Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idéologie Plantagenêt

 | 
Amaury Chauou

Chapitre I. Le passé historique : le roi Arthur à la cour d'Henri II

Texte intégral

  • 1 Gautier Map, De Nugis Curialium, éd. M. R. James, Oxford, Clarendon, 1914, p. 237.
  • 2 R. Bezzola, Les origines et la formation de la littérature courtoise en Occident, 3e partie, t. I,(...)
  • 3 Ch. Haskins, « Henry II as a Patron of Literature », in Essays in Medieval History presented to T. (...)

1Si Henri ii Plantagenêt devenu roi d'Angleterre eut un faible pour le personnage historico-légendaire du roi Arthur, nul doute que l'importance de la tradition historiographique arthurienne outre-Manche n'en soit largement l'explication. Henri ii, prince lettré, était parfaitement capable d'en apprécier toutes les possibles implications politiques. Esprit cultivé, parlant, selon le témoignage de Gautier Map, toutes les langues depuis l'Atlantique jusqu'au Jourdain, dont bien sûr les deux langues de culture, le latin et le français1, il avait reçu une éducation soignée2. Son père, Geoffroy Plantagenêt, lui-même réputé pour son instruction (il passait pour mener ses opérations militaires le traité de Végèce à la main), l'avait confié très jeune aux bons soins de maître Pierre de Saintes, un grammairien de l'époque. Séjournant ensuite à Bristol, à la cour de son oncle Robert, le très lettré comte de Gloucester, bâtard du défunt Henri Ier Beauclerc et principal soutien de l'impératrice Mathilde pendant la guerre civile, il fut l'élève d'un certain maître Mathieu, qui lui enseigna les lettres et les bonnes manières. C'est donc un jeune homme doté d'un solide bagage intellectuel et culturel qui devient duc de Normandie à 19 ans, puis roi d'Angleterre à 21 ans. À ses atouts intellectuels, il ajouta très jeune un intérêt affiché pour le patronage littéraire, puisqu’Osbert de Clare lui dédia, dès 1153 et la signature de la paix avec Etienne de Blois, une pièce rythmée louant en lui le pacificateur du royaume et le protecteur des écrivains, à l'instar d'un Mécène pour Horace ou d'un Auguste pour Virgile3. Dans ces conditions, Henri II ne pouvait ignorer la richesse des travaux historiques produits dans l'entourage de la cour d'Angleterre depuis le début du xiie siècle, notamment à propos d'une figure tirée du passé britannique : le roi Arthur.

Un personnage du passé insulaire

  • 4 Guillaume de Malmesbury, The History of the English Kings, vol. 1, éd. R. A. B. Mynors révis. R. M (...)
  • 5 Henry de Huntingdon, Historia Anglorum : The History of the English People, éd. et trad. anglaise (...)
  • 6 Geoffroy de Monmouth, Historia Regum Britanniae, éd. et trad. anglaise N. Wright, 5 vol., Cambridg (...)

2Que ce soit sous la plume de Guillaume de Malmesbury4, d'Henry de Huntingdon5 ou de Geoffroy de Monmouth6, les œuvres à caractère historique datant du règne d'Henri Ier Beauclerc (1100-1135) ont plusieurs points communs. D'abord, elles s'adressent toutes au public des élites anglo-normandes, aux nouveaux maîtres de l'Angleterre, qu'il s'agit d'intéresser à un passé historique qui n'est pas le leur. Ensuite, elles façonnent une image très forte du roi Arthur qui, jusque-là, n'était pas une référence de premier plan dans l'historiographie insulaire. C'est le tour de force de Geoffroy de Monmouth, notamment, d'avoir fait d'Arthur un souverain prestigieux, à la renommée duquel l'aristocratie laïque anglo-normande adhère peu à peu, au point de s'approprier cette figure des siècles de la domination bretonne selon une démarche qui ne peut que rencontrer les préoccupations politiques d'Henri II. Bien que Geoffroy n'ait pas vraiment voulu faire œuvre historique, et que ses intentions aient été avant tout fictionnelles, il a puissamment contribué, par le quiproquo de départ sur lequel repose l’Historia Regum Britanniae, à donner de l'épaisseur historique au passé insulaire. Cela passe par la constitution progressive du personnage historique du roi Arthur grâce à un amalgame de traditions historiographiques et de significations politiques suffisamment amples pour en faire une référence admise de tous. Cette élaboration revêt deux aspects principaux.

Le « dux bellorum »

3De son passé tumultueux, qui fit succéder les Pictes, les Scots, les Angles et les Saxons aux Bretons romanisés, en attendant les envahisseurs danois aux viiie et ixe siècles, la Grande-Bretagne a gardé le souvenir de combats et de chefs de guerre dont les exploits ont donné lieu sous la plume des ecclésiastiques à des récits où les faits historiques servent d'illustration à la thèse de la décadence irrémédiable de la grandeur bretonne. Mythe et histoire étant intimement mêlés dans la chronique de ces siècles de violence, la figure d'un grand chef de guerre émerge peu à peu, dont la saga, aussi légendaire qu'historique, recoupe vraisemblablement les biographies de plusieurs personnages distincts. C'est par empilement que se constitue progressivement le personnage du roi Arthur. Son épaisseur repose d'abord sur ses faits militaires.

Des références anciennes

  • 7 Gildas, De Excidio et Conquestu Britanniae, éd. et trad. M. Winterbottom sous le titre The Ruin of (...)

4La première grande tradition historiographique relative au roi Arthur au xiie siècle, c'est celle du prestigieux chef de guerre défendant son peuple contre l'agression saxonne après la disparition de l'Empire romain. Cette tradition repose sur des références incontournables pour Guillaume de Malmesbury comme pour Henry de Huntingdon ou Geoffroy de Monmouth. La plus ancienne est le De Excidio et Conquestu Britanniae de Gildas7, sans doute composé vers 550, soit moins d'un siècle après les faits présumés. Œuvre polémique émanant d'un moine breton sans concession pour le siècle, cette violente diatribe réorganise les faits historiques selon une ligne directrice visant à démontrer que la Grande-Bretagne et son peuple sont tombés sous les coups des Saxons en raison d'un châtiment divin destiné à les punir de la décadence morale et spirituelle. Sans jamais nommer Arthur, Gildas fait certes état des combats et des victoires d'un chef de guerre breton (Ambrosius Aurelianus, dans lequel la critique moderne a voulu reconnaître Arthur) contre les Saxons païens, mais selamente aussi de l'inévitable déclin d'un peuple que les appels des ecclésiastiques à la repentance ne touchent pas.

  • 8 Bède le Vénérable, Bede’s Ecclesiastical History of the English People, vol. 1, éd. B. Colgrave et (...)

5Dans un ton un peu différent, l’Historia Ecclesiastica de Bède le Vénérable fut rédigée au milieu du viiie siècle (vers 731)8. Réécrivant, à partir de Gildas et des autres sources manuscrites, l'histoire britannique dans le but de démontrer son rôle exemplaire dans le combat que mène l'Église universelle contre le Démon, Bède revient sur la lutte entre les Bretons et les Saxons, déniant aux premiers toute responsabilité dans la conversion des seconds au christianisme. Ce faisant, il reprend à son compte le récit de Gildas sur l'effort de guerre des Bretons contre les Saxons, colportant ainsi pour les siècles ultérieurs le souvenir de cette époque mouvementée.

  • 9 Le pseudo-Nennius, Historia Brittonum, éd. E. Faral, in La légende arthurienne. Études et document (...)
  • 10 Historia Brittonum, chap. 56, in Nennius, éd. et trad. anglaise J. Morris (British History and the (...)
  • 11 Th. Charles-Edwards, « The Arthur of History », in R. Bromwich (éd.), The Arthur of the Welsh, Car (...)

6De peu postérieure au monumental ouvrage du moine de Jarrow, l’Historia Brittonum, composée en 829-830 et attribuée à un certain Nennius9, est aujourd'hui considérée comme anonyme. Son importance pour les historiographes du xiie siècle est déterminante : c'est elle en effet qui, pour la première fois, fait apparaître le personnage d'Arthur, avec le titre de dux bellorum10. Elle achève ainsi de donner corps à la croyance, attestée sous un autre nom dans les références précédentes, en l'existence d'un ancien chef de guerre breton au service du roi des Bretons. En même temps, l'Historia Brittonum modifie la perception de ce personnage mi-his- torique mi-légendaire11. Ce titre de dux bellorum indique en effet que dans l'esprit de l'auteur, Arthur n'est pas un roi lui-même : il exerce simplement le commandement suprême, le ducatus, sur les autres royaumes bretons, à des fins purement circonstancielles et militaires. Mais l'emploi de ce titre, l'exact équivalent du titre anglo-saxon de Bretwalda (« vainqueur des Bretons ») porté par les chefs saxons qui imposaient leur autorité aux royaumes voisins, revient à mettre Bretons et Saxons sur un pied d'égale légitimité dans la domination sur la Grande-Bretagne. L'éclairage que donne l'Historia Brittonum de ce personnage composite est donc porteur d'avenir : loin d'être tournée contre les Anglo-Saxons, cette chronique semble avant tout conçue comme une réplique à l'Historia Ecclesiastica de Bède et à ses accusations contre le refus des Bretons d'avoir évangélisé les Saxons. En ce sens, l'œuvre de Nennius relèverait d'un genre historique « synthétique » (combinant largement des données bibliques, antiques, et les traditions nationales), en vue de promouvoir une vision apaisée de la Grande-Bretagne du ixe siècle, où coexisteraient trois peuples chrétiens appelés à s'entendre, les Bretons, les Pictes et les Anglo-Saxons. Dans ces conditions, le chapitre 56 consacré aux douze combats d'Arthur ferait la transition entre la description d'un passé tumultueux (celui de l'affrontement entre Bretons et Saxons), et l'évocation d'un avenir pacifique, celui des royaumes anglo-saxons. C'est dans ce chapitre que se trouve la description du combat qui marque le point culminant de la lutte d'indépendance des Bretons : la bataille du Mont Badon.

  • 12 Armes Prydein, éd. R. Bromwich, Cardiff, University of Wales Press, 1972. Annales Cambriae, in Nen (...)
  • 13 L. Fleuriot, J.-C. Lozac’hmeur et L. Prat, Récits et poèmes celtiques, Paris, Stock, 1981, p. 74-7 (...)

7Avec l’Armes Prydein et les Annales Cambriae12, on revient à une vision plus « bretonne » des origines de la Bretagne. L'Armes Prydein (« Prophétie de Bretagne »), écrit vers 900 dans une langue assez semblable au vieux breton, a fait l'objet d'études minutieuses13. Il s'inscrit dans le genre de la prophétie politique, très appréciée chez les anciens Bretons. Cette littérature fit en effet vivre un patriotisme unitaire au sein du peuple vaincu et dispersé par les Saxons, au point de nourrir des espoirs de revanche et de retour qui aboutirent au mythe du retour d'Arthur. N'ayant de « gallois » que le nom, ce texte met en scène les membres de la grande famille brittonique que le destin réunira pour bouter les Saxons hors de Bretagne : Bretons du Cornwall et de Stratclut, Cymry, et Bretons du Llydaw. Plus surprenante est la mention d'Irlandais et de Normands de Dublin, par le biais d'une alliance avec les Bretons. Si l'on ajoute que le xe siècle est aussi l'époque où l'on voit apparaître des alliances matrimoniales entre Normands et Bretons, il apparaît clairement que l'Armes Prydein est, bien avant Geoffroy de Monmouth, un grand livre de propagande. En comparaison, les Annales Cambriae, annales en latin attachées à l'Historia Brittonum dans le manuscrit Harley, remontant aux années 960-980, n'apportent que peu de choses : le cycle des douze batailles d'Arthur y est repris avec bien sûr l'évocation de la bataille du Mont Badon. Toutefois, la première référence connue à la bataille de Camlann et à Mordret y figure aussi, complétant d'autant le matériau arthurien à la disposition des chroniqueurs postérieurs.

La cristallisation du xiie siècle

  • 14 La bataille du Mont Badon a récemment été datée de façon plus précise : février 483. Voir P. H. Bl (...)

8C'est dans ce riche réservoir que vont puiser les historiographes du xiie siècle pour édifier le portrait d'Arthur en chef de guerre et roi des Bretons. Située aux environs de l'an 500 par Gildas, la victoire du Mont Badon14, reprise par Bède, devient après le pseudo-Nennius l'emblème de la révolte bretonne contre l'expansion saxonne jusque dans l'Historia Anglorum d'Henry de Huntingdon (1129) et dans l'Historia Regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth (vers 1138). Henry de Huntingdon fournit par ailleurs une liste des douze batailles d'Arthur inspirée de l'Historia Brittonum, mais tout aussi imprécise et tout aussi inexploitable pour qui voudrait en localiser les sites géographiques. De la même façon, les Annales Cambriae ont livré à Geoffroy de Monmouth le motif de la bataille de Camlann, la plus grande et la plus tragique des batailles d'Arthur. Chez Guillaume de Malmesbury, Arthur aide Ambrosius Aurelianus (qui vient du De Excidio de Gildas) à repousser les Barbares, à savoir les Saxons, que l'auteur appelle par erreur les Angles. Au siège du Mont Badon, Arthur est décrit combattant avec l'image de la Vierge peinte à l'intérieur de son bouclier, et défait à lui seul 900 ennemis, motifs que Guillaume a puisés dans l'Historia Brittonum : celle-ci nous apprend en effet que pendant la huitième bataille, celle du château de Guinnion, Arthur porta sur les épaules une image de la Vierge qui lui donna la victoire, et qu'à la bataille du Mont Badon il abattit tout seul 960 Saxons :

  • 15 Historia Brittonum, chapitre IV (« Arthuriana »), éd E. Faral, in La légende arthurienne. Études e (...)

« La huitième bataille fut celle du château Guinnion, pendant laquelle Arthur porta l'image de sainte Marie Vierge Perpétuelle sur ses épaules. Les païens furent mis en déroute ce jour-là [...]. La douzième bataille fut celle du Mont Badon, où tombèrent en un seul jour 960 hommes de la main d'Arthur [...]15 ».

  • 16 Henry de Huntingdon, Epistola ad Warinum, in Robert de Torigny, Chronicle, in Chronicles of the Re (...)

9Concernant le sort d'Arthur après la bataille de Camlann, les historiographes là encore sèment les germes de ce qui deviendra une très riche tradition. Selon Henry de Huntingdon dans son Epistola ad Warinum (environ 113916), le roi Arthur ne serait pas mort après le désastre final, et les Bretons, confiant en sa survie, attendraient son retour. Henry affirme sur ce point se référer à un ouvrage de Geoffroy de Monmouth que lui aurait montré le moine Robert de Torigny, alors en charge de la collection de manuscrits de l'abbaye du Bec, auprès duquel il se serait rendu en visite. Cet ouvrage, une version de l’Historia Regum Britanniae probablement moins riche que celles qui sont parvenues jusqu'à nous, servit de point de départ à Henry pour broder sur la survie d'Arthur de façon plus inspirée que Geoffroy, lequel suggérait lui-même, mais sans trop s'étendre, ce que des traditions orales galloises ou bretonnes qu'il avait recueillies proclamaient ouvertement : le retour d'Arthur.

  • 17 Guillaume de Malmesbury, Gesta Regum Anglorum, éd. cit. : « Hic est Arthur de quo Britonum nugae h (...)
  • 18 Guillaume de Malmesbury, De Antiquitate Glastoniensis Ecclesiae, in J. Scott, The Early History of (...)

10Guillaume de Malmesbury, de son côté, après s'être gaussé dans les Gesta Regum Anglorum17 de ces récits oraux sur Arthur (« C'est sur cet Arthur que les sornettes des Bretons divaguent aujourd'hui ; un homme non pas digne de figurer dans des fables à dormir debout, mais d'être célébré dans des histoires véridiques [...] »), mentionna dans son De Antiquitate Glastoniensis Ecclesiae18, une histoire institutionnelle de l'abbaye de Glastonbury rédigée vers 1130, la découverte dans ce vénérable établissement religieux de la tombe de Gauvain, le neveu d'Arthur, sous le règne de Guillaume le Conquérant, ajoutant que les recherches pour découvrir celle d'Arthur étaient restées vaines à la date de 1125. Le devenir d'Arthur après la trahison de Mordret est donc, dès les années 1130, l'objet de nombreuses suppositions lourdes de conséquences pour les auteurs à venir. Ces exemples, que l'on pourrait multiplier, brossent tous le tableau d'un grand chef de guerre, combattant de la foi face aux païens, rempart de la civilisation face à la barbarie, que les historiographes de la période anglo-normande ont extrait de la documentation disponible et ont déjà édifié en héros national.

Un héros national

11Des éléments épars qui existaient sur le roi Arthur, il revient à Geoffroy de Monmouth et à Wace d'avoir fait plus qu'un personnage historique, un véritable mythe subsumant toutes les barrières sociales et nationales alors bien plus fortes en Grande-Bretagne qu'en France du fait même des conditions de peuplement de l'île. Chacun, à sa manière, s'attaqua à cet objectif selon un projet précis : pas plus au xiie siècle qu'à une autre époque le travail de reconstruction du passé national n'est neutre, et tant Geoffroy de Monmouth que Wace écrivirent avec une intention de glorification évidente, à des fins politiques.

Geoffroy de Monmouth et la cause bretonne

  • 19 Geoffroy de Monmouth, Vita Merlini, éd. E. Faral, in La legende arthurienne. Études et documents, (...)

12L’Historia Regum Britanniae est une œuvre partisane, revendiquée comme telle. Comme tout chroniqueur du Moyen Âge, Geoffroy de Monmouth ne fait jamais mystère de ses sympathies. Nous assistons donc, avec l'Historia Regum Britanniae, à l'édification d'un monument littéraire à la gloire du peuple breton - réduit à l'exil et au silence après l'invasion saxonne —, doublé d'un éloge à la gloire du roi Arthur, renforcé par les publications rapprochées que sont la Vita Merlini (1148) et les Prophetiae Merlini (1134)19.

  • 20 Un « livre très ancien, écrit en langue bretonne, [qui] dans un très bon style, [...] exposait en (...)
  • 21 Voir par exemple R. S. Loomis, « The Oral Diffusion of the Arthurian Legend », in R S. Loomis (dir (...)
  • 22 P. Flobert, L. Fleuriot, « La Prophetia Merlini de Jean de Cornwall », Études Celtiques, 14 (1974) (...)
  • 23 J- Balcou et Y. Le Gallo, Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, T. I, chap. IV, « Hist (...)
  • 24 Ibid.
  • 25 Gesta Regum Britanniae, The Historia Regum Britanniae of Ceoffrey of Monmouth, éd. N. Wright, Camb (...)
  • 26 J. Balcou et Y. Le Gallo, Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, T. I, chap. IV, « Hist (...)
  • 27 Guillaume de Newburgh, The History of William of Newburgh, éd. J. Stevenson, Felinfach, Llanerch, (...)
  • 28 Robert de Torigny parle en effet de Geoffroy comme de « Gaufridus Arturi (note de l'auteur : du no (...)

13Les sources de ce chef-d'œuvre de la littérature médiévale n'ont pas cessé de diviser les spécialistes depuis plus d'un siècle, en raison notamment de leurs positions vis-à-vis de la fameuse allusion de l'auteur au « librum vetus- tissimum ex britannica lingua » qui lui aurait été apporté par l'archidiacre Gautier d'Oxford20. Cette affirmation posait en effet le problème de l'existence d'une littérature bretonne médiévale perdue, difficile à résoudre en raison du caractère oral dominant de cette littérature. Pendant de nombreuses années, le débat s'est cantonné à des avis très tranchés entre partisans de l'origine quasi exclusivement latine des sources de Geoffroy de Monmouth, tel Edmond Faral, et tenants de sources variées, orales et écrites, parmi lesquelles Gildas, Bède, Nennius et les Annales Cambriae. Roger Shermann Loomis fut longtemps le principal représentant de cette thèse « celtisante » face aux options très « celtophobes » d'Edmond Faral ou de Ferdinand Lot21. Il fallut attendre les travaux de Léon Fleuriot pour faire rebondir le débat de façon probante. Contre la méthode d'Edmond Faral consistant à confondre systématiquement date des manuscrits et date des textes pour les rajeunir, il établit de façon irréfutable que Geoffroy de Monmouth avait déjà utilisé une source bretonne écrite reconnaissable pour les Prophetiae Merlini : il s'agirait d'un original brittonique commun aux Prophetiae Merlini et à leur adaptation en vers connue sous le titre de Prophetia Merlini de Jean de Cornwall22. Ce dernier aurait en effet conservé dans son adaptation des fragments entiers de l'original perdu. Fort de la même méthode, Léon Fleuriot a voulu rechercher cette fameuse Historia Britannica dont l'existence serait attestée par des allusions et fragments disséminés dans la littérature bretonne médiévale : un passage du Cartulaire de Quimperlé, daté du xiie siècle mais utilisant manifestement des sources du ixe siècle, a ainsi été mis à contribution23. De même, un texte du xvie siècle, le Livre des Faits d'Arthur, ainsi nommé par le chroniqueur Pierre Le Baud, serait « la mise en vers d'un texte plus ancien24 ». Enfin, un texte du xiiie siècle, l'Historia Brittanorum versificata plus connue sous le titre de Gesta Regum Britanniae25, composée entre 1234 et 1237 par un certain Guillaume de Rennes et dédiée à l’évêque Cadoc de Vannes, mériterait selon Léon Fleuriot d'être comparé avec les fragments précédents car il constituerait une autre preuve de l'existence d'une tradition patriotique antérieure à Geoffroy26. S'appuyant sur les états des langues brittoniques des siècles centraux du Moyen Âge, l’éminent celtisant a déduit que la source de Geoffroy de Monmouth ne remontait pas au-delà du xie siècle. Il a aussi recensé les témoignages de chroniqueurs du xiie siècle qui affirment que l'écrivain breton a bien traduit un ouvrage antérieur du breton en latin, comme Guillaume de Newburgh27, ou Robert de Torigny28. Mais, malgré toutes ces tentatives, aucun ancien texte breton n'a pu être encore formellement identifié comme étant la source de l’Historia Regum Britanniae.

14D'autre part, il est probable que Geoffroy de Monmouth n'ait eu qu'un recours partiel à ce type de sources pour écrire son monument à la gloire des Bretons, ce qui complique encore les débats toujours en cours.

15Aucun détail n'est négligé pour contribuer à cette perspective d'ensemble glorifiante. Ainsi, Arthur est présenté comme le digne successeur d'une lignée de rois bretons exemplaires dont émergent Brutus, Aurèle Ambroise et Uterpendragon, son père. Dès son enfance, sur laquelle veille Merlin, il est l'auteur d'un certain nombre de « mirabilia » qui le distinguent du commun des mortels. La Vita Merlini le crédite d'une possible survie après la grave blessure reçue à la bataille de Camlann :

  • 29 Geoffroy de Monmouth, Vie de Merlin, trad. I. Jourdan, op. cit., p. 55. Cf. Vita Merlini, op. cit. (...)

« C'est là-bas qu'après la bataille de Camblan nous avons conduit Arthur blessé sous la conduite de Barinthus qui connaissait les mers et les étoiles. Avec l'aide de ce pilote, nous arrivâmes jusque-là et Morgane nous y reçut avec les honneurs qui convenaient, fit déposer le roi dans ses appartements sur une couche d'or, découvrit la blessure d'une main experte, l'examina longuement et déclara qu'il pourrait recouvrer la santé s'il demeurait assez longtemps auprès d'elle et consentait à prendre les remèdes qu'elle préparerait. Pleins de joie à cette nouvelle, nous laissâmes donc le roi et nous mîmes à la voile en revenant par vents favorables29 ».

16La voie est désormais ouverte à l'attachement à sa personne de l'espoir en le rétablissement de la puissance britannique, alors qu'elle était à peine esquissée dans l’Historia Regum Britanniae :

  • 30 Geoffroy de Monmouth, Histoire des rois de Bretagne, éd. L. Mathey-Maille, op. cit., chapitre 178  (...)

« C'est dans cette même bataille que notre illustre roi Arthur fut mortellement blessé ; il fut alors transporté dans l'île d’Avallon pour y soigner ses blessures. Arthur abandonna la couronne de Bretagne à son parent Constantin, qui était le fils de Cador, duc de Cornouailles. C'était en l'an 542 ap. J.-C. Que l'âme de notre roi repose en paix !30 ».

  • 31 Th. Malory, Le Morte Darthur, éd. E. Vinaver (in The Works of Sir Thomas Malory), rév. P. J. C. Fi (...)

17Roi des Bretons des siècles de l'écroulement de l'Empire romain, Arthur apparaît aussi comme le champion incontesté de l'avenir de la cause bretonne : « Arturus, rex quondam, rexque futurus31 ».

  • 32 N. Wright, « Geoffroy of Monmouth and Bede », Arthurian Literature, VI (1986), p. 36 suiv.
  • 33 Geoffroy de Monmouth, Histoire des rois de Bretagne, éd. L. Mathey-Maille, op. cit., chapitre 189: (...)
  • 34 Ibidem: « Collectis igitur undique exercitibus, Edelfridus, rex Northaninbrorum, proelium inivit c (...)
  • 35 Historia Regum Britanniae, chapitres 197 à 200.

18Evidemment, le peuple breton dans l'Historia Regum Britanniae a le roi qu'il mérite. Tout est fait pour le mettre en valeur, et Geoffroy n'hésite pas pour cela à modifier, à rectifier l'intention générale des sources dont il s'inspire. C'est particulièrement flagrant dans le cas de l'existence d'une pluralité de versions, parmi lesquelles il choisit systématiquement celle qui est la moins défavorable aux Bretons. Les emprunts à Bède ont ainsi été réorientés dans ce sens en de nombreuses occurrences, étudiées par N. Wright32. Bède n'avait pas manqué de dénier aux Bretons toute responsabilité dans l’évangélisation des Saxons, les accusant même d'avoir refusé de baptiser les nouveaux venus païens qui pourtant étaient demandeurs. Dans la narration de la scène du massacre des moines de Bangor, Geoffroy de Monmouth tourne cette accusation : appelant à l'aide les évêques bretons et Dinoot, abbé du monastère de Bangor, pour accomplir sa mission d’évangélisation des Saxons, Augustin, fraîchement débarqué en Bretagne, essuie une fin de non-recevoir. Solidaires de leur bienfaiteur, les chefs saxons s'émeuvent et décident de répliquer par une expédition punitive contre les chefs religieux, retranchés dans la cité de Leicester33. Selon l’Historia Ecclesiastica de Bède, les 1 200 moines tombés sous les coups des Saxons ont été lâchement abandonnés par le maître de la cité, le Breton Brochmail. Mais selon Geoffroy, c'est au péril de sa vie, et après avoir vaillamment résisté, que Brochmail désespéré prit la fuite devant les païens déchaînés et abandonna les religieux à leur sort de martyrs de la foi34. De la même façon, dans le massacre des Saxons par le roi breton Cadvallo qui clôt le récit, Geoffroy voit une guerre juste et sainte, digne d'un chef militaire de ce rang, tandis que Bède dénonce un acte de cruauté et de barbarie35. Le parti pris du moine de Jarrow n'a d'équivalent que la partialité du chanoine d'Oxford :

  • 36 R. W. Hanning, The Vision of History in Early Britain, New York/Londres, Columbia University Press (...)

« Where Bede described justifiable English victories over the obstinate Britons, the Historia presents the same episodes in precisely the opposite sense, making the Britons heroes and the Saxons villains36 ».

  • 37 L. Mathey-Maille, De l’Historia Regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth au Roman de Brut de Wace, (...)
  • 38 Historia Regum Britanniae, éd. E. Faral, op. cit., chapitre 205: « Deinde, cum aliquantulum tem- p (...)

19Dans ces conditions, narrer l'écroulement du règne d'Arthur et l'anéantissement de la domination bretonne de façon honorable relève pour Geoffroy de la gageure. La fierté nationale, pourtant, l'emporte là encore. Dans l'enchevêtrement des causes qui permettent d'insérer cet élément de l'histoire au récit, il choisit d'insister sur le fait qu'Arthur n'a pas été vaincu, mais trahi, ce qui n'est pas du tout la même chose37. Une cause singulière et immédiate, à savoir le geste d'un neveu impie et félon, retentit en cause générale et lointaine, et détermine le destin collectif d'une nation. En outre, cet incident conjoncturel revêt les apparences d'une cause structurelle, en ce sens que c'est la destinée tragique des plus brillantes civilisations que de naître, de s'épanouir jusqu'à l'apogée, puis de décliner jusqu'à l'effacement, comme l'a fait Troie devant Athènes, et Athènes devant Rome. Enfin, le futur évêque de Saint-Asaph clôt son récit sur une note d'optimisme, puisqu'il subsiste un petit espoir de voir la puissance bretonne renaître de ses cendres grâce à l'exil en Petite Bretagne d'une partie du peuple breton et de son chef Cadvalladr, auquel un message venu du ciel commande de ne pas chercher à regagner l'île perdue tant que le jour n'en aura pas été arrêté par le destin38. On le voit, Geoffroy pousse jusqu'au bout l'avantage des Bretons et de leurs chefs, au premier rang desquels figure Arthur.

  • 39 G. H. Gerould, « King Arthur and Politics », Speculum, 2 (1927), p. 33-51.
  • 40 J. S. P. Tatlock, The Legendary History of Britain, Berkeley, University of California Press, 1950 (...)
  • 41 E. Köhler, L'aventure chevaleresque. Idéal et réalité dans le roman courtois, 2e éd. (trad.), Pari (...)

20La question des intentions politiques de Geoffroy derrière un tel panégyrique ne laisse pas de se poser. Tour à tour, G. H. Gerould39, J. S. P. Tatlock40 et E. Köhler41 ont tenté d'y répondre. Pour l'un comme pour

  • 42 Cf. supra p. 29.

21l'autre, l'objectif est simple : Geoffroy cherche à faire adhérer les seigneurs anglo-normands à la grandeur de la nation bretonne, à susciter leur respect et leur estime pour sa gloire passée, et en même temps à légitimer leurs velléités expansionnistes en se fondant sur le précédent d'une phase conquérante de l'histoire britannique, qui a connu son point d'orgue avec le roi Arthur. Deux constats soutiennent cette opinion. D'abord, le fait que les différents manuscrits connus de l'Historia Regum Britanniae soient tous dédicacés à des représentants de l'aristocratie anglo-normande la plus puissante, parmi lesquels on peut discerner trois groupes. Le manuscrit de Berne, le plus utilisé pour les éditions et les traductions, comporte une double dédicace à Étienne de Blois, roi d'Angleterre, et à Robert, comte de Gloucester. Une famille de manuscrits est dédiée à Galeran de Meulan et au même Robert. Une autre famille enfin mentionne à nouveau Robert, mais seul dédicataire cette fois-là. Ces trois noms rassemblent le gotha des nouveaux maîtres de l'Angleterre : Robert, comte de Gloucester, est un fils bâtard d'Henri Ier Beauclerc, modèle de prince laïc cultivé, comme nous l'avons vu42, et principal arbitre de la querelle de succession entre Étienne de Blois et l'impératrice Mathilde, puis Henri II Plantagenêt, son neveu. Il est, avec Galeran de Meulan, celui qui a assisté le roi Henri Ier dans son agonie. Galeran, comte de Meulan, est l'un des plus ardents défenseurs d’Étienne de Blois. Son grand-père, Roger de Beaumont, avait été l'un des plus fidèles vassaux de Guillaume le Conquérant, au point d'avoir reçu la garde de la Normandie pendant la Conquête. Étienne de Blois, enfin, petit- fils du Conquérant par sa mère, Adèle de Blois, succéda en 1135 à son oncle Henri Ier Beauclerc parce qu'il représentait l'héritier mâle le plus direct face à la fille du défunt, l'impératrice Mathilde. Les dédicataires de l'Historia Regum Britanniae sont donc tous trois des hommes de pouvoir et allient la puissance politique à l'aisance matérielle. Comment ne pas voir en eux, à la suite de G. H. Gerould et d’E. Köhler, des seigneurs avides de légitimer leur situation dans l'île conquise et de s'inscrire dans une filiation par rapport aux anciens maîtres de l'Angleterre, à savoir les Saxons, et, avant eux, les Bretons ?

  • 43 G. H. Gerould, « King Arthur and Politics », op. cit., p. 45.
  • 44 J. Bédier, Les légendes épiques. Recherches sur la formation des chansons de geste, 4 vol., Paris, (...)
  • 45 E. Faral a mis en doute cette utilisation (La légende arthurienne. Etudes et documents, t. II, Par (...)

22Ce désir de filiation, selon G. H. Gerould, serait d'autant plus ardent qu'il pouvait fournir une réplique à l'utilisation du culte de Charlemagne par les rois capétiens contemporains43. Cette orchestration de la geste deharlemagne, illustrée par la Chanson de Roland et les autres chansons de geste de la fin du xie siècle44, conférait aux monarques français une incontestable supériorité morale et spirituelle par rapport à leurs puissants vassaux, à une époque où ceux-ci étaient très remuants et n'acceptaient pas facilement de reconnaître le caractère exceptionnel de la dynastie capétienne45. Au xiie siècle, l'alliance de la monarchie capétienne avec les moines de Saint-Denis renforça ce culte de Charlemagne : les abbés du couvent, Suger en tête, mirent en valeur les tombeaux des Carolingiens à côté des reliques nationales, et la bannière de saint Denis fut exaltée au même titre que celle de Charlemagne. Les souverains anglo-normands ne furent pas insensibles à cette mise en scène, et c'est le coup de génie de Geoffroy de Monmouth que d'avoir su répondre à leur attente en proposant une contre-figure à vocation universelle comme emblème de la monarchie insulaire. Arthur remplit ainsi un vide stratégique pour le compte de la monarchie anglo-normande qui peut désormais, grâce à la création de Geoffroy de Monmouth, se prévaloir d'un titre historique suffisamment important pour donner l'espoir d'égaler la maison royale de France. Erich Köhler ne dit pas autre chose :

  • 46 E. Köhler, op. cit., p. 119.

« Telle que nous la trouvons chez Geoffroy de Monmouth, la légende d'Arthur n'a pas été écrite à la demande des rois normands, mais elle a été approuvée par eux et encouragée, pour faire utilement contrepoids à la popularité de la légende de Charlemagne en tant qu'elle jouissait d'un prestige littéraire équivalent46 ».

Wace et la continuité monarchique

  • 47 Wace, Roman de Rou, éd. A. J. Holden, 3 vol., Paris, SATF, 1970-73, t. II, v. 179-180: «Treis reis (...)
  • 48 Layamon, Brut, éd. F. Madden, Londres, Society of Antiquaries, 1847: «A Third book he took and lai (...)
  • 49 H. E. Keller, «Wace et les Bretons», Actes du 14e Congrès International Arthurien, Rennes, Presses (...)
  • 50 Geoffroy de Monmouth, Prophetiae Merlini, cité par I. Arnold, in Le Roman de brut, op. cit., Intro (...)

23L'apport de Wace à la figure d'Arthur comme mythe national n'est pas mineur. L'écrivain d'origine anglo-normande, « clerc lisant47 » à la cour d'Henri II, où il remplit plus précisément les fonctions de poète de cour et d'historien officiel jusqu'en 1170, acheva en 1155 le Roman de Brut, traduction-adaptation de l’Historia Regum Britanniae, qui est plus qu'une paraphrase. De toutes les œuvres nées à la cour du souverain angevin, celle- là est la première produite. Beaucoup plus proche, comme Geoffroy dans l’Historia Regum Britanniae, du romancier que de l'historien, Wace apporte beaucoup par rapport à son devancier, notamment dans la trame des événements, où son approche est plus fouillée, plus précise. Là où la chronique latine proposait une esquisse, Wace fournit un tableau complet, n'ayant plus rien à craindre des critiques que Geoffroy avait pu essuyer pour avoir fait œuvre de pionnier. Dédiée, selon le témoignage de Layamon (qui l'adapta en anglais) à la reine Aliénor48, ce qui prouve une possible commande royale ou à tout le moins un grand intérêt de la maison royale à son succès, cette œuvre complète le portrait du roi Arthur tel que le laisse le xiie siècle. S'il n'est pas aussi « nationaliste » que Geoffroy, Wace évite toutefois soigneusement de dénigrer les Bretons, dont, selon H. E. Keller49, il respecte la cause par souci de complaisance envers la faveur dont ils jouissent auprès d'Henri II. Concernant la disparition d'Arthur blessé, son transport dans l'île d’Avalon et l'espoir des Bretons dans l'attente de son retour, Wace prend bien soin de ne froisser personne. Il reste fidèle à ses sources, dont nous connaissons les deux premières : l'Historia Regum Britanniae et les Prophetiae Merlini (« Le pays des Romains redoutera sa cruauté, et sa fin sera incertaine50 »). De la troisième source, à savoir la tradition orale sur le retour d'Arthur, Wace ne garantit pas l'exactitude, mais il ne la tourne pas davantage en dérision. La dimension mythique d'Arthur ressort donc intacte du travail de Wace :

  • 51 Wace, Roman de Brut, éd. I. Arnold, op. cit., vol. II, v. 13275-13286.

« Arthur, si la geste ne ment,
Fud el cors nafrez mortelment ;
En Avalon se fist porter
Pur ses plaies mediciner.
Encore i est, Bretun l’atendent,
Si cum il dient e entendent ;
De la vendra, encore puet vivre.
Maistre Wace, ki fist cest livre,
Ne volt plus dire de sa fin
Quen dist li prophetes Merlin ;
Merlin dist d'Arthur, si ot dreit,
Que sa mort dutuse serreit 51 ».

  • 52 J. Blacker, «Transformation of a Theme: the Depolitization of the Arthurian World», in The Arthuri (...)

24J. Blacker, réexaminant plus récemment la question52, a vu dans le Roman de Brut une œuvre moins à la gloire des Bretons et de leur roi sous l'angle national et politique, qu'une exaltation du modèle de courtoisie que campe le roi Arthur, répondant en cela au goût d'Henri II. Quoi qu'il en soit de la « dépolitisation » du personnage d'Arthur dans le Roman de Brut, il n'en reste pas moins que l'œuvre est conforme à la dimension de héros national que Geoffroy de Monmouth a léguée à ses successeurs, et que cette dimension, favorable à la monarchie anglo-normande sous la plume de Geoffroy, rend service à la dynastie anglo-angevine désormais au pouvoir parce qu'elle permet de rassembler dans l'adhésion à un même mythe national des populations en voie de réconciliation et d'assimilation. La position anglo-angevine, par-delà les changements dynastiques, se trouve ainsi légitimée, ce qui rend au fond secondaire la question de savoir si le Roman de Brut fut une commande réelle.

25Les ouvertures de l'Historia Regum Britanniae et du Roman de Brut aux manipulations et à la légitimation politique ne s'arrêtent cependant pas là. En fournissant l'occasion de rattacher les rois anglo-normands aux Saxons et à leurs prédécesseurs bretons jusqu'au roi Arthur, ces deux œuvres inscrivaient la lignée des rois britanniques sous d'autres titres de gloire.

Un roi d'exception : le « rex Brittonum »

26La figure du roi Arthur tracée par Geoffroy de Monmouth et Wace possède, outre les qualités du héros national, les vertus du roi conquérant et du descendant de noble lignée. Ce sont là deux qualités essentielles pour la légitimation de toute dynastie au Moyen Âge, expliquant ainsi la prolifération des histoires nationales et généalogiques au xiie siècle. Justifier la domination sur les peuples gouvernés et établir l'illustre origine du lignage étaient déjà deux avantages que procurait la légende de Charlemagne aux Capétiens. Avec Arthur, les Plantagenêts ne sont pas en reste.

Le roi conquérant

27Aux côtés de Charlemagne et d'Alexandre le Grand, le roi Arthur figure parmi les plus grands rois conquérants auxquels le xiie siècle s'intéresse. Mais, à la différence des deux premiers, il n'a pas d'identité historique parfaitement définie. C'est pourquoi ses conquêtes peuvent être étalées sans retenue. C'est ce à quoi Geoffroy de Monmouth va s'atteler, surpassant même l'action du Carolingien pour faire d'Arthur la référence suprême en matière d'expansion, le roi des rois.

La soumission des peuples du Nord

28Tant Geoffroy que Wace attachent une grande importance à la figure du roi-chevalier. Chez l'un comme chez l'autre, l'activité militaire occupe une large place dans l'économie générale de l'œuvre, au point de devenir prépondérante par rapport à d'autres facettes du personnage d'Arthur. Ainsi Wace insiste bien sur le fait que la Table Ronde fut instituée par Arthur pendant une période de paix de douze années qui fit suite aux nombreuses conquêtes militaires :

  • 53 Wace, op. cit., v. 9731-9740.

« Duze anz puis cel repairement
Regna Arthur paisiblement
Ne nuls guerreier ne l'osa
Ne il altre ne guereia.
Par sei, senz altre enseinement,
Emprist si grant afaitement
E se cuntint tant noblement,
Tant bel e tant curteisement,
N’esteit parole de curt d’ume,
Neis de l'empereur de Rome53 ».

  • 54 Geoffroy de Monmouth, Historia Regum Britanniae, op. cit., chapitre 149.
  • 55 Geoffroy de Monmouth, op. cit., chapitre 153.
  • 56 Ibid.

29Chez Geoffroy, cette activité prend le pas sur l'aspect missionnaire du personnage. Ainsi, après avoir battu les Saxons païens et rétabli la religion dans l'île de Bretagne, Arthur est investi d'une dimension belliciste et profane en libérant le pays des invasions des Scots, les ennemis païens du Nord54. Puis vient le tour de la soumission des Irlandais chrétiens, qui s'étaient alliés aux Pictes et aux Scots55. Leur qualité de chrétiens n'est d'ailleurs pas mentionnée, pas plus que le caractère païen des Islandais, des Danois, des Suédois du Gothland ou des Norvégiens qui subissent tour à tour le même sort56, preuve que Geoffroy ne s'intéresse à ces peuples qu'en termes d'expansion militaire. Le cours des événements confirme cette tendance, puisque c'est finalement à la conquête de l'Europe qu'Arthur veut s'attaquer. Mais à ce stade, c'est à la domination du monde que le roi breton se lance, car attaquer l'Europe, c'est conquérir la Gaule pour commencer, et soumettre la Gaule, c'est défier Rome. La geste conquérante du roi touche alors à l'impérialisme, ce qui n'est pas sans conséquence en termes de propagande.

Le combat contre Rome

  • 57 Geoffroy de Monmouth, Historia Regum Britanniae, op. cit., chapitre 155.
  • 58 Ibid., chapitre 155: «Tunc largitus est Beduero, pincernae suo, Estrusiam, quae nunc Normannia dic (...)
  • 59 Historia Regum Britanniae, op. cit., chapitre 43; Roman de Brut, v. 3145 suiv.
  • 60 Historia Regum Britanniae, op. cit., chapitre 79; Roman de Brut, v. 5702-5719.
  • 61 R. R. Bezzola, Les origines et la formation, op. cit., 2e partie, t. II, p. 539-541; Historia Regu (...)

30L'épisode de l’Historia Regum Britanniae consacré à la conquête de la Gaule sur les Romains constitue le suprême exploit du roi Arthur, et le plus lourd de significations symboliques et politiques. Cette aventure continentale s'effectue en deux temps. D'abord, la phase d'invasion aboutit au siège de Paris et à l'élimination du tribun Frollon, qui gouverne les Gaules pour le compte de l'empereur romain Léon57. Triomphant de toute résistance en neuf ans, Arthur victorieux peut récompenser ses lieutenants par des distributions généreuses, dans lesquelles l'accent est mis sur les terres continentales des prédécesseurs du roi d'Angleterre Étienne de Blois, ou sur celles de son cousin Geoffroy Plantagenêt : l’échanson Béduer reçoit la Normandie, Keu le sénéchal récupère l'Anjou58. Survient la phase de révolte contre Rome elle-même, qui résulte d'une provocation : à peine terminées les fêtes de son couronnement le jour de la Pentecôte à Caerlion, où étaient accourus non seulement les rois des pays du Nord soumis, les vassaux de l'île de Bretagne, mais aussi les barons de la Gaule tout juste conquise, dont les « douze pairs » des Gaules (allusion évidente aux douze pairs de Charlemagne dans la Chanson de Roland), Arthur reçoit une ambassade de la cour de Rome lui demandant de payer tribut à l'Empire et de venir comparaître devant le pouvoir suprême. Soutenu par ses vassaux, Arthur rappelle qu'au moins trois Bretons ont déjà gouverné Rome : les rois Belin et Brenne, qui sont entrés victorieusement dans l’Urbs après une campagne militaire59, et Constantin, qui depuis l'Angleterre avait marché sur Rome pour se faire empereur60. Il refuse de se soumettre, revendique le titre d'empereur romain, et engage la bataille contre Lucius Hyberius, procurateur en Gaule, dont il ne peut tirer le bénéfice en raison de la trahison de Mordret qui le contraint à rentrer en Bretagne61.

  • 62 R Folz, L'idée d'empire en Occident (Ve-XIVe siècles), Paris, Aubier, 1953.

31La portée d'un tel épisode pour les préoccupations politiques d'Henri II est capitale. Elle permet dans un premier temps de légitimer les entreprises de soumission des pays celtiques voisins du royaume insulaire, l’Écosse et le Pays de Galles pour commencer, l'Irlande par la suite. Elle ouvre la voie à une forme de contestation de la suzeraineté du roi de France, héritier lointain du pouvoir central de Rome en Gaule, sur des terres qui sont devenues le cœur des domaines continentaux des Plantagenêts, la Normandie et l'Anjou. Ces terres, pour l'hommage desquelles les Capétiens ont tant dû batailler contre leurs puissants vassaux, ont selon Geoffroy et Wace autant de titres à relever de la possession du roi d'outre-Manche que de celle de son concurrent capétien en vertu de la soumission de Frollon. Enfin, toujours du point de vue politique, cet épisode place la royauté d'Arthur à un niveau qui surpasse même l'idée impériale. Il n'est pas innocent, dans l'ordre de la symbolique du pouvoir en Occident, de faire d'un roi le vainqueur des Romains par deux fois. Le prestige de l'idée impériale est toujours grand dans l'Occident du xiie siècle, et le discours religieux s'y réfère très souvent, notamment dans le cadre de la lutte du Sacerdoce et de l'Empire et du recours à la théorie des deux glaives62 Arthur, parce qu'il a triomphé des Romains, peut soutenir, face à cette entité politique incontournable, une position avantageuse pour le compte de la monarchie féodale en plein essor qu'est l'Angleterre anglo-angevine, et ajouter le prestige de la tradition impériale, qu'il revendique, à celui de la royauté britannique, qui devient la référence. La Bretagne entre ainsi dans le cycle des puissances qui ont eu vocation à dominer le monde, s’inscrivant dans la lignée de Rome, d'Athènes et de Troie. Mais le mythe impérial n'est pas le seul qui serve la royauté émergente.

Le descendant d'origine troyenne

32Non contents d'avoir fait reposer sur la conquête la légitimité historique (ou supposée telle) de la Bretagne insulaire au gouvernement du monde, Geoffroy de Monmouth et Wace n'ont pas manqué d'appuyer leur entreprise sur le mythe des origines troyennes des Bretons. Cette référence, qui élève au plus haut point la légitimation politique et historique des rois de Bretagne, n'est en aucun cas le monopole des deux chroniqueurs insulaires, puisque le haut Moyen Âge s'est largement fait l'écho du mythe des origines troyennes :

  • 63 E. Baumgartner, «Troie et Constantinople dans quelques textes du xiie et du xiiie siècle: fiction (...)

« Dès le haut Moyen Age », fait remarquer Emmanuèle Baumgartner, « s'est élaboré en Occident une légende généalogique, qui fait des Francs et plus tardivement des Bretons de Grande-Bretagne, les descendants et les héritiers des Troyens. Comme si, dans un vaste mouvement d'Est en Ouest, la civilisation troyenne, après avoir mythiquement fondé Rome, avait peu à peu atteint et colonisé tout l'Occident, jusqu'à cette pointe extrême, cette borne ouest de la chrétienté qu'est la Bretagne insulaire. Mythe d'origine donc [...] mais mythe dont la réactivation consciente, sinon concertée, appartient, au début du xiie siècle au moins, non plus à la littérature mais à l'histoire63 ».

33L'historiographie latine de l'entourage des Capétiens était bien connue outre-Manche, les conquérants normands ayant longtemps rivalisé avec elle sur le terrain des origines troyennes. Le mythe de fondation au xiie siècle était disponible pour une nouvelle mobilisation au profit d'un autre peuple.

Un mythe de fondation

  • 64 Nous reviendrons en détail sur la relation des Plantagenêts à ce thème dans le chapitre V.
  • 65 K. F. Werner, Les origines. Avant l'an mil., in J. Favier (dir.), Histoire de France, t.I, nouvell (...)

34Cette légende, qui porte en elle le thème de la translatio studii si fécond au xiie siècle64, a connu une fortune considérable dans le monde franc. Dès le viie siècle, la Chronique du pseudo-Frédégaire énonçait l'origine troyenne des Francs qui peuplent la Gaule : le chapitre intitulé « De la captivité de Troie, et des origines des Francs et des Romains » faisait de Priam, roi de Troie, le premier roi des Francs. Après avoir quitté leur ville en flammes, ces Troyens étaient censés avoir traversé l'Asie avec leur chef Friga pour s'établir au bord du Danube, à Sycambria. Leur guide, l'obscur Francion, fils d'Hector - le Francus des textes postérieurs — leur aurait valu le nom de Francs. Leurs descendants auraient quitté ces parages pour franchir le Rhin et s'installer dans une Gaule plantureuse, qui dès lors changea de nom. Un moment soumis aux Romains, ils en auraient rejeté le joug, et seraient désormais restés invincibles. Ce mythe de fondation, éminemment politique en ce sens qu'il instituait la thèse de l'unité raciale du peuple franc, lui attribuait aussi une ancienneté et une noblesse qui égalaient celles du peuple romain. On le retrouve donc sans surprise dans l'Histoire des Francs rédigée autour de l'an mil par Aimoin sous la direction de son abbé, Abbon de Fleury (aujourd'hui Saint-Benoît-sur-Loire). Cet ouvrage, conçu comme une histoire quasi-officielle des Francs, était destiné au roi Robert le Pieux par Abbon, l'un de ses conseillers les plus influents. Il fut le premier à rassembler, sur la base des auteurs anciens, tous les éléments de la propagande capétienne, depuis Clovis et son baptême à l'aide du saint Chrême apporté du Ciel par une colombe, jusqu'aux origines troyennes du peuple franc, en passant par la filiation de Charlemagne, et par les nombreuses victoires des Francs invincibles parce que peuple élu de Dieu65.

Les Troyens et les Bretons

  • 66 C. Beaune, «L'utilisation politique du mythe des origines troyennes en France à la fin du Moyen Âg (...)
  • 67 J. Kerhervé, «Aux origines d'un sentiment national», Bulletin de la Société des Archives de France (...)
  • 68 J. Balcou et Y. Le Gallo (dir.), Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, T. I, chap. IV, (...)
  • 69 Historia Brittonum, chap. 7 (sur Brutus) et chap. 10-11 (sur les origines troyennes), in Nennius, (...)
  • 70 L. Mathey-Maille, De l’Historia Regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth au Roman de Brut de Wace, (...)
  • 71 Geoffroy de Monmouth, Historia Regum Britanniae, op. cit., chapitre 22, p. 92: «Unde postea maxima (...)

35À l'exemple des Francs, d'autres nations ont tiré parti du mythe des origines troyennes, à l'image des Normands que le chroniqueur Dudon de Saint-Quentin a fait descendre du Troyen Anténor. Guillaume de Jumièges, dans son Historia Normannorum, lui a emboîté le pas et a recouru à son tour à cette légende pour sa valeur de « mythe d'anoblissement collectif66 ». Il est donc logique que Geoffroy de Monmouth, et Wace à sa suite, aient utilisé de leur côté le filon, en l'adaptant à la glorification de la nation bretonne. Cela leur fut d'autant plus facile que deux œuvres anciennes leur fournissaient les arguments ad hoc : l'Historia Brittonum du pseudo- Nennius (829-830) et l'Armes Prideyn « gallois ». Il n'a pas fallu en effet attendre les xive et xve siècles67 pour voir s'affirmer un sentiment de patriotisme brittonique que Léon Fleuriot a fort justement fait remonter au moins jusqu'au début du ixe siècle68. Dès les invasions normandes et la fragmentation accrue du peuple breton originel qui s'en est suivie, il semble que la conscience d'une certaine communauté d'origine ait été longtemps maintenue vivace grâce à la référence à la Troie Antique. Ainsi l’Historia Brittonum s'ouvre sur l'indication selon laquelle « l'île est dite de Bretagne à partir de Brutus, consul romain », et enchaîne déjà sur la légende des origines troyennes69. Dès avant l'entreprise de restauration de l'Empire romain par Charlemagne, il apparaît donc que les Bretons arguaient de leur romanité par le biais de la référence troyenne. L'Armes Prideyn, vers 900, ne dit pas autre chose. Dans ces conditions, les deux chroniqueurs du xiie siècle ont eu toute latitude pour reprendre une généalogie remontant à Brutus : après la chute de Troie, Enée, accueilli sur les rivages du Latium par le roi Latinus, épousa sa fille Lavinia, dont il eut un fils, Ascagne. Celui-ci eut un descendant, Silvius, qui, s’unissant secrètement à une nièce de Lavinia, devint le père de Brutus. Grâce à ce dernier, Troie devient une référence de premier plan tant dans l'Historia Regum Britanniae que dans le Roman de Brut70. S’exilant de la grande cité en proie à la destruction, Brutus aborda les rives de l'île de Bretagne, où il fonda une ville appelée « nouvelle Troie ». Geoffroy de Monmouth a narré à son sujet une anecdote qui témoigne de l'écho de ce nom dans ce nouveau contexte : retraçant l'évolution phonétique du toponyme, qui devint par altération « Trinovantum », puis « Kaerlud » en hommage au roi Lud, le chanoine d'Oxford a fait valoir que cette modification déclencha une violente polémique avec le frère du roi, qui se refusait à admettre que l'éclat du nom de la prestigieuse cité disparaisse en Bretagne71. Wace n'a pas suivi Geoffroy sur cette précision, mais il s'est donné la peine de relater le doux rêve de Brutus pour son peuple : reconstruire dans l'île de Bretagne la réplique de la chère cité perdue :

  • 72 Wace, Roman de Brut, op. cit., v. 1217-1224.

« Pensa sei que cité fereit
E Troie renovelereit.
Quant il out quis leu covenable
E aaisiez e delitable
Sa cité fist desur Tamise ;
Mult fud bien faite e bien asise.
Pur ses anceisors remembrer
La fist Troie Nove apeler72 ».

36La référence à la célèbre cité antique réapparaît sous la plume du chanoine d'Oxford dans l'évocation des fêtes du couronnement d'Arthur, pour lesquelles la coutume troyenne de séparer les populations des deux sexes est fidèlement respectée :

  • 73 Geoffroy de Monmouth, Histoire des rois de Bretagne, op. cit., chapitre 157. Cf. Historia Regum Br (...)

« Les Bretons observaient en effet une ancienne coutume troyenne et ils avaient l'habitude de célébrer les fêtes séparément, les hommes entre eux et les femmes entre elles73 ».

37Mythe de fondation, mythe rassembleur, mythe de légitimation, le topos des origines troyennes est riche d'une importante signification politique et historique chez nos deux auteurs. Adapté par Geoffroy de Monmouth et conforté par Wace, il offre aux souverains anglo-normands puis anglo- angevins les ancêtres exceptionnels dont ils avaient besoin pour s'imposer sur le plan intérieur, et se faire respecter sur le plan extérieur. Les Capétiens ne sont plus les seuls à pouvoir revendiquer l'héritage de l'idée impériale et de l’universalisme romain. L'histoire peut aussi servir les Plantagenêts, la référence historique étant toujours la plus sollicitée en matière de propagande au Moyen Âge.

38Issu des profondeurs historico-légendaires du passé britannique, Arthur est passé par les mains de divers écrivains du haut Moyen Âge avant de prendre ses traits définitifs au xiie siècle. Il garde de ses origines une dimension de chef de guerre et de défenseur de la nation bretonne. Il doit beaucoup au génie de Geoffroy de Monmouth, dont la faculté de narration en fait un modèle pour les conquérants normands, nouveaux maîtres de l'Angleterre. Ainsi se tisse une filiation entre Bretons et Normands, dont l'impérialisme à l'échelle des îles britanniques et de la France occidentale ne peut qu'être conforté par le précédent arthurien. Wace reste fidèle à la dimension belliciste du roi Arthur, mais renforce son aspect national en jouant du mythe des origines troyennes. À partir du legs historique de Geoffroy de Monmouth, servi en matière politique par Wace, Henri II dispose assez rapidement après son avènement du champion de la légitimation dynastique : le roi Arthur. Désormais, tout est en place pour une opération de récupération politique à la mesure de ce que permet le contexte de la Renaissance du xiie siècle dans le cadre de la cour Plantagenêt.

Notes

1 Gautier Map, De Nugis Curialium, éd. M. R. James, Oxford, Clarendon, 1914, p. 237.

2 R. Bezzola, Les origines et la formation de la littérature courtoise en Occident, 3e partie, t. I, La cour d'Angleterre comme centre littéraire sous les rois angevins (1154-1199), Paris, Champion, 1963, p. 6-9.

3 Ch. Haskins, « Henry II as a Patron of Literature », in Essays in Medieval History presented to T. F. Tout, Manchester, 1925, p. 74.

4 Guillaume de Malmesbury, The History of the English Kings, vol. 1, éd. R. A. B. Mynors révis. R. M. Thomson et M. Winterbottom, Oxford, Clarendon, Oxford Medieval Texts, 1998.

5 Henry de Huntingdon, Historia Anglorum : The History of the English People, éd. et trad. anglaise D. Greenway, Oxford, Clarendon, Oxford Medieval Texts, 1997.

6 Geoffroy de Monmouth, Historia Regum Britanniae, éd. et trad. anglaise N. Wright, 5 vol., Cambridge, Brewer, 1985-1991. Ed. E. Faral, in La Légende arthurienne. Études et documents, t. 3, Paris, Champion, 1929 ; trad. L. Mathey-Maille, Histoire des rois de Bretagne, Paris, Les Belles Lettres, coll. La Roue à Livres, 1992.

7 Gildas, De Excidio et Conquestu Britanniae, éd. et trad. M. Winterbottom sous le titre The Ruin of Britain. In History from the Sources, vol. 7, Chichester, Phillimore, 1978.

8 Bède le Vénérable, Bede’s Ecclesiastical History of the English People, vol. 1, éd. B. Colgrave et R. A. B. Mynors, Oxford, Clarendon, Oxford Medieval Texts, 2e éd., 1991. Voir aussi Bède le Vénérable, Ecclesiastical History of the English People..., éd. D. H. Farmer, Harmondsworth, Penguin, 1991. Trad. française O. Szerwiniack, F. Bourgne et J. Elfassi, Histoire ecclésiastique du peuple anglais, 2 vol., Paris, Les Belles Lettres, coll. La Roue à Livres, 1999.

9 Le pseudo-Nennius, Historia Brittonum, éd. E. Faral, in La légende arthurienne. Études et documents, t. 3, Paris, Champion, 1929. Pour la datation, voir D. Dumville, « Subroman Britain. History and Legend », History, 62 (1977), p. 173-192. Voir aussi l'édition anglaise qui fait aujourd'hui autorité : The Historia Brittonum. The « Vatican » Recension, éd. D. Dumville, Cambridge, Brewer, 1985.

10 Historia Brittonum, chap. 56, in Nennius, éd. et trad. anglaise J. Morris (British History and the Welsh Annals), in History from the Sources, vol. 8, Chichester, Phillimore, 1980.

11 Th. Charles-Edwards, « The Arthur of History », in R. Bromwich (éd.), The Arthur of the Welsh, Cardiff, University of Wales Press, 1991, p. 15-32. Je dois la communication de cette référence à l'obligeance de Bernard Merdrignac, que je remercie ici.

12 Armes Prydein, éd. R. Bromwich, Cardiff, University of Wales Press, 1972. Annales Cambriae, in Nennius, éd. et trad. J. Morris sous le titre British History and the Welsh Annals. In History from the Sources, vol. 8, Chichester, Phillimore, 1980.

13 L. Fleuriot, J.-C. Lozac’hmeur et L. Prat, Récits et poèmes celtiques, Paris, Stock, 1981, p. 74-75. Voir aussi A. O. H. Jarman, « The Merlin Legend and the Welsh Tradition of Prophecy », in R. Bromwich (éd.), The Arthur of the Welsh, op. cit., p. 117-146.

14 La bataille du Mont Badon a récemment été datée de façon plus précise : février 483. Voir P. H. Blair, Introduction to Anglo-Saxon England, Cambridge, Cambridge University Press, 1977 ; P. H. Sawyer, From Roman Britain to Norman England, Londres, Routledge, 1998 ; D. Nicolle et A. Macbride, Arthur and the Anglo-Saxon Wars, Londres, Osprey, rééd. 1992.

15 Historia Brittonum, chapitre IV (« Arthuriana »), éd E. Faral, in La légende arthurienne. Études et documents, t. 3, Paris, Champion, 1929, p. 38-39 : « Octavum fuit bellum in castello Guinnion, in quo Arthur portavit imaginem sanctae Mariae perpetuae virginis super humeros suos, et pagani versi sunt in fugam in illo die [...]. Duodecimum fuit bellum in monte Badonis, in quo corrue- runt in uno die nongenti sexaginti viri de uno impetu Arthur [...] ». Traduction Amaury Chauou.

16 Henry de Huntingdon, Epistola ad Warinum, in Robert de Torigny, Chronicle, in Chronicles of the Reigns of Stephen, Henry II and Richard I, T. IV, éd. R Howlett, Londres, R. S., 1885, p. 65-75 (esp. p. 65).

17 Guillaume de Malmesbury, Gesta Regum Anglorum, éd. cit. : « Hic est Arthur de quo Britonum nugae hodieque delirant ; dignus plane quem non fallaces somniarent fabulae, sed veraces praedi-carent historiae [...] ».

18 Guillaume de Malmesbury, De Antiquitate Glastoniensis Ecclesiae, in J. Scott, The Early History of Glastonbury, Cambridge, Brewer, 1981.

19 Geoffroy de Monmouth, Vita Merlini, éd. E. Faral, in La legende arthurienne. Études et documents, t. 3, Paris, Champion, 1929. Nombreux extraits des Prophetiae Merlini dans les deux autres tomes. Trad. I. Jourdan (Vie de Merlin), Castelnau-le-Lez, Climats, 1996.

20 Un « livre très ancien, écrit en langue bretonne, [qui] dans un très bon style, [...] exposait en suivant la chronologie les glorieuses actions de ces rois depuis Brutus, premier roi des Bretons, jusqu'à Cadvalladr, fils de Cadvallo », cf. Histoire des rois de Bretagne, éd. L. Mathey-Maille, op. cit, chap. 2.

21 Voir par exemple R. S. Loomis, « The Oral Diffusion of the Arthurian Legend », in R S. Loomis (dir.), Arthurian Literature in the Middle Ages, Oxford, Clarendon, 1959, p. 52-63.

22 P. Flobert, L. Fleuriot, « La Prophetia Merlini de Jean de Cornwall », Études Celtiques, 14 (1974), p. 31-56.

23 J- Balcou et Y. Le Gallo, Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, T. I, chap. IV, « Histoire et légendes », par L. Fleuriot, op. cit., p. 99.

24 Ibid.

25 Gesta Regum Britanniae, The Historia Regum Britanniae of Ceoffrey of Monmouth, éd. N. Wright, Cambridge, Brewer, 1991, vol. 5.

26 J. Balcou et Y. Le Gallo, Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, T. I, chap. IV, « Histoire et légendes », par L. Fleuriot, op. cit., p. 100.

27 Guillaume de Newburgh, The History of William of Newburgh, éd. J. Stevenson, Felinfach, Llanerch, 1996, p. 398 : « He is called Geoffrey, surnamed Arthur, from having given, in a Latin version, the fabulous exploits of Arthur (drawned from the traditional fictions of the Britons, with additions of his), and endeavoured to dignify them with the name of authentic history » (traduction Amaury Chauou : On l'appelle Geoffroy, de surnom Arthur, pour avoir rapporté dans une version latine les fabuleux exploits d'Arthur (tirés des romans traditionnels des Bretons, mêlés à des additions de son cru), et tenté de les rehausser sous l'appellation d'histoire véritable).

28 Robert de Torigny parle en effet de Geoffroy comme de « Gaufridus Arturi (note de l'auteur : du nom de son père), qui avait traduit l'histoire des rois des Bretons en latin, fait évêque de Saint- Asaph en Nord-Galles ». Voir E. K. Chambers, Arthur of Britain, Londres, Sidgwick and Jackson, 1966, p. 262.

29 Geoffroy de Monmouth, Vie de Merlin, trad. I. Jourdan, op. cit., p. 55. Cf. Vita Merlini, op. cit., v. 929-940 :

«Illuc post bellum Camblani vulnere laesum
Duximus Arturum, nos conducentes Bacintho,
Aequora cui fuerant et caeli sidera nota.
Hoc rectore ratis cum principe venimus illuc
Et nos, quo decuit, Morgen suscepit honore,
Inque suis thalamis posuit super aurea regem
Strata, manuque sibi detexit vulnus honesta,
Inspexitque diu, tandemque redire salutem Posse sibi dixit,
si secum tempore longo Esset et ipsius vellet medicamine fungi.
Gaudentes igitur regem commisimus illi
Et dedimus ventis redeundo vela secundis ».

30 Geoffroy de Monmouth, Histoire des rois de Bretagne, éd. L. Mathey-Maille, op. cit., chapitre 178 ; cf. Historia Regum Britanniae, éd. E. Faral, op. cit.: « Sed et inclytus ille rex Arturus letaliter vulneratus est, qui, illinc ad sananda vulnera sua in insulam Avallonis evectus, Constantino, cognato suo et filio Cadoris, ducis Cornubiae, diadema Britanniae concessit, anno ab Incarnatione Domini DXLI ».

31 Th. Malory, Le Morte Darthur, éd. E. Vinaver (in The Works of Sir Thomas Malory), rév. P. J. C. Field, 3 vol., Oxford, Clarendon Press, 1990. Trad. J.-M. Dubois, Le Roman d'Arthur et des chevaliers de la Table Ronde, Paris, Aubier, 1948.

32 N. Wright, « Geoffroy of Monmouth and Bede », Arthurian Literature, VI (1986), p. 36 suiv.

33 Geoffroy de Monmouth, Histoire des rois de Bretagne, éd. L. Mathey-Maille, op. cit., chapitre 189: « Tous acceptèrent les propositions d’Ethelbert et rassemblèrent, selon ses plans, une armée impressionnante; gagnant alors le territoire breton, ils arrivèrent à Leicester où Brochmail, le chef de la ville, attendait leur venue »; cf. Historia Regum Britanniae, éd. E. Faral, op. cit. : «Adquiescentes igitur consilio ejus, collegerunt mirabilem exercitum et, provinciam Britonum petentes, venerunt Legecestriam, ubi Brocmail, consul urbis, adventum eorum expectabat».

34 Ibidem: « Collectis igitur undique exercitibus, Edelfridus, rex Northaninbrorum, proelium inivit cum Brocmail, qui, pauciore numero militum resistens, ad ultimum, relicta civitate, sed prius maxima strage hostibus illata, diffugit. At Edelfridus, civitate capta, cum intellexisset causam adven- tus praedictorum monachorum, jussit in eos primum arma verti et sic MCC eorum in ipsa die martyrio decorati regni celestis sedem adepti sunt » ; trad. L. Mathey-Maille, op. cit. : « Une fois les armées disposées, Ethelfrid, roi de Northumbrie, engagea le combat contre Brochmail. Ce dernier résista avec un nombre d'hommes bien inférieur mais finalement il abandonna la cité et prit la fuite, non sans avoir auparavant infligé d'immenses pertes aux ennemis. Lorsque Ethelfrid, qui s'était rendu maître de la ville, eut découvert la raison de la présence des moines, il donna immédiatement l'ordre de diriger les armes contre eux; ce jour-là, mille deux cents religieux gagnèrent la couronne du martyre et obtinrent une place dans le royaume céleste».

35 Historia Regum Britanniae, chapitres 197 à 200.

36 R. W. Hanning, The Vision of History in Early Britain, New York/Londres, Columbia University Press, 1966, p. 137.

37 L. Mathey-Maille, De l’Historia Regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth au Roman de Brut de Wace, thèse dactyl., Université de Paris III, 1992, 2 vol., p. 120 (vol. 2).

38 Historia Regum Britanniae, éd. E. Faral, op. cit., chapitre 205: « Deinde, cum aliquantulum tem- poris emensum esset et praedictus populus roboratus fuisset, recordatus Cadvalladrus regni sui, jam a supradicta contagione purificati, auxilium ab Alano petivit, ut pristinae potestati restituere- tur. At, cum id a rege impetravisset, intonuit ei vox angelica, dum classem pararet, ut coeptis suis desisteret. Nolebat enim Deus Britones in insulam Britanniae diutius regnare, antequam tempus illud advenisset, quod Merlinus Arturo prophetaverat»; trad. L. Mathey-Maille, op. cit.: « Au bout de quelque temps, alors que le peuple breton avait repris des forces, Cadvalladr se souvint de son royaume, désormais débarrassé de la peste, et il demanda l'appui d'Alan pour recouvrer sa dignité passée. Mais, alors qu'il avait obtenu le soutien du roi et qu'il préparait sa flotte, une voix venue du ciel lui intima l'ordre de renoncer à ses projets. Dieu refusait, en effet, que le peuple breton dominât plus longtemps l'île de Bretagne, avant le temps prédit par Merlin à Arthur ».

39 G. H. Gerould, « King Arthur and Politics », Speculum, 2 (1927), p. 33-51.

40 J. S. P. Tatlock, The Legendary History of Britain, Berkeley, University of California Press, 1950, p. 305 et suiv; p. 426.

41 E. Köhler, L'aventure chevaleresque. Idéal et réalité dans le roman courtois, 2e éd. (trad.), Paris, Gallimard, 1974, p. 64.

42 Cf. supra p. 29.

43 G. H. Gerould, « King Arthur and Politics », op. cit., p. 45.

44 J. Bédier, Les légendes épiques. Recherches sur la formation des chansons de geste, 4 vol., Paris, Champion, 1908-1912.

45 E. Faral a mis en doute cette utilisation (La légende arthurienne. Etudes et documents, t. II, Paris, Champion, 1929, p. 386). Cependant, elle a été soulignée avec de nombreux arguments par P. E. Schramm (Der König von Frankreich. Dos Wesen der Monarchie vom 9. zum 16. Jahrhundert, t. II, Weimar, Böhlaus Nachfolger, 2e éd. 1960, p. 183-4) et E. Köhler, op. cit., p. 66-67, qui répond point par point à E. Faral. La dernière mise au point, la plus complète, est celle de H. E. Keller, «The "Song of Roland": a Mid-Twelfth Century Song of Propaganda for the Capetian Kingdom», Olifant, t. III, 1975-6, p. 242-258.

46 E. Köhler, op. cit., p. 119.

47 Wace, Roman de Rou, éd. A. J. Holden, 3 vol., Paris, SATF, 1970-73, t. II, v. 179-180: «Treis reis Henri vi e cunui/E clerc lisant en lur tens fui».

48 Layamon, Brut, éd. F. Madden, Londres, Society of Antiquaries, 1847: «A Third book he took and laid in the midst which a French cleric made, named Wace, who well could write, and he gave it to the noble Alienor, who was the high king Henry’s queen... Layamon took quills in his fingers and set down on book-skin the truer words and condensed three books into one». Cette dédicace a été beaucoup discutée.

49 H. E. Keller, «Wace et les Bretons», Actes du 14e Congrès International Arthurien, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1985, t. II, p. 354-370.

50 Geoffroy de Monmouth, Prophetiae Merlini, cité par I. Arnold, in Le Roman de brut, op. cit., Introduction, p. LXXXIV («Tremebit romulea domus saevitiam ipsius et exitus ejus dubius erit»).

51 Wace, Roman de Brut, éd. I. Arnold, op. cit., vol. II, v. 13275-13286.

52 J. Blacker, «Transformation of a Theme: the Depolitization of the Arthurian World», in The Arthurian Tradition, Essays in Convergence, Tuscaloosa — Londres, University of Alabama Press, 1988, p. 54-74.

53 Wace, op. cit., v. 9731-9740.

54 Geoffroy de Monmouth, Historia Regum Britanniae, op. cit., chapitre 149.

55 Geoffroy de Monmouth, op. cit., chapitre 153.

56 Ibid.

57 Geoffroy de Monmouth, Historia Regum Britanniae, op. cit., chapitre 155.

58 Ibid., chapitre 155: «Tunc largitus est Beduero, pincernae suo, Estrusiam, quae nunc Normannia dicitur, Kaioque dapifero Andegavensium provinciam, plures quoque alias provincias nobilibus viris, qui in obsequio ejus fuerant». Trad. L. Mathey-Maille, op. cit.: «Il donna la Neustrie, maintenant appelée Normandie, à son échanson Béduer, la province d'Anjou à son sénéchal Kai et distribua également beaucoup d'autres provinces aux nobles qui l'avaient servi».

59 Historia Regum Britanniae, op. cit., chapitre 43; Roman de Brut, v. 3145 suiv.

60 Historia Regum Britanniae, op. cit., chapitre 79; Roman de Brut, v. 5702-5719.

61 R. R. Bezzola, Les origines et la formation, op. cit., 2e partie, t. II, p. 539-541; Historia Regum Britanniae, op. cit., chapitre 177.

62 R Folz, L'idée d'empire en Occident (Ve-XIVe siècles), Paris, Aubier, 1953.

63 E. Baumgartner, «Troie et Constantinople dans quelques textes du xiie et du xiiie siècle: fiction et histoire», in La ville: Histoires et mythes, Paris, Institut de Français de l'Université Paris X Nanterre, 1981, p. 13.

64 Nous reviendrons en détail sur la relation des Plantagenêts à ce thème dans le chapitre V.

65 K. F. Werner, Les origines. Avant l'an mil., in J. Favier (dir.), Histoire de France, t.I, nouvelle éd., Paris, Le Livre de Poche, 1995, p. 34-35.

66 C. Beaune, «L'utilisation politique du mythe des origines troyennes en France à la fin du Moyen Âge», in Lectures médiévales de Virgile, Rome, École Française de Rome, 1985, p. 331-355.

67 J. Kerhervé, «Aux origines d'un sentiment national», Bulletin de la Société des Archives de France, 108 (1980), p. 165-206; M. Jones, «Mon pais et ma nation», in C. T. Allmand, War, Literature and Politics in the Late Middle Ages, Liverpool, Liverpool University Press, 1976, p. 144-168.

68 J. Balcou et Y. Le Gallo (dir.), Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, T. I, chap. IV, «Histoires et légendes», par L. Fleuriot, rééd. Paris/Spezet, Champion/Coop Breizh, 1997, p. 110.

69 Historia Brittonum, chap. 7 (sur Brutus) et chap. 10-11 (sur les origines troyennes), in Nennius, éd. et trad. anglaise J. Morris (British History and the Welsh Annals), in History from the Sources, vol. 8, Chichester, Phillimore, 1980.

70 L. Mathey-Maille, De l’Historia Regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth au Roman de Brut de Wace, thèse dactyl., Université de Paris III, 1992, 2 vol., p. 160 (vol. 2).

71 Geoffroy de Monmouth, Historia Regum Britanniae, op. cit., chapitre 22, p. 92: «Unde postea maxima contentio orta est inter ipsum et Nennium fratrem suum, qui graviter ferebat illum velle nomen Trojae in patria sua delere». Trad. L. Mathey-Maille, op. cit.: «Cette décision fut ensuite la cause d'une très vive discussion entre Lud et son frère Nennius, ce dernier supportant très mal de voir abolir le nom de Troie dans son pays».

72 Wace, Roman de Brut, op. cit., v. 1217-1224.

73 Geoffroy de Monmouth, Histoire des rois de Bretagne, op. cit., chapitre 157. Cf. Historia Regum Britanniae, éd. E. Faral, op. cit.,: «Antiquam namque consuetudinem Trojae servantes, Britones consueverant mares cum maribus, mulieres cum mulieribus festivos dies separatim celebrare».

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540