Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idéologie Plantagenêt

 | 
Amaury Chauou

Introduction

Texte intégral

  • 1 Jean de Salisbury, Policraticus, IV, 6, 12-26, éd. C. C. J. Webb, Oxford, Clarendon, 1909, p. 254  (...)
  • 2 A. Erlande-Brandenburg, « Le cimetière des rois à Fontevrault », Congrès archéologique de France, (...)
  • 3 Voir la dernière mise au point par J. Verger, La Renaissance du xiie siècle, Paris, Le Cerf, 1996, (...)
  • 4 J. Le Goff, La civilisation de l'Occident médiéval, Paris, Arthaud, 1964, p. 254 : « Il n'est sans (...)

1« Un roi illettré n'est qu'un âne couronné »1. Ce propos fort célèbre dans la pensée politique du Moyen Âge central et des siècles suivants illustre bien la solidité des liens qui unissent désormais en Occident institution monarchique et culture savante. Le gisant d'Aliénor d'Aquitaine2, le front altier ceint de la couronne royale, les yeux fermés pour l'éternité, tenant dans ses mains un livre ouvert, témoigne encore aujourd'hui dans la nécropole de l'abbatiale de Fontevraud de la richesse de l'histoire politique et culturelle du xiie siècle, notamment dans les domaines Plantagenêts. « Renaissance du xiie siècle » ont écrit d'aucuns3 par opposition à la renaissance carolingienne, d'une part, à la renaissance ottonienne, d'autre part, et par anticipation sur la Renaissance italienne du Trecento et du Quattrocento, qui appartiennent tout autant au Moyen Âge. Période charnière, assurément, qui, si elle n'innove pas complètement (le Moyen Âge, comme l'a si bien dit J. Le Goff4, a horreur de la nouveauté), introduit dans les rapports entre monarchie et culture, entre milieux laïcs et milieux cléricaux, une densité, une profondeur qui n'existaient plus depuis longtemps. Désormais, les belles lettres sont devenues pour la monarchie un enjeu capital : un enjeu de pouvoir.

  • 5 R. L. Benson et G. Constable (éd.), Renaissance and Renewal in the Twelfth Century, 2e éd., Toront (...)

2De ce xiie siècle bouillonnant, de cette renaissance ou de ce renouveau, les multiples facettes ont depuis longtemps été étudiées. Rien que dans le domaine culturel et intellectuel, cependant, les questionnements sont encore aujourd'hui affinés, mettant en perspective une réalité fascinante5. Les aspects les plus brillants de ce siècle qui ont de longue date retenu l'attention sont la théologie, la morale, le droit, les sciences et la philosophie, les arts, et la littérature. Mais l'exploration de ces divers domaines de l'histoire culturelle a souvent donné lieu à des développements très individualisés, soulignant un élément du tout sans mise en relation avec le contexte socio-économique ambiant. Ainsi l'évocation du xiie siècle soulève de grands noms, et autant d'études qui leur ont été consacrées : saint Bernard et Abélard, l'école de Chartres des évêques Thierry et Bernard, la théologie parisienne de Guillaume de Conches et Gilbert de la Porée, Thomas Becket et son secrétaire, Jean de Salisbury, Pierre Lombard et le Livre des Sentences, Étienne de Fougères et le Livre des Manières... La renaisance du xiie siècle, c'est aussi l'apogée de l'art roman à Moissac, Vézelay ou Autun, les débuts du gothique à Saint-Denis, l'art du vitrail à Cantorbéry, la statuaire du triple portail Royal de Chartres, les fresques de Winchester ou de Ganagobie...

3On le voit, le xiie siècle intimide, impressionne, au point que même ceux qui l'ont vécu semblent avoir eu une certaine conscience des changements et de l'essor qu'ils connaissaient.

  • 6 Ch. Haskins, The Renaissance of the Twelfth Century, Cambridge, Mass., 1927.
  • 7 E. Patzelt, Die karolingische Renaissance : Beiträge zur Geschichte der Kultur des frühen Mittelal (...)
  • 8 H. Naumann, Karolingische und ottonische Renaissance, Francfort, 1927.

4Cependant, l'expression même de « Renaissance du xiie siècle » est, comme celle de féodalisme appliquée à la même situation historique, une invention des historiens modernes. Le mérite de l'avoir forgée revient au grand spécialiste américain Charles Haskins, qui la retint comme titre de son plus fameux ouvrage paru en 1927 sur le sujet : The Renaissance of the Twelfth Century6. Certes, le terme de renaissance pour la qualification d'une phase particulière de l'histoire culturelle du Moyen Âge avait déjà été utilisé auparavant — songeons à E. Patzelt7 pour la renaissance carolingienne et H. Naumann8 pour la renaissance ottonienne. Mais la suprême habileté de Charles Haskins, dans laquelle réside le secret de la longévité de ce magistral classique, fut de suivre une démarche comparatiste qui mettait au cœur de l'étude du concept de renaissance la spécificité du xiie siècle, tout en traçant des parallèles avec la Renaissance italienne des débuts du xvie siècle. La profondeur des intuitions de l'auteur, alliée à une érudition remarquable, ont immédiatement placé cet ouvrage de référence au centre du débat historiographique, et ont amené un enrichissement conceptuel autour du terme même de « renaissance ».

  • 9 M.-D. Chenu, La Renaissance du xiie siècle : les écoles et l'enseignement, Paris, 1957.
  • 10 E. Panofsky, Renaissance and Renascences in Western Art, Stockholm, 1960.
  • 11 W. A. Nitze, « The so-called Twelfth-Century Renaissance », Speculum, 23 (1948), p. 464-471.
  • 12 E. M. Sanford, « The Twelfth-Century Renaissance or Proto-Renaissance ? », Speculum, 26 (1951), p. (...)
  • 13 U. T. Holmes Jr, « The idea of a Twelfth-Century Renaissance », Speculum, 26 (1951), p. 643-651.

5Des travaux qui se sont inscrits dans la voie ouverte par Charles Haskins, plusieurs ont été à leur tour marquants. Dès avant la Deuxième Guerre mondiale, le Père Chenu, assisté de dominicains canadiens, publia une magistrale Renaissance du xiie siècle : les écoles et l'enseignement9, dont l'objet portait sur les écoles urbaines et leur influence sur l'histoire intellectuelle du xiie siècle. Après le conflit mondial, des études issues du domaine anglo-saxon, sous la signature d'historiens de l'art (E. Panofsky10) ou de la littérature médiévale (W. A. Nitze11, E. M. Sanford12, U. T. Holmes Jr13), nuancèrent la problématique de la renaissance en insistant davantage sur les notions d'essor, d'émergence, de mouvement, plus propres selon eux à traduire la pente générale du xiie siècle au renouveau, à la réforme, à la reprise d'un dynamisme momentanément interrompu, plutôt qu'à la restauration, la résurrection d'un âge antique et révolu.

  • 14 C. Warren Hollister, The Twelfth-Century Renaissance, New York, 1969.
  • 15 Ch. Brooke, The Twelfth-Century Renaissance, Londres, Thames and Hudson, 1969.
  • 16 P. Weimar, Die Renaissance der Wissenschaften im 12. Jahrhundert, Zurich, Artemis, 1981.
  • 17 M. de Gandillac, E. Jeauneau (éd.), Entretiens sur la Renaissance du xiie siècle, Paris-La Haye, D (...)
  • 18 R L. Benson et G. Constable, op. cit., 2e éd, 1991.
  • 19 E. Werner, Stadtluft macht frei. Frühscholastik und bürgerliche Emanzipation in der ersten Hälfte (...)
  • 20 Mise au point à ce sujet dans J. Verger, J. Jolivet, Bernard-Abélard ou le Cloître et l'École, Par (...)

6Toutefois, ces vues ne corrigeaient que superficiellement la thématique de Charles Haskins, sans la révoquer. Avec les années soixante, la Renaissance du xiie siècle allait s'ancrer plus encore dans la bibliographie spécialisée, tout en subissant un toilettage. Une remise en cause partielle se dégagea de plusieurs travaux de synthèse (C. Warren Hollister14, Chr. Brooke15, P. Weimar16), et surtout de deux colloques internationaux, celui de Cerisy-la-Salle en 196817, et celui de Harvard publié en 198218. Les infléchissements par rapport à l'ouvrage pionnier s'orientaient dans quatre directions. Avant tout, sa conception d'une renaissance assez laïcisée fut battue en brèche. Le renouveau des études religieuses permit en effet de restaurer la dimension spirituelle du phénomène et de souligner en son sein le rôle de la réforme de l'Église, bien au-delà de l'épisode grégorien stricto sensu (de Grégoire VII au concordat de Worms). D'autre part, le cadre géographique et chronologique retenu par Haskins fut fortement élargi : dans l'espace, d'abord, avec non plus deux foyers bien distincts (France septentrionale et Italie du Nord), mais un domaine vaste où la France de l'Ouest et le royaume d'Angleterre (« l'espace Plantagenêt ») jouent un rôle prépondérant, de même que les périphéries méditerranéennes comme le royaume normand de Sicile et la Catalogne. Dans le temps, ensuite, avec une recherche de plus en plus précoce des origines de la renaissance en plein xie siècle, tant dans les domaines religieux que littéraires ou artistiques. Dans un autre ordre d'idées, la conception classique d'une tension au xiie siècle entre forces « montantes » (la bourgeoisie, les milieux urbains) et les forces « féodales » traditionnelles19, nourrie par le discours historique marxiste, fut écartée au profit d'une interprétation moins tranchée qui insistait sur le dynamisme au sein de l'Église elle-même, y compris dans les milieux monastiques longtemps présentés sur le plan des mentalités comme les moins créatifs (c'est le poncif de saint Bernard le réactionnaire contre Abélard l’avant-gardiste20). La réalité du xiie siècle intellectuel en ressortit plus dense, plus complexe. Enfin, et surtout, le nécessaire replacement de l'histoire culturelle dans son contexte économique, politique et social, que Charles Haskins n'avait pas manqué d'effectuer, a beaucoup progressé depuis lors : que ce soit sur l'essor démographique et les défrichements, l'essor urbain et celui des échanges, la dilatation de l'Occident chrétien vers l'Est et le Sud, les monographies successives ont singulièrement modifié notre connaissance du cadre général de la période.

  • 21 G. Duby, Hommes et structures du Moyen Âge, t. II, Seigneurs et paysans, 2e éd., Paris, Flammarion (...)
  • 22 G. Duby, Le chevalier, la femme, le prêtre. Le mariage dans la France féodale, Paris, Hachette, 19 (...)
  • 23 G. Duby, Les trois ordres ou l'imaginaire du féodalisme, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des (...)
  • 24 G. Duby, Dames du xiie siècle, 3 vol., Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des Histoires, 1995-19 (...)
  • 25 Ch. Haskins, « Henry II as a Patron of Literature », Essays in Medieval History presented to T. F. (...)

7À cela est venu s'ajouter l'extraordinaire apport des recherches s’attachant non seulement aux structures sociales, mais aussi mentales du xiie siècle : se détache ici inévitablement le nom de Georges Duby, qui a consacré tant de travaux aux problèmes de tensions sociales, entre seigneurs et paysans21, entre laïcs et clercs22, entre ordines23, entre hommes et femmes24, reliant ces tensions à des structures mentales et des phénomènes de représentations collectives qui ont largement renouvelé les explications sur le dynamisme du xiie siècle. La voie était ainsi ouverte, pour l'historiographie la plus récente, à un dépassement de l'histoire des mentalités et à un retour à l'histoire politique, conçue non plus comme connaissance factuelle de la politique, mais comme discours problématique sur le politique. C'est cette perspective qui a peut-être le plus apporté à l'étude de la Renaissance du xiie siècle, tant il est apparu que ses manifestations avaient des dimensions politiques certaines, depuis le rôle de la redécouverte du droit romain dans la conception médiévale de la monarchie, jusqu'à l'influence idéologique de la littérature de cour produite dans l'entourage des Plantagenêts, que Charles Haskins avait en son temps remarquée, mais n'avait guère exploitée25.

  • 26 R. R. Bezzola, Les origines et la formation de la littérature courtoise en Occident (500-1200), 3 (...)
  • 27 E. Köhler, L'aventure chevaleresque. Idéal et réalité dans le roman courtois, 2e éd. (trad.), Pari (...)
  • 28 Pierre de Blois, Epistola LXVI in Opera Omnia, éd. J. A. Giles, Oxford, 1846-47, t. I, p. 193 suiv (...)

8Depuis cet article fondateur, l'intérêt porté à la cour d'Angleterre comme centre littéraire de première importance au temps du souverain Plantagenêt ne s'est jamais démenti, mais a connu de longues éclipses. La monumentale étude de Reto R. Bezzola26, qui a tout de suite fait autorité, a marqué à la fois un aboutissement des recherches d'histoire littéraire à strictement parler, et un point de départ pour d'autres approches du sujet, comme par exemple celle de la sociologie littéraire avec les travaux d’Erich Köhler27 sur la réception des romans courtois produits dans l'entourage d'Henri II. Toutes ces recherches ont eu pour point commun de focaliser l'attention entre autres sur le rôle personnel du souverain dans cet épanouissement de la littérature sur ses domaines, les nombreuses dédicaces à sa personne ou à celles de sa maison témoignant d'une pratique de l'évergétisme et du mécénat qui paraissait incomparable. Ces vues étaient confortées par les propos des auteurs de l'époque, qui, tous plus ou moins fascinés par le personnage d'Henri II, n'ont pas manqué de souligner sa culture personnelle et son goût pour les lettres, qui pouvaient contraster avec son légendaire appétit de la chasse et son inlassable activité, pour ne pas dire activisme, politique. C'est ce que l'on retrouve de façon attendue parmi les poncifs du tableau qu'a brossé de lui un de ses plus fidèles courtisans, le moraliste et brillant épistolier Pierre de Blois28 :

« C'est un homme au poil roussâtre, de stature moyenne ; il a une face léonine, carrée, des yeux à fleur de tête, naïfs et doux lorsqu'il est de bonne humeur, et qui jettent des éclairs lorsqu'il est irrité. Ses jambes de cavalier, sa large poitrine, ses bras d'athlète dénoncent l'homme fort, agile et audacieux. Il ne prend aucun soin de ses mains et ne met de gants que s'il tient un faucon. Il porte des vêtements et des coiffures commodes, sans luxe. Il combat l'obésité qui le menace par la sobriété et l'exercice, et grâce à la marche et à l’équitation, il conserve sa jeunesse et fatigue ses plus robustes compagnons. Du matin au soir, sans arrêt, il s'occupe des affaires du royaume. Sauf quand il monte à cheval ou prend ses repas, il ne s'assoit jamais. Il lui arrive de faire en un jour une chevauchée quatre ou cinq fois plus longue que les chevauchées ordinaires. Il est fort difficile de savoir où il est et ce qu'il fera dans la journée, car il change souvent d'idées. Il met à une rude épreuve la constance de sa suite, qui erre parfois pendant trois ou quatre milles dans une forêt inconnue, à la nuit, et doit loger dans des huttes sordides. Mais ainsi, tandis que les autres rois se reposent dans leur palais, il peut surprendre et déconcerter ses ennemis et il inspecte tout, s’appliquant surtout à juger ceux qu'il a constitués les juges des autres. Quand il n'a pas en main un arc ou une épée, il est au Conseil ou en train de lire. Nul n'est plus ingénieux ni plus éloquent, et, quand il peut se libérer de ses soucis, il aime à discuter avec des lettrés. C'est un grand bâtisseur : que ce soit pour élever des fortifications, clore des parcs de chasse ou des viviers, ou construire des palais, nul n'est plus subtil ni plus magnifique. Au moral, il est calme dans le péril, modéré dans la prospérité... ».

  • 29 Gautier Map, De Nugis Curialium, éd. et trad. A. Bate (Contes pour les gens de cour), Turnhout, Br (...)

9Ce panégyrique du Plantagenêt, considéré comme un nouveau Charlemagne tant par sa sagesse que par sa culture, tant par sa bienveillance que par son activité, est confirmé par d'autres témoignages, dont celui du moins docile Gautier Map, dont les traits acérés n'ont pas toujours épargné la dynastie régnante. L'essayiste et satiriste gallois nous décrit un homme au physique énergique, de grande taille, solide sur ses jambes, de visage avenant, invincible en endurance, très versé dans la pratique de la chasse, mais s’adonnant à la lecture dans sa chambre, rompu à toutes les règles de la courtoisie, et d'une excellente instruction pour un laïc — dans la mesure du moins, nuance Gautier Map, de ce qui semble bienséant et avantageux29.

10Bien qu'il faille faire la part de la flatterie au puissant bienfaiteur dans de tels commentaires, nous tenons là une des originalités de ce règne dans l'économie générale du xiie siècle : le degré d'instruction et le goût du prince pour les lettres. Ce n'est pas de la moindre importance pour aborder l'ampleur de son œuvre politique appréciée dans son contexte.

  • 30 J. Boussard, Le gouvernement d'Henri II Plantagenêt, Paris, d’Argences, 1956, p. 516.

11Cette œuvre si vaste a pris des formes différentes selon que l'on s'intéresse aux possessions continentales ou au royaume insulaire du Plantagenêt. Il ne faut pas oublier que la situation de départ au moment de son avènement comme roi d'Angleterre (1154) n'est pas du tout la même des deux côtés de la Manche. D'un côté, les domaines patrimoniaux légués par son père (Normandie, comté d'Anjou et du Maine), auxquels s'ajoutent les annexes du Vendômois et d'une partie de la Touraine, forment un ensemble homogène, renforcé par l'Aquitaine depuis le mariage avec Aliénor (1152), en attendant la Bretagne qui tombe dans l'orbite de la dynastie angevine entre 1156 et 1166, et, de façon beaucoup plus lâche, le comté de Toulouse ; de l'autre, le royaume d'Angleterre conquis par droit héréditaire les armes à la main, encadré par la suite par les principautés que constituent le royaume d’Écosse et le Pays de Galles30. Dans les possessions continentales, qui sont celles qui comptent le plus pour un prince français comme Henri II Plantagenêt (car la dynastie angevine est restée française de langue, de culture et d'intérêts, même après la perte de la Normandie en 1204), l'émiettement féodal, le morcellement politique en seigneuries et baronnies extrêmement jalouses de leurs prérogatives ont empiété sur les droits du seigneur suzerain à un point que le royaume d'Angleterre, où la féodalité s'est surimposée à un cadre anglo-saxon antérieur, ne connaît pas.

  • 31 Voir les limites posées à ce terme par J. Le Patourel, « The Plantagenets Dominions », History, 50 (...)

12Cependant, au-delà de ces distinctions, l'œuvre du souverain angevin s'oriente dans quatre directions communes à l'ensemble de ce « common- wealth » d'entités politiques liées par des liens dynastiques et des prestations de serment que l'on nomme facilement « l'empire Plantagenêt » ou « l'empire angevin31 ». D'abord, la conquête territoriale, Henri II n'étant pas homme à renoncer à ce qui lui semble la moindre parcelle de ses revendications légitimes. Tour à tour, le Pays de Galles, l’Écosse, la Bretagne, font l'expérience de sa volonté expansionniste de domination, l'Irlande ne rejoignant qu'en 1171-1175 cette préfiguration médiévale de l'arc Atlantique, et dans un cadre différent puisqu'il s'agit au départ d'une conquête de vassaux d'origine anglo-normande (Richard de Clare, dit « Strongbow », et Hugues de Lacy).

  • 32 C'est pourtant le point de vue qui sous-tend l'étude canonique de l’évêque Stubbs, The Constitutio (...)
  • 33 J.-Ph. Genet a insisté sur la précocité de la construction de cet État moderne à plusieurs reprise (...)

13Ensuite, la stabilisation institutionnelle, marquée un peu partout par la réactivation ou le développement d'institutions nouvelles ou décadentes : Echiquier, sheriffs, justiciers et juges itinérants en Angleterre, où quels que soient les caractères de l'anarchie laissée par Étienne de Blois à sa mort (1154), la reprise en main fut moins difficile et plus prompte qu'ailleurs grâce aux richesses colossales du domaine du roi en comparaison de celles de n'importe lequel de ses vassaux. Dans les possessions continentales, justiciers et Echiquier (de Normandie) ou sénéchaux (de Poitou) et connétables (d'Aquitaine) répondaient aux mêmes objectifs. Le moins que l'on puisse dire est que ceux-ci furent largement tenus, puisque s'il est anachronique de prétendre qu'Henri II a fait progresser l'autorité de l'État central contre le féodalisme32 (ce qui reviendrait à occulter au mépris de l'évidence le rôle fondamental de la prestation de l'hommage dans son mode de gouvernement), il n'est pas niable que le Plantagenêt a semé les germes de ce qui deviendra bien après lui l'État moderne33.

  • 34 E. Türk, Nugae Curialium : Le règne d'Henri II Plantagenêt (1154-1189) et l'éthique politique, Gen (...)
  • 35 À ce sujet (entre autres) la grande étude reste celle de R. Foreville, L'Église et la royauté en A (...)

14Aucune comparaison n'est possible entre cette réussite et le troisième aspect du règne, celui des relations entre le politique et l'Église. Ce volet de l'œuvre du souverain angevin est bien sûr dominé par l'écrasante ombre portée de l'archevêque Thomas Becket, un peu comme l'étude du règne de Louis XVI est tout entière projetée vers le 21 janvier 1793. Toutefois, il ne faudrait pas interpréter la question des rapports entre l'État Plantagenêt et l'institution ecclésiastique à la lumière du seul assassinat du 29 décembre 1170 : l'archevêque de Cantorbéry n'avait pas que des soutiens au sein du clergé anglais sur le thème de la défense absolue et inconditionnelle des libertés de l'Église34, et Henri II a su, aussi bien sur ses terres continentales qu'insulaires, négocier un compromis sur le chapitre des investitures canoniques et ménager les papes successifs. Ce n'est pas le moindre de ses atouts que d'avoir pu compter sur une Église fidèle pour lui fournir aussi bien les hommes que les moyens sonnants et trébuchants de gouvernement des deux côtés de la Manche35.

  • 36 J. Gillingham, Richard Coeur de Lion, Paris, Noesis, 1996 (trad. 2e éd. anglaise), p. 374.
  • 37 W. L. Warren, op. cit., p. 333.
  • 38 Chronicon Monasterii de Bello, éd. J. S. Brewer, Anglia Christiana Society, 1846, p. 106, trad. an (...)

15Tout aussi révélatrice de sa finesse manœuvrière est l'œuvre de stabilisation politique opérée en un peu plus de trente ans. En Normandie, à son avènement comme duc (1152), les barons jouissaient d'une position de force en raison des nombreuses concessions que son père Geoffroy Plantagenêt avait dû leur abandonner pour obtenir leur reconnaissance et faire valoir ses droits à travers la personne de Mathilde ; Henri Plantagenêt héritait pour cela une domination hypothéquée, où le plus difficile consisterait à récupérer les domaines ducaux grevés par les empiètements des vassaux. En Anjou, le baronnage avait perdu depuis longtemps l'habitude d'obéir au doigt et à l'œil à un comte dynamique, et pouvait arguer des récriminations du frère d'Henri pour ébranler sa tentative de reprise en main. Que dire de l'Aquitaine, immense duché peuplé de nations (au sens médiéval) très différentes, dont le seul point commun était une indocilité politique chronique nourrissant perpétuellement un état de rébellion soit latente, soit ouverte ? Ce n'est pas sans mérite qu'Henri II a fait front face à ces forces centrifuges, à cette « divisibilité essentielle de l'empire angevin36 », agitées en sous-main par une monarchie capétienne toujours intéressée par ceux qui refusaient la domination de la dynastie angevine. En Angleterre même, le retour à la stabilité politique était une nécessité autant pour le souverain que pour le pays. Épuisée par de nombreuses années de guerre civile entre les partisans de l'impératrice Mathilde (puis de son fils Henri) et ceux d’Étienne de Blois, l'Albion médiévale meurtrie et exsangue présentait en 1154 le visage d'un corps politique qui se vide de sa substance. La façon même dont le conflit s'était terminé créait des difficultés supplémentaires. Le terme n'était point advenu par une victoire militaire décisive, mais par le traité de Winchester (décembre 1153), qui n'était qu'un compromis37. Comme il n'y avait ni vainqueurs, ni vaincus, aucune mesure d'expropriation ne pouvait permettre au jeune Plantagenêt de récompenser ses partisans. Toutes les rivalités exacerbées en matière de terres et de titres, qui avaient tant déterminé les allégeances pendant la crise, restaient brûlantes. Le droit du plus fort était devenu la norme admise par tous, car comme le disait le chroniqueur de l'abbaye de Battle à propos de ces années de chaos : « Celui qui était le plus fort était le plus possessionné, et chacun considérait ce dont il s'était emparé comme de bon droit38 ».

  • 39 J. Boussard, op. cit., p. 562.

16La seule solution en théorie était de revenir au statu quo ante bellum, c'est-à-dire à la situation à la mort d'Henri Ier (1135), programme qu'Henri Plantagenêt adopta en paroles, mais pas en actes. La restauration de l'ordre politique sous son règne passa d'abord par le rassemblement aux postes de commandement d'hommes compétents comme Robert de Leicester, Richard de Lucé ou Ranulf de Glanville comme justiciers, Onfroy de Bohon comme connétable, Thomas Becket ou Geoffroy de Lincoln comme chanceliers, et quelques autres39, qui tous ensemble formaient un réseau de serviteurs dévoués et sûrs entre lesquels les distinctions de titres sur le papier et de charges dans les faits importaient peu. Le rétablissement politique reposa aussi sur les ressources fiscales du royaume, qui permettaient d'abattre un certain nombre de châteaux rebelles et de tenir les autres en respect, de la même façon que pour les vassaux insoumis du continent. À l'échelle de « l'empire Plantagenêt », contre le travail de sape incessant de la monarchie capétienne, une troisième voie de stabilisation fut utilisée : l'idéologie politique, l'idéologie Plantagenêt conçue comme ciment là où les hommes, l'argent et les armes ne suffisaient plus.

  • 40 C'est le sens retenu par deux contributions majeures à l'étude du sujet : le colloque Culture et i (...)
  • 41 Sur tous ces aspects la référence incontournable reste : M. Bloch, Les rois thaumaturges : étude s (...)
  • 42 J. Krynen, op. cit., p. 28.

17Dans la rivalité idéologique (entendue pour l'instant au sens de propagande politique40) qu'ont vécue Capétiens et Plantagenêts avant même l'avènement d'Henri II comme roi d'Angleterre, les premiers nommés disposaient alors d'une confortable avance. La monarchie française possédait en effet quatre caractéristiques qui la plaçaient hors de comparaison avec toute autre monarchie occidentale et en faisaient presque l'égale en dignité du Saint Empire. Son caractère sacré, surnaturel, élevait le Capétien au- dessus des concurrents à l'échelle occidentale. Cette sacralisation de la monarchie française, issue des traditions bibliques et germaniques, remontait au sacre de Pépin le Bref et de Charlemagne comme rois des Francs et n'avait eu de cesse de se fortifier. L'onction conférée par l'Église, d'origine biblique, était particulièrement chargée de sens. Associée pour la première fois à la légende de la Sainte Ampoule lors du couronnement de Charles le Chauve comme roi de Lotharingie (869), elle fut enrichie symboliquement par Hincmar de Reims, qui la fit remonter au baptême de Clovis. L'archevêque de Reims établit alors une confusion appelée à durer entre deux rites différents, l'onction du sacre royal et celle du baptême de Clovis. Ainsi oint sur la tête et différentes parties du corps le jour de son sacre, le roi des Francs égalait en prestige les évêques et participait de leur ordre, il était rex et sacerdos, conscient de sa sacralité et distinct des autres mortels par la grâce divine. Le serment du sacre et le cérémonial mis en place à partir du xie siècle le montraient amplement, avec Reims41 comme lieu habituel à partir du sacre anticipé du futur Henri Ier. L'entourage capétien n'oublia à aucun moment la « portée magnifiante42 » de ce rite sacral, que ce soit face aux grands feudataires du royaume ou face aux souverains de l'étranger.

  • 43 Helgaud de Fleury, Vie de Robert, éd. R.-H. Bautier et G. Labory, Paris, 1965, cité par J.-P. Poly (...)
  • 44 J.-P. Poly et E. Bournazel, La mutation féodale, op. cit., p. 498-502.
  • 45 Op. cit., p. 495.

18Outre cette sacralité unique par l'onction, le roi de France possédait une deuxième caractéristique exceptionnelle : le don des miracles. Le pouvoir thaumaturgique des Capétiens fut peu à peu reconnu par l'Église au cours du xie siècle et se fixa définitivement au xiie siècle sous la forme du roi toucheur d’écrouelles et guérisseur de scrofules. Ce fut une innovation sans équivalent en Occident, attestée dès le règne de Philippe Ier. Selon le témoignage d’Helgaud de Fleury, il semble qu'il faille rechercher l'origine de la croyance au pouvoir guérisseur du roi dès le règne de Robert le Pieux43. Mais à cette époque, ce pouvoir n'était encore qu'indifférencié. Marc Bloch a tenté de démontrer que la relation de cause à effet entre l'onction du sacre et les vertus thaumaturgiques était établie avec Philippe Ier. Jean-Pierre Poly et Éric Bournazel ont cependant fortement souligné l'origine populaire de ces croyances, et les nombreux problèmes qu'elles ont posés à l'Église44. Il faudrait considérer le pouvoir de guérison des rois comme la captation par les Capétiens d'un ensemble de croyances populaires de la région de Laon relatives à la monarchie, à une époque où seule la monarchie espagnole pouvait présenter des formes comparables de culte paganisant45. La version savante du don miraculeux de guérison des écrouelles ne serait donc pas issue du caractère surnaturel du sacre. Cela n'enlève rien à la force de la croyance dont jouissaient les Capétiens, alors même que leur pouvoir manquait d'affirmation.

  • 46 Sur l'importance de la filiation carolingienne dans la propagande capétienne, la grande étude rest (...)
  • 47 H. E. Keller, « The Song of Roland : a Mid-Twelfth Century Song of Propaganda for the Capetian Kin (...)
  • 48 La chanson de Roland, trad. J. Bédier, Paris, SATF, 1927, p. 187-189.

19De plus, par-delà l'élection d'Hugues Capet au trône en 987, la dynastie capétienne pouvait se prévaloir d'une ascendance exceptionnelle, celle de Charlemagne, empereur d'Occident46. Certes, il n'était pas possible aux Capétiens de se prévaloir d'une filiation directe avec le grand empereur, mais son rôle de figure tutélaire, d'ancêtre fondateur de la lignée des rois des Francs, dans les pas duquel les souverains capétiens, par un heureux hasard de la continuité biologique, plaçaient les leurs depuis plus de deux siècles, ne pouvait être ignoré. Il suffit de relire la Chanson de Roland, justement composée vers 1100, pour mesurer la force inégalable que confère l'épopée à la propagande politique capétienne47 : le centre de l'action en est la « douce France », contrée bénie de Dieu où les gens vivent sagement. C'est là que réside le plus clair du temps Charlemagne, alors qu'il a conquis l'Italie et que son Empire dépasse largement les limites étroites de la Gaule franque. L'empereur à la barbe chenue, à 200 ans passés, gouverne selon les préceptes de Dieu, entouré de ses barons. Sa parole est douce, et toujours réfléchie. Courtois avec les femmes, il sait tenir ses hommes, et le cas échéant se faire craindre. Lieutenant de Dieu sur terre, il n'a de cesse de convertir les païens et de combattre les Infidèles. « Peineuse » est sa vie, mais Dieu veille sur lui, par l'intermédiaire de ses anges qui le guident. Si besoin est, Dieu arrête le soleil pour lui donner la victoire48. On le voit, l'ombre portée de Charlemagne conférait aux rois capétiens le meilleur soutien au pouvoir qui soit : celui du temps.

  • 49 J. Krynen, L'empire du roi, op. cit., p. 34.
  • 50 B. Guenée, Histoire et culture historique dans l'Occident médiéval, Paris, Aubier, 1980, p. 334.
  • 51 J. Krynen, op. cit., p. 50-51.
  • 52 B. Guenée, op. cit., p. 279.
  • 53 Cité par J. Krynen, op. cit., p. 50.

20Pour exploiter de tels avantages, la monarchie capétienne possédait sur ses voisines un dernier atout de taille : le talent de ses historiographes. Le rôle d’Helgaud de Fleury a été souligné pour le règne de Robert le Pieux. Sous Philippe Ier, le moine Hugues de Fleury rédige une chronique des rois de France depuis Pharamond. Le lien entre l'abbaye de Fleury (aujourd'hui Saint-Benoît-sur-Loire) et le pouvoir capétien attire inévitablement l'attention pour la période antérieure au xiie siècle, en ce sens que depuis Abbon, mort en 1004, jusqu'à Helgaud, qui écrit dans les années 1030, c'est toute une série de moines clunisiens qui travaillent à l'édifice de la propagande capétienne49. Il ne faudrait cependant pas imaginer un investissement massif dans cet effort historiographique : passé l'an mil et les nécessités de la légitimation de l'usurpation, il ne se manifeste que de façon épisodique50. Il faut attendre Suger et le transfert de l'activité historiographique vers l'abbaye de Saint-Denis pour que les choses changent. C'est véritablement l'abbé de Saint-Denis qui fit prendre conscience au roi capétien de l'importance de l'histoire. La Vie de Louis VI le Gros traduit ainsi un effort vigoureux pour camper la monarchie capétienne dans une majesté royale trop longtemps tombée en syncope. En même temps, elle fait rayonner l'image d'un roi pacificateur et défenseur du royaume face aux agitateurs dénoncés tant par l'Église que par les pauvres, sire du Puiset et autres. La tentative est importante : elle participe incontestablement d'une volonté de redressement de l'autorité capétienne. Surtout, elle fonde une nouvelle tradition, l'historiographie dionysienne, grâce à laquelle le prestige de la monarchie capétienne et celui de l'abbaye de Saint-Denis n'ont cessé de se renforcer mutuellement51. L'établissement monastique bénédictin a en effet cumulé dès le xiie siècle les fonctions de sanctuaire, de « lieu de mémoire » de la monarchie française sur plusieurs plans. Les rois prirent l'habitude de s'y faire inhumer, le fils à côté du père. Les prières des moines pour le salut de leur âme leur étaient garanties. Les insignes royaux y étaient déposés, l’épée, la lance, l'étendard et la couronne. Mieux : l'idéologie royale y était entretenue aussi par l'écrit. Les moines dionysiens réussirent en effet le tour de force de faire converger leur destin et celui de la royauté capétienne vers une référence tutélaire commune : Charlemagne. Dès 1080-1095, la Descriptio qualiter Carolus..., un récit légendaire, opéra ce rapprochement en prétendant que les reliques de la Passion rapportées de Terre sainte par le grand empereur avaient été en partie cédées à l'abbaye par Charles le Chauve. Les reliques que Saint-Denis possédaient prirent de la valeur, et une sacralisation accrue entoura les insignes royaux, considérés comme provenant plus ou moins de Charlemagne. La convergence fut soulignée au xiie siècle par l'audience que rencontra à Saint-Denis l'Historia Karoli Magni du Pseudo-Turpin, un texte apocryphe52. Appelé à un succès immense après être passé par les mains des moines, ce texte, qui selon la croyance la plus répandue constituait la seule histoire véritable du règne de Charlemagne, proclamait fort à propos que le Carolingien avait « donné toute la France à Monseigneur saint Denis53 ». Couronnant le tout, un faux diplôme de donation, forgé à Saint-Denis, vint étayer les affirmations de l'Historia Karoli Magni. Dans l'historiographie du milieu du xiie siècle, Charlemagne était donc à la France et à l'abbaye de Saint-Denis ce que les Capétiens étaient en train de devenir dans la réalité : des patrons. Sur la longue durée, de Hugues Capet à Louis VII, le pouvoir royal capétien avait réussi à mettre en place les éléments essentiels d'une idéologie royale qui affirmait la permanence d'une référence chrétienne, sacrée et impériale, symbolisée par la personne de Charlemagne. Quelle monarchie pouvait rivaliser avec un tel souverain ?

  • 54 Sur le détail de la guerre civile entre partisans des deux camps, cf. J. Boussard, Le gouvernement(...)

21De prime abord, certainement pas la monarchie des Plantagenêts, et encore moins le premier de la lignée à l'occasion de son avènement. Succédant en 1154 dans des conditions difficiles à Étienne de Blois54 selon les termes du traité de Winchester, Henri II, en dépit de l'étendue de ses possessions de l’Écosse aux Pyrénées, semble cumuler les handicaps. En Angleterre, les barons anglo-normands qui ne l'ont accepté que du bout des lèvres ne sont pas prêts à abandonner les droits acquis grâce à l'anarchie et à la faiblesse d'Etienne. De plus, le prince français incarne le principe dynastique anglo-angevin face à une population majoritairement anglo-saxonne dont il faut se faire accepter. D'une façon générale, il n'apparaît que comme le modeste fils d'un modeste comte d'Anjou, à la rigueur comme le fils de la veuve de l'ancien empereur du Saint Empire Henri V (d'où sa volonté de se faire appeler « Henry FitzEmpress »), mais n'est en aucun cas comparable à son rival Louis VII, fils et petit-fils de roi, descendant direct du roi Hugues Capet, descendant indirect de Charlemagne, et suzerain légitimement habilité à exiger la prestation de l'hommage pour plus de la moitié des terres du Plantagenêt.

  • 55 M. Bloch, op. cit., p. 41 suiv.

22Sur le plan de la propagande, donc, la partie est mal engagée, d'autant plus que le souverain angevin ne dispose pas d'une tradition de sacralisation de la monarchie comparable à celle qui existe en France : bien que Henri Ier Beauclerc se vît reconnaître pour la première fois par l'Église des dons thaumaturgiques55, le sacre royal en Angleterre ne fait pas du roi l'Oint du Seigneur. Il faut attendre le xive siècle et le sacre d'Henri IV pour voir naître outre-Manche une légende identique à celle de la Sainte Ampoule de Reims. Jusqu'à cette époque, donc, le Roi Très-Chrétien est l'unique roi de cette dimension en Occident. Toutefois, l'idéologie Plantagenêt se place sur un autre terrain, qu'il convient maintenant de préciser.

  • 56 K. Marx et F. Engels, L'idéologie allemande, Paris, Éditions Sociales, 1972.
  • 57 H. Bénac, Nouveau vocabulaire de la dissertation et des études littéraires, Paris, Hachette, 1972, (...)

23En effet, qu’entendra-t-on exactement par idéologie quand on reliera dans cette étude ce terme à la dynastie Plantagenêt ? Poser la question revient inévitablement à envisager la définition marxiste de l'idéologie : pour les auteurs de L'Idéologie allemande56, il s'agit d'un « ensemble systématique d'idées politiques, économiques ou sociales », inspirant un gouvernement, un parti, une classe, et déterminées, en fait, par la réalité économique et l'infrastructure (c'est-à-dire la structure économique et sociale qui sert de fondement et de cause à l'apparence qu'est l'idéologie ou superstructure57). Ainsi entendue, l'idéologie n'est qu'une représentation, voire une image faussée du réel, créée et alimentée à destination du sujet exploité par les groupes dirigeants pour le maintenir dans son état d'aliénation, la bourgeoisie du xixe siècle étant bien sûr selon Marx et Engels la principale responsable de cette duperie. De ce point de vue, l'idéologie est forcément du côté du complot, de la manipulation et de la reproduction de la soumission à l'ordre établi. Elle n'a pas d'histoire ; ce sont les rapports matériels, la réalité socio-économique reflétée par l'idéologie qui en ont une.

  • 58 R. Fossaert, La société, t. 6, Les structures idéologiques, Paris, Le Seuil, 1983, p. 31.

24Comme l'a bien montré Robert Fossaert58, une telle définition de l'idéologie pose problème en ce sens qu'elle repose sur un parti pris qui fait des phénomènes idéologiques des phénomènes de conscience, interdisant de les rendre intelligibles en dehors de l'étude des rapports dialectiques de la conscience et des structures économico-sociales.

  • 59 A. Gramsci, cité par R. Fossaert, op. cit., p. 32.
  • 60 Ibid.

25Cependant, la définition de l'idéologie progresse avec Antonio Gramsci, qui, le premier, s'attaque aux apories auxquelles mènent les conceptions de Marx et d'Engels. Interpellé par le fait que le parti fasciste italien ou le parti national-socialiste allemand aient rencontré beaucoup plus d'échos auprès des consciences ouvrières, en Allemagne ou en Italie, que les partis communistes de ces pays, pourtant censés représenter les intérêts objectifs de ces consciences prolétaires, le philosophe italien commence par dissocier phénomènes idéologiques et phénomènes de conscience. Il s'agit avec lui de comprendre le fonctionnement social du « monde culturel existant », au sein duquel les idéologies sont des « conceptions du monde » qui se forment et se déforment, étant entendu que, pour Antonio Gramsci, aucune activité de la société n'échappe à l'idéologie, et que l'idéologique et le politique sont pratiquement indissociables, constituant une seule et unique superstructure. Cette démarche est intéressante en ce sens qu'elle place l'étude de l'idéologie au cœur de l'activité des sciences sociales : Antonio Gramsci la définit en effet comme « conception du monde qui se manifeste implicitement dans l'art, dans le droit, dans l'activité économique, dans toutes les manifestations de la vie individuelle et collective59 ». Au même moment, le champ des « mentalités » et des crises culturelles s'ouvre aux études historiques, les motivations des acteurs sociaux à la sociologie, la mythologie est investie par l'ethnologie, et de nouvelles disciplines apparaissent au sein des sciences sociales60.

  • 61 L. Althusser, cité par R. Fossaert, La société..., op. cit., p. 34.

26À la suite de Gramsci, avec Louis Althusser, l'idéologie tourne définitivement le dos à la conscience, et devient un objet propre, doué d'une existence matérielle. Instituant une dichotomie fondamentale entre l'idéologie comme phénomène social d'une part, et la conscience comme phénomène d'un autre ordre, le philosophe français s'intéresse à l'idéologie comme phénomène de représentation, profondément inconsciente, même lorsqu'elle se présente sous une forme réfléchie. Avec lui, l'idéologie devient « système de représentations : mais ces représentations n'ont la plupart du temps rien à voir avec "la conscience..." : elles sont des objets culturels perçus-acceptés- subis et agissent fonctionnellement sur les hommes par un processus qui leur échappe61 ». Une telle définition autorise à créditer l'idéologie d'une autonomie à l'égard des rapports sociaux, alors que chez Marx et Engels, elle n'en était qu'une incidence. La théorie de l'idéologie comme pur reflet des conditions sociales disparaît. En outre, cette autonomie donne à l'idéologie une capacité à l'histoire, elle confère aux systèmes idéologiques une capacité à informer le cours des événements, partant du principe que les idéologies en tant que représentations ne sont pas indifférentes aux structures politiques et étatiques qui les entourent, et qui, elles, ont une histoire. Enfin, elles ont une matérialité qui en fait le contraire de pures idées — à rebours de toute conception idéaliste de l'idéologie —, elles sont des actes matériels « insérés dans des pratiques matérielles, réglées par des rituels matériels » - us et coutumes, mœurs et modes, rites et gestuelles, qui appartiennent tous au domaine des idéologies qui, par essence, est coextensif à la société. Chez Louis Althusser, l’idéologie quitte donc le royaume des idées pour se matérialiser dans le monde social.

  • 62 R. Fossaert, op. cit., p. 43.
  • 63 Parmi ceux-ci, on peut citer, sans prétention à l’exhaustivité, et rien que pour les vingt dernièr (...)

27Ces vues ont été confortées par la brillante synthèse consacrée par Robert Fossaert aux structures idéologiques. Soulignant son unité organique, cet auteur définit l'idéologie comme « l'ensemble des pratiques sociales, en tant qu'elles participent de la représentation du monde, propre aux hommes de la société considérée62 ». Au sein de cette immense matière vivante, il procède à un découpage qui permet de distinguer des idéologies en fonction de tel ou tel champ d'investigation, qu'il soit culturel, artistique, social, etc., chaque idéologie ayant un territoire et une logique particulières. De ce point de vue, l'idéologie royale capétienne, sur la base de ce qui a été vu précédemment, est une idéologie bien délimitée. Elle a déjà de nombreux historiens63.

28L'idéologie Plantagenêt, vue comme idéologie politique et sociale selon Robert Fossaert, à la charnière du conscient et de l'inconscient selon Louis Althusser, en est une autre. Établie sur un espace politique donné, elle consiste en l'utilisation par certains des membres de la dynastie Plantagenêt de schémas idéologiques plus ou moins inconscients de la société féodale, au mieux en encourageant par leur patronage l'activité littéraire, au pire en ramenant à eux toute une production indépendante par l'annexion à leur profit d'une figure pouvant rivaliser avec Charlemagne : celle du roi Arthur. Non pas que notre propos soit de démontrer que les souverains angevins aient délibérément imposé à leur entourage littéraire une vision programmée de la fonction monarchique, à travers la figure mythique du roi Arthur, qu'il aurait à tout prix fallu véhiculer. Une telle hypothèse n'aurait pas grand sens, et ne tiendrait aucun compte des conditions de la production littéraire au Moyen Âge. Elle reviendrait à partir du postulat d'une volonté de manipulation idéologique par le pouvoir politique, à étudier un panel d’œuvres forgées à la cour dans le but de refléter cette propagande, et à présenter les groupes sociaux destinataires de l'opération, largement déterminés par la finalité politique du projet. Une telle volonté de manipulation a existé dans l'esprit d'Henri II, nous le montrerons. Elle renvoie à la définition donnée par Jacques Le Goff :

  • 64 J. Le Goff, « Conclusions », in Le forme della propaganda politica nel due e nel Trecento, éd. P. (...)

« Ce concept et les pratiques qu'il recouvre évoluent dans un champ sémantique vaste et flou. Il va de la simple affirmation du pouvoir, individuel ou collectif, au programme, à la polémique, à la manipulation. La propagande peut être consciente ou inconsciente, volontaire ou spontanée. Cependant, plus elle sera consciente plus elle procédera de la volonté, plus elle dépendra d'une organisation, d'un plan, plus on se rapprochera de la propagande à proprement parler64 ».

  • 65 Ibid., p. 520 : « Mais il faut reconnaître que le Moyen Âge se situe dans une période qu'on peut a (...)

29Mais, tenant compte des remarques du même auteur sur le caractère « pré-propagandiste » du Moyen Âge, nous considérerons que la propagande médiévale est avant tout de nature diffuse65. C'est pourquoi, sans parler de programme de manipulation collective élaboré à la cour Plantagenêt, nous chercherons pragmatiquement à étudier la production littéraire du xiie siècle dans l'espace Plantagenêt, et à dégager un certain nombre de thèmes et de schémas idéologiques en rapport avec la fonction monarchique, qui ont pu servir la construction de l'Etat Plantagenêt.

30Cet objectif sera défini dans un cadre spatio-temporel strict. En effet, géographiquement parlant, l'idéologie Plantagenêt a un terrain de prédilection : le berceau de l'« espace Plantagenêt », avec pour épicentre l'espace transfrontalier anglo-normand. Mais c'est toute l’écharpe des territoires insulaires et continentaux des Plantagenêts qui est concernée, le mariage d'Henri II et d’Aliénor d'Aquitaine ayant permis la constitution à l'échelle des marges périphériques et maritimes de l'Europe du Nord-Ouest d'un conglomérat d'entités différentes dominées par une seule et même cour supranationale : la cour Plantagenêt. Celle-ci a connu son heure de gloire à l'échelle occidentale sous les deux premiers souverains Plantagenêts. Mais limiter l'étude de l'idéologie Plantagenêt aux décennies des règnes d'Henri II et de ses fils reviendrait à n'apprécier qu'une partie de son destin, celui du contexte de la « première Guerre de Cent ans », alors que leur successeur de la fin du xiiie siècle, Edouard Ier, n'a pas manqué de s'en réclamer, le succès de la matière de Bretagne qui lui servit de support ne s’étant jamais démenti jusque-là.

31Ce faisant, nous ne perdrons jamais de vue que les œuvres littéraires considérées ont leur existence propre, qu'elles possèdent une dimension de « plaisir du texte » qui n'est en aucun cas déterminée par la politique ou l'histoire, et que leur contenu n'est en aucune façon réductible à on ne sait quel prétendu reflet de leur époque. Bien au contraire, c'est en fonction des schémas mentaux qu'elles véhiculent, en tant qu'ils participent de la réalité sociale, que nous nous intéresserons à elles. Comme on l'entrevoit déjà, les problèmes que pose cette perspective ne manquent pas.

  • 66 La cour Plantagenêt aurait regroupé environ 1 000 personnes sur 35 ans selon J. Lally, The Court a (...)

32Le corpus des textes retenus pour étudier les représentations ainsi définies comporte essentiellement des sources narratives. Pourtant, ce ne sont pas forcément les plus caractéristiques de la production de la cour des Plantagenêts. Administrateur de grand talent, Henri II n'a eu de cesse de s'entourer de collaborateurs à sa mesure, souvent issus des milieux laïcs instruits, mais aussi de clercs passés dans le vivier des curiales, tous attachés au roi par des liens de parenté, de loyauté féodale, ou de patronage. À qui était capable, l'État Plantagenêt offrait tant au niveau de l'administration centrale qu'à celui de l'administration provinciale la possibilité de faire carrière, d'accroître son bien-être matériel, de rehausser son prestige social. Il n'est donc pas étonnant que le fonctionnement de cette cour féodale encore itinérante (la première d'Occident, rappelons-le66) ait attiré de tous horizons des membres de la haute aristocratie comme des chevaliers sans ressources, des évêques et des abbés comme de simples tonsurés, qui ont laissé avant tout des textes normatifs.

  • 67 Richard Fitzneale, Dialogus de Scaccario : The Course of the Exchequer and Constitutio Domus Regis (...)
  • 68 Ranulf de Glanville, The Treatise on the Laws and Customs of the Realm of England commonly called (...)
  • 69 Ch. Petit-Dutaillis, op. cit., p. 133 : « [...] Les clercs des Plantagenêts n'ont pas le temps de (...)
  • 70 Ch. Petit-Dutaillis, op. cit., p. 115. « Au point de vue de l'ardeur intellectuelle, de la fertili (...)

33Parmi ceux-ci, deux références situent bien le remarquable degré de sophistication auquel était parvenu l'ensemble : le Dialogus de Scaccario (Dialogue de l'Echiquier), écrit vers 1179 par le Trésorier de l'Echiquier Richard Fitzneale67, et le célèbre Tractatus de Legibus et Consuetudinibus Regni Angliae (Traité des lois et coutumes du royaume d'Angleterre) du justicier Ranulf de Glanville68, qui reflètent avant tout le travail d'Henri II législateur. Joints aux fameux « Pipe Rolls » rédigés par les fonctionnaires de l'Echiquier qui sont presque complets pour le règne d'Henri II, et au nombre colossal d'actes et de chartes issus de sa chancellerie69, ils justifient le jugement flatteur d'une avance de cent ans de la production sur la cour capétienne que leur attribuent certains auteurs70. Cependant, en raison de leur trop grande hétérogénéité par rapport au reste de la production de la cour Plantagenêt, ces œuvres et actes de la pratique, qui mériteraient un sort particulier, ne nous retiendront pas.

34Tout aussi révélatrices de l'ardeur intellectuelle autour d'Henri II sont les sources narratives, et plus spécialement littéraires. Les premières ne posent pas de problèmes de méthodologie particuliers. Émanant d'auteurs ecclésiastiques séculiers ou réguliers, elles consistent en chroniques soit des ancêtres Plantagenêts, soit d'Henri II lui-même, très largement orientées dans un sens favorable à la dynastie. Sous la plume des Raoul de Diceto, Roger de Howden, Guillaume de Newburgh, Robert de Torigny, du pseudo-Benoît de Peterborough et de quelques autres, se lit une historiographie plus ou moins officielle du règne, que viennent compléter certains écrits de l'auteur polygraphe Giraud de Barri. Plus caractéristiques de la littérature de cour sont les lettres de Pierre de Blois, les traités des politistes Jean de Salisbury et Étienne de Fougères, et les nouvelles de Gautier Map, à décrypter du point de vue idéologique aussi bien que de celui des intentions, moralisantes ou satiriques. Enfin, les sources littéraires de l'idéologie Plantagenêt sont aussi des œuvres fictionnelles, que ce soient les poèmes historiques de Wace et de Benoît de Sainte-Maure, les romans antiques nés à la cour du souverain angevin (Roman de Thèbes, Roman d’Enéas, Roman de Troie), ou encore les romans courtois ainsi que les lais de la matière de Bretagne, directement produits dans l'orbite de la cour d'Angleterre dans le cas de Thomas ou de Marie de France, ou à une cour amie dans celui de Chrétien de Troyes. Ce sont ces sources, difficiles à manier mais assez homogènes, que nous nous proposons d'étudier.

  • 71 H. Martin, Mentalités médiévales, xie-xve siècle, Paris, PUF, Nouvelle Clio, 1996, p. 298-300.
  • 72 Ch.-V. Langlois, La vie en France au Moyen Âge, Paris, 1926, réimpr. Paris/Genève, Slatkine, 1981, (...)
  • 73 J. Le Goff, La civilisation de l'Occident médiéval, Paris, Arthaud, 1964, p. 290.

35Mais surgit ici la question irritante de leur rapport à la réalité. Quel statut donner à ces œuvres au regard des conditions économico-sociales de leur époque ? Puisqu'elles narrent avant tout les aventures des chevaliers de la Table Ronde, faut-il considérer qu'elles rendent fidèlement compte des conditions d'existence de la chevalerie du xiie siècle ? Ou bien vaut-il mieux y voir une expression des échelles de valeurs et des schémas mentaux de l'aristocratie de l'époque ? Contre la première hypothèse, celle du roman courtois comme miroir promené le long des chemins médiévaux, tout le monde est à peu près d'accord aujourd'hui. H. Martin a récemment retracé les étapes du développement et de l'abandon de cette théorie71 : partant d’A. Luchaire et de La société française au temps de Philippe Auguste, il a souligné à quel point la conception d'« anarchie féodale », qu'exposait l'historien de la IIIe République à partir de sources narratives comme les chansons de geste et les chroniques, était en contradiction avec les analyses de l'historiographie la plus récente, dont celles de Dominique Barthélémy liées à la notion d'« ordre seigneurial ». Dans le même ordre d'idées, Jacques Le Goff, dans la préface à la réédition de La vie en France au Moyen Âge de Ch.-V. Langlois72, considérait déjà que les romans convoqués par l'historien positiviste à l'appui de l'élaboration de son tableau de la France médiévale fournissaient avant tout « l'expression des systèmes de valeurs et des codes idéologiques de la noblesse française » au xiiie siècle. Selon l'auteur de La civilisation de l'Occident médiéval, ces sources sont entièrement cryptées par des codes aussi prégnants que par exemple celui du modèle courtois du « bon chevalier, beau, franc, large, courtois, habile à la chasse... aux échecs et aux tables », ou encore celui des normes sociales relatives à la transmission du patrimoine et au contrôle des alliances matrimoniales. Il faut donc les soumettre à un décodage permanent, et voir en elles l'illustration de normes, de schémas idéologiques et d'obsessions aussi éloignés de la réalité quotidienne que ne le sont les miracles de multiplication des petits pains dans l'hagiographie, ou les rêves de Pays de Cocagne dans les fabliaux, par rapport à la matérialité d'un Occident médiéval famélique73.

  • 74 D. Boutet, Charlemagne et Arthur, ou le roi imaginaire, Paris, Champion, 1992.
  • 75 J. Flori, L'essor de la chevalerie (xie-xiie siècles), Genève, Droz, 1986.
  • 76 J. Flori, op. cit., p. 304.
  • 77 E. Köhler, L'aventure chevaleresque. Idéal et réalité dans le roman courtois, 2e éd. (trad.), Pari (...)

36Fort de ces précautions méthodologiques, nous n'aborderons donc les sources narratives et littéraires relatives à l'idéologie Plantagenêt que du point de vue problématique des schémas idéologiques qu'elles véhiculent, et des milieux politiques et sociaux qui y adhèrent. Cela nécessite de préciser notre démarche par rapport à plusieurs grands travaux dans l'esprit desquels nous essaierons de nous situer. Sur le plan de l'analyse anthropologique de la figure du roi dans la littérature courtoise et épique, la thèse de Dominique Boutet est incontournable74. Adaptant les conclusions de Georges Duby sur la trifonctionnalité dans la société féodale, celui-ci a livré une étude des éléments trifonctionnels dans la figure du roi Arthur que nous voudrions utiliser comme constitutifs de l'idéologie Plantagenêt. Faisant référence au même Georges Duby, les travaux de Jean Flori sur la naissance de l'idéologie chevaleresque en Occident ont fait la part belle au rôle joué par l'espace Plantagenêt au xiie siècle75. Étudiant le milieu de réception de la littérature produite sous le patronage d'Henri II, Jean Flori a mis en évidence l'importance des attentes sociales de la petite noblesse anglo-normande que le souverain angevin aurait voulu célébrer, favorisant ainsi l'avènement du « triomphe de la chevalerie »76 sur ses terres. Ces vues, qui ne sont pas très éloignées des travaux désormais quadragénaires d’Erich Köhler sur les attendus sociologiques de la littérature courtoise au sein de la petite chevalerie77, font aujourd'hui autorité en matière de sociologie historique. Combinant leur apport avec les données de l'anthropologie historique, de l'histoire littéraire et de l'histoire politique, nous nous proposons d'étudier l'idéologie Plantagenêt d'abord du point de vue de son élaboration, c'est-à-dire des œuvres qui la constituent, et des cercles qui les ont produites. Dans un deuxième temps, nous nous intéresserons à l'idéologie Plantagenêt, que nous pourrions appeler mythologie Plantagenêt, sous l'angle de son fonctionnement, tant imaginaire et théorique que matériel et pratique. Cette idéologie apparaîtra à ce stade comme le fruit d'une tension entre plusieurs modèles imaginaires, qu'il conviendra de préciser. Un troisième volet sera consacré à la diffusion de l'idéologie Plantagenêt, que ce soit dans son aspect quantitatif, avec une tentative de mesure de la réception des œuvres considérées, ou sous l'angle qualitatif, c'est-à-dire du point de vue des retombées politiques ou socioculturelles. Une certaine constance sera ainsi révélée, celle de l'utilisation politique d’œuvres diverses, depuis Henri II jusqu'à Édouard Ier.

Notes

1 Jean de Salisbury, Policraticus, IV, 6, 12-26, éd. C. C. J. Webb, Oxford, Clarendon, 1909, p. 254 : « Unde et in litteris, quas regem Romanorum ad Francorum regem transmisisse recolo, quibus hortabatur ut litteros suos liberalibus disciplinis institui procuraret, hoc inter cætera eleganter adjecit, quia rex illiteratus est quasi asinus coronatus ». (Traduction Amaury Chauou : « Et ainsi, dans une lettre transmise selon mes souvenirs par le roi des Romains au roi des Francs, l'exhortant à dispenser une instruction dans les disciplines libérales à sa descendance, il était élégamment ajouté qu'un roi illettré était un âne couronné »).

2 A. Erlande-Brandenburg, « Le cimetière des rois à Fontevrault », Congrès archéologique de France, Anjou, 1964, CXXII (1966), p. 482-492.

3 Voir la dernière mise au point par J. Verger, La Renaissance du xiie siècle, Paris, Le Cerf, 1996, p. 11-25.

4 J. Le Goff, La civilisation de l'Occident médiéval, Paris, Arthaud, 1964, p. 254 : « Il n'est sans doute pas de secteur de la vie médiévale où un autre trait de mentalité, l'horreur des « nouveautés », n'ait agi avec plus de force antiprogressiste que dans le domaine technique. Innover était là plus encore qu'ailleurs une monstruosité, un péché. Il mettait en danger l'équilibre économique, social et mental. Et les nouveautés [...], tournant au bénéfice du seigneur, se heurtaient à la résistance, violente ou passive, des masses ».

5 R. L. Benson et G. Constable (éd.), Renaissance and Renewal in the Twelfth Century, 2e éd., Toronto/ Buffalo/Londres, University of Toronto Press, 1991, introduction, p. XVII-XXX.

6 Ch. Haskins, The Renaissance of the Twelfth Century, Cambridge, Mass., 1927.

7 E. Patzelt, Die karolingische Renaissance : Beiträge zur Geschichte der Kultur des frühen Mittelalters, Vienne, 1924.

8 H. Naumann, Karolingische und ottonische Renaissance, Francfort, 1927.

9 M.-D. Chenu, La Renaissance du xiie siècle : les écoles et l'enseignement, Paris, 1957.

10 E. Panofsky, Renaissance and Renascences in Western Art, Stockholm, 1960.

11 W. A. Nitze, « The so-called Twelfth-Century Renaissance », Speculum, 23 (1948), p. 464-471.

12 E. M. Sanford, « The Twelfth-Century Renaissance or Proto-Renaissance ? », Speculum, 26 (1951), p. 635-642.

13 U. T. Holmes Jr, « The idea of a Twelfth-Century Renaissance », Speculum, 26 (1951), p. 643-651.

14 C. Warren Hollister, The Twelfth-Century Renaissance, New York, 1969.

15 Ch. Brooke, The Twelfth-Century Renaissance, Londres, Thames and Hudson, 1969.

16 P. Weimar, Die Renaissance der Wissenschaften im 12. Jahrhundert, Zurich, Artemis, 1981.

17 M. de Gandillac, E. Jeauneau (éd.), Entretiens sur la Renaissance du xiie siècle, Paris-La Haye, Décades du centre culturel international de Cerisy-la-Salle, n. s. 9, 1968.

18 R L. Benson et G. Constable, op. cit., 2e éd, 1991.

19 E. Werner, Stadtluft macht frei. Frühscholastik und bürgerliche Emanzipation in der ersten Hälfte des 12. Jahrhunderts, Berlin, Akademie Verlag, 1976.

20 Mise au point à ce sujet dans J. Verger, J. Jolivet, Bernard-Abélard ou le Cloître et l'École, Paris, Fayard, 1982.

21 G. Duby, Hommes et structures du Moyen Âge, t. II, Seigneurs et paysans, 2e éd., Paris, Flammarion, coll. Champs, 1988. Voir aussi G. Duby, Guerriers et paysans, viie-xiie siècle, Paris, Gallimard, 1973.

22 G. Duby, Le chevalier, la femme, le prêtre. Le mariage dans la France féodale, Paris, Hachette, 1981.

23 G. Duby, Les trois ordres ou l'imaginaire du féodalisme, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des Histoires, 1978.

24 G. Duby, Dames du xiie siècle, 3 vol., Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des Histoires, 1995-1996.

25 Ch. Haskins, « Henry II as a Patron of Literature », Essays in Medieval History presented to T. F. Tout, Manchester, 1925, p. 71-77.

26 R. R. Bezzola, Les origines et la formation de la littérature courtoise en Occident (500-1200), 3 parties, 5 tomes, Paris, Champion, 1944-1967.

27 E. Köhler, L'aventure chevaleresque. Idéal et réalité dans le roman courtois, 2e éd. (trad.), Paris, Gallimard, 1974.

28 Pierre de Blois, Epistola LXVI in Opera Omnia, éd. J. A. Giles, Oxford, 1846-47, t. I, p. 193 suiv., reprise dans Migne, Patrologie Latine, t. 207.

29 Gautier Map, De Nugis Curialium, éd. et trad. A. Bate (Contes pour les gens de cour), Turnhout, Brépols, coll. Témoins de notre histoire, 1993, p. 316-317 et 320-321.

30 J. Boussard, Le gouvernement d'Henri II Plantagenêt, Paris, d’Argences, 1956, p. 516.

31 Voir les limites posées à ce terme par J. Le Patourel, « The Plantagenets Dominions », History, 50 (1965), p. 289-308, ou par W. L. Warren, Henry II, Londres/Berkeley, University of California Press, 1973, p. 228-230 : « In fact, so far as the "empire" can be said to have had any unity at all, it was a unity which rested solely on henry’s peripatetic court and household [...]. In short, if the territories to which Henry acquired a title by birth or by marriage can be called an "empire" at all, it was emphatically "Henry’s empire" and not "the angevin empire"«. (Traduction Amaury Chauou : « En fait, quant à considérer une possible unité de l'"empire", c'était une unité qui reposait exclusivement sur la cour et l'hôtel ambulants d'Henri [...]. En bref, si les territoires qu'Henri acquit au titre de la naissance ou du mariage peuvent être appelés d'une quelconque façon "empire", c'était vraiment "l'empire d'Henri", et non l'"empire angevin"« ). Le terme a cependant été réhabilité avec de fortes nuances par J. Gillingham, The Angevin Empire, New York, Foundations of Medieval History, Holmes and Meiers Publishers, 1984.

32 C'est pourtant le point de vue qui sous-tend l'étude canonique de l’évêque Stubbs, The Constitutional History of England, Oxford, 1897.

33 J.-Ph. Genet a insisté sur la précocité de la construction de cet État moderne à plusieurs reprises. Voir « L'État moderne : un modèle opératoire ? », in J.-Ph Genet (éd.), L'État moderne : Genèse. Bilans et perspectives, Paris, CNRS, 1980, p. 261-281.

34 E. Türk, Nugae Curialium : Le règne d'Henri II Plantagenêt (1154-1189) et l'éthique politique, Genève, Droz, Hautes Études Médiévales et Modernes, vol. 28, 1977, p. 8-25.

35 À ce sujet (entre autres) la grande étude reste celle de R. Foreville, L'Église et la royauté en Angleterre sous Henri II Plantagenêt, Paris, Bloud et Gay, 1943.

36 J. Gillingham, Richard Coeur de Lion, Paris, Noesis, 1996 (trad. 2e éd. anglaise), p. 374.

37 W. L. Warren, op. cit., p. 333.

38 Chronicon Monasterii de Bello, éd. J. S. Brewer, Anglia Christiana Society, 1846, p. 106, trad. anglaise par W. L. Warren, op. cit., p. 333 (« He who was the strongest got the most, and everyone held on to what he has seized as if by right »). Traduction Amaury Chauou.

39 J. Boussard, op. cit., p. 562.

40 C'est le sens retenu par deux contributions majeures à l'étude du sujet : le colloque Culture et idéologie dans la genèse de l'État moderne. Table ronde, 1984, Rome, École française de Rome, 1985 ; et B. Guenée, Politique et histoire au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981. Voir aussi J. Le Goff, « Conclusions », in Le forme della propaganda politica nel due e nel Trecento, éd. P. Cammarosano, Rome, Mélanges de l'École Française de Rome, 201, 1994, p. 519-528.

41 Sur tous ces aspects la référence incontournable reste : M. Bloch, Les rois thaumaturges : étude sur le caractère surnaturel attribué à la puissance royale en France et en Angleterre. Liv. I, chap. II, et Liv. II, chap. III, Strasbourg, Publications de la Faculté des Lettres, 1924, rééd. Paris, Gallimard, 1983. Voir aussi J. Krynen, L'empire du roi, Paris, Gallimard, 1993, p. 23-30.

42 J. Krynen, op. cit., p. 28.

43 Helgaud de Fleury, Vie de Robert, éd. R.-H. Bautier et G. Labory, Paris, 1965, cité par J.-P. Poly et E. Bournazel, La mutation féodale, xe-xiie siècle, Paris, PUF, coll. « Nouvelle Clio », 1982, p. 497 : « La vertu divine accorda à cet homme parfait une très grande grâce, celle de guérir les corps : de sa très pieuse main, touchant les malades à l'endroit de leur plaie, et les marquant du signe de la Sainte-Croix, il leur enlevait toute douleur de maladie ».

44 J.-P. Poly et E. Bournazel, La mutation féodale, op. cit., p. 498-502.

45 Op. cit., p. 495.

46 Sur l'importance de la filiation carolingienne dans la propagande capétienne, la grande étude reste : A. Lewis, Le sang royal, Paris, Gallimard, 1986. Voir aussi G. Spiegel, « The reditus regni ad stir- pem Karoli Magni : a new look », French Historical Studies, 7 (1971).

47 H. E. Keller, « The Song of Roland : a Mid-Twelfth Century Song of Propaganda for the Capetian Kingdom », Olifant, t. 3 (1975-76), p. 242-258. Voir aussi G. Paris, Histoire politique de Charlemagne, Paris, 1865, 2e éd., Champion, 1905.

48 La chanson de Roland, trad. J. Bédier, Paris, SATF, 1927, p. 187-189.

49 J. Krynen, L'empire du roi, op. cit., p. 34.

50 B. Guenée, Histoire et culture historique dans l'Occident médiéval, Paris, Aubier, 1980, p. 334.

51 J. Krynen, op. cit., p. 50-51.

52 B. Guenée, op. cit., p. 279.

53 Cité par J. Krynen, op. cit., p. 50.

54 Sur le détail de la guerre civile entre partisans des deux camps, cf. J. Boussard, Le gouvernement d'Henri II Plantagenêt, op. cit., introduction, p. I-XIV.

55 M. Bloch, op. cit., p. 41 suiv.

56 K. Marx et F. Engels, L'idéologie allemande, Paris, Éditions Sociales, 1972.

57 H. Bénac, Nouveau vocabulaire de la dissertation et des études littéraires, Paris, Hachette, 1972, p. 93.

58 R. Fossaert, La société, t. 6, Les structures idéologiques, Paris, Le Seuil, 1983, p. 31.

59 A. Gramsci, cité par R. Fossaert, op. cit., p. 32.

60 Ibid.

61 L. Althusser, cité par R. Fossaert, La société..., op. cit., p. 34.

62 R. Fossaert, op. cit., p. 43.

63 Parmi ceux-ci, on peut citer, sans prétention à l’exhaustivité, et rien que pour les vingt dernières années : C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985 ; B. Guenée, Politique et histoire au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, et, du même, Histoire et culture historique dans l'Occident médiéval, Paris, Aubier, 1980 ; A. Erlande-Brandenburg, Le roi est mort : étude sur les funérailles, les sépultures et les tombeaux des rois de France jusqu'à la fin du xiiie siècle, Paris, Arts et métiers graphiques, 1975 ; A. W. Lewis, Le sang royal. La famille capétienne et l'État, France, xe-xive siècle (trad.), Paris, Gallimard, 1986 ; J. W. Baldwin, Philippe Auguste et son gouvernement, trad. française Paris, Fayard, 1991 ; K. F. Werner, Structures politiques du monde franc (vie- xiie siècle) (Variorum reprints), Londres, 1979.

64 J. Le Goff, « Conclusions », in Le forme della propaganda politica nel due e nel Trecento, éd. P. Cammarosano, Rome, Mélanges de l'École Française de Rome, 201, 1994, p. 519.

65 Ibid., p. 520 : « Mais il faut reconnaître que le Moyen Âge se situe dans une période qu'on peut appeler pré-propagandiste ou plutôt de propagande diffuse, et qu'il faut pour étudier la propagande politique médiévale admettre une typologie de formes sans limites franches, se transformant les unes dans les autres ».

66 La cour Plantagenêt aurait regroupé environ 1 000 personnes sur 35 ans selon J. Lally, The Court and Household of King Henry II (1154-1159), Ph. D. thesis, Liverpool, 1969, cité par E. Türk, Le règne d'Henri II Plantagenêt (1154-1189) et l'éthique politique, Genève, Droz, 1977, p. 6. Voir aussi R. W. Eyton, The Court, Household, and Itinerary of King Henry II, Londres, 1878 (réimpr. 1974).

67 Richard Fitzneale, Dialogus de Scaccario : The Course of the Exchequer and Constitutio Domus Regis : The Establishment of the Royal Household, éd. C. Johnson révis. F. E. L. Carter et D. E. Greenway, Oxford, Clarendon, 1983.

68 Ranulf de Glanville, The Treatise on the Laws and Customs of the Realm of England commonly called Glanvill, éd. G. D. G. Hall et M. T. Clanchy, Oxford, Clarendon, 1993.

69 Ch. Petit-Dutaillis, op. cit., p. 133 : « [...] Les clercs des Plantagenêts n'ont pas le temps de s'attarder aux préambules et de broder des fleurs de rhétorique. Ils ont un nombre énorme d'actes, et notamment de brefs judiciaires ou financiers, à rédiger chaque jour ».

70 Ch. Petit-Dutaillis, op. cit., p. 115. « Au point de vue de l'ardeur intellectuelle, de la fertilité d'invention, comme à bien d'autres égards, la cour d'Henri II était en avance de près de cent ans sur la cour capétienne ».

71 H. Martin, Mentalités médiévales, xie-xve siècle, Paris, PUF, Nouvelle Clio, 1996, p. 298-300.

72 Ch.-V. Langlois, La vie en France au Moyen Âge, Paris, 1926, réimpr. Paris/Genève, Slatkine, 1981, p. 298-300.

73 J. Le Goff, La civilisation de l'Occident médiéval, Paris, Arthaud, 1964, p. 290.

74 D. Boutet, Charlemagne et Arthur, ou le roi imaginaire, Paris, Champion, 1992.

75 J. Flori, L'essor de la chevalerie (xie-xiie siècles), Genève, Droz, 1986.

76 J. Flori, op. cit., p. 304.

77 E. Köhler, L'aventure chevaleresque. Idéal et réalité dans le roman courtois, 2e éd. (trad.), Paris, Gallimard, 1974.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540