Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idéologie Plantagenêt

 | 
Amaury Chauou

Chapitre III. La littérature de cour dans l'entourage d'Henri II

Texte intégral

  • 1 Ch. Haskins, « Henry II as a Patron of Literature », Essays in Medieval History presented to T. F. (...)

1La Renaissance du xiie siècle à la cour d'Henri II Plantagenêt est un phénomène complexe, qui a revêtu de multiples formes. Dans son article pionnier, Ch. Haskins avait bien mesuré l'étendue et la diversité de la production écrite dans l'entourage du souverain angevin, soulignant la richesse de l'activité législative et administrative, mais aussi de la production littéraire sous tous ses aspects, qu'elle soit historiographique, fictionnelle, ou encore morale et politique1. L'historiographie, activité à forte connotation politique, fut bien représentée dans ce contexte dynamique - nous venons de le voir. Il est caractéristique des milieux culturels anglo-angevins que la littérature de cour, qu'elle soit intellectuelle et morale, ou plus profane et divertissante, se montre tout aussi prolifique.

  • 2 R. Bezzola, Les origines et la formation de la littérature courtoise en Occident (500-1200), op. c (...)
  • 3 G. Tyl-Laborie, article « Wace », Dictionnaire des Lettres Françaises, Le Moyen Âge, Paris, Fayard (...)
  • 4 L. F. Flutre et F. Mora, article « Benoît de Sainte-Maure », ibid.

2Plusieurs facteurs permettent de rendre compte du rayonnement de ce foyer culturel sans équivalent à son époque. L'étendue et la complémentarité des possessions anglo-angevines ont joué un rôle important. Maître des territoires qui s'échelonnent de l'Ecosse aux Pyrénées, Henri II Plantagenêt a pu attirer à sa cour, pour occuper bien souvent des fonctions très importantes, des hommes venus d'horizons très différents. Se côtoient en effet, mais dans les allées et venues entre la cour et l'espace Plantagenêt, et à des moments distincts du règne d'Henri II, des Anglais de souche, comme Jean de Salisbury, Aelred de Rievaulx, Adelard de Bath, Robert de Cricklade ; des Normands d'Angleterre, comme Thomas Becket, Roger de Howden, Gervais de Tilbury, Thomas d'Angleterre, Raoul de Diceto, Gautier Map, Jordan Fantosme ; des Normands du Pays de Galles comme Giraud de Barri ; des Normands de Normandie ou des Iles Anglo-Normandes comme Wace (natif de Jersey), Étienne de Rouen, Arnoul de Lisieux, Robert de Torigny ; des Français du Poitou ou des bords de Loire comme Benoît de Sainte-Maure, Jean de Marmoutier, Pierre de Blois ; des Français de France comme Gautier de Châtillon ; des Bretons comme Étienne de Fougères ; et d'autres encore2. Cette foule de littérateurs, employés de surcroît comme chapelains, secrétaires, ambassadeurs, officiers civils, juges itinérants, fait vivre autour d'Henri II d'une part les traditions continentales et insulaires — notamment dans l'historiographie -, de l'autre les deux langues de culture, le latin et le français, avec les inévitables nuances régionales qui peuvent exister entre une langue vraiment anglo-normande comme celle de Wace3, et un dialecte plus tourangeau comme chez Benoît de Sainte- Maure4- la langue moyen-anglaise, avant le Brut de Layamon (vers 1205), n'ayant pas encore acquis ses lettres de noblesse en Angleterre même.

  • 5 A. Kelly, Eleanor of Aquitaine and the Four Kings, nouvelle éd., New York, 1958.
  • 6 G. Paris, « Études sur les romans de la Table Ronde. Lancelot du Lac. II. Le Conte de la Charrette (...)
  • 7 R. Lejeune, « Rôle littéraire d’Aliénor d'Aquitaine et de sa famille », Cultura Neolatina, t. 14 ( (...)
  • 8 E.-R. Labande, « Pour une image véridique d’Aliénor d'Aquitaine », Bulletin de la Société des Anti (...)
  • 9 R.-H. Bautier, Conclusions : « Empire Plantagenêt » ou « Espace Plantagenêt », in Y a-t-il une civ (...)

3La personnalité du couple royal a également été maintes fois présentée comme une clé de l'essor littéraire de la cour anglo-angevine. Le rôle d’Aliénor d'Aquitaine, en particulier, a été diversement apprécié. Dans l'enthousiasme de la redécouverte de son fascinant personnage, en relation avec le développement des études d'histoire littéraire et de psychologie historique, quelques historiens et biographes ont cédé à la tentation de la survalorisation de son influence. C'est ainsi que dans sa volumineuse biographie de la duchesse d'Aquitaine devenue deux fois reine5, Amy Kelly dresse un portrait séduisant, tout au long d'un chapitre, d’Aliénor trônant à la cour de Poitiers, entourée de sa fille Marie de Champagne (qui l'aurait rejointe à partir de 1170) et de troubadours et poètes entièrement dévoués à la célébration de son mécénat et à l'exploration de la casuistique amoureuse de la société aristocratique. Les remarques du De amore d'André le Chapelain, déjà interprétées par Gaston Paris6 dans le sens de l'activité d'une « cour d'amour » à Poitiers autour de la fille de Guillaume X d'Aquitaine, étaient là pour corroborer l'hypothèse d'un très fort rayonnement littéraire et culturel de la cour de la reine-duchesse. Des études biographiques complémentaires, celles de Rita Lejeune7, et celle d'Edmond- René Labande8, colportèrent ces vues sans les retoucher. Mais, dans un mouvement de retour de balancier dont souvent les grandes figures de l'histoire offrent l'exemple, l'étude du rôle d’Aliénor d'Aquitaine dans la Renaissance du xiie siècle est passée par une phase hypercritique qui a révoque en doute méthodique cet aspect très développé de sa biographie. La conclusion du colloque Y a-t-il une civilisation du monde Plantagenêt ? est sans équivoque9 :

« Ce n'est d'ailleurs pas parce que tel ou tel auteur a pris l'initiative de dédicacer une œuvre à un souverain ou de lui offrir un manuscrit dans l'espoir d'une récompense (et plus tard une pension) qu'on doit automatiquement en tirer la conclusion que cette noble personne le lui avait commandé ou avait pris un intérêt personnel à l'ouvrage... Et on vient à se demander si l'hommage traditionnellement rendu à Aliénor comme reine des troubadours, mécène des trouvères et des écrivains, est bien justifié, alors qu'elle n'a pas eu ce rôle, de façon évidente, pendant les quinze ans qu'elle a passés sur le trône de France, qu'elle a enduré par la suite quinze autres années en prison en Angleterre et en relégation à Chinon et que finalement, mises à part quelques chevauchées de nature politique, elle s'est installée dans un monastère de femmes à la renommée spécialement ascétique... »

  • 10 E.-R Labande, « Les filles d’Aliénor d'Aquitaine : étude comparative », in Y a-t-il une civilisati (...)
  • 11 J.-F. Benton, « The Court of Champagne as a Literary Center », Speculum, 36 (1961), p. 586.
  • 12 « Si l'on fait à la dynastie Plantagenêt le mérite d'un mécénat à l'égard des trouvères et de la l (...)

4Cette synthèse avait déjà été précédée des scrupules d’E.-R. Labande lui-même10, qui, revenant sur la réalité historique de l'activité de la cour de Poitiers, à la lumière des éléments livrés par des historiens très matérialistes comme J.-F. Benton11, avait révisé sa caution à l'hypothèse de la présence de Marie de Champagne aux côtés de sa mère triomphante. Cette prudence légitime avait alors servi d'argument à ceux qui voulaient minorer l'influence littéraire d’Aliénor12.

  • 13 K. M. Broadhurst, « Henry II of England and Eleanor of Aquitaine : Patrons on Literature in French (...)
  • 14 Ch. Haskins, « Henry II as a Patron of Literature », Essays in Medieval History Presented to T. F. (...)
  • 15 Dronke, « Peter de Blois and Poetry at the Court of Henry II », Medieval Studies, 38 (1976), p. 18 (...)

5Cette mise en doute systématique du mécénat littéraire d’Aliénor d'Aquitaine a été récemment étendue à Henri II lui-même par Karen Broadhurst, qui, dans un article percutant13, passe en revue l'ensemble de la production littéraire de langue française traditionnellement attachée à la cour Plantagenêt. Partant de l'article de Ch. Haskins pour le patronage d'Henri II14, et des études de P. Dronke et de R. Lejeune pour celui d’Aliénor15, l'auteur convoque les différentes œuvres mises par la critique en relation avec les membres du couple royal, et les soumet à l'examen impitoyable de la présence d'une dédicace au souverain qui permette d'être sûr du caractère officiel de la commande. Le tout est guidé par une définition très claire du patronage, et par une distinction tranchée entre patronage d'une part, simple dédicace, hommage ou éloge d'autre part :

  • 16 K. M. Broadhurst, art. cit., p. 54 : « The sine qua non of literary patronage is the remuneration (...)

« La condition sine qua non du patronage littéraire est la rémunération accordée par le mécène à l'auteur. Fondamentalement, la relation de patronage est de nature contractuelle. Le mécène attend de l'auteur qu'il compose un texte spécifique, que ce soit une création originale ou une traduction/adaptation d'un texte latin, comme le cas se voit souvent au xiie siècle. Pour paiement de l'accomplissement de cette commande, l'auteur reçoit du mécène de l'argent ou des dons en nature. En d'autres termes, pour qu'il y ait une réelle relation de patronage, il faut qu'il y ait commission. C'est seulement après avoir établi l'existence d'une commission que l'on peut commencer à discuter de la nature des activités littéraires d'un mécène. [...] La distinction la plus importante à faire se place entre commissions et dédicaces. En l'absence de toute référence à un paiement, la reconnaissance par un auteur d'une commission est une indication solide qu'un mécénat est accordé, que l'auteur a été ou sera récompensé pour son travail. Si cette déclaration est accompagnée dans le texte d'une dédicace ou d'une forme d'éloge, tant mieux. Cependant, une dédicace par elle-même n'est pas la preuve suffisante d'une relation de mécénat. Bien sûr, cela peut dans la réalité (et c'est peut-être souvent le cas) faire référence à une commission, mais cela peut juste représenter aussi facilement (et aussi souvent) l'expression de l'espoir de l'auteur en une récompense. Si ses vœux ont été exaucés, alors on pourra parler de mécénat accordé après coup. Mais il ne nous est habituellement pas possible de découvrir ce résultat16 ».

  • 17 K. M. Broadhurst, art. cit., p. 69-70 : « Thus, these two texts dealing with a common subject matt (...)
  • 18 Ibid., p. 84 : « As for Eleanor, her reputation as an active patron and promoter of vernacular lit (...)
  • 19 À titre d'exemple, pour R. Lejeune, p. 74 : « Nevertheless, Lejeune declares that even though Beno (...)
  • 20 Ibid., p. 83 : « The vision of her [Aliénor] powerful influence on the production of this literatu (...)

6Avec un tel point de départ, le résultat de l'investigation de Karen Broadhurst ne laisse aucun suspense : seules deux œuvres (sur neuf étudiées) méritent d'être considérées comme des commandes d'Henri ii (le Roman de Rou de Wace et la Chronique des ducs de Normandie de Benoît de Sainte-Maure)17. Aliénor d’Aquitaine ne saurait être tenue pour une protectrice des belles-lettres du xiie siècle (elle n'a patronné aucune œuvre)18. La cour Plantagenêt ne s'est en rien intéressée à la production de la légende tristanienne, à celle du roi Arthur, ou à la poésie des troubadours. L'objectif est donc atteint relativement rapidement : les sentences des spécialistes de philologie (Rita Lejeune et P. Dronke notamment19) sont dénuées de fondement, le patronage littéraire d'Henri II et d’Aliénor est un mythe historiographique20.

  • 21 R Lejeune, « Rôle littéraire d’Aliénor d'Aquitaine... », art. cit., p. 5 : « Elle [Aliénor] se tro (...)
  • 22 Hypothèse de Yolande de Pontfarcy, in Marie de France, L’Espurgatoire seint Patriz, éd. et trad. Y (...)
  • 23 K. M. Broadhurst, art. cit., p. 60 : « Clearly, the tone of voice that Jordan employs is not one o (...)

7Cette salutaire mise en garde vaut surtout pour les excès qu'elle dénonce, qui ont été identifiés — pour ce qui concerne le « psychologisme » ou le « biographisme » — de façon sûre. Un certain nombre d'idées reçues, telle que la place centrale d’Aliénor d'Aquitaine dans les lettres françaises du xiie siècle, s'effondrent définitivement21. La méthode employée pour évaluer le rôle du couple royal dans la littérature de son époque pose néanmoins de gros problèmes. Passe encore que certaines œuvres ne soient pas rapprochées des Plantagenêts par un oubli fâcheux : c'est le cas des Lais de Marie de France, dont la récente et très sérieuse proposition d'identification22 — Marie de Beaumont-Meulan, soit une représentante de la plus haute aristocratie anglo-normande - place automatiquement ce recueil poétique dans l'orbite du milieu de cour. Les contresens sur la portée de certains textes sont déjà plus gênants : ainsi, la conclusion selon laquelle la Chronique de la guerre entre les Anglois et les Ecossois de Jordan Fantosme n'est pas très favorable à Henri II, laisse perplexe, dans la mesure où c'est précisément le genre choisi — le panégyrique — qui autorise à mettre en relation étroite l'écrivain et le monarque. Celui-ci est d'ailleurs blanchi par Jordan Fantosme du meurtre de Thomas Becket, que Dieu pardonne en accordant au roi la victoire sur les Écossais23.

  • 24 C'est un point bien souligné par Martin Aurell dans La cour Plantagenêt (1154-1204). Actes du coll (...)
  • 25 Cf. supra, chapitre II, p. 71-72.
  • 26 D'environ 15 000 vers, le Roman de Brut, achevé en 1155, a difficilement pu être composé à partir (...)
  • 27 C'est pourtant l'argumentation avancée par K. M. Broadhurst pour expliquer la présence de cette me (...)
  • 28 Ibid., p. 71 : « When would either of them [Henri II et Aliénor] commissioned a vernacular work de (...)
  • 29 Des opposants qui, loin de désarmer, croient bien tenir leur revanche en 1173-1174, et espèrent ré (...)

8Plus fondamentalement, l'objectivité affichée dans l'utilisation du seul critère de la commission pour mesurer le patronage royal, pour tout à fait louable qu'elle soit, n'épuise pas la question des relations entre un mécène de rang royal et son entourage24, surtout dans le contexte du xiie siècle : il s'en faut de beaucoup que les écrivains de l'époque aient eu besoin de travailler à la commande (ils étaient presque tous clercs, donc correctement installés dans la société), voire que ce mode de production de la littérature narrative ait été dominant. À ce jeu-là, autant dire tout de suite que la littérature de langue française n'a aucune implication pour les Plantagenêts - pas plus que les légendes épiques sur Charlemagne n'ont d'intérêt pour Philippe Auguste, puisqu'il ne les a jamais commissionnées. C'est à coup sûr, en privilégiant un critère externe à l'œuvre — l'existence d'une dédicace dans le prologue ou dans l'épilogue - faire l'impasse sur tout ce qu'elle peut contenir de politique, d'idéologique, de symbolique, que le littérateur insère de façon plus ou moins volontaire, plus ou moins métaphorique, selon son intention et selon son degré de relation avec le pouvoir en place. Une chose est d'écrire sur commande ; on ne voit pas en quoi cela serait exclusif d'autres relations dans le contexte du xiie siècle, qui ne peuvent se réduire à une simple problématique de mécénat, d'influence ou de propagande. Ce serait une erreur spectaculaire que d'imaginer que la production littéraire dans l'entourage d'Henri II ait été neutre : les manipulations auxquelles se prêtent des œuvres comme le Roman de Brut ou le Draco Normannicus, qui, dans ce dernier cas, met en scène Henri II en personne dialoguant avec le roi Arthur25 — alors qu'aucune dédicace officielle n'est mentionnée — rendent au fond secondaire la question de la commande officielle. C'est particulièrement flagrant pour le Roman de Brut, qui, s'il n'a vraisemblablement pas pu être commissionné26, n'en a pas moins fait l'objet, selon Layamon, d'une dédicace à Aliénor qu'il n'y a aucune raison sérieuse de mettre en doute — pas plus en imaginant un hypothétique trou de mémoire de Layamon à cinquante ans de distance, qu'en supputant une méprise sur l'œuvre dédicacée27. Ne pas comprendre la portée de ces manipulations, et - plus grave — s'interroger sur le public visé28, dans un contexte où Henri II, fraîchement couronné, doit effacer les marques d'une guerre civile et légitimer son pouvoir face à ses opposants29, c'est rester au premier degré, s'en tenir à la lettre du texte, alors que la chronique historique est, avec l'hagiographie, le genre qui pâtit le plus de l'examen de type positiviste. Une simple analyse de contenu, associée à une remise des œuvres dans leur contexte, aurait permis de corriger les effets pervers de l'utilisation du seul critère de la commande officielle pour apprécier les rapports des deux souverains avec leur entourage littéraire.

  • 30 Bernart von Ventadom, seine Lieder, éd. C. Appel, Halle, 1915, Chanson 33.
  • 31 M. Lazar, « Cupid, the Lady, and the Poet : Modes of Love at Eleanor of Aquitaine’s Court » in W. (...)
  • 32 J. Frappier, « Vues sur les conceptions courtoises dans les littératures d'oc et d'oïl au xiie siè (...)
  • 33 D. Boutet et A. Strubel, Littérature, politique et société, Paris, PUF, 1979, p. 79.

9À la lumière de ces précautions, il semble bien que le rôle traditionnellement accordé à la duchesse-reine, qui n'a pas à être surestimé, ne mérite pas davantage d'être écarté. Comment ne pas voir, en effet, que la présence de l'héritière du duché d'Aquitaine à la cour du Plantagenêt a entraîné ipso facto une circulation importante des hommes de lettres et des idées dans l'Occident du xiie siècle ? Comment considérer que, parce qu'elle n'a pas imposé la lyrique courtoise des pays d'oc à la cour d'Angleterre, la duchesse- reine n'a en rien orienté sa production littéraire ? Comment croire que, du fait de son placement en résidence surveillée entre 1174 et 1189, l'épouse d'Henri II n'aurait en aucune façon pu lui apporter le concours des littérateurs dont il avait besoin pour servir sa légitimité politique ? C'est faire bien peu de cas des vingt années qui ont précédé la crise politique au sein du couple royal, et des conditions habituelles de l'exercice du mécénat royal en Occident, que de dénier à Aliénor toute empreinte sur la littérature à la cour Plantagenêt au temps d'Henri II. La rédaction de différents romans antiques — le Roman de Thèbes et le Roman d’Enéas en premier lieu — par des auteurs du Continent est là pour attester de leur participation à l'éclat littéraire de la cour anglo-angevine. Et la présence vérifiable à Londres de troubadours connus lors des séjours de la reine outre-Manche - tel Bernard de Ventadour, parti chercher le patronage de la cour angevine (« Outra la terra normanda/Part la fera mer prionda ») et toujours inspiré pour chanter Aliénor (« Huguet, mos cortes messatgers/Chantatz ma chanso volonters/A la reïna dels Normans30 ») — ne permet pas de douter de l'interpénétration culturelle des milieux littéraires de l'Europe du Nord-Ouest et de la France du Sud-Ouest dans les domaines angevins. Des études récentes ont fait justice à cet important phénomène31 dont R. Bezzola avait déjà eu la profonde intuition. La fragilité des conclusions sur les « cours d'amour » de Poitiers n'enlève rien à la réelle acclimatation de certains thèmes issus de la lyrique courtoise sous les latitudes anglo-angevines à la suite d’Aliénor d'Aquitaine - l'exemple de l'introduction de la fin’amor dans les romans courtois, analysé par J. Frappier, le démontre suffisamment32. Déjà puissamment animée par les traditions littéraires venues des domaines continentaux et insulaires d'Henri II, la cour Plantagenêt, grâce à Aliénor, s'est ouverte à une extension et une diversification qu'elle n'aurait pas connues autrement : « à l'influence littéraire d’Aliénor d'Aquitaine s'ajoute l'intérêt politique d'Henri ii (D. Boutet et A. Strubel33) » pour faire de la cour anglo-angevine un grand centre de propagande où les thèmes idéologiques se répondent comme dans une chambre d'écho.

  • 34 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, éd. et trad. anglaise M. Chibnall, Oxford, t. 6, 1980, p. 1 (...)

10Un dernier facteur permet également de rendre compte de l'importance des fruits de la Renaissance du xiie siècle autour d'Henri ii : l'ampleur de la curialisation qui s'est opérée sur ses domaines. Il est en effet significatif du gouvernement d'Henri II d'avoir su faire appel à des hommes de toutes conditions sociales, mais surtout d'extraction modeste — des hommes « tirés du néant » (« raised from the dust »), pour reprendre la belle expression d’Orderic Vital à propos de la cour anglo-normande du début du xiie siècle, reprise par Ralph Turner34— pour en faire les cadres tant ecclésiastiques que laïcs de la cour.

  • 35 Dialogus de Scaccario, éd. C. Johnson, révis. F. E. L. Carter et D. Greenway, Oxford, Clarendon, 1 (...)
  • 36 Tractatus de Legibus et Consuetudinibus Regni Angliae..., éd. G. D. G. Hall et M. T. Clanchy, Oxfo (...)

11Cette diversité du recrutement, qui est en partie à l'origine de la richesse de la production écrite — songeons à la valeur des traités administratifs comme le Dialogus de Scaccario de Richard Fitzneale35 ou le Tractatus de Legibus... de Ranulf de Glanville36 — ne défavorise pas les clercs, loin de là : Giraud de Barri et Gautier Map en sont de vivants exemples. Mais, au- delà de ces itinéraires d'ambitieux que la cour Plantagenêt irrite autant qu'elle les attire, c'est toute une série d'ecclésiastiques de haut niveau intellectuel qui écrivent pour Henri et son entourage : outre Wace et Benoît de Sainte-Maure et tous les chroniqueurs déjà cités, les noms de Jean de Salisbury, Pierre de Blois et Étienne de Fougères viennent spontanément à l'esprit. En dépit des relations de plus en plus tendues qu'Henri II a entretenues avec Thomas Becket et une grande partie du clergé de Cantorbéry ou de Londres, on peut considérer qu'il n'a jamais été « lâché » par l'Église d'Angleterre, et que, malgré certaines défections, la parenthèse dramatique de l'« affaire Thomas Becket » a été refermée à l'initiative de l'Église elle- même, lors de la mise à l'épreuve d'Henri II par la pénitence publique à Avranches (1172). Certes, des intellectuels comme Jean de Salisbury avaient alors quitté un moment les domaines Plantagenêts. Il n'en reste pas moins que Jean n'est de ce point de vue pas représentatif du milieu de cour des clercs d'Henri II, et que la production littéraire destinée à la cour n'a pas faibli, malgré les difficultés liées à la querelle entre le roi et son chancelier. Cela prouve le caractère de nécessité que recouvrait, pour la monarchie

12Plantagenêt, cette littérature produite par des clercs formés la plupart du temps dans les écoles parisiennes, mais que la cour capétienne de Louis VII n'attirait pas. À la faveur de l'étude de cette littérature de cour se mesure ainsi l'écart entre le phénomène curial au sommet de l'« empire Plantagenêt » et ce qui peut lui être rapproché à la cour de France. La Renaissance du xiie siècle montre alors parfaitement quel a été son terreau d'origine.

Les romans antiques

13La plus ancienne manifestation de cette littérature de cour issue des cercles ecclésiastiques qui entourent Henri II est constituée par les romans antiques. Des trois grands cycles narratifs à la disposition des clercs courtois de la seconde moitié du xiie siècle - les matières de France, de Bretagne et de l'Antiquité gréco-romaine —, c'est en effet cette dernière qui connaît le développement le plus précoce à la cour Plantagenêt. Sans doute faut-il y voir d'abord la traduction de la formation et des préoccupations littéraires et intellectuelles de ces auteurs : pétris de culture gréco-latine et d'humanisme chrétien, les clercs du xiie siècle au service des cours laïques fréquentent en premier lieu les chemins qu'ils connaissent le mieux, à savoir ceux de l'imitation des Anciens. On reconnaît bien là l'esprit de la Renaissance du xiie siècle, imprégnée de déférence et de reconnaissance envers les grands noms de l'Antiquité, qui faisait dire au célèbre Bernard de Chartres, maître de l'école cathédrale chartraine :

  • 37 Jean de Salisbury, Metalogicon, I, 24, éd. J.B. Hall et K.S.B. Keats-Rohan, Turnhout, Brépols, col (...)

« Nous sommes des nains juchés sur des épaules de géants ; et si nous voyons plus de choses qu'eux et plus loin qu'eux, ce n'est ni à cause de l'acuité de notre regard, ni en raison de la supériorité de notre taille, mais parce qu'ils nous portent et nous élèvent de toute leur hauteur37 »,

Un genre nouveau

14Cependant, il ne faudrait pas voir dans la révérence aux lettres classiques l'indice d'une certaine stérilité de l'imitation, d'une servitude absolue à l'égard de modèles qu'il s'agirait de singer. Comme souvent au Moyen Âge, les clercs font du neuf avec du vieux, et se préoccupent avant tout de leur époque à travers les décors et les vêtements de l'Antiquité. Cela produit un genre, le roman antique, qui a vaguement un rapport avec les romans de l'Antiquité - la matière narrative est souvent commune. Mais, remis dans leur contexte de production, celui de la cour Plantagenêt des années 1155- 1170, les romans antiques livrent des enseignements de signification politique très contemporaine, à l'instar de beaucoup d'autres œuvres nées dans l'entourage d'Henri II.

Le berceau anglo-angevin

  • 38 E. Köhler, « Quelques observations d'ordre historico-sociologique sur les rapports entre la chanso (...)
  • 39 Roman de Thèbes, éd. L. Constans, 2 vol., Paris, SATF, 1890.
  • 40 Roman d’Enéas, éd. J. Salverda de Grave, 2 vol., Paris, CFMA, 1925-1929.
  • 41 Benoît de Sainte-Maure, Roman de Troie, éd. L. Constans, 6 vol., Paris, SATF, 1904-1912.

15La plus ancienne manifestation de cette littérature de cour issue des cercles ecclésiastiques qui entourent Henri II est constituée par les romans antiques. Les domaines Plantagenêts ont en effet été le berceau de trois des romans qui s'appuient sur le cycle des matières de Grèce et de Rome38 : le Roman de Thèbes39, le Roman d'Enéas40 et le Roman de Troie41. À cette triade s'ajoutent une nouvelle rédaction par un anonyme poitevin du déjà célèbre Roman d'Alexandre, réécrit depuis sa version franco-provençale pour le public anglo-normand, et une continuation de cette nouvelle branche par le Poitevin Lambert le Tort (vers 1170). Sur cet ensemble désormais appelé Roman d'Alexandre est venue se greffer une geste complète d'Alexandre le Grand entreprise par un clerc insulaire, Thomas de Kent, intitulée Roman de Toute Chevalerie (vers 1175).

  • 42 L'origine poitevine ou ligérienne de plusieurs de ces auteurs, à savoir Benoît de Sainte-Maure, l' (...)

16Les trois premiers mentionnés de ces romans ne forment pas la plus ancienne production narrative non-épique du xiie siècle, puisqu'en ce sens la Navigation de saint Brendan du moine Benedeit les avait précédés. De la même façon, l'emploi de l'octosyllabe à rimes plates, assemblé en couplets, ne constitue pas leur monopole puisqu'il se trouve aussi dans la chronique en vers immédiatement contemporaine (Roman de Brut), ou dans le Roman d'Alexandre d’Albéric de Pisançon, qui leur est antérieur. En revanche, la marque de fabrique distinctive de ces romans antiques, qui les désigne sans hésitation comme des produits de la cour Plantagenêt, est l'amalgame en leur sein du roman guerrier, chargé de matière épique, et du lyrisme psychologique teinté d'inspiration ovidienne, qui ouvre la voie à l'amour courtois. Il n'y avait guère qu'à la cour anglo-angevine qu'un tel mélange de l'atmosphère venue des chroniques épiques, de la lyrique poétique et amoureuse - d'inspiration troubadouresque et ovidienne — et du courant légendaire et merveilleux - de source celtique et orientale - pût voir le jour. Il semblerait que l'influence d’Aliénor d'Aquitaine n'y fût pas pour rien42.

Des poèmes historiques

  • 43 Typologie des sources du Moyen Âge occidental, fasc. 12, Le roman, par J. C. Payen, Turnhout, Brép (...)
  • 44 Ch. Marcello-Nizia, « Production littéraire, politique linguistique et pouvoir d'État au xiie sièc (...)

17Ces romans antiques ne doivent pas grand-chose aux romans de l'Antiquité, du type de l'Apollonius de Tyr. Ils ont pour maîtres reconnus Ovide et Virgile, qui sont mis à contribution pour leur rhétorique et leur maîtrise de la description. Ces romans sont d'ailleurs perçus moins comme des poèmes romanesques que comme des poèmes historiques43, puisant aux sources les plus classiques, comme les compilations du Pseudo-Dictys de Crête (Ephemeris Belli Troiani), du Pseudo-Darès le Phrygien (De Excidio Troiaie Historia) pour le Roman de Troie, ou aux traductions latines du pseudo-Callisthène pour le Roman d'Alexandre. Cela ne les empêche pas de manier un anachronisme répondant au goût de l'aristocratie de l'époque, qui se complaît dans les descriptions de costumes et d'institutions (chevalerie, devins devenus évêques) empruntés à la matérialité du xiie siècle. Mais il ne faudrait pas voir dans cet anachronisme entretenu la marque d'une superficialité de l'écriture : les siècles gréco-romains sont présentés dans les romans antiques comme une époque authentiquement païenne, une époque qui tranche avec le présent de l'ère chrétienne, prenant la valeur d'un monde différent et entretenant le dépaysement. Cela ne va pas sans une certaine valeur didactique, les romans antiques apportant un message moral et intellectuel de haute portée sans cesser de distraire et de susciter le rêve. De même du rôle de l'exotisme dans ces différents romans : il a valeur de divertissement savamment distillé à l'intention d'un public aristocratique qui affectionne la poésie des noms grecs. Mais ces artifices de la création romanesque ne sont pas exclusifs d'une portée politico-historique à la cour anglo-angevine, dont le rythme soutenu de parution de ces romans antiques est le signe tangible44.

Une littérature « engagée »

  • 45 Cf. supra, p. 84.
  • 46 L. F. Flutre et F. Mora, art. cit. Cf. supra, p. 82.
  • 47 C'est le cas du ms. B.N. 794 du fameux copiste Guiot, qui regroupe les romans de Thèbes, Enéas et (...)

18La notion de patronage, au xiie siècle, est difficilement réductible à une question de commande et de rétribution avec dédicace officielle, nous l'avons dit45. Les romans antiques des domaines Plantagenêts en sont peut- être les meilleurs exemples. Nulle commande officielle ne vient expliquer leur rédaction, même dans le cas du Roman de Troie de Benoît de Sainte- Maure46. Et pourtant, il est difficile de ne pas remarquer les hommages allusifs aux souverains Plantagenêts qui se glissent dans ces oeuvres, et, du point de vue de l'analyse de contenu, d'ignorer le plan d'ensemble à fortes résonances politiques qui les relie entre elles et fait la jonction avec le Roman de Brut. Une grandiose mise en perspective historique des origines de la royauté bretonne se met alors en place, que semble confirmer l'association des trois romans antiques avec l'œuvre de Wace dans certains manuscrits47.

19La fonction politique de cette littérature de cour est capitale, la continuité généalogique venant à point nommé renforcer la continuité historique qui fait défaut à la monarchie Plantagenêt.

L'hommage au couple royal

20Le Roman de Thèbes, le Roman d’Enéas et le Roman de Troie désignent ouvertement leurs liens avec les souverains Plantagenêts, sans être automatiquement dédiés à l'un ou à l'autre conjoint du couple royal. Il y a bien longtemps que les vers 971 et 972 du Roman de Thèbes, qui vantent la douceur des filles d’Adraste, ont attiré l'attention en raison des deux villes qu'ils associent :

  • 48 Roman de Thèbes, éd. L. Constans, 2 vol., Paris, SATF, 1890, p. 971-972.

« Mieus vaut lor ris et lor baisiers
Que ne fait Londres ne Peitiers48 ».

  • 49 G. Raynaud de Lage, article « Roman de Thèbes », Dictionnaire des Lettres Françaises, Le Moyen Âge (...)

21L'auteur anonyme, vraisemblablement un clerc normand49 selon la langue employée, a-t-il songé ici à Aliénor d'Aquitaine, la seule femme pour laquelle la réunion des deux cités dans un même vers — ses deux capitales, en tant que reine d'Angleterre et comtesse de Poitou — ait eu un sens ?

22De son côté, Benoît de Sainte-Maure n'a pas dédicacé son roman à Henri II, mais on y trouve un hommage susceptible de concerner Aliénor derrière ces vers qui louent la valeur de la jeune Briséis (variante de Criséyde) :

  • 50 Benoît de Sainte-Maure, Roman de Troie, éd. L. Constans, 6 vol., Paris, SATF, 1904-1912, v. 13457 (...)

« De cest, veir, criem g'estre blasmez
De cela que tant a bontez
Que hautece a, pris e valor,
Honesté e sen e honor,
Bien e mesure e saintée,
E noble largece e beauté ;
En cui mesfait de dames maint
Sont par le bien de li esteint ;
En cui tote sciënce abonde,
A la cui n'est nule seconde
Que el mont seit de nule lei.
Riche dame de riche rei,
Senz mal, sens ire, senz tristece,
Poissiez aveir toz jorz leece50 ».

23L'hommage aux princes concernant indifféremment l'un ou l'autre membre de la famille royale dans les usages de l'époque (le Roman de Brut était dédié à Aliénor selon Layamon), il est admis qu'Henri II était autant concerné par ces vers que sa royale épouse.

Amour courtois et politique

24Que dire de la place que le Roman de Thèbes fait au rôle social de la dame, toujours aussi important, et à la courtoisie du chevalier, qui en résulte, si ce n'est que l'on ne trouve rien de semblable dans sa source, la Thébaïde de Stace, mais qu'en revanche on peut y reconnaître l'influence d'Ovide, très forte dans la littérature anglo-normande du second xiie siècle, et que cette mode ovidienne fut avant tout le fait de clercs des écoles parisiennes, qu’Aliénor dut vraisemblablement fréquenter du temps de son premier mariage (1137-1147) ? Le Roman de Thèbes, un peu comme le Roman de Brut, marque une date en ce sens qu'en mêlant amour courtois et préoccupations politiques, il crée un genre qui se développe avant tout sur les terres anglo-angevines.

  • 51 G. Raynaud de Lage, article « Enéas (Roman d') », Dictionnaire des Lettres Françaises, op. cit.
  • 52 J. Frappier, « Vues sur les conceptions courtoises... », art. cit., p. 146-147.

25Le Roman d’Enéas, daté des environs de 1160, soit quelques années après le Roman de Thèbes, en reprend et en amplifie les principales tendances. Écrit lui aussi par un clerc normand51, il n'entretient pas grand lien avec l'esprit du poème latin de Virgile. En revanche, il se laisse porter par l'influence ovidienne, qui devient toute puissante, tout en épousant, quant au fond, l'amour courtois des troubadours — Virgile est adapté par un clerc qui s'adresse à des laïcs et qui sait ce qui les intéresse. Reprenant les principales caractéristiques de la poétique et de l'art littéraire de Virgile et d'Ovide - conduite du récit et du dialogue, méthode de la description et du portrait, emploi des images et des comparaisons, procédés de style —, l'auteur, visiblement éprouvé aux recettes de compositions étudiées dans les écoles, est un excellent exemple de ces clercs courtois, de ces clercs qui étaient moins des hommes d'Église que des hommes de lettres, et qui firent entrer leur clergie à la cour royale des Plantagenêts parce qu'elle sut s'intéresser à eux et leur réserver bon accueil52. Ce faisant, il se mit au service de la monarchie anglo-angevine en ce sens que le Roman d’Enéas livre une préhistoire au Roman de Brut : le premier héros sur lequel s'ouvre l'œuvre de Wace, Brutus, n'est autre que l'arrière-petit-fils du personnage principal de l’Enéas. Les soupçons énoncés à propos de l'entreprise de légitimation dynastique que reflète le Roman de Brut valent donc aussi pour le Roman d’Enéas, qui lui est de quelques années postérieur.

  • 53 R. Bezzola, Les origines et la formation..., op. cit., p. 288.
  • 54 Ch. Marcello-Nizia, art. cit., p. 200.
  • 55 Cf. supra, chapitre I, p. 46-49.
  • 56 Cf. infra, chapitre V, p. 172-173.
  • 57 Cf. supra, chapitre II, p. 60.

26La parution du Roman de Troie sous la plume de Benoît de Sainte- Maure vers 1165 ne permet plus de douter de l'existence d'un projet d'ensemble à finalité politique derrière ces romans antiques nés à la cour d'Henri II. L'intérêt du souverain angevin à la rédaction de cette œuvre est très explicite si on veut bien la mettre en relation avec les autres œuvres produites à la cour dans les années 1155-1160. Il apparaît alors que le Roman de Troie forme, avec le Roman de Thèbes et le Roman d’Enéas, un énorme préambule à la geste des prédécesseurs des Plantagenêts dans les îles britanniques, telle que l'a formulée Wace dans son Roman de Brut, et telle qu'il la prolongeait dans le Roman de Rou en cours de rédaction. Il existe une continuité narrative des romans antiques aux œuvres de Wace qui est frappante53 : la description de la chute de Troie clôt le Roman de Troie et ouvre le Roman d’Enéas ; celui-ci entretient un lien direct, par l'intermédiaire du personnage d’Enée, avec le Roman de Brut et le Roman de Rou ; le Roman de Troie prend le parti des Troyens, le peuple dont Enée est le fils, contre la version d'Homère, en racontant non seulement la guerre de Troie, mais aussi ce qui la précède, à savoir l'expédition des Argonautes, mettant ainsi en scène la génération de héros qui avaient fait le succès du Roman de Thèbes54. Dans un contexte de rivalité avec la maison capétienne et de glorification des origines dynastiques par le biais du mythe des origines troyennes55, la récupération de la matière de Grèce et de Rome paraît donc patente. Elle s'inscrit dans une tentative de valorisation d'un modèle de succession dynastique qui est moins issu du monde laïc (respectueux de la continuité lignagère) que du monde ecclésiastique (fondé sur la succession par ruptures), et qui est donc très métaphorique56. En conséquence, la valeur politique des trois romans antiques pour la maison anglo-angevine est telle qu'elle explique sans doute que Benoît de Sainte-Maure ait récupéré le projet de geste des Normands en péril dans les mains de Wace57. Outre leurs caractéristiques de fictions rédigées par des clercs pour un public laïc cultivé, ces romans définissent une certaine notion d'engagement en faveur du souverain anglo-angevin, qui va bien au-delà de ce que les chroniques contemporaines pouvaient représenter. Loin d'être les simples représentants d'un genre mineur, parce qu’anecdotique, comme c'était le cas des romans dans l'Antiquité, les romans antiques nés à la cour normanno-angevine ont une signification de poids pour la propagande Plantagenêt. En cela aussi, entre autres, ils sont les précurseurs des romans courtois.

Lais et romans courtois

  • 58 J. Frappier : « Remarques sur la structure du lai... »,in La littérature narrative d'imagination : (...)
  • 59 Typologie des sources du Moyen Âge occidental, fasc. 13, Le lai narratif, par J.-C. Payen, Turnhou (...)

27Parallèlement aux romans antiques, la Renaissance du xiie siècle a vu éclore, sur les terres de l'« empire Plantagenêt » principalement ou dans leur orbite politique, les lais et romans courtois. Les premiers sont quelquefois un peu difficiles à distinguer des seconds, bien que Jean Frappier ait insisté dans sa définition du lai sur son organisation caractéristique autour d'une aventure, c'est-à-dire d'un événement qui met un héros au contact de l’Autre Monde ou d'une épreuve moins merveilleuse, mais toutefois exceptionnelle58. D'autre part, le lai se distingue par son fonctionnement narratif : avec une grande économie de moyens par rapport au roman courtois, il se veut avant tout un conte efficace et sobre, qui tire son origine de petits poèmes lyriques chantés par des conteurs dans les cours seigneuriales59, avec accompagnement de harpe (du vieux breton lai, apparenté au laid ou laed irlandais : « morceau de musique », « poème chanté »). Mais quoi qu'il en soit, lais et romans courtois nous intéressent au même titre, à savoir celui d’œuvres du cycle de la matière de Bretagne, bien que ce soit parfois de très loin : le Tristan de Thomas d'Angleterre, ou la plupart des lais de Marie de France, n'ont d’arthurien que le cadre, et encore. Cela n'enlève rien à leur capacité de propagation de l'idéologie Plantagenêt, selon des modalités différentes de celles des romans antiques.

Des origines diverses

28Il n'est pas possible d'affirmer de façon absolue que les lais et romans courtois sont des œuvres nées en relation avec la cour Plantagenêt, parce que l'identité de leurs auteurs n'est en général pas suffisamment connue. Il existe toutefois derrière cette production littéraire des écrivains qui ont pu fréquenter l'entourage d'Henri II, ou à tout le moins vivre en Grande- Bretagne du temps de son règne.

Les écrivains britanniques

  • 60 J. M. Fritz, article « Thomas d'Angleterre », Dictionnaire des Lettres Françaises, Le Moyen Âge, o (...)
  • 61 Thomas, Le Roman de Tristan, éd. D. Lacroix et Ph. Walter, Paris, Librairie Générale Française, co (...)
  • 62 Typologie des sources..., fasc. 12, Le roman, op. cit., p. 136.
  • 63 R. Bezzola, Les origines et la formation..., op. cit., p. 294.
  • 64 Le Cligès de Chrétien de Troyes est en effet considéré par la critique comme un anti- Tristan, du (...)

29On ne sait pas grand-chose de Thomas d'Angleterre et de Marie de France, les principaux utilisateurs des légendes orales en circulation sur les domaines Plantagenêts à la fin du xiie siècle, si ce n'est ce qu'ils nous disent d'eux-mêmes, et ce que les autres écrivent sur eux. Thomas, auteur d'un Tristan — « auteur » au sens du xiie siècle, c'est-à-dire qu'il reprend, enrichit, augmente (le verbe latin augere, « augmenter », est apparenté à auctor, « l'auteur ») un canevas, une matière héritée, comme l'avait peut-être fait avant lui Béroul, qui reste une énigme quant à sa biographie —, écrit dans une langue et selon une versification qui indiquent une origine anglaise, ou au moins anglo-normande60. L'hypothèse de son insularité est corroborée par la translation sous sa plume de la légende tristanienne depuis la Cornouaille jusqu'à l'Angleterre, et par un éloge appuyé à la population et à la cité de Londres61. D'autre part, c'est bien à la Grande-Bretagne que Gottfried von Strassburg renvoie lorsqu'il nomme un certain « Thomas von Britanje » comme la source de son adaptation du Roman de Tristan62. Enfin, les fortes influences du Roman de Brut de Wace sur le Tristan de Thomas, relevées de longue date63, inclinent également à considérer Thomas d'Angleterre comme un clerc écrivant à la cour d'Henri II et d’Aliénor d'Aquitaine, probablement entre 1172 (extension des domaines Plantagenêts à l'Irlande) et 1176 (date plausible de la rédaction de Cligès par Chrétien de Troyes, si c'est bien contre le Tristan de Thomas que l'auteur champenois réagit64).

30Les liens de Marie de France avec l'Angleterre des Plantagenêts ne sont pas plus faciles à établir. La critique s'est longuement interrogée sur le sens de ce fameux vers de l'épilogue de ses Fables où Marie parle d'elle-même :

  • 65 Marie de France, Fables, éd. K. Warnke, Halle, 1898, v. 4.

« Marie ai nun si sui de France65 ».

31Qu'il s'agisse de l'Ile-de-France, ou de la France du Regnum Francorum, c'est-à-dire de l'ensemble des domaines soumis à la souveraineté du roi de France, Marie de France ne vécut sans doute pas de ce côté-ci de la Manche pour éprouver le besoin de préciser ainsi ses origines. Un certain nombre d'indices permettent au contraire de penser qu'elle passa la plus grande partie de sa vie en Angleterre, où elle aurait écrit ses Lais. Ceux-ci sont en effet dédiés à un « noble roi » qui a été identifié selon toute probabilité à Henri II Plantagenêt :

  • 66 Marie de France, Lais, éd. et trad. L. Harf-Lancner, Paris, Librairie Générale Française, coll. Le (...)

« En l’onur de vus, nobles reis,
Ki tant estes pruz e curteis,
A ki tute joie s’encline,
E en qui quer tuz biens racine,
M'entremis des lais assembler,
Par rime faire e reconter.
En mun quer pensoe e diseie,
Sire, ques vos presentereie.
Se vos les plaist a receveir,
Mult me ferez grant joie aveir ;
A tuz jurs mais en serrai liee.
Ne me tenez a surquidiee,
Se vos os faire icest present66 ».

  • 67 Guigemar, in Lais, op. cit., v. 25.
  • 68 Sur la biographie de ce parangon de l'idéal chevaleresque à la fin du xiie siècle, G. Duby, Guilla (...)
  • 69 Marie de France, L’Espurgatoire seint Patriz, éd. et trad. Y. de Pontfarcy, Louvain-Paris, Peeters (...)
  • 70 Cf. supra, Introduction, p. 15.

32Marie, d'autre part, fait preuve d'une très bonne connaissance de l'anglais, et même de l'anglo-saxon, qu'elle met à profit pour traduire ses Fables d'une version anglo-saxonne antérieure. L'action de ses Lais est très souvent localisée entre Normandie, Grande-Bretagne et Bretagne armoricaine - « Bretaigne la Menur », comme elle le dit elle-même67 —, soit le cœur des domaines Plantagenêts. Sa fréquentation des romans de Brut, de Thèbes, d’Enéas et de Tristan indique par ailleurs une culture littéraire qui ne peut appartenir qu'à un membre de la haute aristocratie au contact de la cour d'Henri II. Mais peut-on aller jusqu'à identifier le « comte Guillaume », mentionné dans le Prologue des Fables, avec Guillaume le Maréchal68 ? C'est la très ingénieuse hypothèse récemment proposée par Yolande de Pontfarcy dans son étude préliminaire à son édition de l'Espurgatoire saint Patriz69. Marie de France serait ainsi Marie de Beaumont-Meulan, cousine germaine de Richard de Clare70 dit « Strongbow », l'un des conquérants de l'Irlande, qui, après ses premiers succès sur le sol de la Verte Erin, avait épousé la fille du roi de Leinster Dermot Mac Murrough, ouvrant ainsi la voie à une fusion des élites gaéliques et anglo-normandes confirmée, quelques années plus tard, par le don, selon la volonté de Richard Cœur de Lion, de la fille née de ce mariage à Guillaume le Maréchal, avec le comté de Pembroke, en récompense de ses bons et loyaux services. Marie de Beaumont, d'autre part, appartenait à une grande famille alliée aux laïcs qui avaient patronné les monastères irlandais et gallois où s'était développée la version savante du Traité du Purgatoire de saint Patrick. Elle était donc particulièrement bien placée pour en donner une traduction accessible aux laïcs, de la même façon que ses Lais couchèrent par écrit en français des fables qui circulaient dans d'autres langues. Quoi qu'il en soit, Marie de France ne figure pas parmi les écrivains travaillant à la commande pour le maître de Westminster, contrairement à un Wace ou un Benoît de Sainte-Maure, et les relations que ses écrits entretiennent avec les instances du pouvoir ne sauraient se réduire à une simple question d'influence ou de propagande. La même remarque vaut pour son illustre contemporain, Chrétien de Troyes.

Chrétien de Troyes

  • 71 Résumé des problèmes posés par la chronologie relative exposée dans le prologue de Cligès par J. F (...)
  • 72 J.-F. Benton, « The Court of Champagne as a Literary Center », Speculum, 36 (1961), p. 551-591, y (...)
  • 73 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, éd. W. Roach, Genève, Droz, 1959.

33La biographie du poète champenois a fait couler beaucoup d'encre, non pour elle-même, mais pour établir de façon définitive la chronologie de ses œuvres, qui reste à l'état de conjecture71. De cette vie fort mal connue, trois points retiennent l'attention. En premier lieu, la dédicace du Chevalier à la Charrette nous apprend que ce roman fut composé pour la comtesse Marie de Champagne, qui en aurait donné le « sen » et la « matière ». Or celle-ci n'est autre que la fille de Louis vii et d’Aliénor d'Aquitaine, par conséquent la demi-sœur d'Henri le Jeune Roi, Richard Cœur de Lion, Geoffroy de Bretagne et Jean sans Terre. La cour de Champagne, à l'époque de Marie de Champagne et d'Henri le Libéral, était un foyer culturel très important72, où s'épanouissait l'influence courtoise issue des pays de langue d'oïl, et où l'on pouvait être à l'écoute des échos du vaste monde grâce aux grandes foires annuelles qui attiraient à Troyes et dans les villes voisines des conteurs, des jongleurs et des marchands venus des quatre coins de la Chrétienté. Par la suite, la patronage de Chrétien de Troyes par Philippe d'Alsace, comte de Flandre et cousin de Richard Cœur de Lion par sa mère, Sibylle d'Anjou, est attesté par le prologue du Conte du Graal (Perceval)73, roman inachevé qui fut probablement entrepris avant la mort de Philippe au siège d'Acre (1191), voire avant son départ pour la Troisième Croisade (septembre 1190).

  • 74 R Lejeune, « Rôle littéraire de la famille d’Aliénor d'Aquitaine », art. cit., p. 335.

34Enfin, parmi ses très nombreuses sources, Chrétien démontre dans Erec et Enide une connaissance sans faille de Wace, du Roman de Thèbes, du Roman d’Enéas, du Roman de Troie et du Roman de Tristan, auquel il fait plusieurs allusions. Est-il possible de considérer que Chrétien a séjourné à la cour d'Angleterre ? En l'absence de preuves irréfutables, nous nous abstiendrons de retenir cette hypothèse, qui expliquait aux yeux de Gaston Paris que Chrétien livrât dans son Cligès des détails géographiques rigoureux sur l'Angleterre. Mais rien n'interdit de penser que Chrétien a pu tirer le plus grand profit de ses contacts avec la maison anglo-angevine, soit à la cour de Champagne, soit à la cour de Flandre : ainsi lors du mariage de Marie de Champagne avec Henri le Libéral (1164), pour lequel des échanges d'ambassades eurent lieu entre les cours d'Angleterre et de Troyes ; ou lorsque Gautier Map en personne vint rendre visite à la cour de Champagne (1179)74. Ces maigres renseignements sont essentiels : ils suffisent pour comprendre que Chrétien ait pu avoir quelque sympathie pour cette dynastie angevine, française de langue mais aussi très souvent de résidence, avec laquelle ses maîtres avaient des relations suivies de famille et d'intérêts.

  • 75 B. Schmolke-Hasselmann, « Henry II Plantagenêt, roi d'Angleterre, et la genèse d’Erec et Enide », (...)

35Est-ce à dire que Chrétien aurait pu dédier Erec et Enide à Henri II et Aliénor, comme cela a parfois été avancé ? Dans un important article sur la genèse d’Erec et Enide75, Beate Schmolke-Hasselmann a essayé de démontrer qu'« à côté de son fils Geoffroy, le destinataire du roman était le couple royal angevin », et qu'on pouvait considérer Henri II et Aliénor comme le « couple royal mécène de Chrétien ». Pour ce faire, la spécialiste allemande s'est fondée sur un riche argumentaire, qui tourne autour de la fameuse scène du couronnement d’Erec et Enide à Nantes, et de la liste des invités :

  • 76 Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, Paris, Champion, CFMA, 1981, v. 6585-6595.

« Asez i ot contes et rois,
Normanz, Bretons, Escoz, Einglois,
D’Eingleterre et de Cornoaille ;
I ot molt riche baronaille,
Car des Gales jusqu’an Anjo,
N’an Alemaigne, n’an Peito,
N’ot chevalier de grant afeire
Ne gentil dame de bon eire,
Don les meillors et les plus gentes
Ne fussent a la cort a Nentes,
Que li rois les ot toz mandez76 ».

36Partant du constat que cette liste ne regroupe que des hauts seigneurs des territoires de l'espace Plantagenêt, l'auteur en déduit que Chrétien élabore ici un vibrant éloge au souverain angevin en remerciement de la sollicitation qui lui aurait été adressée pour son roman. À l'appui de ses dires, elle rappelle le parallèle qui existe entre cette scène romanesque et la venue d'Henri II à Nantes pour l'investiture de son fils Geoffroy comme duc de Bretagne, qui avait donné lieu à de très grandes festivités à la Noël de 1169. Elle fait aussi remarquer que cette scène de couronnement met en jeu un trône dont les pieds représentent des léopards, emblème héraldique supposé d'Henri II. Enfin, elle insiste sur le fait que ce trône soit présenté comme un présent de Brian des Isles, qui pourrait être identifié à Brian Fitz Count, un proche du maître de Westminster.

  • 77 B. Schmolke-Hasselmann elle-même n'est pas très convaincue par cette supposée coïncidence héraldiq (...)

37Pour intéressantes et suggestives qu'elles soient, ces conclusions en faveur d'un mécénat Plantagenêt pour Erec et Enide ne nous retiendront pas en raison du risque d'arbitraire qu'elles comportent. Il y a une grande marge, en effet, entre la présence dans un roman d'allusions plus que probables à des événements récents, connus de tous (les festivités des Plantagenêts à Nantes en 1169, en l'occurrence), et la manifestation irréfutable d'une commande pour laquelle le roman aurait été écrit (comme le Lancelot pour Marie de Champagne). De plus, les arguments relatifs au trône représenté dans la scène (l'emblème des léopards et l'identification de Brian des Isles) reposent sur une théorie du roman vu comme un miroir du réel qui est très mal assurée77. L'essentiel nous semble ailleurs : Chrétien de Troyes a très vraisemblablement songé aux Plantagenêts comme à un modèle pour son roman, et, comme beaucoup de ses contemporains, partageait une certaine admiration pour eux.

38Cela ne prime cependant pas sur l'apport fondamentalement indirect de Chrétien à l'idéologie Plantagenêt, qui résulte avant tout de l'ampleur de la transformation que subit la matière de Bretagne entre ses mains.

Idéologie Plantagenêt et matière de Bretagne

  • 78 Ch. Marcello-Nizia, « Production littéraire, politique linguistique et pouvoir d'État au xiie sièc (...)
  • 79 J.-C. Payen : « Lancelot contre Tristan : la conjuration d'un mythe subversif », in Mélanges de la (...)

39L'étude du rôle de Thomas d'Angleterre, Marie de France et Chrétien de Troyes dans la constitution de l'idéologie Plantagenêt ne peut pas être menée de la même façon que pour Benoît de Sainte-Maure, Wace ou Roger de Howden, pour au moins deux raisons. D'abord, parce que ces trois écrivains ne sont pas des écrivains officiels, en ce sens qu'ils ne sont pas les porte-paroles d'une historiographie officielle, comme Wace ou Benoît de Sainte-Maure, ou qu'ils ne véhiculent pas un point de vue historiographique censé refléter les options politiques des instances au pouvoir, comme Giraud de Barri ou Roger de Howden. Le genre même dans lequel ils exercent, le lai narratif ou le roman courtois, se prête beaucoup moins facilement que l'historiographie latine ou en langue vulgaire aux réécritures historiques - quoique l'émergence des romans antiques, justement perçus comme des poèmes historiques, nuance ce propos, mais dans la limite de ce qui rapproche romans antiques et romans courtois. De cette première raison découle la deuxième : la production de littérature narrative dans le contexte de la Renaissance du xiie siècle ne peut être résumée à une simple question de commande, de propagande, de programme ou d'influence politique78, car cela n'aurait aucun sens au vu des conditions d'exercice d'un écrivain de l'époque. Que Marie de France ait rédigé ses Lais dans un premier temps, puis les ait dédiés à Henri II Plantagenêt, est une chose ; on est cependant fondé à penser que ce n'est pas cette dédicace qui a motivé Marie dans sa rédaction, et que, même sans dédicataire royal, les Lais auraient vu le jour de toute façon. De ces considérations découle un nécessaire élargissement du concept d'idéologie, au-delà de la dimension de propagande qui a été privilégiée jusqu'ici. Thomas d'Angleterre, Marie de France et Chrétien de Troyes collaborent en effet de façon inconsciente à l'entreprise de captation du mythe arthurien par Henri II, du seul fait qu'ils donnent à la matière de Bretagne une renommée sans précédent. Cela ne va pas sans tensions, quelquefois contradictoires, au sein de l'objet culturel qu'ils contribuent à élaborer, prouvant de façon d'autant plus claire qu'il n'y a pas de plan préétabli derrière cette dimension de l'idéologie Plantagenêt. La meilleure illustration possible de ces tensions réside dans l'opposition entre le caractère idéologiquement et moralement anti-courtois du Tristan de Thomas (qui bafoue les liens de fidélité au seigneur et promeut une conception fataliste de l'amour), et le parti pris inverse du Cligès et du Lancelot de Chrétien (qui ont été présentés comme une réaction contre le Tristan79). D'autre part, cette amplification de la matière de Bretagne sous la plume de nos trois auteurs s'opère selon des modalités, celles de la société courtoise, qui permettent de présenter l'idéologie Plantagenêt comme une dynamique d'acculturation, le public touché par les lais et romans courtois étant fondamentalement celui des cours de la moyenne et petite aristocratie de langue française.

L'essor de la matière de Bretagne

  • 80 Les Quatre Branches du Mabinogi et autres contes gallois du Moyen Âge, éd. P.-Y. Lambert, Paris, G (...)
  • 81 R. S. Loomis, Arthurian Tradition and Chrétien de Troyes, New York, 1949. Voir aussi J. Marx, La l (...)
  • 82 J. Frappier, Chrétien de Troyes, op. cit., p. 33-59.
  • 83 M. J. Parins, article « Scholarship, Modem Arthurian », in N. J. Lacy (éd.), The New Arthurian Enc (...)

40Ce n'est pas le lieu d'aborder ici dans le détail le gigantesque problème des sources de Thomas d'Angleterre, de Marie de France ou de Chrétien de Troyes. Rien que pour ce dernier, cette question a littéralement obsédé la critique, qui, depuis les oppositions féroces nées au siècle dernier entre « celtisants » et romanistes souvent « celtophobes », a avancé un peu tout et le contraire de tout, de façon parfois décourageante. On rappellera brièvement que l'essentiel de la controverse a porté sur le rôle joué par les Bretons d’Armorique dans la transmission de la légende arthurienne, débattu entre G. Paris et P. Meyer d'un côté, W. Foerster et H. Zimmer de l'autre. Les premiers n'eurent de cesser de défendre une hypothèse purement insulaire dans l'origine de cette diffusion, confiant le premier rôle aux conquérants normands dont le contact avec les Gallois aurait permis l'introduction des légendes arthuriennes sur le continent. Selon ce schéma, il y aurait eu avant même Chrétien de Troyes des romans arthuriens anglo- normands qui ne devaient rien à Geoffroy de Monmouth et dont les versions galloises des Mabinogions, Owein, Gereint et Peredur80, seraient des survivances. L'autre hypothèse, celle des sources panceltiques - plutôt exclusive chez un auteur comme R. S. Loomis81, confrontée à d'autres hypothèses chez J. Frappier82 —, qui ne fait plus vraiment l'objet de remises en cause aujourd'hui dans sa généralité83, nous retient en ce sens qu'elle pose le problème d'une circulation orale de la matière de Bretagne à l'échelle du monde brittonique, englobant la Bretagne continentale, avant le travail d'écriture de Chrétien, de Thomas ou de Marie de France. Cela suppose l'existence d'un réseau de conteurs bilingues très actifs et d'un public de cour réceptif au sein de l'espace Plantagenêt, par rapport auxquels pourrait se mesurer l'importance effective de l'apport des trois auteurs à l'idéologie Plantagenêt. Marie de France y fait allusion à plusieurs reprises. Ainsi, dans Guigemar, elle révèle ouvertement le rôle de jongleurs bretons dans la circulation de contes dont elle s'inspire :

  • 84 Marie de France, Guiguemar, in Lais, éd. L. Harf-Lancner, Paris, Librairie Générale Française, col (...)

« Les contes que jo sai verais,
Dunt li Bretun unt fait les lais,
Vos conterai assez briefment.
El chief de cest comencement
Sulunc la letre e l’escriture
Vos mosterrai une aventure
Ki en Bretaigne la Menur
Avint al tens anciënur84 ».

41Le début de Lanval indique exactement le même phénomène :

  • 85 Marie de France, Lanval op. cit., v. 1-4.

« L'aventure d'un altre lai
Cum ele avint, vus cunterai.
Fait fu d'un mult gentil vassal ;
En Bretanz l'apelent Lanval85 ».

42La fin d'Eliduc est tout aussi révélatrice :

  • 86 Marie de France, Eliduc, op. cit., v. 1181-1184.

« De l'aventure de ces treis
Li anciën Bretun curteis
Firent le lai pur remembrer
Qu'um nel deüst pas obliër86 ».

43Que conforte le début d’Equitan :

  • 87 Marie de France, Equitan, op. cit., v. 1-8.

« Mult unt esté noble barun
Cil de Bretaigne, li Bretun.
Jadis suleient par pruësce,
Par curteisie e par noblesce
Des aventures que oeient,
Ki a plusurs genz aveneient,
Faire les lais pur remembrance,
Qu'uni nes meïst en ubliance87 ».

  • 88 J. Bakou et Y. Le Gallo (dir.), Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, t.I, chap. V, «  (...)
  • 89 Thomas d'Angleterre, Le Roman de Tristan, in Tristan et Iseut, éd. et trad. D. Lacroix et Ph. Walt (...)
  • 90 Ibid. : « E pur ço l'uni par mes vers », v. 838.

44Le lai de Marie de France est donc un texte inspiré d'un important fonds de littérature orale en circulation dans la périphérie celtique des domaines Plantagenêts, colporté par des conteurs bi- voire trilingues, que Marie fait accéder au statut d’œuvre littéraire88. La légende de Tristan, à l'origine, ne se présentait pas de façon très différente : il y a longtemps que la critique a relevé les références de Béroul à l'existence de légendes toponymiques tristaniennes en Cornouailles, qu'il serait osé de mettre en doute. D'autre part, le caractère très décousu de sa version du Tristan, qui a été attribué à la diversité des lais sur lesquels il (ou ils, s'il y a plusieurs Béroul) se serait appuyé, porte témoignage de cette oralité première. Thomas d'Angleterre lui-même insiste sur la diversité de cette littérature orale, qui lui pose problème : à l'en croire, il ne faudrait pas parler d'une légende tristanienne, mais de plusieurs (« Le conte est fort varié », précise-t-il89), ce qui renvoie à une pluralité de conteurs, et donc à une pluralité de difficultés dans le travail d'unification par le roman (« C'est pourquoi je l'unifie par mes vers90 »). Cet aveu d'une forte malléabilité de la traduction orale donne une idée de la réorientation de la légende par l'intervention de son roman.

  • 91 Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, Paris, Champion, CFMA, 1981, p. 51 -52.
  • 92 Chrétien de Troyes, Erec et Enide, op. cit., v. 1882-1962.
  • 93 J. Frappier, Chrétien de Troyes, op. cit., p. 42.

45Qu'en est-il, dès lors, de Chrétien de Troyes ? Peut-on considérer qu'il a renforcé l'idéologie Plantagenêt en s’inspirant lui aussi du legs de l’oralité ? Il est clair qu'il en a bénéficié, et plusieurs indices le prouvent. Dans Erec et Enide, Chrétien livre aux vers 1662-170691 une énumération des chevaliers de la Table Ronde qui se lèvent pour faire honneur à Enide lors de sa venue à la cour : il cite Gauvain en premier, puis Erec, Lancelot, Gornement de Goort, le Beau Couard, le Laid Hardi, puis, pêle-mêle, Méliant de Lis, Yvain, Bliobleheris, Caradoc Briebas, Gaheriet, Sagremor, Béduier, etc. Peut-on demander, à l'instar de J. Frappier, d'où viennent ces noms ? Il est incontestable que Chrétien en a emprunté certains à la tradition écrite laissée par Geoffroy de Monmouth et Wace (Gauvain, Yvain, Keu, Béduier). Mais les autres ne sont pas tous sortis de son imagination ou de sa fantaisie. Il faut admettre, en dehors de quelques noms qu'il a inventés lui-même, l'existence de traditions orales concernant par exemple Perceval le Gallois ou Lancelot du Lac, ou plus encore les chevaliers dont les noms sonnent de façon incontestablement celtique : Erec (de Guérec, Wéroc), Bliobleheris, Caradoc Briebas (de breich, « le bras », et braz ou vraz, « grand »), Meliant de Lis (gallois llys, « cour, demeure seigneuriale »), et quelques autres. Il est clair que Chrétien n'a pas forgé cette onomastique de toutes pièces pour faire vrai. Ces noms sont vraiment bretons, et attestent de l'existence d'une tradition que l'on ne trouve ni dans le Roman de Brut, ni dans l’Historia Regum Britanniae. Ils n'ont pu être connus de Chrétien que par le biais des lais dont parle Marie de France, des contes et des jongleurs qui les font vivre. Une autre liste de noms fournie par Erec et Enide amène à cette conclusion : il s'agit de celle des rois et des comtes invités aux noces fastueuses d’Erec et de sa fiancée92. De ces noms, un seul vient de la tradition de Wace et de Geoffroy de Monmouth (Anguisel)93.

  • 94 Thomas d'Angleterre, Le Roman de Tristan, op. cit., v. 849-853 :
    « Mes sulun ço que j'ai oï,
    Nel dï (...)
  • 95 P. Gallais, « Bléhéri, la cour de Poitiers et la diffusion des récits arthuriens sur le continent  (...)
  • 96 R. Bromwich, « First transmission to England in France », art. cit., p. 287.
  • 97 Giraud de Barri, The Description of Wales, I, 17, éd. et trad. L. Thorpe, Harmondsworth, Penguin, (...)
  • 98 R Bezzola, Les origines et la formation..., op. cit., p. 163-164.
  • 99 R Bromwich, art. cit., p. 287.
  • 100 P. C. Bartrum, Welsh Genealogies, AD 300-1400, Cardiff, 1974, repris par R. Bromwichn, art. cit., (...)
  • 101 R. Bromwich, art. cit., p. 287.
  • 102 J. Bakou et Y. Le Gallo (dir.), Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, t.I, chap. V, «  (...)

46Reste à comprendre qui étaient les conteurs ou jongleurs qui ont fait le lien entre Marie de France, Chrétien ou Thomas d'Angleterre, et la matière de Bretagne. Pour cela, il nous faut nous tourner vers Thomas, qui nous parle dans son Tristan du plus illustre de ces conteurs professionnels, un certain Bléhéri « qui connaissait les récits épiques (gestes) et les contes de tous les rois et de tous les comtes ayant hanté la Bretagne94 ». Ce Bléhéri apparaît plusieurs fois dans des textes français de la fin du xiie siècle et du début du xiiie siècle95, passant pour avoir fréquenté la cour de Poitiers de Guillaume X d'Aquitaine durant l'enfance de sa fille, Aliénor. Selon G. Paris et J. Rhys96, il a laissé sa trace dans une anecdote plaisante sur les pêcheurs de la région de Camarthen rapportée par Giraud de Barri dans sa Descriptio Kambriae97 et aurait vécu entre 1070-1080 et 1130-114098. Une tentative d'identification proposée en 1912 a attiré l'attention sur un certain Bleddri ap Kadifor ap Gollwyn (« Bleddri, fils de Kadifor, fils de Gollwyn ») dont le nom a été conservé dans une généalogie galloise prétendant remonter au roi Vortigern99. Le Kadifor en question serait mort en 1091100. Un homonyme, un certain Bledri latimer ap Kadifor, apparaît dans une charte du prieuré Saint-Jean de Camarthen comme ancien gardien d'un château de la région pour le compte d'Henri Ier Beauclerc101 — corroborant l'hypothèse d'un allié des Normands dans les environs de Camarthen, et rejoignant le Blehericus de Giraud. Ce noble gallois, sorte de chevalier-poète, affublé du qualificatif de latimer, éclaire à lui seul une zone d'ombre. Le terme de latimer prouve qu'il appartenait à ce groupe d'interprètes professionnels et d'intermédiaires culturels entre le Pays de Galles et l'Angleterre, puis le Continent, sans lesquels la matière de Bretagne ne se serait pas diffusée de la même façon. Il avait son pendant parmi les nombreux latinarii de Bretagne continentale, ces conteurs bretons qui fréquentaient les cours anglo-normandes depuis la conquête de 1066, dont Marie de France a révélé l'existence, et auxquels Gottfried von Strassburg fait référence lorsqu'il expose Tristan chantant le lai de Thisbé en quatre langues : latin, français, breton et gallois102 (conteurs bretons et conteurs gallois se comprenaient encore sans trop de mal au xiie siècle). Wace aussi a témoigné, dans un fameux passage du Roman de Brut, de l'activité de ces conteurs bretons qui remplissent de merveilles et d'aventures les douze années de paix du règne d'Arthur à la suite de la conquête de l’Écosse et de la soumission des pays scandinaves :

  • 103 Wace, Roman de Brut, op. cit., v. 9 787-9 798.

« En cele grant pais ke jo di,
Ne sai si vus l'avez oi,
Furent les merveilles pruvees
E les aventures truvees
Ki d’Artur sunt tant recuntees
Ke a fable sunt aturnees.
Ne tut mençunge, ne tut veir
Tut folie ne tut saveir.
Tant unt li cunteür cunté
E li fableür tant fablé
Pur lur cuntes enbeleter,
Que tut unt fait fable sembler103 ».

  • 104 J. Bakou et Y. Le Gallo (dir.), Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, t.I, chap. I, «  (...)
  • 105 Ibid., p. 13.
  • 106 M. Jones, « Notes sur quelques famille bretonnes en Angleterre après la conquête normande », Mémoi (...)

47Léon Fleuriot a produit une très intéressante liste de ces « fableurs » mentionnés au détour d'un document. Une quinzaine de ces laïcs apparaissent pour les xie-xiie siècles : on relève entre autres les noms de Cadiou « citharista » (1069), Dungallum « cantor » (1074-1076), Petrus « cantor », Sciou « cantor » (vers 1160), Norman « citharedus » (vers 1065), Pontellus « ioculator comitis », Riuallonus filius an bard (vers 1131-1139), de même qu'une certaine Dame Rouge (Fru Raudu)104. Par leur bi- voire trilinguisme (breton, français et latin), ces conteurs, qui étaient nombreux autour de Robert de Gloucester et des autres grands seigneurs normands en Angleterre, en Normandie et en Bretagne, ont été le facteur décisif de diffusion orale du mythe arthurien. Ils chantaient dans une langue encore très respectée au xiie siècle, comme l'atteste le témoignage de Gottfried von Strassburg à propos de Tristan : celui-ci exécuta le lai de Graland à la harpe, à la manière bretonne, si merveilleusement que beaucoup d'assistants « oublièrent jusqu'à leur propre nom105 ». La polyglossie de ces conteurs et leur accès encore facile aux autres langues celtiques, gallois et comique, leur importance numérique dans presque tous les comtés anglais106 et leur situation particulière aux côtés des vainqueurs normands, issue des conditions de la Conquête de 1066, à quoi s'ajoute leur habitude ancestrale de sillonner les routes maritimes et terrestres en raison même de la situation stratégique de la péninsule armoricaine, concouraient de façon déterminante à leur faire endosser ce rôle d'intermédiaires culturels.

  • 107 J. Frappier, Chrétien de Troyes, op. cit., p. 58-59.

48Il ne faudrait cependant pas minimiser, à la lumière de ces précisions, le rôle de Thomas d'Angleterre, Marie de France ou Chrétien de Troyes comme médiateurs de l'idéologie Plantagenêt. Loin d'être asservis à l'héritage celtique, ils l'ont traité de façon personnelle et aisément reconnais- sable, y puisant ce qui les intéressait — le merveilleux, la psychologie, le symbolique - et délaissant le reste, pour aboutir à une véritable transfiguration. Ce serait faire injure au génie de Chrétien ou Marie de France que de considérer qu'ils ont été les pâles transcripteurs d'un légendaire qui se serait présenté sous des tons plus vifs et plus colorés à l'état brut107. C'est au contraire la marque du talent le plus sûr que d'avoir, comme ils l'ont fait, donné un intérêt nouveau à la matière de Bretagne, que leurs récits répandent partout, et qui accède au statut de mythe littéraire, selon un processus socioculturel qui est aussi important pour la cour Plantagenêt que le contenu de l'idéologie en lui-même.

L'émergence d'un modèle curial

  • 108 Jean Bodel, La chanson des Saxons, trad. A. Brasseur, Paris, Champion, 1992, Prologue : « Tout hom (...)
  • 109 Ch. Foulon, « Marie de France et la Bretagne », Annales de Bretagne, 60 (1952), p. 243-258.

49Sur le plan socioculturel, les répercussions de cette littérature narrative sont en effet capitales pour la cour Plantagenêt en ce sens qu'elles entraînent une acculturation qui lui est très profitable. Cette acculturation se traduit de plusieurs manières. Dans un premier aspect, elle se marque par une prééminence très nette de la matière de Bretagne dans ce qui va constituer désormais le goût de l'aristocratie laïque de langue française, aussi bien au sein des domaines Plantagenêts qu'en dehors. Il existe un hiatus énorme entre l'écho rencontré par la littérature arthurienne dans les classes dominantes au temps de Geoffroy de Monmouth et de Wace, qui faisaient œuvre de pionniers, et le succès extraordinaire des romans de Chrétien de Troyes ou du Tristan de Thomas, qui deviennent la principale référence littéraire en Occident à la fin du xiie siècle. Des trois cycles narratifs reconnus par Jean Bodel dans le prologue de sa Chanson des Saisnes — la matière de Rome, c'est-à-dire l'héritage de l'histoire antique classique, celle de la Grèce et de Rome, la matière de France, autour de Charlemagne et de ses pairs, et la matière de Bretagne, centrée sur le roi Arthur et les chevaliers de la Table Ronde108— c'est désormais cette dernière qui va prendre l'essor le plus large. Avec elle se répand la gloire et la renommée de la dynastie Plantagenêt, qui apparaît depuis Wace et Geoffroy de Monmouth comme la digne descendante du prestigieux roi de Bretagne, et dont les domaines sont les lieux de prédilection de l'action des romans bretons — que ce soit la Grande-Bretagne ou la Bretagne armoricaine, Bretaigne la Menur109. Parce qu'Henri II a voulu lier les origines de la monarchie anglo-angevine au passé historico-légendaire breton, il bénéficie de l'effet de démultiplication de la vogue arthurienne au sein des cours seigneuriales grâce aux lais et romans bretons. Cet impact socioculturel est d'autant plus grand que les auteurs ont quelquefois glissé entre les lignes des allusions directes au souverain : ainsi, nous l'avons vu, un rapprochement peut être tenté entre les scènes du couronnement d’Erec à Nantes, et un éloge au souverain angevin dont les principaux vassaux sur le continent fournissent la liste des invités de ce passage d’Erec et Enide :

  • 110 Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, Paris, Champion, CFMA, 1981, v. 6585-6 595.

« Asez i ot contes et rois,
Normanz, Bretons, Escoz, Einglois,
D’Eingleterre et de Cornoaille ;
I ot molt riche baronaille,
Car des Gales jusqu’an Anjo,
N’an Alemaigne, n’an Peito,
N’ot chevalier de grant afeire
Ne gentil dame de bon eire,
Don les meillors et les plus gentes
Ne fussent a la cort a Nentes,
Que li rois les ot toz mandez110 ».

50De la même façon, dans son Cligès, Chrétien de Troyes loue manifestement la splendeur de la cour de Londres dans ces vers où le jeune Alexandre demande à son père de l'équiper pour se rendre à la cour d'Arthur, considérée comme la plus policée du monde :

  • 111 Chrétien de Troyes, Cligès, éd. A. Micha, Paris, Champion, CFMA, 1982, v. 138-151. Voir J. Frappie (...)

« Se vos feire volez mon buen
De ce que je vos ai requis,
Or me donez et veir, et gris,
Et boens chevax, et dras de soie ;
Car, einçois que chevaliers soie,
Voldrai servir le roi Artu.
N'ai pas ancor si grant vertu
Que je poïsse armes porter.
Nus ne m’an porroit retorner,
Par proiere ne par losange,
Que je n'aille an la terre estrange
Veoir le roi et ses barons
De cui si granz est li renons
De corteisie et de proesce111 ».

51L'acculturation, au-delà de cette prééminence donnée à la matière de Bretagne au sein des références culturelles, apparaît aussi dans le public concerné. Née dans le milieu des petites cours seigneuriales des franges celtiques de l'espace anglo-normand, la matière de Bretagne, popularisée par des jongleurs comme Bléhéri, est devenue l'objet d'une littérature écrite destinée à la cour royale sous la plume de Geoffroy de Monmouth et de Wace. Avec Thomas, Marie de France ou Chrétien de Troyes, elle se diffuse selon le trajet inverse, intéressant tout autant la cour du souverain que les petites cours seigneuriales de ses domaines. Pierre de Blois s'est fait le témoin de cette diffusion à travers l'espace Plantagenêt :

  • 112 Pierre de Blois, Liber de confessionne, in Migne, Pat. Lat., t. 207, col. 1088, cité par R Bezzola (...)

« Aucune émotion, écrit-il dans son Liber de confessionne, n'est salutaire si elle ne procède pas de l'amour du Christ. Et pourtant, les tragédies et d'autres chants des poètes, les cantilènes des jongleurs décrivent souvent quelque homme prudent, digne, fort, aimable et agréable en tout. On récite aussi des tribulations, des torts, des cruautés qu'on lui inflige, comme à Arthur, à Gangan (Gauvain ?) et à Tristan ; ces histoires fabuleuses sont racontées par les histrions, et à les entendre, les auditeurs sont émus à la pitié et touchés jusqu'aux larmes112 ».

52Qui sont ces auditeurs, si ce n'est le public courtois par excellence, celui des petits seigneurs et des chevaliers, celui de la « chambre des dames » également (l'expression de Jean de Joinville est d'un siècle postérieure) ? Un bon tableau de l'auditoire a été laissé par Jean de Salisbury qui, dans l'introduction à l'un de ses ouvrages philosophiques, qu'il sait voué à l'indifférence de la cour au regard de la littérature courtoise triomphante, écrit, reprenant un procédé de style cher à Ovide :

  • 113 Jean de Salisbury, Entheticus in Policraticum, in Policraticus, éd. C.C.J. Webb, Oxford, 1909,t.I, (...)

« Ne va pas à la cour, tu y seras considéré comme un ennemi public, et coupable de lèse-majesté ; et si tu y vas, cache tes tablettes, affecte d'être un étranger, parle la langue de Poitiers113 (celle d’Aliénor et de sa suite de serviteurs) ».

53À la place de la cour, Jean adresse son opuscule à Thomas Becket, le chancelier, qui sera son protecteur :

  • 114 Ibid.

« Salue-le, demande-lui avec enjouement l'hospitalité et sois bon convive à table. Qu'un simple vêtement te suffise, tu n'as pas besoin de chevaux et de serviteurs. [...] Sois frivole au milieu des frivolités [...]. Et, en partant, emploie la langue des Espagnols et des Gascons [...]. Adopte la langue des gens comme leurs vêtements, mais garde ta foi, règle tes moeurs d'après elle. Qu'une croix d'or pende de tes épaules, porte les cheveux courts (à la mode angevine) et taille un peu ta barbe [...]. Partout tu trouveras des frivolités que tu dois fuir, à l'église, dans la salle du prince, au cloître et dans le palais de l’évêque, parmi les clercs et parmi les chevaliers, parmi les jeunes et parmi les vieux, parmi les paysans même, dans un sexe et dans l'autre [...]. Cherche la demeure des Anglais, des Bretons, si tu préfèrés [...]114 ».

  • 115 M. Bloch, La société féodale, rééd. Paris, Albin Michel, coll. L'Évolution de l'Humanité, 1968, p. (...)

54Un tel témoignage sur les petites cours seigneuriales et leur auditoire n'existe pas. Mais Marc Bloch, dans sa grande étude sur la société féodale, a bien montré le lien organique qui existe entre le développement de la littérature courtoise à une cour royale comme celle des Plantagenêts, et sa contrepartie dans la chevalerie franco-anglo-normande du xiie siècle, qui dispose ainsi d'un idéal de classe : « La courtoisie était essentiellement affaire de classe115 », écrivait-il.

  • 116 E. Köhler, L'aventure chevaleresque. Idéal et réalité dans le roman courtois, 2e éd. trad., Paris, (...)
  • 117 J. Flori, L’essor de la chevalerie (xie-xiie siècle), Genève, Droz, 1986, p. 223-229. Voir aussi E (...)

55Cet idéal de classe que fournit la littérature courtoise, qui véhiculait un certain nombre de valeurs morales comme la générosité chevaleresque, une certaine manière de vivre en société, objet des principaux travaux d’Erich Köhler116 sur la ritterlich-höfische Kultur, devient le deuxième pilier de la construction de l'idéologie Plantagenêt. À côté du projet de légitimation politique et dynastique, il constitue une utopie sociale, une utopie chevaleresque à l'usage de groupes nobiliaires aussi disparates que le sont les domaines Plantagenêts, étendue sur toute la zone de prééminence de la langue française. Cette utopie est d'un magnétisme tel qu'elle a pour conséquence de souder les divers niveaux de l'aristocratie féodale de l'Ouest européen autour de leur roi. En outre, avec Chrétien de Troyes, Thomas d'Angleterre, ou Marie de France, la propagande politico-historique que fournissaient Geoffroy de Monmouth, Wace ou Benoît de Sainte-Maure devient discours social imaginaire à l'intention des différentes strates de l'aristocratie, en agissant comme réducteur de tensions entre l'élite laïque des possédants, celle des seigneurs détenteurs de la terre et du ban, et les nuées de chevaliers à leur service, fraîchement anoblis ou en cours d'agrégation aux premiers degrés de l'aristocratie117. L'idéologie Plantagenêt, phénomène curial par excellence, lie ainsi son destin à celui de la petite chevalerie nobiliaire par l'intermédiaire de cette littérature courtoise qui la passionne. Mais d'autres écrits mettent en relation le deuxième ordre de la société et l'entourage plus ou moins proche d'Henri II.

Les œuvres politiques

56À côté de la littérature narrative, en effet, s'est développé au même moment dans l'orbite de la cour Plantagenêt tout un courant d'écrits politiques extrêmement brillants, qui n'ont pas leur équivalent dans les autres cours féodales de la Renaissance du xiie siècle. Animé par des clercs de haut niveau de formation, des intellectuels issus des meilleures écoles parisiennes puis appelés en Angleterre ou sur le Continent pour servir l'Eglise ou la cour, ce courant représente un intense effort de réflexion sur le gouvernement politique de la monarchie féodale dans ses rapports avec la société et avec l'Église. Ses figures de proue, Jean de Salisbury, Pierre de Blois et Étienne de Fougères, n'écrivent pas toujours à la cour, dont ils sont parfois très éloignés. Cependant, ils font partie de ces clercs de cour conscients des mutations de leur époque, liées aux conséquences de la réforme grégorienne. Ils proposent de ce fait une réflexion sur les relations de l'Église et de l'État qui intéresse l'idéologie Plantagenêt en ce sens qu'elle dessine les contours de la monarchie féodale idéale.

Une littérature d'origine ecclésiastique

  • 118 Cf. supra chapitre II, p. 76-78.

57Il n'y a pas vraiment de surprise à trouver des intellectuels de haut vol se consacrer à la littérature morale et politique dans l'entourage du maître de Westminster. Déjà Giraud de Barri et Gautier Map, beaucoup plus versés dans les lettres profanes118, représentaient ces clerici regis qui ont fait briller le renom de la cour Plantagenêt en Occident. Avec Jean de Salisbury, Étienne de Fougères et Pierre de Blois, nous touchons à ce que la Renaissance du xiie siècle a fait de mieux au service d'Henri II.

De la clergie à la cour

  • 119 E. Türk, Nugae Curialium. Le règne d'Henri II Plantagenêt (1154-1189) et l'éthique politique, Genè (...)
  • 120 J.-Ch. Payen, article « Etienne de Fougères », Dictionnaire des Lettres Françaises, Le Moyen Age, (...)
  • 121 E. Türk, Nugae Curialium. Le règne d'Henri II Plantagenêt..., op. cit., p. 124-158 ; R Bezzola, Le (...)

58Jean de Salisbury119, Étienne de Fougères120 et Pierre de Blois121 sont très représentatifs de cette attraction qui pousse les meilleurs éléments issus des écoles françaises à venir graviter à la cour anglo-angevine plutôt qu'à la cour capétienne dans la seconde moitié du xiie siècle. Très classiquement, ils viennent de milieux relativement modestes, de petite noblesse bretonne pour Pierre de Blois (vers 1130-1135) et Étienne de Fougères ( ?-l178), de simple roture pour Jean de Salisbury (vers 1115-1120). Leur instruction démarre tôt, chez un prêtre puis à Salisbury et Londres pour Jean, auprès d'une école monastique de Blois pour Pierre.

59Les choses sérieuses commencent avec le départ pour de grands centres scolaires, Pierre passant plusieurs années à Tours et Orléans dans la voie des lettres et de l’ars dictandi, Jean devenant l'élève d’Abélard et de Robert de Melun sur la Montagne Sainte-Geneviève, avant d'aller suivre à Chartres l'enseignement du célèbre Guillaume de Conches, puis de revenir à Paris se frotter aux arts du Quadrivium sous la férule des plus fameux maîtres de son temps : Thierry de Chartres, Pierre Hélie, Guillaume de Soissons, Gilbert de la Porée. Étalée sur douze ans, la formation parisienne de Jean l'assure d'un très solide bagage en théologie et en dialectique. Pierre, après un séjour parisien plus bref, afin de compléter son cursus par un cycle de droit (il fréquenta lui aussi Robert de Melun), se rendit ensuite à Bologne, qu'il quitta cependant assez rapidement en raison de l'atmosphère hostile au pape Alexandre III, qu'il soutenait par sympathie. Revenu à Paris reprendre ses études de théologie, il y mit un terme à la première occasion, qui se présenta sous la forme de sa participation à une entrevue entre Henri II Plantagenêt et Alexandre III à Chateauroux (1162), à laquelle il assista grâce à l'intermédiaire de Renaud de Bohon, futur évêque de Bath (1174-1191), un ami de l'époque de Bologne. Jean put lui aussi compter sur les services d'un entremetteur pour approcher les grands de son temps. Placé par un de ses anciens maîtres parisiens (Robert Pullus) à la curie romaine d'Adrien IV, il devint ensuite le protégé de Thibaut IV de Blois et de son « alter ego » Pierre de Celle, abbé de Moutier-la-Celle, qui l'avait déjà secouru dans ses difficultés financières du temps de sa formation parisienne, et qui le recommanda à Bernard de Clairvaux (1148). Le charismatique abbé l'adressa alors à Thibaut de Canterbury en pleine période de guerre civile entre Étienne de Blois et l'impératrice Mathilde, Jean manifestant le désir de rentrer en Angleterre, si possible à Cantorbéry en raison du haut niveau intellectuel qui y régnait.

Clerici et curiales

  • 122 Robert de Torigny, dans sa Chronique, éd. L. Delisle, Rouen, Société de l'Histoire de Normandie, v (...)
  • 123 Étienne de Fougères, Livre des Manières, éd. R.A. Lodge, Genève, Droz, 1979.

60Les raisons qui amenèrent Jean de Salisbury, Étienne de Fougères et Pierre de Blois à entrer plus ou moins directement dans la curia regis sont liées à leur formation et à leur talent dans l'art de l'écriture. Les deux premiers ont d'ailleurs eu partie liée, puisque Jean de Salisbury, devenu secrétaire de l'archevêque Thomas Becket après le décès de son prédécesseur au siège de Cantorbéry, l'archevêque Thibaut (1162), semble avoir compté Étienne de Fougères parmi ses collaborateurs lorsqu'il travaillait comme clerc de la chancellerie au temps où Becket en était l'officier en titre (1154- 1161). Employé comme chapelain par Henri II en personne, Étienne, en récompense de ses services, fut installé évêque du diocèse de Rennes (1168)122, qu'il occupa jusqu'à la fin de ses jours (1178). C'est pendant ces dix années d’épiscopat qu'il rédigea ses œuvres : le Livre des Manières123 et trois Vies de saints attestées par son ami Robert de Torigny.

61Pendant ce temps, Pierre de Blois, entré comme dictator au service de l’évêque d’Evreux Gourou par l'intermédiaire de son ami Renaud de Bohon (vers 1165), connut une expérience malheureuse de garde-sceau à la cour de Palerme. Il avait gagné la capitale sicilienne parmi du personnel ecclésiastique normand à l'appel de la reine Marguerite de Navarre devenue veuve du roi normand Guillaume le Mauvais. Après quatre années de tourmente dans l'atmosphère anti-française de la cour de Palerme, Pierre, écœuré, reprit du service auprès de Rotrou l'archevêque de Rouen (1170). Puis vint l'épisode de la promesse d'une stabilisation à Chartres, qui resta sans lendemain. Intéressé par la prévôté de l'église de Chartres où il eut, pendant un moment, un canonicat, Pierre se heurta à l'hostilité d'une faction du chapitre, malgré l'appui du nouvel évêque : Jean de Salisbury, exilé définitivement après le meurtre de Thomas Becket et le refus de se réconcilier avec Henri II (1176). Les chemins des deux hommes se séparèrent à cet instant, puisque Jean, soulagé d'avoir pu quitter l'Angleterre, mourut évêque de Chartres (1180), tandis que Pierre, par ironie du sort, dans l'impossibilité de devenir prophète en son pays, s'exila définitivement en Angleterre, reprenant ses fonctions de chancelier de l'archevêque Richard de Canterbury, qu'il avait déjà occupées à partir de 1174. Entrant par ce biais au service de la chancellerie du roi, il fut récompensé par un archi- diaconat à Bath (1183). Cependant, il resta en parallèle à la disposition du siège de Cantorbéry, qui l'envoya en mission auprès du Saint-Siège (1187). Sa carrière s'éloigne de la cour après la mort d'Henri II, et surtout après le départ pour Fontevraud d’Aliénor, dont il était devenu le secrétaire personnel. Cela l'incita à retourner à Cantorbéry dans l'entourage du nouvel archevêque, Hubert Gautier. Se détournant dès lors complètement de la vie politique, il se fit ordonner prêtre (à soixante-dix ans environ) et se consacra exclusivement à la théologie. Il mourut en 1211 ou 1212.

62Les itinéraires de ces ecclésiastiques ont donc tourné autour des écoles parisiennes, de l'archevêché de Cantorbéry et de la cour d'Henri II. Mêlés quelquefois contre leur gré aux affaires du siècle, ils ont laissé des textes d'importance pour le gouvernement d'Henri II.

Des écrits très divers

63Le talent de ces intellectuels porte la marque de la cour archiépiscopale de Cantorbéry, qui représentait le seul foyer intellectuel anglo-normand comparable aux écoles parisiennes, et constituait le cœur du parti de la réforme grégorienne outre-Manche. Cela se traduit dans la forme de leurs écrits.

L'inspiration grégorienne

64Elle se ressent dans toutes les œuvres des trois auteurs considérés, mais principalement dans celles qui l'affichent jusque dans leur plan : le Policraticus et le Livre des Manières.

  • 124 Jean de Salisbury, Policraticus, éd. C.C.J. Webb, Oxford, Clarendon, 1909. Pour les livres I à IV, (...)
  • 125 W. Berges, Die Fürstenspiegel des hohen und späten Mittelalters, Leipzig, 1938.
  • 126 L. K. Born, « The Specula Principis of the Carolingian Renaissance », Revue Belge de Philologie et (...)
  • 127 J. Le Goff, Saint Louis, Paris, Gallimard, 1996, p. 407-409.
  • 128 Voir la mise au point de J.-Ph. Genet, « Le vocabulaire politique du Policraticus de Jean de Salis (...)

65Le Policraticus (1159)124 est le traité de gouvernement politique le plus important du Moyen Âge. Nous hésiterons beaucoup, comme d'aucuns l'ont fait125, à le qualifier de « Miroir au prince » pour deux raisons essentielles : le « Miroir au prince », en dépit de quelques ouvrages apparentés à l'époque carolingienne126, est surtout un genre du xiiie siècle, s’épanouissant à partir de saint Louis principalement127 ; développé pour la cour capétienne, il est le fruit des milieux mendiants prioritairement128. Cependant, en dépit de ces réserves, le Policraticus peut indéniablement être rattaché à la littérature à l'usage du prince, en ce sens qu'il a été écrit pour un espace politique considéré (l'espace Plantagenêt), dont il reflète les difficultés de gouvernement. Désireux de répondre à la difficile question de savoir comment les ecclésiastiques peuvent servir le prince sans desservir l'Église et Dieu - problématique toute grégorienne -, Jean apporte sa contribution en huit livres et trois grandes parties, la première consacrée à la cour, à la frivolité des passe-temps royaux et à la faiblesse humaine - le gouvernement royal tel qu'il est (Livres I à III) -, la seconde (Livres IV à VI) aux devoirs du prince, au gouvernement en temps de paix et en temps de guerre - au gouvernement royal tel qu'il devrait être —, et la troisième (Livres VII et VIII) à l'enseignement des philosophes, sous l'angle de la recherche du bonheur de l'individu et de la communauté — la connaissance de soi, liée à la connaissance des limites du pouvoir temporel. L'ensemble, qui est dédié à Thomas Becket, se termine sur une exhortation au chancelier de se garder des dangers de la cour et de chercher le vrai bonheur, pour lui et pour ceux qu'il gouverne sous les ordres du roi puissant, dans l'enseignement des Saintes Écritures. Le ton ne se départit jamais de celui du moraliste éclairé, nourri de philosophie platonicienne, qui se hausse au niveau de la Vérité et l'expose à ceux qui ne peuvent la voir, en conformité avec la mission traditionnelle de l'Église auprès des gouvernants.

  • 129 J. Batany, Les origines et la formation du thème des « États du monde », thèse dactyl., Université (...)
  • 130 G. Duby, Les trois ordres ou l'imaginaire du féodalisme, Paris, Gallimard, 1978, 1rc partie, p. 25 (...)

66Le Livre des Manières (vers 1174) n'est pas très différent dans son message, mais se présente un peu autrement. Il appartient à la famille des « états du monde129 », dont il constitue un des tout premiers exemples. Se voulant très didactique quant à la position de l'Église face aux principales questions politiques et sociales du temps, il adopte un plan en six chapitres, répartis en deux volets, chaque chapitre étant consacré à un des états du monde, c'est-à-dire à un des ordres institués dans la société par le plan divin, sur l'harmonie desquels repose l'édifice social. L'ensemble reflète la même orthodoxie que chez Jean de Salisbury, bien exprimée dans la strophe centrale, autour de laquelle tourne tout le propos, et qui résume le schéma trifonctionnel régissant la société féodale telle que la voient les clercs depuis Adalbéron de Laon et Gérard de Cambrai130.

  • 131 Étienne de Fougères, Livre des Manières, op. cit., strophe 169.

67« Li clerc deivent por toz orer,
Li chevalier sanz demorer
Deivent defendre et ennorer
Et li païsant laborer131 ».

  • 132 A. Lodge, « The Literary Interest of the "Livre des Manières" of Etienne de Fougères », Romania, 9 (...)

68Naturellement, Étienne réfléchit aux relations de l'État et de l'Église, et, en bon moraliste du xiie siècle, leur applique les principes de la « théorie des Deux Glaives » : tout pouvoir vient de Dieu, et est délégué à son vicaire sur terre : le pape. L'Église garde le contrôle spirituel sur les affaires humaines, et délègue le pouvoir temporel au bras séculier. L'action des princes ne peut donc se mener que sous la conduite de l'Église, qui a la responsabilité d'aider les gouvernants en leur enseignant les Écritures. Mais en dépit de cette conformité à la vision grégorienne du monde, Étienne n'hésite pas à manier un certain humour, et à se montrer particulièrement humain et réaliste dans l'évocation de la pratique quotidienne132. Cela tranche sur le Policraticus, et révèle un art de la rhétorique qui se retrouve dans des œuvres moins moralisantes.

L'humanisme chrétien

  • 133 Jean de Salisbury, Metalogicon, éd. J. B. Hall et K. S. B. Keats-Rohan, Turnhout, Brépols, coll. C (...)
  • 134 The Letters of John of Salisbury, 1, 1153-1161, éd. W. J. Millor, H. E. Butler et C. N. L. Brooke, (...)
  • 135 In J. C. Robertson et J. B. Sheppard (éd.), Materials for the Life of Thomas Becket, 7 vol., Londr (...)

69Jean de Salisbury, Pierre de Blois et Étienne de Fougères ont en effet contribué à l'éclat de la littérature morale et politique à la cour Plantagenêt en alternant les genres. Jean de Salisbury, le premier, reprit certains des thèmes de son Policraticus (les vanités de la cour) dans un ouvrage de peu postérieur, le Métalogicon133, par lequel il brossa un tableau très vivant de la vie intellectuelle de son époque. Il est aussi l'auteur d'une intéressante correspondance134. Henri II par ailleurs le chargea d'une Vie de Thomas Becket dont il s'acquitta en tant que témoin oculaire de l'assassinat du prélat135.

  • 136 Pierre de Blois, Opera Omnia, éd. J. A. Giles, 4 vol., Oxford, 1846-47.
  • 137 Pierre de Blois, Compendium in Job, éd. et trad. J. Gildea, 2 vol., Liège, 1974-1979.
  • 138 Pierre de Blois, Dialogus inter regem Henricum II et abbatem Bonevallis, éd. R. B. C. Huygens, in (...)
  • 139 R. Bezzola, Les origines et la formation..., op. cit., p. 36.

70Pierre de Blois, s'il n'a pas l'esprit philosophique, est avant tout un maître de l'art épistolaire. Sa vaste correspondance et ses nombreux poèmes donnent une image complète de la vie de la noblesse et des clercs en Angleterre et sur le Continent136. Henri II lui-même accordait une telle importance aux lettres de Pierre de Blois qu'il lui conseilla de les collecter et de les publier, ce que l'archidiacre de Bath fit de bonne grâce. Il faut dire qu'Henri II y avait un intérêt politique évident, puisque Pierre, partant de l'idée traditionnelle selon laquelle le prince ne saurait tout voir dans son royaume, consacra de nombreuses lettres à la recension des abus, et aux moyens d'y remédier, en s’inspirant de nombreux exemples pris dans l'Antiquité. Il y a donc du Alcuin chez Pierre de Blois. Il s'acquitta également d'un Commentaire du Livre de Job137, qu'Henri II lui avait demandé, dans lequel se révèle un fin psychologue et un excellent théologien. Enfin, toujours pour Henri II - nous laissons de côté une foule de pièces lyriques, plusieurs autres opuscules religieux et une collection de sermons, qui en font un des écrivains les plus prolifiques du Moyen Âge - Pierre de Blois rédigea un Dialogue entre le roi Henri II et l'abbé de Bonval138, et un De Praestigiis fortunae qui lui répond. De ces deux petits traités, le premier, extrêmement vivant, exhorte Henri II à la clémence après la défaite de ses fils et de quelques barons pendant le soulèvement de 1173-1174. Le calme et la bonté du prélat, qui invite le prince à pardonner à l'aide de citations du Nouveau Testament, auxquelles répondent des versets tirés de l'Ancien Testament, donnent une idée impressionnante de la maîtrise avec laquelle des clercs comme Pierre, pétris de toute la sagesse des Écritures, des Pères de l'Église et de la philosophie antique, tentaient de tempérer les pulsions irascibles d'Henri II et de ses fils. Le panégyrique qui suivait, le De praestigiis fortunae, a été perdu. Il semble avoir été composé à l'occasion de la mort d'Henri II139. Aussi redoutable censeur qu'il était brillant dictator, Pierre y dévoile les mêmes sentiments pour son maître que certaines de ses lettres.

Prince idéal et idéal du prince

  • 140 Aryeh Grabois, « L'idéal de la royauté biblique dans la pensée de Thomas Becket », in Thomas Becke (...)

71Cette remarquable efflorescence littéraire venue des rangs des meilleurs intellectuels de la cour achève de renforcer les assises de l'État angevin et de consolider le pouvoir de son maître. La louange au prince, à la carolingienne, est déjà en soi un élément de propagande inappréciable pour Henri II dans un contexte où domine encore l'image de la royauté biblique, celle de David entouré de ses conseillers ecclésiastiques — Samuel et Nathan, entre autres. C'est d'ailleurs sur ce terrain que Thomas Becket attaque le roi, en soulignant que David, lui, s'est humilié devant le prophète Nathan, ce qui lui a valu le pardon de Yahvé et la possibilité d'avoir un deuxième enfant de Bethsabée140.

72Mais, plus encore que la louange au prince, c'est de la théorisation de la figure du roi qu'Henri II bénéficie. Ses clercs ont en effet concentré leur réflexion sur le rôle et la place de la royauté dans le corps social d'une façon telle qu'ils lui ont fait faire des progrès décisifs, fournissant à l'idéologie Plantagenêt les cadres conceptuels dont elle avait besoin. Légitimée sur le plan historique par d'autres clercs, la monarchie féodale d'Henri II se trouve maintenant confortée sur le plan théorique et politique, d'une manière qui paraît concertée. La mobilisation de la science politique médiévale, appuyée sur les Écritures et le legs de l'Antiquité, est donc le pendant de l'orchestration du passé national, ajusté aux mêmes fins. Cela se traduit par la récurrence de thèmes centraux sous la plume des trois auteurs.

L'éloge du prince

  • 141 Jean de Salisbury, Policraticus, op. cit., Livre VI, p. 1, 20 suiv.

73Un peu comme les chroniqueurs plus ou moins officiels du règne, les écrivains moralistes et politistes n'ont pas hésité à magnifier Henri II, selon des modalités qui vont de la réserve prudente jusqu'à l'adhésion complète à sa personne et à son œuvre. Jean de Salisbury a ainsi suivi une trajectoire qui pourrait se rapprocher de celle d'un Giraud de Barri. Pestant contre des princes étrangers ou morts, ce qui ne l'engageait pas à grand-chose, le secrétaire de Thibaud de Canterbury adopte dans son Policraticus une attitude conciliante face au roi. Cela s'explique sans doute par le désir de ne pas se brouiller avec un roi qui ne régnait que depuis peu de temps (le Policraticus n'a paru que cinq ans après l'avènement d'Henri II), et par une approbation d'ensemble de son gouvernement sur la période, y compris sur le chapitre des relations avec Cantorbéry (les Constitutions de Clarendon ne datent que de 1164). Jean de Salisbury dresse donc un tableau favorable du monarque, par contraste avec les véritables tyrans que sont (ou furent) Frédéric Barberouse (responsable du schisme de 1159), Étienne de Blois (emprisonneur d’évêques pendant la guerre civile), son fils Eustache (pilleur de l'abbaye de Bury Saint Edmunds) et Roger II de Sicile (distributeur d’évêchés considérés comme des biens de la cour). Mieux même : Henri II est digne d'éloges pour avoir triomphé d’Étienne de Blois, le modèle du roi parjureur, intrigant et persécuteur de l'Église, oppresseur de son peuple et allié aux Français. Son vainqueur est comparé à Alexandre le Grand pour sa fougue et sa jeunesse, qui glorifient ses victoires sur le roi de France, sur son frère Geoffroy (1156), et sur les barons révoltés (1158)141.

  • 142 Ibid., préface, p. 5-15 suiv. ; I, 6 (p. 39, 1 suiv.) ; II, 25 (p. 136, 12). Ces renvois (et ceux (...)
  • 143 Ibid, I, 4.
  • 144 Ibid, I, 5.
  • 145 Ibid, I, 8 ; IV, 4 (p. 245, 23 suiv.).
  • 146 Ibid, V, 6 (p. 304, 19 suiv.) ; VII, 24 (p. 214, 10 suiv.).

74De la même façon, Henri II est distingué de sa cour, dans laquelle l'ancien élève des maîtres parisiens ne voit qu'un monde de vanités, ce qu'indique bien le sous-titre choisi — Policraticus, sive De Nugis Curialium et Vestigiis Philosophorum. Dans une veine identique à celle de Gautier Map un peu plus tard, Jean de Salisbury flétrit l'univers des curiales comme un pullulement de nugatores142 qui se passionnent outre mesure pour la chasse sans s'apercevoir qu'ils se rabaissent au niveau des centaures143, qui s'adonnent au jeu de dés144, passent leur temps au spectacle des bateleurs, histrions et autres abominations à exterminer145, dans l'oubli de leur propre salut et de celui de leurs dépendants — bref, comme un théâtre d'apparences à l'opposé de la gravitas des philosophes, qui sont exclus, ipso facto, de la cour146. Il faut bien sûr, comme chez Gautier Map ou Giraud de Barri, faire ici la part du topos qui se glisse entre les lignes. Cela ne permet cependant pas de mettre en doute chez Jean la reconnaissance d'un certain mérite à Henri II de gouverner au milieu d'une telle atmosphère. Le Policraticus n'est toutefois qu'une étape dans l'évolution des rapports entre le futur évêque de Chartres et le souverain angevin : lors du conflit avec Thomas Becket et son dramatique épilogue, Jean prit le parti de son bienfaiteur, et traita le maître de Westminster de tyran, au grand scandale de l'intéressé. D'autres lui restèrent plus fidèles, tel Pierre de Blois, le panégyriste.

  • 147 Pierre de Blois, Compendium in Job, analysé dans E. Türk, Nugae Curialium. Le règne d'Henri II Pla (...)
  • 148 E. Türk, Nugae Curialium. Le règne d'Henri II Plantagenêt..., op. cit., p. 148.

75Le jugement de l'intellectuel français exilé en Angleterre ne se départit pas, en effet, d'un soutien à l'action du roi, qui ne tiédit qu'avec l'âge et le retrait de la vie publique (bien après la mort d'Henri II). Dès son Commentaire sur Job, Pierre se signale par un jugement nuancé sur Becket, dont il prévient Jean de Salisbury qu'il n'est plus inspiré par l'esprit de justice, mais par le désir de haine et de vengeance. À l’encontre du roi, qui se voit accuser du meurtre de l'archevêque, Pierre prône la modération, soutenant que les véritables responsables se trouvent vraisemblablement parmi les évêques eux-mêmes. La politique d'apaisement de Richard de Canterbury pour refermer la plaie lui paraît la bonne, contre l'avis des « ultras » qui accusent le prélat d'une trop grande complaisance envers le roi. Attaché à la conception traditionnelle de la nécessité de la concorde entre sacerdotium et regnum, Pierre redoute une escalade qui ne pourrait que nuire à l'Église d'Angleterre. Son adhésion au roi l'amène à justifier l'intervention de ce dernier dans les affaires ecclésiastiques : le Commentaire sur Job stipule ouvertement qu'il est de la responsabilité du roi, en cas de défaillance du clergé, de protéger l'Église et de remédier à ses insuffisances en punissant ceux qui font le mal et en récompensant ceux qui font le bien, en défendant les droits des veuves et des orphelins, en sauvegardant la religion147. Un tel remède à la décadence de l'Église n'était pas en soi révolutionnaire, puisqu'il faisait partie des devoirs du prince chrétien tels qu'ils avaient été définis par les clercs depuis des siècles, et tels qu'ils figuraient dans le serment du sacre. Ces opinions apparurent cependant inacceptables à tous les grégoriens de Cantorbéry, qui en relevèrent l'ambiguïté et contraignirent Pierre à se défendre. L'ancien étudiant de Bologne ne désarma pas pour autant, poussant son royalisme jusqu'à argumenter en faveur des pouvoirs thaumaturgiques d'Henri II. En dépit de la position officielle de l'Église depuis Grégoire VII, qui refusait de voir dans le roi l'Oint du Seigneur, et déniait toute valeur de sacrement à l'onction, Pierre appelait Henri II « sanctus », et rappelait, pour prouver son opinion, les guérisons d’écrouelles opérées par le Plantagenêt148. C'était un moyen d'élever le roi au-dessus de son baronnage, de l'extraire de l'ordre des bellatores pour le faire participer de la sacralité de celui des oratores, et, partant, de l'inscrire en modèle pour les siècles à venir, selon un schéma idéologique également discuté par Jean de Salisbury et Étienne de Fougères.

Le modèle du roi

  • 149 A. Lodge, « The Literary Interest of the "Livre des Manières" of Etienne de Fougères », art. cit., (...)

76L'observation et l'analyse du gouvernement d'Henri II par les intellectuels de sa cour, qui ont marqué un grand moment dans la réflexion de l'Église sur la royauté en général, ont eu en retour pour effet de consolider la monarchie anglo-angevine, qui fournissait le prototype de la royauté idéale envisagée. C'est en premier lieu la figure du roi qui a bénéficié de cette littérature spéculative. Dans le Livre des Manières, elle occupe le premier rang, le premier état étudié, indiquant sa position centrale dans la pensée d’Étienne de Fougères149. Jean de Salisbury en fait également la figure pivotale du Policraticus, dont le Livre IV lui est entièrement consacré. Pierre de Blois, dans le Dialogue entre Henri II et l'abbé de Bonval, ainsi que dans de nombreuses lettres et dans le Commentaire sur Job, lui consacre aussi des développements importants. Cette primauté du roi s'inscrit dans une volonté de penser la société en l'ordonnant et en la hiérarchisant, commune aux trois auteurs.

  • 150 G. Duby, Les trois ordres..., op. cit., p. 319.
  • 151 Ibid. : « [...] Quand Jean de Salisbury se sert de l'image corporelle pour mieux montrer l'organis (...)
  • 152 Jean de Salisbury, Policraticus, op. cit., II, 282.
  • 153 L. Harf-Lancner, « L'individu dans l'État : la fable des membres et de l'estomac dans la littératu (...)
  • 154 Jean de Salisbury, Policraticus, op. cit., V, 2.
  • 155 Ibid., I, 3.
  • 156 Ibid., V, 4.
  • 157 Ibid., VI, 25, et VI, 26.

77Ordre et hiérarchie : tels sont les maîtres mots de Jean de Salisbury. Tirant les leçons de la réforme grégorienne, il pense le corps de l'Ecclesia sous les traits de la res publica, transférant de la première vers la seconde le schéma biparti d'inspiration gélasienne : les clercs d'un côté, les laïcs de l'autre150. Cette innovation eut pour effet de promouvoir une certaine indépendance du pouvoir laïc par rapport au pouvoir ecclésiastique, indépendance relativisée toutefois par la subordination, le rabaissement du temporel du côté du charnel, dans une position inversement symétrique de celle du spirituel, hiérarchiquement plus élevé151. Jean ne va donc pas jusqu'à faire du pouvoir laïc un pouvoir autonome : « La res publica est un corps, mais de ce corps, le sacerdoce est l'âme152 », écrit-il de façon très grégorienne. Cela dit, la métaphore du corps, même appliquée dans le cadre d'une sujétion du regnum au sacerdotium, amène celle des membres et de l'estomac, qui permet d'analyser les mécanismes qui sous-tendent la puissance du prince. Dans cette métaphore déjà classique avant lui et appelée à une fortune considérable153, Jean fait de la société un organisme dont le roi est la tête, les chevaliers et les agents du roi, les mains, les paysans, les artisans et les travailleurs urbains, les pieds, les gens de finance, le ventre (ou les intestins) et les curiales, les flancs154. Cette vision organiciste de la société a pour avantage de mettre le roi - la tête - en relation avec toutes les fonctions du corps social, et d'insister sur le fait qu'il y a en dehors de lui d'autres entités qui participent du fonctionnement de la res publica, selon un schéma polycentrique — polycratique. Cependant, le roi détient une position éminente instituée par Dieu. Chaque membre, à sa place, doit remplir l’officium qui lui est attribué pour le bien de la communauté155. Dans cet ordonnancement hiérarchisé selon le plan divin, le roi, investi du plus important des officia, résume dans sa personne l'ensemble de la communauté, il subsume, dans l'intérêt commun, les pouvoirs de tous les sujets156, au point d'établir une identité avec le pouvoir civil. Représentant de Dieu sur Terre, il incarne, d'une certaine façon, la majesté divine157, ce pour quoi chacun lui doit respect et obéissance, tandis que lui, investi d'une mission divine, est en charge ici-bas de la loi juste, la loi de Dieu. S'opposer à lui revient donc à se rebeller contre le Créateur, qui fait agir tous les rois selon le plan divin. Le roi n'est pas lié à la loi, en ce sens qu'il peut lui échapper, mais il est de son devoir de la respecter, d'en faire son obligation par libre adhésion, par souci d'équité et par amour de la justice. Son pouvoir, de nature divine, lui est transmis par la médiation de l'Église, détentrice des Deux Glaives, mais déléguant le glaive temporel. Jean enferme donc le roi dans un système hiérocratique, mais qui privilégie la fonction du roi et en fait le moteur de l'organisme social.

  • 158 A. Lodge, « The Literary Interest of the "Livre des Manières" of Etienne de Fougères », art. cit., (...)
  • 159 G. Duby, Les trois ordres...,op. cit., p. 341 : « Comme Benoît de Sainte-Maure - mais à la différe (...)

78Étienne de Fougères est largement en accord avec ces vues. La métaphore de l'âme et du corps, du spirituel et du charnel, court aussi sous sa plume pour décrire le monde dans ses différentes « manières » — dans ses différents états158. Les devoirs des trois premiers états — les rois (strophes 1-47), le clergé (strophes 48-134), les chevaliers (strophes 135-168) — s'inscrivent dans une vision trifonctionnelle du corps social qui existe aussi chez Jean de Salisbury. Mais, bien plus que chez le protégé de Thomas Becket, le roi est ici clairement positionné au-dessus des clercs159, eu égard au niveau de responsabilité qu'il exerce devant Dieu. Certes, ses devoirs sont bien sûr évoqués dans le droit fil de la « théorie des Deux Glaives », et le placent avant tout comme l'instrument de l'Église dans les affaires du siècle, comme serviteur de la communauté :

  • 160 Étienne de Fougères, Livre des Manières, op. cit., v. 161-168.

« Reis n'est pas son, ainz est a toz ; S'il por sei vit, si ne est proz. Obeïr deit lé commons vos, Se il sunt bon tot a lor moz. Si de Bien vout aveir reison A toz sera, si n’iert pas son. Obleier deit tot le son bon Por le comun s'il est prodom160 ».

79Cela revient cependant à extraire complètement le roi de l'ordre des bel- latores, et à lui conférer une dimension plus complexe que celle de ministre du sacerdoce dans laquelle le confinait Jean de Salisbury. Il y a ici une différence de degré — mais sûrement pas de nature — au sein d'une même vision grégorienne qui alimente l'idéologie monarchique de façon puissante.

  • 161 Pierre de Blois, Compendium in Job, analysé dans E. Türk, Nugae Curialium. Le règne d'Henri II Pla (...)

80De la même façon, l'interprétation des rapports entre Église et monarchie chez Pierre de Blois ne se veut pas radicalement défavorable au roi, bien au contraire. Le Dialogue entre le roi Henri II et l'abbé de Bonval en est un bon exemple. Mêlant conceptions morales et idées politiques, vie publique et vie individuelle, Pierre, désireux de tempérer la colère du roi contre ses fils, l'incite à l'humilité et au pardon. Il fait appel aux devoirs du roi chrétien, aux sept péchés capitaux, à la dévotion du prince. Il lui représente sa responsabilité quant à l'établissement d'une justice équitable et conforme à l'éthique chrétienne. Revient également sous sa plume la conception traditionnelle du roi comme bras séculier de l'Église et comme chef de la Croisade, qui efface tous les péchés. Sans jamais quitter le ton du conseil, Pierre n'oublie pas qu'il appartient à la hiérarchie ecclésiastique, et ne fait pas dans l'allégeance à outrance. Mais, à la différence de Jean de Salisbury, il sait être ferme sur les principes tout en restant ouvertement bienveillant face au roi161.

81Pierre de Blois, Étienne de Fougères et Jean de Salisbury représentent le versant politique et moral d'une littérature de cour qui est la plus prolifique de son temps. Leur travail vient compléter une abondante production romanesque et fictionnelle qui tourne autour de la personne du souverain Plantagenêt sans être véritablement une littérature de commande. C'est que la protection et la bienveillance qu'Henri II peut accorder à ces hommes de lettres ne se résume pas à une simple question de rétribution : vivre à la cour ou y être reçu favorablement sont déjà des facteurs qui expliquent bien des éloges ou des dédicaces, sans parler de la sympathie ou de l'admiration que des poètes peuvent éprouver pour un monarque lettré. C'est ce qui explique que Chrétien de Troyes puisse être rapproché de la cour Plantagenêt. Le poète champenois est le modèle du relais d'une diffusion idéologique qui se fait depuis le centre vers la périphérie, au sein des cours aristocratiques du xiie siècle, touchant un public choisi, notamment dans l'espace Plantagenêt. C'est assez pour que l'on puisse parler de propagande diffuse à l'échelle des territoires Plantagenêts, renforcée par une importante circulation orale de part et d'autre de la Manche. Sur un plan plus intellectuel, un ouvrage comme le Policraticus fournit une réflexion conceptuelle sur le pouvoir monarchique, et joue le rôle de manuel du bon gouvernement royal pour un espace politique inédit : l'espace Plantagenêt. Que théorie politique et production fictionnelle se rejoignent un tant soit peu, et c'est toute une conception de la monarchie féodale propre aux Plantagenêts qui peut s'exporter hors d'Angleterre. C'est exactement ce qui s'est passé avec le développement des romans courtois. Grâce à eux, Henri II a pu se poser dans le xiie siècle outre-Manche comme le monarque idéal, la transposition dans le monde féodal du souverain par excellence : le roi Arthur du domaine historico-légendaire. De l'un à l'autre ont circulé des schémas imaginaires et mentaux propres à la figure mythique du roi Arthur. Ils ont constitué l'ossature de l'idéologie Plantagenêt et lui ont donné sa dynamique.

Notes

1 Ch. Haskins, « Henry II as a Patron of Literature », Essays in Medieval History presented to T. F. Tout, Manchester, 1925, p. 71-77. Voir aussi R. L. Benson et G. Constable (éd.), Renaissance and Renewal in the Twelfth Century, 2e éd., Toronto/Buffalo/Londres, University of Toronto Press, 1991.

2 R. Bezzola, Les origines et la formation de la littérature courtoise en Occident (500-1200), op. cit., p. 5

3 G. Tyl-Laborie, article « Wace », Dictionnaire des Lettres Françaises, Le Moyen Âge, Paris, Fayard, 1992.

4 L. F. Flutre et F. Mora, article « Benoît de Sainte-Maure », ibid.

5 A. Kelly, Eleanor of Aquitaine and the Four Kings, nouvelle éd., New York, 1958.

6 G. Paris, « Études sur les romans de la Table Ronde. Lancelot du Lac. II. Le Conte de la Charrette », Romania, 12 (1883), p. 523.

7 R. Lejeune, « Rôle littéraire d’Aliénor d'Aquitaine et de sa famille », Cultura Neolatina, t. 14 (1954), p. 5-57 ; « Le rôle littéraire de la famille d’Aliénor d'Aquitaine », Cahiers de Civilisation Médiévale, 1 (1958), p. 319-337.

8 E.-R. Labande, « Pour une image véridique d’Aliénor d'Aquitaine », Bulletin de la Société des Antiquaires de l'Ouest, Poitiers, 1952, p. 175-234.

9 R.-H. Bautier, Conclusions : « Empire Plantagenêt » ou « Espace Plantagenêt », in Y a-t-il une civilisation du monde Plantagenêt ?, colloque, 1984, Cahiers de Civilisation Médiévale, 29 (1986/1-2), p. 144.

10 E.-R Labande, « Les filles d’Aliénor d'Aquitaine : étude comparative », in Y a-t-il une civilisation du monde Plantagenêt ?, op. cit., p. 101-112.

11 J.-F. Benton, « The Court of Champagne as a Literary Center », Speculum, 36 (1961), p. 586.

12 « Si l'on fait à la dynastie Plantagenêt le mérite d'un mécénat à l'égard des trouvères et de la littérature courtoise en général, n'est-ce pas surtout parce qu'on lui rattache une Marie de Champagne et tout le courant champenois, alors qu'on en est à se demander, comme Edmond-René Labande, si Marie, qui a quitté si jeune l'entourage familial, a jamais par la suite rencontré sa mère Aliénor... », R-H. Bautier, Conclusions, in Y a-t-il une civilisation du monde Plantagenêt ?, op. cit., p. 144.

13 K. M. Broadhurst, « Henry II of England and Eleanor of Aquitaine : Patrons on Literature in French ? », Viator, 27 (1996), p. 53-84. Je dois la communication de cet article à l'obligeance de Martin Aurell, que je remercie ici.

14 Ch. Haskins, « Henry II as a Patron of Literature », Essays in Medieval History Presented to T. F. Tout, Manchester, 1925, p. 71-77.

15 Dronke, « Peter de Blois and Poetry at the Court of Henry II », Medieval Studies, 38 (1976), p. 185-235 ; R Lejeune, « Rôle littéraire d’Aliénor d'Aquitaine et de sa famille », Cultura Neolatina, t. 14 (1954), p. 5-57.

16 K. M. Broadhurst, art. cit., p. 54 : « The sine qua non of literary patronage is the remuneration bestowed by the patron on the author. Indeed, the patronage relationship is of contractual nature. The patron requests the author to compose a specific text, be it an original creation or a translation adaptation of a Latin text, as is often the case in the twelfth century. As payment for ful filling this order, the author receives money or gifts in kind from the patron. In other words, for there be a true patronage relationship, there must be a commission. It is only after having established the existence of a commission that we can then begin to discuss the nature of a patron’s literary activities.
[...] The most important distinction to be made is between commissions and dedications. In the absence of any references to payment, an author’s acknowledgment of a commission is a firm indication that patronage has been bestowed, that the author has been or will be rewarded for his work. If this statement is accompanied in the the text by a dedication or expression of praise, so much the better. However, a dedication on its own is not sufficient evidence of a patronage relationship. Of course it may in reality (and possibly often does) refer to a commission, but it could just as easily (and as often) constitute only an expression of the author’s hopes for reward. If these wishes are fulfilled, then we could speak of patronage being conferred after the fact. But there is usually no possibility for us to discover this outcome » (traduction Amaury Chauou).

17 K. M. Broadhurst, art. cit., p. 69-70 : « Thus, these two texts dealing with a common subject matter afford us the only undisputable evidence of Henry’s participation in vernacular literature. We can therefore refer correctly to Henry as a patron of literature in French, but, according to the surviving data, the extent of his involvement in its production is not considerable ». (Traduction Amaury Chauou : « Ainsi, ces deux textes portant sur un sujet commun nous fournissent la seule preuve indiscutable d'une participation d'Henri dans la littérature vernaculaire. Nous pouvons donc à bon droit considérer Henri comme un patron de la littérature française, mais, selon les données conservées, l'étendue de son engagement dans cette production n'est pas considérable »).

18 Ibid., p. 84 : « As for Eleanor, her reputation as an active patron and promoter of vernacular literature is simply not valid, given that there is no evidence of any such text being commissioned by her. Thus, it cannot be proved that she had any kind of influence on the production of literature in French which blossomed in the second half of the twelfth century ». (Traduction Amaury Chauou : « Quant à Aliénor, sa réputation de patronne active et de promotrice de la littérature vernaculaire n'est pas valable, parce qu'il n'y a pas de preuve qu'elle a commandé de telles oeuvres. Ainsi, on ne peut pas prouver qu'elle a eu une quelconque influence sur la production de littérature française qui a fleuri dans la seconde moitié du xiie siècle »).

19 À titre d'exemple, pour R. Lejeune, p. 74 : « Nevertheless, Lejeune declares that even though Benoît [de Sainte-Maure, auteur du Roman de Troie] did not name Eleanor, we know, from what she terms a sort of dedication inserted in the middle of his text, that he conceived his work thin- king of her and hoping to please her. She even goes so far as to claim that the anonymous authors of two others romans d'antiquité, Thèbes and Enéas, were "dans son entourage"«, et pour P. Dronke, p. 83 : « This paper has been an attempt to investigate in an objective fashion oft-repeated statement of the following type : "Henry and Eleanor were the recipients and ideal audience of an astounding range of literary works, vernacular and Latin (P. Dronke)"« (Traduction Amaury Chauou : « Néanmoins, Lejeune déclare que même si Benoît ne nomme pas Aliénor, nous savons, à partir de ce qu'elle nomme une dédicace insérée au milieu du texte, qu'il conçut son oeuvre à son intention et dans l'espoir de lui plaire. Elle va jusqu'à prétendre que les auteurs anonymes des deux autres romans d'antiquité, Thèbes et Enéas, étaient "dans son entourage" [...]. Cet article est un essai d'enquête sur un constat éculé du type : "Henri et Aliénor étaient les destinataires et le public rêvé d'un nombre stupéfiant d'oeuvres littéraires, en latin et en français"« ).

20 Ibid., p. 83 : « The vision of her [Aliénor] powerful influence on the production of this literature — courtly, lyric and otherwise - is not at all sustained by the available evidence », et, p. 84 : « Unfortunately, we must therefore revise the image often portrayed by scholars of the influential connection between literature in French and this king and queen of England ». (Traduction Amaury Chauou : « L'image d'une influence puissante sur la production de cette littérature - courtoise, poétique et autre - n'est pas confortée par les preuves disponibles [...]. Malheureusement, nous devons retoucher le tableau souvent brossé par les spécialistes d'une relation influente entre la littérature française et ces roi et reine d'Angleterre »).

21 R Lejeune, « Rôle littéraire d’Aliénor d'Aquitaine... », art. cit., p. 5 : « Elle [Aliénor] se trouve à l'origine de la "renaissance" française du xiie siècle ».

22 Hypothèse de Yolande de Pontfarcy, in Marie de France, L’Espurgatoire seint Patriz, éd. et trad. Y. de Pontfarcy, Louvain-Paris, Peeters, 1995, introduction, p. 49-52.

23 K. M. Broadhurst, art. cit., p. 60 : « Clearly, the tone of voice that Jordan employs is not one of grateful artist toward generous patron. On the contrary, Jordan is frank, even daring, in his addresses to the king. Despite the presence of conventional expressions of praise for Henry, there is no indication that the text was commissioned by Henry or even dedicated to him ». Pour l'analyse contraire, cf. supra, chapitre II, p. 70-71. (Traduction Amaury Chauou : « Clairement, le ton employé ici par Jordan n'est pas celui d'un artiste reconnaissant envers un patron généreux. Au contraire, Jordan est franc, et même hardi, dans ses adresses au roi. En dépit de la présence d'éloges conventionnels pour Henri, il n'y a aucun indice que le texte a été commandé par lui ni même qu'il lui a été dédié »).

24 C'est un point bien souligné par Martin Aurell dans La cour Plantagenêt (1154-1204). Actes du colloque international, Thouars (30 avril-2 mai 1999), éd. M. Aurell, Poitiers, Université de Poitiers, CESCM, 2000, rapport introductif, p. 37.

25 Cf. supra, chapitre II, p. 71-72.

26 D'environ 15 000 vers, le Roman de Brut, achevé en 1155, a difficilement pu être composé à partir du couronnement d'Henri II (19 décembre 1154). Il faut admettre que sa rédaction ait démarré avant la prise de pouvoir par Henri II.

27 C'est pourtant l'argumentation avancée par K. M. Broadhurst pour expliquer la présence de cette mention dans le Brut de Layamon, p. 71 : « It must be remembered that Layamon wrote his claim, preserved in only one manuscript, approximately fifty years after Wace had finished his Brut. Perhaps Layamon confused or merged the patronage information found in the Roman de Rou with Wace’s earlier Brut ». (Traduction Amaury Chauou : « Il faut rappeler que Layamon soutient son affirmation, conservée dans un seul manuscrit, à peu près cinquante ans après que Wace eut achevé son Brut. Peut-être que Layamon a confondu ou mélangé les indications de patronage contenues dans le Roman de Rou avec le Brut antérieur »).

28 Ibid., p. 71 : « When would either of them [Henri II et Aliénor] commissioned a vernacular work dealing with the history of the kings of Britain ? Furthermore, as Cingolani has pointed out [S. M. Cingolani, "Filologia e miti storiografici : Enrico II, la corte plantageneta e la letteratura", Studi Medievali, 32 (1991), p. 815-832], if Henry had commissioned this text as propaganda to glorify the origins of his dynasty, who would have been his intented audience ? Since Wace finished the text after the coronation of Henry and Alienor, thus after they were legitimately monarchs of England, they were already entrenched as such before the nobles of England. In other words, there was no specific audience for this supposed propaganda ». (Traduction Amaury Chauou : « À quel moment l'un ou l'autre aurait-il commandé une oeuvre en langue vernaculaire centrée sur l'histoire des rois de Bretagne ? En outre, comme Cingolani l'a souligné, si Henri avait commandé ce texte comme propagande pour glorifier ses origines dynastiques, quel aurait été le public supposé ? Wace ayant achevé son texte après le couronnement d'Henri et d’Aliénor, donc après leur intronisation comme monarques légitimes d'Angleterre, ils étaient déjà institués comme tels devant les nobles d'Angleterre. En d'autres termes, il n'y avait pas de public spécifique pour cette prétendue propagande »).

29 Des opposants qui, loin de désarmer, croient bien tenir leur revanche en 1173-1174, et espèrent récupérer tous les droits rognés depuis 1154, cf. W. L. Warren, Henry II, op. cit., p. 365 : « In 1154 there were 24 earls ; by the beginning of the great war there were 16 ; by the end of the reign there were 12. Even the earldoms which survived were trimmed of power and influence [...]. In a real sense the rebellion in England was the attempted revanche of the earls. It failed ; and after the great war not a single earl was to be found in the inner counsels of Henry II. The earls were diminished ; the great luminaries of the reigns of Henry I and Stephen eclipsed ». (Traduction Amaury Chauou : « En 1154 il y avait 24 comtes ; vers le début de la grande guerre ils étaient 16 ; à la fin du règne ils étaient 12. Même les comtés qui survécurent furent restreints en pouvoir et en influence [...]. En un sens réel la rébellion en Angleterre fut la revanche attendue des comtes. Elle échoua ; et après la grande guerre, plus un seul comte ne siégea dans les conseils privés d'Henri. Les comtes étaient rabaissés ; les grands éclats des règnes d'Henri Ier et d'Etienne s'évanouirent »).

30 Bernart von Ventadom, seine Lieder, éd. C. Appel, Halle, 1915, Chanson 33.

31 M. Lazar, « Cupid, the Lady, and the Poet : Modes of Love at Eleanor of Aquitaine’s Court » in W. W. Kibler (éd.), Eleanor of Aquitaine, Patron and Politician, Austin, Texas, 1976, p. 35-59.

32 J. Frappier, « Vues sur les conceptions courtoises dans les littératures d'oc et d'oïl au xiie siècle », Cahiers de Civilisation Médiévale, 2 (1959), p. 135-156.

33 D. Boutet et A. Strubel, Littérature, politique et société, Paris, PUF, 1979, p. 79.

34 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, éd. et trad. anglaise M. Chibnall, Oxford, t. 6, 1980, p. 1. Repris par R V. Turner, Men raised from the Dust : Administrative Service and Upward Mobility in Angevin England, Philadelphie, University of Philadelphia Press, 1988.

35 Dialogus de Scaccario, éd. C. Johnson, révis. F. E. L. Carter et D. Greenway, Oxford, Clarendon, 1983.

36 Tractatus de Legibus et Consuetudinibus Regni Angliae..., éd. G. D. G. Hall et M. T. Clanchy, Oxford, Clarendon, 1993.

37 Jean de Salisbury, Metalogicon, I, 24, éd. J.B. Hall et K.S.B. Keats-Rohan, Turnhout, Brépols, coll. Corpus Christianorum, 1991. Traduction Amaury Chauou. Cf. E. Jeauneau, « "Nani gigan- tum humeris insidentes" : Essai d'interprétation de Bernard de Chartres », in Lectio Philosophorum, Recherches sur l'École de Chartres, Amsterdam, 1973, p. 53-73.

38 E. Köhler, « Quelques observations d'ordre historico-sociologique sur les rapports entre la chanson de geste et le roman courtois », in Chanson de geste und höfischer Roman, Heidelberg, Carl Winter, 1963, p. 28 ; voir aussi R. Bezzola, Les origines et la formation de la littérature courtoise en Occident, 3e partie, t. 1, La cour d'Angleterre comme centre littéraire sous les rois angevins (1154- 1199), Paris, Champion, 1963, p. 269-291.

39 Roman de Thèbes, éd. L. Constans, 2 vol., Paris, SATF, 1890.

40 Roman d’Enéas, éd. J. Salverda de Grave, 2 vol., Paris, CFMA, 1925-1929.

41 Benoît de Sainte-Maure, Roman de Troie, éd. L. Constans, 6 vol., Paris, SATF, 1904-1912.

42 L'origine poitevine ou ligérienne de plusieurs de ces auteurs, à savoir Benoît de Sainte-Maure, l'anonyme de la seconde version du Roman d'Alexandre, et Lambert le Tort, est là pour le prouver. Cf. L. F. Flutre et C. Ruby, article « Roman d'Alexandre », Dictionnaire des Lettres Françaises, Le Moyen Âge, Paris, Fayard, 1992. Pour Benoît de Sainte-Maure, cf. supra, chapitre II, p. 60-61.

43 Typologie des sources du Moyen Âge occidental, fasc. 12, Le roman, par J. C. Payen, Turnhout, Brépols, 1975, p. 33-35.

44 Ch. Marcello-Nizia, « Production littéraire, politique linguistique et pouvoir d'État au xiie siècle dans les pays de langue française », in Culture et idéologie dans la genèse de l'État moderne, Table Ronde, Rome, École Française de Rome, 1984, p. 200-201.

45 Cf. supra, p. 84.

46 L. F. Flutre et F. Mora, art. cit. Cf. supra, p. 82.

47 C'est le cas du ms. B.N. 794 du fameux copiste Guiot, qui regroupe les romans de Thèbes, Enéas et Troie avec le Roman de Brut comme s'ils appartenaient au même cycle narratif. Cf. Wace, Le Roman de Brut, éd. I. Arnold, op. cit., Introduction, p. IX. Voir aussi R. Lejeune, « Rôle littéraire de la famille d’Aliénor d'Aquitaine », Cahiers de Civilisation Médiévale, I (1958), p. 336 note 128.

48 Roman de Thèbes, éd. L. Constans, 2 vol., Paris, SATF, 1890, p. 971-972.

49 G. Raynaud de Lage, article « Roman de Thèbes », Dictionnaire des Lettres Françaises, Le Moyen Âge, Paris, Fayard, 1992.

50 Benoît de Sainte-Maure, Roman de Troie, éd. L. Constans, 6 vol., Paris, SATF, 1904-1912, v. 13457 suiv.

51 G. Raynaud de Lage, article « Enéas (Roman d') », Dictionnaire des Lettres Françaises, op. cit.

52 J. Frappier, « Vues sur les conceptions courtoises... », art. cit., p. 146-147.

53 R. Bezzola, Les origines et la formation..., op. cit., p. 288.

54 Ch. Marcello-Nizia, art. cit., p. 200.

55 Cf. supra, chapitre I, p. 46-49.

56 Cf. infra, chapitre V, p. 172-173.

57 Cf. supra, chapitre II, p. 60.

58 J. Frappier : « Remarques sur la structure du lai... »,in La littérature narrative d'imagination : des genres littéraires aux techniques d'expression (colloque de Strasbourg 23-25 avril 1959), Paris, 1961, p. 26-33.

59 Typologie des sources du Moyen Âge occidental, fasc. 13, Le lai narratif, par J.-C. Payen, Turnhout, Brépols, 1975, p. 38.

60 J. M. Fritz, article « Thomas d'Angleterre », Dictionnaire des Lettres Françaises, Le Moyen Âge, op. cit.

61 Thomas, Le Roman de Tristan, éd. D. Lacroix et Ph. Walter, Paris, Librairie Générale Française, coll. Lettres Gothiques, 1996, v. 1381-1388 :
« Lundres est mult riche cité,
Meliur n'ad en cristienté,
Plus vaillante ne melz aisie
Melz guarnie de gent preisie.
Mult aiment largesce e honur,
Cunteinent sei par grant baldur.
Le recovrer est d’Engleterre :
Avant d’iloc ne l’estut querre ».

62 Typologie des sources..., fasc. 12, Le roman, op. cit., p. 136.

63 R. Bezzola, Les origines et la formation..., op. cit., p. 294.

64 Le Cligès de Chrétien de Troyes est en effet considéré par la critique comme un anti- Tristan, du fait de sa réaction contre l'amour adultère, passionnel et fatal que valorise, à rebours de la courtoisie, le roman de Thomas. Cf. J.-M. Fritz, article « Chrétien de Troyes », Dictionnaire des Lettres Françaises, Le Moyen Âge, op. cit.

65 Marie de France, Fables, éd. K. Warnke, Halle, 1898, v. 4.

66 Marie de France, Lais, éd. et trad. L. Harf-Lancner, Paris, Librairie Générale Française, coll. Lettres Gothiques, 1990, v. 43-55.

67 Guigemar, in Lais, op. cit., v. 25.

68 Sur la biographie de ce parangon de l'idéal chevaleresque à la fin du xiie siècle, G. Duby, Guillaume le Maréchal, ou le meilleur chevalier du monde, Paris, Fayard, 1984 ; D. Crouch, William Marshal : Court, Career and Chivalry in the Angevin Empire, 1147-1219, Londres, Longman, 1990.

69 Marie de France, L’Espurgatoire seint Patriz, éd. et trad. Y. de Pontfarcy, Louvain-Paris, Peeters, 1995. Voir aussi H. Martin et B. Merdrignac, Culture et société dans l'Occident médiéval, Gap-Paris, Ophrys, 1999, p. 216-217.

70 Cf. supra, Introduction, p. 15.

71 Résumé des problèmes posés par la chronologie relative exposée dans le prologue de Cligès par J. Frappier, Chrétien de Troyes, Paris, Hatier, coll. Connaissances des Lettres, 1968, p. 7-9.

72 J.-F. Benton, « The Court of Champagne as a Literary Center », Speculum, 36 (1961), p. 551-591, y relève les présences de Gautier d’Arras, André Le Chapelain, Pierre de Celle, Gace Brûlé ou Geoffroy de Villehardouin. Voir aussi R. Lejeune, « Rôle littéraire de la famille d’Aliénor d'Aquitaine », Cahiers de Civilisation Médiévale, I (1958), p. 326-327.

73 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, éd. W. Roach, Genève, Droz, 1959.

74 R Lejeune, « Rôle littéraire de la famille d’Aliénor d'Aquitaine », art. cit., p. 335.

75 B. Schmolke-Hasselmann, « Henry II Plantagenêt, roi d'Angleterre, et la genèse d’Erec et Enide », Cahiers de Civilisation Médiévale, 24 (1981), p. 241-246. Voir du même auteur Der arthurische Versroman von Chrestien bis Froissart, Tübingen, 1980.

76 Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, Paris, Champion, CFMA, 1981, v. 6585-6595.

77 B. Schmolke-Hasselmann elle-même n'est pas très convaincue par cette supposée coïncidence héraldique, cf. « Henry II Plantagenêt... », art. cit., p. 246 n. 25.

78 Ch. Marcello-Nizia, « Production littéraire, politique linguistique et pouvoir d'État au xiie siècle dans les pays de langue française », in Culture et idéologie dans la genèse de l'État moderne, Table Ronde, Rome, École Française de Rome, 1984, p. 204.

79 J.-C. Payen : « Lancelot contre Tristan : la conjuration d'un mythe subversif », in Mélanges de langue et de littérature médiévales offerts à P. Le Gentil, Paris, 1973, p. 617-632.

80 Les Quatre Branches du Mabinogi et autres contes gallois du Moyen Âge, éd. P.-Y. Lambert, Paris, Gallimard, 1993.

81 R. S. Loomis, Arthurian Tradition and Chrétien de Troyes, New York, 1949. Voir aussi J. Marx, La légende arthurienne et le Graal, Paris, PUF, 1952.

82 J. Frappier, Chrétien de Troyes, op. cit., p. 33-59.

83 M. J. Parins, article « Scholarship, Modem Arthurian », in N. J. Lacy (éd.), The New Arthurian Encyclopedia, New York/Londres, Garland, 1991. Voir aussi J. Bakou et Y. Le Gallo (dir.), Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, t. I, chap. V, « Lais et romans bretons, II », par J.-Cl. Lozac’hmeur, Paris/Spézet, Champion/Coop Breizh, rééd. 1997, p. 148 ; R. Bromwich, « First transmission to England and France », in R Bromwich, The Arthur of the Welsh, Cardiff, University of Wales Press, 1991, p. 273-298, en particulier p. 289-290.

84 Marie de France, Guiguemar, in Lais, éd. L. Harf-Lancner, Paris, Librairie Générale Française, coll. Lettres Gothiques, 1990, v. 19-26.

85 Marie de France, Lanval op. cit., v. 1-4.

86 Marie de France, Eliduc, op. cit., v. 1181-1184.

87 Marie de France, Equitan, op. cit., v. 1-8.

88 J. Bakou et Y. Le Gallo (dir.), Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, t.I, chap. V, « Lais et romans bretons, I », par Léon Fleuriot, rééd. Paris/Spézet, Champion/Coop Breizh, 1997, p. 131- 138.

89 Thomas d'Angleterre, Le Roman de Tristan, in Tristan et Iseut, éd. et trad. D. Lacroix et Ph. Walter, Paris, Librairie Générale Française, coll. Lettres Gothiques, 1996 : « [...] Cest cunte est mult divers », v. 837.

90 Ibid. : « E pur ço l'uni par mes vers », v. 838.

91 Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, Paris, Champion, CFMA, 1981, p. 51 -52.

92 Chrétien de Troyes, Erec et Enide, op. cit., v. 1882-1962.

93 J. Frappier, Chrétien de Troyes, op. cit., p. 42.

94 Thomas d'Angleterre, Le Roman de Tristan, op. cit., v. 849-853 :
« Mes sulun ço que j'ai oï,
Nel dïent pas sulun Breri
Ky solt les gestes e les cuntes
De tuz les reis, de tuz les cuntes
Ki orent esté en Bretaigne ».

95 P. Gallais, « Bléhéri, la cour de Poitiers et la diffusion des récits arthuriens sur le continent », in Actes du VIIe congrès national de littérature comparée, Poitiers, 1965, Paris, Didier, 1967, p. 47-79.

96 R. Bromwich, « First transmission to England in France », art. cit., p. 287.

97 Giraud de Barri, The Description of Wales, I, 17, éd. et trad. L. Thorpe, Harmondsworth, Penguin, 1978, p. 252 : « Bledri, the well-known story-teller, who lived a little before our time, used to describe this in the most amusing way... ».

98 R Bezzola, Les origines et la formation..., op. cit., p. 163-164.

99 R Bromwich, art. cit., p. 287.

100 P. C. Bartrum, Welsh Genealogies, AD 300-1400, Cardiff, 1974, repris par R. Bromwichn, art. cit., p. 297 note 76.

101 R. Bromwich, art. cit., p. 287.

102 J. Bakou et Y. Le Gallo (dir.), Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, t.I, chap. V, « Lais et romans bretons, II », par J.-Cl. Lozac’hmeur, rééd. Paris/Spézet, Champion/Coop Breizh, 1997, p. 13 et p. 149.

103 Wace, Roman de Brut, op. cit., v. 9 787-9 798.

104 J. Bakou et Y. Le Gallo (dir.), Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, t.I, chap. I, « Langue et société dans la Bretagne ancienne », par L. Fleuriot, op. cit., p. 15.

105 Ibid., p. 13.

106 M. Jones, « Notes sur quelques famille bretonnes en Angleterre après la conquête normande », Mémoires de la Société d'Histoire et d’Archéologie de Bretagne, 58 (1981), p. 73-97 ; J. Le Patourel, The Norman Empire, Oxford, Clarendon, 1976, p. 15-16, p. 73-76, et p. 215-216 ; idem, « Henri II Plantagenêt et la Bretagne », Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, 58 (1981), p. 99-116. On rappellera que l'engagement de contingents bretons aux côtés de Guillaume le Conquérant en 1066, à l'origine de la concession de l'honneur de Richmond à Alain de Bretagne, fils cadet d'Eudes de Penthièvre, se traduisit par l'importance de l'émigration aristocratique bretonne encore un siècle plus tard, qui fit des chevaliers bretons le premier groupe de colonisateurs non-normands en Angleterre. Sur leur présence au Pays de Galles, voir P. Flatrès, « Les Bretons en Galles aux xie-xiiie siècles », Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, 36 (1956), p. 41-46.

107 J. Frappier, Chrétien de Troyes, op. cit., p. 58-59.

108 Jean Bodel, La chanson des Saxons, trad. A. Brasseur, Paris, Champion, 1992, Prologue : « Tout homme de ce monde ne peut, en ce domaine, connaître que trois matières : celles de France, d Angleterre et de Rome, la grande cité ; et de ces trois matières, chacune est différente. Les récits d'Angleterre, eux, sont inconsistants mais agréables, ceux de Rome, nourris de sagesse, sont riches d'enseignement, et ceux de France sont continuellement vrais ». Voir H. Martin et B. Merdrignac, Culture et société dans l'Occident médiéval, Gap-Paris, Ophrys, 1999, p. 208-209.

109 Ch. Foulon, « Marie de France et la Bretagne », Annales de Bretagne, 60 (1952), p. 243-258.

110 Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, Paris, Champion, CFMA, 1981, v. 6585-6 595.

111 Chrétien de Troyes, Cligès, éd. A. Micha, Paris, Champion, CFMA, 1982, v. 138-151. Voir J. Frappier, « Chrétien de Troyes », in R. S. Loomis (dir.), Arthurian Literature in the Middle Ages, Oxford, Clarendon Press, 1959, p. 173.

112 Pierre de Blois, Liber de confessionne, in Migne, Pat. Lat., t. 207, col. 1088, cité par R Bezzola, op. cit., p. 292.

113 Jean de Salisbury, Entheticus in Policraticum, in Policraticus, éd. C.C.J. Webb, Oxford, 1909,t.I, p. 1 suiv. (traduction Amaury Chauou).

114 Ibid.

115 M. Bloch, La société féodale, rééd. Paris, Albin Michel, coll. L'Évolution de l'Humanité, 1968, p. 427.

116 E. Köhler, L'aventure chevaleresque. Idéal et réalité dans le roman courtois, 2e éd. trad., Paris, Gallimard, 1974. Voir aussi « Quelques observations d'ordre historico-sociologique sur les rapports de la chanson de geste et du roman courtois », in Chanson de geste und höfischer Roman, Heidelberg, Carl Winter, 1963, p. 21-35.

117 J. Flori, L’essor de la chevalerie (xie-xiie siècle), Genève, Droz, 1986, p. 223-229. Voir aussi E. Köhler, op. cit., p. 25 : « En se donnant un primus inter pares, un souverain dont le pouvoir est étroitement circonscrit par le droit féodal et soumis aux mêmes catégories morales et politiques, cette communauté des grands féodaux se donne du même coup le cadre idéal dont elle a besoin sur le plan moral et esthétique pour endiguer les forces particularistes et anarchistes qu'elle recèle ».

118 Cf. supra chapitre II, p. 76-78.

119 E. Türk, Nugae Curialium. Le règne d'Henri II Plantagenêt (1154-1189) et l'éthique politique, Genève, Droz, 1977, p. 68-94 ; R. Bezzola, Les origines et la formation..., op. cit., p. 21-31 ; E. Jeauneau, article « Jean de Salisbury », Dictionnaire des Lettres Françaises, Le Moyen Âge, op. cit. ; Ch. Brooke, « John of Salisbury and his World », in The World of John of Salisbury, éd. M. Wilks, Oxford (Studies in Church History, 3), 1984, p. 1-20.

120 J.-Ch. Payen, article « Etienne de Fougères », Dictionnaire des Lettres Françaises, Le Moyen Age, op. cit. ; Ch.-V. Langlois, La vie en France au Moyen Âge, 3e éd., Paris/Genève, Slatkine, 1981, p. 1 suiv ; Dictionnaire d'Histoire et de Géographie Ecclésiastiques, t. 15, col. 1224-1226, 1963 ; A. La Borderie (Le Moyne de), Histoire de Bretagne, t. 3, réimpr. Mayenne, J. Floch, 1975.

121 E. Türk, Nugae Curialium. Le règne d'Henri II Plantagenêt..., op. cit., p. 124-158 ; R Bezzola, Les origines et la formation..., op. cit., p. 31-46 ; G. Tyl-Labory, article « Pierre de Blois », Dictionnaire des Lettres Françaises, Le Moyen Âge, op. cit.

122 Robert de Torigny, dans sa Chronique, éd. L. Delisle, Rouen, Société de l'Histoire de Normandie, vol. 2, 1873, p. 2, écrit pour l'année 1168 : « Étienne de Fougères, chapelain du roi Henri, fut fait évêque de Rennes », et, pour l'année 1178 (23 décembre) : « Mort d’Étienne, évêque de Rennes, homme distingué et lettré [...] ».

123 Étienne de Fougères, Livre des Manières, éd. R.A. Lodge, Genève, Droz, 1979.

124 Jean de Salisbury, Policraticus, éd. C.C.J. Webb, Oxford, Clarendon, 1909. Pour les livres I à IV, éd. K.S.B. Keats-Rohan, Turnhout, Brépols, coll. Corpus Christianorum, 1993 ; trad. française (Livres I à III) par Ch. Brucker, Denis Foulechat, Le Policratique de Jean de Salisbury (1374), Genève, Droz, 1994. Trad. anglaise C. J. Nedermann, Cambridge, Cambridge University Press, 1991.

125 W. Berges, Die Fürstenspiegel des hohen und späten Mittelalters, Leipzig, 1938.

126 L. K. Born, « The Specula Principis of the Carolingian Renaissance », Revue Belge de Philologie et d'Histoire, 12 (1933), p. 583-612 ; H.H. Anton, Fürstenspiegel und Herrscherethos in der Karolingerzeit, Bonn, 1969.

127 J. Le Goff, Saint Louis, Paris, Gallimard, 1996, p. 407-409.

128 Voir la mise au point de J.-Ph. Genet, « Le vocabulaire politique du Policraticus de Jean de Salisbury : le prince et le roi », in La cour Plantagenêt (1154-1204), Actes du colloque international, Thouars (30 avril-2 mai 1999), éd. M. Aurell, Poitiers, Université de Poitiers, CESCM, 2000, p. 187-215, esp. p. 190-191.

129 J. Batany, Les origines et la formation du thème des « États du monde », thèse dactyl., Université Paris IV, 1980.

130 G. Duby, Les trois ordres ou l'imaginaire du féodalisme, Paris, Gallimard, 1978, 1rc partie, p. 25-81.

131 Étienne de Fougères, Livre des Manières, op. cit., strophe 169.

132 A. Lodge, « The Literary Interest of the "Livre des Manières" of Etienne de Fougères », Romania, 93 (1972), p. 479-497.

133 Jean de Salisbury, Metalogicon, éd. J. B. Hall et K. S. B. Keats-Rohan, Turnhout, Brépols, coll. Corpus Christianorum, 1991.

134 The Letters of John of Salisbury, 1, 1153-1161, éd. W. J. Millor, H. E. Butler et C. N. L. Brooke, et 2, 1163-1180, éd. W. J. Millor et C. N. L. Brooke, Oxford, Clarendon, 1955-1979.

135 In J. C. Robertson et J. B. Sheppard (éd.), Materials for the Life of Thomas Becket, 7 vol., Londres, R S., 1875-1883.

136 Pierre de Blois, Opera Omnia, éd. J. A. Giles, 4 vol., Oxford, 1846-47.

137 Pierre de Blois, Compendium in Job, éd. et trad. J. Gildea, 2 vol., Liège, 1974-1979.

138 Pierre de Blois, Dialogus inter regem Henricum II et abbatem Bonevallis, éd. R. B. C. Huygens, in Revue Bénédictine, t. 68 (1958), p. 87-112.

139 R. Bezzola, Les origines et la formation..., op. cit., p. 36.

140 Aryeh Grabois, « L'idéal de la royauté biblique dans la pensée de Thomas Becket », in Thomas Becket, Actes du colloque international de Sédières, 19-24 août 1973, éd. R. Foreville, Paris, Beauchesne, 1975, p. 107.

141 Jean de Salisbury, Policraticus, op. cit., Livre VI, p. 1, 20 suiv.

142 Ibid., préface, p. 5-15 suiv. ; I, 6 (p. 39, 1 suiv.) ; II, 25 (p. 136, 12). Ces renvois (et ceux qui suivent) sont extraits d’E. Türk, Nugae Curialium. Le règne d'Henri II Plantagenêt..., op. cit., p. 75.

143 Ibid, I, 4.

144 Ibid, I, 5.

145 Ibid, I, 8 ; IV, 4 (p. 245, 23 suiv.).

146 Ibid, V, 6 (p. 304, 19 suiv.) ; VII, 24 (p. 214, 10 suiv.).

147 Pierre de Blois, Compendium in Job, analysé dans E. Türk, Nugae Curialium. Le règne d'Henri II Plantagenêt..., op. cit., p. 148.

148 E. Türk, Nugae Curialium. Le règne d'Henri II Plantagenêt..., op. cit., p. 148.

149 A. Lodge, « The Literary Interest of the "Livre des Manières" of Etienne de Fougères », art. cit., p. 483.

150 G. Duby, Les trois ordres..., op. cit., p. 319.

151 Ibid. : « [...] Quand Jean de Salisbury se sert de l'image corporelle pour mieux montrer l'organisation de l'Etat laïc, ce n'est pas pour manifester que celui-ci est autonome. Au contraire, la métaphore rabaisse ce pouvoir vers le charnel et proclame ainsi sa dépendance ».

152 Jean de Salisbury, Policraticus, op. cit., II, 282.

153 L. Harf-Lancner, « L'individu dans l'État : la fable des membres et de l'estomac dans la littérature du Moyen Âge », in L'individualisme, permanence et métamorphoses, Paris, PUF, 1988, p. 51-71.

154 Jean de Salisbury, Policraticus, op. cit., V, 2.

155 Ibid., I, 3.

156 Ibid., V, 4.

157 Ibid., VI, 25, et VI, 26.

158 A. Lodge, « The Literary Interest of the "Livre des Manières" of Etienne de Fougères », art. cit., p. 486.

159 G. Duby, Les trois ordres...,op. cit., p. 341 : « Comme Benoît de Sainte-Maure - mais à la différence d’Adalbéron - Étienne situe les monarques, tous les chefs d'État, qu'ils soient rois ou bien [...] ducs ou comtes, au-dessus des trois "manières" - et, cette fois très explicitement, au-dessus du clergé ».

160 Étienne de Fougères, Livre des Manières, op. cit., v. 161-168.

161 Pierre de Blois, Compendium in Job, analysé dans E. Türk, Nugae Curialium. Le règne d'Henri II Plantagenêt..., op. cit., p. 149.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540