Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le syndicalisme maritime français

 | 
Ronan Viaud

Chapitre VIII. L’affirmation du pluralisme syndical (1946-1950)

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Claire Andrieu, Lucette Le Van et Antoine Prost, Les nationalisations de la Libération. De l’utopi (...)
  • 2 Jean-Pierre Rioux, La France de la Quatrième République, t. 1 : L’ardeur et la nécessité, 1944-195 (...)
  • 3 Jules Moch a notamment écrit Réflexions sur les nationalisations, Genève, Les Annales de l’économi (...)

1Lorsqu’elle refait surface à l’automne 1945, l’idée de transférer à la collectivité la propriété et l’exploitation de la marine marchande est en adéquation avec les mesures prises par le gouvernement français depuis la Libération avec la nationalisation des houillères du Nord et du Pas-de-Calais, les usines automobiles Renault, la compagnie aérienne Air France. En décembre 1945, c’est au tour de la Banque de France et des grandes banques de crédit de passer sous le contrôle de l’État, avant le gaz, l’électricité et les grandes compagnies d’assurances en avril 19461. Dans la marine marchande, la priorité est alors la reconstitution de la flotte. La question de sa nationalisation est pour l’instant reléguée au second plan, même si elle est envisagée par Jules Moch, député socialiste de l’Hérault, qui devient alors ministre des Travaux publics et des Transports. Après la démission de De Gaulle le 20 janvier 1946, il conserve son poste non seulement dans le nouveau gouvernement dirigé par le socialiste Félix Gouin mais aussi dans les différents cabinets ministériels qui se succèdent jusqu’en novembre 19472. Auteur de plusieurs ouvrages sur la question des nationalisations3, il est donc l’un des principaux protagonistes du débat sur le mode de gestion et d’exploitation de la marine marchande. Afin d’accélérer la fin de cette situation peu propice à la liberté des affaires, les armateurs proposent aux organisations syndicales la conclusion d’un accord sur la stabilité de l’emploi.

La réorganisation limitée de la marine marchande

  • 4 Marie-Pierre Delaban, op. cit., p. 559-560.

2Dès juin 1944, les armements subventionnés sont placés sous étroite surveillance. Un comité provisoire de contrôle et d’exploitation des compagnies de navigation subventionnées a été mis en place. Ses attributions sont étendues : il exerce le contrôle technique et financier des compagnies et l’exploitation des lignes faisant l’objet de conventions et dispose pour cela du matériel, des installations et des services techniques et commerciaux. Les conseils d’administration de ces compagnies sont totalement remaniés. Provisoire, cette organisation marque l’amorce d’une réforme du statut des compagnies subventionnées4.

3Du fait de la réquisition de l’ensemble de la flotte de commerce, les salaires sont fixés directement par le gouvernement. C’est donc à lui que les organisations syndicales présentent leurs nombreuses demandes d’augmentation afin de maintenir le pouvoir d’achat des navigants au commerce.

L’évolution des salaires et du pouvoir d’achat du personnel de la marine marchande depuis la Libération

  • 5 AN 52AS475, salaires des états-majors, 1945.
  • 6 Le Travailleur de la mer, septembre 1945.
  • 7 Le Travailleur de la mer, octobre 1945.

4En décembre 1944, est paru un arrêté d’augmentation des salaires du personnel subalterne de la marine marchande à compter du 1er janvier 1945. Le 3 avril suivant, un arrêté fixe les soldes minima des officiers embarqués sur les paquebots et les cargos mixtes5. Au même moment, la FNSM demande sans succès le réajustement des soldes du personnel subalterne. Un arrêté du 20 juillet, applicable au 1er juin, instaure seulement une prime temporaire représentant 15 à 20 % du salaire. Le montant de la prime est compris entre 550 et 750 francs par mois. L’indemnité de nourriture, lorsque le marin n’est pas nourri à bord, passe de 50 à 60 francs. Pour la FNSM, cette décision « a pour conséquence de faire des marins la catégorie de travailleurs la moins bien payée6 ». Le 8 août, la conférence des secrétaires des syndicats de marins du commerce adopte une résolution demandant une hausse des salaires de 25 %, une indemnité journalière de nourriture à 75 francs et la majoration de 50 % des taux de l’heure supplémentaire. Un mois plus tard, un arrêté applicable au 1er juin augmente les taux de l’heure supplémentaire de 25 % en moyenne. Le même jour, les taux de base minima des pensions payées par les caisses de retraites et de prévoyance sont revalorisés de 200 %7.

  • 8 AN 52 AS 478, prime exceptionnelle de guerre, 1943-1946 ; Le Travailleur de la mer, janvier-mars 1 (...)

5Au début de 1946, « les marins revendiquent des salaires leur permettant de vivre, que leur métier soit enfin reconnu en fonction de sa rigueur : travail de nuit, promiscuité de la vie à bord, éloignement de la famille ; en plus, ils ne feront pas les “jaunes” dans le monde des gens de mer ». Une véritable hausse des soldes devient urgente afin de suivre celle des prix qui ont plus que doublé en 1945. Le 12 mars 1946, un arrêté ministériel procède à une augmentation générale des salaires du personnel de la marine marchande en moyenne de 100 %, afin de compenser celle du coût de la vie. Deux indemnités provisoires sont instituées : 500 francs par mois pour les navires effectuant le cabotage entre la France et l’Afrique du Nord et 2 250 francs pour ceux assurant une liaison entre la France et le reste de l’empire français. Les suppléments de fonction ne sont pas revalorisés et la prime de guerre créée en novembre 1943 par le Comité français de libération nationale à Alger est supprimée. La FNSM ne cache pas sa satisfaction par rapport à cette décision. Le trésorier fédéral, Vendôme, écrit que « l’examen des nouvelles soldes applicables à compter du 1er février 1946 démontre l’amélioration obtenue, et il faut reconnaître avant tout l’effort fait par le gouvernement dans la situation difficile que le pays traverse ». Les soldes des officiers de la marine marchande sont également augmentées par l’arrêté du 12 mars8.

  • 9 Le Travailleur de la mer, novembre 1946.

6Dès l’été, la FNSM et la FNSOMM réclament une nouvelle hausse de 25 % des soldes afin de sauvegarder le pouvoir d’achat des marins. En septembre, ils obtiennent finalement une augmentation uniforme de 18,5 % des salaires, des heures supplémentaires et des suppléments de fonction. Elle est applicable de manière rétroactive à partir du 1er juillet. Pour les pensionnés, une loi du 15 octobre 1946 instaure une indemnité extraordinaire égale à 25 % du montant de la somme qu’ils reçoivent9. Fin 1946, même si les fédérations maritimes CGT restent très sensibles à la question des salaires, la stabilité de l’emploi et la nationalisation de la marine marchande sont les deux sujets sur lesquels se concentre l’action revendicative.

La fin du régime de réquisition du personnel et l’accord sur la stabilité de l’emploi

  • 10 Le Travailleur de la mer, mai 1946.

7Le 12 avril 1946, les gens de mer obtiennent enfin le droit de vote par procuration. Comme l’écrit Ehlers, « il aura fallu plus de vingt-cinq années pour voir aboutir cette revendication », inscrite au programme revendicatif de la FNSM lors de son congrès de 1920. Ils ne sont plus des « citoyens diminués10 ».

  • 11 Le Travailleur de la mer, juillet-août 1946.

8Un décret du 30 mai 1946 prolonge la réquisition des marins de commerce et simplifie le système en supprimant les positions de réserve et de disponibilité et en les remplaçant par une position unique d’attente avec un salaire unique de 5 100 francs par mois. Le dispositif instauré en janvier 1945 présentait en effet quelques imperfections, en particulier l’absence de connaissance rapide par les différents services des changements de situation de chaque marin. L’inscription du personnel en attente d’embarquement sur un rôle unique, qui ne peut dépasser 750 officiers et 7 500 membres du personnel subalterne, doit permettre l’amélioration du système qui a néanmoins permis la rotation du personnel et le maintien, à plus de 3 000 navigants en situation de disponibilité immédiate, du salaire d’embarquement11.

  • 12 Le Travailleur de la mer, décembre 1946.

9Avec l’augmentation du tonnage de la flotte de commerce, la fin de la réquisition se profile. Il est d’ailleurs prévu que le nombre de marins inscrits sur la liste d’attente sera révisé dès le mois de novembre 1946, que celui des officiers sera de 100 à partir du 1er janvier 1947 et que le décret sera totalement revu à la fin mars 1947. Les réflexions sur le futur régime définissant les modalités d’emploi commencent donc dès l’été. La FNSM réclame la stabilité de l’emploi pour le personnel navigant, alors que jusque-là, les engagements n’étaient conclus que pour des durées définies. Les armateurs, eux, critiquent ce système trop contraignant à leurs yeux. Ils utilisent également le fait que certains marins sont exclus du dispositif, pour le rejeter comme l’explique Gruénais : « À ceux de nos camarades, qui ne réunissent pas les conditions pour rentrer dans le cadre du décret, et qui s’adressent aux compagnies avec l’espoir de trouver un embarquement, on leur répond très souvent : “Nous ne demanderions pas mieux que vous prendre, mais la Commission tripartite s’y oppose. Nous ne sommes pas libres12.” » En décembre, le CCAF fait des propositions sur la stabilité de l’emploi et le chômage des marins qui déclenchent la colère de la FNSM.

  • 13 AN 52AS420, engagement des équipages, 1946.

10Le projet des armateurs prévoit d’assurer la stabilité de l’emploi à 70 % des effectifs embarqués à la date du 1er janvier de chaque année sur les navires dont ils sont propriétaires, ou dont elles assurent la gérance. Pour bénéficier de cette stabilité, les marins doivent être âgés de 21 ans, avoir navigué dans l’entreprise et adresser une demande écrite. Selon la FNSM, cette procédure permet aux compagnies d’opérer une sélection et de refuser qui bon leur semble. Il est proposé un contrat de trois ans aux candidats retenus. Celui-ci prévoit qu’en dehors des périodes d’embarquement et de congés, ils reçoivent la demi-solde de leur spécialité, ainsi que l’indemnité de nourriture et les allocations familiales. Ils s’engagent à se tenir, dans les 24 heures, à la disposition de l’armement. Il est prévu que les stabilisés qui commettent plusieurs fautes légères ou une seule faute grave, cessent d’office de bénéficier de la convention. Les marins ne bénéficiant pas de la stabilité doivent adresser à la compagnie de leur choix une demande de mise en position d’attente d’embarquement. S’ils sont agréés par l’armement, ils signent un contrat de deux ans, dans lequel ils s’engagent à être disponible dans les 24 heures et à ne pas naviguer dans une autre compagnie. Aucune solde mensuelle d’attente n’est prévue pour eux, sauf si l’État s’engage à les financer13.

11La FNSM rejette immédiatement ces propositions, qui aboutiraient à des inégalités très fortes entre les marins :

« Nous ne pouvons permettre qu’il y ait une catégorie de marins qui navigueraient sans interruption, pendant que d’autres serviraient de bouche-trous et qu’une autre partie serait définitivement rejetée hors de la corporation ; que les classements soient laissés à la seule appréciation des compagnies ; […] que les salaires des marins à terre puissent, dans la période présente, être différents ; […] que sous les titres Stabilité de l’emploi et chômage, l’on cache une camisole de force pour emprisonner les marins et leur organisation. »

  • 14 Le Travailleur de la mer et L’Officier de la marine marchande, janvier 1947.

12Elle demande le maintien pour toute l’année 1947 du décret du 30 mai 1946. Le syndicat des marins de Marseille estime, quant à lui, que le CCAF cherche également à créer des « syndicats maisons ». La réaction de la FNSOMM est beaucoup moins virulente car le chômage est en voie de résorption chez les officiers. Sa seule inquiétude concerne la faiblesse du nombre d’officiers pouvant être mis en position d’attente à compter du 1er janvier. Elle propose donc que le chiffre soit fixé à 200 pour les mois de janvier et février, le temps de trouver un accord avec le CCAF14.

13Un décret du 21 mars 1947 instaure un nouveau régime de réquisition. Deux positions distinctes sont instituées : le rôle d’allocataire et l’attente. Seule la première ouvre droit à une indemnité mensuelle de 5 100 francs, avec l’obligation d’être disponible dans les 24 heures pour embarquer. Ce dispositif est conçu comme devant rapidement disparaître : la révision du nombre d’allocataires est prévue tous les mois et ce, « en vue de réduire progressivement la charge imposée au budget par le régime de la réquisition ». La FNSM note que ce nouveau système crée « une situation particulièrement pénible » pour ceux placés en position d’attente :

  • 15 Le Travailleur de la mer, février-mai 1947.

« Le marin en P.A. ne reçoit aucun salaire et perd, par ce fait, le bénéfice des allocations familiales et, d’autre part, il n’est couvert par le régime de sécurité sociale des marins que d’une manière tout à fait dérisoire. Malgré cela, il est tenu de répondre dans un délai de dix jours à tout ordre d’embarquement15. »

  • 16 AN 52AS327, accord sur la stabilité de l’emploi, 1947.
  • 17 Le Travailleur de la mer, août 1947.
  • 18 Marie-Pierre Delaban, op. cit., p. 525.

14Les négociations entre la FNSM et le CCAF sur la question de la stabilité de l’emploi s’ouvrent le 27 mai. Les points de désaccords concernent la désignation des marins stabilisés, les roulements et les motifs de licenciements. Après plusieurs réunions, un accord est conclu le 19 juillet. Il est très proche de la proposition faite par les armateurs en décembre 1946. Les seules avancées obtenues par les délégués de la FNSM concernent les mesures disciplinaires : la rétrogradation ou la révocation d’un marin est prononcée par la compagnie de navigation après l’avis d’une commission de discipline composée du directeur ou de son représentant, d’un membre de la compagnie et de deux délégués élus par le personnel navigant ; en cas de désaccord, la voix du directeur est prépondérante16. Aucune disposition ne concerne les marins qui ne bénéficient pas de la stabilité de l’emploi. Si le trésorier de la FNSM, Vendôme, écrit à juste titre que « tels qu’ils sont, les textes relatifs à la stabilité de l’emploi marquent un avantage sensible sur la situation d’avant la guerre », il n’en reste pas moins qu’ils sont assez éloignés des positions défendues par son organisation17. La signature de cette convention entraîne la fin de la réquisition du personnel, mais pas celle de la flotte de commerce. Celle-ci est en effet subordonnée à l’adoption d’un nouveau statut de la marine marchande. Ce n’est que le 21 février 1947 qu’un projet de loi est présenté par Jules Moch. Or le régime de réquisition arrive normalement à terme à la fin du mois de février. Il est donc prorogé jusqu’au 1er mars 1948, avec l’espoir qu’une loi aura alors été votée à cette date18.

L’échec des projets de nationalisation de la marine marchande

15À l’automne 1945, le Rapport sur la nationalisation de la marine marchande de la FNSOMM et de la FNSM a entraîné comme cela a été évoqué précédemment une virulente réaction du CCAF. Dans une longue note, il s’est attaché à démontrer

  • 19 AN 52AS447, nationalisation de la marine marchande, 1945.

« […] qu’une marine marchande nationalisée est considérée, l’expérience l’a montré, comme une cause de trouble dans une économie maritime libre, car elle n’est pas tenue par la loi de l’équilibre commercial [et que] la seule conséquence de la nationalisation, si tant est qu’elle soit réalisable, serait de multiplier les concours budgétaires du passé par un coefficient proportionnel à l’incapacité que manifeste l’État dans l’exploitation de toute branche d’activité commerciale19 ».

  • 20 Louis Poncelet et Charles Drouin, Les nationalisations et la marine marchande, Paris, Éditions int (...)

16Tout au long de l’année 1946, paraissent de nombreux articles et brochures défendant le point de vue des armateurs. Dans Les nationalisations et la marine marchande, Louis Poncelet et Charles Drouin rappellent, par exemple, que « chacun sait ce que signifie une exploitation d’État : pesanteur, lenteur, désordre, incohérence et contradictions…, sans parler de la saleté spécifique aux locaux d’État, qui est d’ailleurs symbolique, sans omettre non plus les influences politiques avec tout ce qu’elles impliquent20 ».

17Dès la publication du projet définitif du gouvernement, le patronat maritime se mobilise pour le faire échouer. Il est proposé la division de la marine marchande en trois secteurs : nationalisé, contrôlé et libre. Le premier serait composé de la Compagnie générale transatlantique et de la Compagnie des Messageries maritimes, qui deviendraient entreprises publiques de navigation. Le second comprendrait la Compagnie des chargeurs réunis, les autres compagnies constituant le secteur libre. Il est également prévu la mise en place d’un Conseil supérieur de la marine marchande obligatoirement consulté pour le plan d’ensemble des constructions, de modernisation et d’utilisation de la flotte, la coordination entre les compagnies, les accords de trafic et l’ouverture de nouvelles lignes. La riposte des armateurs est immédiate. Dès le 3 mars, le CCAF publie un texte intitulé « La mainmise de l’État sur la marine marchande ». Il y fait une critique point par point de l’exposé des motifs et du projet gouvernemental. Selon les armateurs, l’exposé des motifs ne contient que « des affirmations erronées ou tendancieuses » et « que le seul argument valable est celui qui n’y figure pas, à savoir que la nationalisation et le contrôle sont un des articles de certains programmes politiques ». Sur le projet en lui-même, après le refus exprimé de la nationalisation et du contrôle des trois plus grosses compagnies de navigation française, les attaques portent sur la situation faite au secteur « prétendu libre » :

« La liberté accordée aux entreprises libres est un leurre. En effet, nos lignes régulières seraient soumises au point de vue de l’outillage et du trafic à un régime d’autorisation préalable et de contrôle. Elles ne pourraient construire un navire, desservir un trafic et même arrêter leurs bilans sans l’autorisation du ministre des Travaux publics et des Transports après consultation obligatoire d’un organisme consultatif, le Conseil supérieur de la marine marchande. »

  • 21 AN 52AS448, nationalisation de la marine marchande, 1947.

18Pour le CCAF, « faute d’une modification profonde, le régime envisagé contient en germe la mort de notre armement libre ». En conclusion, il fait sien un article publié dans un quotidien de province et dans lequel il est écrit : « Il faut avoir le goût du risque, en effet, pour exercer le métier d’armateur aux conditions prévues par le projet de loi. On pourrait presque dire que cette profession implique la vocation du suicide. Et il ne faudrait tout de même pas en arriver là21. »

  • 22 L’Officier de la marine marchande, avril et août 1947 et Le Travailleur de la mer, juillet et nove (...)

19La FNSOMM estime de son côté que « ce projet est loin de correspondre aux vœux émis par les fédérations du personnel navigant et la CGT ». La FNSM juge quant à elle que « ce projet, quoi qu’en dise le trust de l’armement, n’est pas une tentative de nationalisation, car si nationalisation il y avait des Compagnie générale transatlantique et Messageries maritimes, ce serait celle du déficit ». Le 23 mai, les conseils nationaux de la FNSM et de la FNSOMM réaffirment leur demande d’une véritable nationalisation de la marine marchande, conforme à leur projet de l’automne 1945. Afin de ralentir au maximum l’examen du projet de loi et d’obtenir de nombreuses modifications, le patronat maritime fait appel à ses relais à l’Assemblée nationale. Il obtient le dépôt par André Colin, rapporteur du texte, d’un contre-projet jugé « entièrement en faveur des trusts de l’armement » par la FNSM22.

  • 23 Sur les grèves de la fin 1947 voir Robert Mencherini, Guerre froide, grèves rouges. Parti communis (...)
  • 24 Le Travailleur de la mer, janvier 1948 et Marie-Pierre Delaban, op. cit., p. 589.

20Lorsqu’un nouveau gouvernement dirigé par Robert Schuman est investi le 27 novembre, le projet de loi n’a toujours pas été adopté par la Commission de la marine marchande et des pêches de l’Assemblée nationale. Jules Moch devient ministre de l’Intérieur alors que la France connaît une vague de grèves et de manifestations23. Son successeur au ministère des Travaux publics et des Transports est Christian Pineau, député socialiste et secrétaire de la section fédérale CGT des employés de banques dans les années 1930. Celui-ci dépose une nouvelle version du projet de loi, très en retrait par rapport au texte de février : le secteur contrôlé est supprimé et il n’est plus question de nationalisation de la Compagnie générale transatlantique et des Messageries maritimes. La première reste organisée, comme elle l’est depuis la loi de juillet 1933, en société d’économie mixte avec l’État comme actionnaire majoritaire et ce même statut est proposé pour la seconde compagnie, avec la fusion de la société libre des Messageries maritimes et des services contractuels jusque-là concédés par l’État. Il est prévu que les présidents des deux compagnies soient nommés par l’État, ainsi que six autres membres sur douze du conseil d’administration. Trois des cinq membres restants seraient désignés par les organisations syndicales représentatives des personnels navigants et sédentaires et les deux derniers élus par l’assemblée générale parmi les actionnaires privés. Enfin, l’ensemble des lignes subventionnées existantes serait attribué aux deux sociétés. La FNSM exprime les graves craintes que lui inspire ce projet et s’oppose au refus de nationaliser les deux plus grandes compagnies maritimes françaises. Les armateurs sont eux satisfaits car ils ont réussi à obtenir le retrait de la plupart des mesures qu’ils contestaient. Finalement, la loi portant organisation de la marine marchande est adoptée le 20 février 1948 à une très large majorité et promulguée le 28 février. La réquisition de la flotte de commerce prend fin dès le lendemain24.

  • 25 AN 52AS448, loi du 28 février 1948 portant réorganisation de la marine marchande.

21Un Conseil supérieur de la marine marchande est créé. Il est composé de vingt-neuf membres. Treize dont le président sont nommés par l’État. L’armement a huit représentants : les présidents de la Compagnie générale transatlantique et des Messageries maritimes et six désignés sur proposition du CCAF. Les huit derniers membres sont désignés sur proposition des organisations syndicales représentatives : deux pour les états-majors, trois pour le personnel navigant et trois pour le personnel sédentaire. Le conseil délibère sur les questions communes à l’armement, notamment le plan d’ensemble et de construction, de modernisation et d’utilisation du matériel naval et sur les problèmes généraux et particuliers relatifs à la coordination entre compagnies. Conformément à ses revendications, l’armement libre est juste tenu d’informer le conseil des modifications, créations ou suppressions de ligne, des accords de trafic conclus avec des armements étrangers25.

  • 26 Marie-Pierre Delaban, op. cit., p. 697.

22Après près d’une décennie de réquisition, le secteur des transports maritimes redevient un secteur d’activité presque comme les autres. Il reste néanmoins étroitement surveillé par l’État qui, selon Marie-Pierre Delaban, « envisage la marine marchande comme un service économique à la disposition de la nation plutôt que comme une industrie chargée de réaliser des profits26 ». L’État souhaite également que les compagnies de navigation ne diversifient pas excessivement leurs activités. L’article 14 de la loi du 28 février 1948 prévoit qu’elles ne peuvent prendre de participation nouvelle ou étendre les participations qu’elles détiennent dans des entreprises n’ayant pas de rapport direct avec l’activité maritime sans l’autorisation du ministre des Travaux publics et des Transports, afin d’éviter des prises de participation hasardeuses comme celles de la Compagnie générale transatlantique dans les années 1920.

23La FNSM et la FNSOMM n’ont pas obtenu la nationalisation de la marine marchande qu’elles réclamaient avec force depuis la fin de la guerre. De plus, après un automne 1947 marqué par des mouvements sociaux très importants, elles doivent faire face aux conséquences de la scission que connaît la CGT à la fin de l’année.

L’affirmation du pluralisme syndical dans les professions maritimes

  • 27 Didier Favre, Ni Rouges, ni Jaunes, de la CGSI à la CSL. L’expérience du syndicalisme indépendant, (...)

24Dès le début de l’année 1947, une première brèche dans le monopole syndical dont jouissent depuis 1945 les deux fédérations CGT dans la marine marchande se produit avec la fondation par Auguste Durand d’un syndicat autonome à Bordeaux. Cette organisation recrute essentiellement des agents du service général auxquels Vialle, le secrétaire du syndicat CGT, rappelle le comportement de « dictateur » de Durand durant ses trente-trois années à la tête du syndicat27.

25Au sein de la FNSM, le trente-septième congrès fédéral qui se tient à Paris du 3 au 5 septembre 1947 voit le départ d’Ehlers du poste de secrétaire général sur fond de durcissement de la situation sociale non seulement dans la marine marchande, mais également au plan interprofessionnel.

Un automne 1947 agité

  • 28 Michel Dreyfus, op. cit., p. 221-224.
  • 29 Le Travailleur de la mer, septembre 1947.

26Avec le retrait d’Ehlers, la mainmise des communistes sur la FNSM est totale. Le vote sur la question de l’affiliation internationale l’illustre bien : les congressistes décident à l’unanimité moins deux abstentions de se retirer de la Fédération internationale des ouvriers du transport qui tarde selon eux à rejoindre la Fédération syndicale mondiale. Au sein de la CGT, la domination des communistes au sein de la CGT est clairement affirmée depuis le congrès confédéral d’avril 1946 : les modifications aux statuts – substitution du principe « un syndiqué, une voix » au principe « une organisation, une voix » – proposées par la tendance communiste sont adoptées à 80 % ; la minorité, organisée depuis décembre 1945 autour du journal Force ouvrière, conserve néanmoins vingt sièges sur trente-cinq à la commission administrative et cinq sur onze au bureau confédéral, et Jouhaux reste secrétaire général à côté de Benoît Frachon28. Le nouveau bureau fédéral de la FNSM est constitué de Gruénais, qui devient secrétaire général, de Bodéré, toujours en charge des pêches et de Casazza, nouveau trésorier. La FNSM est alors toujours très fortement implantée dans le personnel subalterne navigant. À ce propos Gruénais écrit : « Pour les marins du commerce, la presque totalité est dans nos syndicats et ceux-ci vont s’efforcer de convaincre les derniers hésitants que leur place est dans nos rangs29. »

  • 30 Le Travailleur de la mer, août 1947 et L’Officier de la marine marchande, septembre-novembre 1947.
  • 31 AN 52AS428, grève des marins et officiers de la marine marchande, 1947.
  • 32 Le Travailleur de la mer, décembre 1947.

27En dehors de la nationalisation de la marine marchande évoquée précédemment, la revendication principale est l’augmentation des salaires, qui n’ont pas été revalorisés depuis l’arrêté du 10 septembre 1946, alors que les prix sont repartis à la hausse depuis le printemps 1947. Le 17 septembre, les deux fédérations CGT adressent au président du conseil une demande de hausse de 25 % des salaires de base et de 50 % de l’indemnité de nourriture, ainsi qu’une augmentation sensible des suppléments de fonction. Le 8 octobre, un arrêté revalorise les salaires de 11 % et l’indemnité de nourriture de 25 %. La FNSM et la FNSOMM jugent ces hausses insuffisantes. Le 13, des assemblées générales se tiennent dans tous les ports. L’arrêt illimité du travail à partir du 16 octobre à 7 heures est voté à l’unanimité. Dès le début de la grève, des négociations s’engagent avec le gouvernement. Un accord est trouvé dès le lendemain. Satisfaites, les deux fédérations appellent à la reprise du travail. Celle-ci est effective dès le 19 octobre à 12 heures30. Cette grève est la seconde au niveau national depuis la fin de la guerre après l’arrêt général du travail de 24 heures du 16 juillet de la même année pour la revalorisation des pensions qui sera en partie réalisée par une loi du 3 septembre31. Un arrêté du 24 octobre procède à une nouvelle hausse des salaires. Au final, les marins et les officiers de la marine marchande obtiennent la satisfaction quasi complète de leurs revendications. Mais la tension ne retombe pas. Dès le 17 octobre, en attendant l’augmentation des salaires qui ne doit entrer en vigueur qu’au 1er novembre, la FNSM demande la mise en place d’un acompte mensuel de 1 000 francs pour les mousses, 1 500 francs pour les novices et 2 000 francs pour le personnel de maistrance et subalterne. Le refus des armateurs et du gouvernement est immédiat32.

  • 33 Michel Dreyfus, op. cit., p. 230-231.

28Au niveau national, la situation sociale est de plus en plus tendue. Après son comité confédéral national des 12 et 13 novembre, la CGT lance un manifeste dans lequel elle appelle à la tenue d’assemblées générales dans toutes les entreprises afin que les travailleurs étudient les revendications présentées par la CGT – salaire minimal de 10 800 francs par mois et révision automatique tous les trois mois – et indiquent quels moyens d’action ils sont prêts à utiliser pour les faire aboutir en cas de refus du gouvernement. Un nouveau comité confédéral national est prévu le 19 décembre afin de prendre connaissance des résultats des assemblées et de décider d’une éventuelle grève générale33. Mais les grèves se multiplient en fait dès la mi-novembre.

  • 34 Robert Mencherini, op. cit., p. 27-31.

29Parti le 10 novembre de Marseille avec une grève générale contre la hausse des tarifs des tramways décidée par la nouvelle municipalité RPF, le mouvement s’étend à toute la France. Le 15, la grève éclate dans les mines du Nord, après la révocation de son poste d’administrateur des Charbonnages de France de Léon Delfosse, secrétaire de la Fédération du sous-sol CGT, coupable d’avoir critiqué les orientations gouvernementales en matière de prix du charbon34. La FNSM se déclare en accord total avec le mot d’ordre de la CGT :

  • 35 Le Travailleur de la mer, novembre 1947.

« Les marins sont logés à la même enseigne que leurs camarades terriens. Ils n’échappent pas à la course aux prix, aussi, exigent-ils, des salaires qui leur permettent de vivre, et, comme moyen pour contraindre le gouvernement à mettre un terme à la hausse des prix : la révision trimestrielle des salaires. Les marins ont d’ailleurs fait une expérience qui leur sert de leçon. Il leur a toujours fallu attendre quelque mois de plus que les industries de terre pour les réajustements de leurs salaires, et c’est ainsi que le mois passé, devant la carence manifeste du gouvernement, il ne leur est resté qu’une seule ressource : la grève ! Aussi n’entendent-ils qu’on ne les lanterne plus. D’une façon très nette ils ont fait savoir qu’ils entendent bénéficier des réajustements de salaires en même temps que tout le monde35. »

30À Marseille, les marins cessent le travail dès le 12 novembre à midi, à l’appel de l’Union départementale CGT des Bouches-du-Rhône. Le 18 novembre, la conférence des secrétaires des grands ports décide la tenue d’assemblées générales afin de décider « des moyens à employer pour faire aboutir les revendications ». Dès le lendemain, la grève est votée à Nantes et à Rouen. Le 20 novembre, la situation est normale dans les ports du Havre, Brest, Cherbourg, La Rochelle et Bordeaux. Un arrêté du 24 novembre instaure une prime exceptionnelle de cherté de la vie de 1 500 francs par mois. Mais cela n’entrave pas la poursuite du mouvement, qui s’est étendu aux secteurs de la métallurgie, du bâtiment, des PTT et de la SNCF.

  • 36 Robert Mencherini, op. cit., p. 31-47 et Le Travailleur de la mer, décembre 1947.

31Le 27 novembre, un Comité national de grève est constitué. Vingt fédérations, dont la FNSM, y adhèrent. Le gouvernement, fermement décidé à écarter le « danger communiste », mobilise toutes les forces de l’ordre, rappelle les réservistes et le contingent de la classe 1943. La réaction des grévistes est violente. Certains pratiquent même des actes de sabotage. L’un d’eux a des conséquences dramatiques : dans la nuit du 2 au 3 décembre, l’express Paris-Lille déraille, faisant 16 victimes. L’initiative de cet acte reviendrait à des militants communistes qui croyaient avoir à faire à un train de CRS. Des incidents violents se déroulent à travers toute la France. Tout cela n’empêche pas le mouvement de montrer des signes d’essoufflement et même de recul. Dans la soirée du 9, la CGT lance l’ordre de reprise du travail. Les syndicats de marins de commerce affiliés à la FNSM ont participé au mouvement jusqu’au bout. À Marseille, Rouen ou Bordeaux, le vote de la fin de la grève n’intervient que le 10 décembre. Le 29 novembre, la prime exceptionnelle de vie chère a été étendue à la marine marchande. Elle s’élève à 1 500 francs par mois pour les navigants âgés de plus de 18 ans, à 1 125 francs pour les élèves officiers de moins de 18 ans et à 750 francs pour les mousses. Un arrêté du 14 janvier 1948 revalorisera une nouvelle fois les salaires du personnel navigant de la marine marchande36.

  • 37 Union départementale FO Seine-Saint-Denis, 19 décembre 1947 : Force ouvrière, Paris, Bruno Leprinc (...)

32La violence de l’affrontement a été telle qu’elle entraîne des conséquences immédiates au sein de la CGT. Le 18 décembre, les groupes Force ouvrière réunis en conférence nationale décident de faire scission et de constituer une nouvelle confédération indépendante de la CGT. Le lendemain, cinq secrétaires confédéraux, dont Jouhaux, remettent leur démission. Des membres de la FNSM et de la FNSOMM décident de rejoindre la CGT-FO, qui tient son congrès constitutif le 12 et 13 avril 194837.

Les conséquences de la scission de la CGT sur les fédérations maritimes CGT

  • 38 L’Officier de la marine marchande, mars-avril 1948.

33Si au sein de la FNSM, les départs pour la CGT-FO restent individuels, la FNSOMM subit de plein fouet la scission, avec le départ de syndicats entiers. Comme l’écrit son secrétaire général, Miniou, ses responsables abordent le début de l’année 1948 « avec une certaine inquiétude38 ».

  • 39 Le Travailleur de la mer, janvier 1948.

34Réuni à Paris les 16 et 17 janvier 1948, le conseil national de la FNSM adopte à l’unanimité moins deux voix, celles d’Ehlers et Scotto, une motion condamnant « les manœuvres scissionnistes qui se sont effectuées et invite l’ensemble des marins à rester unis au sein de la FNSM ». Ehlers donne sa démission à la suite du refus du conseil national de passer la Fédération dans l’autonomie le temps que les adhérents seraient consultés sur une éventuelle affiliation. Scotto, responsable du groupe Force ouvrière de l’Hérault, est considéré comme ne faisant plus partie de fait de la CGT et de la FNSM. Gruénais lance un appel à l’unité : « Les marins se souviennent trop de ce que leur a coûté la division et l’inorganisation, pour tomber à nouveau dans le piège de la division39. »

  • 40 Le Travailleur de la mer, février 1948.
  • 41 CHT FO 88, circulaires de la confédération, 1948 et La Résistance de l’Ouest, 23 janvier 1948.
  • 42 Le Travailleur de la mer, mai et juillet 1948.

35Outre Ehlers, à qui il est rappelé ses écrits à l’automne 1947 dans Le Travailleur de la mer – « cette vérité d’hier, l’union fait la force, reste vérité d’aujourd’hui et de demain » –, un ancien responsable de premier plan de la FNSM rejoint la CGT-FO. Il s’agit de Pierre Ferri-Pisani, minoritaire au sein du syndicat des marins de Marseille depuis 1946. À Bordeaux, le syndicat autonome des marins dirigé par Durand, choisit de rejoindre la CGT-FO40. Dès janvier 1948, Ehlers accepte de devenir le responsable provisoire de la future Fédération CGT-FO de la marine marchande41. En avril, cette organisation, inexistante sur le terrain, reçoit une quasi-reconnaissance officielle puisque Ehlers est nommé au conseil d’administration de la Compagnie générale transatlantique au titre des personnes qualifiées et Ferri-Pisani, membre du Conseil supérieur de la marine marchande. Cette nomination provoque la colère de la FNSM, qui accuse Ferri-Pisani de ne représenter que lui-même. Le 19 juin, le conseil national de la FNSM « constate avec satisfaction l’échec total des manœuvres de division des Ferri-Pisani, Durand, Ehlers ». Quelques jours plus tard, ce dernier se rend à Saint-Nazaire pour y tenir une réunion de propagande. Mais le syndicat local de la FNSM a eu vent de sa venue et remplit la salle de militants CGT. Ehlers s’explique sur les raisons de son départ pour la CGT-FO. Celui-ci est lié au fait qu’en novembre 1947, les responsables de la FNSM, dont il reconnaît la loyauté jusque-là, ont cédé à la tentation des « grèves politiques », ce qu’il considère comme une rupture avec « l’indépendance nécessaire du syndicalisme ». Les orateurs CGT stigmatisent l’attitude d’Ehlers qui a quitté en septembre 1947 son poste de secrétaire général de la FNSM notamment en raison d’un état de santé chancelant, pour se retrouver trois mois plus tard à la tête de la Fédération FO de la marine marchande. Hué par l’assemblée, ce dernier quitte la salle sans répondre à ces attaques. Ehlers cesse dès l’été toute activité syndicale et est remplacé à la tête de la Fédération FO par Ferri-Pisani42.

  • 43 AN 50AS3,effectifs de la FNSM, 1948 et Robert Mencherini, L’Union syndicale CGT des Bouches-du-Rhô (...)

36La FNSM reste de très loin la première organisation syndicale dans le personnel subalterne de la marine marchande ; même si elle subit une baisse d’environ 25 % de ses effectifs en 1948, liée aux échecs dans les pêches maritimes et aussi aux conséquences des grèves de novembre et décembre 1947. La baisse est particulièrement importante au sein du syndicat des marins de Marseille43. La FNSOMM subit elle une scission plus importante.

  • 44 L’Officier de la marine marchande, juin-juillet 1947.
  • 45 Fédération nationale des syndicats d’officiers de la marine marchande CGT, Aux officiers de la Mar (...)

37« Groupant presque tous les officiers de la marine marchande, c’est-àdire des hommes d’origines, de conditions et d’opinions très diverses44 », la FNSOMM présente un terrain favorable pour une scission importante. Conscient du risque encouru, le bureau fédéral décide de réunir dès le 30 décembre les secrétaires des principaux syndicats afin d’examiner l’orientation à envisager pour préserver l’unité et la puissance de la FNSOMM. L’ensemble des participants est favorable au maintien de l’unité fédérale, certains pensent que la seule façon de la sauver est de quitter la CGT et de se réfugier dans l’autonomie. Ils proposent donc de procéder à un référendum auprès des adhérents. Le bureau fédéral s’y oppose, craignant « qu’une telle consultation effectuée à la hâte et sans information préalable des adhérents » ne donne « des résultats qui iraient à l’encontre des intérêts ». Il adresse à tous les officiers de la marine marchande un manifeste présentant les causes de la scission et un bilan de l’action de la FNSOMM depuis sa création. Les trois secrétaires fédéraux, Miniou, Bouchaud et René Alary – représentant des officiers radiotélégraphistes au sein du bureau fédéral depuis le troisième congrès de la FNSOMM tenu du 20 au 24 mai 1947 –, y « appellent les officiers de la marine marchande à rester unis dans leurs syndicats fédérés au sein de la CGT ». Par prudence financière et en raison de « nouvelles alarmantes » fin décembre et début janvier, les responsables de la fédération décident de ne pas faire paraître le numéro de janvier de L’Officier de la marine marchande45.

  • 46 L’Officier de la marine marchande, janvier-février 1948.
  • 47 L’Officier de la marine marchande, mars-avril 1948 et Bulletin de liaison du syndicat chrétien des (...)

38Cette stratégie n’empêche pas des syndicats de rejoindre la CGT-FO. C’est le cas à Sète, à Cherbourg et à Lorient46. Au Havre, où un référendum sur la question de l’affiliation est en cours depuis le 23 décembre 1947, les partisans de l’autonomie, avec à leur tête Français, tentent le 9 février de dissoudre le syndicat, de décréter l’autonomie et de récupérer les biens et les archives. Ils échouent et constituent une organisation autonome. Le 23 mars, le dépouillement du référendum donne le résultat suivant : sur 443 votants, 323 se prononcent pour le maintien dans la CGT, 50 pour l’autonomie, 34 pour la CGT-FO, 27 pour la Confédération générale des cadres, 4 pour la CFTC et 15 bulletins nuls. La grande majorité des adhérents du syndicat du Havre, le second de la FNSOMM en terme d’adhérents derrière celui de Marseille, restent donc au sein de la fédération CGT. Français adhère à la CGT-FO et prend la tête de la Fédération FO des officiers de la marine marchande. Au cours du mois de mars, la FNSOMM est affectée par un nouveau départ : par 83 voix contre 55, la section pont du syndicat de Bordeaux décide de quitter la fédération. Au final, la majorité des membres de la FNSOMM opte pour le maintien dans la CGT. Ceux qui démissionnent sont principalement des capitaines et officiers de pont qui ont refusé d’adhérer à la CGT lors du Front populaire et qui ne l’ont rejointe qu’en 1945. Seule une partie d’entre eux rejoint la CGT-FO. Les autres constituent le syndicat national des capitaines au long cours CGC, fondent le syndicat national professionnel des officiers de la marine marchande ou rejoignent le syndicat chrétien des officiers de la marine marchande, fondé en février 1947 à Nantes et affilié à la fédération des cadres CFTC47.

  • 48 Le Marin, 21 mai 1948.
  • 49 Syndicalisme maritime, novembre 1948 et CHT FO 88, Fédération nationale CGT-FO de la marine marcha (...)

39L’unité syndicale des officiers n’aura donc duré que trois ans. De plus, comme le fait remarquer le journal Le Marin, la multiplication des organisations syndicales regroupant les états-majors de la marine marchande n’est pas une bonne chose, car beaucoup d’officiers risquent de ne pas vouloir choisir entre les différentes tendances et le taux de syndicalisation de chuter dans une profession qui compte alors environ 11 000 personnes48. En novembre 1948, paraît le premier numéro de Syndicalisme maritime, organe commun des deux fédérations CGT-FO des marins et officiers de la marine marchande. Y est annoncée la création, effective depuis le mois de mai, d’une Interfédération marine-ports, réunissant les fédérations CGTFO des dockers, marins et officiers et dirigée par Ferri-Pisani49.

40Le pluralisme devient donc un trait commun à l’ensemble du syndicalisme maritime puisque dans les pêches maritimes, la FNSM doit se résoudre à la présence de la FFSPM.

Le maintien des fédérations existantes dans les pêches maritimes

  • 50 Le Travailleur de la mer, décembre 1945.
  • 51 Le Travailleur de la mer, avril 1946.

41Affiliée à une confédération regroupant majoritairement des salariés, consommateurs des produits de la mer, la FNSM est confrontée à la difficulté de défendre les intérêts des pêcheurs dans une période où le mot d’ordre est le maintien à un niveau le plus bas possible des prix d’achat des denrées alimentaires qui sont fixés par le gouvernement, en vertu d’une ordonnance du 30 juin 1945 relative au blocage des prix. Dès 1945, elle met en garde contre la surexploitation des ressources halieutiques. Elle note que la généralisation de la pêche au chalut présente des dangers et risque d’entraîner la raréfaction du poisson. Lors d’un congrès des marins pêcheurs tenu à Quimper le 13 mai, il est donc proposé de diminuer les heures de travail sur les lieux de pêche. Mais comme le note, en décembre, Joseph Quiniou du syndicat de Lechiagat, ce rapport n’a pas eu de suite, car il était contraire au mot d’ordre lancé par la CGT : « Produire50 ». En avril 1946, le secrétaire du syndicat de La Rochelle, Kervevan, développe les mêmes arguments et réclame une rationalisation de la pêche industrielle : « Si on ne fait rien dans ce sens dans un délai très rapproché, les moyens de pêche devenant fatalement de plus en plus perfectionnés, et par conséquent de plus en plus destructifs, nous arriverons aussi fatalement à une crise de la production semblable à celle d’entre les deux guerres51. »

  • 52 Le Travailleur de la mer, septembre 1946.
  • 53 Le Travailleur de la mer, février-mars et décembre 1947.

42Ces positions supposent un prix d’achat du poisson rémunérateur. Or les impératifs de l’heure sont alors au maintien de prix de vente aux consommateurs les plus faibles possibles. La FNSM demande donc la compression des marges bénéficiaires des intermédiaires. Elle n’est pas entendue. Elle s’insurge même contre l’arrêté du 16 juillet 1946 qui accorde de substantiels avantages aux armateurs de la pêche industrielle. Un arrêté du 13 août 1946 modifie les dispositions prises un mois plus tôt dans le sens souhaité par la FNSM. Mais dans la situation économique difficile que connaît alors la France, la marge de manœuvre est difficile : « Pour sortir de l’impasse où se trouvent actuellement les pêcheurs vis-à-vis du consommateur, il faut une position ferme sur la compression du superprofit des intermédiaires, tant dans le circuit suivi par le poisson, que dans celui du matériel de pêche52. » En janvier 1947, le Comité central des pêches maritimes regrette que les prix des poissons soient moins revalorisés que les produits agricoles et industriels. Un arrêté du 20 février fixe des prix minima au débarquement et permet aux pêcheurs de vendre leur poisson aux mareyeurs de leur choix, et donc au plus offrant. En juin, les prix du poisson sont revalorisés, mais la hausse est vite réduite à néant par l’augmentation des engins de pêche53.

43Dans cette période difficile, la FNSM n’oublie jamais de dénoncer l’action, néfaste selon elle, de la FFSPM. À l’été 1946, cette dernière est accusée dans Le Travailleur de la mer de pratiquer un syndicalisme « à bon marché » :

  • 54 Le Travailleur de la mer, juillet-août 1946.

« Croyant arriver à s’attirer plus facilement une “clientèle”, les syndicats confessionnels ou professionnels de marins font du rabais sur le prix des timbres, 10 et 15 francs de moins. Mais là, au moins, on est riche, l’argent ne manque pas, mais au fait, d’où vient l’argent ? Les dépenses qu’entraîne le fonctionnement des organisations ne sont-elles pas les mêmes pour elles que pour nous ? Bien sûr ! Alors ? Là est tout le mystère, s’il peut y avoir mystère pour d’aucuns54. »

44De plus, il est fait quasiment à chaque fois référence au comportement de Lamort pendant la guerre, comme dans un tract publié en mars 1947 :

  • 55 AN 50AS3, relations avec la FNSM CGT, 1947.

« Par une faiblesse de notre part, mais qui était motivée par notre souci d’union et entente, nous n’avons rien fait pour nous opposer à la part de représentation qu’on a donnée à la FFSPM dans les commissions officielles et notamment lors de la constitution du Comité central des pêches maritimes, bien que nous étions en droit de le faire, en raison de sa collaboration avec Vichy, et de la faiblesse de son organisation, dont les syndicats pour la plupart, sont des vestiges des syndicats corporatifs55. »

  • 56 AN 50AS1, effectifs de la FFSPM, 1946.
  • 57 AN 50AS23, 35, 37 et 39, relations avec les syndicats locaux, 1946.
  • 58 AN 50AS14, assemblée générale de la FFSPM, 1946.

45En dépit de ces attaques, la FFSPM parvient à conserver une implantation importante dans la pêche artisanale, surtout après l’adhésion des syndicats anciennement affiliés à la Fédération des pêcheurs à la part de l’Océan. Fin 1946, la FFSPM déclare regrouper 6 836 pêcheurs, dont 2 224 en Algérie56. Ses zones d’implantation continuent à évoluer. Elle est en net recul dans le Morbihan et a dû licencier Lofficial, jusque-là en charge de ce secteur. Dans le Nord, elle se maintient et engage même un jeune permanent, Louis Pincet. En Vendée, elle a reçu en septembre l’adhésion du syndicat des Sables-d’Olonne, fort de 385 membres. En Méditerranée, l’Union des pêcheurs méditerranéens est devenue le Groupement méditerranéen des pêcheurs artisans depuis le mois de janvier57. Lors de l’assemblée générale qui se tient à Paris les 19 et 20 décembre, le bureau fédéral est reconduit avec deux changements : Henri Le Gall des Sables-d’Olonne remplace Charles Nardonne à un des postes de vice-président et Édouard Lamort, un cousin d’Ernest, devient secrétaire adjoint à la place de Joseph Lofficial. Le budget 1946, d’un montant total de 400 000 francs, n’est équilibré que grâce à un emprunt de 180 000 francs consenti par le Secrétariat social maritime. Pour combler le déficit, les cotisations mensuelles sont portées de 15 à 20 francs pour les matelots, et de 25 à 30 francs pour les patrons et copropriétaires58.

  • 59 AN 50AS1, effectifs de la FFSPM, 1947 et 50AS31 et 34, relations avec la Fédération des pêcheurs à (...)

46En mars 1947, Lamort s’inquiète auprès de Charrier du devenir de la Fédération des pêcheurs à la part de l’Océan, alors en pleine déliquescence, avec 1 100 adhérents contre 3 500 en 1945. Il souhaite en effet récupérer le maximum de syndicats. Il y parvient en grande partie, puisqu’au cours de l’année, adhèrent à la FFSPM les syndicats de Saint-Gilles-Croix-de-Vie et de l’île d’Yeu. Ce dernier s’était affilié en 1945 à la fédération, mais avait choisi début 1946 de rejoindre la Fédération des pêcheurs à la part en accord avec le syndicat des Sables-d’Olonne, afin d’éviter que la FNSM ne soit majoritaire au sein du Comité local des pêches du Quartier des Sables-d’Olonne. En dépit de l’adhésion de ces deux syndicats importants, la FFSPM accuse une baisse de près de 20 % de ses effectifs entre 1946 et 1947. Les pertes sont particulièrement importantes dans la Manche et le Finistère. Le centre de gravité de la fédération évolue vers la Vendée puisque les syndicats de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, des Sables-d’Olonne et de l’île d’Yeu représentent dorénavant plus d’un quart des membres de la Métropole59.

  • 60 AN 50AS14, congrès de la FFSPM, 1948 et 50AS11 et 23, correspondance, 1948.

47En janvier 1948, la FFSPM est reconnue comme une organisation représentative, au même titre que la FNSM, pour toutes les commissions traitant des questions de pêche. En dépit de l’augmentation des cotisations décidée lors congrès des 21 et 22 avril à Paris, la FFSPM doit réduire le nombre de ses permanents. En juin, elle licencie Pincet, avant de se séparer en novembre de Rozen, en charge depuis 1945 du Finistère60. Le syndicat des Sables-d’Olonne et l’Union des pêcheurs algériens font des avances pour combler le déficit du budget de l’année 1948, du en partie à l’arrêt de l’aide financière du Secrétariat social maritime. Les raisons de cet arrêt nous sont inconnues, même si le changement d’orientation de la fédération, la rupture définitive avec la CFTC et l’adhésion d’anciens syndicats de la Fédération laïque des pêcheurs à la part de l’Océan peuvent être avancés comme des éléments explicatifs.

48Lors du congrès des 21 et 22 mai 1949, Lamort affirme que « l’année 1949 verra la vie ou la mort de notre syndicalisme libre et professionnel ». Il fait le constat d’une hémorragie syndicale dans le Finistère et le Calvados. En octobre 1949, la situation financière de la fédération est critique. Du fait de sa totale indépendance, la FFSPM ne peut compter que sur les cotisations de ses membres pour régler les dépenses de fonctionnement. Or, il manque 200 000 francs pour terminer l’année. C’est une nouvelle fois le syndicat des Sables-d’Olonne qui avance la somme nécessaire. Pourtant la baisse du nombre d’adhérents semble enrayée. La fédération déclare regrouper un peu moins de 5 000 pêcheurs, dont 1 600 en Algérie. Ses deux grandes régions d’implantation sont désormais le Nord et la Vendée. En Bretagne, ne subsistent que les syndicats de La Turballe, du Guilvinec, de Camaret, d’Ouessant et le syndicat du Nord-Est Bretagne. En Méditerranée, le Groupement méditerranéen des pêcheurs artisans se maintient difficilement avec moins de deux cents membres. Certains syndicats ont quitté la FFSPM du fait des cotisations jugées trop élevées, ce qui fait écrire à Lamort :

« Je commence à croire que les marins sont souvent les mêmes, ils aiment à être défendus à condition de ne rien payer comme si nous avions à notre disposition des fortunes et que nous cherchions à nous enrichir. Puisqu’ils y tiennent, qu’ils se débrouillent seuls. Je préfère n’avoir que peu de syndicats mais sur qui je puis compter que d’avoir à faire à des coucous toujours à la remorque. »

  • 61 AN 50AS14, congrès de la FFSPM, 1949 et 1951 et 50AS39, correspondance 1949.

49À partir de 1950, la situation financière de la FFSPM s’améliore puisqu’elle n’a plus à rémunérer Lamort qui, désormais en retraite, puise dans sa pension pour poursuivre ses activités syndicales61.

  • 62 AN 50AS1, effectifs des diverses fédérations, 1947.
  • 63 Le Travailleur de la mer, novembre 1947 et janvier 1948.

50De son côté la FNSM, fortement implantée en 1947 dans les pêches maritimes, connaît peu à peu des difficultés dans la syndicalisation des pêcheurs artisans. Selon une enquête des services de l’État, la FNSM regroupe en avril 1947 19 000 pêcheurs, 3 000 dans le secteur industriel et 16 000 dans la pêche à la part62. En septembre, lors du trente-septième congrès de la FNSM, une résolution demandant l’abrogation pure et simple de l’ordonnance du 14 août 1945 réorganisant les pêches maritimes est votée. Le Comité central des pêches maritimes et les comités locaux sont considérés comme des institutions bureaucratiques et coûteuses. Le revirement est d’ampleur car la FNSM ne s’est nullement opposée à leur création à l’été 1945. Mais les temps ont changé : le PCF n’est plus au gouvernement, la FNSM, dominée par les communistes, suit la nouvelle stratégie d’opposition dure. Elle accuse donc le système mis en place à la Libération de n’être qu’un « succédané de Vichy ». Elle essuie une fin de non-recevoir de la part du gouvernement. Elle décide alors de réclamer un changement du mode de désignation des membres des différents comités qui seraient directement élus par les pêcheurs63.

  • 64 Le Marin, 9 avril 1948.
  • 65 AN 50AS23, relations avec le syndicat de Boulogne et Le Travailleur de la mer, septembre 1947.
  • 66 Le Travailleur de la mer, mai 1947.

51Les prix du poisson sont de nouveau majorés au 1er janvier 1948. Le marché du poisson retrouve la liberté de fixation des prix à partir du 5 avril64. Même si la FNSM affiche sa satisfaction, elle ne cache pas sa crainte que les mareyeurs n’essaient, comme avant la guerre, de créer la pénurie pour vendre plus cher ou n’hésitent à laisser le poisson aux pêcheurs, pour le rejeter à l’eau ensuite, si tel est leur intérêt. Elle réitère donc ses appels à l’union et à l’organisation au sein de la FNSM. Elle est alors fortement implantée dans la pêche industrialisée à Dieppe, Lorient, La Rochelle, Arcachon ou Boulogne. Dans ce port, une longue grève a lieu du 7 juillet au 29 août. Elle est provoquée par la tentative, avortée, des armateurs d’imposer aux équipages les conditions pratiquées avant la guerre. Le syndicat des marins pêcheurs CGT de Boulogne sort renforcé de cette grève puisque le nombre de ses adhérents passe de 120 à 85065. La FNSM a également réussi à syndiquer de nouveau en son sein les marins de la grande pêche dans la région de Dinan et à conclure en février 1947 un contrat collectif d’engagement de la grande pêche dont le secrétaire du syndicat de Dinan estime que les pêcheurs « vont en retirer un profit substantiel66 ».

52Le bilan est beaucoup plus mitigé pour les autres pêcheurs artisans. En mai 1948, un article de Gruénais intitulé « Aux pêcheurs de la pêche dite à la part » avoue les difficultés rencontrées par la FNSM :

  • 67 Le Travailleur de la mer, mai 1948.

« Depuis la Libération, nous ne cessons pas d’appeler les camarades pêcheurs artisans à s’organiser en masse dans nos syndicats. Nos appels n’ont pas été vains, et l’on peut dire que le groupement de cette catégorie est en progrès net par rapport au passé. Cependant, il ne servirait à rien de cacher que trop de pêcheurs de la pêche dite “à la part” sont encore en dehors de nos organisations. […] Nous devons surtout et tout d’abord convaincre nos camarades pêcheurs qu’en dehors d’un groupement fédéral et confédéré comme le nôtre ils ne pourront rien. L’autonomie et la politique de cloche sont aussi stériles, en définitive, que l’inorganisation67. »

  • 68 Le Travailleur de la mer, juillet 1948.
  • 69 AN 50AS1, effectifs des diverses fédérations, 1949.
  • 70 AN 50AS3 et 10, relations avec la FNSM, 1949.

53Fin juin, une première tentative de collaboration a lieu avec la FFSPM, après la décision prise par le gouvernement le 25 juin de taxer à nouveau certaines espèces de poisson, dont les prix ont trop fortement augmenté depuis le retour à la liberté des prix. Les deux fédérations se mettent d’accord pour s’opposer à cette mesure, prévoyant même un arrêt total de la pêche le 2 juillet à midi. Mais au dernier moment, la FFSPM se soumet aux dispositions prises par le gouvernement, ce que regrette vivement la FNSM : « Au sujet de la Fédération dite “Lamort”, nous voulions voir, en cette organisation, un groupement avec son caractère particulier, mais ayant son indépendance, force nous a été de constater, et à coup sur, le contraire pendant ce mouvement68. » L’absence de satisfaction des revendications entraîne une perte de confiance des pêcheurs envers les syndicats. À la fin de 1949, le nombre de pêcheurs syndiqués à la FNSM n’est plus que 12 600, soit une chute d’un tiers en deux ans69. Celle-ci propose alors officiellement à la FFSPM de mener des actions communes « contre les importations de poisson et conserves de poisson, pour l’abaissement des prix du combustible et du matériel d’avitaillement, pour l’amélioration de la loi des pensions ». Lamort répond qu’il est d’accord, mais que sa fédération ne donne jamais de mots d’ordre nationaux et respecte la liberté locale d’action. La consultation préalable des syndicats locaux est donc obligatoire70.

  • 71 Le Marin, 7 octobre 1949.

54À l’orée des années 1950, la flotte de pêche a quasiment retrouvé son niveau d’avant-guerre avec 18 200 unités pour 212 000 tonneaux au 1er octobre 1949 contre 20 755 unités et 243 000 tonneaux en septembre 1939. Mais les flottilles de chalutiers de grande pêche et de chalutiers hauturiers en acier sont inférieures de 25 % à celles d’avant-guerre et celle des navires en bois de moins de 25 tonneaux est en forte augmentation. La reconstruction de la flottille ne s’est pas traduite par sa modernisation. Dans la marine marchande, la reconstitution de la flotte est alors quasiment terminée : au 1er octobre 1949, 117 nouveaux navires sont en cours d’achèvement, de montage ou de construction71. Après la fin de la réquisition, les organisations syndicales réclament le retour au régime des conventions collectives de 1936 et l’ouverture de négociations pour la conclusion de nouvelles conventions.

Le retour à la liberté des négociations professionnelles dans la marine marchande

  • 72 AN 52AS502, correspondance avec la FNSM, 1948.

55Comme l’indique un tract du syndicat des marins CGT de Marseille de mars 1948, « les marins sont las d’attendre72 ». Ils vont pourtant devoir patienter plus de deux ans avant qu’une convention collective du personnel subalterne soit conclue entre le CCAF et les différentes organisations représentatives, alors que les fédérations d’officiers obtiennent la signature d’un accord dès le mois de septembre.

La conclusion rapide de la convention collective des officiers de la marine marchande

  • 73 AN 52AS419, engagement des états-majors, 1947.

56Dès février 1947, la FNSOMM a adressé au CCAF un projet de convention collective destiné à fixer sur le plan national les conditions de recrutement, d’engagement, d’avancement, de travail et de rémunération des officiers de la marine marchande73. Lorsque se déroule, en juin 1948, le quatrième congrès de la fédération CGT, les négociations n’ont guère avancé. Les délégués votent alors la résolution suivante sur la question de la convention collective :

  • 74 L’Officier de la marine marchande, mai-juin 1948.

« Justement alarmés par les lenteurs et les oppositions qui ont, jusqu’à ce jour, empêché l’heureuse conclusion des négociations entamées il y a plus de quinze mois avec le CCAF, les délégués prennent acte de la volonté d’aboutir rapidement qui semble animer actuellement les pouvoirs publics ; considèrent cependant qu’ils ne sauraient – sans trahir la confiance de leurs mandants – aller au-delà des concessions faites à ce jour, ils approuvent les positions prises à cet effet par le bureau fédéral et le mandatent pour activer, par tous les moyens en son pouvoir, les discussions en cours et signer au plus tôt une convention collective qui sauvegarde leurs intérêts légitimes et assure à notre flotte de commerce le recrutement normal dont elle a le plus pressant besoin74. »

57Mais la FNSOMM est contrainte de faire des concessions supplémentaires afin d’obtenir un accord rapide. Elle accepte de disjoindre de la convention des questions jugées primordiales : la constitution des commissions d’avancement et la communication aux organisations syndicales des projets d’aménagements pour les constructions neuves.

  • 75 AN 52AS327, convention collective des officiers de la marine marchande, 1948; L’Officier de la mar (...)

58C’est donc une convention collective « minimum » qui est signée le 30 septembre 1948 entre le CCAF et les fédérations CGT et CGT-FO et les syndicats nationaux CFTC, CGC et autonomes. Le secrétaire général de la fédération des officiers CGT-FO, Français, juge que ce texte « est un succès pour les armateurs dont on peut dire qu’ils se sont bien défendus ». Il dénonce les abandons acceptés par le bureau de la FNSOMM par rapport au projet initial adopté en 1947 par les officiers alors unis dans une seule organisation. Pour le secrétaire général adjoint de la FNSOMM, Bouchaud, la conclusion de cet accord n’est qu’une étape. En effet, les syndicats doivent maintenant obtenir des accords particuliers satisfaisants, c’est-à-dire des conventions adaptant l’accord national aux conditions particulières de travail dans la région ou dans la localité, ou réglant les conditions de travail dans une entreprise spécifique. De plus, la convention collective ne prévoit pas de revalorisations des salaires qui restent soumis aux procédures existantes jusque-là et donc à l’approbation du gouvernement75.

  • 76 L’Officier de la marine marchande, mai-juin et octobre-novembre 1948.
  • 77 AN 52AS420, engagement des équipages et des états-majors, 1948; L’Officier de la marine marchande, (...)
  • 78 AN 52AS478, salaires des états-majors, 1949.

59Le 16 juin 1948, les deux fédérations maritimes CGT ont réclamé au ministre des Travaux publics et des Transports une hausse de 20 % des salaires de base et de 50 % de l’indemnité de nourriture, pour compenser l’augmentation des prix depuis le début de l’année. Un arrêté du 28 septembre, pris par André Colin, ministre de la Marine marchande dans le tout nouveau gouvernement dirigé depuis le 11 septembre par Henri Queuille, majore les soldes d’une indemnité uniforme de 1 470 francs et les heures supplémentaires de 7 francs76. La FNSM et la FNSOMM jugent cette augmentation insuffisante. Le 8 octobre, la première organise un arrêt de travail de 24 heures. Les fédérations CGT réclament désormais une hausse de 35 % des salaires et de 60 % de l’indemnité de nourriture. Cette nouvelle demande est rejetée. Le ministre refuse désormais toute rencontre avec les deux fédérations tant que celles-ci maintiennent leurs revendications salariales. Néanmoins, le 8 janvier 1949, l’indemnité de nourriture est portée de 225 à 260 francs77. En mai, un accord est conclu entre le CCAF et la Fédération CGT-FO des officiers. Il prévoit le paiement, pour le service supplémentaire effectué, d’une indemnité complémentaire compensatoire de 18 % aux officiers naviguant sur des navires de plus de 500 tonneaux à l’exception des capitaines et chefs mécaniciens. La FNSOMM refuse de signer cet accord contraire au principe de rémunération à l’heure qu’elle défend78.

  • 79 AN 52AS502, correspondance avec la FNSM, 1949 et L’Officier de la marine marchande, juillet-septem (...)

60En juin 1949, les négociations salariales sont une nouvelle fois relancées sur l’initiative de la FNSM. Dans une lettre adressée au CCAF, elle rappelle que « depuis plus d’une année, nous réclamons l’augmentation des salaires des marins du commerce. […] Nous avons affirmé que nous tenions à ce que les salaires des marins français soient à peu près ceux des marins étrangers ». Or, les comparaisons établies par la fédération CGT font apparaître que le salaire moyen est de 12 170 francs pour un matelot français, de 21 920 à 26 304 francs pour un Britannique, de 19 563 francs pour un Danois, de 40 605 francs pour un Canadien et de 73 038 francs pour un Américain. Elle demande donc l’obtention d’une prime générale de navigation de 3 500 francs par mois, le maintien de l’indemnité provisoire dite perte de change, une indemnité de nourriture à 460 francs pour tous les marins embarqués sur des navires de commerce, remorqueurs ou engins portuaires. En réponse, le CCAF propose un aménagement des indemnités de perte au change. Une décision ministérielle du 30 août institue une indemnité provisoire unique de 2 550 francs pour le cabotage, 3 450 francs pour le cabotage international et 4 800 francs pour le long cours. La FNSOMM critique la non-proportionnalité de la prime. Elle reste en effet « fermement attachée à la défense de la hiérarchie des salaires, reflet de la hiérarchie à bord des navires79 ». La FNSM continue de réclamer l’alignement des soldes des marins français sur celles des marins étrangers et la signature de la convention collective du personnel subalterne.

La difficile signature de la convention collective du personnel subalterne

  • 80 AN 52AS420, révisions des conditions d’engagement du personne subalterne, 1947-1948.

61Dès mars 1947, un accord sur la procédure de révision des conditions d’engagement est trouvé après le dépôt d’un projet de convention collective par la FNSM. Mais après une première rencontre informelle le 27 mai et la signature de l’accord sur la stabilité de l’emploi le 19 juillet, les négociations s’interrompent. Les armateurs sont alors préoccupés par le futur statut de la marine marchande et la FNSM, par la revalorisation des salaires. Après la promulgation de la loi du 28 février 1948 qui met fin à la réquisition de la flotte de commerce, la fédération CGT réclame la conclusion rapide d’une convention collective. Les profonds désaccords entre ses propositions et celles du CCAF laissent augurer de longues et difficiles négociations80.

  • 81 AN 52AS428, mouvement des marins de Marseille, avril-mai 1948 et Le Travailleur de la mer, mai-sep (...)

62Du 28 avril au 3 mai, à l’appel du syndicat CGT, les marins de Marseille manifestent leur mécontentement devant la lenteur des discussions par des retards de 24 heures au départ des navires. Lors de son conseil national des 18 et 19 juin, la FNSM demande l’application immédiate de la convention de juin 1936, des accords particuliers et des avantages acquis avant guerre81.

  • 82 Le Travailleur de la mer, octobre 1948 à janvier 1949.

63Le 30 octobre, les marins CGT de Marseille cessent le travail afin de faire pression sur le gouvernement et les armateurs. Le 2 novembre, le syndicat CGT-FO condamne ce mouvement. Il estime que les négociations sur la reconduction des conventions de juin 1936 sont bien engagées et que le déclenchement d’une grève générale sur ce sujet ne se justifie pas. Le 17 novembre, c’est au tour des marins CGT de Rouen de se mettre en grève sur les mêmes revendications. Ils ne remontent à bord des navires que le 27 novembre, sans avoir obtenu satisfaction. À Marseille, le mouvement se poursuit, mais le syndicat CGT ne parvient pas à empêcher le départ de nombreux navires, suite aux mesures de réquisition prise par le préfet des Bouches-du-Rhône. De plus, les dirigeants du syndicat CGT sont poursuivis pour entrave à la liberté du travail. Le 3 décembre, le ministre de la Marine marchande publie un arrêté remettant en vigueur des conventions collectives et accords particuliers de 1936 à compter du 1er novembre. Mais les marins marseillais ne reprennent le travail que le 10 décembre. En effet, dans un premier temps, le syndicat patronal marseillais de la marine marchande refuse d’appliquer les conditions particulières signées le 25 juin 1936. Il juge que « le document invoqué par le syndicat des marins est un diktat qui a été effacé, à la Libération, par le “retour à la légalité républicaine” (mise en vacance depuis 1936) ». Après une mise au point du ministère de la Marine marchande qui note que si « les armateurs ont toujours refusé d’admettre le caractère contractuel des conditions de Marseille, [ils] les ont appliqués, en fait, d’une façon constante. Les termes de la correspondance postérieure à 1936, marquent bien qu’elles constituent à Marseille un usage établi » et que « la cessation du régime instauré durant les hostilités entraîne le retour pur et simple à celui de 1939, sous réserve de modification contractuelle ou réglementaire expressément établie depuis cette date », les armateurs marseillais cèdent82.

  • 83 Le Travailleur de la mer, n° 24 de novembre-décembre 1949.

64À la fin décembre, la FNSM adresse, en collaboration avec la FNSOMM, une demande de rétablissement de loi sur la semaine des 40 heures. Une entrevue avec André Colin se tient le 7 mars 1949, sans résultat. Les négociations entre les armateurs et la FNSM sur la convention collective ont alors repris. Selon cette dernière, la signature est sur le point d’aboutir. Un désaccord subsiste sur le maintien des avantages acquis, notamment pour le port de Marseille. Chacune des deux parties campe sur ses positions et au début de l’été, aucune solution n’est en vue car, comme le note le secrétaire du syndicat des marins CGT de Marseille, Fressinet, « si on acceptait la formule proposée par les armateurs, ces derniers ne tarderaient pas à enlever aux marins marseillais le bénéfice de leur lutte de novembre-décembre 1948, à savoir le retour aux conditions particulières de Marseille de 1936 ». De plus, le ministère du Travail exige que la convention collective soit signée par toutes les organisations syndicales représentatives, et donc par la fédération CGT-FO de la marine marchande. Celle-ci admet « que le projet CCAF/CGT bénéficie d’une priorité et qu’en conséquence, elle ne proposera que des amendements ». Elle considère également « que les circonstances présentes sont défavorables à la discussion des conventions collectives : agitation politico-syndicale, ambiance de régression sociale et que si le patronat se refuse à améliorer les conventions actuelles et avantages acquis, la vraie solution consisterait à rester sur le statu quo ». Elle critique la rigidité de la FNSM sur la question des avantages acquis, alors que le projet de convention est déjà largement en retrait par rapport au projet déposé en mars 1947, ce que reconnaît la fédération CGT. Lors de son trente-huitième congrès tenu à Marseille du 3 au 5 novembre, une résolution est adoptée sur la question de la convention collective : « Le congrès mandate la fédération pour reprendre la discussion sur le projet de convention collective nationale afin d’obtenir des garanties claires et précises sur le maintien des avantages acquis et pour la fixation de l’échelle des salaires dans le cadre de la convention collective83. »

  • 84 L’Officier de la marine marchande, novembre-décembre 1949.

65Le 3 novembre, un arrêté interministériel instaure une prime unique exceptionnelle de 3 000 francs. Une circulaire du 18 novembre indique qu’elle est applicable au personnel navigant de la marine marchande et des bateaux de pêche, lorsqu’ils sont engagés avec un minimum garanti. Le 29 novembre, la FNSM et la FNSOMM organisent un arrêt de travail de 24 heures avec les revendications suivantes : paiement d’une indemnité provisoire de 300 francs chaque mois, unifications de l’indemnité de nourriture à 400 francs, fixation des salaires dans le cadre des conventions collectives84.

  • 85 AN 52AS327, convention collective des capitaines et officiers de la marine marchande des entrepris (...)
  • 86 Sur la loi du 11 février 1950, voir Marie-Laure MORIN, « Démocratie sociale ou démocratie politiqu (...)
  • 87 Le Travailleur de la mer et L’Officier de la marine marchande, mars 1950.

66L’année 1950 débute par la signature, le 31 janvier, de la convention collective des capitaines et officiers de la marine marchande des entreprises de remorquage entre le CCAF et les fédérations d’officiers85. Après le vote en févier 1950 de la loi relative aux conventions collectives et aux procédures de règlement des conflits collectifs de travail86, dont l’article 22 prévoit l’application au personnel navigant de la marine marchande, des négociations salariales s’engagent directement entre les armateurs et les organisations syndicales représentatives. Le 2 mars, une première réunion paritaire se tient au siège du CCAF. La fédération CGT-FO demande aux armateurs de recourir à une procédure de conciliation, au vu de l’écart entre les propositions de chacune des parties. Les armateurs proposent une augmentation de 5 % des salaires de base, définis comme la somme des soldes actuelles et de la majoration de 1 470 francs des indemnités de cabotage, cabotage international et de long cours, des suppléments de fonction et des heures supplémentaires. Le 15 mars, le CCAF présente une grille détaillée des différents salaires du personnel subalterne, applicables à compter du 1er mars, et annonce qu’elle souhaite poursuivre les négociations sans recourir à un arbitrage extérieur. La fédération CGT-FO regrette cette position et annonce qu’elle ne participera pas aux réunions ultérieures. La FNSM estime ces propositions insuffisantes. Le 22 mars, les armateurs acceptent le passage de l’indemnité de nourriture de 260 à 300 francs et une majoration de 10 % des suppléments de fonction des intendants, chefs cuisiniers et des premiers cambusiers. Le 24 mars, les syndicats locaux de la FNSM tiennent des assemblées générales dans tous les ports. Elles sont suivies de grèves de 24 et 48 heures, destinées à montrer la détermination des marins. Sans qu’un accord ne soit conclu, la hausse des salaires entre en vigueur. À une demande similaire de négociation salariale faite par la FNSOMM le 17 mars, le CCAF répond trois jours plus tard que son « conseil d’administration a décidé de revenir aux errements d’avant-guerre suivant lesquels la question des soldes des officiers était réglée au sein de chaque entreprise ». Il ajoute « qu’il est dans les intentions des entreprises de navigation de régler cette question aussi rapidement que possible avec le souci d’élargir “l’éventail” des soldes, le point de départ des soldes nouvelles devant être, ainsi que nous l’avons proposé pour le personnel subalterne, le 1er mars87 ».

  • 88 Le syndicat national des inscrits maritimes a été fondé courant 1949. Grâce au fonds de solidarité (...)
  • 89 AN 52AS327, convention collective nationale du personnel subalterne de la marine marchande, 1950 e (...)

67Après une nouvelle interruption, les négociations sur la convention collective du personnel subalterne reprennent le 13 septembre. En octobre, un accord est trouvé sur la question des avantages acquis, avec un article 34 libellé ainsi : « Les avantages acquis dans chaque entreprise maritime au moment de la signature de la présente convention seront intégralement maintenus aux équipages des navires de l’entreprise. » Après plus de trois ans de négociations, la convention collective est officiellement signée le 30 novembre 1950 par le CCAF, la FNSM, la Fédération FO de la marine marchande et le tout jeune syndicat national des inscrits maritimes CFTC88. La veille, un accord augmentant les salaires de 8 % a été conclu entre le CCAF et les différentes fédérations du personnel subalterne. Il s’agit de la première augmentation salariale depuis 1934 qui ne résulte pas d’une sentence arbitrale, d’un arrêté gouvernemental ou d’une décision unilatérale des armateurs. L’indemnité journalière de nourriture est portée à 340 francs et les suppléments de fonction des agents du service général ainsi que les heures supplémentaires sont majorés de 10 %. L’ensemble de ces mesures entre rétroactivement en vigueur au 1er novembre. Le secrétaire général de la FNSM, Gruénais, se félicite de ces deux accords. La convention collective rassemble, en effet, des textes qui étaient plus ou moins appliqués et marque un progrès sensible sur un certain nombre de points : les délégués du personnel bénéficient de 15 heures par mois pour accomplir leurs fonctions, toutes les heures supplémentaires sont payables, des améliorations sont apportées en ce qui concerne le logement de l’équipage, le matériel de couchage et de repas, la nourriture89.

68Le 6 décembre, un accord de revalorisation des salaires des états-majors est signé entre le CCAF et les fédérations CGT et CGT-FO, les armateurs revenant donc sur leurs décisions de mars. Le syndicat national des officiers de la marine marchande CFTC refuse de le signer car

  • 90 AN 52AS419, soldes des officiers de la marine marchande, 1950.

« […] le CCAF a refusé de garantir, par un accord contractuel de la forme prévue par l’article 21 de la loi du 11 février 1950, une majoration des soldes réelles identiques à celle garantie pour le personnel subalterne et inscrits dans la Convention (majoration de 8 %) ; le barème des soldes minima proposé n’apporte aucune majoration des soldes réelles des officiers, celles-ci étant en général nettement supérieures à ces minima ; le barème des soldes minima proposé comporte une disparité par trop grande avec les barèmes des traitements minima qui sont adoptés actuellement dans le commerce et l’industrie, pour des fonctions de cadres que l’on peut estimer équivalente à celles des différents postes d’états-majors90 ».

  • 91 L’Officier mécanicien de la marine marchande, octobre-novembre 1957 et Bulletin fédéral des capita (...)

69Avec cette série d’accords prend fin la réorganisation de la marine marchande entamée depuis la Libération. Elle est dotée depuis 1948 d’un nouveau statut, très en retrait par rapport aux revendications des fédérations CGT et au programme économique de la Résistance. Les relations professionnelles, qui se déroulaient jusque-là sous l’autorité de l’État, ont retrouvé un régime de plus grande liberté. Si les armateurs restent unis au sein du CCAF, le nombre et la puissance de leurs interlocuteurs syndicaux représentant les personnels ont évolué. La scission de la CGT, à la fin 1947, a entraîné la création de fédérations CGT-FO chez les marins et les officiers. De plus, la CFTC a lancé ses propres syndicats. La FNSM reste de loin la première fédération au sein du personnel subalterne. Chez les officiers, la FNSOMM reste majoritaire, mais elle doit prendre en compte la présence non seulement de la fédération CGT-FO et du syndicat national CFTC, mais aussi celles de syndicats CGC et autonomes. De plus, des tensions internes entre officiers de pont et officiers mécaniciens commencent à apparaître, germes d’une nouvelle division qui aboutira en 1957 à la séparation de la fédération en trois fédérations de spécialités : pont, machine et radio91.

  • 92 La Marine, janvier 1951; AN 50AS3, effectifs des diverses fédérations syndicales, 1949 et 50AS24, (...)

70Dans les pêches maritimes, la FNSM est la seule à regrouper à la fois des pêcheurs à la part et les marins salariés de la pêche industrielle. Dans la pêche artisanale, elle n’est pas parvenue à éliminer la FFSPM qui a rompu avec la CFTC et a reçu l’adhésion de syndicats membres de la défunte Fédération des pêcheurs à la part de l’Océan. Les deux organisations doivent désormais faire face à l’apparition de syndicats affiliés à la CFTC et à la CGT-FO. En effet, après s’être implantée dans la marine marchande, la première lance des syndicats de pêcheurs, d’abord uniquement dans le secteur industrialisé à partir du port de Boulogne, puis très vite, dans le secteur artisanal. La seconde regroupe également des pêcheurs, en particulier à Dunkerque et à Nantes. Selon les services de la Marine marchande, à la fin de 1949, sur 23461 pêcheurs syndiqués, 12618 le sont à la CGT, 6250 à la FFSPM, 298 à la CGT-FO, 48 à la CFTC et 4247 sont membres de syndicats autonomes92.

71L’unité de tous les gens de mer au sein d’une organisation syndicale, idée défendue à la fin du xixe siècle par les fondateurs de la Fédération nationale des syndicats maritimes, est devenue une utopie au regard du paysage syndical maritime de la fin 1950. Comme dans le reste du syndicalisme français, le pluralisme s’est imposé pour longtemps.

Notes

1 Claire Andrieu, Lucette Le Van et Antoine Prost, Les nationalisations de la Libération. De l’utopie au compromis, Paris, FNSP, 1987.

2 Jean-Pierre Rioux, La France de la Quatrième République, t. 1 : L’ardeur et la nécessité, 1944-1952, Paris, Seuil, 1980, p. 141-143.

3 Jules Moch a notamment écrit Réflexions sur les nationalisations, Genève, Les Annales de l’économie collective, 1938 et Guerre aux trusts – solutions socialistes, Paris, Éditions de la Liberté, 1945.

4 Marie-Pierre Delaban, op. cit., p. 559-560.

5 AN 52AS475, salaires des états-majors, 1945.

6 Le Travailleur de la mer, septembre 1945.

7 Le Travailleur de la mer, octobre 1945.

8 AN 52 AS 478, prime exceptionnelle de guerre, 1943-1946 ; Le Travailleur de la mer, janvier-mars 1946 et L’Officier de la marine marchande, mars-avril 1946.

9 Le Travailleur de la mer, novembre 1946.

10 Le Travailleur de la mer, mai 1946.

11 Le Travailleur de la mer, juillet-août 1946.

12 Le Travailleur de la mer, décembre 1946.

13 AN 52AS420, engagement des équipages, 1946.

14 Le Travailleur de la mer et L’Officier de la marine marchande, janvier 1947.

15 Le Travailleur de la mer, février-mai 1947.

16 AN 52AS327, accord sur la stabilité de l’emploi, 1947.

17 Le Travailleur de la mer, août 1947.

18 Marie-Pierre Delaban, op. cit., p. 525.

19 AN 52AS447, nationalisation de la marine marchande, 1945.

20 Louis Poncelet et Charles Drouin, Les nationalisations et la marine marchande, Paris, Éditions internationales, 1946, p. 42.

21 AN 52AS448, nationalisation de la marine marchande, 1947.

22 L’Officier de la marine marchande, avril et août 1947 et Le Travailleur de la mer, juillet et novembre 1947.

23 Sur les grèves de la fin 1947 voir Robert Mencherini, Guerre froide, grèves rouges. Parti communiste, stalinisme et mouvements sociaux en France, 1947-1948, Paris, Syllepse, 1998.

24 Le Travailleur de la mer, janvier 1948 et Marie-Pierre Delaban, op. cit., p. 589.

25 AN 52AS448, loi du 28 février 1948 portant réorganisation de la marine marchande.

26 Marie-Pierre Delaban, op. cit., p. 697.

27 Didier Favre, Ni Rouges, ni Jaunes, de la CGSI à la CSL. L’expérience du syndicalisme indépendant, s. l., Éditions Midi moins le quart, 1998, p. 24 et Le Travailleur de la mer, juillet 1947.

28 Michel Dreyfus, op. cit., p. 221-224.

29 Le Travailleur de la mer, septembre 1947.

30 Le Travailleur de la mer, août 1947 et L’Officier de la marine marchande, septembre-novembre 1947.

31 AN 52AS428, grève des marins et officiers de la marine marchande, 1947.

32 Le Travailleur de la mer, décembre 1947.

33 Michel Dreyfus, op. cit., p. 230-231.

34 Robert Mencherini, op. cit., p. 27-31.

35 Le Travailleur de la mer, novembre 1947.

36 Robert Mencherini, op. cit., p. 31-47 et Le Travailleur de la mer, décembre 1947.

37 Union départementale FO Seine-Saint-Denis, 19 décembre 1947 : Force ouvrière, Paris, Bruno Leprince Éditeur, 1997 et CGT-FO, Compte rendu sténographié des débats du congrès constitutif. XXXIIIe congrès national corporatif de Paris du 12 au 13 avril 1948, Paris, Éd. de la CGT-FO, 1948.

38 L’Officier de la marine marchande, mars-avril 1948.

39 Le Travailleur de la mer, janvier 1948.

40 Le Travailleur de la mer, février 1948.

41 CHT FO 88, circulaires de la confédération, 1948 et La Résistance de l’Ouest, 23 janvier 1948.

42 Le Travailleur de la mer, mai et juillet 1948.

43 AN 50AS3,effectifs de la FNSM, 1948 et Robert Mencherini, L’Union syndicale CGT des Bouches-du-Rhône de la Libération à la scission (1948), Aix-en-Provence, université de Provence, thèse d’histoire, 1984, p. 508-509.

44 L’Officier de la marine marchande, juin-juillet 1947.

45 Fédération nationale des syndicats d’officiers de la marine marchande CGT, Aux officiers de la Marine marchande, Paris, FNSOMM, janvier 1948.

46 L’Officier de la marine marchande, janvier-février 1948.

47 L’Officier de la marine marchande, mars-avril 1948 et Bulletin de liaison du syndicat chrétien des officiers de la marine marchande, août-septembre 1948.

48 Le Marin, 21 mai 1948.

49 Syndicalisme maritime, novembre 1948 et CHT FO 88, Fédération nationale CGT-FO de la marine marchande, 1948.

50 Le Travailleur de la mer, décembre 1945.

51 Le Travailleur de la mer, avril 1946.

52 Le Travailleur de la mer, septembre 1946.

53 Le Travailleur de la mer, février-mars et décembre 1947.

54 Le Travailleur de la mer, juillet-août 1946.

55 AN 50AS3, relations avec la FNSM CGT, 1947.

56 AN 50AS1, effectifs de la FFSPM, 1946.

57 AN 50AS23, 35, 37 et 39, relations avec les syndicats locaux, 1946.

58 AN 50AS14, assemblée générale de la FFSPM, 1946.

59 AN 50AS1, effectifs de la FFSPM, 1947 et 50AS31 et 34, relations avec la Fédération des pêcheurs à la part de l’Océan et le syndicat de l’île d’Yeu, 1947.

60 AN 50AS14, congrès de la FFSPM, 1948 et 50AS11 et 23, correspondance, 1948.

61 AN 50AS14, congrès de la FFSPM, 1949 et 1951 et 50AS39, correspondance 1949.

62 AN 50AS1, effectifs des diverses fédérations, 1947.

63 Le Travailleur de la mer, novembre 1947 et janvier 1948.

64 Le Marin, 9 avril 1948.

65 AN 50AS23, relations avec le syndicat de Boulogne et Le Travailleur de la mer, septembre 1947.

66 Le Travailleur de la mer, mai 1947.

67 Le Travailleur de la mer, mai 1948.

68 Le Travailleur de la mer, juillet 1948.

69 AN 50AS1, effectifs des diverses fédérations, 1949.

70 AN 50AS3 et 10, relations avec la FNSM, 1949.

71 Le Marin, 7 octobre 1949.

72 AN 52AS502, correspondance avec la FNSM, 1948.

73 AN 52AS419, engagement des états-majors, 1947.

74 L’Officier de la marine marchande, mai-juin 1948.

75 AN 52AS327, convention collective des officiers de la marine marchande, 1948; L’Officier de la marine marchande, septembre 1948 et Syndicalisme maritime, décembre 1948.

76 L’Officier de la marine marchande, mai-juin et octobre-novembre 1948.

77 AN 52AS420, engagement des équipages et des états-majors, 1948; L’Officier de la marine marchande, décembre 1948 et Le Travailleur de la mer, octobre-novembre 1948 et janvier 1949.

78 AN 52AS478, salaires des états-majors, 1949.

79 AN 52AS502, correspondance avec la FNSM, 1949 et L’Officier de la marine marchande, juillet-septembre 1949.

80 AN 52AS420, révisions des conditions d’engagement du personne subalterne, 1947-1948.

81 AN 52AS428, mouvement des marins de Marseille, avril-mai 1948 et Le Travailleur de la mer, mai-septembre 1948.

82 Le Travailleur de la mer, octobre 1948 à janvier 1949.

83 Le Travailleur de la mer, n° 24 de novembre-décembre 1949.

84 L’Officier de la marine marchande, novembre-décembre 1949.

85 AN 52AS327, convention collective des capitaines et officiers de la marine marchande des entreprises du remorquage, 1950.

86 Sur la loi du 11 février 1950, voir Marie-Laure MORIN, « Démocratie sociale ou démocratie politique ? La loi du 11 février 1950 sur les conventions collectives », Jean-Pierre LE CROM (dir.), op. cit., p. 117-128.

87 Le Travailleur de la mer et L’Officier de la marine marchande, mars 1950.

88 Le syndicat national des inscrits maritimes a été fondé courant 1949. Grâce au fonds de solidarité de la CFTC, il bénéficie dès le départ d’un permanent, Charles Agez, et ne regroupe alors que des marins du commerce (La Marine, septembre 1950).

89 AN 52AS327, convention collective nationale du personnel subalterne de la marine marchande, 1950 et 52 AS 419, salaires du personnel subalterne, 1950 ; Le Travailleur de la mer, octobre-décembre 1950.

90 AN 52AS419, soldes des officiers de la marine marchande, 1950.

91 L’Officier mécanicien de la marine marchande, octobre-novembre 1957 et Bulletin fédéral des capitaines et officiers de pont CGT, octobre-décembre 1957.

92 La Marine, janvier 1951; AN 50AS3, effectifs des diverses fédérations syndicales, 1949 et 50AS24, relations avec le syndicat de Boulogne-sur-Mer, 1950.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540