lui faire beaucoup de publicité. La lecture des témoignages sur l'événement incite à cette interprétation. L'appréhension de leur contexte suggère des conclusions plus troublantes.

Diversité des témoignages

  • 59 Sur toutes ces éditions, cf. supra, p. 204 note 4.

30Parmi les relations de l'exhumation des deux tombes, une seule lui est immédiatement contemporaine : il s'agit de celle du De principis instructione de Giraud de Barri (1191-1192). La seconde version de l'écrivain gallois, dans le Speculum Ecclesiae, est déjà postérieure de 25 ans (vers 1217). Raoul de Coggeshall, lui aussi de l'entourage des Plantagenêts, écrit quelques années plus tard (1223). Adam de Domerham, dans une relation quasi-officielle (l'Historia de rebus gestis Glastoniensibus) puisqu'il était moine de Glastonbury, s'exprime à un siècle de distance (fin xiiie siècle)59. De l'un à l'autre, des distorsions apparaissent, ainsi que des interpolations et des phénomènes de réécriture.

Les contemporains

  • 60 A. Gransden, art. cit., p. 351 note 7.
  • 61 C'est l'objection formulée à la présence de Giraud de Barri à l'exhumation par R. F. Treharne, The (...)

31Les deux seuls témoignages véritablement contemporains, au sens où ils ne sont pas des reconstitutions et où ils peuvent résulter d'une observation directe de l'événement, sont ceux de Giraud de Barri. La question a été fort débattue de savoir si le chapelain d'Henri II avait assisté personnellement à l'exhumation. Dans la mesure où ses relations sont les plus anciennes et les plus complètes, où elles ont inspiré les suivantes, et où elles donnent des détails, des impressions visuelles qui suggèrent vraiment sa présence, l'hypothèse a été majoritairement retenue60, sachant que Giraud a pu retourner plusieurs fois à Glastonbury pour compléter son reportage entre la version du De principis instructione et celle du Speculum Ecclesiae61. La première est en tout cas plus fraîche que la seconde :

  • 62 Giraud de Barri, De principis instructione, cité et traduit par E. Faral, La légende arthurienne. (...)

« Nous ne devons pas négliger de rappeler aussi l'illustre Arthur, roi des Bretons, que célèbrent les histoires du noble monastère de Glastonbury, dont il fut en son temps le principal patron et le bienfaiteur le plus libéral. Par-dessus toutes les églises de son royaume, c'est celle de Glastonbury, dédiée à Marie, la sainte mère de Dieu, qu'il aima et fit bénéficier d'une dévotion toute particulière. Aussi, homme de guerre, avait-il fait peindre sur le haut de son bouclier, du côté intérieur, l'image de la sainte Vierge, afin de l'avoir constamment sous les yeux pendant la bataille, et jamais, quand il était sur le point d'engager le combat, il ne manquait de baiser ses pieds avec ferveur.
Or, ce corps, dont la légende prétendait qu'il avait disparu dans un pays de rêve et qu'il avait été emporté au loin par des sortes d'esprits, sans avoir été atteint par la mort, ce corps, après avoir été révélé par des signes presque miraculeux, a été retrouvé de nos jours à Glastonbury, entre deux pyramides de pierre élevées jadis dans le cimetière, gisant profondément en terre dans un tronc de chêne creusé, et, solennellement transféré dans l'église, il y a été pieusement déposé dans un tombeau de marbre. Une croix de plomb placée sur une pierre, non pas à l'endroit (comme c'est notre usage) mais à l'envers (je l'ai vue et j'en ai touché l'inscription, taillée non pas en relief, mais en creux, et tournée du côté de la pierre), disait : “Ici gît l'illustre roi Arthur, enseveli avec Wenneveria, sa seconde femme, dans l'Ile d’Avallonie”.
Plusieurs traits doivent être ici notés. Il avait eu deux femmes. La seconde fut ensevelie avec lui et ses ossements furent découverts en même temps que ceux de son époux, mais séparés : les deux tiers de la sépulture, vers le haut, avaient été réservés aux restes du mari : le troisième, vers le bas, l'avait été à ceux de la femme. On découvrit aussi une tresse de cheveux de femme, parfaitement conservés en leur teinte blonde, et qui, saisis par la main trop impatiente d'un moine, tombèrent aussitôt en poussière.
Bien qu'il existât plusieurs indices que le corps était là, les uns dans les textes conservés au monastère, d'autres dans les inscriptions (d'ailleurs presque effacées par le temps) des pyramides, d'autres dans les visions et révélations reçues par certains hommes de bien et de religion, c'est surtout le roi d'Angleterre, Henri II, qui, ayant recueilli de la bouche d'un chanteur d'histoires breton une traduction ancienne, fournit aux moines l'indication précise qu'ils trouveraient le corps profondément enfoui, à 16 pieds au moins sous terre, et non pas dans la pierre, mais dans un tronc de chêne creusé. Le corps avait été ainsi placé, dissimulé aussi bas, afin qu'il ne pût être retrouvé par les Saxons qui occupèrent l'île après sa mort et qu'il avait, de son vivant, combattus avec tant d'énergie et presque anéantis. De même les lettres révélatrices de la vérité avaient été gravées en creux sur la croix et tournées du côté de la pierre, afin de taire provisoirement ce qu'elles enseignaient et de ne le révéler que lorsqu'il en serait temps et lieu.
Glastonia, comme on l'appelle aujourd'hui, s'appelait autrefois Insula Avallonia : elle est, en effet, entourée de tous côtés par des marais. Puis les Bretons la nommèrent Inis Avallon, c'est-à-dire l’‘‘Ile aux Pommes’’ : le lieu en effet abondait autrefois en pommes, et pomme, en breton, se dit aval. Morganis, noble dame, qui dominait sur la région et en était la patronne, unie d'ailleurs à Arthur par les liens du sang, le transporta après la bataille de Kemelen dans l'île que nous nommons aujourd'hui Glastonia pour y soigner ses blessures. L'endroit s'était aussi appelé jadis, en breton, Inis Gutrin, c'est-à-dire l’‘‘Ile de Verre’’ et c'est de ce nom que les Saxons, à leur arrivée, ont ensuite tiré celui de Glastingeburi : glas en effet, dans leur langue, signifie “verre” et buri signifie “forteresse, cité”.
Il faut savoir que les ossements d'Arthur, tels qu'on les découvrit, étaient si grands qu'ils paraissaient répondre à ces paroles du poète : “Grandiaque effossis mirabitur ossa sepulchris”.
Un tibia, dont un bout fut placé à terre à côté de celui de l'homme le plus grand qui se trouvait là (l'abbé m'a montré cet homme), le dépassa largement de trois doigts au-dessus du genou. Le crâne était prodigieusement vaste ; à tel point qu'entre les deux orbites on comptait largement un travers de main. On y voyait dix blessures ou plus, qui toutes, à l'exception d'une seule plus grande que les autres, qui avait laissé une large fente et qui semblait seule avoir été mortelle, s'étaient solidement cicatrisées62 ».

32Dans la deuxième narration, la mémoire du témoin semble déjà avoir commencé son travail de retouche :

  • 63 Giraud de Barri, Speculum Ecclesiae, cité et traduit par E. Faral, La légende arthurienne, op. cit (...)

« Sous le règne du roi Henri II, il arriva que le fameux sépulcre du roi Arthur fut découvert à l'abbaye de Glastonbury sur l'indication du roi et à la diligence de l'abbé Henri, qui fut ensuite appelé à l’évêché de Worcester...63 ».

33L'aventure du moine impatient de s'emparer de la chevelure blonde est alors rapportée, Giraud expliquant comme par une parabole que son geste de cupidité avait reçu un châtiment exemplaire. Puis, ne résistant pas à la tentation de donner des indications qui se veulent véridiques sur la légende d'Arthur et la découverte de sa tombe, il écrit :

  • 64 Ibid.

« Au sujet du roi Arthur et du mystère de sa mort on raconte bien des histoires, on invente bien des fables et les Bretons prétendent sottement qu'il est encore en vie. Pour que, sur ce sujet, la vérité se dégage nettement du reste, légendes dissipées et faits bien établis, j'ajoute ici quelques indications fondées sur la pure réalité.
Après la bataille de Kemelen, en Cornouailles, où fut tué Modred, le traître, qui s'était emparé contre son oncle Arthur du royaume de Bretagne dont il avait reçu la garde, et où Arthur lui-même fut mortellement blessé, le corps de celui-ci fut transporté dans l'île d’Avallonie, aujourd'hui appelée Glastonia, par une noble dame, sa parente, nommée Morganis, et, après sa mort, par les soins de la même dame, le roi fut enseveli dans le cimetière de ce lieu. C'est pourquoi les Bretons ont bâti une légende et leurs chanteurs ont imaginé qu'une déesse mystérieuse, appelée aussi Morganis, avait transporté le corps d'Arthur dans l'île d’Avalon pour y guérir ses blessures. Après qu'elle les aura guéries, pensent-ils, le vaillant et puissant roi reviendra pour reprendre son gouvernement à leur tête ; et ils attendent encore son retour, comme les juifs attendent leur messie, avec encore plus de folie et d'aveuglement et par une faute égale contre la religion64 ».

34Dans les passages qui suivent, dont il manque des fragments, Giraud de Barri revient à ses étymologies et explique sans doute pourquoi Glastonia de longue date a été appelée une île, puis il continue :

  • 65 Ibid., p. 442-443.

« Elle reçut le nom d’Avallonie, soit du nom breton d’aval, qui signifie “pomme”, parce que l'endroit était riche en pommiers, soit du nom d'un certain Avallon, qui avait dominé jadis sur le pays. De même, le lieu s'appelle en breton du nom ancien d’Inis Gutrin, c'est-à-dire l’‘‘Ile de Verre”, sans doute à cause du fleuve, d'une transparence de verre, qui coule au milieu des joncs, et c'est pourquoi les occupants saxons l'appelèrent ensuite Glastonia, parce que glas, en anglo-saxon, signifie “verre”. Ainsi s'explique que le lieu se soit appelé île, Avallonia et Glastonia. On voit aussi comment les inventeurs de légendes ont ici donné à une déesse fantastique le nom de Morganis.
Il faut également noter que, [malgré les signes dont il disposait et malgré] l'inscription de la sépulture ancienne, presque complètement effacée par le temps, l'abbé dont je parle fut surtout éclairé par le roi Henri. Plusieurs fois celui-ci avait dit, conformément à ce qu'il avait appris dans les Gestes des Bretons et auprès des chanteurs d'histoires bretons, qu'Arthur avait été enseveli entre deux pyramides, élevées par la suite dans le cimetière sacré, à une grande profondeur, par crainte des Saxons, qu'il avait fréquemment assaillis et rejetés complètement de l'île de Bretagne, et que Modred, son criminel neveu, avait ensuite rappelés contre lui, afin qu'ils ne pussent exercer leur vengeance sur son corps après sa mort, eux qui prétendaient, une fois qu'il aurait disparu, réoccuper l'île entière. C'est en raison de la même crainte que, sous une large pierre, ressemblant à un sépulcre, découverte au cours de la fouille à quelques sept pieds sous terre, alors que le vrai sépulcre d'Arthur se trouvait neuf pieds encore plus bas, fut trouvée une croix de plomb, encastrée non pas sur le dessus de la pierre, mais sur la partie inférieure, et qui portait cette inscription : “Ici gît l'illustre Arthur, enseveli dans l'île d’Avallonie, avec Wenneveria sa seconde femme”. Cette croix, retirée de la pierre, l'abbé Henri me l'a montrée, et je l'ai vue, et j'en ai lu les caractères. De même que la croix fut encastrée dans le dessous de la pierre, de même la partie écrite de cette croix, pour être mieux dissimulée, fut tournée contre la pierre : merveilleux artifice et suprême habileté des hommes de ce temps-là, qui mettaient tous leurs efforts, en une époque troublée, à cacher le corps d'un homme éminent, leur seigneur, patron perpétuel de ce lieu, et qui prirent soin néanmoins qu'un jour, une fois le calme revenu, la révélation se produisît grâce aux caractères imprimés dans la croix et enfin découverts.
Tout ainsi donc que le roi l'avait annoncé à l'abbé, le corps d'Arthur fut trouvé, non pas dans un sépulcre de marbre, comme il eût convenu pour un si grand roi, non pas dans du roc, dans du Paros, mais dans un sépulcre de bois, fait d'un tronc de chêne creusé tout exprès, enfoui sous la terre à 16 pieds ou plus, avec plus de hâte que d'honneurs, ainsi que le commandaient des circonstances difficiles.
L'abbé, quand le corps fut découvert, lui fit dresser, conformément au conseil du roi Henri, un sépulcre de marbre, comme au patron principal de l'endroit, qui avait aimé cette église plus que toutes les autres de son royaume et l'avait largement enrichie de terres. C'est pourquoi à juste titre, et selon la décision de Dieu (qui récompense toutes les bonnes actions, non seulement au ciel, mais aussi sur la terre, soit pendant la vie, soit, après la mort, en donnant la gloire), le corps d'Arthur reçut une noble sépulture dans l'église abbatiale, plus ancienne et plus vénérable que toutes celles du royaume, et y fut déposé avec les honneurs convenables65 ».

35Ces deux versions, parce qu'elles émanaient d'un écrivain très connu, et parce que la première au moins a pu bénéficier du cautionnement des Plantagenêts, ont été largement diffusées. Elles n'étaient pas ignorées de ceux qui ont laissé des comptes rendus postérieurs.

Les reconstitutions

  • 66 Cette chronique en circulation dans les monastères cisterciens anglais, très légèrement différente (...)
  • 67 Raoul de Coggeshall, auteur cistercien d'un Chronicon Anglicanum (de 1066 au règne de Jean sans Te (...)

36À la suite de Giraud de Barri, Raoul de Coggeshall et Adam de Domerham ont relaté l'événement de façon très différente. En outre, la Chronique de l'abbaye cistercienne de Margam (vers 1234)66 donne aussi une version, démarquée de Raoul de Coggeshall. Le moine cistercien, grand admirateur de Richard Cœur de Lion67, est le premier à dater l'« invention » : 1191. D'autre part, les circonstances de la découverte — l'enterrement d'un moine qui avait choisi le lieu de sa sépulture de son vivant - ont beaucoup changé par rapport à Giraud de Barri, ce qui laisse supposer que Raoul utilise aussi une autre source pour son travail :

  • 68 Raoul de Coggeshall, Chronicon Anglicanum, cité et traduit par E. Faral, La légende arthurienne, o (...)

« Cette année-là [1191] furent découverts à Glastonbury les ossements du très célèbre Arthur, jadis roi de Bretagne, placés dans un très vieux sarcophage, de chaque côté duquel étaient dressées deux anciennes pyramides, où des lettres avaient été gravées, mais ne pouvaient être lues en raison de la grossièreté du travail et de son état de dégradation. Voici en quelle occasion on les trouva. Tandis qu'on creusait la terre en cet endroit, afin d'y ensevelir un moine qui, de son vivant, avait témoigné le vif désir de trouver là son dernier repos, on rencontra un sarcophage, avec une croix de plomb placée dessus, et où étaient gravés ces mots : “Ici gît l'illustre roi Arthur, enseveli dans l'île d’Avallon”. L'endroit, environné de marécages, fut jadis appelé l'île d’Avallon, c'est-à-dire l'île des Pommes68 ».

37Adam de Domerham, lui, écrit avec l'avantage d'un important recul. Cela lui permet de modifier encore les circonstances de ce qui, chez Raoul de Coggeshall, était presque un fait divers, et d'insérer l'épisode dans une présentation qui, bien que respectueuse de la référence à Henri II, fait des moines de Glastonbury, dont il est lui-même un pensionnaire, les seuls acteurs de l'exhumation :

  • 69 Adam de Domerham, Historia de Rebus gestis Glastoniensibus, cité et traduit par E. Faral, La Légen (...)

« Le comte Richard, fils du même [Henri II], fut élevé sur le trône. Tourné vers les choses de la guerre, il se désintéressa de l'église qu'on avait commencé de construire. L'œuvre fut interrompue faute d'argent pour payer les ouvriers.
Pourtant, le nouveau roi, avec l'assentiment du chapitre, mit à la tête de l'abbaye Henry de Sully, prieur de Bermundesey, personnage de sang royal...
Celui-ci, ayant plusieurs fois reçu l'avertissement de donner une sépulture plus honorable à l'illustre roi Arthur (qui, depuis 648 années, reposait près de l'Église Vieille, entre deux pyramides de pierre, noblement sculptées au temps jadis), fit un jour entourer l'endroit de tentures et ordonna une fouille. Les ouvriers avaient déjà creusé profondément et commençaient à se décourager, quand ils découvrirent un sarcophage de bois d'une dimension extraordinaire complètement clos. Ils le tirèrent de là, l'ouvrirent et trouvèrent les ossements royaux, ossements d'une grandeur incroyable, à tel point qu'un tibia, placé à terre, atteignait au milieu, et au- delà, du fémur d'un homme de haute taille. Ils découvrirent aussi une croix de plomb, qui portait sur une face cette inscription : “Ici repose l'illustre roi Arthur, dans l'île d’Avallonie”. Puis, ouvrant la tombe de la reine, ensevelie avec Arthur, ils trouvèrent une blonde et très belle chevelure de femme, admirablement tressée ; mais, quand ils la touchèrent, elle tomba complètement en poudre. L'abbé et les moines, recueillant les dépouilles, les transportèrent avec allégresse dans l'Église Majeure et les déposèrent dans un mausolée magnifiquement sculpté, divisé à l'intérieur en deux parties (en haut était le corps du roi, en bas celui de la reine), dans la partie orientale de l'église, où aujourd'hui encore, ils reposent glorieusement. Sur la tombe se lit cette épitaphe :
Hic jacet Arturus, flos regum, gloria regni,
Quem mores, probitas commendant laude perhenni.
Arturi jacet hic conjux tumulta secunda,
Quae meruit caelos, virtutum proie fecunda.69»

38Telles sont les différentes relations de l'événement. Au gré des auteurs, et selon les époques, tel détail apparaît, tel autre disparaît. Aucune relation, même celles de Giraud de Barri, ne fait à elle seule le tour de ce qui est dit. Une appréciation des variations permet de lire en creux les circonstances de ce qui a pu se passer.

Le jeu des variations

  • 70 Cf. supra, p. 210.
  • 71 Raoul de Coggeshall, Chronicon Anglicanum, op. cit., p. 36.
  • 72 Geoffroy de Monmouth, Histoire des rois de Bretagne, éd. et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., chap (...)
  • 73 A. Gransden, art. cit., p. 354.

39Si tous les témoignages concordent sur le lieu de l'exhumation — près de l'Église Vieille, entre les deux « pyramides » que Guillaume de Malmesbury avait déjà mentionnées70 —, il n'en est pas de même du moment de la découverte. Contre la deuxième version de Giraud de Barri, qui parle du règne d'Henri II, Raoul de Coggeshall et Adam de Domerham mentionnent le règne de Richard Cœur de Lion, et même, plus précisément, l'année 1191 : Raoul le dit explicitement à un autre endroit71, et Adam le laisse déduire à partir de deux détails — les 648 années révolues depuis la mort d'Arthur, qui, selon la tradition la plus communément admise, est intervenue en 54272, et la présence de l'abbé Henri de Sully, futur évêque de Worcester, qui fut élevé à la tête du monastère par Richard Cœur de Lion en septembre 118973. La contradiction n'est cependant qu'apparente si l'on revient à la première version de Giraud, qui ne donne aucune date. Le clerc gallois aurait été trompé par sa mémoire 25 ans plus tard.

  • 74 Cf. infra, note 75.
  • 75 Adam de Domerham, op. cit., vol. 2, p. 341 : « Conditus fuit Rex Arthurus (sicut per regem Henricu (...)
  • 76 Sur le legs de l’oralité, cf. supra p. 212 note 48.
  • 77 A. Gransden, art. cit., p. 354.

40Les choses se gâtent davantage au sujet du responsable de la découverte. Raoul de Coggeshall en fait une circonstance fortuite, évacuant totalement la responsabilité directe des moines de Glastonbury ou d'une personnalité extérieure à l'abbaye. Adam de Domerham insiste de son côté lourdement sur l'inspiration de l'abbé Henri de Sully, dont il fait un parent du roi Henri II74, et sur le rôle du souverain angevin, adepte des poèmes des bardes bretons et de leurs gestes75. Giraud de Barri le premier, auquel Adam de Domerham est fidèle sur ce point, souligne cette circulation orale, tout à fait plausible en raison de l'importance du legs de l’oralité au sein de la matière arthurienne dans cette région indépendamment même de Geoffroy de Monmouth76. Mais par rapport à son confrère cistercien, il inverse le poids des responsabilités : il fait d'Henri II le principal artisan de l'enquête sur l'emplacement de la tombe, qui aurait débouché deux ans après sa mort, grâce à l'obstination du nouvel abbé. Le scénario n'est pas invraisemblable, selon lequel Henri II aurait tenu la révélation de l'emplacement d'un barde breton ou gallois, et l'aurait transmise avant de mourir, jusqu'à ce qu'un abbé installé peu de temps après — l'abbaye n'en avait plus depuis 1180, Henri II ayant laissé son siège vacant77 — décide de tirer le maximum de cette nouvelle rumeur.

  • 78 Ibid., p. 351 note 5.
  • 79 En 1278, au cours d'une cérémonie solennelle à Glastonbury, Édouard Ier et la reine firent transfé (...)

41Reste à essayer d'établir l'objet de la découverte. Giraud de Barri et Adam de Domerham parlent des restes de deux personnes, tandis que Raoul de Coggeshall n'en mentionne qu'une seule. Tout un ensemble de détails très visuels ressortent tantôt d'un, tantôt de plusieurs témoignages : la profondeur de l'enfouissement (16 pieds pour Giraud, profondeur importante pour Adam de Domerham), l'utilisation d'un sarcophage en tronc de chêne évidé - chez Raoul de Coggeshall, la simple mention de sarcophage n'est pas incompatible avec l'utilisation du bois, car à cette époque, le mot ne renvoyait pas forcément à un matériau en pierre comme chez les Romains78 —, la croix de plomb enfouie avec le corps, face contre terre, avec une inscription variable en précision et en longueur selon les auteurs, la chevelure blonde qui part en poussière lorsqu'un moine s'en empare pour la dégager (Giraud de Barri, Adam de Domerham), la grandeur et les caractéristiques des ossements, avec notamment un tibia démesuré (Giraud de Barri, Adam de Domerham), et un crâne de grandes dimensions, atteint de plusieurs marques de blessures, dont une plus grande que les autres (Giraud de Barri) ; enfin, les rideaux qui entourent la fosse excavée (Adam de Domerham) et la protègent le temps des fouilles. Le tout est assorti de développements variables sur les circonstances de l'inhumation d'Arthur - l'ingéniosité de ceux qui ont pensé à préserver sa dépouille de la profanation des Saxons, tout en la rendant reconnaissable (Giraud de Barri) —, sur les causes de sa mort brutale — un coup de hache reçu à la bataille de Camlann (Giraud de Barri) —, sur les conditions de son transfert à Glastonbury - le rôle de la fée Morgane (Giraud de Barri) - et de commentaires sur l’étymologie de Glastonbury (Giraud de Barri, Raoul de Coggeshall). Les dernières explications concernent le devenir des restes royaux, placés dans une sépulture plus noble au milieu de la nouvelle église, Giraud de Barri et Adam de Domerham ne parlant d'ailleurs probablement pas du même emplacement, puisque ce dernier a connu le réaménagement de la tombe devant l'autel principal ordonné et célébré par Édouard Ier en 127879.

  • 80 Jean de Glastonbury, Cronica sive Antiquitates Glastoniensis Ecclesie (milieu xive siècle), éd. J. (...)
  • 81 G. Ashe, « Glastonbury », art. cit.
  • 82 Aussi tard qu'en 1485, William Caxton, dans le prologue de son édition du Morte Darthur de Thomas (...)

42Il ressort du recoupement des textes que deux corps ont été exhumés à Glastonbury en 1191, et que, selon les témoignages, dont un seul a pu être visuel, il s'agissait de ceux du roi Arthur et de la reine Guenièvre. La postérité du Moyen Âge, jusque dans les chroniques du xive siècle80, a admis cette identification81, les restes étant l'objet de nouvelles attentions à la fin du xiiie siècle, avant leur profanation et leur dispersion au xvie siècle82.

Des problèmes d'interprétation

  • 83 Parmi les plus grands noms des curiosités arthuriennes figurent : J. S. P. Tatlock, The Legendary (...)
  • 84 Un bon exemple de ces critiques très radicaux est celui d'Edmond Faral dans La Légende arthurienne(...)

43Face à un ensemble aussi complexe de faits allégués et d'intérêts supposés que la découverte de la sépulture d'Arthur et de Guenièvre à Glastonbury, une saine critique consiste à opposer les textes pour les mettre en défaut les uns par rapport aux autres, de façon à essayer de reconstituer ce dont ils témoignent. Une deuxième démarche oblige à interpréter ces éléments par rapport à leur contexte d'origine, et par rapport à des informations scientifiquement indiscutables, issues soit de l'examen de pièces à conviction d'origine, soit de fouilles récentes et correctement menées. Cette démarche a été empruntée au xxe siècle par plusieurs spécialistes83. Elle a conduit à des conclusions que l'on peut classer en deux camps : celles des tenants de la supercherie totale, les plus nombreux jusque dans les années 195084 ; celles des adeptes de la supercherie partielle, qui ont plutôt pris l'ascendant ces dernières années. Nous n'avons pas la capacité de rentrer dans ce débat, d'une érudition extrême, et qui ne nous concerne que de façon secondaire dans la mesure où l'idéologie Plantagenêt, toutes choses égales par ailleurs, a profité à plein de cette supercherie, qu'elle fût totale ou partielle. Les raisonnements des uns et des autres sont toutefois intéressants à observer.

Une supercherie monastique

  • 85 A. Gransden, art. cit., Journal of Ecclesiastical History, 27 (1976), p. 337-358.
  • 86 Cf. supra, p. 211-212.
  • 87 A. Gransden, art. cit., p. 337-338.
  • 88 Ces restrictions semblent confirmées par les premières lignes du témoignage d'Adam de Domerham, cf (...)
  • 89 Ibid., p. 352.
  • 90 Ibid.
  • 91 Ibid.
  • 92 Ibid.

44Les partisans du coup monté, de la machination totale dans cette invention supposée n'ont pas manqué de faire valoir des arguments sérieux qui ont été largement rassemblés par Antonia Gransden dans son important article « The Growth of the Glastonbury Traditions and Legends in the Twelfth Century85 ». Sans avoir à forcer son talent, l’éminente historienne anglaise a opposé en gros trois séries d'objections à la reconnaissance d'une quelconque once de vérité dans cette affaire. Primo, elle a lourdement insisté sur le fait que Glastonbury, au xiie siècle, avait déjà été le théâtre de coups d'éclat du même genre, à commencer par la pseudo-découverte du tombeau de saint Dunstan, qui venait à point nommé renforcer les pré tentions de l'abbaye face à Cantorbéry86. Rappelant que le xiie siècle a été le grand siècle de la mise à jour et du trafic des reliques, après les déprédations des invasions normandes et en liaison avec des besoins et des dépenses nouvelles (agrandissements, embellissement des édifices87), elle a vu dans l'exhumation de la dépouille de saint Dunstan la répétition générale de celle des restes d'Arthur, Glastonbury n'en étant pas à son coup d'essai Secundo, pour expliquer le mobile de cette falsification, Antonia Gransden a exploité l'hypothèse des difficultés financières de l'abbaye, bien réelles après l'incendie de 1184. Prolongeant cette piste de réflexion, elle a avancé que les besoins de Glastonbury étaient encore plus grands en 1191, du fait des restrictions de Richard Cœur de Lion aux donations, en contraste avec la politique plutôt généreuse de son père pour la reconstruction du monastère88. Tertio, dans la documentation disponible, elle a relevé un certain nombre d'invraisemblances ou de détails suspects - l'inscription sur la croix de plomb, où l’épithète « inclitus » ne paraît pas du vie siècle, alors que le reste semble imiter, jusque dans la graphie, le style du latin du haut Moyen Âge89 ; les tentures dont parle Adam de Domerham, qui pouvaient servir à dissimuler les détails de l'exhumation90 ; les indications visuelles trop nombreuses pour ne pas susciter la méfiance comme le tibia démesuré ou la chevelure qui part en poussière91 — dont l'addition n'invite pas à la crédulité. Ce faisceau de présomptions a amené l'historienne à une conclusion radicale : les moines de Glastonbury ont délibérément enterré deux squelettes, ont ajouté la croix en plomb, et ont mimé la découverte92. Ces suppositions n'ont pas clos le débat.

45En effet, un élément récent est venu renforcer les partisans du scepticisme total devant cette « invention » : la possible transformation de motifs narratifs de provenance celtique par Giraud de Barri. Un rapprochement très fécond a ainsi été récemment proposé par John Carey entre les récits successifs de la découverte par Giraud de Barri, entre autres, et une anecdote relative au motif du mort merveilleusement disparu insérée dans les mirabilia du grand monastère irlandais de Clonmacnoise, connue dans une version qui ne semble pas postérieure à la seconde moitié du xie siècle :

  • 93 J. Carey, « The Finding of Arthur’s Grave : A Story from Clonmacnoise ? », dans A Festschrift for (...)

« Un jour, le poète [Mac Coise] se trouvait sur la berge du Loch Leibinn, quand il vit une femme seule assise au bord du lac se lamenter sauvagement. Elle avait un manteau vert, et des tresses resplendissantes. Toute la beauté des femmes du monde entier était concentrée dans sa personne. Elle était d'une taille immense et incommensurable, bien supérieure à celle des femmes de son époque. “Pourquoi te lamentes-tu ?”, demanda Mac Coise. “J'ai mes raisons”, répondit-elle. “Mon premier amour, mon tendre amant a été tué aujourd'hui à Sid Codail, et porté pour enterrement à Clonmacnoise, où il a été enseveli”. Alors Mac Coise lui dit adieu, et se rendit à Ruba Conaill où se trouvait le roi d'Irlande, c'est-à-dire Congalach le fils de Mael Mithig ; et il lui conta toute l'histoire. “Partons pour Clonmacnoise demain”, déclara le roi, “pour voir si tout cela est vrai”. Le lendemain, Congalach et Mac Coise se rendirent à Clonmacnoise. Ils demandèrent aux religieux si un homme de ce signalement avait été inhumé chez eux en ce temps-là. Les religieux répondirent que personne n'avait été inhumé chez eux durant les trois derniers mois. Congalach commença à ne plus croire Mac Coise, et à plaisanter sur lui. Ils furent admis dans le monastère pour cette nuit-là.
Le lendemain matin, ils entendirent la sonnerie du glas. Un moine était mort dans le couvent, et porté pour enterrement, si bien qu'une fosse fut creusée pour lui là où se situe aujourd'hui la Pierre des Druides. Quand on eut creusé un peu en profondeur, on découvrit du sang et des feuilles de bouleau fraîches. On s'émerveilla devant cela. Plus on creusa, plus on découvrit de sang et de feuilles. Tout le monde fut au courant de l'histoire ; on accourut voir de partout, en se tenant au-dessus de la tombe. Congalach déclara : “Creusez la tombe tant que vous trouverez du sang et des feuilles”. On continua plus profondément. Pour finir, on découvrit un branchage de bouleau, et un homme au milieu, face contre terre. On rapporta cela à Congalach, à Mac Coise et aux autres. Ils se rendirent au-dessus de la tombe. Alors on leva le corps et on le sortit de la tombe. C'était le plus bel homme du monde dans son allure et sa personne. Blond de chevelure. Une et une seule blessure béante dans sa chair. Il mesurait 25 pieds. Ils le fixèrent des yeux un moment, puis il fut enseveli dans la tombe. On revint le lendemain pour le voir et décider de ce que l'on allait faire de lui. La tombe fut rouverte, mais son corps ne fut pas retrouvé, et personne ne sut plus rien de lui depuis93 ».

  • 94 Cette chronique en circulation dans les monastères cisterciens anglais, très légèrement différente (...)

46Vu sous l'angle de la comparaison avec ce passage, l'épisode de l'invention de Glastonbury nous renseignerait avant tout sur la manière dont les motifs narratifs des pays celtiques étaient retravaillés et circulaient à la cour Plantagenêt à des fins idéologiques : à Glastonbury comme à Clonmacnoise, un roi apprend d'un poète que le monastère abrite la tombe d'un célèbre guerrier ; dans l'un et l'autre cas, comme le relate la Chronique de l'abbaye cistercienne de Margam (vers 1234)94, c'est en creusant pour enterrer un moine à un endroit marqué par un monument ancien que l'on découvre la sépulture ; à Clonmacnoise comme à Glastonbury, le sarcophage est enterré très profondément, et les restes appartiennent à un homme de taille exceptionnelle, montrant une unique blessure mortelle. La chute seule des deux motifs est différente : à Clonmacnoise, le récit débouche sur la disparition merveilleuse du mort le lendemain de sa découverte, alors qu'à Glastonbury les Plantagenêts procèdent, selon Giraud de Barri, à la mise en valeur des reliques. Si ce rapprochement suggestif est le bon, on peut retenir qu'à coup sûr des contacts anciens et fructueux ont existé entre Glastonbury et l'Irlande, et qu'ils ont fourni le motif qui a permis de réfuter la légende de l'immortalité d'Arthur. Surtout, le travail sur ce genre de motifs traduit une appropriation et une réinterprétation par des auteurs comme Giraud d'un vieux fonds issu des pays celtiques à destination d'un public élargi à tout l'Occident, et pas seulement à l'espace Plantagenêt. On est loin, dès lors, d'une quelconque once de vraisemblance dans le témoignage de Giraud de Barri.

Sur un fond de vérité

  • 95 Ce sont principalement : K. H. Jackson, L. Alcock et G. Ashe.
  • 96 La plus ingénieuse étant jusqu'à présent l'équation Arthur-Riothamus, du nom d'un chef de guerre b (...)
  • 97 C. A. Ralegh Radford, in G. Ashe (éd.), The Quest for Arthur’s Britain, Londres, Pall Mall, 1968, (...)

47Pour l'acceptation d'une parcelle de vérité dans cette opération se sont accumulées plusieurs séries d'arguments, qui ont pour caractéristique d'avoir décomposé le problème et d'avoir eu recours à d'autres sources — les antiquités et l'archéologie —, selon une logique que le grand spécialiste anglo-américain Geoffrey Ashe a bien utilisée. Rejoignant sur un point les détracteurs de toute idée de vraisemblance dans cette invention, les partisans de son authenticité95 sont d'accord pour admettre que l'historicité d'Arthur n'ayant jamais été établie — en dépit de tentatives ingénieuses96 —, il n'est pas possible de dire que sa tombe a été découverte. Mais, selon eux, il y a bien eu une exhumation à Glastonbury en 1191, attestée par deux preuves. D'abord, une campagne de fouilles menée en 1963 par l'archéologue C. A. Ralegh Radford a prouvé que les moines avaient bien creusé là où ils l'avaient dit. Se concentrant sur une zone au Sud de la chapelle Notre-Dame, l'archéologue a atteint un niveau de très anciennes tombes, et a pu établir que cet ancien cimetière avait fait l'objet de remaniements à peu près à l'époque de l'incendie de 118497. Du coup, la question n'est plus celle de la possibilité d'une exhumation, mais de l'identité des restes qui ont été exhumés.

  • 98 W. Camden, Britannia, 1re éd. Londres, 1586, p. 104, 6e éd. Londres, 1607, p. 166 (avec reproducti (...)
  • 99 Hypothèse de G. Ashe, art. cit.
  • 100 Cf. remarque d’A. Gransden, supra, p. 224.
  • 101 Leslie Alcock, de son côté, suggère une épigraphie du xe ou xie siècle (Arthur’s Britain, op. cit. (...)
  • 102 Ibid.

48C'est là qu'intervient la fameuse croix de plomb, dont l'inscription constitue le nœud du problème. Cet objet a longtemps été conservé (jusqu'au xviiie siècle) et a donné lieu, sous la plume du collectionneur et amateur d'antiquités William Camden, à deux descriptions dans sa Britannia, l'une de 1586, l'autre (avec reproduction d'une face en fac-similé) de 160798. Cette inscription - HIC IACET SEPULTUS INCLITUS REX ARTURIUS IN INSULA AVALONIA — ne mentionne pas la reine Guenièvre — mais elle se trouvait peut-être sur l'autre face99. D'autre part, comme le concède Geoffrey Ashe, l’épithète « inclitus » indique peut-être bien que le texte a été emprunté à Geoffroy de Monmouth, et que donc il y a eu falsification au xiie siècle100. Pourtant, selon l’érudit anglophone, le style et l'irrégularité de la graphie suggèrent une date bien plus ancienne101. De plus, la latinisation standardisée d'« Arthur » au xiie siècle n'était pas « Arturius », mais « Arturus », comme dans l’Historia Regum Britanniae. Jusqu'en 1191, l'orthographe « Arturius » n'a été relevée qu'une seule fois : dans la Vie de saint Columban d’Adamnan, datée du viie siècle102.

  • 103 L. Alcock, « Cadbury-Camelot : A Fifteen-Year Perspective », Proceedings of the British Academy, 6 (...)
  • 104 G. Ashe, art. cit.

49Par ailleurs, sur le plan des considérations externes à la découverte, Geoffrey Ashe et ses partisans font valoir que, dans une certaine mesure, l'hypothèse de l'imposture est autodestructive. En effet, selon eux, si la tombe du roi Arthur avait été si facile que cela à mettre en scène, les Gallois auraient pu tenter de le faire et exhiber une ou plusieurs tombes concurrentes, ce qui, selon la documentation, n'a jamais été le cas. Au contraire, pour un certain nombre de raisons pratiques, le roi Arthur, dans les légendes orales galloises ou bretonnes, n'a jamais dû avoir qu'une seule tombe - alors qu'il y a eu plusieurs Camelot, par exemple103 — et cette tradition était sans doute beaucoup trop enracinée pour être démentie lorsqu'elle a pu être divulguée à Henri II104.

  • 105 Cf. supra, p. 226 note 96.
  • 106 G. Ashe, art. cit.

50Dans ces conditions, qu'un roi Arthur ait été réellement enterré à Glastonbury, ou toute autre personne qui serait à l'origine de sa légende — un chef de guerre comme ce Riothamus qui a été proposé pour support du personnage historique105 — est un problème indépendant de l'authenticité de l'exhumation qui s'est déroulée en 1191. L'identification de la tombe ne serait alors pas plus falsifiée que certaines des chartes que l'abbaye était alors particulièrement apte à produire, et qui, pour nombre d'entre elles, n'étaient pas des faux au sens contemporain, en cela qu'elles reposaient sur des faits exposés sincèrement, et, parfois, correctement106.

  • 107 Giraud de Barri, The History and Topography of Ireland, chap. XI, éd. et trad. J. J. O’Meara, Harm (...)
  • 108 Cf. supra, p. 215-218.

51Quoi qu'il en soit de ces suppositions hardies, qu'il faut tempérer en se rappelant qu'elles reposent principalement sur un témoin — Giraud de Barri — qui affirme par ailleurs avoir vu des berniques donner naissance en s’ouvrant à des bernaches107, les contemporains de l'événement ont cru à la totalité de l'invention, qui ne pouvait pas étonner beaucoup dans un contexte où la présence de la tombe d'Arthur à Glastonbury était déjà l'objet de rumeurs108. Les Plantagenêts ont été mis en relation par les témoignages eux-mêmes avec cette opération. C'est qu'ils avaient autant de raisons que les moines de Glastonbury de s'intéresser à la postérité du grand roi.

Les implications politiques

  • 109 F. Lot, Glastonbury et Avalon, p. 550, cité par E. Faral, La Légende arthurienne..., op. cit., p. (...)

52Les attendus politiques de l'exploitation par Henri II Plantagenêt et son fils Richard de la localisation de la tombe d'Arthur ont depuis longtemps été soulignés. Giraud de Barri lui-même, en insistant sur le rôle personnel du souverain angevin dans cette découverte, et en la situant dans son deuxième témoignage du temps du règne d'Henri II, participe pleinement de cette récupération. Ferdinand Lot, dans son étude sur l'abbaye de Glastonbury, a dit tout net ce que beaucoup de critiques ont redit après lui : « La découverte du tombeau d'Arthur est un tour de la politique d'Henri II109 ». Les incidences de ce « tour » sont de deux ordres.

La mort du roi Arthur

  • 110 Cf. supra chapitre I, p. 37.
  • 111 Cf. supra chapitre I, p. 34.

53Tuer Arthur en ouvrant sa sépulture, c'est d'abord, politiquement parlant, mettre un terme à l'« espoir breton ». Cette croyance en un hypothétique renouveau de la monarchie arthurienne, que Geoffroy de Monmouth avait célébrée110 et dont Guillaume de Malmesbury s'était gaussé111, était encore bien vivante du temps d'Henri II Plantagenêt, comme Wace l'a bien mis en évidence :

  • 112 Wace, Le Roman de Brut, op. cit., v. 13275-13281.

« Arthur, si la geste ne ment,
Fud el cors nafrez mortelment ;
En Avalon se fist porter
Pur ses plaies mediciner.
Encore i est, Bretun l’atendent,
Si cum il dient e entendent ;
De la vendra, encor puet vivre112 ».

  • 113 R. S. Loomis, « The Oral Diffusion of the Arthurian Legend », in R. S. Loomis, (dir.), Arthurian L (...)
  • 114 R S. Loomis, article « Arthur », Dictionnaire des Lettres Françaises, Le Moyen Âge, Paris, Fayard, (...)

54L'idée que le roi Arthur n'était peut-être pas mort et qu'à l'occasion d'une crise il était susceptible de revenir de l’Autre monde, avait quelque chose de subversif avant même que les Plantagenêts ne s'y intéressent : Herman de Laon a bien décrit comment en 1113 une discussion sur la survie d'Arthur entre Français et Cornouaillais a dégénéré en pugilat dans un monastère de Cornouaille britannique113. Un tel messianisme pouvait être gênant pour la monarchie Plantagenêt, dans la mesure où il fournissait aux Gallois — et, accessoirement, aux Bretons de petite Bretagne — une certaine légitimité à revendiquer une forme d'indépendance et à ne pas reconnaître la suzeraineté de Londres. De fait, Henri II a dû batailler très ferme contre ses turbulents voisins pour les dompter - pas moins de trois campagnes militaires furent nécessaires. La contradiction qui existait entre les légendes sur la survie d'Arthur et celles, propagées par les mêmes conteurs, qui faisaient de Glastonbury sa dernière demeure, n'avait rien de rassurant dans le cadre d'une récupération de l'imaginaire arthurien qui se voulait cohérente. Avec la découverte de Glastonbury, la légende arthurienne était enfin contrôlée, ce qui se traduisit dans la littérature du siècle suivant : l'auteur de la Mort Artu, au xiiie siècle, se refusa à accepter l'espérance des Bretons en la survie du roi mourant114. La mainmise des Plantagenêts sur la vie posthume d'Arthur, au moins pour cet auteur, était passée par là.

Un pire spirituel

  • 115 Cf. supra, chapitre II, p. 56.

55Cette mainmise permettait d'autre part, de façon très politique, de raffermir le lien dynastique entre le roi Arthur et les Plantagenêts, que la littérature de cour organisée autour de la Geste des Normands et de la Geste des Bretons avait tracé en filigranes115. Wace avait résumé cette revendication de continuité de façon percutante à la fin de son Roman de Brut :

  • 116 Wace, Le Roman de Brut, op. cit., v. 14859-14862.

« Ci fait la geste des Bretuns
E la lignee des baruns
Ki del lignage Bruti vindrent,
Ki Engleterre lunges tiendrent116 ».

56Avec la découverte des restes d'Arthur s'ouvrait la possibilité pour les Plantagenêts de se rattacher à la matérialité de son mythe et de l'exploiter comme mythe familial en utilisant le prestigieux personnage comme parent spirituel, ce qui venait compléter le choix du prénom du roi breton pour l'un des rejetons de la famille : le fils posthume de Geoffroy de Bretagne, né en 1187. L'introduction de ce nouveau prénom dans le lignage, coïncidant à très peu d'années près avec la mise à jour de la dépouille royale, scellait de façon définitive la captation de l'héritage d'Arthur par les Plantagenêts.

57Sur la base d'une tradition hagiographique ancienne à Glastonbury, la monarchie Plantagenêt a pu bénéficier d'un ancrage particulièrement saisissant de son discours imaginaire dans la réalité. Son rapprochement avec les moines de Glastonbury a servi des intérêts mutuels. L'abbaye s'est procuré de cette façon le prestigieux patronage qui lui faisait défaut, et qui a reposé par surcroît sur des reliques que personne ne lui a contestées. C'était un avantage indéniable dans le contexte de rivalité qui sévissait autour des reliques en Occident en général, et en Angleterre en particulier. L'ancienneté de la fondation de l'établissement et la célébrité des reliques d'Arthur apportaient à l'abbaye de Glastonbury une valeur de sanctuaire royal qu'elle ne possédait pas jusque-là, et qu'elle partagea avec Cantorbéry et Westminster. Du côté des Plantagenêts, c'est bien sûr le transfert de sacralité depuis le roi Arthur vers la dynastie qui importait. Celui-ci s'apparentait à ce que les rois capétiens retiraient de leur liaison étroite avec l'abbaye de Saint-Denis. Mythe et réalité se confondant désormais, les objectifs de la construction idéologique voulue par Henri II Plantagenêt étaient atteints. Il fallait que le roi Arthur meure pour que l'idéologie Plantagenêt vive. Après la mort de son maître d’œuvre, celle-ci connut une longue destinée, au gré des circonstances et de l'évolution des facteurs politiques et socioculturels qui l'avaient fait naître.

Notes

1 Cf. supra, chapitre II.

2 Les oeuvres de Giraud de Barri font partie de cette catégorie.

3 Thomas d'Angleterre et Marie de France sont représentatifs de cette provenance.

4 Parmi les témoignages, les plus importants sont ceux de : Giraud de Barri, De principis instructione (1191-1192), éd. G. F. Warner, in Giraldi Cambrensis Opera, éd. J. S. Brewer et alii, vol. 8, Londres, R. S., 1891, p. 127-129, et, du même auteur, Speculum Ecclesiae (vers 1217), in Giraldi Cambrensis Opera, op. cit., vol. 4, p. 47-51 ; Adam de Domerham, Historia de rebus gestis Glastoniensibus (fin xiiie siècle), éd. T. Hearne, vol. 2, Oxford, 1727, p. 341-343 ; Raoul de Coggeshall, Chronicon Anglicanum (vers 1223), éd. J. Stevenson, Londres, R S., 1875, p. 36. Tous ces extraits ont été repris et traduits par E. Faral, La légende arthurienne. Études et documents, t. 2, Paris, Champion, 1929, p. 437-446. Les deux extraits de Giraud de Barri forment également un petit dossier traduit (en anglais) : « Appendix 3 : Gerald of Wales and King Arthur », in The Journey Through Wales/The Description of Wales, éd. et trad. L. Thorpe, Harmondsworth, Penguin, 1978, p. 280-288. Voir aussi, de façon plus anecdotique : Chronique de Margam (vers 1234), in Annales Monastici, éd. R. H. Luard, vol. 1, Londres, R S., 1864, p. 21-22 ; Jean de Glastonbury, The Chronicle of Glastonbury Abbey : An Edition, Translation and Study of john of Glastonbury’s « Cronica sive Antiquitates Glastoniensis Ecclesie » (milieu xive siècle), éd. J. P. Carley, trad. D. Townsend, Woodbridge, Boydell and Brewer, 1984.

5 Sur ce prestigieux monastère et sa très longue histoire, la bibliographie est vaste. Pour aller à l'essentiel : G. Ashe, Avalonian Quest, Londres, Methuen, 1982, 2e éd. révis. Londres, Fontana, 1984 ; idem, The Quest for Arthur’s Britain, Londres, Pall Mall, 1968, rééd. New York, Paladin Press, 1982, et The Discovery of King Arthur, New York, Henry Holt and Co, 1987. Voir aussi G. Ashe, article « Glastonbury », in N. J. Lacy (éd.), The New Arthurian Encyclopedia, New York/Londres, Garland, 1991 ; A. Gransden, « The Growth of the Glastonbury Legends in the Twelfth Century », Journal of Ecclesiastical History, 27 (1976), p. 337-358 ; L. Alcock, Arthur’s Britain, History and Archeology A. D. 367-634, Londres, Penguin, 1971 ; W. A. Nitze, « The Exhumation of King Arthur at Glastonbury », Speculum, 9 (1934), p. 355-361 ; J. P. Carley, Glastonbury Abbey, Woodbridge, Boydell and Brewer, 1988 ; V. L. Lagorio, « The Evolving Legend of St. Joseph of Glastonbury », Speculum, 46 (1971), p. 209-231 ; J. A. Robinson, Two Glastonbury Legends, Cambridge, Cambridge University Press, 1926 ; J. Scott, The Early History of Glastonbury, Cambridge, Brewer, 1981 ; R F. Treharne, The Glastonbury Legends, Londres, Cresset, 1967.

6 Cf. infra, annexe 2.

7 G. Ashe, « Glastonbury », art. cit.

8 P. Rahtz, « Glastonbury Tor », in G. Ashe (éd.), The Quest for Arthur’s Britain, op. cit., p. 139-153.

9 Ibid. (à propos du poème gallois « The Spoils of Annwfn »).

10 G. Ashe, « Glastonbury », an. cit. ; A Gransden, « The Growth of the Glastonbury Traditions and Legends... », art. cit., p. 337.

11 A. Gransden, art. cit., p. 338.

12 G. Ashe, art. cit.

13 A. Gransden, art. cit., p. 338.

14 Ibid., p. 339.

15 Ibid., p. 339.

16 L'archevêque de Cantorbéry fut canonisé dès 1173.

17 Ibid., p. 338.

18 Ibid., p. 339 ; G. Ashe, art. cit.

19 Guillaume de Malmesbury, The History of the English Kings, vol. I, éd. R. A. B. Mynors révis. R. M. Thomson et M. Winterbottom, Oxford, Clarendon, Oxford Medieval Texts, 1998.

20 Life of Saint Dunstan, in Memorials of Saint Dunstan, éd. W. Stubbs, Londres, R S., 1874, p. 92. Cité par A. Gransden, art. cit., p. 342.

21 Guillaume de Malmesbury, De Gestis Pontificum Anglorum, éd. N. E. S. A. Hamilton, Londres, R. S., 1870. Voir A. Gransden, art. cit., p. 342.

22 Guillaume de Malmesbury, Vita Wulfstani, éd. R R. Darlington, Camden Society, third series, 40, 1928. Citée par A. Gransden, art. cit., p. 342.

23 Adam de Domerham, Historia de rebus gestis Glastoniensibus, op. cit., cf. p. 204 note 4.

24 Guillaume de Malmesbury, Gesta Regum Anglorum, op. cit., cf. supra note 19.

25 Guillaume de Malmesbury, De Antiquitate Glastoniensis Ecclesie, in J. Scott, The Early History of Glastonbury, Cambridge, Brewer, 1981.

26 Life of Saint Dunstan, op. cit., p. 250-324.

27 Bède le Vénérable, Bede’s Ecclesiastical History of the English People, vol. I, éd. B. Colgrave et R. A. B. Mynors, Oxford, Clarendon, Oxford Medieval Texts, 1991. Voir aussi : Ecclesiastical History of the English People..., éd. D. H. Farmer, Harmondsworth, Penguin, 1991. Trad. française O. Szerwiniack, F. Bourgne et J. Elfassi, Histoire ecclésiastique du peuple anglais, 2 vol., Paris, Les Belles Lettres, coll. La Roue à Livres, 1999.

28 G. Ashe, art. cit.

29 Cette église, appelée vetusta ecclesia ou Église Vieille, à l'emplacement de l'actuelle chapelle Notre- Dame, fut entièrement détruite par l'incendie de 1184. Cependant, l'archéologie a révélé l'existence d'une église en bois, un type de construction qu'affectionnaient les Celtes en Grande- Bretagne. Cf. A. Gransden, art. cit., p. 344.

30 Life of Saint Dunstan, in Memorials of Saint Dunstan, éd. W. Stubbs, op. cit.

31 Ibid., p. 6-7.

32 Ibid., p. 10-11.

33 Ces deux « pyramides » étaient en fait deux croix de grande hauteur situées dans le cimetière.

34 A. Gransden, art. cit., p. 343.

35 Ibid.

36 Ibid., p. 345 note 3 (saints Ceolfrid, Aidan, Benoît Biscop, Gildas et Patrick).

37 Ibid., p. 343.

38 Ibid.

39 Éditée dans T. Mommsen, M. G. H., Auctorum Antiquissimorum, xiii, Chronica minora, Berlin, 1898, iii, p. 107-110.

40 Geoffroy de Monmouth, Histoire des rois de Bretagne, éd. et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., chapitre 208.

41 A. Gransden, art cit., p. 347.

42 Ibid., p. 353 ; G. Ashe, art. cit.

43 A. Gransden, art. cit., p. 347.

44 Ibid.

45 Ibid., p. 347.

46 Ibid., p. 348.

47 Ibid., p. 347-348.

48 C'est ce dont témoignent les Annales Cambriae du xe siècle (cf. supra, chapitre I, p. 33) ainsi que les Triades galloises, dont le fameux récit de Kulhwch et Olwen inséré dans les Mabinogion. L'ancienneté de ces textes, ainsi que celle du Livre Noir de Camarthen, qui mentionne aussi Arthur, ou celle de la Vie de saint Goueznou, est encore très discutée entre « celtisants » et romanistes. Cf. G. Ashe, article « Arthur, Origins of Legend », in N. J. Lacy (éd.), The New Arthurian Encyclopedia, New York/Londres, Garland, 1991. Voir aussi L. Fleuriot, Les origines de la Bretagne, Paris, Payot, 1980, et L. Fleuriot, J.-Cl. Lozac’hmeur, L. Prat, Récits et poèmes celtiques, Paris, Stock, 1981.

49 Cf. supra, chapitre I, p. 37.

50 Ibid.

51 Dans les « Stanzas of the Grave », un poème gallois consacré aux sépultures d'un certain nombre de héros légendaires, il est dit que le tombeau d'Arthur est un éternel mystère — que donc personne ne sait où il se trouve. Cf. G. Ashe, article « Welsh Arthurian Literature », in N. J. Lacy (éd.), The New Arthurian Encyclopedia, New York/Londres, Garland, 1991.

52 Giraud de Barri, De principis instructione, in Giraldi Cambrensis Opera, op. cit., viii, p. 128 ; Speculum Ecclesiae, op. cit., IV, 49. Voir le dossier « Appendix 3 : Gerald and Wales and King Arthur », in The Journey Through Wales/The Description of Wales, op. cit., (voir p. 204 note 4).

53 Giraud était un clerc de la cour d'Henri II depuis 1184. Cf. supra, chapitre II, p. 73-76.

54 A. Gransden, art. cit., p. 355.

55 Sur la Vie de saint Édouard rédigée par Aelred de Rievaulx, cf. supra chapitre II, p. 69.

56 Giraud de Barri, The History and Topography of Ireland, éd. et trad. J. J. O’Meara, Harmondsworth, Penguin, 1982. Trad. française J. M. Boivin, L'Irlande au Moyen Âge : Giraud de Barri et la Topographia Hibernica (1188), Paris, Champion, 1993.

57 G. Ashe. art. cit.

58 Geoffroy de Monmouth, Histoire des rois de Bretagne, éd. et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., chapitre 178 ; Vita Merlini, trad. I. Jourdan, op. cit., p. 55. Cf. supra, chapitre I, p. 37.

59 Sur toutes ces éditions, cf. supra, p. 204 note 4.

60 A. Gransden, art. cit., p. 351 note 7.

61 C'est l'objection formulée à la présence de Giraud de Barri à l'exhumation par R. F. Treharne, The Glastonbury Legends, op. cit., p. 97, suivant l'argument que Giraud démontre sa connaissance du réaménagement de la tombe d'Arthur dans un monument en marbre, à une époque où l'abbé de Glastonbury est Henri de Sully, soit 1192-1193. A. Gransden a rétorqué que Giraud pouvait très bien être revenu sur les lieux après l'exhumation (art. cit., p. 351 note 7).

62 Giraud de Barri, De principis instructione, cité et traduit par E. Faral, La légende arthurienne. Études et documents, t. 2, p. 440.

63 Giraud de Barri, Speculum Ecclesiae, cité et traduit par E. Faral, La légende arthurienne, op. cit., p. 441.

64 Ibid.

65 Ibid., p. 442-443.

66 Cette chronique en circulation dans les monastères cisterciens anglais, très légèrement différente des témoignages de Giraud, suggère l'existence probable d'une version parallèle de la découverte, que reflèterait de façon plus connue le Chronicon Anglicanum de Raoul de Coggeshall. Voir A. Gransden, « The Growth of the Glastonbury Traditions and Legends in the Twelfth Century », Journal of Ecclesiastical History, 27 (1976), p. 350-352. Cette version commune n'a pas été identifiée.

67 Raoul de Coggeshall, auteur cistercien d'un Chronicon Anglicanum (de 1066 au règne de Jean sans Terre, avec une soixantaine de pages pour Richard Cœur de Lion), rédigé en relation avec la Troisième Croisade, devint abbé de Coggeshall (Essex) en 1207. Il s'est éteint en 1224. Cf. M. Brossard-Dandré et G. Besson, Richard Cœur de Lion..., op. cit., p. 391-392.

68 Raoul de Coggeshall, Chronicon Anglicanum, cité et traduit par E. Faral, La légende arthurienne, op. cit., p. 445.

69 Adam de Domerham, Historia de Rebus gestis Glastoniensibus, cité et traduit par E. Faral, La Légende arthurienne..., op. cit., p. 445-446.

70 Cf. supra, p. 210.

71 Raoul de Coggeshall, Chronicon Anglicanum, op. cit., p. 36.

72 Geoffroy de Monmouth, Histoire des rois de Bretagne, éd. et trad. L. Mathey-Maille, op. cit., chapitre 178 : « C'est dans cette même bataille que notre illustre roi Arthur fut mortellement blessé [...] ; c'était en l'an 542 ap. J.-C. ».

73 A. Gransden, art. cit., p. 354.

74 Cf. infra, note 75.

75 Adam de Domerham, op. cit., vol. 2, p. 341 : « Conditus fuit Rex Arthurus (sicut per regem Henricum abbas Henricus didicerat, cujus consanguineus et dudum familiaris extiterat : qui eciam Rex hoc ex gestis Britonum, et eorum cantoribus historicis, frequenter audierat...) ». Traduction Amaury Chauou : « Le roi Arthur fut enseveli (comme l'abbé Henri l'avait appris du roi Henri, dont il était un parent par le sang et se présentait depuis quelque temps comme un familier : car ce roi l'avait souvent entendu dire dans les chansons de geste des Bretons et de leurs conteurs historiques) ».

76 Sur le legs de l’oralité, cf. supra p. 212 note 48.

77 A. Gransden, art. cit., p. 354.

78 Ibid., p. 351 note 5.

79 En 1278, au cours d'une cérémonie solennelle à Glastonbury, Édouard Ier et la reine firent transférer les reliques royales dans deux châsses, qui furent enfouies sous un monument de marbre noir, en face du maître autel. Cf. G. Ashe, « Glastonbury », art. cit. Voir infra, chapitre VIII.

80 Jean de Glastonbury, Cronica sive Antiquitates Glastoniensis Ecclesie (milieu xive siècle), éd. J. P. Carley, op. cit. Voir supra, p. 204 note 4.

81 G. Ashe, « Glastonbury », art. cit.

82 Aussi tard qu'en 1485, William Caxton, dans le prologue de son édition du Morte Darthur de Thomas Malory (in J. W. Spisak (éd.), Caxton’s Malory : A New Edition of Sir Thomas Malory’s Le Morte Darthur Based on the Pierpont Morgan Copy of William Caxton’s Edition of 1485, 2 vol., Berkeley, University of California Press, 1983), défend l'historicité du roi Arthur en avertissant son lecteur : « First ye may see his sepulture in the monasterye of Glastynburye ». Cf. W. A. Nitze, « Perlesvaus », in R. S. Loomis (dir.), Arthurian Literature in the Middle Ages, Oxford, Clarendon Press, 1959, p. 268.

83 Parmi les plus grands noms des curiosités arthuriennes figurent : J. S. P. Tatlock, The Legendary History of Britain, Berkeley, University of California Press, 1950 ; E. K. Chambers, Arthur of Britain, Londres, Sidgwick and Jackson, 1927,rééd. 1966 ;G.Ashe, The Discovery of King Arthur, New York, Henry Holt and Co, 1987 ; L. Alcock, Arthur’s Britain : history and Archeology A. D. 367-634, Londres, Penguin, 1971 ; K. H. Jackson, « The Arthur of History » et « Arthur in Early Welsh Verse », in R. S. Loomis, Arthurian Literature in the Middle Ages, op. cit., p. 1-11 et p. 12-21 ; R. F. Treharne, The Glastonbury Legends, Londres, Cresset, 1967.

84 Un bon exemple de ces critiques très radicaux est celui d'Edmond Faral dans La Légende arthurienne..., op. cit., vol. 2, p. 446-451. Voir aussi R. Bezzola, Les origines et la formation..., op. cit., p. 68.

85 A. Gransden, art. cit., Journal of Ecclesiastical History, 27 (1976), p. 337-358.

86 Cf. supra, p. 211-212.

87 A. Gransden, art. cit., p. 337-338.

88 Ces restrictions semblent confirmées par les premières lignes du témoignage d'Adam de Domerham, cf. supra, p. 219. Cf. A. Gransden, art. cit., p 354.

89 Ibid., p. 352.

90 Ibid.

91 Ibid.

92 Ibid.

93 J. Carey, « The Finding of Arthur’s Grave : A Story from Clonmacnoise ? », dans A Festschrift for Proinsias Mac Cana, éd. J. Carey, J. T. Koch et P.-Y. Lambert, Celtic Studies Publications, Inc., Andover and Aberystwyth, 1999, p. 1-14, texte cité p. 7 (traduction Amaury Chauou). Je remercie vivement Bernard Merdrignac qui m'a aimablement communiqué cette référence.

94 Cette chronique en circulation dans les monastères cisterciens anglais, très légèrement différente des témoignages de Giraud, suggère l'existence probable d'une version parallèle de la découverte, que reflèterait de façon plus connue le Chronicon Anglicanum de Raoul de Coggeshall. Voir A. Gransden, « The Growth of the Glastonbury Traditions and Legends in the Twelfth Century », Journal of Ecclesiastical History, 27 (1976), p. 350-352.

95 Ce sont principalement : K. H. Jackson, L. Alcock et G. Ashe.

96 La plus ingénieuse étant jusqu'à présent l'équation Arthur-Riothamus, du nom d'un chef de guerre breton romanisé du ve siècle qui se prêterait bien, selon les fragments épars de documentation qui le concernent, à l'essentiel de la saga d'Arthur telle qu'elle s'est cristallisée peu à peu jusqu'à Geoffroy de Monmouth. Cf. G. Ashe, The Discovery of King Arthur, op. cit., et L. Fleuriot, Les origines de la Bretagne, op. cit.

97 C. A. Ralegh Radford, in G. Ashe (éd.), The Quest for Arthur’s Britain, Londres, Pall Mall, 1968, p. 126-138, passim.

98 W. Camden, Britannia, 1re éd. Londres, 1586, p. 104, 6e éd. Londres, 1607, p. 166 (avec reproduction en fac-simile) ; nouvelle éd. (trad. anglaise) par E. Gibson, Camden’s Britannia, Londres, F. Collins, 1695. Cf. A. Gransden, art. cit., p. 352-353 note 7 ; G. Ashe, « Glastonbury », art. cit. ; J. H. Winant, article « Camden, William », in N. J. Lacy (éd.), The New Arthurian Encyclopedia, New York/Londres, Garland, 1991, p. 66 col. 1 et 2 (avec reproduction de la croix).

99 Hypothèse de G. Ashe, art. cit.

100 Cf. remarque d’A. Gransden, supra, p. 224.

101 Leslie Alcock, de son côté, suggère une épigraphie du xe ou xie siècle (Arthur’s Britain, op. cit., p. 78- 80), oeuvre des moines de l'époque de l'abbé Dunstan qui auraient recopié, pour marquer l'emplacement de la tombe, une inscription antérieure (vic siècle) au moment de la démolition d'un mausolée proche du cimetière censé jouxter le sarcophage enfoui ; K. H. Jackson, lui, accepte la datation du vie siècle (compte rendu de l'ouvrage de L. Alcock dans Antiquity, 47 (1973), p. 81), suggérant que la croix est bien celle qui a été apposée sur la tombe originelle d'Arthur. Cf. G. Ashe, art. cit.

102 Ibid.

103 L. Alcock, « Cadbury-Camelot : A Fifteen-Year Perspective », Proceedings of the British Academy, 68 (1982), p. 355-388. Voir aussi C. A. Ralegh-Radford et M. J. Swanton, Arthurian Sites in the West, Exeter, University of Exeter, 1975.

104 G. Ashe, art. cit.

105 Cf. supra, p. 226 note 96.

106 G. Ashe, art. cit.

107 Giraud de Barri, The History and Topography of Ireland, chap. XI, éd. et trad. J. J. O’Meara, Harmondsworth, Penguin, 1982, p. 41 : « Il y a ici [en Irlande] de nombreux oiseaux qu'on appelle des bernaches, que la nature, à l’encontre de ses propres lois, produit d'une façon merveilleuse. Ils sont comme les oies sauvages, mais en plus petit. Au début ils apparaissent comme des excroissances sur les rondins de sapin charriés par les eaux. Puis ils pendent par le bec de ce qui ressemble à des algues collant aux rondins, alors que leur corps, pour faciliter un développement plus libre, est contenu dans une coquille. Et ainsi, au fil du temps, s’étant revêtus d'une épaisse couche de plumes, soit ils se glissent dans les eaux, soit ils prennent leur envol dans les airs. Ils se nourrissent de sève d'arbre et d'eau durant cette mystérieuse et remarquable génération. J'ai maintes fois vu de mes propres yeux plus d'un millier de ces sortes de petits volatiles pendre d'un seul rondin au-dessus de la berge. Ils se tenaient dans leur coquille, déjà formés. Aucun œuf ne subsiste de leur génération, contrairement à l'ordinaire... » (traduction Amaury Chauou).

108 Cf. supra, p. 215-218.

109 F. Lot, Glastonbury et Avalon, p. 550, cité par E. Faral, La Légende arthurienne..., op. cit., p. 451 note 2.

110 Cf. supra chapitre I, p. 37.

111 Cf. supra chapitre I, p. 34.

112 Wace, Le Roman de Brut, op. cit., v. 13275-13281.

113 R. S. Loomis, « The Oral Diffusion of the Arthurian Legend », in R. S. Loomis, (dir.), Arthurian Literature in the Middle Ages, Oxford, Clarendon, 1959, p. 52-63.

114 R S. Loomis, article « Arthur », Dictionnaire des Lettres Françaises, Le Moyen Âge, Paris, Fayard, 1992.

115 Cf. supra, chapitre II, p. 56.

116 Wace, Le Roman de Brut, op. cit., v. 14859-14862.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540