Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idéologie Plantagenêt

 | 
Amaury Chauou

Chapitre V. Propagande politique et discours mythiques

Texte intégral

  • 1 Cf. supra, chapitre I, p. 46-49.
  • 2 Cf. supra, chapitre III, p. 90-93.

1Au-delà de la figure du roi à la fois suzerain et souverain, et de la multiplicité des représentations qui en découlent, c'est à tout un passé merveilleux que renvoient la littérature arthurienne et les romans antiques. Le roi Arthur a, depuis Geoffroy de Monmouth et l’Historia Regum Britanniae, partie liée avec le mythe de la chute de Troie1 et tant le Roman d’Enéas que le Roman de Troie célèbrent le prestige de la cité déchue dans l'entourage des Plantagenêts2. De son côté, Wace dans le Roman de Brut reprend la référence troyenne laissée par Geoffroy de Monmouth, et l'enrichit en la développant dans un sens très favorable à l'histoire britannique, puisque par-delà les siècles, les Bretons installés dans l'île de Bretagne semblent avoir renoué avec les anciennes coutumes du peuple troyen. C'est ce qu'illustre le fameux épisode où, lors des fêtes du couronnement d'Arthur, hommes et femmes participent aux réjouissances de la cour séparément :

  • 3 Wace, Le Roman de Brut, op. cit., v. 10 449-10 458. Voir l'épisode correspondant dans l'Historia R (...)

« Li reis manga ovec ses humes
E la reïne ovec les dames,
A grant deduit e a grant joie.
Custume soleit estre a Troie
E Bretun encore la teneient,
Quant ensemble feste faisaient
Li hume od les humes manjoent,
Que nule feme n’i menoent ;
Les dames manjoent aillurs,
N’i aveit ke lur serviturs3 ».

  • 4 G. Duby, Hommes et structures du Moyen Âge, Paris, Mouton, 1973, p. 295.

2Geoffroy de Monmouth et Wace, cédant avec le mythe de Troie à la tentation du fictif, quittent ainsi le terrain de l'historiographie, et engagent leur entreprise sur la voie du légendaire et du merveilleux, vers cette « ouverture sur la légende et l'imaginaire » dont parlait Georges Duby4, qui confère une très grande ambiguïté aux origines de la royauté arthurienne. Dans un contexte comme celui du xiie siècle, où histoire et politique sont très étroitement liées, cette manière d'écrire l'histoire n'est pas un désavantage pour ceux qui peuvent exploiter la figure du roi Arthur : les souverains Plantagenêts.

  • 5 C'est l'hypothèse de G. H. Gerould (« King Arthur and Politics », Speculum, 2 (1927), p. 33-51), e (...)

3Cette orchestration de la structure mythique que constitue la référence à la Troie antique correspond à la fois à un défi et à trois objectifs. Face à la propagande capétienne centrée sur la personne de Charlemagne, faire valoir un contre-modèle, une contre-figure, est très difficile. De ce point de vue, le roi Arthur, issu de la famille du conquérant Brutus, lui-même descendant du Troyen Enée, est un atout : il rivalise en prestige avec l'empereur carolingien, et, suprême avantage, il appartient au domaine de la légende, du mythe, qu'on peut déformer et retravailler à loisir. Cependant, l'entreprise de cautionnement de la monarchie britannique par cette figure tutélaire5 comportait une faiblesse par rapport à la monarchie française. Les Capétiens, au xiie siècle, pouvaient se vanter de trois siècles de soi-disant continuité biologique, et masquer les effets de l'usurpation de 987 par l'ostentation sépulcrale de Saint-Denis, le travail des chroniqueurs royaux et la symbolique des insignes royaux — en attendant l'union de Philippe Auguste et d'Isabelle de Hainaut, prétendue descendante de Charles de Basse-Lorraine, qui marquait le retour de la maison de France au sang originel des Carolingiens. En conséquence, la force de l'État royal capétien pouvait apparaître menaçante pour les Plantagenêts, dont la monarchie n'était pas en mesure d'occulter la jeunesse et la fragilité de ses fondations. C'est un problème que Bernard Guenée a très bien expliqué :

  • 6 B. Guenée, Politique et histoire au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, p. 348.

« Au Moyen Âge, la force d'un État reposait d'abord sur ses origines lointaines, sur la continuité de son histoire et de ses institutions. Et ce fut pour l'historiographie anglaise un lourd défi et un exceptionnel stimulant que d'avoir, partant des Bretons, à construire l'histoire du pays en assumant et en dépassant ces grandes ruptures ineffaçables que représentaient, sans même compter la conquête romaine, l'invasion saxonne et l'invasion normande6 ».

4La difficulté fut contournée par la valorisation, à partir du mythe d'Arthur, d'un mode successoral très différent, qui, tournant le dos au modèle de la continuité lignagère d'origine laïque à l'œuvre au sommet de la monarchie française, promouvait la continuité par l'office, issue du monde ecclésiastique, fondée sur la succession par rupture. Ce modèle, parfaitement bien intégré par les milieux dominants de l'Église, donnait lieu depuis le haut Moyen Âge à la rédaction de généalogies propres aux institutions ecclésiastiques, sous la forme de catalogues des évêques et des abbés, et bénéficiait d'un prestige comparable au modèle successoral par le sang dont la littérature généalogique à usage laïc faisait un étalage florissant au XIIe siècle. Il convenait parfaitement bien à la lettre de la tradition laissée par Geoffroy de Monmouth, qui, après la disparition prématurée d'Arthur alors qu'il n'avait pas eu d'enfant de la reine Guenièvre, avait fait passer la couronne aux mains de Constantin, fils de Cador, duc de Cornouailles, et, après l'écroulement du royaume breton de Cadvalladr, aux mains du chef des Saxons :

  • 7 Geoffroy de Monmouth, Histoire des rois de Bretagne, trad. L. Mathey-Maille, Paris, Les Belles Let (...)

« C'est dans cette même bataille que notre illustre roi Arthur fut mortellement blessé ; il fut alors transporté dans l'île d’Avallon pour y soigner ses blessures. Arthur abandonna la couronne de Bretagne à son parent Constantin, qui était le fils de Cador, duc de Cornouailles. C'était en l'an 542 ap. J.-C.7 ».

  • 8 Cf. supra, chapitre I, p. 40.

5Les Saxons ayant à leur tour été défaits par les Normands quelques siècles plus tard, ceux-ci peuvent légitimement être présentés comme les vengeurs des Bretons et leurs dignes successeurs dans la fonction de nouveaux maîtres des îles britanniques et de leurs peuples. L’Historia Regum Britanniae, achevée vers 1138, est largement consacrée à cet objectif, comme le montrent les dédicaces aux principaux membres de la très haute aristocratie anglo-normande8.

  • 9 Guillaume de Malmesbury, The History of the English Kings, vol. I, éd. R A. B. Mynors révis. R M. (...)
  • 10 Henry de Huntingdon, Historia Anglorum : The History of the English People, éd. et trad. anglaise (...)
  • 11 Geoffroy Gaimar, L’Estoire des Engleis, éd. A Bell, Oxford, Anglo-Norman Texts, 1960.

6Un tel défi correspondait pour les différents souverains du royaume d'Angleterre à trois objectifs principaux. D'abord, légitimer leur statut de souverains étrangers entourés d'une petite élite aristocratique et guerrière dominant une population majoritairement conquise et soumise. Transplantés en Angleterre, les plus hauts lignages anglo-normands, celui des descendants du Conquérant à sa tête, avaient en effet tout intérêt à se fondre dans l'histoire nationale, dans la perspective d'une assimilation totale des vainqueurs aux vaincus. De ce point de vue, l’Historia Regum Britanniae, avec les Gesta Regum Anglorum de Guillaume de Malmesbury9 l'Historia Anglorum d'Henry de Huntingdon10 et L’Estoire des Engleis en langue vulgaire de Geoffroy Gaimar11, jouèrent un très grand rôle.

  • 12 Sur le traité de Winchester, cf. supra, introduction, p. 17.

7Henri II Plantagenêt, lui, ajoutait des préoccupations de légitimation supplémentaires à celles qu'avaient nourries ses prédécesseurs : succédant au trône à la suite d'une guerre civile et d'un traité qui n'était qu'un compromis au sein du baronnage anglo-normand12, il devait réconcilier les ennemis d'hier et rassembler son peuple derrière lui. L'utilisation d'un personnage du passé historico-légendaire britannique venait à point nommé en renfort dans cette perspective.

8D'autre part, la récupération de la royauté arthurienne et de ses origines renvoyait, dans le contexte de développement des monarchies féodales au xiie siècle en France et en Angleterre, à une certaine forme de rivalité avec l'idéologie royale française, doublée d'un objectif d'unification des territoires continentaux du roi d'Angleterre, déjà importants du temps des rois anglo-normands, et extrêmement étendus par le mariage d'Henri II Plantagenêt avec Aliénor d'Aquitaine. Dans ce cadre de la féodalité continentale, qui faisait du roi d'Angleterre l'homme du roi de France pour la moitié de ses territoires, sur lesquels la cour capétienne exerçait une attraction de plus en plus forte, la référence à la monarchie bretonne fournissait un utile contrepoids. Support du mythe des origines troyennes, elle rapprochait des Plantagenêts le thème de la translatio imperii, si retentissant dans les milieux dominants de l'époque. Véhiculée par la littérature courtoise, elle investissait la dynastie angevine du prestige de la translatio studii, qui la situait au sommet de l'échelle des mérites. L'articulation de ces deux grandes structures de l'imaginaire du xiie siècle semble au départ une volonté concertée de l'entourage des Plantagenêts. Le développement des œuvres en langue française de la matière de Bretagne va lui donner un essor remarquable.

La translatio imperii

  • 13 R. Folz, L'idée d'Empire en Occident du v au xiv siècle, Paris, Aubier, 1953, p. 5.
  • 14 J. H. Burns (dir.), Histoire de la pensée politique médiévale, trad. française, Paris, PUF, 1993, (...)
  • 15 Ibid., p. 55 :« De fait, le couronnement de Charlemagne, en 800, constitua l'affront le plus grave (...)
  • 16 Ibid., p. 56.

9Le mythe de la translatio imperii est une très vieille structure imaginaire de l'Occident médiéval. Attachée au départ à l'héritage politique de l'Empire romain, elle lui a survécu, moyennant de nombreuses résurgences au Moyen Âge, lors de la Renaissance ottonienne d'abord, avec le règne de Frédéric Barberousse ensuite13. Au xe siècle, le legs de la notion de.romanitas faisant l'objet d'un très grave contentieux entre les Othoniens d'un côté et les Byzantins de l'autre - déjà choqués un siècle et demi plus tôt par la renovatio imperii romani de Charlemagne14 —, ces derniers forgèrent la fiction de la translatio imperii pour réduire les prétentions des empereurs germaniques fermement convaincus de la romanitas de leur condition. Le premier empereur romain chrétien, selon eux, avait délibérément abandonné l’Urbs maîtresse du monde pour transférer intégralement la tête de l'Empire dans la ville qu'il avait fondée à son nom : Constantinople, la Nouvelle Rome. Ce faisant, il avait investi la nouvelle capitale du monde de l'ensemble des attributs du pouvoir, à commencer par les insignes impériaux, le Sénat dans son entier et l'armée, ne laissant à Rome qu'une plèbe de vile condition et des esclaves. Les Byzantins considéraient donc, en vertu de ce mythe, qu'il n'y avait qu'un seul et unique Empire romain sur la carte du monde, dépositaire du gouvernement universel, et feignaient de croire que la translatio imperii ne concernait qu'eux-mêmes, l'Empire des Othoniens figurant à côté de Byzance comme une abstraction, une entité vague qui ne renvoyait en aucun cas à la postérité de la romanité15 — c'est ce qui fut expliqué à l’évêque Liutprand de Crémone reçu comme ambassadeur d’Othon 1er en 96816.

  • 17 Othon de Freising, Chronica sive Historia de Duabus Civitatibus, chapitre V, prologue, in M. G. H.(...)

10Au xiie siècle, on retrouve la fiction sous un nouveau jour chez Othon de Freising. L’évêque allemand, réfléchissant à la notion d'empire universel pour le compte de son neveu, Frédéric Barberousse, en donna deux descriptions discordantes. La première, plutôt pessimiste, faisait de l'Empire Hohenstaufen la dernière manifestation, avant la venue de l'Antéchrist, d'un Empire romain qui avait transité des mains des Romains à celles des Grecs, puis de celles des Grecs à celles des Francs -« tout pouvoir humain prit son origine en Orient, mais s'achève en Occident17 ». L'autre, plutôt optimiste, dépeignait le règne de Barberousse comme une nouvelle époque de coopération entre le Sacerdoce et l'Empire à l'intérieur d'une seule Église universelle. Là encore, comme dans la pensée politique byzantine, le mythe de la translatio studii venait appuyer des revendications politiques. Les monarchies du xiie siècle ne restèrent pas inactives devant une telle propagande impériale.

Aux origines, Troie la Grande

  • 18 Cf. supra, chapitre I, p. 46-49.
  • 19 E. Baumgartner, « Troie et Constantinople dans quelques textes du xiie et du xiiie siècle : fictio (...)

11L'utilisation de la légende troyenne18 n'est pas une nouveauté dans l'Occident du xiie siècle. Par la dimension impériale qu'il véhicule, ce mythe est réactivé comme une réponse des monarchies chrétiennes à la prétention de l'Empire germanique à l’universalisme. Les souverains capétiens et Plantagenêts sont d'autant plus habiles à l'exploiter qu'il figure depuis longtemps dans la littérature latine produite dans les milieux monastiques19.

La mère des nations

  • 20 E. Faral, La légende arthurienne. Études et documents, Paris, Champion, 1929, t. 2, p. 263-288.

12La tradition des chroniqueurs monastiques du haut Moyen Âge a fait des Troyens les ancêtres mythiques des Francs d'abord, puis des autres nations occidentales. Sur la base de la Chronique du pseudo-Frédégaire (viie siècle), reprise par le Liber Historiae Francorum (vers 727)20, et, presque trois siècles plus tard, par l'Histoire des Francs rédigée sous la surveillance d’Abbon de Fleury pour le compte du roi Robert le Pieux, s'était développée autour des rois francs la légende qui faisait de leur peuple les descendants d'une tige d'origine troyenne, celle de Francus, fils d'Hector. Ainsi présentée, cette histoire généalogique instituait Priam, roi de Troie, comme premier roi des Francs.

13Devant le succès du mythe, l'historiographie normande du xie et du début du xiie siècle s'intéressa à la légende troyenne, et tour à tour Dudon de Saint-Quentin, puis Guillaume de Malmesbury, firent dériver les Normands d'une autre tige du peuple troyen en exil, celle d’Anténor.

  • 21 C. Beaune,« L'utilisation politique du mythe des origines troyennes en France à la fin du Moyen Âg (...)
  • 22 Ch. Marcello-Nizia, » De l'Enéide à l'Enéas, les attributs du fondateur », in Lectures médiévales (...)
  • 23 Du côté capétien, c'est essentiellement par le truchement de Clovis et de Charlemagne qu'on s'inté (...)

14Avec Geoffroy de Monmouth et Wace, ce fut au tour des Bretons de bénéficier du mythe, grâce à la prestigieuse généalogie qui remontait à la tige des Troyens Enée et Brutus. Ce mythe d'origine ne fut sans doute pas choisi au hasard : parmi tous les glorieux ancêtres possibles, Enée et Brutus permettaient de faire valoir une double origine des Bretons, à la fois troyenne et romaine. Mythe de fondation,« mythe d'anoblissement collectif21 », mythe des origines particulièrement puissant en raison de l'utilisation de la légende d’Enée — qui, comme l'a montré Christiane Marcello-Nizia, rassemble en sa personne tous les attributs du fondateur, en ce sens qu'il repousse la femme qui ne lui donne pas son royaume (Didon), et épouse celle qui lui confère et la lignée et la souveraineté (Lavinia)22 —, la légende troyenne rehaussait d'autant le prestige de la monarchie anglaise, et la hissait au niveau de sa rivale capétienne. Au milieu du xiie siècle, donc, l'exploitation politique de cette référence commune qu'est le mythe de Troie bat son plein des deux côtés de la Manche23. Ses potentialités donnent lieu à des développements différents selon les nécessités de chacun.

La prophétie politique

  • 24 Pour Frédéric Barberousse, cf. supra p. 175 note 17. Voir aussi R. Folz, Le souvenir et la légende (...)

15La littérature fictionnelle produite à la cour Plantagenêt s'est en effet appuyée sur l'introduction du mythe troyen dans l'histoire britannique par Geoffroy de Monmouth pour lui donner une dimension impérialiste à caractère prophétique. Ainsi, à l'époque même où France et Empire polémiquent au sujet de l'héritage de Charlemagne24, Henri II Plantagenêt dispose rapidement d'une version insulaire de la translation imperii, qui se met en place grâce aux prophéties principalement contenues dans le Roman de Brut de Wace et le Roman d’Enéas.

16Le Roman de Brut (vers 1155) est le premier ouvrage écrit pour le souverain angevin qui joue de ce thème. Cela apparaît clairement au passage où Hoel, s’adressant à Arthur indigné par les prétentions des ambassadeurs de Rome, lui rappelle l'ancienne domination des Bretons sur l'Empire romain :

  • 25 Wace, Le Roman de Brut, op. cit., v. 10925-10938.

« Met l’empiere en ta poësté
Ki mettre s’i vuelt de sun gré.
Membre tei que Sibille dist
Es prophecies qu’ele escrist :
Trei Bretun de Bretaine eistreient
Ki Rome a force conquerreient.
Dui de cels sunt ja trespassé,
Ki de Rome unt seinur esté :
Li premiers de cels fu Belin
E li secunz fu Costentin ;
Tu iés es li tiers ki Rome avras
E Rome a force conquerras ;
En tei sera la prophecie
Que Sibille dist acomplie25 ».

  • 26 Cf. supra, p. 174-175.

17Arthur apparaît ici comme le lointain successeur de Constantin le Grand, et son avenir impérial a été prophétisé par la Sibylle. Voilà qui place idéalement le Plantagenêt dans le concert des clameurs autour de l'héritage de Constantin, dont Othon de Freising, dans sa Chronica sive Historia Duabus Civitatibus (1143-1146), venait de doter de façon très politique l'Empire de Frédéric Barberousse26.

  • 27 Virgile, Enéide, in Œuvres, éd. F. Plessis et P. Lejay, Paris, Hachette, coll. Classiques Hachette (...)

18Cependant, il était possible d'impliquer de manière plus remarquable encore la monarchie britannique dans cette conception prophétique et téléologique de l'histoire qui faisait des terres occidentales l'espace d'accomplissement spirituel et politique du destin des grands empires de l'Antiquité. Cette marche triomphale vers l'Ouest avait en effet été annoncée par le plus sollicité des ouvrages de l'Antiquité : l’Enéide de Virgile. La traduction/ adaptation du monument national de la Rome augustéenne à la cour Plantagenêt, de quelques années postérieure au Roman de Brut, se fit l'écho de deux de ses plus célèbres passages : celui27 où la Sibylle invite le Troyen Enée à se diriger toujours plus à l'Ouest, malgré les épreuves, jusqu'au jour où il pourra aborder un rivage où naîtra une civilisation aussi grande que celle de Troie, d'une part ; celui de la catabase du chant vi où Anchise accompagne Enée et lui dévoile les secrets de sa lignée, d'autre part. À la suite de ce dernier, le Roman d’Enéas mêle ainsi les références troyennes et romaines :

  • 28 Le Roman d’Enéas, éd. et trad. M. Thiry Stassin, Paris, Champion, CFMA, 1985, v. 2921-2960 et 2 98 (...)

« Vois ici un grand nombre de ceux qui doivent prendre vie mortelle, qui seront tes fils et tes descendants ; regarde-les, je te les nommerai tous, je te les montrerai comme ils viendront, tous en ordre, comme ils naîtront. Après cela, je te nommerai les batailles et je te dirai les maux qu'il te faudra endurer avant que tu puisses y arriver. Ce damoiseau, qui tient à la main cette lance en guise de signe de reconnaissance, ira le premier d'ici- bas à l'air supérieur là-haut ; Lavine, la fille du roi Latinus, l'aura de tes œuvres ; il naîtra dans une forêt et sera nommé Silvius ; il sera roi et père de rois et sera empereur d’Albe. Après celui-ci, ce sera le quatrième qui te ressemblera étonnamment par son nom et par sa grande piété, par sa prouesse et par sa beauté : il s'appelle Silvius Enéas, ce sera un homme très puissant, de lui naîtront des rois et des ducs. Regarde celui-là, c'est Romulus, il sera le septième de ta lignée qui, par lui, sera très exaltée. Parmi tes descendants, celui-là fondera Rome et lui imposera son nom : cette cité sera la capitale du monde, sa puissance ira partout. De la lignée de Romulus et de celle de ton fils Iule descendra Jules César le preux : il les surpassera tous en prouesse, sur le monde s'étendra sa puissance et ensuite le sénat le tuera [...]. Anchise lui a tout montré et, après, il lui a annoncé les batailles qu'il livrera et les peines qu'il endurera. Le seigneur Enéas est fort enflammé par ce qu'il a appris là, il se réjouit beaucoup pour sa descendance qu'il voit si bien glorifiée que le monde lui sera soumis ; il règnera sans fin à travers le temps. En son cœur, il en éprouve une grande joie, il a oublié le malheur de Troie, et pourtant il était fortement préoccupé par les batailles et les malheurs qu'il faudrait affronter avant d'arriver à posséder une terre28 ».

  • 29 Nous avons expliqué supra, chapitre I, p. 48, pourquoi Brutus est l'arrière-petit-fils d’Enée chez (...)

19Le Roman de Brut, en référence à ce transfert vers l'Ouest, situe sans aucune ambiguïté l'accomplissement du cycle des grands empires en Bretagne insulaire dans cette scène prophétique où Diane enjoint à l'arrière petit-fils d’Enée29 de quitter la Grèce (où il avait cherché refuge) pour gagner les terres occidentales :

  • 30 Wace, Le Roman de Brut, op. cit., v. 681-690.

« Ultre France, luinz dedens mer
Vers Occident, purras trover
Une ille bone e abitable
E a maneir mult delitable
Bone est la terre a cultiver,
Gaiant i soelent abiter.
Albion ad non, cele avras,
Une Troie nove i feras.
De tei vendra reial ligniede
Ki par le mund iert esalciede30 ».

20Une telle accumulation légitime donc les plus hautes aspirations politiques de la monarchie Plantagenêt, notamment du point de vue du prestige de ses origines, et affirme la grandeur de son destin, qui tutoie la vocation impériale. La célébration des liens privilégiés de Rome et de la Bretagne agit dans le même sens.

Rome et la Bretagne

  • 31 Cf. supra, chapitre I, p. 45.
  • 32 Cf. supra, chapitre I, p. 44-45.

21Dans l'Historia Regum Britanniae, Geoffroy de Monmouth a consacré plus de deux livres sur douze aux exploits du roi Arthur. Son destin est lié à celui de Rome, une première fois lors de son débarquement en Gaule suivi d'une conquête qui dure neuf ans, une deuxième fois lors de l'affrontement avec les armées de Léo, déclenché par l'exigence d'un tribut que l'empereur romain réclame à la Bretagne31. Fidèle à sa source, Wace reprend ces deux épisodes sans en modifier le sens32. Ce faisant, il ajoute une continuité politique encore plus revendiquée à la filiation déjà établie entre Troie, Rome et la Bretagne. De fait, le Roman de Brut multiplie les références croisées entre le royaume insulaire et l’Urbs maîtresse du monde. Ainsi, dans l'épisode consacré à l'expédition de Jules César en Gaule, Wace place dans la bouche du grand conquérant, sur le point d'embarquer pour la Bretagne, ces vers qui sonnent comme un rappel des droits historiques des Romains sur les Bretons :

  • 33 Wace, Le Roman de Brut, op. cit., v. 3 870-3 876.

« Bien sai, dist il, ki Brutus fu,
Il e nus fumes d'un lignage ;
Li chiés de nostre parentage
Prist a Troie comencement.
Mais, puis le grant destruement,
Se departirent li baron
Si pristrent mainte region33 ».

22Le chef breton Cassibellan, recevant une lettre de semonce de César, lui répond exactement sur le même argument de fond pour justifier la liberté historique des Bretons par rapport aux Romains :

  • 34 Ibid., v. 3 923-3 936.

« Nus avum tuz tens franc vescu,
E franchement avum tenu,
E vivre devum franchement
Come li Romain dreitement,
Kar nus sumes d'une racine
E d'une gent e d'une orine.
Cesar, se tu te purpensoues
E si tu raisun esguardoues,
Merveilluse hunte feïs
Quant de treü nus requeïs,
E mettre nus vols en servage
Ki sumes de vostre parage ;
Per as Romains estre devum
Ki d'un lingnage descendom34 ».

23On ne saurait, en plein xiie siècle, énoncer plus distinctement la qualité des Bretons à revendiquer la romanitas et à ne reconnaître aucune sujétion par rapport à tous ceux qui se réclament de l'héritage romain.

  • 35 Geoffroy de Monmouth, Historia Regum Britanniae, op. cit., chapitre 43.
  • 36 Ibid., chapitre 79.
  • 37 Ibid., chapitre 86.
  • 38 Wace, Le Roman de Brut, op. cit., v. 5719.

24Mieux encore : la conquête de la Bretagne par César est contrebalancée, depuis Geoffroy de Monmouth, par la domination d'anciens rois bretons sur la Ville Eternelle. Ainsi, le roi Belin et son frère Brenne ont mené une guerre victorieuse contre les Romains, qui les a conduits jusque dans leur cité35 ; plus tard, le roi Breton Constantin est devenu empereur de Rome36 ; le titre a encore été réclamé par Maximien, triomphateur des Gaulois et des Germains37. Wace reprend ces affirmations à son compte, et tisse un maillage serré de références à l'idée impériale à travers l'idée romaine : Constantin, de mère bretonne (Hélène) et de père romain (Constant), réussit à accéder au titre suprême : « Dunc fu Constentin emperere38 ». Les conquêtes de Maximien sont développées :

  • 39 Ibid., v. 5 982-5 990.

« Vers France s'en passa avant.
France conquist e Lohierregne,
E Treives fist chief de sun regne.
Ne li pout encor ço suffire
S'il de Rome n’eüst l'empire ;
Dunc prist vers Rome sun chemin
Sur Gracien et Valentin ;
Lombardie e Rome conquist,
L'un en chaça e l'altre ocist39 ».

25Le rappel de ces jalons de l'histoire bretonne débouche en apothéose dans le discours d'Arthur en réponse aux ambassadeurs romains, qui, conformément à l'épisode correspondant chez Geoffroy de Monmouth, repousse toute idée de supériorité romaine, et se transforme en revendication à l'empire universel, la conquête de Rome étant présentée comme l'objectif à atteindre, à l'imitation des illustres prédécesseurs, Belin, Brenne, Constantin et Maximien :

  • 40 Ibid., v. 10873-10884.

« Cil furent mi parent procain ;
E chescuns out Rome en sa main !
Or poëz oïr e saveir
Qu’altresi dei jo Rome aveir
Cum il Bretaine, par raisun,
Se nus as anceisurs quardum.
Romain de nos orent treü
E mi parent l’unt d’els eü.
Il cleiment Bretaine, e jo Rome !
De mun cunseil est ço la sume
Que cil ait la rente e la terre
Ki purra sur l’altre conquerre40 ».

26Le mythe des origines troyennes, avec ses ramifications impériales et romaines, connaît donc une amplification particulièrement sensible à la cour d'Henri II Plantagenêt. On pourrait admettre que le Roman de Brut l'exploite par pur respect pour l’Historia Regum Britanniae, Wace n'escamotant que très rarement les généalogies de Geoffroy de Monmouth, même les plus fantaisistes. Cependant, la coïncidence entre la dimension troyenne de la chronique du clerc de Caen, et la production des romans antiques — Enéas et Troie principalement - à la cour Plantagenêt dans la même décennie, est beaucoup trop forte pour être considérée comme fortuite, surtout à une époque où littérature et historiographie ne sont pas séparées, et sous la plume d'auteurs si proches du pouvoir — dans le cas de Wace et de Benoît de Sainte-Maure. L’élucidation des liaisons entre tranlatio imperii et politique à la cour Plantagenêt n'est pourtant pas évidente.

Un discours ambigu

27La mise en œuvre d'un mythe comme celui de la marche de l'idée impériale vers l'Ouest au fur et à mesure des temps chrétiens pose en effet beaucoup de problèmes dans le cadre d'une cour comme celle d'Henri II. La réactivation d'une référence qui mêle aussi inextricablement le souvenir de l'Empire romain et le christianisme a une connotation ecclésiastique telle que le milieu qui en est responsable est automatiquement identifié. Wace et Benoît de Sainte-Maure en font d'ailleurs partie. Ce n'est pas pour autant que l'on tient la signification que les souverains angevins pouvaient attribuer à ce mythe. Une approche par hypothèses est nécessaire.

Un universalisme attirant

28Si l'on se réfère à l'évocation première de la translatio imperii dans l'entourage normanno-angevin, c'est vers le Roman de Brut qu'il faut se tourner. Celui-ci, dans la lignée de l’Historia Regum Britanniae, expose la double confrontation du roi Arthur et de l'Empire romain sous un jour favorable au premier, dans la mesure où ce ne sont pas des raisons militaires qui lui font renoncer à sa marche sur Rome, mais la trahison de son neveu Mordret. Reto Bezzola a vu dans cette supériorité de la monarchie bretonne sur son adversaire une volonté de négation et de dépassement de l'idée impériale - et de ceux qui représentent sa tradition centralisatrice au xiie siècle, à savoir les Capétiens — exprimée par les milieux anglo-normands :

  • 41 R. Bezzola, Les origines et la formation de la littérature courtoise en Occident, op. cit., 2e par (...)

« [...] Comme Alexandre, il [Arthur] n'est pas empereur, mais roi. La tradition impériale, la continuation, la renovatio de l'Empire romain est abandonnée et symboliquement surpassée par la double victoire du roi Arthur sur les Romains [...]. Nous sentons là l'esprit d'un temps nouveau, où les grandes maisons féodales, comme celle de Normandie-Angleterre, se révoltent contre le pouvoir central, héritier de l'Empire romain et défenseur de l'Église chrétienne. Elles ne tâchent pas de reprendre la tradition impériale, elles l’écartent tout simplement. Cet esprit ne pourrait mieux se manifester que par cette conquête de la Gaule sur les Romains, que Geoffroi imagina comme le suprême exploit du roi Arthur41 ».

29Dans le même ordre d'idées, le savant suisse fait des épisodes de combats entre Arthur et les Romains une expression des tensions entre l'ordre chevaleresque et la monarchie capétienne, symbole et héritière des traditions impériale romaine et chrétienne :

  • 42 R. Bezzola, op. cit., p. 541, cité par D. Boutet, op. cit., p. 445.

« Lucius, comme Flollo, tombe de la main du roi Arthur, symbole de cette nouvelle classe féodale qui supplante sous toutes ses formes la tradition impériale romaine et chrétienne. Elle la supplante, mais elle ne la reprend pas. Arthur, après la victoire sur les Romains ne marche pas sur Rome. Au moment même où il veut le faire, il est surpris par la trahison de son neveu Mordret42 ».

  • 43 Geoffroy de Monmouth, Historia Regum Britanniae, éd. E. Faral, op. cit., chapitre 152. Trad. L. Ma (...)

30Cependant, comme l'a justement fait remarquer Dominique Boutet, la portée de ces passages n'est pas claire. Contre l'idée de rejet de la tradition impériale chez Geoffroy de Monmouth et Wace, il est possible de faire valoir que si le roi Arthur n'a pas soumis Rome, c'est parce qu'il en a été empêché, alors que telle était bien son intention. D'autre part, les deux auteurs ont toujours situé la monarchie d'Arthur dans le droit fil de ses origines troyennes et dans sa relation de parenté avec l'Empire romain, donc dans la tradition impériale. Enfin, au-delà de la monarchie bretonne, c'est tout le peuple breton d'Arthur qui a vocation à recueillir l'héritage de Troie et de Rome, puisqu'il descend intégralement des Troyens. Ainsi Geoffroy de Monmouth a éprouvé le besoin d'attribuer des origines romaines à Guenièvre (« duxit uxorem Guennueram ex nobili genere Romanorum editam »43), suivi fidèlement par Wace :

  • 44 Wace, Le Roman de Brut, op. cit., v. 9 645-9 648.

« Genuevre prist, sin fist reïne,
Une cuinte e noble meschine ;
Bele esteit e curteise e gente,
E as nobles Romains parente44 ».

31La tradition impériale n'est donc pas repoussée dans le Roman de Brut ; au contraire, elle est même associée à la monarchie d'Arthur en ce sens que son père (Uterpendragon, fils du roi Constantin) et son épouse en sont issus. Il faut donc voir en quoi les Plantagenêts peuvent s'y référer.

Un impérialisme angevin

  • 45 J. Gillingham a très justement évoqué la » divisibilité essentielle de l'Empire angevin » pour sou (...)
  • 46 Au premier rang de ceux-ci, l’évêque Stubbs, The Constitutional History of England, Oxford, 1897, (...)

32Si l'on cherche à définir ce que l'idée d'empire signifie à la cour d'Henri II, il apparaît que ce que nous appelons — tout à fait improprement, comme l'ont montré John Gillingham et John Le Patourel45 —« empire Plantagenêt » doive d'emblée être écarté comme pure création des historiens du xixe siècle46. Aucune expression des chroniqueurs du xiie siècle ne renvoie à une telle réalité, qui ne peut pas exister puisque le seul trait qui soit commun à tous les territoires réunis dans l'espace Plantagenêt, c'est la personne de celui qui les domine, comme le dit sa titulature : « Henricus, Dei gratia rex Anglorum, Dux Normannorum et Aquitanorum, Comes Andegavorum, etc. ».

33En revanche, l'idée d'empire à la cour de Londres, dans la seconde moitié du xiie siècle, renvoie à deux réalités bien distinctes mises en évidence par Robert Folz. D'abord, elle a une dimension nationale et insulaire : l'empire, c'est l'ensemble des territoires britanniques soumis à la domination anglaise depuis les invasions saxonnes, Gallois et Écossais compris. Autrement dit :

  • 47 R. Folz, L'idée d'Empire en Occident..., op. cit., p. 54, cité par D. Boutet, Charlemagne et Arthu (...)

« Paru en Angleterre au moment de la vacance de l'Empire sur le continent, pour s'éteindre lorsqu'un Empire romain s'affirma à nouveau, le titre impérial n'eut jamais dans l'île qu'une valeur semi-officielle. L'empire anglo-saxon fut à tous égards un Empire national, exprimant l'autorité suprême du souverain sur les différents éléments qui constituaient la population de l'Angleterre47 ».

  • 48 Wace, Le Roman de Brut, op. cit., v. 9 421-9 526 (pour l’Écosse) et v. 9 659-9 702 (pour l'Irlande (...)
  • 49 E. A Freeman, The History of the Norman Conquest of England, 2e éd., Oxford, 1870, t. 1, p. 139- 1 (...)
  • 50 Ibid., p. 142 : « (That title) was meant to assert that the King of the English was not the homage (...)
  • 51 Cf. infra, chapitre VIII.

34C'est cette conception nationale et insulaire que l'on retrouve dans l'épisode des premières conquêtes d'Arthur, à savoir la soumission des Pictes et des Scots, en attendant le tour de leurs alliés irlandais48. Elle vise à promouvoir l'idée d'une indépendance traditionnelle et d'une égale dignité des peuples des îles britanniques par rapport aux empires à vocation universelle, romain et byzantin, sous la houlette de ceux qui se sont établis grâce à la conquête de la majeure partie du Sud de l'île principale : les Anglais. Selon l'historien E. A. Freeman, cette conception remonte à l'époque où le roi anglo-saxon Egbert, ami de Charlemagne, monta sur le trône du Wessex et chercha à établir dans les îles britanniques la même domination que Charlemagne sur le Continent49. Cependant, ce ne fut pas avant Aethelstan (924-940) qu'un roi anglo-saxon associa à son nom le titre impérial britannique, que les Normands laissèrent tomber en désuétude dans la mesure où l'Angleterre ne les intéressait qu'en ce qu'elle pouvait leur apporter en renforcement de leur puissance sur le Continent50. En somme, cette prétention « semi-officielle » renvoyait à des problèmes intérieurs aux îles britanniques : l'hégémonie anglo-saxonne sur le reste des territoires. On peut voir là une forme d'argument de la cour Plantagenêt en faveur de sa politique impérialiste à l'échelle des îles britanniques : Henri II Plantagenêt, dans ses guerres de conquête en Écosse et au Pays de Galles, ne faisait, selon cette présentation du passé, que réasseoir l'ancienne domination du roi Arthur sur ces peuples voisins. Cette revendication à caractère impérialiste, typique des possibilités qu'offrent l'Historia Regum Britanniae et le Roman de Brut par leur caractère « nationaliste », ne sera pas oubliée des successeurs d'Henri II au moment où les Écossais et les Gallois poseront à nouveau des problèmes51.

  • 52 R. Folz, L'idée d'Empire en Occident..., op. cit., p. 54.

35D'autre part, selon Robert Folz, l'empire au xiie siècle en Angleterre c'est toujours l'Empire romain et chrétien, le titre impérial lié à l'héritage de Constantin le Grand, rénové par les Carolingiens puis par les Othoniens, auxquels le royaume britannique n'a jamais été soumis. Un peu comme en Espagne, c'est une référence à Rome qui est déconnectée des intérêts britanniques parce que son influence outre-Manche ne s'exerce plus depuis longtemps52. Mais ce qui est vrai du royaume insulaire ne l'est pas de la dynastie Plantagenêt, lignée de princes français, parlant le français y compris à la cour de Londres ou de Winchester, et possessionnée au xiie siècle sur la moitié des territoires du royaume de France. De ce point de vue, la référence à l'Empire romain, ou plutôt à l'impérialisme romain, traduction d'une politique de conquête présentée comme une politique pacificatrice, signifie pour eux quelque chose. À cet égard, il est frappant de constater que dans le Roman de Brut, la première victoire d'Arthur sur les Romains, sous la forme de la soumission de la Gaule et de l'élimination du tribun Frollon, donne lieu à une distribution de territoires aux principaux lieutenants qui recouvre à peu près exactement les possessions continentales patrimoniales d'Henri II :

  • 53 Wace, Le Roman de Brut, op. cit., v. 10 153-10 170.

« A Kei, sum maistre senescal,
Un chevalier pruz e leal
Duna tut Angou et Angiers
E cil le reçut volentiers.
A Bedoer, sun buteillier,
Un sun demaine cunseillier,
Duna tut en feu Normendie,
Ki dunc aveit nun Neüstrie.
Cil dui erent mult si feeil
E saveient tut sun cunseil.
E Flandres duna a Holdin,
Le Mans a Borel sun cusin,
Buluine duna a Ligier
E Puntif duna a Richier
A mulz sulunc lur genterise,
A plusurs sulunc lur servise
Duna ses delivres enurs
E les terres as vavasurs53 ».

  • 54 Geoffroy de Monmouth, Historia Regum Britanniae, éd. E. Faral, op. cit., chapitre 155 :« Tunc larg (...)

36Par rapport au passage de référence dans l’Historia Regum Britanniae54, l'amplification à laquelle se livre Wace est très révélatrice : sont ajoutés la cité d'Angers, qui est nommément désignée, capitale des comtes d'Anjou ; celle du Mans, lieu de naissance d'Henri II Plantagenêt (1133), dont la cathédrale renferme le tombeau de son père Geoffroy Plantagenêt (1151) ; et les comtés de Flandre, Boulogne et Ponthieu, dont les dynasties territoriales ont souvent été alliées des comtes d'Anjou et des ducs de Normandie face au roi de France. Il y a dans ces vers comme un encerclement stratégique du domaine des Capétiens du xiie siècle, et une réduction à l'état de royaume vassal de l'ancienne Gaule romaine dans la continuité de laquelle les rois de France se situent. C'est l'indice d'une volonté de retournement de l'idée impériale contre ceux qui tentent de l'utiliser pour légitimer le renforcement de la souveraineté royale en France : les Capétiens. L'idée impériale romaine n'est donc pas mise en œuvre pour elle-même par l'entourage d'Henri II Plantagenêt, mais pour ceux de ses domaines patrimoniaux qu'elle recouvre, qu'il s'agit de mettre à l'abri de tout impérialisme intempestif en répliquant sur le même terrain. Il n'est pas certain toutefois que l'impérialisme angevin n'ait pas eu d'autres motivations que la stricte riposte à l'expansionnisme royal capétien.

Une idée de clercs

37La question se pose en effet de savoir si le maniement de mythes aussi forts que la translatio imperii et l'idée impériale romaine, son corollaire, est une idée propre à Henri II Plantagenêt et à ses successeurs, ou si elle ne reflète pas plutôt des aspirations plus substantielles venues de leur entourage ecclésiastique. Dominique Boutet, s’interrogeant au sujet des fluctuations des textes de Geoffroy de Monmouth et de Wace devant l'idée impériale, y voit une hésitation qu'il analyse dans le cadre d'une opposition structurale entre le projet politique des Plantagenêts et l'idéologie d'origine ecclésiastique qui les entoure :

  • 55 D. Boutet, Charlemagne et Arthur..., op. cit., p. 446.

« À quoi bon évoquer les prédictions de la Sibylle si l'idée fondamentale est de rejeter la tradition impériale ? Geoffroy, puis Wace, semblent hésiter, osciller entre deux tendances opposées. D'un côté les exemples invoqués de Belin et Brennius d'une part, de Constantin (revu et corrigé) d'autre part, sont bien ceux de conquérants qui ont pris Rome par la force à partir de l'Angleterre, et non d'empereurs régulièrement élus, et c'est leur exemple qu'Arthur s'apprête à suivre : en ce sens R. R. Bezzola à raison. Mais tous se sont intéressés à Rome, où ils ont pris ensuite à leur compte, quand ils l'ont pu, la tradition impériale : le cas de Constantin est le plus significatif [...]. Comment expliquer cette hésitation des textes ? Nous y verrions volontiers le résultat d'une contradiction insurmontable entre la pensée politique des souverains dédicataires (indifférents ou hostiles à l'idée impériale) et la pression d'un schéma de pensée solidement ancré dans la sensibilité et dans l'idéologie de l'Occident médiéval, celui de la translatio imperii, soutenu par l'image mythique qui s'attache alors aux terres qui symbolisent l'extrême Orient55 ».

  • 56 Robert de Boron, Le Roman de l’Estoire dou Graal, éd. W. Nitze, Paris, Champion, CFMA, 1927.

38Cette hypothèse très ingénieuse privilégie la liaison de l'histoire et du mythe par rapport à l'étude de l'histoire du xiie siècle et aux éventuelles prétentions impériales que les Plantagenêts auraient pu nourrir. À l'appui de sa démonstration, Dominique Boutet fait d'ailleurs remarquer qu'un autre mythe de la fin du xiie siècle, parallèle à celui de la translatio imperii, transforme l'Occident en lieu d'accomplissement des temps chrétiens : celui du transfert du Graal. Ainsi, Robert de Boron, dans son Roman de l’Estoire dou Graal56, présente la translation du Graal vers l'Occident, explicitement mentionné, comme le résultat de la volonté du Christ, qui charge Joseph d'en faire part à celui qu'il a choisi pour l'opération, Alain le Gros :

  • 57 Ibid. ; v. 3 091-3 093 et 3 100-3 101. Cité par D. Boutet, Charlemagne et Arthur..., op. cit., p. (...)

« Di li que de lui doit oissir
Un oir malle, qui doit venir,
Ce veissel ara a garder [...]
Puis s'en ira vers Occident
Es plus lointeins lius que pourra57 ».

  • 58 Sur l'identification de ces « Vaux d’Avaron » avec l'abbaye de Glastonbury, cf. infra, chapitre VI

39Alain le Gros se dirige vers les « vaus d’Avaron58 » pour une raison symbolique que le Christ révèle à Joseph dans une dernière explication :

  • 59 Robert de Boron, Le Roman de l’Estoire dou Graal, op. cit., v. 3351-3358.

« Ausi cum li monz va avant
Et touz jours en amenuisant,
Couvient que toute ceste gent
Se treie devers Occident.
Si tost com il seisiz fera
De ton veissel et il l'ara
Il li couvient que il s'en voit
Par devers Occident tout droit [...]59 ».

40Tout est en place, en cette fin du xiie siècle, pour une concentration des références culturelles sur l'espace Plantagenêt par une intention concertée chez Wace, par une récupération d'une grande simplicité dans le cas de Robert de Boron. La conquête du Saint Vase devient le paradigme de l'apogée de la cour arthurienne, et vient la glorifier comme ultime héritière d'un trajet qui, reliant l'Orient à l'Occident, fait de la pointe extrême de celui- ci le lieu d'accomplissement des temps historiques et chrétiens. La rédaction des romans antiques, prélude thématique au travail de Wace et variation supplémentaire sur la translatio imperii, vient consolider l'édifice littéraire qui soutient les implications politiques attachées à une telle célébration.

  • 60 D. Boutet, Charlemagne et Arthur..., op. cit.. p. 446. Cf. supra, p. 186.
  • 61 Ch. Petit-Dutaillis, La monarchie féodale en France et en Angleterre, 2e éd., Paris, Albin Michel, (...)

41Cependant, contre la thèse de Dominique Boutet, il est possible de faire valoir que les Plantagenêts n'ont pas été aussi « indifférents ou hostiles à l'idée impériale60 » que cela, ce qui ouvre la voie à une ingérence et un investissement personnels dans l'élaboration du discours mythique sur la translatio imperii. En effet, il a souvent été remarqué que du temps de sa jeunesse, Henri d'Anjou aimait à se faire appeler « Fitzempress », par référence à sa mère Mathilde, veuve de l'empereur Henri V, dans le but de se faire valoir d'un titre honorifique suffisant par rapport aux autres descendants de Guillaume le Conquérant, aux autres membres de la maison d'Anjou, et aux Capétiens. D'autre part, évoquant les itinéraires respectifs d'Henri II et de Richard Cœur de Lion, Charles Petit-Dutaillis61 a constaté la démesure de leurs ambitions politiques, confinant à la mégalomanie :

  • 62 Ch. Petit-Dutaillis fait allusion à la campagne d'Henri II dans le comté de Toulouse en 1158-1159, (...)
  • 63 Raymond VI de Toulouse et Richard Cœur de Lion étaient beaux-frères en raison du mariage du premie (...)
  • 64 Mariage entre Aliénor, deuxième fille d'Henri II et d’Aliénor d'Aquitaine, avec Alphonse VIII de C (...)
  • 65 Cet hommage prit place le 2 février 1194 au cours de la cérémonie par laquelle, devant une vaste a (...)
  • 66 Richard Cœur de Lion, faisant halte en Sicile en même temps que Philippe Auguste sur la route de l (...)
  • 67 C'est le célèbre épisode, toujours sur la route (maritime) de la Troisième Croisade, de la capture (...)
  • 68 Au cours de la Troisième Croisade, Richard Cœur de Lion tenta de régler le différend au sujet du r (...)
  • 69 En 1197, à l'occasion de la mort inattendue de l'empereur Henri VI, Richard Cœur de Lion fut press (...)

« On a accusé Henri II d'aspirer à la domination universelle. Ce vieux rêve romain fut celui de beaucoup d'hommes du Moyen Âge. Il n'est pas douteux en tout cas qu'Henri II eut des ambitions énormes. Il voulut étendre sa puissance jusqu'aux rives de la Méditerranée et jusqu'au-delà des Alpes62 On a vu qu'il prétendit reprendre le comté de Toulouse, ancienne dépendance de l'Aquitaine ; son fils Richard reçut l'hommage de Raymond VI63. L'alliance avec le comte de Barcelone (1159) et le mariage d'une fille d'Henri II avec le roi de Castille64 et de Richard avec Bérangère de Navarre (1191), l'union projetée entre Jean sans Terre et l'héritière de Savoie (1173), l'hommage de Richard à l'empereur Henri VI pour le royaume d'Arles et de Bourgogne (1193)65, son attitude dominatrice en Sicile (1190-1191)66, l'occupation de l'île de Chypre (1191)67 l'ambition que caressa Richard de mettre la main sur le royaume de Jérusalem et sur l'Empire d'Orient68 et de se faire élire empereur après la mort de Henri VI69 tous ces faits, tous ces plans avortés dévoilent une mégalomanie qui, assurément, a contribué à l'épuisement et à l'écroulement de l'empire angevin ».

42Il y a sans doute beaucoup à redire sur la démarche, que nous ne reprenons pas à notre compte, qui consiste à attribuer des rêves chimériques à des hommes de l'envergure des deux premiers souverains angevins : à huit cents ans de distance, il est un peu vain d'essayer de démontrer que Richard Cœur de Lion eut le désir de se faire élire roi des Romains. Les témoignages des chroniques ne permettent pas de sonder les esprits et les cœurs à ce point-là. Cependant, il est clair que l'aire d'action, le terrain d'opération politique des Plantagenêts a débordé largement les limites de leurs domaines, touchant tout l'Occident, et marquant l'Orient de façon durable. À ce titre, l'idée impériale véhiculée par la littérature produite à leur cour, ou influencée par elle, correspond bien aux dimensions de leur interventionnisme politique : la Chrétienté, dont ils apparaissaient, de leur vivant même, comme les plus grands souverains. Cette forme d’universalisme culturel a son pendant dans l'exploitation d'un autre grand mythe occidental : la translation studii.

La translatio studii

  • 70 E. Gilson, Les idées et les lettres, Paris, 1932, p. 182 suiv.

43La Renaissance du xiie siècle a vu la résurgence d'un second mythe littéraire et culturel qui est fondamentalement lié à la translatio imperii : la translatio studii. Étienne Gilson lui a jadis consacré des pages fameuses, dont la substance est restée d'actualité70 : recherchant les origines du thème, il mentionne la Chronique de Saint-Gall (vers 885), dont l'auteur anonyme fait d’Alcuin l'artisan du transfert au profit du royaume des Francs de la civilisation qui était passée d'Athènes à Rome. Au xiie siècle, les éclats de l'humanisme chrétien issu des écoles et de l'idéal courtois élaboré dans les cercles laïcs lettrés ont remis au goût du jour ce mythe en même temps que celui de la translatio imperii. La croyance que la destinée humaine est un déplacement et un approfondissement continuels vers l'Ouest de la civilisation attachée à l'idée impériale est en effet partagée. En conséquence, on s'interroge un peu partout sur l'héritage de la translatio studii, et sur la responsabilité des uns et des autres devant sa transmission. C'est ce qu'Étienne Gilson a résumé d'une formule magistrale :

  • 71 Ibid., cité par E. Köhler, L'aventure chevaleresque..., op. cit., p. 49.

« [...] il [Le Moyen Âge] a accepté et revendiqué comme un honneur le rôle de transmetteur d'une civilisation qui lui était dévolu71 ».

44Dans ces conditions, les clercs des meilleures écoles, celles de Paris ou de Chartres, revendiquent naturellement leur part éminente dans ce processus, et font du legs des Anciens la référence insurpassable dont ils estiment l'usage autorisé - des Anciens parmi lesquels un tri sélectif est opéré, en fonction de leur compatibilité avec l'enseignement du christianisme, les auteurs de la tradition patristique étant privilégiés.

45Cependant, parmi les milieux ecclésiastiques des écoles, il existait toute une frange de clercs qui n'étaient pas prêtres, qui avaient été admis seulement aux ordres mineurs, voire simplement tonsurés. Tous, au départ, étaient en principe destinés à l'Église, c'est pourquoi ils avaient accès à la clergie, c'est-à-dire à la culture. Mais, en fin de compte, beaucoup s'éloignaient de leur milieu d'origine pour entrer au service d'une cour laïque, où ils étaient bien accueillis en raison de leur aptitude à l'écrit et de leur culture. Ce sont eux qui firent entrer la clergie dans les milieux courtois. La cour Plantagenêt a, plus que toute autre, attiré une foule considérable de ces clercs qui étaient moins des hommes d'Église que des hommes de lettres.

46Du coup, un important phénomène s'est produit dans l'entourage du souverain angevin : mettant leur plume au service d'un milieu qui promouvait un idéal harmonieux de la royauté et de la société chevaleresque, les clercs courtois des domaines Plantagenêts — Wace, Benoît de Sainte- Maure et les auteurs des romans antiques - ont introduit, dans une littérature qui répondait avant tout à des aspirations séculières, des influences venues de la clergie, parmi lesquelles le mythe de la translatio studii. Celui- ci, dès lors, ne restait plus le monopole des milieux des écoles, la société chevaleresque ayant la possibilité de s'en réclamer. La célébration de l'alliance de la clergie et de la chevalerie marqua une date dans l'histoire littéraire du xiie siècle occidental. Parce qu'elle fut colportée avant tout par les romans antiques nés à la cour Plantagenêt et par les romans bretons, notamment ceux de Chrétien de Troyes, elle eut des répercussions significatives pour la monarchie d'Henri II.

L'opposition du clerc et du chevalier

47Le mythe de la translatio studii, qui fait de l'Occident le réceptacle d'un universalisme culturel parallèle à celui de la translatio imperii, intéresse particulièrement les domaines Plantagenêts en ce sens qu'à travers les figures d'Alexandre et d'Arthur, il les désigne comme les héritiers patentés de la civilisation née dans le monde gréco-romain. Autour des souverains Plantagenêts, une entreprise littéraire savante milite en ce sens.

La prépondérance de la chevalerie

  • 72 Cf. supra, chapitre I, p. 56.

48L'imbrication des romans antiques et des gestes des Bretons puis des Normands à la cour d'Henri II Plantagenêt72 aboutit à tisser une filiation culturelle qui remonte des contemporains du souverain Plantagenêt aux compagnons du roi Arthur, puis de ceux-ci aux Grecs d'Alexandre le Grand et aux Troyens d’Enée, tout en répondant à une idéologie qui est avant tout chevaleresque. En effet, dans cette construction littéraire à plusieurs étages, c'est la chevalerie anglo-normande qui est rapportée à la chevalerie bretonne, celle-ci étant à son tour située dans la lignée de la chevalerie macédonienne et troyenne.

  • 73 Cf. supra, chapitre III, p. 88-90.
  • 74 Cf. supra, chapitre IV, p. 125 note 8.

49Cela nous ramène au problème de la signification des nombreux anachronismes constatés dans les romans antiques du xiie siècle, dont nous avons rappelé73 qu'ils constituent un genre authentique né à la cour normanno-angevine. La mode qui consiste à emprunter à la société du xiie siècle des institutions, des costumes et des traits de mentalité qui sont transplantés dans un décor antique et païen n'a en effet rien à voir avec une quelconque naïveté du public de cour destinataire. Ces romans, au contraire, sont les produits d'une réflexion de l'aristocratie du xiie siècle sur ses origines et son statut, menée sur la base d'une utilisation du passé pour dire le présent74, à des fins sociales et politiques. Le rôle privilégié qu'y joue la chevalerie en est le meilleur indice.

  • 75 L'ensemble appelé Roman d'Alexandre est édité dans : The Medieval French Roman d'Alexandre, 6 vol. (...)
  • 76 Thomas de Kent, Le Roman de Toute Chevalerie, éd. B. Foster (The Anglo-Norman Alexander by Thomas (...)

50Dans cette optique, une reconsidération du contenu idéologique de ces romans antiques est nécessaire. Deux traits caractéristiques peuvent être mis en évidence. Si l'on considère l'ensemble un peu à part que constituent la version poitevine anonyme du Roman d'Alexandre d’Albéric de Pisançon, sa continuation par le Poitevin Lambert le Tort75, et l'extension supplémentaire du Roman de Toute Chevalerie de Thomas de Kent76, la célébration d'Alexandre le Grand comme parangon des vertus chevaleresques et modèle du prince cultivé est frappante. Alexandre tient lieu d'incarnation du roi éclairé, dont le gouvernement est fondamentalement inspiré par la vertu de largesse, d'essence courtoise s'il en est. D'autre part, il est le prototype du preux, il est le roi magnifique qui ne recule devant rien, ce qui fait de lui un héros dont la bravoure n'a d'égale que la sagesse, appelé à une très grande postérité culturelle. Les romans de Thèbes, d’Enéas et de Troie exaltent l'aristocratie du xiie siècle de façon un peu différente : l'étalage de merveilles et de monstres y est moins grand, mais la chevalerie des Argonautes ou celle de Troie possèdent des vertus civilisatrices et fondatrices largement supérieures à la royauté macédonienne, qui, associées à un degré de culture tout à fait comparable et à des qualités de largesse et de prouesse identiques, font du raffinement de l'esprit et de la délicatesse des mœurs, l'apanage de la société courtoise telle qu'on la vit dans les domaines Plantagenêts. La monarchie d'Alexandre et la chevalerie d’Enée dans les romans antiques sont une préfiguration de la société arthurienne.

  • 77 Cf. supra, chapitre III, p. 97.
  • 78 Cf. supra, chapitre III, p. 107.
  • 79 J. Frappier,« Chrétien de Troyes », in R. S. Loomis (dir.), Arthurian Literature in the Middle Age (...)

51Il revient à un clerc non pas de l'espace Plantagenêt, mais d'une cour familière de celle d'Henri II, d'avoir ouvertement associé le topos de la translatio studii avec la royauté arthurienne, et, partant, avec l'espace Plantagenêt : Chrétien de Troyes. Cependant, le passage du poète champenois qui fait état du déplacement de la clergie et de la chevalerie vers l'Occident est d'interprétation difficile. Dans la conjointure de son Cligès, Chrétien de Troyes relie le monde byzantin au monde arthurien. Une première translatio, qui fait migrer l'intérêt romanesque depuis la matière de Grèce et de Rome, que Chrétien connaît parfaitement bien, vers la matière de Bretagne au rayonnement de laquelle il contribue, se double d'une deuxième translatio qui amène les personnages principaux, Alexandre, mais aussi Cligès et Fénice, de Constantinople à Londres, à la cour du roi Arthur. La géographie de l'Angleterre dans le Cligès est suffisamment précise pour faire de la capitale britannique le siège de la cour d'Arthur, au détriment de la mythique Cité des Légions, Caerlion ou Cardueil77. De la même façon, la cour d'Arthur est décrite comme l'endroit le plus policé du monde, surpassant celle de Constantinople78, et le roman tout entier, comme l'a considéré Jean Frappier, est un éloge à la gloire de la cour des Plantagenêts79.

52Pourtant, au moment de célébrer, dans le prologue du Cligès, l'alliance de la clergie et de la chevalerie, ce n'est pas au royaume d'Angleterre que Chrétien de Troyes fait référence, mais à la » France ». La citation est célèbre :

  • 80 Chrétien de Troyes, Cligès, éd. A. Micha, Paris, Champion, CFMA 1982, prologue, v. 25-37.

« Par les livres que nos avons
Les fez des ancïens savons
Et del siegle qui fu jadis.
Ce nos ont nostre livre apris
Qu'an Grece ot de chevalerie
Le premier los et de clergie.
Puis vint chevalerie a Rome
Et de la clergie la some,
Qui or est en France venue.
Dex doint qu’ele i soit maintenue
Et que li leus li abelisse
Tant que ja mes de France n’isse
L’enors qui s’i est arestee80 ».

  • 81 E. Köhler,« Quelques observations d'ordre historico-sociologique sur les rapports de la chanson de (...)

53Ces vers ont donné lieu à des débats passionnés lors du colloque de Heidelberg (1961) entre Erich Köhler d'une part, Jean Frappier d'autre part81. Contre l'opinion de l’érudit allemand, qui faisait valoir que les rois d'Angleterre avaient patronné les romans antiques et les romans bretons à double fin de légitimer leurs prétentions dynastiques et de gagner à leur cause les représentants de la féodalité française, avec l'aide d'auteurs bienveillants comme Chrétien de Troyes, l’éminent romaniste français a montré que le terme de « France » ne pouvait pas renvoyer à autre chose qu'au regnum Franciae, et qu'il était extrêmement délicat de faire du royaume d'Angleterre le dépositaire de la translatio studii. De plus, contestant l'idée que Chrétien de Troyes ait pu répondre à une entreprise propagandiste orchestrée par les maîtres de l'Angleterre, Jean Frappier a au contraire avancé que si une cour était célébrée dans ces vers, c'était celle d'Henri le Libéral, comte de Champagne et mécène du trouvère de Troyes.

  • 82 Sur les réserves que nous avons émises à l'hypothèse d'un séjour de Chrétien à la cour d'Angleterr (...)
  • 83 J. Flori, dans L'essor de la chevalerie..., op. cit., p. 330, fait remarquer que dans ces vers, c' (...)
  • 84 Chrétien de Troyes, Cligès, op. cit., v. 66-75.
  • 85 Ibid., v. 1 114-1 138 (Alexandre) et 4 920-5 013 (Cligès).

54Les arguments de Jean Frappier sont bien assurés. Ils n'interdisent cependant pas de penser que dans cette élévation de la chevalerie française, les Plantagenêts pouvaient tirer quelque bénéfice politique. Car s'il est douteux que Chrétien de Troyes ait travaillé pour la cour de Londres82, il n'en a pas moins démultiplié involontairement le discours à l'intention de l'aristocratie de langue française que des auteurs comme Wace ou Benoît de Sainte-Maure étaient chargés d'élaborer. Et, dans cette littérature de cour, deux axes imaginaires ont été particulièrement exploités : l'idéal chevaleresque autour de la légende arthurienne, la translatio studii autour des romans antiques. Il apparaît donc qu'un roman comme le Cligès, qui fait la synthèse entre ces deux structures mythiques, participe partiellement du discours Plantagenêt à destination de la chevalerie83, sans que cela soit, et de loin, sa vocation première. Le passage si discuté par Jean Frappier et Erich Köhler n'est peut-être pas à lui seul significatif de cette implication. Remis dans le contexte de l'ensemble du roman, où la cour d'Arthur surpasse celle de Constantinople84, où tant Alexandre que Cligès viennent à Londres se parfaire dans l'art de la chevalerie85, il coïncide peut-être un peu mieux avec les intérêts des Plantagenêts tels qu'ils ont été soutenus par la littérature produite dans leur entourage : unifier derrière eux les différentes strates de l'aristocratie de langue française de leurs domaines ; contrer la propagande capétienne orchestrée autour de Charlemagne et des légendes épiques. Prince français possessionné des deux côtés de la Manche, Henri II Plantagenêt a toujours accordé une très grande importance à la cohésion de l'aristocratie anglo-normande derrière lui — il était beaucoup plus difficile de promouvoir une idéologie politique sur de tels territoires que sur les domaines capétiens. Un topos aussi universel que la translatio studii, relayé de surcroît par des auteurs de l'audience de Chrétien de Troyes, était le meilleur moyen d'y arriver.

La réaction de la clergie

  • 86 Robert de Boron, Le Roman de l’Estoire dou Graal, éd. W. Nitze, Paris, Champion, CFMA, 1927.
  • 87 Joseph, éd. E. Hucher, in Le Saint Graal, t. 1, Le Mans, 1875, p. 209-276 ; Merlin en prose, éd. A (...)

55Cependant, l'orchestration des vertus de la chevalerie à travers un tel mythe n'est pas univoque au sein de la littérature arthurienne du xiie siècle. La force de l'idéologie d'origine ecclésiastique relative à la chevalerie a en effet abouti à la célébration de la quête du Graal, à un dépassement des aventures à caractère profane qui est l'indication d'une réaction de la clergie face à la promotion de la chevalerie. À partir de l’Estoire dou Graal (ou Joseph d’Arimathie) et du Merlin de Robert de Boron86 et de leurs mises en prose87, la translatio studii connaît une réorientation qui la ramène à ses origines ecclésiastiques sous la forme de l'accès de la« chevalerie célestielle » au savoir par excellence : la Révélation, par l'intermédiaire du Graal. L’Estoire dou Graal (ou Joseph d’Arimathié) notamment est responsable de cette transformation : en mettant en scène une translatio studii qui fait migrer le Graal de Jérusalem en Angleterre, elle confère au mythe une dimension beaucoup plus religieuse. Joseph d’Arimathie y représente l'ancêtre d'une lignée de chevaliers qui se consacrent exclusivement au service du Graal. Le Saint Vase, confié par le Christ à un riche disciple d’Arimathie jeté en prison, le fait vivre miraculeusement pendant plus de quarante ans, avant de débarquer en Angleterre grâce au périple de son propriétaire devenu vieillard, et de passer aux mains de son beau-frère, Bron, fondateur de la pieuse lignée des gardiens du Graal, dont Galaad est le dernier représentant. La translatio studii, dans ce schéma, devient translatio religionis, la chevalerie occidentale étant dépossédée de ses oripeaux habituels pour se retrouver complètement reconvertie dans une mission qui n'est pas de son fait : la conservation du Vase précieux et de ses secrets.

  • 88 Cf. infra, chapitre VI.

56Toutefois, cette coloration ecclésiastique très forte de la translatio studii opérée à la fin du xiie siècle par Robert de Boron ne remet pas en cause la captation du mythe par les Plantagenêts. L’Estoire dou Graal relie en effet de façon définitive le Graal et les » vaux d’Avalon » — sous le nom de « vaus d’Avaron » — à une époque où les Plantagenêts sont en train de faire la démonstration qu'ils correspondent à l'abbaye de Glastonbury, où viennent d'être découverts les tombeaux du roi Arthur et de la reine Guenièvre88 :

  • 89 Robert de Boron, Le Roman de l’Estoire dou Graal, op. cit., v. 3219-3221.

« En la terre vers Occident
Ki est sauvage durement
Es vaus d’Avalon m'en irei89 ».

  • 90 Cf. infra, chapitre VIII.

57Même sous une forme très spiritualisée, la translatio studii a un terme immuable à la fin du xiie siècle : les domaines Plantagenêts. Par le biais de la branche de la littérature arthurienne consacrée au Graal, l'idéologie Plantagenêt s'ouvre un nouvel espace imaginaire de développement, qui sera exploité à un point qu'Henri II n'a pas connu de son vivant90. La confrontation des idéaux de la clergie et de la chevalerie fournit donc des opportunités considérables à la cour angevine, qui devient le lieu de célébration par excellence de l'alliance du clerc et du chevalier.

Du « rex literatus » aux « milites literati »

58La récupération d'un mythe aussi porteur que la translatio studii, depuis les romans antiques des années 1155-1170 jusqu'aux romans arthuriens des années 1180-1190, a eu pour conséquence de projeter sur la cour Plantagenêt l'éclat d'un universalisme culturel dont aucune autre cour à l'époque ne pouvait se vanter. Les domaines Plantagenêts pouvaient ainsi apparaître comme le berceau des arts et des lettres en Occident au xiie siècle, sans que cette primauté soit réellement contestable. Cependant, il n'était pas prudent pour la monarchie angevine de laisser célébrer la seule chevalerie anglo-normande et sa relation avec la clergie sans que la figure du roi en tire avantage d'une façon ou d'une autre. Le modèle du roi Arthur vint combler cette lacune et parer le souverain angevin de tous les prestiges de la translatio studii.

Le modèle du prince

  • 91 Sur l'instruction d'Henri II Plantagenêt, cf. supra, chapitre I, p. 29.
  • 92 Cf. supra, chapitre II, p. 74.

59Dans le concert des louanges tressées à la gloire d'Henri II Plantagenêt, son haut degré d'instruction et son goût pour les lettres ne furent pas le moindre des aspects développés91. Même une certaine liberté de ton vis- à-vis du monarque, comme chez Gautier Map92, n'empêcha pas la mise en place d'une propagande sur le thème de l'union de la bravoure et de la sagesse à la tête de l'État, qui, réserves faites de l'intérêt bien compris que reflète toute littérature courtisane, sonnait comme la reconnaissance par les clercs de la cour de la contribution de la monarchie angevine à la Renaissance du xiie siècle et de sa participation à la translatio studii. Bravoure et sagesse - fortitudo et sapientia : tels sont les qualificatifs qui se retrouvent le plus souvent sous la plume des auteurs ecclésiastiques pour vanter les mérites d'Alexandre le Grand ou du roi Arthur. De la même façon que les domaines Plantagenêts ont pu être présentés comme les héritiers de la Grèce et de Rome, Henri II Plantagenêt, dans la translatio studii, est un nouvel Alexandre, un nouvel Arthur, incarnant l'alliance de la clergie et de la chevalerie qui s'accomplissent en sa personne. Plusieurs incidences viennent se greffer sur cette thématique.

  • 93 Chronique des comtes d'Anjou et des seigneurs d’Amboise, éd. L. Halphen et R. Poupardin, Paris, 19 (...)
  • 94 G. Duby, Les trois ordres..., op. cit., p. 348-350.

60Tout d'abord, cette célébration de la monarchie éclairée dans sa version du xiie siècle passe par l'éloge des qualités du lignage, dont Henri II Plantagenêt est censé être le digne représentant. De ce point de vue, la célèbre réplique du comte Foulque le Bon, ancêtre paternel d'Henri II, au roi de France son suzerain et à son entourage, rapportée tant par Breton d’Amboise que par Jean de Salisbury, est essentielle93. Comme Georges Duby l'a bien montré94, elle introduit dans la littérature généalogique angevine une allégorie, celle des noces de la clergie et de la chevalerie, qui ne la quittera plus. Le message idéologique en est clair : parce que les vertus du savoir, de l'éloquence et de la moralité sont nécessaires à tous ceux qui détiennent le pouvoir, elles ne sont pas l'apanage des rois capétiens, et conviennent aussi aux comtes, même s'ils ne sont pas sacrés. La pointe anti-capétienne est ici évidente, et transfère au profit du souverain angevin

  • 95 Ibid., p. 349.

« une idéologie que l'on peut bien dire "féodale", puisqu'elle justifie la capture par les dynasties princières des attributs intellectuels et religieux de la royauté, niant que le sacre, dont le roi conservait le monopole, lui valût aussi le monopole de la sagesse95 ».

  • 96 Chronique des comtes d'Anjou....,op. cit., citée et traduite par G. Duby, Les trois ordres...,op. (...)

61Toutefois, dans ce modèle du prince, la valorisation des vertus de clergie ne signifie pas l'éclipse des qualités de chevalerie. Breton d’Amboise, sensible aux attentes d'Henri II, n'a pas oublié de rappeler dans la même Chronique des comtes d'Anjou que le comte Foulque incarnait l'alchimie du « comte lettré et chevalier vaillant96 », et que :

  • 97 Ibid.

« bien qu'il fût formé de la meilleurs façon aux règles de l'art de grammaire et aux disputes aristotéliciennes et cicéroniennes, il était tenu pour surpasser les meilleurs, les plus grands et les plus valeureux des chevaliers97 ».

  • 98 Ibid.

62Comme l'a fait remarquer Georges Duby98, l'étalage du programme du trivium et des écoles cathédrales du xiie siècle (grammaire, dialectique, rhétorique) indique bien le niveau de prestige culturel auquel la monarchie Plantagenêt, dans la référence à l'exemplarité de ses ancêtres, prétend être parvenue. La monarchie capétienne, à l'image d'un Robert le Pieux ou d'un Louis VII, trop versée sur le côté sacerdotal du modèle du roi, en sort égratignée. La littérature arthurienne tient le même discours dans le domaine de la fiction.

  • 99 Sur Geoffroy Plantagenêt vu par Jean de Marmoutier, cf. supra, chapitre II, p. 55.
  • 100 Sur le Draco Normannicus, cf. supra, chapitre II, p. 71-72.

63En effet, le roi Arthur, sur le plan de la filiation imaginaire, joue le même rôle que Foulque le Bon ou Geoffroy Plantagenêt99 dans la littérature dynastique à la cour Plantagenêt : il permet à Henri II de s'inscrire dans le legs d'une idéologie royale qui met sur un pied d'égalité clergie et chevalerie. Un texte, par-dessus tous les autres, articule bien cette représentation de la monarchie Plantagenêt : il s'agit du Draco Normannicus d’Étienne de Rouen100. Dans son poème historique, le clerc normand n'hésite pas à exploiter le thème du prince aussi grand chevalier que fin lettré pour valoriser aussi bien la royauté d'Arthur que celle d'Henri II. Au chapitre VII du Livre II, la correspondance imaginaire des deux souverains illustre d'abord les hauts faits d'Arthur qui, pour imposer son point de vue au Plantagenêt, rappelle ses victoires sur les Romains, sur le traître Mordret, et chante sa gloire par-dessus celle des Assyriens, des Chaldéens, de César, de Guillaume le Conquérant lui-même. Parmi la multiplication des références rhétoriques, il y en a une qui vient immanquablement sous la plume du roi Arthur. Il s'agit d'Alexandre le Grand, le modèle par excellence :

  • 101 Étienne de Rouen, Draco Normannicus, v. 977-980, éd. R. Howlett, in Chronicles of the Reigns of St (...)

« Tel Alexandre le Grand et César, j'ai toujours employé le même courage et la même passion au combat. J'ai mené de nombreuses guerres, et j'ai toujours et partout remporté des triomphes de gloire pour mes hommes en armes101 ».

  • 102 Il s'agirait de tenir la Bretagne en « fief arthurien ». Cf. supra, chapitre II, p. 71-72.

64Pour ne pas être en reste face au roi des Bretons, des Anglais et des Français, comme il s'est plu à la souligner au début de sa lettre, Henri II Plantagenêt, parce qu'il est lui aussi un prince instruit, prend le soin de répondre lui-même, d'abord par respect pour celui qui fut un très grand roi, ensuite pour exposer sa vision du problème que lui pose la Bretagne et de la solution qu'il propose d'apporter102. Dans sa rhétorique tout aussi élégante que celle d'Arthur, Henri II commence par se comparer au même modèle, celui d'Alexandre le Grand :

  • 103 Ibid., v. 1 217-1 228 :
    « Rex Anglus legit haec, Britonum quem silva tenebat.
    Subridens sociis, nil (...)

« Le roi des Anglais parcourut ces mots dans la forêt des Bretons qu'il tenait. Souriant à ses alliés, nullement effrayé, il dit :
“Alexandre le Grand cherche à faire savoir à Darius — quelle force, quelle honnêteté ! - qu'il part comme étranger. Le pauvre roi solitaire s'oppose à lui : mais Alexandre se demande-t-il s'il le connaît ? ‘Je le connais, dit le roi, audacieux, illustre au combat, philosophe et inégalable par l'honnêteté’’’. Ce dernier répand ses subtilités à lui, pleines de menaces. Ce sauvage demande à obtenir les biens de son père. Il prie Alexandre de l'exaucer. Il jure même qu'il lui remettra des écrits en mains propres103 ».

  • 104 Cf. supra, chapitre III, p. 89.
  • 105 G. Duby, Les trois ordres..., op. cit., p. 350.

65L'emploi de la référence à Alexandre le Grand, dans un milieu qui, à la même époque (vers 1168), s'est complu à exalter sa renommée en développant une branche du Roman d'Alexandre104, ne peut pas être neutre. Parangon des vertus chevaleresques, incarnation de l'alliance de la fortitudo et de la sapientia, le monarque macédonien fait participer la monarchie Plantagenêt d'un idéal de la royauté qui est, lui aussi, anti-sacerdotal, et, pour tout dire, anti-carolingien et anti-capétien105. Parce qu'Henri II se veut un nouvel Arthur, et qu'Arthur est un second Alexandre, la monarchie Plantagenêt se situe au sommet des valeurs de l'Occident, celles de la clergie et de la chevalerie. Celle-ci tire bénéfice d'une telle idéologie.

Les chevaliers des lettres

  • 106 J. Flori, L'essor de la chevalerie..., op. cit., p. 304 : « Plus encore qu'en Flandre, la chevaler (...)
  • 107 Cf. supra, chapitre III, p. 86-87.

66L'accent mis à la cour Plantagenêt sur le mythe de la translatio studii et sur l'alliance de la clergie et de la chevalerie assure à cette dernière une promotion d'autant plus remarquable qu'elle n'existe pas de façon aussi poussée en dehors des domaines Plantagenêts. Jean Flori, étudiant le phénomène, a émis l'hypothèse qu’Aliénor d'Aquitaine pouvait en être responsable, au vu de l'influence qu'elle avait pu exercer sur les mœurs de son temps106. Nous avons dit ce qu'il convenait de retenir de cette piste107. Ce qui est certain, c'est que ce « triomphe de la chevalerie » (Jean Flori) transparaît sous cet aspect dans de très nombreuses œuvres produites à la cour Plantagenêt, qui laissent à penser que la translatio studii n'est célébrée que comme composante d'une idéologie plus globale qui, avec d'autres développements annexes comme la translatio imperii, vise avant tout à idéaliser la chevalerie anglo-normande dans sa relation avec Henri II.

  • 108 Cf. supra, chapitre II, p. 55-62.

67Wace et Benoît de Sainte-Maure, parce qu'ils sont tous deux auteurs d'ouvrages de commande pour le maître de Westminster108, sont deux bons indicateurs de l'emphase avec laquelle sont soulignées les qualités de clergie et de chevalerie dans la littérature de cour. Le clerc de Caen, dans son Roman de Rou, entièrement consacré à la valorisation de l'idéal chevaleresque, ne manque pas une occasion de les exalter. De Richard Ier, pieux ancêtre d'Henri II Plantagenêt comme duc de Normandie, il brosse le tableau d'un homme respectueux des ordres religieux, soutien des mendiants et protecteur des pauvres, ce qui correspond à l'image du bon chevalier. Mais l'auteur ajoute, pour faire bonne mesure :

  • 109 Wace, Le Roman de Rou, éd. A. J. Holden, vol. 3, Paris, SATF, 1970, v. 273-274.

« Richard amaclers e clergie
Chevaliers et chevalerie109 ».

68Lui faisant écho, Benoît de Sainte-Maure, dans sa Chronique des ducs de Normandie, écrit du même homme, le duc Richard Ier :

  • 110 Benoît de Sainte-Maure, Chronique des ducs de Normandie, t. 2, éd. C. Fahlin, Uppsala, 1954, v. 27 (...)

« Moct ama les clers e chevalers
Moct les essauça voluntiers
Moct par ama joie e largece
Moct oct valor, moct oct proece,
Moct ama sen e corteisie
E moct maintint chevalerie110 ».

69Clergie et chevalerie sont mises sur un pied d'égalité (ou presque, avec un avantage pour cette dernière chez Benoît de Sainte-Maure) de façon systématique dans cette littérature historiographique, d'une façon concertée qui en fait un leitmotiv propre à la littérature de cour issue de l'entourage d'Henri II Plantagenêt. Toute la production en langue française comme en langue latine de ce milieu culturel en ressort influencée, ce qui se traduit jusque chez des auteurs proches par la sensibilité mais indépendants matériellement, parmi lesquels le grand romancier du xiie siècle : Chrétien de Troyes.

70Le trouvère champenois, dans son Erec et Enide (vers 1170), a en effet célébré les noces de clergie et de chevalerie à la cour Plantagenêt. La robe revêtue par Erec lors de son couronnement à Nantes, en présence du roi Arthur, en est une remarquable allégorie, où les symboles des arts du qua- drivium font l'objet d'une description minutieuse :

  • 111 Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, Paris, Champion, CFMA, 1981, v. 6 674-6 731.

« Lisant trovames an l’estoire
La description de la robe,
Si an trai a garant Macrobe
Qui an l’estoire mist s’antante,
Qui l’antendié, que je ne mante.
Macrobe m’anseigne a descrivre,
Si con je l'ai trové el livre,
L’uevre del drap et le portret.
Quatre fees l’avoient fet
Par grant san et par grant mestrie.
L'une i portraist Geometrie
Si com ele esgarde et mesure
Con li ciax et la terre dure,
Si que de rien nule n’i faut
Et puis le bas, et puis le haut,
Et puis le lé, et puis le lonc,
Et puis esgarde par selonc
Con la mers est lee et parfonde,
Et si mesure tot le monde.
Ceste oevre i mist la premerainne,
Et la seconde mist sa painne
En Aritmetique portraire,
Si se pena de molt bien faire,
Si com ele nonbre par sans
Les jorz et les ores del tans,
Et l'eve de mer gote a gote,
Et puis la gravele trestote,
Et les estoiles tire a tire ;
Bien an set la verité dire,
Et quantes fuelles an bois a ;
Onques nonbres ne l'an boisa,
Ne ja n’an mantira de rien,
Car ele i viaut antandre bien.
Tex ert l’uevre d’Aritmetique,
Et la tierce oevre ert de Musique,
A cui toz li deduiz s’acorde,
Chanz, et deschanz, et sanz descorde,
D’arpe, de rote, et de vïele.
Ceste oevre estoit et bone et bele,
Car devant lui gisoient tuit
Li estrumant et li deduit.
La quarte, qui aprés ovra,
A molt boene oevre recovra,
Que la meillor des arz i mist :
D'Astronomie s’antremist,
Cele qui fet tante mervoille,
Et as estoiles s’an consoille
Et a la lune et au soloil.
En autre leu n’an prant consoil
De rien qui a feire li soit ;
Cil la consoille bien a droit
De quanque cele li requiert
De quanque fu, et quanque iert,
L’estuet certainnemant savoir,
Sanz mantir et sanz decevoir.
Ceste oevre fu el drap portreite
Don la robe Erec estoit feite
A fil d'or ovree et tissue111 ».

  • 112 J.-M. Fritz, article « Chrétien de Troyes », Dictionnaire des Lettres Françaises, Le Moyen Âge, op (...)
  • 113 Cf. supra, chapitre III, p. 98.

71Cette longue description marque un apogée dans l'utilisation du topos de l'alliance de la clergie et de la chevalerie, au-delà de ce que les romans de Thèbes, d’Enéas et de Troie, avec lesquels Chrétien de Troyes entend rivaliser, avaient pu faire valoir112. Elle représente aussi un aboutissement de l'idéologie Plantagenêt dans une de ses composantes imaginaires, en ce sens que la cour d'Arthur à Nantes présente des homologies avec la cour des Plantagenêts tenue dans la cité bretonne en 1169113. De l'une à l'autre se mesure toute la distance de la réalité à l'idéal, qui invite à sa réalisation à travers la politesse des mœurs, l'élégance de la conduite, la prouesse généreuse, en un mot, la civilisation aristocratique courtoise, alliance de raffinement intellectuel et de vertu chevaleresque.

  • 114 J. Flori, L'essor de la chevalerie..., op. cit., p. 329.

72Dans la seconde moitié du xiie siècle, l'idéal chevaleresque a donc choisi son camp : la cour des Plantagenêts, avec ses ramifications que sont les cours de Champagne et de Flandre114. Contrairement à ce qui se passe dans les domaines capétiens, l'idéologie monarchique mise en œuvre dans l'entourage d'Henri II exalte la figure du roi dans sa participation à l'idéologie chevaleresque. Les idéaux de la translatio imperii et de la translatio studii, qui entretiennent une relation étroite avec cette idéologie, sont disponibles pour une valorisation de la chevalerie sur les terres de l'espace Plantagenêt. Les romans antiques, les romans de Wace puis de Chrétien de Troyes privilégient cette idéologie chevaleresque au sein de laquelle s'accomplit la Pentecôte des temps chrétiens à travers la translatio imperii et la translatio studii, et lui rattachent l'idéal du roi courtois, qui est un modèle pour Henri II. La littérature issue de l'espace Plantagenêt aboutit donc à une mystique nouvelle, sur laquelle il convient de s'interroger.

73Cependant, une telle construction idéologique a besoin de points d'appui pour s'ancrer dans la matérialité et lui donner forme. Elle prend tout son sens dans sa relation avec la réalité tangible qui, au xiie siècle, a la force de l'évidence. L'invention de Glastonbury permet le passage du mythe arthurien à la réalité du pouvoir Plantagenêt.

Notes

1 Cf. supra, chapitre I, p. 46-49.

2 Cf. supra, chapitre III, p. 90-93.

3 Wace, Le Roman de Brut, op. cit., v. 10 449-10 458. Voir l'épisode correspondant dans l'Historia Regum Britanniae, op. cit., chapitre 157.

4 G. Duby, Hommes et structures du Moyen Âge, Paris, Mouton, 1973, p. 295.

5 C'est l'hypothèse de G. H. Gerould (« King Arthur and Politics », Speculum, 2 (1927), p. 33-51), et d’E. Köhler (L'aventure chevaleresque..., op. cit., p. 64 suiv.), que nous avons déjà étudiée, cf. supra, chapitre I, p. 39-41.

6 B. Guenée, Politique et histoire au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, p. 348.

7 Geoffroy de Monmouth, Histoire des rois de Bretagne, trad. L. Mathey-Maille, Paris, Les Belles Lettres, coll. La Roue à Livres, 1992, chapitre 178.

8 Cf. supra, chapitre I, p. 40.

9 Guillaume de Malmesbury, The History of the English Kings, vol. I, éd. R A. B. Mynors révis. R M. Thomson et M. Winterbottom, Oxford, Clarendon, Oxford Medieval Texts, 1998.

10 Henry de Huntingdon, Historia Anglorum : The History of the English People, éd. et trad. anglaise D. Greenway, Oxford, Clarendon, Oxford Medieval Texts, 1997.

11 Geoffroy Gaimar, L’Estoire des Engleis, éd. A Bell, Oxford, Anglo-Norman Texts, 1960.

12 Sur le traité de Winchester, cf. supra, introduction, p. 17.

13 R. Folz, L'idée d'Empire en Occident du v au xiv siècle, Paris, Aubier, 1953, p. 5.

14 J. H. Burns (dir.), Histoire de la pensée politique médiévale, trad. française, Paris, PUF, 1993, p. 56.

15 Ibid., p. 55 :« De fait, le couronnement de Charlemagne, en 800, constitua l'affront le plus grave à la conception byzantine de l'ordre du monde ».

16 Ibid., p. 56.

17 Othon de Freising, Chronica sive Historia de Duabus Civitatibus, chapitre V, prologue, in M. G. H., Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum, 45, éd. A. Hofmeister, 1912, p. 227. Cité dans J. H. Burns (dir.), Histoire de la pensée politique médiévale, op. cit., p. 238.

18 Cf. supra, chapitre I, p. 46-49.

19 E. Baumgartner, « Troie et Constantinople dans quelques textes du xiie et du xiiie siècle : fiction et histoire », in La ville - Histoires et Mythes, Paris, Institut de Français de l'Université Paris X Nanterre, 1981, p. 13 : « Dès le haut Moyen Âge s'est élaborée en Occident une légende généalogique qui fait des Francs et plus tardivement des Bretons de Grande-Bretagne, les descendants et les héritiers des Troyens. Comme si, dans un vaste mouvement de dérive d'Est en Ouest, la civilisation troyenne, après avoir mythiquement fondé Rome, avait peu à peu atteint et colonisé tout l'Occident, jusqu'à cette pointe extrême, cette borne ouest de la chrétienté qu'est la Bretagne insulaire. Mythe d'origine donc [...] mais mythe dont la réactivation consciente, sinon concertée, appartient, au début du xiie siècle au moins, non plus à la littérature mais à l'histoire ».

20 E. Faral, La légende arthurienne. Études et documents, Paris, Champion, 1929, t. 2, p. 263-288.

21 C. Beaune,« L'utilisation politique du mythe des origines troyennes en France à la fin du Moyen Âge », in Lectures médiévales de Virgile, Rome, École Française de Rome, 1985, p. 331-355.

22 Ch. Marcello-Nizia, » De l'Enéide à l'Enéas, les attributs du fondateur », in Lectures médiévales de Virgile, op. cit., p. 251-266.

23 Du côté capétien, c'est essentiellement par le truchement de Clovis et de Charlemagne qu'on s'intéresse aux Francs, peuple élu de Dieu, et à leurs origines troyennes. Cf. K. F. Werner, Les origines. Avant l'An Mil, in J. Favier (dir.), Histoire de France, t. 1, nouvelle éd., Paris, Le Livre de Poche, 1995, p. 34-35.

24 Pour Frédéric Barberousse, cf. supra p. 175 note 17. Voir aussi R. Folz, Le souvenir et la légende de Charlemagne dans l'Empire germanique médiéval, Paris, Les Belles Lettres, 1950. Pour l'intérêt des Capétiens du xiie siècle à Charlemagne, cf. E. Köhler, L'aventure chevaleresque..., op. cit., p. 66-67 : « [...] On peut considérer comme certain que les rois capétiens savaient que le culte de Charlemagne ne pouvait que servir leurs intérêts [...]. À Saint-Denis se trouvent, en même temps que les tombeaux des souverains carolingiens, les reliques nationales. La bannière de Saint-Denis ne le cède pas à celle de Charlemagne. Les abbés du couvent, à leur tète Suger, mettent le culte de Charlemagne au service de la monarchie ». Puis le savant allemand cite P. E. Schramm, Der König von Frankreich. Das Wesen der Monarchie vom 9. zum 16. Jahrhundert, Weimar, Böhlaus Nachfolger, 2e éd., 1960, t. 2, p. 183-184 : « Au tournant du xiie siècle au xiiie siècle, après d'assez longs contacts, il s'est établi une véritable alliance entre la royauté et le culte de Charlemagne ».

25 Wace, Le Roman de Brut, op. cit., v. 10925-10938.

26 Cf. supra, p. 174-175.

27 Virgile, Enéide, in Œuvres, éd. F. Plessis et P. Lejay, Paris, Hachette, coll. Classiques Hachette, rééd. 1985, chant VI, v. 83-97 (pour la prophétie de la Sibylle de Cumes) et v. 679-892.

28 Le Roman d’Enéas, éd. et trad. M. Thiry Stassin, Paris, Champion, CFMA, 1985, v. 2921-2960 et 2 981-2 996.

29 Nous avons expliqué supra, chapitre I, p. 48, pourquoi Brutus est l'arrière-petit-fils d’Enée chez Wace, et non pas son petit-fils comme l'indiquent d'autres traditions.

30 Wace, Le Roman de Brut, op. cit., v. 681-690.

31 Cf. supra, chapitre I, p. 45.

32 Cf. supra, chapitre I, p. 44-45.

33 Wace, Le Roman de Brut, op. cit., v. 3 870-3 876.

34 Ibid., v. 3 923-3 936.

35 Geoffroy de Monmouth, Historia Regum Britanniae, op. cit., chapitre 43.

36 Ibid., chapitre 79.

37 Ibid., chapitre 86.

38 Wace, Le Roman de Brut, op. cit., v. 5719.

39 Ibid., v. 5 982-5 990.

40 Ibid., v. 10873-10884.

41 R. Bezzola, Les origines et la formation de la littérature courtoise en Occident, op. cit., 2e partie, t. 2, » De Charlemagne à Alexandre et Arthur », p. 537-540. Cité par D. Boutet, Charlemagne et Arthur, op. cit., p. 445.

42 R. Bezzola, op. cit., p. 541, cité par D. Boutet, op. cit., p. 445.

43 Geoffroy de Monmouth, Historia Regum Britanniae, éd. E. Faral, op. cit., chapitre 152. Trad. L. Mathey-Maille, Histoire des rois de Bretagne, op. cit. :« [...] Il prit pour épouse une jeune fille de noble origine romaine, nommée Guenièvre ».

44 Wace, Le Roman de Brut, op. cit., v. 9 645-9 648.

45 J. Gillingham a très justement évoqué la » divisibilité essentielle de l'Empire angevin » pour souligner la faiblesse de ce vocable (in Richard Cœur de Lion, trad. française, Paris, Noésis, 1996, p. 374.). Cf. aussi J. Le Patourel,« The Plantagenet Dominions », History, 50 (1965), p. 289-308, et W. L. Warren, Henry II, Londres/Berkeley, University of California Press, 1973, p. 228-230.

46 Au premier rang de ceux-ci, l’évêque Stubbs, The Constitutional History of England, Oxford, 1897, et J. H. Ramsay, The Angevin Empire, or the Three Reigns of Henry II, Richard I and John (1154- 1216), Londres, 1903.

47 R. Folz, L'idée d'Empire en Occident..., op. cit., p. 54, cité par D. Boutet, Charlemagne et Arthur..., op. cit., p. 445.

48 Wace, Le Roman de Brut, op. cit., v. 9 421-9 526 (pour l’Écosse) et v. 9 659-9 702 (pour l'Irlande).

49 E. A Freeman, The History of the Norman Conquest of England, 2e éd., Oxford, 1870, t. 1, p. 139- 140 : « Ecgberht was chosen to the West-Saxon throne in the very year in which the Old-Rome reasserted, in the person of Charles, her right to choose her own Emperor. We cannot doubt that, through his whole career, he had Charles before him as his model, and that his object was to establish for himself the same kind of dominion in his own island which Charles established on the Continent ». Cité par D. Boutet, Charlemagne et Arthur..., op. cit., p. 445. (Traduction Amaury Chauou : « Egberht fut élu au trône de Wessex l'année même où la Rome antique, par la personne de Charles, rétablit son droit de désigner son propre empereur. Nous ne pouvons douter que, toute sa carrière, il eut le modèle de Charles devant les yeux, et que son objectif fut d'établir pour lui- même le même type de domination sur son île que ce que Charles établit sur le Continent »).

50 Ibid., p. 142 : « (That title) was meant to assert that the King of the English was not the homager but the peer alike of the Imperator of the West and of the Basileus of the East, and it was meant to assert that Scots, Welsh, and Cumbrians owed no duty to Rome or Byzantium but only to their Father and Lord at Winchester ». Cité par D. Boutet, op. cit., p. 445. (Traduction Amaury Chauou : « (Ce titre) était censé affirmer que le roi d'Angleterre n'était pas le vassal mais le pair égal de l'empereur d'Occident ou du basileus d'Orient, et censé établir que les Écossais, les Gallois et les Cambriens ne devaient aucune obligation à Rome ou à Byzance, mais seulement à leur père et seigneur de Winchester »).

51 Cf. infra, chapitre VIII.

52 R. Folz, L'idée d'Empire en Occident..., op. cit., p. 54.

53 Wace, Le Roman de Brut, op. cit., v. 10 153-10 170.

54 Geoffroy de Monmouth, Historia Regum Britanniae, éd. E. Faral, op. cit., chapitre 155 :« Tunc largitus est Beduero, pincernae suo, Estrusiam, quae nunc Normannia dicitur, Kaioque dapifero Andegaviensium provinciam, plures quoque alias provincias nobilibus viris, qui in obsequio ejus fuerant ». Trad. L. Mathey-Maille, Histoire des rois de Bretagne, op. cit., : « Il donna la Neustrie, maintenant appelée Normandie, à son échanson Béduer, la province d'Anjou à son sénéchal Kai et distribua également beaucoup d'autres provinces aux nobles qui l'avaient servi ».

55 D. Boutet, Charlemagne et Arthur..., op. cit., p. 446.

56 Robert de Boron, Le Roman de l’Estoire dou Graal, éd. W. Nitze, Paris, Champion, CFMA, 1927.

57 Ibid. ; v. 3 091-3 093 et 3 100-3 101. Cité par D. Boutet, Charlemagne et Arthur..., op. cit., p. 446.

58 Sur l'identification de ces « Vaux d’Avaron » avec l'abbaye de Glastonbury, cf. infra, chapitre VI.

59 Robert de Boron, Le Roman de l’Estoire dou Graal, op. cit., v. 3351-3358.

60 D. Boutet, Charlemagne et Arthur..., op. cit.. p. 446. Cf. supra, p. 186.

61 Ch. Petit-Dutaillis, La monarchie féodale en France et en Angleterre, 2e éd., Paris, Albin Michel, coll. L'Évolution de l'Humanité, 1971, p. 175.

62 Ch. Petit-Dutaillis fait allusion à la campagne d'Henri II dans le comté de Toulouse en 1158-1159, et au projet de mariage de son fils Jean sans Terre avec l'héritière du comte de Maurienne (1173).

63 Raymond VI de Toulouse et Richard Cœur de Lion étaient beaux-frères en raison du mariage du premier avec Jeanne, sœur du second.

64 Mariage entre Aliénor, deuxième fille d'Henri II et d’Aliénor d'Aquitaine, avec Alphonse VIII de Castille.

65 Cet hommage prit place le 2 février 1194 au cours de la cérémonie par laquelle, devant une vaste assemblée réunie à Mayence, Henri VI reçut le serment de fidélité de Richard Cœur de Lion qu'il rendait à la liberté. Cf. R Pernoud, Richard Cœur de Lion, Paris, Librairie Générale Française, coll. Le Livre de Poche, 1983, p. 228.

66 Richard Cœur de Lion, faisant halte en Sicile en même temps que Philippe Auguste sur la route de la Troisième Croisade pour y régler les affaires de sa sœur Jeanne, veuve de Guillaume de Sicile, avait été particulièrement directif face au nouveau maître de l'île, Tancrède, dont il accusait les hommes - les fameux« griffons » — de harceler ses troupes, et dont il attendait la restitution intégrale - avec des compensations - du douaire de la princesse. Cf. M. Brossard-Dandré et G. Besson, Richard Cœur de Lion, Histoire et légende, Paris, Christian Bourgeois, coll. 10/18, 1989, p. 92-105.

67 C'est le célèbre épisode, toujours sur la route (maritime) de la Troisième Croisade, de la capture et de la rançon de l'empereur byzantin de Chypre, le fourbe Isaac II Ange. Cf. Richard Cœur de Lion..., op. cit., p. 105-122.

68 Au cours de la Troisième Croisade, Richard Cœur de Lion tenta de régler le différend au sujet du royaume de Jérusalem entre le prétendant Conrad de Montferrat, soutenu par Philippe Auguste, et le tenant légitime, Guy de Lusignan, son parent de la branche cadette des Anjou, chassé de son royaume par Saladin à la suite du désastre de Hattîn (1187). La résolution du problème vint des mains des Assassins, qui poignardèrent Conrad de Montferrat (cf. Richard Cœur de Lion.... op. cit., p. 166-178). Avant de prendre le chemin du retour, Richard Cœur de Lion eut la satisfaction de voir un de ses neveux, Henri de Champagne, installé comme maître du royaume de Jérusalem (1192). Ce royaume avait déjà été promis en succession à Henri II Plantagenêt par son cousin Baudouin IV (le » roi lépreux »), en échange de son aide contre les Sarrasins, qui ne vint jamais.

69 En 1197, à l'occasion de la mort inattendue de l'empereur Henri VI, Richard Cœur de Lion fut pressenti par les princes allemands pour la succession, qu'il repoussa. Cependant, à l'invite de l'archevêque de Cologne et du camp anti-Hohenstaufen, il défendit les prétentions à l'Empire de son neveu Othon de Brunswick, fils d'Henri le Lion, duc de Saxe, et de Mathilde d'Angleterre, sa sœur aînée. Richard avait déjà fait son neveu comte d'York (1190), puis comte de Poitou (1196). Avec l'aide de tout le camp Welf, il s'assura l'élection d’Othon et son couronnement comme roi des Romains contre Philippe de Souabe, qui dut renoncer devant la puissance financière réunie contre lui (1198). Richard lui-même avait été en 1184 l'objet d'un projet de mariage avec une des filles de Frédéric Barberousse, qui aurait fait de lui un candidat potentiel au titre impérial. Le mariage n'eut jamais lieu en raison du décès de la petite princesse allemande l'année même des pourparlers. Cf. R Bezzola, Les origines et la formation..., op. cit., p. 4 note 1.

70 E. Gilson, Les idées et les lettres, Paris, 1932, p. 182 suiv.

71 Ibid., cité par E. Köhler, L'aventure chevaleresque..., op. cit., p. 49.

72 Cf. supra, chapitre I, p. 56.

73 Cf. supra, chapitre III, p. 88-90.

74 Cf. supra, chapitre IV, p. 125 note 8.

75 L'ensemble appelé Roman d'Alexandre est édité dans : The Medieval French Roman d'Alexandre, 6 vol., Princeton, 1937-1976. Voir P. Meyer, Alexandre le Grand dans la littérature française du Moyen Âge, 2 vol., Paris, 1886.

76 Thomas de Kent, Le Roman de Toute Chevalerie, éd. B. Foster (The Anglo-Norman Alexander by Thomas de Kent), 2 vol., Londres, 1976-1977. Voir aussi G. L. Hamilton,« Quelques notes sur l'histoire de la légende d'Alexandre le Grand en Angleterre au Moyen Âge », dans Mélanges A. Thomas, Paris, 1927, p. 195-202.

77 Cf. supra, chapitre III, p. 97.

78 Cf. supra, chapitre III, p. 107.

79 J. Frappier,« Chrétien de Troyes », in R. S. Loomis (dir.), Arthurian Literature in the Middle Ages, Oxford, Clarendon Press, 1959, p. 173 : » Chrétien doubtless found the model for the treason of Count Angres in Wace’s account of the treason of Mordret [...]. Even the splendour and renown of Arthur reflect the contemporary magnificence of the angevin empire under Henry II ». (Traduction Amaury Chauou : « Chrétien trouva sans aucun doute le modèle pour la trahison du comte Angres dans la version de Wace de la trahison de Mordret [...]. Même la splendeur et le renom d'Arthur reflètent la magnificence de l'empire angevin de l'époque d'Henri II »).

80 Chrétien de Troyes, Cligès, éd. A. Micha, Paris, Champion, CFMA 1982, prologue, v. 25-37.

81 E. Köhler,« Quelques observations d'ordre historico-sociologique sur les rapports de la chanson de geste et du roman courtois », dans Chanson de geste und höfischer Roman, Heidelberg, Carl Winter, 1963, p. 21-35.

82 Sur les réserves que nous avons émises à l'hypothèse d'un séjour de Chrétien à la cour d'Angleterre, cf. supra, chapitre III, p. 97.

83 J. Flori, dans L'essor de la chevalerie..., op. cit., p. 330, fait remarquer que dans ces vers, c'est la valeur militaire de la chevalerie en général qui est désignée : « Mais, remarquons-le, le poète entend par chevalerie la valeur militaire, et la France dont il parle dépasse très largement le domaine capétien, jusqu'à englober les régions où il situe l'action de ses romans : la Bretagne et même l'Angleterre celtique ».

84 Chrétien de Troyes, Cligès, op. cit., v. 66-75.

85 Ibid., v. 1 114-1 138 (Alexandre) et 4 920-5 013 (Cligès).

86 Robert de Boron, Le Roman de l’Estoire dou Graal, éd. W. Nitze, Paris, Champion, CFMA, 1927.

87 Joseph, éd. E. Hucher, in Le Saint Graal, t. 1, Le Mans, 1875, p. 209-276 ; Merlin en prose, éd. A. Micha, Genève, Droz, 1979 ; Perceval, éd. W. Roach, Philadelphie, 1941 ; traduction de la quasi-totalité du Merlin par E. Baumgartner dans Merlin le prophète ou le livre du Graal, Paris, Stock, 1980 ; traduction du Perceval par E. Baumgartner dans D. Régnier-Bohler (dir.), La légende arthurienne. Le Graal et la Table Ronde, Paris, R Laffont, coll. Bouquins, 1989, p. 354-430.

88 Cf. infra, chapitre VI.

89 Robert de Boron, Le Roman de l’Estoire dou Graal, op. cit., v. 3219-3221.

90 Cf. infra, chapitre VIII.

91 Sur l'instruction d'Henri II Plantagenêt, cf. supra, chapitre I, p. 29.

92 Cf. supra, chapitre II, p. 74.

93 Chronique des comtes d'Anjou et des seigneurs d’Amboise, éd. L. Halphen et R. Poupardin, Paris, 1913, p. 140 : » Noveritis, domine, quia rex illiteratus est asinus coronatus ». Repris par Jean de Salisbury, Policraticus, IV, 6, 12-26, éd. C. C. J. Webb, Oxford, Clarendon Press, 1909, p. 254. Cf. supra, introduction, p. 4.

94 G. Duby, Les trois ordres..., op. cit., p. 348-350.

95 Ibid., p. 349.

96 Chronique des comtes d'Anjou....,op. cit., citée et traduite par G. Duby, Les trois ordres...,op. cit., p. 349.

97 Ibid.

98 Ibid.

99 Sur Geoffroy Plantagenêt vu par Jean de Marmoutier, cf. supra, chapitre II, p. 55.

100 Sur le Draco Normannicus, cf. supra, chapitre II, p. 71-72.

101 Étienne de Rouen, Draco Normannicus, v. 977-980, éd. R. Howlett, in Chronicles of the Reigns of Stephen, Henry IIand Richard I, vol. 2, Londres, R. S., 1885, p. 584-762 :
« Talis Alexander virtus, et Caesaris ardor,
Usus et iste mihi semper ad arma fuit.
Conflictus varios habui, laudisque triumphos
Viribus armatis semper ubique tuli ». (Traduction Amaury Chauou).

102 Il s'agirait de tenir la Bretagne en « fief arthurien ». Cf. supra, chapitre II, p. 71-72.

103 Ibid., v. 1 217-1 228 :
« Rex Anglus legit haec, Britonum quem silva tenebat.
Subridens sociis, nil pavefactus, ait :
‘‘Magnus Alexander Darii dum scire laborat
Quae vis, quae probitas, ut peregrinus abit.
Obviat hinc regi rex pauper solus : at ille
Quaerit, Alexander si sibi notus erat ?
‘Est mihi notus’, ait rex, audax, clarus in armis,
Idem philosophus ac probitatis apex’’ ».
Porrigit hinc apices proprios plenosque minarum ;
Mandat ut ille ferus rura patrena petat.
Orat Alexandro deferri ; jurat et ille
Ipsius in manibus scripta futura fore ». (Traduction Amaury Chauou).

104 Cf. supra, chapitre III, p. 89.

105 G. Duby, Les trois ordres..., op. cit., p. 350.

106 J. Flori, L'essor de la chevalerie..., op. cit., p. 304 : « Plus encore qu'en Flandre, la chevalerie s'est épanouie dans les domaines Plantagenêts. Peut-être faudrait-il attribuer cette prééminence à l'influence d’Aliénor d'Aquitaine sur les mœurs de son temps ».

107 Cf. supra, chapitre III, p. 86-87.

108 Cf. supra, chapitre II, p. 55-62.

109 Wace, Le Roman de Rou, éd. A. J. Holden, vol. 3, Paris, SATF, 1970, v. 273-274.

110 Benoît de Sainte-Maure, Chronique des ducs de Normandie, t. 2, éd. C. Fahlin, Uppsala, 1954, v. 27 171-27 176. Cité par J. Flori, L'essor de la chevalerie..., op. cit., p. 314.

111 Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, Paris, Champion, CFMA, 1981, v. 6 674-6 731.

112 J.-M. Fritz, article « Chrétien de Troyes », Dictionnaire des Lettres Françaises, Le Moyen Âge, op. cit.

113 Cf. supra, chapitre III, p. 98.

114 J. Flori, L'essor de la chevalerie..., op. cit., p. 329.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540