Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idéologie Plantagenêt

 | 
Amaury Chauou

Préface

Hervé Martin

Texte intégral

1Amaury Chauou signe ici son entrée dans le club des médiévistes français - où les jeunes bacheliers rompent des lances avec les tournoyeurs blanchis sous le harnois - par une vigoureuse synthèse, fondée sur le dépouillement d'une bibliographie considérable, consacrée à l'idéologie plantagenêt et à sa diffusion aux xiie et xiiie siècles. Le terme d'idéologie ne doit pas rebuter les lecteurs en parant cet ouvrage de couleurs trop savantes, ou trop engagées selon les appréciations. À la suite de Bernard Merdrignac, spécialiste connu de la matière celtique, j'aurais tendance à dire plus simplement qu'Amaury Chauou, par une lecture décalée des œuvres littéraires produites aux xiie et xiiie siècles dans l'espace plantagenêt, « s'efforce de dégager un certain nombre de thèmes et de schémas idéologiques en rapport avec la fonction monarchique » et avec la construction de l'Etat anglo-normand à l'époque féodale. Cette synthèse est très clairement écrite, l'argumentation est solide, le développement bien maîtrisé et les conclusions étoffées. Les formules frappantes ne font pas défaut, du genre : « Il fallait qu'Arthur meure pour que l'idéologie arthurienne vive ». Peut-on mieux signifier que l'imaginaire arthurien déborde largement le personnage historique, ce vaillant chef de guerre du vie siècle qui se plaça à la tête des Bretons d'Outre-Manche pour les défendre contre l'agression saxonne après la disparition de l'Empire romain. De l'Arthur « réel » au monarque idéal des romans de chevalerie, la distance est considérable, nous le savions déjà. Mais le présent ouvrage a le grand mérite de nous montrer que, derrière cet écart entre réalité et légende, se cache une entreprise politique dont Henri II Plantagenêt et ses successeurs furent les bénéficiaires.

2Amaury Chauou fait partie de ces jeunes historiens qui font un usage serein, pour ne pas dire « libéré » du terme d'idéologie, à la suite d'illustres aînés comme Jean Flori et Jacques Krynen. Comment ne pas être sensible, en effet, à l'extrême plasticité de ce concept, qui en fait un instrument utile pour penser la forêt touffue des représentations et les différents phénomènes classés dans la rubrique des mentalités ? En parlant de l'idéologie plantagenêt et de sa concurrente, l'idéologie capétienne, l'auteur prend acte de la rivalité permanente entre ces deux dynasties, dont la guerre de Cent Ans a constitué l'aboutissement. Ces deux illustres Maisons ont été également soucieuses de se légitimer, de se promouvoir et de se doter d'une aura sacrée, par les bons services de clercs de cour, dans lesquels il n'est pas interdit de voir les ancêtres des idéologues officiels du xxe siècle. Si certaines manipulations ad majorem gloriam principis sont flagrantes, il faut cependant écarter toute idée de propagande systématique et en rester plus sagement, à la suite de Jacques Le Goff, à la notion de propagande diffuse, usant de canaux multiples.

3Par ce type d'analyses, l'auteur apporte sa contribution au retour en grâce du politique, non au sens étriqué d'histoire chronologique, mais au sens large d'étude des sociétés et des comportements politiques, où les représentations ont toute leur place. Aucune dynastie, en effet, ne peut se passer d'ancêtres illustres, de panégyriques ronflants et de symboles parlants. Le lecteur s'apercevra très vite que le principal protagoniste de ce livre n'est pas Arthur, mais le foyer culturel plantagenêt, dont Georges Duby avait déjà souligné le rôle capital dans l'Occident des xiie et xiiie siècles. Le creuset de langues et de traditions que fut la cour d'Henri II et de ses successeurs devient ici un « carrefour idéologique » actif où les conceptions féodales ont rencontré les vues cléricales « grégoriennes », fortement teintées d'augustinisme politique, où les grands mythes politiques se sont donné rendez-vous, où clergie et chevalerie ont entretenu un dialogue fécond. On pourrait, certes, observer de tels croisements ailleurs, mais ils n'ont pas abouti à une mise en scène aussi cohérente de la monarchie féodale et de ses agents. De ce système politique, les clercs plantagenêts (Geoffroy de Monmouth, Wace et les autres) ont fourni une vision archétypale, en faisant du monarque, par le détour de la fiction, une simple « instance de contrôle » des relations féodo-vassaliques, un simple « roi honoraire », en vif contraste avec les souverains réels, très jaloux de leur pouvoir.

4Tout livre comporte un ou des sommets. Ici, le chapitre VI retient particulièrement l'attention. L'auteur y relate, d'une plume alerte et distanciée, la mise au jour des restes d'Arthur et de Guenièvre à l'abbaye de Glastonbury en 1191. Cette découverte, point fortuite mais longuement préparée, a été rendue possible par une identification due à Giraud de Barri entre Glastonia, le monastère précité, et Insula Avallonia, l'île d’Avallon où Morgane avait, disait-on, emmené Arthur blessé, lui permettant ainsi de survivre et, pourquoi pas, de revenir un jour sur la scène historique. Cette légende bretonne, Giraud de Barri était résolu à la ruiner. À ses yeux, en effet, Arthur avait été enterré initialement à Glastonia, et c'est seulement ensuite que les Bretons, ne se résignant pas à sa disparition, avaient imaginé l'intervention de Morgane et le transfert à Avallon. La découverte de 1191

5doit-elle être qualifiée de supercherie monastique pure et simple, dans le but très prosaïque de surmonter les pertes financières entraînées par l'incendie du monastère en 1184 ? Ou faut-il se contenter de parler de supercherie partielle, l'authenticité du fameux tombeau n'ayant rien à envier, au regard des catégories de l'époque, à celle d'une charte retouchée ? Sans nous attarder à cette question mineure, soulignons l'intérêt politique, pour le monarque plantagenêt, d'une exhumation qui mettait fin au fol espoir des Bretons d'assister à un retour d'Arthur. Cette attente messianique (le mot n'est pas trop fort) a été rendue par Wace en termes lapidaires : « De la (Avallon) vendra, encor puet vivre ». À partir de 1191, la légende bretonne, aux aspects subversifs indéniables, était placée sous contrôle, sans que rien n'interdît aux Plantagenêts de capter la sacralité d'Arthur en l'invoquant comme un « père spirituel ».

6Les retombées politiques de l'imagerie arthurienne, entendue en un sens très large, donnent lieu ici à des pages très suggestives. Ces thèmes étaient, rappelons-le, d'un maniement délicat pour la dynastie en place, puisque les populations celtiques de Grande-Bretagne, à commencer par les Gallois, farouchement hostiles à l'impérialisme plantagenêt, pouvaient se targuer d'une plus grande proximité avec Arthur. Cependant, rien ne peut entraver la puissance du mythe quand il est invoqué et utilisé avec discernement. La Table Ronde, élément central de l'imaginaire arthurien, a constitué un merveilleux instrument pour ordonner les relations entre le roi et l'aristocratie, en faisant cohabiter, en une seule et même représentation, le roi-che- valier, primus inter pares, et le roi souverain, assis au chief de table en compagnie du « chevalier du jour ». On retrouve ici des caractères communs aux grands mythes : une extrême simplicité, jointe à la capacité de neutraliser des contradictions insolubles (ici entre souveraineté et suzeraineté).

7Dans la galerie des monarques plantagenêts, c'est Edouard Ier qui s'est montré le plus « arthurien » dans son style de gouvernement, en particulier par son art de tenir des Tables Rondes à bon escient. On a prêté à ce roi le dessein, par ces mises en scène, de se rallier la petite et la moyenne aristocraties pour se garantir contre les menées des barons. Édouard III (1327- 1377) s'est montré son digne successeur quand il a usé du grand spectacle arthurien pour mobiliser sa chevalerie contre le roi de France et quand l'ordre de la Jarretière lui a servi à sélectionner les plus valeureux. Avant même le déclenchement de la guerre de Cent Ans, les exploits insulaires et continentaux du chef breton, qui n'avait pas hésité à se lancer à la conquête de l'Empire Romain, ont constitué une référence idéale pour toute politique expansionniste en Grande-Bretagne et sur le continent. En conséquence, Arthur s'est trouvé mobilisé sur tous les fronts à la fin du xiiie siècle, contre les Écossais, contre les Gallois et contre les Français, vu la guerre de Guyenne. Comme le souligne finement Amaury Chauou, la place détenue par Arthur dans l'imaginaire continental au début du xive siècle contribuait à affaiblir le roi de France, déjà affecté de handicaps plus tangibles. La victoire remportée par le chef breton sur Frollon, en un combat singulier tenu sous les murs de Paris, constituait une anticipation cruelle des redoutables chevauchées d'Edouard III dans le Bassin Parisien, lourdes de menaces pour la capitale française. Quand la réalité rejoignait la fiction, la maison France tremblait sur ses bases. L'un des grands mérites de ce livre à la riche substance réside dans la circulation permanente qu'il instaure entre l'ordre des représentations et celui des réalités politiques, toujours bien présentes en filigrane.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540