Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idéologie Plantagenêt

 | 
Amaury Chauou

Chapitre II. Le présent historique : Henri II et les chroniqueurs

Texte intégral

  • 1 A. Gransden, « Propaganda in English Medieval Historiography », Journal of Medieval History, 1 (19 (...)

1Non content de pouvoir tirer parti de l'orchestration du passé historique britannique, Henri II Plantagenêt a bénéficié, selon des modalités variées, de la mise en scène de son règne et de ceux de ses prédécesseurs dans de nombreuses chroniques qu'il a suscitées ou qui, tout en restant indépendantes du pouvoir laïc, en ont quelque peu subi l'influence. Mais on ne saurait, surtout en matière de chroniques monastiques, réduire la relation du pouvoir laïc et des chroniqueurs à une simple question de propagande. Antonia Gransden a montré avec force la nécessité d'une distinction, dans l'historiographie médiévale britannique, entre les chroniques officielles, commissionnées par l'autorité royale, qui sont plutôt le fait de clercs séculiers, et les chroniques non-officielles, souvent issues des établissements monastiques, qui ont la particularité de nourrir une tradition d'indépendance pouvant aller jusqu'à la critique de l'action du pouvoir laïc. Selon l'historienne anglaise, c'est seulement dans les moments de crise, devant des circonstances exceptionnelles, que les rois anglais auraient eu recours à la propagande dans l'historiographie contemporaine1.

  • 2 Voir les nombreux exemples de B. Guenée dans Politique et histoire au Moyen Âge, Paris, Publicatio (...)
  • 3 Wace, Roman de Rou, éd. A. J. Holden, 3 vol., Paris, SATF, 1970-1973. Le projet initial se prolong (...)

2Les débuts du règne d'Henri II semblent bien correspondre à ces conclusions. Animée par des chroniqueurs souvent français, c'est-à-dire habitués à une tradition de propagande historiographique dont la cour de France présente un remarquable exemple de continuité2, la propagande Plantagenêt se lit bien sûr en premier lieu sous la plume de clercs séculiers dociles. Ceux-ci, très nombreux dans l'entourage d'Henri II, ont laissé des ouvrages quelquefois commissionnés par l'autorité, comme le Roman de Rou de Wace, une histoire inachevée des ducs de Normandie3. Cependant, les clercs séculiers ne travaillent pas toujours sur ordre, comme le montre l'exemple des deux familiers du roi que sont Giraud de Barri et Gautier Map. Dans leur cas, c'est-à-dire face à des œuvres qui sont par moments des histoires quasi-officielles du gouvernement d'Henri II, il faut nécessairement faire la part de ce qui relève de la propagande élaborée par le milieu des clercs de la cour auquel les auteurs appartiennent, et de ce qu'ils peuvent rapporter de façon isolée, voire fortuite, mais cependant susceptible de refléter les vues du pouvoir. La notion de propagande se trouve alors affaiblie : c'est moins un discours officiel qu'une influence idéologique qui est véhiculée, ces œuvres n'étant pas quelquefois exemptes de critiques pour le pouvoir en place.

  • 4 Benoît de Sainte-Maure, Chronique des ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 2 vol., Uppsala, 1951-1954

3Le lien entre le pouvoir et les chroniques est encore plus lâche dans les milieux réguliers. Bien que les œuvres clairement patronnées existent là aussi4, la rédaction des chroniques monastiques sous Henri II ne se réduit pas à un simple travail de commande, parce que ces chroniques sont avant tout centrées sur un établissement monastique et non sur les faits et gestes du gouvernement central. Éloignés de la cour, des auteurs comme Robert de Torigny, bibliothécaire de l'abbaye du Bec puis abbé de celle du Mont- Saint-Michel, ont pu favoriser le pouvoir en place par leur historiographie événementielle et leur absence d'esprit critique. Ils n'en ont pas moins travaillé avant tout pour leur établissement, reflétant ainsi des intérêts purement locaux.

4Une dernière limite posée à toute conception propagandiste à grande échelle de ces chroniques tient à leurs conditions de réception dans le contexte du xiie siècle : au-delà du cercle restreint des litterati, ces œuvres ne pouvaient, sauf exceptions, rencontrer un large public. Il était de la responsabilité de l'élite intellectuelle cléricale d'en porter l'écho auprès des aristocraties laïques plus ou moins dégrossies. Il nous faudrait donc nous représenter la cour Plantagenêt moins comme un atelier d'histoire officielle à la gloire du roi, que comme une chambre d'écho où résonnent des chroniques et des œuvres historiographiques qui ont pour point commun l'évocation de son règne ou ceux de ses ancêtres. Plusieurs thématiques s'entrecroisent dans cette partition à plusieurs voix.

La chronique du passé

5Très proches dans leur ton et leurs préoccupations des grands devanciers qu'ont été Guillaume de Jumièges et Guillaume de Poitiers pour Guillaume le Conquérant, ou Henry de Huntingdon et Guillaume de Malmesbury pour Henri Ier Beauclerc, un groupe de chroniqueurs travaille pour le plaisir d'Henri II et de son entourage à la glorification de ses ancêtres. Cela fait de la cour du roi le centre de diffusion d'une intéressante littérature dynastique qui, au besoin, sait prendre les formes les plus poétiques pour gagner son public. Que ce soit du côté paternel ou maternel, aucune piste n'est délaissée.

La maison d'Anjou

6Comme toutes les principales dynasties comtales de la France du Nord, les comtes d'Anjou ont rivalisé de puissance avec les Capétiens et ont entretenu de longue date une littérature dynastique qui visait à étaler leurs mérites face à une monarchie capétienne souvent dénigrée. La lignée des Foulque a ainsi été magnifiée à l'instar des rois de France, ce qui fournit par la suite un excellent point de départ pour la mise en valeur des ancêtres les plus proches d'Henri II Plantagenêt.

Les Chroniques des comtes d'Anjou

  • 5 Ed. L. Halphen et R. Poupardin dans Chroniques des comtes d'Anjou, Paris, Picard, 1913.
  • 6 Chroniques des comtes d'Anjou, op. cit., introduction, p. XXVII-LXV.
  • 7 Op. cit., p. vii-viii : « Domino Henrico, regi Anglorum, duci Normannorum, comiti Andegavorum, Tur (...)

7Dans le respect de la plus pure tradition continentale sont ainsi rédigées des Chroniques des comtes d’Anjou et des seigneurs d’Amboise entièrement consacrées à l'éloge de la dynastie des comtes d'Anjou5. Elles sont l'œuvre de deux auteurs distincts, Jean de Marmoutier et Breton d’Amboise, qui ne font en fait que compiler un ensemble de chroniques liées à la plus puissante dynastie du comté d'Anjou et à ses vassaux, constitué des Gesta consulum Andegavorum, du Liber de compositione castri Ambaziae, et des Gesta Ambaziensium dominorum6. Les chroniques étaient déjà en circulation du temps de Geoffroy Plantagenêt, comme l'atteste l'existence d'une de leurs rédactions (encore aujourd'hui conservée) par Thomas de Loches, sur laquelle les successeurs se sont appuyés. Il n'est cependant pas possible d'établir un lien de patronage entre le père d'Henri II Plantagenêt et Thomas de Loches, la trace de toute dédicace dans sa version des Chroniques faisant défaut. Retravaillées par Breton d’Amboise entre 1155 et 1173, d'une manière tout à la fois plus complète mais aussi plus confuse, ces Chroniques furent à nouveau compilées en 1173 au plus tard par Jean de Marmoutier, en relation directe avec Henri II puisque lui sont dédiées par le préambule deux rédactions attribuées sans équivoque à cet auteur7. D'une rédaction à l'autre, la tradition de mise en valeur des différents ancêtres paternels d'Henri II, la lignée des Foulque de bonne renommée, est intacte. Elle culmine sous la plume de Breton d’Amboise dans la relation de la célèbre réponse du comte Foulque le Bon aux railleries du roi de France, qui l'avait surpris à un moment où il chantait la messe avec les chanoines :

  • 8 On a déjà vu l'usage de ce bon mot par Jean de Salisbury, supra, Introduction, p. 9. Ce serait dan (...)

« Un roi illettré est un âne couronné8 ».

8La pointe anti-capétienne est ici patente, et s'inscrit dans la conformité à l'attitude générale d'Henri II face à Louis vii.

Le roi Arthur et les comtes d’Anjou

  • 9 Chroniques des comtes d'Anjou, op. cit., p. 10.

9L'intérêt du fils de Geoffroy Plantagenêt et de l'impératrice Mathilde pour ces chroniques ressortit également à un autre motif : la captation du personnage historico-légendaire du roi Arthur. Le Liber de compositione castri Ambaziae, qui se propose de raconter sommairement l'histoire de la Gaule, et plus particulièrement de la région d’Amboise, depuis la conquête romaine, comporte quelques pages consacrées aux Bretons depuis l'expédition de Maxime jusqu'à la fin du règne d'Arthur. Empruntée à l'Historia Regum Britanniae, à laquelle elle renvoie explicitement pour plus de précisions9 cette « Chronica de Arturo », qui résume assez fidèlement mais de façon très brève sa devancière, s'attarde en quelques lignes sur le passé des terres angevines au temps de la soumission de la Gaule à Arthur :

  • 10 Ibid. Traduction Amaury Chauou : « Celui-ci (Arthur) fit de larges dons et fut libéral envers les (...)

« Qui larga munera dedit ecclesiisque manificus fuit. Comitia etiam hoc modo divisit : Oldino signifero suo Flandriam dedit, Beduero pincerne Neustriam, Cheudoni dapifero Andegaviam et Turoniam, Golfario ensifero Pictaviam et Bituricam provinciam concessit. Cheudon, comes Andegavis, oppidum, quod ex suo nomine Cheudonem dixit, in Turonia construxit, quod nomen diu post lingua Francorum prevaricatum Kainon nunc dicitur. Iste cuidam consobrino suo nomine Billeio Ambaziacum tribuit, qui Faustam, Aviciani neptam, ex filia sua Placida nomine ortam, uxorem duxit. Hic vicum qui Bliriacus dicitur fecit uxorique sue dotem esse constituit. Golfarius et Cheudo, qui se nimis deligebant, nemoribus causa venandi in confinio Bituricum et Turonorum vico Claudio macho convenerunt ; qui lucum, qui a nomine Cheudonis usque hodie Cheudon vocatur, Billeio, Ambaziae domino, terramque usque ad rivum qui Andresius dicitur tribuerunt10 ».

10Un tel passage reflète assez les intérêts politiques d'Henri ii pour qu'il soit aisé de comprendre pourquoi Jean de Marmoutier, sans faire œuvre originale, a dédié son ouvrage au souverain angevin : il était certain, en retraçant l'histoire des ancêtres du comte d'Anjou devenu roi d'Angleterre, de flatter son orgueil dynastique. Le recours au roi Arthur comme protecteur des lignages locaux au temps de leur installation vient renforcer par surcroît la légitimité de la domination angevine sur les maisons vassales de la région. La récupération de l’Historia Regum Britanniae sert ici, de façon habile, des intérêts purement continentaux et locaux, démontrant l'extraordinaire force de légitimation du mythe arthurien même hors de ses bases.

  • 11 Historia Gaufridi ducis, in Chroniques des comtes d'Anjou, op. cit., p. 172-231.
  • 12 Henry de Huntingdon, Historia Anglorum : The History of the English People, éd. et trad. anglaise (...)
  • 13 Chroniques des comtes d'Anjou, op. cit., p. 178-180. Voir commentaire de J. Flori, L'essor de la c (...)

11Non content de célébrer ainsi la gloire de la maison d'Anjou, Jean de Marmoutier s'attela par la suite à la biographie de Geoffroy Plantagenêt, père d'Henri II, qu'il composa en deux volumes11. Dédiée à l’évêque du Mans Guillaume de Passavant, cette biographie, qui n'a jamais été terminée, ne fait pas davantage dans l'originalité : puisant autant qu'il le pouvait dans les Gesta consulum Andegavorum et dans les Gesta Ambaziensium dominorum, Jean de Marmoutier a également pillé sans vergogne le huitième livre de l'Historia Anglorum12 de Henry de Huntingdon, qui était tombée fort à propos entre ses mains. Classiquement divisé en trois parties (l'enfance, le mariage, l'avènement — les qualités et les hauts faits — les rapports avec Étienne de Blois et la conquête de la Normandie, jusqu'à la mort de Geoffroy), le premier livre ne se départit pas du ton de l'hagiographie qui sert encore de modèle pour les biographes de puissants laïcs, et dépeint Geoffroy Plantagenêt en modèle de prince chevalier instruit dès l'enfance dans les belles lettres autant que dans les rigueurs de l'apprentissage militaire. Clergie et chevalerie font en lui harmonie. Les pages consacrées à son adoubement, les premières à ce sujet en dehors des sources littéraires, sont particulièrement soignées13. L'ensemble place de façon adroite Henri II dans la digne succession du parfait chevalier lettré et lui confère l'éloge qu'il était en droit d'attendre du côté paternel.

Ducs de Normandie et rois d'Angleterre

  • 14 W. F. Schirmer et U. Broich, Studien zum literarischen Patronat im England des 12 Jahrhunderts, Co (...)
  • 15 R. Bezzola, Les origines et la formation de la littérature courtoise en Occident, 3e partie, t. 1,(...)

12L'ascendance maternelle n'est évidemment pas ignorée. C'est elle qui fournit les références les plus prestigieuses en inscrivant Henri II Plantagenêt dans les pas de son grand-père, Henri Ier Beauclerc, ou dans ceux de son arrière-grand-père, Guillaume le Conquérant. Deux auteurs se sont principalement attelés à la tâche de célébrer la geste des ducs de Normandie et rois d'Angleterre : Wace et Benoît de Sainte-Maure. Leur entreprise correspond à un vrai travail de commission14, étalé sur de nombreuses années. Confié dans un premier temps à Wace par Henri II (1160), le projet, devant la lenteur du chanoine de Bayeux, serait ensuite passé aux mains de Benoît de Sainte-Maure15. Il n'en reste pas moins que dans son état d'inachèvement, le Roman de Rou de Wace, interrompu vers 1175, reflète bien dans ses quelque 16 000 vers les préoccupations politiques du commanditaire. C'est un point que n'a pas manqué de souligner A. J. Holden, l'éditeur du texte, qui, dans sa préface, le décrit comme :

  • 16 Wace, Le Roman de Rou, édition A. J. Holden, vol. 3, Paris, SATF, 1970-1973, Préface, p. 10.

« Une ‘‘geste’’ des Normands ajoutée à la "geste" des Bretons pour former une immense œuvre de propagande en faveur des Plantagenêts. Ensemble elles fournissent à la dynastie régnante une place et une justification dans l'histoire. C'est une démonstration irréfutable de la continuité du pouvoir légitime depuis Brutus jusqu'à Henri II16 ».

13L'intention politique reste la même sous la plume de Benoît de Sainte- Maure, le changement de ton ne dissimulant pas la reprise du propos de Wace.

Le Roman de Rou

14De fait, le clerc de Caen n'a pas oublié de mettre un certain nombre d'atouts de son côté pour remplir sa mission. Écrivant en langue vernaculaire à l'intention du public de langue française de la cour de ses patrons, il rassemble un énorme matériel qui lui permet de célébrer la gloire de la lignée qui s'étend de Rollon, ancêtre des Normands, à Henri II :

  • 17 Wace, op. cit., v. 185-6.

« Pur le onur al secunt Henri
Ki del lignage Roul nasqui17 ».

15La « Chronique Ascendante », un résumé en 315 vers placé à la fin de la deuxième partie de l'œuvre, retrace brièvement la carrière des ducs de Normandie d'Henri II à Rollon en remontant le temps, et contient dans ses premiers vers un éloge appuyé d'Henri II et d’Aliénor d'Aquitaine, qui a toutes les apparences d'une dédicace :

  • 18 Wace, Chronique Ascendante, in Roman de Rou, op. cit., v. 17-21.

« Du roi Henri voil faire ceste premiere page,
Qui prist Alianor, dame de haut parage,
Dex doinst a ambedeuls de bien faire courage !
Ne me font mie rendre a la court le musage,
De dons et de pramesses chascun d’euls m’asouage18 ».

16Wace, de son propre aveu, fut bien récompensé pour son travail. L'œuvre porte en effet l'une des très rares mentions de rétribution à la cour Plantagenêt, sous la forme d'une prébende (un canonicat à Bayeux) accordée par le roi en personne, ce qui permet de parler franchement de littérature de commande :

  • 19 Wace, op. cit., v. 171-176.

« Ne truis gaires ki rien me dunt
Fors li reis Henris li secunt ;
Cil me fist duner, Deus lui rende,
A Baieues une provende,
E meint autre dun me ad duné ;
De tut lui sace Deus bon gré !19 ».

17Cette commission officielle est l'objet d'un autre passage de l'œuvre :

  • 20 Ibid., v. 5313-5318.

« Par Deu aïe e par le rei
- altre fors Deu servir ne dei –
M'en fu donee, Deus li rende,
A Baieues une provende.
Del rei Henri Segont vos di,
Nevo Henri, pere Henri20 ».

  • 21 M. Bennet, « Poetry as History ? The ‘‘Roman de Rou’’ of Wace as a Source for the Norman Conquest  (...)

18La troisième partie, la plus riche (14 440 vers), démontre amplement ce qu'Henri II attendait d'un tel travail. Elle comporte en effet un parallèle très politique entre Guillaume le Conquérant d'un côté, Henri II Plantagenêt de l'autre21 : l'un et l'autre furent des héritiers fragiles ; tous deux eurent à se battre avec un « triste sire » — Guillaume d'Arques et Étienne de Blois — pour s'assurer leur héritage ; l'un et l'autre furent adoubés dans une période de grande difficulté pour leur parti, et tous deux obtinrent la victoire décisive à l'âge de vingt ans (1047 et 1153). Guillaume brisa définitivement ses opposants à Val-ès-Dunes, tandis qu'Henri renonça à la gloire des armes au profit de la « Paix des Barons ». En bref, Wace n'hésite pas ici à utiliser un poncif de l'historiographie de son époque : un homme est censé vivre avant tout selon les vertus héritées de son lignage. Henri II est un nouveau Guillaume, son règne est similaire en gloire à celui du grand ancêtre.

19L'intention politique du Roman de Rou est encore plus évidente si on s'attarde non plus aux deux rois d'Angleterre et ducs de Normandie, mais à leur baronnage. La volonté de célébrer les qualités des anciens Normands dans leurs descendants des années 1160 transparaît en plusieurs endroits. La troisième partie commence ainsi :

  • 22 Wace, op. cit., III, v. 1-6.

« Pur remembrer des ancesurs
Les feiz e les diz e les murs,
Les felunies des feluns
E les barnages des baruns,
Deit l’um les livres e les gestes
E les estoires lire a festes
Si escripture ne fust feite E
puis par clers litte e retraite,
Mult fussent choses ublïees
Ki de viez tens sunt trespassees22 ».

20De fait, de très nombreux membres du baronnage de Guillaume le Conquérant sont cités par Wace, permettant de forts parallèles avec l'époque de la rédaction de l'œuvre. Ainsi, dans l'évocation de la bataille d’Hastings apparaît Robert de Beaumont, le fidèle lieutenant du Conquérant :

  • 23 Wace, op. cit., III, v. 8331-8.

« Merveillos pries eu i ont, Ço pert as eirs qui riches sunt. Bien poet l'en saveir as plusors Que il orent boens anceisors, E furent bien de lor seignors, Qui lor donerent tels enors. De cest Robert en descendant Vint le lignage de Mellant23 ».

  • 24 Cf. supra, chapitre I, p. 40.
  • 25 D. Crouch, The Beaumont Twins, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.
  • 26 Wace, op. cit., III, v. 8 536.
  • 27 Cf. supra, introduction, p. 15.
  • 28 Wace, op. cit., III, v. 8 540.
  • 29 Ibid., v. 8467.
  • 30 Ibid., v. 8617.
  • 31 Ibid., v. 8419.
  • 32 Ibid., v. 8453.
  • 33 Ibid., v. 8457-8.
  • 34 M. Bennett, art. cit., p. 36.
  • 35 Sur cette reprise en mains, voir J. Blacker, « Wace’s Craft and His Audience : Historical Truth, B (...)

21Celui-là n'est autre que l'ancêtre de Robert de Beaumont, comte de Leicester, l'un des arbitres de la situation politique en Angleterre en 1153. Devenu, malgré son soutien indéfectible à Étienne de Blois, justicier en chef du royaume d'Angleterre (avec Richard de Lucé) après la prise de pouvoir d'Henri II, il fut même tenu pour un véritable vice-roi pendant les absences du maître, jusqu'à son décès en 1168. Son frère Galeran de Meulan, mentionné dans une dédicace de Geoffroy de Monmouth à l’Historia Regum Britanniae24, bien que moins chanceux après la signature du traité de Winchester, resta un des barons les plus influents de l'Angleterre des débuts d'Henri II. À eux deux, en tant que frères jumeaux issus de ce Robert de Beaumont duquel le destin fit le seul Normand à avoir combattu à Hastings et Tinchebray, ils symbolisent à l'époque de Wace les descendants de la génération de la Conquête25. La même signification peut être retenue pour la mention de bien d'autres noms dans le Roman de Rou. Ainsi, le « seigneur d'Orbec26 » n'est autre que Richard de Bienfaite, fondateur de la maison de Clare, dont les petits-fils, Richard FitzGilbert dit « Strongbow », l'un des conquérants de l'Irlande27, et Roger FitzRichard, sont des contemporains bien connus de Wace. Apparaît aussi Onfroy de Bohon28, représentant une dynastie de serviteurs royaux, dont le connétable d'Henri II. Puis vient le tour de Richard, vicomte d'Avranches29, le père d'Hugues, comte de Chester, dont le descendant au temps d'Henri II tient ensemble le comté de Chester et la vicomte de Baveux. On ne saurait oublier les Mortemer30, Aubemere31, Warenne32, et même « l’ancestre Hue le Bigot33 », l'ancêtre de celui qui, par son serment relatif aux derniers mots d'Henri Ier Beauclerc sur son lit de mort, avait fait pencher l'héritage du côté du comte de Boulogne, Etienne de Blois, aux dépens de l'impératrice Mathilde et de son fils. Ainsi, par l'évocation de cette galerie des ancêtres des seigneurs anglo-normands les plus en vue, Wace écrit non seulement la geste du Conquérant, mais aussi celle de ses barons, reliant les exploits de cette génération héroïque aux noms des vassaux les plus importants des commanditaires de l'œuvre. Il y a peut-être possibilité de voir dans le Roman de Rou un message politique non seulement pour le souverain angevin, mais aussi pour ses barons, qui grâce à Wace apparaissent comme les meilleurs soutiens de la monarchie, comme ceux qui ont rendu réalisable le rêve du Conquérant34 : à charge pour Henri II de leur en être reconnaissant. Ainsi s'expliquerait, selon M. Bennett, que le projet ait finalement été retiré à Wace : non seulement sa lenteur aurait eu le don de déplaire, mais l'éloge du rôle traditionnel du baronnage au moment même où Henri II eut les pires difficultés à mater son soulèvement (1173-74) ont pu déclencher l'ire royale. Benoît de Sainte-Maure prit le relais35, et fit preuve de davantage d'opportunisme.

L'Histoire des ducs de Normandie

22En changeant de main, le projet d'histoire générale des ducs de Normandie changea un peu de style, mais pas de dessein : Henri II et son gouvernement en sont les grands bénéficiaires. Certes, la tâche était rude, d'autant plus que Wace ne s'était pas privé de se lamenter de la façon dont il avait été remercié :

  • 36 Wace, op. cit., III, v. 11 419-11 430.

« Die en avant qui dire en deit
J'ai dit por Maistre Beneeit,
Qui cest’ovre a dire a emprise
Com li reis l'a desor lui mise ;
Quant li reis li a rové faire
Laissier la dei, si m'en dei taire.
Li reis jadis maint bien me fist,
Mult me dona, plus me pramist,
E se il tot doné m'eüst
Ço qu'il me pramist, mielz me fust ;
Nel poi aveir, ne plout al rei,
Mais n'est mie remès en mei36 ».

23L'amertume de Wace est nette : c'est sur l'intervention d'Henri II qu'il interrompt son travail. Le projet est jugé trop important, trop stratégique par le Plantagenêt pour subir encore des retards. Au passage, le congé donné au chanoine de Bayeux démontre que le souverain avait connaissance du plan et du contenu de son ouvrage, et qu'il en mesurait l'avancement. C'est donc avec un grand à propos que Benoît de Sainte-Maure releva le gant, de façon un peu différente de Wace, et, au total, plus efficace : la chronique fut menée jusqu'à l'année 1135. Cependant, au bout de quelque 43 000 vers, elle resta à nouveau inachevée, restreignant la portée du projet. Soumission, flatterie, obséquiosité : telles sont les caractéristiques des passages que Benoît consacre à son royal commanditaire. On est bien loin de la liberté de ton qui pouvait animer Wace, en particulier dans ces vers où Benoît exprime sa crainte de déplaire en évoquant la fin de la vie de Richard Ier :

  • 37 Benoît de Sainte-Maure, Chronique des ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 2 vol., Uppsala, 1951- 195 (...)

« De lui est l’estoire fenie
Ou merveilles aveit a dire,
Au translater e a l’escrire.
Or donge Dex par sa douçor
Qu'au pleisir seit de mun seignor,
Deu buen rei Henri, fiz Maheut,
Que si benigne cum s'il seuct
Seit a l'oïr e a l'entendre !
N'est pas de mes poors la mendre
Que de mesdire e de mesfaire
Chose qui ne li deie plaire,
Quer je sai bien, si m'est avis,
C’un moct sage homme e moct apris
Faut a poi dire assez sovent
Si qu'il en pert par jugement37 ».

24En poète courtisan habile, sûr de son métier, Benoît de Sainte-Maure a placé à plusieurs reprises, à la fin des chapitres importants, un éloge pompeux de son commanditaire. Ainsi, à la suite de l'évocation de la vie du duc de Normandie Richard II, on trouve encore explicitement mention dans la Chronique des ducs de Normandie de l'activité de gouvernement d'Henri II, sur le ton de l'éloge :

  • 38 Ibid., v. 32 056-32 067.

« Mais puis unt esté relevez
Cist e li peres, li premiers
Li buens Richarz, li justisiers,
Par le buen rei, cil qui fu fiz
Maheut, la buenne empereriz,
Par le buen rei Henri segunt,
Flors des princes de tot le munt
Cui faiz sunt digne de memoire,
A cui Dex dunt force e victoire,
Longe vie, prosperité,
Sanz ainsse e sanz aversité.
Saintisme e buenne seit sa fins38 ».

25Le procédé qui consiste, dans ces passages, à associer Henri II Plantagenêt au souvenir des ducs Richard Ier et Richard II n'est pas plus neutre que l'association à Guillaume le Conquérant ne l'était chez Wace : si, dans les faits, le maître de l'Angleterre et de la Normandie a bien honoré ses deux ancêtres comme le laisse entendre le vers 32 056, c'est sans doute parce que Richard Ier et Richard II avaient une aura de justice et de sainteté. La portée politique que le Plantagenêt pouvait escompter de leur remémoration et de la célébration de leur souvenir transparaît clairement. Benoît de Sainte-Maure exécute donc la commande royale dans un sens étroit, celui de la soumission au dessein royal. Plus encore que Wace, il travaille à l'utilisation, par un ouvrage en langue vulgaire, d'une réalité historique ancienne, mais qui détermine encore largement l'évolution de la société gouvernée par son maître. Cependant, ce souci ne s'arrête pas, dans la Chronique des ducs de Normandie, à ce qui ressortit de l'ascendance maternelle du roi : c'est sans doute sous l'influence d'Henri II que Benoît de Sainte-Maure glisse, dans les dernières pages de son œuvre, une généalogie de la maison d'Anjou qui est un pur panégyrique de la dynastie. Cela répond, par chroniqueur interposé, aux critiques et allégations d'une partie de la noblesse anglo-normande qui s'était élevée contre le remariage de l'impératrice Mathilde, veuve d'Henri V, avec Geoffroy Plantagenêt, en criant à la mésalliance. Henri II Plantagenêt, donneur d'ouvrage, peut compter sur son poète pour laver l'affront d'une naissance dénigrée.

  • 39 W. L. Warren, Henry II, Londres/Berkeley, University of California Press, 1973, p. 375-380.
  • 40 C'est un point souligné avec force par J.-G. Gouttebroze, « Henry II Plantagenêt, patron des histo (...)

26Le Roman de Brut, le Roman de Rou et la Chronique des ducs de Normandie ne sont donc pas de simples ouvrages de circonstance. En distribuant leur partition à ses historiens-poètes, Henri II légitime, par une orchestration du passé, le mode de gouvernement qu'il a choisi d'appliquer dans les territoires qui lui sont soumis des deux côtés de la Manche. La domination de l'aristocratie anglo-normande39 et, en son sein, de certaines familles éminentes, en sort grandie. L'écriture de l'histoire des Normands pour Henri II est donc aussi capitale dans l'administration de son empire que son œuvre législatrice ou fiscale : la rédaction du Roman de Rou est la continuation des Constitutions de Clarendon sous une autre forme40.

La chronique du présent

  • 41 A. Gransden, Historical Writing in England, c. 550-c. 1307, Londres, Routledge and Kegan Paul, t.I (...)

27Plus que tout autre souverain du xiie siècle, Henri II a fait l'objet de l'observation et du témoignage de nombreux écrivains et chroniqueurs, qui ont tous plus ou moins subi l'ascendant de sa puissante figure. Il serait vain d'essayer de distinguer en leur sein les séculiers d'un côté, les réguliers de l'autre, parce que certains clercs séculiers ont rédigé à la manière accoutumée des chroniqueurs monastiques, c'est-à-dire en privilégiant les attachements locaux (c'est le cas de Raoul de Diceto, doyen de Saint-Paul, qui s'intéresse avant tout au prestigieux établissement dont il dépend), tandis que certaines chroniques monastiques (ou se présentant comme telles) ont toutes les caractéristiques du travail d'un séculier : les Gesta Regis Henrici II Benedicti Abbatis, nommées d'après Benoît de Peterborough, abbé dudit monastère, ont toutes les chances d'appartenir à cette catégorie. Cependant, par-delà leurs différences, ces chroniques possèdent un certain nombre de points communs de la plus haute importance pour Henri II : particulièrement bien renseignées, elles constituent une historiographie savante qui laisse un riche témoignage à la postérité. Quel que soit leur objectif premier, elles s'attachent à un moment donné à la figure du roi, présentée en général sous un jour favorable, malgré des nuances importantes. Étalées sur les vingt dernières années du xiie siècle, soit une période relativement courte, elles accréditent l'idée d'un âge d'or de l'historiographie savante à la cour d'Angleterre, auquel l'action bénéfique du souverain ne serait naturellement pas étrangère41. Une distinction entre les véritables chroniques, les travaux historiques divers, et les œuvres à caractère partiellement historiographique (celles de Giraud de Barri et Gautier Map) s'avère nécessaire.

Les chroniques savantes

  • 42 Gesta Regis Henrici Secundi Benedicti Abbatis. The Chronicle of The Reigns of Henry II and Richard (...)
  • 43 Roger de Howden, Chronica, éd. et trad. anglaise H. T. Riley, The Annals of Roger de Hoveden : The (...)
  • 44 The Historical Works of Master Ralph de Diceto, éd. W. Stubbs, 2 vol., Londres, R. S., 1876.
  • 45 Chronique de Robert de Torigny, éd. L. Delisle, 2 vol., Rouen, Société de l'Histoire de Normandie, (...)
  • 46 The Historical Works of Gervase of Canterbury, éd. W. Stubbs, 2 vol., Londres, R S., 1879-1880.
  • 47 Guillaume de Newburgh, The History of William of Newburgh (1066-1194), éd. et trad. anglaise J. St (...)

28Les principales chroniques commencées sous le règne d'Henri ii ou peu après et traitant du temps présent sont celles du pseudo-Benoît de Peterborough42 (années 1169 à 1192), de Roger de Howden43 (de la mort de Bède le Vénérable à 1201), de Raoul de Diceto44 (de la Création à 1200), de Robert de Torigny45 (années 1154 à 1186), de Gervais de Canterbury46 (de 1135 au début du xiiie siècle), et de Guillaume de Newburgh47 (de la conquête normande à 1198). Encore marquées par la forme traditionnelle de la chronique, elles commencent à s'en émanciper pour écrire l'histoire du règne du maître de Westminster à plusieurs niveaux.

Le gouvernement d'Henri II

  • 48 Pour l'identification de Roger de Howden comme auteur des Gesta Regis Henrici, au lieu de Benoît, (...)

29Le principal intérêt des chroniques du pseudo-Benoît de Peterborough, de Roger de Howden et de Raoul de Diceto réside dans la description de l'administration de l'Angleterre (mais pas seulement) par Henri II. Elles présentent le même désir de rapporter les faits, mais attachent une importance nouvelle aux affaires administratives et constitutionnelles. Cette parenté dans la démarche n'est pas étonnante chez le pseudo-Benoît de Peterborough et chez Roger de Howden : la reconnaissance de l'identité du premier sous celle du second a été proposée il y a une cinquantaine d'années et n'a pas souffert de contestation véritablement convaincante depuis lors48. Nous maintiendrons cependant une distinction théorique pour la commodité de la présentation des œuvres.

  • 49 Wace, Roman de Brut, op. cit., v. 10 459-10 516.
  • 50 Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, Paris, Champion, CFMA, 1981, v. 6 605-6 623 ; J. (...)
  • 51 R. Bezzola, Les origines et la formation..., op. cit., p. 105-115 ; A. Gransden, Historical Writin (...)

30La relation des déplacements d'Henri II et de la cour témoigne abondamment de cette manière de faire. Parce qu'il occupait une place de choix dans les cercles du pouvoir, de toute évidence au sein de l'entourage royal proche, Roger de Howden, alias le pseudo-Benoît de Peterborough, a pu suivre la cour dans ses pérégrinations, être informé des évolutions politiques jusque dans leurs moindres méandres, et assister aux fastes de la monarchie, famille royale et hauts dignitaires mêlés. Cela se retrouve dans son écriture, qui utilise dans les descriptions des grandes solennités une technique de l’énumération qui n'est pas sans évoquer celle de Geoffroy de Monmouth ou de Wace à propos des cours solennelles du roi Arthur et de ses chevaliers. Ainsi, dans les Gesta Regis Henrici Secundi Benedicti Abbatis, la fresque de la cour royale tenue à Nantes, à Noël de l'an 1169, par Henri II et son fils Geoffroy avant d'aller recueillir en Bretagne la soumission des vassaux de ce dernier, ou celle de la cour solennelle de Pâques à Londres en 1177, ont quelque chose en commun avec les fastueuses scènes du couronnement d'Arthur dans le Brut de Wace49. Elles annoncent celles du mariage et du couronnement d’Erec à Nantes dans l’Erec et Enide de Chrétien de Troyes50. Avec la chronique qu'il a laissée sous sa véritable identité, Roger de Howden, plus encore que sous le masque du pseudo-Benoît, approche d'une chronique quasi-officielle du gouvernement central51. Reprenant partiellement les Gesta Regis Henrici Secundi Benedicti Abbatis, Roger fait un usage intensif des documents officiels et des textes législatifs, insérant dans son propos les Assisses d'Henri II, accompagnées du Tractatus de legibus... de Ranulf de Glanville et des « Laws of England ». Il copie un grand nombre d'actes in extenso, fournit les itinéraires royaux et les tenues des cours solennelles, indique les nominations aux évêchés et abbayes d'importance pour le roi. Cependant, loin d'être un simple historien de l'administration, Roger de Howden est aussi capable d'écrire comme un poète ou un romancier courtois de son époque. Jouant sur toute la gamme du pathos, il évoque de façon poignante les grands événements qui ont rythmé la marche de l'administration de l'« empire Plantagenêt » : la révolte de ses fils contre Henri II (1174), la mort d'Henri le Jeune Roi (1183), celle de Geoffroy de Bretagne (1186), la lutte à mort entre Richard Cœur de Lion, allié à Philippe Auguste, et son père, avec la fin tragique du roi vaincu et abandonné des siens dans l'église de Chinon (1187-1189). La fresque continue avec le règne de Richard Cœur de Lion et les efforts désespérés de la vieille Aliénor pour sauver ses deux fils de leur destinée. Avec Roger de Howden, la chronique touche à un ton vraiment personnel, lié à l'admiration que porte l'auteur au gouvernement d'Henri II. Son œuvre se clôt sur un constat de déclin de la monarchie angevine et sur un sentiment de tristesse devant la perte d'éclat politique et culturel du dernier fils Plantagenêt.

  • 52 R. Bezzola, op. cit., p. 104-105 ; A. Gransden, op. cit., p. 230-236.
  • 53 In The Historical Works of Master Ralph de Diceto, éd. W. Stubbs, 2 vol., Londres, R S., 1876.
  • 54 Ibid., table des chapitres des Abbreviationes Historiarum, vol. I, p. 3-4.
  • 55 Idid., vol. I, p. 30.
  • 56 Ibid., vol. I, p. 10.
  • 57 Ibid., vol. I, p. 11-15.

31Raoul de Diceto, tout aussi bien informé des affaires du gouvernement d'Henri II, n'écrit pas de façon aussi personnelle52. Cependant, sa distance envers la cour et son souci d'objectivité lui confèrent une largeur de vue que n'ont pas les autres chroniqueurs. Doyen de Saint-Paul, Raoul de Diceto fait lui aussi preuve d'une grande connaissance de l'administration royale, facilitée moins par des missions au service du roi que par le lieu de sa résidence : Londres. Disposant d'un accès aux archives royales, il comptait parmi ses amis quelques-unes des plus importantes personnalités publiques de son temps. Introduit dans l'entourage d'Henri II grâce à l'appui de Gilbert Foliot, évêque de Londres, il joua un rôle dans l'entreprise d'absolution et d’innocentement de Thomas Becket menée par l'influent prélat. Après la mort de Foliot (1187), Raoul fut en relation avec des hommes comme Hubert Gautier, archevêque de Cantorbéry, justicier d'Angleterre de 1193 à 1198, Guillaume Longchamp, évêque d’Ely, chancelier de 1189 à 1197, et Guillaume de Coutances, archevêque de Rouen, en charge du Grand Sceau de 1173 à 1189 et justicier en 1191. Ses Imagines Historiarum, faisant suite aux Abbreviationes Historiarum53 (un abrégé de chronique universelle depuis la Création jusqu'à 1148), couvrent la période allant de 1148 à l'époque contemporaine de la rédaction, soit la fin des années 1180 jusqu'aux environs de 1200. Livrant une exposition classique des grandes réformes du règne, elles insistent sur l'importance des changements opérés en 1179 dans l'organisation du système judiciaire avec la création des trois justiciers en chef d'Angleterre. L'histoire des rapports de l'État et de l'Église n'est pas oubliée, et, l'affaire Thomas Becket mise de côté, Raoul de Diceto loue la politique d'Henri II consistant à placer aux évêchés des clercs séculiers plutôt que des réguliers. Plus généralement, il livre des informations substantielles sur l'administration des domaines continentaux de l'« empire angevin », démontrant un intérêt particulier pour les affaires d'Anjou et d'Aquitaine. Ses amitiés au plus haut niveau ont pu enrichir sa connaissance de la partie continentale de l'« empire Plantagenêt », ainsi que ses déplacements. La fréquentation des Gesta consulum Andegavorum a aussi joué en ce sens. Outre ses deux ouvrages majeurs, Raoul de Diceto révèle en effet dans de nombreux opuscules une fine connaissance de la généalogie des Plantagenêts. C'est ce qui lui permet d'en donner une collection d'extraits, arrangés pour donner un aperçu en continu de l'essor de la maison angevine : les Abbreviationes Historiarum passent ainsi d'un chapitre « De duci bus Normannorum » à un autre intitulé « De comitis Andegavorum », avant de donner une généalogie des rois d'Angleterre (« De regibus Anglorum et ducibus Normannorum ») rappelée et étendue dans un chapitre supplémentaire (« De regibus Anglorum et ducibus Normannorum et comitis Andegavorum »)54. L'absence d'esprit critique dans l'usage de ce genre de sources n'a pas peu contribué à l'appréciation positive qu'il donne de l'œuvre du maître de l'Angleterre. De la même façon, Raoul a emprunté sans réserves aux autorités de l'histoire britannique : Bède le Vénérable pour le chapitre « Insula Brytanniae » au début des Abbreviationes Historiarum55, Henry de Huntingdon pour le chapitre « Origines Hyberniae et Scottiae » du même ouvrage56, et enfin un mélange de Nennius, de Henry de Huntingdon, de Bède et de Geoffroy de Monmouth pour deux chapitres supplémentaires intitulés « Commendatio Britanniae » et « De Mirabiliis Britanniae »57. L’Historia Regum Britanniae et les Prophetiae Merlini ont été ici prises à la lettre — ce qui a amené Raoul à considérer certains événements comme l'accomplissement de cette littérature prophétique, en dehors de tout examen approfondi.

  • 58 A. Gransden, Historical Writing in England, op. cit., p. 253-261.
  • 59 In The Historical Works of Gervase of Canterbury, éd. W. Stubbs, 2 vol., Londres, R. S., 1879-1880
  • 60 Ibid.
  • 61 Ce résumé est repris de celui qu'avait effectué Henry de Huntingdon pour son propre ouvrage. Cf. s (...)
  • 62 R. Bezzola, Les origines et la formation..., op. cit., p. 139-141 ; A. Gransden, op. cit., p. 261- (...)

32La même remarque vaut, avec des nuances importantes, pour les chroniques de Robert de Torigny d'une part, de Gervais de Canterbury d'autre part58. Certes, la concentration du travail de Gervais sur les intérêts et les affaires de son établissement monastique (Christ Church de Cantorbéry) l'a empêché de rendre compte du gouvernement royal autrement que par le prisme des conséquences locales. C'est ainsi que sa Chronique59, commencée vers 1188, ne se montre pas particulièrement favorable au roi au regard de sa politique envers l'Église. Mais cet attachement aux intérêts locaux permet en même temps à Gervais d'être très détaché pour tout ce qui touche aux affaires non-ecclésiastiques du royaume, et très objectif sur les matières administratives et civiles qu'il lui arrive d'aborder : le meilleur exemple en est son évocation de l'Enquête des Shériffs de 1170. D'autre part, comme Raoul de Diceto, Gervais de Canterbury colporte sans aucun examen la version bien établie du passé national vu par Geoffroy de Monmouth dans l’Historia Regum Britanniae : les Gesta Regum60, qu'il produit en résumant et en élargissant sa Chronique, suggèrent que si les anciens monuments de l'île de Bretagne subsistaient encore, ils prouveraient la véracité de l’Historia. Tout aussi favorable à la teneur de l’Historia se révèle la Chronique de Robert de Torigny, qui comporte même en prologue un résumé de l'ouvrage de Geoffroy de Monmouth61. Mais le reste de la chronique de l'abbé du Mont-Saint-Michel sert la renommée d'Henri II de façon bien différente de l'œuvre de Gervais. Robert, en effet, était un historiographe bien plus ambitieux que son homologue de Christ Church et ne limita en aucun cas son propos à son établissement monastique62. L'abbaye du Bec, où il fut tout d'abord moine, puis prieur, lui avait permis de se familiariser avec l'historiographie normande et ses grands noms, comme Guillaume de Jumièges. Au Mont-Saint-Michel, dont il devint abbé en 1154, il put donner jusqu'à sa mort (1186) toute la suite désirée à sa chronique, commencée en 1150. Très versé dans l'histoire politique et diplomatique, Robert laisse un panégyrique très détaillé de l'action du roi, qu'expliquent d'une part la tradition historiographique normande, d'autre part le lien personnel d'Henri II au Mont-Saint-Michel : en tant que bienfaiteur de la prestigieuse abbaye, où il se rendit en personne à plusieurs reprises (1158 et 1166), le souverain angevin était en excellents termes avec ses moines, ce que ne pouvait minorer le chroniqueur normand. De plus, des liens très forts ont rapproché de la cour d'Henri II l'abbaye du Bec, traditionnellement favorisée par les ducs de Normandie — comme l'abbaye de Marmoutier l'était par les comtes d'Anjou. Comme, de surcroît, une amitié complice unissait les deux hommes (qui se connaissaient depuis 1147 et une visite du jeune Plantagenêt au Bec), au point qu'en 1161 Henri II pria Robert de tenir sa fille Aliénor sur les fonts baptismaux, il est aisément compréhensible que Robert exalte le gouvernement de son royal protecteur.

  • 63 R. Bezzola, op. cit., p. 119-126 ; A. Gransden, op. cit., p. 263-268.
  • 64 Cf. supra, chapitre I, p. 31.

33La seule chronique retraçant le règne d'Henri II sans subir son influence à quelque degré que ce soit, alors que son auteur fut le contemporain du roi, est celle de Guillaume de Newburgh63. Rédigée de 1196 à 1198 à l'intention d’Ernald, abbé cistercien de Rievaulx, l’Historia Rerum Anglicarum, tout en faisant la part belle au souverain angevin, est très différente des autres chroniques du règne. D'abord, elle est la marque d'un esprit profondément critique, le seul à mettre en doute le travail de Geoffroy de Monmouth : résolument méthodique, Guillaume de Newburgh compare l’Historia Regum Britanniae à l’Historia ecclesiastica de Bède et conclut à l'invraisemblance de l'existence du roi Arthur, qui ne figure pas dans l'œuvre du moine de Jarrow64. De la même façon, il fait remarquer que les conquêtes d'Arthur dans l’Historia Regum Britanniae sont forcément des affabulations, parce qu'elles lui attribuent plus de royaumes qu'il n'en existait à l'époque. La propagande Plantagenêt se trouve donc sur ce point affaiblie. Mais cela n'empêche pas Guillaume de Newburgh de la colporter par ailleurs. En relatant que les Bretons d’Armorique continuaient en 1187 à croire au retour d'Arthur et exigèrent d'Henri II, avec succès, qu'il donnât à l'enfant posthume de Geoffroy de Bretagne le nom d'Arthur, il se fait le relais, au-delà du règne d'Henri II, de la reconnaissance publique que ce baptême fit valoir pour les droits de la dynastie anglo-normande à se rattacher aux premiers rois de Bretagne. La même lucidité l'amène à pondérer ses jugements sur les autres aspects du gouvernement d'Henri II. Concernant les massacres de Juifs dans le royaume, il montre que le souverain en fut très irrité par esprit de justice et que ses officiers ne purent s'y opposer. Au sujet de la conquête de l'Irlande, il souligne que les soulèvements furent vite réprimés, mais que le roi sut se montrer magnanime. Guillaume de Newburgh travaillait beaucoup de seconde main et ne dut jamais fréquenter la cour royale où s'était faite l'histoire qu'il racontait. Ce chanoine augustin représente cependant de façon typique la place que prend la chronique monastique dans l'histoire dynastique. Le règne d'Henri II en sort grandi, bien que la personne du roi ne soit pas forcément traitée de la même manière que son action.

La personne d'Henri II

  • 65 P. Aube, Thomas Becket, Paris, Fayard, 1988. Voir aussi R. Foreville (éd.), Thomas Becket. Actes d (...)
  • 66 Robert de Torigny, Chronique, op. cit., vol. 2, p. 51.
  • 67 Guillaume de Newburgh, The History of William of Newburgh (1066-1194), op. cit., p. 479.
  • 68 Gervais de Canterbury, Opera Omnia, op. cit., vol. 1, p. 319.
  • 69 Voir la mention de sa généreuse rétribution d'un aumônier dans les Gesta Regis Henrici Secundi Ben (...)
  • 70 Guillaume de Newburgh, The History of William of Newburgh (1066-1194), op. cit., p. 551.

34L'insertion de ces chroniques dans un ensemble favorable à la cause d'Henri II passe aussi par l'adhésion des chroniqueurs à sa personne, à quelques réserves près. L'épisode de sa violente querelle avec Thomas Becket et sa conclusion tragique65 ouvrent naturellement l'éventail des appréciations. Ainsi Robert de Torigny, sans états d'âme, escamote complètement le sujet, préférant s'attarder avec emphase sur la pénitence publique du roi à Avranches (1172) : Henri II est même comparé au Christ rachetant les péchés de l'humanité66. Guillaume de Newburgh, lui, avec son impartialité coutumière, blâme l'obstination de l'ancien chancelier devenu archevêque-primat d'Angleterre, tout en reconnaissant qu'elle était la preuve d'un zèle louable. Henri II se trouve ainsi remis à sa place, celle d'un roi défendant ses prérogatives contre les empiètements d'un haut dignitaire séculier qui est allé trop loin, notamment en matière d'excommunications67. Gervais de Canterbury ne voit pas les choses de la même façon : non seulement Henri II est responsable du meurtre de son prélat, mais en plus il ne soutient pas les moines de Christ Church dans leur tentative d'asseoir leur droit à choisir un archevêque (1184)68. Les chroniqueurs séculiers de l'entourage royal sont beaucoup moins tranchés dans leur jugement. Raoul de Diceto, qui a pris part à la querelle en choisissant le camp de l’évêque Gilbert Foliot (et donc de Thomas Becket) contre le roi, ne peut pas l'exonérer de sa culpabilité. Mais cela lui pose un problème, qu'il résout en soulignant le profond chagrin du roi devant la nouvelle du meurtre, l'importance de sa pénitence et la force du pardon accordé par la grâce divine, dont la capture providentielle du roi d'Ecosse (1174) est une preuve éclatante. Roger de Howden, sous son nom ou sous celui du pseudo-Benoît de Peterborough, est encore plus indulgent avec son protecteur : en fidèle partisan, il expose et justifie la conduite royale d'autant plus facilement qu'il a le recul suffisant pour écrire et pour voir que l'archevêque-martyr n'avait pas que des partisans dans l'Église d'Angleterre, en dépit de sa canonisation rapide. D'une façon générale, les Gesta Regis Henrici Secundi Benedicti Abbatis et la Chronica louent la bonté du roi, sa générosité69, sa magnanimité envers ses fils et sa position d'arbitre en Occident. Les liens d'amitié jouent également en sa faveur chez Robert de Torigny. Guillaume de Newburgh, indépendant du milieu de cour, réserve quelques critiques, au sein d'un éloge tempéré, sur l'amour immodéré du roi pour les femmes, sur ses relations avec Aliénor et son abandon dès qu'elle se montra désobéissante, ainsi que sur sa passion dévorante pour la chasse, qui pouvait l'amener à punir d'exil un braconnier70. Cela n'enlève rien à la note plutôt flatteuse attribuée à Henri II par les chroniqueurs de son règne.

Henri II et quelques autres travaux historiques

35Dans le remarquable foisonnement historiographique que connurent les domaines Plantagenêts à la fin du xiie siècle, les clercs ne publièrent pas que des histoires et des chroniques. Dans la diversité des opuscules, s’étendant des écrits cisterciens jusqu'au dithyrambe en passant par le poème épique à valeur historique, se lit une autre écriture du temps présent, et plus particulièrement du règne d'Henri II, qui fait un ensemble avec la chronique savante. Celle-ci a souvent pris l'allure d'une littérature officielle. Les autres types d'écrits traduisent aussi leur appartenance à la littérature courtisane, pouvant aller jusqu'à une grande liberté de ton vis-à-vis du monarque.

Une littérature cistercienne

  • 71 R. Bezzola, Les origines et la formation, op. cit., p. 143-144.
  • 72 Migne, Pat. Lat., t. CVC, col. 711 et suiv.
  • 73 Ibid., col. 738. Voir The Life of Saint Edward, King and Confessor, éd. et trad. Fr. J. Bertram, S (...)
  • 74 Relatio... de Standardo, éd. R. Howlett, in Chronicles of the Reigns of Stephen, Henry II and Rich (...)

36Ainsi, Aelred, abbé cistercien de Rievaulx, ne dédie-t-il pas moins de trois ouvrages au souverain angevin, soulignant d'autant le rayonnement de la cour royale71. Déjà, avant l'avènement de 1154, il avait offert au jeune Henri une Généalogie des rois des Anglais72, dans laquelle il faisait remonter son ascendance jusqu'à Adam. Lors des cérémonies pour le transfert des cendres d’Édouard le Confesseur à l'occasion de sa canonisation, il dédia au roi une Vita Sancti Eduardi73 (1164) commandée par l'abbé de Westminster, qui faisait du saint roi anglo-saxon l'ancêtre du bénéficiaire par sa mère. C'était là une fantastique occasion de servir la propagande Plantagenêt, manifeste dans cette opération de canonisation : parce qu’Édouard devenait le premier roi anglo-saxon élevé sur les autels par Rome, Henri II pouvait escompter des retombées politiques importantes dans l'île. Le passage consacré par Aelred au rêve prophétique d'Edouard le Confesseur, entrevoyant le jour béni où Normands et Anglo-Saxons seraient réconciliés, était à lui seul d'une portée capitale pour la légitimation de la prise de pouvoir d'Henri II. Les liens d’Aelred avec la cour apparaissent plus nettement encore dans sa Relatio... de Standardo74, un opuscule datant des environs de 1155. Le sujet en est la bataille de l'Étendard, livrée en 1138 par les barons du Nord contre David d’Écosse et ses vassaux, en l'absence d’Étienne de Blois. Essentiellement rédigé pour la célébration du baronnage anglo-normand et de la lutte contre les Écossais, cet ouvrage venait à point nommé renforcer les prétentions du jeune roi face à des voisins qui avaient profité des troubles de la guerre civile pour s'avancer dans le Nord de l'Angleterre.

Le poème épique

  • 75 R Bezzola, Les origines et la formation..., op. cit., p. 198-207 ; A. Gransden, Historical Writing (...)

37On retrouve ce thème de prédilection à la cour d'Henri II dans la Chronique de la guerre entre les Anglois et les Ecossois de Jordan Fantosme75.

38Cet ouvrage, qui porte bien mal son nom en raison de son aspect poétique - qui le rattache bien plus à la chanson de geste - semble avoir été rédigé à l'intention d'Henri II vers 1174-75, peut-être à l'instigation de Richard d’Ilchester, évêque de Winchester. Tout à fait favorable à la politique du roi, il ne se contente pas de relater la guerre de ses vassaux contre les invasions écossaises de 1173-74. Tout le début du texte est consacré à la révolte d'Henri le Jeune Roi et de quelques puissants barons, qui retint Henri II loin de l'Angleterre pendant quelque temps, affaiblissant la défense du royaume face aux Écossais. Particulièrement bien informé des événements qu'il relate et dont il a pu parfois être le témoin oculaire, Jordan emploie son talent, sur le ton des chansons de geste, à mettre en scène Henri II tout en s’adressant à lui, ce qui assure à son poème un effet surprenant, notamment dans ces vers où est exposée l'origine de la révolte, d'une cuisante actualité pour le souverain angevin :

  • 76 Il s'agit du couronnement d'Henri le Jeune Roi, intervenu en 1173, qui ne répondit pas à l'impatie (...)
  • 77 Jordan Fantosme, Chronique de la guerre entre les Anglois et les Ecossois, éd. et trad. R. C. John (...)

« Après icest curunement76, e après ceste baillie,
Surportastes à votre fiz auques de seignurie,
Tolistes lui ses volentés ; n'en pot aver baillie :
La crut guerre senz amur, Dames-Deus la maldie !
Reis de terre senz honur ne set bien que faire :
Ne sout li juefnes curunez, li gentilz debonaire.
Quant ne pot ses volentés acumplir pur sun paire,
Pensout en sun curage qu'il li fereit cuntraire :
Turnad s'en tut à celée, passad un gué de Loire,
De si qu'il vint à Saint-Denis ne volt mangier ne beire,
Cunstad al rei de France trestut le suen afaire.
Mandent celui de Flandres, felipe depuignaire,
E Maheu de Buluine, qu'il venist od sun fraire,
Grant fut cele asemblée : une ne veïstes maire,
Li reis Lowis de France si fud a Saint-Denis,
E tint un grant cuncile de tuz ses bons amis.
Del viel rei d’Engleterre esteit issi pensis,
A poi de duel n’esrage li gentil rei Lowis
Quant li cuens de Flandres en ad drescié sun vis77 ».

  • 78 C'est ce que confirme D. B. Tyson, qui voit dans ce texte une oeuvre « useful to the king, as prop (...)

39Le reste du poème ne fait pas d'Henri II le héros du récit, puisque ce sont Henri le Jeune Roi, Guillaume d’Écosse et son fils David qui en sont les principaux protagonistes. Mais, malgré une tendance à soutenir le fils rebelle, Jordan Fantosme ne manque aucune occasion de faire allégeance au roi. Ainsi, les premiers vers du prologue louent ce dernier (« Del mieldre curuné qui unkes fust en vie », v. 2, « Gentil rei d’Engleterre a la char tres hardie », v. 5) tandis que les vers suivants le morigènent sur le ton du reproche amical. De la même façon, l'auteur donne au milieu de l'œuvre des conseils au roi, notamment de ne pas délaisser les Londoniens fidèles qui n'ont pas adhéré à la cause d'Henri le Jeune Roi (« Gentil rei d’Engleterre, kar pernez a penser/Cum vus devez Lundres e les baruns amer », v. 912-913). L'ensemble ne se départit donc pas d'une certaine bienveillance de l'auteur envers son souverain78 et se rapproche de la manière de faire des meilleurs clercs courtisans. Mieux même : dans une chute typique de la chanson de geste, Jordan Fantosme conclut que si Henri II a triomphé, il le doit à la grâce divine, intervenue devant la sincérité de sa pénitence après le meurtre de Thomas Becket. La Chronique de la guerre entre les Anglois et les Ecossois participe donc de l'extraordinaire retournement des retombées du martyre en faveur du Plantagenêt et de sa dynastie, préparé par l'entourage ecclésiastique du roi, qui aboutit à transformer l'ancien chancelier devenu archevêque de Cantorbéry en saint protecteur de la monarchie anglaise. Dans la production littéraire à la cour anglo-normande, cette œuvre unique est du plus haut intérêt et cultive la gloire du maître des États angevins de façon raffinée.

Le panégyrique

  • 79 Étienne de Rouen, Draco Normannicus, éd. R. Howlett, in Chronicles of the Reigns of Stephen, Henry (...)
  • 80 R. Bezzola, Les origines et la formation..., op. cit., p. 126-139.
  • 81 Étienne de Rouen, Draco Normannicus, op. cit., v. 969-1 160.
  • 82 Op. cit., v. 1 191 suiv.
  • 83 Op. cit., v. 1 251 suiv.

40Avec le Draco Normannicus, la poésie à la cour d'Henri II se fait dithyrambe79. Rédigé par Étienne de Rouen80 (un autre moine de l'abbaye du Bec) à l'occasion du décès de l'impératrice Mathilde (1167), ce curieux poème comporte un long passage consacré à une correspondance imaginaire entre Henri II et le roi Arthur, qui constitue probablement le meilleur exemple de captation du mythe arthurien par la cour Plantagenêt à des fins politiques. Après un premier livre portant essentiellement sur la mort de l'impératrice Mathilde et l'évocation des hauts faits de ses proches (son père, Henri Ier Beauclerc, son premier mari, Henri V, son second mari, Geoffroy Plantagenêt, et son fils, Henri II), une première longue parenthèse s'ouvre sur l'histoire des ducs de Normandie. Le second livre, principalement consacré à Henri II, aborde sa lutte contre Louis VII après une nouvelle digression sur les origines de la monarchie française. C'est dans l'évocation de la guerre entre les deux rois rivaux que le poème s'arrête sur la correspondance adressée à Henri II par le roi Arthur, à la demande des barons de Bretagne soulevés. Après avoir résumé à grands traits ses hauts faits81, Arthur, dans cette lettre imaginaire, révèle son immortalité dans le séjour d’Avallon, le royaume des Antipodes, où il règne désormais, mais menace Henri II de revenir en Bretagne si les Bretons sont encore inquiétés82. Le souverain angevin, ne prenant pas l'avertissement à la légère, décide de répondre en personne : respectueux d'Arthur, dont il reconnaît les exploits, il rappelle toutefois ses droits historiques sur la Bretagne, concédée naguère à Rollon par Charles le Simple. Il accepte donc d'en remettre la conquête à plus tard, non pas sur la base de la légitimité de l'action de ses barons révoltés, mais par respect pour Arthur, dont il veut bien reconnaître tenir la Bretagne comme fief arthurien83. Le ton condescendant de cette lettre et l'attitude amusée dans laquelle est dépeint Henri II lorsqu'il reçoit la mise en garde d'Arthur, ajoutés au fait que le Draco Normannicus est tout de même dédié à la personne du souverain, en disent beaucoup sur le crédit dans lequel était tenue l’Historia Regum Britanniae par Étienne de Rouen. Mais l'important est que cette prise de distance avec la véracité de l'œuvre de Geoffroy de Monmouth et de ses successeurs ne soit pas générale, et que la cour Plantagenêt puisse continuer à promouvoir le mythe arthurien. La complaisance attribuée par Étienne de Rouen à Henri II face au roi Arthur est très révélatrice de l'intérêt bien compris du fils de l'impératrice Mathilde : exploiter la légende arthurienne sans l'interroger. Partant d'un dithyrambe pour la défunte fille d'Henri Ier Beauclerc, Étienne de Rouen parvient à un panégyrique d'Henri II Plantagenêt, le seul mortel à pouvoir traiter à égalité avec le grand roi Arthur.

Une historiographie moins officielle

  • 84 Pour l'un comme pour l'autre, la bibliographie est imposante. On retiendra pour une première appro (...)

41Le renforcement monarchique par la production littéraire à la cour d'Henri II provient par ailleurs d’œuvres qui ne sont pas historiographiques dans leur projet et leur écriture, mais qui livrent par endroits des éléments d'historiographie. Deux écrivains, qui étaient amis dans la vie, sont à l'origine des œuvres de ce type : Giraud de Barri et Gautier Map84. Leur apport se situe à deux niveaux.

Les clerici regis

42Giraud de Barri et Gautier Map sont probablement les meilleurs représentants possibles de ces ecclésiastiques qui sont devenus des familiares du roi, des sortes de hauts fonctionnaires (si l'on ose avancer l'anachronisme) de la cour anglo-angevine, et en même temps des curiales, des courtisans — quoiqu'ils ne se soient pas privés d'en flétrir le milieu. La cour Plantagenêt, à l'époque d'Henri II et de ses fils, présentait en raison de l'immensité des possessions anglo-angevines et de la complexité de leur administration, des opportunités de carrière considérables pour quiconque était talentueux dans le domaine intellectuel. Giraud de Barri et Gautier Map ont su exploiter le système et se faire apprécier du roi, d'où leur attachement à sa personne et leur contribution à son rayonnement.

  • 85 Contes pour les gens de cour, éd. et trad. A. K. Bate, Turnhout, Brépols, 1993, introduction, p. 6 (...)
  • 86 R. Bezzola, op. cit., p. 47.
  • 87 Gautier Map, De Nugis Curialium, V, 6, éd. M. R. James, Oxford, Clarendon, 1914.

43Beaucoup de points communs relient l'entrée des deux hommes au service du maître de l'Angleterre. Issus des régions des marches de l'Ouest - d'origine mi-normande mi-galloise pour Giraud, et, contrairement à une légende tenace, mi-normande mi-anglaise pour Gautier85 —, ils appartiennent à des familles qui se sont distinguées par leur ralliement à Henri II : l'oncle de Giraud, David FitzGerald, évêque de Saint David’s (1148-1176), et les deux autres fils FitzGerald qui participèrent à la conquête de l'Irlande, eux aussi frères de sa mère, sont des prototypes de ces milieux de moyenne noblesse du Pays de Galles qu'Henri II favorisa86. La famille des Geraldine fut une des plus influentes en Irlande tout au long de cette époque. Les parents de Gautier Map, de leur côté, choisirent la cause d'Henri II contre celle d'Etienne de Blois pendant la guerre civile87. Tous deux firent d'excellentes et longues études à Paris, avant de regagner la mère-patrie comme archidiacre de Brecknock d'un côté (Giraud), comme collaborateur de l’évêque de Londres Gilbert Foliot de l'autre (Gautier). Le prélat confia probablement son protégé à Henri II pour quelques missions dès la fin des années 1160, avant que le roi ne le fasse entrer définitivement à son service. On retrouve Gautier Map successivement justicier itinérant dans le comté de Gloucester (1173), ambassadeur auprès d'Alexandre III à Rome, où il prit part à la dispute contre les meneurs des Vaudois lors du Concile de Latran (1179), en déplacement avec Henri II à Limoges et Saumur quand Henri le Jeune Roi mourut à Martel (1183), et enfin à nouveau justicier royal à partir de 1185- La disparition d'Henri II, à laquelle il n'assista pas, sonna le glas de son ascension, puisque Richard Cœur de Lion ne le retint pas dans sa chancellerie. Devenu archidiacre d'Oxford en 1196, il s'éteignit en 1210 sans avoir pu accéder à l’évêché de Saint David’s qu'il convoitait. Son opuscule satirique, le De Nugis Curialium, composé de fragments écrits entre 1181 et 1193 est le fruit de plus de vingt années passées à la cour des Plantagenêts. Pendant ce temps, Giraud de Barri, intégré à la cour royale comme chapelain (1184), fut envoyé en Irlande comme secrétaire auprès de Jean sans Terre lors de la prise de possession de l'île nouvellement conquise (1185). Demeurant sur place après le départ du prince royal, il termina sa Topographia Hibernica (1187) dédiée à Henri II. Le roi en fut tellement content qu'il lui demanda de rédiger l'histoire de la conquête de l'Irlande par les Anglo-Normands. Ainsi commença la genèse de l’Expugnatio Hibernica, revue plus tard et dédicacée à Jean sans Terre. Envoyé peu après en mission diplomatique au Pays de Galles, il fut de retour auprès de son maître en France en 1189, et l'assista dans les négociations avec Richard Cœur de Lion. Il fut probablement un témoin oculaire des derniers instants d'Henri II à Chinon. Passé au service de Richard Cœur de Lion, qui le missionna au Pays de Galles, il se retira du service de la cour pour s’établir à Lincoln et s'occuper exclusivement de ses activités littéraires. Déçu par trois tentatives avortées à l'accession à l’évêché de Saint David’s (1176, 1192 et 1214), il se retira de la vie publique et mourut entre 1220 et 1223.

  • 88 Gautier Map, op. cit., I, 1.
  • 89 Ibid., IV, 2.
  • 90 Ibid., I, 2 et I, 11.
  • 91 Ibid., V, 6.
  • 92 Ibid.
  • 93 Ibid.
  • 94 Ibid.
  • 95 Ibid
  • 96 Ibid., IV, 2.

44La contribution de ces deux clerici regis à la gloire de leur maître passe avant tout par une adhésion à sa personne, qui est très nettement distinguée de son milieu de cour sous la plume des deux auteurs. Gautier Map, en satiriste féroce, n'a pas de mots assez cruels pour décrire cette cour Plantagenêt en perpétuel mouvement et en perpétuel déplacement88. Reprenant le topos antique de la cour comme ferment de tous les vices, regorgeant d'obstacles qui empêchent l'écrivain de se tourner vers les choses de l'esprit89, il la compare tantôt à l'enfer, tantôt à la cour du roi Herla90, faisant ainsi ressortir qu'elle est fondamentalement un lieu de supplice, de méchanceté, un tourbillon périlleux, générateur de haine et de colère. La responsabilité du roi dans un tel maelström d'ambitions dévorantes et de passions déchaînées est totalement écartée. Au contraire, Henri II est trompé, il n'est pas conscient des excès commis à sa cour par des gens que souvent il ne connaît même pas. Jusque dans sa domesticité, dont Gautier Map donne un tableau extrêmement vivant, les jalousies et les malversations sont les plus répandues. Pourtant, aux yeux du satiriste, Henri II est un roi généreux, libéral, instruit, sage, tempérant, et, par-dessus tout, juste91. C'est probablement le De Nugis Curialium qui insiste le plus sur la mise en place par Henri II d'une justice qui fonctionnait. À sa cour, ceux qui cherchaient leur droit, ou voulaient faire appliquer la loi, pouvaient obtenir gain de cause quel que fût leur niveau de fortune92. À cela, Gautier Map ajoute l'excellence de l'administration de l'Échiquier, qu'il place au- dessus de tout soupçon93. Cependant, le satiriste n'oublie pas les points faibles du gouvernement de son maître : derrière le dos du prince, l'argent était la source de bien des passe-droits94. Au surplus, le souverain avait une fâcheuse tendance à ne jamais trancher dans le vif, à rendre ses décisions de justice en se hâtant lentement : reproche bien excusable pour un clerc qui n'a pas le même sens politique que le prince qu'il décrit95. Au total, c'est tout de même l'admiration qui l'emporte, source d'une profonde tristesse lors de la disparition d'Henri II Plantagenêt96.

  • 97 Giraud de Barri, The Journey Through Wales and the Description of Wales, éd. et trad. L. Thorpe, H (...)
  • 98 Giraud de Barri, The History and Topography of Ireland, éd. et trad. J.-J. O’Meara, Harmondsworth, (...)
  • 99 Giraud de Barri, Topographia Hibernica, op. cit., III, 48.
  • 100 Giraud de Barri, Expugnatio Hibernica, The Conquest of Ireland, éd. et trad. anglaise A. B. Scott (...)
  • 101 Richard aimait évoquer la légende d'une certaine comtesse d'Anjou, d'origine inconnue, qu'un ancêt (...)

45Giraud de Barri partage jusqu'à un certain point cet avis. Marquées par le dépit et le ressentiment contre une famille qui n'a pas su reconnaître sa vraie valeur, ses dernières œuvres, (l’Itinerarium Kambriae, la Descriptio Kambriae et le De Principis Instructione97), toutes écrites après la mort d'Henri II Plantagenêt, en détériorent sensiblement le souvenir. Pourtant, avant de dénoncer les « Normannici tyranni », le clerc d'origine galloise a livré un tableau plutôt flatteur d'Henri II et de ses fils dans la Topographia Hibernica98. À l'admiration pour la monarchie angevine, Giraud ajoute, dans cet ouvrage, un éloge d'Henri II et de sa politique de conquête de l'Irlande. Grâce au roi, l'île inconnue et sauvage allait passer à la postérité et quitter la barbarie pour la civilisation. Nouvel Alexandre de l'Occident, Henri II était digne de recevoir un livre — la Topographia Hibernica — pour que ses hauts faits et ceux de ses fils restent impérissables. Cette conquête de l'Irlande est une juste récompense du ciel pour un souverain modéré dans la victoire, constant dans la vertu, preuve d'une éducation de qualité qui lui aurait permis, grâce à ses talents, d'égaler les grands philosophes et les grands auteurs fréquentés dans sa jeunesse s'il n'avait pas eu à s'absorber dans la politique. Favorisé de tout temps par la bonté divine, ce monarque, le plus puissant d'Occident avec l'empereur, ne saurait être éclipsé dans sa gloire99 : cultivé, dynamique, aussi fin politique que possible, tout à la fois intriguant et fantasque, il méritait bien le surnom que lui avaient trouvé les défenseurs de Thomas Becket : Protée. l’Expugnatio Hibernica ne fait que nuancer, sans rien retirer, un tableau déjà bien complet : pieux, courtois, éloquent et cultivé, grand diplomate et parangon de justice, Henri est un modèle de prince, sur lequel Richard Cœur de Lion devrait prendre exemple100. A l'exception de quelques anecdotes, Henri II disparaît ensuite des œuvres de Giraud. C'est seulement après le retrait de la vie publique, avec la parution du De Principis Instructione, que le maître de Westminster fait son retour sous la plume de celui qu'il a remarqué trente ans plus tôt : l'appréciation a bien changé, mais n'efface pas les écrits antérieurs d'un Giraud qui a toujours été hanté par les Plantagenêts. Que la dynastie angevine lui paraisse maintenant démoniaque101 — et il se plaît à rapporter le bon mot que Richard Cœur de Lion répétait souvent sur les origines mélusiniennes de ses ancêtres - prouve simplement qu'elle ne lui a jamais été indifférente, en bien ou en mal.

Ethnographie et idéologie

  • 102 Giraud de Barri, The History and Topography of Ireland, éd. et trad. J. J. O’Meara, op. cit., p. 3 (...)
  • 103 Descriptio Kambriae (The Description of Wales), II, 7, éd. et trad. L. Thorpe, op. cit., p. 265.
  • 104 Itinerarium Kambriae (The Journey through Wales), I, 5, op. cit., p. 114-115.
  • 105 The History and Topography of Ireland, II, 51, op. cit., p. 69.
  • 106 Descriptio Kambriae (The Description of Wales), I, 7, op. cit., p. 232 : « The name Wales does not (...)
  • 107 Itinerarium Kambriae (The Journey through Wales), I, 5, op. cit., p. 117-118.
  • 108 De Principis Instructione, I, 20, in Opera, op. cit., vol. 8, p. 126-129.
  • 109 Nous reviendrons en détail sur l'invention de la tombe du roi Arthur à Glastonbury au chapitre VI.

46Au-delà de la louange du prince, l'apport des deux courtisans à l'idéologie Plantagenêt est très inégal. Le rôle de Giraud de Barri dans la constitution d'une sensibilité de la cour anglo-normande à la matière de Bretagne est remarquable. Dans la lettre-préface à Henri II qui ouvre la Topographia Hibernica, il expose clairement la portée de cet ouvrage : célébrer les merveilles de l'Occident, au même titre que celles d'Orient102. Pour cela, Geoffroy de Monmouth et l'Historia Regum Britanniae sont largement mis à contribution. Les quatre traités topographiques du secrétaire de Jean sans Terre en Irlande sont incomparables par la valeur du témoignage qu'ils laissent sur l’étroitesse des liens entre l'Angleterre anglo-normande et ses marges celtiques, ainsi que sur l'intérêt suscité par la matière de Bretagne à la cour des élites ecclésiastiques et laïques anglo-normandes. La soumission du Pays de Galles et de l'Irlande par Henri II a eu pour effet d'ouvrir les milieux culturels dominants, à savoir les milieux anglo-normands, à l'influence du monde celtique sans cesse croissante. Déjà, par le passé, la traduction du Voyage de saint Brendan par Benedeit (vers 1120), l’Historia Regum Britanniae, les Prophetiae Merlini et la Vita Merlini, ainsi que les œuvres de Wace avaient été rédigées pour la noblesse anglo-normande et la cour. Giraud de Barri exploite cette tradition et l'enrichit de nouveaux motifs puisés à la source de ces terres étranges et merveilleuses. La légende d'Arthur revient fort logiquement sous sa plume : ainsi, il expose comment les Gallois, sous leur roi Owein Gwynedd (1137-69), s'en réclamaient pour légitimer leurs velléités d'indépendance par rapport à la cour de Westminster103. Reprenant à son compte l'essentiel de l’Historia Regum Britanniae concernant les origines troyennes du peuple britannique, il lui emprunte aussi la description de la prestigieuse cité de Caerlion, dont le système de chauffage par hypocauste était toujours visible à son époque104. Il ne met à aucun moment en doute l'attribution par Geoffroy à Merlin de la construction de Stonehenge, tombeau des géants d'Irlande105. Giraud reste cependant sceptique sur un certain nombre de points, comme l’étymologie fantaisiste attribuée par Geoffroy au nom de Galles106. Son attitude est encore plus ambiguë lorsqu'il relate l'expérience du Gallois Melerius, un contemporain, qui avait la faculté de voir des esprits et des démons invisibles aux autres : quand il était assailli, il suffisait qu'on place l'Évangile de saint Jean sur sa poitrine, et les démons disparaissaient ; mais que l'on remplaçât l'Évangile par l’Historia Regum Britanniae, et les créatures du Malin réapparaissaient pour s'installer sur le livre et ne plus s'en aller107. Il faut bien sûr faire la part de la raillerie dans ces lignes, et considérer que Giraud ne retenait de la tradition arthurienne que ce qui était antérieur à Geoffroy. Cela ne l'empêche pas d'être un grand artisan de la renommée du roi Arthur et de l'intérêt que lui portent les Plantagenêts, notamment dans la description que fait le De Principis Instructione108 de la « découverte » du tombeau d'Arthur en 1191109.

  • 110 Pierre de Blois, Epistola XIV, in Opera omnia, éd. A. Giles, 4 vol., Oxford (Patres Ecclesiae Angl (...)
  • 111 Gervais de Tilbury, Otia imperialia, II, 12, éd. G. Leibnitz in Scriptores Rerum Brunsvicensium, I (...)
  • 112 J.-Cl. Schmitt, « Note technique : religion populaire et culture folklorique », Annales ESC, 31 (1 (...)

47En comparaison, Gautier Map ne présente pas la même contribution. La matière de Bretagne ne le retient pas, et si l'on trouve mention d'un roi des Bretons dans le De Nugis Curialium, il ne s'agit pas d'Arthur, mais du roi Herla, dont Pierre de Blois avait déjà rapproché la cour de celle d'Henri II Plantagenêt dans une lettre datant d'avant 1175110. Ce thème était appelé à une belle fortune littéraire, puisqu'on le retrouve chez Gervais de Tilbury, qui écrivit vers 1210 ses Otia imperialia111 pour le jeune Othon de Brunswick, fils d'Henri le Lion, duc de Saxe, et petit-fils d'Henri II Plantagenêt. La chasse sauvage de la noire Mesnie Hellequin se confond alors avec la puissante chasse du roi Arthur, dont retentissent les forêts anglaises. C'est peut-être ainsi qu'on discerne le mieux ce qui relie aussi Gautier Map à l'idéologie Plantagenêt : par l'élément miraculeux, par ses histoires de fées et de fantômes, de rencontres de chevaliers et de nymphes, qu'il tire pour la plupart du fonds légendaire des contrées galloises, il participe d'un puissant mouvement d'intérêt de la cour d'Henri II pour la « culture folklorique » (Jean-Claude Schmitt112), préparant le terrain pour le développement de la littérature arthurienne par d'autres auteurs.

48Avec Giraud de Barri et Gautier Map, nous sommes en présence de littérateurs professionnels, d'écrivains de cour, comme le sont également Wace ou Benoît de Sainte-Maure. Ces hommes sont très représentatifs de l’éclosion à la cour d'Henri II de la « Renaissance du xiie siècle », d'une manière que la cour capétienne de l'époque n'a pas connue. La cour Plantagenêt s'est en effet trouvée au carrefour des traditions historiographiques continentales et insulaires, qu'elle a su faire fructifier. Les chroniques d'origines monastiques et séculières s'y sont mêlées pendant toute la durée du règne d'Henri II. La personne du roi y a été exaltée grâce à la valorisation de ses ancêtres paternels et maternels, selon le principe que « bon sang ne saurait mentir ». La cour Plantagenêt a donc bénéficié d'une mise en perspective du règne de son maître par le biais de l'écriture du passé. Les préoccupations du présent y ont été ramenées à la valorisation du passé, en langue vulgaire de préférence. Pour cela, les meilleurs écrivains, notamment des écoles françaises comme Benoît de Sainte-Maure, ont été accueillis et encouragés par Henri II et son entourage, sans que sa protection et sa bienveillance traduisent le souci d'élaborer un programme de propagande politique très précis. C'est pourquoi les écrivains de l'entourage du souverain n'ont pas travaillé à la commande, sauf exception. Cependant, à leur manière, ils ont servi leur roi en témoignant pour son règne et en favorisant sa tentative de captation du passé historico-légendaire britannique. Mais la cour anglo-normande, en raison du très grand nombre d'hommes de lettres qu'elle a drainés, résonne d'autres échos littéraires, qui ont enrichi sa production idéologique par d'autres genres que l'historiographie.

Notes

1 A. Gransden, « Propaganda in English Medieval Historiography », Journal of Medieval History, 1 (1975), p. 363-382.

2 Voir les nombreux exemples de B. Guenée dans Politique et histoire au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981.

3 Wace, Roman de Rou, éd. A. J. Holden, 3 vol., Paris, SATF, 1970-1973. Le projet initial se prolongeait probablement jusqu'au règne d'Henri II, mais s'interrompit brutalement à la bataille de Tinchebray et au début du règne d'Henri Ier Beauclerc.

4 Benoît de Sainte-Maure, Chronique des ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 2 vol., Uppsala, 1951-1954.

5 Ed. L. Halphen et R. Poupardin dans Chroniques des comtes d'Anjou, Paris, Picard, 1913.

6 Chroniques des comtes d'Anjou, op. cit., introduction, p. XXVII-LXV.

7 Op. cit., p. vii-viii : « Domino Henrico, regi Anglorum, duci Normannorum, comiti Andegavorum, Turonorum et Cenomannorum, principi Aquitanorum, duci Guasconum et Arvernorum, duci etiam Britonum, frater [Johannis] Majoris Monasterii... ».

8 On a déjà vu l'usage de ce bon mot par Jean de Salisbury, supra, Introduction, p. 9. Ce serait dans un recueil de miracles provenant de Saint-Martin de Tours que Breton aurait recueilli cette légende, cf. Chroniques des comtes d'Anjou, op. cit., introduction, p. XXXVIII, et citation, p. 140 : « Noveritis, domine, quia rex illiteratus est asinus coronatus ».

9 Chroniques des comtes d'Anjou, op. cit., p. 10.

10 Ibid. Traduction Amaury Chauou : « Celui-ci (Arthur) fit de larges dons et fut libéral envers les églises. Il distribua ses comtés de cette manière : il donna la Flandre à Oudin son porte-enseigne, la Neustrie à Béduer son échanson, l'Anjou et la Touraine à Cheudon son sénéchal, et il céda le Poitou et le Berry à Goufier son porte- épée. Cheudon, comte d'Angers, construisit une place-forte en Touraine, qu'il appela Cheudon selon son nom, qu'on appelle maintenant Chinon après son passage dans la langue des Francs. Lui- même accorda Amboise à un certain cousin germain nommé Billeius, qui prit pour épouse Fausta, petite-fille d’Avicien, née de sa fille dénommée Placide. Ce dernier fit don à sa femme du village nommé Bléié et le constitua en douaire pour elle. Goufier et Cheudon, qui s'appréciaient beaucoup, se retrouvèrent pour la chasse dans les forêts aux confins du Berry et de la Touraine au village de Clion ; lesquels cédèrent ce bois, appelé jusqu'à aujourd'hui Chédon selon son nom, à Billeius, seigneur d’Amboise, avec la terre jusqu'à la rivière appelée Indre ».

11 Historia Gaufridi ducis, in Chroniques des comtes d'Anjou, op. cit., p. 172-231.

12 Henry de Huntingdon, Historia Anglorum : The History of the English People, éd. et trad. anglaise D. Greenway, Oxford, Clarendon, Oxford Medieval Texts, 1997.

13 Chroniques des comtes d'Anjou, op. cit., p. 178-180. Voir commentaire de J. Flori, L'essor de la chevalerie, xie-xiiesiècle, Genève, Droz, 1986, p. 305-308.

14 W. F. Schirmer et U. Broich, Studien zum literarischen Patronat im England des 12 Jahrhunderts, Cologne, 1962, p. 69-70.

15 R. Bezzola, Les origines et la formation de la littérature courtoise en Occident, 3e partie, t. 1, La cour d'Angleterre comme centre littéraire sous les rois angevins (1154-1199), Paris, Champion, 1963, p. 153.

16 Wace, Le Roman de Rou, édition A. J. Holden, vol. 3, Paris, SATF, 1970-1973, Préface, p. 10.

17 Wace, op. cit., v. 185-6.

18 Wace, Chronique Ascendante, in Roman de Rou, op. cit., v. 17-21.

19 Wace, op. cit., v. 171-176.

20 Ibid., v. 5313-5318.

21 M. Bennet, « Poetry as History ? The ‘‘Roman de Rou’’ of Wace as a Source for the Norman Conquest », in Proceedings of the Battle Abbey Conference. Anglo-Norman Studies, 5 (1982), p. 32-33.

22 Wace, op. cit., III, v. 1-6.

23 Wace, op. cit., III, v. 8331-8.

24 Cf. supra, chapitre I, p. 40.

25 D. Crouch, The Beaumont Twins, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.

26 Wace, op. cit., III, v. 8 536.

27 Cf. supra, introduction, p. 15.

28 Wace, op. cit., III, v. 8 540.

29 Ibid., v. 8467.

30 Ibid., v. 8617.

31 Ibid., v. 8419.

32 Ibid., v. 8453.

33 Ibid., v. 8457-8.

34 M. Bennett, art. cit., p. 36.

35 Sur cette reprise en mains, voir J. Blacker, « Wace’s Craft and His Audience : Historical Truth, Bias, and Patronage in the Roman de Rou », Kentucky Romance Quaterly, 31 (1984), p. 355-362, et, du même auteur, « "La geste est grande, longue et grieve a translater" : History For Henry II », Kentucky Romance Quaterly, 37 (1990), p. 387-396.

36 Wace, op. cit., III, v. 11 419-11 430.

37 Benoît de Sainte-Maure, Chronique des ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 2 vol., Uppsala, 1951- 1954, v. 28 708-28 722.

38 Ibid., v. 32 056-32 067.

39 W. L. Warren, Henry II, Londres/Berkeley, University of California Press, 1973, p. 375-380.

40 C'est un point souligné avec force par J.-G. Gouttebroze, « Henry II Plantagenêt, patron des historiographes anglo-normands de langue d'oïl », in La littérature angevine médiévale, Actes du colloque d'Angers, 1980, Maulévrier, 1981, p. 91-105, qui va jusqu'à considérer que l'historiographie en langue d'oïl est le moyen de propagande par excellence du Plantagenêt, bien plus que l'historiographie en langue latine.

41 A. Gransden, Historical Writing in England, c. 550-c. 1307, Londres, Routledge and Kegan Paul, t.I, 1974, p. 219.

42 Gesta Regis Henrici Secundi Benedicti Abbatis. The Chronicle of The Reigns of Henry II and Richard I, A. D. 1169-1192, known commonly under the name of Benedict of Peterborough, éd. W. Stubbs, 2 vol., Londres, R. S., 1867.

43 Roger de Howden, Chronica, éd. et trad. anglaise H. T. Riley, The Annals of Roger de Hoveden : The History of England and of Other Countries of Europe, vol. 1 part. 1, 732-1154, vol. 1 pan. 2, 1154- 1180, vol. 2 part. 1, 1181-1192, et vol. 2 part. 2, 1192-1201, Felinfach, Llanerch, 1994-1997.

44 The Historical Works of Master Ralph de Diceto, éd. W. Stubbs, 2 vol., Londres, R. S., 1876.

45 Chronique de Robert de Torigny, éd. L. Delisle, 2 vol., Rouen, Société de l'Histoire de Normandie, 1872-1873.

46 The Historical Works of Gervase of Canterbury, éd. W. Stubbs, 2 vol., Londres, R S., 1879-1880.

47 Guillaume de Newburgh, The History of William of Newburgh (1066-1194), éd. et trad. anglaise J. Stevenson, Felinfach, Llanerch, 1996.

48 Pour l'identification de Roger de Howden comme auteur des Gesta Regis Henrici, au lieu de Benoît, abbé de Peterborough, voir D. M. Stenton, « Roger of Howden and Benedict », English Historical Review, 68 (1943), p. 574-582. Voir aussi D. Corner, « The Gesta Regis Henrici Secundi and Chronica of Roger, parson of Howden », Bulletin of the Institute of Historical Research, 66 (1983), p. 126-44, qui relève notamment l'usage important de la Pharsalia et de l’Historia post Bedam également de Roger.

49 Wace, Roman de Brut, op. cit., v. 10 459-10 516.

50 Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, Paris, Champion, CFMA, 1981, v. 6 605-6 623 ; J. Frappier, Chrétien de Troyes, Paris, Hatier, Connaissances des Lettres, 1968, p. 93.

51 R. Bezzola, Les origines et la formation..., op. cit., p. 105-115 ; A. Gransden, Historical Writing in England, op. cit., p. 228-230.

52 R. Bezzola, op. cit., p. 104-105 ; A. Gransden, op. cit., p. 230-236.

53 In The Historical Works of Master Ralph de Diceto, éd. W. Stubbs, 2 vol., Londres, R S., 1876.

54 Ibid., table des chapitres des Abbreviationes Historiarum, vol. I, p. 3-4.

55 Idid., vol. I, p. 30.

56 Ibid., vol. I, p. 10.

57 Ibid., vol. I, p. 11-15.

58 A. Gransden, Historical Writing in England, op. cit., p. 253-261.

59 In The Historical Works of Gervase of Canterbury, éd. W. Stubbs, 2 vol., Londres, R. S., 1879-1880.

60 Ibid.

61 Ce résumé est repris de celui qu'avait effectué Henry de Huntingdon pour son propre ouvrage. Cf. supra, chapitre I, p. 34.

62 R. Bezzola, Les origines et la formation..., op. cit., p. 139-141 ; A. Gransden, op. cit., p. 261-263.

63 R. Bezzola, op. cit., p. 119-126 ; A. Gransden, op. cit., p. 263-268.

64 Cf. supra, chapitre I, p. 31.

65 P. Aube, Thomas Becket, Paris, Fayard, 1988. Voir aussi R. Foreville (éd.), Thomas Becket. Actes du Colloque international de Sédières, 1973, Paris, Beauchesne, 1975, et, du même auteur, Thomas Becket dans la tradition historique et hagiographique, Londres, Variorum Reprints, 1981.

66 Robert de Torigny, Chronique, op. cit., vol. 2, p. 51.

67 Guillaume de Newburgh, The History of William of Newburgh (1066-1194), op. cit., p. 479.

68 Gervais de Canterbury, Opera Omnia, op. cit., vol. 1, p. 319.

69 Voir la mention de sa généreuse rétribution d'un aumônier dans les Gesta Regis Henrici Secundi Benedicti Abbatis, op. cit., vol. 1, p. 169.

70 Guillaume de Newburgh, The History of William of Newburgh (1066-1194), op. cit., p. 551.

71 R. Bezzola, Les origines et la formation, op. cit., p. 143-144.

72 Migne, Pat. Lat., t. CVC, col. 711 et suiv.

73 Ibid., col. 738. Voir The Life of Saint Edward, King and Confessor, éd. et trad. Fr. J. Bertram, Saint Austin Press, 1999.

74 Relatio... de Standardo, éd. R. Howlett, in Chronicles of the Reigns of Stephen, Henry II and Richard I, vol. III, Londres, Rolls Series, t. 82, 1886, p. 181 et suiv. Voir aussi Historical Works, éd. et trad. anglaise J. Patricia et M. Dutton, Cistercian Publication Inc. (Cistercian Fathers Series, n° 56, 2000.

75 R Bezzola, Les origines et la formation..., op. cit., p. 198-207 ; A. Gransden, Historical Writing in England, op. cit., p. 236-238.

76 Il s'agit du couronnement d'Henri le Jeune Roi, intervenu en 1173, qui ne répondit pas à l'impatience du prince puisqu’Henri II ne lui accorda aucun territoire des domaines Plantagenêts : c'est la cause profonde du soulèvement du fils contre son père.

77 Jordan Fantosme, Chronique de la guerre entre les Anglois et les Ecossois, éd. et trad. R. C. Johnston, Oxford, Clarendon, 1981, v. 17-36.

78 C'est ce que confirme D. B. Tyson, qui voit dans ce texte une oeuvre « useful to the king, as propaganda », cf. « Patronage of French Vernacular History Writers in the Twelfth and Thirteenth Centuries », Romania, 100 (1979), p. 200.

79 Étienne de Rouen, Draco Normannicus, éd. R. Howlett, in Chronicles of the Reigns of Stephen, Henry II and Richard I, op. cit., t. 2, p. 584-762.

80 R. Bezzola, Les origines et la formation..., op. cit., p. 126-139.

81 Étienne de Rouen, Draco Normannicus, op. cit., v. 969-1 160.

82 Op. cit., v. 1 191 suiv.

83 Op. cit., v. 1 251 suiv.

84 Pour l'un comme pour l'autre, la bibliographie est imposante. On retiendra pour une première approche : R. Bezzola, Les origines et la formation..., op. cit., 3e partie, t. 1, p. 47-104 ; A. Gransden, Historical Writing in England, op. cit., t. 1, p. 242-246 ; E. Türk, Nugae Curialium. Le règne d'Henri II Plantagenêt (1154-1189) et l'éthique politique, Genève, Droz, 1977, p. 95-124 et p. 158- 177. Sur Giraud de Barri seul : R. Bartlett, Gerald of Wales, 1146-1223, Oxford, Clarendon, 1982 ; M. Richter, Giraldus Cambrensis : The Growth of the Welsh Nation, Aberystwyth, National Library of Wales, 1976 ; sur Gautier Map seul : Contes pour Us gens de cour, éd. et trad. A. K. Bate, introduction, Turnhout, Brépols, 1993.

85 Contes pour les gens de cour, éd. et trad. A. K. Bate, Turnhout, Brépols, 1993, introduction, p. 6-8.

86 R. Bezzola, op. cit., p. 47.

87 Gautier Map, De Nugis Curialium, V, 6, éd. M. R. James, Oxford, Clarendon, 1914.

88 Gautier Map, op. cit., I, 1.

89 Ibid., IV, 2.

90 Ibid., I, 2 et I, 11.

91 Ibid., V, 6.

92 Ibid.

93 Ibid.

94 Ibid.

95 Ibid

96 Ibid., IV, 2.

97 Giraud de Barri, The Journey Through Wales and the Description of Wales, éd. et trad. L. Thorpe, Harmondsworth, Penguin, 1978 ; On the Instruction of Princes, éd. et trad. J. Stevenson, Felinfach, JMF Books, 1991.

98 Giraud de Barri, The History and Topography of Ireland, éd. et trad. J.-J. O’Meara, Harmondsworth, Penguin, 1982. Trad. française J.-M. Boivin, L'Irlande au Moyen Âge : Giraud de Barri et la Topographia Hibernica (1188), Paris, Champion, 1993.

99 Giraud de Barri, Topographia Hibernica, op. cit., III, 48.

100 Giraud de Barri, Expugnatio Hibernica, The Conquest of Ireland, éd. et trad. anglaise A. B. Scott et F. X. Martin, Dublin, Royal Irish Academy, 1978, II, 21-22.

101 Richard aimait évoquer la légende d'une certaine comtesse d'Anjou, d'origine inconnue, qu'un ancêtre d'Henri II avait épousée uniquement pour la plastique de son corps et qui quittait toujours l'église après la lecture de l'Évangile pour se rendre dans un endroit secret. Un beau jour, le comte la fit retenir par quatre chevaliers, mais elle laissa tomber son manteau et s'enfuit par la fenêtre avec deux enfants à elle. Selon Richard, puisqu’ainsi les Plantagenêts descendaient tous du diable, c'était au diable qu'ils retourneraient. Cf. le De Principis Instructione (On the Instruction of Princes) éd. et trad. J. Stevenson, op. cit., p. 98.

102 Giraud de Barri, The History and Topography of Ireland, éd. et trad. J. J. O’Meara, op. cit., p. 31 : « Just as the countries of the East are remarkable and distinguished for certain prodigies pecular and native to themselves, so the boundaries of the West also are made remarkable by their own wonders of nature ». (Traduction Amaury Chauou : « De la même façon que les contrées orientales s'imposent par certains attributs qui leur sont propres et innés et surpassent tout en sujets d’étonnement, les latitudes occidentales sont remarquables par les miracles de la nature »).

103 Descriptio Kambriae (The Description of Wales), II, 7, éd. et trad. L. Thorpe, op. cit., p. 265.

104 Itinerarium Kambriae (The Journey through Wales), I, 5, op. cit., p. 114-115.

105 The History and Topography of Ireland, II, 51, op. cit., p. 69.

106 Descriptio Kambriae (The Description of Wales), I, 7, op. cit., p. 232 : « The name Wales does not come from that of a leader called Walo, or from a queen called Gwendolen, as we are wrongly told in Geoffrey of Monmouth’s fabulous History... ». (Traduction Amaury Chauou : « Galles ne provient pas du chef Galon, ni de la reine Guendoline, comme le dit mensongèrement l'histoire fabuleuse de Geoffroy Arthur... »).

107 Itinerarium Kambriae (The Journey through Wales), I, 5, op. cit., p. 117-118.

108 De Principis Instructione, I, 20, in Opera, op. cit., vol. 8, p. 126-129.

109 Nous reviendrons en détail sur l'invention de la tombe du roi Arthur à Glastonbury au chapitre VI.

110 Pierre de Blois, Epistola XIV, in Opera omnia, éd. A. Giles, 4 vol., Oxford (Patres Ecclesiae Anglicanae), 1847.

111 Gervais de Tilbury, Otia imperialia, II, 12, éd. G. Leibnitz in Scriptores Rerum Brunsvicensium, I, 1707, p. 881-1 004. Trad. partielle A. Duchesne (Le Livre des Merveilles : divertissement pour un empereur, troisième partie), Paris, Les Belles Lettres, coll. La Roue à Livres, 1992. Sur le roi Herla et la Mesnie Hellequin dans la littérature médiévale, cf. J.-Cl. Schmitt, Les revenants, Paris, Gallimard, 1994.

112 J.-Cl. Schmitt, « Note technique : religion populaire et culture folklorique », Annales ESC, 31 (1976/2), p. 941-953.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540